Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Deuxième partie. Corps métis

Le métissage en Nouvelle-Espagne XVIe-XVIIIe siècle

Norma Angélica Castillo Palma

Résumé

Cet article analyse le métissage comme un phénomène social, l’union des personnes de différentes « nations » qui donnent naissance à des individus qui ne sont pas intégrés dans les groupes de leurs parents. C’est un type d’ethnogenèse qui était souvent conséquence de mariages mixtes ou d’unions non reconnues.
En Nouvelle-Espagne les catégories telles que Espagnol, Indien, Métis, Mulâtre, Noir ont été utilisées pour souligner les qualités des individus, mais également pour marquer leur statut social, c’est-à-dire leurs droits et obligations dans une société de l’exclusion par l’appartenance à un statut.
Notre travail cherche à montrer le déficit d’identité de la population de sang-mêlé qui changeait de catégorie afin d’obtenir certains privilèges ou avantages fiscaux, laissant entendre que le système n’était pas si rigide et qu’il y avait de la mobilité sociale. Nous nous posons les questions suivantes : existait-il des raisons pour dissuader la population de sang-mêlé de s’identifier comme Indien ou descendant d’Africain ? Existait-il des voies d’intégration entre métis, Espagnols ou Indiens ? L’usage des catégories de qualité était-il rigide ? Nous trouvons-nous face à un système de castes ?

This article analyzes the miscegenation as a social phenomenon, the union of persons of diferent “nations” which gave rise to individuals who were not inevitably joined into groups of relatives. It is a kind of ethnogenèse which was often a consequence of mixed marriages and informal unions.
In New Spain categories such as Spaniard, Indian, “Mestizo”, Mulatto, Black, were used to underline the qualities of people but also to mark their social status, that is their rights and duties in a society of exclusion by membership and status.
The question which guides our work seeks to demonstrate the lack of identity of the mixed population which changed categories in order to obtain certain privileges such as tax benefits, suggesting that the social rules were not so rigid and consequently there was social mobility.
We assume the following questions: Were people of mixed descent discouraged from identifying as Indian or even African? Were there ways for integration among Mulattos, Mestizos, Spaniards or Indians? Was the use of categories of quality rigid? Are we faced with a caste system?

Texte intégral

***

  • 1 Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, 1984, p. 525.

1Le métissage a agi comme un facteur qui a dilué les frontières des groupes ethniques qui furent les protagonistes de la douloureuse gestation de la société coloniale en Amérique. Le concept de métissage, lorsqu’il s’applique au processus de grand brassage qui s’est produit après la conquête espagnole, se réfère à une réalité tangible plutôt qu’à une métaphore. Qu’on le veuille ou non, il s’agit de la genèse des individus dont les « parents appartenaient à deux nations différentes1 », selon la terminologie de l’époque. Le métissage apparaît alors comme un élément qui aurait permis l’homogénéisation de cette nouvelle société résultant des mélanges entre conquérants et colons européens, peuples indiens et Africains amenés peu après comme esclaves.

2Cependant, en Nouvelle-Espagne, Européens et Indiens ont maintenu une situation légalement bien définie selon un régime de séparation résidentielle et de gouvernement en « république des Indiens et république des Espagnols ». En théorie, les lieux où vivaient les Indiens étaient séparés de ceux des Espagnols, des Métis, des Mulâtres et des Noirs. De fait, cette séparation n’a pas strictement eu lieu, ce qui a rendu possible qu’il y ait des habitants non indigènes dans des villes et villages indiens. La cohabitation de ces groupes divers a permis l’existence de relations formelles ou informelles qui aboutirent à des mariages mixtes ou souvent à des concubinages. De ces unions émergea un troisième groupe, celui des Métis, avec sa charge d’ambiguïtés sociales et juridiques. En contrepartie de la « pureté du sang » (limpieza de sangre), le processus de métissage a agi comme le catalyseur par excellence de la quête de blancheur parmi les Métis et les Mulâtres.

  • 2 Castillo 2001, chap. 4, p. 313, 345, Gonzalbo 1998, p. 174-175, Calvo 1992.

3L’endogamie a été caractéristique des groupes qui avaient des privilèges, conséquence d’un système fondé sur une société d’ordres. Quant à l’exogamie, seuls les taux d’illégitimité constituent des preuves qui permettent de déduire les niveaux très importants des relations informelles. Au XVIIe siècle, dans certains endroits comme Guadalajara, le taux atteint 60 % d’enfants nés hors mariage, dans d’autres paroisses du Mexique central, il s’élève à 30 % au moins2.

  • 3 « Gente que procede de dos naciones diferentes », cf. Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana,(...)
  • 4 « Mulato, lobo, o coyote. » Dans les colonies françaises nous trouvons des mots comme marabout, ma (...)
  • 5 Katzew 2004 ; Gruzinski 2001.
  • 6 Castillo 2001, p. 166.

4Dans la plupart des sociétés issues de la colonisation, les Européens ont eu tendance à désigner par le terme « métis » leurs descendants issus de relations avec des Amérindiens ou des Africains. Ce terme provient du latin « mixticius » qui signifie mixte, mêlé et dans le dictionnaire de Covarrubias « gens issus de deux nations différentes3 ». Les Européens surnommèrent les individus de sang- mêlé par des euphémismes provenant du monde animal comme mulâtre, loup ou coyote4. La plupart de ces mots ont fourni le lexique utilisé par les artistes qui ont représenté les familles mixtes sur des tableaux appelés « peintures de castes » (pinturas de castas), qui constituaient un moyen permettant de montrer, dans l’Ancien Monde, les caractéristiques des groupes provenant du mélange des populations en Amérique5. Nous avons pu démontrer par ailleurs que les dénominations tant des hybrides que de leurs ancêtres représentés dans ces « peintures de castes » variaient en fonction de divers facteurs, d’une collection à l’autre, selon les critères du peintre ou du pays concerné. Il en résulte qu’un type d’hybride provenant d’un même couple pouvait recevoir différentes appellations6.

  • 7 Blanchard 1908, p. 59-66 et Blanchard 1910, p. 37-60.

5Comme Blanchard l’a observé7, si l’on compare ces collections de à Paris avec celles de Mexico, l’individu appelé « coyote » désigne un Métis à la peau claire dans les tableaux parisiens, tandis que dans ceux du Mexique il s’agit plutôt d’un sujet se rapprochant des Indiens. Nous verrons plus loin, l’inconsistance que ces séries présentaient en comparant la catégorie « lobo » dans la collection du musée historique de Chapultepec et celle élaborée par Miguel Cabrera. En général, ces incohérences ont été signalées, mais on n’a pas approfondi leurs causes. Les critères des peintres étaient différents, mais étaient-ce des variantes régionales ?

6Dans les peintures des collections mexicaines, la dénomination du mélange entre Castizo et Espagnol est nommée « Espagnol », car ceux qui étaient issus de ces couples se considéraient comme Espagnols, tandis que dans les tableaux du Pérou, on les nommait « presque purs de leur origine » (casi limpios de su origen). Cette petite différence nous a semblé le signe d’une plus grande fermeture de la mobilité sociale des gens issus du métissage, une attitude bien opposée à celle qui prévalait en Nouvelle-Espagne, où l’ascension sociale était possible.

Le cadre juridique du système social colonial : le statut

7Les contacts entre colons espagnols, esclaves africains et Amérindiens ont conduit à l’essor d’une nouvelle population multiraciale. Malgré les épidémies et le métissage, présents tout au long des trois siècles de domination espagnole, une partie de la population indienne a survécu dans le centre de la Nouvelle-Espagne, tout en conservant son identité. Les Indiens, malgré le processus des congrégations, sont restés concentrés dans leurs anciens villages et dans les quartiers qui entouraient occasionnellement les villes espagnoles de l’Amérique hispanique. De cette manière, la cohabitation entre ces groupes ainsi que les mélanges continus entre eux et leurs descendants hybrides ont fondé une société complexe, très souvent inclassable. Face à l’émergence inattendue des Métis, les autorités espagnoles ont réagi en établissant des barrières légales ainsi que des critères de différenciation entre les groupes pour empêcher la dissolution de l’ordre colonial.

8Les groupes sociaux ont reçu un statut légal par le biais de cédules royales, les droits et obligations de la population étant définis pour chaque groupe classé selon les termes habituels de l’époque. De ce fait, le système social mis en œuvre en Nouvelle-Espagne eut une base légale de différenciation et un statut social et juridique spécifique fut octroyé à toutes les personnes, quelle que soit leur catégorie. Le but de ces ordonnances fut d’ajuster le système social d’ancien régime à la croissance d’une population de sang-mêlé, afin de maintenir le contrôle de l’élite espagnole et d’assurer sa pérennité en tant que groupe dominant.

  • 8 Recopilación de Leyes de Indias, livre 7, tit. 5, loi 2 : Que les enfants de Noirs libres ou escla (...)

9Voyons à présent comment les juristes du Conseil des Indes s’interrogeaient sur le statut des enfants nés de Noirs et d’Indiens : « On nous a demandé si les enfants nés de Noirs libres ou d’esclaves mariés avec des Indiennes sont exemptés du paiement du tribut personnel. Ceux-ci allèguent qu’ils ne sont pas Indiens, mais ils sont obligés de payer des impôts tout comme les Indiens. Que les Audiences demandent que cela soit accompli8. »

  • 9 Ces ordonnances ont été édictées à plusieurs reprises en Nouvelle-Espagne, notamment par Philippe (...)

10L’incertitude provoquée par la situation d’individus de sang-mêlé face à l’application des lois transparaît à travers ces cas. Cette ambivalence fut également présente dans les ordonnances de séparation résidentielle concernant les enfants d’Indiennes avec des étrangers à leur communauté : « Quant aux métis et zambaigos qui sont des enfants nés de Noirs ou de Mulâtres avec des Indiennes, s’ils sont en position d’hériter de leurs maisons et de leurs terres et parce qu’il semble difficile de séparer les enfants de leurs parents, on peut déroger à la loi [de séparation résidentielle]9. »

  • 10 D’après R. Mousnier, la distinction sociale repose sur une hiérarchie de dignité et d’honneurs (Mo (...)
  • 11 Le terme de « qualité » était utilisé pour désigner les lignages, c’est pourquoi il était appliqué (...)
  • 12 McAlister 1963, 363 ; cette idée esquissée par Konetzke a été reprise par Magnus Mörner : Mörner 1 (...)
  • 13 Israel 1980.

11Il est vraisemblable que cette manière d’établir les limites de chaque groupe avait ses origines dans la tradition médiévale, celle d’une société d’états ou d’ordres10. Pour ces raisons, les catégories de qualité11 (Espagnol, Indien, Métis, Mulâtre, Noir) utilisées dans les territoires sous contrôle espagnol pour classer la population ont agi comme le système d’une société d’ancien régime12 puisque cela permettait de situer les droits, les obligations et les privilèges des personnes, des villes ou des corporations. De même, la qualité des individus était le critère essentiel pour déterminer les exonérations d’impôts ou, au contraire, l’obligation de payer un tribut ou des services personnels, les règles de tenue vestimentaire, l’accès exclusif à certaines corporations, ainsi que l’admission aux universités, ou l’accès aux charges publiques ou religieuses13.

  • 14 Bibliothèque Palafoxienne, BPM, Fondo Manuscritos. Allegationes Iuris. Ms. 19501-001.
  • 15 Macehual : Indien du commun, travailleur, tributaire, vassal d’un seigneur. Mot d’origine nahua qu (...)

12En Nouvelle-Espagne, à la qualité s’est ajouté le registre de la « condition » qui renvoyait au statut social des individus et sur lequel reposaient le prestige (la réputation publique), la pureté de sang et la noblesse. L’affirmation contenue dans le texte du Discours sur la noblesse en est un exemple : « Le tributaire est légalement exclu de la jouissance des honneurs du gentilhomme14. » Ainsi, les dossiers judiciaires notent s’il s’agit d’un Indien noble (cacique ou principal) ou tributaire (également enregistré comme macehual15) ; dans le cas des Noirs, on inscrivait sa condition : Noir libre ou esclave, Mulâtre.

  • 16 Siete Partidas, 4e partie, titre 21. De los Esclavos.

13D’autre part, il faut noter que le code noir espagnol n’induisait pas que tous les enfants d’esclaves héritent du statut servile. Les Siete Partidas régissaient l’esclavage dans les possessions espagnoles, en précisant que : « Il y a trois types de servitude. La première forme est celle de ceux qui, étant des ennemis de la foi catholique, ont été capturés en temps de guerre. La seconde servitude est celle de ceux qui sont nés de femmes esclaves. Le troisième, lorsqu’un libre souhaite vendre sa personne16. »

14Il faut noter que l’héritage de la condition servile par lignage maternel [appelé « loi du ventre »] faisait des femmes esclaves les seules reproductrices de main-d’œuvre pour leurs maîtres : « le ventre qui donne des enfants est l’un des intérêts majeurs des propriétaires d’esclaves ». Ainsi, les enfants d’hommes esclaves et de femmes libres ne recevaient pas le statut d’esclaves à la différence des enfants de femmes esclaves. Cette situation encouragea la tendance à prendre des épouses libres, comme des Indiennes, des Métisses, voire des Mulâtresses. Nous avons pu constater cette prédisposition au mariage mixte dans la population d’origine africaine à travers l’analyse de la qualité des conjoints dans les registres paroissiaux des mariages. Au contraire, Espagnols et Indiens ont gardé une stratégie visant à maintenir les privilèges corporatifs, ceux qui les incitaient à l’endogamie et même à la consanguinité, tendance encore plus marquée parmi les caciques ou les élites espagnoles.

L’honneur et la pureté de sang, facteurs d’occultation du métissage

  • 17 Castillo 2011.

15Il ne faut pas oublier que la société coloniale était fondée sur des valeurs telles que l’honneur, la pureté de sang et le prestige, bases de son code moral. Rappelons aussi que le concept de « mauvaise race » (mala raza) faisait référence à la « mauvaise religion », ce qui explique qu’en principe seuls les Juifs, les Maures ou les hérétiques étaient considérés comme gens de « mauvaises races ». En Amérique, l’application des statuts de pureté de sang avait un caractère ségrégatif pour des individus de sang-mêlé, mais plus particulièrement pour les descendants de Noirs et de Mulâtres, qui ont ensuite été ajoutés à la liste des « mauvaises races ». La descendance servile fut considérée comme infâme du fait du stigmate de l’esclavage17. En ce sens, on comprend pourquoi les familles tentaient de cacher leur filiation mixte, spécialement ceux qui avaient des ascendants soupçonnés d’appartenir aux lignages perçus comme déshonorants.

  • 18 Pragmática Sanción sobre Matrimonios Desiguales ; cf. Castillo 2001, chap. IV, p. 420 et Lavallé 2 (...)

16Le rejet des institutions envers les individus considérés comme « infâmes ou vils » s’explique parce qu’ils étaient descendants d’esclaves ou parce que leurs parents exerçaient des offices serviles ou bas. Mais au XVIIIe siècle, au moment même où furent largement appliqués les statuts de pureté de sang, moyennant l’exigence de preuves juridiques, le métissage avait une telle ampleur en Nouvelle-Espagne que l’obsession créole s’exprimait à travers les plaintes fondées sur la rumeur. Le phénotype fut alors utilisé pour signaler une personne qui pouvait avoir des origines « infâmes ». Ces procédés furent utilisés pour empêcher l’entrée de certains suspects dans les institutions ou les corporations où étaient appliqués ces statuts. Le même constat peut être fait à propos des procès de refus d’autorisation de mariage (disenso matrimonial) réalisés conformément à la loi et connus sous le nom de Pragmatique sanction sur les mariages inégaux18.

Le métissage et le désordre social

17Tout au long des trois siècles de domination espagnole, la tendance à percevoir le métissage comme un processus qui altérait l’ordre social colonial a perduré, car il touchait à la pureté des groupes originaux qui donnaient naissance à des hybrides que le droit et la société marginalisaient.

18Néanmoins, la principale menace que représentait le métissage pour la Couronne était le déclin de la population indienne parce que la descendance métisse, elle, n’était plus tributaire. De plus, le mélange aggravait la difficulté à différencier les Indiens tributaires des Métis, qui eux ne l’étaient pas, ou bien empêchait de différencier les Métis des Mulâtres, qui, en principe, étaient eux-mêmes tributaires de l’impôt.

  • 19 AGN, Tributos, vol. 29 ; Exp. 1, fs. 159-168 v°, Mandamiento del Intendente Flon para establecer u (...)

19Finalement, c’est une rigoureuse politique en matière d’impôts qui conduisit les Bourbons à recourir au phénotype pour forcer les personnes de sang-mêlé à prouver leurs origines métisses et ainsi à légaliser le fait qu’elles n’étaient pas tributaires : « Chaque semaine, un vérificateur, aidé d’alguazils, était chargé de demander, de façon correcte et sans éclat, à ceux qui avaient l’apparence de tributaires (Indiens ou Mulâtres) de prouver leurs origines. S’ils ne pouvaient exhiber un reçu prouvant le paiement de l’impôt, ils devaient alors prouver leur exonération et en fournir la preuve, sous peine d’être incarcérés19. »

20L’obligation de produire des preuves de qualité ou pureté du sang pour les Espagnols nés en Nouvelle-Espagne pouvait être interprétée comme une manière de s’opposer à leur ascension sociale. Ce genre de procédures étaient exigées de ceux qui sollicitaient des offices royaux ou de ceux qui cherchaient à être admis aux conseils municipaux de villes espagnoles. Il faut rappeler que les preuves de pureté du sang furent essentiellement demandées dans le domaine ecclésiastique, y compris dans les écoles sous le contrôle des clercs, mais, avec le temps, elles s’étendirent au domaine civil.

Le métissage et l’aspect démographique

  • 20 Crosby 1967, 321-337.
  • 21 Le concept de la terre vierge de l’immunité et des populations isolées a été utilisé pour explique (...)
  • 22 Crosby 1967, 321-337 ; Crosby 1976, 289-299. Il considère que la variole de 1738 a tué la moitié d (...)

21Le métissage a aussi résulté de toute une série de circonstances observables, principalement aux XVIe et XVIIe siècles, lorsque le processus de grand brassage atteignit son apogée. Il faut signaler que la conquête a permis la rencontre des populations européennes et amérindiennes, jusque là isolées les unes des autres. Les conquistadores, puis les colons ont apporté des maladies inconnues jusqu’alors. Au moment des premiers contacts entre Européens et Amérindiens, la population indigène n’avait pas d’anticorps contre les virus apportés par les Européens. De ce fait, le taux de mortalité causée par la variole, le typhus ou la rougeole aurait atteint 90 % dans certains villages déjà affaiblis par la guerre de conquête, bien que généralement ces maladies aient touché entre un tiers et la moitié des populations villageoises. C’est le scénario de la théorie dite des « terres vierges » (virgin soils), qui considère que l’isolement de la population amérindienne a été une cause du manque de défenses contre les nouveaux virus apportés par les Européens20. Ces nouvelles maladies se sont répandues très vite et ont causé des pandémies dans une population non immunisée21, ce qui entraîna une baisse massive de la population indigène, notamment entre 1576 et 1640, et des crises successives de mortalité ravagèrent les villages indigènes dans le centre de la Nouvelle-Espagne22.

  • 23 Buenaventura y Mendoza 1995.

22La controverse autour des chiffres de baisse de population indienne n’est pas réglée à ce jour. Des positions maximalistes et minimalistes s’opposent ; toutefois, nous estimons crédible une diminution de la population autochtone de l’ordre de 80 à 90 %, un siècle après l’arrivée des Européens, cette proportion étant compatible avec les récits des textes de l’époque, aussi bien les relations indiennes que les documents de l’administration ecclésiastique23.

  • 24 Carroll 2000.

23Nous ne devons pas oublier qu’à la mortalité de la population indienne s’est ajoutée la conquête des femmes indiennes par les Européens et les Africains, d’autant que, concomitamment au dépeuplement indigène, la couronne eut recours à l’importation d’esclaves africains pour remplacer les travailleurs indigènes et le principal flux d’esclaves eut lieu en Nouvelle-Espagne, entre 1550 et 164024. Cette immigration forcée était composée essentiellement d’hommes, dans un rapport de près de 3 hommes pour une femme.

  • 25 Sánchez Albornoz 1973.

24Cette grande disproportion d’immigrants était aussi caractéristique des Européens, qui, généralement, s’installaient sans leurs femmes en Nouvelle-Espagne25. Espagnols et esclaves étaient en effet contraints de prendre des femmes, légitimes ou non, parmi les indigènes ; par la suite, ils purent aussi choisir parmi les Métisses, les Mulâtresses ou les esclaves noires. Nous pouvons donc dire qu’au début, le métissage fut tributaire d’une autre conquête : celle des femmes indiennes.

25D’autre part, l’analyse démographique montre une forme de fermeture sociale, car une forte proportion d’Espagnols et d’Indiens se mariaient entre eux : environ 70-85 % des mariages se faisaient avec des femmes de même condition qu’eux, ce qui laissait les mariages mixtes aux Métis et aux Mulâtres. Les tendances matrimoniales montrent que le mariage était une question d’intérêt familial, de prestige et éventuellement d’ordre social. Ceci est confirmé par le fait que les unions mixtes se maintenaient dans le domaine des relations informelles, car elles couraient le risque d’être socialement rejetées. Aux XVIe et XVIIe siècles, une forte proportion d’enfants illégitimes était Mulâtres et Métis.

Approche méthodologique, choix des sources et résultats

  • 26 AGI, Patronato, XX, 5, 24.

26L’analyse des discours nous permet d’accéder à une vision différente et souvent critique sur les Métis. Voyons par exemple la perception d’un immigrant espagnol de retour en métropole : « Les Métis sont souvent plus grands que les Indiens et plus forts, et ils sont tous bruns, paresseux et ont le vice du jeu, de la boisson et de la tromperie. Ils sont habiles dans la manipulation du mousquet et bons à cheval26. »

27L’utilisation des informations fournies par les registres paroissiaux, traitées par la méthode de reconstitution des familles, notamment les actes sacramentels (baptêmes, mariages, décès), nous permet d’obtenir parfois des renseignements contradictoires sur les individus, ce qui nous procure de riches conclusions sur les raisons de ces incohérences. On peut conclure que les différents critères d’octroi de catégories de qualité variaient selon le prêtre qui réalisait l’enregistrement, selon les régions ou encore selon les déclarations des intéressés qui cherchaient à tirer profit des confusions pour se faire placer dans des catégories les plus avantageuses. Pour cette raison, nous considérons qu’il s’agissait souvent d’un processus de négociation. Les sources judiciaires, telles les preuves de pureté de sang, nous permettent parfois d’atteindre les rumeurs sur la renommée publique des personnes. Aussi, ces données sont-elles révélatrices des désirs de mobilité sociale des candidats qui les présentent.

Sources judiciaires et analyse de lois

  • 27 A. Farge a montré la richesse des sources judiciaires pour étudier la vie quotidienne des gens ord (...)

28La plupart des sources concernant les procès d’opposition aux mariages (jugements de refus d’autorisation de mariage), les preuves de pureté de sang et autres informations utilisées comme preuves de qualité sont issues des archives judiciaires27. Dans les cas de refus d’autorisation de mariage, les Espagnols opposaient de graves objections aux mariages de leurs enfants, surtout lorsqu’il s’agissait d’alliance avec des personnes d’ascendance africaine. Nous avons, par exemple, trouvé la copie de l’édit de la Réal Pragmática Sanción sur les mariages de 1776, qui cherchait à empêcher les « mariages inégaux ». Au cours de ce genre de procès, les parents accusaient d’« inégalité notoire » l’un des prétendants, parfois uniquement dans le cas d’une réputation publique négative ou pour être suspect d’être ou de descendre de pardos, de mulâtres ou de lobos.

  • 28 Source : APSPCH, Libro de Bautismos de españoles y castas, 1722.

29Quant à l’analyse des ordonnances royales, elle nous permet de comprendre la position juridique de la Couronne qui, dans certains cas, ne correspondait pas à la réalité parce que souvent les règles n’étaient pas respectées. Occasionnellement, des processus non inclus dans la loi devenaient des pratiques quotidiennes. En outre, les lois reflétant la réalité et les besoins à un moment donné, les définitions extraites de l’analyse des ordonnances royales pour le mot « métis » montrent que ce terme désignait, dans les premières lois, les enfants d’un Espagnol avec une Indienne, mais, au cours des décennies et des siècles suivants, ce mot finit par désigner les enfants de parents métis et, parfois, servit à qualifier l’enfant de couples mixtes, comme nous le montre la généalogie partielle de Diego Machado et María Ribera, habitants de Cholula en 172228.

Figure 1. – Juana de los Santos, Métisse.

30Les registres paroissiaux de certaines régions nous montrent que l’enfant d’un Mulâtre et d’une Métisse pouvait être enregistré comme Métis, en raison de l’acception large de ce mot. Cela pouvait conduire à des confusions et à des conflits en raison des différents critères d’enregistrement utilisés par les prêtres pour octroyer les catégories de « qualité ». La conséquence de ces situations était l’ambiguïté qui en résultait et qui permettait que la « qualité » reste une question d’identité, c’est-à-dire l’expression de la volonté de s’identifier soit avec la qualité de la mère, soit avec celle du père ou bien encore avec celle des lignages des grands-parents, voire, comme nous l’avons déjà dit, avec la catégorie la plus avantageuse. La reconstruction généalogique réalisée d’après les registres paroissiaux nous permet de montrer les changements de catégories d’un même individu parmi les membres d’une même famille, dans diverses sources.

  • 29 Carbajal 2008, 82-97.
  • 30 Cramaussel 2012.

31L’existence de familles multiethniques (bigarrées) fut une conséquence du métissage. Certaines étaient formées par des couples mixtes, ou, comme nous l’avons dit, par des catégories diverses assignées aux enfants d’un même couple. David Carbajal a trouvé une situation identique dans la population de Bolaños, dans le Jalisco, et a utilisé les termes de « familles pluriethniques29 » pour la qualifier. Ce laxisme dans l’usage des catégories, Chantal Cramaussel l’a également trouvé à Álamos, dans le Sinaloa30.

  • 31 « El 27 junio de 1726 casé a Juan Moreno, al parecer español, hijo de Juan Moreno y de Juana de Sa (...)

32D’autre part, dans les cas d’enfants issus du concubinage que nous avons trouvés, les actes sacramentels ne fournissent pas de données sur la qualité des parents ; ce n’est que par hasard que l’un des parents est mentionné dans le cas d’enfants naturels. On désignait les « fils de l’Église » (hijo de la iglesia) ou « abandonnés » (expositos) selon leur apparence. Sans doute on ne pouvait pas les enregistrer dans la catégorie des tributaires parce qu’on ne pouvait pas prouver légalement la qualité de leurs ascendants, c’est pourquoi on les enregistrait à l’âge adulte comme Métis. Voyons l’exemple suivant pris dans un acte de mariage où les deux conjoints sont « enfants de parents inconnus » : « Le 23 avril 1725, j’ai uni par mariage Sébastien Acosta, fils de parents inconnus, avec Josepha Moratilla, jeune fille née d’enfants de parents inconnus, habitants de cette ville. Les deux de qualité plutôt indienne que métisse. Très pauvres. Gratuit31. » Ce qui saute aux yeux, c’est l’ambiguïté du prêtre, qui exprime un doute sur l’origine de ce couple, mais la situation légale ne lui permet pas de définir et encore moins de les enregistrer comme contribuables. Par conséquent, lorsqu’il n’était pas possible d’attribuer une qualité, au sens strict, aux enfants illégitimes, l’octroi d’une catégorie relevait de leur volonté de s’identifier avec les groupes les mieux placés socialement et résultait parfois d’une négociation. Nos recherches, effectuées sur registres paroissiaux, montrent qu’il y avait différents critères pour attribuer une catégorie au moment de la naissance. Parfois c’était le critère du phénotype qui avait le plus de poids, comme on peut le constater dans l’exemple antérieur.

33Les résultats de recherches réalisées sur des registres paroissiaux de quelques régions montrent qu’il y avait différents critères pour attribuer une catégorie au moment de la naissance. Souvent c’était le phénotype (aspect) qui jouait, comme nous avons pu le constater dans le registre de mariage antérieur. Parfois, la concession d’une catégorie dépendait d’un ensemble d’éléments : l’ascendance, la déclaration des parents, sans oublier la perception de l’aspect, qui tous entraient dans la négociation pour le choix d’une catégorie (fig. 3).

  • 32 Castillo y González Hermosillo, 1991; Althouse 2005, 168.
  • 33 APSPCH, Libro de Bautismos 1725.

34La variation ou la négociation pour le choix des catégories n’a pas été très étudiée. Nous signalons ici que cette situation du choix des catégories semble avoir été commune chez les Métis d’origine africaine de Cholula, à l’exemple de Juan Pinto, qui dans différents procès judiciaires entre 1701 et 1703 a été désigné comme « gachupín » (émigré espagnol) par les Indiens, comme Métis par lui-même et comme Mulâtre par ses camarades. Quelques cas ont été relevés à Pátzcuaro32, comme celui de Juan de la Serpa qui enleva une jeune fille, dont les parents s’opposaient au mariage car ils le considéraient comme un Mulâtre ; après être arrivé à l’église pour solliciter une immunité ecclésiastique, il soutint qu’il était Métis. Le 26 avril de la même année Miguel Cayetano Pedraza comparut pour se marier avec Marie de la Cruz Candelario Fonseca, une Métisse née à Huexotzingo ; il se déclara Métis, fils légitime de l’Indien José Pedraza et de la Mulâtre libre, Nicolasa Ortiz, tous deux habitants de Cholula33.

35Nous voyons comment des individus comme Miguel Cayetano Pedraza de Cholula et Juan Antonio de Patzcuaro cherchaient à bénéficier de l’ambiguïté du concept de Métis en évitant toute autre dénomination qui pouvait donner lieu à leur identification avec le groupe d’origine africaine de leurs mères. C’est ainsi que certains individus pouvaient revêtir différentes catégories de qualité tout au long de leur vie, puisqu’ils pouvaient s’identifier à l’un de leurs parents ou profiter, après négociation, du terme Métis. Cela conduisit à une forme d’inconsistance ou de variabilité dans les catégories de qualité des individus (fig. 4).

36On reconnaît les scenarii de mobilité sociale dans les « peintures de castes » qui montrent l’évolution des mélanges et leur retour à l’intégration de certains dans leurs groupes d’origine. Si certaines « peintures de castes » donnent l’idée d’un nouveau groupe de Métis divers, résultat des multiples mélanges, les autres nous montrent, notamment sur les illustrations suivantes, un exemple d’intégration progressive au groupe espagnol des enfants de Castizos avec les Espagnols. Dans le tableau ci-dessous, il s’agit de la troisième génération consécutive de croisements avec le groupe espagnol, dont les enfants ont été reconnus comme appartenant au groupe espagnol (fig. 5).

37Dans le centre de la Nouvelle-Espagne, le devenir de la population africaine dans le processus de métissage montre que les descendants de Noirs et d’Indiennes ont été assimilés à un autre groupe, distinct de celui du père et parfois identifié avec celui de la mère. Nous trouvons rarement le maintien de l’identité de groupes d’origine africaine de telle manière que les catégories comme zambo, zambaigo, lobo, morisco ont disparu à la fin du XVIIIe siècle. Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, les esclaves optèrent pour l’intégration avec les Indiens, comme nous le montre cette généalogie partielle de Diego de Alemán, construite à partir des actes sacramentels. Diego de Alemán était un esclave noir qui épousa une femme indigène, Juana Cuaustistl. Nous voyons que son fils fut inscrit comme Indien, ce qui montre la volonté du père d’identifier son fils avec les indigènes. À partir de ce cas, il est possible de conclure que la mobilité sociale de la population d’origine africaine a été possible grâce au mariage avec les Indiennes, ce qui a fourni à sa descendance différentes voies du métissage et dans certains cas l’intégration à la population indigène (fig. 6 et 7).

38Dans certains cas, l’assimilation à l’un des groupes originaux se réalisa grâce à un processus de blanchiment qui obligeait à la dissimulation des origines : les constructions d’arbres généalogiques ont mis en évidence les ancêtres adéquats et permis d’en occulter d’autres.

  • 34 On pourrait traduire ces termes par : « Là où tu te trouves, je ne te comprends pas, retourne en a (...)

39Les catégories qui apparaissent dans les « peintures de castes » comme « ahí te estás, no te entiendo, salta atrás34 », appliquées aux couples des descendants d’Indiens et d’Africains et à leurs hybrides, n’apparaissent jamais dans les archives, ni dans celles des paroisses, ni dans les procès judiciaires. Cela indique que ces termes ont été conçus par les artistes dans le seul but de créer un modèle taxinomique et de donner une image de la population qui habitait aux Indes, alors qu’au contraire dans la réalité on trouvait des catégories beaucoup plus simples. Les généalogies tirées des registres paroissiaux montrent donc la propension à qualifier les enfants issus de couples métis ou mulâtres avec des Indiennes avec des termes simples, soit en les identifiant à l’un des parents, soit en les enregistrant comme Métis, mais il ne semble pas y avoir eu de volonté d’ajouter davantage de complexité dans les dénominations de qualité, comme le suggèrent les « peintures de castes ».

  • 35 Source : APSPCH. Libro de Matrimonios de Españoles, mestizos y mulatos, 1674 et Libro de Bautismos (...)

40Que s’est-il réellement passé en termes de ségrégation raciale et culturelle pour ces individus hybrides qui adoptaient une identité plus avantageuse que la leur, attirés par les avantages d’un statut privilégié dans le système d’une société d’ordres ? Il semble que les gens de sang-mêlé négociaient leur appartenance en se nommant avec des catégories comme Indien ou Métis. Pour illustrer ce cas, voyons celui de la famille de Matheo Congo, un esclave noir qui était marié avec l’Indienne Inés de la Cruz et comparons-le au mariage de sa fille Isabel de la Cruz qui fut enregistré comme métisse lors de son mariage avec Nicolás Peralta, un esclave mulâtre, à Cholula en 167735.

Figure 2. – Généalogie de Mateo Congo.

  • 36 Hoffmann et Pascal 2006, 103-135.

41Ce cas permet de mettre en évidence la tendance des esclaves noirs à opter pour des conjoints d’une qualité distincte (mariages mixtes), probablement pour assurer à leurs enfants une condition libre. D’après les données dont nous disposons, les descendants d’Africains ont tenté de se démarquer de leur origine à cause de la ségrégation et de la discrimination dont ils faisaient légalement l’objet. C’est pourquoi nous n’avons pas trouvé d’éléments pour étayer l’idée que ce groupe a été en mesure de construire son identité. Au contraire, les indices montrent plutôt leur volonté de s’identifier aux autres groupes36. Ainsi, les individus d’origine hybride ont eu tendance à s’identifier au groupe métis, étant donné que ce mot dans son sens large désignait quelqu’un né du mélange de personnes de différentes nations.

Variabilité dans l’appartenance à un lignage : une négociation ?

42Dans certaines régions et villes de Nouvelle-Espagne, la variabilité de la définition de la qualité d’un seul individu ou d’une famille entière ne semble pas avoir été exceptionnelle, mais elle apparaît plutôt comme une situation commune, résultat d’une négociation constante de personnes ayant un ancêtre d’origine indigène ou africaine.

Padrón de 1782

CORREA, Francisco

Métis

Époux

43

M

Juana Maria

Non spécifié

Épouse

28

F

Josef Damaso

Métis

fils

14

M

Maria Gertrudis

Métis

filles

12

F

43

Padrón 1786

CORREA, Francisco

Mulâtre

Époux

0

M

Juana Maria

Mulâtre

Épouse

0

F

Josef Damaso

Mulâtre

fils

15

M

Maria Gertrudis

Mulâtre

fille

14

F

  • 37 Source : APSPCH. Recensements de la de la paroisse de San Pedro Cholula, 1782 et 1786.

Tableau 1. – Changement des catégories de qualité de Métis à Mulâtre dans la famille Correa (1782-1786)37.

  • 38 Salinero (éd.) 2005, 14.

44Les individus et les familles ont profité de ces ambiguïtés pour modifier leurs déclarations ou pour combattre les désignations de leur qualité et en tirer profit. D’autre part, les critères pour l’attribution d’une qualité variaient selon les perceptions des prêtres et des recenseurs. Rappelons ce que dit G. Salinero : « L’étude des systèmes de nomination des individus, dont l’instabilité est accrue par la mobilité sociale, est un point d’ancrage des manifestations d’appartenance à une communauté38. » On trouve la même situation avec les Métis qui passent pour Espagnols dans certains recensements.

  • 39 Aguirre Beltrán 1974, Aguirre Beltrán 1990, t. II, chap. XIV ; López Beltrán 2008.

45La variation de la dénomination dans les registres entre Métis, Mulâtres et sang-mêlé est la manifestation d’une altération de l’ordre colonial, tel qu’il était conçu par les lois espagnoles. La variabilité de catégories chez les individus et les familles contredit l’idée d’une société coloniale ordonnée selon un système de castes dont les limites auraient été difficilement franchissables39.

*

46Le métissage a engendré des individus difficilement classables, ce qui a contribué de façon décisive à diluer les frontières de ces groupes qui avaient un statut juridique propre. Ainsi, les individus ont commencé à changer de catégorie de sorte que l’appartenance à un groupe s’est faite sur un accord négocié, selon l’avantage que les gens pouvaient en tirer. Face à cette facilité de transgression des frontières sociales et de statut, l’État et l’élite créole ont réagi. D’abord, l’administration espagnole, en exigeant de la population des preuves de la pureté du sang, évinçait les personnes de sang-mêlé de certaines positions dans l’administration. Par ailleurs, avec l’établissement de la pragmatique sanction sur les mariages, il s’agissait d’empêcher « l’inégalité notoire » des conjoints, qui pouvait mettre en doute l’honneur des familles, et de freiner le développement des unions mixtes. Cette ordonnance faisait du mariage un intérêt étatique et familial par l’octroi aux membres des familles, au sens large, du droit de porter un jugement de « refus d’autorisation de mariage » afin d’éviter les mariages avec des personnes d’origine africaine ou d’autres « vils et infâmes », et pour préserver leur honneur. Ainsi, les élites locales ont commencé à entreprendre des actions en justice fondées sur l’apparence et la rumeur, avec l’idée de la validité de « la voix publique et de la réputation ». Dès le dernier tiers du XVIIIe siècle et les premières décennies du XIXe siècle, la qualité d’une personne cessa d’être une affaire de lignage pour devenir une question d’apparence.

  • 40 APJCH, FCh. 1791, Juicio de Disenso interpuesto don Francisco Ximénes contra el enlace que pretend (...)
  • 41 « Ser hombres de bien y cariblancos. »

47Dès lors, la couleur de la peau, la forme du nez ou les cheveux ont été brandis pour signaler quelqu’un comme Lobo ou pour faire des réclamations contre une fiancée, comme le montre l’exemple suivant : « comment Gertrudis Vázquez pouvait être Métisse si elle avait un Espagnol ou Indien dans sa lignée, et si elle était de couleur foncée avec des cheveux crépus40 » ? Nous voyons ainsi comment l’argument met en doute la qualité de cette femme à cause de certains de ses traits physiques. C’est aussi la période où nous voyons apparaître l’expression « homme de bien et au visage blanc41 ».

48À partir de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe, pouvons-nous parler d’un début de « racialisation » des rapports sociaux et d’un début de discrimination fondée sur l’apparence. S’agit-il d’un début de racisme ?

Figure 1. Du Métis et d’une Indienne, le Coyote (Miguel Cabrera, 1763). Katzew 2004, fig. 120 p. 191.

Figure 2. – Métisse et Mulâtre donnent un Mulato torna atrás (Miguel Cabrera, 1776). D’après Katzew 2004, fig. 81.

Figure 3. – Mulâtre et Indienne donnent Zambaigo. Castillo de Chapultepec, Museo Nacional de Historia, INAH, Mexique.

Figure 4. – Espagnol et Castiza donnent Espagnol. Colección Museo Nacional de Historia-INAH (MNH).

Figure 5. – Noir et Indienne donnent Lobo. D’après Katzew 2004, fig. 91.

Figure 6. – Indien et Torna atrás donnent Lobo. Colección Museo Nacional de Historia-INAH (MNH).

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Aguirre Beltrán G. (1974), La población negra de México : 1519-1810, Estudio etnohistórico [1946], México, FCE.

Aguirre Beltrán G. (1990), « El sistema de castas y su traslado a Nueva España », in G. Aguirre Beltrán et R. Moreno de los Arcos, Medicina Novohispana siglo XVI, México, UNAM, t. II, chap. XIV.

Althouse A. P. (1995), « Contested Mestizos, alleged Mulatos: Racial identity and Caste Hierarchy in Eighteenth Century Pátzcuaro, Mexico », The Americas, 62 (2), 10/2005, p. 168.

Bertrand M. (1994), « Comment peut-on être créole ? Sur les relations sociales en Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle », Caravelle, 62, Toulouse.

Buenaventura Z. et Mendoza J. (1995), Historia cronológica de la noble Ciudad de Tlaxcala. CIESAS-Universidad Autonóma de Tlaxcala, México.

Calvo T. (1992), Guadalajara y su región en el siglo XVII : población y economía, Cemca.

Carbajal López D. (2008), La población de Bolaños, 1740-1848. Dinámica demográfica, familia y mestizaje, Zamora, El Colegio de Michoacán.

Carroll P. (2000), « Perfiles demográficos Perfiles demográficos y culturales esquemáticos en la comunidad de esclavos del centro de Veracruz desde un contexto interpretativo », Signos históricos, vol. 2, no 4, p. 56-86.

Castillo N. et González Hermosillo F. (1991), « Raza y status : mestizos, mulatos, criollos, españoles e indios según sus definiciones en documentos coloniales », Signos. Anuario de Humanidades, 5/2.

Castillo Palma N. (1998), « Los estatutos de pureza de sangre como medio de acceso a las elites : el caso de la región de Puebla », in C. Castañeda (coord.), Círculos de poder en la Nueva España, Ciesas-Miguel Ángel Porrúa, México.

Castillo N. (2001), Cholula Sociedad mestiza en ciudad india. Un análisis de las consecuencias demográficas, económicas y sociales del mestizaje en una ciudad novohispana (1649-1796), México, Plaza y Valdés, UAM.

Castillo N. et Kellogg S. (2005) « Conflict and Cohabitation Between Afro-mexicans an Nahuas in Central Mexico », in M. Restall (éd.), Beyond black and red: Africannative relations in colonial Latin America, Albuquerque, University of New Mexico Press, p. 115-136.

Castillo N. (2011) « Informaciones y probanzas de limpieza de sangre. Teoría y realidad frente a la movilidad de la población novohispana producida por el mestizaje », in N. Böttcher, B. Hausberger et M. S. Hëring Torres (éd.), El peso de la sangre. Limpios, mestizos y nobles en el mundo hispánico, México, El Colegio de México.

Covarrubias S. (1979), Tesoro de la lengua castellana o española 1611, ed. Facsimilar, Madrid, Editorial Turner.

Cramaussel C. (2012), « Poblar en tierras de muchos indios. La región de Álamos en los siglos XVII y XVIII », Región y sociedad, México, vol. 24, no 53, ene./abr. 2012.

Crosby A. W. (1967), « Conquistador y Pestilencia: The First New World Pandemic and the Fall of the Great Indian Empires », Hispanic American Historical Review, 47, p. 321-337.

Crosby A. W. (1976), « Virgin Soil Epidemics as a Factor in the Aboriginal Depopulation in America », William and Mary Quarterly, 3 ser. 33, p. 289-299.

Farge A. (1989), Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil.

Gonzalbo Aizpuru P. (1998), Familia y orden colonial, México, El Colegio de México.

Grunberg B. et Lakroum M. (éd.) (1999), Histoire des métissages hors d’Europe, nouveaux mondes ? nouveaux peuples ?, Paris, L’Harmattan.

Gruzinski S. (2001), « As novas imágenes da América », in P. Strautman (éd.), textes de L. F. de Alencastro, S. Gruzinski et T. Monémbembo, Rio de Janeiro cidade mestiça. Illustrações e comentarios de Jean-Baptiste Debret, Sao Paulo, Companhia das Letras, p. 167-191.

Hoffman O. et Pascal C. (2006), « Negros y afromestizos en México : viejas y nuevas lecturas de un mundo olvidado », Revista Mexicana de Sociología, vol. 68, no 1, p. 103-135.

Israel J. (1980), Razas, Clases Sociales y Vida Política en el México Colonial, 1610-1670, México, FCE.

Johnson L. et Lipsett-Rivera S. (éd.), (1998) The Faces of Honor. Sex, Shame and Violence in colonial Latin America, Albuquerque, University of New Mexico, Press.

Katzew I. (2004), La pintura de castas : representaciones raciales en el México del siglo XVIII, Madrid, Conaculta-Turner.

Lavallé B. (2005), « Le problème de la notoria desigualdad dans la relation de couple en Amérique espagnole à l’époque coloniale. Lima et Quito, XVIIe-XVIIIe siècles », in M. Bertrand (éd.), Pouvoir de la famille. Familles de pouvoir, Toulouse, université de Toulouse-Le Mirail, CNRS, col. Méridiennes, p. 113-126. Libro de los guardianes y gobernadores de Cuauhtinchan (1519-1640), paleog. y notas C. Medina Lima, México, Ciesas, 1995.

López Beltrán C. (2008), « Sangre y temperamento. Pureza y mestizajes en las sociedades de castas americanas », in F. Gorbach et C. López BeltrÁn (éd.), Saberes locales. Ensayos sobre historia de la ciencia en América Latina, México, El Colegio de Michoacán.

Maravall J. A. (1989), Poder honor y elites en el siglo XVII, Madrid, Colegio Siglo XXI.

McCaa R., (1995) « Fue el siglo XVI una catástrofe demográfica para México? Una respuesta basada en la demografía histórica no cuantitativa », Cuadernos de Historia, no 15, Decembre, p. 123-136.

McAlister L. N. (1963), « Social Structure and Social Change in New Spain », Hispanic American Historical Review, vol. 43, no 3, p. 363.

Molina A. (1977), Vocabulario en lengua mexicana y castellana, México, Porrúa.

Moreau de Saint-Méry (1958), Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle de Saint-Domingue, Paris, Librairie Larose, t. 1 [1798].

Morner M. (1971), Le métissage dans l’histoire de l’Amérique latine, L’histoire sans frontières, Paris, Fayard.

Morner M. (1974), Estado, razas y cambio social en la Hispanoamérica colonial, México, SEP. Septsetentas.

Mousnier R. (1969), Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, PUF.

Recopilación (1987), Recopilación de Leyes de Indias, Madrid, 4 vol. [Madrid, 1681], Ed. Facsimilar.

Reyes García C. (éd.), « Expósitos e Hidalgos », Boletín del AGN, vol. X, p. xxx.

Salinero G. (éd.) (2005) Mezclado y sospechoso. Mobilité et identités dans les études de la relation entre Espagne et Amérique, du XVIe au XVIIIe siècles, Paris, université Paris Sorbonne.

Sánchez Albornoz (1973), La población de América Latina desde los tiempos precolombinos al año 2000, Madrid, Alianza Editorial.

Sources manuscrites

Archivo Parroquial de San Pedro Cholula (México). Libros de bautizos, matrimonios y entierros. 1645-1796.

Archivo del Poder Judicial de Puebla. Fondo Cholula (México). Biblioteca Palafoxiana. Fondo Manuscritos. Allegationes Iuris. Ms. 19501-001 (Puebla, México).

Notes

1 Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, 1984, p. 525.

2 Castillo 2001, chap. 4, p. 313, 345, Gonzalbo 1998, p. 174-175, Calvo 1992.

3 « Gente que procede de dos naciones diferentes », cf. Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, p. 525.

4 « Mulato, lobo, o coyote. » Dans les colonies françaises nous trouvons des mots comme marabout, mamelouk, quarteron, chèvre, etc. D’après Moreau de Saint-Méry, l’homme est constitué de 128 parts et chaque catégorie présente des proportions tendant vers la blancheur ou la couleur (Moreau de Saint-Méry 1958, t. 1).

5 Katzew 2004 ; Gruzinski 2001.

6 Castillo 2001, p. 166.

7 Blanchard 1908, p. 59-66 et Blanchard 1910, p. 37-60.

8 Recopilación de Leyes de Indias, livre 7, tit. 5, loi 2 : Que les enfants de Noirs libres ou esclaves mariés à des Indiennes doivent payer leur tribut. Philipe II le 18 mai 1572.

9 Ces ordonnances ont été édictées à plusieurs reprises en Nouvelle-Espagne, notamment par Philippe II en 1563, 1578, 1581-1589, puis en 1600 par Philippe III. Recopilación de Leyes de Indias, livre 6, tit. 3, loi 22.

10 D’après R. Mousnier, la distinction sociale repose sur une hiérarchie de dignité et d’honneurs (Mousnier 1969).

11 Le terme de « qualité » était utilisé pour désigner les lignages, c’est pourquoi il était appliqué à différents types de populations vivant en Amérique. Selon le dictionnaire Autoridades, ce mot renvoie à la noblesse.

12 McAlister 1963, 363 ; cette idée esquissée par Konetzke a été reprise par Magnus Mörner : Mörner 1971 et 1974.

13 Israel 1980.

14 Bibliothèque Palafoxienne, BPM, Fondo Manuscritos. Allegationes Iuris. Ms. 19501-001.

15 Macehual : Indien du commun, travailleur, tributaire, vassal d’un seigneur. Mot d’origine nahua qui signifie celui qui travaille de ses mains ; cf. Alonso de Molina, Vocabulario en lengua Mexicana y Castellana, México, Porrúa, 19774, 50.

16 Siete Partidas, 4e partie, titre 21. De los Esclavos.

17 Castillo 2011.

18 Pragmática Sanción sobre Matrimonios Desiguales ; cf. Castillo 2001, chap. IV, p. 420 et Lavallé 2005.

19 AGN, Tributos, vol. 29 ; Exp. 1, fs. 159-168 v°, Mandamiento del Intendente Flon para establecer un método en el cobro de los tributos que deben los operarios de lo Real Fábrica de Tabacos de Puebla. 1793.

20 Crosby 1967, 321-337.

21 Le concept de la terre vierge de l’immunité et des populations isolées a été utilisé pour expliquer les effets catastrophiques de nouvelles maladies dans la population amérindienne. L’idée que les Indiens pouvaient être considérés comme des « terres vierges de l’immunité » a été largement discutée par l’historiographie américaine.

22 Crosby 1967, 321-337 ; Crosby 1976, 289-299. Il considère que la variole de 1738 a tué la moitié des Cherokees et que l’épidémie de 1759 a décimé la moitié des Catawbas. Rappelons que la pénétration britannique a eu lieu des siècles après la colonisation espagnole. En ce qui concerne le XVIe siècle en Nouvelle-Espagne, McCaa a évalué entre 10 et 50 % de perte de population par la variole, ce dernier étant le ratio le plus commun ; McCaa 1995, 123-136.

23 Buenaventura y Mendoza 1995.

24 Carroll 2000.

25 Sánchez Albornoz 1973.

26 AGI, Patronato, XX, 5, 24.

27 A. Farge a montré la richesse des sources judiciaires pour étudier la vie quotidienne des gens ordinaires qui vivaient dans les rues de Paris au XVIIIe siècle. Ce type de dossier nous a également permis de trouver des cas qui illustrent la vie et les mésaventures des Métis et des Mulâtres qui voulaient accéder à une meilleure catégorie pour obtenir un privilège (Farge 1989, Castillo et Kellogg 2005, 115-136).

28 Source : APSPCH, Libro de Bautismos de españoles y castas, 1722.

29 Carbajal 2008, 82-97.

30 Cramaussel 2012.

31 « El 27 junio de 1726 casé a Juan Moreno, al parecer español, hijo de Juan Moreno y de Juana de San Joseph con Pasquala María, india, hija legítima de Salvador de la Cruz y María Francisca », Archivo Parroquial de San Pedro Cholula. Libro de Bautizos, Matrimonios y Entierros. 1649-1725.

32 Castillo y González Hermosillo, 1991; Althouse 2005, 168.

33 APSPCH, Libro de Bautismos 1725.

34 On pourrait traduire ces termes par : « Là où tu te trouves, je ne te comprends pas, retourne en arrière. »

35 Source : APSPCH. Libro de Matrimonios de Españoles, mestizos y mulatos, 1674 et Libro de Bautismos de Españoles, mestizos y mulatos, 1677.

36 Hoffmann et Pascal 2006, 103-135.

37 Source : APSPCH. Recensements de la de la paroisse de San Pedro Cholula, 1782 et 1786.

38 Salinero (éd.) 2005, 14.

39 Aguirre Beltrán 1974, Aguirre Beltrán 1990, t. II, chap. XIV ; López Beltrán 2008.

40 APJCH, FCh. 1791, Juicio de Disenso interpuesto don Francisco Ximénes contra el enlace que pretende Miguel Toledo con Gertrudis Vázquez.

41 « Ser hombres de bien y cariblancos. »

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Juana de los Santos, Métisse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k
Légende Figure 2. – Généalogie de Mateo Congo.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 1. Du Métis et d’une Indienne, le Coyote (Miguel Cabrera, 1763). Katzew 2004, fig. 120 p. 191.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Figure 2. – Métisse et Mulâtre donnent un Mulato torna atrás (Miguel Cabrera, 1776). D’après Katzew 2004, fig. 81.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 3. – Mulâtre et Indienne donnent Zambaigo. Castillo de Chapultepec, Museo Nacional de Historia, INAH, Mexique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Figure 4. – Espagnol et Castiza donnent Espagnol. Colección Museo Nacional de Historia-INAH (MNH).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Figure 5. – Noir et Indienne donnent Lobo. D’après Katzew 2004, fig. 91.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Légende Figure 6. – Indien et Torna atrás donnent Lobo. Colección Museo Nacional de Historia-INAH (MNH).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540