Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Deuxième partie. Corps métis

Les cariblancos de balde ou la citoyenneté en faute : imaginaires du métissage avec le Noir au Chili, 1810-1860

María Eugenia Albornoz Vásquez

Résumé

En 1818 la république chilienne est proclamée. Des principes et des valeurs sont inculqués par des décrets et des lois pour modeler une « nouvelle société » citoyenne. Les « comportements coloniaux des sujets » apparaissent désormais dépassés : la société hiérarchisée dans laquelle les individus à la peau foncée étaient méprisés n’existe plus. Au-delà des déclarations politiques, les continuités et les changements d’une société qui passe d’un système colonial à un système républicain, se retrouvent dans des dossiers judiciaires pour injures. L’exploration de récits montre que les catégories de classification sociale « coloniales » pèsent encore. Elles réaffirment un ordre moral et social, hispano catholique, appuyé sur des critères de race et elles coexistent avec d’autres, surgies des « nouvelles règles » de la République : égalité devant la loi et vertu citoyenne. Ainsi, l’imaginaire colonial est vécu au quotidien car il est inscrit dans les corps. Cet article tient compte de cet ajustement politique et social et fait le constat d’une diversité inconfortable, d’un « métissage avec le Noir » chilien, impossible à lisser ou à effacer.

The first Chilean Constitution is proclaimed in 1818. The government is willing to enforce a new social order and impose principles and values through laws and decrees, to shape a new civic society. Henceforward, colonial behaviours seem obsolete: the hierarchical former social order, where dark-skin individuals were scorned, does not exist anymore. Nevertheless, beyond political statements, court cases for slanders and insults unveil the permanencies and differences carried by individuals who experienced the transition from colonial to republican order. The analysis of narratives thoroughly reveals colonial categories of social classification that still matter. These categories reassert a moral, social, hispanic and catholic order based upon racial criteria that assimilate the republican new rules: equality and virtues related to citizenship. The moral imaginative world available for every Chilean is thus part of everyday life for it is connected to the memory of the bodies. This article considers this social and political adjustment and highlights the existence of an awkward diversity: an indelible miscegenation with the black side of the Chilean society.

Texte intégral

***

  • 1 Cette notion ne devient un outil des sciences sociales qu’après 1980. Voir entre autres León Solís(...)
  • 2 Voir notamment San Martin 2010 et 2007 ; Cussen 2009 ; Gonzalez 2008 ; Mejias 2007.
  • 3 Fernández 2004.

1Au Chili, le terme métissage et le processus qu’il décrit ne sont pas en usage à l’époque coloniale ni républicaine1. En revanche, faisant l’impasse sur la population d’ascendance africaine, le mot « métis » désigne, dans les archives coloniales, le mélange d’Espagnol et d’Indien. L’historiographie chilienne du métissage n’aborde que récemment la composante noire, libre ou esclave2. Ces Métis, intentionnellement exclus du répertoire des corps, ont donc longtemps disparu de l’imaginaire chilien. « Présence effacée » de la vie et de la mémoire citoyenne républicaine, ils doivent néanmoins être connus et pensés, dans les pratiques et les représentations, surtout dans un pays où les élites et les modes de vie encouragent, sur la longue durée, le « bienfait » de la servilité et de la dépendance, du manque d’autonomie et de la dépolitisation des « gens de peu3 ». Nous aborderons ici, avec des dossiers judiciaires pour injures datant des soixante premières années du XIXe siècle, l’imaginaire colonial et républicain développé autour des Métis noirs (mulâtre ou moreno – noir et blanc ; pardo – mulâtre et métis de blanc et d’indien ; zambo – noir/mulâtre et indien).

Santiago 1819. Troquer les arguments coloniaux pour le langage républicain

  • 4 Archives Nationales Historiques du Chili, ANHCh, Fonds Capitainerie Générale, FCG, vol. 336, pièce (...)

2En février 1819, Doña María Díaz accuse Antonio Montaner, capitaine d’infanterie, son locataire, de l’avoir insultée. Devant le Directeur Suprême, elle déclare : « Moi qui suis une dame de classe j’ai été atrocement outragée en public, sans raison, et d’une manière si indigne et vile que même à l’égard d’une femme noire ce serait une énormissime injure4. » Dans le magasin de Montaner, où elle s’était rendue pour réclamer le loyer, elle se fit traiter, « entre autres mots immondes », de « Goth, hautaine, insolente, et femme d’un Goth qui à tous [les patriotes] avait arraché la cape des épaules ». Trois témoins attestent que Montaner a dit : « Qu’elle sorte de là, l’indécente. »

3Le terme « Goth » désigne les Espagnols monarchistes. Les mots « hautaine » et « insolente » sont adressés plutôt aux subordonnés irrespectueux. Dans son récit, María fait valoir que « des mots immondes » ne sortent pas de la bouche de quelqu’un de bien. Elle accuse aussi Montaner – qui se fait appeler « don », à l’instar des individus de plus haute condition sociale – d’inverser la hiérarchie sociale puisque l’indécence qu’il lui attribue est une qualité associée au bas peuple. Plus tard, devant l’Intendant et avec le conseil d’un avocat, María modifie ses arguments et assure que Montaner a tenté d’utiliser son sabre, ce qui témoigne de sa vilenie ; elle ne rehausse plus sa classe mais affirme : « Je suis une chilienne [d’]honneur, je n’ai rien commis contre la Patrie. »

4María se montre d’abord injuriée selon les codes de la période coloniale ; puis, devant les instances républicaines, elle s’adapte aux nouvelles exigences. Le vocabulaire et le ton changent : il n’est plus question de se comparer à une femme noire outragée mais de souligner l’ébranlement illégitime des rapports de force en défendant les Chiliens d’honneur et la Patrie. Les corps et les sensibilités sont les mêmes mais la citoyenneté d’une république qui tourne le dos à l’ordre colonial, au moins dans le discours, s’impose et oblige à dresser un tout autre portrait de soi.

  • 5 Selon nos estimations, car aucun recensement ne considère cette catégorie. Voir Carmagnani et Klei (...)

5Les paroles de María et de Montaner trahissent les tensions quotidiennes d’une adaptation obligatoire aux souhaits du nouveau régime qui veut façonner les comportements et les dires. Comment sont vécus par les habitants du pays les changements dans les usages sociaux, dans la façon de se nommer et de se situer soi-même ? Comment sont appréhendés ces étiquettes et ces codes culturels, lorsque les références politiques et sociales deviennent autres ? Quelle importance cela peut-il avoir dans un pays où la population métisse noire, libre et esclave, dépasse probablement 20 % en 18195 ?

L’imaginaire colonial autour du Métis noir et la réalité des Métis noirs au Chili vers 1810

  • 6 Les idées sur lesquelles s’appuient ces préjugés viennent de l’imaginaire occidental. Dans le cath (...)
  • 7 Voir entre autres Böttcher, Hausberger et Hering 2011 ; Carrasco 2011.

6Dans le Chili colonial et catholique, les infâmes à qui l’on refuse toute reconnaissance sont les Métis noirs, descendants d’une population arrivée comme esclave. Ces individus font partie du bas peuple et forment le groupe réputé capable des pires comportements6. La peau foncée renvoie à la position la moins respectable de toutes : l’esclavage par destin ou par héritage de la mère. En même temps, les élites chiliennes se disent « espagnoles », c’est-à-dire blanches, ayant un « sang sans tache7 ». Cette couleur renvoie à la pureté des catholiques et sert en métropole à écarter du pouvoir les convertis d’origine juive et musulmane. Puissante et cruelle, cette pratique de classement social et moral liant la généalogie, le lignage et la religion s’impose sur un continent dépourvu d’infidèles et se décline, toujours au nom du sang, non pas religieusement mais par les variations des couleurs de la peau.

  • 8 La Araucana, de Alonso de Ercilla y Zúñiga, est publiée en Espagne entre 1569 et 1589. Depuis la d (...)
  • 9 Pour une synthèse en français de la vie de ces deux individus, voir Zúñiga 2006.

7Au XVIe siècle, les idées de l’Espagne catholique esclavagiste sont reprises dans le poème épique La Araucana8. Pourtant, à cette même époque, dans cette colonie éloignée et pauvre, la population africaine pouvait s’inventer une autre place : deux esclaves, Juan Valiente et Cristóbal Varela, reçoivent chacun une encomienda en récompense de leurs « services à la couronne9 ». Ainsi, quand la fiction espagnole fait de la grossièreté et de l’infamie des caractéristiques essentielles pour les Noirs, en face desquelles elle place la dignité des Indiens mapuche, la réalité permet qu’un esclave noir devienne le maître d’Indiens, assure leur évangélisation et leur survie et puisse s’enrichir.

  • 10 Gomez 2005.
  • 11 Albornoz 2003, 2004 et 2008.
  • 12 Grubessich 1992 et 1996 ; Contreras 2006.
  • 13 Entre autres, Cussen 2009 et De Ramón 2006.
  • 14 L’affranchissement par voie testamentaire concerne plutôt les femmes domestiques ou les « criados  (...)
  • 15 Bernand 2010.
  • 16 Contreras 2011 et 2006 ; Zúñiga 2006.

8Dans les archives paroissiales, judiciaires et notariales, où se trouvent les traces écrites des Métis noirs, ils sont souvent nommés par d’autres, qui les classent dans des registres ou les blessent dans des disputes : ainsi, ils sont constamment rabaissés aux lieux symboliques du mépris, de la méchanceté et de la tromperie. À Santiago, entre 1672 et 1822, les insultes les plus récurrentes sont celles de Mulâtre et de Mulâtresse, portées comme stigmates10. La première renvoie aux tâches exécrables ; la seconde rattache en plus les femmes à la prostitution11. Toutefois, le mélange social se fait par les unions entre esclaves et libres12 et certains esclaves, œuvrant comme artisans, parviennent à se faire une bonne réputation et une petite fortune avec l’appui d’un réseau favorable13 ; cela leur permet de payer leur liberté et parfois celle d’un parent ou d’un proche14. De même, les réseaux d’artisans noirs et de Métis noirs, libres ou esclaves, se resserrent grâce aux confréries qui, à la différence d’autres villes du continent, ne sont pas organisées en fonction des nations d’origine15. Enfin, à cause du manque de ressources militaires de la couronne, certains corps de ville acceptent la formation des milices volontaires autofinancées de Pardos et de Morenos. Les individus qui les composent tiennent à la différence entre les deux types de milices car ils font de leur appartenance institutionnelle un objet de distinction et de fierté : on fait ainsi savoir que chacun, restant à sa place, agit en « bon sujet16 ».

  • 17 Par manque de place, nous ne développerons que la situation des Métis noirs libres.

9À partir des années 1810, les Noirs et les Métis noirs, libres et esclaves, participent, volontairement ou pas, comme soldats aux guerres d’indépendance. Avec l’instauration des républiques, la condition d’esclave disparaît progressivement. Au Chili, la « liberté des ventres » est décrétée en octobre 1811 ; à partir de 1812, la liberté des esclaves soldats est rendue possible en fonction de leur effort de guerre ; finalement, en 1823, l’esclavage est aboli. Ces trois situations génèrent de nouveaux mots : les « libertos », pour les premiers ; les « ingénus » (ingenuos) pour les deux autres17.

Devenir des enfants d’une patrie sans couleurs

  • 18 Voir El Monitor Araucano, tome I, n° 10, 29 avril 1813.

10Face au courage dont ils font preuve dans les batailles, les autorités patriotes décident d’accorder, en avril 1813, un autre nom au Bataillon de Pardos et Morenos, branche de l’armée constituée exclusivement de Métis noirs libres. Le critère de la couleur est abandonné en faveur de la fidélité à la terre locale : ils s’appellent désormais « Enfants de la Patrie ». Leur bataillon renvoyait à un mélange de sangs et donc au mépris qu’ils suscitaient ; les voici fils reconnus d’une mère en détresse. C’est la récompense que la guerre libératrice peut offrir, maigre écho de la grâce royale offerte au Noir esclave Juan Valiente (dont le patronyme signifie courage) au XVIe siècle : en république, ils gagnent l’effacement par décret de la qualité négative liée à la couleur de leur peau et au sang mélangé. La transformation sociale de ces hommes se fait ainsi par l’étiquette militaire. Les mots qui la justifient sont ceux de l’idéal de citoyenneté chilienne : mérite, vertu, amour, générosité, enthousiasme, effort18. C’est comme si, au moyen de ce baptême militaire et civil, les autorités patriotes faisaient naître une autre réalité, celle des discours capables d’effacer des imaginaires profonds et des pratiques coutumières. Mais le bataillon reste une unité militaire à part et surveillée par un sous-inspecteur, qui, selon le règlement, doit être blanc. Et malgré cette geste militaire qui signe une reconnaissance sociale, la désertion des armées patriotes demeure importante.

  • 19 León 2002 ; Valdés 1998.
  • 20 Vivanco 2010 ; Alarcón 2009.
  • 21 Contreras 2011, 71.
  • 22 Voir les listes dans El Monitor Araucano, en 1813 et 1814.

11La présence des Métis Noirs dans l’armée ainsi que la désertion des soldats sont longtemps délaissées par l’historiographie19 : aider de façon volontaire et organisée les élites dans leur lutte éclairée, d’une part, et abandonner la patrie en désertant, d’autre part, sont deux initiatives qui ne correspondent pas à l’idée historique d’un peuple indolent. Ces pratiques révèlent au contraire une habileté à échapper aux autorités, pourtant dépendantes de ces vétérans spécialisés. Surtout, la désertion montre combien sauver sa peau importe plus que suivre des plans continentaux d’une quelconque libération. Ceci est d’autant plus impératif que le bataillon des Métis noirs ne perçoit pas de salaire : ces hommes ne sont payés que lorsqu’ils participent directement aux actions de guerre20. Ils financent eux-mêmes leurs uniformes, équipements et ravitaillement et doivent assurer la survie de leurs familles restées en ville. Une mensualité extraite de leur paie est mise en gage avant de partir en mission et reversée à leurs proches restés à Santiago21. Les autorités appellent à la charité des patriotes et de nombreuses coopérations réunissent de quoi les habiller22. L’effort est énorme mais ne garantit pas, en cas de victoire, une reconnaissance pouvant effacer le mépris que la société leur adresse sans cesse.

La distinction de « don » pour quelques Métis noirs

  • 23 Voir El Monitor Araucano, 28 mars 1814.
  • 24 Feliu 1973 [1942] ; Contreras 2011.

12Pour rassurer et récupérer les hommes en fuite, le gouvernement invente une élite nouvelle au sein des méprisés en déclarant, en mars 1814, que l’ensemble des officiers du Batallón de Infantes de la Patria, c’est-à-dire des Métis noirs de grades supérieurs, peuvent bénéficier, comme le font les autres officiers des armées, de la distinction de « don ». Bien que cela soit présenté à la population comme une « grâce23 », ce n’est pas un cadeau mais une réponse à une pétition collective24. En effet, la distinction de « don » renvoie à une grâce royale coloniale. Octroyée individuellement et sur demande, elle requiert deux conditions : un dossier impeccable, témoin d’une généalogie dépourvue de mélanges de sangs et d’un parcours solide d’engagement envers les intérêts de la couronne et une importante somme d’argent, destinée à éveiller la piété du roi qui accorde alors une exception à l’ordre social. Une fois la grâce octroyée, un document officiel oblige tout le monde (fonctionnaires de l’administration et de la justice, curés, autorités locales, commerçants, militaires, etc.) à en faire usage, sous peine de châtiment. C’est donc une distinction de type juridique qui place un individu au-dessus des autres, favorise la convoitise comme les alliances en obligeant au respect, à la préférence et à des bénéfices.

  • 25 Contreras 2011.

13Parce qu’ils ont versé leur sang et exposé leur vie, certains Métis noirs accèdent alors à un statut social inédit, sans avoir à prouver leurs mérites généalogiques. Remarquable, l’ascension sociale est permise par le courage et la fidélité, les mêmes causes qui, presque un an auparavant, ont donné lieu au changement de nom du bataillon. Par des paroles performatives émanant d’un pouvoir militaire construit et imposé dans l’urgence, des Métis noirs intègrent le groupe de privilégiés ; au dernier rang, très certainement, mais privilégiés. Artisans, libres, membres distingués de ce Bataillon des Mulâtres devenu Bataillon d’Enfants de la Patrie, ils sont mariés à des femmes esclaves et ont des enfants esclaves25. Nombre de ces soldats volontaires ont donc des liens étroits avec des esclaves et la reconnaissance dont ils bénéficient désormais peut profiter à leurs proches pour obtenir la liberté.

Représentations républicaines des Métis noirs : anciens soldats

  • 26 Klachko 2006.

14Les observateurs étrangers et les officiers de la fameuse Armée des Andes (1814-1821) s’accordent pour dire combien les deux milles Métis noirs, soldats, cuisiniers ou musiciens qui y participent, sont les plus audacieux et les plus courageux26. Ils ont en effet grand intérêt à se faire remarquer : s’ils sont esclaves, pour mériter la liberté promise ; s’ils sont Métis noirs libres, pour être promus et recevoir le traitement de « don ».

  • 27 Departamento de Historia del Ejército de Chile 2005.
  • 28 Bernand 2010.

15Cette participation morena aux corps d’infanterie de l’armée est représentée par José Tomás Vandorse dans un tableau peint en 1852 intitulé La bataille de Chacabuco27. Probablement formé à Santiago en 1830 et inspiré de récits et de mémoires, il laisse une empreinte indélébile de la présence des Métis noirs, qu’il situe au premier plan. Cependant, de nombreuses générations, ayant pu voir ce tableau acquis par le Musée National Historique de Chili en 1921, n’ont prêté attention qu’aux beaux uniformes. Ce réflexe est une façon très chilienne de faire l’impasse sur des réalités dérangeantes qui, selon Carmen Bernand, saute pourtant à la vue à chaque visite au panthéon de la « chilénité28 ».

Cauquenes, 1840. La couleur métisse et le poids des héritages mêlés

  • 29 ANHCh, Fonds Judiciales de Provincia, FJP, Cauquenes, Liasse 118, pièce 9, 5 f °.

16Début mai 1840, à Cauquenes, situé à environ 400 km au sud de la capitale, José Cisternas, capitaine d’infanterie, porte plainte pour injures, après avoir su qu’en son absence, José Pizarro, propriétaire de bétail, a déclaré devant d’autres hommes que « ces Cisternas sont des mulâtres et des zambos29 ». Pour l’offensé, ces insultes constituent une « calomnie injuste » contre son frère, candidat à l’une des charges électives du gouvernement municipal : le doute jeté sur le « lignage » d’une famille « sans tache », « parmi la première classe du village et de toute la République », compromet son avenir, ruinera la carrière politique de son frère et cet échec atteindra la réputation de tous. Trois témoins complètent : Pizarro aurait dit « chiens métis de noir et d’indien » et non « mulâtres » ; il se serait justifié en arguant qu’il était d’usage au village de nommer ainsi les Cisternas ; il aurait dit ces mots emporté par la colère contre les frères Cisternas, qui lui réclamaient le retour de quelques vaches qu’il gardait dans ses enclos. Le juge municipal ne sait pas comment traiter l’affaire et demande conseil à son supérieur hiérarchique, le Juge Lettré de la ville de Talca. Celui-ci propose une procédure orale pour éviter la discussion sur l’histoire familiale de Cisternas car « il n’est pas dans l’intérêt du public de découvrir son lignage ». Lors du procès-verbal tenu à Cauquenes le 22 juin 1840, Pizarro refuse de retirer ses paroles et se voit condamné à verser une forte somme à Cisternas.

17Cette affaire révèle ce que l’historiographie a longtemps passé sous silence, à savoir que la stigmatisation du Métis noir est toujours en vigueur dans l’imaginaire de 1840 et les citoyens chiliens métis noirs, appartenant pourtant à l’armée qui les protège institutionnellement, en raison de leurs histoires familiales, ne sont pas comme les autres. Ils sont des « frères mineurs », ainsi qu’on les nomme depuis 1813, dont la réputation reste fragile lorsqu’ils souhaitent candidater aux charges municipales électives. Le poids réel de cet héritage n’est par conséquent pas allégé ou modifié par des discours ni des règlements, malgré la volonté de faire disparaître les distinctions sociales avec le changement de régime politique.

La société et ses étiquettes : quelques « beneméritos » parmi la foule de citoyens

  • 30 Anguita 1912.

18Le 22 mars et le 15 septembre 1817, deux décrets30 effacent une mémoire élitiste pour construire un avenir collectif qui interdit de faire ostentation des écus, armes et signes de noblesse ou d’exiger d’en faire usage. Les expressions faisant allusion à un privilège social lors des rencontres entre individus sont traquées et les privilèges des plus hauts membres de la société, pour la plupart associés aux royalistes, sont annulés. Tout patriote doit se faire remarquer dans l’accomplissement de ses devoirs et tous les habitants du pays sont ramenés au statut de « simples citoyens », parmi lesquels la vertu doit régner. Mais les distinctions sociales sont préservées au sein de l’armée et les officiers du Bataillon d’Enfants de la Patrie, citoyens chiliens métis noirs, conservent l’usage du « don ».

  • 31 Ibid.

19Le 3 juin 1818 les catégories juridiques coloniales « espagnol » et « indien » sont abolies31 au profit d’une seule : celle des Chiliens. En revanche, rien n’est dit des différents Métis, dépourvus d’existence juridique coloniale, et l’on ne songe pas à abolir une distinction culturelle et sociale qui repose sur la couleur de la peau. Le gouverneur précise que les « castas » (terme qui renvoie aux personnes métisses) ne sont plus « mauvaises ». C’est donc avant tout à un changement moral, orchestré par les autorités qui administrent les vertus et les défauts, que les habitants de la nation sont à présent tenus.

  • 32 Constitution de 1818, article 5, chap. 2.

20L’annonce d’une société égalitaire se veut prometteuse et les autorités ont intérêt à dire que les Chiliens républicains sont de bons patriotes. Mais une nouvelle notion est ajoutée, celle de « vrai patriote » qui permet de distinguer parmi les « égaux » : « Tout individu qui se glorifie d’être un vrai patriote, doit honorer ses obligations envers Dieu et les hommes, en étant vertueux, honnête, généreux, bon père de famille, bon enfant, bon ami, bon soldat, obéissant à la loi et demeurant un fonctionnaire fidèle, désintéressé et zélé32. » En outre, le maintien de l’esclavage crée immédiatement une exception de fait : il existe tout un ensemble de « non égaux » chiliens.

  • 33 Peralta 2009.
  • 34 Pinto et Valdivia 2009. Nous regrettons que le « couple Métis noirs »/« citoyenneté chilienne » ne (...)

21Une fois les valeurs réaffirmées, les idéaux posés et les grandes fortunes rassurées sur leurs acquis, des décrets précisent les usages de la façon de nommer les habitants du pays. Il s’agit de lisser les rancunes et les envies sociales. Qu’en est-il des Métis noirs ? Ils peuvent s’assimiler aux nouvelles catégories, celle de « patriote », de « citoyen », de « chilien ». Cependant, sauf exception, les Métis noirs, nommés « ingénus » ou « enfants de la patrie », ou « ingénus civils » (tel les affranchis par la loi de 1823), se contentent de places de second ordre – petits artisans, domestiques, serviteurs, journaliers à tout faire sous la protection de quelqu’un qui peut « payer » pour eux, voire « répondre » en leur nom de leurs fautes ou manques : ils deviennent des « citoyens passifs », selon l’expression utilisée en 1811 par Juan Egaña, pour nommer la masse d’hommes asservis qui ne peuvent prendre part à la vie politique. Cette séparation entre citoyens passifs et citoyens actifs est au fondement des catégories morales et des comportements des habitants du Chili : d’un côté, les citoyens pouvant exercer pleinement leurs droits de vote et de participation politique ; de l’autre, le reste des Chiliens, incapables par naissance ou par circonstance33, mais utiles pour faire la guerre, travailler et user leurs corps pour le bienfait du pays. Ainsi, les Métis noirs existent avec un mélange ambigu de reconnaissance et de mépris, de dépendance et d’infantilisation34.

22Le langage politique imposé pénètre les usages avec force pour faire une place aux citoyens « beneméritos ». De nombreux hommes et femmes, dans les procès judiciaires, font précéder leurs noms du terme « citoyen », là où auparavant on avançait sa qualité et sa condition. Mais la notion de « bon citoyen » est réservée au monde masculin : il s’agit de distinguer des hommes admirables, afin d’établir une hiérarchie civique des vertus masculines en lien avec l’exercice de la citoyenneté, comprise à la fois comme vie citadine et vie politique. Cette idée est reprise par les constitutions, qui octroient au Congrès et au Président la faculté de nommer des « bons citoyens ». Les candidats – chiliens, citoyens actifs et propriétaires – sont proposés par les autorités des gouvernements municipaux, qui dressent dans leurs registres des listes de leurs compatriotes et surveillent la moralité de la population. Les mots de cette reconnaissance rejoignent la notion de « vertu civique » et « d’amour de la patrie » ; on parle alors de citoyens « beneméritos ». La constitution de 1823 précise les conditions que ces hommes doivent réunir pour être qualifiés (don de son temps, de son corps et de ses talents ; moralité catholique sans tâche ; reconnaissance par les pairs et dévouement pour le pays, ainsi que propriété d’un patrimoine, d’une industrie et/ou possession d’une culture raffinée ou d’un savoir spécialisé permettant d’enseigner dans un domaine particulier).

  • 35 Feliu 1973 [1942].
  • 36 Arancibia 2005.
  • 37 Ibid.

23Il n’y a pas de place pour les ingénus civils et les frères cadets au faible patrimoine et à la moindre éducation. En 1832, José Romero (1794-1858), ancien soldat des guerres d’indépendance, mulâtre et fils bâtard d’un homme riche, est nommé Gardien en Chef du Congrès, charge octroyée en vertu de son rôle de Garde de Corps des envoyés du Pape venus au Chili en 1822 (Mission Mussi)35. Depuis, il est l’intermédiaire du bas peuple : il demande de l’argent aux députés et sénateurs afin d’aider les plus pauvres36. Ce portrait exceptionnel dépeint le mépris et la méfiance : il prouve que, grâce à la république, un Métis noir bâtard peut devenir un homme « de bien ». Cumulant les tâches de garde de corps et gestionnaire de la charité, le mulâtre bâtard Romero remplit le rôle idéal pour les Métis noirs : se rendre utile à la Patrie en restant à sa place. Aussi, son effort guerrier, sa fidélité et sa bienveillance auprès des démunis font de lui un modèle catholique : son corps habillé d’un uniforme orne l’institution la plus réputée de la république, qu’il honore tel un serviteur dévoué. Pour les Métis noirs ayant combattu lors des guerres d’indépendance, la seule manière d’être « benemérito » est de se faire remarquer en rappelant à chaque fois leur sang versé : ils doivent afficher l’héroïsme de leurs corps métis noirs37. Dans la mémoire du pays, le noir de la peau et en particulier le noir du visage continue à signifier une faute morale, un doute dans l’idoinéité des capacités individuelles pour « bien agir » en société. C’est une permanence qui tarde à disparaître malgré les efforts des élites de taire la mixité d’une population d’origine mélangée qu’elles considèrent ignorante, infantile et oisive.

San Felipe 1855. Dénoncer les failles : los « cariblanco de balde »

  • 38 ANHCh, FJP, San Felipe, Caisse 7, Criminels, s/n, « Francisco Garate contra Pedro Molina », 100 f (...)

24En mai 1855, dans les alentours de la ville de San Felipe, à quelque 200 km au nord-ouest de la capitale, deux hommes se disputent violemment38. Juché sur son cheval, un propriétaire puissant, Pedro Rosauro Molina, frappe à plusieurs reprises, à la tête et sur le corps, Francisco Garate, un pauvre boiteux, assez âgé. À peine remis des coups, Garate accuse son agresseur de mauvais traitements devant le juge le plus important de la région, auprès de qui, en même temps, Molina accuse Garate d’injures : le juge en fait alors une même affaire. Les témoignages de l’une et de l’autre partie précisent que Molina, qui accusait Garate d’avoir volé du bétail, est arrivé vers lui au galop, très en colère, l’a attaqué et insulté. Ils soulignent aussi la capacité de parole et le courage de Garate : tout en essayant d’éviter les coups de Molina et les sabots du cheval, il tançait son agresseur et son comportement moralement répréhensible connu dans la région (abus, tromperie, vol). Sa voix forte l’a sauvé de la mort puisque les passants ont mis fin à l’agression. Après un long procès, mêlant près de quarante personnes devant les justices régionale et nationale, Molina est finalement condamné à verser une compensation à Garate.

  • 39 L’historien Diego Barros Arana, né en 1830, écrit dans ses mémoires : « dans notre enfance, nous n (...)

25Un témoin, Mauricio Báez, note que Garate a accusé Molina d’être « un cariblanco de balde », c’est-à-dire « quelqu’un au visage vainement blanc ». Il est le seul à dévoiler ce que les autres désignent seulement comme l’injure « la plus atroce ». Garate, paysan et majordome, est probablement vétéran des guerres d’indépendance : son corps âgé et boiteux a peut-être souffert pour libérer le pays d’un ordre où la blancheur de la peau est érigée en marque d’excellence39. Face à la violence de Molina, dont le visage est blanc, sa parole résistante dit l’association de la peau pigmentée à la méchanceté : Garate le traite de cariblanco de balde, laissant entendre qu’il est mauvais, donc « vainement blanc ». Ainsi, quarante ans après l’effacement de l’ordre colonial, l’ombre de qualité morale liée à la couleur de peau plane encore. Les figures morales du blanc et du noir, bon ou mauvais, sont utilisées pour remettre en question un homme puissant, en lui rappelant combien il devrait honorer les vertus de sa blancheur. L’héritage colonial du noir, la masculinité, la moralité et la citoyenneté sont par conséquent intimement liés dans l’imaginaire du Chili républicain au milieu du XIXe siècle.

Le Chili, ses citoyens et les corps métis avec le Noir : construire une république… incolore ?

26Lorsque le monde des Métis noirs apparaît dans les procès pour injures des débuts de la république, en 1819, les insultes et expressions blessantes évoquent la hiérarchie associée au mélange colonial. En 1840, la peur de se voir méprisé en raison de la couleur de peau fait naître une demande de justice pour une famille mise en cause, sous peine de ne pouvoir accéder aux charges politiques locales. En 1855, la vivacité du modèle d’homme vertueux associé au visage blanc montre combien les représentations de l’Espagnol, de l’Indien et des « castas » hantent le quotidien.

27L’élan réformateur républicain chilien, drastique, cherche à mettre en place une société où les habitants ne se reconnaissent plus en fonction de leur peau mais de leurs comportements et de leur soumission à la Patrie. Les nuances de cette société métisse et des corps qui la composent, notamment de ceux qui ont vécu le changement de régime, ne sont plus des critères d’identification. Elles cèdent la place à une méritocratie imposée par les discours politiques et les constitutions, ancrée dans la citoyenneté et garantie par les pères protecteurs de la nation. La mixité et la variété sont alors balayées du langage républicain. La citoyenneté chilienne incolore des élites délivrées du joug monarchique, repose sur la fraternité, la force de travail et la servilité des esprits, liés par un amour filial envers la mère patrie. La citoyenneté chilienne attend, fidèle, ingénue et immature, qu’on lui dicte sa voie. Et entre-temps, elle se rêve blanche, moralement excellente, à l’instar de ses élites.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Alarcón Bustos C. (2009), « Soldados sin ejército : la vida de la emigración militar patriota en las provincias unidas del Rio de la Plata (1814-1817) », Cuadernos de Historia Militar, Departamento de Historia Militar, Ejército de Chile, no 5, p. 29-74.

Albizu-Labbé F. (1994), « El mestizaje chileno como mito histórico-cultural », Métissages en Amérique Latine. Ibérica, Nouvelle Série, no 3, p. 13-34.

Albornoz Vásquez M. E. (2003), Violencias, género y representaciones : la injuria de palabra en Santiago de Chile (1672-1822), thèse de magister en Études de Genre et Culture, Santiago, Universidad de Chile, Facultad de Filosofía y Humanidades.

Albornoz Vásquez M. E. (2004), « La injuria de palabra en Santiago de Chile, 1672-1822 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, no 4, rubrique Colloques, http://nuevomundo.revues.org/240.

Albornoz Vasquez M. E. (2008), « Corps de femme et couleurs de peau : de l’injure au Chili en 1739 », Clio, Histoire, Femmes et Société, « Amériques métisses », vol. 27, p. 153-167.

Anguita E. (1912), Leyes promulgadas en Chile desde 1810 hasta el 1o de junio de 1912, 2 tomes, Santiago, Imprenta, Litografía y Encuadernación Barcelona.

Arancibia Floody C. (2005), « Un soldado de la Independencia », Revista de Historia Militar, Departamento de Historia del Ejército de Chile, no 4, p. 14-16.

Bernand C. (2010), « Los olvidados de la revolución : el Río de la Plata y sus negros », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, no 10, rubrique Colloques, http://nuevomundo.revues.org/58416.

Biotti Silva A. (2010), « Hacia una historia de la cultura escrita de Chile. Los devenires de La Araucana de Alonso de Ercilla. Santiago, 1569-1888 », Revista de Historia Social y de las Mentalidades, Universidad de Santiago, vol. 14, no 2, p. 217-233.

Böttcher N., Hausberger B. et Hering Torres M. S. (coord.) (2011), El peso de la sangre. Limpios, mestizos y nobles en el mundo hispánico, Ciudad de México, El Colegio de México.

Carmagnani M. et Klein H. S. (1965), « Demografía Histórica : la población del Obispado de Santiago. 1777-1778 », Boletín de la Academia Chilena de la Historia, no 72, p. 57-74.

Carrasco R., Molinié A. et Perez B. (dir.) (2011), La pureté de sang en Espagne. Du lignage à la « race », Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne.

Contreras Cruces H. (2006), « Las milicias de pardos y de morenos libres de Santiago de Chile en el siglo XVIII, 1760-1800 », Cuadernos de Historia, Universidad de Chile, no 25, p. 93-117.

Contreras Cruces H. (2011), « Artesanos mulatos y soldados beneméritos. El Batallón de Infantes de la Patria en la Guerra de Independencia de Chile, 1795-1820 », Historia, (PUC), no 44, vol. 1, p. 51-89.

Cussen C. (éd.) (2009), Huellas de Africa en América : perspectivas para Chile, Santiago, Ed. Universitaria/Fondo de Publicaciones Americanistas/Facultad de Filosofía y Humanidades, Universidad de Chile.

De Ramón Acevedo E. (2006), « Artífices negros, mulatos y pardos en Santiago de Chile : siglos XVI y XVII », Cuadernos de Historia, Universidad de Chile, no 25, p. 59-82.

Departamento de Historia del Ejército de Chile (2005), « La batalla de Chacabuco, cuadro de José Tomás Vandorse C. (1852) », Revista de Historia Militar, no 4, p. 52-53.

Feliu Cruz G. (1973), La abolición de la esclavitud en Chile, Santiago, Ed. Universitaria, Colección Imagen de Chile, [1re éd. 1942].

Fernández Abara J. R. (2004), « Los orígenes de la guardia nacional y la construcción del ciudadano-soldado (Chile, 1823-1833) », Mapocho. Revista de Humanidades, no 56, p. 313-327.

Gomez A. (2005), « El estigma africano en los mundos hispano-atlánticos (siglos XIV al XIX) », Revista de Historia, Universidad de Sao Paulo, no 153, p. 139-179.

Gonzalez Undurraga C. (2008), « La vida cotidiana de las esclavas negras : espacio doméstico y relaciones familiares en Chile colonial », in Montecino Aguirre S., (comp.), Mujeres chilenas. Fragmentos de una historia, Santiago, Editorial Catalonia/Catedra Género Unesco/CIEG/Universidad de Chile, p. 41-54.

Grubessich Sandoval A. (1992), « Esclavitud en Chile durante el siglo XVIII : el matrimonio como una forma de integración social », Revista de Historia, Universidad de Concepción, vol. 2, p. 115-128.

Grubessich Sandoval A. (1996), « Rasgos de la transformación social chilena en el siglo XVIII », Cuadernos de Historia, Universidad de Chile, no 15, p. 183-200.

Klachko Rotman M. (2006), « Le rôle de l’armée dans le processus de libération d’esclaves au Rio de la Plata : le cas des “libertos” de Buenos Aires (1806-1821) », in Bernand C. et Stella A. (éd.), D’esclaves à soldats. Miliciens et soldats d’origine servile. XIIIe-XXIe siècles, Paris, L’Harmattan, p. 279-300.

León Solís L. (2002), « Reclutas forzados y desertores de la Patria : el bajo pueblo chileno en la guerra de la Independencia, 1810-1814 », Historia (PUC), no 35, p. 251-297.

Madero M. (1992), Manos violentas, palabras vedadas. La injuria en Castilla y León (siglos XIII-XV). Prólogo de Jacques Le Goff, Madrid, Taurus Humanidades.

Mejias Navarrete E. (2007), « La esclavitud doméstica en sus prácticas : los esclavos y su constitución en personas. Chile 1750-1820 », Fronteras de la historia, ICANH, vol. 12, p. 119-150.

Montecino Aguirre S. (2007), Madres y huachos. Alegorías del mestizaje chileno, Cuarta edición ampliada y actualizada, Santiago, Catalonia [1re éd. 1999].

Peralta Cabello P. (2009), « Ni por la razón, ni por la fuerza. El fallido intento del Estado nacional por incorporar a los pueblos mapuche y pehuenche (1810-1835) », Revista de Historia Social y de las Mentalidades, Universidad de Santiago, vol. 13, no 1, p. 55-85.

Pinto Vallejos J. et Valdivia Ortiz de Zárate V. (2009), ¿ Chilenos todos ? La construcción social de la nación (1810-1840), Santiago, LOM Ediciones.

Ruiz Rodríguez C. (2000), « El mestizaje en Chile : aspectos ideológicos », in Historia de las mentalidades. Homenaje a Georges Duby. Monografías de Cuadernos de Historia no 1, Santiago, Departamento de Ciencias Históricas, Facultad de Filosofía y Humanidades, Universidad de Chile, p. 245-267.

San Martin Aedo W. (2007), « Esclavitud, libertades y resistencias. Hacia una propuesta integrativa a las condiciones de la negritud en Chile, siglo XVIII », Summa Historiae, Revista de Estudios Latinoamericanos, Universidad Nacional Mayor de San Marcos, Lima, no 2, p. 195-209.

San Martin Aedo W. (2010), « Colores oscuros y estatus confusos. El problema de la definición de categorías étnicas y de estatus de “esclavo” y “libre” en litigios de negros, mulatos y pardos », in Araya Espinoza A. et Valenzuela Marquez J. (dir.), América colonial. Denominaciones, clasificaciones e identidades, Santiago, RIL Editores, p. 257-284.

Sepúlveda A. (2007), Bernardo, una biografía de Bernardo O’Higgins, Santiago, Vergara/Edicones B.

Silva Castro R. (1953), Censo de 1813 levantado por Juan Egaña, Santiago, Archivo Nacional.

Tardieu J.-P. (2010), « El negro de la deshonra en La Araucana de Alonso de Ercilla y Zúñiga (1569-1589) », Boletín de Antropología, Universidad de Antioquia, Medellín, vol. 24, no 41, p. 134-148.

Valdés Urrutia M. (1998), « La deserción en el ejército patriota durante la guerra de la Independencia de Chile : 1813-1818 », Revista Chilena de Historia y Geografía, no 164, p. 103-126.

Vidal V. (1982), « La presencia africana en Chile », Araucaria de Chile, no 18, p. 93-105.

Vivanco Cifuentes C. E. (2010), « La actuación del Batallón de Infantes de La Patria durante La Patria Vieja, 1810-1814 », Cuadernos de Historia Militar, Departamento de Historia Militar, Ejército de Chile, no 6, p. 7-28.

Zúñiga J.-P. (1999), « La voix du sang. Du métis à l’idée du métissage en Amérique espagnole », Annales, Histoire, Sciences Sociales, vol. 54, no 2, p. 425-452.

Zúñiga J.-P. (2006), « Africains aux antipodes. Armée et mobilité sociale dans le Chili colonial », in Bernand C. et Stella A. (éd.), Miliciens et soldats d’origine servile, XIIIe-XXIe siècles, Paris, L’Harmattan, p. 115-132.

Notes

1 Cette notion ne devient un outil des sciences sociales qu’après 1980. Voir entre autres León Solís 2002 ; Ruiz Rodríguez 2000 ; Zúñiga 1999 ; Montecino 2007 [1999] ; Albizu-Labbé 1994.

2 Voir notamment San Martin 2010 et 2007 ; Cussen 2009 ; Gonzalez 2008 ; Mejias 2007.

3 Fernández 2004.

4 Archives Nationales Historiques du Chili, ANHCh, Fonds Capitainerie Générale, FCG, vol. 336, pièce sans numération, f ° 355-359. Nous remercions Carolina González Undurraga pour l’excellente transcription.

5 Selon nos estimations, car aucun recensement ne considère cette catégorie. Voir Carmagnani et Klein 1965 ; Silva 1953

6 Les idées sur lesquelles s’appuient ces préjugés viennent de l’imaginaire occidental. Dans le catholicisme médiéval, la peau obscure et les traits africains renvoient à des lieux pénibles. De l’essence du Mal, domaine de Satan, tentation et perdition, nourries de l’absence de lumière (lieux des ténèbres, de l’obscur et du noir), valident son empreinte sur une portion de l’humanité à l’aide du dogme biblique, où le récit fait des héritiers de Cham et de son fils Canaan, à la peau noire, des « marqués » à perpétuité, « destinés à l’esclavage ». Madero 1992. Voir Genèse 9, 18, 20-27.

7 Voir entre autres Böttcher, Hausberger et Hering 2011 ; Carrasco 2011.

8 La Araucana, de Alonso de Ercilla y Zúñiga, est publiée en Espagne entre 1569 et 1589. Depuis la décennie 1880, cet ouvrage, considéré par les Gouvernements comme « la » lecture des familles chiliennes, prône les « deux races fondatrices du pays », l’espagnole et l’indienne. Voir Biotti 2010. Vidal, en 1982 et Tardieu, en 2011, à propos des personnages Caupolicán et Glaura et de leur rencontre avec des Noirs, analysent la profonde influence de ce poème dans l’imaginaire de la société chilienne à l’égard des Noirs.

9 Pour une synthèse en français de la vie de ces deux individus, voir Zúñiga 2006.

10 Gomez 2005.

11 Albornoz 2003, 2004 et 2008.

12 Grubessich 1992 et 1996 ; Contreras 2006.

13 Entre autres, Cussen 2009 et De Ramón 2006.

14 L’affranchissement par voie testamentaire concerne plutôt les femmes domestiques ou les « criados » (nom donné aux enfants reçus, nourris et logés à la maison en échange de leur fidélité, forme de servitude à vie).

15 Bernand 2010.

16 Contreras 2011 et 2006 ; Zúñiga 2006.

17 Par manque de place, nous ne développerons que la situation des Métis noirs libres.

18 Voir El Monitor Araucano, tome I, n° 10, 29 avril 1813.

19 León 2002 ; Valdés 1998.

20 Vivanco 2010 ; Alarcón 2009.

21 Contreras 2011, 71.

22 Voir les listes dans El Monitor Araucano, en 1813 et 1814.

23 Voir El Monitor Araucano, 28 mars 1814.

24 Feliu 1973 [1942] ; Contreras 2011.

25 Contreras 2011.

26 Klachko 2006.

27 Departamento de Historia del Ejército de Chile 2005.

28 Bernand 2010.

29 ANHCh, Fonds Judiciales de Provincia, FJP, Cauquenes, Liasse 118, pièce 9, 5 f °.

30 Anguita 1912.

31 Ibid.

32 Constitution de 1818, article 5, chap. 2.

33 Peralta 2009.

34 Pinto et Valdivia 2009. Nous regrettons que le « couple Métis noirs »/« citoyenneté chilienne » ne soit pas abordé dans ce remarquable travail sur la construction de la nation chilienne.

35 Feliu 1973 [1942].

36 Arancibia 2005.

37 Ibid.

38 ANHCh, FJP, San Felipe, Caisse 7, Criminels, s/n, « Francisco Garate contra Pedro Molina », 100 f °.

39 L’historien Diego Barros Arana, né en 1830, écrit dans ses mémoires : « dans notre enfance, nous ne connaissions aucun homme de 35 à 50 ans, parmi les majordomes et les paysans, parmi les artisans et les domestiques, qui n’ait été soldat, plus ou moins longtemps pendant la guerre d’indépendance », Sepúlveda 2007, 304.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540