Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Deuxième partie. Corps métis

Corps métis

Texte intégral

1Après avoir exploré plusieurs acceptions du concept de métissage, ce quiprès dégageait la pluralité des pratiques du penser des métissages, nous avons voulu centrer la discussion sur le corps métis, corps par lequel, dans lequel, se vivait et se vit d’abord le métissage.

2La partie s’ouvre sur une analyse du corpus hippocratique : Évelyne Samama nous permet de comprendre que dans cette tradition médicale, le corps humain en bonne santé est précisément le résultat d’un mélange équilibré de propriétés auxquels sont agrégés les quatre éléments (air, feu, terre et eau) ; les médecins et les philosophes antiques ont progressivement développé une construction complexe autour de la composition du corps humain qui serait donc, par essence, mélange. Sortant du corps de l’individu, la réflexion se prolonge par le statut du fruit des unions mixtes dans divers contextes socio-historiques. Les corps métis ont été intentionnellement exclus du répertoire des corps, et ont donc longtemps disparu de l’imaginaire chilien comme l’analyse Maria Eugenia Alborno Vasquez dans le Chili de la première moitié du XIXe siècle. L’auteur pose la question des différentes formes de citoyenneté métisses via l’exploration de récits judiciaires et montre que les catégories de classification sociale « coloniales » affirment un ordre moral et social, hispano-catholique, qui coexiste alors avec d’autres catégories issues des « nouvelles règles » de la République en affirmation. C’est cette même question de la place des corps métis dans des corps sociaux en construction que Norma Angélica Castillo Palma évoque dans le contexte de la Nouvelle Espagne (XVIe-XVIIIe siècles) : si en théorie, les Indiens étaient séparés des Espagnols, des Métis, des Mulâtres et des Noirs, de fait, cette séparation n’a pas strictement eu lieu, ce qui a rendu possible des unions d’où émergea un troisième groupe, celui des Métis, avec sa charge d’ambiguïtés sociales et juridiques. Elle interroge donc la construction des identités face à la variation des catégories des personnes et du système de castes qui ont engendré des unions mixtes. Quelle catégorisation, quelle dénomination pour quels droits de cité ? Le droit de cité et la difficulté de naître et d’exister dans cet entre-deux douloureux que peut être le métissage est abordé par la psychologie clinique dans la contribution que nous offre Sonia Gérard. Elle aborde le métissage comme un phénomène psychosocial d’élaboration du moi, pouvant s’appuyer sur un substrat biologique dans le cas d’un couple mixte, mais dépassant toujours ce substrat à partir du moment où sont convoquées les catégories psycho-sociales renvoyant à l’identité et à l’altérité. La parole recueillie est aux sources de l’analyse.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540