Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Première partie. Étymologie, concept

Ségrégation urbaine et mixité sociale versus métissage. Réflexions sur l’historiographie urbaine contemporaine

Loïc Vadelorge

Résumé

Alors que les sociétés urbaines deviennent objectivement complexes à l’époque contemporaine, les historiens de la ville emploient peu le terme de métissage. Ils préfèrent le terme de mixité sociale qui renvoie à l’idée de simple juxtaposition des populations dans l’espace urbain. L’objectif de cet article est d’expliquer comment l’utilisation des métaphores (métissage, mixité sociale) s’inscrit à la fois dans les effets de mode propres à une époque et dans l’héritage historiographique d’une discipline comme l’histoire urbaine. On montre tout d’abord que l’usage de métissage par les historiens de la ville dérivait de l’histoire des villes coloniales et de la problématique du modèle républicain appliqué à la ville complexe de la fin du XXe siècle. On montre ensuite que la préférence du terme de mixité sociale et de celui connexe de ségrégation traduit l’influence des politiques publiques sur la construction des objets historiques et le poids de l’héritage d’une histoire sociale qui a longtemps raisonné en termes d’oppositions de classes plus qu’en termes d’interactions.

While the urban societies become objectively more and more complex in the contemporary period, french urban contemporary history use little the term of “métissage” to describe it. It prefers the term of “mixité sociale” which sends back at the idea of simple juxtaposition of the populations in the urban space. The purpose of this report is to explain how the use of the metaphors (“métissage”, “mixité sociale”) joins at the same time in the effects of fashion and in the historiographical inheritance of a discipline as urban history. We show first of all that the use of “métissage” by urban history derived from the history of the colonial cities and from the problem of the republican model applied to the complex city of the end of the XXth century. We show then that the preference of the term of “mixité sociale” and that related of segregation translates the influence of the public policies on the construction of the historic objects and the weight of the inheritance of a social history which argued for a long time in terms of oppositions of classes more than in terms of interactions.

Texte intégral

***

1On sait depuis longtemps que les écrivains autant que les observateurs sociaux contribuent à forger le lexique des mots de la ville. Autant alors convenir de la relative banalisation dans le vocabulaire contemporain de la notion de métissage, repérable en particulier dans l’emploi courant de l’adjectif métis/métisse. Un exemple parmi d’autres nous servira ici de point d’ancrage. Dans Les marins perdus (1997) le romancier Jean-Claude Izzo évoque les aventures de trois marins, un Grec, un Libanais et un Turc, dont le navire est bloqué en rade de Marseille pour cause de faillite de l’armateur. Izzo, comme dans la plupart de ses livres, fait de la capitale provençale l’un des ressorts de l’intrigue :

  • 1 Izzo 2003, 4e de couverture.

« Autour des marins, la ville. Marseille. Ville d’exil. Ville métisse. Ville à leur image, pleine de souvenirs et sans avenir mais avec la vie à fleur de peau. Ils y nouent des aventures, des rencontres, des amours, avec des hommes et des femmes aussi perdus qu’eux1. »

  • 2 Colardelle 2003, 160-165.
  • 3 Pinol 1991.
  • 4 Braudel 1979.
  • 5 Sassen 1991.

2La métaphore de la ville métisse semble ici naturelle. Archétype de la ville cosmopolite, symbole du syncrétisme des civilisations euro-méditerranéennes2, Marseille apparaît par son histoire et par sa position comme la borne avancée d’un processus généralisé de mélange de populations qui forme au demeurant une constante de l’histoire urbaine contemporaine. Depuis au moins 1850, le monde des villes3 se caractérise par son aptitude à favoriser les mobilités et les phénomènes migratoires, engendrant de facto la question de la qualification des nouvelles sociétés urbaines qui se constituent à l’époque contemporaine. De la « ville monde » de Fernand Braudel4 à la « ville globale » de Saskia Sassen5, l’histoire et la sociologie ont contribué à généraliser l’idée d’une délocalisation des identités urbaines qui n’est que le pendant macro-économique de la complexification des sociétés urbaines contemporaines. Dès lors, comment éviter le recours à la métaphore du métissage ou à celles voisines du syncrétisme, du cosmopolitisme ou du multiculturalisme ?

  • 6 Tous les sondages utilisés dans cet article ont été effectués fin août 2011, principalement à part (...)
  • 7 Nous ne trancherons pas ici dans la question délicate de la définition de l’histoire urbaine en gé (...)

3Pourtant, le terme de métissage voire même l’adjectif métis/métisse ne vont pas de soi pour la recherche urbaine et notamment pour l’histoire urbaine du contemporain. Par exemple, sur la trentaine de numéros de la revue Histoire urbaine parus depuis la création de la Société française d’histoire urbaine en 1998, le terme de « métissage » n’apparaît que 7 fois dont 4 simplement pour un sujet d’histoire urbaine portant sur les XIXe ou XXe siècle6 ; à chaque fois, on ne compte qu’une occurrence du terme dans l’article, signe de son absence de centralité heuristique. Peut-on déduire de cette situation – qui constitue aussi l’intuition de départ de notre réflexion – que la rareté d’emploi du terme de métissage signifie qu’il n’a pas jusqu’ici été considéré comme pertinent par les historiens de la ville contemporaine7 ? C’est ce que nous aborderons dans un premier temps en partant de l’exemple de quelques usages circonstanciés du terme dans un étroit corpus d’articles permettant d’interroger au-delà du hasard des emplois de métissage, une probable réticence de l’historiographie. On démontrera ensuite que les historiens de la ville contemporaine préfèrent sensiblement poser la question des cultures et des identités urbaines en utilisant le registre connexe de la mixité sociale et des ségrégations urbaines. Ce faisant, on soulignera après d’autres contributeurs du colloque, que l’analyse du métissage comme catégorie de pensée historique ne peut faire l’économie préalable d’une historiographie des champs de recherche concernés.

Les usages de métissage dans l’histoire urbaine contemporaine

4Il est aujourd’hui admis qu’on ne peut pas travailler sur la ville sans interroger précisément le sens et l’emploi différentiel des mots de la ville. On pourrait appliquer au terme de métissage, qui ne semble pas avoir fait jusqu’ici l’objet d’une recherche spécifique en la matière, les réflexions qu’Hélène Rivière d’Arc applique aux dénominations des nouveaux territoires urbains :

  • 8 Rivière dArc 2001, 2.

« Le langage s’empresse de fonder les nouvelles catégories spatiales qui ordonnent des modèles urbains émergents. […] C’est souvent un langage aseptisé, un langage de nulle part dont on pourra se demander cependant s’il ne recouvre pas une deuxième intelligibilité cachée qui se révélerait dominante8. »

  • 9 Topalov, 2002.
  • 10 Wald et Leimdorfer (dir.) 2004.
  • 11 Faure 2003, 48-69.
  • 12 http://www.cairn.info/listerev.php.

5Sans prétendre ici faire pour métissage ce qui a pu être réalisé pour les divisions de la ville9, les registres de l’urbain10 ou encore l’usage du terme de banlieue11, on a ici lancé à l’aveugle une rapide recherche via le portail des revues de sciences humaines et sociales12 (Cairn) à propos de quatre termes qui nous semblaient a priori pouvoir convenir au registre commun des historiens de la ville contemporaine amenés à qualifier les processus de recomposition sociale à l’œuvre dans l’espace urbain : métissage, mixité sociale, ségrégation, hybridation. Toutes revues et champs de recherche confondus, le moteur de recherche comptabilise 2 138 « hybridation », 3 112 « mixité sociale », 3 174 « métissage » et 4 674 « ségrégation ». La preuve est donc faite que l’emploi de métissage dans les sciences humaines et sociales contemporaines – Cairn ne mettant en ligne que des numéros relativement récents à quelques exceptions près – est aussi fréquent que l’emploi de mixité sociale, mais sensiblement moins fréquent que celui de ségrégation. À l’échelle des quatre revues échantillons choisies on constate le même type d’écarts, même si d’une revue à l’autre, certains termes sont sur ou sous-employés.

Revue

Occurrence de « métissage »

Occurrence de « mixité sociale »

Occurrence de « ségrégation »

Occurrence d’« hybridation »

Histoire urbaine

7

11

37

4

Vingtième siècle, revue d’histoire

32

35

56

24

Revue d’histoire moderne et contemporaine

35

14

26

12

Terrains

7

7

13

6

Tableau 1. – Occurrences de métissage et termes connexes dans quatre revues. Sondage effectué sur le portail Cairn en septembre 2012.

6Le sondage incite donc à prendre le temps de l’examen de l’emploi de métissage dans la recherche historique sur la ville avant même d’examiner les raisons qui expliquent la préférence des historiens pour le registre du séparatisme (ségrégation, mixité sociale) plutôt que celui du creuset ou de la fusion (hybridation, métissage).

Un emploi attendu : la ville coloniale

7On partira ici de l’exemple du grand manuel dirigé par Jean-Luc Pinol et publié au Seuil en 2003 sous le titre Histoire de l’Europe urbaine. Cet ouvrage présente en effet l’intérêt d’être le plus récent dans la bibliographie (publié vingt ans après l’Histoire de la France urbaine), de couvrir le XIXe et le XXe siècle et surtout de prendre en contact le monde colonial. Le tome II qui concerne la ville contemporaine comporte un index thématique qui mentionne la notion de « mixité » mais pas celle de « métissage ».

  • 13 Goerg et Huetz de Lemps 2003, 371-403.

8Le terme de « métis » et le champ lexical du métissage sont cependant employés dans l’ouvrage à propos de la ville coloniale, plus particulièrement sur la question de l’architecture coloniale. Les auteurs de ce chapitre, une historienne africaniste et un hispaniste civilisationniste travaillant sur les Philippines s’intéressent à la création des « influences mutuelles », des « échanges et métissages » architecturaux à la charnière des XIXe-XXe siècles dans l’espace colonial ; À propos des style anglo-indien, style indo-gothique, indo-saracenic, néo-soudanais, néo-javanais, néomauresque, ils évoquent des « styles hybrides », parlent « d’hybridation architecturale », « d’indigénisation des architectures », de « syncrétisme architectural ». Mais quand il s’agit de décrire le fonctionnement social de la ville coloniale, c’est le vocabulaire de la ségrégation qui l’emporte : « dualisme colonial », « quartiers séparés », « ségrégations », « paroxysme de la séparation », « juxtapositions », « séparations physiques et juridiques des communautés », etc.13.

  • 14 Saada 2007.

9L’emploi des termes de métis et de métissage par les historiens de la ville contemporaine est de fait le plus souvent lié à l’espace colonial. C’est dans ces limites étroites que le vocable peut sortir de la simple description architecturale pour qualifier les modes d’habiter la ville et plus largement les pratiques sociales dans l’espace urbain. En d’autres termes, c’est en premier lieu par l’histoire des métis que l’historiographie urbaine est amenée à employer le registre du métissage, pour d’ailleurs démontrer qu’il s’agit davantage d’une problématique que d’une réalité de terrain. Ainsi d’Emmanuelle Saada qui s’interroge en 2005, dans le sillage de sa thèse soutenue en 200114 sur le projet colonial républicain, ce qui l’amène à poser implicitement la question du rôle de l’espace urbain dans la dialectique du métis et du colon :

  • 15 Saada 2005.

« Les colons s’intéressent surtout aux phénomènes de convergence de populations qui leur sont proches : les populations des villes en voie de formation, les intermédiaires de la situation coloniale (commerçants, interprètes, auxiliaires de l’administration), les métis, les convertis et, plus généralement, tous les “évolués” coloniaux15. »

  • 16 Caru 2007, 55-76.
  • 17 Backouche et Montel 2007, 8.

10Dans un autre article du corpus, plus centré sur la ville celui-là, l’historienne Vanessa Caru aborde la question des « chawls », logements ouvriers à Bombay à la charnière des XIXe et XXe siècle. L’objet est de démontrer que ces chawls que l’administration coloniale britannique présente sur le mode du contrôle social hygiéniste et de la stricte séparation des populations dans la ville, font en réalité l’objet d’appropriations par les ouvriers indiens qui en changent le sens en les adaptant à leurs besoins et à leurs cultures. L’auteure n’emploie ni le mot de « métis » ni l’expression de « métissage » dans son article mais renvoie à des références anglo-saxonnes qui relèvent de ce registre : « mosaic of modern culture », « city in transition16 ». L’article est par ailleurs publié dans un numéro spécial qui porte sur la « fabrique ordinaire de la ville ». Dans l’introduction de ce numéro, Isabelle Backouche et Nathalie Montel évoquent le cas de Bombay et expliquent que l’analyse de Vanessa Caru permet la « remise en cause d’une vision culturaliste du logement indien qui voudrait qu’il soit à l’abri des métissages17 ».

Un emploi dérivé : métissage et intégration républicaine

  • 18 Dietschy 2011, 3-9.
  • 19 Gastaut 2008.
  • 20 Schnapper 1994.

11De l’histoire urbaine coloniale à l’histoire urbaine du temps présent, il n’y a qu’un pas, ce qui explique sans doute que le terme de « métissage » soit employé aussi par des historiens amenés à analyser les pratiques sociales et culturelles actuelles des villes françaises. Ainsi, dans une livraison récente de la revue Vingtième siècle, l’historien Paul Dietschy évoque les travaux conduits sur le sport ouvrier dans les villes de Lens ou Saint-Etienne et les liens importants qui existent entre la pratique du football et l’immigration dans certaines villes comme Marseille18. La victoire « Black, Blanc, Beur » de 1998 constitue l’horizon d’attente de ce « métissage par le foot19 » qui forme moins une problématique urbaine qu’une problématique républicaine, dans le sillage du renouveau de l’histoire coloniale. Ce qui est ici interrogé c’est moins le métissage des cultures urbaines que la contribution du sport au débat classique intégration républicaine/multiculturalisme. Ce débat, caractéristique des années 1990, irrigue naturellement la recherche urbaine contemporaine, qui se trouve comme prise au piège d’une problématique qu’elle n’a pas posé20.

  • 21 Pour en finir avec les grands ensembles, 1990, 83.
  • 22 F. Chaslin, Pour en finir avec les grands ensembles, op. cit., 77.

12Dans le cadre du colloque dit des Assises de Bron, organisé en décembre 1990 par l’association Banlieue 89, une table-ronde consacrée à « la ville républicaine » a pu ainsi poser la question : « Comment concevoir une nouvelle ville républicaine métissée21 ? » Ce type de colloque institutionnel, réunissant chercheurs et acteurs, contribue à fixer le langage de l’époque et abuse sans réserve du registre de la métaphore. En ce sens, il constitue une source de premier plan pour l’historien des représentations urbaines. Les actes du colloque de Bron témoignent de l’incertitude de l’emploi du terme de métissage dans les sphères de la recherche appliquée. « La ville monde républicaine peut-elle être autre que métissée ? », lance François Chaslin en ouverture d’une table-ronde22. Les intervenants filent la métaphore du tissu métis :

  • 23 J.-C. Bailly, Pour en finir avec les grands ensembles, op. cit., 82.

« La banlieue est un tissu, mais troué, déchiré, distendu, formé de pièces disparates, disjointes, privées de vie et de connexions. Ce tissu, il faut le resserrer, le tresser. On ne tisse ni ne tresse avec un seul fil – or les fils sont là, les fils de couleur, mais en attente de ce tissage qui les rassemblerait. Le tissage n’est pas le schéma directeur : il n’en a ni la hauteur de vues ni l’aveuglement. Il procède par entrecroisements successifs, par recoupements légers, par sursauts clairs. Il est mineur23. »

13Un autre intervenant, Gérard D’Andrea, commissaire de police et conseiller technique au ministère de l’Intérieur donne une définition très étroite du métissage des banlieues :

  • 24 G. DAndrea, Pour en finir avec les grands ensembles, op. cit., 84.

« Comment concevoir une nouvelle ville républicaine métissée ? Je dis que c’est par une nouvelle citoyenneté. […] Quand on parle de citoyen, on parle d’intégration… lorsqu’on intègre nos problèmes nationaux. […] Pour faire une véritable ville républicaine métissée, il faut remettre à l’honneur la notion de citoyens24. »

  • 25 Saada 2005.

14D’autres intervenants du colloque associent « métissage » et « universalisme républicain », mettant l’accent sur le « rôle nécessaire d’une école qui assumerait sa fonction civilisatrice », sur l’importance des interventions artistiques dans les cités. On se situe encore à cette date dans le sillage de « la marche des Beurs » de 1983 et de la revendication des droits des populations issues de l’immigration. Cet emploi de « métissage » au sens d’intégration républicaine diffère finalement peu de l’emploi qu’en fait Emmanuelle Saada dans le contexte de l’histoire coloniale, quand elle évoque « la fusion par métissage25 ». Le métissage ce n’est pas ici l’hybridation, le mélange ou la créolisation de deux cultures, ni même le constat d’un entre-deux mais plus simplement un processus en cours d’acculturation républicaine, antidote rêvé du communautarisme. Le terme est donc employé par défaut et non positivement pour signaler la formation d’une « nouvelle culture urbaine ».

15Cet emploi de métissage est-il une spécificité de la recherche urbaine française ? On peut en suggérer l’hypothèse en s’appuyant sur un dernier exemple, celui d’un article historiographique publié par Annie Fourcaut, spécialiste incontestée de l’histoire des villes françaises contemporaines. Dans ce texte, l’auteure aborde la délicate question des « cultures urbaines ». Elle explique que depuis très longtemps, « la ville est le creuset d’innombrables diversités » et ajoute une remarque sur la spécificité du cas français, qui lui permet d’employer le terme de « métissage » :

  • 26 Fourcaut 2003, 184.

« Les métropoles françaises résistent mieux que d’autres à la polarisation sociale et économique liée à la mondialisation, à cause de la présence d’un très large secteur public, du maintien des classes moyennes dans le centre des villes et d’un métissage social et culturel qui freine la formation de ghettos26. »

16L’essentiel est dit dans ce propos qui résume l’usage du terme de métissage pour les historiens de la ville contemporaine. Le métissage est l’envers de la « fracture urbaine » et l’exutoire au spectre du ghetto. Mais en réalité, c’est bien ce spectre qui mobilise l’essentiel des énergies de recherche sur la ville contemporaine et qui explique que le terme de « mixité sociale » l’emporte dans le vocabulaire des chercheurs.

Mixité sociale et ségrégations urbaines. Le paradigme de la crise

  • 27 Occurrences du terme par exemple in Sandras 2011, 77 ; Bellavitis 2006, 59 ; Margairaz 2005, 138, (...)

17Au terme de « métissage », les chercheurs spécialistes de la ville contemporaine préfèrent celui de « mixité sociale ». Cette préférence est encore plus accusée chez les sociologues et les urbanistes que chez les historiens. Ainsi les récents numéros mis à disposition sur la plateforme Cairn des Annales, histoire, sciences sociales comptent 94 occurrences de « métissage » contre 23 de « mixité sociale », tandis qu’Espace et société, revue plus ouverte sur les problèmes urbains contemporains renvoie à 20 occurrences de « métissage » contre 75 de « mixité sociale » et que les Actes de la recherche en sciences sociales qui ont consacré beaucoup de numéros aux problèmes urbains, mentionnent 13 métissages et 25 mixité sociale. On peut certes considérer qu’à l’instar de métissage, le terme de mixité sociale correspond à une simple métaphore utilisable dans n’importe quel contexte historique. On ne s’étonnera donc pas de le voir employer pour qualifier des situations urbaines du XIXe siècle voire de l’époque moderne27. Si les historiens recourent ici à la métaphore de mixité, c’est parce qu’elle est dans l’air du temps et que la multiplication des adjectifs (culturel, racial, social) a conduit à faire glisser le terme de mixité de son sens premier (cohabitation des sexes dans un même espace) vers un sens plus global (mixité de populations d’origine géographique et/ou sociale différente). Pourtant, dans le champ de l’histoire urbaine, le terme de mixité renvoie à une histoire lexicale propre, qui mérite qu’on s’y arrête.

Une catégorie d’action publique : « mixité sociale »

  • 28 Tissot 2007.
  • 29 Comme le prévoit la loi relative à la Solidarité et au renouvellement urbain (SRU) du 14 décembre (...)
  • 30 Cf. notamment les nombreuses occurrences du terme dans Fourcaut et Vadelorge (dir.) 2006.

18L’usage du terme de mixité sociale se diffuse dans le vocabulaire des sciences sociales et humaines à la charnière des années 1980-1990, au moment où la Politique de la Ville s’institutionnalise en France28. L’expression est l’un des mots-clés de la loi d’Orientation sur la Ville, votée le 13 juillet 1991. Elle ne peut être comprise indépendamment de la perception qu’ont à cette époque les chercheurs (sociologues, géographes) et les décideurs de l’évolution des villes et surtout de certaines de leurs banlieues. La paupérisation de nombreux quartiers d’habitat social est analysée comme le syndrome d’une crise urbaine annoncée. Le spectre du ghetto conduit à prôner la mixité sociale comme parade au développement d’une ville à trois vitesses : embourgeoisement des centres/relégation des périphéries sociales/moyennisation du périurbain. Si dans l’absolu, l’objectif de mixité sociale devait s’appliquer à l’ensemble des villes de la fin du XXe siècle29, dans la pratique, le terme s’applique de manière préférentielle aux quartiers d’habitat social qu’il s’agit de désenclaver. Les historiens qui ont recours à l’emploi du terme travaillent d’ailleurs pour beaucoup d’entre eux sur l’histoire des grands ensembles et des villes nouvelles30.

19Dans l’optique de la recherche urbaine des années 1990-2000, le terme de mixité sociale constitue clairement l’horizon contractuel d’une politique publique visant à contrecarrer une évolution naturelle vers la fragmentation sociale de l’urbain. Promouvoir la mixité sociale c’est davantage refuser la ségrégation qu’espérer une improbable fusion des cultures et des pratiques des groupes sociaux concernés. Mixité sociale n’est donc pas synonyme de métissage. L’approche technocratique des politiques de mixité sociale suppose des quotas (prévus par la loi SRU), des programmes croisés de type de financement d’habitat sur un même espace (logement social, logement aidé, logement libre) et non des usages sociaux. En d’autres termes, mesurer le degré de mixité sociale d’un quartier, c’est simplement compter les différences des catégories socioprofessionnelles juxtaposées dans un même espace. La mixité constitue donc autant l’envers du métissage que de la ségrégation urbaine qu’elle prétend combattre. Son horizon d’attente se limite à la juxtaposition des différences dans l’espace et ne se soucie pas de la possibilité d’une rencontre ou d’un entre-deux.

  • 31 Ou l’expression connexe de « mixité des populations », in Tellier 2007, 203.

20La tentation est grande pour l’historien d’utiliser le terme de mixité sociale pour décrire rétrospectivement les nouveaux ensembles urbains des années 1955-197531. À rebours d’une opinion commune qui voit dans le destin des grands ensembles une faillite sociale programmée dès l’origine, les historiens rappellent en effet la complexité des processus de peuplement des grands ensembles ouverts à l’origine autant aux ouvriers qu’aux classes moyennes voire même ponctuellement aux cadres. Il s’agit aussi de souligner la quasi-absence de populations immigrées dans les premiers grands ensembles Il s’agit enfin de rappeler que la vocation première de ces ensembles n’était pas de produire exclusivement du logement social mais d’abord du logement tout court, dans le contexte de la pénurie caractéristique des années d’après guerre.

  • 32 Clerc 1967, 6.
  • 33 Chamboredon et Lemaire 1970, 6.
  • 34 Burgel 2003, 730.

21Pour autant, les historiens ont refusé après les sociologues du début des années 1970, toute tentation d’interpréter la vie dans les grands ensembles en termes de métissage. Rappelons rapidement les principaux éléments de la démonstration qui conduit à privilégier l’analyse du peuplement en termes de juxtaposition (proximité spatiale) plutôt qu’en termes de mélange (synthèse socioculturelle). Dans le courant des années 1960, certains démographes et des sociologues proches de Paul-Henry Chombart de Lauwe s’interrogent sur la spécificité du peuplement des grands ensembles. Paul Clerc souligne par exemple en 1967 l’hétérogénéité sociale de la population, « très proche de celle que constitue l’ensemble des Français installés dans des logements neufs32 ». À la différence des quartiers résidentiels ou des quartiers populaires traditionnels des grandes villes qui sont caractérisés par un groupe social dominant, les grands ensembles produisent le voisinage des ouvriers (56,5 %), des classes moyennes (39 %) et des classes supérieures (4,5 %)33. La place des classes moyennes dans ces nouveaux ensembles urbains conduit implicitement les chercheurs à questionner les effets d’atténuation des différences de classes dans la ville contemporaine. On retrouve par exemple cette logique dans les chapitres de l’Histoire de l’Europe urbaine traitant des villes européennes de l’Ouest comme de l’Est après 1945, comme synonyme de « moyennisation » des sociétés urbaines durant les Trente Glorieuses34. Cette proximité peut-elle déboucher sur la formation d’une culture nouvelle, que l’on pourrait à terme qualifier de métissée ? Certains le suggèrent comme le psycho-sociologue René Kaës en 1963 :

  • 35 Kaës 1963, 84 et 308.

« La diversité de l’origine géographique et culturelle des habitants de nombreux grands ensembles, surtout dans les villes nouvelles d’origine industrielle, donne le spectacle un peu déconcertant d’une société cosmopolite et provinciale. De ce brassage de races, de nationalités et de mentalités régionales, on peut attendre à la fois richesse et difficultés. […] Dans ces grands ensembles plus que partout ailleurs s’élabore la nouvelle culture, la culture de masse. Les grands ensembles fournissent le cadre et les conditions parfaitement adaptées à la floraison de cette culture. Dans le grand ensemble on arrive sans passé, sans histoire autre qu’idéalisée […] c’est la genèse d’une autre société35. »

  • 36 Chamboredon et Lemaire, op. cit., 32.

22Cette « nouvelle société urbaine » sera cependant rapidement dénoncée comme une utopie par d’autres chercheurs, qui à l’image de Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire notent que les grands ensembles n’effacent pas les réflexes de classe et que les difficultés du quotidien (bruit, propreté des espaces communs) traduisent moins une phase d’apprentissage culturel du vivre ensemble qu’un signe de renforcement des clivages sociaux. Dans cette optique, l’horizon du métissage est proprement impossible et la mixité sociale ne constitue qu’une forme transitoire du peuplement des nouveaux ensembles urbains. L’attitude des classes moyennes est au cœur de ce processus qui est d’abord une prise de distance « qu’il faut marquer d’autant plus nettement que le rapprochement dans l’espace expose davantage à la confusion avec des catégories sociales qui fournissent ici une image-repoussoir de la condition populaire car elles en accumulent les vices et les faiblesses36 ».

  • 37 Cf. par exemple Bruston 2005 ou Métral (dir.) 1997.
  • 38 Fournier et Mazella (dir.) 2004.

23Qu’ils aient été lus ou pas par les historiens, ces travaux n’en imprègnent pas moins objectivement l’analyse contemporaine de l’histoire urbaine. Les travaux des anthropologues, qui travaillent sur la complexité des cultures urbaines et soulignent l’importance des phénomènes de syncrétisme, les effets de mémoire, la diversité des usages sociaux d’un même espace, la nécessité de prendre en compte les logiques générationnelles au sein des mêmes groupes sociaux circulent peu au sein de l’historiographie contemporaine37. Les approches pluridisciplinaires du fait urbain, à l’instar de la grande enquête, conduite dans les années 1990 sur la rue de la République à Marseille38 en prévision d’un vaste programme de rénovation urbaine, sont encore trop rares. L’étude des sociabilités demeure encore trop souvent assignée à résidence sociale, témoignant sans doute de la manière particulière dont l’histoire urbaine du contemporain s’est construite comme héritière de l’histoire sociale. Dans cette configuration historiographique, le rôle de l’historien consiste moins à analyser les processus de fusion que les processus de division.

Les ségrégations au secours de l’histoire urbaine

24Entre métissage et mixité sociale, on l’a vu, les historiens de la ville contemporaine hésitent. Ce n’est plus le cas cependant entre métissage et ségrégation. Le terme de « ségrégation » est en moyenne, deux fois plus fréquent que métissage ou mixité dans le corpus sondé : 44 occurrences sur le même échantillon pour les Actes de la recherche en sciences sociales, 51 occurrences pour les Annales, histoire, sciences sociales, 97 occurrences pour Espace et Société.

  • 39 Fourcaut (dir.) 1996, 9-20.

25Si l’expression de « ségrégations urbaines » s’impose comme une catégorie commune sous la plume des historiens de la ville contemporaine, à l’inverse de celui de « métissage » c’est d’abord parce que l’expression dispose d’une certaine plasticité. Comme le rappelle en 1996, Annie Fourcaut, les ségrégations urbaines renvoient à trois significations39. Elles constituent tout d’abord le produit du jeu des acteurs politiques et économiques qui interviennent dans la ville (Haussmannisation, rénovation urbaine, politique des grands ensembles). Elles forment ensuite le reflet des pratiques et les représentations des groupes sociaux urbains qui amplifient ou modulent les effets de division dans la ville contemporaine. Elles peuvent enfin apparaître comme des politiques délibérées de mise à l’écart des groupes sociaux ou ethniques (bidonvilles, cités de transit).

  • 40 Magri S. et Topalov C. (dir.) 1989.
  • 41 Lepetit (dir.) 1995. Voir aussi les travaux d’Isabelle Backouche.

26Ces trois significations ne sont pas simplement complémentaires, elles permettent aussi une forme de refondation de l’histoire urbaine à la charnière des années 1980-1990 au moment où s’épuise une forme d’histoire sociale de la ville, fondée sur l’analyse des rapports de classe (bourgeoisie, aristocratie, classes moyennes, employés, artisans, ouvriers qualifiés, prolétariat urbain) dans l’espace urbain. Par son caractère polysémique et parce qu’il questionne le sens même d’une histoire urbaine, le terme de « ségrégations urbaines » permet d’agréger en effet deux régimes historiographiques, l’un pour qui l’histoire urbaine du contemporain est d’abord fille de l’histoire ouvrière40, l’autre pour qui elle doit forger la spécificité de son approche du social41.

  • 42 On renvoie ici aux nombreux travaux de Jacques Girault, Annie Fourcaut, Hélène Frouard, etc.
  • 43 On renvoie ici aux travaux de Danièle Voldman, Emmanuel Bellanger, etc.
  • 44 Voir par exemple la manière dont Florence Bourillon aborde la question des conséquences contradict (...)
  • 45 Fourcaut 2002, 170-176.
  • 46 Fourcaut 1999, 113-119.

27Le premier régime investira logiquement l’histoire de la banlieue, du logement populaire et des grands ensembles42. Le second, plus composite s’interrogera sur l’étendue des pratiques sociales dans la ville, la formation des représentations locales, le poids des politiques publiques43. Le terme de ségrégation permet, au-delà de la confrontation des deux régimes, de conforter la validité épistémologique d’une histoire urbaine du contemporain. La ville contemporaine n’est pas simplement un cadre de vie en voie de généralisation mais aussi un lieu spécifique de production des pratiques sociales qu’il s’agit d’analyser dans le temps et dans l’espace44. Parce qu’il oblige à questionner les évidences et à réfuter les propositions simplistes d’une sociologie segmentant sans nuances la ville, le terme de ségrégations forme l’un des moyens par lequel on passe, pour reprendre la célèbre métaphore d’Annie Fourcaut de « la classe au territoire et du social à l’urbain45 ». Pour le dire autrement, le terme de « ségrégations » a sans doute servi de soupape de sûreté au moment où l’histoire urbaine a été contrainte de redéfinir son objet et ses priorités de recherche. Par sa polysémie, il a permis de tempérer les propositions iconoclastes de l’histoire culturelle et la méfiance initiale des historiens par rapport aux approches nouvelles des sciences politiques et de la sociologie et de préserver l’optique indépassable d’une histoire sociale de l’urbain. Néanmoins, la réactivation du concept de « ségrégation urbaine » au moment même où la Politique de la Ville mettait en place le concept de « mixité sociale » a généré un effet pervers. L’histoire urbaine du contemporain a été en effet à plusieurs reprises amenée à se positionner sur la question de la « crise urbaine », terrain d’élection des sociologues46.

28Les recherches les plus récentes tentent cependant de sortir de ce prisme de la crise urbaine et du couple « ségrégation/mixité sociale ». Le rapprochement aujourd’hui souhaitable entre l’ethnologie ou l’anthropologie urbaine et l’histoire urbaine du contemporain autour de notions comme les « usages de la ville » ou « la fabrique ordinaire » augurent sans doute d’un renouvellement de lexique. Le terme de métissage pourrait ici s’imposer sous un sens métaphorique mais il est peu probable qu’il le soit dans la mesure où il semble associé dans la production historiographique à la thématique de la colonisation. L’étanchéité encore très grande entre les champs historiographiques de l’époque contemporaine explique au final la difficulté d’appropriation du vocabulaire.

*

29Au final, on insistera sur l’interaction spécifique à l’histoire urbaine du contemporain entre trois types de registres susceptibles d’être employés par les historiens plus ou moins consciemment. Le premier relève classiquement de l’air du temps, de ces métaphores propres à une époque, véhiculées par les médias et auxquelles aucun chercheur ne peut échapper. Le second, relève de la proximité propre à l’histoire contemporaine de l’urbain, entre recherche urbaine et histoire. La collusion objective de la première avec le champ de l’Équipement induit une contagion inévitable du vocabulaire scientifique et du vocabulaire des politiques publiques. La troisième relève de la nécessité pour chaque génération d’historiens de se positionner par rapport à un héritage historiographique qui forme le corpus de références de la discipline. La matrice de l’histoire sociale induit ainsi une forme de registre implicite de l’histoire urbaine du contemporain qui gagnerait à être interrogée de manière plus systématique par ses usagers.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Backouche I. et Montel N. (2007), « La fabrique ordinaire de la ville », Histoire urbaine, 19, p. 5-9.

Bellavitis A. (2006), « Apprentissages masculins, apprentissages féminins à Venise au XVIe siècle », Histoire urbaine, 1, p. 49-73.

Bourillon F. (2011), « Les populations parisiennes face aux travaux de rénovation urbaine au XIXe siècle », in Fourcaut A. et Harismendy P. (dir.), Grands ensembles. Intentions et pratiques (1850-1970), Saint-Brieuc, p. 23-24.

Braudel F. (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Armand Colin.

Bruston A. (dir.) (2005), Des cultures et des villes. Mémoires au futur, Paris, L’Aube.

Burgel G. (2003), « La ville contemporaine. De la seconde guerre mondiale à nos jours », in Pinol J.-L. (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, tome II, Paris, Le Seuil, p. 555-810.

Caru V. (2007), « La fabrique du logement ouvrier à Bombay. Réalisations de l’État colonial et pratiques habitantes (1898-1926) », Histoire urbaine, 2, p. 55-76.

Chamboredon J.-C. et Lemaire M. (1970), « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leurs peuplement », Revue française de sociologie, p. 3-33.

Clerc P. (1967), Grands ensembles, banlieues nouvelles, Paris, PUF.

Colardelle M. (2003), « Un musée national pour une métropole euro-méditerranéenne », in Fonseca Brefe A.-C., Gervereau L., Morel-Deledalle M. (dir.), Comment inscrire les musées de ville dans la ville ?, Association internationale des musées d’histoire, Conseil français des musées d’histoire, Musée d’histoire de Marseille, Marseille, p. 160-165.

Dietschy P. (2011), « De la ville à la nation. Des histoires politiques et sociales du football », Vingtième siècle, revue d’histoire, 3, p. 3-9.

Faure A. (2003), « Un faubourg, des banlieues ou la déclinaison du rejet », Genèses, 2, p. 48-69.

Fourcaut A. (dir.) (1996), La ville divisée, les ségrégations urbaines en question. France XVIIIe-XXe siècle, Créaphis.

Fourcaut A. (1999), « Les habits neufs des politiques de la ville depuis 1980 », Vingtième siècle, Revue d’histoire, no spécial Villes en crise ?, octobre-décembre, p. 113-119.

Fourcaut A. (2002), « De la classe au territoire ou du social à l’urbain », Le Mouvement social, 200, juillet-septembre, p. 170-176.

Fourcaut A. (2003), « L’histoire urbaine de la France contemporaine. État des lieux », Histoire urbaine, 2, p. 171-185.

Fourcaut A. et Vadelorge L. (dir.) (2006), « Villes nouvelles et grands ensembles », Histoire urbaine, 17.

Fournier P. et Mazella S. (dir.) (2004), Marseille entre ville et ports. Les destins de la rue de la République, Paris, La Découverte, collection Recherches.

Gastaut Y. (2008), Le métissage par le foot. Mais jusqu’où ?, Paris, Autrement.

Goerg O. et Huetz de Lemps X. (2003), « La ville européenne outre-mer », in Pinol J.-L. (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, tome II, Paris, Le Seuil, p. 279-554.

Izzo J.-C. (2003), Les marins perdus, Paris, Éditions Flammarion.

Kaës R. (1963), Vivre dans les grands ensembles, Paris, Éditions ouvrières.

Lepetit B. (dir.) (1995), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel.

Margairaz M. (2005), « Experts et praticiens. Les services publics économiques entre experts, praticiens et gouvernants dans le premier XXe siècle : d’une configuration historique à l’autre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2, p. 132-165.

Magri S. et Topalov C. (dir.) (1989), Villes ouvrières. 1900-1950, Paris, L’Harmattan.

Métral J. (dir.) (1997), Les aléas du lien social, Paris, ministère de la Culture et de la Communication.

Pinol J.-L. (1991), Le monde des villes au XIXe siècle, Paris, Hachette.

Pour en finir avec les grands ensembles (1990), Assises de Bron, 4-5 décembre 1990, Paris, DIV/Banlieues 89.

Rivière dArc H. (2001), Nommer les nouveaux territoires urbains, Paris, EHESS, collection Les mots de la ville, 1.

Saada E. (2005), « Entre assimilation et décivilisation : l’imitation et le projet colonial républicain », Terrains, 44, mars, p. 19-38.

Saada E. (2007), Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris, La Découverte.

Sandras A. (2011), « Eugène Poubelle mis en boîte », Histoire urbaine, 2, p. 69-91.

Sassen S. (1991), The global city. New York, London, Tokyo, New York, Princeton University Press.

Schnapper D. (1994), La communauté des citoyens, Paris, Gallimard.

Tellier T. (2007), Le temps des HLM. 1945-1975. La saga urbaine des Trente Glorieuses, Paris, Autrement.

Tissot S. (2007), L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Le Seuil.

Topalov Ch. (dir.) (2002), Les divisions de la ville, Paris, EHESS, collection Les mots de la ville, 2.

Wald P. et Leimdorfer F. (dir.) (2004), Parler en ville, parler de la ville. Essais sur les registres urbains, Paris, EHESS, collection Les mots de la ville, 3.

Notes

1 Izzo 2003, 4e de couverture.

2 Colardelle 2003, 160-165.

3 Pinol 1991.

4 Braudel 1979.

5 Sassen 1991.

6 Tous les sondages utilisés dans cet article ont été effectués fin août 2011, principalement à partir d’une interrogation de la plateforme CAIRN.

7 Nous ne trancherons pas ici dans la question délicate de la définition de l’histoire urbaine en général (histoire des historiens ou recherche historique sur les villes) et de l’histoire urbaine contemporaine en particulier (histoire urbaine du contemporain ou production historique contemporaine sur la ville). Le corpus de références utilisé ici (les revues Histoire urbaine, Vingtième siècle, Revue d’histoire, Revue d’histoire moderne et contemporaine, Terrains, la littérature grise du Plan urbanisme, construction, architecture, la bibliographie en langue française concernant l’histoire des grands ensembles et des villes nouvelles) plaide cependant pour une approche privilégiant les XIXe et XXe siècle en général et le second XXe siècle en particulier.

8 Rivière dArc 2001, 2.

9 Topalov, 2002.

10 Wald et Leimdorfer (dir.) 2004.

11 Faure 2003, 48-69.

12 http://www.cairn.info/listerev.php.

13 Goerg et Huetz de Lemps 2003, 371-403.

14 Saada 2007.

15 Saada 2005.

16 Caru 2007, 55-76.

17 Backouche et Montel 2007, 8.

18 Dietschy 2011, 3-9.

19 Gastaut 2008.

20 Schnapper 1994.

21 Pour en finir avec les grands ensembles, 1990, 83.

22 F. Chaslin, Pour en finir avec les grands ensembles, op. cit., 77.

23 J.-C. Bailly, Pour en finir avec les grands ensembles, op. cit., 82.

24 G. DAndrea, Pour en finir avec les grands ensembles, op. cit., 84.

25 Saada 2005.

26 Fourcaut 2003, 184.

27 Occurrences du terme par exemple in Sandras 2011, 77 ; Bellavitis 2006, 59 ; Margairaz 2005, 138, etc.

28 Tissot 2007.

29 Comme le prévoit la loi relative à la Solidarité et au renouvellement urbain (SRU) du 14 décembre 2000.

30 Cf. notamment les nombreuses occurrences du terme dans Fourcaut et Vadelorge (dir.) 2006.

31 Ou l’expression connexe de « mixité des populations », in Tellier 2007, 203.

32 Clerc 1967, 6.

33 Chamboredon et Lemaire 1970, 6.

34 Burgel 2003, 730.

35 Kaës 1963, 84 et 308.

36 Chamboredon et Lemaire, op. cit., 32.

37 Cf. par exemple Bruston 2005 ou Métral (dir.) 1997.

38 Fournier et Mazella (dir.) 2004.

39 Fourcaut (dir.) 1996, 9-20.

40 Magri S. et Topalov C. (dir.) 1989.

41 Lepetit (dir.) 1995. Voir aussi les travaux d’Isabelle Backouche.

42 On renvoie ici aux nombreux travaux de Jacques Girault, Annie Fourcaut, Hélène Frouard, etc.

43 On renvoie ici aux travaux de Danièle Voldman, Emmanuel Bellanger, etc.

44 Voir par exemple la manière dont Florence Bourillon aborde la question des conséquences contradictoires de l’haussmannisation à Paris. Bourillon 2011, 23-41.

45 Fourcaut 2002, 170-176.

46 Fourcaut 1999, 113-119.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540