Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Première partie. Étymologie, concept

Écrire sa langue grâce à une écriture exogène : « métissage », « créolisation » ou « transferts culturels » ? L’exemple des langues paléohispaniques

Nathalie Barrandon

Résumé

Les écritures paléohispaniques sont ici présentées afin de préciser leur contexte de création et de diffusion. Plusieurs questions sont privilégiées, notamment la nature de la langue ibère transcrite par l’ibérique levantin et les systèmes d’écritures choisis par les Celtibères, afin de caractériser les mutations qui touchent les langues et écritures de la péninsule Ibérique du Ier millénaire av. J.-C. S’il n’y a pas eu de créole et si le concept de « créolisation » semble peu adapté aux situations décrites, celui de « métissage » est pertinent dans le cas du gréco-ibérique et pour certaines évolutions de l’écriture du celtibérique ; la plupart des autres mutations observées relèvent davantage de « transferts culturels ».

Paleohispanic writings are presented here to shed light on the context of their creation and diffusion. Several questions are raised, including the nature of the Iberian language transcribed by the Levantine Iberic writing systems, and the writings systems selected by the Celtiberians, so as to characterize the transformations that affected the languages and scripts of the Iberian Peninsula in the first millennium BC. Although there was no Creole and if the concept of “creolization” thus seems ill-suited to the situations described, the notion of “métissage” is relevant in the case of Greco-Iberian and for some changes in the Celtiberic writing; most other transformations observed are rather related to a phenomenon of “Cultural Transfer”.

Texte intégral

Je remercie ici chaleureusement les organisateurs du colloque d’avoir accepté ma participation à ce projet pluridisciplinaire d’envergure et C. Ruiz Darasse pour ses conseils avisés.

***

  • 2 À titre d’exemple voir Laplantine et Nouss 2009, 14-15. La référence utilisée est principalement P (...)
  • 3 Voir la mise au point complète dans Inglebert 2005, 421-449.
  • 4 Nous ne prenons pas en compte ici les réflexions sur le métissage en tant que mélanges des peuples (...)
  • 5 Jullian 1920, 7, à propos du « métissage divin », le terme est alors défini comme « un mélange de (...)
  • 6 Ouachour 2002.
  • 7 À propos de la culture des Turdétans sous influence phénicienne dans García Fernández 2007. Si dan (...)
  • 8 Barrandon 2011, 13-21. Dans la suite de ce texte, tous les siècles et années précisés sont avant J (...)
  • 9 Le Roux 1995 [1997] et 2006 parle d’« acculturation permanente » à propos de l’histoire romaine, m (...)

1Dans la réflexion conceptuelle des anthropologues, c’est d’abord l’expérience d’Alexandre le Grand dans l’ancien royaume perse qui a été retenue pour traiter du « métissage » dans l’Antiquité, notamment parce qu’elle fut commentée par Plutarque2. Les historiens de l’empire romain se sont aussi parfois approprié ce concept, au détriment de celui controversé de « romanisation ». Sans revenir sur les débats concernant ce dernier3, je préciserais seulement qu’il correspond davantage à une perspective globalisante des études culturelles, alors que le « métissage4 » est, depuis C. Jullian5, surtout utilisé pour caractériser les syncrétismes religieux dans les sociétés celtico-romaines, et aussi, plus récemment, en Afrique6. Ces dernières années, le « métissage » fait également une timide apparition dans les domaines de l’architecture et de l’art7. Toutefois, il n’est jamais sollicité à propos des sociétés provinciales de la République romaine, entre autres parce que les religions celtique et ibérique connurent à cette époque peu de mutations liées directement à la présence romaine. En cela il rejoint le concept de « romanisation » d’usage délicat avant la diffusion du droit latin et de la citoyenneté romaine dans les provinces, principalement à partir du milieu du Ier siècle av. J.-C.8. Avant cette période, les notions d’« acculturation » et de « transferts culturels » sont généralement privilégiées9.

  • 10 Webster 2001.
  • 11 Le Roux 2004.
  • 12 Strabon, Ib., III, 2, 15.
  • 13 Gorgues 2010, 332 : « transposé au domaine archéologique, ce terme évoque l’émergence d’une cultur (...)
  • 14 Le débat devrait nettement progresser dans les années à venir notamment avec la parution, annoncée (...)
  • 15 Voir ainsi l’article « métissage » dans Amselle 2006. « Métissage » comme « créolisation » ont tou (...)
  • 16 Chaudenson 1989 insistait tout particulièrement sur le contexte colonial du processus et Benoist 1 (...)
  • 17 On se reportera par exemple à Bernabé et al. 1989, Bonniol 2004 ou aux travaux du CRILLASH de l’un (...)
  • 18 Glissant 1996, 14-15.

2Qu’en est-il du terme « créolisation » dans les études d’histoire romaine ? Il a été spécifiquement employé par J. Webster dans un article de 2001, une fois encore à propos des religions celtes et de mutations matérielles de l’époque impériale10. On précisera cependant que dans cet article conceptuel, après un long rappel de l’historique du mot « romanisation », l’auteure passe directement à celui de « créolisation », sans utiliser ou présenter celui de « métissage », donc sans faire de distinction entre les deux, et sans entrer dans le débat initié par les spécialistes des Antilles. P. Le Roux ne s’y est pas laissé abuser dans son article de 2004 consacré au concept de « romanisation », n’hésitant pas à utiliser les deux termes, « métissage » et « créolisation », lorsqu’il analyse les travaux de J. Webster11. Il souligne également le paradoxe de l’emploi de « créolisation » alors que les sociétés étudiées étaient unilingues. À la fin de cet article, commentant un passage de Strabon qui fait allusion à la langue oubliée par les Turdétans des temps augustéens alors qu’ils se tournaient vers le genre de vie des Romains12, P. Le Roux trouvait plus pertinent de réfléchir à la créolisation dans le cadre de l’histoire pré-impériale des Hispanies. Récemment A. Gorgues a intitulé la dernière partie de son livre, Économie et société dans le nord-est du domaine ibérique (IIIe-Ier siècle av. J.-C.) : le temps de la « créolisation13 », mais en ne mentionnant pour seule filiation intellectuelle que l’article de J. Webster. Là encore nous ne trouvons pas de discussion sur le choix du terme « créolisation » au détriment de « métissage14 ». Certes, depuis que le concept de « métissage » a été désolidarisé par les anthropologues de son acception biologique, évacuant ainsi la notion de pureté initiale, « créolisation » et « métissage culturel » sont souvent considérés comme des synonymes15. Toutefois, dans une étude de mutations linguistiques et scripturales, comme celle que je propose ici, « créolisation » s’impose-t-il davantage que « métissage » ? On rappellera que la « créolisation culturelle », conceptualisée dans des sociétés où s’était constitué un créole, est surtout liée à un contexte historique fondé sur la violence et des rapports sociaux inégaux16, notamment dans le cadre de la colonisation, de l’esclavage et des plantations17. Elle peut être considérée comme exemplaire aux Antilles où l’insularité avait accentué le déracinement initial des sociétés en contact18. Bien qu’il n’y ait pas eu, à notre connaissance, de créoles dans la péninsule Ibérique antique, l’étude des écritures paléohispaniques rend nécessaire de ne pas exclure d’office l’un deux termes, notamment quand il s’agit d’évaluer leur pertinence au regard du concept de « transferts culturels » plus traditionnellement utilisé par les historiens. Je vais donc présenter ces écritures paléohispaniques, seuls témoins des langues du ier millénaire, en les replaçant dans ce qui fait le fondement de l’acculturation : les échanges. Il faut ensuite s’interroger sur la diffusion d’une ampleur surprenante de l’écriture ibérique, utilisée de la région de Valence jusqu’à celle de Narbonne. Enfin je me pencherais sur le cas particulier des Celtibères qui ne commencèrent à écrire que sous la domination romaine. Ainsi, il s’agira de mieux comprendre les processus d’acquisition de l’écriture des sociétés préromaines, qui prennent un tour radical vers le changement d’ère quand ces écritures sont toutes abandonnées au profit du latin.

Des écritures nées de contacts commerciaux

  • 19 De Hoz 2010a, 354-402 ; voir également les pages 485-526 pour une réflexion sur une première écrit (...)
  • 20 L’alphabet gréco-ibérique est constitué de 16 signes identiques à ceux du modèle grec, il s’agit d (...)
  • 21 Untermann 1990 et De Hoz 1993.

3Les premières écritures paléohispaniques, dont l’écriture du Sud-Ouest est la mieux attestée par des documents datant des VIe et Ve siècles19, sont créées à partir du modèle phénicien (fig. 1 et 2). Par la suite, les Ibères de la région de Valence adoptèrent, avec une légère modification graphique, l’alphabet ionien pour constituer peu avant la fin du Ve siècle l’écriture gréco-ibérique20. C’est dans cette même région et à la même époque que furent créées deux nouvelles écritures, propres aux Ibères, qui découlaient des premières écritures paléohispaniques : l’ibérique méridional et l’ibérique septentrional, appelé aussi levantin. Ce dernier fut également utilisé sur la côte méditerranéenne jusqu’au Roussillon et dans la vallée de l’Èbre21.

  • 22 Strabon, ib., III, 4, 6.
  • 23 De Hoz 2006. Cette question faisait suite à l’énigme non résolue de la création de trois écritures (...)

4Constitués à partir du modèle phénicien, les semi-syllabaires paléohispaniques sont donc le fruit de l’acculturation. Il s’agit d’emprunts graphiques par des sociétés dépourvues de système d’écriture. Leur épigraphie fut influencée par les pratiques phéniciennes et surtout grecques. Ces adoptions s’expliquent par des relations commerciales développées entre ces peuples : l’installation des Phéniciens est attestée dès le IXe siècle dans le sud de la péninsule (fig. 2) ; il y a également dans le sud quelques traces de produits et inscriptions grecques entre la fin du VIIe et le milieu du VIe siècles, mais la présence grecque se fixa au début du VIe siècle, plus au nord, avec certitude dans la cité d’Emporion, à Marseille et dans une série de comptoirs à proximité de ces deux cités. Dans les régions de Valence, Alicante et Murcie, chez les Contestani, l’impact de la culture grecque est attesté, les relations commerciales également, mais sur aucun site archéologique n’a été mis au jour un quartier grec et encore moins un emporion, bien que Strabon suggère leur existence22. J. De Hoz avait soulevé une question non résolue à propos des utilisateurs de l’écriture gréco-ibérique en Contestanie : étaient-ils des Ibères qui ne connaissaient pas l’écriture ibérique ou des Ibères qui utilisèrent une seconde écriture pour communiquer avec des Grecs qui comprenaient peut-être la langue ibérique mais ne lisaient pas le semi-syllabaire ibérique23 ? En tout cas ces trois écritures (gréco-ibérique, ibérique méridional et ibérique levantin) sont nées dans une région où les contacts avec les Grecs furent peut-être uniquement commerciaux : est-ce le fruit d’un métissage ?

  • 24 Lejeune 1983 et 1985 ; Bats 1988, 2004 et 2011, parmi d’autres.
  • 25 Bats 2011 revient sur la chronologie des premières inscriptions et propose d’abaisser la période t (...)
  • 26 Bats 2004.
  • 27 Strabon, ibid., IV, 1, 5, rappelle la formation de Gaulois dans les écoles de Marseille.
  • 28 Mullen 2011.

5Rappelons qu’un phénomène similaire à l’écriture gréco-ibérique se développa dans le sud de la Gaule24, notamment dans l’aire d’influence de Marseille, où une écriture gallo-grecque est constituée à partir de la fin du IIe siècle25. Le nombre d’inscriptions et de sites où ces dernières ont été découvertes se multiplie au Ier siècle, alors que des inscriptions gallo-latines apparaissent avec la domination romaine. En revanche les Gaulois ne développèrent pas une écriture propre. La présence grecque en terres gauloises, bien établie par l’archéologie26, peut nous éclairer sur le processus de formation des écritures en péninsule Ibérique. Les Gaulois méridionaux se sont initiés à l’écriture grâce à leurs voisins marseillais27 ou à des commerçants italiens d’origine grecque28. Dans des sites gaulois (Martigues, Lattes, Saint-Blaise, Ruscino), la naissance du gallo-grec se place dans un contexte de bilinguisme, en témoignent les noms gaulois translitérés en grec ou les textes en grec trouvés dans un habitat gaulois et comportant des témoins gaulois. Des Grecs vivaient dans des villages gaulois, par exemple à Lattes où ont été trouvés deux abécédaires grecs, dont l’un est un véritable exercice d’écolier sur ostrakon. L’acculturation, ici un emprunt graphique, est le fruit de contacts personnels et de l’apprentissage de la langue et de l’écriture de l’autre : les Gaulois ont utilisé le grec puis ont constitué le gallo-grec.

  • 29 De Hoz 1995.
  • 30 Lang 1996.
  • 31 L’essentiel des inscriptions date du IVe siècle, cf. De Hoz 2010b.

6Bien que les informations recueillies en Espagne soient moindres, on peut envisager un processus similaire : la mixité linguistique liée à la présence des Grecs parmi les Ibères aurait conduit au développement du bilinguisme, les Ibères ayant pu d’abord utiliser le grec, puis constituer le gréco-ibérique29. Le terme de « métissage » semble ici adapté, en tant que transmutation de ce que l’on reçoit. Celui de créolisation ne convient pas à ce contexte caractérisé uniquement par des échanges commerciaux, sans domination politique ou sociale avérée. Enfin, on considère que dans la créolisation, les apprentissages ne passent pas par des bilingues. Une culture créole doit garder des traces du processus d’apprentissage, ce processus se figeant même avant d’arriver à son terme30. L’écriture gréco-ibérique fut abandonnée au IIIe siècle31, seules les écritures ibériques méridionales et levantines demeuraient à l’arrivée des Romains.

7Malgré un contexte de domination politique obtenue par la force, les Romains n’ont jamais imposé leur langue ni leur écriture aux sociétés provinciales. Toutefois l’intégration des Hispaniques dans les réseaux de production romains et les contacts développés avec des immigrés italiens ont eu un impact sur les sociétés indigènes. Cette immigration, certes faible à l’époque républicaine, fut effective dès le IIe siècle dans les grandes cités de la côte méditerranéenne, dans la vallée du Guadalquivir (Baetis) et dans le bassin de l’Èbre, ce dont témoignent les inscriptions latines découvertes (fig. 3). L’Ultérieure et l’est de la Citérieure furent nettement privilégiés. Il s’agissait de vétérans installés par le pouvoir dans des cités indigènes (Italica) ou dans des colonies (Carteia et Valentia, peut-être Corduba), et plus rarement de civils qui tentèrent leur chance dans les grands ports (Emporion, Tarraco, et Carthago Noua) ; ils furent alors accompagnés d’artisans et une voie commerciale avec l’Italie se mit en place. Les contacts développés par les Ibères avec ces Italiens stimulèrent le développement et la généralisation de l’épigraphie dans les deux provinces (fig. 3 et 4). Les Ibères bénéficièrent certainement des compétences techniques des graveurs latins dont la présence était spatialement moins limitée que celle des Grecs.

  • 32 Barrandon 2011, 180-190.

8La latinisation fut rapide en Ultérieure où l’immigration italique fut la plus importante et où l’écriture ibérique était moins utilisée à l’arrivée des Romains que dans le nord : la présence punique, formalisée par le royaume barcide dans le dernier tiers du IIIe siècle, avait dû déjà entraîner un déclin de l’ibérique. On estime que son utilisation cessa dès le début du IIe siècle. En Citérieure, l’ibérique levantin était florissant à l’arrivée des Romains ; il le demeura, puisque le nombre d’inscriptions et de lieux de découverte s’accrurent à partir du IIe siècle. Toutefois, quelle que soit la période prise en compte, il semble que les influences allogènes aient davantage touché la forme (ordonnancement du texte, choix du support, technique de gravure) que le fond, les contenus seraient restés propres aux cultures indigènes32. Ainsi, si certains textes funéraires ibériques ont une apparence latine, en s’ornant par exemple d’interponctions systématiques et d’un cadre biseauté (Guissona-Iesso, D. 15.1, fig. 5), les contenus ne sont pas différents des textes propres aux traditions ibères et moins marqués par des techniques de gravure latines.

9La présence de modèles exogènes variés fut donc déterminante dans la constitution et dans le développement des écritures paléohispaniques. L’acculturation héritée des échanges commerciaux ne laissa place au métissage que dans le cas du gréco-ibérique, alors que la domination politique n’imposa pas l’abandon des langues autochtones ; elle stimula même le développement de l’épigraphie en ibérique levantin. Ainsi, il ne faut pas négliger le dynamisme des sociétés ibères septentrionales : il est possible que des commerçants ibères officièrent jusqu’en Gaule. Ce dynamisme cache-t-il des situations linguistiques plus floues chez les populations septentrionales, traditionnellement considérées comme ibères ?

Langues et écritures ibériques : vernaculaires ou véhiculaires ?

  • 33 De Hoz 2011.
  • 34 Terme créé par J. de Hoz (De Hoz 2001) à partir des cas crétois et chypriotes pour qualifier les p (...)
  • 35 Ruiz Darasse 2011.
  • 36 En tout cas il « a un nombre réduit de fonctions et est spécialisé dans l’interaction entre groupe (...)
  • 37 Notamment MLH II, B. 7.1, Pech Maho.
  • 38 L’auteure précise qu’un Gaulois pouvait adapter « des données celtiques, en l’occurrence son onoma (...)

10La question de l’usage de la langue écrite par l’ibérique levantin reste controversée. La principale difficulté relève de notre compréhension très fragmentaire de cette langue dont seule l’onomastique est relativement bien maîtrisée. Connaissant bien les sociétés antiques de la Méditerranée, J. De Hoz doute que la langue ibérique ait pu être parlée sur un territoire aussi vaste que le suggèrent les trouvailles épigraphiques33. Pour ce savant, elle était vernaculaire dans la région de Valence, là où étaient nées les trois écritures vivaient les étéoibères34, mais plus au nord, il estime qu’elle devait être véhiculaire. Cette conclusion est étayée par le nombre important de noms de personnes non ibériques mentionnés avec cette écriture et parfois même dans cette langue. C. Ruiz Darasse, dans une thèse qui analyse les interfaces épigraphiques aux frontières entre les Ibères et les Gaulois du Roussillon, les Ibères et les Grecs d’Emporion et les Ibères et les Celtibères35, revient sur cette question : cette langue y était-elle véhiculaire, une lingua franca ou un pidgin ? Dans les trois cas, il s’agirait d’un niveau de simplification d’une langue et/ou d’un mélange de termes issus de langues différentes. Dans cette réflexion l’expression « pidgin » est plus adaptée que « créole » étant donné les contextes socio-économiques en Ibérie et à sa frontière avec la Gaule avant l’arrivée des Romains et parce que l’on ne décèle pas dans toute la zone d’usage de l’ibérique levantin de traits différenciés dans la langue. Si une lingua franca, purement utilitaire, n’a généralement pas laissé de traces écrites et donc ne convient pas à cette étude, le pidgin, concept hérité de l’expérience chinoise et donc intimement lié au commerce36, est plus pertinent puisque les inscriptions sont concentrées dans des sites à la croisée des échanges et dans des contextes de redistribution des objets (Pech Maho, Ensérune). Toutefois, la présence de quelques textes en contexte religieux ne parle pas en faveur d’un pidgin37. L’expression « langue véhiculaire », un outil de communication pourrait-elle davantage convenir ? L’existence d’une langue véhiculaire implique au minimum une situation de diglossie et suggère des contacts réguliers. Si l’expérience grecque sur les côtes gauloises voisines donne un certain crédit à la démonstration de J. De Hoz, C. Ruiz Darasse préfère conclure, pour les régions frontières, sur « une écriture ibérique envisagée non pas comme la marque d’une langue véhiculaire mais plutôt comme une écriture de contact, car il n’est pas assuré qu’elle ait été parlée parmi ses utilisateurs » à l’onomastique non ibérique qui apparaissent dans certains textes38.

  • 39 Moret, Benavente Serrano et Gorgues 2006.
  • 40 Arasa i Gil 2001.

11L’extension de l’usage de l’ibérique levantin sous la domination romaine, notamment dans des zones isolées des circuits d’échanges, par exemple dans la vallée du Matarraña en Aragon39 ou au nord de Castellón40, et la diversification de son usage (religieux, funéraire, civique, etc.) rendent complexe la classification de cette langue dans toutes les zones traditionnellement considérées, notamment par les archéologues, de culture ibère : vallée de l’Èbre, Catalogne et nord du pays valencien. Si la présence d’onomastiques non ibères peut aller là aussi dans le sens d’une langue véhiculaire, il faudrait en déduire que tous les Ibères mentionnés sont des migrants. Leur proportion au sein des cités a alors de quoi surprendre : c’est la principale réticence vis-à-vis de la théorie de J. De Hoz. Les analyses linguistiques entrent en conflit avec celles des sociétés, notamment à propos de l’usage de l’écriture en leur sein.

  • 41 Les inscriptions ibériques sur plomb se placent dans le sillage des pratiques grecques, que l’on t (...)
  • 42 Notamment parce que c’est un objet qui n’a pas été fondu ou réutilisé.
  • 43 Gorgues 2010, 148-191, 276-279, 353-367.
  • 44 César, BG, I 29 à propos d’un recensement chez les Helvètes et VI, 14 à propos d’une tradition gau (...)
  • 45 Diodore de Sicile, BH, V, 28, pour qui les Gaulois rédigent des lettres privées.

12Certes une grande partie des inscriptions était utilisée dans le cadre des échanges (inscription numérale sur céramiques ou amphores et lettres commerciales sur lamelles de plomb), notamment avant la présence romaine41. Mais comment interpréter les autres inscriptions ? Pour J. De Hoz les graffitis sur céramique, support majoritaire, voire parfois exclusif42 dans certaines cités, comme à Azaila, émanent de commerçants ou d’artisans, ce qui irait dans le sens de populations ibères mobiles, donc migrantes. On objectera que, jusqu’au milieu du Ier siècle, l’artisanat était certainement cantonné à la structure familiale43 ; les professionnels immigrés devaient être rares. En outre, la majeure partie de ces graffitis peut aussi être interprétée comme des marques de propriété. De même, il faudrait imaginer que toutes les stèles funéraires avec un texte ibérique émanent d’immigrés, alors que la tradition ibère de la stèle décorée anépigraphique était prégnante dans certaines régions, comme dans le Bas-Aragon. Enfin, sous la domination romaine, apparaissent quelques inscriptions monumentales ou destinées à être affichées, donc civiques et s’adressant à l’ensemble de la communauté, mentionnant parfois des élites locales avec une onomastique ibérique. À titre de comparaison, si les inscriptions gallo-grecques sont principalement des graffitis sur céramiques, César témoigne de l’usage comptable et civique de l’écriture en Gaule44, alors qu’il fut, semble-t-il, également privé, si l’on en croit Diodore45. Il faut ainsi, en Gaule comme dans la péninsule Ibérique, tenir compte de nombreux documents sur supports périssables ou réutilisables qui doivent nous faire défaut.

  • 46 Voir la démonstration de P. Moret à propos de la vallée du Matarraña, très éloignée des principale (...)
  • 47 Suggestion faite par Ruiz Darasse 2011.

13Si d’un point de vue linguistique un substrat non ibérique est clairement lisible dans la zone considérée comme ibère d’après les textes littéraires et l’archéologie, il faut malgré tout envisager une ibérisation linguistique du nord-est de la péninsule Ibérique avant l’arrivée des Romains46. Une autre explication à l’anomalie d’une langue parlée sur un espace aussi vaste serait la possibilité qu’il y ait eu plusieurs dialectes en Ibérie et une seule langue utilisée dans le domaine de l’écrit pour toute la zone, comme dans le cas de l’arabe classique47. Avec la conquête romaine, lorsque de nombreux documents communautaires apparaissent, je suis tentée d’associer langue et écriture ibériques et de les considérer comme vernaculaires : il n’y aurait pas alors de créolisation ni de métissage, mais le débat, stimulant, reste ouvert. L’écriture ibérique levantine n’a pas seulement connu une diffusion conséquente, elle fut utilisée par un autre peuple : les Celtibères.

Le cas particulier de l’écriture celtibérique

  • 48 Barrandon 2011, 31-32.
  • 49 Il y a en Celtibérie une écriture paléohispanique avec deux variantes, orientale et occidentale, u (...)

14La situation en Celtibérie se distingue légèrement de celle de l’Ibérie, puisque les Celtibères n’utilisèrent pas d’écriture avant la présence romaine. Au IIe siècle, quand les Romains conquièrent ces terres et pacifient ces peuples, souvent avec une extrême violence (mort, réduction en esclavage, déportation), les Celtibères n’ont pas opté pour l’écriture du conquérant mais pour celle de leurs voisins, les Ibères. Ce choix, très surprenant puisque le celtibérique comme le latin sont des langues indoeuropéennes, alors que l’ibérique est une langue non-indoeuropéenne de type agglutinante, s’explique par les contacts commerciaux, et peut-être sociaux, intenses et anciens entre les deux sociétés48. Cependant l’écriture ibérique était peu adaptée à la langue celtibérique (fig. 6)49 : par exemple elle ne transcrivait pas la suite occlusive + liquide (comme/bl/,/pr/ou/gr/) et ne distinguait pas les occlusives sourdes des sonores (/t/ - /d/ ;/q/ - /g/, etc.). Sur le modèle des transferts culturels entre le phénicien et l’ibérique, les Celtibères durent adapter le semi-syllabaire ibérique à leur langue : le signe ibérique/n/est par exemple employé pour le/m/des Celtibères.

  • 50 De Hoz 1986 ; Untermann 1997, 380 et Jordán Cólera 1998, 32.
  • 51 Pour ka.a.ba.a.r.i.n.o.s, ka et ba, sont utilisés non pas comme des signes syllabiques, mais comme (...)
  • 52 Nous ne connaissons à l’heure actuelle que 5 inscriptions en lusitanien.

15Toutefois un phénomène se détache et peut être envisagé comme un métissage, il s’agit de la redondance des voyelles observée dans certaines inscriptions celtibères, notamment occidentales. En considération des sites dans lesquels les textes ont été découverts, le processus doit être daté de la fin de la période républicaine. Il s’agit d’un abandon partiel du semi-syllabaire, puisque l’usage de syllabes n’était guère adapté au celtibérique50. Par exemple, dans l’inscription funéraire de Clunia (MLH IV, K. 13.1), on observe dans le mot kaabaarinos la redondance des voyelles, c’est-à-dire la répétition après un signe syllabique du signe de la voyelle correspondante51. Une nouvelle écriture est née de deux influences, ibérique et latine : une écriture métisse ? Il est délicat de conclure sur ce processus car nous n’avons malgré tout qu’une douzaine de documents traduisant cette évolution d’un semi-syllabaire vers un alphabet. Mais l’influence de l’écriture latine dans l’écriture celtibérique, elle-même héritée de l’écriture ibérique, est remarquable en son principe. Le choix de l’alphabet latin en Celtibérie ne s’imposa qu’à la fin de la République ou au début de l’époque impériale, soit près de deux siècles après le début de la conquête. C’est également au changement d’ère que les Lusitaniens commencèrent à écrire, ils optèrent directement pour l’alphabet latin et, comme les Celtibères, se latinisèrent certainement en une génération, au début de l’Empire52.

  • 53 Barrandon 2010.

16En ce qui concerne les pratiques épigraphiques, c’est l’épigraphie latine, et non ibérique, qui influença les Celtibères : ils ont privilégié non pas l’usage du plomb comme en Ibérie, mais celui du bronze comme à Rome, notamment pour inscrire leur coutume d’hospitalité sur des tessères. À Contrebia Belaisca au sud de Saragosse, ce sont également des textes normatifs qui ont été rédigés sur de grandes plaques de bronze, selon le modèle de la table latine du même nom qui retranscrit un procès régional tenu dans la cité sous l’autorité du gouverneur romain de l’année 8753. Dans cette cité au moins, le phénomène de diglossie peut être envisagé pour ce début du Ier siècle, voire de bilinguisme pour les élites locales. Mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’un cas bien particulier qui s’expliquerait par le rôle attribué à la cité par le gouverneur romain lors sa tournée judiciaire.

  • 54 Un projet d’étude complète sur le sujet est en cours, voir Beltrán Lloris, F., C. Jordán Cólera et (...)

17En ce qui concerne les aspects formels des inscriptions, il est préférable, comme en Ibérie, de parler de « transferts culturels ». C’est ce que montre l’étude de la coutume de l’hospitalité celtibère : si les tessères s’approchent d’un point de vue formel de tessères italiques (fig. 7), il semble que l’hospitalité celtibère ait lié un homme et une cité, peut-être cette dernière donnait même sa citoyenneté au contractant, et non deux hommes entre eux comme cela fut majoritairement le cas en Italie54. Je précise « il semble » car notre maîtrise partielle de cette langue et la brièveté de ces textes ne permettent aucune certitude. Des Celtibères ont également utilisé l’alphabet latin pour transcrire le celtibérique, notamment sur des tessères d’hospitalité, mais le texte ne change pas, la coutume devait être la même. Il faut attendre la latinisation complète des Celtibères pour avoir confirmation de la romanisation de cette coutume.

*

  • 55 Cela concerne une petite vingtaine d’inscriptions en Celtibérie (Jordán Cólera 1998, 197-222).
  • 56 Beltrán Lloris et Estarán Tolosa 2011 et Barrandon 2011, 270-272.

18À une période mal datée, mais que les monnaies nous incitent à placer peu de temps avant le principat d’Auguste, on trouve non seulement des documents en langue paléohispanique et alphabet latin55, mais aussi quelques rares documents bilingues, monétaire, honorifique et artisanal (fig. 8)56, dont il n’est pas assuré que le texte paléohispanique soit une traduction stricte du texte latin. Cette rareté témoigne en faveur d’une phase de bilinguisme épigraphique courte, peut-être une génération comme le suggèrent les légendes monétaires. Elle correspond aux premiers temps de l’intégration civique, alors que la domination romaine depuis près de deux siècles n’avait fait que favoriser des emprunts techniques dans des cultures dont les mutations se plaçaient dans un processus parfois séculaire. Bien que la question de la zone d’usage de la langue ibérique et donc de l’usage ou non d’une écriture de contact soit encore à discuter, le concept de « transferts culturels » s’impose dans la plupart des étapes de ce processus. Il est malgré tout pertinent de parler de « métissage » en ce qui concerne la constitution du gréco-ibérique et l’abandon possible du semi-syllabaire par certains Celtibères au profit de l’alphabet. Doit-on alors parler de « créolisation » ? Si le terme serait indiqué pour des mutations qui touchent l’écriture, comme une alternative à la constitution d’un créole, les contextes socio-politiques ne permettent pas, à mon sens, de le préférer à celui de « métissage ».

Figures

Figures

Figure 1. – Systèmes graphiques présents dans la péninsule ibérique avant l’arrivée des Romains, d’après J. De Hoz, « L’écriture ibérique », in Les Ibères, Barcelone, 1997, 193 : a. – l’écriture gréco-ibérique (2) comparée à l’alphabet ionien (1) ; b. – les écritures paléohispaniques : écriture du Sud-Ouest (2) comparée au modèle phénicien probable (1), écriture ibérique méridionale (3) et écriture ibérique levantine (4).

Figure 2. – Sites de découverte d’inscriptions paléohispaniques datées entre les VIe et IIIe siècles (carte réalisée d’après les données de http://hesperia.ucm.es).

Figure 3. – Présence italique et inscriptions latines, à l’époque républicaine (carte réalisée d’après les données de http://hesperia.ucm.es).

Figure 4. – Sites de découverte d’inscriptions paléohispaniques datées entre les IIe et Ier siècles (carte réalisée d’après les données de http://hesperia.ucm.es).

Figure 5. – Inscription ibérique funéraire de Guissona/Iesso (photo d’après J. Guitart Durán, J. Pera Isern, M. Mayer et J. Velaza Frías, « Noticia preleminar sobre una inscripcíon ibérica encontrada en Guissona (Leida) », in F. Villar et J. D’Encarnação (dir.), La Hispania prerromana, Salamanque, 1996, 64 et dessin de l’auteur).

Figure 6. – Écritures ibérique et celtibérique d’après MLH IV, 441-442.

Figure 7. – Tessères d’hospitalités celtibères, MLH IV, K. 18.1-4 (La Custodia-Viana).

Figure 8. – Épigraphies composées d’une écriture paléohispanique et du latin
a. – MLH III, C. 18.10 (Tarraco)

b. – MLH III F. 11.18 (Saguntum).

c. – MLH IV, K. 5.4 (Caminreal).

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Almagro Gorbea M. (1993), « Los Celtas en la Península Ibérica : origen y personalidad cultural », in Almagro Gorbea M. (coord.), Los Celtas : Hispania y Europa. Actas de los cursos de verano de la Universidad Complutense de Madrid (Madrid, 1992), Madrid, p. 121-173.

Almagro Gorbea M. (2008), Los orígenes de los Vascos, Madrid.

Amselle J.-L. (2006) « Métissage », in Mesure S. et P. Savidan (dir.) Dictionnaire des sciences humaines, Paris, p. 756-758.

Arasa i Gil F. (2001), La romanització a les comarques septentrionals del litoral Valencià, Poblament ibèric i importacions itàliques en els segles II-I aC, Valence.

Barrandon N. (2010), « Portrait d’une cité celtibère sous domination romaine : Contrebia Belaisca à Botorrita (Aragon) », Pallas, 82, p. 291-319.

Barrandon N. (2011), De la pacification à l’intégration des Hispaniques (133-27 a. C.), les mutations des sociétés indigènes d’Hispanie septentrionale et centrale sous domination romaine, Bordeaux.

Barrandon N. (à paraître), « Approche technique des pratiques épigraphiques dans la péninsule Ibérique du Ier millénaire av. J.-C. », Mélanges de la Casa de Velázquez.

Bats M. (1988), « La logique de l’écriture d’une société à l’autre en Gaule méridionale protohistorique », Revue archéologique de Narbonnaise, 21, p. 121-148.

Bats M. (2004), « Grec et gallo-grec : les graffites sur céramique aux sources de l’écriture en Gaule méridionale (IIe-Ier siècle av. J.-C.) », Gallia, 61, p. 7-20.

Bats M. (2011), « Emmêlements de langues et de systèmes graphiques en Gaule méridionale (VIe-Ier siècle av. J.-C.) », in Ruiz Darasse C. et E. Luján (éd.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, p. 197-226.

Beltrán Lloris F. et M. J. Estarán Tolosa (2011), « Comunicación epigráfica e inscripciones bilingües en la Península Ibérica », in Ruiz Darasse C. et E. Luján (éd.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, p. 9-25.

Beltrán Lloris, F., C. Jordán Cólera et I. Simón Cornago (2009), « Revisión y balance del “corpus” de téseras celtibéricas », Acta Palaeohispanica X, Palaeohispanica, 9, 625-668.

Benoist J. (1996), « Métissage, syncrétisme, créolisation : Métaphores et dérives », Études créoles, 19-1, p. 47-60.

Bernabé J., Confiant R. et Chamoiseau P. (1989), Éloge de la créolité, Paris.

Bonniol J.-L. (2004), « La tradition dans tous ses états : illustration guadeloupéenne », in Dimitrijevic D. (dir.), Fabrication des traditions. Invention de modernité, Paris, p. 149-161.

Chaudenson R. (1989), « Créolisation linguistique, créolisation culturelle », Études créoles, 12 (1), p. 53-73.

De Hoz J. (1986), « La epigrafía celtibérica », in Reuníon sobre epigrafía hispánica de época romano-republicana (1983), Saragosse, p. 43-102.

De Hoz J. (1987), « La escritura greco-ibérica », Veleia, 2-3, p. 285-298.

De Hoz J. (1993), « La lengua y la escritura ibéricas, y las lenguas de los íberos », in Untermann J. et F. Villar (éd.), Lengua y cultura en la Hispania prerromana. Actas del V coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la península Ibérica (Colonia, 1989), Salamanque, p. 635-666.

De Hoz J. (1995), « Ensayo sobre la epigrafía griega de la Península ibérica », Veleia, 12, p. 151-179.

De Hoz J. (2001), « Algunas reflexiones sobre fronteras étnicas y lingüísticas », in Berrocal-Rangel L. et Ph. Gardes (éd.), Entre celtas e íberos : las poblaciones protohistóricas de las Galias e Hispania, Madrid, p. 77-88.

De Hoz J. (2006), « La réception de l’épigraphie hellénistique dans l’extrême Occident », Pallas, 70, p. 347-364.

De Hoz J. (2010a), Historia lingüística de la Península Ibérica en la antigüedad : I. Preliminares y mundo meridional prerromano, Madrid.

De Hoz J. (2010b), « l’écriture gréco-ibérique et l’influence hellène sur les usages de l’écriture en Hispanie et dans le sud de la France », in H. Tréziny (ed.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, Actes des rencontres du programme européen Ramses (2006-2008), Aix en Provence, p. 637-657.

De Hoz J. (2011), « Las funciones de la lengua ibérica como lengua vehicular », in Ruiz Darasse C. et E. Luján (éd.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, p. 27-64.

Etienne R. (1962), Bordeaux antique, Bordeaux.

García Fernández F. J. (2007), « Etnología y etnias de la Tudetania en época prerromana », Cuadernos de préhistoria y arqueología de la Universidad Autónoma de Madrid, 33, p. 117-143.

Glissant E. (1996), Introduction à une poétique du divers, Gallimard, Paris.

Gorgues A. (2010), Economie et société dans le nord-est du monde ibérique et ses marges (250/25 av. J.-C.), Madrid.

Gruzinski S. (2001), « “Un honnête homme, c’est un homme mêlé”, mélanges et métissages », in Bénat Tachot L. et S. Gruzinski (dir.), Passeurs culturels. Mécanismes de métissages, Marne-la-Vallée, p. 1-19.

Inglebert H. (2005), Histoire de la civilisation romaine, Paris.

Jordán Cólera C. (1998), Introducción al Celtibérico, Saragosse.

Jullian C. (1920), Histoire de la Gaule, Tome VI, La civilisation gallo-romaine – État moral, Paris.

Lang J. (1996), « Dans quel sens la créolisation est-elle un métissage ? », Études créoles, 19-2, p. 62-68.

Laplantine F. et A. Nouss (2009), Le métissage, Paris, 1re éd. 1977.

Lejeune M. (1983), « Rencontres de l’alphabet grec avec les langues barbares au cours du Ier millénaire av. J.-C. », in Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Rome, p. 731-753.

Lejeune M. (1985), Recueil des inscriptions gauloises I : textes gallo-grecs, Gallia Suppl. 45.

Le Roux P. (1995) [1997], « Rome ou l’acculturation permanente », Crises, 5, p. 125-131.

Le Roux P. (2004), « La romanisation en question », Annales Histoire Sciences Sociales, 2, mars-avril, p. 287-311.

Le Roux P. (2006), « Regarder vers Rome aujourd’hui », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 118/1, p. 159-166.

Moret P., J. A. Benavente Serrano et A. Gorgues (2006), Iberos del Matarraña, Alcañiz.

Mullen A. (2011), « Reflet du multiculturalisme, la création et le développement du gallo-grec », in Ruiz Darasse C. et E. Luján (éd.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, p. 227-239.

Ouachour F. (2002), Approches conceptuelles du métissage culturel en Afrique du Nord ancienne, thèse de doctorat, Nantes, 2002.

Peyras J. (1991), « Identités culturelles et métissages ethniques dans l’Antiquité », in Métissages, actes du colloque international de Saint-Denis de La Réunion, 2-7 avril 1990, t. I, Littérature et histoire, Paris et Saint-Denis, L’Harmattan, université de La Réunion, p. 183-198.

Ruiz Darasse C. (2011), Interfaces épigraphiques. Les contacts linguistiques entre Celtes et Ibères dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique et le Sud de la Gaule (Ve-Ier siècle av. J.-C.), thèse de doctorat, EPHE, Paris.

Sartre M. (2001), D’Alexandre à Zénobie, Histoire du Levant antique IVe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C., Paris.

Sartre M. et A. Sartre-Fauriat (2008), Palmyre, la cité des caravanes, Découverte Gallimard, Paris.

Simón Cornago I. (2010), « Un lapsus calami (K. 9.2) y la escritura redundante en la Celtiberia », Veleia, 27, p. 115-122.

Untermann J. (1980), Monumenta Linguarum Hispanicarum, Band II. Die Inschriften in iberischer Schrift aus Südfrankreich, Wiesbaden (MLH II).

Untermann J. (1990), Monumenta Linguarum Hispanicarum, Band III. Die iberischen Inschriften aus Spanien, 1. Literaturverzeichnis, Einleitung, Indices. 2. Die Inschriften, Wiesbaden (MLH III).

Untermann J. (1997), Monumenta Linguarum Hispanicarum, Band IV. Die tartessichen, keltiberischen und lusitanischen Inschriften, Wiesbaden (MLH IV).

Van Andringa W. (2002), La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.), Paris.

Webster J. (2001), « Creolizing the Roman Provinces », American Journal of Roman Archaeology, 105 (2), p. 209-225.

Notes

2 À titre d’exemple voir Laplantine et Nouss 2009, 14-15. La référence utilisée est principalement Plutarque, Œuvres morales, Sur la fortune d’Alexandre, 1, 6. Un métissage somme toute minimisé par les historiens, pour qui la démarche d’Alexandre se résumerait plutôt à une volonté de fusionner les élites, cf. Peyras 1991.

3 Voir la mise au point complète dans Inglebert 2005, 421-449.

4 Nous ne prenons pas en compte ici les réflexions sur le métissage en tant que mélanges des peuples, comme étudié par exemple pour l’empire romain par Peyras 1991, qui rappelle que le métissage rend bien compte du principe d’intégration des peuples qui régissait la société romaine, ou pour les sociétés protohistoriques comme dans les travaux de M. Almagro Gorbea, par exemple sur des bases génétiques pour les Vascones (Almagro Gorbea 2008, 51) ou pour résoudre la spécificité des Celtibères considérés comme le fruit d’un métissage entre des Celtes et des Ibères (Almagro Gorbea 1993), le propos reposant sur l’idée de vagues d’immigration qui est loin de faire l’unanimité.

5 Jullian 1920, 7, à propos du « métissage divin », le terme est alors défini comme « un mélange de races différentes ». Pour cet auteur cela concerne chaque province, mais il ne cite des exemples qu’en Espagne et en Afrique ; le constat porte sur l’époque impériale : « Maintenant que Rome gouverne, que tous les peuples n’en forment qu’un, les dieux vont se rapprocher, se connaître et se mêler aussi bien que les hommes. » Étienne 1962, 167, l’employa également. Cependant, le concept de « syncrétisme » et la notion d’« interpretatio indigena » demeurent privilégiés pour les religions celtico-romaines. Ils sont parfois eux-mêmes rejetés, voir ainsi Van Andringa 2002, 131-158, qui conclut p. 289 : « L’adhésion progressive des provinciaux aux deux patries, la cité et Rome, n’impliquait pas, à proprement parler, de syncrétisme. Il n’y a jamais eu de mélange des rôles, du moins sur la place publique. Manifestement la découverte de la politique passait par une reformulation des rites et des cultes dans un sens normatif et hiérarchique sans qu’il y ait fusion ou mélange des habitudes religieuses et des entités divines. »

6 Ouachour 2002.

7 À propos de la culture des Turdétans sous influence phénicienne dans García Fernández 2007. Si dans la quatrième de couverture de Sartre et Sartre-Fauriat 2008, les auteurs n’hésitent pas à parler de métissage culturel à propos de Palmyre, Sartre 2001, 853-866 et 993-994 privilégiait malgré tout le concept d’« acculturation ».

8 Barrandon 2011, 13-21. Dans la suite de ce texte, tous les siècles et années précisés sont avant J.-C.

9 Le Roux 1995 [1997] et 2006 parle d’« acculturation permanente » à propos de l’histoire romaine, mais là encore la réflexion se fonde essentiellement sur la période impériale. Dans mon ouvrage sur le dernier siècle de la République en Citérieure, Barrandon 2011, j’ai également privilégié la notion d’influences culturelles italiques, car malgré des transferts techniques et des goûts nouveaux, les sociétés de la Péninsule sont peu bouleversées pendant cette période.

10 Webster 2001.

11 Le Roux 2004.

12 Strabon, Ib., III, 2, 15.

13 Gorgues 2010, 332 : « transposé au domaine archéologique, ce terme évoque l’émergence d’une culture matérielle – la somme de processus de production et d’acquisition-qui n’est plus ni indigène, ni romaine, mais emprunte un peu des deux et réinterprète d’une part les éléments proposés par les colonisateurs dans le cadre d’une grille autochtone, et d’autre part les éléments autochtones dans le cadre d’une grille italique ». L’analyse porte sur les structures de production et les produits échangés.

14 Le débat devrait nettement progresser dans les années à venir notamment avec la parution, annoncée pour 2013, d’un numéro spécial de l’Archaeological Review from Cambridge intitulé Archaeology and Cultural Mixing : Creolization, Hybridity and Mestizaje.

15 Voir ainsi l’article « métissage » dans Amselle 2006. « Métissage » comme « créolisation » ont toujours eu des fondements identiques : l’hétérogénéité des sociétés en contact et la naissance d’une culture nouvelle. Mais Glissant 1996, 19, introduisit une nuance : « la créolisation, c’est le métissage avec une valeur ajoutée qui est l’imprévisibilité ». Loin de diviser, la pensée de Glissant a été appropriée par les tenants du métissage. Ainsi Gruzinski 2001, 19, écrit : « complexité, imprévu et aléatoire paraissent donc inhérents aux mélanges et aux métissages. Ils possèdent comme bien d’autres phénomènes sociaux une dimension chaotique. ». Voir également Laplantine et Nouss 2009, 7.

16 Chaudenson 1989 insistait tout particulièrement sur le contexte colonial du processus et Benoist 1996, 57 écrivait : « tous les mondes créoles sont fondés sur la violence ». Même Glissant 1996, 51, avait dû s’y résoudre : « il me semble qu’il peut y avoir des créolisations sans violence. Pourtant je cherche des exemples et je n’en trouve pas ».

17 On se reportera par exemple à Bernabé et al. 1989, Bonniol 2004 ou aux travaux du CRILLASH de l’université des Antilles et de la Guyane.

18 Glissant 1996, 14-15.

19 De Hoz 2010a, 354-402 ; voir également les pages 485-526 pour une réflexion sur une première écriture paléohispanique dite de Tartessos qui aurait servi d’intermédiaire entre l’alphabet phénicien et l’écriture du Sud-Ouest.

20 L’alphabet gréco-ibérique est constitué de 16 signes identiques à ceux du modèle grec, il s’agit donc d’une sélection parmi les signes disponibles, avec une seule modification : l’ajout d’un signe diacritique à la seconde vibrante (rhô). Cf. De Hoz 1987 et 2010b.

21 Untermann 1990 et De Hoz 1993.

22 Strabon, ib., III, 4, 6.

23 De Hoz 2006. Cette question faisait suite à l’énigme non résolue de la création de trois écritures simultanément et dans la même région.

24 Lejeune 1983 et 1985 ; Bats 1988, 2004 et 2011, parmi d’autres.

25 Bats 2011 revient sur la chronologie des premières inscriptions et propose d’abaisser la période traditionnellement retenue (fin IIIe siècle). L’alphabet gallo-grec est également le fruit d’une sélection de signes grecs. On relève l’ajout de quelques règles particulières, comme l’équivalence entre certaines voyelles (oméga/omicron et epsilon/êta) et la valeur affriquée du thêta pour/ts/(le fameux T gaulois pour les Romains).

26 Bats 2004.

27 Strabon, ibid., IV, 1, 5, rappelle la formation de Gaulois dans les écoles de Marseille.

28 Mullen 2011.

29 De Hoz 1995.

30 Lang 1996.

31 L’essentiel des inscriptions date du IVe siècle, cf. De Hoz 2010b.

32 Barrandon 2011, 180-190.

33 De Hoz 2011.

34 Terme créé par J. de Hoz (De Hoz 2001) à partir des cas crétois et chypriotes pour qualifier les premiers « vrais » Ibères afin de distinguer les Ibères de Contestanie de l’ensemble des Ibères.

35 Ruiz Darasse 2011.

36 En tout cas il « a un nombre réduit de fonctions et est spécialisé dans l’interaction entre groupes de langues différentes » selon Chaudenson 1989, 53.

37 Notamment MLH II, B. 7.1, Pech Maho.

38 L’auteure précise qu’un Gaulois pouvait adapter « des données celtiques, en l’occurrence son onomastique, à l’écriture et à la phonétique paléohispaniques ».

39 Moret, Benavente Serrano et Gorgues 2006.

40 Arasa i Gil 2001.

41 Les inscriptions ibériques sur plomb se placent dans le sillage des pratiques grecques, que l’on trouve certes à Athènes et sur les côtes de la Mer Noire, mais aussi en Méditerranée occidentale, notamment à Pech Maho, Emporion ou dans la région de Valence. Elles pouvaient être des lettres commerciales, sur le modèle grec, mais il ne faut pas exclure la possibilité qu’elles aient été des textes religieux ou d’exécrations, puisque quelques exemplaires ont été trouvés dans des tombes. Cette pratique cesse au IIe siècle, avec la présence romaine. Ce thème est étudié dans Barrandon à paraître.

42 Notamment parce que c’est un objet qui n’a pas été fondu ou réutilisé.

43 Gorgues 2010, 148-191, 276-279, 353-367.

44 César, BG, I 29 à propos d’un recensement chez les Helvètes et VI, 14 à propos d’une tradition gauloise d’écrire les comptes publics et privés. Dans les deux cas l’usage reste limité à l’écriture de noms et de données chiffrées ce qui ne préjuge pas d’une utilisation approfondie de l’écriture.

45 Diodore de Sicile, BH, V, 28, pour qui les Gaulois rédigent des lettres privées.

46 Voir la démonstration de P. Moret à propos de la vallée du Matarraña, très éloignée des principales zones d’échanges, dans Moret, Benavente Serrano et Gorgues 2006, 260-267.

47 Suggestion faite par Ruiz Darasse 2011.

48 Barrandon 2011, 31-32.

49 Il y a en Celtibérie une écriture paléohispanique avec deux variantes, orientale et occidentale, utilisées pour une ou des langues vernaculaires. Pour une présentation de cette écriture voir Untermann 1997 et Jordán Cólera 1998.

50 De Hoz 1986 ; Untermann 1997, 380 et Jordán Cólera 1998, 32.

51 Pour ka.a.ba.a.r.i.n.o.s, ka et ba, sont utilisés non pas comme des signes syllabiques, mais comme des signes alphabétiques. Simón Cornago 2010 lit même dans l’inscription peinte MLH IV, K. 9.2, la correction effectuée par l’auteur permettant le passage d’un système d’écriture à l’autre.

52 Nous ne connaissons à l’heure actuelle que 5 inscriptions en lusitanien.

53 Barrandon 2010.

54 Un projet d’étude complète sur le sujet est en cours, voir Beltrán Lloris, F., C. Jordán Cólera et I. Simón Cornago 2009.

55 Cela concerne une petite vingtaine d’inscriptions en Celtibérie (Jordán Cólera 1998, 197-222).

56 Beltrán Lloris et Estarán Tolosa 2011 et Barrandon 2011, 270-272.

Table des illustrations

Titre Figures
Légende Figure 1. – Systèmes graphiques présents dans la péninsule ibérique avant l’arrivée des Romains, d’après J. De Hoz, « L’écriture ibérique », in Les Ibères, Barcelone, 1997, 193 : a. – l’écriture gréco-ibérique (2) comparée à l’alphabet ionien (1) ; b. – les écritures paléohispaniques : écriture du Sud-Ouest (2) comparée au modèle phénicien probable (1), écriture ibérique méridionale (3) et écriture ibérique levantine (4).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 2. – Sites de découverte d’inscriptions paléohispaniques datées entre les VIe et IIIe siècles (carte réalisée d’après les données de http://hesperia.ucm.es).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Figure 3. – Présence italique et inscriptions latines, à l’époque républicaine (carte réalisée d’après les données de http://hesperia.ucm.es).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 4. – Sites de découverte d’inscriptions paléohispaniques datées entre les IIe et Ier siècles (carte réalisée d’après les données de http://hesperia.ucm.es).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 5. – Inscription ibérique funéraire de Guissona/Iesso (photo d’après J. Guitart Durán, J. Pera Isern, M. Mayer et J. Velaza Frías, « Noticia preleminar sobre una inscripcíon ibérica encontrada en Guissona (Leida) », in F. Villar et J. D’Encarnação (dir.), La Hispania prerromana, Salamanque, 1996, 64 et dessin de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure 6. – Écritures ibérique et celtibérique d’après MLH IV, 441-442.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Figure 7. – Tessères d’hospitalités celtibères, MLH IV, K. 18.1-4 (La Custodia-Viana).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Figure 8. – Épigraphies composées d’une écriture paléohispanique et du latina. – MLH III, C. 18.10 (Tarraco)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende b. – MLH III F. 11.18 (Saguntum).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende c. – MLH IV, K. 5.4 (Caminreal).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540