Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Première partie. Étymologie, concept

Penser les métissages en Grande Grèce et en Sicile

Arianna Esposito et Airton Pollini

Résumé

La question des métissages est une problématique théorique au cœur des préoccupations propres au monde contemporain. Mais, dans la mesure où la notion de métissage mobilise le thème des modalités de construction des réalités sociales et culturelles en contexte de contacts interethniques (pacifiques ou imposés), il n’en demeure pas moins que son exploration a contribué à renouveler notre vision du monde ancien. L’évolution de la recherche archéologique dans une perspective postcoloniale nous permet aujourd’hui de mieux cerner la portée de cette notion pour l’étude de ces contacts et en particulier sa pertinence dans l’appréhension de la colonisation grecque en Méditerranée centrale.
À partir d’une approche historiographique, nous nous proposons de nous interroger sur des exemples précis en Grande Grèce et en Sicile et d’établir les conditions méthodologiques sous-tendues à nos approches d’historiens et d’archéologues de la colonisation grecque. Si la notion de métissage renvoie à « une réalité polymorphe, composée d’identités multiples et de constantes métamorphoses » (S. Gruzinski), ce concept peut alors s’avérer opératoire, à condition cependant de considérer les relations de pouvoir des différents acteurs sociaux plutôt que de se référer aux seules entités culturelles.

The question of miscegenation is a theoretical problem at the heart of contemporary world’s issues. Yet, as the notion of miscegenation relates to the modalities of construction of social and cultural realities in a context of interethnic contacts (peaceful or imposed), its use contributed to renew our vision of the Ancient world. The evolution of archaeological research in a postcolonial perspective allows us a better understanding of this concept for the study of those contacts and specially its relevance to comprehend Greek colonization in central Mediterranean.
From a historiographical standpoint, we propose an analysis of precise examples from Magna Graecia and Sicily and we intend to provide methodological conditions supporting our approach of historians and archaeologists of Greek colonization. If the notion of miscegenation refers toune réalité polymorphe, composée d’identités multiples et de constantes metamorphoses” (S. Gruzinski), this concept can turn out effective, as long as one considers the relations of power between the different social actors instead of referring to the sole cultural entities.

Texte intégral

***

  • 1 Un premier résultat partiel de ces recherches a été exposé lors du colloque sur la céramique antiq (...)

1La multiplicité des interprétations et des discussions présentes dans cet ouvrage témoigne de la difficulté des échanges entre disciplines et contextes historiques, mais aussi de tout leur intérêt. Nous voudrions ainsi tout d’abord remercier les organisateurs de ce colloque pour l’opportunité d’exposer ici nos recherches communes sur la difficile question du métissage dans les contextes coloniaux grecs d’Occident1. Nous souhaitons insister sur les aspects méthodologiques et sur quelques approches théoriques récentes qui nous ont permis d’avancer dans notre compréhension de ce phénomène en Grande Grèce et en Sicile. La mise en perspective historique de nos concepts et notions est indispensable à ce type de démarche. Ces deux régions présentent une grande variété de peuples et de modèles culturels, que, à notre sens, seuls des approches et des outils d’investigation différents permettent de comprendre. L’adoption et l’appropriation de la culture matérielle grecque ont contribué à produire des innovations culturelles dans lesquelles ont pu se projeter les identités indigènes. Le contexte retenu est celui de l’époque archaïque, entre les VIIIe siècle et VIe siècle av. J.-C., période à laquelle les contacts sont devenus de plus en plus intenses entre les Grecs et les autres – ceux que conventionnellement on désigne par l’expression significativement peu « neutre » de non-Grecs. Toutefois, un exemple qui sera évoqué date du début du Ve siècle av. J.-C. : son analyse demeure significative et servira à étayer nos propos.

Le débat historiographique

  • 2 Dietler 2005, 33-68 ; Antonaccio 2001, 113-157 ; Antonaccio 2005, 97-113 ; Hodos 2006, 9-13.
  • 3 Hodder et Shanks 1995, 3-29.
  • 4 Gruzinski et Rouveret 1976 ; Torelli 1977 ; Rouveret 1992.
  • 5 Hall 2002, 17 et suiv.

2Depuis la fin des années soixante, il est acquis que le concept d’hellénisation (voire de « penetrazione greca », dans la littérature italienne) n’est pas pertinent pour décrire les contacts culturels entre Grecs et non-Grecs : il n’explique pas les réciprocités du contact interculturel2. À l’heure de la décolonisation, il n’était plus crédible de concevoir les relations interethniques selon un schéma simpliste de type « donneur-receveur ». C’est une évidence, on écrit l’histoire selon son époque : ainsi, tout travail, y compris l’étude des sociétés du passé, est un acte interprétatif porteur d’un sens politique3. Le recours à la notion anthropologique d’acculturation représente un saut qualitatif important4. Appliquée à l’étude des contacts entre Grecs et indigènes en Grande Grèce et en Sicile, elle a profondément marqué les recherches sur l’histoire coloniale grecque par son souci constant de n’éluder aucun point de vue dans le tissu complexe des relations interculturelles. Cela étant, Jonathan Hall a clairement souligné le caractère inévitable de l’hellénocentrisme dans l’histoire de la Méditerranée antique : le poids des sources grecques engendre un clivage, et la littérature archéologique relative aux non-Grecs ne pourra jamais le compenser5.

  • 6 Orser Jr 2000 (1992) ; Funari 1999.
  • 7 Funari 1999, p. 57 ; Funari, Zarankin et Stovel (éd.) 2005. Voir aussi : Meskell 2001, 187-213 ; L (...)
  • 8 Small 1995b, 4-5; Small 1999, 122-136; Dyson 1995, 25-44; Johnson 1999, 23-36. Pour l’archéologie (...)

3D’un point de vue méthodologique, l’archéologie historique6 fournit sans doute une approche essentielle. S’inspirant des problématiques de l’anthropologie et des sciences sociales, cette jeune discipline s’attachait au départ à l’étude de la société américaine formée après la conquête des Européens. Les domaines de l’archéologie historique se sont cependant élargis par la suite jusqu’à inclure d’autres contextes historiques, invitant ainsi l’archéologue à confronter vestiges archéologiques et textes7, dans une démarche qui nie toute forme de hiérarchie entre les deux types de données8.

  • 9 Parmi les nombreuses définitions possibles d’ethnicité Meskell 2001, 189, nous avons choisi de pri (...)
  • 10 Jones, 1997.
  • 11 L’acculturation est au cœur du débat depuis les années 1960, marquées, pour les études sur l’Itali (...)
  • 12 Antonaccio 2010, 32-53 ; Bats 2007, 235-242.
  • 13 « Les premières fondations coloniales sont généralement des habitats mixtes, dans lesquels conflue (...)
  • 14 Esposito et Zurbach 2010, 51-70.
  • 15 Boissinot 2005, 15. Voir aussi : Mercuri 2010, 695.

4L’élément le plus visible des nouvelles façons d’approcher le travail archéologique en contexte d’interaction culturelle demeure sans doute l’introduction du concept d’« ethnicity9 ». La place laissée à la réflexion sur les rapports entre ethnicité et archéologie n’a pas été considérable jusqu’à présent, malgré la multiplication des cas d’étude faisant appel à la culture matérielle. Ainsi l’ouvrage de Siân Jones10, entièrement consacré à la question, demeure essentiellement marginal dans la littérature archéologique11. Cela étant dit, il faut le reconnaître, l’analyse selon une clef ethnique s’avère malaisée dans la plupart des situations archéologiques12, et notamment dans les contextes coloniaux de la période archaïque, période à laquelle les sociétés sont en pleine mutation voire en pleine construction, aussi bien en milieu grec qu’en milieu non-grec. En outre, ces sociétés sont issues de contacts interculturels et ethniques complexes, dès la première génération de colons13, qui n’excluent pas la mixité14. Dès lors, la démarche qui consiste à appréhender ces communautés dans leur dimension politique et sociale, plutôt qu’à partir d’une lecture strictement ethnique, est de facto la mieux adaptée. Si l’identité d’un groupe se construit en relation aux « autres », il n’en demeure pas moins que le groupe n’est jamais homogène. Comme l’a signalé Ph. Boissinot, ne sommes-nous pas victimes d’une conception culturaliste datée par le concept d’ethnie qui rigidifie quelque peu les relations entre sociétés, entre Grecs et non-Grecs, en développant une vision trop essentialiste de la culture15 ?

  • 16 Hansen 1996 ; Knapp et Voskós 2008 ; McInerney 1999 ; Van Dommelen 2006, 104-124. Pour la notion d (...)
  • 17 Citons, pour les publications les plus récentes, l’ouvrage de Lyons et Papadopoulos (éd.) 2002 ; à (...)
  • 18 Dupont 2005.

5Dans cette droite lignée, plus récemment, d’autres concepts empruntés à l’anthropologie et aux sciences sociales, comme ceux d’interculturalité, de créolisation, d’identité périphérique ou de transferts culturels16, se sont imposés dans la littérature archéologique : tous permettent de souligner l’importance des emprunts culturels entre Grecs et non-Grecs, tous insistent sur la réciprocité des contacts, sur la volonté et la capacité d’imiter les modèles grecs, avec plus ou moins de maladresse mais aussi de liberté ; tous admettent une réception active – ou la réponse négative, par indifférence – recouvrant ainsi plusieurs niveaux et degrés d’interaction, dont des phénomènes de mobilité interne (mariages interethniques, par exemple)17. De ce point de vue ils permettent également de définir les cas « d’altérité incluse » – pour reprendre l’expression de Florence Dupont18 : à savoir, ce phénomène qui consiste à s’approprier l’autre en conservant ou exaspérant son altérité afin de construire sa propre identité.

Les identités grecques, les mixhellènes et les mixobarbaroi

  • 19 Lyons et Papadopoulos (éd.) 2002 ; Gosden 2001 ; Gosden 2004.
  • 20 Cf. Osborne 1998, 251-252; Owen 2005, 5-22; Hall 2012, 19-34; Van Dommelen 2012, 393-409. Voir le (...)
  • 21 Mele 2003, 13-39.
  • 22 Greco et Lombardo 2012, 37-60 ; Domínguez 2011, 195-207 ; Esposito 2012, 97-121.

6Au centre de nos préoccupations il y a donc, en premier lieu, la question de l’identité grecque et de son affirmation. De nos jours, dans les recherches en histoire grecque, justement, il y a peu de sujets autant discutés que le rôle de la colonisation grecque dans la formation d’une conscience identitaire hellénique. Selon la vulgate historiographique, un sentiment fort d’appartenance à une communauté spécifique se serait développé dans la conscience des Grecs à la suite des contacts avec les autochtones. Ces contacts relèvent par ailleurs souvent de contrastes violents qui ont normalement mené à l’extermination ou à l’expulsion des indigènes (Tarente, Sybaris, etc.). Cependant, d’après un certain nombre de découvertes récentes, la nature violente des contacts avec les indigènes est actuellement beaucoup contestée. Dans une perspective résolument postcoloniale de la recherche archéologique19, un travail de révisionnisme de la part d’un certain nombre de chercheurs, anglo-saxons notamment20, a transformé le phénomène de la colonisation grecque en une opération essentiellement pacifique, fondée sur une diversité de formes d’interaction, de connivence, voire de cohabitation multi-ethnique. Certes, plusieurs cas attestés par les sources et par l’archéologie vont dans ce sens : on songe notamment aux cas de Pithécusses21, de Zankle (Thucydide, VI, 4, 5-6), de Mégara Hyblaea (Thucydide, VI, 4, 1) ou des îles Éoliennes (Diodore de Sicile, V, 9, 3-5). Faut-il pour autant en tirer un modèle d’interprétation générale à partir de ces quelques cas ? On adopterait une lecture biaisée en remplaçant un modèle – l’invasion – par un autre – la cohabitation22.

  • 23 Cette notion d’hybridité a été d’abord utilisée pour l’étude des phénomènes artistiques propres à (...)
  • 24 Quant aux notions d’hybridation et de métissage, voir Cerchiai, Cuozzo et Pellegrino, à paraître ; (...)

7À la suite de ces relectures, de nombreuses études récentes recourent davantage à la notion d’hybridité23 et de métissage (à savoir, l’essor de nouvelles identités dans les contextes coloniaux)24, et soutiennent l’idée que la conscience identitaire grecque est un phénomène qui ne relève pas de l’époque des premiers contacts.

  • 25 En ce qui concerne spécifiquement l’Italie du Sud, voir Pontrandolfo et Rouveret 1983, 1051-1066.
  • 26 Boissinot 2005, 13-43.

8Les guerres médiques, contre les Perses, représenteraient le moment-clef pour la définition de l’identité grecque : sa théorisation à partir de l’antithèse Grec/Barbare n’a lieu qu’au Ve siècle av. J.-C. et elle fait des Perses les Barbares par excellence25. Cette opposition ne fera que se raidir avec le temps, notamment dans la bouche des rhéteurs athéniens26. Or, sans doute la situation est, une fois de plus, plus nuancée. On peut en ce sens avancer deux ordres de remarques.

  • 27 Esposito et Pollini, à paraître.
  • 28 Voir en ce sens Dana 2012, 57-76.
  • 29 Greco 2009, 9-16.

9Tout d’abord, en opposition avec les lectures « traditionnelles », jugées comme étant « colonialistes », les nouvelles approches des rapports entre les Grecs et les indigènes, en affirmant le caractère multiethnique et la nature pacifique des contacts, n’échappent pas non plus au contexte culturel contemporain – celui exercé par notre âge postcolonial, avec le démantèlement de vieilles puissances coloniales et le nouvel ordre mondial polycentrique27. En second lieu, sans la colonisation grecque, le processus menant à l’élaboration d’une identité grecque aurait sans doute eu d’autres rythmes et, probablement, son développement même aurait été différent. Certes, il est également vrai que des concepts comme le centre et la périphérie ne sont pas pertinents pour appréhender les relations entre la Grèce et ses colonies pendant les VIIIe et VIIe siècles28. De surcroît, la colonisation grecque est l’un des premiers résultats de la création de la cité-État, la structure politique que nous connaissons comme polis, et les colonies grecques étaient les premières à mettre en pratique certaines des idées déjà latentes en Grèce et dont l’accomplissement a été parfois retardé en métropole29. En dépit de ces quelques remarques, l’éclairage nouveau apporté par le courant postcolonial est important. Dans la mesure où la notion de métissage mobilise le thème des modalités de construction des réalités sociales et culturelles mixtes en contexte de contacts interethniques (pacifiques ou imposés), il n’en demeure pas moins que son exploration a contribué à renouveler notre vision du monde ancien en nous débarrassant notamment du carcan de la vision traditionnaliste hellénocentrique.

  • 30 DErcole 2011, 428-451 ; DErcole 2007, 159-179 ; Casevitz 2001, 41-47.
  • 31 Hall 1989, 47-55 ; Moggi 1992, 51-76.
  • 32 Moggi 1991, 31-46.
  • 33 Fourgous 1991, 145-168 ; Casevitz 2001, 41-47.

10Le mélange de populations est en effet une réalité dans l’Antiquité30. La culture grecque était familière du mélange – centaures, cyclopes, satyres, titans, amazones y peuplent les limites perméables des différents genres animal, humain et divin31. Les sources anciennes elles-mêmes considèrent les possibilités de passage entre Grecs et Barbares et l’existence de peuples mélangés (migadès), à la duplicité souvent dangereuse32. Pour les anciens Grecs, « barbare » ne désigne pas un état de nature irréductible mais plutôt un déficit de civilisation, de langue et de raison, qu’on peut résorber en s’hellénisant, tout comme certains Grecs peuvent se barbariser. Des mots existent, mixhellènes ou mixobarbaroi, pour nommer ces entre-deux33. Deux alternatives se présentent ainsi pour les habitants à la périphérie du monde grec : soit ils sont des mixhellènes (demi-Grecs) soit ils sont des mixobarbaroi (demi-barbares), terme généralement péjoratif qui sert aussi à rendre compte de la perte de maîtrise de la langue grecque. Car, comme le signale Hérodote (VIII, 144, 2), ce moyen de communication est par excellence constitutif de l’identité grecque ; le perdre revient à se barbariser.

Imitation, résistance et ambivalence

  • 34 Antonaccio 2003, 57-74 ; Antonaccio 2010, 32-53.
  • 35 Antonaccio 2004, 76.
  • 36 Esposito et Zurbach, 2014.

11La position de Carla M. Antonaccio compte parmi les plus radicales34. La chercheuse pointe l’apparition de nouvelles identités dans des contextes coloniaux à partir de l’émergence de ce que l’on pourrait définir comme une « hybridation des artefacts », c’est-à-dire des objets qui ne sont pas simplement grecs, ni purement indigènes, mais des « new, hybrid forms that redefine both identities35 ». Par exemple en Sicile les artisans ont produit des céramiques qui combinent des éléments propres aux répertoires indigène et grec. Carla M. Antonaccio évoque notamment le cas de Morgantina. Or l’ethnoarchéologie le montre : les styles traversent plusieurs frontières entre groupes et sous-groupes ethniques, les stratégies des potiers et des consommateurs, même si elles sont en partie inspirées par des problèmes d’identité, ne se ramenant jamais à cette seule préoccupation. Finalement, ce sont les relations personnelles ou collectives des potiers et les modalités d’apprentissage du métier qui expliquent la répartition des styles, plutôt qu’une quelconque référence ethnique36.

  • 37 Ainsi, pour décrire et cerner les contacts interculturels et les phénomènes de mixité possibles, n (...)
  • 38 Gras 1997, 61-85; Asheri 1996, 73-115; Albanese Procelli 1996, 167-176.

12Dans le domaine de la céramique comme dans celui d’autres objets, il faut donc expliciter les stratégies des différents acteurs sociaux pour rendre compte de productions culturelles qui ne sont en rien des marqueurs stables37. De surcroît, le phénomène de la colonisation grecque n’est pas circonscrit mais dure au contraire plusieurs siècles. Les relations entre monde indigène et monde grec n’ont dès lors pu être ni univoques ni uniformes. C’est la raison pour laquelle l’historien comme l’archéologue doivent considérer ces contacts dans la diversité des configurations possibles, en tenant compte donc aussi bien de la variété de la réaction indigène que de la diversité des projets coloniaux grecs. Or, au Ve siècle, en Sicile, il est indéniable que le contact prolongé avec la culture grecque enclenche une sorte de « nivellement » des caractères distinctifs des ethnè indigènes, et instaure une forme de nouvelle koinè qui n’est ni tout à fait grecque ni complètement indigène, au point que même un trait fortement définissant pour les autochtones, telle la langue, disparaît progressivement, du moins dans son expression écrite38.

  • 39 Malkin 2002, 151-181.
  • 40 Ibid.

13Un travail récent d’Irad Malkin39 s’inscrit à son tour dans ce sillage postcolonial. Mais une plus large ambition l’inspire aussi. I. Malkin s’y évertue en effet à dessiner les contours d’une position de compromis, dépassant cette polarité grec/non-grec (colonial/postcolonial), sans adopter non plus une vision alternative radicale, celle de l’hybridation. Pour ce faire, il recourt à la notion de « middle ground », un concept emprunté à l’historien américain Richard White40. Le middle ground désigne un espace d’interface, « un entre-deux – entre cultures, entre peuples », à la fois lieu géographique, espace politique et social qui fait partie d’une toile d’échanges entre les sociétés anciennes, toile étendue et structurée en plusieurs niveaux, englobant toute la Méditerranée.

  • 41 Ibid. Voir aussi la réponse de C. M. Antonaccio 2013, 237-251.

14La notion de middle ground définit ainsi une thèse audacieuse, celle de « l’entente » entre colons et Natives, d’un compromis culturel fait de méprises, d’échanges, où les uns s’approprient les valeurs des autres, les interprètent, les déforment, pour les réinventer. Dans cet univers, les mondes familiers aux ethnè de diverses origines se superposent, créant de nouvelles grilles d’interprétation et de nouveaux systèmes d’échanges. En partant d’un contexte historique concret et avec une analyse détaillée des pratiques sociales et de leurs formes d’expression, ce procédé théorique permet ainsi de disposer d’un « convincing tool for problematisizing the relationship of colonists and indigenous populations41 ». Il désigne aussi le processus dynamique par lequel des personnes de cultures distinctes, interdépendantes mais dont aucune n’est hégémonique, établissent un système de compréhensions et d’accommodations mutuelles.

  • 42 En reprenant la formule de N. Terrenato pour l’Italie et la romanisation : Terrenato 1998, p. 20-2 (...)
  • 43 Les cas de l’interaction entre les Grecs et non-Grecs (mariages inter-ethniques, contacts diplomat (...)
  • 44 Bhabha 1994.

15Les histoires de contacts et de changements sont toujours structurées selon une dichotomie stricte : l’absorption par l’autre ou la résistance à l’autre. Mais que se passe-t-il lorsque l’identité est appréhendée comme un réseau de relations et de transactions dans lequel un sujet est activement impliqué ? La perspective sociale est dès lors fondamentale. Toutefois il y a des différences très grandes dans le rapport que les groupes sociaux entretiennent à l’égard de la culture légitime (dans le sens donné au concept par P. Bourdieu). Les classes de notables remplissent tout particulièrement un rôle d’agrégation au sein de la communauté et leur acculturation est, en règle générale, proportionnellement plus rapide. Mais les raisons mêmes de ce mimétisme peuvent varier, non seulement au niveau de l’échelle, mais également au niveau qualitatif : l’ambiguïté de la position des élites peut différer et être saisie en termes de bricolage culturel42. Il s’agit de mieux cerner les élites locales, leur rôle et leur volonté de devenir les interlocuteurs des Grecs en recourant notamment à des dispositifs de mimétisme (mimicry) : autrement dit, d’appréhender les modes de collaboration qu’elles ont pu instaurer afin de préserver le contrôle de leur territoire ou, tout du moins, d’y participer43. Dans ce sens, Homi K. Bhabha44 a bien montré comment les formes hégémoniques de contrôle ont besoin de répétitions et de différenciation pour être effectives : le processus de répétition introduit incertitude et panique, tandis que l’établissement de la différenciation renforce le contraste ; le résultat est dès lors l’ambivalence.

Mettre l’image en question

  • 45 Hall 1999, 193.
  • 46 Esposito 2009, 11-20.
  • 47 Conti 1994 ; Cruciani 1996, 23-30 ; Junker 1993 ; Masseria et Torelli 1999, 203-262 ; Napoli 1963  (...)

16La supériorité culturelle des groupes qui détiennent le pouvoir nécessite ainsi sans cesse de la répétition. Aussi, c’est dans les cas d’ambivalence, où les différentes sources à notre disposition sont contradictoires et rendent presque impossible une interprétation claire et univoque, que l’on peut cerner les traces des « voix subalternes », c’est-à-dire appréhender les groupes soumis et les relations de pouvoir45. Il dérive de ce constat la priorité donnée aux contextes témoignant d’une divergence entre de nombreux groupes, où la culture matérielle est employée pour signaler les différences selon une dialectique complexe de négociation, de résistance ou de refus. Au sein des communautés non-grecques, dans le cadre des contacts avec les communautés grecques, une dynamique d’identification et de distinction par rapport à celles-ci peut alors se surajouter à une fonction de distinction sociale46. Nous essayerons d’étayer nos propos en recourant à un exemple archéologique à notre sens particulièrement éloquent : le cas des métopes sculptées du sanctuaire d’Héra à l’embouchure du Sele47, à la frontière septentrionale de la cité coloniale grecque de Poseidonia.

17Ces métopes ont été sculptées vers 570-560 av. J.-C., une génération à peine après l’arrivée des colons grecs à Poseidonia (600 av. J.-C.). Elles décorent un édifice d’un sanctuaire situé non seulement à la frontière de la cité, mais à la limite entre les terres conquises par les Grecs et les territoires soumis au contrôle des populations italiques présentant, de surcroît, un fort caractère étrusque. Dès lors, sont en contact ici trois ensembles culturels disparates : grec, étrusque et indigène, qui, évidemment, comportent eux-mêmes des diversités internes.

  • 48 Zancani Montuoro et Zanotti Bianco 1954, 237-249.
  • 49 Ibid., p. 350-354.
  • 50 En particulier : Greco 2001, 73-75. Il nous semble très peu vraisemblable d’imaginer que la minori (...)
  • 51 Pollini, à paraître.

18Si le choix d’ensemble des scènes figurées émane probablement de l’élite coloniale grecque, il faut s’interroger sur le sens de son ambivalence. Prenons l’exemple particulier des métopes numéro 20 et 32, conservées de manière lacunaire. Pour la première, il s’agit d’un personnage ailé et agenouillé, représenté de profil, ayant un gros disque dans sa main droite. Dans la scène de la plaque 32, on reconnaît un chaudron contenant un personnage aux bras levés. Les interprétations possibles pour ces deux scènes sont multiples : pour la première, Éris, la personnification de la discorde, envoyée par Zeus pour inciter les participants de la guerre de Troie, ou Iris48, la messagère des dieux, personnification de l’arcen-ciel, qui porte le disque solaire. Pour la deuxième scène, on a proposé d’y identifier Pélias49, le roi d’Iolcos, supplicié après avoir détrôné le père de Jason, ou même d’autres personnages, eux aussi tués dans l’eau bouillante, tels Minos, Pélops ou même Agamemnon assassiné dans son bain. D’autres ont proposé de voir dans ce décor l’affirmation de la supériorité grecque vis-à-vis des indigènes50 : la représentation de la victoire d’Héraclès sur les centaures serait ainsi une métaphore de la victoire des colons grecs sur les populations indigènes. Cette explication semble cependant peu vraisemblable51.

  • 52 Greco 2001, 73-75 ; Menichetti 1995, 273-283. On se réfère ici également à l’exposé oral de A. Rou (...)
  • 53 Menichetti 1995, 273-283. Olpè en bucchero noir, conservée au Musée National de Villa Giulia (no d (...)

19Une nouvelle lecture de ces scènes a été proposée52 à la suite de la découverte à Cerveteri, en Étrurie donc, d’une olpè en bucchero noir, portant l’image d’un personnage ailé avec un disque : une inscription l’identifie à Dédale. L’autre face du même vase montre un personnage féminin débout et un homme sortant d’un chaudron. Une inscription désigne le personnage féminin : Médée. Il appartient certes à l’univers des légendes grecques, mais se retrouve dans un milieu étrusque, qui plus est, sur un vase produit dans un atelier d’Étrurie – d’où déjà une première forme de mélange culturel important. Ce vase permet ainsi de privilégier l’hypothèse identifiant le sujet des métopes de l’Héraion avec les représentations d’un cycle de Jason et les Argonautes53. Étant donné les légendes d’une fondation de l’Héraion par Jason (Strabon, VI, 1, 1), héros explorateur et colonisateur par excellence, on serait en effet enclin à considérer plus vraisemblable cette hypothèse d’un cycle plus étendu sur les Argonautes. En reliant l’ensemble des représentations figurées au caractère frontalier du site, un cycle sur les Argonautes prend encore plus de sens. Or, quel degré d’intégration pouvons-nous supposer ? Quels types de contacts sont en jeu ?

20Il est évident que nous avons affaire ici à une forme d’interaction extrêmement complexe où, à notre sens, chaque individu pouvait identifier un message différent selon ses propres références culturelles. Cette interaction n’implique pas que la signification de l’image soit homogène, figée. Au contraire, ses interprétations peuvent être multiples. Autrement dit, se côtoient dans cet ensemble figuré des imaginaires qui peuvent même être contradictoires, dans un jeu d’équilibre précaire et de confrontations, où la quête du sens montre un référent qui reste encore mouvant. Le caractère ambivalent de la représentation ne fait pour cela qu’augmenter, sur un plan symbolique, l’amplitude des interprétations possibles : analyser ainsi les phénomènes de réception et de réinterprétation de ces métopes revient à décortiquer les mécanismes symboliques à travers lesquels se recomposent les groupes sociaux et les structures qui les sous-tendent. Ces images sont des créations qui ne fonctionnent pas à sens unique. Loin d’être seulement artistiques ou culturelles, ces productions participent aussi du politique.

  • 54 Napoli 1970 ; Rouveret 1974, 15-32 ; Rouveret 1976, 99-129 ; plus récemment : Holloway 2006, 365-3 (...)
  • 55 DAgostino et Cerchiai 1999.
  • 56 DAgostino et Cerchiai 2004, p. 255-267 ; Esposito 2009, 12-14.
  • 57 Greco 1982, 51-62 ; Pollini 2004, 85-102 ; Pollini à paraître ( = Pollini 2008, 351-355).

21Cela nous amène au dernier point que nous souhaiterions souligner, le contexte géographique. Comme nous le rappelions, l’Héraion du Sele est un sanctuaire situé dans une position stratégique évidente. Ce constat signale des enjeux majeurs dans les mécanismes de contrôle du territoire par les nouveaux colons. Une génération après leur arrivée, le message ambivalent véhiculé par ces scènes est encore plus significatif puisque « affiché » littéralement dans le programme iconographique d’un sanctuaire de frontière. D’autres cas, comme celui de la Tombe du Plongeur54, dans la même Poseidonia, un siècle plus tard, pourraient aussi être évoqués pour renforcer cette lecture. Dans le programme iconographique de cette tombe, on établit en effet une connexion entre contexte funéraire et symposion55. Or, ce genre de connexion est une anomalie en Grèce tandis qu’il recouvre, en milieu colonial occidental, une valeur idéologique partagée par les aristocraties grecques et étrusques de la zone tyrrhénienne56. Plus particulièrement cette tombe relève, en raison de sa position topographique périphérique par rapport aux nécropoles urbaines, d’un individu qui n’était pas intégré dans le corps civique de la polis57.

*

  • 58 Esposito et Pollini 2011.
  • 59 Esposito 2005, chap. 1 ; Esposito 2009, 11-20.

22Ainsi, si la notion de métissage renvoie à une réalité polymorphe, composée d’identités multiples et de constantes métamorphoses, selon la formule de Serge Gruzinski (La Pensée métisse, Fayard, Paris, 1999), ce concept peut alors s’avérer opératoire dans le domaine de l’archéologie coloniale grecque en offrant un éclairage subtil sur certains de ses processus de construction identitaire. En conséquence, s’il demeure important de considérer le rapport entre Grecs et autochtones dans la diversité de leur nature ethnique, il faut sans doute regarder aussi les possibilités de conflit et d’opposition à l’intérieur du monde indigène, afin de ne pas occulter le rôle des individus qui ont pris part, et donc participé, au processus d’acculturation (avec toutes ses variables : refus, emprunt minimaliste, ostentation, imitation culturelle…). De cette hypothèse, nous retiendrons que le caractère distinctif de la culture matérielle peut effectivement faire jouer des références ethniques, mais celles-ci doivent également tenir compte des dynamiques internes aux sociétés, grecques et indigènes. Cette approche a l’avantage de souligner l’importance des contextes pour la formulation de toute analyse58 et de ne pas éluder la question de la hiérarchisation sociale et des rapports de force59.

  • 60 Cette préoccupation sur les rapports de force dans le cadre des contacts coloniaux était présente (...)
  • 61 P. Boissinot 2005, 15.

23Il faudrait donc davantage se concentrer sur les pratiques et sur les relations de pouvoir des acteurs sociaux60 plutôt que sur les seules entités culturelles, dont la construction demeure par ailleurs problématique61.

Figures

Figures

Figure 1. – La Grande Grèce et la Sicile. © A. Pollini 2009.

Figure 2. – Territoire de Poseidonia-Paestum, avec indication de l’Héraion du Sele (numéro 1) et de la nécropole de Tempa del Prete, lieu de découverte de la Tombe du Plongeur (numéro 62). © A. Pollini 2009.

Figure 3. – Héraion du Sele, métope numéro 20, conservée au Musée archéologique national de Paestum (Italie). © A. Pollini 2008.

Figure 4. – Héraion du Sele, métope numéro 32, conservée au Musée archéologique national de Paestum (Italie). © A. Pollini 2008.

Figure 5. – Olpè en bucchero, conservée au musée de la Villa Giulia, Rome, no d’inventaire 110976, d’après J. Latacz, Th. Greub, P. Blome, A. Wieczorek, Homer, der Mythos von Troia in Dichtung und Kunst, catalogue de l’exposition à Bâle et Mannheim, Munich, Hirmer Verlag, 2008, p. 314-315, n. 36.

Figure 6.Plaque longue (nord) de la Tombe du Plongeur, avec la représentation dusymposion, conservée au Musée archéologique national de Paestum (Italie). © Cliché A. Pollini 2008.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Atti Taranto (1961) = Greci e Italici in Magna Grecia, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, Tarente, 1961, I, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia.

Atti Taranto (1997) = Confini e frontiera nella grecità d’Occidente, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Tarente, 1997, XXXVII, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1999.

Albanese Procelli R. M. (1996), « Greeks and indigenous people in Eastern Sicily: forms of interaction and acculturation », in R. Leighton (éd.), Early societies in Sicily: new developments in archaeological research, Londres, Accordia Research Centre, University of London, p. 167-176.

Antonaccio C. M. (2001), « Colonization and Acculturation », in I. Malkin (éd.), Ancient Perceptions of Greek Ethnicity, Cambridge, Harvard University Press, p. 113-157.

Antonaccio C. M. (2003), « Hybridity and the cultures within Greek culture », in C. Dougherty et L. Kurke (éd.), The cultures within ancient Greek culture: contact, conflict, collaboration, Cambridge, Cambridge University Press, p. 57-74.

Antonaccio C. M. (2004), « Siculo-Geometric and the Sikels: Ceramics and Identity in Eastern Sicily », in K. Lomas (éd.), Greek Identity in the Western Mediterranean: papers in honour of Brian Shefton, Leiden, Brill, p. 55-81.

Antonaccio C. M. (2005), « Excavating Colonization », in H. R. Hurst et S. Owen (éd.), Ancient Colonizations: Analogy, Similarity and Difference, Londres, Duckworth, p. 97-113.

Antonaccio C. M. (2010), « (Re) Defining ethnicity: culture, material culture, and identity », in S. Hales et T. Hodos (éd.), Material culture and social identity in the Ancient world, Cambridge, Cambridge University Press, p. 32-53.

Antonaccio C. M. (2013), « Networking the Middle Ground? The Greek Diaspora Tenth to fifth Century B. C. », Archaeological Review from Cambridge, 28, 1, p. 237-251.

Asheri D. (1996), « Colonizzazione e decolonizzazione », in S. Settis (éd.), I Greci. Storia, cultura, arte, società, 1. Noi e i Greci, Turin, G. Einaudi, p. 73-115.

Barth F. (éd.) (1969), Ethnic Groups and Boundaries. The Social organization of cultural differences, Boston, Little Brown.

Bats M. (1997), « Identités ethno-culturelles et espaces en Gaule méditerranéenne (principalement aux VIe -Ve siècles av. J.-C.) », Confini e frontiera nella grecità d’Occidente, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, XXXVII, Tarente, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1999, p. 381-418.

Bats M. (2007), « Un bilan : quelques pistes », in J.-M. Luce (éd.), Identités ethniques dans le monde grec antique, Pallas, 73, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 235-242.

Bhabha H. K. (1994), The Location of culture, Londres, Routledge.

Boissinot P. (2005), « Sur la plage emmêlés : Celtes, Ligures, Grecs et Ibères dans la confrontation des textes et de l’archéologie », in P. Boissinot et P. Rouillard (éd.), Lire les territoires des sociétés anciennes, Mélanges de la Casa de Velazquez, Nouvelle série, 35 (2), Madrid, Casa de Velázquez, p. 13-43.

Brun J.-P. et Gras M. (éd.). (2010), Avec Jean Bérard, 1908-1957 : la colonisation grecque, l’Italie sous le fascisme, Collection de l’École française de Rome, 440, Rome, École française de Rome.

Casevitz M. (2001), « Le vocabulaire du mélange démographique : mixobarbares et mixhellenes », in V. Fromentin et S. Gotteland (éd.), Origines gentium, Paris, De Boccard, p. 41-47.

Castiglione M. (2008), « La Tomba del Tuffatore : nostalgia etrusca in Magna Graecia. Ancora sulla figura del defunto », in G. M. Della Fina (éd.), La pittura etrusca. L’Italia prima di Roma. Atti del IV e V corso di perfezionamento (anni accademici 2005-2006 e 2006-2007), Rome, Italia Antiqua 3, p. 147-179.

Cerchiai L., Cuozzo M. et Pellegrino C. (à paraître), « Culture meticce, identità etnica, dinamiche di conservatorismo e resistenza : questioni teoriche e casi di studia dalla Campania », in L. Donnellan et V. Nizzo (éd.), Contextualising « early colonisation » : archeology, sources, chronology and interpretative models between Italy and the Mediterranean, Rome.

Conti M. C. (1994), Il più antico fregio dallo Heraion del Sele : scultura architettonica e comunicazione visiva, Turin, Le Lettere.

Cruciani C. (1996), « Giasone e Dedalo al Sele », Ostraka, Rivista di Antichità, no 1, p. 23-30.

DAgostino B. et Cerchiai L. (1999), Il mare, la morte, l’amore : gli Etruschi, i Greci e l’immagine, Rome, Donzelli.

DAgostino B. et Cerchiai L. (2004), « Il banchetto e il simposio nel mondo etrusco », Thesaurus cultus et rituum antiquorum (ThesCRA). II, Purification, initiation, heroization, apotheosis, banquet, dance, music, cult images, p. 255-267.

DErcole C. (2007), « Figures hybrides de l’identité : le cas de l’Adriatique préromaine (VIe-IVe siècles av. J-C.) », in J.-M. Luce (éd.), Identités ethniques dans le monde grec antique, Pallas, 73, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 159-179.

DErcole C. (2011), « Sharing New Worlds: Mixed Identities around the Adriatic (sixth to fourth centuries B. C.) », in E. S. Gruen (éd.), Cultural identity in the ancient Mediterranean, Los Angeles, Getty Research Institute, p. 428-451.

DErcole M. C. (2012), Histoires méditerranéennes. Aspects de la colonisation grecque de l’Occident à la mer Noire (VIIIe-IVe siècles av. J.-C.), Collection Les Hespérides, Paris, Errance.

Dana M. (2012), « Le “centre” et la “périphérie” : deux concepts à revoir pour les diasporas », in L. Martinez-Sève (éd.), Les diasporas grecques du VIIIe siècle à la fin du IIIe siècle av. J.-C., Pallas, 89, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 57-76.

Dietler M. (2005), « The archaeology of colonization and the colonization of archaeology: theoretical challenges from an ancient Mediterranean colonial encounter », in G. Stein (éd.), The Archaeology of Colonial Encounters: Comparative Perspectives, Santa Fe, SAR Press, p. 33-68.

Domínguez A. J. (2011), « The Origins of Greek Colonization and the Greek Polis: some Observations », Ancient West and East, 10, p. 195-207.

Dupont F. (2005), « L’altérité incluse. L’identité romaine dans sa relation à la Grèce », in F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éd.), Façons de parler grec à Rome, Paris, Belin, p. 255-277.

Dyson S. (1995), « Is there a text in this site? », in D. B. Small (éd.), Methods in the Mediterranean: historical and archaeological views on texts and archaeology, Leiden, Brill, p. 25-44.

Espagne M. (1999), Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF.

Esposito A. (2005), « Entre Sybaris et Tarente : archéologie d’une frontière. Identités, mythes et territoires dans le Golfe de Tarente (IXe-Ve siècle av. J.-C.). », université Paris I.

Esposito A. (2009), « Quelques observations autour de la distribution, des usages et des significations de la céramique grecque en Italie méridionale », in E. M. Moormann et V. V. Stissi (éd.), Shapes and images : studies on Attic black figure and related topics in honour of Herman A. G. Brijder, Leuven, Peeters, p. 11-20.

Esposito A. (2012), « La question des implantations grecques et des contacts précoloniaux en Italie du Sud : entre emporia et Apoikiai », in L. Martinez-Sève (éd.), Les diasporas grecques du VIIIe à la fin du IIIe siècle av. J.-C., Pallas, 89, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 97-121.

Esposito A. et Pollini, A. (2013), « Pottery and cultural borders in Magna Graecia and Sicily », in L. Girón Angiozar, M. Lazarich Gonzáles et M. C. Lopes (éd.), Actas del I Congreso Internacional sobre Estudios Cerámicos. Homenaje a la Dra. Mercedes Vegas, coll. Actas, Historia y Arte, Cadix (Espagne), p. 525-574.

Esposito A. et Pollini A. (à paraître), « Post-colonialism from America to Magna Graecia », in L. Donnellan et V. Nizzo (éd.), Contextualising “early colonisation”: archaeology, sources, chronology and interpretative models between Italy and the Mediterranean, Rome.

Esposito A. et Zurbach J. (2010), « Femmes indigènes et colons grecs : quelques observations », in P. Rouillard (éd.), Portraits de migrants, portraits de colons, Colloques de la Maison René-Ginouvès, 6, 2, p. 51-70.

Esposito A. et Zurbach J. (2014), « Technological standardization and cultural contact: some methodological considerations and two case studies », in A. Kotsonas (éd.), The study of ceramic “standardization” and “variability” as a search for human choices in the Mediterranean of the late 2nd to late 1st millenium BC. The 16th annual Meeting of the FAA, BABESCH Supplementa series, 25, Leuven, Peeters, p. 39-47.

Fourgous D. (1991), « Entre les Grecs et les Barbares », Nouvelle Revue d’ethnopsychiatrie, 17, p. 145-168.

Funari P. P. A. (1999), « Historical archaeology from a world perspective », in P. P. A. Funari, M. Hall et S. Jones (éd.), Historical Archaeology: back from the edge, Londres, Routledge, p. 37-66.

Funari P. P. A., Zarankin, A. et Stovel, E. (éd.) (2005), Global archaeological theory: contextual voices and contemporary thoughts, New York, Kluwer academic/Plenum publishers.

Gosden C. (2001), « Postcolonial archaeology: issues of culture, identity, and knowledge », in I. Hodder (éd.), Archaeological theory today, Cambridge, Polity, p. 241-261.

Gosden C. (2004), Archaeology and colonialism: cultural contact from 5000 BC to the present, Topics in contemporary archaeology, Cambridge, Cambridge University Press.

Gras M. (1997), « L’Occidente e i suoi conflitti », in S. Settis (éd.), I Greci, Storia, cultura, arte, società. 2. Una storia greca. 2. Definizione, Turin, G. Einaudi, p. 61-85.

Greco E. (1982), « Non morire in città: annotazioni sulla necropoli del “Tuffatore” di Poseidonia », Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, Sezioni di Archeologia e storia antica, p. 51-62.

Greco E. (2009), « Le esperienze coloniali greche : modelli e revisioni : introduzione ai lavori », in F. Frisone et M. Lombardo (éd.), Colonie di colonie. Le fondazioni sub-coloniali greche tra colonizzazione e colonialismo, Lecce, Congedo editore, p. 9-16.

Greco E. (2011), « On the origin of the Western Greek Polis », Ancient West and East, 10, p. 233-242.

Greco E. et Lombardo M. (2012), « La colonizzazione greca : modelli interpretativi nel dibattito attuale », in Alle origini della Magna Grecia. Mobilità, migrazioni, fondazioni, Atti del 50 convegno internazionale di studi sulla Magna Grecia, 1-4/10/2010, Tarente, Instituto per la storia e l’archeologia delle Magna Grecia, p. 37-60.

Greco G. (2001), Il Santuario di Hera alla foce del Sele, I Quaderni del Museo, M. Cipriani (éd.), 2, Salerne, Ingegneria per la cultura.

Gruzinski S. et Rouveret A. (1976), « Ellos son como niños. Histoire et acculturation dans le Mexique colonial et l’Italie méridionale avant la romanisation », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 1, p. 159-219.

Hales S. et Hodos T. (2010), Material culture and social identity in the Ancient world, Cambridge, Cambridge University Press.

Hall E. (1989), Inventing the barbarian: Greek self-definition through tragedy, Oxford, Clarendon Press.

Hall J. M. (1997), Ethnic identity in Greek antiquity, Cambridge, Cambridge University Press.

Hall J. M. (2002), Hellenicity: between ethnicity and culture, Chicago, University of Chicago Press.

Hall J. M. (2012), « Early Greek settlement in the West: the limits of colonialism », in K. Boscher (éd.), Theatre outside Athens. Drama in Greek Sicily and South Italy, Cambridge, Cambridge University Press, p. 19-34.

Hall M. (1999), « Subaltern voices? Finding the spaces between things and words », in P. P. A. Funari, M. Hall et S. Jones (éd.), Historical archaeology: back from the edge, Londres, Routledge, p. 193-203.

Hansen M. H. (1996), « City-Ethnics as evidence for Polis identity », in M. H. Hansen et K. Raaflaub (éd.), More studies in the ancient greek polis, Historia Einzelschriften, 108, Sttutgart, Franz Steiner Verlag, p. 169-196.

Hodder I. et Shanks M. (1995), « Processual, post-processual and interpretive archaeologies », in I. Hodder et M. Shanks (éd.), Interpreting archaeology: finding meaning in the past, Londres, Routledge, p. 3-29.

Hodos T. (2006), Local Responses to Colonization in the Iron Age Mediterranean, Londres, Routledge.

Holloway R. R. (2006), « The Tomb of the Diver », American Journal of Archaeology, 110, 3, p. 365-388.

Johnson M. H. (1999), « Rethinking historical archaeology », in P.P.A. Funari, M. Hall et S. Jones (éd.), Historical Archaeology: back from the edge, Londres, Routledge, p. 23-36.

Jones S. (1997), The Archaeology of ethnicity. Constructing identities in the past and present, Londres, Routledge.

Junker K. (1993), Der ältere Tempel im Heraion am Sele : Verzierte Metopen im architektonischen Kontext, Cologne, Bölhau.

Knapp A. B. et Voskós, A. I. (2008), « Cyprus at the end of the Late Bronze Age: crisis and colonization, or continuity and hybridization? », American Journal of Archaeology, vol. 112, p. 659-684.

La Genière J. de (1999), « Essai sur les véhicules de la légende d’Héraclès en Occident », in F.-H. Massa-Pairault (éd.), Le mythe grec dans l’Italie antique : fonction et image, Collection de l’École française de Rome, 253, Rome, École française de Rome, p. 11-27.

La Genière J. de et Greco G. (2010), Il santuario di Hera alla foce del Sele. Indagini e studi 1987-2006, Rome, Società Magna Grecia.

Lawrence S. et Shepherd N. (2006), « Historical archaeology and colonialism », in D. Hicks et M. C. Beaudry (éd.), The Cambridge companion to historical archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, p. 69-86.

Luce J.-M. (éd.) (2007), Identités ethniques dans le monde grec antique, Pallas, 73, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Lyons C. L. et Papadopoulos, J. K. (éd.) (2002), The archaeology of colonialism, Los Angeles, Getty Research Institute.

Malkin I. (2002), « A colonial Middle Ground: Greek, Etruscan, and local elites in the Bay of Naples », in C. L. Lyons et J. K. Papadopoulos (éd.), The archaeology of colonialism, Los Angeles, Getty Research Institute, p. 151-181.

Malkin I. (éd.) (2001), Ancient perceptions of Greek ethnicity, Center for Hellenic studies colloquia, 5, Washington, Center of Hellenic studies. Trustees for Harvard University.

Malkin I. et Müller C. (2012), « Vingt ans d’ethnicité : bilan historiographique et application du concept aux études anciennes », in L. Capdetrey et J. Zurbach (éd.), Mobilités grecques. Mouvements, contacts en Méditerranée, de lépoque archaïque à lépoque hellénistique, Bordeaux, Ausonius, Scripta Antiqua 46, p. 25-37.

Masseria C. et Torelli M. (1999), « Il mito all’alba di una colonia greca : il programma figurativo delle metope dell’Heraion alla foce del Sele », in F.-H. Massa-Pairault (éd.), Mythe grec dans l’Italie antique : fonction et image, Collection de l’École française de Rome, Rome, École française de Rome, p. 203-262.

McInerney J. (1999), The Folds of Parnassos. Land and ethnicity in ancient Phokis, Austin, TX, University of Texas Press.

Mele A. (2003), « Le anomalie di Pithecusa. Documentazioni archeologiche e tradizioni letterarie », Incidenza dell’antico. Dialoghi di storia greca, 1, p. 13-39.

Menichetti M. (1995), « Giasone e il fuoco di Lemno su un’olpe etrusca in bucchero di epoca orientalizzante », Ostraka, Rivista di Antichità, 4, 2, p. 273-283.

Mercuri L. (2010), « Monte San Mauro di Caltagirone (Sicile) : histoire des interprétations d’un site du premier âge du Fer », in H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine du Centre Camille-Jullian, 3, Aix-en-Provence, Centre Camille-Jullian, p. 695-700.

Meskell L. (2001), « Archaeologies of identity », in I. Hodder (éd.), Archaeological theory today, Cambridge, Polity, p. 187-213.

Moggi M. 1991, « Greci e barbari: uomini e no », in L. De Finis (éd.), Civilità classica e mondo dei barbari: due modelli a confronto, Trento, Associazione Italiana di Cultura Classica, p. 31-46.

Moggi M. (1992), « Straniero due volte : il barbaro e il mondo greco », in P. Bernardini et M. Bettini (éd.), Lo straniero ovvero l’identità culturale a confronto, Rome, Bari, Laterza, p. 51-76.

Müller C. et Prost F. (éd.). (2002), Identités et cultures dans le monde méditerranéen antique, Paris, Publications de la Sorbonne.

Napoli M. (1963), Le Metope arcaiche del thesauros dello Heraion del Sele, Bari, Adriatica ed.

Napoli M. (1970), La Tomba del Tuffatore. La scoperta della grande pittura greca, Bari, De Donato.

Ober J. (1995), « Greek Horoi: artifactual texts and the contingency of meaning », in D. B. Small (éd.), Methods in the Mediterranean: historical and archaeological views on texts and archaeology, Leiden, Brill, p. 91-123.

Orser Jr C. E. (2000) (1992), Introducción a la arqueología histórica, A. Zarankin (trad.), Buenos Aires, Asociación amigos del Instituto nacional de antropología.

Osborne R. (1998), « Early Greek Colonization? The Nature of Greek Settlement in the West », in N. Fisher et H. Van Wees (éd.), Archaic Greece: New Approaches and New Evidence, Londres, Duckworth, p. 251-269.

Owen S. (2005), « Analogy, Archaeology and Archaic Greek Colonization », in H. R. Hurst et S. Owen (éd.), Ancient Colonizations: Analogy, Similarity and Difference, Londres, Duckworth, p. 5-22.

Pollini A. (2004), « La Tombe du Plongeur de Paestum dans son contexte », Revista do Museu de Arqueologia e Etnologia, no 14, p. 85-102.

Pollini A. (2008), « Frontières et territoires en Grande Grèce. Archéologie et histoire des représentations », thèse de doctorat, histoire et archéologie des mondes anciens, université de Paris X-Nanterre.

Pollini A. (à paraître), Frontières et territoires en Grande Grèce. Archéologie et histoire des représentations, Naples, Centre Jean Bérard.

Pontrandolfo A., Mugione E. et Salomone F. (1993), « Alcuni esempi figurativi dell’Italia antica », in R. Olmos Romera et J. A. Santos Velasco (éd.), Iconografía ibérica, iconografía itálica : propuestas de interpretación y lectura, Serie Varia, 3, Rome, Madrid, Universidad Autonoma de Madrid, 1996, p. 283-318.

Pontrandolfo A. et Rouveret A. (1983), « La rappresentazione del barbaro in ambiente Magno-greco », Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du colloque de Cortone (24-30 mai 1981), Pisa-Rome, Scuola Normale Superiore-École française de Rome, p. 1051-1066.

Pontrandolfo A. et Rouveret A. (1992), Le Tombe dipinte di Paestum, Modena, Franco Cosimo Panini.

Rolley C. (1987), « La Sculpture de Poseidonia », Poseidonia-Paestum, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, XXVII, Tarente-Paestum, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1992, p. 191-215.

Rouveret A. (1974), « La tombe du Plongeur et les fresques étrusques : témoignages sur la peinture grecque », Revue archéologique, I, p. 15-32.

Rouveret A. (1976), « La peinture dans l’art funéraire : la tombe du Plongeur à Paestum », in R. Bloch (éd.), Recherches sur les religions de l’Italie antique, École pratique des hautes études, Hautes Études du monde gréco-romain, 7, Genève, Librairie Droz, p. 99-129.

Rouveret A. (1987), « Les langages figuratifs de la peinture funéraire Paestane », Poseidonia-Paestum, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, XXVII, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1992, p. 267-315.

Rouveret A. (1992), « Phénomènes d’acculturation en Grande Grèce : note bibliographique », Lalies, Actes des sessions de linguistique et de littérature, 11, Paris, 1993, p. 95-102.

Ruby P. (2006), « Peuples, fictions ? Ethnicité, identité ethnique et sociétés anciennes », Revue des études anciennes, 108, 1, p. 25-60.

Simon E. (1992), « Hera ed Eracle alla Foce del Sele e nell’Italia centrale », Atti e memorie della Società Magna Grecia, 3 s., no 1, p. 209-217.

Small D. B. (1995a), « Monuments, laws, and analysis: combining archaeology and text in Ancient Athens », in D. B. Small (éd.), Methods in the Mediterranean: historical and archaeological views on texts and archaeology, Leiden, Brill, p. 143-174.

Small D. B. (1995b), « Introduction », in D. B. Small (éd.), Methods in the Mediterranean: historical and archaeological views on texts and archaeology, Leiden, Brill, p. 1-22.

Small, D. B. (1999), « The tyranny of the text: lost social strategies in current historical period archaeology in the classical Mediterranean », in P.P.A. Funari, M. Hall et S. Jones (éd.), Historical Archaeology: back from the edge, Londres, Routledge, p. 122-136.

Spatafora F. et Vassallo S. (éd.) (2006), Des Grecs en Sicile : Grecs et indigènes en Sicile occidentale d’après les fouilles archéologiques, Palerme, Dipartimento regionale dei beni culturali ambientali ed educazione permanente.

Terrenato N. (1998), « The Romanization of Italy: global acculturation or cultural bricolage? », in C. Forcey, J. Hawthorne et R. Witcher (éd.), TRAC 97: proceedings of the seventh annual theoretical roman archaeology conference, Oxford, Oxbow books, p. 20-27.

Torelli M. (1977), « Greci e indigeni in Magna Grecia : ideologia religiosa e rapporti di classi », Studi Storici, 18, no 4, p. 45-61.

Tréziny H. (2005), « Les colonies grecques de Méditerranée occidentale », Revue d’histoire urbaine, 13, p. 51-66.

Tréziny H. (éd.) (2010), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine du Centre Camille-Jullian, 3, Aix-en-Provence, Centre Camille-Jullian.

Turgeon L., Delâge D. et Ouellet R. (éd.) (1996), Transferts culturels et métissages, Amérique-Europe XVIe -XXe siècle, Paris, L’Harmattan.

Van Dommelen P. (2006), « Colonial matters: material culture and postcolonial theory in colonial situations », in C. Tilley, W. Keane et alii (éd.), Handbook of Material Culture, Londres, Sage, p. 104-124.

Van Dommelen P. (2012), « Colonialism and migration in the ancient Mediterranean », Annual Review of Anthropology, 41, 10/2012, p. 393-409.

Van Keuren F. D. (1989), The Frieze from Hera I temple at Foce del Sele, Rome, G. Bretschneider.

Zancani Montuoro P. et Zanotti Bianco U. (1954), Heraion alla foce Sele, 2, Rome, Libreria dello Stato.

Notes

1 Un premier résultat partiel de ces recherches a été exposé lors du colloque sur la céramique antique à Cadix en 2010 : Esposito et Pollini 2013.

2 Dietler 2005, 33-68 ; Antonaccio 2001, 113-157 ; Antonaccio 2005, 97-113 ; Hodos 2006, 9-13.

3 Hodder et Shanks 1995, 3-29.

4 Gruzinski et Rouveret 1976 ; Torelli 1977 ; Rouveret 1992.

5 Hall 2002, 17 et suiv.

6 Orser Jr 2000 (1992) ; Funari 1999.

7 Funari 1999, p. 57 ; Funari, Zarankin et Stovel (éd.) 2005. Voir aussi : Meskell 2001, 187-213 ; Lawrence et Shepherd 2006, 71.

8 Small 1995b, 4-5; Small 1999, 122-136; Dyson 1995, 25-44; Johnson 1999, 23-36. Pour l’archéologie du monde grec classique, voir des exemples concrets : Ober 1995, 91-123 ; Small 1995a, 143-174.

9 Parmi les nombreuses définitions possibles d’ethnicité Meskell 2001, 189, nous avons choisi de privilégier celle qui nous semble insister le plus sur le caractère dynamique de la définition identitaire : Jones 1997. Voir aussi : Hall 1997 ; Hall 2002 ; Malkin (éd.) 2001 ; McInerney 1999 ; Hansen 1996.

10 Jones, 1997.

11 L’acculturation est au cœur du débat depuis les années 1960, marquées, pour les études sur l’Italie pré-romaine, par le premier congrès de Tarente consacré aux Grecs et aux indigènes (1961) : Atti Taranto 1961. Mais l’application des théories de l’ethnicité (cf. Barth [éd.] 1969) au champ de l’histoire, et plus particulièrement de l’Antiquité classique, ne s’est pas véritablement faite avant l’ouvrage de Hall 1997, suivi en 2002 d’une réflexion du même auteur sur l’« hellénicité » : Hall 2002. On mentionnera également l’important volume édité par Malkin (éd.) 2001 et les actes du XXXVIIe colloque de Tarente : Atti Taranto 1997. Voir aussi le volume Hales et Hodos 2010. Quant à la littérature francophone, on doit à J.-M. Luce la première véritable réflexion sur l’application du concept d’ethnicité dans le domaine de l’Antiquité classique : Luce (éd.) 2007. Cette démarche a été poursuivie par une réflexion proposée par Pascal Ruby : Ruby 2006, 25-60. En outre, la publication de l’ouvrage collectif Müller et Prost (éd.) 2002. Voir enfin pour un bilan sur la question : Malkin et Müller 2012.

12 Antonaccio 2010, 32-53 ; Bats 2007, 235-242.

13 « Les premières fondations coloniales sont généralement des habitats mixtes, dans lesquels confluent des groupes d’origines diverses. Avec le temps, certains groupes prennent l’ascendant sur les autres, les colonies se rattachent plus clairement à une métropole et les récits de fondation sont remaniés ou créés » : Tréziny 2005, 54-55.

14 Esposito et Zurbach 2010, 51-70.

15 Boissinot 2005, 15. Voir aussi : Mercuri 2010, 695.

16 Hansen 1996 ; Knapp et Voskós 2008 ; McInerney 1999 ; Van Dommelen 2006, 104-124. Pour la notion de transfert culturel, voir Turgeon, Delâge et Ouellet (éd.) 1996, ainsi que Espagne 1999.

17 Citons, pour les publications les plus récentes, l’ouvrage de Lyons et Papadopoulos (éd.) 2002 ; à propos des relations entre Grecs et non-Grecs, on signalera les ouvrages dirigés par Spatafora et Vassallo (éd.) 2006 ainsi que Tréziny (éd.) 2010.

18 Dupont 2005.

19 Lyons et Papadopoulos (éd.) 2002 ; Gosden 2001 ; Gosden 2004.

20 Cf. Osborne 1998, 251-252; Owen 2005, 5-22; Hall 2012, 19-34; Van Dommelen 2012, 393-409. Voir le numéro 10 de la revue Ancient West and East publié en 2011, et en particulier les critiques à ce révisionnisme par Domínguez 2011, 195-207, et Greco 2011, 233-242. L’ouvrage de DErcole 2012 peut être considéré comme une réponse à cette démarche révisionniste solidement fondée sur des sources écrites et archéologiques.

21 Mele 2003, 13-39.

22 Greco et Lombardo 2012, 37-60 ; Domínguez 2011, 195-207 ; Esposito 2012, 97-121.

23 Cette notion d’hybridité a été d’abord utilisée pour l’étude des phénomènes artistiques propres à certaines colonies grecques d’Italie du Sud, notamment Poseidonia-Paestum : Rouveret 1974, 15-32 ; Rouveret 1987, 267-315 ; Pontrandolfo et Rouveret 1992.

24 Quant aux notions d’hybridation et de métissage, voir Cerchiai, Cuozzo et Pellegrino, à paraître ; le colloque de Tarente de l’année 2014 est consacré à cette question, Ibridazione ed integrazione in Magna Grecia. Forme, modelli e dinamiche.

25 En ce qui concerne spécifiquement l’Italie du Sud, voir Pontrandolfo et Rouveret 1983, 1051-1066.

26 Boissinot 2005, 13-43.

27 Esposito et Pollini, à paraître.

28 Voir en ce sens Dana 2012, 57-76.

29 Greco 2009, 9-16.

30 DErcole 2011, 428-451 ; DErcole 2007, 159-179 ; Casevitz 2001, 41-47.

31 Hall 1989, 47-55 ; Moggi 1992, 51-76.

32 Moggi 1991, 31-46.

33 Fourgous 1991, 145-168 ; Casevitz 2001, 41-47.

34 Antonaccio 2003, 57-74 ; Antonaccio 2010, 32-53.

35 Antonaccio 2004, 76.

36 Esposito et Zurbach, 2014.

37 Ainsi, pour décrire et cerner les contacts interculturels et les phénomènes de mixité possibles, nous recourrons plutôt à l’idée de chaînes de sociétés proposée par les africanistes, notion dont Michel Bats a déjà largement montré la pertinence dans le domaine de l’archéologie méditerranéenne : Bats 1997, 381-418.

38 Gras 1997, 61-85; Asheri 1996, 73-115; Albanese Procelli 1996, 167-176.

39 Malkin 2002, 151-181.

40 Ibid.

41 Ibid. Voir aussi la réponse de C. M. Antonaccio 2013, 237-251.

42 En reprenant la formule de N. Terrenato pour l’Italie et la romanisation : Terrenato 1998, p. 20-27.

43 Les cas de l’interaction entre les Grecs et non-Grecs (mariages inter-ethniques, contacts diplomatiques, etc.) agissent de facto au niveau des élites, aux marges de la structure sociale. En particulier, sur la place de la femme dans ces échanges, voir Esposito et Zurbach 2010, p. 51-70. Sur le rôle des autochtones comme partenaires actifs, cf. Mercuri 2010, p. 700 ; Esposito 2005, en part. la IIIe partie.

44 Bhabha 1994.

45 Hall 1999, 193.

46 Esposito 2009, 11-20.

47 Conti 1994 ; Cruciani 1996, 23-30 ; Junker 1993 ; Masseria et Torelli 1999, 203-262 ; Napoli 1963 ; Simon 1992, 209-217 ; Van Keuren 1989. En particulier, voir la publication des fouilles anciennes : Zancani Montuoro et Zanotti Bianco 1954 ; et les fouilles récentes : de La Genière 1999, 11-27 ; J. de La Genière et G. Greco 2010. Les questions stylistiques ont été traitées par C. Rolley et nous nous reportons à ses travaux : Rolley 1987, 193-198.

48 Zancani Montuoro et Zanotti Bianco 1954, 237-249.

49 Ibid., p. 350-354.

50 En particulier : Greco 2001, 73-75. Il nous semble très peu vraisemblable d’imaginer que la minorité grecque de l’élite de Poseidonia pouvait se permettre d’identifier les indigènes à des centaures, créatures liées au monde sauvage.

51 Pollini, à paraître.

52 Greco 2001, 73-75 ; Menichetti 1995, 273-283. On se réfère ici également à l’exposé oral de A. Rouveret lors de la rencontre de Naples en 2009, « Avec Jean Bérard, 1908-1957 », et qui n’a malheureusement pas été publié dans les actes : Brun et Gras (éd.) 2010.

53 Menichetti 1995, 273-283. Olpè en bucchero noir, conservée au Musée National de Villa Giulia (no d’inventaire : 110 976). Il semblerait que les images de cette olpè représentent Pélias et les jeux funèbres. Voir aussi : Pontrandolfo, Mugione et Salomone 1993, 291-294.

54 Napoli 1970 ; Rouveret 1974, 15-32 ; Rouveret 1976, 99-129 ; plus récemment : Holloway 2006, 365-388 ; Castiglione 2008, 147-179.

55 DAgostino et Cerchiai 1999.

56 DAgostino et Cerchiai 2004, p. 255-267 ; Esposito 2009, 12-14.

57 Greco 1982, 51-62 ; Pollini 2004, 85-102 ; Pollini à paraître ( = Pollini 2008, 351-355).

58 Esposito et Pollini 2011.

59 Esposito 2005, chap. 1 ; Esposito 2009, 11-20.

60 Cette préoccupation sur les rapports de force dans le cadre des contacts coloniaux était présente dès l’introduction du concept d’acculturation au domaine d’étude sur la Grande Grèce : S. Gruzinski et A. Rouveret, 1976, p. 167. Si les études plus récentes ont souvent sous-estimé cet aspect de la question, il nous semble opportun de le réintroduire et de le renforcer avec un regard nouveau.

61 P. Boissinot 2005, 15.

Table des illustrations

Titre Figures
Légende Figure 1. – La Grande Grèce et la Sicile. © A. Pollini 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Figure 2. – Territoire de Poseidonia-Paestum, avec indication de l’Héraion du Sele (numéro 1) et de la nécropole de Tempa del Prete, lieu de découverte de la Tombe du Plongeur (numéro 62). © A. Pollini 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figure 3. – Héraion du Sele, métope numéro 20, conservée au Musée archéologique national de Paestum (Italie). © A. Pollini 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Figure 4. – Héraion du Sele, métope numéro 32, conservée au Musée archéologique national de Paestum (Italie). © A. Pollini 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Figure 5. – Olpè en bucchero, conservée au musée de la Villa Giulia, Rome, no d’inventaire 110976, d’après J. Latacz, Th. Greub, P. Blome, A. Wieczorek, Homer, der Mythos von Troia in Dichtung und Kunst, catalogue de l’exposition à Bâle et Mannheim, Munich, Hirmer Verlag, 2008, p. 314-315, n. 36.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89362/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Figure 6. – Plaque longue (nord) de la Tombe du Plongeur, avec la représentation dusymposion, conservée au Musée archéologique national de Paestum (Italie). © Cliché A. Pollini 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89362/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

Auteurs

Université de Bourgogne, Dijon, UMR 6298 ARTeHIS.
Université de Haute-Alsace, Mulhouse, en délégation auprès du Centre Jean Bérard de Naples (USR 3133).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540