Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Première partie. Étymologie, concept

Étymologie, concept

Texte intégral

1Cerner l’origine et l’usage des termes, remonter aux racines des mots pourerner aborder le concept, telle nous a semblé la première exigence de cette réflexion collective sur le métissage. Cette première partie comprend six contributions dont les auteurs tentent de définir ce qui relève du métissage et ce qui lui est connexe. Quand et pourquoi emploie-t-on le terme de métissage ? Quand les notions d’hybridation, d’acculturation, de transfert culturel, de créolisation, de mixité apparaissent-elles adaptées pour désigner des processus à l’œuvre ?

2La partie s’ouvre par une contribution dans laquelle les auteurs, Arianna Esposito et Airton Pollini, explorent la pertinence de la pensée du métissage dans les contextes coloniaux grecs d’Occident (Italie du Sud et Sicile), à l’époque archaïque (VIIIe-VIe siècles av. J.-C.), période où les contacts entre les Grecs et les autres – « non-Grecs » – sont devenus de plus en plus intenses. Il est bien montré comment la notion de métissage, renvoyant à une réalité polymorphe, composée d’identités multiples et de constantes métamorphoses, peut s’avérer opératoire dans le domaine de l’archéologie coloniale en offrant un éclairage sur certains processus de construction identitaire. Nathalie Barrandon nous livre une analyse des langues paléohispaniques montrant que si le concept de « créolisation » semble peu adapté aux situations qu’elle décrit, celui de « métissage » est pertinent dans le cas du gréco-ibérique et pour certaines évolutions de l’écriture du celtibérique, alors que la plupart des autres mutations observées relèveraient davantage de « transferts culturels ». Christophe Pébarthe, à travers son étude sur l’historien français Édouard Will, évoque la notion d’acculturation et les origines de l’anthropologie coloniale. Il explique comment le présupposé d’une culture originelle grecque et une culture originelle juive induit par l’emploi de la notion de « transfert culturel » au sujet du judaïsme des IIIe-IIe siècles av. J.-C. mène à une aporie qui peut être dépassée par le recours à celle d’ethnicité. La réflexion sur l’identité se prolonge dans le texte proposé par Maria Lucia Pallares-Burke où il est question de la Mestiçagem brésilienne : l’auteure démontre comment la pensée de Gilberto Freyre s’est élaborée autour de la définition de l’identité brésilienne en termes de mélange ou de métissage, en transformant e le « problème » en « solution » ; les « croisements » ou « hybridations » sont précisément la particularité du peuple brésilien et ce qui définit son identité, selon le chemin analytique proposé par Freyre. En livrant une analyse de l’historiographie urbaine contemporaine, Loïc Vadelorge montre qu’alors que les sociétés urbaines deviennent objectivement complexes, les historiens de la ville emploient peu le terme de métissage, lui préférant le terme de « mixité sociale ». Or, ce terme renvoie à l’idée de simple juxtaposition des populations dans l’espace urbain. Son emploi est alors révélateur d’une histoire sociale qui a longtemps raisonné en termes d’oppositions de classes plus qu’en termes d’interactions et de mélanges de population. Cette partie se clôt par le voyage métaphorique sur les rives du métissage auquel nous convie Philippe Chanson, via différentes appréhensions du phénomène religieux créole aux Antilles française. Il démontre la possibilité de mettre en œuvre deux façons antagonistes d’appréhender la donne métisse sur un même terrain à partir de la métaphore du rhizome de Gilles Deleuze et Félix Guattari ainsi que celle du syncrétisme en mosaïque de Roger Bastide.

3Les manières de penser le métissage sont plurielles et l’exploration du concept s’avère ainsi riche de nuances et de questionnements.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540