Version classiqueVersion mobile

Droits des enfants au XXe siècle

 | 
David Niget
, 
Yves Denéchère

Quatrième partie. Droit et droits

Genèse et configuration d’une catégorie de l’action publique : les « mineurs isolés étrangers » en France (1993-2002)

Adeline Perrot

Résumé

Cette contribution rend compte de la montée en visibilité d’une catégorie publique aujourd’hui configurée autour de la désignation de « mineurs isolés étrangers ». Notre recherche sur la genèse du phénomène conduit à investiguer une période clé (1993-2002) d’institutionnalisation des pratiques autour de ce public d’enfants et d’adolescents venus de l’étranger, sans représentant légal. Partant de l’étude de sources écrites (associatives, gouvernementales, médiatiques), nous avons regardé les formats successifs de problématisation du phénomène avant que la catégorie de « mineurs isolés étrangers » ne s’impose comme une définition officielle et stabilisée, impliquant de manière sous-jacente, son inscription dans le cadre de la protection de l’enfance.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En France, la désignation officielle de « mineurs isolés étrangers » est désormais stabilisée comme une catégorie administrative à part entière. Qu’y a-t-il derrière cette classification ? On appelle MIE des enfants et des adolescents qui ont vécu une expérience migratoire et qui, une fois en zone d’attente ou sur le territoire français, peuvent être considérés comme vulnérables du fait qu’ils ne sont pas accompagnés par leur représentant légal.

Leur présence a acquis le statut d’objet de préoccupation publique1 au terme d’un long processus de montée en visibilité et d’affichage du phénomène. S’il va aujourd’hui de soi pour les mondes associatifs, médiatique et juridique de recourir à cette définition, proche de faire l’unanimité, il n’en a pas toujours été ainsi. Ce format de définition s’est généralisé au point qu’il est devenu aujourd’hui courant et légitime de parler de « mineurs isolés étrangers ». S’intéresser à la genèse de cette catégorie revient ici à appréhender son histoir...

Auteur

Doctorante en sociologie à l’université de Nantes et ingénieure d’études à la MSH Ange-Guépin (Nantes) dans le cadre du projet ASHAM (Approche sociologique des habitudes de vie des adultes atteints de dystrophie myotonique de type 1). Ses recherches portent sur la sociologie des frontières d’âge et de statut, catégorisations dans les domaines de l’immigration et de la santé, enquête ethnographique. Sa thèse porte sur les « mineurs isolés étrangers » en France comme catégorie de l’action publique interrogeant les frontières d’âge et de responsabilité. Elle a notamment publié : « Une enfance aux portes de la ville. La prise en charge ambiguë des “mineurs isolés étrangers” détenus en zone aéroportuaire », Métropolitiques, 13 avril 2015, [http://www.metropolitiques.eu/Une-enfance-aux-portes-de-la-ville.html].

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search