Version classiqueVersion mobile

Droits des enfants au XXe siècle

 | 
David Niget
, 
Yves Denéchère

Troisième partie. Protection et soin

Du laboratoire aux archives : les sources de la prise en compte des enfants dans la recherche en santé

Hélène Chambefort et Margot Georges

Résumé

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) naît en 1964 de la transformation de l’INH (Institut national d’hygiène). Composé au départ d’un peu moins de 30 unités de recherche, il en comprend désormais plus de 280 réparties sur tout le territoire français. L’Inserm est le seul organisme public de recherche français entièrement dédié à la santé humaine. Il a toujours développé une activité de recherche autour de l’enfant, aussi bien en recherche fondamentale que clinique ou en santé publique. Les sources mobilisables pour écrire l’histoire de la place des enfants et de leurs droits au sein de la recherche médicale sont donc nombreuses à l’Inserm et de plusieurs types : archives de la direction générale, expertises collectives, rapports d’activité des unités, archives de chercheurs ou de laboratoires, etc. Ces fonds ont encore été peu utilisés sous l’angle de l’histoire des enfants et ce texte a pour but de mettre en lumière la richesse des archives pouvant être mobilisées à ce sujet.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction : historique et missions de l’Inserm

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) naît, en 1964, de la transformation de l’Institut national d’hygiène (INH) créé pour sa part en 1941. Chargé principalement d’enquêtes et de statistiques de santé publique, l’INH, dont les moyens budgétaires n’ont jamais été à la hauteur de ses ambitions, doit être réorganisé au début des années 1960. Plusieurs facteurs contribuent à sa transformation en un institut où la recherche prend le pas sur la santé publique. Le principal reste sans conteste la réforme de la médecine (dite réforme Debré) du nom de son instigateur, le pédiatre Robert Debré1.

Cette réforme se concrétise par l’Ordonnance du 30 décembre 1958 relative à la création des centres hospitaliers universitaires (CHU), à la réforme de l’enseignement médical et au développement de la recherche. Elle instaure la fusion de la faculté de médecine et de l’hôpital au sein des CHU et crée un cor...

Auteurs

Hélène Chambefort est responsable du service des Archives de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Depuis une vingtaine d’années, Hélène Chambefort a mis en place et développé la politique d’archivage dans son établissement en partenariat avec les Archives nationales et les services d’archives d’autres établissements publics et universités. Persuadée que l’on avance mieux et plus loin professionnellement en réfléchissant et travaillant en réseau, elle a noué des contacts avec eux très tôt. Pour elle, la collecte des fonds est faite pour que les archives soient communiquées au plus grand nombre. Elle participe depuis sa mise en place en 2001 au site Internet « Mémoire et histoire » qui brosse un historique des directeurs, laboratoires, lieux et thématiques de recherche à l’Inserm. Récemment, elle a été membre du comité d’organisation du colloque du Conseil international des archives : « Archiver la recherche, pourquoi ? Comment ? » (juillet 2014).
Margot Georges est titulaire d’un master histoire et métiers des archives de l’université d’Angers (2012). Depuis juin 2013, elle est archiviste adjointe à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Margot Georges est doctorante au sein de l’UMR CERHIO sous la direction de Patrice Marcilloux (université d’Angers) ; sa thèse porte sur les représentations des archives par les chercheurs en sciences du végétal. Elle est également membre élue du conseil de laboratoire du CERHIO-Angers, membre du comité de relecture de la revue TraverSCE et membre active de la section AURORE (archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et mouvements étudiants) de l’association des archivistes français.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search