Versione classicaVersione mobile

Droits des enfants au XXe siècle

 | 
David Niget
, 
Yves Denéchère

Deuxième partie. Communautés de cause

Entre protection et droits. Le rôle de l’Association internationale des juges pour enfants dans l’internationalisation des modèles de justice des mineurs (1920-1960)

David Niget

Abstract

La diffusion du système des tribunaux pour enfants, au début du XXe siècle, dans la plupart des pays industrialisés, tient notamment à l’activité d’un mouvement réformateur investissant la sphère internationale des congrès pénaux et d’assistance. Le rôle des premiers juges pour enfants y est primordial, alors que certaines figures tutélaires contribuent à forger l’image d’une justice « paternelle et bienveillante ». L’Association internationale de protection de l’enfance, créée en 1921 à Bruxelles, va jouer un rôle déterminant au sein et à la marge du Comité de protection de l’enfance de la Société des Nations, formé en 1924 suite à la première Déclaration des droits de l’enfant, et donne naissance, en 1930, à la première Association internationale des juges des enfants.
Quelle a été l’influence des magistrats dans l’évolution des modèles et préconisations diffusés à l’échelle internationale en matière de protection de l’enfance ? Premiers partisans d’une réforme visant à amender une justice pénale jugée néfaste à l’égard des mineurs comme de la société, les juges doivent rapidement composer avec d’autres corps professionnels investissant le secteur : médecins, psychiatres et psychologues, travailleurs sociaux. Incarnent-ils toujours la voie de l’innovation institutionnelle alors que la justice des mineurs tend à glisser du champ judiciaire vers le médico-social ? Cette contribution rend compte d’un travail mené à partir des actes des congrès de l’Association internationale des juges pour enfants, se tenant à huit reprises entre 1930 et 1970, collecte complétée par les actes de différents autres congrès touchant la réforme de la protection de la jeunesse (congrès internationaux de protection de l’enfance, congrès pénaux et pénitentiaires internationaux, etc.).

I formati HTML, PDF ed ePub di questo libro sono accessibili agli utenti di biblioteche e istituzioni che lo hanno acquistato come parte dell'offerta OpenEdition Freemium for Books. Il libro può anche essere acquistato sui siti dei librai partner, nei formati PDF ed ePub, se l'editore ha scelto questa distribuzione commerciale. Se l'edizione cartacea è disponibile, i link alle librerie sono proposti in questa pagina.

Estratto del testo

La diffusion du système des tribunaux pour enfants, au début du XXe siècle, dans la plupart des pays industrialisés, tient notamment à l’activité d’un mouvement réformateur investissant la sphère internationale des congrès pénaux et d’assistance au nom de la « cause des enfants ». Le rôle des premiers juges pour enfants y est primordial. Certaines figures tutélaires et médiatiques contribuent à forger l’image d’une justice « paternelle et bienveillante1 ». Ces magistrats sont très présents dans les premières associations internationales qui se mettent en place, notamment au sein de l’Association internationale de protection de l’enfance (AIPE), créée en 1921 à Bruxelles. Lors de son deuxième congrès, en 1928, plusieurs juges créent l’Association internationale des juges des enfants (AIJE), dont les statuts sont ratifiés en 1930. Cette association s’inscrit dans un mouvement d’internationalisation des modèles de justice des mineurs. Initiatrice, elle évolue dans un environnement de p...

Autore

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Angers/CNRS, UMR CERHIO. Ses travaux portent sur l’histoire de la jeunesse, et en particulier sur la question des droits des enfants et de la citoyenneté. Après s’être penché sur l’histoire des lieux d’enfermement des enfants au XIXe siècle, il a travaillé sur la genèse de la justice des mineurs dans une perspective transnationale. Portant son attention sur la question de l’expertise médicale et psychologique dans le champ de la jeunesse jugée « irrégulière », il s’est interrogé sur la question des « paniques morales », en particulier en direction des jeunes filles. Il est membre du comité de rédaction de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », ainsi que de la Society for the History of Children and Youth (SHCY).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search