Version classiqueVersion mobile

Droits des enfants au XXe siècle

 | 
David Niget
, 
Yves Denéchère

Première partie. Le droit à l'histoire

Destins brisés et destins reconstruits en zone française d’occupation (1945-1955). Ressources pour la recherche aux Archives diplomatiques

Cyril Daydé

Résumé

À l’été 1945, les Alliés victorieux entreprirent la reconstruction de l’Europe, notamment dans le cadre des zones d’occupation en Allemagne et en Autriche. Dans l’aide qu’ils apportèrent aux victimes, ils furent confrontés à une horreur qui était jusqu’alors seulement pressentie à défaut d’être pleinement connue. Le sort de dizaines de milliers d’orphelins et d’abandonnés nécessita une réponse adéquate. Leur état physique, leur âge et leur nationalité étaient alors pris en compte pour tenter de leur reconstruire une destinée. L’idéologie populationniste des années 1945-1948 prônait le rapatriement des enfants français et l’immigration d’ouvriers nécessaires à la reconstruction d’une économie et d’une société vigoureuses. Mais l’évolution politique et l’apparition de tensions diplomatiques obligèrent bientôt les administrations françaises à faire volte-face. Les archives produites pendant cette décennie d’occupation sont aujourd’hui une source de premier plan sur l’histoire sociale de l’immédiat après-guerre.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Estimer le bilan humain d’un conflit armé représente forcément pour l’historien sinon une gageure, du moins une tâche très délicate mais à laquelle il ne saurait se soustraire. Dans le cas de la Seconde Guerre mondiale, ce bilan apparaît pour le moins difficile, dans les deux sens du terme. D’une part en effet, il est difficile à établir, en raison des cadavres dissimulés et des disparus non réclamés par leur famille ; d’autre part difficile à admettre puisque les chiffres communément retenus – 40 à 60 millions de morts et 30 millions de déplacés1 – en font un conflit trois à quatre fois plus meurtrier que la Grande Guerre.

Au-delà de ce constat global, les enfants constituent une catégorie de victimes civiles par définition, incapables pendant les conflits de se défendre seules et, une fois la paix rétablie, de subvenir seules à leurs besoins et de faire valoir leurs droits. La singulière ampleur de la Seconde Guerre mondiale et la grande fragilité des enfants durant ce conflit inci...

Auteur

Cyril Daydé a étudié à l’École nationale des chartes où il a obtenu son diplôme d’archiviste paléographe (2010), puis à l’Institut national du patrimoine où il a obtenu celui de conservateur du patrimoine (2011). Il est actuellement conservateur aux Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, à La Courneuve, où il est notamment en charge des fonds de la zone française d’occupation en Allemagne et en Autriche (1945-1955). Il a publié dernièrement : « Les personnes déplacées et réfugiées en zone française d’occupation d’après les Archives diplomatiques françaises : fonds d’archives et méthodes de recherche », inDefrance C. et Maspero J. (dir.), Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, actes du colloque international, Bruxelles, Peter Lang, 2015. Il prépare également une thèse de doctorat sur l’historiographie méridionale (XVIe-XVIIIe siècles) et est tuteur de jeunes candidats au concours de l’Institut du patrimoine.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search