Version classiqueVersion mobile

Des savants pour protéger la nature

 | 
Rémi Luglia

Troisième partie. L'affirmation de la protection (1920-1950)

Chapitre X. La singularité LPO

Texte intégral

11912 est une date qui sert de référence à nombre d’auteurs quand il s’agit de l’histoire de la protection des oiseaux et plus largement de la nature en France. La commémoration en 2012 du centenaire à la fois de la LPO et de la réserve des Sept-Îles a induit une focalisation supplémentaire et médiatique sur ce moment historique alors convoqué comme fondateur. Survenu au moment précis où la protection de la nature acquiert une visibilité inédite dans la Société d’acclimatation par les discours du président Perrier, cet épisode est effectivement tout sauf anecdotique et conduit à s’interroger : pourquoi individualiser une sous-section LPO au sein de la section d’ornithologie ? En quoi la LPO a-t-elle transformé les conceptions et les façons d’agir en matière de protection de la nature ? Dans quelle mesure cette date est-elle signifiante pour le mouvement français de protection de la nature ?

Le symbole de 1912 : la Ligue française pour la Protection des Oiseaux

  • 1 Cf. infra pour une analyse biographique.
  • 2 Cf. infra pour une analyse biographique.
  • 3 Magaud d’Aubusson Louis, « Ligue française pour la Protection des Oiseaux », Bull. SNAF, 1912, p.  (...)

2On sait en définitive peu de choses de la naissance de la LPO. Le Bulletin de la Société d’acclimatation reste muet sur le sujet et très peu de fondateurs évoquent ce moment. L’idée originelle semble revenir à Albert Chappellier1, qui convainc plusieurs de ses collègues de la Société d’acclimatation dont Louis Magaud d’Aubusson2, le premier président de la LPO, de fonder une sous-section dédiée exclusivement à la protection des oiseaux. Le modèle en est explicitement les associations spécialisées étrangères dont la Royal Society for the Protection of Birds (Royaume-Uni ; fondée en 1889). La différence, notable, est qu’en France cette association dédiée à la protection de l’oiseau n’apparaît qu’en tant que sous-section de la Société d’acclimatation comme le signale expressément l’article de Louis Magaud d’Aubusson dans le Bulletin qui annonce la naissance3.

Une société dans la Société : l’individualisation d’une cause

  • 4 « Récompenses décernées par la LPO », Bull. SNAF, 1913, p. 227.

3La LPO est ainsi insérée dans l’organisation de l’association, à une place qui n’était pas explicitement prévue par les statuts, et demeure fortement liée à sa société-mère. Son siège social et ses réunions sont par exemple fixés dans les locaux de la Société. Quand la Société déménage en 1917 du no 33 de la rue de Buffon au no 198 du Boulevard Saint-Germain puis en 1933 vers le no 4 de la rue de Tournon, la LPO suit et déplace également son siège social. Comme pour n’importe quelle autre section, la LPO figure chaque année dans l’organigramme de la Société et les procès-verbaux de ses réunions sont publiés dans le Bulletin de la Société d’acclimatation. La LPO participe à la « séance publique annuelle de remise des récompenses », qui vise à la célébration et au prestige de la Société, son président y prononce un discours et des récompenses sont décernées en son nom dont des médailles au motif composé par Maurice Loyer, secrétaire général de la Société d’acclimatation4. La Société offre chaque année à la LPO, qui l’attribue au lauréat de son choix, une « Grande médaille à l’effigie d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire ». Les nouveaux adhérents à la LPO doivent être agréés par le conseil d’administration de la Société.

  • 5 Pierre Vincent (1883-1918) est médecin et licencié ès sciences naturelles. Il travaille dans le la (...)

4De nombreux dirigeants de la LPO participent à la gouvernance de la Société d’acclimatation. En 1912 par exemple, sont administrateurs de la Société Magaud d’Aubusson (président de la LPO), le comte d’Orfeuille (secrétaire de la LPO), Wuirion (délégué de la LPO à la commission des récompenses). En 1913, le bureau de la LPO est quasiment identique à celui de la section d’ornithologie : Magaud d’Aubusson préside, Ménégaux est vice-président, le comte d’Orfeuille assure le secrétariat. Seul le délégué du conseil diffère (Wuirion pour la LPO et Mailles pour la section). Le bureau de la LPO est complété par Chappellier (secrétaire-adjoint) et Vincent5 (trésorier). Cet état de fait se poursuit sans discontinuer jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Il n’existe pas une seule année sur cette période où un membre au moins du bureau de la LPO ne soit pas présent au bureau de la section d’ornithologie et dans d’autres instances de la Société. Le décès de Louis Magaud d’Aubusson en 1917 est l’occasion pour la Société d’acclimatation de lui rendre un hommage appuyé et exceptionnel, à l’égal d’un de ses présidents ou d’une des figures tutélaires de l’association. Or Magaud d’Aubusson n’a jamais occupé de fonction autre qu’administrateur au sein de la Société, si l’on excepte cette présidence de la LPO.

5Le faisceau de ces éléments montre que la jeune LPO reste sous la tutelle de son aînée. Au point que se pose la question de la réelle autonomie de cette sous-section. Au point aussi que l’on s’interroge sur l’opportunité pour la Société d’avoir permis, suscité et accompagné l’émergence de cette nouvelle structure alors que manifestement elle n’a ensuite de cesse de vivre en étroit équipage.

6Cependant, sur un certain nombre de points, la LPO se distingue clairement de la société-mère. Les deux directions sont clairement désignées et les finances de chaque association sont séparées. La LPO dispose d’un trésorier distinct, ce que l’on ne retrouve jamais dans aucune autre section de la Société. De même, la LPO existe juridiquement en tant qu’association loi 1901, avec ses propres statuts, même si elle est fondée par une personne morale, la Société d’acclimatation, et qu’elle lui est soumise par diverses dispositions. Les prises de parole des deux associations, parfois réunies lors d’une manifestation commune sous la forme d’un accueil de la LPO par la Société, sont néanmoins distinguées. Enfin la LPO dispose dès son origine d’une publication personnelle : le Bulletin de la LPO (figure 39).

Figure 39. – Couvertures du Bulletin de la LPO en 1914 et 1925.

7À la fois autonome et intégrée, la LPO reste fortement liée à la Société d’acclimatation, au moins durant la trentaine d’années qui sépare sa fondation de la Seconde Guerre mondiale. Mais les structures ne paraissent pas la motivation principale de cette création : bien plus centrales sont les questions des idées et des modes d’action.

La défense de l’oiseau, dans la suite de la Société d’acclimatation

  • 6 Cf. infra pour une analyse biographique.

8Le caractère savant de la Société se retrouve assez bien dans la LPO par la présence de nombreux ornithologues. Parmi ceux-ci on peut par exemple citer les fondateurs de la Revue Française d’Ornithologie : Louis Denise (1863-1914), Auguste Ménégaux ou Louis Ternier6. Toutefois les membres amateurs semblent être en nombre plus important que pour la Société et surtout accèdent plus facilement aux postes de dirigeants. Le Bulletin de la LPO traduit bien cette marque car il n’a aucune prétention savante, contrairement au Bulletin de la Société d’acclimatation, et est bien davantage une feuille de liaison et d’information. En revanche la sociabilité mondaine reste essentielle et la LPO rassemble une élite sociale assez traditionnelle composée d’aristocrates, de rentiers, de hauts-fonctionnaires, de propriétaires, dont le prince Paul Murat et le comte Delamarre de Monchaux, vice-présidents respectivement à partir de 1923 et de 1927.

  • 7 Magaud dAubusson Louis, op. cit., 1912, p. 180-182.

9Du point de vue des conceptions, la LPO ne se distingue au départ que peu de la Société. Elle est sans conteste l’héritière du débat autour de l’utilité et de la nuisibilité des oiseaux, qui a irrigué l’émergence des idées de protection de la nature depuis le milieu du XIXe siècle. Les thèmes, les préoccupations, les idées exprimées sont les mêmes ; les auteurs souvent aussi. L’article fondateur de Louis Magaud d’Aubusson en 1912 synthétise les conceptions à l’œuvre lors de la création de cette LPO, banales dans le contexte de la Société d’acclimatation : l’utilité de l’oiseau contre l’insecte est le principe de base ; il permet de déplorer la diminution du nombre d’oiseaux dont les causes sont d’abord l’agriculture qui détruit les possibilités de reproduction, ensuite les abus de la chasse qui consistent en certains modes de capture et en de trop nombreuses dérogations accordées par les préfets, enfin la plumasserie considérée encore comme une industrie légitime mais dont les prélèvements doivent être régulés ; l’éducation des enfants est une des solutions retenues7. Rien de bien novateur.

10Un dessin (figure 40) illustre parfaitement cette idée. Il s’agit d’une œuvre d’Harrison Cady publié dans un journal new-yorkais – le People’s Home Journal – et repris dans le Bulletin de la LPO en 1920 sous la titre « la première ligne du front de la nourriture ». Nous observons deux espaces séparés au centre par une tranchée et un muret surmonté de barbelés. À gauche se trouve une campagne idéalisée avec un joli bosquet d’arbres au fond, une belle ferme avec un potager en bonne santé, un verger, des champs avec des plants bien alignés et manifestement vigoureux, et au premier plan des arbres au tronc bien droit. À droite par contre, on observe un désert : pas un brin d’herbe ; les arbres au fond près d’une pauvre masure sont rabougris, tordus et sans feuilles. Les responsables de ce désastre sont les légions d’insectes : vers, limaces, criquets, doryphores, spongieuse, bombyx, larves, pucerons... Ayant dévorées toute la verdure, ces légions d’insectes se lancent massivement à l’assaut de la campagne verdoyante et ne sont arrêtées sur la ligne de front que par les oiseaux insectivores. Le message est simple : l’oiseau est le seul rempart contre l’insecte et il effectue ce travail gratuitement, à la place de l’homme, absent physiquement du tableau, mais omniprésent dans cet espace anthropisé. Il faut protéger cet oiseau insectivore en lui créant des refuges (« Green Meadow Club Bird Sanctuary ») et en favorisant sa reproduction par des nichoirs.

Fig. 40. – « La première ligne du front de la nourriture » (Bull. LPO, janvier 1920, p. 5).

11Afin de protéger les oiseaux insectivores, la LPO, comme la Société avant elle, considère qu’il est nécessaire d’éduquer les populations agricoles et rurales afin de leur apprendre à ne plus détruire leurs « auxiliaires ». Des affiches sont élaborées comme celle publiée en 1921 dans le Bulletin de la LPO et intitulée « Nos amis les oiseaux » (figure 41). On observe d’abord une volonté de rendre concret l’utilité des oiseaux par des images qui les représentent dans un contexte cultural : le gobemouche gris (Muscicapa striata) attrape un papillon du chou ; le cochevis huppé (Galerida cristata) dévore le taupin des moissons ; la chouette hulotte (Strix aluco) capture une souris ; etc. Mais le texte est tout aussi explicite :

« Agriculteurs [...] Rappelez-vous sans cesse que la mort d’un oiseau sauve des milliers d’insectes qui anéantissent vos récoltes. La protection des oiseaux est une question de vie ou de mort pour l’agriculture française. »

Fig. 41. – Affiche de la LPO (Bull. LPO, mars 1921, p. 44-45).

12Néanmoins, la LPO illustre également le changement de perspective, de paradigme, qui se réalise autour de la Société dans les années 1900-1910. L’analyse comparée des médailles de la Société d’acclimatation (1856) et de la LPO (1914) (figure 42) est significative quant à la transformation du regard naturaliste, d’autant que la comparaison porte sur deux médailles d’une même société savante, la LPO n’étant alors qu’une sous-section. Sur la médaille de 1856, on observe une femme – qui représente la Société d’acclimatation – appuyant son bras gauche sur les animaux domestiqués et tendant la main droite aux animaux acclimatés. Ces animaux sont placés en symétrie : le bœuf fait face au yack, le cheval à l’hémione, le mouton à l’alpaca, la poule au hocco. En 1856, l’Homme est au centre d’une Nature utilisée d’où le sauvage est absent. La médaille de 1914 est radicalement différente : un oiseau sauvage – un merle – est dans son nid, entouré de feuillages. C’est la Nature sauvage qui est ici au cœur des préoccupations alors que l’Homme et la Nature domestiquée sont absents. Jusqu’aux années 1920, on peut considérer que la LPO représente l’aboutissement des dynamiques générées au XIXe siècle. Elle cherche à mettre en œuvre le programme élaboré par la Société : protéger les oiseaux utiles ; empêcher les disparitions.

Fig. 42. – Médailles de la Société d’acclimatation (1856) et de la LPO (1914).

13Hormis les récompenses, parfois nombreuses, remises à l’occasion de la séance annuelle, on peine à identifier des réalisations spécifiques à la LPO. De ce point de vue, la sous-section semble reprendre les modes d’action de sa société-mère : constats savants ou amateurs, circulation de l’information, appel à l’autorité publique, récompenses. La LPO est bien idéologiquement et concrètement la fille de la Société d’acclimatation.

Les Sept-Îles, 1re réserve naturelle de France

  • 8 Membre de la Société d’acclimatation et directeur-conservateur du Muséum d’histoire naturelle de N (...)
  • 9 « Récompenses décernées par la LPO », Bull. SNAF, 1914, p. 247.
  • 10 « Procès-verbal de la séance du 24 janvier 1913 de la LPO », Bull. SNAF, 1913, p. 257-258.

14Mais 1912 n’est pas que la naissance de la LPO car c’est à cette date qu’est fondée la 1re réserve ornithologique de France, celle des Sept-Îles, du nom d’un archipel au large de Perros-Guirec (Côtes d’Armor). C’est en 1908 qu’Albert Chappellier, réalisant un premier voyage dans l’archipel, constate le mauvais état de la colonie de macareux moines (Fratercula arctica). Le lieutenant Hémery signale les mêmes faits en 1911. Sur la sollicitation du Dr Louis Bureau8 et avec l’appui de la Société d’acclimatation, mais aussi de René Delestre, le locataire des îles et de M. Le Jannou, maire de Perros-Guirec, à qui la LPO décerne une « médaille d’argent grand module » en 1914 pour les remercier9, la jeune association obtient du préfet des Côtes-du-Nord le 28 août 1912 un arrêté d’interdiction de la chasse sur l’archipel, créant de fait la réserve10. Comme les destructions continuent, la LPO installe en 1913 des plaques signalétiques rappelant l’interdiction aussi bien sur les îles que dans les ports d’embarquement (figure 43).

Fig. 43. – Plaque LPO sur l’île Rouzic (Bull. LPO, juin 1920, p. 51).

15Cette volonté de créer une réserve pour sauver une espèce d’une disparition complète est assez neuve en France, en tout cas c’est la première fois qu’elle débouche sur une mise en œuvre concrète. Il est vrai qu’on peut objecter que la protection du castor du Rhône (Castor fiber) précède de quelques années celle du macareux moine mais aucune réserve n’est alors créée pour cette espèce. La « nouveauté » de 1912 semble néanmoins à relativiser car elle repose sur un appel à la puissance publique, très habituel chez les protecteurs du XIXe siècle. Il est vrai qu’ici cet appel est entendu et suivi d’une réalisation qui débouche en plus sur une réussite de la protection du macareux.

16La création de la LPO comme sous-section d’ornithologie intervient dans un contexte bien particulier, propre à la Société d’acclimatation. Au moment où le président Perrier insiste pour infléchir l’ensemble de ses objectifs et de ses travaux dans le sens de la protection, alors qu’elle commence à peine à surmonter la profonde crise qui l’a ébranlée et à récupérer un peu de son lustre du XIXe siècle, la Société décide de se doter d’un organe dédié à une protection des oiseaux qui prend une ampleur particulière autour des années 1900-1910, notamment avec le surgissement de la question des extinctions d’oiseaux et de celle de la plumasserie, alors que les problèmes posés par la chasse aux oiseaux migrateurs demeurent en toile de fond. Cette individualisation relative permet à la Société de résoudre en interne et sans crise structurelle l’opposition entre des « anciens », tenants des méthodes d’action traditionnelles, et donc peu investis en actes, attachés également à des objectifs utilitaristes hérités du XIXe siècle, partisans enfin d’une science peu insérée dans le siècle, et des « modernes », adeptes des idées de protection de la nature, favorables à des actions en ce sens et dans lesquelles l’association s’investirait directement. Ni tout à fait dans la Société, ni tout à fait en dehors, la LPO donne aux sociétaires la liberté d’agir pour une cause dont les motifs scientifiques ne sont qu’un des aspects.

Le cheminement spécifique de la LPO dans l’entre-deux-guerres

17Après la Première Guerre mondiale une dynamique divergente anime la LPO et la différencie de la Société d’acclimatation.

L’émancipation relative d’avec la Société d’acclimatation

18Au fil de l’entre-deux-guerres, les liens avec la Société se distendent légèrement. Ainsi, à partir de 1925, la LPO remet seule, lors d’une séance spécifique mais toujours dans les locaux de la Société, l’essentiel de ses récompenses. Seules les « grandes médailles » continueront à être distribuées lors de la séance publique annuelle. À cette même date, la LPO crée une « Fédération pour la protection des oiseaux » (dont le nom ne parviendra cependant jamais à remplacer celui de LPO) à laquelle s’affilient directement des sociétés de protection des oiseaux ou des animaux, sans se lier pour autant à la Société d’acclimatation. En 1938, elles sont au nombre de 38. Le Bulletin de la LPO, marque de plus en plus nettement une différence éditoriale en ressemblant davantage à celui de la SPA, illustrant ainsi une altérité de nature. Anecdotique, empli de faits divers, de comptes rendus de séances et d’excursions, sorte de chronique de la protection et de la destruction des oiseaux, le Bulletin de la LPO est plus une feuille de liaison et d’information, et de loin, qu’une revue scientifique. En 1936, l’éloignement d’avec la Société est plus visible car quand les deux associations quittent, pour des raisons budgétaires, leur siège commun rue de Tournon, l’une va au no 55 rue de Buffon alors que l’autre, la LPO, s’installe au no 129 boulevard Saint-Germain.

19Pour autant la LPO n’est toujours pas une structure indépendante et les liens humains, associatifs et programmatiques restent très puissants. Ainsi le conseil d’administration de la Société continue à valider chaque année la composition du bureau de la LPO et les demandes d’adhésion. C’est la Société qui obtient des ministères les subventions à verser à la LPO, et s’en réserve une partie au titre du fonctionnement du siège social. Les deux directions ont en partage de nombreuses personnalités (Albert Chappellier, le comte Delamarre de Monchaux, Jean Delacour). La LPO vient régulièrement en aide dans les années 1930 à une Société en grande difficulté financière en lui prêtant des sommes importantes.

Une autre protection de la nature

20Si la date de 1912 relève davantage du symbole que d’une réelle nouveauté, force est de constater que la LPO, et le mouvement de protection des oiseaux, tout en s’émancipant matériellement d’avec la Société d’acclimatation, connaît une mutation majeure quoique progressive dans l’entre-deux-guerres.

  • 11 Bull. LPO, mai-juin 1921.
  • 12 Cf. infra pour une analyse biographique.
  • 13 Luglia Rémi, « Le donne... », op. cit.
  • 14 Jusqu’au 8 janvier 1897, il était d’usage de rejeter toute candidature féminine, même si cette dis (...)
  • 15 Alexandrine Feuillée-Billot a publié en 1936 trois ouvrages sous-titrés Manuel d’élevage à l’usage (...)

21À partir des années 1920, un changement de génération se produit et traduit une évolution des méthodes scientifiques et des sensibilités : l’ornithologue pose son fusil pour observer les oiseaux dans leur milieu et répugne à les tuer, d’autant plus s’ils sont utiles ou en voie de disparition, ce qui n’était pas le cas auparavant, l’objectif étant de collecter à tout prix une dépouille. La rupture va ainsi devenir effective entre chasseurs-ornitholo-gues et ornithologues-protecteurs. Certains fondateurs parmi les plus en vue prennent alors leurs distances d’avec la LPO : c’est le cas du président Louis Ternier qui démissionne en 1921, accompagné du trésorier Lefiet précédé en 1920 du vice-président Auguste Ménégaux11. Albert Chappellier quant à lui reste et devient secrétaire dès 1920 alors que Jean Delacour12 accède à la présidence en 1921 et y reste 56 ans. Entrent alors à la direction de la LPO de nouveaux membres, dont des femmes. Cette précision n’est en rien anecdotique car, au sein de la LPO, elles vont apporter une vision différente de la protection des oiseaux, notamment dans la façon de les considérer et dans celle de les protéger13. Alors qu’elles étaient totalement absentes au XIXe siècle et qu’elles sont rarissimes dans la Société d’acclima14, trois femmes deviennent en 1923 secrétaires adjointes de la LPO dont Alexandrine Feuillée-Billot qui siège pendant plus de 40 ans à la direction de la LPO. Alexandrine Feuillée-Billot, issue d’un milieu d’arboriculteurs des environs de Blois, est fascinante car elle représente une synthèse des courants favorables à la protection des oiseaux dans l’entre-deux-guerres. C’est une naturaliste qui connaît très bien les oiseaux et qui appartient à plusieurs sociétés savantes comme la Société d’acclimatation ou la Société d’histoire naturelle du Loir-et-Cher. Ses ouvrages sur l’aviculture15, salués par les ornithologues, la rendent légitime parmi les savants, ce qui est exceptionnel à cette époque. Sa sensibilité à la beauté et au chant des oiseaux l’intègre au mouvement de protection des animaux, que représente en France entres autres la SPA, dont elle reçoit d’ailleurs en 1925 une médaille en raison de ses combats contre la souffrance animale et particulièrement contre l’aveuglement des oiseaux chanteurs. Enfin, elle appartient au courant utilitariste et prononce régulièrement des « causeries agricoles » sur les ondes de Radio-Paris entre 1933 et 1939 comme sur les « oiseaux insectivores migrateurs » le 27 avril 1934, le « nourrissage des oiseaux utiles » le 4 décembre 1934 ou « les réserves ornithologiques de France » le 18 janvier 1938. La place prise par Alexandrine Feuillée-Billot dans la LPO montre qu’un militantisme différent y apparaît.

  • 16 Antonia de Smet de Naeyer (20/12/1874-inconnue) épouse Henri de Pierre (1871-1954). Ce dernier dir (...)

22Cette singularité est visible dans les thématiques et les façons d’agir. Au fil du temps, de nouveaux sujets émergent : destruction causée par les phares ; dégazages et marées noires ; aveuglement des pinsons. Ce dernier sujet est particulièrement révélateur de la mutation idéologique à l’œuvre des considérations utilitaristes puis scientifiques vers une réflexion morale. Dans le Nord de la France et en Belgique, une coutume consistait à capturer de jeunes passereaux chanteurs et à les aveugler pour développer leurs qualités de chant. Pour la LPO, le problème est d’abord, classiquement, que la convention de 1902 interdit cette pratique car elle affecte des oiseaux utiles à l’agriculture, mais devient rapidement d’ordre moral : cette « tradition barbare » génère une souffrance, intolérable pour des gens civilisés ; elle est donc le fait de personnes « brutales », réputées fréquenter assidûment l’estaminet. La LPO s’inscrit ainsi dans le droit fil de la protection des animaux initiée par la SPA mais s’en distingue par une attention portée au sauvage. Les représentants nordistes de la LPO saisissent en 1922 le préfet, qui leur oppose une fin de non-recevoir. Ils initient alors un mouvement d’opinion mais c’est l’interpellation directe par la marquise Antonia de Pierre16 du ministre de l’Agriculture Henry Chéron qui provoque une réaction salvatrice sous la forme d’un diligent décret interdisant formellement la capture et l’aveuglement des petits oiseaux. Il faut encore nombre d’interventions pugnaces de la LPO pour que cette disposition soit appliquée sur le terrain par toutes les autorités. C’est chose faite en 1925. Dans ce combat, plusieurs éléments sont nouveaux et remarquables : les principes et motifs de protection (douleur et souffrance en plus de l’utilité et de la loi) ; les modes d’action (appel aux militants, membres néanmoins de l’élite sociale, et beaucoup moins aux savants) ; l’importance nouvelle des femmes à la fois comme idéologues (elles pensent la souffrance animale) et comme actrices de terrain (c’est la marquise qui interpelle le ministre).

23Avec l’affaire de l’aveuglement des oiseaux chanteurs, il apparaît que l’éthique devient un argument légitime pour protéger les oiseaux. Concentré sur des anecdotes, des faits rapportés, des informations internationales ou de sociétés locales, le Bulletin de la LPO donne la parole aux non-savants qui peuvent en plus faire œuvre utile en participant aux « refuges », en installant des nichoirs ou des mangeoires (figure 44), donc en agissant eux-mêmes.

24Ces caractéristiques rappellent la SPA, sa publication et son public. D’ailleurs des liens existent entre les deux sociétés, des liens non officiels mais bien de communauté d’opinion car elles partagent une certaine vision morale de la protection animale. C’est ainsi que la SPA signale en 1912 dans ses colonnes la naissance de la LPO et publie régulièrement des notes sur ses actions. De son côté, la LPO accueille dans sa fédération des sociétés locales de protection des animaux. Les chasseurs trouvent eux aussi une place dans la LPO d’origine et en sont même par certains côtés des piliers. Ainsi le 20e anniversaire de la LPO est présidé par le comte Clary (Saint-Hubert-Club de France). Ce dernier rappelle toute l’œuvre de sa société pour protéger le gibier certes mais aussi toutes les espèces d’oiseaux, et vulgariser ces idées auprès des chasseurs. La LPO crée ou fédère à partir de 1925 différentes associations locales de protection des oiseaux. Elle leur octroie des dons pécuniaires, quand ses propres finances le permettent, ou en nature (guides, livres). Ces dernières ne se prétendent pas des sociétés savantes mais bien des associations engagées dans l’action en faveur des oiseaux. Le Bulletin de la LPO traduit cette place essentielle du local car, contrairement à la Société, il rend compte très largement des réflexions et démarches des sociétés affiliées. La LPO initie ainsi une forme de mobilisation qui préfigure les associations de protection de la nature et de l’environnement de la seconde moitié du XXe siècle. Elle se distingue de plus en plus nettement d’une Société d’acclimatation qui conserve alors toutes les caractéristiques de la société savante de tradition élitiste.

Fig. 44. – Nichoirs pour hirondelles (Bull. LPO, 1922, p. 161) et mangeoire (Bull. LPO, 1936).

25À chaque fois, la LPO valorise ce que la conception traditionnelle considère comme relevant de la nature ou de la responsabilité féminine : l’alimentation ; l’habitation, la reproduction et l’élevage ; la protection des plus faibles. Trois principes novateurs par rapport à la Société sont mis en œuvre : action directe individuelle ; place centrale de l’amateur ; implication forte des femmes. Ce ne sont plus l’utilité et l’intérêt de l’agriculture qui sont seuls invoqués désormais comme motifs de protection mais également l’oiseau en tant qu’être sensible. Par rapport au milieu du XIXe siècle la mutation est d’importance.

  • 17 Legros Adrien, « En faveur des sanctuaires d’oiseaux », Bull. LPO, janvier 1920. Ce réseau de refu (...)
  • 18 Bull. FGFPO, octobre 1932, p. 85.
  • 19 « Rapport présenté par le secrétaire de la LPO », Bull. SNAF, 1923, p. 111-112.

26Enfin, à partir des années 1920, la LPO s’appuie sur ses adhérents pour créer un réseau de « refuges17 », sur l’inspiration des « sanctuaires » américains18, c’est-à-dire « une surface de terrain dont le possesseur s’engage à respecter les oiseaux, à leur offrir asile et protection19 ». En quelques mois, ce sont plus de 75 refuges dont la superficie dépasse 5 000 hectares qui sont inscrits auprès de la LPO, preuve du succès de l’idée. Le 20 septembre 1927, ils sont 771. Le 4 mai 1929, le millième refuge est fêté ; la surface ainsi protégée atteint 52 453 hectares. Ce qui est nouveau ici n’est pas tant l’appel aux bonnes volontés des sociétaires – la Société en était coutumière pour acclimater – que le fait qu’il s’applique à la protection de la nature.

Les réserves

27La volonté de protéger le milieu de vie des oiseaux, si elle se traduit par un appel à la fondation de refuges par les militants, conduit la LPO à envisager la création de réserves dont les Sept-Îles sont le modèle originel.

  • 20 Feuillée-Billot Alexandrine, « Vingt ans de protection », Bull. FGFPO, juillet 1932, p. 64.
  • 21 Bull. FGFPO, octobre 1932, p. 88-90.
  • 22 Bull. FGFPO, octobre 1935, p. 91.

28Ainsi la « réserve » de la forêt de Mormal (Nord) est créée dans les années 1920 afin de protéger une forêt en cours de reconstitution sur les ruines du champ de bataille20. Puis ce sont les falaises de Mesnil-en-Caux (Seine-Maritime) qui sont protégées en 1931 pour faire cesser le massacre d’oiseaux de mer (goélands, cormorans et mouettes)21. Enfin le Cap-Fréhel (Côtes d’Armor) est mis en « réserve » en 193522. À chaque fois, des arrêtés préfectoraux interdisent la chasse, comme pour les Sept-Îles : on peut alors difficilement définir ces réalisations comme de véritables réserves privées car la LPO ne dispose aucunement de la jouissance des lieux et ne mène aucune espèce de gestion, se contentant de vérifier de temps en temps le bon état des plaques informatives et le succès de la reproduction des oiseaux.

  • 23 Murat prince Paul, « La protection des oiseaux en France depuis la signature de la convention de 1 (...)
  • 24 Même si la Société d’acclimatation possède depuis 1927 la réserve de Camargue, doublant ainsi une (...)

29Toutefois une véritable nouveauté survient le 18 janvier 1930 quand le sous-préfet de l’arrondissement de Lannion afferme à la LPO les terrains militaires des Sept-Îles : la réserve ornithologique devient alors privée et se dote d’un budget propre et d’un garde, qui coûtent entre 13 000 et 15 000 francs par an à la LPO. Celle-ci cherche à pérenniser la protection et à établir une réserve intégrale23. Cela révolutionne l’approche de la protection de la nature telle qu’elle était jusqu’alors envisagée par la Société d’acclimatation et les naturalistes24. En effet, il ne s’agit plus de demander simplement à l’État de protéger, il ne s’agit plus d’appeler à la création de « réserves » ou de « parcs nationaux », mais d’agir soi-même pour réaliser un objectif de protection de la nature, en maîtrisant par le foncier la qualité des milieux, des habitats. La protection accordée à l’avifaune des Sept-Îles par l’arrêté préfectoral, la location des îles et la mise en place d’une surveillance, s’avèrent être une réussite car les massacres cessent, les oiseaux nichent sereinement et leurs effectifs se rétablissent rapidement. En matière de protection de la nature étudiée par le prisme de la Société d’acclimatation, c’est une des rares fois où une conclusion positive advient. Elle donne du crédit à deux idées essentielles de la mouvance naturaliste de protection de la nature du début du XXe siècle : la mise en réserve est la meilleure réponse à une destruction ; l’action directe des protecteurs est légitime et même nécessaire pour faire progresser cette protection. La « singularité LPO » est globalement une réussite.

  • 25 Luglia Rémi, « Des savants et des oiseaux. Les oiseaux et leur protection au sein de la Société d’ (...)

30Présentée initialement comme une filiale de la Société d’acclimatation, la LPO s’autonomise au fil du temps, en douceur. Moins savante, plus moraliste, plus militante aussi, elle représente une autre forme de mobilisation en faveur de la protection de la nature, à mi chemin entre la SPA et la Société d’acclimatation. Elle insiste ainsi davantage sur l’action directe de chacun de ses membres. Elle est également à l’origine de la mise en réserve des Sept-Îles en 1912, étape marquante pour la protection de la nature en France. Ce sont ses modes d’action, davantage que ses préoccupations ou ses structures, qui la différencient de la Société car, au début du XXe siècle, le chasseur-ornithologue, peu investi concrètement et finalement incapable d’obtenir une protection efficace, se trouve dépassé par une nouvelle génération, savants et amateurs mêlés, plus militante, plus féminine, plus sensible, davantage décentralisée et qui ne répugne pas à l’action personnelle et locale. Le mouvement actuel de protection de l’oiseau et de la nature, largement dominé par une LPO forte d’environ 45 000 adhérents, paraît puiser dans ce moment historique une large partie de ses racines25.

Miscellanées d’ornithologues protecteurs

31La réussite de la LPO tient tout autant au soutien prolongé de la Société d’acclimatation qu’à la qualité de ses fondateurs ainsi qu’à la diversité de leurs itinéraires et de leurs engagements. Quatre d’entre eux s’avèrent particulièrement importants.

Louis Magaud d’Aubusson (1849-1917) : ornithologue et protecteur passionné

  • 26 Courrier personnel cité par Guerne Jules de, « L. A. Magaud d’Aubusson (1847-1917). Notice nécrolo (...)

32« Il avait une véritable passion pour l’ornithologie et un culte pour la protection des Oiseaux » (Dr Louis Bureau (MHN de Nantes), 191826).

  • 27 Magaud dAubusson Louis, La fauconnerie au moyen âge et dans les temps modernes. Recherches histo (...)

33L’itinéraire de Louis Magaud d’Aubusson peut être résumé en deux livres. Comme nombre d’ornithologues de l’époque, il est un amateur et en premier lieu un chasseur. Publié en 1879, son premier livre, La fauconnerie au moyen âge et dans les temps modernes27, lui vaut d’être reconnu par ses pairs, le fait naître en ornithologie savante et lui ouvre les portes de la Société d’acclimatation. En 1914, à la fin de sa vie, alors président-fonda-teur de la LPO, il publie sous l’égide de cette association un dernier livre intitulé La protection des oiseaux. Guide pratique. En quarante ans, son cheminement personnel l’a conduit de la chasse à la protection. Ainsi il personnifie dans une certaine mesure la mutation des ornithologues et de l’ornithologie à la charnière des XIXe et XXe siècles.

  • 28 Jules de Guerne soutient que Louis Magaud d’Aubusson est né le 11 mai 1847 (Guerne Jules de, « L. (...)
  • 29 Il en est élu archiviste entre 1887 et 1892 et participe en 1891 aux commissions de publication, d (...)
  • 30 Magaud dAubusson Louis, Les oiseaux de la France. Première monographie. Corvidés. Histoire nature (...)
  • 31 Magaud dAubusson Louis, Les Gallinacés d’Asie. Catalogue raisonné par régions des espèces d’oisea (...)
  • 32 Magaud dAubusson Louis, « L’étourneau vulgaire, ses mœurs, son utilité », Bull. SNAF, 1885, p. 11 (...)
  • 33 Magaud dAubusson Louis, « Liste raisonnée des Échassiers et Palmipèdes observés dans la baie de S (...)
  • 34 Magaud dAubusson Louis, « La chasse de la caille en Égypte », Bull. SNAF, 1891, p. 668-670 ; « Le (...)
  • 35 Le 11 selon Jules de Guerne (Guerne Jules de, « L.A. Magaud... », op. cit., p. 129).

34Né à Clermont-Ferrand le 11 mars 184928, docteur en droit et avocat au barreau parisien, c’est par une fréquentation assidue du Crotoy sur les rives de la baie de Somme que Louis-Anne-Nicolas-Marie Magaud d’Aubusson détermine un engouement pour le gibier d’eau qu’il allie à une vraie passion pour la fauconnerie. C’est donc par un traité sur ce sujet, véritable somme en matière d’étude de la biologie et du comportement des rapaces, qu’il se fait connaître. Entré en 1880 à la Société d’acclimatation29 puis en 1882 à la SZF, il ne cesse dès lors de publier des études dont les plus remarquées portent sur les corvidés30 (1883), les gallinacées d’Asie31 (1885), l’étourneau32 (1888) et les palmipèdes et échassiers de la baie de Somme33 (1911). Les ornithologues ne tardent pas à le reconnaître comme un excellent « amateur », en louant ses qualités d’observateur précis et inspiré d’une nature vivante, qui ne répugne cependant jamais au coup de fusil générateur d’une dépouille collectionnable. De son long séjour en Égypte dans les années 1890 et 1900, Louis Magaud d’Aubusson, membre honoraire de l’Institut égyptien du Caire, tire encore de nombreux sujets originaux d’étude34. Son retour définitif en France et ses mérites le font alors élire administrateur de la Société d’acclimatation et président de sa 2e section (ornithologie) de 1907 à son décès le 16 novembre 191735 des suites d’une affection de poitrine. Louis Magaud d’Aubusson a ainsi appris à connaître intimement les oiseaux dans leurs milieux et dans leurs vies tout en explorant leurs rapports avec l’homme et particulièrement en ce qui concerne la chasse et l’agriculture. C’est la facette utilitariste du personnage, qu’il conservera toute sa vie. En cela, Louis Magaud d’Aubusson est un excellent exemple des chasseurs-orni-thologues du XIXe siècle, ceux qui le reconnaissent comme pair.

Fig. 45. – Louis Magaud d’Aubusson (1849-1917) avec deux macareux moines (SNPN).

  • 36 Magaud dAubusson Louis, « Une chasse à interdire. La tendue aux Alouettes en temps de neige sur l (...)
  • 37 Magaud dAubusson Louis, « Migration de Syrrhaptes en France », Bull. SNAF, 1888, p. 665-667.
  • 38 Actuellement appelé étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris).
  • 39 Magaud dAubusson Louis, « L’étourneau vulgaire... » op. cit.

35Mais, déjà, le protecteur n’est pas loin du savant et Louis Magaud d’Aubusson ne manque dans aucune de ses publications de dénoncer les destructions et de promouvoir une meilleure protection, sous un alibi utilitariste36. Ainsi en 1888, à l’occasion d’une migration de syrrhapte paradoxal (Syrrhaptes paradoxus)37, hôte hivernal exceptionnel de nos contrées, il espère, en bon acclimateur, décider par la protection cet oiseau à s’installer : « Une protection intelligente déciderait peut-être ces oiseaux à se fixer dans des régions suffisamment appropriées à leur genre de vie... » La même année, il publie son étude sur « l’étourneau vulgaire38, ses mœurs et son utilité39 ». En quelques lignes, il résume l’objet de sa communication :

« Humble historien des oiseaux, je crois de mon devoir de protester contre ces tueries ineptes, et de montrer par le récit même de la vie de l’Étourneau que l’intérêt, à défaut de toute générosité de sentiment, nous commande de le protéger. »

36Comme chez beaucoup d’autres tenants de la protection de la nature, l’utilité d’une espèce est pour lui un argument pragmatique pour amener à une meilleure protection : il s’attache donc à démontrer l’utilité de l’étourneau et le gâchis représenté par les massacres commis au moment des migrations, tout en décrivant précisément la biologie et l’éthologie de cette espèce en insistant sur son régime alimentaire afin d’illustrer les services rendus.

  • 40 Magaud dAubusson Louis, « Le bièvre », RSNA-Bull. SNAF, 1895, p. 513-519.

37C’est cependant un article de 1895 à propos du castor du Rhône40 qui révèle le mieux ses convictions car, sortant de son champ de spécialité, Louis Magaud d’Aubusson livre plus nettement son opinion. Il y prône la protection du castor pour des motifs scientifiques et sentimentaux alors qu’il ne nie aucunement son statut de « nuisible » :

« Que nous reste-t-il, à l’heure actuelle, du Castor ? À peine quelques individus dispersés sur le Rhône et le Gard. Conservons-les, au moins, comme échantillons de la race et en souvenir des splendeurs évanouies. [...] [J’] adjure les ponts et chaussées de respecter les jours de ces derniers survivants, au moins à titre de curiosités zoologiques. »

38Ce faisant, il est un des premiers à se dégager ouvertement du paradigme utilitariste et à considérer qu’il est nécessaire de conserver toutes les espèces existantes, même si elles sont inutiles voire nuisibles à l’homme. Mais il est alors bien seul à demander la protection des dernières populations de castor afin d’éviter leur extinction complète au nom du « sentiment esthétique des œuvres de la nature ». Ses confrères de la Société d’acclimatation ne le suivront sur ce chemin qu’une quinzaine d’années plus tard.

  • 41 Magaud dAubusson Louis, « Ligue française pour la Protection des Oiseaux », Bull. SNAF, 1912, p.  (...)

39Naturellement pourrait-on dire, par son double statut d’ornithologue reconnu et de protecteur convaincu, Louis Magaud d’Aubusson souscrit à l’idée d’Albert Chappellier de fonder un groupe dédié à la protection des oiseaux et préside à la naissance de la LPO. Il en fait la présentation en 1912 dans les colonnes du Bulletin de la Société d’acclimatation41 par un article qui peut être considéré comme le manifeste des naturalistes-protecteurs du XIXe siècle et en même temps que comme le programme d’action de la nouvelle association. Cette même année, il soutient la mise en réserve des Sept-Îles par arrêté préfectoral mais il se refuse à revendiquer la paternité de cette réussite, la reconnaissant explicitement comme œuvre d’Albert Chappellier. Conscient des difficultés à faire appliquer en France la législation protégeant les oiseaux, Louis Magaud d’Aubusson souhaite à la fin de sa vie que les ornithologues se tournent résolument vers des actions personnelles, directes, par le biais de leurs associations. Il rêve notamment de réserves privées que des donations pourraient permettre d’acquérir. Il saisit en 1915 l’occasion d’une visite à l’archipel d’Ouessant pour former un projet concret :

  • 42 Magaud dAubusson Louis, « À l’archipel d’Ouessant. Colonies de Sternes de Dougall, de Macareux et (...)

« Le remède [à la destruction des oiseaux marins par l’industrie de la soude] serait de faire l’acquisition de l’île [de Bannec], d’en expulser les goëmoniers auxquels le propriétaire la loue, et d’en interdire l’accès en tout temps, en la mettant sous la surveillance d’un gardien, ou bien, si on se heurtait à un refus de vente, la prendre à bail à la place des locataires actuels42. »

40Il reste cependant dubitatif quant à la réussite d’une telle tentative en France :

« Le nombre est petit de ceux qui consentiraient à souscrire de l’argent pour empêcher notre faune ornithologique de s’appauvrir et lui conserver des espèces curieuses par leurs mœurs, leurs habitudes et leur rareté. »

41D’habillage ou d’alibi utilitariste, il n’est décidément plus question.

  • 43 Alors qu’il est élu membre de la commission des récompenses de la Société d’acclimatation depuis 1 (...)

42Louis Magaud d’Aubusson fait bénéficier la toute jeune LPO de sa renommée de savant ornithologue et écrit en 1914 son condensé programmatique, sorte de plaidoyer testamentaire en faveur de la protection. De façon symptomatique, c’est autant l’œuvre du protecteur que celle du savant que retiendront la Société d’acclimatation43 et la SZF dans les nécrologies qu’elles publieront à son décès, honneur insigne réservé aux présidents et anciens présidents des deux associations.

  • 44 Loyer Maurice, « Louis Magaud d’Aubusson (1849-1917) », Bull. SNAF, 1918, p. 66.

43« Il ne concevait le rôle de l’acclimateur qu’en le juxtaposant à celui de protecteur » dira très justement de lui Maurice Loyer, secrétaire général de la Société d’acclimatation44. En témoignage de reconnaissance la LPO créera dans les années 1920 un prix portant son nom pour récompenser les plus beaux « refuges ».

Louis Ternier (1861-1943) : la figure du chasseur-naturaliste amateur converti à la protection

44Né en 1861 à Honfleur (Calvados), avocat établi à Paris, Louis Ternier n’est pas un savant professionnel. C’est l’exercice assidu de sa passion initiale, la chasse au gibier d’eau, qui lui fait fréquenter l’intimité de la nature et des oiseaux de mer et de marais. Mais l’ouvrage qui lui vaut d’être reconnu comme naturaliste par les ornithologues français et d’être accueilli en 1905 dans la Société d’acclimatation et en 1898 dans la SZF, est tout sauf un traité de chasse. La Sauvagine en France, publié en 1897, présente en 525 pages denses et précises agrémentées de pas moins de 125 gravures toutes les espèces d’oiseaux que l’on peut rencontrer même occasionnellement dans les zones humides et maritimes françaises. Cette somme fait date pour longtemps et survit même à son auteur en étant réédité une troisième fois 50 ans après sa première parution, alors que Louis Ternier vient de s’éteindre en 1943.

45Reconnu alors comme spécialiste des oiseaux d’eau et de la chasse, très régulièrement cité par Le Figaro ou Le Temps dès qu’il est question de ces sujets, Louis Ternier, qui est également un homme de presse fondateur et directeur de plusieurs revues, lance en 1909 avec Louis Denise et Auguste Ménégaux la Revue française d’ornithologie. Simultanément il développe une opinion protectrice sur les oiseaux en participant aux commissions du ministère de l’Agriculture sur la chasse, en étant délégué par cette même instance au 1er Congrès international de la chasse (Paris, 1908), au Congrès international ornithologique de Berlin en 1910 (où il est rapporteur des questions relatives à la protection internationale des oiseaux), ou encore en exposant en 1911 devant une Société de plus en plus préoccupée de protection, la question de l’extinction du Pigeon migrateur (Ectopistes migratorius).

46Outré de la destruction effrénée des Macareux (Fratercula arctica) et des Fous de Bassan (Morus bassanus), craignant de voir se reproduire pour une espèce française ce qui s’est réalisé par l’action de l’homme pour le Grand pingouin (Pinguinus impennis) ou le Pigeon migrateur, Louis Ternier s’associe à ses collègues de la Société d’acclimatation Louis Magaud d’Aubusson, Albert Chappellier, Auguste Ménégaux et Jean Delacour pour porter sur les fonds baptismaux en 1912 la LPO et la réserve des Sept-Îles. Vice-président fondateur, il succède à Magaud d’Aubusson comme président de 1917 à 1921, date à laquelle, avec d’autres « anciens », il démissionne de ses fonctions pour céder la place à une autre génération, plus militante, plus éthique, mais aussi plus opposée à la chasse. Sans jamais renier ce « sport », mais prônant une pratique modérée dans ses prélèvements, Louis Ternier a suivi un cheminement classique à son époque vers la protection d’une nature qui apparaît à nombre de ses contemporains de plus en plus menacée.

Albert Chappellier (1873-1949) : un acteur méconnu de la protection de la nature au XXe siècle

47Si Louis Magaud d’Aubusson est reconnu communément comme le père fondateur de la LPO et de la réserve des Sept-Îles, toutes deux créées en 1912, Albert Chappellier, de 24 ans son cadet, est généralement absent des mémoires. Pourtant, jusqu’en 1976, c’est son nom que porte cette réserve et il occupe un poste important à la direction de la LPO de 1912 à son décès en 1949. L’explication de cet oubli est historienne car bien peu de sources existent, en dehors de ses publications scientifiques. Personnage très discret, Albert Chappellier préfère rendre compte, en tant que secrétaire, de l’opinion des autres, que d’exposer la sienne. Pourtant il paraît avoir joué un rôle important dans la première moitié du XXe siècle.

48Issu d’une famille de notables et d’industriels de la région de Pithiviers (Loiret) et de Masnières (Nord), Albert Chappellier obtient en 1894 son diplôme d’ingénieur agronome puis en 1922 son doctorat ès sciences naturelles. D’abord préparateur à la faculté des sciences de Paris puis chef de travaux à l’École pratique des hautes études, il fait essentiellement carrière au sein du Centre national de recherche agronomique (Versailles) où il dirige le service des vertébrés utiles et nuisibles puis la station de zoologie de l’Institut de recherches agronomiques. Son domaine de spécialité est l’étude des oiseaux et ses travaux relèvent essentiellement d’une idéologie utilitariste. Albert Chappellier concentre ainsi ses recherches sur les rapports entre les oiseaux, et plus largement les vertébrés, et l’agriculture, sous l’angle de l’utilité ou de la nuisibilité des premiers pour la seconde. Ses ouvrages les plus marquants sont Les Corbeaux de France et la lutte contre les corbeaux nuisibles (1932), Les rongeurs de France et la lutte contre les rongeurs nuisibles (1932), La lutte contre le rat musqué (Ondatra) (1933), Les Rapaces nocturnes (hiboux, chouettes) de la faune française (d’après les travaux ornithologistes français et étrangers) et leur signification pour l’agriculture et pour la chasse basée sur l’étude de leur régime alimentaire (1949).

49Cette logique utilitariste le conduit à participer à plusieurs sociétés savantes. En 1899, il adhère à l’Association française pour l’avancement des sciences, à laquelle appartient son père Georges Chappellier. Il collabore également très régulièrement à la SZF, où il a été admis en 1906. En 1911, il entre à la Société entomologique de France où il indique s’intéresser aux « rapports entre insectes et oiseaux ». On peut supposer que c’est avec le soutien de son grand-père paternel Paul Chappellier, négociant en safran et administrateur de l’association, un des moteurs d’une réorganisation salvatrice, qu’Albert Chappellier entre en 1906 à la Société d’acclimatation. C’est alors qu’il révèle son engagement en faveur de la protection des oiseaux. Réalisant un voyage dans l’archipel des Sept-Îles en 1908, il s’alarme des massacres de macareux qu’il constate et les dénonce. Il se convainc de la nécessité d’une association de protection et soumet l’idée à Louis Magaud d’Aubusson, président de la section d’ornithologie de la Société d’acclimatation : ainsi est fondée la LPO dont la première réalisation est la protection intégrale des macareux.

50C’est bien en cela que l’action d’Albert Chappellier est remarquable car elle concrétise l’idée de mise en réserve d’un espace jugé « naturel », ici à des fins de protection d’une espèce. Les protecteurs ne s’y trompent pas et jusqu’au 18 octobre 1976, date à laquelle elle devient nationale, la réserve des Sept-Îles porte son nom en remerciement. La Société d’acclimatation et la SZF reconnaissent en lui et récompensent à la fois le savant utilitariste et le protecteur. Albert Chappellier devient en 1914 administrateur de la Société. La Première guerre mondiale, et sa mobilisation, n’interrompent pas cet engagement qui perdure au moins jusqu’en 1939. En outre, quand la Société se voit proposer par la société Alais-Froges-Camargue, le don d’importants terrains en Camargue, elle charge Albert Chappellier, avec quelques autres membres, d’étudier le projet d’une réserve. Il se rend sur place trois jours en octobre 1926 et recommande l’acceptation de cette offre : la réserve de Camargue, haut-lieu de l’ornithologie et de la protection de la nature, est fondée en 1927.

  • 45 Clermont Raoul de et al. (dir.), Premier Congrès International pour la protection de la nature. Fa (...)

51Tout en restant fidèle à la Société d’acclimatation, Albert Chappellier va accompagner le développement et la mutation de la LPO. Il devient secrétaire en 1920 et le reste jusqu’à son décès en 1949. Il soutient la candidature de Jean Delacour à la présidence, et le remplace lors de ses fréquentes absences. Il contribue également à ouvrir la LPO aux femmes et à la transformer en Fédération des groupements français de protection des oiseaux (1926). En tant que secrétaire, il présente chaque année les lauréats des récompenses décernées par la LPO dans le cadre de la très mondaine séance publique. Au titre de ses fonctions dans la LPO, Albert Chappellier coorganise le premier congrès international de protection de la nature qui se tient à Paris en mai-juin 192345. Secrétaire-général adjoint du congrès, il préside plusieurs séances.

  • 46 Chappellier Albert, Les Corbeaux de France et la lutte contre les corbeaux nuisibles, Paris, minis (...)

52C’est pendant l’entre-deux-guerres qu’Albert Chappellier publie ses plus importants ouvrages. Or ceux-ci témoignent d’une vision utilitariste qui se nuance de plus en plus et dissimule de vraies convictions en matière de protection des oiseaux. Pour preuve, son livre sur Les Corbeaux de France et la lutte contre les corbeaux nuisibles, commandé par le « Service de la défense des végétaux », publié en 193246 et réédité trois fois jusqu’en 1959, où un avant propos indique qu’il a été « très apprécié des services officiels et des agriculteurs ». Après une présentation, remarquablement exacte, des différentes espèces de corvidés présentes en France et de leur biologie, Albert Chappellier expose les moyens de lutte et la législation concernée. Loin d’être à charge, le discours d’Albert Chappellier pèse le pour et le contre des « services rendus » et des « dégâts commis ». Ainsi le grand corbeau (Corvus corax) est épargné pour sa rareté et signalé comme une curiosité ornithologique en voie de disparition.

  • 47 Luglia Rémi, « Le savant, l’oiseau et l’agriculture. La Société d’acclimatation et la protection d (...)
  • 48 Luglia Rémi, « Des savants et des oiseaux... », op. cit.

53Malgré des sources rares et lacunaires qui ne permettent pas de mesurer la part exacte qu’il a prise, Albert Chappellier, par son parcours professionnel, savant et militant, est un symbole de l’importance du lien entre les oiseaux et l’agriculture dans l’émergence de la protection des oiseaux au début du XXe siècle47. Son itinéraire rend manifeste également la continuité entre la Société d’acclimatation et la LPO48 tout en donnant à voir la mutation importante que connaît ce mouvement à partir des années 1910.

Jean Delacour (1890-1985) : l’ornithologue français reconnu internationalement49

  • 49 Mayr Ernst, « In Memoriam: Jean (Théodore) Delacour », The Auk¸ no 103, juillet 1986, p. 603-605; (...)

54Jean Delacour participe en 1912 à la fondation de la LPO. Il en est élu président en 1921, suite à la démission de Louis Ternier, et le reste jusqu’en 1977. Il est un des ornithologues français les plus connus au niveau international.

55Né à Paris en 1890, Jean Delacour passe sa jeunesse au château de Villers Bretonneux, dans la Somme, où il élève des oiseaux exotiques dans de grandes volières. Sensibilisé dès le plus jeune âge à l’oiseau, titulaire d’un doctorat en biologie de l’université de Lille, il participe en 1912 à la fondation de la LPO. La Première Guerre mondiale, en causant, avec celle du château familial, la destruction de ses collections, le conduit à s’installer au château de Clères, près de Rouen, où il crée un véritable parc zoologique privé, réputé pour ses volières qui renferment nombre d’espèces rares. C’est là qu’il conçoit, en 1921, avec Gilbert Pearson, président de l’American Audubon Society, le Conseil International pour la Préservation des Oiseaux (CIPO). Grand voyageur, il parcourt chaque année le monde, notamment en Indochine et à Madagascar, et publie de nombreuses notes sur l’avifaune de ces pays ainsi qu’un ouvrage qui fera référence : Les Oiseaux de l’Indochine française (1931). En 1920 il fonde une revue, L’Oiseau, qu’il dirige jusqu’en 1939. Puis il prend la direction de la LPO, en étant suppléé par ses vice-présidents ou son secrétaire général lors de ses fréquents voyages. La Seconde Guerre mondiale ne l’épargne pas et il est amené à quitter la France pour se réfugier aux États-Unis, dont il obtiendra la nationalité et où il publiera plusieurs travaux majeurs d’ornithologie comme Birds of the Philippines (1945), Birds of Malaysia (1947), The Pheasants of the World (1951), Wild Pigeons and Doves (1959), The Waterfowl of the World (en quatre volumes, 1951-1964) et Curassows and Related Birds (1973). Après guerre, il reconstitue à nouveau ses collections (son domaine ayant brulé juste avant le conflit mondial) et les lègue ainsi que sa propriété au MNHN. Remplacé par Antoine Reille à la tête de la LPO en 1977, Jean Delacour reste président d’honneur jusqu’à son décès en 1985.

Notes

1 Cf. infra pour une analyse biographique.

2 Cf. infra pour une analyse biographique.

3 Magaud d’Aubusson Louis, « Ligue française pour la Protection des Oiseaux », Bull. SNAF, 1912, p. 180-182.

4 « Récompenses décernées par la LPO », Bull. SNAF, 1913, p. 227.

5 Pierre Vincent (1883-1918) est médecin et licencié ès sciences naturelles. Il travaille dans le laboratoire d’Édouard Trouessart au MNHN et entre à la Société d’acclimatation en 1911. Médecin militaire, il meurt au combat durant la Première Guerre mondiale.

6 Cf. infra pour une analyse biographique.

7 Magaud dAubusson Louis, op. cit., 1912, p. 180-182.

8 Membre de la Société d’acclimatation et directeur-conservateur du Muséum d’histoire naturelle de Nantes de 1882 à 1919.

9 « Récompenses décernées par la LPO », Bull. SNAF, 1914, p. 247.

10 « Procès-verbal de la séance du 24 janvier 1913 de la LPO », Bull. SNAF, 1913, p. 257-258.

11 Bull. LPO, mai-juin 1921.

12 Cf. infra pour une analyse biographique.

13 Luglia Rémi, « Le donne... », op. cit.

14 Jusqu’au 8 janvier 1897, il était d’usage de rejeter toute candidature féminine, même si cette disposition ne figure pas dans les statuts. Cette habitude est abandonnée par la direction à cette date et une première femme est admise comme sociétaire (Archives SNPN).

15 Alexandrine Feuillée-Billot a publié en 1936 trois ouvrages sous-titrés Manuel d’élevage à l’usage de l’amateur d’oiseaux à la Librairie agricole et horticole de la Maison rustique, réédités plusieurs fois : Les serins domestiques et exotiques (60 p.) ; Les petits oiseaux des pays chauds (68 p.) ; Perroquets, perruches, colombes (68 p.)

16 Antonia de Smet de Naeyer (20/12/1874-inconnue) épouse Henri de Pierre (1871-1954). Ce dernier dirige les haras de Compiègne lors de la visite du ministre Chéron. Il deviendra directeur général des Haras de France. Antonia de Pierre crée la Ligue belge pour la protection des oiseaux (LBPO) en 1922.

17 Legros Adrien, « En faveur des sanctuaires d’oiseaux », Bull. LPO, janvier 1920. Ce réseau de refuges existe toujours actuellement et compte, selon la LPO, plus de 15 000 participants [http://www.lpo.fr/refuges-lpo/refuges-lpo].

18 Bull. FGFPO, octobre 1932, p. 85.

19 « Rapport présenté par le secrétaire de la LPO », Bull. SNAF, 1923, p. 111-112.

20 Feuillée-Billot Alexandrine, « Vingt ans de protection », Bull. FGFPO, juillet 1932, p. 64.

21 Bull. FGFPO, octobre 1932, p. 88-90.

22 Bull. FGFPO, octobre 1935, p. 91.

23 Murat prince Paul, « La protection des oiseaux en France depuis la signature de la convention de 1902 », SOF, op. cit., 1959, p. 379-389.

24 Même si la Société d’acclimatation possède depuis 1927 la réserve de Camargue, doublant ainsi une LPO sur laquelle elle a explicitement pris exemple (Bull. LPO, novembre 1912, p. 140-141). Il est à noter également que le Conseil d’administration de la Société d’acclimatation donne son accord à cette location (Procès verbal du Conseil d’administration du 9 novembre 1932, Archives SNPN).

25 Luglia Rémi, « Des savants et des oiseaux. Les oiseaux et leur protection au sein de la Société d’acclimatation de 1854 à la Seconde guerre mondiale », Le Courrier de la Nature, no 272 spécial « Protection des oiseaux », 2012, p. 20-27.

26 Courrier personnel cité par Guerne Jules de, « L. A. Magaud d’Aubusson (1847-1917). Notice nécrologique », Bull. SZF, 1918, p. 132.

27 Magaud dAubusson Louis, La fauconnerie au moyen âge et dans les temps modernes. Recherches historiques, didactiques et naturelles accompagnées de pièces justificatives, Paris, A. Ghio, 1879, 272 p.

28 Jules de Guerne soutient que Louis Magaud d’Aubusson est né le 11 mai 1847 (Guerne Jules de, « L. A. Magaud... », op. cit., p. 129). Il est rejoint ici par le, ou s’inspire du, Bull. LPO, janvier-février 1918.

29 Il en est élu archiviste entre 1887 et 1892 et participe en 1891 aux commissions de publication, des cheptels et des récompenses.

30 Magaud dAubusson Louis, Les oiseaux de la France. Première monographie. Corvidés. Histoire naturelle générale et particulière des passereaux déodactyles cultrirostres observés en France, Paris, A. Quantin, 1883, 107 p.

31 Magaud dAubusson Louis, Les Gallinacés d’Asie. Catalogue raisonné par régions des espèces d’oiseaux qu’il y aurait lieu d’acclimater et de domestiquer en France, Paris, Société d’acclimatation de France, 1885, 211 p.

32 Magaud dAubusson Louis, « L’étourneau vulgaire, ses mœurs, son utilité », Bull. SNAF, 1885, p. 1146-1152.

33 Magaud dAubusson Louis, « Liste raisonnée des Échassiers et Palmipèdes observés dans la baie de Somme et sur les côtes de Picardie », Revue française d’ornithologie, 1911, p. 62-77, 84-87, 100-102 et 119-123.

34 Magaud dAubusson Louis, « La chasse de la caille en Égypte », Bull. SNAF, 1891, p. 668-670 ; « Les canards d’Égypte et leur chasse », Bull. SNAF, 1891, p. 381-387 ; « Note sur les gallinacés d’Asie », Bull. SNAF, 1891, p. 523-527 ; « Les Échassiers d’Égypte. Liste raisonnée des espèces qui ont été observées dans ce pays », Bull. SNAF, 1892, p. 49-62 et 108-126 ; Esquisse de la faune égyptienne. 1re partie : oiseaux et reptiles. 2e partie : batraciens et poissons, Le Caire, Imprimerie nationale, 1894, 24 p. et 24 p.

35 Le 11 selon Jules de Guerne (Guerne Jules de, « L.A. Magaud... », op. cit., p. 129).

36 Magaud dAubusson Louis, « Une chasse à interdire. La tendue aux Alouettes en temps de neige sur le bord de la mer », Le Naturaliste, no 272, 1898, p. 151-152 ; « Diminution de la Caille en France. Le transit des Cailles vivantes », Le Naturaliste, no 283, 1898, p. 281-282 ; « Les phares à l’embouchure de la Gironde et la destruction des oiseaux », Bull. SNAF, 1914, p. 317-326.

37 Magaud dAubusson Louis, « Migration de Syrrhaptes en France », Bull. SNAF, 1888, p. 665-667.

38 Actuellement appelé étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris).

39 Magaud dAubusson Louis, « L’étourneau vulgaire... » op. cit.

40 Magaud dAubusson Louis, « Le bièvre », RSNA-Bull. SNAF, 1895, p. 513-519.

41 Magaud dAubusson Louis, « Ligue française pour la Protection des Oiseaux », Bull. SNAF, 1912, p. 180-182.

42 Magaud dAubusson Louis, « À l’archipel d’Ouessant. Colonies de Sternes de Dougall, de Macareux et de Puffins : leur disparition imminente », Bull. SNAF, 1915, p. 87.

43 Alors qu’il est élu membre de la commission des récompenses de la Société d’acclimatation depuis 1911, ses collègues de la Société d’acclimatation le choisissent en 1917, peu avant sa mort, pour succéder à C. Raveret-Wattel comme vice-président de la Société d’acclimatation, poste qu’il n’a pas eu le temps d’occuper.

44 Loyer Maurice, « Louis Magaud d’Aubusson (1849-1917) », Bull. SNAF, 1918, p. 66.

45 Clermont Raoul de et al. (dir.), Premier Congrès International pour la protection de la nature. Faune, flore, sites, monuments naturels. Mai-juin 1923, Paris, SNAF, LPO, SPPF, 1926, 388 p.

46 Chappellier Albert, Les Corbeaux de France et la lutte contre les corbeaux nuisibles, Paris, ministère de l’Agriculture, 1932, 86 p.

47 Luglia Rémi, « Le savant, l’oiseau et l’agriculture. La Société d’acclimatation et la protection des oiseaux (1854-1939), Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher, t. 68, 2013, p. 137-148.

48 Luglia Rémi, « Des savants et des oiseaux... », op. cit.

49 Mayr Ernst, « In Memoriam: Jean (Théodore) Delacour », The Auk¸ no 103, juillet 1986, p. 603-605; Delacour Jean, The Living Air. The memoirs of an ornithologist, London, Country Life, 1966, 173 p. ; Reille Antoine, « Jean Delacour (1890-1985) », Le Courrier de la Nature, no 272 spécial « Protection des oiseaux », 2012, p. 59.

Table des illustrations

Légende Figure 39. – Couvertures du Bulletin de la LPO en 1914 et 1925.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 40. – « La première ligne du front de la nourriture » (Bull. LPO, janvier 1920, p. 5).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 41. – Affiche de la LPO (Bull. LPO, mars 1921, p. 44-45).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 42. – Médailles de la Société d’acclimatation (1856) et de la LPO (1914).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89199/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 43. – Plaque LPO sur l’île Rouzic (Bull. LPO, juin 1920, p. 51).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89199/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Fig. 44. – Nichoirs pour hirondelles (Bull. LPO, 1922, p. 161) et mangeoire (Bull. LPO, 1936).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89199/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 45. – Louis Magaud d’Aubusson (1849-1917) avec deux macareux moines (SNPN).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89199/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search