Version classiqueVersion mobile

Guingamp sous l'Ancien Régime

 | 
Annaïg Soulabaille

3e partie. L’exemple de la Famille Le Brun

Chapitre VII. Le jeu des alliances

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 L’exemple lui vient peut-être de son père : une soeur de Jacques, Marie, a épousé en 1639 Claude d (...)

1Grâce à sa fortune et à ses relations personnelles, Jacques Le Brun n’a pas eu grand mal à établir ses enfants. L’argent lui ouvrait pour ainsi dire toutes les portes. Attiré par la noblesse1, c’est en son sein qu’il cherche et trouve « l’âme sœur » pour sa progéniture qu’il veut voir gravir l’échelle sociale. Sous l’Ancien Régime, les membres d’une même famille, jusqu’au degré de parenté le plus lointain, tendent à se soutenir les uns les autres. Pour Jacques Le Brun, marier ses enfants à des nobles, c’est déjà mettre un pied dans le second ordre. Toutefois, les avantages ne sont pas seulement sociaux, ils ont aussi un caractère économique, chaque époux apportant une dot. Ces unions ont préparé l’entrée dans la noblesse du sieur de Kerprat et favorisé l’intégration des Le Brun dans le second ordre.

L’établissement des enfants

  • 2 Cela est en tout cas vrai pour l’un d’eux, Claude ou Vincent. Lorsqu’en 1656, le sieur de Kerprat (...)

2Seuls quatre des sept enfants issus du mariage de Jacques Le Brun avec Béatrice Couppé seront pris en compte : deux garçons, baptisés Bertrand et Hiérosme, et deux filles nommées Marie et Anne. Ce choix est imposé par la documentation qui ignore complètement les trois autres enfants, probablement décédés en bas âge (à la nourrice ?) ou très jeunes2.

3Dans les couches aisées de la société d’Ancien Régime, les conditions de réalisation d’un mariage ne sont pas les mêmes selon que l’on a affaire à un garçon ou à une fille. Avant d’établir son fils, le père doit d’abord le pourvoir d’une charge et lui donner un domaine suffisant pour lui permettre ensuite de trouver un parti avantageux, fonder une famille et subvenir à ses besoins. En revanche, si c’est une fille que l’on cherche à marier, tout repose sur le montant de sa dot. Il faut que celle-ci soit attractive, surtout si l’alliance noble est recherchée. Les aristocrates accordent rarement à n’importe quel prix l’union d’un des leurs avec une représentante du Tiers État. En la circonstance, la fille n’est rien d’autre qu’un pion dont on se sert pour élargir son réseau d’amitiés et s’infiltrer dans le second ordre. Dans une société où c’est la femme qui épouse le statut du mari, elle est donc un atout de poids.

Marie et Anne

4L’intérêt d’une fille résidant essentiellement dans le fait qu’elle est porteuse d’une dot, on comprend toute l’importance que revêt pour Jacques Le Brun la possession de nombreuses propriétés foncières. Dans cette perspective, on peut affirmer que l’achat de terres est déjà une forme d’investissement social. Dans les années 1660, le sieur de Kerprat dispose de suffisamment d’argent pour envisager et supporter deux mariages consécutifs : celui de Marie en 1666, et celui d’Anne l’année suivante.

  • 3 Le registre coté GG 6 regroupant les mariages célébrés à Notre-Dame de 1638 à 1668 a disparu. La t (...)
  • 4 Arch. dép. Côtes-d’Armor, E 1535 (aveu daté du 31 juillet 1648). François et Louis Antoine sont fi (...)

5En 1666 (nous ignorons la date exacte3), l’aînée Marie épouse le chevalier seigneur vicomte de Lisle Louis Antoine de Bréhant, maintenu noble d’ancienne extraction par arrêt de la Chambre de la Réformation de la noblesse en 1668-1671. Il est le frère de François de Bréhant, chevalier vicomte de Lisle, châtelain du Rouvre, seigneur du Bois­bouexel, Lestrevenec, La Vigne, Les Hayes, La Pommeraye, Kergommar et La Noë, conseiller du roi au parlement de Bretagne, demeurant au manoir de Quincangrouigne à Saint-Brieuc4.

6La terre et seigneurie de Lisle, située dans la paroisse de Ploeuc, avait été érigée « en dignité et preminence de Vicomté » par lettres du roi Henri IV accordées, en décembre 1598, à Jan de Bréhant. La famille de Bréhant y exerce droit de haute, moyenne et basse justice. Le manoir de Lisle a fière allure avec ses cours, tours, pavillons, granges, écuries, métairie noble, rabines, bois de haute futaie, étangs, chapelle, moulins, « conlombiers et refuge a pigeons », garennes et « refuges a connins », jardins, vergers, pourpris… La maison et métairie noble de la Vigne, située à Bréhand, consiste pour sa part en un grand corps de logis couvert d’ardoises avec écuries, cour et puits, four et fournil, murs et portes cochères, jardin, bois de haute futaie, rabines et bois taillis, l’ensemble contenant quinze journaux de terre, non compris les dépendances. L’essentiel des biens de la famille se situe dans trois paroisses : Bréhand, Ploeuc et Plémy. Les de Bréhant possèdent également un hôtel particulier à Saint-Brieuc dans la paroisse Saint-Michel.

  • 5 Fils d’Anne Le Brun et de Marc Antoine de la Boëssière (Arch. mun. Guingamp, GG 10).
  • 6 Fille de Bertrand Le Brun et de Renée du Garspern née le 6 avril 1686 (Arch. mun. Guingamp, GG 14)
  • 7 À la vérité, Marie Le Brun n’a pas fait rédiger ses dernières volontés : elle les a dictées verbal (...)

7Nous ne savons pas grand-chose de l’époux de Marie Le Brun. Il passait davantage de temps à Paris que dans l’évêché de Saint-Brieuc. Un acte, daté de 1674, précise que la fille aînée de Jacques Le Brun demeure ordinairement avec son mari dans la ville de Paris, paroisse Saint-Paul, précisément rue Saint-Nicolas dans le faubourg Saint-Antoine. Cela ne l’empêche pas de revenir encore assez souvent en Bretagne, notamment pour y régler les affaires de son époux dont elle a procuration. Mais il n’y a pas que les affaires. Marie Le Brun vient aussi à Guingamp, par exemple, pour tenir sur les fonts baptismaux un nouveau-né ou jeune enfant comme le 1er mars 1672, à l’occasion du baptême de son neveu Toussaint Louis5, ou en octobre 1688 pour baptiser Marie Claude François, fils de Pierre Hamon et de Pétronille Courson, puis un mois plus tard le 9 novembre, jour du baptême de sa filleule et nièce Marie6. En fait, les occasions de séjourner dans sa ville natale sont nombreuses. Marie Le Brun demeure très attachée à sa cité d’origine et ne l’oublia jamais, malgré l’éloignement. Devenue veuve, elle revient définitivement à Guingamp où elle passera la fin de sa vie, et laisse en 1720 un testament entièrement acquis à la cause de l’hôpital des pauvres de la ville7.

  • 8 Anne Maclovie est la fille de René Hérisson, sieur des Chesnais, dont la fortune dépasse le demimi (...)

8Marie accoucha au moins à deux reprises pour donner naissance à deux garçons baptisés Jacques Claude et Louis Antoine. Le premier, choisi pour parrain de son cousin Marc Antoine de la Boëssière baptisé le 2 juin 1673, entrera dans le clergé : en octobre 1713, il est prêtre révérend père jésuite et recteur du Collège d’Alençon où il demeure. Quant au second, qui rendra aveu en septembre 1712 de la terre et seigneurie du vicomté de Lisle, il fera un beau mariage que n’aurait certainement pas désavoué Jacques Le Brun : en 1710, il épouse Anne Maclovie Hérisson des Chesnais, fille d’un riche négociant malouin qui lui apporte une dot de 100 000 livres8.

  • 9 Arch. dép. Côtes-d’Armor, C 173 et 75 J 47. L’arrêt est rendu en faveur de Marc Antoine et de son (...)
  • 10 Ce jour-là, elle met au monde un garçon, baptisé Marc Antoine le 2 juin suivant.

9De son côté, Anne épouse en 1667 le chevalier seigneur de Lannuic Marc Antoine de la Boëssière, fils du seigneur de Lannuic et de Lopriac Marc Antoine et d’Anne de Boisboissel demoiselle de la Fosse-Raffray. Les deux époux ont quasiment le même âge : Marc Antoine 19 ans et Anne 17 ans. Fils d’un ancien sénéchal de Guingamp, Marc Antoine est aussi membre d’une famille déjà noble au xve siècle, des aïeux ayant été employés dans la Réformation de 1445 dans la paroisse de Plusquellec. C’est donc sans surprise que Marc Antoine est maintenu dans la noblesse d’ancienne extraction par arrêt de la Chambre de Réformation le 12 juin 16699. Le couple est cependant très tôt brisé par la disparition d’Anne, décédée le 1er juin 1673, à la suite de son accouchement le 26 mai10. Elle a quand même eu le temps de donner quatre garçons et une fille à son mari. Bien que devenu veuf très jeune, à 25 ans, Marc Antoine ne se remariera pas.

  • 11 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 2 E 404. L’aveu rendu le 9 juillet 1741 par Bertrand de la Boëssière, ch (...)
  • 12 On peut toutefois imaginer que cela représentait plusieurs dizaines de milliers de livres : dans s (...)
  • 13 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, p. 252. Jusqu’à la Réformation de 1671, les desce (...)
  • 14 Tout comme la Chambre des comptes, le parlement de Bretagne fonctionne par semestre. Des officiers (...)
  • 15 Le fils du sieur de Pelan n’a donc reçu que 22 suffrages en sa faveur, alors qu’il en avait besoin (...)

10Comme pour Marie, nous ignorons la dot qu’Anne apporte en mariage. Nous savons seulement, grâce au testament du seigneur de Lannuic rédigé le 20 février 1722, que Marc Antoine a reçu « des sommes en forme de dot […] lors de son contrat de mariage » avec la fille des sieur et dame de Kerprat11, sans que le montant soit précisé12. En s’alliant avec un membre de l’éminente famille de la Boëssière, Jacques Le Brun a eu le « nez creux » : le 22 juin 1675, son gendre Marc Antoine est pourvu conseiller du roi originaire au parlement de Bretagne, en lieu et place du seigneur de Boismaqueau Jean-Baptiste de Cornulier auquel il a acheté l’office. Que le seigneur de Lannuic ait opté pour une charge parlementaire ne surprend pas. Créé en mars 1554 (et définitivement fixé à Rennes en octobre 1689), le parlement de Bretagne fait figure de chef de file de la noblesse bretonne la plus authentique puisqu’au moins 60 % des magistrats proviennent de la noblesse de la fin du Moyen Âge13. Lorsqu’il intègre cette noble institution, celle-ci compte 80 à 94 conseillers. Pour être reçu dans sa charge, Marc Antoine ne rencontra pas les difficultés affrontées en 1694 par le fils du sieur de Pelan Artur, citoyen de Saint-Malo : se présentant le 7 janvier au Parlement pour se faire recevoir conseiller – charge que son père lui a achetée près d’un an plus tôt – le fils Artur « aprez avoir soutenu un examen de 5 heures […] et satisfait a plus de 20 argumens a esté renvoyé estudier 6 mois sous pretexte d’incapacité ». Le sieur de Pelan vit dans le renvoi de son fils le résultat « d’une cabale de 15 jeunes conseillers qui avoient comme jurez entre eux dez le commencement du semestre de donner ce degoût a [son] fils par la seule raison d’estre né de St Malo, dont ils veulent bien les filles, a ce qu’ils disent, mais non pas les hommes14 ». Le seigneur de Lannuic comptait parmi les 22 anciens conseillers qui ont jugé le fils Artur capable et ont été d’avis de le recevoir15. Dépité, le sieur de Pelan Artur avertit que si les hommes de Saint-Malo sont exclus des honneurs dont tous les autres sujets de Sa Majesté ne sont pas privés, il y aura beaucoup de marchands malouins qui chercheront à s’établir ailleurs « dans la veüe de satisfaire leur ambition dans l’etablissement de leurs enfans, quand d’ailleurs ils seront de famille et de condition a pouvoir aspirer aux honneurs de la Robe ». Cet exemple montre que le parlement de Bretagne ne joue absolument pas le rôle de « savonnette à vilains ».

  • 16 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 4 E 384 (notaire Bretin). Charles François de la Rivière ratifie le co (...)

11Marc Antoine de la Boëssière achète la charge de « conseiller du roi originaire au parlement de Bretagne servant au semestre d’août » en octobre 1674. Jean-Baptiste de Cornulier, chevalier seigneur de la Perochère, la lui vend pour la somme de 100 000 livres, une petite fortune ! D’ailleurs, le seigneur de Lannuic ne la paie pas immédiatement : il promet de verser 60 000 livres dans un an et 24 000 autres livres quatre ans après. Pour les 16 000 livres restant, il les garde « en nature de constitution de rente au denier seize quy est mil livres par chascun an », le premier versement de cette rente devant commencer le 1er mai 1676. Le montant de la vente représentant une forte somme, de Cornulier exige des garanties, ce qui explique que « pour meilleure seureté du parfaict et enthier payement de ladicte somme de cent mil livres et interestz », Marc Antoine s’oblige « de faire ratifier et avoir le present [contrat] agreable a messire Charles François de la Riviere chevallier seigneur dudict lieu de Sainct Quioict le faire conjoinctement et solledairement avecq luy obliger soubs les obligations et recouvrations requises au parfaict payement et acomplissement d’icelles et en fournir acte vallable en bonne et deüe forme ». Le seigneur de la Rivière joue ici le rôle de caution16.

12Pourtant, si le seigneur de Lannuic paie très cher sa charge de conseiller originaire, il l’achète à une époque où son prix a considérablement baissé : depuis l’édit de 1665, le prix maximum de cet office est fixé entre 80 et 100 000 livres, alors que de 1660 à 1665 l’office originaire était estimé entre 135 et 187 000 livres. La charge avait donc perdu de la valeur, phénomène qui ira croissant jusqu’au milieu du xviiie siècle. Après la mort en charge du seigneur de Lannuic, le 22 février 1722, son fils et unique héritier Bertrand la vend en août 1727 pour la somme de 64 000 livres à Hiérosme de Lentivy chevalier seigneur du Rest.

  • 17 Le Parlement se compose d’une Grande chambre, d’une Chambre des enquêtes, d’une Chambre de Tournel (...)
  • 18 À titre de comparaison, le conseiller non originaire touche 1 000 livres, le procureur général 1 4 (...)

13L’exercice d’un office de Parlement ne confère pas seulement le prestige social, qui justifie en grande partie le coût élevé de la charge. Il accorde aussi un important pouvoir judiciaire17. Le 8 juillet 1682, c’est en tant que conseiller au parlement de Bretagne que Marc Antoine de la Boëssière se rend au manoir de Pommorio à Tréveneuc, dans l’évêché de Saint-Brieuc, pour remettre la dame Le Teer et son fils sieur de Pommorio en possession de leur terre et maison du même nom, faire le procès-verbal de l’état des lieux ainsi que l’inventaire des meubles, grains et effets qui s’y trouvent. Les gages perçus par l’officier ne sont pas négligeables, même s’ils ne représentent qu’une rémunération modeste comparée au capital déboursé pour acquérir la charge : de 1600 à 1724, le conseiller originaire reçoit 750 livres par an18.

  • 19 En effet, plus son assiduité à la Cour souveraine est grande, plus les épices augmentent. Mais com (...)
  • 20 En janvier 1648, la métairie de Lannuic (située près le manoir) avec ses prés, prairies, courtils, (...)

14Pour être en mesure de payer, même sur plusieurs années, les 100 000 livres du prix de son office, le seigneur de Lannuic doit disposer de sources de revenus conséquentes. Les seules épices sont loin de suffire, même si le parlementaire est très actif19. Il est donc essentiel de posséder des terres de bon rapport. Marc Antoine de la Boëssière est propriétaire de la seigneurie de Lannuic, située à Loc-Envel. En février 1655, elle contient notamment le manoir noble, un moulin et deux métairies (dites de Kergozou et de Cozuritin) ; en mai 1765, le manoir de Lannuic (avec ses dépendances) était affermé 400 livres par an. Malgré les revenus non négligeables que procure le domaine20, ce dernier n’a pas toujours retenu l’attention de son propriétaire : en septembre 1722, le manoir et le moulin de Lannuic, ainsi que la grange et d’autres bâtiments dépendant du manoir, menacent ruine.

  • 21 Arch. dép. Côtes-d’Armor, E 1854. À cette date, le moulin est affermé 60 livres par an. L’aveu, re (...)
  • 22 On relève quand même que deux flambeaux d’argent (de forme carrée) sont armoyés aux armes des sieu (...)
  • 23 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 2 E 404. Elle fut choisie par Bertrand et son épouse Marie Gouyon pour ê (...)

15Le seigneur de Lannuic possède également la seigneurie de Keranno à Saint-Michel de Plouisy. En mars 1668, elle rassemble le manoir et la métairie noble de Keranno, un moulin et environ 90 journaux de terre21 ; certaines tenues relevant du manoir sont situées dans les paroisses de Louargat et de Grâces. Marc Antoine jouit aussi des biens, en argent comme en nature, que son épouse lui a apportés en dot ; à sa mort en 1673, il perçoit quelques « effets en crédits » d’un montant que nous ignorons. Quand il achète son office, en 1674, Marc Antoine de la Boëssière incarne une puissance terrienne et seigneuriale. Mais il n’est pas impossible que, vers la fin de sa vie, il ait connu des soucis financiers. Dans son testament, daté de février 1722, Marc Antoine reconnaît que tous les effets mobiliers, vaisselles d’argent et autres qui se trouvent à Keranno appartiennent à son fils et à sa belle-fille Bertrand (son seul héritier) et Marie Gouyon de la Palue qui les ont achetés ; ils ne les ont laissés au manoir qu’à la demande du testateur « pour son simple usage et ornement des apartements de ladit maison22 ». De plus, Sanson Larsonneur lui a avancé de l’argent qu’il n’a jamais remboursé. Entré au service de Marc Antoine et d’Anne Le Brun au lendemain de leur mariage, et resté à leur service jusqu’à leur mort, remplissant tour à tour le rôle de maître d’hôtel, de valet de chambre, de secrétaire et de clerc, Sanson Larsonneur joua aussi à l’occasion le rôle de soutien financier : en 1690, lorsque Marc Antoine marie sa fille Béatrice au seigneur de Cadolan, il participe aux frais de la noce en prêtant la somme de 90 livres ; en 1693, quand le fils aîné, Jacques, entre au service du roi et doit quitter Guingamp pour se rendre au camp de Lécluse à vingt-six jours de marche, Larsonneur avance 90 livres pour les frais du voyage. En 1722, il précise ne plus toucher ses gages (90 livres par an) depuis 1694 – cela représente une somme de 2 430 livres – et indique avoir fourni plusieurs fois du beurre et des grains pour la provision de la maison de Keranno en 1701-1710. Au total, Larsonneur réclame la somme de 3 293 L 2 s (avec les intérêts). Néanmoins, Marc Antoine a pu établir ses enfants conformément à leur rang : si Béatrice épousa le seigneur de Cadolan, Bertrand fit alliance avec la famille Gouyon de la Palue dont l’une des représentantes (Marie Anne Françoise Gouyon) était marquise de la Rivière23.

16Les deux filles de Jacques Le Brun ont donc chacune épousé un membre éminent de la vieille noblesse bretonne réunissant prestige et aisance financière que la dot, versée en la circonstance par les sieur et dame de Kerprat, a renforcé. Les deux parties trouvaient leur compte : tandis que l’une recevait de l’argent toujours nécessaire pour mener le genre de vie correspondant à son rang social, l’autre pénétrait enfin dans l’aristocratie qu’elle enviait et côtoyait depuis plusieurs années.

Bertrand

  • 24 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 2 E 337. On peut se demander si le sieur de Kerbino ne s’est pas servi d (...)

17Premier né du couple formé par Jacques Le Brun et Béatrice Couppé, Bertrand est baptisé le 20 novembre 1643 à Notre-Dame de Guingamp. L’âge de la majorité (25 ans) approchant, il doit penser à s’établir et, d’abord, à occuper une fonction digne du parfait bourgeois, une activité conférant honneur et respect. En 1668, Bertrand Le Brun convoite donc l’office de « sénéchal et premier magistrat civil et criminel de la juridiction ducale de Guingamp pairie de France ». Il n’est pas le seul : le sieur de Lermo Bodin banquier, Pierre Hamon sieur du Pré procureur, le sieur de la Fadubry, le sieur du Plessix Goasmap et Maurice de Kergroas sieur de Kerioal, aspirent aussi à en devenir propriétaires. L’identité même des compétiteurs traduit le caractère éminemment respectable de cette charge, vacante depuis la mort de Guillaume du Garspern en 1663. Vendu par adjudication, le 21 juillet 1668, « l’office de seneschal et premier magistrat de Guingamp et Minibriac » est finalement adjugé à monsieur Morron pour la somme de 37 000 livres. Mais, celui-ci déclarant avoir fait « ladite enchere pour noble homme Bertrand Le Brun sieur de Kerlayno », il lui consent aussitôt la rétrocession de l’adjudication « par ce que noble homme Jacques Le Brun sieur de Kerprat et damoiselle Beatrixe Couppé sa compagne soubzsigneront aveq le sieur leur fils pour la liberation de monsieur de Morron ». Dans cette affaire, le sieur de Kerprat et son épouse s’étaient portés garants et cautions de leur fils. Que Bertrand ait agi par personne interposée laisse penser qu’il était peu désireux de montrer ouvertement son attirance pour l’office mis en vente. Il existait des rapports conflictuels entre certaines familles guingampaises (supra, p. 82-84). Bertrand Le Brun croyait sans doute certains concitoyens capables d’œuvrer pour l’empêcher à tout prix de sortir vainqueur de l’adjudication, à l’image de l’alloué de Guingamp Laurent Moisan sieur de Kerbino : en avril 1669, Pierre Hamon écrit que celui-ci « n’est pas des amis dudit sieur de Kerleino quy n’est seneschal qu’en depit dudit sieur alloué24 ».

  • 25 Le curateur des enfants de défunt Guillaume du Garspern, Maurice de Kergroas, a pris part à l’adju (...)
  • 26 Et non pas 8 000 livres comme l’a écrit François Dobet dans son Histoire de Guingamp (Les Cahiers (...)
  • 27 Guingamp a perdu son statut de place forte. La charge de gouverneur de la ville est donc tombée en (...)

18Bertrand Le Brun n’a pu acquérir l’office de sénéchal de Guingamp que grâce à la fortune paternelle. La dépense ne s’est d’ailleurs pas limitée à 37 000 livres. Suivant les charges et conditions des procès-verbaux de « bannies et rebannies », l’adjudicataire devait encore payer la somme de 6 000 livres « ou telle autre somme qu’il apartiendra comptant pour estre porté […] aux coffres et finances » de Son Altesse Madame la Duchesse de Vendôme pour l’obtention des provisions de l’office, payer à Pierre du Garspern sieur du même nom les frais du voyage à Paris effectué pour obtenir la conservation de l’office25, et verser un louis d’or d’aumône à la fabrique de Saint-Yves et aux Capucins de Guingamp. La charge de sénéchal a donc coûté cher aux Le Brun. Pourtant, les sieur et dame de Kerprat vont continuer à dépenser beaucoup d’argent pour leur fils aîné : en 1669, contre la somme de 6 000 livres26, ils lui annexent la charge de gouverneur de la ville. Sénéchal de Guingamp, Bertrand Le Brun acquiert ainsi le titre (honorifique à cette date27) de « Gouverneur de la ville et duché et circonvoisin » !

  • 28 Le tribunal de la sénéchaussée de Guingamp (dont le sénéchal est un des officiers) relève directem (...)

19S’il faut en croire Pierre Hamon, c’est le 27 avril 1669 que Bertrand fut mis en possession de son office par le Lieutenant de Rennes28. La cérémonie d’investiture terminée, Jacques Le Brun offrit à dîner « a toute la justice », à la communauté de ville et à plusieurs gentilshommes. Mais le sieur du Pré Hamon n’y assista pas, par « defferance et […] reppect » envers son ami l’alloué en mauvais termes avec le sieur de Kerlaino.

  • 29 C’est la raison pour laquelle le sénéchal est secondé par un alloué, chargé de l’assister dans sa (...)
  • 30 D’autres débats passionnés s’engageront encore à propos de la désignation du maire. Par exemple, e (...)

20Pourvu de l’office de sénéchal de la cour ducale de Guingamp et de la charge de gouverneur de la ville, Bertrand Le Brun devient l’une des personnalités les plus éminentes de la cité. Des deux sénéchaussées du duché de Penthièvre, celle de Guingamp est la plus importante avec 107 tribunaux. Très sollicité dans l’exercice de ses fonctions29, le sieur de Kerlaino eut de nombreux problèmes à résoudre dont un très révélateur de l’importance de son rôle et de ses responsabilités : il s’agit de la nomination du maire au début de l’année 1687 (supra, p. 83)30.

21On a relaté une anecdote qui, en plus de mettre en évidence quelques aspects du pouvoir du sénéchal-gouverneur, indique combien ce haut personnage de la vie publique pouvait parfois devenir la risée de toute une ville, voire de toute une province ! (supra, p. 36-37). À cette occasion, on a constaté que Bertrand Le Brun n’avait pas que des amis. Les choses n’allèrent guère en s’améliorant. En août 1679, lors de la venue à Guingamp de François de Baglion de Saillant évêque de Tréguier, il s’attire l’inimitié de bourgeois de la ville : plusieurs lui tiennent rigueur de n’avoir mis que cent hommes sous les armes quand toute la ville aurait dû les porter, et de n’avoir adressé que peu de compliments à l’évêque.

  • 31 Outre ceux déjà mis en évidence comme accueillir des personnalités de tout premier plan ou, invers (...)

22La fonction de sénéchal n’avait pas que des avantages. Mais, en retour, l’officier jouissait d’un prestige social et bénéficiait de réels honneurs31. Les funérailles du sieur de Kerlaino le prouvent. Décédé le mercredi 17 octobre 1691 à Nantes, son corps y est enterré le 18 dans l’église paroissiale de Sainte-Croix, mais son cœur est apporté à Guingamp. Le procureur Pierre Hamon raconte alors que « nous sommes allés, en robbe et en bonnet et en corps de justice, le prendre [le cœur] avecq tout le clergé et mesmes les Capucins en corps, attandu qu’il [Bertrand Le Brun] estoit gouverneur, lesdits Capucins n’allant au convoy des enterrements que pour les gouverneurs de Bretagne. les quatre capitaines de Guingamp y ont esté avecq leurs soldatz et l’on a rendu ce cœur dans l’église Nostre Dame à la chappelle de Sainct Jacques où l’on a dict l’office de la bonne manniere et ensuite la justice a esté en corps voir madame de Kerprat, sa mère, et la complimenta sur la mort de son fils ». À son arrivée à Guingamp, la veuve de Bertrand Le Brun reçut à son tour les condoléances de la « justice ». Seuls un haut personnage de la cité et sa veuve pouvaient prétendre à tant d’égards !

23Les charges de sénéchal et de gouverneur de Guingamp procuraient aussi des avantages financiers, même limités : en juin 1688, l’office de sénéchal rapporte 48 livres de gages par an.

  • 32 Marguerite Le Chaussec s’est éteinte le 24 septembre à l’âge de 71 ans, tandis que son époux Guill (...)

24Sieur de Kerlaino, premier magistrat civil et criminel du duché de Penthièvre au siège de Guingamp et gouverneur de la ville à 26 ans, Bertrand Le Brun peut désormais penser à se marier. Son choix, guidé ou non par ses parents, se porte sur Renée du Garspern, fille aînée des seigneur et dame du Lojou Guillaume du Garspern et Marguerite Le Chaussec, décédés en 166332.

25Cette alliance ne doit rien au hasard. Les deux familles se connaissaient : elles appartenaient à l’élite sociale guingampaise et résidaient dans la ville close, sans compter que du temps où Guillaume du Garspern exerçait les charges de sénéchal et de gouverneur de Guingamp, Jacques Le Brun a occupé certaines responsabilités au sein de la communauté de ville. Ils ont donc été amenés à se rencontrer souvent.

26Un autre argument plaidait en faveur de l’union de Bertrand Le Brun avec Renée du Garspern : en épousant le sieur de Kerlaino, la fille aînée du seigneur du Lojou permettait à sa famille de rester en contact avec l’office de sénéchal. Celui-ci pouvant se transmettre héréditairement (on l’a vu s’agissant de la famille de la Boëssière), on peut imaginer le désir de la famille du Garspern de vouloir le conserver à tout prix en son sein. Et si, pour y parvenir, il leur fallait passer par un mariage arrangé, pourquoi pas ? De toute façon, chacun y trouvait son compte. Pour les du Garspern, l’avenir de Renée, qui passait du statut difficile de jeune orpheline à celui de femme mariée, apparaissait définitivement assuré. De plus, la famille s’alliait à de riches bourgeois guingampais dont l’aisance financière faisait des envieux. Du côté des Le Brun, ce mariage n’était pas non plus dénué d’intérêt : la famille du Garspern appartenait à la noblesse d’ancienne extraction et surtout, Renée était devenue, à la mort prématurée de son jeune frère, l’héritière principale de ses défunts parents. Selon les dispositions de la Coutume de Bretagne, les deux tiers des héritages nobles lui revenaient (le dernier tiers étant attribué à sa sœur cadette Marguerite), ainsi que la moitié des terres et biens roturiers…

27On ne connaît pas la date exacte du mariage célébré entre le 20 juillet 1674 et le 7 décembre 1675, ni son lieu : aucun des registres paroissiaux de Bourbriac, Coadout, Saint-Adrien, Guingamp, Saint-Agathon, Le Merzer, Saint-Brieuc ou Morlaix ne fait état de cette union.

Hiérosme

28Baptisé le 25 février 1653 à Guingamp, Hiérosme est le cadet de la famille. Contrairement à Bertrand, il opte pour un office – celui de conseiller du roi maître ordinaire à la Chambre des comptes de Bretagne – qui apparaît davantage en conformité avec les aspirations de promotion sociale propres à la bourgeoisie de l’époque. L’élite du Tiers État breton entre de préférence dans la noblesse soit par les offices de Chancellerie, soit par ceux de la Chambre des comptes établie à Nantes.

  • 33 À titre indicatif, en 1665, les charges étaient évaluées comme suit : 160 000 livres pour l’office (...)

29Institué en 1680 dans sa charge, Hiérosme Le Brun, jusqu’alors simple « advocat en [la] cour du parlement de Bretagne », succède à Jan Fleury seigneur du Pontscel, conseiller du roi doyen des maîtres ordinaires de ses comptes en Bretagne, auquel il achète l’office le 2 mai 1680 pour le prix de 49 000 livres et 20 louis d’or « pour epingles » à la dame du Pontscel. Cela représente une lourde dépense, mais elle est justifiée : cet office est l’un des plus prestigieux de la Chambre des comptes ; il vient certes après les charges de premier président et de président, mais devance celles de correcteur et d’auditeur33. À la différence des autres charges de la Chambre, le prix de l’office de maître des comptes est resté assez stable entre 1665 et la fin du xviie siècle, fixé en 1672 à 42 000 livres et en 1695 à 44 000 livres. Les autres ont connu des fluctuations plus importantes et généralement à la baisse : en 1692, la charge de président est évaluée à 80 000 livres et celle de correcteur à 22 500 livres, alors que celle d’auditeur est réévaluée à 26 000 livres et que celle de maître des comptes se maintient à 50 000 livres.

30Parce que 49 000 livres constituent une somme considérable, Hiérosme Le Brun la versera comme suit : 22 000 livres dans les six ans prochains à partir du jour de la Saint-Jean-Baptiste 1680, les 27 000 livres restant lui étant laissées par le vendeur « en nature de constitution de rente au denier dix huict ». Les parents de Hiérosme doivent seulement le certifier solvable, ce que Jacques Le Brun et Béatrice Couppé font sans difficulté apparente. La demande de garantie émanant de Jan Fleury est naturelle car la somme en jeu est importante.

  • 34 À savoir 2 666 L 13 s 4 d de principal et 266 L 13 s 4 d pour les deux sols pour livre.
  • 35 Arch. dép. Loire Atlantique, B 86 (séance de mars 1680). Le marc d’or – encore appelé droit de ser (...)
  • 36 Taxe due par un roturier possédant un fief noble.
  • 37 Le gage constitue une sorte d’appointement (ou de salaire), tandis que les épices sont des présent (...)

31Outre le paiement de sa charge, Hiérosme doit encore débourser pour être institué maître des comptes. Il verse une première somme de 2 933 L 6 s 8 d34 pour la résignation de l’office « aux gages et droits y appartenants », puis une deuxième somme de 648 livres pour le droit de marc d’or35. Sa charge lui est donc revenue à 52 581 L 6 s 8 d (sans oublier les vingt louis d’or pour épingles), une jolie somme ! Tout le monde n’entrait pas à la Chambre des comptes. Il fallait répondre à des critères autres que proprement financiers. La fortune ou la possession d’un certain capital n’était pas suffisante. Outre la nécessité de justifier qu’il mène une existence aisée – cela explique que Jacques Le Brun ait d’abord élevé son fils au titre de sieur de Trohadiou –, le « postulant » doit avoir l’âge requis, variable selon l’office envisagé : lorsque Hiérosme est institué maître des comptes, il est spécifié qu’il a bien atteint l’âge de 27 ans et qu’il peut donc occuper cette charge. Par contre, les auditeurs doivent être âgés d’au moins 26 ans. Une autre obligation est imposée à tout officier de la Chambre des comptes : l’interdiction d’exercer une quelconque activité marchande. L’office de maître des comptes procure de réels avantages : dispense des impôts roturiers, du franc-fief36, jouissance de privilèges particuliers inhérents aux membres de la Chambre des comptes, possibilité de conserver voire d’améliorer sa fortune grâce aux gages et aux épices37 ; surtout, l’acquisition d’une noblesse graduelle, c’est-à-dire l’accès à la noblesse dite parfaite après exercice de l’office pendant au moins deux générations. Cela justifie le coût onéreux de la charge.

32En optant pour la ville de Nantes et sa Chambre des comptes, Hiérosme Le Brun rejoint un parent : François Le Brun sieur de la Herderye, conseiller du roi secrétaire et auditeur à la Chambre des comptes de Bretagne depuis 1656, domicilié rue de Verdun dans la paroisse Saint-Vincent.

  • 38 Arch. mun. Nantes, GG 143 (2 Mi Ec 53) acte du 26 juin 1684.

33Baptisé le 31 juillet 1632 à Saint-Vincent de Nantes, François est fils de René Le Brun sieur du Plessix et de Janne Huet. On ignore le degré exact de parenté entre François et Hiérosme, et l’acte de mariage du sieur de Trohadiou précise seulement que le sieur de la Herderye est « proche parent » du marié38.

34François a succèdé à son père dans l’exercice de l’office d’auditeur des comptes. En septembre 1656, le sieur du Plessix lui a remis une résignation écrite devant notaires, sans doute pour raison de santé. François Le Brun n’a donc eu à verser que 1650 livres pour la résignation de l’office et 216 livres pour le droit de marc d’or.

  • 39 Arch. mun. Nantes, GG 197 (2 Mi Ec 75). Les Libault appartiennent à l’élite commerciale nantaise ( (...)

35En mai 1660, il a épousé la Nantaise Françoise Libault, fille de Guillaume sieur du Boisrobin et de Marie Bruneau39. De cette union naîtront cinq enfants, parmi lesquels Janne qui en juillet 1684 épousera Charles Valleton seigneur de Malleville, conseiller du roi juge prévôt magistrat ordinaire civil criminel de police et d’office de Nantes, également juge conservateur des privilèges de l’Université et d’autres droits royaux de la ville. Quand Hiérosme arrive à Nantes, il choisit donc d’élire domicile dans la paroisse Saint-Vincent, non loin de la demeure de François. Il ne connaissait personne d’autre dans cette ville.

36Ayant une situation et un toit, Hiérosme peut songer à prendre femme et à fonder une famille. Le sieur de la Herderye a certainement joué le rôle de protecteur à l’égard du jeune homme, s’occupant de lui trouver une épouse. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas allé chercher bien loin : il s’en est tenu à la proche famille, Madeleine de Nort étant la fille de Madeleine Rabeau, cette dernière cousine germaine du sieur de la Herderye (Tableau 8, p. 270).

  • 40 En règle générale, la cérémonie de mariage se déroule dans la paroisse où la mariée est domiciliée

37Le mariage est célébré le 26 juin 1684 à Saint-Laurent de Nantes où la demoiselle a son domicile près la place Saint-Pierre40.

38En épousant Madeleine de Nort, Hiérosme Le Brun s’allie à une famille de même origine sociale et professionnelle. Sa jeune femme – baptisée le 17 avril 1665 à Notre-Dame de Nantes, et encore mineure le jour de son mariage – est la fille unique de Jacques sieur de la Sébinière, décédé au début des années 1670, lui-même fils « d’honorables personnes Guillaume de Nort marchand et de Francoize Gaillard » sieur et dame de la Sébinière et du Perray. Il n’est pas certain que Jacques de Nort ait pris « charge et office dans deux ans prochains venans » comme l’exigeait une clause de son contrat de mariage établi en février 1664. En revanche, il a du jouer à l’occasion le rôle de fournisseur en vin auprès de quelques marchands : en juillet 1680, sa veuve Madeleine Rabeau, domiciliée à Nantes, vend à Louis Carabille marchand agissant pour René du Gast également marchand, vingt pipes de vin tiré et cinquante pipes d’autre vin « tel qu’il est en fustz vieulx y compris les lyes estant dans les celiers de la maison de la Sebiniere » à Monnières ; à quatorze livres la pipe, l’activité était lucrative.

Tableau 8 – Schéma généalogique

  • 41 Son frère aîné, Julien, recevant pour sa part le domaine du Perray. Nous ne savons rien des autres (...)
  • 42 Le contrat de mariage, daté du 11 février 1664, renferme le prisage des biens (meubles, vaisselle, (...)
  • 43 Par exemple, en juin 1663, le logis situé rue de la Blasserye dans la paroisse Saint-Saturnin est (...)

39Jacques de Nort s’est sans doute contenté de vivre sur et de ses terres, en l’occurrence celle de la Sébinière qu’il hérita de ses parents41. Lorsqu’il épouse Madeleine Rabeau dans les premiers mois de 1664, Jacques n’est pas dépourvu de ressources. Il jouit de la totalité des revenus que lui procure le domaine de la Sébinière42 et est propriétaire, en indivis avec son frère Julien, de plusieurs demeures à Nantes dont la location rapporte de l’argent43. Les deux frères sont également propriétaires d’une partie des sels produits par deux marais situés à Bourgneuf (le marais de la Verrye dans la paroisse du Bourg des Moutiers et celui de Porcherye à Saint-Cire), l’autre partie revenant à Mathurin Rabeau sieur de la Pinelays et à ses sœurs Madeleine et Janne, tous trois demeurant à Nantes. Les sels proviennent des biens issus de la communauté entre Mathurin Rabeau sieur de la Grivière et Françoise Gaillard « par aucun temps sa femme vivans pere et mere desdicts sieur Rabeau [et ses sœurs] et de Nort ». Le sieur de la Grivière et Françoise Gaillard s’étaient mariés en juin 1649, après le décès de leur conjoint respectif (Julienne Huet et Guillaume de Nort).

  • 44 D’ailleurs, la descendance de Hiérosme Le Brun, à partir de sa fille Madeleine Béatrice, s’implant (...)
  • 45 Epoux de Janne Le Tavernier, marraine de Janne Rabeau fille de Mathurin et de Julienne Huet.
  • 46 Sa veuve Janne Bonfils sera choisie par Julien de Nort et son épouse Agnès Ragaud pour être la mar (...)

40Hierosme Le Brun et sa belle-famille avaient d’autres points communs. Ainsi, lorsque le sieur de Trohadiou prend femme, il est établi à Nantes depuis près de quatre ans, tandis que son épouse y est née. Ce n’est donc pas comme s’il était venu spécialement dans cette ville chercher une compagne, puis s’en était retourné avec elle dans son Penthièvre natal. En juin 1684, il est intégré à la cité nantaise44 ; on peut parler ici d’endogamie géographique. L’exercice d’offices de la Chambre des comptes de Bretagne est également commun aux deux familles. En 1661, Julien de Nort sieur du Perray fut institué auditeur des comptes, comme René et François Le Brun avant lui. À la vérité, plusieurs officiers de la Chambre des comptes (des auditeurs davantage que des maîtres), mais aussi des membres du Présidial de Nantes, gravitent autour des familles Rabeau, de Nort et Le Brun en tant qu’amis ou « relations » d’affaires. Citons le sieur de la Pensine Jacques Guyton, le sieur de Saint-Lo Mathurin Bedeau, Sébastien Le Meneust seigneur du Bryderié45 et Jan Ragaud sieur des Perrières (auditeur des comptes et « maître d’hôtel ordinaire de Sadite Majesté46 »).

41La belle-famille de Hiérosme Le Brun ressemblait à la sienne : appartenance à la haute bourgeoisie locale, propriétaire foncière et terrienne à la ville comme à la campagne alentour, réseaux d’amitié incluant les grandes figures locales.

42Etabli à Nantes, Hiérosme revient fréquemment à Guingamp. En février 1685, Madeleine de Nort y accouche d’une petite fille baptisée Madeleine Béatrice en avril ; puis, en septembre 1692, y met au monde Marie Joseph Béatrice baptisée dès le lendemain. Inversement, Madeleine de Nort accouche par deux fois à Nantes, à la fin de l’année 1685 et en juillet 1695 ; mais ces nouveau-nés ne survivront pas. Hiérosme Le Brun mourut ainsi sans héritier mâle.

  • 47 C’est dans cette demeure que décéderont, à quelques années d’intervalle, Hiérosme Le Brun (le 27 s (...)
  • 48 Au même titre que les correcteurs et les auditeurs de la Chambre (ainsi que les conseillers du par (...)

43Le couple se partage donc essentiellement entre sa maison située dans la ville close de Guingamp et celle qu’il possède à Nantes dans la paroisse Sainte-Croix, près les Jacobins, même s’il séjourne aussi à Monnières où est située la maison noble de la Sébinière47. Ce va-et-vient est possible parce que les maîtres des comptes servent par semestre48. Cette rotation laisse la majeure partie des officiers « libres » durant le restant de l’année. Hiérosme met à profit ces quelques mois de congés pour aller à Guingamp visiter sa famille, mais aussi régler des affaires personnelles. Par exemple, les rentes de la terre de Kergossiou à Goudelin, cadeau de mariage de ses parents : il doit veiller à leur bonne perception. La tâche est difficile : en janvier 1689, Hiérosme rappelle à l’ordre Pierre Le Chevoir, sieur de Kergoff demeurant à Goudelin, car il lui doit plusieurs levées. De retour à Guingamp, le sieur de Trohadiou travaille aussi à l’accroissement de ses biens : en décembre 1688, il achète à François Descoignets et Françoise de Ploesquellec, sieur et dame de la Maisonneuve domiciliés au manoir de Kerdanonans à Ploubazlanec, une rente perpétuelle de 45 livres due sur le lieu de Kerprovost à Pleumeur-Gautier. Depuis son mariage avec Madeleine de Nort, Hiérosme Le Brun possède et/ou gère des biens qui réclament aussi sa présence dans l’évêché de Nantes. Le 16 juin 1684, en faveur de cette union, la dame de la Sébinière Madeleine Rabeau avait déclaré se démettre de toutes les maisons, terres, héritages et rentes « tant arrerees que de constitut » lui appartenant de la succession de ses père et mère et situés, entre autres, dans les paroisses de Saint-Cire, Bourgneuf, Saint-Pré en Rays, Corseul et Saint-Simillien près de Nantes ; elle se réservait simplement une rente viagère de 800 livres par an conservée sur l’hypothèque des héritages « de son estocq seullement » et que les futurs époux promettaient de lui verser.

44Jacques Le Brun est donc parvenu à conclure pour ses enfants d’excellents mariages, accrochant à son « tableau de chasse » quelques-unes des grandes familles de la noblesse bretonne de race. Il est vrai que sa notoriété auprès des habitants de Guingamp, ses relations d’amitié et d’affaires avec de grandes figures locales (bourgeoises et aristocratiques), et plus encore sa fortune, lui facilitèrent les choses. Cependant, aucune de ces unions ne relève du hasard. Chacune devait accroître le prestige et le renom de la famille Le Brun.

Les retombées économiques et sociales de pareilles unions

45Sous l’Ancien Régime, le mariage est certes une union de personnes et de familles, mais d’abord et surtout une union d’intérêts. Il offre divers avantages, à la fois économiques et sociaux.

Les apports économiques

46Marie et Anne n’ayant pas donné naissance à des Le Brun, même si leur mariage profitera à leur père et à leur frère aîné, on s’intéressera seulement aux alliances de Bertrand et Hiérosme.

47En plus des maisons, terres, héritages et rentes déjà cités que Madeleine de Nort lui apporte en dot, Hiérosme reçoit des mains de sa belle-mère la somme de 600 livres « a elle due par chascun an de douaire conventionnel » sur les biens de son défunt mari, ainsi que celle de 4 000 livres (dont 1 000 livres sous forme d’habits nuptiaux). Le sieur de Trohadiou aura su apprécier à leur juste valeur « les especes de meubles et hardes » donnés par sa belle-mère : une garniture de chambre (avec tapisserie, devants de fenêtre, chaises, fauteuils, tabourets, tables, tapis, clavecin, landiers, miroir, tablettes de cristal, châlit comprenant couette, matelas et couverture d’indienne) estimée 1 000 livres, des linges, de la vaisselle et des meubles d’une valeur totale de 3 284 livres, puis 300 livres de bestiaux tenus « à cheptel » par Jan Rochays de la métairie de Bellain située à Saint-Père-en-Rays.

  • 49 Arch. mun. Nantes, GG 476 (2 Mi Ec 175). Pierre est né le 6 février 1683 ; il a été reçu duc et pa (...)
  • 50 La dame veuve se réserve cependant 3 000 livres par an de pension viagère à prendre sur les terres (...)

48Hiérosme Le Brun pouvait mener une existence à l’abri du besoin. Il prêta d’ailleurs de l’argent à plusieurs particuliers : en mai 1704, sa veuve Madeleine de Nort déclare qu’il lui est dû 24 000 livres par diverses personnes, tant pour des contrats de constitution, effets et obligations que pour des levées et intérêts. La fortune du sieur de Trohadiou permet à sa fille aînée Madeleine d’épouser Pierre du Cambout, chevalier seigneur vicomte de Carheil, « gouverneur pour le roi des Isles, ports et havres de Rhuis, capitaine de dragons au régiment du Leron ». Le mariage est célébré le 4 mai 1704 à Nantes49. La famille du Cambout n’est pas la première venue : le père de Pierre, Jacques du Cambout, était de son vivant chevalier seigneur de Beçay et de Carheil, gouverneur des ville et château de Rhuis, Sarzeau et Sucinio, colonel du régiment de dragons du Cambout, brigadier général des armées du roi, et inspecteur général de la cavalerie et des dragons. Il est mort en juillet 1701, des suites de ses blessures reçues au combat de Carpy en Italie. Il s’agit là d’un beau parti pour la fille de Hiérosme Le Brun qui n’aurait pas désavoué une telle union. En faveur de ce mariage, Renée Le Marchand donne à son fils Pierre, en tant qu’héritier principal et noble, les biens du défunt Jacques du Cambout, ses prétentions de communauté, son douaire et « son bien de patrimoine tant mobilier qu’immobilier pour que son fils en jouisse et dispose en pleine propriété50 ». De son côté, Madeleine de Nort promet les biens dépendant de la succession de Hiérosme, les biens de sa communauté ainsi que ceux lui revenant de la succession mobilière de sa fille Marie Le Brun, décédée le 25 novembre 1703. Y figurent donc la somme de 16 000 livres « pour augmentation de nouveaux gages qui se paient par le receveur des gages de messieurs les officiers de la Chambre des comptes », et celle de 24 000 livres sous forme de contrats de constitution, effets, obligations, levées et intérêts.

49Le mariage est brisé par le décès prématuré de Pierre, en juin 1713. Le seigneur de Carheil a néanmoins eu le temps d’assurer sa postérité, grâce notamment à la naissance, en 1705, d’un fils baptisé Pierre Armand.

  • 51 On ignore la date exacte du décès de Madeleine Le Brun, mais elle se situe forcément avant le 22 m (...)

50Le mariage de sa fille a sans doute amené Madeleine de Nort à réfléchir sur son propre sort : un an après le départ de Madeleine pour le château de Carheil à Plessé, elle épouse le 16 juin 1705, à Fégréac, François Le Coutelier, fils de Jean sieur de Penhouet et de Françoise Sévin. Cette alliance mérite d’autant plus d’être signalée qu’elle est à l’origine du mariage, célébré en octobre 1723 dans la paroisse du Pallet, entre Charles Le Coutelier chevalier de Penhouet, frère de François, et Madeleine Le Brun veuve de Pierre du Cambout. À cette date, Madeleine de Nort est décédée depuis peu. Une fois encore, la fille de Hiérosme Le Brun « n’embrasse » pas le plus mauvais parti : son futur époux déclare avoir jusqu’à 84 817 L 17 s en argent effectif, meubles, effets et crédits. Pour sa part, Madeleine déclare lui faire don d’une égale portion de ses biens, réels et immobiliers, à prendre plus particulièrement sur les terres de Coatgoureden et Penanrun situées dans l’évêché de Tréguier. La fille de Hiérosme Le Brun a « enterré » son premier mari, mais elle ne survivra pas au second51.

  • 52 Fille aînée de François du Garspern et de Marguerite Even.
  • 53 Près de la chapelle se trouvent une maison couverte de genêts et un petit courtil lui appartenant (...)

51Par son mariage avec la fille aînée du seigneur et de la dame du Lojou, Bertrand Le Brun devient le nouveau maître du Lojou dont les appartenances et dépendances se situent pour la plupart à Bourbriac, Coadout et Saint-Adrien. Le rapport de ce domaine est considérable. Le « partage advantageux » consenti en octobre 1661 à Guillaume du Garspern (fils aîné et héritier principal noble de défunt François du Garspern, vivant seigneur du Lojou) par ses frères et sœurs « suivant l’asise et coutume de ceste province » en témoigne. À cette occasion, il est décidé que les immeubles et crédits reviennent à Guillaume ; en compensation, celui-ci promet d’indemniser ses puînés en allouant à chacun la somme de 259 L 16 s prélevée sur la seigneurie du Lojou : Ollivier seigneur de Chefdeville, domicilié au manoir de Kergroas à Saint-Fiacre, reçoit le produit de plusieurs convenants et pièces de terre situés à Bourbriac, Plésidy, Coadout et Calanhel ; Pierre seigneur de Largoet, demeurant à Bourbriac, se voit attribuer les revenus du lieu de la Villeneuve à Guerlesquin, ainsi que ceux de plusieurs convenants situés dans cette même paroisse, à Botsorhel, Plougonver, Bourbriac et Calanhel ; Claude dame du Lojou touchera les rentes de divers convenants situés à Plougonver ; Phelippe dame du Garspern jouira des revenus de nombreux convenants à Bourbriac (où elle demeure), Coadout et Plougonver ; enfin, Jeanne52, épouse de Jacques Docoz seigneur du Cloz domiciliée au manoir du Cloz dans la paroisse de Meslin près de Lamballe, reçoit le lieu et métairie noble de Colletanbual, ainsi que quelques convenants situés à Bourbriac, Plouisy et Plésidy. La seigneurie du Lojou a tout pour plaire à Bertrand Le Brun. Outre de nombreux convenants, pièces de terre, prés, courtils à chanvre, bois de haute futaie et taillis, elle est composée d’un manoir avec métairie, cour, colombier, volière, refuge à pigeons, écuries, remise, arrivée et bois en rabines, jardin au derrière avec défenses et fossés, vivier, moulin et étang. Le tout est situé dans la paroisse de Bourbriac, dans l’église de laquelle le seigneur du Lojou possède une chapelle dévouée à Saint-Briac avec armes et écussons, des enfeux, bancs et accoudoirs ; à Saint-Adrien, il détient la chapelle de Saint-Roch53. Devenu seigneur du Lojou, Bertrand Le Brun a fief, cour et juridiction, haute, basse et moyenne, création d’offices, greffier, notaire et sergents, « a estre ladite cour et jurisdiction exercée dans l’auditoire de Guingamp le vendredy de chacque semaine le matin a 8 seixtand aux dittes parroisses de Bourbriac Coadouet et Saint Adrien ». De quoi satisfaire son désir de reconnaissance sociale !

  • 54 Jean de Kergroas était parent (le père ?) de Maurice de Kergroas, désigné en 1664 comme tuteur et (...)
  • 55 Le montant de la rente est inchangé à la date du 15 novembre 1724.

52Les biens de Renée du Garspern ne se limitent pas à la terre du Lojou qui provient de la seule succession de son père. Sa mère, Marguerite Le Chaussec, lui a légué des biens importants qui se situent à la limite de l’évêché de Tréguier, la dame étant originaire de Morlaix. À Lanmeur, par exemple, Bertrand Le Brun peut ainsi jouir du lieu noble de Kerangoff : en janvier 1689, il est tenu à titre de « domaine congeable et reparable de seigneur a homme a l’uz de Treguier » par Henry Le Bihan et Jeanne Ollivier ; il rapporte chaque année 20 quartiers de froment, 54 livres en argent et six poulets de rente convenancière, en plus des corvées. Le manoir de Kerangoff avec ses métairie, terres chaudes et froides, prés, prairies, rabines et dépendances, avait été acheté en août 1637 par le sieur de Kerbriant Jacques Le Chaussec (grand-père maternel de Renée du Garspern) à Jean du Plesseix sieur de Penfaou pour la somme de 3 840 livres. Dans cette paroisse, Renée a aussi hérité du lieu noble de Tysien Glaz, acheté en novembre 1644 par Jacques Le Chaussec à Jean de Kergroas sieur de Penvern pour le prix de 1960 livres54 : en février 1689, il rapporte la somme de 114 livres55. Citons également à Lanmeur le lieu noble de Kerbouran avec ses prééminences d’église : en décembre 1686, Bertrand Le Brun l’afferme pour une rente annuelle de 138 livres en argent, 20 quartiers de froment et deux couples de lin « pestellé » pesant quarante-huit livres. Au même moment, l’époux de Renée du Garspern rend aveu pour le lieu noble de Tallaren à Lanmeur, qui produit chaque année 51 livres en argent, 6 boisseaux d’avoine et 6 poulets de rente convenancière, en plus des corvées ordinaires.

  • 56 Les deux soeurs se réservent toutefois la grande salle, un grenier et l’emplacement de logements d (...)
  • 57 Les deux turbots devaient leur être apportés à leur hôtel particulier à Guingamp chaque année au c (...)

53De la succession de sa mère, Renée hérite encore de divers convenants baillés à titre de domaine congéable, comme ceux nommés Kerloas, Le Bescq et Bodister Bian situés à Plourin. En mai 1679, le premier rapporte dix quartiers de froment, 24 livres en argent et six poulets. En juin 1683, le second produit 9 quartiers de froment, 2 quartiers d’avoine, deux charretées de « manyes », 8 L 3 s 8 d en argent et le pâturage d’une vache. En novembre 1683, le troisième procure six quartiers et demi de froment, 25 livres en argent et 2 chapons, sans compter les corvées. Quelques-uns des héritages maternels échus à Marguerite du Garspern passeront aux mains des descendants directs du sieur et de la dame de Kerleino. Par exemple, le 6 mai 1706 : veuve de Jean Boterel, vivant seigneur de la Chesnaye, Marguerite vend à son neveu Jacques Le Brun seigneur du Lojou la métairie de Trégunez à Plourin qui, à cette date, produit une rente annuelle de 120 livres. Le prix de la vente est fixé à 2 347 livres. Le fils aîné de Bertrand Le Brun et de Renée du Garspern récupère aussi la terre et seigneurie de Lisle située à Plougasnou, en tant qu’héritier de défunt Sébastien Le Gouz, chevalier seigneur de Lisle, époux en son vivant de Thérèze Le Chaussec (la sœur de Marguerite et donc tante de Renée du Garspern). Jacques Le Brun seigneur du Lojou devenait ainsi le nouveau propriétaire du domaine de Lisle que le sieur de Kerbriant Jacques Le Chaussec avait acheté, en février 1643, à Charles de Seillon baron de Vire et de Beaulieu, seigneur de Bruslon, Souvigny, Guilliguilliau, le Goascao, de Lisle et Kerbaslin, pour la somme de 19 000 livres. Cet héritage était d’un excellent rapport : le 8 août 1771, les deux filles du seigneur du Lojou, Marguerite et Charlotte Le Brun, l’afferment pour neuf ans à Thomas Merer, laboureur56, pour la somme annuelle de 600 livres et deux turbots57.

  • 58 Arch. dép. Côtes-d’Armor, B 482. Bertrand le Brun et son épouse ont payé 3 000 livres le jour de l (...)

54En épousant la fille aînée de Guillaume du Garspern et de Marguerite Le Chaussec, Bertrand Le Brun a décroché le gros lot. Les retombées économiques de son union l’aideront plus tard, en mai 1689, à acheter la terre et seigneurie du Roudourou située à Plouisy et vendue 33 000 livres58. Le prix de cette acquisition rend compte à lui seul de l’intérêt qu’elle représente, confirmé par les différents baux à ferme. Par exemple, ceux de la métairie noble du Roudourou : arrentée 400 livres en 1689, elle est affermée 500 livres en janvier 1695. Son mariage avec Renée du Garspern a donc fait de Bertrand Le Brun un riche propriétaire terrien et foncier.

  • 59 Lorsqu’en mai 1688, il achète le lieu de Coatgrat à Belle-Isle-en-Terre d’une valeur de 2400 livre (...)

55Du point de vue strictement économique, on constate que les deux fils de Jacques Le Brun ont chacun trouvé dans leur femme un parti avantageux qui leur a permis de s’imposer comme propriétaires et d’augmenter leurs ressources, jusqu’à être sollicités pour prêter de l’argent. On se souvient des 24 000 livres dues à Hiérosme par divers particuliers ; Bertrand aussi prêta de l’argent59. Mais l’alliance contractée par l’un et par l’autre a aussi contribué à asseoir leur position sociale.

Une plus-value sociale

56Jacques Le Brun s’est appliqué à unir ses enfants à des membres de la vieille aristocratie bretonne. Sous l’Ancien Régime, le choix d’une famille n’est jamais innocent : aux motifs économiques évoqués à l’instant, s’ajoutent des raisons d’ordre social.

  • 60 Après toutefois confirmation de la sentence par les juges royaux.
  • 61 Le 30 novembre 1675, par concession et permission du seigneur du Roudourou de l’époque, Claude Cor (...)

57Au xviie siècle, épouser le parent d’un grand revient à épouser le grand en personne. Aussi, quand un fils issu du milieu roturier aisé se marie à la fille d’un noble seigneur, il s’assure infailliblement la protection de ce dernier. Si, au contraire, une fille d’origine roturière épouse un fils de haute noblesse, c’est le père de la fille qui bénéficie de « l’amitié » de la puissante famille alliée. On comprend dès lors que Jacques Le Brun veuille unir ses enfants à des membres de la noblesse d’ancienne extraction : lui et les siens en tireront un surplus de considération sociale, d’autant que les demeures campagnardes de ces aristocrates ont généralement fière allure et donnent droit à des prééminences d’église propres à combler d’aise tout roturier. Nous avons signalé que le seigneur du Lojou possédait haute, moyenne et basse justice à Bourbriac et Coadout, ce qui l’autorise à exercer la justice criminelle ainsi qu’à prononcer des peines capitales et à les faire exécuter au gibet seigneurial60. Les matières civiles étant aussi de son ressort, on observe toute l’étendue du pouvoir judiciaire du seigneur. En devenant propriétaire du Roudourou, Bertrand Le Brun étend son pouvoir seigneurial au fief et baillage de Bonrepos qui a cours dans le village de Saint-Jean Kergrist « et autres endroicts adjacentes ». Rappelons également les prééminences d’église (droits de banc et enfeux) attachées à la seigneurie : nous avons évoqué celles dépendant du Lojou dans les paroisses de Bourbriac et Saint-Adrien (supra, p. 275). De la même manière, la seigneurie du Roudourou donne droit à des prééminences honorifiques dans plusieurs églises : à Saint-Michel de Plouisy, à Saint-Sauveur et à Notre-Dame de Guingamp où elle possède une chapelle « prohibitive », anciennement appelée chapelle de Sainte-Anne61. C’est dans celle-ci que seront inhumés Renée du Garspern en mai 1699, et Louis Le Brun seigneur du Roudourou en novembre 1741.

58Quant à l’aspect (intérieur et extérieur) des logis nobles fréquentés par les enfants de Jacques Le Brun, ces demeures se distinguent par des éléments spécifiques de prestige comme la « rabine », l’allée bordée d’arbres, la tourelle, les bois de haute futaie et de décoration, la cour entourée de murailles laissant deviner un portail, ou encore le vivier. Ainsi des maisons nobles de Lisle, de Keranno, du Lojou et du Roudourou. Certaines, comme Keranno et le Roudourou, possèdent une chapelle. Cet oratoire privé confère à son propriétaire une éminence particulière reconnue par tous. Le droit d’y faire célébrer la Sainte messe est accordé par l’évêque en personne : le 9 août 1726, l’évêque de Tréguier Ollivier Jegou de Kervilio accorde à tout prêtre le droit de dire la messe dans la chapelle de Keranno. Cette permission, valable un an, est renouvelée le 10 mai 1727.

59Posséder de semblables domaines, c’est aussi jouir du symbole social. L’exemple du sieur de Kerleino Bertrand Le Brun est caractéristique : sitôt après son mariage avec Renée du Garspern, il tient à ce qu’on le salue du titre de Monsieur du Lojou pour montrer qu’il est le nouveau maître de la seigneurie.

60Contracter des unions matrimoniales avec des nobles de race conduit aussi à nouer des relations d’amitié ou d’affaires avec des personnes éminentes et influentes. Cela se repère notamment dans le choix des compères et commères en vue du baptême des enfants. Prenons l’exemple de la progéniture de Bertrand Le Brun : outre les proches parents, figurent les noms de grands nobles de la région guingampaise comme Maurice Thépault seigneur de Trefalegan, Françoise de Foterby dame de Kerohan, René de Bizien seigneur du Lézar, Marthe de Boisseon dame de Keraudren, Gilles du Boisgelin seigneur de Kersac, Louis du Roscoat seigneur du même nom, Jean Thépault seigneur de Kerossen et Marie de Lanloup dame de Kercabin. Intégrés à la noblesse au début du xviiie siècle, les membres de la famille Le Brun pourront à leur tour remplir le rôle de parrain et marraine d’enfants issus de la haute aristocratie, et se voir convier à des mariages entre gens de grande noblesse, comme celui célébré, le 31 janvier 1746 à Notre-Dame de Guingamp, entre Jacques de Bahuno marquis du Liscoët et demoiselle Charlotte de Coatlogon : les deux sœurs Marguerite et Charlotte Le Brun assistèrent à cette union. Le 13 juillet 1766, Charles Le Brun du Lojou et son oncle Bertrand Le Brun de Largoat apposaient leur signature au bas du contrat de mariage établi entre Saturnin du Bourblanc, conseiller au parlement de Bretagne, et demoiselle Anne Le Roux de Coëttando dame du même nom.

  • 62 Arch. dép. Côtes-d’Armor, B 482. Le Roudourou est devenu propriété des Cornulier par le mariage, l (...)
  • 63 Les Cornulier étaient très présents au parlement de Bretagne. Ils monopolisèrent à eux seuls 33 of (...)
  • 64 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 3 E 31/40-42 (notaire Brunot). Il n’est pas impossible que, dans l’accom (...)

61On peut penser que c’est aussi en partie parce qu’il est le beau-frère de Marc Antoine de la Boëssière, qu’en 1689 Bertrand Le Brun a pu acheter la seigneurie du Roudourou à Claude de Cornulier, chevalier seigneur de la Touche et de la Haye, marquis de Château-Froment, seigneur du Roudourou et d’autres lieux, conseiller du roi en ses Conseils et président à mortier au parlement de Bretagne62. Rappelons qu’en 1674, le seigneur de Lannuic a acheté l’office de conseiller originaire au parlement de Bretagne à Jean-Baptiste de Cornulier, chevalier seigneur de la Perochère, fils de Claude63. Il n’est pas impossible que le sieur de Kerleino ait prié son beau-frère de faire savoir à la famille Cornulier qu’il souhaitait devenir le nouveau propriétaire de la seigneurie. Bertrand a pu engager Marc Antoine à appuyer son offre auprès du président à mortier du Parlement… Au xviie siècle et encore au xviiie, les alliances matrimoniales entre familles de la bourgeoisie marchande et de la haute noblesse créent de proches en proches des liens nombreux et solides. Par exemple, en décembre 1708, Bertrand de la Boëssière chevalier seigneur du même nom est le curateur de ses cousins germains (encore mineurs) Louis et Bertrand Le Brun, respectivement seigneurs du Roudourou et de Largoat. Le 9 janvier 1770, maître Hyacinthe Couppé, avocat à la cour de Lannion, reçoit procuration générale de Charles Le Brun, chevalier seigneur du Lojou, pour fournir déclaration au fief du duché pairie de Penthièvre à Guingamp. En juillet 1774, Pierre du Cambout chevalier seigneur comte du même nom, marquis de Coislin et vicomte de Carheil (petit-fils de Madeleine Le Brun), sollicite les services de Bertrand de la Boëssière seigneur de Lannuic : il lui donne procuration pour « exposer en vente » les biens qu’il possède dans les paroisses de Goudelin, Bringolo, Tressigneaux et Plouezec notamment. Pierre du Cambout donne carte blanche au seigneur de Lannuic : à lui de trouver des acheteurs et de vendre aux conditions les plus avantageuses. Bertrand de la Boëssière semble s’être parfaitement acquitté de sa tâche, vendant pour plus de 20 000 livres de biens entre juillet 1774 et juillet 177764.

62Les mariages de Marie, Anne, Bertrand et Hiérosme contribuent tous à accroître le prestige social de la famille Le Brun. Les trois premiers parce qu’ils sont contractés avec des familles de la noblesse d’ancienne extraction, propriétaires de domaines auxquels sont attachés plusieurs droits honorifiques, et en relation constante avec des membres éminents et influents de leur ordre comme des officiers du parlement de Bretagne. Quant à Hiérosme, s’il n’épouse pas une aristocrate « d’ancienne race », son union demeure d’un grand intérêt : elle permet à la famille Le Brun de côtoyer, en plus du milieu parlementaire, celui des officiers de la Chambre des comptes de Nantes. Elle est ainsi en contact avec les deux plus grandes institutions de la province de Bretagne.

63Ce n’est donc pas par hasard si Jacques Le Brun marie ses deux filles et son fils aîné à des membres de la vieille noblesse bretonne comme les de Bréhant de Lisle, de la Boëssière et du Garspern. Si certaines de ces unions sont peut-être l’occasion de resserrer des liens d’amitié, Jacques Le Brun ne perd pas de vue les avantages qu’elles procurent. Par ces unions, il prépare le terrain pour accéder au second ordre. Il constitue un réseau de relations sociales qui vont lui permettre, une fois devenu officier de Chancellerie, de se sentir plus à l’aise et peut-être mieux accepté au sein d’une aristocratie qui apprécie peu les parvenus. Ainsi, en combinant astucieusement stratégies d’alliance et achat d’un office anoblissant, le sieur de Kerprat réussit une ascension sociale éclatante et permet à sa descendance de jouir des privilèges de la noblesse, tout en lui montrant la voie de l’intégration.

Une famille solidement ancrée dans la noblesse

64Nous nous limiterons à la branche aînée, Hiérosme étant décédé sans héritier mâle et le nom de famille se transmettant de père en fils.

65Accédant à la noblesse, la famille Le Brun y renforce sa position grâce à des mariages aussi mûrement pensés que les précédents. En témoignent les unions de Jacques et Charles Le Brun, respectivement fils et petit-fils de Bertrand, seigneur du Lojou et du Roudourou.

Jacques Le Brun seigneur du Lojou

  • 65 Ainsi de Béatrice Thérèse décédée le 3 mai 1684 à l’âge de quatorze mois. Elle fut inhumée le lend (...)

66Sur les onze enfants (six garçons et cinq filles) baptisés entre 1675 et 1690 issus du couple formé par Bertrand Le Brun et Renée du Garspern, seuls l’aîné Jacques, Marthe, Louis et Bertrand ont laissé trace dans la documentation. Les autres ont du disparaître en bas âge ou adolescents65, sinon ils auraient pris part, le 9 juillet 1708, à la « vérification, calcul, examen et partage » des crédits dépendant de la succession de leurs père et mère.

  • 66 Pas un seul homme, du côté de Marthe Le Brun, ne signe l’acte de mariage.

67Hormis Bertrand demeuré célibataire, les trois autres se sont mariés. Le 8 août 1705, Marthe épouse Joseph de Léon, chevalier seigneur du même nom, demeurant à Tréguier alors qu’elle habite Saint-Michel de Plouisy. Le frère aîné de Marthe a tenté d’empêcher la conclusion de cette alliance sans que nous sachions pourquoi : l’acte précise seulement que monsieur du Lojou a intenté une opposition qui a néanmoins été levée. Jacques a persisté dans son refus d’approuver cette union car il n’a pas apposé sa signature au bas de l’acte de mariage. Peut-être n’a-t-il pas assisté à la cérémonie. On peut même se demander s’il n’a pas convaincu ses frères et plusieurs proches parents de la boycotter : du côté de la mariée, seules Janne Marescot dame de Keriou, Janne de Kermel dame de Kermezen, Marie de Coatmen et Anne Le Roux dame de Coëttando66 ont signé l’acte.

  • 67 Michelle a été baptisée le 17 octobre 1706 (P. Paris-Jallobert, Anciens registres paroissiaux de B (...)
  • 68 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3 E 299/15. En octobre 1738, Marie Gast (soeur de Michelle) demoiselle (...)
  • 69 Marie Poitevin, baptisée le 15 juillet 1681, est la fille du sieur de la Résinière Henri Poitevin (...)
  • 70 Arch. mun. Guingamp, GG 22. Ses compère et commère sont maître Joseph Guillon chirurgien juré de G (...)

68Pour sa part, Louis épouse le 10 janvier 1730, à Saint-Malo, Michelle Gast, fille de Jean Gast et de Marie Poitevin. Le contrat de mariage témoigne du niveau de fortune des parents de la jeune épouse67. Sa dot s’élève à la somme de 20 000 livres dont 15 000 livres seront réputées « en entier nature de propre fonds et patrimoine à laditte demoiselle future epouze ». Néanmoins, Louis gérera cet argent en procédant à des acquisitions « de bons fonds d’herittages incessament à la premiere requisition » de ses beaux-parents ou de sa femme. Cette fortune68 provient en partie du commerce car Jean Gast est négociant. Originaire de Bordeaux, où il est né vers 1676, il s’est établi à Saint-Malo où ses affaires l’ont conduit à fréquenter la famille Poitevin, également négociante, et à épouser l’une de ses membres69. Très vite, Louis et Michelle donnent naissance à un fils baptisé Louis Jean le 29 janvier 1731 à Saint-Malo. Un an plus tard, le 18 avril 1732, naît un second enfant « ondoyé a l’instant de sa naissance a cause du peril evident de mort », et baptisé Michel le jour même à Notre-Dame de Guingamp70. Cet accouchement est fatal à la dame du Roudourou qui décède quatre jours plus tard ; Michel ne lui survit pas bien longtemps.

69Jacques fut le premier à fonder une famille en épousant, le 20 décembre 1700 à Guingamp, Jacqueline du Liscoët de Coatmen, fille du seigneur Yves du Liscoët et de Marie Allain. Cette alliance permet aux Le Brun de faire partie du proche entourage d’une très vieille famille noble de la région guingampaise, et les amène à jouir de la seigneurie de Coatmen située à Bourbriac. L’aveu, rendu le 12 mai 1737 par la fille d’Yves du Liscoët, précise qu’elle possède le château de Coatmen avec ses deux métairies du Colombier et du Pressoir. Du château dépend aussi une chapelle « prohibitive » et « tout droit de supériorité » dans la chapelle dite de Botsao, située sur « l’eminance de la montagne du même nom » à Bourbriac. Les seigneurs de Coatmen y ont écussons, armoiries et titres tant au-dehors qu’au-dedans, leurs armes sont peintes sur les vitres, y compris sur la tour au-dessus du portail d’entrée de la chapelle. Le lieu noble de Kerenflech à Bourbriac, dont dépendent des droits honorifiques et prééminences d’église (enfeux, pierres tombales, banc et accoudoir) dans l’église paroissiale et dans la chapelle de Saint-Houarno, relève lui aussi de Coatmen.

  • 71 C’est-à-dire député par le Saint-Père, ici Innocent XII.

70Si Jacques Le Brun du Lojou conclut une très belle alliance, Jacqueline du Liscoët a mis la main sur un excellent parti. Certes, Jacques est un noble de fraîche date, mais il possède terres et fortune. En tant qu’héritier principal, les deux tiers des biens nobles de ses père et mère lui reviennent : cela représente une somme de 22 907 livres. En se mariant avec Jacqueline du Liscoët, Jacques épouse une parente éloignée car ils sont « parens au quart degré de consanguinité provenant de la tige commune » (Tableau 9, schéma généalogique, p. 285). Il leur a donc fallu obtenir une bulle de dispense de consanguinité qui leur a été accordée, le 22 novembre 1700, par François Roger grand vicaire et official de Tréguier et commissaire apostolique71. À cette occasion, celui-ci leur accorde également une dispense du temps, le mariage devant être célébré en période de l’Avent, mais précise que la cérémonie devra se faire « sans grande assemblée ny divertissement ».

71Cette alliance ne fait qu’élargir un peu plus encore le réseau de relations sociales déjà impressionnant du seigneur du Lojou, et va l’autoriser à choisir pour ses enfants des parrains et marraines prestigieux : par exemple, Charles du Liscoët grand bailli pour le roi dans le pays du Maine, compère de son fils Charles Marie Joseph, même s’il n’a pu assister à la cérémonie du baptême le 17 juin 1703, s’étant fait représenter par Anthoine Couillo du Plessix. Les invités à la cérémonie du baptême de chacun des enfants de Jacques et Jacqueline sont tout aussi prestigieux : parmi les signatures apposées au bas de l’acte de baptême de leur fille Marquise Renée Charlotte, figurent celles de Catherine d’Acigné, Julien Botrel, Françoise du Plessix, Anne du Boisberthelot et Jan d’Acigné de Carnavalet.

72Evoluant au sein du second ordre, Jacques Le Brun du Lojou a su faire ce qu’il fallait pour s’y sentir comme « un poisson dans l’eau ». Peu de temps après son mariage, il devient lieutenant de messieurs les maréchaux de France, office dont on sait tous les privilèges et immunités qu’il procure. Sa nomination à cet office se situe entre le 17 juin 1703 et le 4 juillet 1704. Son cousin germain Bertrand de la Boëssière achètera pareille charge.

  • 72 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 Mi 615. L’homme n’est pas un « étranger » pour le seigneur du Lojou : (...)

73Riche officier noble, allié à de grandes familles de l’aristocratie bretonne et en côtoyant de nombreuses autres, Jacques Le Brun du Lojou peut envisager pour ses enfants des mariages flatteurs. Le 12 février 1725, il marie sa fille aînée Marquise à Vincent de Kerleau chevalier seigneur de L’Isle domicilié à Moustéru72. La cérémonie est célébrée dans la chapelle du Roudourou (avec la permission de l’évêque de Tréguier), devant un parterre de grands nobles tels que les d’Acigné, du Plessix, du Bahuno de Berrien, de Tavignon, de Coatrieux et de la Boëssière. Les deux époux se connaissaient déjà : le 7 avril 1715, ils avaient été choisis pour être les parrain et marraine de Jan Le Saulx ; sans compter qu’ils sont parents au quart degré de consanguinité.

74Membre de la noblesse et a priori accepté comme tel par les aristocrates d’ancienne extraction, grâce aux alliances matrimoniales contractées par son père et les sœurs de celui-ci avec des personnages éminents du second ordre, Jacques Le Brun du Lojou s’est pourtant attaché à vouloir, sinon effacer, du moins atténuer ses origines roturières. Son mariage et l’acquisition d’un office réservé à la noblesse l’attestent, les unions de ses enfants le confirment.

Charles Le Brun seigneur du Lojou

75Sur les cinq enfants baptisés entre 1702 et 1715 à Saint-Michel de Plouisy issus du couple formé par Jacques Le Brun du Lojou et Jacqueline du Liscoët, seul le destin du quatrième – nommé Louis Anthoine – est incertain : on ignore s’il est décédé très jeune ou dans la pleine force de l’âge. On sait seulement qu’il est déjà décédé le 2 septembre 1786, à la mort de son frère Charles : Marguerite et Charlotte sont seules héritières avec leur belle-sœur.

  • 73 Arch. mun. Guingamp, GG 56. Bien que le mariage ait été célébré à Bringolo, l’acte figure inscrit (...)

76Charles est le deuxième et dernier enfant des seigneur et dame du Lojou à se marier, Marguerite et Charlotte restant célibataires. Le 30 décembre 1741, il épouse à Bringolo Anne de Keroignant, fille unique des défunts Gilles de Keroignant et Marie Binet seigneur et dame de Saint-Gilles73. Née en 1711, elle est issue d’une famille noble d’ancienne extraction depuis au moins la seconde moitié du xve siècle. Son père Gilles était fils de Pierre de Keroignant de Tresel qui en 1668, pour être maintenu écuyer, avait fourni des actes datés de 1470 concernant son ancêtre Yvon de Keroignant. Simple cadet, le seigneur de Saint-Gilles n’a pas hérité de grand chose : en 1717, sa contribution à la capitation de la noblesse est de 15 livres. De fait, il transmet peu à sa fille et unique héritière.

77Son union avec le fils aîné du seigneur du Lojou est donc une bonne chose pour Anne. Pensionnaire au monastère des religieuses Ursulines de La Trinité depuis la disparition de ses parents, son mariage l’a sortie à la fois de sa condition d’orpheline et de sa vie partiellement recluse. En se mariant, elle retrouve un statut honorable (celui d’épouse légitime), reprend pied dans la société civile et va pouvoir mener un genre de vie plus aisé et fastueux que celui auquel elle avait dû s’habituer.

  • 74 Anne de Keroignant possède quand même assez de biens – venant sans doute surtout de la succession (...)
  • 75 La grand-mère paternelle d’Anne de Keroignant s’appelle Fiacre Thépaut.

78Mais la fille du seigneur de Saint-Gilles n’est pas seule à trouver son compte dans cette alliance. Celle-ci est aussi très favorable aux Le Brun, surtout sur le plan social74. Grâce à Anne, ils entrent en relation avec les du Breil de Rays et les Fleuriot, et resserrent leurs liens d’amitié avec les Thépault75. À l’image de son père et de sa sœur, Charles épouse une parente au quatrième degré (Tableau 9, schéma généalogique, p. 285). De cette manière, les Le Brun favorisent leur enracinement dans l’aristocratie, en même temps qu’ils réussissent à se faire accepter comme nobles par des hommes et des femmes issus de familles qui le sont quant à elles depuis plusieurs siècles déjà.

79On a vu comment le sieur de Kerprat Jacques Le Brun a préparé « psychologiquement » la noblesse locale à son entrée future dans le second ordre. Sans doute qu’à l’heure de sa mort, le 9 décembre 1685, il n’était pas peu fier du chemin parcouru. Pourtant, le dernier héritier mâle (son arrière-petit-fils) disparaît moins d’un siècle plus tard, et la période révolutionnaire emporte ses deux dernières représentantes.

Tableau 9 – Schéma généalogique

Notes

1 L’exemple lui vient peut-être de son père : une soeur de Jacques, Marie, a épousé en 1639 Claude du Parc seigneur de la Haye.

2 Cela est en tout cas vrai pour l’un d’eux, Claude ou Vincent. Lorsqu’en 1656, le sieur de Kerprat fait inscrire sa famille dans la Frérie Blanche, il est question de sa femme, de ses trois fils et de ses trois filles (F. Dobet, « une famille de Guingamp au xviie siècle : les Le Brun », Journal de Guingamp, n° 640, du 12 novembre 1960).

3 Le registre coté GG 6 regroupant les mariages célébrés à Notre-Dame de 1638 à 1668 a disparu. La table correspondante se contente d’indiquer l’année du mariage.

4 Arch. dép. Côtes-d’Armor, E 1535 (aveu daté du 31 juillet 1648). François et Louis Antoine sont fils de Jean de Bréhant gentilhomme ordinaire de la chambre du roi et de Claude de Bréhand dame d’honneur de la reine (F. Saulnier, Le parlement de Bretagne…, p. 168-169).

5 Fils d’Anne Le Brun et de Marc Antoine de la Boëssière (Arch. mun. Guingamp, GG 10).

6 Fille de Bertrand Le Brun et de Renée du Garspern née le 6 avril 1686 (Arch. mun. Guingamp, GG 14).

7 À la vérité, Marie Le Brun n’a pas fait rédiger ses dernières volontés : elle les a dictées verbalement, en mourant, à son fils Louis Antoine pour qu’il les fasse ponctuellement exécuter à sa mort. Son fils les a couchées par écrit le 13 août 1720 (Arch. mun. Guingamp, carton intitulé « vieux documents »).

8 Anne Maclovie est la fille de René Hérisson, sieur des Chesnais, dont la fortune dépasse le demimillion de livres (lire A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, p. 841 et 853).

9 Arch. dép. Côtes-d’Armor, C 173 et 75 J 47. L’arrêt est rendu en faveur de Marc Antoine et de son fils Jacques, baptisé le 24 mars précédent. Celui-ci se fera tuer le 29 juillet 1693 au combat de Landen, avant d’avoir pu assurer sa descendance. C’est donc son frère Bertrand qui continuera la postérité, encore existante à la fin du xixe siècle.

10 Ce jour-là, elle met au monde un garçon, baptisé Marc Antoine le 2 juin suivant.

11 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 2 E 404. L’aveu rendu le 9 juillet 1741 par Bertrand de la Boëssière, chevalier seigneur comte du même nom et de Lannuic, nous renseigne néanmoins sur les biens qui lui ont échu (en tant que fils d’Anne Le Brun) de la succession du sieur de Kerprat Jacques Le Brun. Ces héritages s’étendent sur plusieurs paroisses et trèves, et consistent en ce qui suit :

  • le manoir noble de Kerlosser à Cavan ;
  • une rente féagère à percevoir sur le lieu de Kerguiniou à Bourbriac ;
  • une maison et deux rentes censives à Plésidy ;
  • des pièces de terre à Coadout ;
  • deux rentes censives à Magoar ;
  • un convenant à Louargat ;
  • la maison de la Palestine à Guingamp ;
  • quatre tenues roturières, une pièce de terre et un moulin à Saint-Agathon ;
  • trois convenants à Moustéru.
  • trois des quatre tenues situées à Saint-Agathon ayant été acquises par Jacques Le Brun avant 1667 – tous les autres biens datent d’après 1667 – il n’est pas impossible qu’elles aient été comprises dans la dot d’Anne (Arch. dép. Côtes-d’Armor, E 937).

12 On peut toutefois imaginer que cela représentait plusieurs dizaines de milliers de livres : dans son contrat de mariage, établi le 16 juin 1684, Hiérosme Le Brun déclare que ses parents « luy ont donne en advencement de droictz successifz la valleur de cent mil livres tant en rantes que creditz et actes » (Arch. dép. Loire Atlantique, 4 E 2/1258 notaire Le Breton). Il est probable que les sieur et dame de Kerprat ont donné autant à leurs filles Marie et Anne en faveur de leur mariage.

13 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, p. 252. Jusqu’à la Réformation de 1671, les descendants de noblesse médiévale représentent 69 % des magistrats originaires. Après la Réformation, le parlement de Bretagne finit par se recruter exclusivement dans la noblesse de race (lire J. Berkanger et J. Meyer, La Bretagne de la fin du xviie siècle d’après le mémoire de échameil de Nointel, p. 67).

14 Tout comme la Chambre des comptes, le parlement de Bretagne fonctionne par semestre. Des officiers différents servent à chaque semestre, à l’exception du président, du procureur général et des deux avocats généraux qui servent indifféremment dans l’un et l’autre.

15 Le fils du sieur de Pelan n’a donc reçu que 22 suffrages en sa faveur, alors qu’il en avait besoin de 25. Pour être reçu, il « faut passer les deux tiers ».

16 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 4 E 384 (notaire Bretin). Charles François de la Rivière ratifie le contrat de vente le 7 janvier 1675.

17 Le Parlement se compose d’une Grande chambre, d’une Chambre des enquêtes, d’une Chambre de Tournelle et d’une Chambre des requêtes.

18 À titre de comparaison, le conseiller non originaire touche 1 000 livres, le procureur général 1 400 livres et le président à mortier 2 000 livres (J. Beranger et J. Meyer, La Bretagne de la fin du xviie siècle…, p. 172).

19 En effet, plus son assiduité à la Cour souveraine est grande, plus les épices augmentent. Mais comment être sûr que Marc Antoine faisait partie de cette minorité de magistrats régulièrement présents – les trois-quarts des parlementaires bretons étaient des absentéistes – et qu’il ne voyait pas dans son office qu’un élément déterminant de son genre de vie et de sa supériorité sociale ? (J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, p. 256-257).

20 En janvier 1648, la métairie de Lannuic (située près le manoir) avec ses prés, prairies, courtils, jardin, issues et franchises, était affermée 100 livres par an à Tudual Le Gal et Moricette Le Moal sa femme. En juillet 1670, le moulin de Kerguellen, situé à Loguivy-Plougras mais qui relève de la seigneurie de Lannuic, était affermé 84 livres par an (Arch. dép. Côtes-d’Armor, E 2270).

21 Arch. dép. Côtes-d’Armor, E 1854. À cette date, le moulin est affermé 60 livres par an. L’aveu, rendu en mars 1668 par Anne du Boisboissel, précise que cette dernière possède également enfeux, accoudoir, banc avec trois pierres tombales au-dessous, prééminences et armes dans la grande vitre du côté de l’évangile dans l’église tréviale de Saint-Michel. La dame douairière de Lannuic a obtenu le domaine de Keranno par échange avec le seigneur de Kergroas Jacques Le Vicomte, parent en l’estoc maternel de son défunt mari.

22 On relève quand même que deux flambeaux d’argent (de forme carrée) sont armoyés aux armes des sieur et dame de Lannuic Marc Antoine de la Boëssière et Anne Le Brun.

23 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 2 E 404. Elle fut choisie par Bertrand et son épouse Marie Gouyon pour être la marraine de leur fils Marc Antoine François, né le 25 et baptisé le 31 août 1705.

24 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 2 E 337. On peut se demander si le sieur de Kerbino ne s’est pas servi de son ami le sieur du Pré Hamon (qui prit part à l’adjudication de l’office de sénéchal) pour contrecarrer les plans de Bertrand Le Brun.

25 Le curateur des enfants de défunt Guillaume du Garspern, Maurice de Kergroas, a pris part à l’adjudication au nom de cette famille, dans l’espoir de garder l’office en son sein.

26 Et non pas 8 000 livres comme l’a écrit François Dobet dans son Histoire de Guingamp (Les Cahiers du Trégor, n° 15, juin 1986, p. 36).

27 Guingamp a perdu son statut de place forte. La charge de gouverneur de la ville est donc tombée en désuétude, mais confère toujours honneur et prestige.

28 Le tribunal de la sénéchaussée de Guingamp (dont le sénéchal est un des officiers) relève directement du parlement de Rennes.

29 C’est la raison pour laquelle le sénéchal est secondé par un alloué, chargé de l’assister dans sa lourde tâche.

30 D’autres débats passionnés s’engageront encore à propos de la désignation du maire. Par exemple, en septembre 1703, le sieur de la Villeherviaux L’Helicocq (maire depuis le 21 février) s’oppose en vain à la nomination, par commission (c’est-à-dire par l’intendant de Bretagne), de Guillaume Cormier sieur de Trevial à la fonction de maire (Arch. mun. Guingamp, IDI°).

31 Outre ceux déjà mis en évidence comme accueillir des personnalités de tout premier plan ou, inversement, être reçu par elles, le sénéchal – en tant que gouverneur de la ville – détient les clés des portes de la cité. De la même façon que le maire est amené, dans les diverses assemblées, réunions ou cérémonies officielles et publiques, à marcher en tête de messieurs les nobles bourgeois de la communauté de ville, le sénéchal bénéficie aussi de la préséance.

32 Marguerite Le Chaussec s’est éteinte le 24 septembre à l’âge de 71 ans, tandis que son époux Guillaume du Garspern est mort le 21 octobre suivant (Arch. mun. Guingamp, GG 7). Ils laissaient orphelins, et sous la responsabilité d’un curateur (le sieur de Kerioal déjà cité), trois enfants mineurs : Renée baptisée le 28 mai 1652, Marguerite baptisée le 30 janvier 1654, et François baptisé le 6 février 1656.

33 À titre indicatif, en 1665, les charges étaient évaluées comme suit : 160 000 livres pour l’office de premier président, 100 000 livres pour celui de président, 50 000 livres pour celui de maître des comptes, 30 000 livres pour celui de correcteur et 16 000 livres pour celui d’auditeur (J. Beranger et J. Meyer, La Bretagne de la fin du xviie siècle…, p. 103).

34 À savoir 2 666 L 13 s 4 d de principal et 266 L 13 s 4 d pour les deux sols pour livre.

35 Arch. dép. Loire Atlantique, B 86 (séance de mars 1680). Le marc d’or – encore appelé droit de serment – est un droit qui fut établi par le roi Henri III. Le titulaire de l’office paie ce droit au roi avant d’en obtenir les provisions.

36 Taxe due par un roturier possédant un fief noble.

37 Le gage constitue une sorte d’appointement (ou de salaire), tandis que les épices sont des présents faits aux juges par les plaideurs.

38 Arch. mun. Nantes, GG 143 (2 Mi Ec 53) acte du 26 juin 1684.

39 Arch. mun. Nantes, GG 197 (2 Mi Ec 75). Les Libault appartiennent à l’élite commerciale nantaise (G. Saupin, Nantes au xviie siècle…, p. 246, 253 et 277).

40 En règle générale, la cérémonie de mariage se déroule dans la paroisse où la mariée est domiciliée.

41 Son frère aîné, Julien, recevant pour sa part le domaine du Perray. Nous ne savons rien des autres frères de Jacques de Nort. Peut-être sont-ils décédés relativement jeunes, car ils auraient dû figurer eux aussi, au même titre que Jacques et Julien, dans le partage des sels provenant de la communauté entre leur défunte mère Françoise Gaillard et son second mari Mathurin Rabeau (Arch. dép. Loire Atlantique, 4 E 2/1216 notaire Le Breton, acte du 6 novembre 1663).

42 Le contrat de mariage, daté du 11 février 1664, renferme le prisage des biens (meubles, vaisselle, vins, bétail et blés) appartenant à Jacques de Nort dans la ville de Nantes et dans sa maison de la Sébinière : il s’élève à 2 027 L 9 s.

43 Par exemple, en juin 1663, le logis situé rue de la Blasserye dans la paroisse Saint-Saturnin est affermé 600 livres par an.

44 D’ailleurs, la descendance de Hiérosme Le Brun, à partir de sa fille Madeleine Béatrice, s’implantera dans cette région de Bretagne, à Nantes et dans ses alentours.

45 Epoux de Janne Le Tavernier, marraine de Janne Rabeau fille de Mathurin et de Julienne Huet.

46 Sa veuve Janne Bonfils sera choisie par Julien de Nort et son épouse Agnès Ragaud pour être la marraine de leur fille Janne Agnès baptisée le 26 juillet 1662 à Notre-Dame de Nantes (Arch. mun. Nantes, GG 3, 2 Mi Ec 1).

47 C’est dans cette demeure que décéderont, à quelques années d’intervalle, Hiérosme Le Brun (le 27 septembre 1695) et sa seconde fille Marie Joseph Béatrice (le 25 novembre 1703).

48 Au même titre que les correcteurs et les auditeurs de la Chambre (ainsi que les conseillers du parlement de Bretagne), seuls le premier président, le procureur général et les deux avocats généraux servant dans l’un et l’autre semestres.

49 Arch. mun. Nantes, GG 476 (2 Mi Ec 175). Pierre est né le 6 février 1683 ; il a été reçu duc et pair de France le 11 décembre 1702.

50 La dame veuve se réserve cependant 3 000 livres par an de pension viagère à prendre sur les terres situées dans l’évêché de Rennes, ainsi que 800 livres de vaisselle d’argent et linges, sa chambre garnie au château de Carheil (à Plessé) et ses meubles se trouvant à Paris.

51 On ignore la date exacte du décès de Madeleine Le Brun, mais elle se situe forcément avant le 22 mai 1755, jour de l’inhumation à Monnières de Charles Le Coutelier de Penhouet, chevalier seigneur de la Sébinière, le Perray, etc., veuf de Madeleine Le Brun. Il s’est éteint à l’âge de 70 ans.

52 Fille aînée de François du Garspern et de Marguerite Even.

53 Près de la chapelle se trouvent une maison couverte de genêts et un petit courtil lui appartenant aussi.

54 Jean de Kergroas était parent (le père ?) de Maurice de Kergroas, désigné en 1664 comme tuteur et curateur des enfants mineurs des défunts seigneur et dame du Lojou. Jean de Kergroas avait épousé Marguerite Le Chaussec (la soeur de Jacques), ce qui explique la présence de Maurice de Kergroas dans les affaires de la famille du Garspern.

55 Le montant de la rente est inchangé à la date du 15 novembre 1724.

56 Les deux soeurs se réservent toutefois la grande salle, un grenier et l’emplacement de logements de domestiques.

57 Les deux turbots devaient leur être apportés à leur hôtel particulier à Guingamp chaque année au carême : le premier turbot au commencement du carême et le second à la fin.

58 Arch. dép. Côtes-d’Armor, B 482. Bertrand le Brun et son épouse ont payé 3 000 livres le jour de la vente, gardant les 30 000 autres livres à titre de constitution de rente au denier dix huit. Le couple allait donc verser chaque année au vendeur (à partir de mai 1690) une rente de 1666 L 13 s 4 d tournois jusqu’au parfait remboursement des 30 000 livres.

59 Lorsqu’en mai 1688, il achète le lieu de Coatgrat à Belle-Isle-en-Terre d’une valeur de 2400 livres, il ne verse rien car le vendeur Yves de Kergariou, seigneur de Kereven domicilié au manoir du Cozquer à Plounévez, lui doit déjà la somme de 4810 L 12 s 7 d.

60 Après toutefois confirmation de la sentence par les juges royaux.

61 Le 30 novembre 1675, par concession et permission du seigneur du Roudourou de l’époque, Claude Cornulier, cette chapelle prend le nom de chapelle Saint-Jullien et dessert la confrérie des marchands (Arch. dép. Côtes-d’Armor, E 935).

62 Arch. dép. Côtes-d’Armor, B 482. Le Roudourou est devenu propriété des Cornulier par le mariage, le 6 décembre 1601, du seigneur de la Touche et de la Haye Claude Cornulier avec Judith Fleuriot dame de Kerstanguy et du Roudourou, fille de Pierre Fleuriot seigneur des lieux, doyen des conseillers au parlement de Bretagne, et de Jeanne Loysel (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 2 Ec 64).

63 Les Cornulier étaient très présents au parlement de Bretagne. Ils monopolisèrent à eux seuls 33 offices. Il est vrai que la tradition parlementaire se léguait de père en fils, d’oncle à neveu – sans compter le gendre – ce qui favorisait l’existence de véritables dynasties (Jean Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, p. 258-259).

64 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 3 E 31/40-42 (notaire Brunot). Il n’est pas impossible que, dans l’accomplissement de sa « mission », le seigneur de Lannuic ait rencontré sa nouvelle épouse. Veuf depuis le 16 février 1771, il se marie le 2 juin 1777 avec Thomase du Boisberthelot à laquelle il avait vendu par deux fois, le 18 juillet 1774 et le 8 novembre 1775, des biens appartenant au vicomte de Carheil.

65 Ainsi de Béatrice Thérèse décédée le 3 mai 1684 à l’âge de quatorze mois. Elle fut inhumée le lendemain à Saint-Michel de Plouisy (Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 5 Mi 614).

66 Pas un seul homme, du côté de Marthe Le Brun, ne signe l’acte de mariage.

67 Michelle a été baptisée le 17 octobre 1706 (P. Paris-Jallobert, Anciens registres paroissiaux de Bretagne, Saint-Malo). Elle semble cependant avoir 25 ans lorsqu’elle épouse Louis Le Brun, qui en a déjà 40.

68 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3 E 299/15. En octobre 1738, Marie Gast (soeur de Michelle) demoiselle de la Vieuxville épouse le négociant Pierre Le Fer sieur de Chantelou. Le contrat de mariage, passé le 30 septembre précédent, stipule que la future épouse (baptisée le 5 octobre 1707) apporte une dot de 25 000 livres « en or et argent effectif et monnoye ayants cours » qui proviennent de sa légitime portion dans les biens mobiliers dépendant de la succession de son défunt père, mort quelques mois plus tôt le 10 mars 1738 (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 4 E 5188).

69 Marie Poitevin, baptisée le 15 juillet 1681, est la fille du sieur de la Résinière Henri Poitevin et de Servanne Lescuyer.

70 Arch. mun. Guingamp, GG 22. Ses compère et commère sont maître Joseph Guillon chirurgien juré de Guingamp et la demoiselle de la Vieuxville Marie Gast.

71 C’est-à-dire député par le Saint-Père, ici Innocent XII.

72 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 Mi 615. L’homme n’est pas un « étranger » pour le seigneur du Lojou : le 17 novembre 1704, Jacques Le Brun en a fait le parrain de sa fille Marguerite (Arch. dép. Côtesd’Armor, 5 Mi 614).

73 Arch. mun. Guingamp, GG 56. Bien que le mariage ait été célébré à Bringolo, l’acte figure inscrit comme « supplément au cahier de 1741 » de La Trinité, probablement parce que la mariée y demeurait. Gilles de Keroignant est décédé le 28 mars 1734 à Notre-Dame de Guingamp (Arch. mun. Guingamp, GG 23) et Marie Binet le 19 avril 1713 (Idem, GG 19).

74 Anne de Keroignant possède quand même assez de biens – venant sans doute surtout de la succession de sa mère (qui était fille unique) – pour être capitée au sein de la noblesse 22 à 42 livres de 1735 à 1741 (Tableau 10, p. 292).

75 La grand-mère paternelle d’Anne de Keroignant s’appelle Fiacre Thépaut.

Table des illustrations

Légende Tableau 8 – Schéma généalogique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8917/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Légende Tableau 9 – Schéma généalogique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8917/img-2.png
Fichier image/png, 291k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search