Version classiqueVersion mobile

Les Bretons au lendemain de l'Occupation

 | 
Luc Capdevila

Sixième partie. Le sentiment national en Bretagne à la Libération

Chapitre 20. Identité nationale et représentations de soi en Bretagne au lendemain de l'Occupation

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Avant d'achever cette étude sur la transition des lendemains de guerre, il est nécessaire de passer au maillage individuel, d'analyser l'état mental des citoyens et des citoyennes ordinaires au sortir de la guerre, afin de comprendre quelles furent les logiques qui orientèrent la définition de l'identité nationale à la Libération. Il était possible et légitime d'en rester à l'échelle de la société. L'analyse des comportements, de l'encadrement et de l'opinion moyenne a permis de saisir la mécanique sociale qui a entraîné le retour rapide à un ordre démocratique. Cependant, en amont des attitudes de groupe et des phénomènes d'opinion publique, agit un imaginaire collectif qui anime les individus. L'oublier et faire l'économie de rentrer dans les têtes entraîne la perte de certains éléments d'explication du mouvement social. Passer à l'échelle des individus permet de vérifier quelle était l'emprise réelle du discours dominant sur les populations et de saisir avec finesse quels furent les ressorts culturels qui impulsèrent les dynamiques collectives.

Les systèmes de représentations : éléments de la théorie

  • 1 Il est préférable de renvoyer à la bibliographie générale sur cette question et aux études histori (...)
  • 2 Cf. les contributions d'Ariette Farge et de Jean-François Sirinelli dans Bédarida F. (s.d.), L'his (...)
  • 3 Ici également, il est préférable de renvoyer à la bibliographie générale ; cependant, parmi les ou (...)
  • 4 La plupart des publications de Pierre Laborie mêlent la théorie et la pratique. Cela dit, quelques (...)
  • 5 Frank R. (s.d.), « Images et imaginaire dans les relations internationales depuis 1938 », Les Cahi (...)

2Les représentations mentales et les imaginaires sociaux sont au nombre des préoccupations importantes de l'histoire scientifique du 20e siècle1, ces trente dernières années, l'histoire des mentalités et l'histoire culturelle2 ayant fait de ce champ d'investigation un domaine privilégié des études historiques. Des publications récentes ont permis des avancées majeures en ce qui concerne la question de la méthode en histoire contemporaine, en transférant et en testant des outils élaborés le plus souvent à l'origine par les sociologues et les psychosociologues pour analyser des individus et des phénomènes sociaux du temps immédiat3. Les travaux de Pierre Laborie sur les phénomènes d'opinion et d'identité nationale dans la période 1930 / 19504 et une publication de l'IHTP réunissant des études sur le poids des représentations mentales dans les relations internationales5 proposent des instruments d'analyse ainsi qu'une méthode permettant désormais d'appuyer sur un appareil conceptuel éprouvé les analyses historiques centrées sur les représentations mentales. Pour ne pas laisser d'ambiguïtés sur le propos, deux points concernant l'objet étudié sont à clarifier : comment fonctionnent les représentations mentales ? que peut-on attendre d'un travail qui s'appuie sur l'image de soi ?

1°) Que sont les représentations mentales ?

  • 6 Geertz C., The Interpretation of Cultures, Basic Books, 1973.
  • 7 Ces quelques lignes théoriques s'appuient sur les auteurs déjà cités. Il s'agit essentiellement de (...)

3Les hommes et les femmes appréhendent la réalité à travers un système de sens propre à leur groupe6. Le regard n'est jamais neutre, tout objet vu est immédiatement interprété et reconstruit mentalement afin d'être rendu cohérent avec l'univers culturel dans lequel il est aussitôt inséré. Ainsi, les représentations mentales peuvent être définies comme une reconstruction mentale d'un objet réel. La reconstruction de la réalité dans les têtes obéit à un certain nombre d'invariants7 :

  • Traiter des représentations au singulier est une erreur conceptuelle, car les représentations fonctionnent en système, y compris à l'échelle de l'unité. Pour plus de clarté, même si sur ce point le vocabulaire n'est pas stabilisé, on considérera qu'un système de représentations est constitué de plusieurs éléments interactifs : les images mentales. Les systèmes de représentations peuvent être visualisés de la manière suivante : au centre du système est situé le noyau qui est une image forte, invariable, qui détermine la structure ; à la périphérie, existent des images mentales moins stables émanant du noyau central8. Par exemple, il a été observé un certain nombre de traits communs aux représentations de la collaboration sentimentale et de la collaboration économique9 : les unes et les autres reposaient sur l'idée de la séparation par rapport au reste de la nation. D'autres composantes habitent le noyau central ; elles font l'objet du développement qui suit. Néanmoins, on peut déjà considérer que ce premier élément est une des composantes du noyau central du système de représentations de la collaboration auquel sont reliées des images périphériques plus mobiles mais systématisées. Par exemple, la vision courante de la collaboration féminine est construite à partir des images de la luxure et de la délation ; la perception de la collaboration économique est liée aux images du lucre et du profit interlope. On constate déjà que, systématiquement, deux images sont associées à l'image du collaborateur, une qui a un rapport à la moralité, la deuxième qui repose sur un acte de trahison. Ces images évoluent suivant la nature de la collaboration mais aussi du locuteur ; par contre la structure du système est stable.
  • Les représentations mentales n'existent jamais isolément dès lors qu'elles sont une émanation culturelle. Elles sont connectées à l'infini à d'autres réseaux d'images mentales structurés et interactifs. Comme il a été remarqué précédemment10, le système de représentations de la collaboration sentimentale était relié à d'autres systèmes de représentations : celui de la collaboration, lui même intégré aux images du déclin de la France et à certaines représentations de la souillure morale/ souillure sociale ; celui également de la féminité, de la place de la femme dans la société et donc des relations homme/femme, etc. De même, il fallait rattacher les représentations de la collaboration économique aux images du profiteur de guerre, de l'embusqué, mais aussi à celles du paysan roublard, des mercanti ; il est possible de prolonger la démonstration plus en profondeur, en nouant des liens avec les images sacralisant la tempérance, le pain, les aliments de base et diabolisant la goinfrerie et les nourritures riches, celles de l'argent, du profit financier dans une société de culture catholique.
  • Toute reconstruction de la réalité entraîne une simplification. L'imaginaire réduit le réel afin de l'assimiler, pour le comprendre et le mémoriser ; en quelque sorte, les images mentales se rapprochent des caricatures. Ainsi, tout travail sur les représentations mentales conduit souvent à isoler des stéréotypes, des fantasmes, toutes ces images collectives fondements des pulsions que les individus essaient de maîtriser et de contraindre par la réflexion, la critique, la pensée nuancée. Par conséquent, un travail sur les représentations doit être humble et prudent, il est lui-même représentations. Il faut en être conscient et essayer de se dépouiller le plus possible de ses propres schémas mentaux pour rentrer dans la tête d'autrui ; ce n'est pas le plus facile mais c'est là un travail d'historien.

2°) Que peut-on attendre d'un travail qui s'appuie sur l'image de soi ?

  • 11 Peneff J., La méthode biographique, de l'école de Chicago à l'histoire orale, Armand Colin, 1990, (...)
  • 12 Moscovici S., op. cit., p.67.
  • 13 Ibid.

4Comment les gens ordinaires se disaient à la Libération ? La formulation du questionnement est essentielle : l'étude qui suit traite du verbe et non plus des faits11. Mais il ne s'agit pas d'une recherche de psychologue ni de psychohistorien : partir de la pensée individuelle ne permet pas d'accéder au collectif12, or la problématique est centrée sur la société. Par contre, « l'individu subit la contrainte des représentations dominantes dans la société, et c'est dans leur cadre qu'il pense ou exprime ses sentiments »13. Cette analyse sur l'image de soi s'intéresse aux caractères communs, aussi les individus réunis à cette occasion ont été réduits à des lieux logeant ces caractères communs. Il est donc nécessaire de rappeler certains principes théoriques sur lesquels repose l'étude de l'image de soi, dès lors que ce travail est fondé sur l'analyse des discours singuliers construits essentiellement sur l'épuration.

  • 14 Park R.-E., « La communauté urbaine. Un modèle spatial et un ordre moral », texte publié en 1926, (...)
  • 15 Comme l'écrit Robert Frank, « au fond, l'image de l'Autre est une image prétexte pour parler de so (...)

5L'homme est un animal social. En règle générale, les individus connaissent un besoin permanent d'identification au groupe ; ils ne supportent pas la singularité absolue et cherchent dans une quête quotidienne à se rapprocher d'une norme et à s'y tenir. Ainsi, l'image de soi est organisée par rapport au regard des autres et de l'image que l'on construit sur le regard des autres ; en quelque sorte, elle s'organise selon les canons d'un idéal conformiste supposés être ceux du groupe. De même, les individus s'inscrivent toujours dans l'anticipation plus ou moins consciente de leur propre avenir. À travers ses actes, à travers ses propos, chacun projette une partie de sa destinée, pensant ainsi prédéterminer son propre à-venir14. Il est évident que toute prise de parole sur l'épuration, à la Libération, à quelque niveau que ce soit, était codée. Mais que le discours sur soi ou sur l'autre15 fût sincère ou pas, n'est pas une donnée fondamentale pour ce type d'analyse. L'hypothèse est, qu'à travers la manière de se dire, les uns et les autres dévoilent leur perception optimale de l'identité nationale ; pour le moins, ils confient à travers le « je » l'itinéraire stéréotypé d'un compatriote ordinaire (parfois plus) resté digne dans la France occupée. Dès lors, il devient possible d'isoler le mythe national construit à la base.

  • 16 Laborie P., « Histoire politique et histoire des représentations mentales », op. cit., p. 169.
  • 17 Ruano-Borbalan J.-C., L 'identité l'individu, le groupe la société, Éd. Sciences Humaines, 1998, 3 (...)

6Cependant, il est nécessaire de prendre garde de ne pas sombrer dans le « psychologisme » qui ne permettrait pas d'accéder à la réalité sociale, mais aussi d'éviter l'écueil du « relativisme »16 car, tout discours sur soi dans le cadre de l'épuration, voire plus généralement à la Libération, repose sur des systèmes de défense de soi et d'accusation de l'autre, qui, à l'évidence, montrent des images mentales de l'Occupation qui ont changé depuis qu'elle a cessé. Aussi, le risque est de diluer les responsabilités des uns et d'en venir à nuancer à l'extrême et à considérer que la réalité n'était ni noire ni blanche mais que tout était gris. À partir d'une étude sur la manière dont les gens se disent à la Libération, il s'agit présentement d'essayer de faire émerger les fondements sur lesquels l'identité nationale reposait et de faire apparaître la première tranche mnémonique de la guerre élevée dès le lendemain de l'Occupation. Ainsi, pourront être proposés quelques éléments d'explication sur la rapidité de la sortie de guerre, la définition de l'identité étant au cœur de la compréhension de la mutation sociale17.

Comment les gens se disaient en Bretagne libérée

  • 18 Pour le détail des sources et méthodes concernant cette analyse le lecteur intéressé peut se repor (...)
  • 19 Entretien avec Henri Lecharles ; il se rappelait avoir assisté à certaines de ces représentations (...)

7Pour réaliser ce type d'analyse les sources posent problème18. La culture des citoyennes et des citoyens ordinaires ne les conduit pas spontanément à produire des archives publiques, ni à réaliser des œuvres culturelles qui permettraient d'appréhender, directement, leur imaginaire social (films de cinéma, essais littéraires ou politiques, recueil de lettres, etc.). Il existait un théâtre populaire, notamment en breton, qui a représenté, entre autres, la Libération et l'Occupation au lendemain de la guerre19. Aujourd'hui, aucun texte figé n'a été exhumé. Ces représentations populaires relevaient de la culture orale, leur trace risque d'être déjà perdue.

8Des sources documentaires existent, mais elles sont connexes. Étant donné que l'image de la collaboration était insérée dans un système de représentations du déclin de la France, la plupart des discours sur les « collabos » induisent un portrait tacite ou parallèle de la nation française. Or l'épuration au sens large a entraîné une production immense d'archives qui a permis de fixer la parole des gens ordinaires et leur vision de la France. La base documentaire réunie pour réaliser cette étude est composée par des textes de nature hétérogène. Il s'agit premièrement de lettres rédigées dans des contextes variés, dans lesquelles l'auteur parle suffisamment de lui et laisse transparaître sa vision de la nation à travers l'image qu'il donne de lui- même. Ce sont des courriers interceptés par le contrôle technique, des prises de contact avec le CDL ou l'administration, des demandes d'informations, des demandes d'emploi, des demandes d'appui ou de recommandation. L'épuration de voisinage conduisit également à une production écrite et archivée par le CDL ou le cabinet du préfet, à laquelle se rajoute le courrier des lecteurs publié dans la presse locale. Les petits faits d'épuration au bourg (graffitis, placards, vexations diverses, etc.), les tontes, les attentats, les perquisitions, les arrestations, etc. ont donné lieu a beaucoup de lettres provenant des victimes ou du voisinage (demandes de réhabilitation, d'aide, plaintes, dénonciations, etc.) et à des enquêtes de gendarmerie ou des RG, dans lesquelles les procès-verbaux collectent la parole des témoins, des plaignants et des suspects. Le deuxième fonds utilisé pour constituer la base documentaire a été réuni à partir des dossiers de procédure des chambres civiques et de la Cour de justice de Rennes. Lors du dépouillement, l'attention portait sur la (les) déclaration(s) du suspect et sur les témoignages grâce auxquels une histoire de la vie du prévenu peut être pratiquement reconstituée. Dans tous ces textes, les auteurs parlent d'eux-mêmes et confient leurs perceptions d'autrui ; il dévoilent ainsi, parfois directement mais le plus souvent en creux, leurs représentations de l'identité nationale dans la France libérée.

9L'analyse des prises de paroles conduit à isoler deux systèmes de représentations dominants à partir desquels il est possible de dégager l'identité nationale ressentie par le plus grand nombre, dans l'après-Libération en Bretagne : 1- le système de représentations de l'Autre à travers l'image du « collaborateur », 2- le système de représentations de soi à travers l'image du « bon Français ». D'autres systèmes coexistent, notamment les images de soi des résistants, celles des collaborationnistes et des séparatistes bretons non repentis, elles correspondent à des types d'individus minoritaires, voire exceptionnels pour ce qui est des collaborationnistes germanophiles. Les analyses du sentiment national et des systèmes de représentations de soi dévoilent une mémorisation de l'Occupation comme une phase pendant laquelle est apparue la menace d'une dilution de l'identité française ; le collaborateur apparaît comme un Français transnational alors que le « bon Français » est présenté comme celui qui a su préserver son identité. L'autre caractéristique apparue au cours de cette étude est la diversité des jugements portés sur l'Occupation et notamment sur le maréchal Pétain dès les journées libératrices et tout au long de la sortie de guerre ; le tissu national s'est ainsi resserré dans la diversité.

L'image de soi à travers l'image de l'Autre : le système de représentations générique du collaborateur ou l'affirmation presque unanime d'un antigermanisme entier

  • 20 Sainclivier J., « Culture politique...op. cit., p.23.
  • 21 En valeur absolue : 150 000 soldats allemands pour 2 300 000 habitants dans la région (nombre de 1 (...)
  • 22 Delporte C., « Les Alliés et l'occupant dans le dessin de presse de la Collaboration (1940-1944) » (...)
  • 23 Sur des milliers de dessins recensés, Christian Delporte en a repéré deux ou trois, tout au plus, (...)

10L'antigermanisme est devenu sous l'Occupation un sentiment de masse. Déjà la Bretagne rurale avait énormément sacrifié à la Grande Guerre en perdant 24 % des mobilisés20, mais après la débâcle elle connut une densité d'occupation particulièrement élevée et croissante de 1940 à 1944, aboutissant à un taux de 6,5 soldats allemands pour 100 péninsulaires à la veille de la Libération21. L'hostilité de la population à l'égard de l'occupant fut immédiate ; puis, cette aversion se structura et trouva un mode d'expression assez rapide dans le gaullisme et l'anglophilie. Les Bretons n'avaient pas la palme de l'antigermanisme, les autres Français partageaient ce sentiment. Travaillant sur les dessins d'humour dans la presse parisienne, Christian Delporte rapporte que même les caricaturistes collaborationnistes n'osaient brosser le portrait de l'occupant sous des traits trop favorables22. Certes, eux-mêmes étaient prisonniers de leurs cheminements professionnels antérieurs au cours desquels ils avaient caricaturé les Allemands. Devenus proallemands, ils n'avaient pas pour autant basculé dans la germanophilie. Mais encore, faire l'hagiographie de l'occupant était se mettre en porte-à- faux avec l'esprit dominant dans la population ; même en période d'occupation, les liens dialectiques noués entre la presse et son lectorat demeuraient dans une certaine mesure actifs, aussi les dessinateurs collaborationnistes évitaient de représenter l'occupant23.

  • 24 Crémieux-Brilhac J.-L., « 1914 dans 1940 », dans Becker J.-J., Winter J.-M., Krumeich G., Becker A (...)
  • 25 Burrin P., op.cit, p.296-303
  • 26 Ibid., p. 304-305.

11Cela dit, les relations franco-allemandes pendant l'Occupation furent complexes et n'ont pas été figées. Jean-Louis Crémieux-Brilhac a observé que l'image des Allemands avait pris forme humaine à la suite de la Grande Guerre, notamment dans l'imaginaire des combattants des tranchées24. En effet, passée la grande peur de la débâcle de mai / juin 1940, le dispositif de séduction / fermeté mis en œuvre par l'état-major allemand parvint à redresser positivement l'image des troupes d'occupation dans la tête des populations envahies, les Français qui s'attendaient au pire furent finalement rassurés, voire agréablement surpris de découvrir des Allemands « corrects », selon l'expression la plus répandue à l'époque. Très rapidement, l'image des Allemands s'est dégradée de manière significative, les traits de l'occupant allant se noircissant tout au long de la guerre. Mais le phénomène d'ambivalence fonctionne pour l'image des Allemands comme pour n'importe quel autre objet mental, les mêmes personnes pouvaient être sincèrement antiallemandes et d'authentiques patriotes tout en ayant de la considération pour les soldats en poste dans la commune, y compris lors des journées libératrices. Même si le sentiment proallemand a toujours été minoritaire et la germanophilie marginale, la promiscuité avec les troupes d'occupation fit que les Français se sont plus ou moins accommodés à la présence allemande. En travaillant sur des exemples parisiens, Philippe Burrin montre non seulement comment les Français se sont adaptés à l'Occupation, mais surtout comment dans un premier temps ils se sont intéressés à la culture allemande et en l'occurrence à la civilisation nazie, en fréquentant massivement les expositions organisées en coulisse par l'ambassade d'Allemagne, en se rendant aux conférences programmées par l'Institut allemand, en empruntant des livres à la bibliothèque de ce centre culturel25. Aussi, lorsque Philippe Burrin observe un déplacement rapide de l'intérêt des élèves et des parents pour l'apprentissage de la langue allemande à l'école, l'allemand devenant majoritaire chez les nouveaux élèves en 1942 dans le groupe des études de langues étrangères26, il signale un processus d'acceptation des populations occupées qui désormais pensent leur avenir dans un environnement germano-nazi stable, autrement dit en acceptant cette nouvelle réalité pour longtemps. On ne choisissait pas nécessairement d'apprendre l'allemand à l'école par goût, mais parce qu'il était utile d'en posséder les rudiments, ne serait-ce que pour faciliter l'obtention d'un ausweis à la Kommandantur, à moins que l'on ait eu peur en choisissant l'anglais de déplaire aux détenteurs du pouvoir et de faire par là courir aux siens des risques inutiles. Les exemples de masse développés par Philippe Burrin datent de 1940 / 1941 ; il note une chute des fréquentations à partir de 1942. Quoiqu'on en dise, l'amorce d'un processus d'acculturation s'était produit et les gens de l'époque en étaient plus ou moins conscients.

  • 27 Ce qui au demeurant est conforme à l'esprit des textes législatifs qui définissent les crimes de c (...)

12Le discours ordinaire construit sur la collaboration est pratiquement toujours disposé selon la même orientation, que l'on accuse ou que l'on se défende : le collaborateur est celui qui a pris le parti des Allemands au détriment des Français, mais, plus qu'un traître, il est un apostat de la France car la trahison l'a amené à renier son identité. Les systèmes d'accusation reposent sur un argumentaire essentiellement patriotique ; même lorsque les accusés sont des politiques, les arguments sont fondés sur les choix nationaux, rarement sur des engagements idéologiques27. A contrario, il est extrêmement rare que les accusés admettent avoir pris le parti de l'ennemi, ils construisent leur système de défense sur la négation de l'accusation de trahison ou prétendent assumer des choix prononcés au nom de leurs convictions patriotiques. Aussi, presque tous les locuteurs revendiquent, directement ou en creux, des sentiments et des attitudes antigermaniques sous l'Occupation, hormis les individus très impliqués dans la collaboration militaire.

13Commencer par une étude des mots et notamment des insultes permet d'accéder à un premier niveau très imagé des représentations sur la collaboration, et, implicitement, sur l'identité nationale, produites par les contemporains. Le langage courant est souvent très explicite. En demeurant courtois, on parlait des « traîtres », des « collaborateurs », des « collabos », des « trafiquants », des « profiteurs », des « malheureuses », tous termes relativement neutres qui pouvaient être prononcés à d'autres époques. Mais, lorsque les langues se délient, lorsque les plumes s'affolent, toute une gamme de locutions, parfois très grossières, traduisent une perception des collaborateurs selon un prisme identitaire, comme si l'acte de trahison les avait dénaturés. Les expressions peuvent être regroupées en trois catégories classées en fonction de la perte croissante de l'identité française.

  • 28 ADIV 215 W 32, chambre civique du Finistère, dossier AP, PV de gendarmerie, 17-01-1945.

14La première catégorie réunit les formules les plus répandues faisant des collaborateurs ceux qui avaient adhéré à la cause allemande en se soumettant volontairement à l'occupant. Il s'agit des « germanophiles », des « amis des Allemands », des « proboches » ou des « proallemands », des « fournisseurs de boches ». Les locuteurs ne s'embarrassent pas des nuances, les différentes expressions peuvent alterner dans la bouche d'un même individu. Collaborer, à un premier niveau, consiste à exprimer un véritable accord avec les positions allemandes, voire à aimer l'Allemagne et les Allemands. « Le seul reproche que j'ai à faire à ces demoiselles, c'est d'avoir trop aimé les Allemands qu'elles recevaient chez elles », disait un marin pêcheur finistérien, témoin à charge parmi les plus modérés lors de ce procès de deux sœurs collaboratrices28. Les « propagandistes proboches » sont à ranger dans ce groupe. Mais, le plus souvent, lorsqu'on glisse vers l'insulte, les collaborateurs sont désignés par des formules dévalorisantes qui stipulent leur absence d'honneur, de dignité, d'amour-propre, l'idée qu'il vendirent leur âme aux occupants pour en tirer des avantages matériels ; tels sont les « thuriféraires de la collaboration profitable », les « prébendiers de l'ennemi » ou les « domestiques cireurs de bottes boches ». Pour les femmes, lorsque les hommes parlent, toute une volée d'injures misogynes censées traduire très concrètement leur état de collaboratrices sonne à la cantonade, depuis les « femmes à boches », pour les plus inhibés, jusqu'aux « paillassons à boches », en passant par les « résidus des boches » et les « restants de boches », pour les moins délicats.

  • 29 ADIV 215 W 32, chambre civique du Finistère, dossier AP, avis du CLL
  • 30 ADCA 1140 W 56, dossier AH, PV de gendarmerie, 19-01-1945.
  • 31 ADIV 213 W Cour de justice, dossier M.A., PV de gendarmerie, 2-04-1945.

15La deuxième catégorie de locutions signale un transfert d'identité, une mutation en cours ; le collaborateur devient un Français transnational ; de ce fait il n'est plus tout à fait Français. Parlant d'une femme accusée de collaboration, le CLL de Cléden-cap-Sizun, qui avait constitué le dossier, concluait par « indigne de porter le nom de Française »29. « Elle détestait les Français », déclarait une commerçante de Plouaret au sujet d'une jeune fille accusée d'avoir « fait la vie » avec les Allemands30. Évoquant des miliciens du GAJS du PPF auteurs d'exactions dans le nord de l'Ille-et-Vilaine en juin / juillet 1944, des témoins à charge dénoncent explicitement des apostats de la France. « Un officier m'a même dit un jour que ces hommes étaient plus Allemands que les Allemands et c'était la crainte dans le pays disant même qu'ils avaient plus de droit que les boches », déclarait l'ex- maire de Tinténiac31. De même, l'expression plus courante « d'embochie » réservée aux femmes induit également un changement d'identité.

  • 32 ADIV 214 W 26 n° 376, chambre civique de Saint-Brieuc, lettre de Mme B au FN, 14-12-1944.
  • 33 ADIV 215 W 33, chambre civique du Finistère, dossier AP, PV de police, 21-10-1944, déclaration de (...)
  • 34 ADCA Le Républicain de Dinan, 11-10-1945, lettre d'un lecteur.
  • 35 ADIV 215 W 47, chambre civique du Finistère, dossier QC, lettre, 18-01-1945.

16La troisième catégorie n'établit plus de différence entre les collaborateurs et les occupants, désormais tous deux sont Allemands. À la Libération, l'expression « cinquième colonne » ne désigne plus les services d'espionnage ennemis, mais les collaborateurs au sens large. Étaient dénoncés ainsi les commandos PPF ou les miliciens SD préparés en Allemagne et envoyés en mission de sabotage et de renseignement dans l'hexagone fin 1944 / printemps 1945 ; de manière beaucoup plus large, l'expression caractérisait aussi tous ceux dont l'attitude à la Libération semblait prolonger les comportements considérés à l'époque comme relevant de la collaboration, notamment ceux qui pratiquaient le marché noir. La cinquième colonne participe de toutes ces expressions prononcées à l'emporte-pièce, souvent décalées par rapport à la réalité, mais ce sont là les locutions parmi les plus intéressants car leur spontanéité permet d'accéder à la pensée la moins inhibée. Quand on passait à l'insulte, on écrivait collabo avec un « k », « kollabo » ou « kollab ». Peut-être était-ce là une référence directe aux mots allemands de kollaborateur (collaborateur), kollaboration (collaboration) ou kollaborarieren (collaborer) créés à l'occasion de l'Occupation. Plus vraisemblablement, costumer le terme d'un « k » produisait une résonance germanique, on germanisait de facto le collaborateur, par un k comme dans Kommandantur. Depuis l'Occupation, lorsqu'on injuriait un collaborateur, on le qualifiait de « boche ». Dans une lettre de dénonciation, Mme B racontait une dispute à son domicile avec une voisine « collaboratrice » : son mari mit un terme à la prise de bec et chassa Mme P en la traitant de « sale boche »32. De même, un jeune garçon de Quimper prétendait qu'après qu'il eut traité sa logeuse de « boche », elle aurait porté plainte à la Kommandantur33. Certains sont moqués comme de « lamentables pantins in Germania » ; plus simplement, afin de dévaloriser le propos de l'adversaire, de le traiter par le mépris, on évoque des « querelles d'Allemands »34. Dans un état d'esprit similaire, il arrivait que les collaboratrices du cœur soient dénommées « femmes boches » ; dans ce cas précis, la disparition ou l'oubli de la préposition « à » était lourde de sens. Ainsi, il vient un stade où on ne fait plus la différence entre les occupants et les collaborateurs dans le vocabulaire ; accusant un concitoyen qui aurait tenu, entre autres, « des propos progermanistes », un habitant de Plonéour-Lanvern le dénonçait comme « l'ennemi le plus notoire de la commune »35.

17Toutes ces expressions étaient prononcées par les contemporains de manière instinctive et étaient le plus souvent indifférenciées. Aussi cette discrimination réalisée pour organiser cette collection de locutions n'autorise pas à dresser une typologie des représentations des collaborateurs dans l'après-Libération. En effet, toutes ces expressions s'appliquent aux différentes formes de collaboration, militaire, politique, économique, sentimentale. Il est donc préférable de les considérer dans leur globalité et d'isoler le thème fédérateur, l'idée générale qui permet de saisir une image générique du collaborateur : le collaborateur apparaît comme celui qui, en acceptant de servir l'occupant, a renié volontairement son identité française.

18En effet, en réinsérant les mots dans les systèmes d'accusation, l'image dominante du collaborateur, qu'il soit politique, militaire, économique ou sentimental, présente un personnage qui a changé d'identité ou qui était en cours de transfert, les systèmes les plus fragiles reposant sur le soupçon. Cet élément du système de représentations est organisé sur quelques images simples. Les témoins à charge reprochent aux prévenus de collaboration politique, économique, sentimentale de s'être laissés fascinés par le modèle germano-nazi, le pire étant d'avoir singé les occupants, de s'être travesti en Allemand. L'image dominante fait du collaborateur celui qui s'est toujours situé dans la perspective d'un futur ordonnancé par le IIIe Reich. Dès lors, il souhaitait la victoire de l'Allemagne, cette attente majeure le coupant de la nation car, a contrario, il ne croyait pas dans la victoire des Alliés, voire désirait leur échec ; in fine il aspirait à la défaite de la France.

  • 36 ADIV 214 W 60 n° 318, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de la PJ, 10-01-1945.
  • 37 ADIV 215 W 72, chambre civique du Finistère, dossier FM, PV de police, 2-05-1945.
  • 38 ADIV, 215 W 67, chambre civique du Finistère, dossier LC, PV de gendarmerie, 7-11-1944.
  • 39 ADIV, 214 W 53 n° 79, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 5-12-1944.
  • 40 ADIV 214 W 62 n° 376, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 4-04-1945.
  • 41 ADIV 214 W 56 n° 198, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 11 -01 -1945.

19Les témoins accusent souvent les collaborateurs d'avoir été séduits par l'occupant. « Elle avait une grande admiration pour les Allemands »36, racontaient les témoins au sujet d'une commerçante condamnée pour avoir tenu des propos favorables à la collaboration ; ces formules de dénigrement étaient très répandues et n'étaient pas réservées aux collaborateurs politiques ; ils recevaient « les Allemands en amis », affirmait un voisin au sujet d'un couple accusé de marché noir37. Les contemporains dénoncent également l'adhésion à un modèle social, les formules les plus courantes accusant de manière conventionnelle l'approbation des collaborateurs à l'égard du régime politique ou leur sympathie pour la société allemande en place à l'époque. « Cette femme vantait l'ordre nouveau »38, assure un témoin à charge contre une hôtelière ; accusée de collaboration sentimentale et économique, elle fut acquittée par la chambre civique ; « il avait une adoration pour le régime allemand »39, affirment des habitants d'Étables à propos de Y anciennement membre du groupe Collaboration. Ces accusations dénoncent l'assentiment à un ordre politique, la même personne pouvant être accusée de manière indifférenciée pour avoir admiré les Allemands et la société allemande. De même, les expressions de système allemand et de régime hitlérien peuvent être employés pour le même suspect mais par des témoins différents ; « (elle disait) qu'une dictature à la manière de celle d'Hitler serait salutaire au peuple français », déclarait une femme au sujet de sa voisine40 condamnée par la suite à cinq ans de dégradation nationale pour son attitude publique et ses propos favorables à la collaboration ; Suzanne, 21 ans, sans emploi, accusée d'être partie comme travailleuse volontaire en Allemagne était conjointement dénoncée pour avoir « loué », « idolâtré » le « régime hitlérien »41. Il s'agit à nouveau d'expressions très courantes qui ne sont pas réservées aux seuls prévenus de collaboration politique. Les personnes dénoncées par ces propos ne sont pas véritablement accusées d'adhérer à l'idéologie nazie, ces formules participent simplement de l'appareil argumentatif de mise en accusation de la collaboration ordinaire.

  • 42 ADIV 214 W 53 / 51 bis, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport de la sûreté, 31-08-1944.
  • 43 ADIV, 215 W 37, chambre civique du Finistère, dossier LD,PV de gendarmerie, 9-11-1944.
  • 44 ADIV, 216 W, Cour de justice, Morbihan, déposition de BL devant le juge d'instruction, 16-11- 1945
  • 45 ADIV, 214 W 58 n° 243, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 7-02-1945.
  • 46 ADIV, 214 W 58 n° 226, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 24-03-1945.

20Lorsqu'il s'agit de préciser la nature de la fascination, les témoignages en restent à des propos vagues ou anecdotiques : « il [...] considérait Hitler comme un homme surnaturel », déclarait un ancien élève de lycée au sujet de son professeur d'histoire42. L'admiration pour l'armée des vainqueurs, sentiment évocateur en réalité du choc de la débâcle de 1940, est un argument fréquent. « Je l'ai entendu dire, en parlant des Allemands qui défilaient dans la rue, que c'était là une troupe modèle sur qui nous aurions dû prendre exemple »43, rapportait un employé municipal au sujet d'un chef d'entreprise traduit devant la chambre civique pour collaboration économique et acquitté. Ces arguments sont à double effet, tout en accusant le voisin d'avoir été subjugué par l'ordre et la discipline allemandes, le témoin à charge signale implicitement qu'il dénigrait la France et ne croyait pas dans la victoire. Par exemple, un instituteur de Pluméliau disait d'un ancien collègue devenu milicien dans la formation Perrot : il était admira- tif « pour la discipline de l'armée allemande à laquelle il comparait le relâchement de l'armée française en 1940 »44. Dans le même ordre d'idée, des accusations pouvant sembler dérisoires signalent en fait que des propos bénins d'apparence devenaient obscènes dès lors qu'ils pouvaient passer pour être favorables à l'Allemagne, surtout lorsqu'ils étaient interprétés après coup, à la Libération, au regard de ce que l'on savait depuis. « Il a eu l'audace de me dire qu'en Allemagne on y était très bien et que l'on ne mourrait pas de faim », rapportait une cultivatrice sur l'un de ses concitoyens45. Dans des termes équivalents, un instituteur rapportait sur un habitant de Vildé-Guingalan : « il disait que les Anglais nous affameraient alors que les Allemands ne l'avaient jamais fait et que ces derniers ne nous avaient fait aucun mal »46.

  • 47 Par exemple ADIV 214 W 56 n° 199.
  • 48 ADIV 215 W 67, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 7-11-1944
  • 49 Ouest-France, 1-06-1945.
  • 50 ADIV 213 W 9 n° 167, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, rapport de la PJ, 21-12-1944.
  • 51 ADIV213W 11 n° 214, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de gendarmerie, 15-07-1945.
  • 52 ADIV 215 W 41, chambre civique du Finistère, PV de police, 13-09-1944.
  • 53 ADIV 215 W 52, chambre civique du Finistère, PV de police, 22-03-1945.

21Le pire est d'avoir imité les Allemands ; accusateurs et enquêteurs sont à l'affût de toute indication pouvant signaler la germanisation du suspect. Avoir pavoisé aux insignes de l'occupant est évidemment un facteur aggravant. Les témoins guettent les portraits d'Hitler accrochés dans les appartements ; lorsque c'est le cas, tous disent l'avoir vu47. Le témoignage est plus délicat lorsqu'il s'agit de lieux semi-publics telles les salles de restaurant. Néanmoins, dans le cadre d'une procédure, si lors d'une soirée le lieu a été pavoisé aux couleurs de l'Allemagne et que le propriétaire est mis en difficulté à la Libération, l'événement resurgit et participe du système d'accusation. Un « drapeau à croix gammée de 4 à 5 mètres de long » avait été suspendu dans sa « salle à manger », insistait l'ancien client d'un restaurant48. Il en est de même pour tous les autres signes, les « Heil Hitler », les saluts nazis le bras tendu, avoir revêtu un uniforme allemand. L'accusation peut porter sur le fait qu'un tel continuait de porter la tenue allemande alors qu'il était en permission ; une femme de Liffré accusant son mari affirme qu'il se couvrait d'un « bonnet SS »49 ; l'un des éléments de l'accusation à l'encontre d'une jeune militante MSR est qu'elle « sortait en ville avec la coiffure d'infirmière allemande »50. Les interrogatoires de tous les anciens membres de la formation Perrot s'appesantissent sur la description minutieuse de leurs uniformes SS. Quant aux miliciens, pensant atténuer leur culpabilité, ils précisent que, comme leur unité disposait de moins de treillis qu'elle ne comptait d'hommes, ils n'en n'étaient pas titulaires ; les tenues de combat du SD tournaient en fonction des missions. C'est ici un des aspects les plus sensibles des systèmes de défense et d'accusation qui est abordé lors des interrogatoires, car il concerne directement l'identité ; en se costumant en Allemand, le « collaborateur » s'amusait de sa nationalité. Ainsi, un ouvrier agricole dont le fils s'était engagé dans « l'armée allemande » confirme lui avoir donné son accord pour lui permettre, bien que mineur à l'époque, de partir comme travailleur volontaire en Allemagne ; il atteste l'avoir accompagné au bureau de recrutement pour lui faciliter les démarches. Par contre, il clame haut et fort : « quand il vint me voir habillé en soldat allemand je ne voulais pas le recevoir chez moi »51. Dans le même ordre d'idée, les témoins à charge insistent tous sur les actes annonciateurs d'un métissage, notamment la célébration des fêtes allemandes ou la participation à des fêtes anniversaires aux côtés des Allemands, tous les signes qui d'une manière ou d'une autre pouvaient signifier l'amorce d'un changement de nationalité. Témoignant sur l'épouse d'un entrepreneur accusé de collaboration économique une femme rapportait cette anecdote : « la mère dit à son enfant « viens vite « tonton allemand est arrivé » et l'enfant s'est précipité dans les bras de l'Allemand »52. De même, un commerçant prêtait les propos suivants à une marchande de Tréboul accusée de marché noir et de collaboration sentimentale, « la femme disait qu'elle préférait voir sa fille mariée à un bon Allemand qu'à un mauvais Français »53.

  • 54 ADIV 215 W 67, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 7-11-1944.
  • 55 ADIV 215 W 41, chambre civique du Finistère, rapport de police, 14-09-1944.
  • 56 ADIV 215 W 37, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 9-11-1944.
  • 57 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, déclaration de L devant juge d'instruction dans le c (...)
  • 58 ADIV 214 W 64 n° 52, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport des RG, 3-08-1945.
  • 59 ADIV 214 W 62 n° 376, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 4-04-1945.
  • 60 ADIV 214 W 64 n° 59, chambre civique des Côtes-du-Nord, déposition de LB au FN de Dinan, 15-12-194 (...)
  • 61 ADIV, 215 W 28, chambre civique du Finistère, déclaration de KF.

22Ces différents stigmates font du collaborateur celui qui s'est séparé de la communauté nationale. À propos de telle femme accusée de trafic et de complaisances de tous ordres à l'égard de l'occupant, on rapporte qu'elle disait : « les Allemands se conduisent bien, ils sont gentils, beaucoup mieux que les Français [...] après la guerre j'irai en Allemagne »54. Au sujet de tel homme accusé pour avoir mis son entreprise au service des Allemands, un inspecteur de police rapporte que : « le lendemain de la fusillade de Penhoat alors que Quimper était en deuil, une autre réception eut lieu chez M où l'on dansa toute l'après-midi au son du piano »55. Ainsi, l'une des composantes du système de représentations du collaborateur est l'espérance dans la victoire allemande, ce qui n'est pas toujours facile à démontrer. « Je ne l'ai pas entendu parler des Allemands, mais en raison de son attitude, j'ai l'impression très nette qu'il désirait la victoire allemande », disait un garde champêtre56, ou encore : « je comprenais qu'il souhaitait la victoire des Allemands », confiait un inspecteur de police sur un de ses collègues57. Cette image forte oppose le suspect de collaboration à l'un des éléments essentiels du système de représentations du Français patriote : ne pas avoir désespéré de la victoire finale. En souhaitant la victoire allemande, on ne pouvait qu'espérer dans l'échec des Alliés, donc aspirer à la défaite de la France. Aussi, ce caractère immanent à l'image du collaborateur le coupe irrémédiablement de la communauté nationale. Très souvent, les accusations portant sur le souhait induit de voir l'Allemagne vaincre sont appuyées par la confirmation de l'attente d'une défaite alliée ou de propos désobligeants à leur encontre. Les RG rapportent sur un médecin de Guingamp qu'il était « un anglophobe acharné et persuadé de la victoire allemande »58. Mme K disait de sa voisine qu'elle « se réjouissait des succès boches et des déboires alliés »59. Les souhaits de victoire allemande impliquent souvent des propos antialliés associés à des propos antigaullistes, voire à la supposition d'une espérance dans la défaite de la France. Un habitant de Dinan disait d'un officier démobilisé ayant adhéré aux amis de la LVF qu'il traitait régulièrement le général de Gaulle « de traître et d'assassin » et précise : « pour lui là seule victoire de l'Allemagne comptait »60. Plus radical, un facteur, participant à l'accusation d'une femme dénoncée pour espionnage par le CLL, et finalement punie à 10 ans de dégradation nationale pour propos antinationaux, déclarait : elle « se montrait satisfaite de la défaite française », elle disait : « il aurait été regrettable de voir les Allemands perdre la guerre »61.

  • 62 ADIV 215 W 52, chambre civique du Finistère, PV de police, 25-03-1945.
  • 63 ADIV 43 W 142, PV de gendarmerie, 18-08-1945.
  • 64 ADIV 216 W, Cour de justice, Morbihan, déclaration de JR devant le juge d'instruction, 16-11-1945.
  • 65 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de police, 26-10-1944.
  • 66 ADIV 213 W n° 41, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, rapport de la PJ, 6-12-1944.
  • 67 ADIV 215 W 29, chambre civique du Finistère, dossier FT, déclaration de MN.
  • 68 ADIV 214 W 63 n° 1, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport de police, 29-09-1944.
  • 69 ADIV 215 W 38, chambre civique du Finistère, rapport des RG, 31-10-1944.
  • 70 ADIV 215 W 38, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, déclaration de JP, 7-03-1945.

23En général, les témoins brossent le portrait du collaborateur en l'ourlant de commentaires dépréciatifs qui noircissent l'image de « mauvais Français » ou de « Français » mis entre guillemets. Les systèmes d'accusation et de défense étant organisés dans un contexte manichéen, les déclarations nuancées ne sont pas la règle. Mais la figure morale négative du collaborateur participe également du schéma explicatif de la trahison, tout en faisant du collaborateur un être d'exception dans la mesure ou le mal absolu ne peut être la norme sociale. L'une des images conventionnelles faisait du collaborateur un être animé autant par des convictions idéologiques plus ou moins affirmées que par le goût du lucre, par le sens de son unique intérêt, ou par des pulsions sordides ; à la fois un traître et un asocial, un petit délinquant ou une prostituée, voire un criminel pathogène. De ce fait, les caractères moraux des collaborateurs sont souvent stéréotypés, les collaboratrices sont des « débauchées », elles ont fait montre d'une « conduite déplorable », « éhontée » ; les foyers collaborateurs présentent des couples inversés, l'épouse est une virago, l'époux un pauvre diable soumis au sexe faible : « cette femme a été foncièrement mauvaise, elle dirigeait le commerce [...] le sieur X n'avait aucune autorité sur sa personne »62 ; les commerçants étaient « âpres au gain ». Les commentaires vont bon train et campent des personnages funestes. Tel commerçant « était un paresseux, un voleur »63, tel instituteur « était sournois et faux »64, ce policier « était sans ardeur au travail, médiocre, lâche »65, tel autre « était un noceur, prodigue, amoral, sans scrupules »66, « un sale individu [...] exécrable »67, « méprisable et méprisé avant la guerre »68. Dans le cadre d'un mode de pensée binaire, le « mauvais Français » renvoie au « bon Français », la même personne, qualifiée « d'individu de mauvaises conduite et moralité »69 dans le système d'accusation, devient « doux pour ses ouvriers »70 dans le système de défense.

  • 71 ADIV, 215 w 71, chambre civique du Finistère, dossier MP, PV de gendarmerie, 10-10-1944.
  • 72 ADIV, 215 W 52, chambre civique du Finistère, dossier HR, PV de police, 28-03-1945.
  • 73 ADIV, 215 W 55, chambre civique du Finistère, dossier LD, rapport de police, 10-01-1945.
  • 74 ADIV, 214 W 61 n° 351, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 29-11-1944.
  • 75 ADIV, 215 W 30, dossier AD, chambre civique du Finistère, déclaration de M.
  • 76 ADIV 215 W 67, chambre civique du Finistère, dossier LC, PV de gendarmerie, 7-11-1944.
  • 77 ADIV 215 W 37, chambre civique du Finistère, dossier LD, lettres de soutien de MS et de JD, 15-10- (...)
  • 78 ADIV 215 W 47, chambre civique du Finistère, dossier CQ, PV de gendarmerie, 18-11-1944.

24Autre image du système de représentations du collaborateur : la trahison perçue sous la forme d'une déviation. Ce Français dénaturé et de moralité douteuse s'est radicalement séparé de la nation en détournant au profit des Allemands un objet ou un service normalement réservés à la France, ainsi il porte un lourd préjudice à la masse des Français. Le détournement a eu lieu le plus souvent dans un cadre professionnel, ou dans celui d'une fonction, mais ce n'est pas une absolue nécessité. L'expression la plus répandue traduisant l'acte de trahison est : « a favorisé les Allemands », mais souvent le locuteur précise qu'en favorisant les occupants, « il » attentait à ce qui était dû aux Français. « Le marché noir, cette maison en a fait sa part, enlevant ainsi aux Français pour donner à l'ennemi »71, « R mettait un véritable zèle à servir les Allemands de préférence »72 Le collaborateur était donc celui qui, choisissant le parti de l'occupant, frustrait ses compatriotes de ce qui leur était nécessaire. Un tel, au vu du « commerce intense qu'il a fait avec les Allemands, priv(ait) ainsi les Français de marchandises dont ils avaient besoin »73. En ces temps de pénurie alimentaire, les déclarations deviennent très concrètes dès lors qu'elles concernent la nourriture, mettant l'eau à la bouche du témoin et de l'enquêteur par l'évocation de la trahison. « Il ravitaillait les Allemands en lard et en beurre à cette époque où les Français n'en trouvaient pas »74, « journellement il recevait les Allemands [...] il n'a livré aucun veau aux Français »75, « les meilleures bouteilles étaient pour les Allemands et pour les Français il n'y avait plus rien [...] aux Allemands il ne manquait rien alors que les pensionnaires n'avaient que des pommes de terre et du poisson à l'eau »76. La manifestation centrale de la collaboration, c'est-à-dire l'acte de trahison, amène l'idée que servir l'occupant a pour conséquence de priver les Français, de leur porter un préjudice grave ; cette notion est associée à toutes les formes de collaboration. Par exemple, le système de défense de tel industriel (accusé d'avoir aidé l'occupant alors qu'il occupait des fonctions à la municipalité de Scaër) est construit sur le récit de la fermeture de son entreprise afin d'éviter d'avoir éventuellement à répondre à des demandes allemandes de livraisons ; des témoins déclaraient à sa décharge que D « est un bon Français [...] il a abandonné spontanément son commerce de bois pour ne pas être obligé de travailler pour les Allemands », ou encore « a préféré arrêter sa scierie pour ne pas être mis dans l'obligation de travailler pour l'occupant n77. De même, exprimant son soutien à l'égard d'un autre industriel finistérien qui, quant à lui, avait continué de faire tourner son entreprise, un employé municipal déclarait : « il n'a jamais été un collaborateur, toutes ces marchandises il les livrait à la population civile à des prix raisonnables »78.

  • 79 ADIV, 214 W 53 / 51 bis, chambre civique des Côtes-du-Nord, déclarations à la sûreté, 31-08-1944.
  • 80 ADIV 214 W 54 n° 89, chambre civique des Côtes-du-Nord, déclaration au juge d'instruction, 8-02-19 (...)
  • 81 ADIV 214 W 54 n° 89, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport du délégué départemental à l'infor (...)

25Cette notion du détournement associé à la privation est présente pour d'autres objets ou services qui ne participent pas du ravitaillement. Le système d'accusation de tels élèves à l'égard de leur professeur repose sur l'idée qu'il détournait ses cours, au lieu d'assurer un enseignement patriote ou pour le moins impartial : « dans ses cours [...] a toujours fait ouvertement de la propagande pour l'Allemagne », ou « faisait beaucoup de politique en classe et ne cachait pas ses idées proallemandes », ou encore « faisait beaucoup de politique en classe et ne cachait pas ses idées nettement antigaullistes »79. La presse est un autre lieu exposé au détournement d'idées. Le journal de Dinan et de Saint-Malo a continué de paraître sous l'Occupation en publiant des articles collaborationnistes et explicitement favorables à la politique de collaboration. Dès lors, son directeur a été normalement traduit en justice dans le cadre de l'épuration. Or son système de défense est construit sur l'idée qu'il était contraint d'insérer dans son journal les articles que lui remettait la Propaganda Staffel de Saint-Brieuc, lui-même, journaliste de profession, ayant cessé d'écrire depuis l'armistice. Ainsi, son entreprise continuait de tourner pour le bien de ses employés sans qu'il abuse son lectorat pour autant, car « mes lecteurs étaient de vieux abonnés et des lecteurs paysans, qui [...] savaient parfaitement que j'étais obligé d'insérer les articles, ou bien comme les paysans, étaient indifférents à la politique et ne s'occupaient que des nouvelles locales »80. Dès lors, en ne détournant pas sa plume en la mettant au service de l'Allemagne (car dans cette perspective il aurait participé à un dispositif d'intoxication de la population), il ne trahissait pas, il ne trompait pas son lectorat. En continuant de paraître sous l'Occupation et, pour ce faire, en satisfaisant à la contrainte de publier des articles nommément allemands, on pouvait considérer que le détournement du journal était le fait de l'occupant et que, dès lors, les lecteurs n'étaient pas dupés quant à la qualité des textes qui leur étaient soumis. Le délégué départemental à l'information, qui avait préparé ce dossier et considérait la culpabilité du directeur comme « difficile à établir », caractérisait plus généralement la Résistance dans la presse au-delà de 1942 à partir d'actes concrets même modérés ; ainsi, on pouvait avoir résisté, « en n'insérant pas tous les communiqués, en les tronquant et les édulcorant et surtout en ne passant rien d'autre que ces articles obligatoires »81. Le système de défense du directeur du journal s'inspirait de cette casuistique.

  • 82 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de police, 30-08-1944.
  • 83 214 W 53 n° 255, lettre de YC au juge, 10-03-1945. Cette accusation n'a pas été retenue car il fut (...)

26La notion de détournement associée au préjudice est encore plus forte en ce qui concerne la sécurité immédiate des Français, c'est-à-dire pour ce qui participe de la collaboration policière, judiciaire, militaire. La police était tenue, en raison des statuts d'occupation et de la politique de collaboration, de transmettre aux autorités allemandes toute information relevant de leur ressort, notamment dès lors qu'il y avait atteinte aux biens des troupes d'occupation ou aux ressortissants du IIIe Reich. En fournissant des informations, voire pire en remettant des prisonniers nationaux aux Allemands, le policier français détournait son autorité : au lieu d'assurer la sécurité de ses compatriotes il les mettait en danger. C'est en ces termes que l'inspecteur X accusait son collègue Y, ex-inspecteur principal de police judiciaire à Rennes. L'épisode concernait un jeune homme un peu voleur et réfractaire au STO. Arrêté pour recel de tabac, l'affaire risquait de mal tourner, car il était recherché également par les autorités allemandes pour vol d'essence. X aurait alors demandé à Y, son supérieur hiérarchique, de libérer le jeune homme, car s'il prévenait le commissaire, celui-ci allait être tenu de prévenir la justice allemande en vertu de ses obligations. X se remémore la conversation suivante neuf mois plus tard. Après lui avoir dit qu'il fallait le relâcher en raison du STO, Y répond : « penses-tu qu'il n'y a que ça ? Il est recherché par les Allemands qui l'ont condamné à cinq ans de réclusion pour vol d'essence. J'ai un chef et je suis obligé de lui en référer ». X lui aurait dit alors : « ce n'est tout de même pas à nous de livrer des Français à des Allemands. Nous ne sommes pas des gendarmes allemands »82. Y comme le commissaire ne furent pas considérés comme des collaborateurs, la Cour de justice les acquitta, pourtant le jeune homme avait été livré avant de décéder deux jours après entre les mains du SD. Cela dit, l'accusation de X est organisée suivant la structure du système de représentations générique du collaborateur : le jeune homme qui avait été légitiment arrêté pour recel courait des risques dès lors qu'il était aussi recherché par la feldgendarmerie, il valait mieux le libérer plutôt que de respecter les statuts d'occupation car, dès lors, le policier mettait son compatriote dans l'insécurité tout en accomplissant un travail d'Allemand. Dans les cas extrêmes de collaboration militaire, les systèmes d'accusation pensent toujours la trahison dans le lien unissant le détournement de l'objet au préjudice des nationaux. C dénonçait ainsi l'ancien chef départemental des Côtes-du-Nord du parti franciste pour avoir tourné les armes contre des « soldats » français ; finalement la chambre civique de Saint-Brieuc le condamna seulement à la dégradation nationale. Il « a porté et fait délibérément usage d'armes contre les soldats de la Résistance, se mettant au service de l'ennemi. C'est la faute la plus grave qui puisse être commise »83.

27L'acte de trahison, dans le système de représentations générique du collaborateur, repose donc sur le détournement d'un objet ou d'un service au profit de l'occupant et au préjudice des Français. Le commerçant détourne ses produits, le paysan ses récoltes, le professeur sa parole, le journaliste sa plume, le militaire son arme, le policier son autorité, la femme son corps, etc. ; par ce geste, ils frustrent les Français de nourriture, de savoir, d'information, de protection, d'épouse, de jouissance. Par cet acte de trahison, le collaborateur se retrouve isolé de la masse des Français.

  • 84 ADCA 1140 W 5, comité d'épuration de Plestin-les-Grèves, PV des interrogatoires, 13-11-1944.

28Les systèmes d'accusation et de défense ne construisent pas les images du collaborateur en vase clos, elles sont articulées aux images des autres acteurs de l'Occupation : les résistants, les Alliés, le général de Gaulle, les Allemands. Suivant la position du locuteur et la nature de la collaboration, les représentations des autres acteurs se nuancent et s'adaptent à l'individu représenté. Les Allemands peuvent être diabolisés ou humanisés suivant que l'accusateur veut noircir ou édulcorer l'acte de collaboration, de même les résistants, les Alliés, le général de Gaulle sont plus ou moins héroïsés selon les traits du collaborateur. Ainsi, la figure de l'individu collaborateur est insérée dans le système de représentations générique du collaborateur, chaque récit parvenant à un équilibre propre avec les images des autres acteurs de l'Occupation. Une dernière composante majeure de ce système de représentations réside dans l'image des Français sous l'Occupation. Élément essentiel du système car il dresse le tableau de la nation dans la Seconde Guerre mondiale. Dans les systèmes d'accusation, le collaborateur est isolé de la masse restée plus ou moins patriote. Dans les systèmes de défense, les Français demeurent patriotes et le prévenu essaie de s'en rapprocher le mieux possible mais, surtout lorsque la défense est pensée par l'accusé ou un de ses proches, la tendance est à la massification de la collaboration, ce qui conduit à minorer l'acte pour lequel la personne est inquiétée. « Les cultivateurs apportaient beaucoup de denrées à longueur de journée (à la Kommandantur), je ne puis les citer tous, ils étaient légion » M.D., employé à la Kommandantur de Plestin-les-Grèves, terminait ainsi sa déclaration au comité d'épuration de la commune alors que, l'interrogatoire étant terminé, on lui demandait simplement s'il souhaitait apporter quelques précisions supplémentaires84.

  • 85 Il fut condamné à mort et passé par les armes le 21 juin 1946.
  • 86 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de police, 26-10-1944.
  • 87 ADIV, 215 W 72, chambre civique du Finistère, dossier époux FM, PV de police, 2-05-1945.
  • 88 ADIV 214 W 60 n° 318, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport de la PJ, 10-01-1945.
  • 89 ADIV 215 W 46, chambre civique du Finistère, dossier MP, rapport de la DST, 27-12-1944.
  • 90 ADIV 215 W 44, chambre civique du Finistère, dossier GM, rapport des RG, 16-08-1944.
  • 91 ADIV, 214 W 53 n° 79, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 5-12-1944.
  • 92 ADIV, 215 W 72, chambre civique du Finistère, PV de police, 2-05-1945.
  • 93 ADIV 215 W 71, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 10-10-1944.
  • 94 ADIV 214 W 63 n° 1, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport FFI de Bégard, 29-09-1944.

29L'image des Français est plus ou moins clairement définie, la mise en système l'opposant à celle du collaborateur. Ainsi l'accusation contre les collaborateurs consolide, a contrario, l'image des Français car, afin de mieux isoler le collaborateur, son caractère antinational est renforcé. C'est aussi le moyen pour le groupe d'affirmer son identité. Un policier participait avec ces mots à l'accusation de l'un de ses collègues engagé dans la milice Darnand à la fin de l'Occupation85 : il « ne cachait pas [...] ses opinions (il s'agit de la révolution nationale) qui lui valurent spontanément l'hostilité de ses camarades »86. Un voisin, témoin à charge d'un prévenu pour marché noir, disait qu'il avait « fait des histoires dans tout le voisinage »87. Cette image a pour prolongement dans la Libération l'idée que le collaborateur demeure très seul dans la population, celle-ci apparaît tacitement comme exempte de toute faute. Les expressions très courantes dans lesquelles un tel « est considéré par la rumeur comme un collaborateur notoire »88, ou « la population le considère comme un mauvais Français »89, ou encore « le voisinage est soulagé depuis son arrestation, très mal considéré dans le quartier »90, présentent l'ostracisme du suspect comme unanimement désiré ; cela dit, il s'agit d'une opinion publique qui est perçue ou ressentie par l'enquêteur, mais qui n'ai jamais mesurée. Elles rehaussent réciproquement le sentiment patriotique attribué au groupe et au rédacteur du rapport. Pour le moins, l'image de la communauté nationale sous l'Occupation apparaît en creux comme celle d'une nation qui s'est comportée à l'opposé du collaborateur. En disant « il comptait comme quelques autres traîtres sur une victoire allemande », le déclarant induit que la masse des Français n'a jamais espéré dans une victoire de l'Allemagne91. Accusant un couple de marché noir, plusieurs témoins racontent qu'ils avaient dû chasser tous leurs locataires Français afin de poursuivre leurs affaires sans être inquiétés : « ensuite tous les locataires furent des étrangers qui en faisant autant ne trouvaient rien à redire », plus précis, un autre avançait : « depuis ce jour les locataires furent Espagnols ou Algériens qui devaient sans doute les ravitailler »92 ; ils laissaient entendre par conséquent que les Français n'étaient qu'une infime minorité à pratiquer le marché noir, à l'inverse des étrangers. De même, concernant la « débauche » féminine et les lieux de plaisir, un habitant affirmait : « la maison P était un lieu de débauche où les Français n'avaient que faire »93. L'image des Français peut être beaucoup plus positive ; certains témoignages noircissent le portrait des suspects tout en rehaussant l'image des Français jusqu'à les élever en représentants d'une nation patriote. Tel collaborateur faisait la fête « alors que Quimper était en deuil » après que des Français eurent été fusillés. L'attitude face aux actions patriotiques lancées par la BBC donne lieu à des témoignages mettant en relation l'adhésion de la communauté tout entière aux mots d'ordre du général de Gaulle et la singularisation de l'accusé qui, dans ces récits, devient un véritable marginal. « Quand le 1er janvier 1941 le général de Gaulle demanda aux Français de manifester leur patriotisme en rentrant chez eux, seul, je dis bien seul dans Bégard, A osa se pavaner »94.

  • 95 Les Cours de justice disparurent en janvier 1951 ; lors du vote de la loi d'amnistie du 6 août 195 (...)

30Toutes ces images reposent sur des faits objectifs interprétés a posteriori, certains sont proches de la réalité, d'autres reconstruits, certains sont le fruit de la rumeur, parfois des spéculations. Il ne s'agit pas de rouvrir des dossiers de justice et de faire le procès de l'épuration. Les collaborateurs furent des traîtres authentiques pour certains, de parfaits criminels pour d'autres, des pauvres diables aussi, que des erreurs judiciaires aient été commises ne retire rien à un phénomène totalement encadré par l'institution judiciaire émanant d'un État de droit. Par contre, il est une évidence : les crimes et les délits de collaboration sont datés. Évidence dans les faits historiques, dès lors que plus on s'éloigne de la Libération plus les Cours spéciales sont gagnées par l'indulgence, jusqu'à ce que les amnisties tombent en bloc au début des années 195095 ; dès lors également que des ordonnances spécifiques ont été prononcées en cette occasion. Mais cette évidence apparaît également dans l'architecture du système de représentations générique du collaborateur (graphique n° 19).

  • 96 Voir supra chapitre 10.

31Le système de représentations générique du collaborateur (graphique n° 19) emprunte aux images du traître, aux images du criminel, tout en dressant le portrait d'un apostat de la France. Plus qu'un traître, plus qu'un criminel, le collaborateur est celui qui a renié son identité en participant à un processus d'acculturation. Plus qu'un traître, plus qu'un asocial, plus qu'un renégat, le collaborateur cumule toutes ces images négatives avec l'idée supplémentaire qu'il participa à l'abaissement des Français et accentua le processus de déclin de la France96. Réside ici l'un des principaux facteurs d'explication de l'importance prise par la répression de la collaboration sentimentale car, au sein d'un tel système de représentations, elle offrait un support très concret à cette phobie du métissage. Étant donné l'architecture générale de l'imaginaire social de la Libération, ce cas d'espèce de la trahison occupait pleinement sa place dans la galerie des Français transnationaux. Ce système de représentations pose les collaborateurs en une France inverse, à l'opposé du système de représentations de la nation, celle des « bons Français ».

L'image de soi : les vaincus de la Libération

32L'image de soi à la Libération repose sur l'affirmation d'être resté un Français patriote, c'est-à-dire « un bon Français » selon l'expression de l'époque, voire d'avoir fait de la Résistance, ce qui met à part les collaborateurs extrémistes passés à l'action militaire et quelques irréductibles séparatistes Bretons. Faire apparaître l'image de soi est aisé à partir de l'analyse des systèmes de défense, soit en recueillant la parole des accusés, soit en écoutant les témoins à décharge, les uns et les autres argumentant dans le sens qui leur paraît se rapprocher le plus de ce qu'un concitoyen aurait dû être sous l'Occupation pour gagner la considération de son entourage. Mais la position des locuteurs majore les représentations de l'identité nationale forgées par la mouvance de la collaboration et notamment les milieux conservateurs. Il est nécessaire de rééquilibrer par d'autres approches. Plus encore que pour l'analyse précédente de l'image de soi à travers l'image de l'Autre, la confrontation avec les systèmes d'accusation est indispensable, d'une part afin d'accéder aux autres milieux, d'autre part car l'interface entre les deux systèmes fait apparaître des non-dits. Cette étude sur l'image de soi nécessite également de collecter des sources documentaires qui ne sont pas directement liées à l'épuration afin d'obtenir un matériau permettant la confrontation avec des représentations forgées en dehors des conflits ; dès lors, l'image de soi ainsi dévoilée est moins travaillée, moins anticipée, plus immédiate.

  • 97 La formation Perrot et la milice Darnand participèrent à cette opération, mais l'action fut dirigé (...)
  • 98 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, interrogatoire devant le juge d'instruction, 22-08-1 (...)
  • 99 Les collaborationnistes par leur action prônaient l'alliance avec l'Axe, bien entendu, mais ils pr (...)
  • 100 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de la DST, 4-10-1944.
  • 101 ADIV, 214 W 51 n° 10, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 29-12-1944.

33Il est rare d'isoler des images de soi admettant la trahison. Mais certains collaborationnistes ont poussé leur engagement à des extrémités qui ne les autorisèrent à aucun retour, même par le biais du mensonge ou du délire verbal. Au moment du procès, leurs dépositions s'accordent avec le système d'accusation. L, chef militaire du GAJS / PPF en Ille-et-Vilaine, non seulement avait dirigé des actions armées de lutte antimaquis (il avait notamment conduit l'opération contre le maquis de Broualan et commandé l'exécution des huit résistants97), mais il avait également procédé à des interrogatoires extrêmement violents à l'encontre de résistants ; il suivait là les consignes du SD, disait-il. Il fut condamné à mort et exécuté le 7 novembre 1945, après avoir été arrêté à son retour clandestin d'Allemagne où il avait suivi une formation de commando. Cédant aux évidences, il consentit à reconnaître toutes les exactions dont il portait la responsabilité, il conclut sa déposition par ces mots : « je reconnais que me suis mis corps et âme au service des Allemands par idéal politique »98. Il avait rappelé précédemment son engagement précoce au PPF par anticommunisme ; au demeurant, sa déclaration est certainement très proche de la réalité99. H, soldat français du groupe SS d'autoprotection, prétendit dans un premier temps avoir été incorporé de force dans ce commando, puis il finit par convenir : « j'avais des idées anticommunistes et c'est en pensant lutter contre le bolchevisme que je suis entré en parfaite connaissance de cause dans une formation paramilitaire de police allemande »100. À un moindre niveau, tel artisan, membre du RNP, reconnaissait : « j'ai tenu des propos antialliés à l'égard des gaullistes et des Anglais [...] j'ai assisté aux défilés des troupes d'occupation et j'admirais cet ordre et cette discipline de chant [...] j'ai assisté à quelques séances de cinéma allemand, j'avais du reste une autorisation commune avec ma femme. Je ne pouvais aller au cinéma français car j'étais continuellement l'objet d'insultes »101. Ces déclarations s'insèrent plus ou moins dans le système de représentations générique du collaborateur, le prévenu répondant positivement en cascade aux questions de l'officier de police.

  • 102 En valeur absolue comme en valeur relative, c'est beaucoup moins que pour les autres parapolices r (...)
  • 103 ADIV 215 W 152, Cour de justice, Finistère, interrogatoire de L devant le juge d'instruction, 11-1 (...)
  • 104 Il n'a pas participé à la formation Perrot.
  • 105 ADIV, 215 W 49, chambre civique du Finistère, interrogatoire dirigé par le capitaine L, 12-10-1944
  • 106 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de la DST, 6-11-1944.
  • 107 Il est à préciser que les militants les plus durs ne sont pas rentrés en France ; quelques-uns son (...)

34Les militants séparatistes bretons les plus extrémistes assument pareillement leurs choix. Certes, les dossiers des principaux responsables de la milice Perrot ont disparu ; la plupart des miliciens les plus engagés n'étant pas rentrés en France, ils n'ont pas eu l'occasion de livrer leur déposition ; mais il en reste quelques-uns, d'autres membres du PNB ont été jugés, ce qui permet de collecter différents types de système de défense. Dans le contexte intensément patriotique de la Libération, l'opinion dominante en Bretagne percevait les séparatistes comme une honte régionale. Revendiquer une identité autre que française relevait d'une attitude radicalement anticonformiste et courageuse, quelques-uns risquent leur tête, deux l'ont perdue102. Néanmoins, une minorité affirme une identité nationale bretonne et annonce la poursuite d'une « lutte de libération » sous d'autres formes. « J'ai toujours pensé que seule la victoire allemande nous apporterait les libertés bretonnes », reconnaît un ancien membre du kommando SD de Landerneau103. Plus encore, cet enseignant de breton membre du PNB de sensibilité séparatiste104 se considère toujours en lutte contre l'occupant français. Dans le procès-verbal de l'interrogatoire, il commence par reprocher au militaire chargé de le questionner de lui faire l'apologie de la Résistance, en lui précisant que l'action menée par la Résistance sous l'Occupation le laisse totalement indifférent, car elle s'est battue pour un idéal qui n'est pas le sien : « je suis breton » - « Heureusement que vous n'êtes qu'une minorité », réplique l'officier, et l'enseignant de renchérir : « elle ne restera pas toujours une minorité [...] cela recommencera de plus belle »105. Un SS breton explique qu'il déserta la formation Perrot dès qu'il comprit que « la victoire allemande n'était qu'un mythe », en septembre / octobre 1944. Son désir fut alors « de rentrer en Bretagne où je voulais continuer la lutte contre la France », mais il précise que désormais il regrette ce qu'il a fait (il est interrogé le 6 novembre 1944 !) et voudrait seulement « que la France respecte mes opinions en ce qui concerne la langue bretonne »106. Ce type de déclaration est minoritaire en ce qui concerne les membres de la milice Perrot rentrés en France107.

35Mis à part quelques rares déclarants qui limitent leur engagement volontaire dans une unité du SD en certifiant qu'ils pensaient initialement être entrés dans un groupe d'autoprotection exclusivement breton, les miliciens justifient pour la plupart leur présence dans le groupe en reniant leurs engagements ; certains disent y être entrés pour échapper au STO, un milicien prétend avoir travaillé pour le 2e bureau, d'autres assurent avoir été trompés sur la nature allemande et paramilitaire de la formation, ils auraient cru adhérer à une « organisation de jeunesse ». Ils contestent en général qu'on puisse les accuser d'avoir fait du tort à d'autres Français.

36Les autres militants du PNB moins engagés dans l'action politique ou rattachés à la branche fédéraliste du parti ne développent pas un système de défense différent de celui des autres Français suspectés de collaboration. Ils revendiquent leur attachement à la France comme à la Bretagne et rejettent les séparatistes, ils se considèrent ainsi comme des patriotes franco-bretons et antiallemands. Le système de défense du chef de la section PNB de Plouhinec, adhérent du PNB en 1942, puis chef de la section locale début 1944, est caractéristique. Il commence par rappeler qu'il fut mobilisé en 1914, blessé en 1915 et pensionné à 20 %, puis se dit « républicain de droite » ; il montre ainsi l'authenticité d'un passé patriote de Français antiallemand et hostile aux tentations totalitaires. Puis il déclare :

  • 108 ADIV 216 W 4, chambre civique du Morbihan, PV de police, 23-05-1945.

« j'ai conseillé à plusieurs jeunes gens d'adhérer au PNB pour leur éviter le STO en Allemagne. Plusieurs [...] sont actuellement FFI et sont à l'origine de la résistance à Plouhinec [...] je ne me suis jamais inquiété du but recherché par celui-ci (PNB) [...] je n'ai jamais été partisan de la séparation de la Bretagne et de la France. Je suis breton et aime profondément tout ce qui est breton. Je me suis rangé à ce parti car lui seul semblait vouloir défendre les intérêts de la Bretagne. Je n'ai jamais eu la moindre relation avec [...] la formation Perrot. Pas un seul adhérent de ma section était affilié à ce groupement. »108

  • 109 C'est-à-dire un engagement militant de défense de la culture bretonne.

37Tout en revendiquant un certain bretonnisme109, il affirme son patriotisme français, sa culture républicaine et signale par son action politique qu'il a permis à des jeunes d'échapper au STO, induisant par ce biais qu'il aurait porté une part dans la responsabilité de l'établissement de la Résistance à Plouhinec, aussi réduite soit elle. Par ailleurs, il insiste sur son rôle dans l'absence de tout lien entre la section locale qu'il dirigeait, la totalité des adhérents au parti de la commune, et les séparatistes de la formation Perrot, preuve s'il en était que son encadrement était favorable à la France.

  • 110 Il existe des notes administratives qui témoignent de ce type de cas au début 1944. Sans toutefois (...)
  • 111 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, document autobiographique, 8-02-1945.
  • 112 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, interrogatoire devant le juge d'instruction, 6-03-19 (...)
  • 113 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, rapport d'expertise psychiatrique, 21-04-1945.
  • 114 ADIV 214 W 62, chambre civique des Côtes-du-Nord, lettre, 18-12-1944.
  • 115 ADIV, 216 W de 1 à 10 et 28, chambre civique du Morbihan.
  • 116 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, interrogatoire devant le juge d'instruction, 19-06-1 (...)
  • 117 ADIV 214 W 51, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de police, 12-10-1944.

38Plus généralement, les prévenus de collaboration, qu'ils soient accusés ou soupçonnés de collaboration militaire, politique, économique ou sentimentale, dans la mesure où il leur est possible de construire un système de défense (c'est-à-dire pour le plus grand nombre), inversent logiquement le système de représentations générique du collaborateur en présentant leur image de soi. L'idée principale repose sur l'affirmation d'être resté solidaire de la France et des Français pendant toute l'Occupation, éventuellement en avouant s'être fourvoyé dans ses choix, mais tout en étant resté conforme aux exigences qui leur semblaient s'imposer au nom de l'intérêt national. Tel ancien membre de la milice Darnand prétend s'être réfugié dans cette parapolice pour échapper au STO110 ; il assure non sans aplomb : « je me demande sincèrement comment ils ont pu croire un seul instant que j'étais persuadé, quand je soutenais devant eux (en juin 1944), avec la dernière énergie (il parle de ses anciens collègues policiers qui continuaient de le voir après qu'il s'était engagé dans la milice), que les Allemands gagneraient la guerre, alors que je ne l'ai jamais cru, puisque j'étais gaulliste dès 1940 et qu'il est de toute logique que croyant et professant la victoire dès cette époque, il n'était pas possible de penser différemment en 1944 »111. Cette affirmation laissa incrédules les témoins comme les juges, mais le procédé était courant. Prétendre qu'on n'avait pas rompu le lien avec la nation induisait le postulat qu'on avait partagé avec les autres Français l'espérance dans la victoire finale ou la souffrance, c'est-à-dire l'un des deux sentiments stigmates de l'identité française après l'Occupation. Ainsi, tel milicien PPF du GAJS assure avoir initialement refusé d'adhérer au PPF alors qu'il sortait de prison à la suite d'une condamnation de droit commun ; or il compare la maison d'arrêt à un camp de concentration ! « je sortais d'un camp de concentration où j'avais trop souffert et je ne voulais pas adhérer à un parti proallemand, j'avais gardé un trop mauvais souvenir des Allemands qui nous gardaient au camp de concentration »112. Dans la même phrase, camp de concentration est répété à deux reprises, le lieu est associé à la souffrance et le tout à l'antigermanisme. Ce milicien, jugé d'une intelligence inférieure à la moyenne et souffrant de troubles névropathiques113, par intuition ou par calcul, par cette déclaration se rapproche du cœur du système de représentations du bon Français. Le dernier exemple est intéressant car il inverse en une courte phrase l'ensemble du système d'accusation. Il s'agit d'un homme qui défend son épouse accusée d'avoir adhéré au PPF et d'avoir tenu des propos favorables à l'occupant ; elle aurait également travaillé à la Kommandantur de Tréguier alors que son conjoint était prisonnier de guerre en Allemagne. Il écrit dans une lettre adressée au président du CDL à Saint-Brieuc : « les propos qu'elle a pu tenir ne signifient nullement [...] de la sympathie pour l'occupant qui ne l'a pas, hélas, enrichie (comme beaucoup d'autres que l'on n'inquiète pas) et qui [...] lui a rendu un mari tuberculeux »114. Le procédé de défense est à la fois classique et original. Original car le mari défend sa compagne en lui transférant sa propre identité patriotique ; en général l'opération est inverse : l'accusé se protège en s'appropriant la mémoire d'un parent, celle d'un fils parti au maquis ou d'un père combattant des tranchées. Par ce biais il lui attribue toutes les qualités d'une bonne française : elle a connu la souffrance patriote en ayant été séparée de son mari captif de l'ennemi, elle a doublement souffert car il contracta en Allemagne une maladie grave, le lien n'a donc pas été rompu avec la nation. Par ailleurs, tout en la présentant comme une victime de la guerre, il affirme l'absence de trahison, dès lors qu'elle ne s'est pas enrichie en travaillant pour l'occupant ; autrement dit, en n'ayant pas tiré le moindre profit, elle ne put porter le plus petit préjudice à quelque Français que ce soit. Dès lors, tous les éléments convergent pour affirmer qu'elle ne pouvait ressentir de la sympathie pour les Allemands. En effet, l'inversion des images périphériques découle logiquement de l'idée force du noyau central : le fait de ne pas avoir rompu le lien avec la nation. L'être malfaisant se présente dès lors en victime, c'est ici un réflexe universel des accusés. 94 % des femmes de la poche de Lorient prévenues de collaboration sentimentale affirment s'être primitivement mises au service des Allemands pour des questions de survie ou après avoir subi des pressions morales, notamment la peur du STO115. Tel SS breton insiste sur ses maladies chroniques116. Quant à Marie-Claire, membre du MSR, elle assure : « je déclare avoir été victime de la propagande faite par la radio et la presse »117.

  • 118 Cf. supra chapitre 11.
  • 119 ADIV, 213 W 9, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de la PJ, 20-02-1945.
  • 120 ADIV, 215 W 42, chambre civique du Finistère, déposition du 22 septembre 1944 devant le 5e bureau (...)
  • 121 ADIV, 215 W 189, Cour de justice, Finistère, interrogatoire dirigé par les FFI, 16-09-1944.
  • 122 ADIV, 213 w 9, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de police, 17-02-1945.
  • 123 ADIV 215 W 34, chambre civique du Finistère, lettre sur papier libre.
  • 124 ADIV, 215 W 67, chambre civique du Finistère, lettre, 20-12-1944.

39L'inversion de la deuxième image périphérique conduit à affirmer l'absence de trahison, c'est un point essentiel pour verrouiller le système de défense. Les militaires, en règle générale, récusent l'idée d'avoir participé à des opérations armées ou d'avoir commis des actes violents à l'encontre d'autres Français. La collaboration sentimentale repose sur une ambiguïté de fond118. Pour preuve, la totalité des femmes de Lorient accusées d'avoir choisi leurs compagnons parmi les soldats des troupes d'occupation, traduites devant la chambre civique, affirment ne pas avoir dénoncé de compatriotes, cette question leur étant systématiquement posée par l'inspecteur chargé de conduire l'interrogatoire. De la même manière, Madeleine, accusée de travail volontaire pour les troupes d'occupation et d'avoir pris un Allemand pour amant, déclara : « je n'ai jamais porté le moindre préjudice à un Français vis-à-vis des Allemands. Je reconnais que je ne me suis pas très bien conduite durant l'occupation, mais il me semble que j'était bien libre de fréquenter qui je voulais »119. Annick, accusée de débauche et d'être une femme dangereuse, donne une réponse touchante de femme totalement enferrée dans un imaginaire social patriarcal ; elle se défend en disant : « je n'ai eu des relations avec les Allemands qu'entre 1940 et 1941, ensuite j'ai eu des amants français »120 ; à la manière de certains prévenus de collaboration politique, elle admet s'être fourvoyée au début de l'Occupation, puis prétend avoir rectifié son parcours de femme en ce qui concerne l'usage de son corps, en le réservant à des partenaires français. Le système de défense de l'ex-commissaire central de Brest est celui d'un policier. « Je termine ma déclaration en affirmant sur l'honneur n'avoir jamais failli à mon devoir de Français et qu'au contraire tous mes efforts ont été dirigés en vue de la protection, sauvegarde et délivrance des citoyens français emprisonnés par les Allemands »121. Pour ce qui est des travailleurs volontaires, lorsqu'il s'agit des hommes, ils laissent toujours entendre qu'ils profitaient de leur situation pour commettre des actes de sabotage ou pour ralentir la production, ainsi ils ne détournaient par leur force de travail au bénéfice des Allemands, donc ne nuisaient pas aux autres Français. Aimé, ex-membre du RNP et accusé d'avoir travaillé pour les troupes d'occupation, déclarait pour sa défense : « J'ai toujours saboté le travail des Allemands chaque fois que je l'ai pu [...] j'ai passé devant le conseil de guerre allemand en mai 1944, pour avoir refusé de décharger des wagons de munitions »122. Les prévenus de collaboration économique, entrepreneurs, commerçants, paysans, affirment ne pas s'être enrichis : « je suis resté dans mon maigre commerce qui ne me rapportait presque rien en les remerciant de leurs gros sous »123, ou ne pas avoir privé les Français : « maman [...] n'a jamais lésé en quoi que ce soit la clientèle française »124.

  • 125 ADIV, 215 W 28, chambre civique du Finistère, lettre de BG.
  • 126 ADIV 215 W 29, chambre civique du Finistère, déposition de l'accusé.
  • 127 ADIV, 215 W 51 chambre civique du Finistère, PV de police, 23-01-1945.

40La dernière image périphérique découle naturellement des trois autres : l'ensemble des arguments permet au défenseur de soutenir qu'il est demeuré français, pratiquement tous les prévenus clament leur antigermanisme et leur francité. Tel témoin assure que sa cousine accusée d'espionnage est une « Alsacienne et Lorraine élevée 100 % française par ses parents qui avaient beaucoup souffert de l'annexion de leur pays natal, elle est toujours restée imbue de sentiments patriotiques »125. « Je suis plus Français que ceux qui m'ont dénoncé », disait Fernand, membre du RNP ; « je n'ai pas profité de la victoire comme ceux qui ont profité de la défaite »126 ; l'argument est habile car il inverse les situations ; ce personnage induit qu'il était partisan de la Libération donc espérait la victoire et ainsi de suite, tout en accusant ses adversaires d'avoir mis la défaite (de 1940) à leur profit, l'intégralité du système de représentations du collaborateur découlant de cette accusation tacite. De même, Andrée déclara à la fin de sa déposition : « je n'ai jamais dérogé à mes devoirs de française, j'ai toujours eu une bonne moralité tant à l'extérieur que chez moi où j'ai aussi bien servi le civil que l'Allemand et je n'ai jamais fait ni recherché à faire aucun mal à aucun Français »127. Andrée était accusée à la fois de trafic et de relations suivies ; de culture catholique de droite très conservatrice, elle était opposée à la Résistance ; en janvier 1945, elle emploie désormais le terme « terroristes » avec hésitation. Sa déclaration témoigne d'une ambiguïté réelle car les civils sont des Français qu'elle différencie des Allemands donc des soldats ; en quelque sorte, elle aurait tendance à fondre les Allemands et les Français dans un même creuset, les militaires d'un côté, les civils de l'autre. Andrée dévoile ici, probablement, une identité nationale confuse en voie de métissage, mais son système de défense est de facture classique : elle n'a pas privé les Français, elle est de bonne moralité ; plus haut, elle dit avoir vendu des rubans tricolores et les avoir donnés aux enfants ; par conséquent, elle estime pouvoir affirmer sa francité en toute légitimité.

41Chacun essayait dans la mesure de son possible de retourner le système d'accusation pour construire sa défense : par l'affirmation d'avoir conservé le lien avec la nation par la souffrance, par l'espérance, par le patriotisme ; en se disant victime ; en récusant l'accusation d'avoir pu porter préjudice aux autres nationaux et en certifiant être demeuré Français. Le procédé est très répandu, il tient à la manière dont les interrogatoires étaient dirigés en fonction des ordonnances et des circulaires réglementant et organisant la répression de la collaboration. Les interrogatoires orientaient inévitablement, par le jeu des questions et des réponses, les systèmes de défense dans ces directions, d'autant plus que nombre de dépositions sont recueillies en présence d'un avocat. Cependant, les images de soi s'affirment en général à la fin des interrogatoires, lorsque l'officier de police ou le juge demande au prévenu s'il souhaite apporter des précisions, rajouter des compléments d'information. Alors, apparaît un espace de liberté permettant à l'accusé de s'exprimer, de dévoiler l'image de soi qu'il souhaite confier à l'enquêteur et entend laisser à ses juges.

L 'image de soi : l'image de Pétain à l'interface des systèmes de défense et d'accusation

42Dans l'après-Libération, la mémoire de l'Occupation est encore vive, le temps de la reconstruction est tout juste amorcé, la population dispose à l'époque d'une perception relativement lucide des événements qui venaient de se produire et du rôle qu'elle avait joué ; logiquement, les images de Pétain et du maréchalisme donnent lieu à des représentations protéiformes. Les Français avaient été nombreux à suivre le « noble vieillard » au début de l'Occupation, les liens affectifs tissés entre la population et « le vainqueur de Verdun » étaient encore vivaces au lendemain des journées libératrices. Plus que toute autre, l'image de Pétain ne peut être analysée sans tenir compte d'une chronologie fine des changements d'opinion dans l'après- Libération, et des cultures politiques.

  • 128 À l'époque, les premières enquêtes de l'IFOP étaient réalisées principalement en consultant les Pa (...)
  • 129 Delporte C., « Les caricaturistes épargnent le maréchal », L'Histoire, n° 179, 1994, p.61.

43L'opinion moyenne128 à l'égard de l'ancien chef du gouvernement de Vichy évolue très rapidement selon une même tendance dans l'après-Libé- ration, le sentiment de la culpabilité de Pétain ne cesse de croître jusqu'à atteindre un plafond à son retour de Sigmaringen suivi de son procès devant la Haute Cour de justice (graphique n° 18). En septembre 1944, 58 % des sondés refusaient d'envisager que Pétain puisse être condamné, ils n'étaient plus que 15 % à exprimer cette même opinion en mai 1945. Plus que la cristallisation du mécontentement économique et la recherche d'un bouc émissaire, la coalescence des populations qui se fit contre les collaborateurs et autour d'une thématique de la Libération entre septembre 1944 et mai 1945 est plutôt à percevoir comme l'un des moteurs de la dynamique de resserrement du tissu national de la sortie de guerre. Il est intéressant d'observer que la perception de la culpabilité de Pétain connaît une évolution voisine de celle de la dynamique du sentiment unitaire, avec une expression tout aussi proche des grandes tendances de l'opinion : au printemps 1945 les trois-quarts des sondés considèrent désormais que Pétain est coupable, mais seulement 40 % souhaitent une condamnation à mort, le quart de la population consultée pour ce sondage refusant l'idée de la culpabilité du maréchal ou se déclarant sans opinion. Pétain incarne les grandes ambiguïtés des Français dans l'après-Libération, du jugement implicite qu'ils portaient sur leur propre passé et de l'image de la nation qu'ils organisaient. Travaillant sur les dessins d'humour dans la presse parisienne, Christian Delporte montrait que Pétain était relativement épargné par les caricaturistes ; les compositions le concernant après la Libération restaient mièvres, sans méchanceté outrancière ; rares étaient celles qui s'acharnaient sur le maréchal129. Pétain est le plus souvent représenté comme un vieillard sénile et voûté dans des compositions sans relief et son retour de Sigmaringen ne modifia pas de manière significative le trait des représentations.

  • 130 Il en va différemment de la presse de la Résistance qui n'a jamais cessé d'attaquer le « calamiteu (...)
  • 131 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 1-07-1945.
  • 132 ADIV 43 W 136, rapport du commandant la 11e légion de gendarmerie, 23-06-1945.
  • 133 ADIV 43 W 136, rapport du commandant la 11e légion de gendarmerie, 23-07-1945.
  • 134 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 16-08-1945.
  • 135 ADIV 43 W 137, rapport du commandant la 11e légion de gendarmerie, 23-08-1945.
  • 136 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 1-08-1945.
  • 137 La sentence de mort fut commuée en une peine de détention à perpétuité dans une enceinte fortifiée (...)
  • 138 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 16-08-1945.

44Les diatribes lancées massivement contre Pétain en Bretagne sur la voie publique se manifestent à l'approche du procès130, au début de l'été 1945131. Les attaques les plus virulentes revendiquant la peine de mort pour le maréchal étaient en général émises depuis la mouvance communiste et plus généralement des milieux de gauche. Principalement dans le Finistère et les Côtes-du-Nord, où le PCF et ses satellites (notamment l'UFF et l'UJRF) étaient mieux représentés, plus épisodiquement en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan, de très nombreux tracts et affiches réclamant le plus souvent « le poteau pour Bazaine-Pétain »132, dénonçant plus rarement « Pétain l'hitlérien »133 ont été éparpillés la nuit dans les rues et collées sur les murs, de la fin du mois de juin au début du mois d'août. Le 14 juillet 1945, un défilé fut formé à Quimper à l'initiative du PCF, du FN et de la SFIO, un char sur lequel une potence avait été élevée ouvrait la marche134, tandis que les manifestants suivaient en brandissant des écriteaux sur lesquels était écrit : « Épuration - à mort Pétain - Laval - nous voulons une France propre et nous l'aurons »135. En quelques mots, le commissaire de la République décrivait l'esprit public sur le maréchal Pétain qu'il était en mesure d'observer dans sa région au moment du procès : « L'opinion s'intéresse [...] au procès du maréchal Pétain. Tandis que les partis de gauche et les milieux de la résistance demandent formellement la peine de mort, le reste de la population est divisé, non pas tant sur la condamnation de la politique de Vichy, que sur la personnalité du maréchal, son âge et son passé. C'est ainsi que le procès Laval, à raison de l'antipathie que soulève généralement sa personne, n'aura probablement pas d'effet néfaste sur l'opinion, qui condamne à la fois l'homme et sa politique. »136 Il écrivit un mois plus tard que la sentence de la Haute Cour condamnant à mort le maréchal tout en réclamant que la peine ne soit pas exécutée137 semblait « constituer une moyenne mesure entre les opinions en présence », dès lors que, si les partis « d'extrême gauche » réclamaient toujours la peine de mort pour Pétain, « le reste de l'opinion semblait en général escompter que l'accusé serait condamné à mort mais non exécuté »138. L'opinion était partagée face à l'homme Pétain. Un an après la Libération, ce que représentait le gouvernement de Vichy était largement honni par la population ; néanmoins, la condamnation morale infligée à Philippe Pétain était beaucoup plus nuancée, les liens sentimentaux rattachant le vieil homme et la nation n'étaient toujours pas unanimement rompus. Par ailleurs, la littérature grise émanant de la gauche notamment communiste stigmatisait « Pétain-la-défaite », soit directement, soit à travers l'assimilation au maréchal Achille Bazaine, le commandant en chef grand perdant de la guerre de 1870. Autrement dit, ce n'est pas sans réticence que l'opinion moyenne faisait le rapprochement entre Pétain et la politique de collaboration ; cette approche était plutôt réservée à Pierre Laval, à l'égard duquel on ne trouve la trace d'aucune espèce de sympathie.

Graphique n°18. L'opinion moyenne face à la culpabilité du maréchal Pétain après la Libération (en %)

Graphique n°18. L'opinion moyenne face à la culpabilité du maréchal Pétain après la Libération (en %)

source : RIOUX (Jean-Pierre), “L’épuration”, L’Histoire n°5, 1978, p.30 (sondages IFOP)

45L'analyse des systèmes d'accusation et de défense signale en effet un rapport complexe entre le gouvernement de Vichy, la politique de collaboration et la personne de Philippe Pétain, qui tient à la culture politique, car il est certain que les locuteurs habités par une conscience politique de gauche laissent moins de place aux états d'âme. Il tient aussi aux liens affectifs que la population noue habituellement avec le chef de l'État, liens d'autant plus forts qu'il s'agit du vainqueur mythique de la bataille de Verdun. C'est ici la principale pierre d'achoppement de la mémoire collective de l'Occupation en construction, telle qu'on peut la saisir à cette époque. En effet, les systèmes d'accusation puisent rarement dans l'outil « pétiniste » pour construire l'appareil argumentatif. Par contre, nombre de systèmes de défense reposent pleinement sur l'adhésion à Pétain et à sa politique. Certains n'ont pas abdiqué, ils se réclament toujours de la pensée du maréchal, d'autres disent regretter, s'être trompé, mais tous revendiquent avoir été d'authentiques patriotes, antigermanistes ; nonobstant, quand la question est posée, ils récusent toute fidélité à Pierre Laval. A contrario, les systèmes d'accusation les plus répandus font l'impasse sur Pétain, ils dénoncent la germanophilie, le collaborationnisme tout en laissant le maréchal à l'écart et, lorsqu'ils dénoncent les politiques de l'État français, ils appuient en général leur argumentation sur les mots Vichy ou Laval, très rarement en mobilisant le nom de Pétain.

  • 139 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de police, 26-08-1944.
  • 140 ADIV, 214 W 58, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 1-02- 1945.
  • 141 ADIV, 214 W 58, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 24-03-1945.
  • 142 ADIV, 214 W 58, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 23-03-1945.

46La dénonciation du « pétinisme », du maréchal Pétain et de la révolution nationale est en général du ressort d'un locuteur doté d'une solide culture républicaine de gauche ou dans la mouvance du PCF. Tel inspecteur de police qui se disait socialiste depuis toujours, mis sur la sellette à la Libération, il affirmait pour se défendre que « la révolution dite nationale (avait) [...] fait surgir au gouvernement et dans les administrations des personnes professant des idées dont j'ai toujours été l'adversaire, je n'en ai jamais été partisan »139. Tel secrétaire de mairie dit avoir été choqué lorsque le prévenu, devenu maire sous l'Occupation, l'a contraint de déposer la buste de Marianne pour qu'on lui substitue les portraits de Pétain et de Laval140. Ces prises de position interviennent dans un contexte de mise en accusation pour collaboration ; elles dénotent ainsi une assimilation entre révolution nationale, antirépublicanisme et collaboration avec les troupes d'occupation. L'exemple suivant est révélateur de cet état d'esprit ; il s'agit du procès d'un affairiste d'une petite commune des Côtes-du-Nord ; il essaya sous l'Occupation d'occuper le poste du secrétaire de mairie en se fiant à son entregent au sein de l'administration de Vichy et notamment, semble-t-il, en se liant avec l'horrible sous-préfet de Dinan, Mayade, exécuté à la Libération par la Résistance de Clermont-Ferrand. Dans le dossier, quelques rares témoignages de l'accusation associent pleinement son progermanisme, son adhésion à la politique de collaboration, à Pétain et à Laval. « Il avait des idées collaborationnistes [...] il me reprochait d'être gaulliste et de compter sur la victoire des Alliés. Il n'avait que le maréchal en tête et Laval. Aussi, disait-il à qui voulait l'entendre "suivons le maréchal " »141. Un autre témoin déclare qu'il « n'a cessé de professer des idées antinationales et proallemandes [...] la collaboration avec l'ennemi et l'obéissance au maréchal Pétain et à Laval [...] il obligea le maire et le secrétaire de mairie à afficher le portrait du maréchal Pétain à la mairie »142. L'instituteur de la commune, qui dirigeait également la Résistance locale, racontait que, quelques jours après la Libération, il fit accrocher un portrait de Pétain à la porte de son domicile, ce qui cible avec précision le chef d'accusation et change des croix gammées. La déposition de l'intéressé mise à part, ce sont là les seuls témoignages évoquant son parcours pétainiste.

  • 143 ADIV, 214 W 58, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport de gendarmerie, 23-03-1945.

47Toutes les autres personnes interrogées par les gendarmes, dont le maire, refusèrent de signer une déclaration écrite ; elles limitèrent leurs témoignages à ce qui concernait ses sentiments germanophiles, éventuellement ses propos favorables à Laval143.

  • 144 Très gros propriétaire foncier, il dirigea avant la guerre l'office de Landerneau et fut nommé par (...)
  • 145 ADCA 2 W 97, PV de gendarmerie, 29-09-1944.

48D'autres témoignages signalent le désaveu d'une partie de la population à l'égard de Pétain y compris de la part de gens de droite, mais ce n'est pas une attitude dominante. En effet, il semble que dans les têtes, la tendance moyenne était plutôt au refus de la confusion entre la révolution nationale et la collaboration, entre Pétain et Laval. Par contre, un désaccord flagrant apparaît entre une partie de l'opinion proche de la Résistance, de sentiments de gauche, qui percevait dans la Libération non seulement le retour à la souveraineté nationale mais aussi la victoire sur tous les fascismes, et l'autre versant national qui en restait à une perception patriotique de la Libération, un continuum reliant les deux parties. Dans la nuit du 19 au 20 septembre 1944, un cultivateur qui vivait aux confins du Morbihan et des Côtes-du-Nord, vit sa maison maculée par des croix gammées. Sous Vichy, il avait été désigné syndic de la corporation paysanne de la commune et était paraît-il un grand admirateur du comte Hervé Budes de Guébriant144. La victime s'offusque de cet attentat et porte plainte ; ce n'était que calomnie selon elle, on essayait de le faire passer pour un collaborateur. Les témoignages recueillis par la gendarmerie s'accordent pour confirmer qu'il n'avait pas collaboré, mais que comme il avait été syndic de la corporation paysanne, une rumeur circulait dans le pays laissant entendre qu'il aurait collaboré ; néanmoins, comme d'accoutumée à l'époque, les gendarmes ne parvinrent pas à obtenir le moindre renseignement sur le jeune homme qui vraisemblablement était l'auteur de la déprédation145. Ainsi, si les uns et les autres ne confondaient pas la collaboration et l'adhésion à l'idéologie de Vichy, il n'en demeure pas moins qu'un désaccord profond séparait l'opinion quant au jugement qu'il fallait porter sur cette période ; seule une minorité souhaitait inclure dans le processus d'épuration de voisinage les partisans du vichysme y compris lorsqu'ils n'avaient pas objectivement pris le parti de l'occupant.

49Le maréchalisme ne décéda pas à la Libération. Il est en effet remarquable d'observer la fréquence de la reconnaissance de la fidélité au maréchal dans les systèmes de défense. De très nombreuses images de soi montrent des individus qui construisent leur plaidoyer en se réclamant des idées de Pétain, en présentant leur attitude sous l'Occupation au nom d'un patrio-.

  • 146 ADIV 214 W 59, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de police, 13-02-1945.
  • 147 ADIV 213 W 5, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de police, 19-09-1944.
  • 148 ADIV, 215 W n° 57, chambre civique du Finistère, rapport des RG, 12-10-1944.
  • 149 ADIV, 215 W n° 57, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 6-03-1945.

50Délité à Pétain comme preuve intangible de l'expression de leur sentiment patriotique. « La politique du maréchal correspondait absolument à mes opinions [...] ainsi j'avais [...] l'impression de servir mon pays », disait un ancien délégué à la propagande et à l'information146. On observe ainsi des prévenus qui renversent l'accusation de collaborationnisme en brandissant le fanion du maréchalisme. Alfred, membre du parti Franciste, déclare avoir été floué sur les orientations de ce mouvement : « ils m'ont déclaré que cette organisation était faite pour le maréchal Pétain [...] je voulais en entrant à ce parti, collaborer avec le maréchal Pétain et non avec M. Bucard, car j'avais entendu dire que ce dernier était un fasciste »147. Cette déposition repose sur une certaine mixité : Alfred mêle deux arguments en un ; en affirmant sa fidélité au maréchal, il associe au sentiment patriotique la francité, induisant que son maréchalisme était antifasciste ; autrement dit, il certifie n'avoir pas été séduit par les sirènes totalitaires de l'ordre nouveau, donc être resté républicain, par conséquent être demeuré un Français dans toute son intégrité. De la même manière, Jean, gros cultivateur, membre du PNB et « homme du syndicat de Landerneau », dont les RG152148 pensent qu'il aurait appartenu aux chemises vertes, s'en défend, disant avoir combattu Dorgères et « ses idées de dictature à tendance fasciste »153149. Le fascisme était ainsi perçu comme une idéologie d'importation ; avoir été fasciste signifiait s'être laissé séduire par un modèle totalitaire étranger et principalement allemand, donc avoir franchi le pas vers le métissage culturel caractéristique du collaborateur. A contrario, ceux qui brandissaient la fidélité au maréchal pour se défendre, laissaient planer l'ambiguïté quant à la nature du régime politique auquel ils avaient adhéré ; pour le moins, les mots « dictature », « ordre nouveau », « fasciste » n'étaient pas associés au nom de Pétain ; alors qu'au sein de la presse de la Résistance, on continuait de dénoncer la « dictature du vieux bénisseur de Vichy » sans douter un seul instant de la nature du régime de l'État Français et de son idéologie réactionnaire.

51L'élément le plus révélateur des relations ambiguës tissées entre la population et l'État français s'inscrit dans le non-dit sur Philippe Pétain ; il est mis en relief dans les discours décalés qui séparent les systèmes de défense des systèmes d'accusation. Il est fréquent d'observer un prévenu se défendre en mettant en avant sa fidélité au maréchal et, d'autre part, de lire dans les déclarations des témoins à charge l'accusation de collaboration à travers la dénonciation de la germanophilie du suspect, accusation éventuellement consolidée par la prise en compte de son adhésion à la politique de.

  • 150 ADIV, 214 W 54 n° 100, chambre civique des Côtes-du-Nord, déclaration aux FFI, 25-09-1944.
  • 151 ADIV, 214 W 54 n° 100, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 8.03.1945.

52Ter à la Libération : « depuis l'occupation j'ai suivi la politique du maréchal Pétain »150. Par la suite, il prit de la distance, soit qu'il consolidait son système de défense, soit qu'il ait été happé par la dynamique du sentiment unitaire et cherchait à se rapprocher d'un état d'esprit plus conformiste ; au mois de mars 1945, le ton sur son engagement était plus nuancé, il déclarait : « pendant l'occupation, j'ai été partisan de la politique du maréchal Pétain parce que je croyais à cet homme »151.

  • 152 ADIV 214 W 64 n° 59, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 2-08-1945.
  • 153 ADIV 213 W 7 n° 132, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de police, 8-03-1945.

53Nombre de déclarations de prévenus montrent moins de certitude, voire moins d'arrogance ou d'audace, quant à leur engagement politique sous l'Occupation. Ont-ils le sentiment d'avoir perdu provisoirement ? donc, par réflexe, se font-ils plus discrets ? cherchent-ils à consolider leurs systèmes de défense, écoutant les conseils de leurs avocats ? évoluent-ils à la même vitesse que le reste de l'opinion ? « j'avais cru être sur la bonne voie en suivant le maréchal », déclarait un ancien ami de la LVF152. Edmond avait adhéré au groupe Collaboration ; il déclarait : « j'ai approuvé la politique du maréchal Pétain car j'avais confiance en lui et je voyais le salut de la France dans une entente avec l'Allemagne [...] Je tiens à dire que si j'ai un fils en Allemagne (il est engagé dans la Waffen SS), j'en ai un autre dans la Résistance et je joins à mon dossier une attestation relatant la conduite de mon fils aîné pendant la libération de notre pays [...] je regrette ma conduite sous l'Occupation, mais je tiens à dire que j'étais sincère, ne poursuivais qu'un but la grandeur et le bonheur de la France »153.

54L'appréciation des uns et des autres quant à l'à-propos de l'argument pétainiste tient d'abord aux faits réels et à la culture politique ; certains prévenus s'en servent à juste titre, d'autres l'utilisent pour franciser leur cheminement sous l'Occupation, la grande majorité des accusateurs ignorant cet angle d'attaque. Il tient aussi à la compréhension des enjeux du moment ou au bon conseil des avocats. Il tient également à la période dans laquelle les déclarations sont prononcées : plus on s'éloigne de la Libération, plus on se rapproche de l'été 1945, plus les mea culpa semblent nombreux. Mais le schéma dominant fait porter l'accusation sur le couple : germanophilie / trahison + adhésion éventuelle à la politique de Laval. La fidélité au maréchal pose problème, dès lors qu'on peut s'en réclamer pour se doter d'une identité de « bon Français », dès lors que la majorité des locuteurs hésitent à se lancer dans un débat contradictoire sur ce thème. Le problème est important, car, même si ce sentiment complexe relève de l'attachement à l'homme et pas à sa politique, le maréchal Pétain demeure le maître d'œuvre de la révolution nationale, de la collaboration d'État et le pourfendeur de la République. Ce sentiment complexe est un indicateur du refoulement de la mémoire qui s'était déjà amorcé à l'époque, dans le refus notamment de faire l'examen des choix objectifs qui avaient été accomplis pendant l'été 1940 en sabordant la République. Dès lors, il est nécessaire d'analyser le système de représentations du bon Français, c'est-à-dire : le Français ordinaire resté intègre sous l'Occupation qui participe désormais au redressement national.

L'image de soi : le « bon Français » et l'identité nationale

55Cette ultime analyse traite de l'image de soi et du regard qui était porté sur les « bons Français ». Ainsi, les fondements sur lesquels reposait l'identité nationale au lendemain de l'Occupation sont mis en lumière, les thèmes unificateurs qui permirent de resserrer le tissu national en dotant les uns et les autres d'une identité commune deviennent dès lors accessibles. Les individus qui dévoilent leur image de soi en dehors d'un cadre de conflit insistent moins sur leur sentiment patriotique ; néanmoins, ils présentent un système de représentations de soi qui est effectivement construit selon un schéma inverse au système de représentations générique du collaborateur, il est donc très proche des appareils argumentatifs de défense. En effet, le sentiment national des « bons Français » reposait sur une identité molle, difficilement fusionnelle avec le sentiment résistant produisant quant à lui une identité forte, presque étanche. Mais des ponts pouvaient être jetés entre les deux images de soi en raison de la proximité de certaines composantes, et les rapprocher sans les confondre.

56À l'identique du travail sur l'image des collaborateurs, l'étude des mots désignant les gens ordinaires met en relief les sentiments dominants. Le substantif le plus répandu, dans une proportion écrasante, est celui de « Français ». Ni citoyen, ni camarade, comme dans d'autres épisodes révolutionnaires, ni compagnon, ni patriote, réservé aux résistants, le plus grand nombre se disait Français. Le mot peut rester isolé ; un tel se dit simplement Français, des courriers se terminent en adressant des « sentiments de Français » ou de « Française », mais le plus souvent « Français » est inséré dans une locution superlative, la formule la plus répandue entre toutes étant « bon Français ». On se disait « bon Français », on qualifiait un autre de « bon Français », ou, de manière plus globale, le locuteur évoquait la population à laquelle il s'identifiait par la formule les « bons Français ». Dans certains cas, désignant autrui en souhaitant le valoriser, les formules employées majoraient de manière croissante la francité, « vrai Français », « vraiment Français » ; pour évoquer une personne qui sans avoir participé à la Résistance était néanmoins présentée comme ayant fait montre d'un comportement particulièrement honorable sous l'Occupation, on la désignait par la formule « excellent Français » ou on faisait précéder « Français » par l'adjectif « meilleur ». Ces expressions ne datent pas de la Libération, on les rencontre avant la Seconde Guerre mondiale, mais à cette époque elles se massifient jusqu'à l'écœurement. Tout est prétexte à employer le mot « Français », à se dire « Français », de préférence en transformant l'adjectif « bon » en un préfixe. Au sein du continuum qui relie la zone grise à la population résistante, ceux qui se considéraient comme des résistants dans l'âme se différenciaient de la masse des « honnêtes gens » en se disant « gaullistes ».

57C'est là un des révélateurs de cette identité nationale molle, caractéristique des hommes et des femmes libérés. Le lien national présent dans ces formes de désignation ne traduit pas un sentiment de fraternité, voire une identité politique comme dans citoyen, camarade, compatriote. Ces formules n'expriment pas non plus le sentiment d'avoir participé à la défense commune, comme l'aurait signifié la généralisation du substantif patriote ou Français patriote ; il est significatif que l'expression consistant à adresser ses « sentiments patriotiques » à la fin d'un courrier ne soit présente que dans des lettres écrites par des résistants. Seule la francité majorée le plus possible est présente et semble suffir pour être digne de la communauté de destin. Les citoyens ordinaires sont simplement français, comme si on voulait exprimer par là qu'ils avaient su préserver leur identité. Quant à la majoration systématique de la francité, ce besoin permanent de comparer les nationaux entre eux, n'était-ce pas là en creux l'expression d'un sentiment de culpabilité collective ? l'idée que chacun portait son lot de responsabilité au regard de la défaite et peut-être plus encore au regard d'une certaine déchéance nationale ?

58Le bon Français est doté de caractères immanents pleinement intériorisés par les individus, ils sont déclinés de manière invariable, dans les discours publics comme dans les textes intimes ou confidentiels, qu'ils désignent soi ou autrui, que le locuteur soit sur la défensive ou qu'il s'exprime en dehors de tout conflit. Le système de représentations du bon Français est déjà en place lors des journées libératrices et il semble stable, on n'observe pas de changements significatifs par la suite, dans les limites de l'après- Libération. Ainsi, le bon Français se rattache à une communauté de destin principalement caractérisée par la souffrance (morale et physique) due aux tourments de l'Occupation et par l'espérance dans la victoire finale. La communauté nationale a souffert car elle est restée digne, honnête, intègre, elle espérait car elle était fondamentalement animée par des sentiments patriotiques et ne pouvait accepter la défaite, l'image de l'individu étant construite sur le modèle communautaire. Le bon Français est à l'opposé du « collabo » car il a su préserver son identité, la communauté doit donc se protéger des collaborateurs comme elle a su se défendre des Allemands.

59Voilà brièvement décliné le schéma du système de représentations générique du bon Français (graphique n° 20).

  • 154 ADCA 1140 W 3, lettre du CLL, 26-08-1944.
  • 155 ADCA L'Aube nouvelle, 17-03-1945.

60Toutes les définitions collectives du bon Français reposent sur le thème de la souffrance. Le noyau central du système de représentations du bon Français identifie la communauté de destin à une communauté de souffrance ; par voie de conséquence, pour être désigné, ou pour se dire bon Français, il faut considérer avoir souffert sous l'Occupation, par opposition aux « collabos » qui se sont enrichis ou ont pris du bon temps. Ainsi, l'affirmation de la souffrance commune est souvent présentée par opposition aux comportements des collaborateurs. Le CLL de Paimpol, au lendemain des journées libératrices, demandait au CDL des autorisations d'embarquement nominatives pour la marine locale ; dans un courrier, il précise : « il serait injuste que les personnes ayant collaboré reprennent encore le dessus sur nos compatriotes qui ont tant souffert »154. Les « personnes ayant collaboré » correspondent certainement à des individus vis-à-vis desquels les reproches doivent être bien minces, les véritables traîtres étant internés. La dichotomie est donc établie dans cette phrase entre ceux « qui ont tant souffert », c'est-à-dire « nos compatriotes » et ceux qui ayant « collaboré » n'ont pas souffert et par conséquent ne sont plus nos compatriotes. Cette phrase est symptomatique de la perception selon laquelle on appréhendait la communauté nationale à cette date. La souffrance, pour le plus grand nombre, était synonyme de privations. Ainsi, de nombreux documents mettent en opposition l'abondance devenue obscène, les repas plantureux offerts aux occupants, traduits fréquemment par le substantif « orgie », et la pénurie, lot quotidien des Français, d'autant plus que, fin 1944 / 1945, la communauté nationale étant toujours soumise au rationnement, les ventres restés creux, l'imaginaire très actif décuplait les rêves de nourriture. Dans cet extrait d'article, l'auteur appelle à l'épuration notamment des trafiquants d'aliments qu'il oppose aux « bons Français » : « Nous souvient-il de ces restaurants où nos oppresseurs se gavaient de succulentes omelettes au lard, arrosées de calva et de fine. Et quels prix payaient-ils pour leurs orgies ? des sommes évidemment auxquelles les Français ne pouvaient songer »155.

  • 156 ADCA 1140 W 4, brouillon d'un rapport rédigé par F. Le Denmat, cultivateur délégué au 1er congrès (...)
  • 157 ADCA 1 J 16 n° 6342.
  • 158 ADIV 43 W 142, tract CGT, 1-05-1945.
  • 159 ADCA 1 J 16 n° 6342, tract B, non daté ni signé.

61Le bon Français, par définition contraint à des revenus modestes, avait connu la faim. La souffrance commune est en général perçue à travers l'action des responsables, les occupants et leurs collaborateurs, la mise en opposition permettant de fixer l'image des Français. Les causes de la souffrance sont souvent perçues dans le refus de tout compromis avec les Allemands ; le bon Français avait dû préférer endurer les rigueurs totales de l'Occupation plutôt- que de s'égarer en acceptant des arrangements, quelques accommodements avec l'ennemi, censés lui faciliter l'existence. Ainsi, le bon Français s'oppose au « collabo » qui vendit son âme à l'occupant pour tirer un bénéfice égoïste de la situation. Évoquant la « cinquième colonne » de l'automne 1944, ce délégué paysan précise : « ces exécrables traîtres [...] ne manquaient de rien pendant que les bons Français mangeaient du son [...] ils mangeant du pain blanc avec les Allemands »156. Le bon Français a également souffert en raison des détournements opérés par les collaborateurs accentuant les privations des nationaux ; dans ce cas précis, la souffrance commune permet de caractériser la trahison des « collabos ». Un tract rédigé vraisemblablement fin 1944, appelant à renforcer l'épuration, dénonçait « ceux qui ont favorisé l'Allemand au détriment de la famille française sans défense parce que laborieuse et honnête »157. Autre composante de la souffrance, articulée cette fois avec une image périphérique du système de représentations : la souffrance flatte l'honneur des Français car elle résulte de leur sens moral. Dans le cas présent, la probité et le sens du travail conduisirent tout honnête homme, les « braves gens », à ne pas s'immiscer dans les trafics ou toute autre action interlope, même pour survivre. L'autre responsable de la souffrance est l'occupant. Mais la mise en relation souffrance / occupant ne produit pas le même sens que souffrance / traître ; le deuxième couple aboutit à la valorisation morale des bons Français, tandis que le premier conduit à la mise en relief du sentiment patriotique. Un tract CGT distribué à Carhaix le 1er mai 1945 disait : « on semble ignorer la situation difficile où a vécu la classe ouvrière pendant les tristes années qui viennent de s'écouler. Elle a particulièrement souffert [...] particulièrement visée par le sinistre occupant, elle a payé un grand tribut158. Ce tract est inspiré par le mythe communiste du parti dit des « 75 000 fusillés », qui assimilait la classe ouvrière et son fer de lance, le PCF, à la Résistance. Dans le contexte culturel de l'époque, le « grand tribut » était une allusion explicite aux fusillés de la Résistance. Pourtant, la référence à la souffrance de la classe ouvrière est beaucoup plus évasive. En réalité, ce document fait implicitement l'amalgame entre la souffrance matérielle (c'est-à-dire les difficultés de ravitaillement, la baisse du pouvoir d'achat et le chômage), et le sacrifice à la Libération des martyrs de la Résistance. En effet, la souffrance apparaît comme le sentiment fédérateur permettant de rassembler la communauté nationale. Un autre tract, vraisemblablement écrit par un militant du FN, évoquait la France en ces termes : « le pays, celui des Résistants et des patriotes, celui de ceux qui pendant quatre ans ont souffert, mais ont vécu dans l'espérance d'un monde meilleur »159. Une différence de nature est établie entre les « résistants », c'est-à-dire ceux de la clandestinité, les « patriotes », autrement dit les FFI / FTP, et les autres, soit les bons Français. Mais tous ont en commun une identité nationale fondée sur la souffrance et l'espérance, deux sentiments essentiels qui font défaut aux « collabos » et les rejettent irrémédiablement de la communauté nationale.

  • 160 ADCA 2 W 96, lettre au préfet, 22-08-1944.
  • 161 ADIV 43 W 142, ordre du jour du comité de salut public, 24-08-1944.

62La communauté de destin réunit les nationaux par la perception du temps présent et du passé immédiat, en l'occurrence l'idée d'une population qui traversa la guerre dans les peines et les douleurs. La communauté de destin rassemble également les individus autour d'un projet d'avenir, en la circonstance est projetée l'image d'un peuple qui vécut l'Occupation dans l'attente de la victoire. Cette seconde composante du noyau central du système de représentations générique du bon Français est essentielle. Elle est directement liée à la souffrance, elle la rend crédible et lui donne l'envergure de la résistance morale. La souffrance ne pouvait être acceptée sans espoir, souffrir consistait à prendre patience, car on gardait foi dans l'avenir. A contrario, en désespérant on acceptait la défaite comme irrémédiable, on accomplissait ainsi le premier pas vers la collaboration. À l'opposé, espérer pointait l'aube de la Résistance, le rejet moral de la défaite, le refus d'envisager pour soi un avenir allemand. Apparaît à nouveau un composant inverse de l'image du collaborateur. La composante espérance est également présente dans tout type de document. Ceux qui se disent « les gaullistes de la première heure à la fin »160, à l'image des trois ou quatre membres du comité de salut public de Lorient qui voyaient dans le général de Gaulle le « représentant depuis 1940 (de) l'immense majorité du peuple français qui ne voulait pas s'agenouiller sous la botte de l'envahisseur »161, construisent cette image d'eux-mêmes, mais aussi d'une communauté nationale qui, à aucun moment de la guerre, n'aurait accepté la défaite, dès l'été 1940, sans jamais succomber au désespoir. Le bon Français a dû conserver ces certitudes pour mériter de la France à la Libération.

  • 162 ADIV 43 W 141, lettre de l'ex-gendarme LM au CR, 25-08-1944.
  • 163 ADIV 214 W 51 n° 16, chambre civique des Côtes-du-Nord, dix témoignages favorables disant notammen (...)
  • 164 ADIV 214 W 51 n° 16, chambre civique des Côtes-du-Nord, lettre au préfet, 2-12-1944.
  • 165 ADIV 214 W 51 n° 16, chambre civique des Côtes-du-Nord, lettre au CDL, 3-01-1945.

63L'exemple suivant est significatif ; il est hors contexte d'épuration, mais l'auteur du document essaie de réunir toute une collection d'éléments lui permettant de se doter d'une image de bon Français. L est un ancien gendarme radié des cadres pour intempérance ; dès août 1944, il présente un dossier de réintégration, prétextant qu'il aurait été révoqué par le gouvernement de Vichy pour des raisons obscures. Après enquête, Le Gorgeu refusa sa réintégration. Dans sa longue lettre, L égrène toute une série de faits censés prouver son attitude patriotique, voire résistante pendant l'Occupation. Le tout premier récit est une altercation qui l'aurait opposé à des soldats allemands le 13 janvier 1941 ; l'un d'eux l'aurait moqué sur la défaite et lui de rétorquer que « la France n'était pas morte et que la valeur combative du soldat français reviendrait tôt ou tard »162. Dans la chronologie de sa lettre, ses souffrances, en l'occurrence des « tortures » (on lui aurait tordu le bras), viennent après le récit prouvant que dès le début de l'Occupation la confiance dans une issue victorieuse du conflit l'habitait. Ce caractère identitaire est très présent dans les systèmes de défense. Un secrétaire du COSI multiplie les témoignages à sa décharge, tous s'accordent pour le dire bon Français163. Quant à lui, en dehors des interrogatoires dirigés par un officier de police, il insiste pour affirmer et prouver : « j'ai toujours eu confiance dans le général de Gaulle »164 ; son épouse dans des contextes équivalents construit sa défense sur la même thématique : « mon mari a toujours été un bon Français et n'a jamais cessé de croire dans la victoire »165. Ce système mettant en interaction la souffrance, l'espérance et le refus de toute compromission est présent dans les discours publics, notamment en provenance des milieux résistants ; ils témoignent des appels à l'unité répétés lancés par les résistants à la Libération avec pour objectif l'union de tous autour de la Résistance et de ses projets. Ce système est également très présent dans les systèmes de défense qu'ils soient encadrés ou non encadrés. On le trouve également dans les textes rédigés dans l'intimité et en dehors de tout conflit. Par exemple, Mme H de Rennes s'adressa au commissaire de la République afin d'obtenir un emploi pour son fils. Elle écrivait le 24 août 1944 :

  • 166 ADIV 43 W 141, lettre de Mme H de Rennes au CR, 24-08-1944.

« Nous n'avons jamais voulu travailler pour les Allemands, et parfois c'était dur pour y arriver, les salaires étaient loin de répondre au coût de la vie, et malgré tout nous avons tenu bon.
Mon mari a fait toute la guerre de 1914-1918 et au mois de janvier 1943 il a été mitraillé en service, étant chef de train à la SNCF en se rendant à Brest et hospitalisé presque deux mois à Morlaix et autant à la clinique Saint-Vincent de Rennes, 4 longs mois d'hôpital blessures terribles à 54 ans, et malgré toutes ces grandes misères nous sommes toujours restés bons Français et maintenant nous demandons que du travail. »166

64Mme H insiste autant sur la souffrance physique de son mari, que sur les difficultés économiques de son foyer, elle les mêle et les associe au refus de toute compromission, « malgré tout » revient deux fois, l'espérance est induite dans le « nous avons tenu bon », elle peut dès lors conclure légitimement sur leur identité de bons Français. Une autre image, déjà relevée précédemment, est présente dans ce système : le sentiment patriotique antiallemand exposé de manière à le rendre incontestable. Le document suivant ne fait que répéter la lettre de Mme H, il est construit suivant le même système de pensée ; il s'agit d'une lettre écrite par un commerçant ; il ne demande rien, il écrit seulement pour féliciter le commissaire de la République pour sa prise de fonction.

  • 167 ADIV 43 W 141, lettre de L, 21-08-1944.

« Depuis 4 ans comme beaucoup de Français j'ai souffert de l'agresseur et surtout de ses collaborateurs, mon grand père qui a vécu 1870-1871 et mon père qui a vécu 1914-1918 nous ont toujours élevés en nous faisant connaître que nous avions à l'est un voisin qu'il ne fallait pas perdre de vue. [...]
Jeune commerçant établi depuis 1940 (j'avais 30 ans à l'époque lorsque j'ai voulu me créer une situation) j'ai du subir les lois et les contraintes de Vichy qui interdisaient à tout jeune de se créer une situation commerciale sous prétexte que l'on n'avait pas d'antériorité.
Je n'ai pas désespéré de la vraie France [...] Je n'ai pas à regretter ces 4 années perdues, d'autres ont souffert plus que moi dans les camps d'Allemagne (mon frère revenu après 3 ans comme malade) [...] je suis entièrement de voter avec vous (sic) lorsque vous dites que justice sera rendue pour ceux qui ont collaboré ou qui se sont scandaleusement enrichis, tandis que les nôtres souffraient dans les camps ou risquaient leur vie dans la résistance et le maquis. »167

  • 168 ADIV, 213 W n° 632, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, première audition devant le juge d'instructi (...)

65La suite de la lettre dévoile en réalité les craintes de ce commerçant à l'égard de la tournure que pourrait prendre l'épuration et il lance, à son niveau, un appel à l'union et au travail. En quelques lignes, la souffrance est citée trois fois : dans le premier paragraphe afin de mettre en avant son appartenance à la communauté nationale, « comme beaucoup de Français » ; dans le troisième paragraphe, pour reconnaître que d'autres avaient souffert plus que lui, dont son frère, ce qui est un moyen pour se rattacher par cognation au groupe en quelque sorte le plus noble des Français, puis par l'usage du possessif « les nôtres » qui implique à la fois le rejet des collaborateurs de la communauté nationale et son propre rattachement à la nation. L'espérance n'est présente qu'une fois ; par contre, il insiste sur le sentiment patriotique antiallemand dont il se dote par le jeu d'une filiation ancienne. Parler d'identité patriotique est trop fort car il ne semble pas, en dehors de son frère vraisemblablement interné dans un stalag, que le grand-père et le père aient combattu pas plus en 1870 que lors de la guerre de tranchées : l'héritage auquel il se réfère est celui du sentiment antigermanique. La construction de l'image de soi en fait un bon Français : il a souffert, il a espéré, sa famille est antiallemande depuis plusieurs générations. L'espérance se prolonge dans la foi dans l'avenir de la France libérée, censée découler mécaniquement d'un sentiment développé sous l'Occupation ; celui qui espérait dans la victoire reste un bon Français dès lors qu'il a confiance dans le redressement de la France. L'ex-intendant du maintien de l'ordre en Bretagne, associait les deux espérances devant le juge d'instruction : « j'ai toujours eu foi en l'action du général de Gaulle, foi en l'action des Alliés, foi en la France nouvelle, foi en l'avenir d'une République régénérée »168. La montée de l'espérance respecte une progression chronologique exemplaire, il commence avec le 18 juin 1940 pour terminer par la IVe République. Certes la formule est caricaturale. Le personnage manque de certitudes et risque sa tête. Mais insister à ce point sur des anciennes convictions patriotiques, sur toutes ces espérances, témoigne de l'importance qui était attribuée à ce caractère dans la construction des identités.

  • 169 ADIV 215 W 34, chambre civique du Finistère, dossier PS, lettre plaidoyer de PS.
  • 170 ADIV 213 W n° 230, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de la DST, 22-11 -1944.
  • 171 ADCA 2 W 96, lettre, 3-12-1944.
  • 172 ADM, M 13 240, contrôle technique interceptions, lettre de Mme T, 3-01-1945.

66Les images périphériques découlent logiquement du noyau central consolidant l'identité du bon Français : il lui est attribué le sens moral, le sentiment patriotique et une absence totale de toute compromission avec l'occupant. Ces trois éléments ont déjà été abordés, l'analyse de tout système par principe étant globale il est difficile d'étudier séparément les différents éléments qui fonctionnent en interaction. Néanmoins il est nécessaire de poursuivre le développement linéaire de cette étude, image par image, pour parvenir à la mise en place de la structure d'ensemble de ce système de représentations. L'une des images périphériques fait du bon Français un être digne. Elle va de soi, c'est le propre d'une pensée binaire. « Honnête », « propre » au sens moral, sont des adjectifs très répandus, « digne » est aussi très fréquent, et « bon » est quasiment systématique. Tous ces termes amènent l'idée d'une absence totale de compromission avec les Allemands ; cette notion renvoie évidemment à l'image du collaborateur. La très grande majorité des systèmes de défense repose sur la négation de toute composition avec l'ennemi : « j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour ne pas travailler pour le compte des Allemands »169 est un argument très courant de la part d'un prévenu accusé de collaboration économique. L'un des responsables AS pour l'Ille-et-Vilaine défendait l'un de ses amis ex-membre du RNP à Orgères ; il disait de lui : c'est « un bon Français », car « loyal », « il ne s'est pas mésallié du point de vue patriotique »170. Le refus de toute compromission y compris du moindre contact est un sentiment très intériorisé. Un vieux paysan de Plérin qui se sentait menacé par ses voisins écrivait au préfet : « lon macuse d'avoir collaborer avec les boches ; par suite de réquisition, ma ferme a été occupée par eux, nous avons cohabité la même maison, contre mauvais cœur, j'ai été toujours très correct avec eux (sic) »171. Ce cultivateur se défend d'avoir noué tout autre type de relations avec l'occupant allant au-delà de celles qui lui avaient été imposées. Les formules « cohabité », « mauvais cœur », « très correct » (sous entendu du point de vue patriotique) signifient l'absence de toute compromission, y compris morale. Le bon Français est celui qui, n'ayant jamais accepté l'Occupation, évolua dans les années noires au contact des Allemands car il y était contraint mais en les haïssant, ou en les ignorant, pour le moins sans leur faciliter la tâche. Une Vannetaise exprimait implicitement cette idée à une amie, dans une lettre interceptée par le contrôle technique où elle évoquait le cas d'un maire d'une commune voisine : « certes il a été nommé par Vichy, mais je ne doute pas de ses sentiments Français »172.

  • 173 ADF 210 W 49, tribunal de grande instance de Morlaix, PV de gendarmerie, 27-03-1946.
  • 174 Ibid., 5-04-1946.
  • 175 ADIV 43 W 141, lettre de Mme Tau CR, 11-08-1944.

67Cela dit, la perception des seuils de compromission avec les Allemands diffère suivant les contextes. Hors conflit, des locuteurs signalent aisément avoir travaillé pour l'occupant sans exprimer pour autant le sentiment d'avoir trahi. Ainsi, un officier racontait une conversation informelle qu'il avait liée dans le train avec une autre passagère, certes début 1946. Ils parlaient de l'affaire des otages de Saint-Pol-de-Léon ; or celle-ci lui rapporta qu'étant employée à l'époque comme interprète des Allemands de Roscoff, elle savait qui les avait dénoncés173. En réalité elle était cuisinière174 ! Ainsi, dans le cadre d'une conversation totalement libre, cette femme non seulement n'hésita pas à dire qu'elle s'était mise au service de l'occupant pour donner plus de poids à son récit, mais surtout, pensant se mettre en valeur, elle mentit sur sa condition ; or, en inventant une fonction d'interprète, elle majorait ce qui aurait été perçu en d'autres circonstances comme une attitude collaboratrice. Pourtant, il ne semble pas que son interlocuteur ait été choqué. De la même manière, une réfugiée brestoise à Rennes qui cherchait un emploi juste après le départ des Allemands faisait accréditer ses compétences professionnelles acquises auprès des Allemands. Afin de consolider sa demande auprès de la préfecture, elle écrivait : « j'ai travaillé pendant trois ans dans les bureaux allemands (il n'y avait que cela) je ne suis pas dactylo mais je connais le travail de bureau »175. On pourrait voir là de l'inconscience de la part de cette femme seule, l'expression d'une incompréhension totale des enjeux du moment ; or à l'image de l'officier, l'employé de la préfecture chargé de classer le courrier se contenta de l'étiqueter en tant que : demande d'emploi. Lui non plus ne semble pas avoir été choqué par cette demande.

  • 176 ADCA 1140 W 5, lettre au CDL, 24-11-1944.
  • 177 ADCA 2 W 95 dossier Erquy, lettre d'un commerçant au préfet, 17-08-1944.
  • 178 ADCA 1140 W 3, déclaration au comité d'épuration de AC, 23-11-1944.
  • 179 ADIV 215 W 189, Cour de justice, Finistère, rapport des RG, 18-10-1944.
  • 180 ADIV 216 W 3 n° 581, chambre civique du Morbihan, lettre du père, 13-05-1945.

68Autre image périphérique présente : l'affirmation du sentiment patriotique. Les références au sentiment républicain existent mais elles semblent se limiter plutôt à des situations conflictuelles dans lesquelles la sensibilité républicaine du locuteur est directement contestée ou dans les milieux habités par une solide culture politique. Le maire radical-socialiste de Merdrignac adressa l'expression de ses « sentiments de Français républicain » après avoir été mis en difficulté par les instituteurs publics de sa commune176 ; de même tel commerçant se déclarait un « fervent républicain socialiste » après avoir été molesté à la Libération177. Tel témoin à charge construit son système d'accusation en s'opposant à l'accusé qu'il percevait comme « royaliste » : « au cours d'une discussion pendant laquelle j'exprimais mes sentiments républicains, D m'a répliqué que la République était morte et que je n'étais qu'un juif »178. Mais les signaux exprimant le sentiment patriotique à travers les manifestations d'attachement à la République sont les moins nombreux, la très grande majorité des locuteurs se présente sous des traits antiallemands. Tous affichent des sentiments antigermaniques et s'évertuent à les prouver, soit en exposant leur propre attitude, en évoquant des faits tangibles parfois interprétés ou reconstruits a posteriori, soit en s'appropriant la mémoire d'un autre, d'un parent plus ou moins proche ; cette dernière voie est très répandue chez les femmes, ce qui signale des difficultés à construire une identité politique féminine autonome ; le plus souvent elles se disent à travers leur époux ou leur fils ; cela dit, cette construction identitaire correspond à un procédé également employé par les hommes. Montrer son antigermanisme relève d'un réflexe identitaire. Les RG de Landerneau chargés de remettre un rapport sur le commissaire central de Brest mirent la circonstance à profit pour signaler qu'en juillet 1944, le commissaire reçut : « une synthèse de notre service et fit la remarque suivante en se fâchant : "chaque fois que vous parlez des Allemands, c'est en mal " »179. L'anecdote laisse circonspect, mais peu importe ; l'intérêt est dans le procédé d'accusation. Il était autant important pour les RG de Landerneau de rapporter au lecteur de leur synthèse que leur service persiflait les Allemands sous l'Occupation (pour le moins en juillet 1944) et de favoriser la diffusion de cette information, que de signaler les attitudes déviantes attribuées à leur supérieur hiérarchique. De manière similaire, tel père désignant sa fille comme « une vraie Française » précisait qu'elle « s'était dépensée sans compter pour s'assurer qu'on ne trahissait par directement la Défense nationale dans notre immeuble », dans une lettre où il dénonçait une voisine »180. Parler de l'Autre est le plus souvent un prétexte pour parler de soi. Dénonçant une voisine, le père évoque l'attitude patriotique de sa fille, et en deux temps, se dote d'une identité de bon Français.

  • 181 ADF 31 W 403, lettre de Mme G, 20-02-1945.
  • 182 ADF 64 W 90, tribunal correctionnel de Quimper, PV de gendarmerie, 15-05-1945.

69L'ultime élément du système, prégnant dans chaque lieu de la structure (dans le noyau central comme dans les images périphériques), pose le refus de toute assimilation des collaborateurs, perçus comme antinomiques avec la communauté restée intègre. Non seulement le collaborateur a perdu sa place dans le groupe, mais perçu comme antithétique du système de représentations des nationaux, il est distingué comme un élément nocif du corps national, entraînant quasiment un réflexe immunitaire, un phénomène de rejet physique de la part d'une entité biologique. S'adressant au CDL, une femme de Lambézellec protestait au sujet d'un cordonnier qui aurait pratiqué le marché noir sans être inquiété : « il est inadmissible qu'à l'heure actuelle des personnes de ce genre soient encore avec le rang de brave patriote »181 ; dans le cas présent, patriote est à entendre dans le sens de bon Français. Mais plus encore, on perçoit cette volonté d'ostracisme dans des affaires anodines de la vie courante, les petits faits de l'épuration de voisinage. Y passa en correctionnelle pour avoir frappé Mme X sur le bateau qui les ramenait de Brest à Lanvéoc. Il la gifla à deux reprises, une première fois après l'avoir traitée de collaboratrice en prenant les passagers à témoin, vociférant qu'elle méritait de rejoindre son mari en prison. Une deuxième fois parce qu'elle cherchait un soutien au sein de l'assistance pour la défendre : « énervé de voir cela, je lui ai à nouveau donné une gifle » déclara Y. Pour justifier ces brutalités, Y expliqua tout simplement aux gendarmes : « j'ai frappé Mme X parce que je ne pouvais souffrir qu'une collaboratrice comme elle nargue les bons Français comme moi devant le public »182.

70Le système de représentations générique du bon Français (graphique n° 20) est centré sur l'appartenance au corps de la nation, mais il est aussi construit en opposition au système générique du collaborateur (graphique n° 19) ; ce manque d'autonomie fait apparaître une identité en creux ; être bon Français consiste également dans le non-acte, dans le fait de ne pas avoir mal agi. Le noyau central fonde l'appartenance à la nation sur le partage de la souffrance et de l'espérance. La souffrance peut être morale, correspondre à la séparation (prisonnier, requis etc.) ou à la disparition (exécution, mort au combat, mort dans les bombardements etc.) d'un être cher, elle peut être physique (tortures, déportation etc.), elle peut être matérielle (pénurie, bombardements etc.). L'idée force représente la communauté nationale souffrant dans la défaite puis dans l'Occupation ; le lien communautaire, le cordon reliant l'individu au corps de la nation passait par la sympathie des douleurs et des peines. L'espérance est l'autre composante du noyau central. Espérer dans la victoire induisait le refus d'accepter la défaite donc de se projeter dans un futur régenté par l'Allemagne. Ce sentiment témoignait d'un premier pas vers la Résistance et il manifestait de manière indiscutable toute absence d'emprise de la culture germanique. Il était l'expression du glissement de la conquête morale sur soi. Le bon Français était celui qui, resté lié à la communauté nationale, pouvait légitimement basculer dans la Libération la tête haute, non seulement parce qu'il n'avait pas trahi, c'eût été faire reposer l'identité nationale sur la passivité, mais parce qu'il avait su préserver son identité en résistant à l'emprise de l'Occupation, donc en préservant à sa mesure la France du déclin.

71Néanmoins cette image de soi repose sur les sentiments, pas sur les actes objectifs. Elle permet de cristalliser la plupart des itinéraires singuliers, les cheminements individuels dans la France occupée, tous ceux de la zone grise, dont le plus grand nombre avait vécu la guerre puis la Libération par délégation. Ces images ne permettent pas de doter la communauté nationale d'un mythe fort qui aurait pu caractériser son parcours dans la guerre. Ni martyrs, ni héros, ni résistants, ni rebelles, le sentiment national des Français et des Françaises libérés est fondé essentiellement sur le mythe d'un peuple resté digne face aux épreuves.

  • 183 Sur les identités résistantes et les problématiques : qu'est-ce que résister ? qu'est-ce que la Ré (...)
  • 184 Barcellini S., « Qu'est-ce qu'un résistant ? », L'Histoire, n° 179, 1994, p. 90-91. Dans certains (...)

72En contrepartie, les résistants développèrent légitimement une identité forte qui les distinguait de la masse183. L'image de soi des résistants est radicalement différente des autres représentations de soi car elle repose sur l'action, le fait d'avoir agi sciemment contre les occupants (plus que contre des fascistes) en transgressant l'ordre établi, en ayant conscience d'avoir pris des risques. Ainsi, il est remarquable d'observer fréquemment que les femmes ne se considèrent pas comme résistantes car elles avaient le sentiment d'obéir à leur époux. Le résistant est celui qui a décidé pour lui mais aussi pour les autres. L'autre composante de cette identité repose sur l'idée d'avoir appartenu à un groupe organisé tout en étant isolé par rapport au reste de la population. Aussi, les résistants entrèrent dans la Libération avec le sentiment affirmé d'appartenir à une élite, tout en étant animés par une double pulsion affective : le désir d'être reconnus par les autres et la volonté de ne pas être confondus avec d'autres. Dès la Libération, ils bricolèrent une casuistique instable hiérarchisant les patriotes entre eux depuis les « résistants de la première heure » jusqu'aux « résistants de la dernière heure », en passant par les « résistants authentiques », les « vrais résistants » et les « faux résistants », et en se séparant du commun dénommé « attentiste », non sans un certain mépris. Dès 1946, les critères définissant les « combattants volontaires de la Résistance » furent l'objet d'une réglementation officielle, le relais étant pris par le ministère des anciens combattants. L'idée s'affirma que, pour être considéré comme résistant, il fallait avoir combattu pendant 90 jours au moins avant le 6 juin 1944, date du début de la libération du territoire. Puis on convint que la date de libération la plus juste pour le calcul des 90 jours devait être celle du département184.

Graphique n°19. Système de représentations générique du collaborateur

Graphique n°19. Système de représentations générique du collaborateur

Graphique n°20. Système de représentations générique du bon Français

Graphique n°20. Système de représentations générique du bon Français
  • 185 ADCA 1 J 16 n° 6342, le discours est conservé dans le cahier.

73Les résistants étaient également habités par le sentiment que leur mission devait se prolonger au-delà de la Libération sous d'autres formes. Leur prise des responsabilités donna lieu dans un premier temps à des appels à l'unité. Prenant la parole deux semaines après la Libération de sa cité, le président du conseil de gérance de Trégastel s'adressa en ces termes à ses concitoyens, que le nouveau pouvoir résistant laissait encore circonspects : « Je fais appel à tous, je le répète, sans distinction d'opinion ni de parti, nous sommes actuellement des Français qui avons souffert physiquement et moralement, je fais appel à toutes les bonnes volontés pour, que tous ensemble, nous redonnions à notre cité, sa vie calme, et sa prospérité. »185 La péroraison traduit le même esprit : « Et maintenant, mes amis, haut les cœurs ! en avant pour un travail fécond et l'intérêt de tous. Notre général de Gaulle est entré à Paris, notre France sera bientôt libérée du joug de l'envahisseur - Vive nos Alliés, vive la France ». L'appel à l'union est remarquable. Ce discours est fait pour rassurer, pour se faire accepter. Il est lancé par un résistant FN qui évite toute allusion explicite à la Résistance et toute référence politique. Même vis-à-vis du CLL qui, pourtant, porte le nom de comité de Résistance à l'époque, il utilise les formules décontextualisées « d'assemblée municipale » ou « d'organisme ». L'appel à l'unité est induit par le grand mythe national, le sentiment profond d'appartenir à une communauté de destin, dont la lecture est guidée par les circonstances. Le passé commun dans la souffrance partagée est prolongé par un avenir collectif qui doit se construire dans l'unité, par la volonté du retour à l'ordre et l'effort pour la reconstruction. L'unité affirmée est martelée avec insistance par le possessif répété trois fois qui scande la fin du discours, « notre général de Gaulle », « notre France », « nos Alliés ». Ce type de discours témoigne de la recherche de convergences entre la Résistance locale et les populations issues de la zone grise. Il est certain que les thématiques de la souffrance commune et de la reconstruction dans l'union ne pouvaient qu'obtenir une résonance favorable au sein d'une opinion inquiète à cette époque, à la recherche de certitudes et de sécurité.

74Par la suite, dans le courant de l'année 1945, le discours résistant dominant prit une tournure beaucoup plus politique, développant notamment la défense du programme du CNR. Les cadres locaux considéraient alors, au début 1945, que en limitant leur implication dans la vie quotidienne à la gestion de l'épuration, d'une part leur action ne pourrait déboucher sur le long terme, d'autre part ils risquaient de se' couper du reste de la population. Aussi faut-il dissocier trois discours assez différents : 1- le discours résistant public, qui repose notamment sur les appels à l'unité et qui manifeste la volonté de la Résistance locale de s'impliquer dans la vie de la cité et donc de nouer des liens solides avec la population ; il est surtout important dans l'immédiate après-Libération ; 2- le mythe résistancialiste construit et diffusé par la France combattante dans sa diversité dès l'Occupation afin de légitimer son action, de rassembler autour d'elle, mais aussi de se rassurer ; cela dit ce mythe était peu actif en Bretagne après la Libération ; 3- l'image de soi du résistant qui se perçoit comme le membre d'un groupe à part agissant au nom de la nation, tel un fer de lance qui ne se confondait pas avec le reste de la nation.

75Les résistants étaient dans l'incapacité de transmettre une identité construite sur des bases très différentes du sentiment national qui habitait le reste de la population. Aussi le tissu national s'est resserré en maintenant la variété des sentiments patriotiques sur la trame d'un mythe national mou : celui d'un peuple resté digne face à l'occupant. L'identité des bons Français et celle des résistants coïncidaient sur les thèmes de la souffrance, de l'espérance commune, et sur l'idée d'avoir conservé leur intégrité. Ainsi, l'absence de consensus à la Libération put être transcendé par le sentiment unitaire qui trouva un support de cristallisation dans le rejet des collaborateurs et connut un épanouissement tardif au moment de la célébration de la victoire, au printemps 1945, par la conjonction des sentiments patriotiques.

  • 186 Frank R., La hantise... op. cit., p. 226.

76Les populations sortirent de la guerre usées, or la libération nationale ne mit pas un terme aux tourments, l'après-Libération demeura synonyme de ruines, de pénurie, de séparation des familles avec un mari ou un fils prisonnier, déporté ou requis. En élevant la première génération de mobilier mnémonique et en orientant les toutes premières commémorations sur les thèmes de la souffrance et du sacrifice, la Résistance locale ne faisait pas que pleurer ses morts, elle exprimait des sentiments communs et à forte résonance qui consolidèrent les sympathies avec le plus grand nombre. La dynamique unitaire se réalisa car non seulement l'unité nationale était profondément souhaitée, mais elle fut favorisée par le sentiment puissant d'appartenir effectivement à une communauté de destin, qui s'était considérablement renforcé au regard de l'Occupation et de la Libération. Cependant, étant donné la variété des itinéraires et la divergence des choix de chacun entre 1940 et 1944, le sentiment national ne pouvait se fixer que sur un mythe mou. Les Français ne sortirent pas de la Seconde Guerre mondiale en « peuple-héros » à l'image des Soviétiques et des Britanniques, ni en « peuple-sauveur » comme aiment se voir les Américains, ni en « peuple-martyr » tel les Polonais ou en « peuple-bourreau » comme le vivent les Allemands186. Les Français ne se considéraient pas plus comme un « peuple-résistant » ; la proximité de l'événement faisait que le temps de la reconstruction de la mémoire en profondeur n'était pas encore venu. Les Françaises et les Français se percevaient tout simplement comme un peuple resté digne face à l'adversité, à la souffrance, à l'humiliation, un peuple digne car, patriote dans l'âme, il avait su garder espoir. La Libération n'était pas le temps de la réconciliation, mais celui du retour à la volonté de vivre ensemble dans la pluralité des sensibilités.

Notes

1 Il est préférable de renvoyer à la bibliographie générale sur cette question et aux études historiographiques. Néanmoins, on peut se reporter aux articles d'Evelyne Patlagean « L'histoire de l'imaginaire » et de Philippe Ariès « L'histoire des mentalités » dans Le Goff J., Chartier R. et Revel J. (s.d.), La nouvelle histoire, Retz, 1978, 575 p.

2 Cf. les contributions d'Ariette Farge et de Jean-François Sirinelli dans Bédarida F. (s.d.), L'histoire et le métier d'historien en France 1945-1995, la Maison des Sciences de l'homme, 1995, 438 p.

3 Ici également, il est préférable de renvoyer à la bibliographie générale ; cependant, parmi les ouvrages cités, il est important de rappeler les titres suivants : Jodelet D. (s.d.), Les représentations sociales, PUF, 1989, 424 p., Bacsko B., Les imaginaires sociaux - mémoires et espoirs collectifs, Payot, 1984, 242 p.

4 La plupart des publications de Pierre Laborie mêlent la théorie et la pratique. Cela dit, quelques textes ont une approche centrée sur les questions de méthodes : Résistants, Vichyssois et autres - l'Évolution De l'opinion et des comportements dans le Lot de 1939 à 1944, CNRS, 1980, 390 p. ; « De l'opinion publique à l'imaginaire social », Vingtième Siècle, n° 18, 1988, p. 101-117. ; « Histoire politique et histoire des représentations mentales », dans Peschanski D., Pollak M. et Rousso H. (s.d.), Histoire politique et sciences sociales, Complexe / IHTP, 1991, p. 155-169.

5 Frank R. (s.d.), « Images et imaginaire dans les relations internationales depuis 1938 », Les Cahiers de l'IHTP, n° 28, 1994, 168 p.

6 Geertz C., The Interpretation of Cultures, Basic Books, 1973.

7 Ces quelques lignes théoriques s'appuient sur les auteurs déjà cités. Il s'agit essentiellement de Laborie P. op. cit. ; de Frank R. « Problèmes et méthodes » dans Robert F. (s.d.), op.cit, p.5-11 ; et des travaux de Denise Jodelet, Serge Moscovici, Jean-Claude Abric et Claude Flament dans Jodelet D. (s.d.), op. cit.

8 Se reporter aux articles de Jean-Claude Abric et de Claude Flament dans Jodelet Denise (s.d.), op. cit.

9 Cf. chapitre 11 et 12.

10 Cf. chapitre 10.

11 Peneff J., La méthode biographique, de l'école de Chicago à l'histoire orale, Armand Colin, 1990, p. 97-120.

12 Moscovici S., op. cit., p.67.

13 Ibid.

14 Park R.-E., « La communauté urbaine. Un modèle spatial et un ordre moral », texte publié en 1926, dans Grafmeyer Y. et Joseph I. (s.d.), L'école de Chicago. Naissance de l'écologie urbaine, 1990, p.209- 210.

15 Comme l'écrit Robert Frank, « au fond, l'image de l'Autre est une image prétexte pour parler de soi » (« Problèmes et méthodes », op. cit., p. 7).

16 Laborie P., « Histoire politique et histoire des représentations mentales », op. cit., p. 169.

17 Ruano-Borbalan J.-C., L 'identité l'individu, le groupe la société, Éd. Sciences Humaines, 1998, 394 p.

18 Pour le détail des sources et méthodes concernant cette analyse le lecteur intéressé peut se reporter au manuscrit de la thèse.

19 Entretien avec Henri Lecharles ; il se rappelait avoir assisté à certaines de ces représentations à Plouaret. Cela fut confirmé par Pierre Hélias ; il précisa néanmoins au cours de l'entretien que les thèmes de l'Occupation étaient marginaux dans les sujets représentés à l'époque et se réduisaient le plus souvent à des affaires de marché noir.

20 Sainclivier J., « Culture politique...op. cit., p.23.

21 En valeur absolue : 150 000 soldats allemands pour 2 300 000 habitants dans la région (nombre de 1944 pour les Allemands et recensement de 1946 pour les autochtones)

22 Delporte C., « Les Alliés et l'occupant dans le dessin de presse de la Collaboration (1940-1944) », dans Frank R. (s.d.), op. cit., p.43.

23 Sur des milliers de dessins recensés, Christian Delporte en a repéré deux ou trois, tout au plus, qui évoquent les Allemands, op. cit., p. 42.

24 Crémieux-Brilhac J.-L., « 1914 dans 1940 », dans Becker J.-J., Winter J.-M., Krumeich G., Becker A. et Audoin-Rouzeau S. (s.d.), op. cit., p. 287-293.

25 Burrin P., op.cit, p.296-303

26 Ibid., p. 304-305.

27 Ce qui au demeurant est conforme à l'esprit des textes législatifs qui définissent les crimes de collaboration et régissent leur répression ; cf. ordonnance du 26 juin 1944 relative à la répression des faits de collaboration et celle du 26 août 1944 instituant l'indignité nationale.

28 ADIV 215 W 32, chambre civique du Finistère, dossier AP, PV de gendarmerie, 17-01-1945.

29 ADIV 215 W 32, chambre civique du Finistère, dossier AP, avis du CLL

30 ADCA 1140 W 56, dossier AH, PV de gendarmerie, 19-01-1945.

31 ADIV 213 W Cour de justice, dossier M.A., PV de gendarmerie, 2-04-1945.

32 ADIV 214 W 26 n° 376, chambre civique de Saint-Brieuc, lettre de Mme B au FN, 14-12-1944.

33 ADIV 215 W 33, chambre civique du Finistère, dossier AP, PV de police, 21-10-1944, déclaration de JM.

34 ADCA Le Républicain de Dinan, 11-10-1945, lettre d'un lecteur.

35 ADIV 215 W 47, chambre civique du Finistère, dossier QC, lettre, 18-01-1945.

36 ADIV 214 W 60 n° 318, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de la PJ, 10-01-1945.

37 ADIV 215 W 72, chambre civique du Finistère, dossier FM, PV de police, 2-05-1945.

38 ADIV, 215 W 67, chambre civique du Finistère, dossier LC, PV de gendarmerie, 7-11-1944.

39 ADIV, 214 W 53 n° 79, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 5-12-1944.

40 ADIV 214 W 62 n° 376, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 4-04-1945.

41 ADIV 214 W 56 n° 198, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 11 -01 -1945.

42 ADIV 214 W 53 / 51 bis, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport de la sûreté, 31-08-1944.

43 ADIV, 215 W 37, chambre civique du Finistère, dossier LD,PV de gendarmerie, 9-11-1944.

44 ADIV, 216 W, Cour de justice, Morbihan, déposition de BL devant le juge d'instruction, 16-11- 1945.

45 ADIV, 214 W 58 n° 243, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 7-02-1945.

46 ADIV, 214 W 58 n° 226, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 24-03-1945.

47 Par exemple ADIV 214 W 56 n° 199.

48 ADIV 215 W 67, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 7-11-1944

49 Ouest-France, 1-06-1945.

50 ADIV 213 W 9 n° 167, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, rapport de la PJ, 21-12-1944.

51 ADIV213W 11 n° 214, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de gendarmerie, 15-07-1945.

52 ADIV 215 W 41, chambre civique du Finistère, PV de police, 13-09-1944.

53 ADIV 215 W 52, chambre civique du Finistère, PV de police, 22-03-1945.

54 ADIV 215 W 67, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 7-11-1944.

55 ADIV 215 W 41, chambre civique du Finistère, rapport de police, 14-09-1944.

56 ADIV 215 W 37, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 9-11-1944.

57 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, déclaration de L devant juge d'instruction dans le cadre de la confrontation avec l'accusé T, 19-02-1945.

58 ADIV 214 W 64 n° 52, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport des RG, 3-08-1945.

59 ADIV 214 W 62 n° 376, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 4-04-1945.

60 ADIV 214 W 64 n° 59, chambre civique des Côtes-du-Nord, déposition de LB au FN de Dinan, 15-12-1944.

61 ADIV, 215 W 28, chambre civique du Finistère, déclaration de KF.

62 ADIV 215 W 52, chambre civique du Finistère, PV de police, 25-03-1945.

63 ADIV 43 W 142, PV de gendarmerie, 18-08-1945.

64 ADIV 216 W, Cour de justice, Morbihan, déclaration de JR devant le juge d'instruction, 16-11-1945.

65 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de police, 26-10-1944.

66 ADIV 213 W n° 41, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, rapport de la PJ, 6-12-1944.

67 ADIV 215 W 29, chambre civique du Finistère, dossier FT, déclaration de MN.

68 ADIV 214 W 63 n° 1, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport de police, 29-09-1944.

69 ADIV 215 W 38, chambre civique du Finistère, rapport des RG, 31-10-1944.

70 ADIV 215 W 38, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, déclaration de JP, 7-03-1945.

71 ADIV, 215 w 71, chambre civique du Finistère, dossier MP, PV de gendarmerie, 10-10-1944.

72 ADIV, 215 W 52, chambre civique du Finistère, dossier HR, PV de police, 28-03-1945.

73 ADIV, 215 W 55, chambre civique du Finistère, dossier LD, rapport de police, 10-01-1945.

74 ADIV, 214 W 61 n° 351, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 29-11-1944.

75 ADIV, 215 W 30, dossier AD, chambre civique du Finistère, déclaration de M.

76 ADIV 215 W 67, chambre civique du Finistère, dossier LC, PV de gendarmerie, 7-11-1944.

77 ADIV 215 W 37, chambre civique du Finistère, dossier LD, lettres de soutien de MS et de JD, 15-10-1944.

78 ADIV 215 W 47, chambre civique du Finistère, dossier CQ, PV de gendarmerie, 18-11-1944.

79 ADIV, 214 W 53 / 51 bis, chambre civique des Côtes-du-Nord, déclarations à la sûreté, 31-08-1944.

80 ADIV 214 W 54 n° 89, chambre civique des Côtes-du-Nord, déclaration au juge d'instruction, 8-02-1945.

81 ADIV 214 W 54 n° 89, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport du délégué départemental à l'information, 3-11-1944.

82 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de police, 30-08-1944.

83 214 W 53 n° 255, lettre de YC au juge, 10-03-1945. Cette accusation n'a pas été retenue car il fut établi que le prévenu n'avait jamais porté d'arme dans la France occupée.

84 ADCA 1140 W 5, comité d'épuration de Plestin-les-Grèves, PV des interrogatoires, 13-11-1944.

85 Il fut condamné à mort et passé par les armes le 21 juin 1946.

86 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de police, 26-10-1944.

87 ADIV, 215 W 72, chambre civique du Finistère, dossier époux FM, PV de police, 2-05-1945.

88 ADIV 214 W 60 n° 318, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport de la PJ, 10-01-1945.

89 ADIV 215 W 46, chambre civique du Finistère, dossier MP, rapport de la DST, 27-12-1944.

90 ADIV 215 W 44, chambre civique du Finistère, dossier GM, rapport des RG, 16-08-1944.

91 ADIV, 214 W 53 n° 79, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 5-12-1944.

92 ADIV, 215 W 72, chambre civique du Finistère, PV de police, 2-05-1945.

93 ADIV 215 W 71, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 10-10-1944.

94 ADIV 214 W 63 n° 1, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport FFI de Bégard, 29-09-1944.

95 Les Cours de justice disparurent en janvier 1951 ; lors du vote de la loi d'amnistie du 6 août 1953, moins de 1 % des condamnés pour collaboration étaient encore détenus.

96 Voir supra chapitre 10.

97 La formation Perrot et la milice Darnand participèrent à cette opération, mais l'action fut dirigée par les chefs du GAJS : les assassins des huit résistants abattus après avoir été désarmés étaient deux miliciens du GAJS (sources : confrontation des dossiers de procédure de l'ensemble des participants à cette opération + rapports de la DST et des RG présents dans certains dossiers).

98 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, interrogatoire devant le juge d'instruction, 22-08-1945.

99 Les collaborationnistes par leur action prônaient l'alliance avec l'Axe, bien entendu, mais ils prenaient aussi une revanche politique nationale.

100 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de la DST, 4-10-1944.

101 ADIV, 214 W 51 n° 10, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 29-12-1944.

102 En valeur absolue comme en valeur relative, c'est beaucoup moins que pour les autres parapolices rattachées au SD.

103 ADIV 215 W 152, Cour de justice, Finistère, interrogatoire de L devant le juge d'instruction, 11-1944.

104 Il n'a pas participé à la formation Perrot.

105 ADIV, 215 W 49, chambre civique du Finistère, interrogatoire dirigé par le capitaine L, 12-10-1944

106 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de la DST, 6-11-1944.

107 Il est à préciser que les militants les plus durs ne sont pas rentrés en France ; quelques-uns sont restés en Allemagne et se sont battus dans des divisions SS jusqu'à la fin de la guerre, d'autres se sont réfugiés en Espagne, en Amérique du sud, et, bien entendu, en Irlande ; il semble en effet que le consulat d'Irlande à Paris était la cheville ouvrière d'un réseau d'évasion de militants bretons vers les îles britanniques en 1945 / 1946 (ADIV 213 W, dossier MJ, documents saisis par la DST).

108 ADIV 216 W 4, chambre civique du Morbihan, PV de police, 23-05-1945.

109 C'est-à-dire un engagement militant de défense de la culture bretonne.

110 Il existe des notes administratives qui témoignent de ce type de cas au début 1944. Sans toutefois préciser de chiffre, le phénomène est suffisant pour donner lieu à des dispositions du secrétariat général de la direction du personnel des PTT. Cf. Rouquet F., Une administration française face à la Seconde Guerre mondiale : les PTT, tome 3 L'épuration, thèse, Toulouse - Le Mirail, 1988.

111 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, document autobiographique, 8-02-1945.

112 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, interrogatoire devant le juge d'instruction, 6-03-1945.

113 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, rapport d'expertise psychiatrique, 21-04-1945.

114 ADIV 214 W 62, chambre civique des Côtes-du-Nord, lettre, 18-12-1944.

115 ADIV, 216 W de 1 à 10 et 28, chambre civique du Morbihan.

116 ADIV 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, interrogatoire devant le juge d'instruction, 19-06-1945.

117 ADIV 214 W 51, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de police, 12-10-1944.

118 Cf. supra chapitre 11.

119 ADIV, 213 W 9, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de la PJ, 20-02-1945.

120 ADIV, 215 W 42, chambre civique du Finistère, déposition du 22 septembre 1944 devant le 5e bureau de Concarneau.

121 ADIV, 215 W 189, Cour de justice, Finistère, interrogatoire dirigé par les FFI, 16-09-1944.

122 ADIV, 213 w 9, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de police, 17-02-1945.

123 ADIV 215 W 34, chambre civique du Finistère, lettre sur papier libre.

124 ADIV, 215 W 67, chambre civique du Finistère, lettre, 20-12-1944.

125 ADIV, 215 W 28, chambre civique du Finistère, lettre de BG.

126 ADIV 215 W 29, chambre civique du Finistère, déposition de l'accusé.

127 ADIV, 215 W 51 chambre civique du Finistère, PV de police, 23-01-1945.

128 À l'époque, les premières enquêtes de l'IFOP étaient réalisées principalement en consultant les Parisiennes et les Parisiens.

129 Delporte C., « Les caricaturistes épargnent le maréchal », L'Histoire, n° 179, 1994, p.61.

130 Il en va différemment de la presse de la Résistance qui n'a jamais cessé d'attaquer le « calamiteux octogénaire » ou « l'odieux maréchal ».

131 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 1-07-1945.

132 ADIV 43 W 136, rapport du commandant la 11e légion de gendarmerie, 23-06-1945.

133 ADIV 43 W 136, rapport du commandant la 11e légion de gendarmerie, 23-07-1945.

134 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 16-08-1945.

135 ADIV 43 W 137, rapport du commandant la 11e légion de gendarmerie, 23-08-1945.

136 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 1-08-1945.

137 La sentence de mort fut commuée en une peine de détention à perpétuité dans une enceinte fortifiée, par le chef de l'État, deux jours après l'annonce du verdict, le 17 août 1944.

138 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 16-08-1945.

139 ADIV, 213 W, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, PV de police, 26-08-1944.

140 ADIV, 214 W 58, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 1-02- 1945.

141 ADIV, 214 W 58, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 24-03-1945.

142 ADIV, 214 W 58, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 23-03-1945.

143 ADIV, 214 W 58, chambre civique des Côtes-du-Nord, rapport de gendarmerie, 23-03-1945.

144 Très gros propriétaire foncier, il dirigea avant la guerre l'office de Landerneau et fut nommé par le gouvernement de Vichy en 1941 président de la commission nationale d'organisation corporative.

145 ADCA 2 W 97, PV de gendarmerie, 29-09-1944.

146 ADIV 214 W 59, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de police, 13-02-1945.

147 ADIV 213 W 5, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de police, 19-09-1944.

148 ADIV, 215 W n° 57, chambre civique du Finistère, rapport des RG, 12-10-1944.

149 ADIV, 215 W n° 57, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie, 6-03-1945.

150 ADIV, 214 W 54 n° 100, chambre civique des Côtes-du-Nord, déclaration aux FFI, 25-09-1944.

151 ADIV, 214 W 54 n° 100, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 8.03.1945.

152 ADIV 214 W 64 n° 59, chambre civique des Côtes-du-Nord, PV de gendarmerie, 2-08-1945.

153 ADIV 213 W 7 n° 132, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de police, 8-03-1945.

154 ADCA 1140 W 3, lettre du CLL, 26-08-1944.

155 ADCA L'Aube nouvelle, 17-03-1945.

156 ADCA 1140 W 4, brouillon d'un rapport rédigé par F. Le Denmat, cultivateur délégué au 1er congrès des syndicats de défense et d'action paysanne, 6-01-1945.

157 ADCA 1 J 16 n° 6342.

158 ADIV 43 W 142, tract CGT, 1-05-1945.

159 ADCA 1 J 16 n° 6342, tract B, non daté ni signé.

160 ADCA 2 W 96, lettre au préfet, 22-08-1944.

161 ADIV 43 W 142, ordre du jour du comité de salut public, 24-08-1944.

162 ADIV 43 W 141, lettre de l'ex-gendarme LM au CR, 25-08-1944.

163 ADIV 214 W 51 n° 16, chambre civique des Côtes-du-Nord, dix témoignages favorables disant notamment qu'il avait « soutenu les gens du maquis », PV de police, 10-11-1944.

164 ADIV 214 W 51 n° 16, chambre civique des Côtes-du-Nord, lettre au préfet, 2-12-1944.

165 ADIV 214 W 51 n° 16, chambre civique des Côtes-du-Nord, lettre au CDL, 3-01-1945.

166 ADIV 43 W 141, lettre de Mme H de Rennes au CR, 24-08-1944.

167 ADIV 43 W 141, lettre de L, 21-08-1944.

168 ADIV, 213 W n° 632, Cour de justice, Ille-et-Vilaine, première audition devant le juge d'instruction.

169 ADIV 215 W 34, chambre civique du Finistère, dossier PS, lettre plaidoyer de PS.

170 ADIV 213 W n° 230, chambre civique d'Ille-et-Vilaine, PV de la DST, 22-11 -1944.

171 ADCA 2 W 96, lettre, 3-12-1944.

172 ADM, M 13 240, contrôle technique interceptions, lettre de Mme T, 3-01-1945.

173 ADF 210 W 49, tribunal de grande instance de Morlaix, PV de gendarmerie, 27-03-1946.

174 Ibid., 5-04-1946.

175 ADIV 43 W 141, lettre de Mme Tau CR, 11-08-1944.

176 ADCA 1140 W 5, lettre au CDL, 24-11-1944.

177 ADCA 2 W 95 dossier Erquy, lettre d'un commerçant au préfet, 17-08-1944.

178 ADCA 1140 W 3, déclaration au comité d'épuration de AC, 23-11-1944.

179 ADIV 215 W 189, Cour de justice, Finistère, rapport des RG, 18-10-1944.

180 ADIV 216 W 3 n° 581, chambre civique du Morbihan, lettre du père, 13-05-1945.

181 ADF 31 W 403, lettre de Mme G, 20-02-1945.

182 ADF 64 W 90, tribunal correctionnel de Quimper, PV de gendarmerie, 15-05-1945.

183 Sur les identités résistantes et les problématiques : qu'est-ce que résister ? qu'est-ce que la Résistance ? qu'est-ce qu'un résistant ? le débat est ouvert et il est loin d'être clos. Récemment, les six colloques sur la Résistance et les Français ont largement exploré ce champ, se reporter également aux travaux de Jacques Semelin et tout particulièrement, « qu'est-ce que « résister » ? », Esprit, n° 1, 1994, p. 50-63.

184 Barcellini S., « Qu'est-ce qu'un résistant ? », L'Histoire, n° 179, 1994, p. 90-91. Dans certains cas, le département ne dispose pas de date homogène. Ainsi, le Morbihan, libéré en deux temps, reconnaît deux dates officielles. Cf. ADM, M 13 224, arrêté du préfet du 28 septembre 1945 fixant la date de libération du Morbihan.

185 ADCA 1 J 16 n° 6342, le discours est conservé dans le cahier.

186 Frank R., La hantise... op. cit., p. 226.

Table des illustrations

Titre Graphique n°18. L'opinion moyenne face à la culpabilité du maréchal Pétain après la Libération (en %)
Légende source : RIOUX (Jean-Pierre), “L’épuration”, L’Histoire n°5, 1978, p.30 (sondages IFOP)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8892/img-1.png
Fichier image/png, 277k
Titre Graphique n°19. Système de représentations générique du collaborateur
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8892/img-2.png
Fichier image/png, 415k
Titre Graphique n°20. Système de représentations générique du bon Français
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8892/img-3.png
Fichier image/png, 439k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search