Version classiqueVersion mobile

Les Bretons au lendemain de l'Occupation

 | 
Luc Capdevila

Cinquième partie. La dynamique de la Libération : resserrement du tissu national et retour à l'ordre démocratique

Chapitre 16. Une opinion moyenne favorable au général de Gaulle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Benamou J.-P., « L'écho de l'arrivée du général de Gaulle dans le Calvados », dans : Fondation Cha (...)

1En juillet 1944, dans le Bessin normand déjà libéré par les Anglais et coadministré par le Civil Affairs et le GPRF des opinions très hostiles au général de Gaulle pouvaient encore s'affirmer1. Aux heures de la libération locale, l'antigaullisme de la « grande bourgeoisie » du Calvados reposait toujours sur une thématique pétainiste orthodoxe : elle était inquiète d'assister au retour aux affaires via le GPRF des francs maçons et des hommes de 1939, à l'arrivée au pouvoir des communistes et des FFI, à l'élimination des éléments vichystes en qui elle avait confiance, et de revenir ainsi « à la pourriture de 1939 ». Persuadée de l'impopularité du général de Gaulle, elle le disait vaincu en cas d'élections générales.

  • 2 Cité dans Foulon C.-L., Le pouvoir... op. cit., p. 226.
  • 3 354 personnes auraient été interrogées pour réaliser cette enquête d'opinion, cf. Ibid.
  • 4 Laborie P., L'opinion... op. cit., p. 322.

2Être gaulliste sous l'Occupation signifiait être favorable à la France combattante. Tous les Français n'étaient pas gaullistes à la Libération, mais une large majorité, pour des raisons variées, adhérait à la direction du nouveau régime par le général de Gaulle. Des enquêtes d'opinion réalisées dans la clandestinité par le Service des Sondages et Statistiques, en juin 1944, évaluent à deux Français sur trois la proportion de l'opinion qui se reconnaissait dans le CFLN d'Alger et le général de Gaulle (tableau n° 8). L'opinion de la France occupée plébiscitait d'autant plus fort le général de Gaulle dès lors qu'elle le jugeait sur sa capacité à préserver le rang de la France. Mais les nuances sont importantes suivant la manière dont chacun se situe dans la dynamique de la Libération. Toujours selon ce sondage, si 86 % des personnes interrogées se disant « résistant » sont effectivement favorables au général de Gaulle (question n° 2), seulement 35 % des « neutres » déclarés confirment cette confiance dans le président du CFLN2. Reste à savoir quelle est la réalité de ces sensibilités qui différenciaient les « neutres » de ceux qui se disaient « résistants ». La prudence est de mise concernant l'étude des sondages effectués à cette époque, a fortiori pour des études d'opinion réalisées sous l'Occupation, mais l'organisme d'enquête créé en liaison avec Yvon Morandat, au début de l'année 1944, utilisait des techniques d'échantillonnage fiables3. Son objectif était de renseigner efficacement le CFLN sur les conditions dans lesquelles s'effectueraient la libération du territoire, pas de le bercer d'illusions. Le rapprochement avec les travaux de Pierre Laborie permet d'isoler cette frange de la population qui reste en marge de la dynamique de la Libération. Début août 1945, le contrôle technique de Toulouse évaluait à 30 % la part de l'opinion hostile aux actions « terroristes »4. Même si être hostile à la violence ne signifie pas être contre la Résistance, hostilité traduit pour le moins une population qui n'est pas mobilisée ou qui se situe en retrait de la dynamique de Libération. Selon les différents instruments de mesure, on parvient à isoler entre un cinquième et un tiers de l'opinion qui développait des inimitiés, des antipathies, des craintes, encore à la veille des journées libératrices, contre les acteurs de la « France combattante ».

3À partir de la Libération et durant toute la phase de sortie de guerre, l'hostilité déclarée au général de Gaulle disparaît en Bretagne, alors que les manifestations d'opposition à la Résistance sont nombreuses et que l'opinion exprime des critiques parfois féroces à l'encontre du GPRF. Les traces d'antipathie à l'égard du général de Gaulle pendant cette période sont pratiquement inexistantes dans les archives policières et judiciaires. Certes, quelques soupçons d'hostilité affleurent, évanescents, ça et là. Ils sont extrêmement rares. Les quelques cas isolés participent des systèmes d'accusation de collaboration. Mais, à leur lecture, on hésite souvent à les croire. Les dénoncés contestent systématiquement avoir prononcé des paroles ou esquissé un geste qui aient pu attenter au général de Gaulle. Surtout, les quelques cas repérés concernent des comportements ou des propos antigaullistes observés dans un contexte fermé, la nuit, ou à l'intérieur d'un bâtiment. Ce qui laisse entendre qu'il était inconcevable, à cette époque, de manifester une opinion défavorable au chef de l'État dans l'espace public, comme si, dans l'après-Libération, ne pas être gaulliste était une déviance. L'épisode suivant témoigne de cet état d'esprit. Ces documents montrent combien manifester de l'hostilité au général de Gaulle pouvait être perçu comme obscène, scandaleux, fin 1944. Le journal l'Aube Nouvelle, d'où cet article est extrait, était de tendance communiste.

Tableau n° 8. Enquête d'opinion réalisée dans la clandestinité par le SSS en mai / juin 1944, sur la popularité du CFLN et du général de Gaulle.

Tableau n° 8. Enquête d'opinion réalisée dans la clandestinité par le SSS en mai / juin 1944, sur la popularité du CFLN et du général de Gaulle.

Source : sondages SSS, publiés dans Vent d'Ouest, n° du 16 décembre 1944

  • 5 ADCA, L'Aube Nouvelle, 2-12-1944.

« La mère supérieure... épure
Les jeunes filles travaillant à la buanderie de l'Hôpital de Saint-Brieuc s'étaient cotisées pour acheter une photographie superbement encadrée du général de Gaulle. À la satisfaction de tout le personnel, elle fut accrochée au mur de l'une des salles de travail le 22 novembre à 17 heures. Or, le lendemain matin 23, à la stupéfaction générale, la mère supérieure donna l'ordre d'enlever la photographie, disant qu'elle ne tolérait pas un tel portrait dans l'établissement. [...] notre mère supérieure regrette sans doute d'autres portraits qui se sont envolés le jour de la libération »5.

4Deux semaines après, la rédaction de L'Aube Nouvelle faisait amende honorable, expliquant qu'elle avait été mal renseignée.

  • 6 ADCA, L'Aube Nouvelle, 16-12-1944.

« la [mère supérieure] nous fait savoir que si elle a fait une objection, c'était uniquement en raison du lieu, le portrait y était exposé aux vapeurs donc à une rapide détérioration.
Le personnel de l'établissement nous rappelle, par ailleurs, l'attitude incontestablement patriotique de la mère supérieure, au cours des longues années qu'elle a passées à soigner nos soldats.
Nous regrettons vivement un malentendu qui provient d'une fausse interprétation des paroles parfaitement sensées, et prions la (mère supérieure) d'agréer l'expression de nos regrets sincères »6.

5Les systèmes d'accusation et de défense présents dans ces documents sont exemplaires. Retirer un portrait du général de Gaulle est interprété d'emblée comme une preuve d'hostilité à la France de la Libération. Aussitôt, le récit glisse vers la mise en cause de sympathies tacites pour le régime précédent. Il est vrai, à cette date, le mythe de la cinquième colonne était très actif dans la région. La mouvance résistante, notamment communiste, l'avait mobilisé dans le cadre de son dispositif de légitimation des gardes civiques. L'Aube Nouvelle participa pleinement à cette mise en scène. Cette accusation a bouleversé la mère supérieure et le personnel hospitalier qui, collectivement, se porte au secours de la religieuse au nom de son patriotisme ordinaire. Pour l'ensemble des protagonistes de cette affaire, rédacteurs de L'Aube Nouvelle, mère supérieure et personnel hospitalier mêlés, le général de Gaulle apparaît comme une figure consensuelle, emblématique du patriotisme national : ne pas le respecter c'est se couper de la nation patriote. Le geste du personnel hospitalier est tout aussi symbolique. En se cotisant pour acheter un portrait du général de Gaulle « superbement encadré », ce personnel vérifie un comportement collectif manifestant la volonté d'exprimer l'adhésion au président du GPRF, mais dans le cadre de l'intimité professionnelle. En accrochant le portrait dans la buanderie, il ne s'agissait pas pour le personnel hospitalier de montrer à autrui, aux populations extérieures, sa fidélité au chef de l'État : les employés communiaient dans le huis clos de leur salle de travail. C'est là le comportement d'un groupe fermé. Le personnel hospitalier affichait son sentiment patriotique, chacun construisant son identité propre dans cette microsociété en combinant la perception qu'il avait du groupe et de ceux qui le constituaient avec l'image qu'il avait de lui-même. En achetant le portrait du général de Gaulle les employés de l'hôpital réalisaient un projet identitaire grégaire. Ainsi, à travers le soupçon public d'antigaullisme dont la mère supérieure était victime, l'ensemble du personnel hospitalier était affecté, blessé, profondément peiné. Reste à savoir quelle image le portrait du général de Gaulle véhiculait, dans la tête du personnel de l'hôpital public de Saint-Brieuc.

  • 7 Azéma J.-P., « État de l'opinion publique en décembre 1944. Rapports de préfets et sondages », Fon (...)

6En effet, la popularité du général de Gaulle n'est jamais démentie dans les synthèses des préfets ; des hourvaris enthousiastes semblent le prouver à chacun des déplacements qui ouvrirent et fermèrent cette période, le 20 août 1944 à Rennes et, à la fin juillet 1945, de Saint-Brieuc à Morlaix, de Brest à Lorient. Les rapports sur l'esprit public, pour l'ensemble de la période, affirment la popularité du chef de l'État, à la différence du GPRF souvent critiqué par l'opinion et, surtout, de l'administration (police, justice, ravitaillement), cible principale permettant à la population de décharger son agressivité. La faveur de l'opinion vaut pour la Bretagne et se vérifie à l'échelle nationale7. Il n'existe pas d'études statistiques permettant de mesurer la popularité réelle du général de Gaulle en Bretagne. Le seul moyen, pour l'instant, permettant d'évaluer le rayonnement du chef de l'État dans l'opinion publique se réduit à la confrontation des synthèses sur l'esprit public qui affirment toutes cette popularité. La confirmation de ce qui apparaît être une tendance lourde étant complétée par l'absence dans les archives de police et de justice de traces significatives d'hostilité au général de Gaulle.

  • 8 ADIV 43 w 128, rapport du CR, 30-09-1944.
  • 9 Azéma J.-P., « État…», op. cit., p. 781.
  • 10 Ibid. p. 783.
  • 11 Discours du 14-10-1944, dans De Gaulle C., Discours et messages - Pendant la guerre (1940/1946), P (...)
  • 12 ADIV 43 W 130, rapport du CR, 16-11-1944.
  • 13 ADIV 43 W 131, rapport du CR, 1-12-1944.
  • 14 Discours prononcé devant l'assemblée consultative le 22-11-1944 dans, De Gaulle C., Discours... op (...)
  • 15 ADIV 43 W 133, rapport du CR, 31-01-1945.
  • 16 ADIV 43 W 133, rapport du général Allard, 1-02-1945.
  • 17 ADIV 43 W 134, synthèse du contrôle technique, 31-01-1945.
  • 18 ADIV 43 W 135, synthèse du contrôle technique, 1-05- 1945.

7Les récriminations à l'encontre du gouvernement provisoire préoccupent le commissaire de la République dès septembre 1944 : « la population tend naturellement à rejeter sur le gouvernement le poids de ses malheurs. Il serait bon à cet égard qu'elle soit instruite par la presse et la radio des difficultés que rencontre le gouvernement dans sa tâche »8. En contrepartie, aucune mention de désapprobation du chef de l'État par l'opinion n'a été recensée dans les dizaines de rapports signés par le commissaire de la République, depuis le 13 août 1944 jusqu'à l'été 1945 ; cela dit, une évolution dans la nature de la popularité du général de Gaulle est perceptible. Dans un premier temps, à l'automne 1944, les mentions favorables concernent surtout les propos du chef de l'État, non la personne. L'opinion le louerait notamment en matière de politique étrangère9. Les sondages parisiens de l'IFOP confirmeraient la distribution observée plus haut : fin 1944/début 1945, le général de Gaulle continuerait de réunir trois Français sur quatre sur son œuvre de rétablissement de la France et de son rang10. Le discours radiodiffusé du 14 octobre semble avoir été particulièrement bien reçu. Message à forte intensité patriotique : tout en rappelant la poursuite de la guerre et en réclamant aux FFI et aux milices patriotiques qu'elles rentrent dans le rang, de Gaulle en appelait au courage, à l'effort et à l'unité de tous les Français pour que la France continue de se battre et retrouve sa place dans le monde11. Insistant à plusieurs reprises sur le bon accueil de ce message dans l'opinion, Le Gorgeu écrivait encore en novembre : « le discours du 14 octobre a rallié beaucoup de Français encore réticents »12, ce qui traduit une dynamique en cours de cristallisation de l'opinion sur le général de Gaulle. Il confirme son analyse dans le rapport suivant13, suite au discours de politique étrangère sur « la puissance » que le chef de l'État avait prononcé devant l'assemblée consultative14. Par la suite, à la fin de l'hiver 1944 / 1945, les synthèses convergent quant au maintien, voire au renforcement de la popularité du président du GPRF, malgré le mécontentement massif de la population et ses divisions. Désormais, c'est la personne du général de Gaulle elle-même qui est mise en avant dans les rapports sur l'esprit public. Le Gorgeu signalait début février 1945 : « l'opinion est favorable au gouvernement, surtout à la personne du général de Gaulle. Ses allocutions sont de plus en plus écoutées »15. Ce qui montre à nouveau une progression de la popularité du chef de l'État dans l'opinion. Dans son rapport de février, le général Allard écrivait : « si le chef incontesté du gouvernement est au-dessus de toute critique, son entourage est quelques fois attaqué et taxé de faiblesse et d'incompétence »16. Le rédacteur de la synthèse du contrôle technique rapportait encore à la même période que « seul, le général de Gaulle échappe à toute critique et attire la sympathie et la confiance de la grande majorité »17. Cette différenciation que l'opinion réaliserait, en préservant le général de Gaulle de la responsabilité des difficultés dans la gestion des affaires publiques, s'accentuerait au fil des mois. À la veille des municipales, la synthèse du contrôle technique précise que : « beaucoup pensent qu'après les élections la situation se stabilisera et que le général de Gaulle plébiscité se débarrassera "des personnages louches qui gravitent autour de lui " »18. On observe donc, en Bretagne, à travers les études d'opinion des pouvoirs publics, une montée en puissance d'un consensus sur le général de Gaulle, parallèle, et vraisemblablement lié, au resserrement du tissu national, impliquant probablement un ralliement des opinions en retrait à la Libération ou dans l'immédiate après- Libération. Par ailleurs, les formulations sur la popularité du chef de l'État traduisent une évolution positive de son image : elles s'égrènent depuis l'accord de l'opinion sur ses propos à l'automne 1944, jusqu'à l'idée, au printemps 1945, d'un personnage presque sacré, lisse de toute critique, reconnu semble-t-il par tous.

  • 19 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 1-08-1945.
  • 20 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 1-08- 1945.
  • 21 ADIV 43 W 172, rapport du préfet, 1-08- 1945.
  • 22 ADIV 43 W 136, cité dans le rapport du CR, 1-08- 1945.
  • 23 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 1-08- 1945.
  • 24 Discours des 12 et 21 juillet 1945, De Gaulle C., Discours... op. cit., p. 618- 627.
  • 25 Travaillant sur les dessins d'humour dans la presse parisienne, Christian Delporte observe que de (...)
  • 26 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 1-08-1945.

8L'apogée de la popularité du général de Gaulle se situe au moment précis où ses positions commencent à diviser l'opinion. Cette phase, importante à situer, est localisée aux lendemains de la capitulation de l'Allemagne. En juillet 1945, le général de Gaulle entreprend un déplacement de plusieurs jours en Bretagne. Il reçoit alors un véritable triomphe de la part des populations bretonnes. Les rapports ne cessent de multiplier les signes de popularité du chef de l'État. « Sur tout le parcours du voyage présidentiel, le passage du général de Gaulle a soulevé un enthousiasme indescriptible, qui témoigne de son prestige personnel sur la population [...] il ressort de cette manifestation que la personne du général de Gaulle est unanimement approuvée par l'opinion bretonne »19. Henri Avril, désormais préfet des Côtes-du-Nord, rapportait, à propos du passage du président à Saint-Brieuc, qu'il avait reçu « un accueil triomphal », et qu'il avait permis aux populations d'exprimer leur « gratitude unanime » et « leur unité profonde dans l'attachement et la confiance qu'elles ont gardés pour le premier Résistant de France et l'artisan principal de notre salut »20. Son collègue du Morbihan s'exprime en des termes voisins21. Pourtant, les premiers signes d'un désaccord public sur la personne du général de Gaulle apparaissent lors de ce voyage, mais ils sont encore inhibés par l'inertie du sentiment patriotique. L'hostilité larvée provient de la mouvance communiste. En juillet 1945, l'organe régional du FN, Le Patriote de l'Ouest, applaudissait au succès obtenu par le chef du gouvernement lors de son voyage, tout en déclarant que son admiration et sa reconnaissance allaient au « Premier Résistant de France plus qu'au chef du gouvernement provisoire »22. En juillet 1945, deux mois et demi après la fin de la guerre, les liesses bretonnes fêtent le chef d'État qui a su conduire la France à la victoire. L'opinion évoluait encore dans le sillage de la dynamique du sentiment patriotique. Mais l'ouverture du débat sur le devenir des institutions rendait transparentes les différences sur les visions d'avenir, or de Gaulle était totalement impliqué dans la première bataille référendaire qui s'annonçait. Les Français allaient devoir répondre à deux questions. La première déciderait du sort de la IIIe République. En votant « oui », les électeurs décideraient de doter la France d'une nouvelle constitution. La deuxième question traitait de l'organisation de l'assemblée constituante : en votant « oui », les électeurs limiteraient ses pouvoirs, les constituants étant dès lors tenus de soumettre leur projet au peuple souverain par référendum au plus tard sept mois après avoir été élus. C'était directement la volonté du chef de l'État. Le général de Gaulle ne soutint publiquement aucune liste, tout en participant pleinement au débat. Il commença à exposer l'argumentation du futur « oui-oui » dès son discours radiodiffusé du 12 juillet 1945 et profita de son déplacement en Bretagne pour la développer, notamment à Saint-Brieuc, à Morlaix23 et à Brest dix jours après24. Si le MRP et la SFIO l'accompagnèrent dans la course au « oui-oui », le PCF favorable à une assemblée souveraine se démarqua par le « oui-non » ; quant au parti radical, très isolé, il prônait le « non-non ». En juillet / août 1945, cette étape majeure de la dégradation de la dynamique du sentiment patriotique amorça l'altération de la dimension unifiante du général de Gaulle : la contestation du chef de l'État devint publique25. Concernant les orientations données par de Gaulle au référendum, Le Gorgeu écrivait : « la prise de position du chef de gouvernement, si elle a été critiquée par des dirigeants de plusieurs partis politiques, ne semble pas avoir étonné ni déplu à la masse de l'opinion. Mais, d'autre part, il est certain que beaucoup d'électeurs, tout en gardant leur confiance et leur reconnaissance au général de Gaulle, voteront dans le sens qui leur sera indiqué par leur parti »26.

  • 27 ADIV 43 W 137, rapport du CR, 16-09-1945.
  • 28 Ibid.
  • 29 On peut remarquer des caricatures courtoises mais critiques, dans la presse résistante, en mai / j (...)
  • 30 Rioux J.-P., La France... op. cit. p. 87.

9Les premières présences significatives d'opinions hostiles au général de Gaulle apparaissent en effet avec le développement du débat démocratique précédant le référendum constitutionnel d'octobre : elles étaient émises par les militants communistes ou proches du PCF. Le vingt-huitième rapport du commissaire de la République réunit sur plusieurs pages toute une collection d'attitudes et de propos défavorables au président du GPRF de la part des partis, syndicats, journaux, et citoyens ordinaires à gauche, dans la mouvance communiste27. Cette fois-ci, les inhibitions patriotiques ont disparu. Le Gorgeu rapporte que « certains journaux de la Résistance en arrivent à critiquer ouvertement la politique et même la personne du chef du gouvernement »28. Il témoigne du franchissement d'une étape, en employant les formules : « en arrivent », critiquent « ouvertement », « même la personne ». Les signes d'opposition à de Gaulle existaient auparavant, mais ils étaient voilés29, n'étaient pas significatifs, la masse critique n'était pas atteinte pour que les pouvoirs publics s'en inquiètent. Auparavant, lorsqu'on ne lui était pas favorable, on criait « vive la France » et on omettait « vive de Gaulle ». Le PCF lui-même, surtout à partir de février 1945, avait développé une stratégie de renforcement de l'union nationale autour du général de Gaulle30. Par contre, en septembre 1945, des signes d'opposition traduisent le divorce consommé entre une partie de la population et le chef de l'État, et, conjointement, la fin de la volonté unitaire. Dans les têtes, la guerre est finie, la démocratie est restaurée.

Tableau n° 9. Résultats du référendum du 21 octobre 1945 en France et en Bretagne

Tableau n° 9. Résultats du référendum du 21 octobre 1945 en France et en Bretagne
  • 31 ADIV 43 W 138, rapport du CR, 1-11-1945.
  • 32 Rioux J.-P., La France... op. cit. p. 94.
  • 33 ADIV 43 W 138, rapport du CR, 16-11-1945.
  • 34 Il semble que ce fut différent à l'occasion de la journée des dupes du 16 novembre 1945 (cf. Lacou (...)
  • 35 Berstein S., « les chagrins du général de Gaulle », L'Histoire, n° 179, 1994, p. 88.
  • 36 ADIV 43 W 142, adresse de la délégation spéciale de Trégorvan au général de Gaulle, 26-11-1944.

10La détérioration du consensus autour du général de Gaulle concerne essentiellement la mouvance communiste à l'automne 1945 ; néanmoins, la popularité du chef de l'État reste élevée en Bretagne. Les résultats au référendum du 21 octobre 1945 donnent des « oui » plus élevés dans la région par rapport à la moyenne nationale (tableau n° 9). Les « oui-non » ne sont pas marginalisés pour autant ; ils signalent un rayonnement du PCF encore puissant, dans une région où le parti était très peu représenté avant la Seconde Guerre mondiale. Les résultats du référendum en Bretagne s'expliquent par la faiblesse relative du PCF dans la région par rapport au reste de la France (aux élections générales le PCF totalisa 19 et 20 % des suffrages exprimés en Bretagne contre 26,1 % à l'échelle nationale), et a contrario, témoignent « également de la grande confiance des électeurs bretons dans la personne du chef du gouvernement », comme le précisait le commissaire de la République31. En fait, les élections générales traduisaient la reconstitution de la vie politique démocratique dans le cadre des structures partisanes traditionnelles32 : le « oui-oui » était autant socialiste ou démocrate-chrétien que gaulliste ou conformiste. Conjointement à la décroissance du charisme du général de Gaulle et à l'effritement de son intouchabilité, les querelles partisanes rejaillirent, autrement dit le débat démocratique était relancé. Certes, pendant encore quelques semaines, les rapports du commissaire de la République traduisent la persistance de l'attachement de l'opinion moyenne au général de Gaulle, tout en mettant les communistes à part. Victor Le Gorgeu disait du PCF, prenant un ton annonciateur de la guerre froide mais encore voilé par le sentiment unitaire, qu'il « se met en opposition avec le reste de la nation »33. Pourtant, au moment de la vraie démission du général de Gaulle34, le 20 janvier 1946, la population bretonne, sans être indifférente, n'est pas troublée outre mesure par son départ impromptu, à l'identique de l'opinion hexagonale35. L'illusion d'une nation patriote réunie autour d'un « digne successeur de Foch et de Clemenceau »36 était éteinte depuis déjà quelque temps, conjointement à la restauration de la République démocratique dans les têtes. L'analyse de Le Gorgeu confirme cette idée d'un retour à une culture démocratique dans le second semestre 1945 ; il explique ainsi l'absence d'émotion populaire à l'annonce de la démission du général de Gaulle :

  • 37 ADIV 43 W 138, rapport du CR, 1-02-1946.

« Il est certain qu'à mesure que la population reprenait conscience de ses idées politiques, l'énorme crédit dont avait joui le général de Gaulle en tant que chef de la Résistance avait baissé du jour où celui-ci avait pris la conduite des affaires politiques. Il s'était formé, au cours de l'occupation, un esprit d'admiration et de vénération envers le général de Gaulle, qui a beaucoup souffert de la participation de celui-ci à la direction de la politique intérieure du pays dans les dures circonstances qui ont suivi la libération.
[...] Nul n'ose contester les titres du général de Gaulle dans le salut du pays. Mais le rôle qu'il a joué dans la Résistance est dissocié de celui qu'il a eu dans la conduite du pays depuis la libération »37.

11Ces quelques lignes d'analyse demeurent celles d'un Résistant et d'un républicain de centre gauche. Le Gorgeu, comme un tout un chacun, a été fasciné par un aspect du général de Gaulle, et, malgré ses qualités d'observateur sagace de sa région, il exprime quelques difficultés à se départir de ses représentations. Pour lui, le général de Gaulle incarne avant tout l'homme du 18 juin. Or le personnage de Gaulle réduit au rôle du « premier Résistant de France » dans le théâtre de la Libération eût été dans l'incapacité d'accorder l'opinion moyenne sur sa personne comme il le fit. Il parvint à faire converger sur son nom les sensibilités contradictoires divisant traditionnellement le tissu national et qui restaient conflictuelles au lendemain de l'Occupation.

  • 38 ADIV 43 W 170, rapport du préfet, 2-08-1945.
  • 39 Capdevia L., « La construction.... op. cit.

12Il semble bien que les images mentales collectives du général de Gaulle parvinrent en partie à cristalliser sur sa personne un consensus patriotique dans la phase d'après-Libération. Comme l'écrivait le préfet du Finistère en juillet 1945, au moment de la venue du général de Gaulle dans son département, au sujet de « l'accueil délirant » que les Finistériens lui avaient réservé : « dans quelle mesure ces acclamations allaient-elles au Premier Résistant de France ou au chef de Gouvernement, nous ne saurions le dire »38. Aldéric Le Comte se posait la question parce que lui-même avait été Résistant et parce qu'il était préfet : il était donc sensible aux deux représentations. Charles de Gaulle est devenu une figure presque œcuménique dans cette période car son personnage était polysémique. Ainsi, les différents courants qui traversaient l'opinion française convergèrent en partie grâce à ce visage protéiforme. Les pouvoirs publics eux-mêmes participèrent à la diffusion d'une image du général de Gaulle acceptable par tous ; en jouant sur les amalgames et les ambiguïtés, ils souhaitaient favoriser l'union patriotique. La publicité officielle pour « l'emprunt de la Libération » (illustration n° 2), rassemblait, dans un cadre tricolore, le bonnet phrygien accompagné d'un « 1792 » rappelant la Ière République patriote et révolutionnaire, au côté de Georges Clemenceau, sous « le père la Victoire », de Gaulle, et, à sa droite, Adolphe Thiers. L'idée promue était qu'en 1792, en 1871, et en 1918, la liberté avait été obtenue par les dons ou les prêts des citoyens ; il fallait donc en faire de même en 1944. Si Georges Clemenceau était une figure nationale relativement consensuelle à l'époque, Adolphe Thiers et la Ière République généraient des mémoires conflictuelles dans le sillage des guerres franco-françaises. En réunissant la République de 1792 et Thiers aux côtés de Clemenceau et de Gaulle, non seulement on stimulait les mémoires positives des courants contraires qui parcouraient la nation afin de favoriser leur convergence, mais, tout en cherchant à exorciser les guerres franco- françaises, on rappelait que les frères ennemis de la grande famille française avaient lutté pour un idéal commun : la souveraineté de la France. Ainsi, les imaginaires concurrents de la Libération convergèrent sur la figure synthétique du général de Gaulle : si pour les uns il incarnait « l'âme de la Résistance », pour d'autres il était celui qui avait donné la Victoire à la France et lui permettait de restaurer son rang, et pour les plus frileux il n'était rien moins que le chef de l'exécutif qui assurait la continuité de l'État39.

Notes

1 Benamou J.-P., « L'écho de l'arrivée du général de Gaulle dans le Calvados », dans : Fondation Charles de Gaulle, op. cit., p. 228-229.

2 Cité dans Foulon C.-L., Le pouvoir... op. cit., p. 226.

3 354 personnes auraient été interrogées pour réaliser cette enquête d'opinion, cf. Ibid.

4 Laborie P., L'opinion... op. cit., p. 322.

5 ADCA, L'Aube Nouvelle, 2-12-1944.

6 ADCA, L'Aube Nouvelle, 16-12-1944.

7 Azéma J.-P., « État de l'opinion publique en décembre 1944. Rapports de préfets et sondages », Fondation Charles de Gaulle, op. cit., p. 779-795.

8 ADIV 43 w 128, rapport du CR, 30-09-1944.

9 Azéma J.-P., « État…», op. cit., p. 781.

10 Ibid. p. 783.

11 Discours du 14-10-1944, dans De Gaulle C., Discours et messages - Pendant la guerre (1940/1946), Plon, 1970, p. 478-482.

12 ADIV 43 W 130, rapport du CR, 16-11-1944.

13 ADIV 43 W 131, rapport du CR, 1-12-1944.

14 Discours prononcé devant l'assemblée consultative le 22-11-1944 dans, De Gaulle C., Discours... op. cit., p. 509-514.

15 ADIV 43 W 133, rapport du CR, 31-01-1945.

16 ADIV 43 W 133, rapport du général Allard, 1-02-1945.

17 ADIV 43 W 134, synthèse du contrôle technique, 31-01-1945.

18 ADIV 43 W 135, synthèse du contrôle technique, 1-05- 1945.

19 ADIV 43 W 136, rapport du CR, 1-08-1945.

20 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 1-08- 1945.

21 ADIV 43 W 172, rapport du préfet, 1-08- 1945.

22 ADIV 43 W 136, cité dans le rapport du CR, 1-08- 1945.

23 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 1-08- 1945.

24 Discours des 12 et 21 juillet 1945, De Gaulle C., Discours... op. cit., p. 618- 627.

25 Travaillant sur les dessins d'humour dans la presse parisienne, Christian Delporte observe que de Gaulle subit ses premières égratignures dans la seconde moitié de l'année 1945, cf. « les caricaturistes épargnent le maréchal », L'Histoire, n° 179, 1994, p. 61.

26 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 1-08-1945.

27 ADIV 43 W 137, rapport du CR, 16-09-1945.

28 Ibid.

29 On peut remarquer des caricatures courtoises mais critiques, dans la presse résistante, en mai / juin 1945 (Cf. « de Gaulle et les trusts », Vd'O, 2-06-1945).

30 Rioux J.-P., La France... op. cit. p. 87.

31 ADIV 43 W 138, rapport du CR, 1-11-1945.

32 Rioux J.-P., La France... op. cit. p. 94.

33 ADIV 43 W 138, rapport du CR, 16-11-1945.

34 Il semble que ce fut différent à l'occasion de la journée des dupes du 16 novembre 1945 (cf. Lacouture J., De Gaulle - Le politique (1944-1959), Seuil, 1985, p. 217-218), lors de la fausse démission du général de Gaulle ( ADIV 43 W 138, rapports successifs du CR entre le 16-11-1945 et le 1-02-1946).

35 Berstein S., « les chagrins du général de Gaulle », L'Histoire, n° 179, 1994, p. 88.

36 ADIV 43 W 142, adresse de la délégation spéciale de Trégorvan au général de Gaulle, 26-11-1944.

37 ADIV 43 W 138, rapport du CR, 1-02-1946.

38 ADIV 43 W 170, rapport du préfet, 2-08-1945.

39 Capdevia L., « La construction.... op. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 8. Enquête d'opinion réalisée dans la clandestinité par le SSS en mai / juin 1944, sur la popularité du CFLN et du général de Gaulle.
Légende Source : sondages SSS, publiés dans Vent d'Ouest, n° du 16 décembre 1944
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8887/img-1.png
Fichier image/png, 436k
Titre Tableau n° 9. Résultats du référendum du 21 octobre 1945 en France et en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8887/img-2.png
Fichier image/png, 198k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search