Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons au lendemain de l'Occupation

 | 
Luc Capdevila

Cinquième partie. La dynamique de la Libération : resserrement du tissu national et retour à l'ordre démocratique

Chapitre 14. Libération et après-Libération, l'absence de consensus

Luc Capdevila

Texte intégral

  • 1 Frank R., La hantise... op. cit., p. 226. (...)

1 Les communautés sont parcourues par des tensions de tous ordres conduisant à la mise en réseau des individus, cristallisant les solidarités, fixant les antipathies, déterminant des lignes de fronts intra-communautaires, dont l'expression par les conflits est une des contraintes politiques du développement des sociétés locales. Ces conflits s'expriment pleinement en période de crise, ou de compétitions maîtrisées, qu'elles soient électorales, sportives, festives, etc. « La désunion fait partie de la culture politique », écrit Robert Frank ; les situations d'union nationale sont exceptionnelles 1 . Les guerres participent normalement de ces situations exceptionnelles. Or, dans certaines communes, dès les journées libératrices, mais le plus souvent un peu après, ces conflits endogènes aux communautés, au lieu d'être atténués, ont été réactivés, si tant est qu'ils aient jamais cessé, tout en étant réinsérés dans l'imaginaire de la Libération. La difficulté consiste à mesurer la réalité de ces conflits. Autant ils semblent nombreux à la lecture des affaires qui s'égrènent au fil des rapports des pouvoirs publics et des plaintes qui remontent aux CDL, autant rapportés à l'échelle des 1318 communes bretonnes, tous ces faits recensés, cumulés, n'apparaissent pas comme révélateurs d'un phénomène dominant. L'articulation entre les études locales et l'analyse globale n'est pas simple, d'autant que le regard des pouvoirs publics, l'unique source dans le cas précis qui permettrait d'envisager une synthèse régionale, en généralisant des agitations ponctuelles, semble incommodé par une myopie.

  • 2 Laborie P., Opinion et représentations : La libération et l'i (...)

2 Le témoin majeur de l'absence d'un consensus initial consiste dans l'ambivalence du système de représentations de la Résistance 2 . L'imaginaire social de la Libération met en interaction deux images mentales de la Résistance. L'une est positive pour la très grande majorité de la population. Il s'agit de la Résistance éloignée, incarnée notamment par le général de Gaulle ; elle concerne également une Résistance héroïque mythique, celle de la clandestinité. L'autre système de représentations, négatif ou positif selon la position de chacun, est celui de la Résistance locale. Au contact des réalités, le plus souvent chargée d'organiser l'épuration au bourg, elle souffre d'une dégradation rapide de son image au sein d'une partie de l'opinion. L'image ambivalente de la Résistance opposant une Résistance « vraie », « authentique », « de la première heure », à une Résistance « fausse », « de la dernière heure », « du mois de septembre », fait partie intégrante de l'imaginaire collectif de la Libération ; elle est partagée par toutes les catégories de la population, les collaborateurs extrémistes mis à part. Cela dit, la construction des imaginaires singuliers obéit à des ressorts culturels différents suivant la position occupée par chacun dans le théâtre de la Libération. Un individu ordinaire, un préfet ordinaire, un FFI ordinaire, un interné ordinaire pour marché noir regarde la scène de la Libération à travers le prisme de l'ambivalence de l'image de la Résistance ; mais il oriente aussi sa lecture de la réalité en fonction de la perception qu'il a de lui-même, de l'image de soi, ce qui le conduit à un décodage singulier du réel.

  • 3 Sondages SSS.
  • 4 Laborie P., L'opinion... op. cit., p. 313. (...)
  • 5 Laborie P., « A propos de la Résistance et de l'opinion française devant l (...)
  • 6 Sweets J., « Clermont-Ferrand et les maquis », dans Marcot (...)
  • 7 Pavone C., « La « zona grigia » nell'ltalia divisa in due : caratteri ed e (...)

3 Avant la Libération, un écart culturel plus ou moins important séparait la population de la Résistance armée locale. Un sondage clandestin réalisé par les services d'Yvon Morandat en juin 1944 avait montré que 60 % des personnes sondées appréhendaient le déchaînement des passions à la Libération. Même après le débarquement, Pierre Laborie estime à 20 % maximum la part de l'opinion favorable aux maquis. Dans le sondage d'Yvon Morandat, 20 % de la population sondée se disait proche de la Résistance 3 . Les 30 % d'opinions favorables aux maquis seraient dépassés seulement après le 5 août pour le midi toulousain 4 . La principale raison était la peur des représailles. Mais, précise Pierre Laborie, la peur de subir des représailles n'induit pas pour autant une condamnation ou un rejet de la Résistance 5 . Les relations entre les populations locales et les maquis, tout en allant dans le sens d'une adhésion croissante de l'opinion, s'inscrivaient dans une tension permanente, un va-et-vient constant qui oscillait au fil du cycle des répressions allemandes et des dérapages voire des expéditions punitives de la Résistance 6 , faisant que, jusqu'à la fin, l'adhésion de l'opinion n'a presque jamais été pleinement acquise. À cette date, le système de représentations de la Libération évoluait au rythme des oscillations entre l'insurrection vécue et la Libération rêvée. Des lettres interceptées par le contrôle technique du Finistère pendant la phase d'insurrection montrent qu'une partie de la population vivait la Libération par procuration et avait le sentiment d'être prise entre deux feux. Ces opinions singulières, émises depuis la mouvance des gens ordinaires, la « zone grise » 7 comme la nomment les historiens italiens, parfois ne manifestent aucune sympathie à l'égard des résistants locaux. Surtout, elles signalent que ces épistoliers n'avaient pas le sentiment d'appartenir à la même communauté de destin. Le 26 juillet, une femme de Leuhan, un bourg près de Châteauneuf, écrivait à son mari prisonnier de guerre en Allemagne :

  • 8 ADF 31 w 408, lettre du 26-07-1944 de Mme P.

« Tu me dis aussi que la vie est triste mon cher mari, console-toi, si tu connaissais notre situation ici ; il y a deux partis l'un contre l'autre et c'est surtout la campagne qui est prise injustement, tantôt par un côté tantôt par l'autre, nous sommes des gens sans défense, toujours menacés, forcés d'obéir, des fermes sont incendiés et je ne sais quoi, des combats là ce n'est pas pire qu'ici. » 8

  • 9 ADF 31 W 408 lettre de M.L., 30-07-1944.
  • 10 ADF 31 W 408 lettre de M.C. interceptée le 30-08-1944.

4 Cette habitante de Leuhan regroupe les maquisards et les Allemands et les sépare de la population civile perçue comme l'otage des forces de combat. Plus encore, la cause des résistants est considérée comme étrangère à celle des gens de la campagne, à celle des « gens sans défense ». De même, un habitant du bourg de Coat-Mêla (520 habitants) situé dans le bas-Léon blanc, écrivait, vraisemblablement à son fils prisonnier en Allemagne, fin juillet 1944 : « À ton retour nous aurons beaucoup à se raconter, il s'est passé bien des choses depuis votre départ surtout en question d'administration communale, car ici les embusqués priment ou veulent nous faire marcher à coups de triques, il y aura des comptes à régler, car beaucoup de paysans en ont marre ici » 9 . Dans cette lettre, les « embusqués » sont synonymes de partisans. Il est clair que la préparation de la Libération est vue à travers les enjeux de pouvoir locaux, mais qui se traduisent en termes de clivages politiques et également sociaux. L'auteur de ce courrier perçoit ce conflit de la Libération à travers une opposition qui sépare les « embusqués » (les partisans) des paysans. Moins alarmiste, mais lisant l'événement à travers une grille similaire, M.C. de Landudec, en basse-Cournouaille région de culture politique plus favorable à la gauche républicaine, écrivait le 9 août à un membre de sa famille prisonnier en Allemagne : « par ici c'est la pagaille maintenant, des fois des villes tombent entre les mains de la Résistance, des fois entre les mains des Allemands. Heureusement que les plus forts (les Alliés) ne sont pas loin et ils vont bientôt remettre l'ordre et ramener la paix tant souhaitée » 10

  • 11 ADF 31 W 408 lettre de X à Loctudy, interceptée le 9-10-1944.
  • 12 Bougeard C., Histoire... op. cit., p. 17. (...)
  • 13 Crémieux-Brilhac J.-L., “La bataille des Glières et la guerre psychologiqu (...)
  • 14 ADCA 2 W 96, lettre anonyme datée 18-08-1944 à Pléneuf.
  • 15 Cf. en particulier : Comité de Résistance du Cinéma, La Libération de Par (...)
  • 16 Crémieux-Brilhac J.-L. « France », op. cit., p. 1 (...)
  • 17 Crémieux-Brilhac J.-L., Ici Londres...op. cit., (...)

5 Ces hommes et ces femmes souhaitent ardemment la libération et surtout le retour à la paix. Ils ont été très certainement joyeux le jour où leur commune fut libérée, mais ils furent vraisemblablement méfiants quand, au même moment, les FFI en armes investirent l'espace public et qu'un CLL déposa le conseil municipal. Évidemment, des courriers enthousiastes, illustrant un unanimisme singulier, existent également. L'extrait suivant est tiré d'une lettre écrite le 9 août 1944, lors des journées de la Libération, par un habitant de Loctudy, dans le pays bigouden de tradition bleue virant au rouge à la Libération : « Pour nous tout va bien, le calme règne, les FFI sont très bien, notre mairie parfaite. Tu sais combien les Bretons sont gaullistes, alors c'est la joie [...] notre nouveau préfet est très bien paraît- il. » 11 Parallèlement, en particulier à travers le media de la BBC, dont l'écoute était devenue progressivement un phénomène de masse pendant l'Occupation, en Bretagne de manière très précoce 12 , l'opinion se construisait une image mythique de la Résistance gaulliste et des maquis éloignés 13 . Ce système ambivalent, qui combine une Résistance héroïque éloignée avec une Résistance locale porteuse de risques, est fixé dès la Libération. « Les plus grands profiteurs de guerre, les plus opportunistes entrent dans la résistance de la dernière heure qu'il serait bon ne pas confondre avec ceux du maquis », dénonçaient des habitants de Pléneuf au préfet Gamblin le 18 août 1944 14 . En représentant les heures de la Libération de manière globale comme une phase de communion de la nation, on épouse un mythe littéraire. Celui qui est présent dans les films d'actualités de l'époque 15 , celui qui est diffusé par la BBC pendant l'été 1944 en « façonnant le tableau d'une France se libérant elle-même » 16 , maintenant l'illusion d'un soulèvement collectif. La libération de la Bretagne fut narrée pendant les premières journées d'août comme l'épopée d'un peuple insurgé, « les Français de Bretagne » 17 . Mythe construit par ceux de la France combattante, on ne le retrouve pas avec netteté vu depuis la société civile. De nombreux signes témoignent de dissensions au sein des localités et montrent qu'une partie notable de la population échappait à la dynamique de la Libération. Suivant l'histoire de la commune, la capacité locale de la Résistance à s'imposer, à encadrer, à exister, les proportions entre la mouvance résistante et les indifférents, les narquois et les inquiets variaient. Suivant les lieux, les plaintes contre la Résistance locale remontèrent plus ou moins vite ; les plus précoces furent déposées dès le début du mois d'août, mais le plus souvent il fallut attendre deux à trois mois avant que les plaignants, plus ou moins rassurés, se décident à protester ; certains ne le firent jamais par crainte de représailles mais aussi par conformisme. Dès le début de l'automne 1944, des procès en justice de paix condamnent des résistants locaux pour des excès commis dans l'enthousiasme de l'été 1944.

  • 18 ADIV 214 W 52, n° 35, chambre civique de Saint-Brieuc, acte d'accusation.
  • 19 ADIV 214 W 52, n° 35, chambre civique de Saint-Brieuc, interrogatoire du 9-01-1945, devant le juge (...)
  • 20 Autre affaire du même genre : ADIV 214 W 61, n° 377, 378, 379, chambre civique de Saint-Brieuc.

6 Des individus manifestèrent des comportements totalement en contradiction avec l'esprit de la Libération. On découvre dans les archives judiciaires quelques cas de familles qui ont protégé des soldats allemands pendant les journées de la Libération. À Caurel, minuscule bourg de 608 habitants dans le canton de Mûr, le 5 août, une femme hébergea deux soldats allemands habillés en civil : elle les cacha dans son grenier afin de les soustraire aux recherches des FFI. L'acte d'accusation souligne : « Il ne paraît pas établi qu'elle ait eu l'intention de favoriser les entreprises de l'ennemi contre la France, mais en cachant deux soldats allemands, elle apportait une aide au moins indirecte à l'Allemagne. » 18 En effet, son système de défense est élémentaire : elle répondit au juge d'instruction : « Je l'ai fait comme je l'aurais fait pour d'autres, aussi bien Américain que Français. Je les aurais hébergés de la même façon. » 19 La chambre civique a acquitté cette femme : reconnaissance de sincérité, s'il en est. Son mari, mobilisé en 1939, était en captivité en Allemagne, et, bien qu'elle ait travaillé pour les Allemands, il est précisé qu'elle n'avait pas eu de relations intimes avec eux. Par contre, il est probable qu'elle se rattachait à des réseaux qui se considéraient en marge à la Libération. Dans le contexte culturel de l'après-Libé- ration, ne pas différencier les Français des Américains et des Allemands est peu courant. Par ailleurs, le fait que son beau-frère, un milicien, ait été abattu laisse penser qu'elle pouvait ne pas avoir de sympathie affirmée pour la Résistance locale 20 .

  • 21 ADCA 1140 W 1, PV séance du 5-09-1944.

7 Autre forme de solidarité divergente mais beaucoup plus répandue : les populations qui se mobilisent contre l'arrestation d'un voisin suspecté de collaboration et arrêté par les FFI. Des lettres de soutien sont écrites. Des pétitions circulent, réclamant la mise en liberté de quelques suspects. Deux pétitions sont retenues par le CDL des Côtes-du-Nord lors de sa séance du 5 septembre 21 , signe que dans ces deux cas les réseaux de solidarité ont été extrêmement rapides à se mobiliser. L'une avait été signée par trente personnes à Moncontour, l'autre demandait la libération d'un jeune garçon de Saint-Brieuc. D'autres suivent, on les retrouve par la suite dans les dispositifs de défense lors des procès d'épuration devant les Cours spéciales.

  • 22 ADIV 43 W 150, dossier de fonctionnaire.
  • 23 Sainclivier J., Permanences... op. cit., atlas p. (...)
  • 24 ADIV 1080 W 198, municipalité de Luitré, lettre du sous-préfet de Fougères au maire, 11-12- 1944.
  • 25 Ibid.
  • 26 ADIV 1080 W 198, lettre, 18-12-1944.
  • 27 ADIV 1080 W 198, lettre, 19-12-1944.
  • 28 ADIV 55 W 2, réorganisation des conseils municipaux, 1944 -1945.

8 Dernier exemple de comportement et de sentiment divergents : l'indifférence ou la réticence affirmées face au nouveau régime. Avant d'exercer la charge de sous-préfet de Fougères, Jacques Hubert de Solminihac avait été le responsable militaire de DF pour l'Ille-et-Vilaine et membre du second CDL clandestin 22 . Connu pour être un membre éminent de la Résistance dans le département, il fut boycotté par le maire de Luitré et son conseil municipal lors de sa venue dans la commune le 10 décembre 1944. La région orientale de l'arrondissement de Fougères est une zone où la Résistance fut pratiquement inexistante 23 . Dans la petite assemblée venue accueillir le sous-préfet, une voix s'éleva : « si cela avait été pour accueillir les Allemands, M. le maire n'aurait pas manqué d'être là » 24 . Le sous-préfet de Solminihac, outré, adressa personnellement au maire, dès le lendemain, un rappel à l'ordre ferme et cassant, témoignage des rapports de force qui continuaient de s'exercer à cette date, et d'une conception coercitive de l'encadrement par les pouvoirs publics : dans la citation suivante, le mot « indifférent » est lourd de signification. De Solminihac concluait son rappel à l'ordre par : « il vous incombe non seulement d'administrer votre commune, mais d'y représenter le Gouvernement dont vous dépendez et ce de telle façon qu'on ne puisse vous accuser d'être opposé ou indifférent à ce dit gouvernement » 25 . Puis, tout en faisant état au préfet de cet épisode qu'il qualifia de scandaleux 26 , il ordonna à la gendarmerie d'ouvrir une enquête sur « l'attitude pendant l'occupation allemande » du maire de Luitré 27 . Au demeurant, ni le maire de Luitré, ni aucun de ses conseillers ne figurent parmi les magistrats municipaux déchus à la demande du CDL et déclarés non éligibles 28 .

  • 29 ADIV, chambre civique, 215 W 60, dossier époux G, rapport des RG de Quimper, 12-12-1944.
  • 30 ADIV, chambre civique, 215 W 60, dossier époux G, arrêt de la chambre.
  • 31 ADIV, chambre civique, 215 W 60, dossier époux G, déclaration de plusieurs maquisards.

9 La réalité est toujours plurielle. Les sociétés locales n'ont pas réagi de manière monolithique face à la Libération, les sociabilités qui les structuraient continuèrent de jouer. Afin d'éviter de sombrer dans l'empirisme, quelques cas typiques des fractures intra-communautaires traditionnelles ont été réunis pour illustrer en quoi les sociabilités, en continuant d'exister, rendent caduque le stéréotype d'un « unanismisme » à la Libération et après. Les conflits privés se sont insérés naturellement dans les événements ; de ce point de vue, la Libération ne fut en aucune manière une « trêve des parties » au sens large ; au contraire, le processus d'épuration leur permit de jouer à plein. Dans la commune de Saint-Germain-Plogastel, il y avait un village, c'est-à-dire un hameau ; il regroupait seulement deux fermes ; les familles G et D y vivaient en mésintelligence depuis plusieurs générations et nombreux étaient les procès intentés par l'une contre l'autre et réciproquement 29 , pour des affaires de limites de champs et de branches de pommiers. À la fin de la guerre, D fut interpellé par les Allemands pour avoir conservé son fusil de chasse ; évidemment, D accuse G de l'avoir dénoncé. G s'en défend, mais le couple fut traduit devant la chambre civique de Quimper le 7 juillet 1945 et condamné à l'indignité nationale 30 , après avoir subi pendant la phase d'insurrection une action punitive du maquis de Plogastel 31 . Une lettre de dénonciation d'un maire de la Libération dans les Côtes-du-Nord traduit un esprit voisin à travers une opposition entre gens du bourg et gens des écarts. Répondant au commissaire de la République sur des affaires de marché noir qui auraient pu se produire dans sa commune, il commence par affirmer qu'il n'a jamais eu connaissance de trafic dans sa municipalité, puis précise :

  • 32 ADIV 43 W 141, lettre du maire de la Libération au CR, 16-01-1945.

« Je dois vous dire que je ne connais aucun fait très précis. Je crois de mon devoir de vous signaler que l'opinion s'émeut de voir que la lumière n'a pas été faite sur un certain M. X originaire de la commune de A [...] ce M. X aurait fait pendant l'occupation un fort commerce d'alcool dans toute la région ; il avait comme rabatteur ici un M. Y agent d'assurance habitant à la gare de Z. Cet alcool à n'en guère douter était pour les boches. Il serait bon que la lumière soit faite sur ce cas » 32 .

  • 33 ADCA 1140 W 1, lettre du président du CLL de Gomméné au CDL, 8-03-1945.

10 Le maire ne dispose pas d'information précise à donner. Or, sans se porter entièrement garant du comportement non-mercantile de ses administrés, il trouve tout de même le moyen de glisser des soupçons sur un habitant de la commune voisine et un concitoyen domicilié à l'écart du bourg. D'autres documents témoignent de ces conflits intercommuaux. Ici, l'expression de ces rivalités est différente mais leur nature similaire à celles de l'exemple précédent. Les chefs-lieux de canton de la Chèze et de Merdrignac étaient dirigés par des CLL FN, tandis que les petites communes périphériques en conflit avec leurs chefs-lieux, Plémet, Coëtlogon, Gomméné, étaient dirigées par des CLL MLN. Évidemment, l'information ne passait pas entre les différents comités, ce qui était ennuyeux dans la mesure où l'organisation départementale des CLL ayant repris le découpage administratif, les comités des chefs-lieux de canton avaient une fonction de relais. Évoquant ses relations avec son CLL cantonal, le président du CLL de Gomméné disait : je suis « en termes mettons assez froids avec certaines raclures du comitard cantonal bourgeois qui n'est que haine, envie, dégoût et qui va s'effondrer aux prochains scrutins sous les rires et les lazzis : les lazzis pour les fourbes, les rires pour les couillons » 33 .

  • 34 Leguirriec P., Le pouvoir en campagne, formes locales du poli (...)
  • 35 Ibid. p. 82.

11 Des imaginaires ont perçu les conflits de la Libération comme la réalisation de la revanche des « petits » sur les « gros ». À partir d'une étude ethnographique sur Scrignac, un des fiefs communistes des campagnes rouges de Bretagne, Patrick Le Guirriec a montré comment le PCF s'installa à Scrignac à la Libération par le vecteur de la Résistance. En s'insérant dans les mythologies des conflits locaux, le PC orienta la lecture de la Libération suivant la grille de la lutte des classes rurales. L'opposition entre les « monsieurs » (les gros propriétaires) et les « malheureux » (les petits paysans et les journaliers) glissa par la terminologie de la Libération en un conflit opposant les « résistants » aux « collaborateurs » 34 . Patrick Le Guirriec écrit : « les perturbations créées par l'occupation allemande favoriseront le bouleversement de cet ordre social. Si les Petits, les Malheureux entrent massivement dans la Résistance, les gros propriétaires, refusent de se ranger au côté des communistes qui y sont largement majoritaires. Ils sont donc accusés de collaboration et subissent eux aussi les représailles des résistants » 35 . Évidemment, les oppositions politiques jouent à plein dans ce contexte. Le conflit traditionnel qui opposait les Bleus puis les Rouges aux Blancs dans les petites communes pouvait prendre des allures d'organisations claniques. À la Libération, certaines luttes politiques communales opposaient désormais les familles de « collaborateurs » aux familles de « résistants », signe, au- delà des désignations réciproques et des réalités vécues, de la relecture de conflits anciens à la lumière des événements récents. L'exemple suivant témoigne de cette vie politique locale. Il a été choisi dans une petite commune de la baie d'Audierne que nous appellerons par convention P.

  • 36 ADIV 43 w 142, lettre de l'ex-maire au CR, 19-08-1945.

« Notre famille tient à la tête de la commune très républicaine depuis de nombreuses années ; mon beau-père A. ayant fait 35 ans de services, moi-même 23 a fallu démissionner en fin 1941 et remplacé par les démarches de l'adjoint Maire Z. qui n'en pouvait à cause de son âge par Y, chef du parti adverse qui a été interné, poursuivi comme collaborateur et acquitté par la chambre civique d'une façon très bizarre.
Ainsi règne à P. une désunion et le père Z très allié avec l'ex-Maire Y par suite du mariage de l'un de ses fils avec la fille Y a contrarié la dernière élection et combattu surtout la résistance ; et pour pouvoir conserver le parti, mon gendre B. a été obligé de le mettre à la tête de la liste et d'accepter la charge du Maire et sur 12 conseillers, 5 du parti adverse passa au premier tour et C. étant un des premiers à la résistance » 36 .

  • 37 ADIV 43 W 163, dissolution des conseils municipaux, délégations spéciales, Finistère.
  • 38 ADIV 43 W 165, municipales de 1945, préfecture du Finistère, liste des communes classées d'après l (...)
  • 39 ADIV 215 W 66, chambre civique du Finistère, dossier Le.
  • 40 Ibid.
  • 41 ADIV 215 W 66, chambre civique du Finistère, dossier Le., rapport des RG de Quimper, 26-06- 1945.

12 Ce tableau brossé par l'ancien maire de P dans un français laborieux (P est situé en pays bretonnant) dévoile les stratégies familiales dans la durée. Le clan d'agriculteurs radicaux-socialistes, les « Rouges », s'est approprié la municipalité depuis plusieurs générations. Il l'a perdue sous l'Occupation au bénéfice du clan des agriculteurs démocrates populaires et URD, les « Blancs ». À la Libération, il la récupère par le biais d'une délégation spéciale 37 et la conserve lors des élections municipales. Le gendre est à la tête de la municipalité 38 . Cependant le jeu des tractations entraîna la défaite du président du CLL, ce que doit vouloir préciser l'ancien maire dans la dernière phrase de la lettre. Mais la personnalité du maire de l'Occupation pose problème. Il a œuvré dans des conditions difficiles et tout le monde ne s'accorde pas sur son bilan. Après la Libération, le clan rival, par le biais du CLL, le fit arrêter. Il est interné pendant six mois, accusé par le comité d'épuration d'avoir ravitaillé les Allemands et d'avoir exercé des pressions sur les jeunes pour qu'ils partent au STO. L'opinion de la commune était divisée sur son cas 39 . Au moment de son procès devant la chambre civique, il put réunir autant de témoignages pour sa défense que le CLL put rassembler de dépositions pour le charger et il fut acquitté 40 . Mais cette affaire entraîna un malaise dans la commune pendant toute la période. Un rapport des RG concluait ainsi son analyse sur les tensions dans la commune de P : quand Z « aura repris sa place derrière la charrue, les esprits s'apaiseront et on oubliera à P toutes ces querelles politiques où il y a trop de place pour les petites mesquineries qui, en définitive, ne manquent pas de ruiner à l'intérêt même du pays » 41 . Ce n'est pas le lieu ici de refaire le procès de Z, ni d'évoquer Clochemerle et de renvoyer les « Rouges » et les Blancs dos à dos, mais simplement d'observer comment les sociabilités insérées dans la dynamique de la Libération pouvaient faire rejouer les failles.

  • 42 ADCA 1140 W 1, lettre de l'abbé Corbel, du CLL de Languédias, à l'abbé Cherruel du CDL, 19- 02-194 (...)
  • 43 ADM 13 240, contrôle technique, interception, lettre écrite par X de Gueltas.
  • 44 FOUILLOUX (E.), Les chrétiens français entre crise et libération, 1937-19 (...)
  • 45 ADCA 1140 W 3, lettre du recteur de Carnihuel à l'abbé Cherruel du CDL, 7-09-1944.

13 Le conflit école publique / privée aurait pu s'éteindre à la Libération. La Résistance en réunissant des ecclésiastiques et des anticléricaux dans l'œuvre commune de libération eut pour prolongement le maintien de cette union dans des organismes issus de la Résistance. L'abbé Cherruel était un des membres éminent du CDL des Côtes-du-Nord marqué à gauche. À Languédias, le CLL, présidé par un radical-socialiste, avait pour secrétaire l'abbé Corbel dès le début du mois d'août. La crise au sein du comité de Languédias qui entraîna la démission de l'abbé Corbel ne mûrit qu'au début de 1945 42 , moment où le conflit entre le public et le privé allait croissant, la Libération étant désormais perçue par les anticléricaux comme le temps de la revanche sur le cléricalisme de Vichy. « La lutte entre libres et laïques est de plus en plus dure et ce n'est sans doute pas de ces temps-ci que cela va changer », écrivait désolé un habitant de Gueltas (674 habitants) le 16 janvier 1945 il évoquait un conflit qui mettait sa commune en « effervescence » et dans lequel il était partie prenante : « c'est la bête noire d'institutrice laïque qui en est responsable » 43 . À l'échelle locale, suivant les lieux 44 , la Libération n'a pas nécessairement donné lieu à une trêve entre cléricaux et anticléricaux. À Canihuel, commune de moins de 950 habitants dans le sud-ouest des Côtes-du-Nord, le CLL fut créé à l'initiative de l'instituteur. Le recteur, blessé de ne pas avoir été invité à y participer, adressa la lettre suivante à l'abbé Cherruel, représentant DF au CDL : « J'ignore la composition de ce nouvel organisme. J'en connais seulement le président, l'instituteur, avec lequel du reste j'ai collaboré moi-même. Mais je tiens à déclarer au CDL ma surprise, à constater que je suis l'objet d'une éviction flagrante. Sans forfaiture, je déclare que mes titres suffisaient amplement à mériter la confiance du président du dit comité » 45 .

  • 46 ADCA 1 J 16 n° 6342, PV du CLL, 29-09-1944.

14 Le CLL de Trégastel, anticlérical, était en conflit avec les cléricaux. Le comité décida fin septembre de remplacer la déléguée du Secours national qui aurait fait preuve de « parfait collaborationnisme pendant l'occupation » 46 . En fait, le CLL lui reprochait, pour l'essentiel, d'avoir favorisé sous l'Occupation les familles qui scolarisaient leurs enfants dans l'institution privée, et, depuis la Libération, de discréditer l'action de l'Union des jeunes filles françaises patriotes (UJFP). Or, l'UJFP venaient d'enregistrer les premières démissions, le CLL lui en faisait porter la responsabilité. Les instituteurs publics en exercice ou à la retraite étaient largement représentés au CLL ; quant à la déléguée du secours national démissionnaire, elle enseignait dans le privé. Une semaine plus tard, le ton monte, la crise mûrit ; le CLL adressa au recteur un ultimatum, mêlant le clivage clérical / anticlérical avec celui de la Résistance et du patriotisme opposés à la collaboration :

« Monsieur le Recteur,
Depuis l'occupation de l'ennemi et jusqu'à la libération vous avez tenu dans vos conversations privées des propos antigaullistes.
Dans vos sermons vous avez, à différentes reprises, pris nettement position dans le sens du collaborationnisme et, dans un cas précis, vous avez eu une attitude antialliée.
Le Comité de Résistance faisant preuve d'esprit de conciliation n'a pas voulu vous inquiéter, mais il désire vous faire comprendre qu'esprit de conciliation ne signifie en aucun cas : faiblesse.
Or, depuis quelque temps des témoins nous rapportent que :

  • vous avez nettement pris parti contre la nouvelle municipalité.
  • depuis la création à Trégastel de l'UJFP vous vous êtes efforcé [...] d'empêcher certaines adhésions [...]
  • en chaire vous attaquez l'école laïque en des termes plus ou moins déguisés.
  • 47 ADCA 1 J 16 n° 6342, pli adressé par le CLL de Trégastel au recteur de Trégastel, 3-10-1944.

En conséquence de tous ces faits, le CLR de Trégastel vous donne ce premier et dernier avertissement : adopter une attitude absolument neutre à l'égard de la nouvelle municipalité, de l'école laïque, et envers tout mouvement patriotique déjà créé ou sur le point de l'être » 47 .

  • 48 Ordonnance du 21 avril 1944 portant organisation des pouvoirs publics en France après la Libératio (...)
  • 49 ADCA 1J 16 n° 6342, PV du CLL, 7-09-1944.

15 Toutes ces fractures pérennes jouèrent, et d'autres encore, secouant les sociétés locales, la ligne de partage ne séparant pas nécessairement le clan des « collabos » et celui des « résistants ». Les exemples proposés jusqu'à présent correspondent à des perceptions singulières. Or, souvent, les rivaux parviennent à organiser leur affrontement en mobilisant chacun leurs « résistants ». Lorsque l'ancienne municipalité de Trégastel redressa la tête, début septembre, en apprenant l'existence de l'ordonnance d'Alger du 21 avril 1944 48 (elle prescrit notamment le maintien des municipalités élues en 1935), le conseil municipal déchu vint réoccuper l'Hôtel de ville, escorté par sa propre garde FFI 49 . La réaction de l'ancienne municipalité de Trégastel apparaît en effet symptomatique. Elle s'est laissée déposer sans résistance au moment des journées libératrices, signe, non pas d'unanimisme à l'égard de la Libération, mais de prudence face aux résistants, d'atermoiement face aux événements. Très vite, en vérifiant l'existence du pouvoir préfectoral et la volonté affirmée du centre de rétablir la légalité républicaine, les élus d'hier s'opposent au « conseil de gérance », en affirmant leur droit, certes, mais en se dotant d'une identité résistante : ils ne viennent pas occuper l'Hôtel de ville flanqués de gendarmes. À Guégon (2 500 habitants) c'est à coup de comités locaux que se sont réglés les conflits politiques :

  • 50 ADM, M 13 240, contrôle technique, interception, lettre écrite par N., 1-01-1945.

« Cher parrain,
[...] Et voici que les luttes politiques recommencent. Chez nous un Comité de Libération de « gauche » a voulu se former pour « épurer » le Maire (d'ailleurs Conseiller départemental) et faire entrer des extrémistes au Conseil Municipal, et cela, dans le plus grand secret. Providentiellement j'ai découvert l'affaire à son début, et l'ai laissée se développer afin de bien connaître les membres du Comité et les candidats proposés. Nous avons alors formé un second Comité de Libération, obtenu la réhabilitation de notre Maire, et fait nommer des conseillers municipaux choisis par nous » 50 .

  • 51 ADIV 43 W 128, le préfet au CR, 17-08-1944.

16 Le préfet du Finistère découvrant lui aussi tardivement l'ordonnance d'Alger et, prévoyant les situations qui allaient en découler, écrivit le 17 août 1944 au commissaire de la République : « Je suis un peu effaré à la lecture de cette ordonnance car elle va se révéler inapplicable dans le département en raison de situations de faits qui ( ?) créée dans la plupart des communes du département et contre lesquelles il est impossible d'aller sous peine de désordre. Par contre j'intime qu'il est possible de composer » 51 .

  • 52 ADIV 43 w 167, rapport du préfet, 9-09-1944.

17 La réorganisation des conseils municipaux peut être utilisée comme un outil d'évaluation de l'absence ou de la résorption des conflits locaux majeurs. Dans les municipalités où l'autorité de l'ancienne assemblée communale ou celle de la nouvelle équipe issue de la Libération emportait l'adhésion d'une majorité sensible de la population, les conseils municipaux furent réinstallés assez vite. Ils pouvaient être simplement maintenus ou rétablis, ils pouvaient être remplacés par une délégation spéciale. Par contre, les communes qui, à l'image de Trégastel, observaient un face-à-face tendu entre un CLL organisé et un ancien conseil municipal dans son bon droit, la crise, difficilement évitable, donnait lieu à une situation de blocage. Dès le mois d'août, l'administration préfectorale et les CDL s'attelèrent à reconstituer les équipes municipales. Ils organisèrent des navettes incessantes entre les communes et les sous-préfectures, pour aider à la remise en place des conseils. Souvent, le problème ne se posait pas, les élus administraient leur cité dans la continuité. Le préfet d'Ille-et-Vilaine écrivait à ce propos au début du mois de septembre : « les municipalités nommées pendant l'occupation sont maintenues lorsque l'attitude de leurs membres a été indiscutablement patriotique. On cherche surtout à assurer la bonne marche de l'administration jusqu'aux prochaines élections. D'ailleurs sur les 360 communes [...] seules une cinquantaine demandaient une mesure immédiate » 52 . Quand un problème se posait, il fallait concilier les élus avec la Résistance locale, mais dans l'esprit de l'ordonnance d'Alger qui prévoyait le maintien ou le rétablissement des équipes élues avant le 1 er septembre 1939.

  • 53 ADIV 43 W 151, dossier de fonctionnaire, notice de renseignements.
  • 54 ADCA 1 W 10, première synthèse du sous-préfet Paranthoën, rédigée fin août / début septembre 1944.

18 Dans l'arrondissement de Lannion, la personnalité responsable de la réorganisation des conseils municipaux était le sous-préfet Paul Paranthoën. Bien implanté dans son arrondissement, il avait été lieutenant FFI dans le maquis AS de Plésidy ; d'après ses supérieurs, il « excell(ait) dans l'art des compromis » 53 . Dans les premières semaines de sa prise de fonction, il consacra une grande partie de ses activités à se déplacer dans les communes, à discuter avec les acteurs locaux, à prendre le pouls de l'opinion, à chercher des solutions aux conflits quand il en rencontrait. Lorsque les équipes locales s'accordaient, aussitôt le sous-préfet adressait ses propositions au CDL ; les membres du CDL prenaient alors la décision de confirmer ou de ne pas installer le conseil municipal qui leur était soumis. La situation décrite par Paul Paranthoën fin août / début septembre permet de relativiser le volume des conflits locaux 54 . À cette date, le Trégor fait partie des régions résistantes agitées. Dans son premier rapport, le sous-préfet Paranthoën rappelait la kyrielle des nombreux incidents liés aux arrestations, perquisitions, réquisitions effectuées par les FFI de base. Paul Paranthoën, après avoir visité une vingtaine de communes, en dresse la liste et tire le bilan pour chacune d'entre elle :

  • 6 ne posent aucune difficulté,
  • pour 8, des solutions ont été trouvées et il compte en référer immédiatement au CDL,
  • 6 offrent des solutions en vue,
  • 3 connaissent une situation de blocage.
  • 55 Ibid.
  • 56 ADCA 1140 W 1, PV, 30-10-1944 ; ADCA 1140 W 26, bordereau d'installation, 8 -11-1944.

19 Le CDL venait déjà d'accepter huit propositions précédemment adressées. Par conséquent, il semble que les situations de crise soient minoritaires, dans les vingt communes pour lesquelles des solutions existent, celles-ci s'égrènent depuis le maintien pur et simple de l'ancienne municipalité jusqu'à des discussions serrées entre l'ancienne équipe municipale et la Résistance locale. Trégastel, au nombre des trois, apparaît comme une localité particulièrement difficile, Paranthoën écrit à son propos : « aucun accord n'est possible dans cette commune » 55 . Il fallut attendre le 8 novembre pour que le CDL finalement convertisse le conseil de gérance en délégation spéciale 56 , faisant de Trégastel une des dernières communes à être réorganisées dans les Côtes-du-Nord libérées.

20La vitesse de réinstallation des conseils municipaux à l'échelle départementale n'est finalement pas très rapide, dès lors qu'au 15 octobre, deux mois après la Libération, 40 % des communes bretonnes libres n'étaient pas encore dirigées par une assemblée légale (tableau n° 4). Néanmoins, il faut tenir compte de la désorganisation des services administratifs (prise de fonction des sous-préfets, rodage des CDL, mise en place des CLL), de la détérioration des infrastructures dans les premières semaines, et du temps nécessaire à l'organisation de cette opération. À la mi-octobre, cela fait un peu plus d'un mois que le commissariat de la République est en mesure d'administrer réellement le désordre républicain.

Tableau n° 4. Installation des conseils municipaux en Bretagne à la Libération. (Le taux correspond à la part des municipalités installées à la date précisée, par rapport à l'ensemble des municipalités du département. Pour le Morbihan il n'est tenu compte que des municipalités libérées : 39 étaient encore occupées au 15-11 et toujours 25 au 1-12-1944)

Tableau n° 4. Installation des conseils municipaux en Bretagne à la Libération. (Le taux correspond à la part des municipalités installées à la date précisée, par rapport à l'ensemble des municipalités du département. Pour le Morbihan il n'est tenu compte que des municipalités libérées : 39 étaient encore occupées au 15-11 et toujours 25 au 1-12-1944)
  • 57 ADIV 43 w 171, rapport du préfet, 1-10-1944.
  • 58 Sainclivier J., Permanences... op. cit., p. 549. (...)
  • 59 ADIV 55 W 2, réorganisation des conseils municipaux à la Libération en Ille-et-Vilaine.
  • 60 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 18-10-1944.
  • 61 ADIV 43 W 169 rapports du préfet, 1-03 et 1-04-1945.

21 Le retard observé pour le Morbihan est à mettre en relation avec la poursuite des combats dans les régions littorales ; de même, le Finistère fut libéré plus tardivement que l'Ille-et-Vilaine et les Côtes-du-Nord. En effet, la réorganisation est rapide, dès lors qu'elle est lancée, dans les trois départements orientaux. Elle est plus lente dans le Finistère, le seul département dans lequel des difficultés résiduelles subsistent jusqu'à la veille des élections municipales. Les solutions passèrent en majorité par le maintien des conseils municipaux ou le rétablissement des élus. Les conflits locaux à la manière de ceux de Trégastel ou de P, conduisant à la nomination d'une délégation spéciale, semblent plutôt marginaux pour les trois départements orientaux, minoritaires pour le Finistère. Pour ce qui est du Morbihan, la composition politique des municipalités de la Libération respecta sensiblement les tendances d'avant-guerre si l'on en croit le préfet 57 . En Ille-et-Vi- laine, on compte moins de 2 % de délégations spéciales 58 , la plupart des équipes municipales en exercice ayant été maintenues telles quelles (49 %), ou remaniées superficiellement (remplacement des élus décédés ou de quelques conseillers compromis sous l'Occupation) 59 . Quant aux Côtes-du- Nord, bien que le préfet Gamblin signale des distorsions majeures entre les tendances politiques des nouvelles municipalités marquées beaucoup plus à gauche que les conseils municipaux élus avant guerre 60 , il a été observé précédemment que plus des deux-tiers des conseillers municipaux du département à la fin 1944 occupaient déjà leur siège en 1939. En ce qui concerne le Finistère, à la veille des élections municipales d'avril, 189 municipalités élues avaient été rétablies (63 %), contre 94 délégations spéciales (32 %), une quinzaine de communes subsistant sans qu'une assemblée municipale ait été reconnue par les pouvoirs publics 61 . Cela dit, le mode d'installation des assemblées municipales n'est pas un critère d'évaluation fiable permettant le repérage des conflits locaux. Des municipalités purent être rétablies dans un cadre conflictuel, des délégations spéciales purent être désignées dans un contexte consensuel.

  • 62 ADIV 43 W 167, rapport du préfet, 2-02-1945.
  • 63 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 31-01-1945.
  • 64 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, 1-03- 1945.
  • 65 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 31-03-1945.
  • 66 ADIV 43 W 135, rapport du CR, 16-04-1945.

22 À l'échelle régionale, trois mois après la Libération, à la mi-novembre, plus de 85 % des 1318 communes étaient dirigées par une équipe acceptée par la population du lieu et reconnue par les pouvoirs publics, indicateur relatif d'une vie municipale paisible, ou apaisée. Pourtant, la lecture des synthèses des préfets donne le sentiment que la vie politique locale se détériore au fil des mois, en particulier pendant tout le premier trimestre 1945, jusqu'à la veille des élections municipales. Les quatre préfets, avec des nuances, font porter la responsabilité de cette dégradation à l'action de la Résistance locale. Ils observent, disent-ils, le déclin de l'image de la Résistance au sein de l'opinion. Les FFI étant désormais encasernés, les gardes civiques marginales, les préfets accusent les CLL ou les municipalités composées de résistants d'aviver les querelles, d'attiser les passions, et déplorent, pour certains, le discrédit que ces organismes jettent sur la Résistance. En janvier 1945, le préfet d'Ille-et-Vilaine soulignait que « la très grande majorité des CLL (s'était) déconsidérée aux yeux de la population » 62  ; à l'échelle départementale, il mettait en relief le divorce entre la population et la Résistance, « les manifestations de certaines personnalités, qui avaient tendance à représenter les mouvements de la Résistance, n'ont pas été comprises ». Gamblin confirmait au même moment la « dissonance entre la Résistance et les masses » 63 pour les Côtes-du-Nord. En février, le préfet du Finistère, en général indulgent avec la Résistance locale, portait ce jugement : « les CLL jouissent de moins en moins de la faveur du public » 64 , son collègue du Morbihan écrivait en mars, « ceux-ci ne semblent pas toujours faire preuve de modération. Certains ont même en leur composition des éléments inintéressants dont l'activité pendant la Résistance a été inexistante. Ce fait suscite de nombreuses critiques de la part de l'opinion publique » 65 . Victor Le Gorgeu, à la veille des municipales, rédigeant la synthèse pour les quatre départements, décrivait la situation par une formule sans appel : « les CLL sont complètement discrédités » 66  ; or les résultats des élections infirmèrent ce jugement.

  • 67 ADIV 43 w 168, rapport du préfet, 15-09-1944.

23 Les conflits locaux participent de la vie municipale de l'après-Libération, il ne s'agit pas de les minorer. Des témoignages existent, rapportant des mouvements importants de rejet des résistants ou des organismes mis en place à la Libération dans certaines localités. Ils ne sont pas très nombreux, mais ils furent suffisants pour préoccuper les pouvoirs publics. Essentiellement à partir de ces quelques faits, les quatre préfets développèrent des analyses convergentes les amenant à considérer que la Résistance se coupait du reste de la population. Il est vrai que la plupart d'entre eux, en raison de leur culture professionnelle, de leur appartenance sociale et de leur itinéraire sous l'Occupation, ne développaient pas des représentations de la Résistance locale qui lui étaient favorables. Leur système de représentations de la Résistance reposait, comme celui de tout un chacun, sur le balancier instable d'une opposition binaire entre les « résistants authentiques » et les « faux résistants », et sur les stéréotypes sociaux. Quand le préfet Gamblin dénonce l'action du CLL de Lézardrieux, il précise que « le maire [...] dont le fils est depuis trois ans dans les troupes du général de Gaulle et dont la fille a été enlevée par la Gestapo, a été odieusement molesté par un comité de résistance qui comprend dans son sein des mercantis et deux viragos » 67 .

24D'autres professions ou caractères sociaux étaient réunis dans cet organisme, mais Gamblin tamise le réel à travers une grille de lecture commune. Son système de dénigrement du CLL de Lézardrieux repose sur l'ambivalence du positif et du négatif et sur les stéréotypes de la Libération. L'utilisation de termes péjoratifs dénie l'identité résistante du comité, au nom de la vraie Résistance implicite, celle du général de Gaulle et celle de la clandestinité. La sélection des caractères sociaux antinomiques à l'esprit de la Libération, les commerçants égoïstes et les femmes qui, d'une manière ou d'une autre, n'ont pas su rester à leur place domestique et tenir leur rang de bonne ménagère, suffit à discréditer totalement les résistants locaux.

25Toutes proportions gardées, les traces laissées par ces conflits dans les archives sont limitées. Quant à l'analyse des préfets concluant sur la déconsidération de la Résistance et l'observation d'un décalage entre la Résistance locale et la population, elle surestime ce hiatus. Une enquête d'opinion réalisée à l'échelle nationale, dans la phase ou les tiraillements entre les pouvoirs locaux issus de la Libération et les populations étaient des plus exacerbés, selon les rapports de préfet, dévoile une opinion moyenne qui n'est pas défavorable à la Résistance, mais qui est effectivement divisée sur son rôle (tableau n° 5). Les réponses positives révèlent le plus souvent un désaccord, une crispation, voire un certain mépris à son égard. Les personnes justifiaient leur « oui » en disant, par ordre décroissant : 1°- « la représentation de la Résistance dépasse en importance le rôle qu'elle est appelée à jouer dans le pays » ; 2°- « des résistants de la dernière heure ont réussi à se placer dans des fonctions qui ne leur reviennent pas » ; 3°- « ils sont trop inexpérimentés » ; 4°- « elle n'a plus de raisons d'exister ». Les élections qui suivent témoignent assez fidèlement de cette sensibilité nuancée de l'opinion à l'égard des résistants, mélange à la fois de complicité, de reconnaissance, mais aussi de distance et de désaveu ; avec une majorité qui lui est favorable et une différence ville / campagne assez marquée.

Tableau n° 5. L'opinion moyenne face au pouvoir résistant, enquête d'opinion SSS. Question : « La Résistance française est-elle suffisamment représentée dans la vie publique du pays ? »

Tableau n° 5. L'opinion moyenne face au pouvoir résistant, enquête d'opinion SSS. Question : « La Résistance française est-elle suffisamment représentée dans la vie publique du pays ? »
  • 68 Ozouf M., la fête révolutionnaire - 1789-1799, Ga (...)
  • 69 Becker J.-J., 1914 : Comment les Français sont entrés dans l (...)

26 Les conflits de la Libération correspondent souvent à des fractures locales anciennes, et à des systèmes d'oppositions culturels que la Libération a fait rejouer au lieu de les réduire provisoirement, comme le fit l'Union sacrée. La Libération n'a pas favorisé la concrétisation du mythe unanimiste, à la différence, mais avec des réserves, de la fête de la Fédération 68 , ou de la mobilisation générale en août 1914 69 . Les différences dans les niveaux de mobilisation, les décalages culturels depuis la zone grise jusqu'aux résistants organisés, étaient trop sensibles, la dynamique des conflits intra-communautaires trop importante, les incertitudes sur l'avenir trop grandes, pour parvenir à entraîner une communion nationale à cette date. Par contre, la Libération favorisa une dynamique, les volontés d'unités convergèrent et finirent par favoriser le resserrement du tissu national.

Notes

1 Frank R., La hantise... op. cit., p. 226.

2 Laborie P., Opinion et représentations : La libération et l'image de la résistance, RH2GMCC, n° 131, 1983, p.65-91 ; Guillon J.-M., « La libération ...op. cit. ; Capdevila L., « La construction du mythe résistancialiste : identité nationale et représentations de soi à la Libération (Bretagne, 1944-1945) », dans Sainclivier J. et Bougeard C. (s.d.), op. cit., p. 347-357.

3 Sondages SSS.

4 Laborie P., L'opinion... op. cit., p. 313.

5 Laborie P., « A propos de la Résistance et de l'opinion française devant la lutte armée », dans Marcot F. (s.d.), La Résistance et les Français. Lutte armée et maquis, actes du colloque international de Besançon - 15-17 juin 1995, Annales littéraires de Franche-Comté, 1996, p. 146.

6 Sweets J., « Clermont-Ferrand et les maquis », dans Marcot F. (s.d.), La Résistance... op. cit., p. 319. Néanmoins, concernant les terres de maquis proprement dites, François Marcot pour le Jura et Christian Bougeard pour les Côtes-du-Nord estiment que les populations rurales soutenaient la Résistance malgré la crainte d'une répression brutale en retour, cf. Marcot F., « La Résistance et la population. Jura 1944 : relations d'une avant-garde et des masses », RH2GMCC, n° 146, 1987, p. 15 ; Bougeard C., Le choc... op. cit., p. 1204.

7 Pavone C., « La « zona grigia » nell'ltalia divisa in due : caratteri ed eredità », Guillon J.-M. et Mencherini R., op. cit.

8 ADF 31 w 408, lettre du 26-07-1944 de Mme P.

9 ADF 31 W 408 lettre de M.L., 30-07-1944.

10 ADF 31 W 408 lettre de M.C. interceptée le 30-08-1944.

11 ADF 31 W 408 lettre de X à Loctudy, interceptée le 9-10-1944.

12 Bougeard C., Histoire... op. cit., p. 17.

13 Crémieux-Brilhac J.-L., “La bataille des Glières et la guerre psychologique”, RH2GM, n° 99, 1975, p.42-72.

14 ADCA 2 W 96, lettre anonyme datée 18-08-1944 à Pléneuf.

15 Cf. en particulier : Comité de Résistance du Cinéma, La Libération de Paris, France Libre Actualité, 1944.

16 Crémieux-Brilhac J.-L. « France », op. cit., p. 131.

17 Crémieux-Brilhac J.-L., Ici Londres...op. cit., p. 143-145.

18 ADIV 214 W 52, n° 35, chambre civique de Saint-Brieuc, acte d'accusation.

19 ADIV 214 W 52, n° 35, chambre civique de Saint-Brieuc, interrogatoire du 9-01-1945, devant le juge d'instruction.

20 Autre affaire du même genre : ADIV 214 W 61, n° 377, 378, 379, chambre civique de Saint-Brieuc.

21 ADCA 1140 W 1, PV séance du 5-09-1944.

22 ADIV 43 W 150, dossier de fonctionnaire.

23 Sainclivier J., Permanences... op. cit., atlas p. 30, carte : implantation de la Résistance.

24 ADIV 1080 W 198, municipalité de Luitré, lettre du sous-préfet de Fougères au maire, 11-12- 1944.

25 Ibid.

26 ADIV 1080 W 198, lettre, 18-12-1944.

27 ADIV 1080 W 198, lettre, 19-12-1944.

28 ADIV 55 W 2, réorganisation des conseils municipaux, 1944 -1945.

29 ADIV, chambre civique, 215 W 60, dossier époux G, rapport des RG de Quimper, 12-12-1944.

30 ADIV, chambre civique, 215 W 60, dossier époux G, arrêt de la chambre.

31 ADIV, chambre civique, 215 W 60, dossier époux G, déclaration de plusieurs maquisards.

32 ADIV 43 W 141, lettre du maire de la Libération au CR, 16-01-1945.

33 ADCA 1140 W 1, lettre du président du CLL de Gomméné au CDL, 8-03-1945.

34 Leguirriec P., Le pouvoir en campagne, formes locales du politique en Bretagne, Apogée, 1994, p. 85-86.

35 Ibid. p. 82.

36 ADIV 43 w 142, lettre de l'ex-maire au CR, 19-08-1945.

37 ADIV 43 W 163, dissolution des conseils municipaux, délégations spéciales, Finistère.

38 ADIV 43 W 165, municipales de 1945, préfecture du Finistère, liste des communes classées d'après la nuance de la majorité.

39 ADIV 215 W 66, chambre civique du Finistère, dossier Le.

40 Ibid.

41 ADIV 215 W 66, chambre civique du Finistère, dossier Le., rapport des RG de Quimper, 26-06- 1945.

42 ADCA 1140 W 1, lettre de l'abbé Corbel, du CLL de Languédias, à l'abbé Cherruel du CDL, 19- 02-1945.

43 ADM 13 240, contrôle technique, interception, lettre écrite par X de Gueltas.

44 FOUILLOUX (E.), Les chrétiens français entre crise et libération, 1937-1947, Le Seuil, 1997, p. 212.

45 ADCA 1140 W 3, lettre du recteur de Carnihuel à l'abbé Cherruel du CDL, 7-09-1944.

46 ADCA 1 J 16 n° 6342, PV du CLL, 29-09-1944.

47 ADCA 1 J 16 n° 6342, pli adressé par le CLL de Trégastel au recteur de Trégastel, 3-10-1944.

48 Ordonnance du 21 avril 1944 portant organisation des pouvoirs publics en France après la Libération.

49 ADCA 1J 16 n° 6342, PV du CLL, 7-09-1944.

50 ADM, M 13 240, contrôle technique, interception, lettre écrite par N., 1-01-1945.

51 ADIV 43 W 128, le préfet au CR, 17-08-1944.

52 ADIV 43 w 167, rapport du préfet, 9-09-1944.

53 ADIV 43 W 151, dossier de fonctionnaire, notice de renseignements.

54 ADCA 1 W 10, première synthèse du sous-préfet Paranthoën, rédigée fin août / début septembre 1944.

55 Ibid.

56 ADCA 1140 W 1, PV, 30-10-1944 ; ADCA 1140 W 26, bordereau d'installation, 8 -11-1944.

57 ADIV 43 w 171, rapport du préfet, 1-10-1944.

58 Sainclivier J., Permanences... op. cit., p. 549.

59 ADIV 55 W 2, réorganisation des conseils municipaux à la Libération en Ille-et-Vilaine.

60 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 18-10-1944.

61 ADIV 43 W 169 rapports du préfet, 1-03 et 1-04-1945.

62 ADIV 43 W 167, rapport du préfet, 2-02-1945.

63 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 31-01-1945.

64 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, 1-03- 1945.

65 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 31-03-1945.

66 ADIV 43 W 135, rapport du CR, 16-04-1945.

67 ADIV 43 w 168, rapport du préfet, 15-09-1944.

68 Ozouf M., la fête révolutionnaire - 1789-1799, Gallimard, 1976, p. 101.

69 Becker J.-J., 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, PFNSP, 1977, 638 p.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 4. Installation des conseils municipaux en Bretagne à la Libération. (Le taux correspond à la part des municipalités installées à la date précisée, par rapport à l'ensemble des municipalités du département. Pour le Morbihan il n'est tenu compte que des municipalités libérées : 39 étaient encore occupées au 15-11 et toujours 25 au 1-12-1944)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8885/img-1.png
Fichier image/, 276k
Titre Tableau n° 5. L'opinion moyenne face au pouvoir résistant, enquête d'opinion SSS. Question : « La Résistance française est-elle suffisamment représentée dans la vie publique du pays ? »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8885/img-2.png
Fichier image/, 207k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540