Version classiqueVersion mobile

Les Bretons au lendemain de l'Occupation

 | 
Luc Capdevila

Troisième partie. Le temps du désordre républicain

Chapitre 9. Les abus et la criminalité FFI : les prolongements de la police et de la criminalité du maquis

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Les sorties de guerre en règle générale correspondent à des moments de développement des criminali (...)

1En marge de l'épuration de voisinage et de la violence résistante s'est développée une criminalité directement issue des pratiques répressives nées dans la clandestinité : elle consiste dans les réquisitions, les perquisitions abusives et dans leur avatar : les vols à main armée. Ces exactions s'épanouirent dans le contexte de désordre républicain ; elles s'atténuèrent de manière significative dès la fin 1944. Le niveau élevé de criminalité observable en Bretagne à l'époque est caractéristique des sorties de guerre1. La rapidité avec laquelle les pouvoirs publics parvinrent à l'endiguer témoigne, en contre partie, de la capacité de la société en général, et de l'administration en particulier, à restaurer un ordre démocratique dans cette partie de la France au lendemain de l'Occupation.

2Dans les premiers temps de la Libération, FFI et FTP se considérant comme une force de police légitime agissaient au grand jour, mais dans un contexte de pénurie et avec des pratiques issues de la clandestinité, leurs modes d'intervention étaient souvent décalés par rapport aux enjeux réels. Le dénuement logistique, l'absence d'intendance dont souffraient les groupes FFI leur fit multiplier les « réquisitions » pour s'équiper en véhicules, pour se fournir en carburant et autres fluides, pour se ravitailler en nourriture et parfois même en vêtements. Suivant la qualité de l'encadrement du groupe FFI, leur action pouvait être comprise, acceptée, ou en porte-à-faux avec l'opinion, étant donné le faible degré de mobilisation de la population contrainte à contribuer. Quelque temps après les journées libératrices, de nombreuses plaintes furent déposées. Un habitant de Cléden-cap-Sizun décrivait ainsi aux gendarmes une perquisition qu'il avait subie le 8 août 1944 :

  • 2 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie, 2-10-1944.

« En arrivant dans la cour de ma ferme, les jeunes gens m'ont demandé qu'est ce que j'avais pris à la pointe du Raz, et qu'ils allaient perquisitionner dans mon domicile. Le chef m'a alors présenté un papier en me disant : tiens, voilà l'ordre de perquisition. Comme je ne vois pas très bien et que je n'avais pas mes lunettes, je n'ai pu lire ce papier, d'autre part, je ne pouvais m'approcher du porteur du billet, car ils m'insultaient de tout, notamment : “collaborateur, ami des boches, tu n'es même pas un Français quoique tu es né en France, etc.”, en un mot, ils m'avaient terrorisé durant trois heures, environ.
L'un d'eux portait au bras gauche une plaque en cuivre de la guerre 1914-1918, sur laquelle était inscrit “Réquisition militaire” [...] Quatre de ces jeunes gens ont pénétré dans la maison ; dont le premier par la fenêtre de la cuisine, c'est cet homme qui portait la plaque sur le bras. [...] Dans un hangar, ils ont pris de sept à huit litres d'huile pour moteur. [...] Ma femme est intervenue à ce moment. Elle a été menacée par X, qui lui a placé le canon de son fusil sur le ventre. Avant de pénétrer dans la maison, ma fille avait été mise en joue par X, parce que celle-ci lui avait dit que la première personne qui avait donné du beurre aux Allemands, était sa mère. Ce n'est que sur l'intervention d'un de ses camarades qu'il n'a pu faire usage de son arme »2.

3Le décalage entre le groupe FFI et le plaignant est évident. Souvent, les groupes FFI essayaient dans leurs actions de respecter des formes légales, clamant leur venue au nom de la Résistance, annonçant qu'ils intervenaient sur ordre, présentant des bons de réquisition de fortune, misérables bouts de papier sur lesquels étaient jetés quelques mots à l'encre violette. Attachés à la reconnaissance, ils ne sortaient pas sans leur brassard, sans leur écusson à croix de Lorraine, arborant presque avec fétichisme tout ce qui pouvait manifester l'identité FFI et rappeler l'armée. Pratiques qui témoignent de la conviction chez leurs auteurs qu'ils incarnaient la nouvelle légitimité, tout en se cherchant des racines patriotiques et en s'embarrassant d'un mobilier institutionnel bricolé à la hâte : bons, tampons, entêtes, surcharge de timbres-poste à la plume. Le plus souvent, les perquisitions et réquisitions se faisaient sans violences physiques, sans destruction de mobilier, les chefs de groupe veillant à ne pas prélever au-delà de l'indispensable ; il en est de même lorsqu'ils viennent percevoir des amendes infligées par eux pour marché noir. Mais il est bien évident que mettre en œuvre une démonstration de force aussi lourde de menaces pour réquisitionner huit litres d'huile afin de faire tourner un moteur témoigne d'un écart culturel entre les groupes FFI qui agissent sous l'impulsion d'une culture de la violence de guerre et leurs voisins beaucoup moins mobilisés qu'eux. Certes, dans ces antagonismes entre FFI et particuliers, l'épuration de voisinage apparaît en filigrane, mais dans les faits, elle intervient parce que le sentiment national exacerbé, très prégnant, organise et oriente les conflits publics et privés. Si des FFI accusent le plaignant d'avoir collaboré, l'un d'eux lui lançant « tu n'est même pas Français », la fille du plaignant dénonce la mère de l'un d'entre eux pour avoir vendu du beurre aux Allemands. Lors des perquisitions et réquisitions, la Résistance militaire ne vient pas épurer, elle vient se servir, même si elle choisit ses contribuables. Très nombreux au mois d'août, ces conflits ne peuvent faire l'objet d'une comptabilité exacte car le plus souvent les requis ne portèrent pas plainte, par crainte, par lassitude ou par accord tacite ; seuls les cas d'abus caractérisés ont pu donner lieu à l'intervention des pouvoirs publics, par la suite, et laisser des traces suffisantes dans les archives. L'exemple suivant illustre des excès mineurs, dès le 12 septembre le propriétaire du véhicule déposa une plainte contré ce groupe FTP :

  • 3 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie, 12-09-1944.

« Hier, 11 Septembre 1944, [...] 3 jeunes gens FTP venaient de forcer la porte de mon garage [...] et se sont emparés de ma voiture personnelle [...]. Ce même jour [...] j'ai vu ma voiture, conduite par les voleurs revenus à Saint-Renan pour y déposer une jeune fille qu'ils transportaient. Me précipitant aussitôt, j'ai arrêté la voiture et, après une longue discussion, j'ai réussi à en reprendre possession.
J'ai constaté qu'entre-temps ma voiture avait été très endommagée par suite d'un accident. Toute la carrosserie, y compris le radiateur, est complètement détériorée [...).
Les trois voleurs portaient des brassards des FTP et étaient armés de deux mitraillettes et d'un fusil. Ils m'ont dit appartenir au groupe du Capitaine Michel (M. X de Posporder, résidant à Landerneau) dont ils exécutaient les ordres. Le chef du trio portait un galon de sergent, m'a donné son nom de guerre, il s'agirait d'un dénommé Y 2ème groupe, 1ère section, 2ème compagnie »3.

4Autre forme d'abus caractérisés, ce deuxième exemple présente une perquisition musclée de la police FFI suivie d'une arrestation clandestine à laquelle se rajoute vraisemblablement un vol à main armée. Le commando agit de nuit, pénètre dans le domicile par effraction, se moque en apparence de respecter les formes de la légalité (ni brassard, ni ordre de mission, ni même présentation oratoire) ; il peut cependant s'agir d'une omission du témoin. La jeune épouse de la victime qui porte plainte, déclare aux gendarmes :

  • 4 Elle est elle même âgée de 23 ans.
  • 5 ADCA 2 W 95, PV de la brigade de gendarmerie de Belle-Isle-en-Terre, 4-09-1944

« Dans la nuit du 2 au 3 septembre 1944, vers minuit, se sont présentés au domicile de mes parents [...] au Goulot à Louargat six hommes en civil qui ont demandé l'ouverture de la porte. N'ayant pas acquiescé à leur désir ils ont brisé un carreau de la fenêtre et se sont introduits dans la maison après avoir fait jouer l'espagnolette. En rentrant ils ont demandé de l'essence que nous avions soi-disant cachée. Leur ayant dit que nous n'en possédions pas, ils ont répliqué "nous allons fouiller". Aussitôt ils se sont mis à chercher, ouvrant les armoires et défaisant les lits. Ils ont continué [...] jusqu'à ce qu'ils découvrent mon argent propre : 84 000 F. Ils ont emporté cet argent. Ils ont pris en outre, une paire de chaussures [...]
Ces jeunes gens ont demandé à mon mari s'il connaissait le lieutenant R. et Mlle G. Mon mari a répondu affirmativement et aussitôt ils lui ont dit de se préparer à les suivre. Depuis mon époux, L.A., 26 ans4, [...] n'a pas reparu chez nous »5.

  • 6 ADIV 43 W 128, rapport du CR, 30-09-1944.
  • 7 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, octobre 1944.

5Ces pratiques, héritées de la clandestinité, à situer dans l'inertie de l'insurrection toute proche, rappellent également le comportement des polices non démocratiques ; elles n'étaient pas acceptables dans le contexte du rétablissement de la légalité républicaine. À l'échelle départementale, de l'Ille- et-Vilaine au Finistère, ces perquisitions et réquisitions, plus ou moins abusives suivant les cas, se chiffrent par dizaines et vraisemblablement plus. Déjà, dans la seconde moitié de septembre, elles sont considérablement réduites ; elles disparaissent en octobre conjointement à l'achèvement de l'encasernement des FFI. Le 30 septembre, Victor Le Gorgeu écrivait encore : « La répression des délits de Droit commun se poursuit sans incident. Toutefois de nombreuses infractions résultant d'arrestations arbitraires ou de réquisitions illégales restent impunies et surtout quand elles sont commises par des bandes indisciplinées de FFI ou FTP »6. Ces comportements ternirent l'image de la Résistance perçue à travers le filtre de la Résistance locale, les groupes FFI chargés du maintien de l'ordre et de la répression étant les plus exposés aux critiques. Par ses excès, mais aussi par ses procédés caractéristiques de pratiques de guerre, au sein d'une communauté qui se percevait en paix, la Résistance locale inquiétait une partie des voisinages. Sur ce thème, les rapports des préfets sont intarissables, y compris les synthèses du préfet du Finistère pourtant le plus modéré en la matière car, issu lui-même de la Résistance départementale, il prenait beaucoup de recul face à l'agitation et aux rumeurs. Il écrivit à la mi-octobre, il est vrai tardivement : « les rapports entre les FFI et la population ne sont plus empreints du même enthousiasme. L'attitude souvent cavalière de certains FFI leur attire, par endroits, une hostilité qui ne s'était pas fait jour tant que la lutte contre l'ennemi dominait toutes les questions »7.

  • 8 ADM M 13 250, rapport de gendarmerie.
  • 9 ADIV 43 W 218, rapport de gendarmerie.

6Dans les zones rurales éloignées des lieux de pouvoir l'insécurité était réelle. Sans assimiler les actes de police FFI à la criminalité FFI et à ses dérives, une des réalités de l'époque consiste dans le développement de bandes armées qui, sous couvert d'épuration et de répression du marché noir, commettaient des agressions et des vols contre des fermes isolées, dans le prolongement des crimes commis par d'autres bandits dans la clandestinité. Reprenant les termes des rapports de gendarmerie : à Monterblanc, le 21 octobre, « un cultivateur accusé de marché noir par ses agresseurs », cinq hommes armés de mitraillettes, s'est vu soutiré 75 000 francs8. À Romagné, le 7 novembre, quatre individus armés et motorisés commettent une attaque à main armée contre deux fermes, ils dérobent 70 000 francs dans l'une et 180 000 dans l'autre. Si l'une des familles victimes « a la réputation d avoir acquis une grosse fortune durant l'occupation en trafiquant avec les soldats allemands », le chef de famille « a cru reconnaître l'un des sept hommes de la Résistance ayant séjourné à sa ferme en août dernier »9. Un rapport légèrement antérieur précisait que sur le pare-brise de la voiture des malfaiteurs une inscription disait « Free French Paratroups », le chef de la bande arrêté fin novembre était un chasseur parachutiste. Multiplier les exemples est inutile, les agressions s'enchaînent et déclinent des scénarios pratiquement identiques jusqu'à la fin 1944. Les victimes, principalement des paysans vivant dans les écarts (quelques cas de vol à main armée contre des commerçants de bourgs ont également été observés), sont souvent accusées de marché noir avec les Allemands par leurs agresseurs. Les brigands interviennent à plusieurs, plutôt la nuit, parfois masqués, toujours armés, ils possèdent en général des mitraillettes et des grenades en plus de pistolets. Ils prétendent souvent appartenir à la Résistance. Dans les faits, ils volent de l'argent, de la nourriture, du cidre et de l'eau-de-vie, des vêtements, des chaussures, parfois se font servir la soupe et souvent réclament qu'on leur verse du vin.

  • 10 Les mois de novembre 1944 à mars 1945 manquent dans la base de données constituée sur la violence (...)
  • 11 ADIV 43 w 135, rapport de synthèse d'avril 1945 de la 11e Légion de gendarmerie

7Une quarantaine d'agressions de ce genre ont été recensées dans les Côtes-du-Nord, d'août 1944 à l'été 1945, une cinquantaine pour le Finistère pendant la même période. En Ille-et-Vilaine, le relevé ne porte que sur les quatre derniers mois de l'année 1944, il a été entrepris au cours du dépouillement de rapports circonstanciés ; malgré tout, une vingtaine d'agressions de ce type ont été relevées. Quant au Morbihan, une quarantaine de vols à main armée ont été dénombrés entre août 1944 et décembre 1945, mais à partir d'un fonds lacunaire10. Lorsque ces bandes étaient arrêtées, on découvrait bien évidemment des personnes étrangères à la Résistance, mais aussi des ex-FFI ou des FTP errants, parfois originaires de la région où ils commirent leurs exactions. La pénurie, les armes, l'encadrement expliquent cette dérive. À Gosné, le 15 mars 1945, une bande de cinq hommes agresse des agriculteurs, ils dérobent 38 000 francs, des draps, un costume d'homme, des volailles ; rapidement arrêtés, parmi les agresseurs fut identifié un ex-sous-lieutenant FFI11.

8Cette criminalité de misère pouvait prendre des tournures extrêmement violentes, quelques cas d'homicides ont été recensés. Elle pérennisa un sentiment d'insécurité (déjà présent sous l'Occupation) dans les mois qui suivirent la Libération, en particulier dans les campagnes. Les principales bandes furent mises hors d'état de nuire à la fin 1944. À cette date, les groupes de Résistance armée encore mobilisés étaient encasernés, les armes commençaient tout juste à rentrer ; surtout, l'autorité de l'administration, désormais largement reconnue, permettait aux policiers et gendarmes d'intervenir sans entraves dans ces affaires. Mais si, fin 1944/début 1945, cette criminalité est considérablement atténuée, elle subsiste encore de manière significative en 1945, voire au-delà ; en effet, une dizaine de vols à main armée ont été repérés dans le Morbihan pour le premier semestre 1946. À partir de 1945, l'imaginaire de la Résistance disparaît de la mise en scène de ces agressions, seules subsistent les mitraillettes et les grenades pour rappeler la clandestinité.

Notes

1 Les sorties de guerre en règle générale correspondent à des moments de développement des criminalités de droit commun, en raison de la désorganisation de l'État, de la pénurie, de la circulation des armes. Thème très présent dans la communication de Richard Bessel sur la zone d'occupation soviétique d'Allemagne orientale « The limits of dictatorship. Police and Society in East Germany, 1945-1953 », dans la table ronde organisée par l'IHESI sur Polices et policiers en Europe, aux États-Unis et au Japon des années 1920 aux années 1960, Paris, 1996) ; également présent dans la communication de John Foot sur la région de Milan « The tale of San Vittore. Prisons, politics, crime and fascism at Milan, 1943- 1946 », dans Mazower M. (s.d.), op. cit.

2 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie, 2-10-1944.

3 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie, 12-09-1944.

4 Elle est elle même âgée de 23 ans.

5 ADCA 2 W 95, PV de la brigade de gendarmerie de Belle-Isle-en-Terre, 4-09-1944

6 ADIV 43 W 128, rapport du CR, 30-09-1944.

7 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, octobre 1944.

8 ADM M 13 250, rapport de gendarmerie.

9 ADIV 43 W 218, rapport de gendarmerie.

10 Les mois de novembre 1944 à mars 1945 manquent dans la base de données constituée sur la violence dans le Morbihan.

11 ADIV 43 w 135, rapport de synthèse d'avril 1945 de la 11e Légion de gendarmerie

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search