Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons au lendemain de l'Occupation

 | 
Luc Capdevila

Troisième partie. Le temps du désordre républicain

Chapitre 8. Violence résistante et violence communautaire : les tontes

Luc Capdevila

Texte intégral

  • 1 L'Aube Nouvelle du 30-12-1944, du 23-06-1945 et du 30-06-1945.
  • 2 ADCA 1140 W 5, lettre du maire de Merdrignac au président du CDL, 24-11-1944.
  • 3 ADCA 1140 W 5, pétition annotée par le maire.
  • 4 En tant que phénomène de masse.
  • 5 Ce n'est pas surprenant, l'homosexualité est à l'époque un phénomène social caché. Aucun cas n'a é (...)
  • 6 Pour les rares hommes concernés, l'accusation de relations intimes avec des Allemandes (...)

1 À travers les tontes, la Résistance locale cherchait également à épurer son voisinage. En Bretagne, tondeurs et ordonnateurs des tontes appartiennent le plus souvent à la Résistance organisée : la Résistance armée en ce qui concerne les exécutants (FFI, FTP, maquis), mais aussi la Résistance politique (notamment le FN) pour ce qui est des ordonnateurs. Contrairement aux idées reçues, une grande partie des milieux de la Résistance assumèrent les tontes à l'époque. Si les homicides sont un ostracisme définitif, les tontes correspondent à une mise au ban de la communauté, les deux phénomènes relevant d'une mécanique sociale voisine. Il s'agit à nouveau d'une forme de violence considérée comme un acte de justice par les auteurs, par la communauté et en grande partie par les victimes elles-mêmes. Cette fois, la société locale est impliquée dans la mise en scène de cette exécution symbolique et surtout dans ses prolongements. En effet, au-delà de la présence de la population, conviée lors des expositions ou des promenades des femmes au crâne nu le jour de la coupe, dès le lendemain, la société locale devient acteur par la pérennisation de la désignation des femmes tondues. Ne serait-ce que par l'usage consensuel des mots accusateurs dans la dénomination quotidienne qui, sans prolonger nécessairement le rejet moral, pérennise l'humiliation publique d'un bref instant. À Trégastel, pour désigner une boutique, les habitants l'appelaient le « bazar des trois tondues » 1 . Stigmatisation évidemment entretenue par la Résistance locale et sa mouvance. À Merdrignac, une pétition circulait fin octobre pour demander la dissolution du groupe FFI et le remaniement du comité d'épuration et du CLL ; elle était qualifiée par ses détracteurs de « pétition des tondues et du marché noir » 2 . Or, sur les 75 pétitionnaires, trois « tondues » seulement avaient signé, plus deux qui « devaient être tondues » selon le maire qui avait annoté la liste avant de l'adresser au CDL 3 . Les tontes illustrent dans la mise en scène et la pérennisation du rejet une complicité contrainte entre la Résistance et la population locale. À la différence des exécutions qui sont une forme de violence intemporelle et indifférenciée dans l'histoire, les tontes furent une violence exclusive et datée à la fin de la Seconde Guerre mondiale 4  ; elles furent exercées essentiellement contre des femmes (quatre cas de tontes d'hommes produites dans des circonstances marginales ont été recensées en Bretagne) et précisément, dans de nombreux cas difficiles à quantifier, contre une sexualité féminine particulière concernant la vie privée : les amours perçues comme illégitimes entre Françaises et Allemands. L'homosexualité franco-allemande ne semble pas avoir motivé une répression spécifique 5 , ni surtout les relations entre Français et Allemandes, qui faisaient pourtant également l'objet de réprobations 6 . Par conséquent, les tontes sont la première mesure d'un système de double peine : des femmes sont d'abord tondues parce qu'elles sont femmes, puis éventuellement condamnées comme les hommes par des sanctions valables pour tous (indignité nationale, prison, condamnation à mort, etc.). Cette justice sexuée mise en œuvre par la Résistance locale et assumée par les voisinages pose problème.

  • 7 Cf. les travaux de Fabrice Virgili.
  • 8 Ripa Y., « La tonte des républicaines pendant la guerre civile espagnole » (...)
  • 9 Vervenioti T., « Women after the resistance in Greece : personal and polit (...)
  • 10 Par exemple, dans ses chroniques des croisades, au 12 e siècle (...)
  • 11 Ségalen M., « Les derniers charivaris ? Notations tirées de l'atlas folklo (...)
  • 12 Fabre D. et Traimond B., « Le charivari gascon con (...)
  • 13 Fabre D. et Camberoque C., La fête en (...)
  • 14 Martine Ségalen estime que le charivari a disparu dans le Morbihan au début du 20 (...)
  • 15 Guillon J.-M., « La libération du Var : résistance et nouveaux pouvoirs » (...)
  • 16 Grenadou E. et Prévost A., Grenadou, (...)
  • 17 Ibid., p. 215.
  • 18 Tacite, § 19 « Mariages », Mœurs des Germains.
  • 19 Se reporter à des photographies de tontes « dures » ; l'une, datée d'août 1944, revien (...)
  • 20 Ernst Fraenkel, Military occupation and the rule of law. Occupation gover (...)
  • 21 L'ordonnance du 31 janvier 1940 condamne à la tonte les Allemandes coupables de relations avec des (...)
  • 22 Il est resté deux ans en Allemagne et évoque ses amitiés avec des Allemandes à l'époqu (...)
  • 23 Dans un documentaire monté à partir d'images d'archives diffusé par Arte, on voit une (...)
  • 24 Jean Galtier-Boissière écrivait, dans Mon journal depuis la Libération, (...)

2 Les tontes furent un phénomène de masse. À l'échelle nationale, tous les départements en ont connus 7 . La France de la Libération n'est pas un cas isolé. À l'échelle de l'Europe libérée, des tontes dans un contexte voisin ont eu lieu en Italie, au Danemark, en Autriche, en Belgique, au Pays bas, en Pologne, en Tchécoslovaquie et même dans les miettes britanniques que l'Allemagne avait occupées à Jersey. Ce fut le cas, avant la guerre, en Espagne 8 et, après le second conflit mondial, en Grèce 9 dans le contexte des guerres civiles. Le problème des origines reste entier. La France n'a pas développé une culture de la répression publique des femmes par la tonte. Certes, on peut en appeler à la psychanalyse et à l'ethnologie, repérer dans les tontes des atavismes, des résurgences de pratiques médiévales 10 , ou des formes de charivari. Cette approche semble d'autant plus pertinente que le charivari était une des formes de contrôle et de répression par la communauté des mœurs privées 11 , au demeurant, un « sharibari » organisé contre une femme liée aux Allemands a été repéré en 1942 dans le Sud Ouest atlantique 12 . Les pratiques culturelles de charivari ou de carnaval, encore vivaces dans le midi à l'époque 13 ou récemment disparues en Bretagne 14 , ont certainement facilité l'adaptation et la diffusion des tontes, elles ont pu en quelque sorte jouer un rôle de couche savon, ce vieux fonds culturel permettant aux tontes de s'épanouir car elles s'inscrivaient dans un code symbolique conventionnel. Des rites particuliers de charivari réprimant les femmes adultères resurgirent lors de l'organisation de certaines tontes, notamment une pratique contraignant les épouses infidèles à une promenade dans la localité tout en étant frappées par les passants et parfois dénudées 15 . Ces pratiques culturelles ne donnent pas pour autant de clef d'explication sur l'origine du phénomène proprement dit ; or, des antériorités précises existent. La première, bien que sujette à confirmation est intéressante. Dans ses mémoires, Ephraïm Grenadou parle de tontes qu'il aurait eu l'occasion d'observer, lorsqu'il traversa les départements du Nord libérés au lendemain de la Grande Guerre, avant de passer en Allemagne : « Quand on arrivait dans ces pays-là, ils réglaient leurs comptes, de vieilles querelles du temps des Allemands, ils coupaient les cheveux aux bonnes femmes. Tu parles d'un cirque ! On trouvait pas ça de notre goût » 16 . C'est là un témoignage unique. Cependant, il y a matière à considérer le récit d'Ephraïm Grenadou avec circonspection. Concernant l'usage des sources orales pour enrichir l'histoire positive, les tensions entre l'imaginaire et le réel à la base du développement de la mémoire individuelle font que la prudence, voire la méfiance, doivent être la règle ; au mieux, un témoignage unique autorise à ouvrir une porte, rien de plus. Or, Grenadou a vu des tontes à la Libération et il les décrit dans des termes voisins : « c'est après la Libération qu'on a entendu parler de cette Résistance (les « résistants de la dernière heure ») [...] des jeunes, des vieux, qui coupaient les cheveux aux bonnes femmes [...] une écœuration » 17 . Néanmoins, le récit de Grenadou reste plausible et irait dans le sens d'une piste possible : l'existence en Allemagne de précédents de tontes publiques des femmes pour avoir eu des relations sexuelles avec des étrangers ayant entraîné un phénomène d'imitation. La coutume de la tonte des femmes ayant eu des amours illégitimes est ancienne : Tacite en parle dans son étude sur les Mœurs des Germains rédigée à la fin du premier siècle de notre ère. « Dans cette nation si nombreuse les adultères sont très rares ; le châtiment en est immédiat, et il appartient au mari. La femme coupable, nue et les cheveux rasés, est chassée de la maison, en présence des parents, par le mari qui la promène en la frappant à travers la bourgade. On ne pardonne pas à celle qui s'est prostituée ; ni la beauté, ni la jeunesse, ni la fortune » 18 . Le rapprochement avec certaines scènes de la Libération est saisissant 19 . Mais l'hypothèse est d'autant plus séduisante que les Allemands ont développé ces pratiques au 20 e siècle à l'égard de leurs compatriotes bien avant la Libération, et dans un contexte de promiscuité avec des Français. La première mention concerne les Allemandes tondues en Rhénanie pour avoir eu des relations sexuelles avec des soldats français, au moment de l'occupation des années 1918-1923 20 . Deuxième mention : dans l'Allemagne nazie, à partir de 1940, les sections du NSDAP s'en prirent de la même manière aux Allemandes qui avaient eu des rapports avec des travailleurs étrangers 21 . Des Français ont été en mesure d'observer ces violences sexuées, après la Première Guerre mondiale et pendant la Seconde Guerre mondiale. Quant aux scènes évoquées par Grenadou, soit elles se sont vraiment produites, ce qui est peu probable (au demeurant c'eût été après une occupation allemande), soit elles sont le fait d'une confusion, vraisemblablement après avoir assisté à des tontes en Rhénanie, ou après en avoir entendu parler 22 . Envisager qu'il y ait eu un phénomène de mimétisme en France occupée, qu'une forme de violence née du contact prolongé avec les Allemands (en Allemagne et dans les pays occupés 23 ) se serait ensuite généralisée selon d'autres mécanismes sociaux et culturels dans les mois qui précédèrent la Libération reste une hypothèse 24 . Pour le moins, cette pratique s'est développée sous l'Occupation.

3 Il ne semble pas qu'un ordre centralisé ait été donné. Il existe cependant un appel très précoce à tondre les femmes dans le numéro du journal clandestin Défense de la France du 15 février 1942 :

  • 25 BN, Défense de la France, 15-02-1942.

« Vous serez tondues, femelles dites françaises qui donnez votre corps à l'Allemand, tondues avec un écriteau dans le dos : "vendues à l'ennemi". Tondues vous aussi, petites sans honneur qui minaudez avec les occupants, tondues et cravachées. Et sur vos fronts, à tondues, au fer rouge, on imprimera une croix gammée. » 25

4 L'appel proprement dit est certainement antérieur : au bas de l'article, une note signale que ce texte a été écrit en juillet 1941. Trois ans, ou deux ans et demi avant la Libération, qu'importe, le rapprochement avec les scènes des journées libératrices est frappant, la marque au fer rouge en moins (les hommes de la Libération agissant dans le réel remplacèrent en général le fer par le pinceau afin de porter la flétrissure). Le fer rouge est repris en 1943 dans un appel lancé par le premier numéro clandestin de L'Aurore :

  • 26 Cité par Brossat A., op. cit., p. 108 (...)

« Aux femmes et jeunes filles.
Nous possédons une liste, hélas trop longue de femmes et de jeunes filles « collaborant avec les boches ». Quelques unes ne craignent pas de s'afficher en leur compagnie. Que ces gentes personnes ne pensent pas s'en tirer à si bon compte. Non, leur compte sera réglé. Ces femmes dont quelques-unes ont leur mari, leur fiancé, leur frère dans les prisons allemandes, seront l'objet d'une mesure toute spéciale : cette mesure nous est indiquée par leurs amis les boches. En effet à Carcassonne, un soir d'orgie, un Allemand a tatoué sur le ventre de sa compagne “femme de prisonnier” une superbe croix gammée.
Mais ce n'est pas sur le ventre, c'est sur le front que nous leur imprimerons cet emblème honni : la marque au fer rouge s'imposera à ces "manons" d'un nouveau genre » 26 .

5 En janvier 1944, le premier numéro clandestin de Femmes françaises appelle à nouveau à tondre les femmes perçues comme coupables de « collaboration sentimentale », les représentations mentales de la faute et de la mise en scène de la répression envisagée par le journal de la Résistance féminine étant très sexuées.

  • 27 BN, Femmes Françaises, n° 1, janvier 1944.

« Mères Françaises défendez vos fils contre les femelles de la Gestapo. [...]
C'est à ces racoleuses infâmes que l'on doit les arrestations massives de le jeunesse française [...] Donc mères françaises n'hésitez à [...] indiquer comment il faut se battre contre les exécrables chiennes de la Gestapo. D'abord [...] se présenter à elles sous un faux nom, puis feindre d'accepter leurs propositions, leur tendre un piège, les corriger sévèrement, leur couper les cheveux ras, et, enfin, leur prendre leur carte d'identité. La photo servira à les identifier et à les punir l'heure venue » 27 .

  • 28 En 1941-1942, les tirages moyens de la grande presse clandestine oscillaient entre 5 0 (...)
  • 29 Dujardin J., « Belgique », dans Eck H. (s.d.), (...)

6 En l'absence de tout ordre centralisé, pour le moins dès février 1942, plusieurs appels furent publiés dans la presse clandestine, chrétienne, communiste, réclamant la flétrissure, dont la tonte, pour les femmes entretenant des relations avec des membres des troupes d'occupation, appels relayés conjointement à la base par la distribution de tracts, les menaces et leur exécution. Un monde sépare le texte clandestin de 1942, moyennement diffusé 28 , du raz-de-marée des tontes de femmes en 1944 ; certes, mais n'en a-t-il pas été de même pour le ralliement au «  V de la victoire », lancé lui aussi dans un cadre confidentiel par la section belge de la BBC le 14 janvier 1941 29  ?

  • 30 Il en va différemment avant et après la Libération où elles ont été considérées comme des actes ré (...)

7 Il est extrêmement complexe de mesurer en valeur absolue les tontes de femmes à la Libération car cet acte de justice a été intégré et assumé par la société de l'époque. Elles n'ont donc fait l'objet d'aucun recensement systématique par la police ou la gendarmerie, à la différence des homicides, ni donné lieu à un procès-verbal automatique à un moment où, semble-t-il, les contemporains les considèrent comme un acte légitime 30 .

  • 31 ADCA 1140 W 3, interrogatoire du 15-11-1944 dirigé par le comité d'épuration de Plestin les Grèves (...)
  • 32 ADCA 214 W 61 n° 338, chambre civique, dossier de procédure.

8 Ainsi, la carte n° 5 est d'abord le fruit d'une collecte aléatoire (et inachevée) effectuée lors d'un dépouillement d'archives orienté par des préoccupations plus générales. À la différence des travaux de Fabrice Virgili, les tontes n'occupent pas une place centrale dans cet ouvrage, leur exhumation n'a pas donné lieu à un protocole de recherche spécifique. Pourtant, un regard particulier leur a été adressé en raison de la mécanique d'exclusion et de reconstruction des sociétés locales dont elles participent. Les tontes furent tellement répandues à la Libération qu'elles laissèrent de nombreuses empreintes dans les archives de l'époque. Leur présence est importante dans les dossiers d'épuration. Interrogatoires, témoignages, déclarations, fiches signalétiques précisent si l'accusée a été tondue. Le phénomène, très intégré dans l'univers mental de la Libération, marque de sa présence les documents de justice non par son exceptionnalité, mais parce qu'il participe de l'identité même de l'individu. Il entre ainsi dans les systèmes d'accusation : « Pouvez-vous nous dire pourquoi les FFI sont venus vous prendre à votre domicile, et pour exercer ensuite sur votre personne quelques représailles ? notamment la coupe de vos cheveux ? », demandait le responsable Front National du comité d'épuration de Plestin-les-Grèves à une jeune femme interpellée 31 . A contrario , il peut entrer dans le système de défense. Lors de la comparution devant la chambre civique de Saint-Brieuc d'une jeune femme accusée d'avoir eu des relations sexuelles avec des Allemands, le président du comité d'épuration de sa commune adressa au CDL un rapport de défense rédigé en ces termes : « La Commission d'Épuration de Trégastel a eu connaissance en son temps de la conduite et des activités de Mlle Le., pendant la durée de l'occupation. Elle n'a pas estimé devoir inquiéter cette jeune fille. Le Comité chargé de désigner les filles qui devaient être tondues n'a pas, lui aussi, retenu son nom » 32 .

9Reprenant la terminologie de l'époque, elle était mineure au moment de sa « débauche », ses parents connus pour être « d'excellents Français » l'avaient corrigée et, à partir de 1942, elle avait accompli des actes de résistance. Elle fut d'ailleurs relaxée. Ne pas avoir été conduite à la tonte, dans l'esprit du président du comité d'épuration, est un argument supplémentaire favorable à sa défense.

Carte n° 5. Tontes en Bretagne de 1943 à 1945 (par commune)

Carte n° 5. Tontes en Bretagne de 1943 à 1945 (par commune)
  • 33 ADIV 43 W 168, rapport du préfet des Côtes-du-Nord, 16-08-1944.

10 Présence dans les archives de police et de gendarmerie dès lors qu'elles ont donné lieu au dépôt d'une plainte, ou lorsqu'elles furent associées à des violences plus graves. Présence dans les archives publiques quand le phénomène est devenu massif et intolérable pour le sens commun, entraînant la réprobation d'une partie de l'opinion et l'émotion des pouvoirs publics. « Des scènes scandaleuses se déroulent un peu partout ; des femmes sont tondues au milieu des huées » écrivait le préfet Gamblin le 16 août 33 . Présence enfin dans des documents les plus divers où elles apparaissent dans les récits sous forme d'anecdote, de référence, de souvenir (courriers, motions, articles de presse, etc.), car elles font partie du mobilier mnémonique des journées libératrices.

  • 34 Pour Douarnenez, cf. Pencalet F., Le PCF à Douar (...)

11 L'échantillon constitué est suffisamment volumineux pour autoriser à dégager des tendances : 272 cas d'individus tondus ont été recensés, 268 femmes pour 4 hommes, dont de nombreux cas nominatifs. Le nombre de 272 équivaut à un plancher. Lorsqu'il était fait mention dans les sources de « plusieurs » ou « beaucoup », c'est la valeur 2 qui a été retenue pour ce dénombrement. Lorsque deux témoins donnaient des estimations différentes, c'est l'estimation la plus basse qui a été conservée 34 . Par quel coefficient faudrait-il multiplier le nombre de 272 pour estimer l'importance réelle des tontes en Bretagne ? Quelques éléments de réflexion peuvent être proposés.

  • 35 ADCA 1140 W 79 Centre d'hébergement féminin de l'hôpital de Saint-Brieuc. Internés administratifs, (...)

12 En octobre 1944, le préfet des Côtes-du-Nord Gamblin demande un rapport sur les raisons ayant conduit à l'internement administratif des femmes détenues à l'hôpital de Saint-Brieuc 35 . Fruit du hasard, les fiches signalétiques à remplir pour ce rapport demandaient la couleur des cheveux. Le fonctionnaire, consciencieux, répondit systématiquement à cette rubrique : blonds, châtains, bruns, « est tondue ». Sur les 53 femmes en détention 15 avaient été tondues (28 %). Ce pourcentage est un plancher. Il n'était pas demandé au fonctionnaire de préciser si ces femmes étaient tondues, mais seulement de signaler la couleur de leurs cheveux. Il est envisageable qu'il écrivait « est tondue » seulement dans les cas où il était dans l'incapacité de répondre avec certitude à cette rubrique, sachant que certaines avaient eu le temps en deux mois de voir leurs cheveux repousser, d'autant plus que toutes n'avaient pas été rasées, les tondeurs se contentant parfois d'une coupe sévère aux ciseaux. S'il avait pris l'initiative de spécifier la tonte à la place de la couleur des cheveux, il aurait plutôt utilisé une formule neutre au passé composé, « a été tondue », ou, plus partisan mais plus conventionnel aussi, le participe passé accusateur : « tondue ». L'ordre de grandeur est intéressant, sans pour autant autoriser à une généralisation : toutes les femmes tondues n'ont pas été internées.

  • 36 159 cas minimum de personnes tondues ont été recensés, dont de nombreux nominatifs, da (...)
  • 37 ADM M 13250, rapports du commissariat de Vannes.
  • 38 En valeur absolue, l'échantillon est de 159 cas pour les Côtes-du-Nord, 55 pour le Finistère, 24 p (...)
  • 39 Rapport de la compagnie de gendarmerie d'Ille-et-Vilaine du 13-08-1944.
  • 40 ADCA 1140 W 5 et 1140 W 79, archives du CDL : échange de courrier avec le CLL de Merdrignac.
  • 41 ADF 31 W 631, rapport de gendarmerie.
  • 42 Information fournie par Fabrice Virgili.
  • 43 ADM M 13250, PV de gendarmerie.
  • 44 Lettre de Lee Miller du 26-08-1944 à Rennes, publiée avec une photographie de 3 femmes (...)
  • 45 24 avril 1993, entretien avec Henri Lecharles.
  • 46 Pencalet F., op. cit., p. 47.

13 La carte n° 7 fait ressortir des différences départementales importantes. Il est probable que les Côtes-du-Nord ont connu plus de tontes que les autres départements bretons 36 . Mais l'effet de masse des Côtes-du-Nord peut être aussi le résultat de la qualité des archives publiques de ce département (fonds du CDL). Il peut être dû également à l'attitude du préfet Gamblin particulièrement scandalisé par les tontes, qui a pu impulser un effet de loupe dans les archives (des plaintes étant plus facilement déposées, les gendarmes rendus plus sensibles notant plus scrupuleusement le fait, etc.). Il semble en effet que les tontes ont été également nombreuses dans le Finistère où elles furent très précoces et dans le Morbihan. Un rédacteur de la sûreté de Vannes rapportait le 13 septembre 1944 « on se plaint que des FFI [...] manient la tondeuse avec une trop grande dextérité [...] beaucoup de leurs victimes n'osent pas porter plainte » 37 . Quant à l'Ille-et-Vi- laine, si ce département vérifie une fois encore un caractère plus paisible, l'échantillon donne des valeurs inférieures de 56 % avec le Finistère et de 30 % seulement avec le Morbihan 38 . Tout en rappelant les limites de l'échantillonnage, une remarque s'impose : il apparaît que les tontes furent une forme de violence plus répandue que les autres types de brutalités physiques, comme si, curieusement, les tontes étaient un acte plus conventionnel à la Libération. Le 13 août 1944, un officier de gendarmerie écrivait, pour l'ensemble de l'Ille-et-Vilaine : « un peu partout des femmes et des jeunes filles ayant entretenus des relations notoires avec des militaires allemands ont été malmenées et tonsurées » 39 . Cette masse implicite donne le vertige dès lors que l'on considère l'expression « un peu partout » au sens propre, mais il faut la rapporter à des phénomènes voisins : les exécutions et les procès d'épuration. Il est vrai que l'effet de masse se vérifie dans les localités pour lesquelles existent des renseignements précis. Les tontes du mois d'août sont collectives. Au moins sept à la Libération de Merdrignac (Côtes-du-Nord) 40 , sept le 12 août 1944 à Moëlan-sur-mer (Finistère) 41 , six à huit à Saint-Aubin du Cormier (Ille-et-Vilaine) 42 , six à Questembert (Morbihan) 43 , il s'agit de quatre petites communes urbaines comprenant entre 2 000 et 5 000 habitants. C'est par charrettes que les femmes furent conduites à la tonte pendant les journées de la Libération. Ces tontes sont manifestement plus importantes en valeur absolue dans les grandes villes : à Saint-Brieuc, douze cas nominatifs ont été répertoriés ; à Rennes il semble qu'elles aient été nombreuses mais seulement six tontes ont été isolées 44 . Il en est de même à Vannes, bien que les vérifications ne permettent d'isoler que des cas ponctuels. L'expression « un peu partout » est reprise par les témoins, elle est la formule consacrée par les contemporains. « Dans tous les villages ça c'est passé comme ça », disait Henri Le Charles de Plouaret 45 . « Cela se passait de la même manière dans tous les bleds », rappelait Char- lot Gourmelon 46 de Douarnenez. Ces impressions du moment, ces souvenirs de masse, présents dans les quatre départements, donnent l'illusion que les tontes ont été un phénomène généralisé à l'ensemble des localités. Si l'échantillon est représentatif, le chiffre de 157 tontes dans les Côtes-du- Nord pour 15 % des communes projetterait le nombre de femmes tondues à un millier et plus pour ce département. Mais une ubiquité des tontes à l'échelle communale paraît peu probable car le principal acteur est la Résistance militaire. Les tondeurs sont essentiellement des FFI ou des FTP (graphique n° 7). La majorité des tontes datant du mois d'août (graphique n° 8) les groupes FFI et FTP agissent au sein de leur propre localité. Il en va différemment en septembre/octobre, date à laquelle, en raison des déplacements des troupes vers les poches allemandes, certains FFI tondeurs agissent sur les lieux de cantonnement ; mais ces tontes sont résiduelles (cf. graphique n° 8 et tableau n° 1). Par conséquent la présence d'un groupe de Résistance militaire dans la commune est essentielle pour envisager que des tontes Y" aient pu se produire dans une localité X, du moins pour envisager un impact statistique à l'échelle régionale. Il a été vu précédemment que la Résistance militaire n'était pas présente dans une commune finistérienne sur trois, le Finistère étant considéré comme un département moyennement mobilisé (moins que les Côtes-du-Nord et le Morbihan, plus que l'Ille-et-Vilaine). Des responsables locaux FFI ont interdit les tontes, mais ils interviennent le plus souvent après qu'elles aient été commises. Sachant que lorsque les tontes de la Libération sont organisées il s'agit rarement d'un cas isolé, une estimation des tontes à l'échelle de la Bretagne peut se situer dans une fourchette comprise entre 800 à 1 000 et 2 000 personnes tondues. 800 à 1 000, pour le plancher, car cela signifierait que 15 % des communes de la région auraient connu des tontes, avec une moyenne de 4 à 5 femmes tondues, 2 000 si on passe de 15 à 30 % des communes. L'ordre de grandeur paraît réaliste. Dans le même temps, 581 personnes ont été abattues par la Résistance. Par ailleurs, le phénomène des tontes correspond à une forme de pré-épuration limitée aux femmes ; or la grande majorité des cantons bretons a été concernée par l'épuration (cf. carte n° 10), et la Bretagne a été particulièrement sévère à l'égard des femmes (cf. carte n° 8) : sur un total de 3472 personnes à avoir été traduites devant les quatre chambres civiques et les quatre sections départementales de la Cour de justice de Rennes, 1413 femmes ont été dénombrées (41 % du total). Or il s'agit là d'un nombre plancher : avant la traduction devant ces tribunaux, un filtrage important était réalisé par les commissions de criblage ou d'autres organismes équivalents. Cette fourchette, au vu du mécanisme du phénomène des tontes, paraît vraisemblable : elle reste une proposition à discuter, dans l'attente de travaux plus précis.

Graphique n° 7. Auteurs des tontes en Bretagne (en % des individus tondus)

Graphique n° 7. Auteurs des tontes en Bretagne (en % des individus tondus)

Graphique n° 8. Chronologie des tontes en Bretagne (indice, août = 100)

Graphique n° 8. Chronologie des tontes en Bretagne (indice, août = 100)
  • 47 ADM M 12090, gendarmerie : messages téléphoniques concernant les incidents dans le département.
  • 48 Burrin P., op. cit. p. 213. D'autres cas ont été (...)
  • 49 ADIV 215 W 71, dossier MP, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie pour les voisins, PV de (...)

14 Dès lors que les tondeurs peuvent être identifiés, on observe les différentes résistances en action. La littérature mémorialiste et les témoins, avec le temps, font porter la responsabilité des tontes aux « faux résistants » et à la vindicte populaire, prétendant que les tontes ont été un exutoire permettant par le sacrifice de « pauvres filles » de réduire voire d'endiguer la violence des foules. D'autres voient dans les tontes un charivari moderne. Ni la première proposition ni la seconde ne correspondent aux caractères observables du phénomène. Sur les 272 personnes repérées ayant été tondues en Bretagne, 217 (80 %) l'ont été par des résistants. Il est précisé « résistants ou assimilés » dans le graphique n° 7, en raison de la différence à considérer entre la clandestinité et la Libération. Résistants concerne les « patriotes », les « gens du maquis », les « résistants » ayant tondu sous l'Occupation, les assimilés correspondent aux membres des CLL ou aux FFI qui pratiquèrent les tontes à partir du mois d'août. Indépendamment des 217, les « jeunes gens » qui ont tondu trois fois sont probablement des résistants ; il en est certainement de même des individus « masqués, armés ou en auto » auteurs de huit tontes. Quant aux 41 cas non identifiables, il s'agit souvent de tontes perpétrées « à la Libération » : au vu des faits observés par ailleurs, la tendance conduit à considérer qu'il s'agit au moins en majorité de FFI. Selon l'échantillon, la responsabilité des tontes encourue par la Résistance tend vers les 90 % à 100 %. La foule n'apparaît qu'une fois, or il s'agit d'une tonte tardive, au retour d'une femme partie volontairement travailler en Allemagne, en mai 1945 47 . En fait, la chronologie des tontes épouse celle de la Résistance armée. Elles apparaissent tardivement et se développent sous l'Occupation. Philippe Burrin cite un cas très précoce de tonte dans le Gard en août 1943 48 . De même, en Bretagne, tous les départements ont connu des tontes avant la Libération (carte n° 5). Trois départements sur quatre en recensent avant le 31 mai 1944, l'absence du Morbihan étant vraisemblablement fortuite ; le Finistère détient le record de précocité pour la région avec une tonte répertoriée en novembre 1943 dans un pays isolé de forte identité, le pays bigouden 49 , à plus de 1 000 kilomètres du Gard. Ensuite, elles explosent à la Libération dans les prolongements de la mobilisation de l'insurrection, enfin elles disparaissent très rapidement au rythme de l'encasernement des FFI.

15 Toutes les tontes ne se ressemblent pas, et ne se rattachent pas au même phénomène. Elles se répartissent en trois types majeurs :

  • un acte de justice sexuée mis en œuvre par la Résistance locale ;
  • une forme de brutalité spécifique exercée par des hommes de cette époque contre des femmes ;
  • une forme de soldatesque molle, fruit véreux de FFI en goguette.

16Le premier type, le plus important en nombre de tondues, correspond à un acte de justice. Il se décline de la répression clandestine sous l'Occupation à la décision prise par un conseil à huis clos ou lors d'un procès public à la Libération. La majorité des tontes commises en août 1944 l'ont été après qu'une décision ait été prise par la hiérarchie de la Résistance locale, que représente soit le chef de groupe FFI, soit le CLL, soit le comité FN. Le fait est vérifié de manière systématique lorsqu'on parvient à décomposer le processus décisionnel de la tonte. Par conséquent, des responsables locaux, plutôt d'âge mûr, décident des tontes et en confient l'exécution aux jeunes dans les FFI. L'absence de spontanéité, l'intervention des responsables d'âge moyen dont des femmes, l'acte de justice proprement dit excluent la très grande majorité des tontes bretonnes de la pertinence d'un rapprochement avec le charivari. Dans les localités, l'ordre de tondre est totalement intégré au processus de Libération. Il s'agit de la première décision prise par le CLL-FN de Trégastel qui compte deux femmes parmi ses treize membres. Le procès verbal de la première réunion est explicite, en voici l'intégralité (seuls les noms ont été retirés).

« Le 10 août 1944 à 18 heures, les patriotes Front National de Trégastel, se sont réunis salle du café Bouffant et à l'unanimité ont décidé la création d'un comité de Résistance.
Ont été nommés : [...]
Après examen de la situation, les membres présents décident comme premières sanctions à appliquer :

  • L'arrestation des trois femmes X accusées d'avoir pactisé avec l'ennemi. Elles seront préalablement tondues.
  • les filles Y (suivent 7 noms) sont également condamnées à être tondues.
  • 50 ADCA 11 J 16 n° 6342, PV du CLL de Trégastel, 10-08-1944.

L'exécution sera assurée par le groupe des FFI le samedi à 16 heures.
La séance est levée à 20 heures. » 50

  • 51 ADCA 1140 W 1, courrier du CDL au préfet des Côtes-du-Nord, 27-11-1944, le tondeur venait d'être c (...)
  • 52 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie, brigade de Pont-Aven, 3-10-1944.

17 Ce document casse un certain nombre de représentations. Aucune spontanéité dans les tontes de Trégastel, mais une décision collective prise par des gens responsables. Une partie de la prochaine municipalité (dont le maire) siège dans ce comité, composé d'instituteur et d'institutrice, d'un directeur d'école à la retraite, d'un maître de la marine à la retraite, de commerçants etc. La décision est prise au moins deux jours à l'avance. Décision importante, essentielle, légitime, non seulement elle est inscrite et paraphée dans le cahier du comité, mais elle ouvre ce cahier, elle en constitue la première page, elle apparaît comme l'unique raison de cette première réunion en plus de la constitution du CLL. L'exécution est confiée aux jeunes FFI ; la mémoire retiendra que les tontes étaient le fruit des excès de la jeunesse. À Pléneuf, Mme X, tondue par M. Y, de la Résistance, le 20 août 1944, lui intente un procès à l'automne et le gagne ; or, disait celui-ci, c'était « à la demande du comité local » qu'il avait agi 51 . À Moëlan-sur-mer, le chef de groupe FFI, un instituteur d'une trentaine d'années, était détenu par les Allemands à Groix. Son épouse, institutrice elle aussi, assurait depuis juillet la direction de la résistance FFI de la localité. Devenue chef de la Résistance dans la petite ville, elle ordonna la tonte de sept femmes le 12 août 1944, puis d'une huitième deux semaines après. Rentré de captivité son mari déclara aux gendarmes « J'avais donné ordre à ma femme de me remplacer [...] toutes les femmes tondues dans le secteur de Moëlan, l'ont été sur mon ordre, mais il n'y a eu aucune brutalité [...] j'estime qu'elles méritaient toutes cette punition minime » 52 . La décision de justice est encore présente dans l'idée que les responsables se font de leur décision ; dans la mise en scène qui conduit à la tonte. Avant qu'on leur coupe les cheveux, les femmes de Moëlan ont été conduites à l'école publique pour y être interrogées ; à la suite de l'interrogatoire, elles ont été dirigées vers un autre lieu où « un Polonais » leur a coupé les cheveux. À Guimiliau, les FTP mirent en scène un procès public :

  • 53 ADF 210 W 45, plainte de Mme X de Guimiliau, PV brigade de Landivisiau, 26-10-1945.

« Le 9 août dernier, dans l'après-midi, les hommes de la Résistance, armés de mitraillette sont venus à mon domicile, me sommer devant mes enfants de me rendre immédiatement sur la place du bourg où un bûcher d'ajoncs avait été dressé. Là M. X (réfugié de Brest membre des FTP) m'a accusé publiquement d'inconduite avec les soldats allemands. Il m'a reproché d'être allée, à la clinique du Dr Y. de Landivisiau, pour accouchement.
J'ai demandé à M. X. quelles preuves il pouvait fournir contre moi : aucune m'a-t-il répondu et pendant un quart d'heure, j'ai subi l'humiliation » 53 .

  • 54 Il existe d'autres cas connus en France, cf. notamment Laborie (...)
  • 55 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie du 3-10-1944, brigade de Pont-Aven, déclaration d'une des plaignan (...)

18 Procès public, avec un accusateur public et un droit de défense pour l'accusée, qui assimile inconsciemment sa situation à celle des sorcières ou des hérétiques par l'évocation du bûcher. C'est l'unique description d'un procès public dont mention a été trouvée dans les archives bretonnes ; il est probable que d'autres tribunaux ont été réunis sous des formes voisines 54 . Des rites différents, dans la mise en scène et dans le sens, accompagnent les tontes. À Moëlan-sur-mer, après avoir été tondues, les six jeunes filles et une femme plus âgée ont été conduites près d'une fosse au fond de laquelle reposaient les corps de résistants abattus par les Allemands. Deux par deux les FFI les approchent de la fosse pour qu'elles voient les cadavres et inhalent les miasmes de la mort : « ils m'ont dit de respirer le bon parfum des cadavres » 55 . Elles sont tenues de passer la nuit près de la fosse puis relâchées le lendemain après avoir nettoyé l'école. La mortification et l'humiliation étaient aussi présentes lors de la marche que les FFI les contraignirent d'accomplir nu-pieds, de l'école au lieu de tonte, puis à la fosse, soit 4 km au total, interrompue par des génuflexions devant la maison de l'institutrice, chef FFI, puis devant les gens venus à leur rencontre. Actes de soumission, actes de mortification.

  • 56 ADF 64 W 49.
  • 57 ADCA 2 W 98, déclaration d'un membre du FN de Saint-Brieuc, PV de gendarmerie, 19-10-1944.
  • 58 ADCA 1140 W 2, PV du CDL, 24-10-1944. ADCA 1140 W 1, L. 616 pour le vœu.
  • 59 ADCA 1140 W 1, L.616.

19 À cette date, les tontes sont assumées et perçues comme légitimes par la majeure partie de la Résistance et sa mouvance. « Ils avaient vraisemblablement de bonnes raisons de le faire », disait dans son rapport le capitaine du 2 e bureau de Châteaulin au sujet des « jeunes gens » qui avaient rasé trois femmes le 15 août 56 . La décision se répand telle une traînée de poudre parmi les membres des FFI, des FTP et du Front National ; pourtant il ne semble pas qu'un ordre centralisé ait été donné. À Saint-Brieuc, à la mi- août, les mouvements de résistance se réunissent pour discuter de la question des tontes ; ils décident de laisser les groupes faire à leur guise, tout en les assumant 57 . Une décision centralisée n'avait donc pas été prise auparavant et la marée les a pour le moins interpellés. En octobre 1944, alors que des tondues intentent des procès contre leurs tondeurs et en gagnent quelques-uns, le CDL des Côtes-du-Nord demande qu'il y ait forclusion sur les actes de tonte du mois d'août 58 . Par contre, il réclame pour au-delà de la période d'insurrection « la traduction devant les tribunaux compétents, des personnes qui se rendraient actuellement coupables d'actes illégaux » 59 . Néanmoins, le Front National a vraisemblablement des responsabilités dans cette opération. Sa forte présence dans les Côtes-du-Nord pourrait expliquer la massivité des tontes dans ce département. Au moment du plus fort dés tontes, c'est avec François, responsable du FN pour les Côtes-du-Nord, que le préfet Gamblin essaie d'obtenir l'arrêt des coupes de cheveux par les résistants.

  • 60 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 16-08-1944.

« J'ai eu cet après-midi avec M. François un entretien : je lui ai exprimé sans ambiguïté mon sentiment sur la question et je lui ai déclaré que j'exigeais un retour immédiat à la légalité, avec abandon des sévices qui ont soulevé la population. J'ai eu la satisfaction d'arriver à un accord : le FN ne procédera plus à aucune arrestation ni à aucune tonte de femme. Je veillerai à ce que ces prescriptions soient observées, et l'ordre maintenu » 60 .

  • 61 ADCA 1140 W 2, PV séance du 18 août 1944 du CDL.
  • 62 ADCA 2 W 96, PV de gendarmerie, brigade de Saint-Brieuc, 23-09-1944.
  • 63 ADM M 13250, rapport de la sûreté de Vannes, 16-09-1944.

20 Nonobstant, quelques jours après, alors que le CDL des Côtes-du-Nord condamnait une tonte commise dans une prison de Saint-Brieuc, le représentant du FN refusait de se joindre à la condamnation et il s'abstenait, avec ses collègues du PCF et de la CGT 61 . La hiérarchie donna des ordres et n'assuma plus les tontes, suivant les lieux, dès la seconde quinzaine d'août et généralement à partir du mois de septembre, mois de la reprise en main. Fin août, à Saint-Brieuc, le colonel Marceau, responsable départemental des FFI, remettait des ordres écrits aux personnes menacées interdisant qu'on porte atteinte à leurs cheveux. Ces consignes n'étaient pas nécessairement respectées. « Le 26 août, [...] trois individus [...] se sont présentés pour me tondre, je leur ai présenté le papier que m'avait remis le colonel Marceau. Ils l'ont saisi et l'un d'eux l'a déchiré "l'on s'en fiche des papiers du colonel mon cul" » 62 . Mais à Questembert, une dizaine de FFI qui avaient tondu six femmes le 28 août sont punis de prison par le commandant de leur compagnie 63 .

  • 64 ADF 64 W 49.
  • 65 ADCA 1140 W 62, rapport de gendarmerie, 28-11-1944.

21 Les raisons qui conduisent à tondre les femmes accusées de collaboration sont moins simples qu'il y paraît. L'idée revient souvent que les femmes ont été tondues pour « collaboration sentimentale ». Ce n'est pas faux. Mais les représentations mentales de la collaboration des femmes sont tellement imbriquées dans un imaginaire où la sexualité est dominante qu'il est extrêmement complexe de savoir exactement pourquoi ces femmes ont été tondues, d'autant que le plus souvent il n'y a pas eu de procès permettant de saisir les enjeux réels qui conduisirent les uns à couper des cheveux et les autres à se retrouver la tête nue. La « collaboration sentimentale » est souvent mise en avant, voire systématiquement invoquée. Pourtant, dans les campagnes, où la présence allemande était on ne peut plus réduite, le mobile des tondeurs était alors la répression du marché noir. En ville, de nombreuses femmes travaillant pour les Allemands ont été tondues, d'autres le furent pour dénonciation, voire pour des questions politiques. Trois commerçantes de Châteaulin ont été rasées le 15 août : elles étaient « de moralité douteuse », mais aussi « sympathisantes du PNB » 64 , selon le chef du 2 e bureau. Ont-elles été tondues pour collaboration sentimentale ou pour des raisons politiques ? Peut-être l'ont-elles été pour collaboration économique : elles tiennent une boutique ! Dans l'esprit des tondeurs toutes ces éventualités sont certainement liées. « Je ne vois rien qu'on puisse reprocher aux filles X si ce n'est d'avoir travaillé pour les Allemands et d'avoir accueilli ceux-ci dans leur famille [...] c'était sans doute le besoin d'argent qui les a fait agir de la sorte » déclarait un témoin au sujet de deux jeunes filles tondues par les FFI d'Évran. Le père précisa que ses filles avaient été tondues « parce que nous sommes pauvres » 65 . L'exemple donné précédemment sur les tondues internées à l'hôpital de Saint-Brieuc renforce l'idée que les tontes punissant essentiellement les amours illégitimes franco- allemandes est une image éloignée de la réalité. Selon le fonctionnaire sur les quinze femmes tondues, quatre étaient détenues pour dénonciation, sept pour avoir travaillé avec les Allemands, deux pour collaboration sentimentale et trois pour des raisons inconnues. Il est possible que les FFI aient préalablement coupé les cheveux de ces femmes avant de les conduire au centre de détention, considérant qu'elles avaient collaboré avec leur corps, car les représentations de la collaboration féminine associaient la suspicion de trahison ou la trahison avérée à une sexualité réelle ou imaginée. Celles qui étaient internées auraient donc commis une deuxième faute plus grave ; en l'occurrence, le fonctionnaire aurait retenu le motif qui conduisit à l'internement, laissant de côté celui qui avait entraîné la tonte. C'est une interprétation possible, mais ce n'est pas une certitude. Premièrement parce que la lecture à la lettre du document désigne tout de même 13 % des femmes de cet échantillon comme tondues pour des raisons sexuelles ; deuxièmement, parce qu'il apparaît que la tonte est devenue à ce moment-là une forme de violence sexuée.

  • 66 ADCA 2 W 94 dossier Bégard.
  • 67 ADIV, 13 bi 56 : « Charlotte », dans la « 3 » de Margueritte - journal de bord des internées de Re (...)
  • 68 ADCA 2 W 97, plainte, PV de gendarmerie, 11 -09-1944.
  • 69 ADIV 213 W, dossier d'un milicien, audience du 14-03-1946.
  • 70 ADCA 1140 W 3, lettre du 4-12-1945 du président du CDL des Côtes-du-Nord à l'ex-président du CLL d (...)

22 De nombreux exemples montrent que des conflits entre hommes et femmes pouvaient se terminer par la tonte de la femme par l'homme à cette époque. Trois femmes ont été tondues à Bégard le 31 octobre 1944 par trois jeunes FFI, l'ordre ayant été donné par le chef de la compagnie FFI de la commune. Il s'agit, d'après le courrier suscité par cette affaire, d'un conflit politique interne à la Résistance locale. L'affaire prit de l'ampleur en raison de l'autorité respective de l'ordonnateur et de l'une des tondues ; elle déboucha sur une intervention personnelle d'Henri Avril, devenu préfet, demandant en août 1945 à la plaignante de retirer sa plainte 66 . Une autre femme racontait en janvier 1945 à la prison Margueritte à Rennes : « le chef de la Résistance de Combourg, un sale nègre, a exigé que je couche avec lui, si je ne voulais pas qu'il me coupe les cheveux » 67 . À Ploubezre, le 6 septembre vers minuit, trois FFI voulaient boire ; ils se voient refuser par la fille du patron l'ouverture du café. De guerre lasse, elle les fait entrer et leur propose une grenadine : l'affaire tourne au drame. « L'un d'eux [...] armé [...] m'a saisi et essayé de m'asseoir sur une chaise [...] je me suis débattue, [...] il a saisi une paire de ciseaux sur la fenêtre et m'a coupé mes cheveux [...] coups de pieds, coups de poings et de genoux [...] mon père a voulu intervenir [...] bousculé et traîné [...] deux autres sont venus me tenir pendant que l'on me coupait les cheveux » 68 . En juillet 1944, à Rennes, des miliciens tondirent une de leurs informatrices avant de l'assassiner 69 . Dans ces cas précis, les tontes relèvent d'une violence privée presque exclusivement réservée aux femmes. Au sein de la brutalité inhérente à un certain type de rapports homme / femme, la tonte est devenue à ce moment précis un mode d'expression répandu de la domination masculine. Parfois, il est difficile de différencier les tontes rattachées à la violence privée de celles qui furent ordonnées par la Résistance dans un esprit de justice. À Saint- Gilles-du-Bois, une femme a été tondue le 27 avril 1944 pour des raisons difficiles à élucider en l'absence d'un procès : cinq résistants masqués et armés lui ont enlevé 5 000 francs et l'ont tondue ; or Mme B prétend n'avoir jamais reçu un Allemand, n'avoir jamais vendu quoi que ce soit aux troupes d'occupation ; d'autre part, elle hébergeait des réfractaires et reproduit des attestations qui l'établissent de façon formelle. Elle attribue cette agression à une personnalité de la commune dont elle avait dû, à différentes reprises, « repousser les assiduités » 70 .

23Troisième type enfin : les tontes tardives de la jeunesse FFI dès la fin du mois d'août rattachées à des formes de soldatesque molle. En dehors de toute autorité mais dans le prolongement des tontes épuratrices du mois d'août, des petits groupes, souvent sous l'emprise de l'alcool et d'un meneur coupent les cheveux des jeunes filles, en général à leur domicile, la nuit.

  • 71 ADCA 2W95, PV de la brigade de Gendarmerie de Saint-Brieuc, 30-08-1944.

« Ils se sont introduits dans l'appartement où je couchais [...] la maison était dépourvue de lumière je n'ai pas réussi à les reconnaître [...] Ils m'ont alors aveuglées avec leurs lampes électriques, et l'un d'eux s'est placé au bout du lit et a chargé son fusil et m'a mise en joue, pendant qu'un autre s'avançant vers moi muni d'une paire de ciseaux s'est mis à me couper les cheveux. Prise de frayeur, je n'ai eu aucun geste de défense.
Pendant la durée de cette opération ma mère se trouvait à côté du buffet dans la même pièce [...] elle était tenue en respect par un autre individu armé d'un revolver [...]
Quand ils eurent fini de me couper les cheveux, ils m'ont dit de crier “Vive la France, Vive l'Amérique, Vive de Gaulle”.
J'ai répété textuellement après eux, mais comme je n'avais pas levé la main, ils m'ont fait dire une deuxième fois. Ces individus ont aussitôt pris la fuite en chantant » 71 .

  • 72 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie, brigade d'Audierne, 25-10-1944.
  • 73 ADF 31 W 631, déclaration de la plaignante.
  • 74 ADCA 2 W 94, PV de gendarmerie, brigade de Belle-Isle-en-Terre, 6-11-1944.

24 À Audierne, à la mi-octobre, une dizaine de tontes se produisent dans des conditions voisines. Ce sont une vingtaine de FFI d'Audierne et du Cap qui pénètrent la nuit dans les domiciles, armés, masqués, tondent les jeunes filles puis les déshabillent ; l'une d'entre elles fut violée 72 . De même, à Quimper le 7 octobre, une femme de Plouhinec fut tondue par des FFI de sa commune dans la cour d'un restaurant, puis ils montèrent dans une chambre, la dénudèrent, et chacun des FFI lui coupa une touffe des poils pubiens 73 . La plupart des tontes de septembre et d'octobre relèvent de cette problématique. La fermeté de la hiérarchie et l'efficacité de l'encasernement, mirent un terme à ces dérives de soldatesque. La dernière affaire recensée de ce type de tonte a été repérée, le 2 novembre, à Belle- Isle-en-Terre 74 .

Carte n° 6. Premières tontes de la commune dans les Côtes-du-Nord

Carte n° 6. Premières tontes de la commune dans les Côtes-du-Nord
  • 75 ADM M 13240, courrier intercepté par le contrôle technique, lettre du 5-02-1945.
  • 76 Bougeard C., Le choc, op. cit., p. 136.
  • 77 ADCA 1 J 16.
  • 78 Bougeard C., op. cit., p. 136.
  • 79 Cf. Lettre de Lee Miller du 26 août 1944 à Rennes, publiée dans Penrose (...)
  • 80 ADF 178 W 21.
  • 81 Par endroit, les autorités les ont même ordonnées, c'est le cas par exemple du CDL des (...)
  • 82 Barrows S., Miroirs déformants - réflexions sur la foule en F (...)
  • 83 Ces documents posent des problèmes complexes d'interprétation, en particulier : dans quelle mesure (...)
  • 84 Virgili F., » A shaved head somewhere in France », dans Mazowe (...)
  • 85 ADCA 2 W 97, PV de gendarmerie, 18-09-1944.
  • 86 ADCA 1140 W 62, rapport de gendarmerie, 28-11 -1944.
  • 87 Bougeard C., op. cit., p. 136.
  • 88 ADCA 2 W 100, note du chef de cabinet au préfet des Côtes-du-Nord, 16-08-1944.
  • 89 Si les témoins en viennent à parler des tontes par eux mêmes lors des entretiens, c'es (...)
  • 90 ADCA 2 W 96, lettre anonyme d'habitants de Pléneuf au préfet, 18-08-1944.
  • 91 ADCA, L'Aube Nouvelle, 17-03-1945.

25 Les tontes ont été annoncées par la Résistance, dans la presse clandestine, dans les tracts, et mises en pratique dans les semaines et les mois qui précédèrent la Libération (cf. carte n° 5). La carte n° 6 montre, à l'échelle des Côtes-du-Nord, à partir des quelques tontes répertoriées sous l'Occupation, en quoi leur répartition est suffisante pour permettre une préparation de la population à l'échelle du département tout entier. L'anticipation des tontes fut d'autant plus générale qu'elles avaient lieu en zone rurale dans la clandestinité tout en étant annoncées dans les villes, du moins dans ce cas précis. Dans les semaines qui précèdent la Libération, des listes de femmes désignées à la tonte circulèrent à Ploërmel (Morbihan) 75 , furent affichées à Rostrenen et à Dinan (Côtes-du-Nord) 76 . Désormais attendues, elles paraissent normales, légitimes, évidentes, au moment où elles se produisent en masse en août 1944. La Résistance implique la population dans les tontes, ne serait-ce que par l'exposition des tondues, la promenade dans les rues, ne serait-ce que par la différenciation qui est faite au sein d'une communauté entre quelques individus au crâne rasé, stigmate de la culpabilité, et la masse qui peut se découvrir la tête sans honte. Quelques documents montrent que les ordonnateurs ont le sentiment de répondre à une attente, voire à une demande de la population. À la suite des tontes publiques, le CLL de Trégastel note dans son procès-verbal du 12 août, « le public vient d'obtenir une première satisfaction et une première sanction a été appliquée » 77 . L'idée selon laquelle les tontes jouèrent un rôle d'exutoire, de canalisation de la violence des foules, est défendue dès cette époque. Un mois et demi après la Libération, le sous-préfet de Dinan écrivait : cela a été « un dérivatif psychologique nécessaire pour éviter des actes de vengeance qui auraient pu être graves » 78 . Cette justification est en effet proposée par les autorités sous l'expression courante des « excès inévitables ». Or, les coupes de cheveux ont été théâtralisées en particulier dans les lieux de pouvoir, notamment les quatre préfectures, et même tardivement à Rennes, où il est établi que des tontes publiques étaient encore organisées fin août près de l'Hôtel de ville 79 , soit trois semaines après l'installation des pouvoirs régionaux ! Pourtant, Victor Le Gorgeu écrivait quelques années après : « l'on n'a pas eu à constater trop d'excès dans la région de Rennes » 80 . Les tontes ont par conséquent été pour le moins tolérées par les représentants de l'État 81 . Le lieu commun représentant les tontes comme ayant été organisées, ou permises, pour satisfaire les appétits d'un peuple médiéval, jouant ainsi un rôle d'exutoire, ne correspond pas à la réalité telle qu'on peut l'appréhender. Le succès de ce stéréotype peut s'expliquer car il s'inscrit dans un imaginaire ancien qui construit une représentation mythique du « peuple », imprévisible et violent, peuple « féminin », c'est-à-dire irrationnel, hystérique, sauvage 82 , et s'inspire d'une pseudo-science de la psychologie des foules. Image répandue aussi chez les témoins, et en particulier les résistants, elle correspond à une reconstruction a posteriori , permettant une déculpabilisation de la Résistance, car si les tontes paraissent évidentes au moment où elles se produisent, par la suite elles laissent perplexe. Les tontes ont été acceptées car la population a été préparée, des documents, notamment visuels 83 (photographies, films), montrent des foules participant avec complaisance aux tontes (huées, poings brandis menaçants, sourires moqueurs ou satisfaits, visages haineux vociférant, etc.), voire même, interpellant les FFI pour qu'ils coupent les cheveux des « collaboratrices » 84 . Attendues, les tontes ont développé à la base une synergie entre la Résistance locale et la population dans l'instant des journées libératrices, tant elles ont été considérées comme la punition légitime d'un type de collaboration féminine. « Cela m'est égal que ma nièce ait les cheveux coupés, si cela doit se faire, mais je porte plainte contre ces gens pour menace, violation de domicile et tapage nocturne », déclare un chauffeur de Ploubalay après une descente de neuf hommes masqués et armés de mitraillettes (il s'agit de FFI) venus tondre sa nièce à son domicile le 7 septembre à minuit 85 . « Nous avons eu les cheveux coupés sans aucun motif, si ce n'est d'avoir travaillé pour les Allemands, aussi, je ne m'explique pas la raison pour laquelle une telle mesure a été prise à notre égard », déclarait une plaignante tondue avec sa sœur par la Résistance d'Évran 86 . Ces différents exemples illustrent l'absence de remise en cause, à l'époque, de la tonte proprement dite. Les victimes clament leur innocence et prétendent qu'elles ont été injustement châtiées, ou se plaignent des violences connexes, mais le châtiment de la tonte, dans l'absolu, n'est pas contesté. Néanmoins, les voisinages, tout en les acceptant ne semblent pas très à l'aise par rapport à ce qui leur est montré. Car, dans les faits, la population locale est spectatrice, elle joue le rôle du figurant dans ce tableau. Citant un rapport des RG de Saint-Brieuc de la seconde quinzaine d'août, Christian Bougeard, écrit concernant l'attitude de la population, que les curieux s'y pressent et « en général approuvent ces mesures », selon les RG qui précisent une semaine plus tard que « cette pratique n'a d'ailleurs jamais été très appréciée de la partie saine de la population » 87 . « Il m'a été signalé de source sûre que l'on aurait tondu, publiquement et en ville, Mlle X et Mme Y. La majorité de la population réprouve la publicité donnée à ces mesures de représailles », écrivait le 16 août 1944, le chef de cabinet de la préfecture des Côtes-du- Nord 88 . Une gêne apparaît souvent dans les témoignages de l'époque que l'on retrouve aujourd'hui 89 . C'est souvent au détour d'une phrase que l'on perçoit une réprobation mais qui n'est pas le plus souvent explicite. Ainsi, des habitants de Pléneuf dénoncent les exactions de la résistance locale dans une lettre anonyme le 18 août 1944 : « Tous pensaient sauter de joie au départ des Boches, ils n'ont été envahis que de dégoût. On coupe les cheveux des filles publiques, mais les plus dangereux ne sont pas inquiétés » 90 . De même, extrait du courrier d'un lecteur de Paimpol : « Épuration. Mot souvent entendu ! Promesse mille fois faite ! Pourtant on chercherait vainement chez nous les victimes de l'épuration. Quelques tondues sans doute. Mais les autres se sont-ils donc conduits en bons Français ? » 91 . Implicitement, ces lettres dénoncent le rôle de bouc émissaire joué par les tondues, réprouvant les tontes sans pour autant les contester. Même si les tontes ne surprirent pas car on s'y attendait, elles mirent mal à l'aise.

  • 92 ADCA 1140 W 5, lettre d'un membre du FN de Merdrignac au CDL, 9-01-1945.
  • 93 ADIV 215 W 42 rapport des RG de Quimper, 9-01-1945.
  • 94 ADIV 214 W 55 n° 108, lettre de l'accusée au président du CDL des Côtes-du-Nord, 5-12-1944.
  • 95 Louis Guilloux rapporte les conditions de l'arrestation publique de cette femme dans s (...)

26 Les tontes ont été mises en œuvre avec une double finalité, à l'image des exécutions publiques. Tout d'abord, punir dans le siècle, par l'imposition de la flétrissure et l'obligation qui était faite à certaines de la porter. Il s'agissait d'exclure dans la communauté, d'organiser et d'encadrer un bannissement intérieur. À Merdrignac, les FFI ou le FN (la même personne dirigeait les deux organismes) imposent aux femmes tondues de faire le tour de la ville sans turban 92 . À Concarneau, après avoir tondu une femme en juillet 1944, le même mois les « patriotes » lui brûlèrent sa perruque 93 . Les ressorts culturels qui animèrent les résistances locales dans l'accomplissement d'une punition publique furent si forts qu'aujourd'hui la plupart des témoins savent à l'unité près qui a été tondu dans leur cité, quel qu'ait été leur statut d'acteur à l'époque. Ainsi, à Saint-Brieuc, une grande ville, afin d'atteindre le plus grand nombre d'habitants, le FN exposait des photos de femmes tondues dans sa permanence. L'une des victimes disait à ce propos : « j'ai déjà été punie bien au-delà de toute mesure pour cet acte irréfléchi (elle évoque une relation qu'elle avait eue avec un soldat allemand). Publiquement j'ai été tondue, bafouée, et la photographie a été exposée en vitrine des semaines. Est-il punition plus humiliante, plus terrible ? » 94 . Au moment de la perquisition à son domicile, les FFI confisquèrent une photographie et la reproduisirent à plusieurs dizaines d'exemplaires afin de mieux la diffuser. La charge symbolique de cette photographie est puissante, il est vrai. Cette femme est en train d'embrasser avec passion un officier allemand, en uniforme, dans une salle de restaurant, devant une table bien garnie : alcools, vin, Champagne, café, tout y est. La photo a été prise en 1942 à l'initiative de la partenaire française et surtout conservée pour immortaliser un moment heureux. Or, cette image confirme de manière exemplaire le système de représentations qui associait à l'époque la « collaboration sentimentale » aux plaisirs de la table et à la fête. Image insupportable en période de pénurie. Image avec une charge affective puissante, car elle isolait ainsi les collaboratrices de la communauté nationale qui se cristallisait à l'époque, non pas sur l'idée de la résistance, mais autour de la thématique de la souffrance commune. Cette femme, aux yeux des FFI, avait sali la communauté nationale en exhibant sa vie privée dans un lieu public. Ils la punissent en exposant sur l'espace public sa vie privée 95 . Ce cas précis est explicite, il illustre remarquablement le sens implicite des tontes en général. Cette pratique correspond à l'affirmation par un groupe (la Résistance locale) qu'il dispose d'un droit de regard sur certains aspects de la vie privée des personnes, mais la punition passe par un châtiment public afin d'impliquer, voire d'intégrer, la collectivité dans le processus répressif. L'interaction entre l'espace privé et l'espace public est au cœur du processus d'épuration de voisinage.

  • 96 Une plaignante emploie l'expression de « supplice de la tonte ». Une deuxième décrit en ces termes (...)
  • 97 Il est tout à fait remarquable que les monteurs du film La Libération de (...)
  • 98 Brossat A., op. cit., p.l 19-127 ; Bu (...)

27 Acte de justice donc, mais également acte dont la fonction est d'asseoir le nouveau pouvoir, d'impressionner la communauté par une démonstration de force, en lui montrant par une mise en scène péremptoire qui détient l'autorité. Si les tontes étaient évidentes pour ceux qui les accomplirent, elles n'apparurent pas comme une absolue nécessité pour ceux qui les regardaient. Après les tensions qui précédèrent la Libération, les tontes ont été perçues par certains comme une violence inutile, comme une violence de trop ; à un moment pourtant où elle avait durci sa position par rapport à l'épuration, l'opinion publique réclamait dès lors une épuration sévère et soutenait d'autres formes de violence plus habituelles. Attitude témoin du décalage sur la perception des tontes proprement dites ; bien qu'attendues, elles pouvaient surprendre par leur étrangeté : perçues comme une forme de répression bénigne par ceux qui les commirent, elles inquiétèrent ou troublèrent une partie de ceux qui les virent et traumatisèrent en profondeur celles qui les ont supportées 96 . Il apparut également un hiatus quant à la répression de la « collaboration sentimentale » : si elle apparut comme légitime pour beaucoup, hommes et femmes confondues, elle n'était pas consensuelle 97 . Cette répression spécifique mit mal à l'aise une partie de la population. Avec les termes de l'époque, tout en considérant qu'on faisait « payer le lampiste » au lieu de s'en prendre « aux gros », inconsciemment elle percevait que ces femmes étaient au cœur d'une crise culturelle qui les dépassait. Certes, les tontes et la détermination avec laquelle la « collaboration sentimentale » est réprimée participe probablement du « rétablissement de l'ordre mâle » 98  : dans le cadre d'une société patriarcale en déclin et de la crise des rapports hommes / femmes traditionnels, on les punissait autant pour avoir disposé d'elles-mêmes (échappant de fait à l'autorité masculine conventionnelle) que pour avoir « collaboré sur l'oreiller ». Néanmoins, l'agressivité dont ces femmes furent l'objet s'explique, en grande partie, parce qu'elles étaient un des éléments constitutifs de l'antithèse même de l'identité nationale construite sur les thèmes fédérateurs de la souffrance et de l'espérance au lendemain de l'occupation. Les représentations de la collaboration féminine, associant les plaisirs du sexe, de la nourriture et de la fête à la trahison, réservaient à ces femmes une place majeure dans la galerie des « mauvais Français » dans l'imaginaire social organisé à la Libération.

Notes

1 L'Aube Nouvelle du 30-12-1944, du 23-06-1945 et du 30-06-1945.

2 ADCA 1140 W 5, lettre du maire de Merdrignac au président du CDL, 24-11-1944.

3 ADCA 1140 W 5, pétition annotée par le maire.

4 En tant que phénomène de masse.

5 Ce n'est pas surprenant, l'homosexualité est à l'époque un phénomène social caché. Aucun cas n'a été recensé en tant que tel donnant lieu à une accusation du voisinage ou d'un institutionnel, alors qu'il apparaît à la lecture de quelques dossiers que l'accusé français avait pu entretenir une relation homosexuelle avec un Allemand.

6 Pour les rares hommes concernés, l'accusation de relations intimes avec des Allemandes n'était qu'un facteur aggravant qui noircissait le portrait moral du traître, seul le cas d'un policier révoqué sur le seul motif de relations sexuelles avec des auxiliaires féminines de la Wechmacht a été isolé en France, cf. Capdevila L. et Virgili F., « Tontes et épuration des collaboratrices, un antiféminisme ? », pré-actes colloque Les antiféminismes en France des années trente à nos jours , 27-28 mars 1998, Université d'Angers.

7 Cf. les travaux de Fabrice Virgili.

8 Ripa Y., « La tonte des républicaines pendant la guerre civile espagnole », Les Cahiers de l'LHTP, n° 31,1995, p. 39-51.

9 Vervenioti T., « Women after the resistance in Greece : personal and political experiences », Mazower Mark (s.d.), After the war was over. Reconstructing the family, Society and the law in southern Europe, 1944-1950. Pré-actes du colloque tenu à Brighton, 4-6 Juillet 1996.

10 Par exemple, dans ses chroniques des croisades, au 12 e siècle, le Damascain Oussama Ibn Mounqidh, rapporte une scène que lui raconta un médecin arabe : celui-ci avait assisté, atterré, à une séance de soins dirigée par un médecin franc. À une femme qui souffrait de consomption, « le médecin franc l'examina et dit : « Elle a dans la tête un démon qui est amoureux d'elle. Coupez lui les cheveux ! » On les lui coupa ». Cité dans Maalouf A., Les croisades vues par les Arabes, J.-C.Latès, 1983, p.148. Lire en particulier carbasse J.-M., «  Currant nudi, la répression de l'adultère dans le midi médiéval (12 e - 15 e ) », dans Poumarede J. et Royer J.-P.(s.d-), Droit, histoire et sexualité, L'espace juridique, 1987, p. 83-102.

11 Ségalen M., « Les derniers charivaris ? Notations tirées de l'atlas folklorique de la France » (1943- 1950) », dans Le Goff J. et Schmitt J.-C. (s.d.), Le charivari, Mouton, 1981, p. 66.

12 Fabre D. et Traimond B., « Le charivari gascon contemporain : un enjeu politique », dans Le Goff J. et Schmitt J.-C., op. cit., p. 29.

13 Fabre D. et Camberoque C., La fête en Languedoc, Privat, 1977, 211p.

14 Martine Ségalen estime que le charivari a disparu dans le Morbihan au début du 20 e siècle, op. cit. p. 72.

15 Guillon J.-M., « La libération du Var : résistance et nouveaux pouvoirs », Les Cahiers de l'IHTP, n° 15, 1990, p. 13.

16 Grenadou E. et Prévost A., Grenadou, paysan français, Le Seuil, 1966, p. 131.

17 Ibid., p. 215.

18 Tacite, § 19 « Mariages », Mœurs des Germains.

19 Se reporter à des photographies de tontes « dures » ; l'une, datée d'août 1944, revient souvent : une jeune femme nue cheveux coupés, entraînée par la foule, prise au bras par deux hommes, sur un grand boulevard parisien, publiée par Brossat, op. cit.  ; présente également dans Buton P. (s.d.), La France et les Français de la Libération 1944 -1945. Vers une France nouvelle, BDIC, 1984, p. 60.

20 Ernst Fraenkel, Military occupation and the rule of law. Occupation government in the Rhineland, 1918-1923, Oxford University Press, 1944, p. 143, cité par Burrin P., op. cit., p. 211.

21 L'ordonnance du 31 janvier 1940 condamne à la tonte les Allemandes coupables de relations avec des non-aryens.

22 Il est resté deux ans en Allemagne et évoque ses amitiés avec des Allemandes à l'époque, cf. op. cit. p. 133-134.

23 Dans un documentaire monté à partir d'images d'archives diffusé par Arte, on voit une scène de tonte publique en 1941 en Pologne occupée. Un jeune couple mixte a les cheveux coupés pour « avoir porté atteinte à l'intégrité de la race ». Lui est Allemand, un écriteau disant « j'ai trahi le peuple allemand » est suspendu à son cou ; elle est Polonaise, il est écrit sur la pancarte posée sur sa poitrine « je suis une salope de Polonaise ». ( Les mercredis de l'Histoire : temps de guerre, « Parmi les hommes, 1940- 1943 », documentaire hongrois de Peter Forgacs, diffusé sur Arte le 28 mai 1997, 55 ').

24 Jean Galtier-Boissière écrivait, dans Mon journal depuis la Libération, Garas, 1945, p. 290, il est vrai sur le ton de la provocation, mais en commençant par une référence bien précise : « Un pays ne subit pas impunément pendant 4 ans les habitudes nazies. À Paris et en province, on a tondu des femmes soupçonnées d'avoir couché avec des Fritz ; procédé nazi. On a promené des individus en caleçon ; procédé nazi. Il se publie un journal unique sous 10 titres différents ; procédé nazi. » Cité par Kupferman F., Les premiers beaux jours, op. cit., p. 94-95.

25 BN, Défense de la France, 15-02-1942.

26 Cité par Brossat A., op. cit., p. 108.

27 BN, Femmes Françaises, n° 1, janvier 1944.

28 En 1941-1942, les tirages moyens de la grande presse clandestine oscillaient entre 5 000 et 10 000 exemplaires ; ils dépassèrent les 100 000 en 1944, le record étant détenu par le numéro de Défense de la France de janvier 1944 édité à 450 000 exemplaires (cf. Veillon D. et Wieviorka O., « la Résistance », dans Azéma J.-P. et Bédarida F. (s.d.), op. cit., tome2, p. 74-75 ; Azéma J.-P., De Munich... op. cit., p. 261).

29 Dujardin J., « Belgique », dans Eck H. (s.d.), La guerre des ondes. Histoire des radios de langue française pendant la seconde guerre mondiale, Armand Colin-Payot, 1985, p.207-214.

30 Il en va différemment avant et après la Libération où elles ont été considérées comme des actes ré- préhensibles. Alors, des victimes déposèrent plus facilement des plaintes qui donnèrent lieu à un suivi de la part des autorités en place.

31 ADCA 1140 W 3, interrogatoire du 15-11-1944 dirigé par le comité d'épuration de Plestin les Grèves contre Mlle M.L.

32 ADCA 214 W 61 n° 338, chambre civique, dossier de procédure.

33 ADIV 43 W 168, rapport du préfet des Côtes-du-Nord, 16-08-1944.

34 Pour Douarnenez, cf. Pencalet F., Le PCF à Douarnenez 1944/53 , mémoire de maîtrise, Brest, exemplaire dactylographié, 1989, p. 47, un témoin évaluait à une trentaine les femmes tondues, un autre à une dizaine. De même, pour Loudéac, Yann Lagadec donne une fourchette variant de 6 à 20 suivant les témoins, cf. Un canton dans la tourmente : Loudéac et les communes environnantes pendant la seconde guerre mondiale (1939-1945), Mémoire du pays de Loudéac, 1994, p. 140. Pour le dénombrement ont été respectivement retenues 10 et 6 femmes tondues. Autre exemple : en ce qui concerne Concarneau, un ouvrage évalue à plus d'une centaine les Concarnoises qui auraient été tondues entre le 29 août et le 10 septembre, sans citer de sources ( Guégen M. et Le Maitre P.-L., L'Aigle sur la mer, Concarneau 1939-1945, ECA, 1988, p. 235). C'est néanmoins la valeur 3 qui a été retenue, 1 tonte a été réellement identifiée par rapport de police en septembre 1944, et le nombre 2 a été maintenu pour le mois d'août, une autre source publiée évoquant des tontes à la Libération de ce port finistérien.

35 ADCA 1140 W 79 Centre d'hébergement féminin de l'hôpital de Saint-Brieuc. Internés administratifs, états signalétiques, cabinet du préfet, octobre 1944.

36 159 cas minimum de personnes tondues ont été recensés, dont de nombreux nominatifs, dans 58 communes (15 %) des localités du département. En comparaison avec les autres départements étudiés par Fabrice Virgili, les Côtes-du-Nord occuperaient actuellement une position comparable à l'Oise à l'échelle nationale, où il a dénombré 200 cas, ces chiffres n'ayant aucun caractère définitif. Cf. Virgili F., « Les femmes tondues entre justice sommaire et épuration légale » ; Colloque de Turin, Il guidice, lo storico, la società, la politica. Iprocessi del dopoguerra. 1945-1950, 1-2 mars 1996, pré-actes, 4 pages dactylographiées.

37 ADM M 13250, rapports du commissariat de Vannes.

38 En valeur absolue, l'échantillon est de 159 cas pour les Côtes-du-Nord, 55 pour le Finistère, 24 pour l'Ille-et-Vilaine et 34 pour le Morbihan.

39 Rapport de la compagnie de gendarmerie d'Ille-et-Vilaine du 13-08-1944.

40 ADCA 1140 W 5 et 1140 W 79, archives du CDL : échange de courrier avec le CLL de Merdrignac.

41 ADF 31 W 631, rapport de gendarmerie.

42 Information fournie par Fabrice Virgili.

43 ADM M 13250, PV de gendarmerie.

44 Lettre de Lee Miller du 26-08-1944 à Rennes, publiée avec une photographie de 3 femmes tondues à Rennes, dans Penrose A., Lee Miller photographe et correspondante de guerre, Du May, 1994, p. 65.

45 24 avril 1993, entretien avec Henri Lecharles.

46 Pencalet F., op. cit., p. 47.

47 ADM M 12090, gendarmerie : messages téléphoniques concernant les incidents dans le département.

48 Burrin P., op. cit. p. 213. D'autres cas ont été isolés en 1943 par Fabrice Virgili.

49 ADIV 215 W 71, dossier MP, chambre civique du Finistère, PV de gendarmerie pour les voisins, PV de police du 19-01-1945 en ce qui concerne la déclaration de la jeune femme tondue à cette date avancée. Elle fut tondue une deuxième fois à la Libération.

50 ADCA 11 J 16 n° 6342, PV du CLL de Trégastel, 10-08-1944.

51 ADCA 1140 W 1, courrier du CDL au préfet des Côtes-du-Nord, 27-11-1944, le tondeur venait d'être condamné à verser une amende de 1 000 francs.

52 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie, brigade de Pont-Aven, 3-10-1944.

53 ADF 210 W 45, plainte de Mme X de Guimiliau, PV brigade de Landivisiau, 26-10-1945.

54 Il existe d'autres cas connus en France, cf. notamment Laborie P., « Entre histoire et mémoire, un épisode de l'épuration en Ariège : le tribunal du peuple de Pamiers, 18-31 Août 1944", op. cit. Le documentaire de Rotman P. avec Rousso H. pour conseiller historique, L'épuration , France 3, 1994, l.h20'. démarre par des images du tribunal public de Chatou (Seine-et-Oise) tenu au château de la localité le 29 août 1944 ; il s'agit en fait des séances publiques du comité d'épuration.

55 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie du 3-10-1944, brigade de Pont-Aven, déclaration d'une des plaignantes.

56 ADF 64 W 49.

57 ADCA 2 W 98, déclaration d'un membre du FN de Saint-Brieuc, PV de gendarmerie, 19-10-1944.

58 ADCA 1140 W 2, PV du CDL, 24-10-1944. ADCA 1140 W 1, L. 616 pour le vœu.

59 ADCA 1140 W 1, L.616.

60 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 16-08-1944.

61 ADCA 1140 W 2, PV séance du 18 août 1944 du CDL.

62 ADCA 2 W 96, PV de gendarmerie, brigade de Saint-Brieuc, 23-09-1944.

63 ADM M 13250, rapport de la sûreté de Vannes, 16-09-1944.

64 ADF 64 W 49.

65 ADCA 1140 W 62, rapport de gendarmerie, 28-11-1944.

66 ADCA 2 W 94 dossier Bégard.

67 ADIV, 13 bi 56 : « Charlotte », dans la « 3 » de Margueritte - journal de bord des internées de Rennes, par Marie Drouart - 25 janvier/23 mars 1945 - ronéotypé par l'auteur à Rennes vers 1960, 53P.

68 ADCA 2 W 97, plainte, PV de gendarmerie, 11 -09-1944.

69 ADIV 213 W, dossier d'un milicien, audience du 14-03-1946.

70 ADCA 1140 W 3, lettre du 4-12-1945 du président du CDL des Côtes-du-Nord à l'ex-président du CLL de Saint-Gilles, demandant plus ample information après avoir reçu une plainte d'une femme tondue.

71 ADCA 2W95, PV de la brigade de Gendarmerie de Saint-Brieuc, 30-08-1944.

72 ADF 31 W 631, PV de gendarmerie, brigade d'Audierne, 25-10-1944.

73 ADF 31 W 631, déclaration de la plaignante.

74 ADCA 2 W 94, PV de gendarmerie, brigade de Belle-Isle-en-Terre, 6-11-1944.

75 ADM M 13240, courrier intercepté par le contrôle technique, lettre du 5-02-1945.

76 Bougeard C., Le choc, op. cit., p. 136.

77 ADCA 1 J 16.

78 Bougeard C., op. cit., p. 136.

79 Cf. Lettre de Lee Miller du 26 août 1944 à Rennes, publiée dans Penrose A., op. cit., p. 65 ; Michel Biays, entretien du 30 avril 1993, racontait avoir vu des tontes à Rennes à la fin du mois d'août et au début de septembre 1944.

80 ADF 178 W 21.

81 Par endroit, les autorités les ont même ordonnées, c'est le cas par exemple du CDL des Pyrénées orientales, cf Fabrice Virgili, « Les femmes tondues entre justice sommaire et épuration légale », op. cit.

82 Barrows S., Miroirs déformants - réflexions sur la foule en France à la fin du 19 e siècle, Aubier, 1990, 227 p.

83 Ces documents posent des problèmes complexes d'interprétation, en particulier : dans quelle mesure les « sourires complaisants » des individus présents lors des tontes ne sont-ils pas simplement destinés au photographe ou à la caméra, l'effet de masse n'est il pas simplement le fait du cadrage, etc.

84 Virgili F., » A shaved head somewhere in France », dans Mazower M. (s.d.), op. cit., 4 p.

85 ADCA 2 W 97, PV de gendarmerie, 18-09-1944.

86 ADCA 1140 W 62, rapport de gendarmerie, 28-11 -1944.

87 Bougeard C., op. cit., p. 136.

88 ADCA 2 W 100, note du chef de cabinet au préfet des Côtes-du-Nord, 16-08-1944.

89 Si les témoins en viennent à parler des tontes par eux mêmes lors des entretiens, c'est toujours avec une certaine réticence. Un sondage réalisé par Louis Harris-France du 21 au 26 décembre 1983 montrait que les Français, principalement les Françaises, avaient conservé une image négative des femmes tondues tout en amorçant un refoulement. Cf. Frank R. et Rousso H., « 40 ans après : Les Français et la Libération », L'Histoire, n° 67, 1984, p.63.

90 ADCA 2 W 96, lettre anonyme d'habitants de Pléneuf au préfet, 18-08-1944.

91 ADCA, L'Aube Nouvelle, 17-03-1945.

92 ADCA 1140 W 5, lettre d'un membre du FN de Merdrignac au CDL, 9-01-1945.

93 ADIV 215 W 42 rapport des RG de Quimper, 9-01-1945.

94 ADIV 214 W 55 n° 108, lettre de l'accusée au président du CDL des Côtes-du-Nord, 5-12-1944.

95 Louis Guilloux rapporte les conditions de l'arrestation publique de cette femme dans ses carnets. Carnets, 1921-1944, Gallimard, 1978, p. 412-413.

96 Une plaignante emploie l'expression de « supplice de la tonte ». Une deuxième décrit en ces termes la scène : « J'ai été tondue et en partie rasée, entre plusieurs crises de vomissements. Cette opération a été accompagnée de moqueries » (ADCA 2 W 94 PV de gendarmerie, 2-10-1944, dossier Bégard).

97 Il est tout à fait remarquable que les monteurs du film La Libération de Paris , tourné par le comité de Libération du cinéma français, n'aient pas retenu les scènes de tontes, pas plus, d'ailleurs, que les scènes d'exécutions. Le film fut projeté dès le 29 août 1944 à Paris, dès le 25 septembre il était projeté à Rennes ; il fut programmé à nouveau à Rennes en octobre puis en novembre 1944, il s'appelait à l'époque Résistance. Dans ce moyen métrage, les collaborateurs ne sont présents qu'à travers les arrestations. Or les scènes de tontes et d'exécutions ont été filmées, Sylvie Lindeperg les a retrouvées parmi les rushs. Ce film fait l'apologie du peuple français uni, se libérant par lui-même. Le refus délibéré de montrer les tontes dans un film aussi précoce et qui se veut patriotique et consensuel est dans l'esprit du discours résistant de l'époque, marqué par les appels à l'unité (cf. infra § chapitre 5) et témoigne de ce décalage entre les tondeurs et les autres au moment où elles se faisaient. La représentation d'une Libération consensuelle ne pouvait être célébrée en maintenant les scènes de tontes et d'exécutions. L'un des opérateurs, qui avait tourné l'une de ces scènes avec réticence, traite les tondeurs de « commando de cinglés » dans son livre de souvenirs. Cf. Lindeperg S., Les écrans de l'ombre. La Seconde Guerre mondiale dans le cinéma français (1944-1969), CNRS, 1997, p. 66 et note n° 12.

98 Brossat A., op. cit., p.l 19-127 ; Burch N. et Sellier G., op. cit.  ; Capdevila L., « Le mythe du guerrier... », op. cit. et, en collaboration avec Fabrice Virgili op. cit.

Table des illustrations

Titre Carte n° 5. Tontes en Bretagne de 1943 à 1945 (par commune)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8877/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Graphique n° 7. Auteurs des tontes en Bretagne (en % des individus tondus)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8877/img-2.png
Fichier image/png, 321k
Titre Graphique n° 8. Chronologie des tontes en Bretagne (indice, août = 100)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8877/img-3.png
Fichier image/png, 363k
Titre Tableau n° 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8877/img-4.png
Fichier image/png, 298k
Titre Carte n° 6. Premières tontes de la commune dans les Côtes-du-Nord
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8877/img-5.png
Fichier image/png, 798k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540