Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons au lendemain de l'Occupation

 | 
Luc Capdevila

Seconde partie. Le temps court de la Libération : agir, encadrer, adhérer (août-septembre 1944)

Chapitre 6. La base FFI, les Gardes civiques, l'ordre et le désordre public

Luc Capdevila

Texte intégral

1 La Résistance bretonne et sa mouvance limitèrent à l'épuration le prolongement de leur action après la Libération. C'est là une des différences de fond avec les midis rouges et la région parisienne, où les résistants s'impliquèrent dans un débat politique plus étendu. La Bretagne n'a pas connu de comités de gestion, et les milices patriotiques furent suffisamment rares à la Libération pour ne laisser que peu de traces. Il se produisit quelques amorces en ce qui concerne des gardes patriotiques, mais à l'été 1944 elles demeurèrent velléitaires. Ici, les milices patriotiques ne fleurirent pas avant la fin de l'automne 1944 dans le Finistère et l'hiver 1944-1945 dans les Côtes-du-Nord. Cette génération, en fait de gardes civiques républicaines, répondait alors à la stratégie nationale du PCF via le CNR, avec le FN pour relais local.

L'absence de milices patriotiques en Bretagne à la Libération, mais une forte présence FFI

  • 1 Ce fut probablement le cas dans le Morbihan, selon une note de service FFI signée par le lieutenan (...)
  • 2 Il s'agit des déclarations d'un directeur d'école primaire et d'un instituteur : ils se présentent (...)
  • 3 Le CLL-FFI de Plancoët demandait ses autorisations de fermeture d'immeubles « collaborateurs » dir (...)

2 Si la Bretagne n'eut pas à compter avec les milices patriotiques, organismes civils, elle connut une présence FFI dans les localités. Devenues sédentaires, ces forces armées prirent le nom tantôt de « garde municipale » 1 , tantôt de « comité FFI », voire existaient sous le simple nom de FFI. Dans certains cas, la différence avec les milices patriotiques n'est pas facile à établir. Les FFI de la Roche-Derrien se désignaient eux-mêmes en tant que milice patriotique, mais c'était a posteriori 2 . En fait si les comités FFI du Finistère semblent plutôt correspondre à des comités patriotiques, des comités FFI dans les Côtes-du-Nord, en se considérant directement sous les ordres du FN 3 , pourraient se rapprocher des milices patriotiques.

  • 4 C'est ainsi que les ex-FFI désignaient les militaires de carrière qui avaient attendu la Libératio (...)

3 La Bretagne connut à la Libération un problème de violences et de paralégalité avec les groupes FFI, la base FFI avait le sentiment d'incarner une nouvelle légalité, elle obligeait sur le terrain les forces de police à se soumettre, à se démettre ou à collaborer. Ce fut une situation relativement répandue en août-septembre 1944, mais elle fut rapidement maîtrisée. La hiérarchie FFI ne fut en aucune façon un relais des partisans sur ce thème, elle s'évertua à encadrer ses troupes et à imposer le retour à l'ordre. D'autre part, la proximité et la pérennisation d'un front dans la région facilita la canalisation des combattants FFI. Ceux qui souhaitaient prolonger le bivouac le firent, au côté des forces alliées, à la fin de l'été 1944, dans la poursuite des colonnes allemandes et dans la réduction des môles de résistance des troupes d'occupation ; puis, jusqu'en mai 1945, en faisant le siège des poches de Lorient et de Saint-Nazaire. Ils étaient alors encadrés par la hiérarchie militaire, dont les « naphtalinars » 4 , au contact des alliés américains.

  • 5 ADIV 43 W 218, rapport du 14-08-1944 de l'adjudant-chef de gendarmerie commandant la section de Lo (...)
  • 6 ADIV 43 W 218, rapport du 14-08-1944 du lieutenant de gendarmerie, commandant provisoire de la com (...)
  • 7 ADCA 2 W 97, rapport du capitaine de gendarmerie commandant le secteur de Dinan, 9-08-1944.
  • 8 Guilloux L., Carnets. 1921-1944 , Gallima (...)

4 Les exactions des compagnies FFI, relevant de l'expression d'une (para)légalité FFI, furent très limitées dans le temps ; elles se situaient dans le prolongement immédiat de la Libération. Début août 1944, des désarmements de gendarmes eurent lieu. À Plouay, le 7 août, l'unique gendarme resté à son poste fut agressé par un bataillon FTP. Les FTP investirent la caserne, puis interdirent au gendarme de revêtir son uniforme et de reprendre son service 5 . À Hennebont, le 8 août, un gendarme dut remettre son pistolet avec l'étui au groupe FFI ; tout en le désarmant, un des patriotes lui aurait lancé : « il n'y a plus besoin de gendarmes à Hennebont pour le moment » 6 . Ces FFI / FTP désarmaient ces gendarmes, occupaient leur caserne, car ils estimaient être le bras armé d'une nouvelle légalité. Dans certaines localités, l'action de la police ou de la gendarmerie devenait légitime dès lors que les forces de police ou de gendarmerie enfilaient le brassard FFI ou agissaient sous le commandement de l'autorité locale FFI. Août 1944, à Dinan, l'ordre était assuré conjointement par la police d'État et les FFI 7 . À Saint-Brieuc, le 6 août, premier jour de notre libération, Louis Guilloux remarque « de nombreux gendarmes portant le brassard tricolore à croix de Lorraine » 8 , ce qui est également un signe de paralégalité. Au demeurant, c'est une situation voisine de celles précédemment observées à Rennes, voire à Quimper ; dans les premiers jours de la Libération, les policiers actifs travaillaient de concert avec les FFI, voire portaient eux-mêmes un brassard FFI. Un conseiller municipal de la Chapelle Blanche se plaignant de cette légalité nouvelle au commissaire de la République écrivait le 8 août 1944 :

  • 9 ADCA 2 W 94, lettre de X minotier et conseiller municipal à la Chapelle Blanche au CR, lettre du 8 (...)

« Ancien combattant et prisonnier de 14-18 [...] c'est à ce titre que je me permets de faire appel à votre autorité.
Depuis l'arrivée des alliés un groupe de soi-disant résistants de Caulnes (dont les principaux bouchers, épiciers, tous plus ou moins profiteurs de guerre) se permet de faire la police dans tout le canton. Emprisonnements, menaces, bouleversements ; tel est leur principal travail. Leur dernier coup de force : renversement du conseil municipal de la Chapelle Blanche dont je fais partie. Me serait il permis de savoir de quel droit et sous quels ordres travaille toute cette bande dont la grande majorité n'a fait ni guerre, ni service militaire, et leur appartient il vraiment de se faire justicier ? (peut être pour éviter de se trouver parmi les accusés). [...] puisque ces messieurs veulent se montrer bons Français que ne les envoie-t-on sur le front de Normandie, il y aura je le crains beaucoup moins de volontaires.
En restant à votre entière disposition [...] je vous prie de croire M. le Commissaire à mon entier dévouement au service de la vraie France et non de l'anarchie. » 9

  • 10 ADM M 13244, lettre du lieutenant-colonel chef d'État major au préfet, 30-08-1944.
  • 11 ADCA 1140 W 2, compte rendu de Mme du Frétay sur les prisons des femmes à Saint-Brieuc, PV du CDL, (...)
  • 12 ADCA 1140 W 2, PV, séance du 19-09-1944.
  • 13 Bougeard C., Le choc... op. cit. p. 1491. (...)
  • 14 ADCA 1140 W 2, PV des séances du CDL.
  • 15 ADCA 1140 W 2, PV du CDL, 29-09-1944.
  • 16 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 16-08-1944.
  • 17 Bougeard C., Le choc... op. cit. p. 1489. (...)

5 Ce document témoigne du décalage qui séparait la partie de la population mobilisée à la Libération, de la majorité moins investie dans l'événement, différences culturelles, différences entre générations dans le cas présent. Les groupes FFI, convaincus d'incarner cette légalité nouvelle, légitimée par leur participation à la Libération, s'attribuèrent les compétences normalement dévolues à l'État, ou à sa force publique. Ils agirent comme de véritables officiers de police judiciaire. Pendant tout le mois d'août et la première moitié du mois de septembre, ils ne cessèrent dans le Finistère comme dans les Côtes-du-Nord et le Morbihan, beaucoup moins en Ille-et-Vilaine, de perquisitionner, réquisitionner, arrêter, incarcérer, interroger des suspects, tout en participant au maintien de l'ordre. Ils improvisèrent des prisons, par exemple à Hennebont à la mairie pour les détenus et au commissariat de police pour les détenues 10 , à Saint-Brieuc à l'école rue Guébriant pour les femmes 11 . À Lamballe, les FFI organisèrent un camp d'internement, dit de « concentration » 12 à l'époque. Le commandant Jean Cocheril, instituteur de Jugon devenu chef de guerre, échappait à tout contrôle des autorités 13  : FFI, CDL y compris le FN. En août/septembre 1944, les FFI de Lamballe arrêtèrent un si grand nombre de suspects qu'un problème de gestion de masse fut posé. Le CDL s'en inquiéta, observant la hausse continue des internés en septembre. Le 19 septembre, le chiffre de 500 détenus apparaît dans le procès-verbal ; 10 jours après, le camp détenait une centaine de prisonniers supplémentaires 14 . Le CDL à cette date prit la décision de fermer le camp. « Avisé de l'importance anormale prise par le camp de concentration de Lamballe qui compte actuellement plus de 600 détenus, le CDL demande la liquidation de cette colonie pénitentiaire, et le renvoi des prévenus [...] devant leurs juges naturels » 15 . À Plédéliac, quelques kilomètres plus au sud, les FFI, commandés également par Jean Cocheril, ouvrirent un deuxième camp de concentration. Des rumeurs circulèrent sur ce camp. Dans ses rapports alarmistes du mois d'août 1944, le préfet Gamblin écrit, dès le 16, que le camp venant de s'ouvrir à Plédéliac réunissait déjà 400 détenus 16 , ce qui paraît difficilement concevable à cette date. S'appuyant sur une enquête orale réalisée dans les milieux résistants du département, Christian Bougeard a réduit ces chiffres de moitié, considérant que le préfet Gamblin s'était laissé abuser par la rumeur 17 . Néanmoins, l'affaire du camp de Plédéliac demeure intéressante, car elle témoigne de ce que les hommes et les femmes de la Libération étaient prêts à croire, y compris parmi des personnalités normalement bien informées. Tout en reposant sur une base réaliste, l'affaire du camp de Plédéliac développa fantasmes et rumeurs, qui participaient de la construction des mythes du désordre, de l'anomie et du contre pouvoir, nés dès la Libération.

  • 18 ADF 43 w 631, rapport du sous-préfet de Châteaulin au préfet, 29-10-1944.
  • 19 ADF 43 W 631, PV de la brigade de gendarmerie d'Audierne d'octobre 1944 ; ADIV 43 W 218, rapport d (...)
  • 20 ADF 209 W 32, libération de Morlaix, affiches, 1944.
  • 21 Ibid .
  • 22 ADCA 1140 W 2, PV du CDL, 29 -09-1944.
  • 23 ADM R 4776, FFI affaires diverses.
  • 24 ADIV 43 W 128, rapport du 13-08-1944.
  • 25 ADIV 43 W 131.
  • 26 ADIV 43 W 130, rapport du 16-11-1944.

6 Les groupes FFI n'acceptèrent pas immédiatement de se mouler dans les pratiques de la légalité républicaine. Les « patriotes » conservèrent encore quelques temps des comportements violents et expéditifs de gens de guerre, convaincus que l'insubordination était juste quand elle était légitime à leur point de vue. À Châteaulin, le 28 septembre, le bataillon FFI de la place, révolté que l'un des siens ait été arrêté par les gendarmes pour avoir passé à tabac un passant, alors qu'il était ivre, investit les armes à la main la caserne de gendarmerie de la sous-préfecture. Après le retour au calme, le lendemain, sûrs de leur bon droit, de nouveau cinq FFI se présentèrent à la caserne de gendarmerie, cette fois sans armes apparentes ; ils demandèrent que le gendarme responsable de l'arrestation du « patriote » leur soit livré 18 . Deux semaines plus tard, le 16 octobre à Audierne, huit FFI furent arrêtés par la gendarmerie après avoir tondu une jeune femme puis l'avoir violée. Consécutivement à la détention des coupables, « un attroupement hostile s'était formé devant la caserne » dans la soirée, le capitaine FFI intervenant pour les faire libérer. Le chef de brigade ne céda pas 19 . Ces récits ne sont pas l'exception qui confirmerait une règle. Les exactions des FFI furent nombreuses. Elles furent le fait de jeunes gens armés, souvent ivres, plus ou moins responsables, plus ou moins bien encadrés, sûrs de leur impunité mais aussi de leur bon droit quand ils commettaient ces actes. D'où une reprise en main très rapide et tous azimuts. Les hiérarchies (FFI, CDL, les délégations spéciales des grandes villes et évidemment les préfets) prirent dès le mois d'août des mesures énergiques pour rétablir l'ordre et encadrer les troupes. Dès le 11 août, dans les heures qui suivirent la libération de Morlaix, le sous-préfet fit placarder un appel comminatoire à la population sur la remise des armes, co-signé par le commandant de la place FFI. On lisait sur les affiches : « Toute personne possédant des armes ou tout autre matériel militaire, doit, obligatoirement, être inscrit à un groupe de Résistance [...] Quiconque sera trouvé en possession d'armes sans autorisation sera emprisonné immédiatement et encourra les peines les plus graves » 20 . Certes, la formulation reste ambiguë, car il s'agit de canaliser les hommes en armes, en les intégrant dans un groupe de résistance armée. Mais c'était une première étape qui tenait compte des réalités. Une deuxième étape fut franchie les jours suivants, le colonel FFI commandant de la place de Morlaix fixa le quartier général des forces de Résistance à l'Hôtel du commerce ; s'efforçant de les contrôler, il interdisait « formellement », par voie d'affiche, « tout autre lieu de rassemblement des groupes de Résistance » 21 . Cette reprise en main passa, certes, par l'information, la fermeté des instructions et le respect de la Résistance armée, elle passa aussi par la répression de ceux qui commirent des exactions ; elle passa surtout par l'intégration dans l'armée et la soumission à l'autorité militaire. Le CDL des Côtes-du-Nord, pour maîtriser Jean Cocheril, exprima « le désir de voir dessaisir le commandant Jean de ses pouvoirs civils, et de lui voir confier un commandement militaire » 22 . Le lieutenant-colonel Morice, commandant les FFI du Morbihan, ne cessa de marteler les rappels à l'ordre dès août 1944 23 . Dans sa toute première synthèse d'août, Le Gorgeu insista sur la nécessité de « régulariser la situation des FFI » en les enrôlant ou en les désarmant 24 . Ce problème fut récurrent jusqu'au mois de décembre 1944. Le dernier rapport dans lequel il est fait mention d'exactions FFI, à l'échelle de toute la Bretagne, est celui du 1 er décembre 1944 25 . En fait, depuis la fin du mois d'octobre, l'indiscipline FFI était de moins en moins un sujet de préoccupation de l'administration, les bataillons FFI avaient été entre temps encasernés, et les troubles se limitaient à quelques groupes « indisciplinés », souvent stigmatisés « FTP », s'agitant en Bretagne centrale : dans les régions de Callac, et de Rostrenen 26 . Les FFI ne représentèrent plus une menace pour l'ordre public à partir de septembre dans le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine, à partir de fin octobre début novembre dans le Finistère et les Côtes-du-Nord.

Les gardes civiques républicaines en Bretagne

7Pourtant, les gardes civiques républicaines (GCR) survinrent dans ce contexte de fin de reprise en main en Bretagne. Alors que les milices patriotiques avaient été pratiquement inexistantes dans la région, les gardes patriotiques de la seconde génération furent suffisamment nombreuses et actives pour préoccuper les pouvoirs publics. Elles ne furent pas le résultat d'un processus endogène, mais le fruit de la stratégie de la direction parisienne du PCF. Néanmoins, la rapidité avec laquelle elles fleurirent dans la région témoigne d'un état d'esprit favorable à ce type d'organisation au sein d'une partie de la mouvance résistante. Le phénomène des GCR en Bretagne resta limité. Inexistantes dans le Morbihan, velléitaires en Ille-et- Vilaine, elles connurent un épanouissement éphémère de quelques semaines, fin 1944 / début 1945, dans les Côtes-du-Nord et le Finistère, cela étant, le contexte dans lequel elles apparurent et les tensions qu'elles connurent avec l'administration offrent un miroir éclairant sur la société de l'après-Libération telle qu'elle s'est développée à cette date.

  • 27 Agulhon M. et Barrat F., C. (...)
  • 28 Buton P., Les lendemains... op. cit., p. (...)
  • 29 Ibid., p. 160.
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid., p. 183.

8 Sur ce thème, il est nécessaire de rappeler le cadre national. Le 28 octobre 1944, prenant prétexte d'exécutions sommaires commises par les milices patriotiques de Maubeuge, le général de Gaulle décida de faire voter en conseil des ministres des mesures rendant illégales les actions de police des gardes patriotiques, ce qui conduisait à les dissoudre. Cette décision est à insérer dans une politique plus générale de neutralisation des institutions autonomes nées de la Libération et en particulier du désarmement définitif des forces de la Résistance par les pouvoirs publics. La dissolution des milices entraîna une protestation du PCF largement amplifiée par ses principaux relais et satellites, notamment le FN et les Forces Unies des Jeunesses Patriotiques (FUJP). Le CNR s'emporta également ; au-delà de la simple protestation, il jugeait cette mesure difficilement applicable 27 . Certes, le PCF était largement représenté au CNR, mais sur ce point précis, le CNR unanime associait son désaccord à celui du Parti, ce qui donna à la protestation du PCF une toute autre ampleur. La direction communiste, à travers la défense des milices patriotiques, poursuivait la stratégie duale en cherchant à maintenir à la base un pouvoir concurrentiel 28 . Tandis que le CNR adoptait le 3 novembre un statut de la GCR spécifiant, entre autres, que les gardes civiques devaient être armées et que la responsabilité des armes incombait aux CLL ou aux municipalités, le PCF créait un rapport de force en menaçant de la crise gouvernementale et en faisant défiler là où elles existaient des masses de patriotes en armes. Le Parti diffusa l'idée qu'il fallait comprendre l'attaque du gouvernement contre les milices patriotiques comme une offensive contre la Résistance. Pourtant, l'opinion, même chez les résistants, n'était pas favorable au maintien de ces organismes 29 . Un sondage réalisé par l'IFOP début novembre 1944 indiquait que 63 % des Parisiens interrogés étaient favorables à la dissolution des milices patriotiques et seulement 24 % hostiles à la décision gouvernementale 30 . Mais les manifestations de soutien aux protestations du CNR et du PCF, animées par les communistes, furent nombreuses en province et en région parisienne : le gouvernement temporisa en réclamant que les armes soient déposées à la brigade de gendarmerie ou au commissariat de la localité. Il n'acceptait pas pour autant une police bicéphale, mais mettait en place un processus qui conduisait dans un premier temps à placer les gardes civiques sous les ordres des forces de l'ordre. Quelques semaines plus tard, le 8 décembre, la création des CRS permis aux gardes civiques qui le souhaitaient de s'enrôler. Le retour de Maurice Thorez ne mit pas un terme immédiatement à l'aventure des GCR. En décembre, les CDL et le Parti les défendaient encore, mais, fin décembre / début janvier 1945, les gardes civiques sombrèrent dans le non dit et leur bimensuel, Défense de la patrie , disparut sans explication. L'affaire fut close à l'échelle nationale lors de la session du comité central du PCF réuni à Ivry du 21 au 23 janvier 1945 ; Maurice Thorez déclara à cette occasion : « Ces groupes armés ont eu leur raison d'être avant et pendant l'insurrection. La sécurité doit être assurée par les forces régulières de police constituées à cet effet. Les gardes civiques et, d'une façon générale, tous les groupes armés irréguliers ne doivent pas être maintenus plus longtemps » 31 . Avec quelques semaines de retard, en amont comme en aval, l'histoire des gardes civiques en Bretagne épouse assez fidèlement la chronologie parisienne.

  • 32 ADIV 43 W 169, rapport du préfet du Finistère, seconde quinzaine d'octobre 1944. A l'échelle régio (...)
  • 33 ADIV 43 W 169, rapport du préfet du Finistère, seconde quinzaine de novembre 1944.
  • 34 ADF 31 W 410, rapport du sous-préfet de Brest, 19-12-1944.
  • 35 ADF 31 W 410, rapport des RG, 29-12-1944.
  • 36 ADF 64 W 49, PV de gendarmerie, 24-10-1944.
  • 37 ADF 31 w 410, rapport des RG, 29-12-1944.
  • 38 ADF 31 W 410, rapport du sous-préfet de Brest, 19-12-1944.
  • 39 Celle de Concarneau était déjà éteinte début décembre 1944.

9 La mesure gouvernementale du 28 octobre portant dissolution des gardes civiques ne semble pas avoir eu beaucoup d'écho en Bretagne. Les préfets n'en parlent pas, celui du Finistère mis à part. Le préfet Le Comte rapporte dans un premier temps que, à l'exception du PCF, la décision « d'une manière générale est favorablement accueillie par la population » 32 , mais il précise dans un rapport ultérieur que « le désarmement des gardes patriotiques et des milices a très peu passionné l'opinion » 33 . En effet, en dehors de quelques rares localités, Brest 34 , Concarneau 35 , Châteauneuf-du-Faou 36 , où des milices patriotiques remontant à la Libération persistaient plus ou moins encore en octobre, l'affaire de la dissolution des gardes patriotiques tombait en porte-à-faux avec la réalité bretonne. Le rapport de force instauré début novembre par le PCF en région parisienne et dans le midi en faisant défiler le peuple en armes ne pouvait donner lieu à cette forme de démonstration en Bretagne. Quant au statut des GCR organisé par le CNR, il n'eut pas de résonance immédiate à l'échelle régionale, dès lors que les milices n'existaient pratiquement pas dans la péninsule, mais là où elles vivotaient, elles se consolidèrent aussitôt. À Concarneau, à l'initiative du CLL, six FFI parvinrent à organiser la garde civique qu'ils cherchaient à imposer depuis le mois d'août 37  ; il en fut de même à Brest 38 , avec plus de réussite et de durabilité. Ces deux GCR étaient en activité début novembre 39  ; l'offensive de la direction communiste, mais plus encore le statut adopté par le CNR, leur a donné l'impulsion à travers la reconnaissance qu'elles attendaient pour agir. En dehors de ces deux ports finistériens, il faut attendre fin décembre / début janvier 1945 pour observer d'autres GCR entrer en action.

  • 40 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 28-02-1945.
  • 41 ADIV 43 W 167, rapport du préfet, 2-02-1945.
  • 42 ADCA 1140 W 1, vœu du CDL, 18-11-1944.
  • 43 Le Populaire en particulier appuya la décision gouvernementale. (...)
  • 44 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 31-01-1945.
  • 45 Le responsable du FN des Côtes-du-Nord.
  • 46 ADCA 1140 W 1, notes du congrès des CLL à Saint-Brieuc le 8-02-1945, intervention de François.
  • 47 ADIV 43 W 168, lire les différentes synthèses préfectorales pour les mois de février et mars 1945.
  • 48 Une dans la région de Lannion et des fouilles de voyageurs à la gare de Caulnes en février (ADIV 4 (...)
  • 49 ADIV 43 W 168 rapport du préfet, 31-03-1945 ; ADIV 43 W 135 rapport du CR, 16-04-1945.

10 Le retard de la Bretagne peut être expliqué par une sortie de guerre plus avancée. À l'automne 1944, la tendance de la région allait plutôt dans le sens de l'achèvement du désarmement et de l'encadrement des groupes armés. En effet, les relais institutionnels du CNR n'ont manifesté ni de l'enthousiasme ni de la détermination à aider à la constitution des gardes civiques. Dans le Morbihan, le préfet, avec le soutien du CDL et de la hiérarchie FFI, prit des dispositions pour prévenir la constitution de ces groupes et ils ne virent pas le jour dans ce département 40 . En Ille-et-Vilaine, c'est à dire à Rennes exclusivement, l'impulsion venue de la mouvance communiste présente au CDL a abouti péniblement à la mise en place d'un groupe de 200 hommes dont l'équipement se limita à un brassard tricolore ! on leur confiait l'organisation du service d'ordre lors des manifestations publiques 41 . Dans les Côtes-du-Nord, le CDL formula sans conviction un vœu lapidaire : « comme le CNR, le CDL se prononce pour l'institution des gardes civiques et patriotiques et pour leur organisation et leur contrôle par les municipalités » 42 . Pourtant le CDL semble avoir été totalement étranger à l'épisode des gardes civiques. Les personnalités fortes du CDL, Henri Avril et Yves Lavoquer en particulier, d'obédience radical-socialiste ou socialiste 43 , étaient probablement circonspectes devant ce retour de flamme d'une police du peuple. Aussi, dans les Côtes-du-Nord, le relais du CNR plus que du PCF sur cette question fut le FN. La direction départementale adressa des consignes clandestines aux maires et aux CLL en qui elle avait confiance afin qu'ils arment des gardes civiques placées sous leur contrôle 44 . Cet appel fut entendu mais des GCR armées ne se constituèrent dans des communes rurales que tardivement. Elles furent nombreuses dans le pays de Dinan, d'autres apparurent dans des conditions similaires dans les arrondissements de Saint-Brieuc et de Guingamp, au moment où François 45 rentré de Paris annonçait qu'elles n'avaient plus lieu d'être 46 . L'épisode des GCR dans les Côtes-du-Nord est une des rares épreuves de force où Gabriel Gamblin tint des propos rassurants quant à d'éventuelles menaces de l'ordre public 47  ; la sérénité du préfet sur ce thème conduit à relativiser cette génération de gardes civiques. Les milices vivotèrent en février / mars avec souvent le maire à leur tête, assurant des gardes, effectuant des contrôles d'identité ; seules quelques rares perquisitions furent signalées 48 . Elles se désagrégèrent en mars, toutes seules, et, comme elles étaient connues, la remise des armes de guerre se fit relativement aisément lorsque les gendarmes se donnaient la peine de se déplacer pour les reprendre, certaines GCR les confiant spontanément aux FFI mobilisés sur la poche de Lorient 49 .

11L'épisode des GCR prit une tout autre ampleur dans le Finistère, les conditions locales favorisant leur développement. Les leviers communistes ont semble-t-il ici mieux joué, les nébuleuses de gardes civiques gravitant autour de trois noyaux où le PCF était bien représenté, mais où la dynamique locale apparaît également très liée à l'impulsion du CNR : il s'agit de l'arsenal de Brest, de la gare ferroviaire de Quimper et des CLL des campagnes rouges de Haute Cornouaille (carte n°4). Dans ces trois régions, plusieurs GCR armées ont été organisées ou étaient en voie de constitution. Mais elles n'apparurent pas immédiatement, raison pour laquelle elles connurent un cycle de vie très court (les cas de Concarneau et Brest furent exceptionnels). Elles émergèrent fin décembre 1944 / début janvier 1945, après une campagne active, orchestrée par le PCF et ses relais (FN, UFF, etc.), sur la nécessité de créer des GCR, développant les thèmes de la cinquième colonne, de l'absence d'épuration dans la police et de l'incapacité du gouvernement à lutter contre le marché noir. Ces thèmes eurent une bonne résonance dans le Finistère car ils avaient une prise sur les réalités locales.

  • 50 ADIV 43 W 171 rapport du préfet, 18-12-1944 : il en signale dans plusieurs points du département t (...)
  • 51 Le dernier courrier en provenance d'Allemagne fut parachuté à Groix le 27 novembre 1 (...)
  • 52 ADCA 5 W 201, rapport des RG de Saint-Brieuc, 24-11-1944.

12 La cinquième colonne relevait largement du fantasme. Les enquêtes de police et de gendarmerie effectuées sur les nombreux sabotages dénoncés à l'automne 1944 débouchent souvent sur des jeux d'enfants (cailloux posés sur la voie ferrée) ou des délits de droit commun (vols de câbles téléphoniques). Mais la position particulière de la Bretagne, et notamment du Finistère, pouvait donner prise à ces peurs. Les populations au contact des poches allemandes demeuraient inquiètes en raison de la continuation des tirs d'obus, des raids, les fausses nouvelles se propageaient d'autant ; en novembre 1944 des avions allemands survolaient toujours la péninsule, des parachutages ennemis étant encore signalés en décembre 50  ; des sous-marins la contournaient ; le lien entre l'Allemagne et les poches de Saint-Nazaire et de Lorient n'était pas rompu à la fin 1944 51 . Fin novembre 1944, dans les Côtes-du-Nord, du côté de Plumaugat, le largage d'une tonne de matériel, contenant explosifs et appareils radio, fut vérifié 52  ; vraisemblablement, il s'agissait de paniers destinés à l'une des poches car on retrouva également dans les conteneurs des décorations, des pièces de rechange, du courrier, l'avion probablement en difficulté ayant dû être obligé de se délester. Mais ce type d'information vérifiée ne pouvait qu'alimenter les rumeurs.

Carte n° 4. Présences de gardes civiques dans le Finistère (octobre 1944/mars 1945)

Carte n° 4. Présences de gardes civiques dans le Finistère (octobre 1944/mars 1945)
  • 53 ADCA 5 W 201, rapport des RG, 28-11-1944.
  • 54 ADCA 5 W 201, rapport des RG, 30-12-1944.
  • 55 En l'espace d'une semaine, du 30 novembre au 6 décembre 1944, une quinzaine de soldats allemands, (...)
  • 56 La formulation de « maquis blanc » est à rapprocher de l'épisode chouan qui opposa les « Bleus » r (...)
  • 57 ADIV 43 W 130, rapports du CR, 16-11-1944 et du 16-12-1944.
  • 58 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, seconde quinzaine de novembre 1944.
  • 59 ADIV 43 W 131, rapport du CR, 1-12-1944.
  • 60 ADF 64 W 49, PV de gendarmerie, 24-10-1944.
  • 61 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, seconde quinzaine de novembre 1944.
  • 62 ADIV 43 W 131, rapport du CR, 1-12-1944.

13 D'autres bruits circulèrent dans la région sur des parachutages qui n'ont jamais été prouvés, du côté de Plounévez-Quintin 53 et de Plessala 54 . Des déserteurs de la Wehrmacht, des prisonniers de guerre allemands évadés des camps hantaient les campagnes 55 . Dans le Finistère, il est possible que quelques irréductibles du PNB soient passés dans la clandestinité. Une rumeur persistante circula sur la constitution d'un « maquis blanc » 56 dans la région de Châteauneuf-du-Faou regroupant des membres de la milice Perrot et des soldats allemands 57 . Il semble que l'épisode fut largement exagéré, mais de nombreux parachutages d'armes furent signalés, la rumeur disant qu'ils étaient destinés à équiper les PNB dans la clandestinité. Le seul qui ait été constaté dans le Finistère contenait seulement des vêtements civils 58 . Les pouvoirs publics eux-mêmes, tout en considérant qu'il ne fallait pas donner trop d'importance à ces événements, restèrent extrêmement prudents et attentifs à l'égard de tous ces bruits 59 . Il est vrai que la gendarmerie rapporta des échanges de coups de feu entre la « milice patriotique » de Châteauneuf- du-Faou et un groupe d'une quinzaine de membres du PNB le 24 octobre 1944 ; cela étant, on ne peut se faire une idée précise de la situation réelle à la lecture des témoignages 60 . Les autorités prirent cette affaire très au sérieux, elle se termina le 25 novembre par une rafle dans les milieux proches du PNB 61 . De même, à Concarneau, des marins allemands venus chercher des informations militaires furent découverts par la police ce même mois de novembre 62 . Il est évident que des faits de ce type, qui se sont réellement produits à cette époque dans le Finistère et les départements voisins, largement amplifiés par la rumeur, contribuèrent avec du retard à l'essor des gardes civiques. Un courrier rédigé début novembre 1944 montre à quel point la confusion était grande en Bretagne centrale et méridionale y compris au sein des services de renseignements de l'armée, eux-mêmes avaient les plus grandes difficultés à faire la part des rumeurs et de la réalité :

  • 63 ADIV 43 W 171 capitaine V. officier de liaison H.Q. commandant Brittany Base Section à M. le comma (...)

« La situation politique paraît sérieuse [...] (des) vols fréquents de munitions [...] (le) point névralgique serait Baud [...] maquis en voie d'organisation (selon des amis sérieux de Quimper) [...] région de Châteauneuf- du-Faou où des Allemands et des membres du mouvement séparatiste « Breiz Atao » auraient pris la campagne. Il pourrait y avoir corrélation entre l'existence de ce maquis et les vols [...] Le colonel commandant le détachement de Landerneau a reçu un rapport signalant des parachutages d'armes dans le secteur. Des agents de l'ennemi font courir les bruits les plus fantaisistes : on nous affirme le plus sérieusement du monde qu'Auray est au main de l'ennemi, ainsi qu'Hennebont, et que Quimperlé est en feu. Nous sommes passés par ces trois localités où tout est très calme. Les patrouilles ennemis s'aventurent parfois la nuit dans les rues d'Hennebont et Quimperlé a reçu quelques obus ces derniers temps [...] On sent un malaise provoqué par certains faits et par les fausses nouvelles, chez une population que la proximité de l'ennemi rend nerveuse » 63 .

  • 64 ADF 200 W 280, rapport du commissaire de police de Quimper au préfet, 4-09-1944 ; ra (...)
  • 65 ADIV 43 W 169 rapport du préfet, seconde quinzaine de novembre 1944.
  • 66 ADIV 43 W 134, synthèse régionale du contrôle technique, 31-01-1945.

14 Dans l'après-Libération, l'image de la police n'était pas très dégradée dans le Morbihan, les Côtes-du-Nord et même en Ille-et-Vilaine. Par contre, dans le Finistère, elle sortit de l'Occupation considérablement ternie essentiellement en raison de la participation des RG de Quimper à la lutte contre la Résistance 64 . Cette image perdura après la Libération malgré l'épuration réelle de ce service. La campagne de dénigrement de la police orchestrée par le PCF fut particulièrement agressive en novembre, elle concluait à la nécessité de constituer des milices pour pallier l'incurie d'une police d'État insuffisamment épurée. Ce message eut une résonance forte dans ce département et se concrétisa par des attaques répétées contre la police et tout particulièrement les RG. À Brest, un inspecteur des RG fut pris à partie par la population lors d'une manifestation patriotique, à Douarnenez des grenades furent lancées contre le commissariat de police 65 . Dans la synthèse de janvier 1945, le contrôle technique rapporte cette dégradation de l'image de la police, contextuelle à l'émergence des gardes civiques. Mais le rédacteur isole la ville de Brest où « la population manifesterait directement son animosité à l'égard des "flics de Pétain" » 66 . Néanmoins, si cette campagne participa à la diffusion du thème de la nécessité de constituer des milices, lorsque celles-ci furent organisées et qu'elles se frottèrent au réel et à l'impérieuse exigence de se faire accepter par les autorités et l'opinion, le discours changea, prenant une tournure légaliste. Dès lors, les gardes civiques furent présentées comme des polices auxiliaires au service des forces de l'ordre surchargées de travail.

  • 67 ADIV 43 W 130, rapport du CR, 1-1 1-1945.
  • 68 Ibid., 120 000 dans le Morbihan, 160 000 en Ille-et-Vilaine. (...)
  • 69 Ibid.

15 Dernier point : les problèmes de ravitaillement, et plus généralement les difficultés économiques se manifestaient de manière aiguë dans le Finistère. L'isolement du département, la désorganisation des circuits économiques en raison des bombardements, les camps de réfugiés, surtout dans la région de Brest rendaient la vie quotidienne difficile. La région de Brest connaissait la situation la plus critique. Fin octobre, sur les 120 000 habitants de l'agglomération brestoise, 80 000 étaient « sans abris » 67  ! Le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine comptaient aussi des réfugiés 68 , mais d'évacuation plus ancienne, à cette date, leur hébergement posait moins de problèmes 69 . Un officier de liaison du commissaire de la République en tournée dans le nord- Finistère, début octobre 1944, décrivait une situation dramatique :

  • 70 ADIV 43 W 142, rapport du sous lieutenant P. au capitaine V. officier de liaison auprès du CR, vis (...)

« les difficultés sont très grandes dans cette région, car le temps devient de plus en plus mauvais (orages et pluies pendant toute la semaine) et les femmes, les enfants et les travailleurs n'ont ni vêtements, ni chaussures. Le tableau est lamentable [...] il doit y avoir environ 60 000 réfugiés dans la région [...]à l'Hôpital de Lesneven [...] on nous a demandé de transporter une femme avec son bébé (elle avait eu une césarienne) au centre de réfugiés, car il n'y avait plus de place pour la garder à l'hôpital. Ce centre refusa de la prendre, car elle n'avait pas été admise au centre avant son accouchement. Nous avons dû la ramener à l'hôpital [...] avons aidé une femme dont le bébé venait de subir une opération à l'hôpital de Landerneau. Cette femme ayant été mise plus ou moins à la porte de l'hôpital, une heure après l'opération, le cas du bébé étant désespéré, on ne voulait plus les garder. Avons trouvé une chambre pour cette femme et son enfant au centre de réfugiés et l'avons consolée en lui promettant de faire l'impossible pour sauver le bébé [...] avons fait des arrangements pour le transport de la mère et de l'enfant décédé pour leur retour à leur commune » 70 .

  • 71 La Bretagne, et notamment le Finistère, fut une des régions où se produisirent de no (...)
  • 72 Ces défilés correspondent à la première vague de manifestations de l'après-Libération, pendant l'h (...)
  • 73 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, première quinzaine de décembre 1944.

16 Fin novembre début décembre, le Finistère renoue avec les manifestations de rue qui avaient cessé depuis la Libération 71 , vivant au rythme des défilés protestataires de ménagères 72 impulsés et encadrés par l'Union des Femmes Françaises (UFF), à Brest, à Morlaix, à Quimper, dans les ports en général 73 . À la clef des revendications, la conviction que renouer avec la prospérité économique passe par le renforcement de l'épuration des administrations chargées du ravitaillement et la constitution de comités de ménagères pour surveiller les marchés. Les GCR apparaissent dès lors comme un organisme chargé de lutter contre le marché noir.

  • 74 Deux automobilistes furent blessés mortellement par balles car ils ne s'étaient pas arrêtés à un b (...)

17 Le Finistère offrit des conditions favorables à l'apparition des gardes civiques, mais elles se constituèrent très tardivement et leur existence se limita à quelques semaines, voire elles eurent à peine le temps de s'organiser que déjà le PCF et le CNR appelaient à rendre les armes. Le fait que les GCR de Quimper causèrent le décès de deux personnes dans la nuit du 6 au 7 janvier 1945 74 enraya le développement des gardes civiques en cours de création et accéléra la décomposition des organismes existant dans le sud du département.

  • 75 ADF Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, 5-01-1945. (...)
  • 76 ADF 31 W 410 lettre du CLL de Carhaix au CDL.
  • 77 ADF 31 W 410, rapport des RG, 31-01-1945.
  • 78 ADF 31 W 410 rapport des RG de Brest, 4-01-1945.
  • 79 ADIV 43 W 169 rapport du préfet, 2-02-1945.

18 Dès lors qu'elles rentraient en action, les GCR ne se considéraient plus comme une police de substitution mais comme une police d'accompagnement, elles prétendaient plutôt combiner leur action à celle des forces de l'ordre et ne se présentaient pas comme une force concurrente. Le plus souvent, elles ont été impulsées par les comités locaux, en particulier dans les communes rurales où elles furent nombreuses dans le Bas-Léon. Dans un communiqué de presse dans lequel elle se présentait, la GCR de Quimper disait solennellement qu'elle avait pour vocation « de faire échec au marché noir, de dépister les agissements de la cinquième colonne, d'aider la police à maintenir l'ordre républicain » 75 . Celle de Carhaix, directement issue du CLL, s'inscrivait également pleinement dans la légalité républicaine. Dans une lettre adressée au CDL, le CLL expliquait comment il envisageait le rôle et la place de la garde civique : « Nous vous avions proposé de monter une garde civique à Carhaix dans les conditions suivantes. D'abord un recrutement très sévère ». Plus loin, il précise que les gardes n'agiraient qu'accompagnés d'un gendarme et sous la responsabilité du CLL. Leurs armes seraient entreposées à la brigade de gendarmerie et délivrées seulement après avis du comité et du chef de brigade : « en résumé nous voudrions suppléer à la gendarmerie qui se trouve débordée. Elle ne peut surveiller les trafiquants du marché noir de plus notre région est infestée de PNB et au cas où ceux-ci seraient décidés de tenter un coup de main nos gendarmes ne suffiraient pas à les maîtriser. Et c'est dans ce cas seulement que ceux-ci seraient appelés à entrer en action » 76 . Celle du Huelgoat réclamait seulement au préfet la permission d'armer le chef de la garde, et lui donna la garantie qu'elle n'opérerait « qu'assistée d'un gendarme de la brigade représentant l'autorité. L'activité de la garde civique consistera uniquement dans le contrôle routier à un poste fixe, afin de prévenir le marché noir » 77 . Depuis le mois d'août, l'évolution avait été grande. Le rapport de force s'était inversé, désormais le « peuple en armes » intervenait sous les ordres de la gendarmerie. Certes, il demeurait sous la responsabilité du CLL, mais on sait la confusion qui existait entre CLL et municipalité. L'époque avait changé, dans les têtes, les forces républicaines détenaient désormais une légitimité supérieure aux forces issues de la Résistance, le « gendarme de la brigade représentant l'autorité » écrit par le responsable local de la garde civique du Huelgoat est suffisamment explicite. Oui, il faut tenir compte des consignes du CNR et des pouvoirs publics, oui, il faut tenir compte du rapport de force réel. Cependant, la manière selon laquelle se combinent les gardes civiques émergentes avec les CLL et les forces de l'ordre de la République témoigne de la nostalgie des institutions issues de l'insurrection, mais tout autant de la réalité républicaine qui, à cette date, avait déjà recouvré l'essentiel de son autorité morale et institutionnelle. Sauf dans les localités où elles renouent avec les abus du mois d'août (perquisitions, réquisitions, arrestations) ou pire lorsqu'elles provoquent des accidents comme à Quimper, les GCR bénéficient d'une certaine sympathie de la population voire des pouvoirs publics. Un inspecteur des RG de Brest écrivait début janvier 1944 : « d'une façon générale la population ne serait pas hostile à ces organisations, tout le monde comprend qu'à cette époque la police et la gendarmerie ont fort à faire et sont souvent submergées par le travail, mais il faudrait que les membres des gardes soient des gens propres, honnêtes et au service de l'intérêt général et sous les ordres des comités de libération de leur commune » 78 . Ce même inspecteur reconnaissait en aparté que « dans certains cas les gardes civiques ont inquiété des personnes qui le méritaient ». Le préfet du Finistère lui aussi écrivait : « personnellement nous estimons que ces gardes, à la condition qu'ils agissent sous la direction et l'autorité de la police, peuvent rendre de grands services notamment en ce qui concerne la répression du marché noir » 79 . Il est important de saisir cette sympathie limitée de l'opinion et des pouvoirs publics, consistant dans le sentiment complexe que les gardes civiques peuvent être utiles, surtout pour réduire le marché noir, mais aussi dans la poursuite de l'épuration, tout en refusant qu'elles agissent autonomes et armées. L'époque a changé. La proximité de la phase d'insurrection fit que certains milieux de la Résistance organisée, dans le cadre des CLL et du FN notamment, essayèrent de profiter de la circonstance pour se mobiliser à nouveau et conserver les armes ; mais, entre temps, les populations locales et l'administration avaient renoué avec une vie plus paisible ; tout en restant dans l'inertie de l'insurrection, qui les faisait considérer que ce type de groupe paramilitaire pouvait être salutaire, elles souhaitaient voir les armes chassées de la voie publique et respectaient désormais les forces de l'ordre de la République. Ces organismes disparurent très vite, il étaient anachroniques, le niveau de mobilisation des individus n'était plus suffisant pour qu'ils continuent à jouer à défiler ; désormais sous les ordres des gendarmes, ils n'en n'avaient plus ni la disponibilité, ni la motivation.

La garde civique brestoise, un cas particulier

  • 80 200 est le chiffre donné par Victor Le Gorgeu (ADIV 43 W 132 rapport du 16-01-1945). Un rapport pl (...)

19 La GCR de Brest dura plus longtemps ; avec 200 et peut être 400 hommes en armes 80 elle posa un problème évident de maintien de l'ordre public. La garde civique brestoise reste un cas particulier. Le commandant Fraval, un ouvrier de l'arsenal membre du FN dont il fut par la suite le responsable local, était fermement attaché au maintien d'organismes alternatifs nés de la Résistance, avec l'idée qu'ils étaient les seuls à même d'encadrer l'épuration et la lutte contre le marché noir. Il n'eut de cesse de tout faire pendant trois mois, de novembre 1944 à janvier 1945, pour maintenir la garde civique et préserver son autonomie face à la police et à la gendarmerie, considérant qu'il n'avait à recevoir des ordres que du CNR. La GCR brestoise était composée essentiellement d'ouvriers de l'arsenal, ce qui lui donnait un cadre, le nombre, une cohésion sociale et culturelle, mais ce qui lui permettait également d'exister, car la plupart des ouvriers étant désœuvrés, ils étaient disponibles pour les gardes et les exercices militaires. Comme pour les autres gardes civiques, le travail des gardes de Brest consistait essentiellement dans le contrôle de la circulation en vue de la surveillance des trafics de denrées. Les instructions ici retranscrites ont été adressées aux chefs de patrouilles en décembre. Elles rappellent que la lutte contre le marché noir était le principal objet de la GCR, mais insistent très fortement sur la nécessité d'adopter un comportement irréprochable. Elles témoignent de l'état d'esprit de la direction de la garde brestoise : les gardes devaient être inattaquables car, la police n'étant pas exempte de tout reproche, il fallait justifier la création d'un organisme armé autonome ; par ailleurs, les consignes conduisent inévitablement à une démonstration de force dont la hiérarchie n'était manifestement pas consciente, le décalage culturel entre ces gardes mobilisés qui ont encore la guerre dans la tête et une population qui croyait vivre déjà en temps de paix est prégnant une fois encore.

« Circulaire n° 2 Garde Patriotique Patrouilles
Toutes les nuits dans chaque secteur, un groupe doit être désigné pour effectuer une patrouille. Dans les secteurs riches en effectif comme à Saint-Marc ou Brest on peut se permettre des patrouilles jusqu'à trois heures du matin.
Pour quelques jours seulement et jusqu'à nouvel ordre, les patrouilles arrêteront toutes les voitures. Il faudra noter le nom et l'adresse du propriétaire. Le chef de secteur dressera la liste des personnes autorisées à circuler en voiture et donnera cette liste au bureau en fin de semaine. Pour arrêter une voiture, on doit s'avancer sur la route et faire signe au chauffeur. S'il stoppe on lui demande poliment ses papiers. Si par hasard la voiture ne s'arrête pas, il faut tirer en l'air, (il serait bon que chaque chef de groupe se munisse d'un sifflet). Ensuite ne pas hésiter à tirer dans les roues. Toutes les voitures prises en défaut seront amenées au bureau.
À partir d'aujourd'hui, toutes les vérifications d'identité sont interdites sauf cas spéciaux (personnes recherchées ou prises en flagrant délit de vol, trafic illicite, etc.)
Le contrôle des prix doit être assuré aux halles ; dans la boucherie, les cafés, etc.
Les chefs de secteur apprendront le maniement des armes à leurs hommes et veilleront à ce que le matériel mis à leur disposition soit tenu très proprement.
Discipline

  • Garder une attitude irréprochable au cours des vérifications de papiers, visite domiciliaire, enquête, etc.
  • Tout Garde Patriotique pris en état d'ivresse doit être signalé au bureau en vue de son expulsion immédiate.
  • La récupération personnelle sera sévèrement punie (expulsion et emprisonnement).
  • 81 ADF 31 W 410, instructions envoyées par le secrétaire de la GCR brestoise aux chefs de patrouilles (...)

Il est formellement interdit de sortir les armes devant quelque personne que ce soit. Tout Garde Patriotique surpris à montrer ses armes dans la rue sera expulsé immédiatement
Le secrétaire. » 81

  • 82 ADF 31 W 410, rapport confidentiel du sous préfet, 6-01-1945.
  • 83 Celle de Landunvez fut dissoute début janvier sur pression du maire (ADF 31 W 410 communiqué de pr (...)

20 Dans les premiers temps, des gardes activistes renouèrent avec les perquisitions et les réquisitions du mois d'août, voire avec des arrestations 82 , ce qui entraîna la protestation des victimes et parfois des autorités locales, et la dissolution de certaines antennes éloignées de Brest 83 . On retrouve à travers cet épisode les mêmes décalages qu'au mois d'août avec cette fois-ci des victimes plus vindicatives. D'un côté, une démonstration de force un peu carnavalesque avec le sentiment d'agir au nom d'une légalité intrinsèque, de l'autre, des requis dont la moralité n'est pas immaculée mais qui ne reconnaissent pas la légitimité de leurs agresseurs. Un cantonnier de Lesneven racontait ainsi aux gendarmes la réquisition qu'il venait de subir :

« une auto de couleur rouge s'est arrêtée devant mon domicile. Cinq hommes dont quatre armés de mitraillettes et de revolvers [...] se sont présentés [...] l'un d'eux que je connais [...] demeurant actuellement à Lesneven, m'a dit en me montrant une carte, sur laquelle j'ai pu lire [...] “garde civique”, qu'il venait perquisitionner dans mon domicile. Je me suis demandé pour quel motif [...] l'un [...] m'a demandé “est-ce qu'il y a de caché de l'essence américaine ?”
[ils trouvent des dizaines de kilogrammes de savon ou de poudre pour faire de la lessive afin de “rendre service à ses voisins” déclare-t-il aux gendarmes]
Pour perquisitionner ces hommes ne m'ont montré aucun ordre de perquisition attestant leur droit de fouiller ma maison. Je porte plainte [...] pour violation de domicile et pour vol. j'estime le préjudice à [...] 2 000 francs. J'ajoute que ces hommes, m'ont dit, si j'avais une réclamation à faire [...] de m'adresser, 27 rue Victor Hugo à Brest [il s'agit du local de la GCR] »

21La victime, comme d'autres, pour mieux se défendre mais aussi pour nier la légitimé de son agresseur, l'accuse d'avoir fait du marché noir pendant la guerre, et de poursuivre ses activités à l'époque par un trafic de chaussures. Le garde inculpé déclare pour sa défense :

  • 84 ADF 31 W 631, PV de la brigade de gendarmerie de Lesneven, 20-12-1944.

« je fais partie de la GCR du centre de Brest depuis le 14 décembre 1944. Le rôle de cette formation est de réprimer le marché noir, le trafic clandestin, la récupération du matériel important appartenant à l'État. Tout le produit de notre travail est déposé au centre, 27 rue Victor Hugo à Brest.
En ma qualité de chef de groupe, j'ai opéré de concert avec 4 camarades également de la garde civique, chez M. S. [...] lequel était signalé comme ayant fait et faisant un trafic clandestin de beurre et de graisse pour fabrication de savon.
[...] je lui ai exhibé un ordre de perquisition signé de ma main [...] j'ai délivré un reçu [...] de la marchandise saisie [...] remise au centre de Brest [...] je n'ai pas qualité pour signer des ordres de réquisition [...] je l'ai fait [...] dans le but de nous saisir de cette marchandise qui aurait pu disparaître. » 84

22On retrouve le sentiment très intériorisé d'accomplir un acte légitime, sinon légal, en raison de la culpabilité évidente du requis, qui induit l'autorité morale de l'organisme au nom duquel il est intervenu. Mais, cette fois- ci, le chef de garde a conscience que la théâtralisation de la force armée était devenue anachronique. En effet, il prétend ne pas se rappeler que ses hommes étaient armés et affirme que lui ne l'était pas. Ce mensonge témoigne du changement d'époque : en août / septembre 1944 évoquer les armes ne l'aurait pas gêné dans la construction de son système de défense.

  • 85 ADIV 43 W 410, entretien entre le commandant Fraval et le sous-préfet de Brest le 5 février, repri (...)
  • 86 ADF 31 W 410, propos du commandant Fraval rapportés dans le rapport du sous-préfet de Brest, 27-02 (...)

23 À la suite de ces épisodes, le sous-préfet obtint du commandant Fraval qu'il ne poursuive ces activités qu'avec le concours des agents du Contrôle ou de la gendarmerie. Quelques gardes d'ailleurs furent chassés de la GCR à cette date, Fraval imposant à ses hommes plus de discipline. Mais Fraval voulait que ses gardes interviennent sans l'autorité des forces de l'ordre. Il reporta alors les activités de la garde sur l'épuration. Se considérant comme le bras exécutif du comité d'épuration de Brest (où Fraval siégeait également), les gardes furent chargés des enquêtes, allant jusqu'à convoquer des policiers. Par la suite, avec une grande souplesse, le sous-préfet de Brest et le préfet du Finistère parvinrent à réduire les activités de la garde brestoise sans pour autant parvenir à la placer sous les ordres des officiers de gendarmerie. Fin janvier, l'action de la GCR se limitait à des patrouilles, certes armées, et à des exercices de tir. Début février, après que le commandant Fraval ait reçu des ordres explicites du CNR lui enjoignant « de seconder l'effort des pouvoirs publics et de travailler loyalement avec les "policiers résistants" » 85 , la garde civique de Brest cessa pratiquement d'exister, ses membres ne touchant ni subsides ni soldes avaient déserté. À la fin du mois, Fraval ne tenait plus la permanence qu'avec deux de ses adjoints 86 . Elle disparut officiellement seulement en mai, les armes ayant été remises préalablement aux FFI combattant à Lorient. À Brest, comme dans les Côtes-du- Nord, les GCR ne reconnaissaient ni l'autorité du CDL, ni même celle du parti communiste (ni François ni Fraval n'étant des militants du PCF), seul le CNR était considéré comme l'autorité supérieure.

  • 87 Ce point est à nuancer : 7 élus bretons (6 députés + 1 sénateur), tous du Finistère, refusèrent d' (...)

24 La Bretagne est connue pour avoir été une région patriote pendant l'Occupation et modérée à la Libération. Faisant partie du territoire français occupé dès le début de l'été 1940, bien que la culture politique dominante l'amenât spontanément à se satisfaire de la nomination du maréchal Pétain à la tête de l'État 87 , très vite, la haute densité des troupes d'occupation allemandes dans la péninsule, posée sur un substrat germanophobe principalement hérité des sacrifices de la Grande Guerre, conduisit la population bretonne à rejeter moralement les Allemands, avant de commencer à se détourner de Vichy de manière significative dès 1941. La proximité de l'Angleterre favorisa l'expression de ce rejet en lui donnant un sens à travers les sentiments gaullistes et proanglais voire anglophiles. Au moment du débarquement, la présence des groupes armés FTPF et AS était devenue importante. Le passage à l'insurrection produisit un élan patriotique qui conduisit de nombreux jeunes hommes à prendre le maquis. À la différence d'autre régions, telle la Normandie voisine, la Résistance fut en mesure de conduire une véritable guérilla qui précéda la marche des divisions blindées alliées et, entraîna une partie de la population civile, souvent malgré elle, dans le processus de Libération. La Libération venue, la Bretagne révèle une situation originale. En effet, la majorité des communes sortirent de l'Occupation d'elles-mêmes, les Allemands se retirant et les résistants occupant la place avant que les Alliés arrivent, les dotant d'interlocuteurs historiquement légitimes avec lesquels ils durent compter. Les résistants n'étaient pas toujours en symbiose avec la population civile, mais dans la majorité des localités ils marquaient une présence, souvent ils étaient armés, en général ils encadraient la communauté ou tentaient d'imposer leur encadrement. Seule une minorité a participé activement à la lutte pour la libération nationale. Ces différents niveaux de mobilisation donnèrent lieu à des décalages culturels générateurs de tensions, voire à des conflits locaux. La présence importante de la Résistance locale fit qu'il fallut composer un peu partout dans la région avec des structures issues de la clandestinité et de la guerre de partisans, notamment les comités locaux et les compagnies FFI.

  • 88 Sur les décalages entre les réalités locales et les perceptions du pouvoir central d (...)
  • 89 Amouroux H., Les règlements... op. cit., (...)
  • 90 Le terme est employé à l'époque pour évoquer les comités. Par exemple, on peut lire dans une lettr (...)

25 L'autre caractéristique consisterait dans la modération des Bretons, révélatrice d'une culture politique générant des comportements moins démonstratifs, moins excessifs que ceux attribués à d'autres groupes régionaux, notamment les méridionaux. Rappelant les déplacements du général de Gaulle d'août / septembre 1944 en province, Henri Amouroux a dressé un tableau des régions françaises libérées en ces termes : pour les régions du sud, il évoque « les villes du Midi, chaudes encore de la Libération » qui auraient nécessité une « mise au pas » 88 , tandis que pour l'Ouest, il flatte les « populations dont l'attitude n'a pas démenti les qualités de stabilité et de sagesse qu'on leur prête traditionnellement » 89 . La réalité est beaucoup plus complexe et offre une grande variété de contextes locaux. Les situations vécues firent que, par exemple, le préfet des Côtes-du-Nord acquit l'intime conviction d'assister à une tranche d'histoire révolutionnaire dans son département. Troubles, agitations et révolution ne forment pas des synonymes. Mais même à l'échelle de la péninsule, les termes de « stabilité », de « sagesse » ne permettent pas d'appréhender de manière satisfaisante la réalité. La Bretagne ne bascula pas dans la Libération avec calme et modération. Elle héritait d'un contexte de guerre, et surtout d'insurrection, qui ne facilita pas l'apaisement immédiat de la vie sociale. Cependant, il est vrai, on ne trouve pas de traces significatives d'aspirations révolutionnaires ou alternatives, ainsi que les midis et la région parisienne en connurent : ni milices patriotiques ni comités de gestion ne fleurirent en Bretagne libérée. Certes, il se produisit quelques manifestations témoignant d'une volonté de créer des institutions d'inspiration révolutionnaire. On trouve ça et là, dans le Finistère et les Côtes-du-Nord, la présence de « soviets » 90 qui signalent l'existence éphémère à la Libération de la prise en charge d'un service ou d'une officine par les employés ou les administrés. Mais il s'agit de mots vides de sens, participant de l'invective ou d'une autosatisfaction velléitaire ; ces réalités très ponctuelles ne connurent ni la durabilité, ni un contenu politique structuré. Des comités de ménagères ont existé, parfois dénommés comités de surveillance. Ils correspondaient, en général, à une antenne de la section locale de l'UFF, chargée de surveiller les prix et de contrôler le bon fonctionnement du ravitaillement. Seules les gardes civiques furent dotées d'une certaine consistance politique, mais elles se limitèrent à quelques milieux spécifiques : les cheminots de Quimper, les arsenaux de Rennes et surtout de Brest, certaines campagnes des Côtes-du-Nord, et elles ne se propagèrent pas au delà des cercles militants. Aussi, malgré des tiraillements et de nombreux conflits mineurs parfois exacerbés, toutes les forces politiques et morales en présence convergèrent dans la volonté de rétablir l'ordre républicain.

Notes

1 Ce fut probablement le cas dans le Morbihan, selon une note de service FFI signée par le lieutenant colonel Morice le 13-08-1944, ADM R 4776.

2 Il s'agit des déclarations d'un directeur d'école primaire et d'un instituteur : ils se présentent comme membre et chef (pour le directeur) de la milice patriotique de la Roche-Derrien qui aurait existé à la Libération. Mais l'information est donnée dans leurs témoignages recueillis par les gendarmes en avril 1945, qui sont donc postérieurs à la flambée des gardes civiques rurales que les Côtes-du-Nord venaient de connaître. Il peut y avoir équivoque sur le nom et il est vraisemblable que la milice patriotique était en réalité la compagnie FFI de la localité (ADIV chambre civique de Saint-Brieuc, 214 W 59 n° 272, procès-verbal de gendarmerie, brigade de la Roche-Derrien du 9-04-1945).

3 Le CLL-FFI de Plancoët demandait ses autorisations de fermeture d'immeubles « collaborateurs » directement au FN de Saint-Brieuc, ou au commandant Jean. Cf. ADCA 1140 W 5 ; dossier CLL de Plancoët.

4 C'est ainsi que les ex-FFI désignaient les militaires de carrière qui avaient attendu la Libération pour reprendre leur poste.

5 ADIV 43 W 218, rapport du 14-08-1944 de l'adjudant-chef de gendarmerie commandant la section de Lorient.

6 ADIV 43 W 218, rapport du 14-08-1944 du lieutenant de gendarmerie, commandant provisoire de la compagnie du Morbihan.

7 ADCA 2 W 97, rapport du capitaine de gendarmerie commandant le secteur de Dinan, 9-08-1944.

8 Guilloux L., Carnets. 1921-1944 , Gallimard, 1978, p. 401.

9 ADCA 2 W 94, lettre de X minotier et conseiller municipal à la Chapelle Blanche au CR, lettre du 8-08-1944.

10 ADM M 13244, lettre du lieutenant-colonel chef d'État major au préfet, 30-08-1944.

11 ADCA 1140 W 2, compte rendu de Mme du Frétay sur les prisons des femmes à Saint-Brieuc, PV du CDL, 29-08-1944.

12 ADCA 1140 W 2, PV, séance du 19-09-1944.

13 Bougeard C., Le choc... op. cit. p. 1491.

14 ADCA 1140 W 2, PV des séances du CDL.

15 ADCA 1140 W 2, PV du CDL, 29-09-1944.

16 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 16-08-1944.

17 Bougeard C., Le choc... op. cit. p. 1489.

18 ADF 43 w 631, rapport du sous-préfet de Châteaulin au préfet, 29-10-1944.

19 ADF 43 W 631, PV de la brigade de gendarmerie d'Audierne d'octobre 1944 ; ADIV 43 W 218, rapport de la gendarmerie, section de Quimper, 21-10-1944.

20 ADF 209 W 32, libération de Morlaix, affiches, 1944.

21 Ibid .

22 ADCA 1140 W 2, PV du CDL, 29 -09-1944.

23 ADM R 4776, FFI affaires diverses.

24 ADIV 43 W 128, rapport du 13-08-1944.

25 ADIV 43 W 131.

26 ADIV 43 W 130, rapport du 16-11-1944.

27 Agulhon M. et Barrat F., C.R.S. à Mantille « la police au service du peuple » 1944-1947, PFNSP, 1971, p. 37.

28 Buton P., Les lendemains... op. cit., p. 161-164.

29 Ibid., p. 160.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 183.

32 ADIV 43 W 169, rapport du préfet du Finistère, seconde quinzaine d'octobre 1944. A l'échelle régionale, le CR évoquait à la même date une « approbation unanime de la population », mais en dehors du Finistère on n'en voit pas de trace (ADIV 43 W 130 rapport du CR, 1-11-1944).

33 ADIV 43 W 169, rapport du préfet du Finistère, seconde quinzaine de novembre 1944.

34 ADF 31 W 410, rapport du sous-préfet de Brest, 19-12-1944.

35 ADF 31 W 410, rapport des RG, 29-12-1944.

36 ADF 64 W 49, PV de gendarmerie, 24-10-1944.

37 ADF 31 w 410, rapport des RG, 29-12-1944.

38 ADF 31 W 410, rapport du sous-préfet de Brest, 19-12-1944.

39 Celle de Concarneau était déjà éteinte début décembre 1944.

40 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 28-02-1945.

41 ADIV 43 W 167, rapport du préfet, 2-02-1945.

42 ADCA 1140 W 1, vœu du CDL, 18-11-1944.

43 Le Populaire en particulier appuya la décision gouvernementale.

44 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 31-01-1945.

45 Le responsable du FN des Côtes-du-Nord.

46 ADCA 1140 W 1, notes du congrès des CLL à Saint-Brieuc le 8-02-1945, intervention de François.

47 ADIV 43 W 168, lire les différentes synthèses préfectorales pour les mois de février et mars 1945.

48 Une dans la région de Lannion et des fouilles de voyageurs à la gare de Caulnes en février (ADIV 43 W 168 rapport du préfet, 28-02-1945).

49 ADIV 43 W 168 rapport du préfet, 31-03-1945 ; ADIV 43 W 135 rapport du CR, 16-04-1945.

50 ADIV 43 W 171 rapport du préfet, 18-12-1944 : il en signale dans plusieurs points du département tout en précisant que la sécurité militaire n'avait pu recueillir que peu de renseignements sur leur importance.

51 Le dernier courrier en provenance d'Allemagne fut parachuté à Groix le 27 novembre 1944, cf. Leroux R., op. cit.,  ; p. 594.

52 ADCA 5 W 201, rapport des RG de Saint-Brieuc, 24-11-1944.

53 ADCA 5 W 201, rapport des RG, 28-11-1944.

54 ADCA 5 W 201, rapport des RG, 30-12-1944.

55 En l'espace d'une semaine, du 30 novembre au 6 décembre 1944, une quinzaine de soldats allemands, vraisemblablement des déserteurs, ont été arrêtés dans les campagnes des Côtes-du-Nord. ADCA 5 W 201, prisonniers de guerre allemands.

56 La formulation de « maquis blanc » est à rapprocher de l'épisode chouan qui opposa les « Bleus » républicains aux « Blancs » royalistes, mais, plus généralement, les conservateurs étaient dénommés les « Blancs » en Bretagne.

57 ADIV 43 W 130, rapports du CR, 16-11-1944 et du 16-12-1944.

58 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, seconde quinzaine de novembre 1944.

59 ADIV 43 W 131, rapport du CR, 1-12-1944.

60 ADF 64 W 49, PV de gendarmerie, 24-10-1944.

61 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, seconde quinzaine de novembre 1944.

62 ADIV 43 W 131, rapport du CR, 1-12-1944.

63 ADIV 43 W 171 capitaine V. officier de liaison H.Q. commandant Brittany Base Section à M. le commandant R., 5-11-1944.

64 ADF 200 W 280, rapport du commissaire de police de Quimper au préfet, 4-09-1944 ; rapport du commandant L, chef du 2 ème bureau de la subdivision militaire de Quimper au préfet, 7-11-1944.

65 ADIV 43 W 169 rapport du préfet, seconde quinzaine de novembre 1944.

66 ADIV 43 W 134, synthèse régionale du contrôle technique, 31-01-1945.

67 ADIV 43 W 130, rapport du CR, 1-1 1-1945.

68 Ibid., 120 000 dans le Morbihan, 160 000 en Ille-et-Vilaine.

69 Ibid.

70 ADIV 43 W 142, rapport du sous lieutenant P. au capitaine V. officier de liaison auprès du CR, visité effectuée du 30-09-1944 au 6-10-1944.

71 La Bretagne, et notamment le Finistère, fut une des régions où se produisirent de nombreuses manifestations de rue sous l'Occupation, cf. Tartakowsky D., « Géographie des manifestations de rue », dans Douzou L., Frank R., Peschanski D. et Veillon D. (s.d.), La Résistance et Us Français : Villes, centres et logiques de décision, CNRS/IHTP, 1995, p. 115-133.

72 Ces défilés correspondent à la première vague de manifestations de l'après-Libération, pendant l'hiver 1944-1945.

73 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, première quinzaine de décembre 1944.

74 Deux automobilistes furent blessés mortellement par balles car ils ne s'étaient pas arrêtés à un barrage tenu par la GCR de Quimper et n'avaient pas répondu aux sommations.

75 ADF Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, 5-01-1945.

76 ADF 31 W 410 lettre du CLL de Carhaix au CDL.

77 ADF 31 W 410, rapport des RG, 31-01-1945.

78 ADF 31 W 410 rapport des RG de Brest, 4-01-1945.

79 ADIV 43 W 169 rapport du préfet, 2-02-1945.

80 200 est le chiffre donné par Victor Le Gorgeu (ADIV 43 W 132 rapport du 16-01-1945). Un rapport plus tardif des RG de Brest estime à 400 hommes la GCR de Brest, ce qui porterait à 583 les gardes armés directement sous les ordres du commandant Fraval en incluant les gardes communales des alentours de Brest (ADF 31 W 410 rapport des RG de Brest, 12-02-1945).

81 ADF 31 W 410, instructions envoyées par le secrétaire de la GCR brestoise aux chefs de patrouilles des gardes, décembre 1944.

82 ADF 31 W 410, rapport confidentiel du sous préfet, 6-01-1945.

83 Celle de Landunvez fut dissoute début janvier sur pression du maire (ADF 31 W 410 communiqué de presse du commandant Fraval).

84 ADF 31 W 631, PV de la brigade de gendarmerie de Lesneven, 20-12-1944.

85 ADIV 43 W 410, entretien entre le commandant Fraval et le sous-préfet de Brest le 5 février, repris dans le rapport du sous-préfet, 7-02-1945.

86 ADF 31 W 410, propos du commandant Fraval rapportés dans le rapport du sous-préfet de Brest, 27-02-1945.

87 Ce point est à nuancer : 7 élus bretons (6 députés + 1 sénateur), tous du Finistère, refusèrent d'accorder les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940, ils rassemblent ainsi près de 10 % des parlementaires qui s'opposèrent au sabordage de la République. Le Finistère demeure l'exception qui confirme la règle à l'échelle du grand Ouest.

88 Sur les décalages entre les réalités locales et les perceptions du pouvoir central dans le cas toulousain, il est nécessaire de se reporter à l'article de Pierre Laborie, « La Libération de Toulouse ...op. cit. ».

89 Amouroux H., Les règlements... op. cit., p. 186.

90 Le terme est employé à l'époque pour évoquer les comités. Par exemple, on peut lire dans une lettre interceptée par le contrôle technique le 8-11-1944 : « nous sommes en plein communisme ici, les soviets s'installent partout [...] même au musée de l'armée » ; lettre écrite par M. de Landerneau à vicomtesse de V., château de L. dans le nord-Finistère (ADF 31 W 408, interceptions).

Table des illustrations

Titre Carte n° 4. Présences de gardes civiques dans le Finistère (octobre 1944/mars 1945)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8874/img-1.png
Fichier image/png, 690k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540