Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons au lendemain de l'Occupation

 | 
Luc Capdevila

Seconde partie. Le temps court de la Libération : agir, encadrer, adhérer (août-septembre 1944)

Chapitre 5. Mythe et illusion de la dualité des pouvoirs

Luc Capdevila

Texte intégral

  • 1 Les mémoires de guerre du général de Gaulle, et en particulie (...)
  • 2 Buton P., Le PCF à la Libération - Stratégie et Implantation,(...)
  • 3 Laborie P., « La Libération de Toulouse vue par le pouvoir central, représ (...)
  • 4 Laborie P., « La Libération... op. cit., p. 166. (...)
  • 5 Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), Les (...)

1 L'illusion réaliste d'une dualité des pouvoirs a donné lieu à un mythe fort au moment de la Libération, mythe durable, pérennisé 1 par la guerre froide et encore vivace aujourd'hui. Même si la révolution n'a jamais eu une réalité sociale et politique dans la France libérée, elle a hanté l'imaginaire du pouvoir central et de la partie nantie de l'opinion, celle qui a toujours eu peur du « peuple ». Récemment, Philippe Buton a montré que si une partie des militants communistes, et parmi eux des cadres du bureau politique, avaient espéré une insurrection nationale et cru dans une libération qui aurait des prolongements révolutionnaires, la direction du PCF, en France métropolitaine, en était restée à une stratégie duale reposant sur la participation au gouvernement tout en édifiant un second pouvoir concurrentiel 2 . Le retour de Maurice Thorez correspondit, en novembre 1944, au repli du parti sur la ligne de compromis avec le gouvernement et à l'abandon de la stratégie d'affrontement. L'échec de l'insurrection nationale, les limites organisationnelles du parti, l'absence de vide politique et la politique gaullienne avaient amené le PCF, pendant l'été 1944, à écarter l'hypothèse d'une prise du pouvoir au nom de la Résistance. Sur un autre registre, Pierre Laborie a démonté les mécaniques mentales qui ont conduit le GPRF et ses services spéciaux à percevoir dans la libération à Toulouse le théâtre du chaos et de l'aventure politique, car défilaient sous leurs yeux tous les acteurs réunis pour les inquiéter : les foules, les étrangers, les civils en armes, les communistes 3 . C'est le regard de la peur, du désordre et du complot, qui conduisirent le général de Gaulle à se fourvoyer sur la réalité des intentions de la résistance locale et de ses chefs, l'amenant à entreprendre, les 16 et 17 septembre, une visite sèche et dure, en vue d'une inutile reprise en main, faisant « naître de profonds sentiments d'amertume chez la plupart des résistants de la région » 4 . Plus récemment, l'enquête coordonnée par l'IHTP sur les pouvoirs locaux à la Libération 5 a mis en évidence une « révolution municipale », qui permet de sortir des problématiques construites sur les systèmes de représentations issus de la guerre froide. À la base, le renouvellement des élites politiques s'appuyant sur une opinion passive mais qui rejetait Vichy, après les soubresauts révolutionnaires des journées libératrices, donna, simplement, au parti du mouvement l'ascendant sur le parti de l'ordre. Le dualisme était une illusion, les acteurs de la Libération s'inscrivant, avec leurs diversités, dans un cadre culturel national, patriotique et républicain.

  • 6 11-07-1980 : entretien réalisé par C. Bougeard avec M. Cosson.

2 En Bretagne, moins qu'ailleurs, certains perçurent la situation comme lourde de menaces, en raison de leur culture politique. Dans des milieux bourgeois de Rennes, on appréhendait le déferlement des hordes de bonnets rouges, travesties en FTP communistes, venues tout droit du Trégor. Dans les jours qui suivirent la Libération, les nouvelles autorités reçurent de nombreuses lettres de personnes apeurées par la tournure prise par les événements, inquiètes pour elles-mêmes ou pour leur famille, ce qui montre au demeurant la confiance qu'elles mettaient dans le nouveau pouvoir. La peur de voir la Libération déraper vers l'aventure politique hantait les milieux les plus conservateurs. Dans les Côtes-du-Nord, une comtesse fut tondue et « baladée comme un clown » par les FTP du commandant Jean 6 . Le 14 octobre, son frère, général en retraite et commandant d'un bataillon en poste en Ille-et-Vilaine, adressa une lettre comminatoire au préfet des Côtes-du-Nord :

  • 7 ADCA 2 W 96, lettre du général X au préfet, 14-10-1944.

« il est inadmissible que l'on inquiète inopportunément nos familles pendant que nous nous battons [...] Si nous sommes déjà en révolution, j'aime mieux la faire que la subir. Je commande à des gars de mon pays dévoués et résolus. Je puis être en 2 heures à L avec une de mes compagnies et mettre rapidement à la raison les quelques tyranneaux qui sans mandat sans doute se posent en justiciers et ont déjà indignement pillé la maison de ma sœur. Mais je suis convaincu, M. le préfet, que je ne serais pas obligé d'en arriver à ces extrémités et [..] pour que, [...] vous vouliez bien assurer la sécurité de ma sœur » 7 .

  • 8 ADIV 43 W 168, rapports du préfet des Côtes-du-Nord, pour les mois d'août et septembre 1944.
  • 9 On peut en trouver quelques exemples dans la correspondance générale entre le CR et les Côtes-du- (...)
  • 10 43 W 128 voir les synthèses adressées par Le Gorgeu en août et septembre 1944.
  • 11 ADCA 1140 W 2, PV des réunions du CDL et rapports mensuels au CNR ; 1140 W 3 : courrier aux CLL et (...)
  • 12 Bougeard C., « Un département breton dans la fièvre de la Libération : les (...)
  • 13 43 W 128, rapport du délégué régional à l'information, 25-08-1944.

3 Au vu d'une situation forcément anormale, les responsables mal insérés dans les milieux résistants eurent des difficultés à mesurer la réalité des comportements et à anticiper les intentions de la base résistante et de sa mouvance. Dans le département le plus agité, il est vrai, le préfet des Côtes-du- Nord adressa en août et septembre 1944 des rapports classés confidentiels alarmistes, décrivant le chaos, la terreur, dénonçant les tyrannies locales 8 . « Je sens la gendarmerie terrorisée, » rajoutait-il, le 25 août. Au demeurant, si cette perception se retrouve dans des courriers privés 9 et eut un prolongement très nuancé dans les synthèses du commissaire de la République, isolant sans excès le cas des Côtes-du-Nord 10 , elle n'a pas d'équivalent dans les archives du CDL 11 ni dans la mémoire des résistants du département 12 . Les rapports des autres préfets sont beaucoup plus modérés et non alarmistes quant à leur ressort. L'agitation, réelle, de ce département, mais également des trois autres, traduisait le processus d'apaisement inhérent à une sortie de guerre ; les ressorts culturels impulsant cette agitation étaient compris, voire partagés par les responsables gouvernementaux issus de la Résistance, de sensibilité proche. La République n'était pas menacée ni même contestée. Quant au PCF, il était l'objet d'une surveillance attentionnée. Ainsi, avec une certaine hésitation dans son propos, témoin d'un sentiment très daté d'inconfort politique quant au bien fondé de sa remarque, Henri Fréville, directeur régional de l'information, évoquait le 25 août la distribution de tracts tendant à favoriser « un certain parti politique », précisant qu'il allait soumettre le jour même un projet d'arrêté tendant à « interdire la distribution des tracts » 13 . À cette date, le PCF était la seule organisation politique en mesure d'occuper l'espace public. À un tout autre niveau, Le Gorgeu, plus méfiant, traduisait un état d'esprit voisin du gouvernement central. Le 10 septembre, s'adressant directement à René Pleven, alors ministre des colonies, il écrivait dans des termes déjà lus ailleurs :

  • 14 43 W 128, le CR, lettre à M. Pleven ministre des colonies, 10-09-1944.

« Profitant du mécontentement qui commence à se manifester, les communistes me semblent s'agiter, sans que je sois au courant de faits précis. C'est seulement une impression que j'ai et que j'ai recueillie dans divers milieux [...] Il faut se tenir sur ses gardes en ce qui concerne les visées du parti communiste. À ce point de vue, également, il faut souhaiter avoir le plus rapidement possible sous la main des troupes bien encadrées et disciplinées » 14 .

  • 15 Laborie P., « La Libération... op. cit., p. 149-17 (...)
  • 16 En Ille-et-Vilaine, l'île de Cézembre, la dernière place forte allemande, avait rendu les armes le (...)
  • 17 Nombre de documents convergent sur le fait que les RG semblent avoir été beaucoup plus utilisés pa (...)

4 On retrouve ici le poids des représentations des milieux gouvernementaux 15 . En effet, Le Gorgeu ne dispose pas de renseignements précis, les RG et la DST à cette date s'intéressent beaucoup plus à l'examen et la recherche des anciennes formations collaborationnistes, à la traque des collaborateurs et à l'observation des activités des services allemands repliés sur Saint-Nazaire, Lorient et Brest 16 , plutôt qu'à épier la résistance communiste. Néanmoins, assez rapidement, la police politique reprit ses activités de surveillance des partis et, a fortiori, du PCF 17 .

Les comités départementaux de libération et les préfets

  • 18 Crémieux-Brilhac J.-L., La France Libre... op. cit., (...)
  • 19 Ordonnance du 21 avril 1944 titre V.
  • 20 Crémieux-Brilhac J.-L., La France Libre... op. cit. (...)
  • 21 Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), (...)
  • 22 Dans le Morbihan il ne fut constitué qu'en février et au printemps seulement pour le (...)
  • 23 ADF 178 W 21.
  • 24 Bougeard C„ « Les Côtes-du-Nord », dans Buton (...)
  • 25 Sainclivier J., « Le pouvoir résistant (été 1944) », But (...)

5 Les CDL avaient été définis par l'ordonnance du 21 avril 1944 pour réunir, à l'échelle départementale, une représentation des forces locales de la Résistance membres du CNR. Leur statut avait été élaboré par la Délégation générale du CFLN en France, en février 1944, adopté par le CNR, puis entériné par le CFLN. Il donna aux CDL des prérogatives étendues : placés sous les ordres du commissaire de la République, ils devaient coordonner l'action immédiate dans leur département, diriger l'action insurrectionnelle de la libération et ainsi étaient co-responsables du maintien de l'ordre et du succès de la prise du pouvoir 18 . À partir de la Libération, ils devenaient une organisation légale, chargée d'accompagner le préfet dans la mise en œuvre de l'épuration civile, devant l'assister dans la réorganisation des pouvoirs locaux et étant « obligatoirement consulté(e) » pour ce qui relevait du remplacement des élus 19  ; considérés comme représentants de la population, ils remplaçaient également les conseils généraux, le temps de la réorganisation des élections cantonales. Dans les faits, en plus du remaniement des municipalités, ils furent essentiellement chargés de préparer les dossiers d'épuration et de formuler des propositions au préfet, seul à même de décider en matière de poursuite devant les tribunaux. Soixante et onze CDL existaient le 10 mai 1944 20 . Des 33 départements étudiés (dont l'Ille-et- Vilaine et les Côtes-du-Nord pour la Bretagne) lors de l'enquête coordonnée par l'IHTP sur les pouvoirs locaux 21 , tous étaient dotés d'un CDL fondé dans la clandestinité (fin 1943/début 1944) dont le président était bien accepté par la Résistance locale et les délégués de Londres. En Bretagne, les quatre CDL avaient été organisés conjointement par des responsables de la Résistance régionale (Yves Lavoquer de Libé-Nord et à la tête de l'AS, l'Abbé Cherruel de DF) et des délégués nationaux (Tanguy-Prigent pour Libération-Nord) en accord avec le représentant du CFLN (Le Gorgeu), entre novembre 1943 et janvier 1944. En janvier 1944, la composition provisoire des CDL 22 fut arrêtée à Paris par Tanguy-Prigent et Le Gorgeu et ce, avec l'accord de Francis-Louis Closon 23 . Chargé de mission du CFLN en France métropolitaine depuis 1943, ce proche collaborateur d'André Philip avait pour mission, dans le cadre de l'organisation de l'État clandestin, de constituer les CDL ; il était d'ailleurs l'auteur principal du statut des CDL défini par la Délégation générale. Au vu de l'origine officielle et consensuelle de la composition des CDL, la logique voulait que les comités départementaux travaillent en bonne intelligence avec les préfets ; ce ne fut pas toujours le cas. Rares furent les CDL épargnés par la répression allemande. Les quatre CDL bretons sortirent très affaiblis de la clandestinité et à l'évidence incomplets. De ce fait, la composition de ces organismes à la Libération étant largement modifiée par rapport à la formule initiale. Tout en se reconstituant dans la clandestinité, ils s'élargirent dès les journées libératrices aux forces politiques et sociales traditionnelles de leur département, proches de la Résistance, ou qui n'avaient pu être contactées sous l'Occupation. Élargissement modéré : il ne s'agissait pas de revenir sur l'équilibre, ou le déséquilibre, des forces résistantes, issu de la clandestinité, mais, officiellement, de tenir compte des réalités locales, afin d'étendre l'influence du CDL sur la plus grande partie de l'opinion. Dans les Côtes-du- Nord 24 , le déséquilibre au profit de la gauche, dû à une répression qui avait plus frappé les résistants de droite ou modérés, fut accentué lors de l'élargissement qui suivit la Libération. À la Libération, le dosage des CDL, le Morbihan mis à part, était plus favorable aux forces de gauche, à l'image des organisations qui avaient constitué la Résistance. Ainsi, en décalage avec une région de culture politique modérée, ils participèrent à la construction d'une image de la Résistance non consensuelle à la Libération, une grande partie de l'opinion restant indifférente, voire rejetant ces organismes dont elle ignorait l'existence, ou dans lesquels elle ne se retrouvait pas. Dans le cadre de l'enquête sur les pouvoirs locaux à la Libération, considérant les relations entretenues par les CDL avec les préfets à l'échelle des 33 départements étudiés, Jacqueline Sainclivier a isolé cinq cas de figure différents 25 . Type 1, les CDL se sont posés en concurrents du préfet ; type 2, attitude voisine, les départements où le CDL s'opposait en permanence au représentant de l'État. Type 3, les CDL ont pu agir comme groupe de pression. Dans le cas le plus répandu, type 4, ils travaillaient en étroite collaboration avec le préfet. Parfois, type 5, ils lui étaient entièrement soumis. La règle fut donc la diversité des situations à l'échelle nationale.

  • 26 Bougeard C., « Les Côtes-du-Nord », dans Buton (...)
  • 27 ADIV 43 w 168, rapport du préfet, 18-10-1944.
  • 28 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 4-11-1944.

6 La norme fut également la diversité à l'échelle de la Bretagne : quatre départements = quatre cas de figure différents ; mais, fondamentalement, les quatre CDL bretons, respectueux de leur mission, ont toujours agi dans le sens du soutien au préfet pour l'accompagner dans le rétablissement de l'ordre républicain. Le CDL des Côtes-du-Nord fut perçu par le préfet comme une force d'opposition permanente 26 , il se rattache ainsi au type 2. À partir de l'automne 1944, Gabriel Gamblin dénonce dans le CDL un organisme qui outrepasse ses prérogatives, et dans son président Henri Avril une personnalité qui lui fait ombrage. Au fil des semaines, le préfet Gamblin se plaint, avec de plus en plus d'insistance, d'un pouvoir qui le gêne, voire qui menace sa fonction. Le 18 octobre il rappelle que « le CDL des Côtes-du- Nord a souvent entendu jouer un tout autre rôle que celui d'un organisme consultatif. Cette activité s'est surtout affirmée dans la question du ravitaillement, M. le président Avril prenant des contacts hebdomadaires avec des délégations de ménagères et leur rendant compte des résultats de son activité » 27 . En novembre, le ton est beaucoup plus agressif : « on sent de façon constante la tentative d'instaurer une dualité des pouvoirs » 28 . Réalité perçue, réalité vécue par le préfet Gamblin, les membres du CDL ne considèrent pas la situation sous cet angle. Non seulement, les personnalités qui composent le CDL étaient profondément légalistes, mais, en plus, elles souhaitaient travailler en bonne intelligence avec la préfecture. Dans un document interne au CDL, dactylographié à l'automne 1944, on lit cette tension avec le préfet, mais il apparaît que le CDL n'avait pas appréhendé à cette époque qu'il était perçu aussi négativement par Gamblin :

  • 29 ADCA 1140 W 1, rapport sur l'histoire du CDL, 5 pages dactylographiées, rédigé vraisemblablement v (...)

« Si le Comité et l'Administration n'ont pas toujours considéré sous le même angle les questions ressortissant au Ravitaillement, il n'en reste pas moins que les relations entre les divers services voisinant dans un même immeuble, celui de la Préfecture, restent empruntés de la plus grande confiance, et de la plus amicale courtoisie » 29 .

7Même dans un contexte de relative surchauffe des esprits, lors du congrès départemental des comités locaux, le 8 février 1945, face à des représentants de CLL contestant l'autorité préfectorale, Henri Avril soutenait le préfet et tempérait l'animosité de la base. Les notes de séance prises lors de la session du matin témoignent de cette situation :

  • 30 ADCA 1140 W 1, congrès départemental des CLL, Saint Brieuc le 8-02-1945, notes manuscrites de séan (...)

« Maire de Tréguier : quel moyen de recours si le préfet refuse une décision du CDL ?
Le président fait remarquer qu'il existe entre le préfet et le CDL une intelligence convenable. La collaboration se présente sur un terrain de cordialité » 30 .

  • 31 ADIV 43 W 150, dossier Gamblin.
  • 32 ADIV 43 W 150, dossier Avril.
  • 33 ADIV 43 W 150, dossier Avril, télégramme officiel chiffré, le CR au ministre de l'intérieur, 27-05 (...)

8 En réalité, la situation n'était pas confortable pour le préfet Gamblin. Les différences concernant l'insertion des uns et des autres dans le département, dans le milieu résistant, et les différences d'intensité du rayonnement des personnalités étaient trop fortes pour éviter les déséquilibres, les tensions, les incompréhensions entre des individus à la tête des pouvoirs. Le préfet Gamblin, originaire du département du Nord où il exerçait la profession d'avocat, s'était établi dans les Côtes-du-Nord après l'exode. Proposé par DF comme préfet, il avait plaidé sous l'Occupation devant les divers conseils de guerre en Bretagne et avait défendu des résistants. Néanmoins, il n'était pas connu des résistants de base à la Libération 31 . Henri Avril était originaire des Côtes-du-Nord où il fut élu député radical en 1919. Reconnu dans les milieux résistants, il avait été pressenti comme préfet de la Libération pour ce département. Cependant, il avait préféré conserver la présidence du CDL 32 . La forte personnalité d'Avril fit inévitablement de l'ombre au préfet Gamblin. Le Gorgeu en vint à cette conclusion. En mai/juin 1945, il décida de remplacer Gamblin par Avril 33 .

9Les intentions du CDL n'étaient pas de s'ériger en pouvoir concurrent, mais les pressions de la base l'ont conduit à s'interposer entre le préfet et une partie de la population ; ainsi, il fut beaucoup plus actif que la grande majorité des comités des autres départements. À force d'être en première ligne, le CDL des Côtes-du-Nord en est venu à considérer les attributions légales qui étaient les siennes comme insuffisantes ; il souhaita alors publiquement leur extension. Les deux congrès des CLL, tenus à Saint-Brieuc les 8 février et 5 avril 1945, tout en montrant la force et la détermination des délégués, exprimèrent leur volonté, et en particulier celle du CDL, en matière de participation aux affaires. Dans son intervention de l'après-midi du 8 février, Avril s'adressant aux 300 délégués des CLL leur disait :

  • 34 ADCA 1140 W 1, congrès des CLL du 8-02-1945, notes de séances manuscrites, intervention d'H. Avril

« On veut nous cantonner dans les attributions strictement politiques d'épuration et d'arrestations, et on nous rappelle que nous ne sommes en rien accrédités pour prendre part à la vie administrative ou pour rénover la vie économique du pays. On nous laisse la partie très impopulaire des sanctions. Nous avons réclamé notre part dans le rétablissement des services économiques et dans l'organisation du ravitaillement et une liaison avec la rénovation paysanne. Il n'est pas possible qu'on prétende rénover l'économie française en dehors de cet esprit dont nous sommes les représentants. [...] Il n'est pas possible qu'on écarte la Résistance de l'effort constructif du pays. » 34

10Le décalage dans les perceptions des relations entre le préfet et le CDL reposait sur une réalité objective : 1°- l'autorité du président Avril dans le département était supérieure à celle du préfet Gamblin ; 2°- le CDL considérait qu'il dépendait en partie hiérarchiquement du CNR ; 3°- le CDL considérait qu'il avait une mission spécifique : perpétuer l'esprit et la mission de la Résistance par delà la Libération. De ce fait, si le CDL n'eut pas l'intention de se substituer au pouvoir préfectoral, tout en se reconnaissant comme collaborateur du préfet, il se posait comme une institution investie d'une haute autorité morale. On mesure la position très compliquée dans laquelle Gamblin était enferré. En ce qui concerne les Côtes-du-Nord, peut-on envisager pour autant la notion de dualisme des pouvoirs ? Sans jouer sur les mots, nul doute que ce département s'est trouvé avec un pouvoir départemental bicéphale, ce qui ne se serait pas produit si n'avait été désignée pour préfet une personnalité incontestable, comme dans le Finistère. Cela dit, cette bicéphalité ne fragilisa pas l'ordre républicain, bien au contraire. Le CDL a toujours cherché à aider au rétablissement de l'ordre, avec plus d'habileté que le préfet Gamblin dépassé par les circonstances. Certes, le CDL eut une conception davantage participative de la gestion du département que celle prévue par les textes. Certes, il revendiqua également pour les représentants de la Résistance plus de considération et de présence aux affaires.

  • 35 Butler M.-H. et Sainclivier J.,. » l'Ille- (...)
  • 36 3-11-1994, entretien avec Charles Foulon.
  • 37 ADIV 43 w 167, rapport du préfet, 2 -02-1945.
  • 38 Foulon C.-L., Le CDL d'Ille-et-Vilaine, m (...)

11 La situation était plus simple dans les trois autres départements bretons. Pour l'Ille-et-Vilaine, Jacqueline Sainclivier et Marie-Hélène Butler considèrent le CDL comme relevant d'un organisme faisant pression sur leur préfet 35  : il se rattache ainsi au type 3. Le CDL d'Ille-et-Vilaine a limité ses ambitions à l'épuration 36 . Peu inséré dans un département de tradition modérée, car trop décalé sur la gauche de l'échiquier politique, il a été rapidement déchiré par des tensions internes en janvier 1945 37 , puis épuisé, car réduit à l'énergie de son seul secrétaire général à compter du printemps 1945, avant de cesser toute activité fin 1945 38 . Cela étant, les tensions avec la préfecture n'apparaissent pas avant décembre 1944. Les désaccords portaient sur l'épuration : le CDL, représentatif des milieux résistants et en tant que relais des CLL, souhaitant l'impulser avec plus de sévérité, se heurtait à la modération du préfet, tout en restant dans son champ de compétence. La proximité de Victor Le Gorgeu aidant, les personnalités du CDL n'ayant pas d'autres ambitions réelles que celles qui leur étaient attribuées par les textes en matière d'épuration et de remaniement des municipalités, en dehors de prononcer des vœux sur des sujets variés, demeurèrent sous l'autorité du préfet.

  • 39 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, 1-10-1944.
  • 40 Note du CDL du Finistère publiée dans le Télégramme de Brest et de l' (...)
  • 41 Les autres CDL ont conservé leurs archives. Dans les Côtes-du-Nord, elles n'ont été déposées aux A (...)
  • 42 ADF 31 W 402, lettre du préfet, 18-12-1946.
  • 43 ADF 31 W 402, lettre, 23-01-1947.

12 Le CDL du Finistère travailla en bonne intelligence avec le préfet Le Comte : nos « relations sont empreintes de la plus parfaite cordialité, » rap- portait-il en octobre 1944 39  ; il relève ainsi du type 4. Le CDL du Finistère prenait un grand soin à signaler qu'il agissait sous l'autorité du préfet. Le papier officiel qu'il utilisait était placé sous les sceaux de la République Française et de la préfecture du Finistère. Dans les publications qu'il diffusait pour se faire connaître, il précisait que (son) « seul but, (sa) seule volonté (était de) servir le pays, assister le préfet dans ses tâches difficiles » 40 . Ainsi, sur les problèmes sensibles concernant le ravitaillement ou l'affaire des milices patriotiques, là où on voit son homologue des Côtes-du-Nord sortir de son domaine de compétence, on observe un CDL du Finistère très posé, agissant de conserve avec le préfet. Nombre de documents furent cosignés par le préfet et le CDL. La collaboration entre les deux administrations eut un prolongement jusque dans la conservation des archives ; la préfecture du Finistère est la seule des quatre départements à avoir recueilli les archives du CDL, en total accord avec le président Dupoux 41 . En janvier 1947, alors que cela faisait plus d'un an que le CDL ne se réunissait plus 42 , le préfet Le Comte demanda à l'inspecteur d'académie de libérer M. Cosquer, instituteur ex-secrétaire du CDL, afin qu'il puisse archiver les papiers du comité à la préfecture à raison d'un jour par semaine 43 .

  • 44 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 16-08-1944.
  • 45 Députée à l'Assemblée consultative, en août 1944, elle fut chargée d'une mission d'a (...)
  • 46 ADIV 43 w 171, rapport du préfet, 16-08-1944.
  • 47 ADIV 43 W 182, organisation des CDL. Il était au nombre des 11 CDL sur 73 à compter (...)
  • 48 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 21-08-1944.
  • 49 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 30-08-1944.
  • 50 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 17-10-1944.
  • 51 ADM M 13224, voir les lettres que le préfet adressait au président du CDL.
  • 52 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 17-10-1944.
  • 53 Le Fouet, 31-12-1944.
  • 54 Ibid.
  • 55 Les CDL se mirent en sommeil fin 1945 / début 1946 suite à l'élection des conseils généraux. Dans (...)
  • 56 Lettre reproduite dans Le Fouet, 2-06-1945.
  • 57 Le Fouet, 24-11-1945.

13 Le CDL du Morbihan commença sa vie publique par un imprévu. Le CDL de Vannes habilité par le CNR et le préfet se découvrit un concurrent, sorti de la clandestinité en même temps que lui : le CDL de Pontivy. Face à la détermination des résistants de Pontivy, le préfet Onfroy et le président du CDL officiel, Jean Camenen, ne purent rien. Ce fut Lucie Aubrac, « dont l'autorité et la mission personnelles n'auraient pu être mis en discussion » 44 qui, en déplacement dans le Morbihan début août 1944 45 , parvint à concilier les parties. Le CDL de Pontivy fut réduit à un simple CLL, et trois de ses membres furent associés au CDL 46 . Par la suite, ce CDL de composition politique très modérée 47 , à la différence de celui de Pontivy beaucoup plus décalé sur la gauche, non seulement resta dans le strict domaine de ses compétences, mais demeura sous la coupe du préfet, relevant ainsi du type 5. Au demeurant, le préfet Onfroy n'a cessé de se flatter des bonnes relations qu'il entretenait avec le CDL, il les disait « excellentes » 48 . Dans un premier bilan de cette collaboration, il la décrit comme « toujours aussi étroite » 49  ; en octobre, il évoquait encore cette « amicale collaboration » 50 . En rupture avec les formes neutres du courrier administratif des autres préfets Onfroy était le seul à écrire « mon cher président » quand il s'adressait à Jean Camenen 51 . Mais la modération du CDL du Morbihan le coupa de la Résistance locale, phénomène observé assez tôt par le préfet qui, parlant des membres du CDL, précisait que « animés d'un excellent esprit et du désir de servir au maximum la cause de la Libération (ils) n'ont pas toujours trouvé un écho suffisant auprès des organismes de résistance active » 52  ; une partie de la Résistance morbihannaise assimilait le CDL à la préfecture. À la différence des CDL qui, se faisant l'écho des CLL et de leur mouvance, connaissaient des tensions avec l'administration en raison des lenteurs de l'épuration, les CLL du Morbihan considérèrent que leur CDL partageait avec le préfet, et les magistrats, les responsabilités d'une « épuration ridiculement lente et incomplète », et ce, dès le premier congrès départemental des CLL tenu à Vannes le 23 novembre 1944 53 qui fut houleux. Ce premier congrès des CLL du Morbihan affirma que « le CDL [...] n'exprime ni la pensée ni la volonté des CLL » 54 . Ces tensions entre le CDL et les comités locaux se poursuivirent en 1945, l'épisode s'achevant par une disparition des comités plus précoce que dans les autres départements 55 . Ce fut d'abord l'abdication bruyante du CLL de Vannes considérant dans la lettre de démission adressée au président du CDL que « son travail n'avait été pratiquement suivi d'aucun résultat [et que] les obstacles opposés à l'œuvre indispensable d'épuration avaient toujours été plus puissants que sa propre volonté d'action [faisait part de] sa profonde déception d'avoir vu ses efforts voués à l'insuccès » 56 . Le CDL s'éteignit en novembre 1945. L'amertume de certains milieux résistants se manifesta encore publiquement : le journal Le Fouet, qui se disait l'organe de la Résistance armée, relança la polémique en novembre et décembre 1945 : « le CDL [...] organisme constitué on ne sait comment et on ne sait par qui [...] est maintenant disparu. Ce sera pour les contribuables une sérieuse économie » 57 .

  • 58 ADF 178 W 21.
  • 59 ADF 31 W 402, lettre circulaire du ministre de l'intérieur aux préfets du 12-01-1946 - a/s CDL, pr (...)

14 Ainsi, les CDL représentaient la/une Résistance tout autant que certains responsables de l'administration centrale, le préfet Le Comte dans le Finistère, le sous-préfet Paranthoën à Lannion, Le Gorgeu au commissariat régional, le commissaire Lepage au secrétariat général de la police etc. Les CDL demeurèrent dans le cadre strict de leurs attributions légales, voire en deçà, en faisant remonter l'information depuis les localités et les comités d'épuration et en adressant des propositions au préfet ; « les CDL devaient théoriquement remplacer les conseils généraux ; en réalité, ils s'occupèrent surtout de l'épuration et ne participèrent guère à l'administration départementale (sauf, en ce qui concerne ma région, dans les Côtes-du- Nord) », rappelait Le Gorgeu en 1948 58 . Ils doivent d'ailleurs être considérés comme une institution quasi intégrée à l'administration préfectorale. Statutairement subordonnés aux préfets et, a fortiori, au commissaire de la République, leurs locaux étaient prêtés par la préfecture, voire, en ce qui concerne les Côtes-du-Nord et le Morbihan, sis à la préfecture. Les premières réunions furent présidées par le préfet dans le Finistère et le Morbihan, ou pour le moins tenues en sa présence dans les Côtes-du-Nord. Ils étaient financés par l'État, et le seront encore en 1946 après leur extinction 59 , la préfecture leur fournissant du personnel (dactylos, secrétaires), du matériel (voiture). In fine, si des tensions CDL/préfet s'observent à partir de l'automne dans les Côtes-du-Nord, en août et septembre 1944 la collaboration active CDL/préfet est la règle dans les quatre départements. Autrement dit, ce n'est pas dans les CDL qu'il faut chercher un dualisme des pouvoirs, même si dans les Côtes-du-Nord l'illusion d'une dualité a participé à la construction d'un mythe plus étendu.

Les comités locaux de libération et les conseils municipaux

  • 60 Ordonnance du 21 avril 1944 portant organisation des pouvoirs publics en France aprè (...)

15 À la Libération, tandis que les CDL se substituèrent aux conseils généraux, des comités locaux de libération (CLL) prétendirent remplacer des assemblées municipales. À la différence des CDL, les CLL naquirent orphelins du journal officiel. Ils participèrent ainsi, à leur niveau, à la construction du mythe de la dualité des pouvoirs en mêlant différentes représentations qui défiaient l'autorité d'un État lui-même issu de l'insubordination. Par l'ordonnance du 21 avril 1944, le CFLN avait prévu le maintien des conseils municipaux élus avant le 1 er septembre 1939, ou leur rétablissement lorsqu'ils avaient été dissous par Vichy. Devaient être révoqués les assemblées ou les élus qui avaient « directement favorisé ou servi les desseins de l'ennemi ou de l'usurpateur » 60 . En tout état de cause, dès lors que le conseil municipal démocratiquement élu ne pouvait être conservé en l'état, quelles qu'en soient les raisons, (décès, déménagement, refus de retour aux affaires, collaboration, etc.), il était prévu qu'il soit remplacé, ou complété : une « délégation spéciale » désignée par le préfet sur proposition du CDL étant subrogée en la place de l'ancienne municipalité. Les membres du dernier conseil municipal élu demeuraient prioritaires.

  • 61 Buton P., Les lendemains... op. cit., p. (...)
  • 62 Cf. circulaire du PCF sur l'organisation des CLL destinée aux cadres du parti de la (...)

16 Les origines des CLL remontent à la double stratégie du PCF, établie à la veille du débarquement 61 . Elle consistait à participer au CFLN tout en le biaisant sans s'y opposer, jetant ainsi les bases d'un second pouvoir conçu dans le cadre de « l'insurrection nationale ». Il s'agissait de favoriser à la base l'émergence d'un pouvoir local de type insurrectionnel qui, en reposant sur l'incantatoire et magique « désir des masses » 62 , devait permettre au PCF, grâce à ses relais de la Résistance (FN, FTPF, UFF, etc.) d'étendre sa présence. Par ces CLL, le PCF pensait organiser dans les localités un pouvoir municipal issu théoriquement de la Résistance, totalement autonome, plaçant l'administration devant le fait accompli en se substituant aux municipalités en place. Le cas échéant, la mise en œuvre des CLL se faisait en porte-à-faux par rapport à l'ordonnance du 21 avril.

  • 63 Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), (...)
  • 64 Sainclivier J., « Le pouvoir résistant », op. cit., (...)

17 Le développement des comités locaux dans la France atomisée de la fin de l'été et de l'automne 1944 fut massif. Là où la Résistance était présente, là où des résistants dans l'âme s'organisaient, existait un désir, un besoin conjoncturel d'engagement, de participation, d'une manière ou d'une autre, aux affaires de la cité libérée. L'enquête coordonnée par l'IHTP montre cette généralisation des comités locaux ; 21 rapports sur 27 mentionnent la présence de CLL dans leur département 63 , toutes les régions de la France métropolitaine étant représentées. Cela étant, les variations locales sont nombreuses quant à la densité, quant aux origines et aux activités de ces comités. Deux phases d'apparition des CLL ont été isolées 64 . La première correspond à une génération spontanée née à la Libération, la seconde s'épanouit suite à l'impulsion d'une autorité supérieure, généralement le CDL, dans les semaines ou les mois suivant la Libération. Souvent, ces différences d'origine recoupent des différences de nature, depuis des CLL très actifs et revendicatifs s'appropriant la municipalité, jusqu'aux CLL timorés voire pratiquement inexistants. Ces variations sont à situer en général dans le prolongement de la diversité des cultures et de la conjoncture départementales. Néanmoins, une analyse fine permet fréquemment d'observer ces mêmes variations à l'intérieur des départements.

  • 65 ADF 178 W 21.
  • 66 Entretien avec Charles Foulon. Lors de l'entretien, celui-ci n'avait que de très mauvais souvenirs (...)
  • 67 ADCA 1140 W 2.

18 La Bretagne n'échappe pas à la règle nationale. Elle rassemble en elle- même la panoplie complète des différentes formes des comités locaux. Les responsables de l'administration construisirent des représentations des CLL ambivalentes. C'est en des termes nuancés que Le Gorgeu les évoquait en 1948 : « [les] comités locaux [...] se formèrent dans de nombreuses communes [...] Ils surgirent à la Libération par génération spontanée [...] formés parfois on ne sait comment, [ils] ont quelque fois régentés irrégulièrement certaines communes » 65 . L'homme d'État enregistre le fait accompli en termes neutres, sans l'approuver ni le dénoncer, tout en signalant un phénomène massif. Avec le temps, Le Gorgeu avait pris de la distance. Quatre ans auparavant, fouaillé par le feu de l'action, sans être véritablement au fait des réalités locales dans leur ensemble, il avait développé des représentations négatives et sans nuances des comités locaux, mettant en système leur apparition inopinée donc leur illégalité, leur sectarisme idéologique donc leur non représentativité, réduisant leur activité à l'attisement des haines donc leur inopportunité. C'était un système de représentations déjà présent dans les rapports des préfets à partir desquels le commissaire de la République élaborait ses propres synthèses ; Aldéric Le Comte seul rapportait l'action des CLL avec une écriture moins passionnée. Les estimations données par Le Gorgeu sur le nombre et les origines restent vagues. Même une autorité aussi bien renseignée disposait seulement d'informations parcellaires sur ces organismes. Ceux-ci constituaient une structure parallèle et informelle, organisée suivant les réseaux les plus divers. S'ils furent pour la plupart chapeautés par leur CDL, celui-ci n'entretenait pas avec eux de véritables relations hiérarchiques. Les CDL eux-mêmes n'avaient qu'une connaissance approximative des comités locaux de leur département jusqu'à la fin 1944 66 . Dans la synthèse de décembre 1944 adressée au CNR, le CDL des Côtes-du-Nord précise que le congrès des comités prévu pour février lui « permettra d'établir de façon certaine la composition et le fonctionnement de ces comités » 67 . À cette date, les seules relations, qualifiées prudemment de « contact plus étroit », n'existaient qu'avec les chefs-lieux.

  • 68 ADCA 1140 W 1, rapport sur l'histoire du CDL.
  • 69 ADCA 1140 W 18 à 26, installation des nouvelles municipalités à la Libération.
  • 70 ADCA 1140 W 1, congrès départemental des comités, liste des délégués par canton.
  • 71 ADF 31 W 401 à 405, comités de Libération.
  • 72 Le Fouet, 31-12-1944 et 21-04-1945 ; et ADIV 43 W 171 rapports du préf (...)
  • 73 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 30-04-1945.
  • 74 ADCA 1140 W 1, congrès départemental des comités, notes de séances manuscrites du discours de bien (...)
  • 75 Foulon C.-L., Le CDL... op. cit.
  • 76 ADIV 43 W 167.

19 Fin 1944, les comités locaux étaient effectivement très nombreux. Les Côtes-du-Nord sont le seul département où les sources autorisent une estimation chiffrée. Dans un document interne au CDL, il est précisé que « presque toutes les communes du département ont leur comité de libération » 68 . Les dossiers concernant l'installation des nouvelles municipalités permettent de mesurer cette affirmation. D'après ces documents, dans 26 communes le CLL ne s'est pas manifesté tandis que dans 24 il n'aurait pas existé 69 . Une ultime série permet d'affiner l'estimation ; il s'agit des listes des délégués aux deux congrès départementaux des CLL établies pour procéder au remboursement des frais de déplacement des mandataires 70 . En recoupant cette liste avec la série précédente, il devient possible de proposer une évaluation fiable : sur les 50 communes qui ont été remaniées sans la participation d'un CLL, 23 ont délégué des représentants aux différents congrès. Restent pas conséquent 27 localités qui apparaissent dépourvues d'un CLL. Autrement dit, plus de 93 % des communes du département étaient dotées d'un comité. Pour le Finistère, l'estimation est moins précise (carte n°3). L'unique série rencontrée permettant d'établir une liste des CLL consiste dans le courrier qu'ils adressaient au CDL. Il rassemble pour l'essentiel des lettres soumettant le comité local à l'agrément du comité départemental 71 , ou des demandes de précision quant à leurs attributions. Le dénombrement réalisé à partir de ces liasses ne peut que sous-estimer la population des comités. En complétant par d'autres sources éparpillées, 179 comités ont été répertoriés : au minimum 60 % des communes finistériennes ont compté un comité local. Dans le Morbihan, les CLL apparaissent nombreux, mais il est impossible d'en dresser la carte. Le 23 novembre 1944, ils organisèrent un premier congrès départemental des CLL suivi d'un second le 13 avril 1945 72 . 350 délégués étaient présents au congrès d'avril à Vannes 73 . Or, à Saint-Brieuc, ils n'étaient que 300 le 8 février 74 . Certes, les conditions climatiques étaient moins bonnes en février : il neigeait. Certes, le CDL des Côtes-du-Nord organisant son premier congrès avait oublié d'inviter quelques comités. Cela étant, les Côtes-du-Nord étaient un département à haute densité de CLL, il est donc raisonnable de considérer qu'un grand nombre de localités morbihannaises comptaient la présence d'un comité local. Quant à l'Ille-et-Vilaine, il est difficile pour l'instant d'aller au-delà d'une assertion : ils étaient quelques-uns à exister. Charles-Louis Foulon, l'unique historien à avoir dépouillé les archives du CDL, ne donne aucune estimation chiffrée 75 . Pourtant, en présentant l'implication des CLL dans la vie départementale, il laisse entendre qu'ils étaient nombreux, et on retire la même impression de la lecture des rapports du préfet 76 . Malheureusement, à ce jour, aucune source en mesure de donner une vue d'ensemble des comités locaux dans ce département n'a été repérée.

  • 77 ADCA 1140 W 1, rapport sur l'histoire du CDL.
  • 78 ADCA 1140 W 18 à 26.
  • 79 ADCA 1 J 16 n°6342, CLL de Trégastel, PV du 10-08-1944.
  • 80 ADCA 1140 W 5, courriers au CDL, septembre 1944.
  • 81 ADCA 1140 W 1, courrier du CLL de Gomméné au CDL, 8-03-1945.
  • 82 ADCA 1140 W 22, installation des nouvelles municipalités à la Libération.

20 Les origines des comités furent des plus variées. Cette diversité eut pour prolongement des différences importantes concernant la composition sociologique, la culture, et par conséquent les activités des CLL. Dans les Côtes-du-Nord, les comités sont souvent présents le jour même de la Libération de la localité. Les plus importants, ceux de Dinan, Guingamp, Lannion et Loudéac, avaient déjà tissé des liens avec le CDL dans la clandestinité, ils bénéficiaient dès cette époque d'une reconnaissance semi-officielle 77 . Ces comités, enracinés dans la clandestinité, constituèrent un des prolongements militants de la Résistance politique. Ils prirent d'ailleurs le plus souvent le nom de comité local de Résistance. Il est difficile de connaître la proportion véritable occupée par ces comités dits de Résistance dans la population totale des comités locaux, mais ils semblent être les plus nombreux dans ce département. Dans les cas vérifiables, la grande majorité des CLL rencontrés étaient déjà en place à la Libération. De ce fait, ils manifestaient une identité résistante forte. Certains se confondaient avec des mouvements de résistance. Dans les dossiers d'installation des nouvelles municipalités 78 , 43 comités se déclarèrent CLL-FN. Certes, il réunissent seulement 13 % des CLL mentionnés, mais, dans les faits, il étaient plus nombreux. De même, 6 CLL se déclarent comité FFI, manifestant comme les précédents une identité exclusive. La majorité des CLL, par souci de représentativité, n'affichent pas une étiquette précise alors qu'ils pouvaient être de composition homogène : le CLL de Trégastel rassemblait uniquement des membres du FN 79  ; celui de Plancoët semble correspondre au groupe FFI 80  ; plus rare, ceux de Gomméné, Coëtlogon et Plémet associaient les adhérents du MLN 81 . En d'autres lieux, l'origine du CLL était moins héroïque. Ayant rendu l'avis d'un CLL nécessaire au remaniement des assemblées municipales, le CDL conduisit inopinément certains conseils municipaux à se constituer en CLL. Ils facilitèrent ainsi leur propre réorganisation. Ce fut probablement le cas à Pleumeur-Gautier et peut être aussi à Pleven 82 . Au demeurant, il n'est pas rare de rencontrer des maires ou des conseillers municipaux en titre siégeant au CLL, ou signant, d'autorité, à la place du comité.

Carte n° 3. Comités locaux de libération du Finistère (1944-1945)

Carte n° 3. Comités locaux de libération du Finistère (1944-1945)
  • 83 ADF 31 W 403, PV de la première séance du CDL, 17-08-1944.
  • 84 Cf. entretien avec C. Foulon.

21 Les autres départements offrent des situations plus diversifiées, sans qu'il soit possible de réaliser une distribution. Dans les trois départements, on retrouve les CLL de première génération : ils se dénomment alors comités de résistance. Mais deux points importants diffèrent des Côtes-du-Nord. Premièrement les CDL furent relativement méfiants à l'égard des CLL. Ainsi, le CDL du Finistère prit la décision de constituer des équipes chargées d'enquêter dans les communes où les comités ne reflétaient pas l'opinion générale dans sa séance du 17 août 1944. Dans cette même séance, il décida que ces équipes devraient également se rendre dans les communes où les « comité locaux provisoires sont nécessaires » 83 . C'est là le deuxième point. Dans ces trois départements, les CLL semblent n'avoir pas été suffisamment nombreux, selon le jugement des CDL, dans les premiers temps de la Libération. Aussi les trois CDL ont cherché à impulser la généralisation des CLL afin de disposer de relais ou simplement d'interlocuteurs à l'échelle locale. En ce qui concerne les CDL d'Ille-et-Vilaine 84 et du Finistère, l'objectif se limitait à favoriser la remontée des informations, en vue d'organiser l'épuration. Moins précautionneux, le très modéré CDL du Morbihan, dans le but de remanier les municipalités dans le respect des textes, légitima une véritable révolution municipale. Par cet avis diffusé le 22 août 1944, il investissait les CLL d'un pouvoir considérable :

« Il doit être constitué, si possible dans chaque commune, et tout au moins dans chaque canton, un Comité Local de Libération. [...]
Rôle - Son rôle est de renseigner et de documenter le CDL Spécialement en ce qui concerne les Conseils Municipaux, il lui appartient de donner au CDL tous renseignements utiles pour l'exécution de l'ordonnance du 21 avril 1944. [...]
Chaque CLL doit donc, dans le plus bref délai :

  • Établir la liste des conseillers municipaux élus avant le 1 er septembre 1939
  • y noter, d'une part, ceux qui, depuis sont décédés ou démissionnaires ou ont quitté la commune et d'autre part, ceux qui seront rendus indignes de remplir une fonction soit pour délit de droit commun, soit en raison de leur attitude favorable à l'ennemi ou à l'usurpateur.
  • proposer des remplaçants choisis parmi les habitants de la commune appartenant à la Résistance active, présentant toutes garanties d'honorabilité et représentant la tendance politique générale de la commune.
  • 85 ADM 13224, note sur les CLL, réalisée par le CDL, 22-08-1944.

[...] Les propositions de révocations devront être motivées ainsi que le choix des remplaçants. Joindre au besoin tous témoignages écrits sur les faits reprochés aux élus jugés indignes. Les dossiers ainsi constitués devront être transmis dans le plus bref délai au CDL à la Préfecture du Morbihan. » 85

22Cette impulsion depuis le haut, dont la portée est difficilement mesurable, entraîna la création d'une seconde génération de CLL avec un temps de retard sur la Libération, pendant le mois de septembre. Ces comités eurent une conception plus limitée de leur activité, ils furent beaucoup moins autonomes que les précédents. Ainsi, dans certaines communes, des individus se constituèrent dans un premier temps en comité, puis ils s'informèrent auprès du CDL afin de connaître le détail de leurs attributions. Le 20 septembre, le secrétaire du CLL de Bolazec écrit au CDL :

  • 86 ADF 31 w 401, lettre du CLL de Bolazec au CDL, 20-08-1944.
  • 87 ADF 31 W 403, procès-verbal de la séance, 9-10-1944.
  • 88 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, 1-10-1944.

23 « le comité vous fait savoir que son président est M. Conner P. cantonnier [...] En outre il vous demande de bien vouloir lui fournir tous les renseignements utiles pour sa tâche future » 86 . Dans le Finistère en particulier, une troisième génération de comités locaux, d'une nature voisine de la seconde génération, apparut au cours du quatrième trimestre 1944 et au début 1945, une fois encore suite à l'impulsion du CDL. Au lendemain d'une réunion à laquelle avait participé le président Le Goaziou à Rennes avec les autres CDL, il décida, dans sa séance du 9 octobre 1944, d'instituer des comités locaux dans toutes les communes du département 87 . Une grande proportion de CLL finistériens semble appartenir à cette génération tardive. Dans certains cas, des comités de résistance précocement assoupis ont été remplacés dans la même commune par un comité local de composition radicalement différente. Le CDL ne fut pas le seul a favoriser l'émergence des CLL. Le préfet du Finistère signala, fin septembre, la création « d'un grand nombre de CLL surtout dans la région de Morlaix où le Dr Fichez du CNR (faisait) une tournée en vue de favoriser la constitution de [...] comités (locaux) » 88 , fait d'autant plus étonnant que la région de Morlaix avait assisté à la naissance des comités de résistance les plus précoces du département.

24 Avec trois générations de CLL présentes dans les trois départements, l'hétérogénéité de ces comités est beaucoup plus importante que dans les Côtes-du-Nord. En Ille-et-Vilaine, on parle des « comités patriotiques » dans un premier temps, témoignant ainsi d'une identité moins héroïque que les comités de résistance. La carte n°3 des CLL du Finistère a été réalisée à partir de l'identité déclinée par les membres du comité dans leur lettre de demande d'agrément au CDL. Certains mettent en avant une étiquette résistante (FFI, FTPF, FN, ORA, DF, ou simplement résistant), parfois avec une identité très marquée comme à Plouguin :

  • « N'a pas effectivement fait partie des FFI pour raison de santé mais a toujours été sympathisant et nous a rendu beaucoup de services pendant cette époque. A sa place au comité de Libération ;
  • entré au maquis le 6 août 1944 ;
  • entré au maquis le 6 août 1944 ;
  • résistant dès 1940 mais effectivement au groupe Libération puis Défense de la France depuis mai 1942, entré au maquis le 31 mai 1944 ;
  • résistant dès 1940 et a travaillé efficacement, entré au maquis le 31 mai 1944 ;
  • entré au maquis le 6 août 1944 mais ayant fait ses preuves en 1943
  • entré au maquis le 6 août 1944 89  »
  • 90 ADF 31 w 405, lettre du CLL au CDL.

25 D'aucuns précisent leur encartement (PCF, SFIO, démocrate populaire, CGT, etc.). Certains signalent simplement leur représentativité sociale ou culturelle (catholique, femme, cultivateur, instituteur, etc.). D'autres affichent une identité patriote (chevalier de la légion d'honneur, veuve de guerre trois enfants, mutilé de guerre 14-18, ancien combattant 14-18, femme de prisonnier, prisonnier rapatrié, avait ses deux fils dans la Résistance, veuve d'un FFI, etc.). Ainsi, certains CLL tardifs ont une dimension exclusivement patriotique. À Trémaouezan, le CLL formé le 17 janvier 1945 est composé uniquement : »(d') anciens combattants, anciens prisonniers ou pensionnés de guerre » 90 . Celui du Folgoët, constitué le 15 janvier 1945, présente ses membres comme :

  • « ancien combattant 14-18 au front pendant toute la campagne croix de guerre père de trois enfants ;
  • réfractaire classe 1942 ;
  • ancien combattant 14-18 deux blessures croix de guerre ;
  • résistant OCM père de 4 enfants ;
  • combattant en 1939 FFI en 1944 blessé ;
  • combattant et prisonnier de guerre en 1939 en 1944 FFI blessé ;
  • combattant et prisonnier de guerre en 1939 ;
  • prisonnier de guerre de 14-18 deux blessures réfractaire à tout travail comme requis père de 7 enfants mineurs ;
  • ancien combattant 14-18 et résistant ;
  • combattant 1939 croix de guerre et 1944 FFI ;
  • combattant 1939 huit mois de camp de jeunesse 1944 FFI ;
  • ancien combattant 14-18 une blessure 50 mois de front père de 10 enfants. » 91

26Identités remarquables pour l'époque, où la primauté est donnée aux combattants de 1939, les soldats de la défaite, le brassard FFI ne venant qu'en complément de l'uniforme porté pendant la campagne de France (n° 5, 6, 10 et 11). De même, l'ancien combattant de 14-18 a l'ascendant sur le résistant (n°9). C'est dire que l'identité résistante des membres de ce comité est faible. La mise en avant des blessures chez les FFI (n°5, 6) rappelle, d'ailleurs, l'identité des anciens combattants de la Grande Guerre.

27 Celui de Goulven, constitué également le 15 janvier 1945, décline l'identité de ses membres de manière plus naïve, insistant sur l'aspect non collaborateur de ses membres (n°2 et 6) :

  • « prisonnier rapatrié FFI ;
  • non collaborateur ;
  • prisonnier rapatrié ;
  • FFI (président du CLL) ;
  • prisonnier non rapatrié ;
  • ancien combattant de 14-18 non collaborateur (vice-président du CLL) ;
  • FFI ;
  • FFI. » 92
  • 93 ADF 31 W 404, lettre du CLL au CDL.

28 Quant à celui de Lennon, il décline l'identité patriotique de cinq membres sur sept avec une formule sibylline : « A fait réellement preuve de patriotisme pendant ces 4 dernières années » 93 . Par conséquent, il est évident que l'activité des CLL s'est inscrite dans la diversité la plus large, à l'aune de laquelle le dualisme local est à mesurer.

29Les CLL correspondent à des formes variées d'organisation. Il peut s'agir d'une municipalité insurrectionnelle, comme d'un comité d'épuration, ou d'un réseau élémentaire de correspondants du CDL. Il peut s'agir également d'un prolongement du conseil municipal en titre, voire d'une sorte de club de résistance de clocher. Aussi, la réalité d'un dualisme local est extrêmement complexe à saisir dans la mesure où, pour le vérifier, il faut être très au fait de la vie politique locale et des relations entretenues à la base entre le CLL et la municipalité.

30Trois types élémentaires de relations CLL/municipalité rassemblent l'ensemble des situations.

  • 94 ADIV 43 W 141, motion de confiance au général de Gaulle adressée par le comité patriotique de Sain (...)

31 Le type 1 réunit les comités locaux qui se considèrent en dehors du pouvoir municipal. Ils peuvent correspondre à de simples clubs et s'inscrivent pleinement dans la légalité républicaine. Le comité patriotique de la Libération de Saint-Brice-en-Coglès (Ille-et-Vilaine) est représentatif de ce type. Le président du comité, le chanoine Fontaine, curé doyen du regroupement paroissial, pour faire authentifier les documents du comité, les faisait contre-signer par le maire 94 .

  • 95 ADCA 1140 W 5, présence d'un courrier important entre Merdrignac et le CDL dans cette liasse.
  • 96 ADCA 1140 W 1, présence d'un courrier important entre Languédias et le CDL dans cette liasse.
  • 97 ADCA 1140 W 20, installation des nouvelles municipalités.

32 Le type 2 rassemble les comités rattachés à la municipalité en titre, soit par la présence du maire ou de quelques conseillers municipaux influents, soit par un jeu similaire en réunissant des personnalités de l'ancienne municipalité révoquée par Vichy. Ils œuvraient de la sorte pour le maintien ou le rétablissement du conseil municipal. À Merdrignac (Côtes-du-Nord), le maire radical-socialiste Arsène Hello, évincé pendant l'Occupation par le notaire Gaborel, recouvrit son mandat à la Libération tout en présidant le CLL. À cette époque, il signait son courrier officiel en tant que « président de la Libération » 95 . De même, le président du comité de Languédias (Côtes-du-Nord) était aussi le maire en activité 96 . Ainsi, l'assemblée municipale de Languédias fut parmi les premières à être intégralement maintenue dès fin août 1944, « en accord avec le CLL », avait précisé à l'époque le maire- président Albert Charpentier 97 .

  • 98 ADIV 43 W 142, lettre du 26-12-1944 d'un habitant de Plobannalec au préfet.
  • 99 ADIV 43 W 142, pétition des habitants du bourg de Plobannalec adressée au préfet, 25-12-1944.
  • 100 Lagrée M., Religion et cultures en Bretagne 1850-1950, (...)
  • 101 Monnier J.-J., op. cit., p. 200. J.-J. Mo (...)

33 Le type 3 réunit les comités rassemblant des membres de la Résistance ou de sa mouvance qui souhaitaient prolonger la libération locale par une prise de pouvoir politique, mettant les administrés devant le fait accompli. Souvent, sous les fractures de la Libération rejouèrent des failles plus profondes. Les conflits de l'été / automne 1944 qui ont déchiré la commune de Plobannalec (Finistère) étaient présentées par un habitant du bourg comme des oppositions entre « une population rurale (et) une population maritime » 98 . Le CLL de Plobannalec était en fait composé par des habitants du petit port de pêche de la commune : Lesconil. Ceux-ci, dans le contexte de la Libération, accaparèrent le pouvoir municipal et déplacèrent le centre de gravité de la commune de la terre vers la mer, 4 km plus au sud. Tout en installant les services municipaux à Lesconil, ils déménagèrent les archives communales, puis entreprirent d'ouvrir un second cimetière municipal aux portes du petit port de pêche : la prise de pouvoir passait par le déplacement des lieux d'identité, par l'accaparement des sites d'enracinement, par l'appropriation de la mémoire de la localité. Par la suite, devenus majoritaires au sein de la délégation spéciale, ils acceptèrent de réinstaller la municipalité au bourg, non dans les bâtiments de la mairie précédente, mais dans les locaux de l'ancienne école des filles 99 . Ce conflit de la Libération qui opposait le CLL à l'ancienne municipalité était présenté de manière classique à l'époque, par les victimes, comme une situation opposant « un groupe d'agitateurs de Lesconil » à « la municipalité (qui a) donné l'exemple de la résistance pendant l'occupation ». Il jouait également sur des tensions traditionnelles dans cette localité : gens de la terre / gens de la mer, arrière-pays pratiquant / pêcheurs déchristianisés 100 , arrière-pays catholique / petites communautés protestantes chez les pêcheurs, arrière- pays de droite / bordure littorale de gauche 101 .

  • 102 ADCA 1 J 16 n°6342, CLL de Trégastel, PV du 12-08-1944.
  • 103 Le secrétaire en chef en place assurant les fonctions de sous-préfet jusqu'à cette date.
  • 104 ADCA 1140 W 26.
  • 105 ADCA 1 J 16 n°6342, CLL de Trégastel, PV du 10-08- 1944.
  • 106 ADCA 1 J 16 n°6342, CLL de Trégastel, PV du 12-08-1944.
  • 107 ADCA 1 J 16 n°6342, manuscrit, encre violette, 3 feuilles de cahier d'écolier, notes du discours p (...)

34 Trégastel (Côtes-du-Nord) a vécu une situation voisine. Le comité de Résistance, constitué officiellement le 10 août 1944, organisa le surlendemain un « conseil de gérance » chargé de prendre en main les affaires municipales 102 . Il fut présenté au sous-préfet de Lannion le 13 août 103  ; celui-ci le refusa, précisant qu'il devait être constitué en composant avec des membres de l'ancien conseil municipal. Ce fut plus ou moins tenté par les membres du CLL, sans aboutir. L'ancienne assemblée municipale fut entièrement dissoute et remplacée par une délégation spéciale exclusivement issue des propositions du CLL 104 , le 8 novembre 1944. Trégastel fut une des dernières municipalités officiellement installées dans les Côtes-du- Nord. Ainsi, dès la Libération de la commune, le CLL s'est approprié la municipalité, mettant devant le fait accompli les administrés et l'ancienne municipalité. Une chronologie fine est essentielle pour comprendre cette mécanique. Le 10 août, le CLL se constitue dans un lieu semi-public : la salle d'un café. Il était composé de treize membres, dont deux femmes, tous appartenant au FN, tous gens du bourg, anticléricaux, du cercle de l'école publique. La création du CLL mise à part, l'unique décision prise ce jour- là est une mesure d'épuration : la tonte d'une dizaine de femmes sur la place publique 105 . Ainsi, au départ, le CLL s'approprie le pouvoir judiciaire et dispose d'un ascendant sur la seule force armée locale légitimée par la Libération. C'est seulement deux jours plus tard, après les tontes publiques, que le CLL décide de destituer le conseil municipal en place, considérant qu'il fait preuve « d'inertie » et de « carence » : autrement dit, il ne prenait pas les mesures d'épuration qui paraissaient s'imposer ; c'est du moins ce qui transparaît à la lecture du procès-verbal du 12 août : « Le président rend compte des opérations qui viennent de se dérouler. Le public vient d'obtenir une première satisfaction et une première sanction a été appliquée. En présence de l'inertie et de la carence de l'assemblée municipale, le comité propose de prendre en main la direction de la commune » 106 . Par conséquent, c'est sur la base des mesures d'épuration publique que le CLL appuie sa légitimité, les différences d'attitude des uns et des autres pendant l'Occupation semblant reléguées au second plan. En effet, malgré une composition politique exclusive (ce CLL était de fait un comité FN), le président du conseil de gérance et futur maire s'adressa en des termes d'union aux habitants de la commune. Il mit en avant, dès le premier discours prononcé une dizaine de jours après sa prise de fonction, la communauté de destin à laquelle appartenaient « tous » les habitants de la commune : « Je fais appel à tous, je le répète, sans distinction d'opinion ni de parti, nous sommes actuellement des Français qui avons souffert physiquement et moralement, je fais appel à toutes les bonnes volontés pour, que tous ensemble, nous redonnions à notre cité, sa vie calme, et sa prospérité » 107 . Le CLL par la suite se réunit dans les locaux de la mairie, et travailla de concert avec le conseil municipal, y compris après les élections d'avril 1945, étant donné que la liste issue de la délégation spéciale fut confirmée par les municipales. Cela étant, les rôles n'étaient pas confondus. Le président du comité de Résistance n'était pas celui du conseil de gérance, bien qu'il en fut membre avec six autres. Le président-maire du conseil de gérance, puis de la délégation spéciale, était membre du CLL, son épouse en assurant la vice- présidence ; lui-même présidait la « commission publique d'épuration », le vice-président et le secrétaire de cette commission étant eux-mêmes membres du CLL. Dans le cas de Trégastel, le comité de Résistance joua plutôt un rôle de bureau politique. Il ne gérait pas la municipalité, c'était l'attribution du conseil de gérance, mais il prenait les décisions concernant la constitution des listes de la délégation spéciale pour les élections municipales, les relations avec la préfecture et le CDL. Surtout, il se préoccupait des affaires d'épuration et de l'animation de la vie patriotique de la cité (organisation des commémorations et cérémonies patriotiques). Si les rôles n'étaient pas confondus, il existait une étroite complémentarité entre les trois organismes. Une dernière remarque conduit à envisager la réalité d'un dualisme local, ce sont les autorités reconnues par ces organismes. Il est clair que les communes insurrectionnelles avaient plus tendance à s'en remettre aux hiérarchies issues de la Résistance, en l'occurrence le FN et surtout le CDL, et plus rarement le CNR, dès lors que le CDL n'avait pas la confiance de ces organismes. De même, en ce qui concerne les forces armées, la préférence allait aux FFI, non aux gendarmes. Nonobstant, même ces municipalités qui représentaient un cas extrême admettaient que le sous-préfet et le préfet restassent l'autorité supérieure.

  • 108 Le Fouet, 31-12-1944, pour le congrès de Vannes du 23 -11-1944 ; (...)

35 Les préoccupations essentielles des comités concernaient l'épuration locale. La très grande majorité des interventions des représentants des CLL aux congrès de Vannes et de Saint-Brieuc portèrent exclusivement sur l'épuration 108 . Les seuls participants qui essayèrent d'élargir le champ des débats sur des questions de politique générale étaient des membres du CDL à Saint-Brieuc, en l'occurrence Henri Avril, en abordant la thématique de la renaissance française. Cette réalité conduit à considérer l'action des CLL en termes de révolution municipale, l'épuration étant un moyen de changer les élites locales et par conséquent la vie politique locale ; elle amène également à minorer cette révolution municipale, car l'épuration locale se limitait le plus souvent à un objectif en soi. Elle intégrait, par là-même, la réalité des conflits locaux de la Libération dans le temps long des tensions intra-communautaires qui réduit le débat politique communal à des affaires de personnes, à des préoccupations très concrètes et immédiates. En se concentrant sur l'épuration, les CLL cristallisèrent les passions et les haines des communautés locales, d'où une ambivalence de l'autorité préfectorale quant à l'appréhension de l'action et de l'assise locale véritable des comités. La mesure de la réalité du dualisme local conduit à un bilan partagé.

  • 109 Les statistiques qui suivent ont été réalisées à partir de la série portant sur l'installation des (...)

36 Les Côtes-du-Nord sont le département le plus propice à la réalisation de cette mesure. Les CLL ont été totalement impliqués dans le processus d'épuration des conseils municipaux issus des élections de 1935. La désignation des nouveaux membres des conseils municipaux s'est faite sur la base de leurs propositions. Par ailleurs, ce département était le plus agité pendant l'été et l'automne 1944 : il offre ainsi l'étude d'une situation extrême. Or, le compromis entre les élus de 1935 qu'il s'agissait de maintenir ou de rétablir et les CLL auto-proclamés s'est fait plutôt à l'avantage des conseils municipaux formés avant la guerre. Sur 387 conseils municipaux 109 , 86 (22 %) ont été maintenus intégralement, alors que 10 seulement ont été entièrement changés, dont celui de Trégastel, ce qui nuance d'autant la proportion de CLL ayant constitué une municipalité de type insurrectionnel. 206 (53 %) ont maintenu en majorité des élus de 1935. Par conséquent, trois assemblées municipales sur quatre étaient encore dirigées fin 1944 par des notables locaux dont la légitimité remontait à des élections vieilles de dix ans. Au total, sur les 5033 conseillers municipaux du département en place fin 1944,3358 (67 %) avaient été élus en 1935. 1675 nouveaux siégèrent aux conseils municipaux ; certains remplaçaient en réalité la majeure partie des 234 élus n'ayant pas récupéré leur siège pour des raisons étrangères à l'épuration (décès, déménagement, démission antérieure à la guerre). Ainsi, même si la révolution municipale reste un phénomène réel et important, elle demeure, en Bretagne, une réalité minoritaire.

  • 110 Cf. loi du 16 novembre 1940 portant réorganisation des corps municipaux, (...)
  • 111 Ce fut le cas à Paimpol, Pédernec, Plédran, Plénée-Jugon, Ploubalay, Ploubezre, Plouër, Plouézec, (...)

37 Cependant, au-delà des personnes, les mentalités ont changé. Parmi les élus maintenus dans les Côtes-du-Nord, on compte un bon nombre de membres des CLL, et parmi eux des maires. Des changements notables se sont produits dans la redistribution de la pensée politique, y compris en comptant avec le maintien des mêmes individus. Un glissement important favorable à la gauche s'est réalisé, en Bretagne comme ailleurs en France. En Bretagne, parmi les changements importants, on compte l'entrée massive des communistes dans les conseils municipaux et la présence relativement importante des femmes. La réalité féminine dans les assemblées locales issues de la Libération est somme toute modérée. 68 conseillères siégèrent aux côtés de 4 965 conseillers (1,3 %). Seulement 41 communes de moins de 2 000 habitants (13 %) comptèrent au moins une femme au conseil municipal, et ce fut le cas pour 31 (48 %) des 65 communes supérieures à 2 000 habitants. Au demeurant, la présence féminine dans les conseils municipaux ne fut pas une révolution en soi. En effet, depuis 1941, des femmes siégeaient officiellement comme conseillères municipales après avoir été désignées par arrêté préfectoral 110 . D'ailleurs, parmi les 68 conseillères municipales fin 1944, certaines étaient au nombre des conseillers maintenus à l'automne 1944. En effet, certaines assemblées municipales se sont masculinisées à la Libération, les conseillères municipales désignées sous l'Occupation par le préfet n'ayant pas été maintenues ni remplacées par des délégués du comité local de leur sexe. Ce phénomène de masculinisation a été vérifié dans une quinzaine de conseils municipaux ; c'est un minimum 111 .

38La réalité d'un pouvoir concurrent d'origine insurrectionnelle qui s'exprimerait en dehors de la légalité du journal officiel est largement à nuancer. Dans les départements où les CDL étaient les plus modérés, ce furent eux qui favorisèrent la massification des CLL, et très majoritairement les comités locaux ont fonctionné comme des comités d'épuration. Le cas des CLL s'appropriant le pouvoir municipal a été assez peu répandu : le plus souvent, les comités locaux et les municipalités coexistèrent ou s'ignorèrent pour le moins, voire fonctionnèrent en symbiose pour le mieux.

Notes

1 Les mémoires de guerre du général de Gaulle, et en particulier le tome 3, publié en 1959, ont été un vecteur important du mythe du complot communiste à la Libération. Ces mémoires, ne l'oublions pas, ont été rédigés pendant la guerre froide et ses prolongements immédiats ; le texte dactylographié du tome 1 était achevé dès février 1954.

2 Buton P., Le PCF à la Libération - Stratégie et Implantation, Thèse de doctorat, Paris I, 1988, exemplaire dactylographié, 2 vol., 809 p. Version publiée : Buton P., Les lendemains qui déchantent - le PCF à la libération, PFNSP, 1993, 352 p.

3 Laborie P., « La Libération de Toulouse vue par le pouvoir central, représentations mentales et enjeux de pouvoir », dans Trempé R. (s.d.), La Libération dans le midi de la France , Eché, 1986, p. 149- 173.

4 Laborie P., « La Libération... op. cit., p. 166.

5 Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), Les pouvoirs en France à la Libération, Belin, 1994, 592 p.

6 11-07-1980 : entretien réalisé par C. Bougeard avec M. Cosson.

7 ADCA 2 W 96, lettre du général X au préfet, 14-10-1944.

8 ADIV 43 W 168, rapports du préfet des Côtes-du-Nord, pour les mois d'août et septembre 1944.

9 On peut en trouver quelques exemples dans la correspondance générale entre le CR et les Côtes-du- Nord pour août 1944-1946, cf. ADIV 43 w 141. Cela étant, ce type de lettre se trouve en quantité dans les enquêtes qui ont suivi la Libération, par exemple ADCA 2 W 94 à 100, ADF 210 W 45 à 49, dans les dossiers de la sécurité militaire, dans les archives du contrôle technique, ADM 13154, etc.

10 43 W 128 voir les synthèses adressées par Le Gorgeu en août et septembre 1944.

11 ADCA 1140 W 2, PV des réunions du CDL et rapports mensuels au CNR ; 1140 W 3 : courrier aux CLL et aux CDL des autres départements, entre autres.

12 Bougeard C., « Un département breton dans la fièvre de la Libération : les Côtes-du-Nord, juin- septembre 1944 », 107 ème Congrès National des Sociétés Savantes, 1984, p. 457-468.

13 43 W 128, rapport du délégué régional à l'information, 25-08-1944.

14 43 W 128, le CR, lettre à M. Pleven ministre des colonies, 10-09-1944.

15 Laborie P., « La Libération... op. cit., p. 149-173.

16 En Ille-et-Vilaine, l'île de Cézembre, la dernière place forte allemande, avait rendu les armes le 2 septembre.

17 Nombre de documents convergent sur le fait que les RG semblent avoir été beaucoup plus utilisés par des commanditaires les plus divers dans la répression de la collaboration (y compris des simples comités d'épuration) que dans la surveillance politique et l'information du gouvernement central, et ce jusqu'à la fin 1944 au moins. Des mises au point répétées du ministère de l'intérieur n'ont réussi à rectifier cette situation que fin décembre 1944/début 1945.

18 Crémieux-Brilhac J.-L., La France Libre... op. cit., p. 765.

19 Ordonnance du 21 avril 1944 titre V.

20 Crémieux-Brilhac J.-L., La France Libre... op. cit.

21 Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), op. cit.

22 Dans le Morbihan il ne fut constitué qu'en février et au printemps seulement pour le Finistère. Cf. Sainclivier J., La Bretagne de 1939 à nos jours, op. cit., p. 125.

23 ADF 178 W 21.

24 Bougeard C„ « Les Côtes-du-Nord », dans Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), op. cit., p. 399.

25 Sainclivier J., « Le pouvoir résistant (été 1944) », Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), op. cit., p. 32- 33.

26 Bougeard C., « Les Côtes-du-Nord », dans Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), op. cit., p. 395-405.

27 ADIV 43 w 168, rapport du préfet, 18-10-1944.

28 ADIV 43 W 168, rapport du préfet, 4-11-1944.

29 ADCA 1140 W 1, rapport sur l'histoire du CDL, 5 pages dactylographiées, rédigé vraisemblablement vers novembre 1944.

30 ADCA 1140 W 1, congrès départemental des CLL, Saint Brieuc le 8-02-1945, notes manuscrites de séance.

31 ADIV 43 W 150, dossier Gamblin.

32 ADIV 43 W 150, dossier Avril.

33 ADIV 43 W 150, dossier Avril, télégramme officiel chiffré, le CR au ministre de l'intérieur, 27-05-1945.

34 ADCA 1140 W 1, congrès des CLL du 8-02-1945, notes de séances manuscrites, intervention d'H. Avril.

35 Butler M.-H. et Sainclivier J.,. » l'Ille-et-Vilaine », dans Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), op. cit., p. 406-416.

36 3-11-1994, entretien avec Charles Foulon.

37 ADIV 43 w 167, rapport du préfet, 2 -02-1945.

38 Foulon C.-L., Le CDL d'Ille-et-Vilaine, mémoire de maîtrise, Rennes 2, exemplaire dactylographié, 1970, 140 p. C.-L. Foulon écrit que le CDL s'éteignit en 1948 ; dans les faits, de la fin 1945 à 1948, son maintien est purement symbolique.

39 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, 1-10-1944.

40 Note du CDL du Finistère publiée dans le Télégramme de Brest et de l'Ouest, 18-09-1944.

41 Les autres CDL ont conservé leurs archives. Dans les Côtes-du-Nord, elles n'ont été déposées aux ADCA qu'à la fin de la décennie 1980 ; quant au Morbihan, elles ont vraisemblablement été détruites, et en Ille-et-Vilaine, elles demeurent introuvables.

42 ADF 31 W 402, lettre du préfet, 18-12-1946.

43 ADF 31 W 402, lettre, 23-01-1947.

44 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 16-08-1944.

45 Députée à l'Assemblée consultative, en août 1944, elle fut chargée d'une mission d'aide à la mise en place des comités de libération dans quelques régions de zone nord pendant les combats, cf. Aubrac R., Où la mémoire s'attarde, Odile Jacob, 1996, p. 129.

46 ADIV 43 w 171, rapport du préfet, 16-08-1944.

47 ADIV 43 W 182, organisation des CDL. Il était au nombre des 11 CDL sur 73 à compter une majorité de droite ou modérée, cf. Foulon C.-L., « L'opinion, la Résistance et le pouvoir en Bretagne à la Libération », RH2GM, n°117, 1980, p.96 n.17.

48 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 21-08-1944.

49 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 30-08-1944.

50 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 17-10-1944.

51 ADM M 13224, voir les lettres que le préfet adressait au président du CDL.

52 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 17-10-1944.

53 Le Fouet, 31-12-1944.

54 Ibid.

55 Les CDL se mirent en sommeil fin 1945 / début 1946 suite à l'élection des conseils généraux. Dans les Côtes-du-Nord, Nicolas cessa d'animer le CDL en 1947, mais les derniers vœux prononcés par le comité remontaient au 1-12-1945 (cf. ADCN 1140 W 1) ; de même, dans le Finistère le CDL cessa de se réunir fin 1945 (cf. ADF 31 W 402).

56 Lettre reproduite dans Le Fouet, 2-06-1945.

57 Le Fouet, 24-11-1945.

58 ADF 178 W 21.

59 ADF 31 W 402, lettre circulaire du ministre de l'intérieur aux préfets du 12-01-1946 - a/s CDL, précise que malgré l'extinction des CDL ils peuvent se maintenir dans le cadre associatif défini par la loi de 1901.

60 Ordonnance du 21 avril 1944 portant organisation des pouvoirs publics en France après la libération, titre 1 er .

61 Buton P., Les lendemains... op. cit., p. 73-75.

62 Cf. circulaire du PCF sur l'organisation des CLL destinée aux cadres du parti de la région parisienne, diffusée en juin 1944. Citée par Buton P., Les lendemains...op. cit., p. 73.

63 Buton P. et Guillon J.-M. (s.d.), op. cit.

64 Sainclivier J., « Le pouvoir résistant », op. cit., p. 35-37.

65 ADF 178 W 21.

66 Entretien avec Charles Foulon. Lors de l'entretien, celui-ci n'avait que de très mauvais souvenirs des CLL.

67 ADCA 1140 W 2.

68 ADCA 1140 W 1, rapport sur l'histoire du CDL.

69 ADCA 1140 W 18 à 26, installation des nouvelles municipalités à la Libération.

70 ADCA 1140 W 1, congrès départemental des comités, liste des délégués par canton.

71 ADF 31 W 401 à 405, comités de Libération.

72 Le Fouet, 31-12-1944 et 21-04-1945 ; et ADIV 43 W 171 rapports du préfet des 30-11-1944 et 30-04-1945.

73 ADIV 43 W 171, rapport du préfet, 30-04-1945.

74 ADCA 1140 W 1, congrès départemental des comités, notes de séances manuscrites du discours de bienvenue de Royer maire de la Libération de Saint-Brieuc.

75 Foulon C.-L., Le CDL... op. cit.

76 ADIV 43 W 167.

77 ADCA 1140 W 1, rapport sur l'histoire du CDL.

78 ADCA 1140 W 18 à 26.

79 ADCA 1 J 16 n°6342, CLL de Trégastel, PV du 10-08-1944.

80 ADCA 1140 W 5, courriers au CDL, septembre 1944.

81 ADCA 1140 W 1, courrier du CLL de Gomméné au CDL, 8-03-1945.

82 ADCA 1140 W 22, installation des nouvelles municipalités à la Libération.

83 ADF 31 W 403, PV de la première séance du CDL, 17-08-1944.

84 Cf. entretien avec C. Foulon.

85 ADM 13224, note sur les CLL, réalisée par le CDL, 22-08-1944.

86 ADF 31 w 401, lettre du CLL de Bolazec au CDL, 20-08-1944.

87 ADF 31 W 403, procès-verbal de la séance, 9-10-1944.

88 ADIV 43 W 169, rapport du préfet, 1-10-1944.

89 ADF 43 W 404, lettre du CLL au CDL.

90 ADF 31 w 405, lettre du CLL au CDL.

91 ADF 31 W 403, lettre du CLL au CDL.

92 ADF 31 W 403, lettre du CLL au CDL

93 ADF 31 W 404, lettre du CLL au CDL.

94 ADIV 43 W 141, motion de confiance au général de Gaulle adressée par le comité patriotique de Saint-Brice, 9-09-1944.

95 ADCA 1140 W 5, présence d'un courrier important entre Merdrignac et le CDL dans cette liasse.

96 ADCA 1140 W 1, présence d'un courrier important entre Languédias et le CDL dans cette liasse.

97 ADCA 1140 W 20, installation des nouvelles municipalités.

98 ADIV 43 W 142, lettre du 26-12-1944 d'un habitant de Plobannalec au préfet.

99 ADIV 43 W 142, pétition des habitants du bourg de Plobannalec adressée au préfet, 25-12-1944.

100 Lagrée M., Religion et cultures en Bretagne 1850-1950, Fayard, 1992, p. 133.

101 Monnier J.-J., op. cit., p. 200. J.-J. Monnier précise que les variations politiques de la gauche à la droite dans le pays bigouden se réalisent à 2 / 3 km de la côte.

102 ADCA 1 J 16 n°6342, CLL de Trégastel, PV du 12-08-1944.

103 Le secrétaire en chef en place assurant les fonctions de sous-préfet jusqu'à cette date.

104 ADCA 1140 W 26.

105 ADCA 1 J 16 n°6342, CLL de Trégastel, PV du 10-08- 1944.

106 ADCA 1 J 16 n°6342, CLL de Trégastel, PV du 12-08-1944.

107 ADCA 1 J 16 n°6342, manuscrit, encre violette, 3 feuilles de cahier d'écolier, notes du discours prononcé par le président du conseil de gérance vers le 24 ou 25 août 1944.

108 Le Fouet, 31-12-1944, pour le congrès de Vannes du 23 -11-1944 ; Le Fouet, 4-03-1945 sur la réunion extraordinaire des CLL du Morbihan du 22-02-1945 à Vannes ; ADCA 1140 W 1, notes de séances du congrès de février 1945 de Saint-Brieuc.

109 Les statistiques qui suivent ont été réalisées à partir de la série portant sur l'installation des nouvelles municipalités à la Libération, ADCA 1140 W 18 à 26.

110 Cf. loi du 16 novembre 1940 portant réorganisation des corps municipaux, JORF du 12 décembre 1940. Il était prévu pour les communes supérieures à 2 000 habitants dont désormais les maires et conseillers municipaux étaient nommés, article 13 : que les conseils municipaux comptent au moins « une femme qualifiée pour s'occuper des œuvres privées d'assistance et de bienfaisance nationales », article 14 « peuvent être nommés conseillers municipaux les personnes âgées de 25 ans accomplis, appartenant à l'un ou l'autre sexe. »

111 Ce fut le cas à Paimpol, Pédernec, Plédran, Plénée-Jugon, Ploubalay, Ploubezre, Plouër, Plouézec, Plougonver, Ploumagoar, Plounévez-Moadec, Plounévez-Quintin, Pommerit-le-Vicomte, Quintin, Saint-Cast. À Tréguier, deux conseillères municipales siégeaient sous Vichy, une seule était au nombre des conseillers municipaux à la Libération.

Table des illustrations

Titre Carte n° 3. Comités locaux de libération du Finistère (1944-1945)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8873/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540