Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons au lendemain de l'Occupation

 | 
Luc Capdevila

Première partie. Le plus grand nombre dans l'attente de la Libération, entre violence, souffrance et peur (juin - août 1944)

Chapitre 2. Le processus de brutalisation précédant la Libération

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Si la notion d'insurrection générale ne mesure pas le réel avec une précision suffisante, l'embrasement général de la région devient la réalité vécue à partir du débarquement. Toutes les forces militaires en présence renforcent leurs comportements agressifs, elles accroissent les violences en intensité et en brutalité. Les Bretons sont ainsi plongés dans un abîme d'horreurs, de douleurs et de peurs.

  • 1 ADCA 2 W 91, mitraillages, bombardements, attentats (juin - juillet 1944). Au total : 56 attaques (...)

2Début juin, les forces alliées multiplient les offensives aériennes. Le relevé des mitraillages et bombardements, effectué à la demande du préfet des Côtes-du-Nord, signale de nombreuses attaques alliées, quotidiennes, dans la première partie du mois de juin1. Les objectifs de ces raids aériens alliés sont, bien évidemment, militaires. Ils n'épargnent pas les populations désarmées pour autant. Les bombardements de ponts, de transformateurs, de trains, les mitraillages de gares et de convois font des victimes civiles, détruisent des habitations, incendient des fermes. La carte levée (carte n° 1) signale des points d'impact sur l'ensemble du département. La majorité des communes n'est pas directement victime de ces attaques. Sur les 378 communes du département 40 essuient des bombardements ou mitraillages alliés pendant cette période, la répartition des points d'impact est telle que chacun dans les Côtes-du-Nord peut se sentir menacé. Même des bourgs relativement retirés, car à l'intérieur des terres et loin des villes, subissent des attaques de l'aviation alliée : un train de voyageurs est mitraillé entre Carnoët et Locarn le 7 juin, bilan : 4 morts et 3 blessés ; le 8 juin, une bombe tombe sur une ferme près de la Chapelle Blanche : un mort, etc.

Carte n° 1. Attaques aériennes entreprises par les Alliés dans les Côtes-du-Nord entre le 6 et le 30 juin 1944

Carte n° 1. Attaques aériennes entreprises par les Alliés dans les Côtes-du-Nord entre le 6 et le 30 juin 1944
  • 2 ADIV 213 w, dossier n° 262, rapport de l'intendant de police, 16-04-1944
  • 3 Huguen R., Chronologie de la Résistance, cité par Bougeard C., dans Histoire... op. cit., p. 103.

3La Résistance applique les différents plans de sabotage prévus par les Alliés, les mots d'ordre d'insurrection sont diffusés dans la nuit du 5 au 6 juin. La Résistance bretonne n'avait pas attendu cette date pour s'engager dans la guérilla. Un rapport de l'intendant du maintien de l'ordre témoigne d'une progression constante des attentats durant l'année écoulée. En juillet 1943, 28 attentats étaient recensés à l'échelle de la Bretagne, 348 étaient dénombrés en mars 19442. À la veille du débarquement ils sont devenus massifs et quotidiens. La progression n'en est que plus forte à compter du 6 juin. Ces actions se produisent un peu partout dans la région, avec une plus forte densité dans l'Ouest et le centre de la péninsule. En moyenne, quotidiennement 5 à 8 attentats ou accrochages se produisent dans les Côtes-du-Nord en juin/juillet 19443, c'est-à-dire autant qu'à l'échelle de la Bretagne tout entière au début de l'année 1944. La multiplication des largages d'armes et la présence de parachutistes alliés, les missions Jedburgh (une dizaine d'équipes droppées en Bretagne en juin et juillet), les commandos SAS (parachutés la nuit du 5 au 6 juin au-dessus de la forêt de Duault dans les Côtes-du-Nord et des landes de Lanvaux dans le Morbihan) renforcent les maquis. Certains sont organisés de manière militaire. C'est le cas du maquis AS de Coat Mallouen en Plésidy qui compte 300 hommes encadrés par des parachutistes de Duault au début juillet. Ces concentrations de partisans, d'accrochages de plus en plus sérieux (la bataille de Saint-Marcel demeurant une exception) ont été perçus par l'armée allemande comme une menace véritable.

  • 4 Delperrié de Bayac J., Histoire de la milice, 1918-1945, Fayard, 1969, p. 298-307.
  • 5 ADIV 213 W dossier n° 262, rapport du commissaire de police judiciaire, 1-12-1944.

4Depuis le début de l'année 1944, la répression pratiquée par les troupes d'occupation et le régime de Vichy s'est considérablement renforcée. Joseph Darnand, désormais secrétaire d'État au maintien de l'ordre, dirigeant toutes les forces de police et de gendarmerie, instaure les Cours martiales par la loi du 20 janvier 19444. Elles permettaient d'accélérer la répression, autorisant la peine de mort en cas de soi-disant flagrant délit, c'est-à-dire lorsque les inculpés avaient été pris les armes à la main. Même si l'institution Cour martiale n'a pas été réunie à Rennes, la loi du 20 février 1944 instaurant le flagrant délit a été appliquée : l'intendant du maintien de l'ordre adressait directement les procédures à Darnand pour décisions. Des peines de mort ont été prononcées et exécutées5. Du côté des troupes d'occupation, une circulaire de février 1944 du Militärbefehlshaber in Frankreich ordonne de tirer sur les « terroristes », d'incendier les maisons d'où partent les coups de feu, et de procéder à des arrestations et à des déportations quand la population est complice. À partir du débarquement, autant les troupes d'occupation que les forces supplétives collaborationnistes radicalisèrent leur agressivité en raison de leur sentiment d'être prises au piège et de leur refus d'anticiper la défaite. On peut réduire à quatre les priorités des forces d'occupation en Bretagne en juin 1944 : 1°- appuyer le front en Normandie ; 2°- se protéger des attaques aériennes ; 3°- lutter contre les maquis et les parachutistes, (ce problème devient de plus en plus aigu dans le courant du mois de juin) ; 4préparer la défense des forteresses, c'est-à-dire des ports militaires de Brest, Lorient et Saint-Nazaire.

  • 6 ADIV 63 bi 44, extrait d'un « journal de guerre » allemand tenu du 6 au 30 juin 1944 par le lieute (...)

5Le journal de guerre tenu par un officier d'État Major du 25e corps d'armée basé à Pontivy présente un commandement allemand assez désorienté6. Dans un premier temps, il évalue mal la situation. Troublé par des leurres lancés par les Alliés, il croit à un débarquement aéroporté en Bretagne. Les Alliés avaient droppé des poupées de chiffon pour simuler des parachutistes et avaient également lâché des ballons blancs pour faire croire à des largages, le 6 juin, et ce conjointement à plusieurs vagues de bombardements sur l'aérodrome de Lorient. l'État Major comprend qu'il s'agit d'une manœuvre de diversion à grande échelle le 7 au soir. Parallèlement, étouffer l'embrasement de la guérilla en Bretagne devient une priorité. Il est incontestable que les actions de la Résistance gênent considérablement les Allemands et apportent un soutien non négligeable aux Alliés en train de consolider leurs positions en Normandie. Les forces d'occupation sont harcelées, leurs communications téléphoniques fréquemment coupées, l'axe routier du centre de la Bretagne est paralysé. l'État Major est tenu de faire monter une partie de ses troupes sur le front normand alors qu'il n'a plus la maîtrise des communications. C'est ainsi que la 27e DI allemande met 17 jours pour relier Redon à Avranches, traversant l'Ille-et-Vilaine avec une vitesse moyenne de 11 kilomètres par jour. La présence des parachutistes alliés, la concentration de certains maquis, celui de Saint-Marcel en particulier, inquiètent.

6La circulation pour les troupes allemandes est devenue dangereuse, en raison des embuscades tendues par la Résistance et des attaques aériennes alliées. Ordre leur est donné de circuler la nuit, de faire le plein de carburant sous couvert, de quitter les routes le jour. Les déplacements ne concernent pas que les armes motorisées. Les troupes circulent aussi à pied, à bicyclette, en voitures tirées par des chevaux, en particulier en ce qui concerne les forces supplétives russes de l'armée Vlassov. Les déplacements n'en sont que plus lents. La tension monte pendant tout le mois de juin. Pour l'État Major du 25e corps d'armée, se protéger de la Résistance est devenu obsessionnel, les mesures de répression s'élargissant à l'ensemble de la population.

  • 7 Sur le concept de culture de guerre lire la mise au point la plus récente de Audoin-Rouzeau S. et (...)

7La Résistance bretonne a assumé sa mission. Sabotages et embuscades ont empêché les troupes de l'Axe de progresser. Fin juillet, il est temps que les forces alliées entrent en Bretagne. Les harcèlements des partisans, l'offensive alliée, l'anticipation du repli ont conduit les Allemands à des violences extrêmes. Les autorités allemandes ont renforcé la répression en incluant les civils et désormais laissent leurs troupes se livrer à des exactions ; les soldats, les exécutants en général, commettent des actes de plus en plus atroces, c'est là un des aspects caractéristiques du développement de la culture de guerre7 : le processus de brutalisation qui concerne autant la nature même du conflit que la psychologie et les comportements individuels. Le prix payé par les FFI et les populations civiles est élevé. Il l'est encore plus au début du mois d'août, lors du repli des armées allemandes sur les forteresses, les ports militaires de Brest, de Lorient et de Saint-Nazaire afin de se préparer à d'éventuels nouveaux débarquements.

  • 8 Leroux R., Le Morbihan dans ta guerre, 1939-1945, Imprimerie de la manutention, 1991, p. 507.
  • 9 ADIV - 213 W, rapport de police, 4-09-1944.
  • 10 ADIV - 213 W, rapport de police, 4-10-1945.

8La Bretagne ne fait pas exception. La fin de l'Occupation s'est traduite sur l'ensemble du territoire par un cortège d'atrocités allemandes. Les massacres s'égrènent entre juin et août 1944 en Bretagne, jusqu'en novembre dans l'Est de la France, et concernent des résistants, des otages, de simples villageois. Les auteurs de ces actes de barbarie ne sont pas seulement des SS, sélectivement diabolisés par la mémoire collective, mais aussi des soldats de la Wehrmacht, et des troupes supplétives de l'armée allemande : Ukrainiens et Géorgiens de l'armée Vlassov, organisations collaborationnistes paramilitaires comme la formation Perrot, ou parapolicières telles que les groupes d'autoprotection, le Groupe d'Action pour la Justice Sociale du PPF et la milice Darnand. Ces exactions sont suffisamment nombreuses et aléatoires pour que chacun puisse anticiper, par son imaginaire, son propre martyre. Certes, les résistants sont les principales victimes de ces crimes. Refusant de voir dans les FFI des prisonniers de guerre, les Allemands multiplient les exécutions sommaires de partisans pendant l'été 1944. Une Cour martiale allemande siège au Faouët, au cœur d'une terre de maquis, elle prononce la peine de mort pour plus d'une soixantaine de résistants entre le 23 juin et le 2 août8. À Saint-Vincent-sur-Oust, six résistants furent fusillés le 22 juin 1944, après avoir été torturés, vraisemblablement par un groupe de la formation Perrot9. Le 25 juillet, une vingtaine de patriotes furent exécutés dans le bois de Colpo dans le Morbihan, après avoir été torturés, par des Allemands et quatre membres de la formation Perrot10. Ce ne sont que quelques exemples parmi d'autres, cette répression massive concernant également les civils.

9Dans l'enquête communale précédemment citée, 71 communes (53 %) répondent « oui » à la question : « Les Allemands ont-ils saisi des otages, exercé des sévices et des violences surtout à la fin de l'Occupation ? » Huit, soit 6 %, donnent une réponse nuancée. La municipalité de Douarnenez précise que le 6 août 12 personnes ont été arrêtées mais aussitôt relâchées, celle d'Ouessant confirme qu'il y a eu des otages mais pas de violences. Il semble bien que ces huit communes n'aient pas eu à subir de brutalités physiques de la part des Allemands. Il en est de même pour les 55 bourgs, 41 %, qui répondent « non » à cette question, Beuzec-Cap-Sizun faisant état de « violences sans gravités ». Ainsi, un peu plus d'une commune sur deux a acquis le sentiment d'avoir été victime de violences de la part des Allemands. L'évocation des brutalités s'égrène du simple « oui » sans commentaire à la dénonciation de rafles ou de déportations, et jusqu'à celle des actes de barbarie : « 15 fusillés et brûlés vifs » à Landeleau, « otages fusillés » le 8 août 1944 à Plouvien.

  • 11 Vercnon G., « La construction de la mémoire du maquis du Vercors commémoration et historiographie  (...)
  • 12 Leroux R., Le maquis de Saint-Marcel, Ouest-France, 1981, p. 26-28.
  • 13 ADIV - 213 W, rapport de police du 29-04-1946, a/s : opérations diverses exécutées en Bretagne en (...)

10Les violences allemandes concernant les civils ont été discriminées selon quatre types dominants. Afin d'inclure cette typologie dans une perspective large, le choix de la dénomination des types s'est porté sur des sites emblématiques des violences allemandes de la fin de l'Occupation, érigés depuis en lieux de mémoire et connus de tous. Dans le premier type, le massacre des populations civiles se produit car, proches des maquis, elles assuraient leur soutien logistique, ou étaient simplement présentes sur les lieux au moment de la répression. C'est le type Vassieux-en-Vercors11, où, le 21 juillet, les planeurs se posèrent et les commandos allemands fusillèrent 16 personnes du village, conjointement à l'attaque du maquis du Ver- cors. Ce fut le cas lors de la répression qui suivit la bataille de Saint-Marcel. Les Allemands revinrent après la bataille, achevèrent les blessés après les avoir torturés, et assassinèrent les civils, hommes, femmes et enfants dans les villages et les bois alentours ; la doyenne, âgée de 83 ans, impotente, fut assassinée dans son lit. Ces massacres furent commis par le 261e escadron de cavalerie ukrainien et le 708e bataillon d'infanterie géorgien ; quant aux soldats de la Wehrmacht, ils brûlèrent les châteaux de Sainte-Geneviève et des Harys-Béhélec, puis les fermes et le bourg de Saint-Marcel le 27 juin 194412. Ce fut le cas également, le 7 juillet, lors de l'expédition contre le maquis de Broualan en Ille-et-Vilaine. Les groupes collaborationnistes, la milice Darnand, le GAJS / PPF, la formation Perrot, assassinèrent huit résistants, un officier américain, trois agriculteurs et brûlèrent deux fermes13.

  • 14 Nombreux récits dans 1944, Libération de Saint-Malo - Témoignages, Société d'Histoire et d'Archéol (...)
  • 15 ADIV - 43 W 219, ADF - 209 W 33, rapport de gendarmerie section de Morlaix, 24-08-1944
  • 16 ADF - 209 W 33, rapport du chef de la défense passive de Saint-Pol-de-Léon, 4/12-08-1944
  • 17 Bougeard C., Le choc... op. cit., p. 116.

11Le second type concerne la prise de civils en otages, puis leur assassinat, afin de décourager les maquis ou de se protéger des offensives alliées. C'est le type Tulle, où 99 otages furent pendus et exposés le 9 juin par les SS de la division Das Reich. Des listes d'otages avaient été dressées par les autorités allemandes au début de l'Occupation ; le plus souvent choisis parmi les notables, ils devaient rendre compte de l'attitude de la population. Après des actions de la Résistance, ou lors des offensives alliées, les Allemands mettent leurs menaces à exécution et s'emparent des otages. À Rennes, les 76 « prisonniers d'honneur » furent relâchés le 2 août. À Saint-Malo, 380 hommes furent internés du 6 au 13 août au Fort National puis libérés la veille de l'entrée des Américains dans la cité14. À Saint-Pol-de-Léon, le 4 août, suite à un début de libération de la cité et une action FFI, les Allemands venus de Morlaix prennent 15 personnes en otages, 14 hommes et 1 femme, les transfèrent à Morlaix15 avant de les fusiller ; leurs corps sont rapatriés dès le 9 août au soir16. Le 13 juin, la Gestapo et la Feldgendarmerie de Saint-Brieuc exécutent 31 otages dans le bois de Boudan en Plestan17. Les chiffres à eux seuls sont impressionnants car ils témoignent des masses impliquées dans ces drames : aux victimes directes, il faut rajouter autant de proches, parents, amis, voisins qui vivent ces drames avec une intensité plus ou moins forte.

  • 18 Farmer S., Oradour : arrêt sur mémoire, Calmann-Lévy, 1994, p. 29-68.
  • 19 ADF - 209 W 33, rapport du chef de la défense passive de Saint-Pol-de-Léon, août 1944.
  • 20 ADF - 209 W 33, rapport du maire de Cléder, 11-08-1944

12Le troisième type concerne ce qui pourrait correspondre à la fois à une soldatesque et à des comportements déréglés, car ils relèvent d'une véritable pathologie criminelle, tout en étant autorisés, ou pour le moins tolérés, par la hiérarchie. C'est le type Oradour-sur-Glane où, à nouveau, les SS de la division Das Reich, le 10 juin, assassinèrent de manière systématique la population de tout un village ; 642 personnes, hommes, femmes, enfants, sans distinction, périrent. Des habitants présents au moment du drame, seules 28 personnes survécurent, réussissant à s'échapper18. En règle générale, il s'agit de colonnes allemandes qui, talonnées par les forces alliées et harcelées par les maquis, massacrent des civils au cours de leur fuite ou de leur errance ; le cas des 120 hommes du bataillon Der Führer est différent : ils étaient en mission dans la région d'Oradour pour combattre la Résistance. La Bretagne ne connaît pas de massacre de l'ampleur d'Oradour, mais déplore des drames de forme voisine. Le 4 Août, à Saint-Pol-de-Léon, les. soldats qui se trouvaient au soldatenheim quittent ostensiblement la ville. Les habitants de la cité sont excités. Commence le pillage des bâtiments abandonnés par les Allemands. La communauté se réapproprie l'espace public, se rassemble sur la place centrale. En fin d'après-midi, des groupes allemands entrent dans la ville et tirent sur la foule laissant 11 morts, dont le maire Alain Budes de Guébriant. Le 8 août, à nouveau, de fortes colonnes traversent la ville fuyant depuis Morlaix en direction de Brest19. Le 8 août 1944, à Plounévez-Lochrist, 14 personnes furent assassinées sans motif apparent, dont un vieil homme de 78 ans et un enfant de 5 ans, par un adjudant-chef allemand. Dans sa folie meurtrière, il blessa par balles à bout portant une jeune fille et deux autres enfants. Le même jour à Tréflez, huit personnes furent également tuées par balles à nouveau sans motif apparent. Tous ces épisodes se produisent à la veille de l'arrivée des troupes américaines, dans les heures où les Allemands fuient l'avance alliée pour se réfugier à Brest. Sur la même route qui relie Morlaix à Brest, Cléder traverse à la même date, 14 heures effroyables et interminables20. Dans la journée du 8 août, la veille de l'arrivée des premiers convois américains, le bourg est traversé par plusieurs colonnes allemandes. Certaines sont motorisées, d'autres circulent à bicyclettes. Elles fuient l'avance alliée, sont harcelées par les maquis et se dirigent vers Brest. Le rapport du maire décrit une journée apocalyptique. À chaque passage des colonnes allemandes (on en signale trois pendant la nuit et le matin et elles comprennent plusieurs sortes de troupes) se sont fusillades, destructions des habitations, prises d'otage, assassinats. Treize personnes au total sont décédées à la fin de l'après-midi, dont sept otages. On ne compte pas les blessés, les six otages qui ont été relâchés à l'initiative du commandant allemand de Plouescat, ni les personnes directement menacées de mort, les violences physiques, les récoltes brûlées, les fermes incendiées. Les villages situés sur la route qui relie Saint-Pol- de-Léon à Plouescat subissent autant de violences que le bourg. La population terrorisée avait fui le bourg pour se réfugier dans les fermes loin des axes de communication. Le massacre avait commencé à 3 heures du matin quand, entendant des moteurs, les habitants étaient sortis ou s'étaient penchés aux fenêtres, croyant acclamer les soldats américains. Cet épisode est extrême sans être pour autant un cas isolé. Ces scènes de cauchemar témoignent de la pathologie meurtrière que développent les troupes d'occupation à ce moment précis en Bretagne, mais aussi dans le reste de la France.

  • 21 Bougeard C., Le choc...op. cit., p. 117.

13La carte n° 2 montre la concentration de ces exactions. Les exécutions sommaires peuvent concerner des civils. À Plourin, un cultivateur fut abattu dans la Feldgendarmerie où il était détenu. À Plouescat c'est un homme ordinaire, sorti précipitamment pour applaudir une colonne militaire qu'il croyait être américaine il est tué par balles. Ces violences extrêmes concernent également l'acharnement des bourreaux sur les corps. Lorsqu'on retrouve les cadavres des 15 otages de Saint-Pol-de-Léon dans une fosse commune, le 8 août, à Ploujean, les cadavres sont méconnaissables : les crânes ont été défoncés. Sur la route sanglante qui relie Morlaix à Plouescat, pratiquement aucune commune n'échappe aux exactions des troupes allemandes. C'est un cas extrême qui n'est pas généralisable à l'ensemble des localités de la région, mais c'est une réalité vécue qui fut très répandue. Dans les seules Côtes-du-Nord, Christian Bougeard a dénombré 250 fusillés, pendus et autres tués dans les accrochages, tous abattus entre le 1er juin et le 11 août, ces chiffres, précise-t-il, étant un minimum qu'il faudra revoir à la hausse21.

Carte n° 2. Atrocités allemandes de Morlaix à Landivisiau/Plouescat en direction de Brest commises entre le 4 et le 8 août 1944

Carte n° 2. Atrocités allemandes de Morlaix à Landivisiau/Plouescat en direction de Brest commises entre le 4 et le 8 août 1944

14Ces journées effroyables en précédant la Libération marquèrent profondément les individus. Terreur, horreur, douleur, furent les maîtres mots qui participèrent à la construction des identités. Le quatrième type de menaces allemandes consiste dans la peur pour soi, en raison des choses vues, des choses entendues, des choses imaginées. La peur et la violence furent les instruments, en Allemagne, de l'accession et du maintien des nazis au pouvoir. La peur et la violence furent utilisées par les forces d'occupation, en France, pour assurer leur autorité. Certes, la hiérarchie militaire allemande avait ordonné à ses troupes de bien se comporter à l'égard des vaincus, au début de l'Occupation. Au demeurant, il est arrivé que des Français se plaignent, aux autorités occupantes, d'exactions de certains de leurs ressortissants, et ils furent entendus. Nonobstant cette apparence avenante, dès l'été 1940, les Allemands répriment avec force toute forme de résistance et le font savoir. Les autorités d'occupation mirent en scène la répression, pour décourager les résistants, pour terroriser la population, la dissuader de franchir le pas. Les condamnations à mort de résistants et les exécutions d'otages en guise de représailles sont annoncées par voie de presse, par voie d'affiches. Le plus souvent, les notables sont déclarés répondants de la communauté villageoise, de la communauté urbaine, en étant inscrits sur des listes de prisonniers d'honneur. À ce même titre, les chefs de famille sont portés garants de leurs parents. Il est fréquent d'entendre témoigner que la Feldgendarmerie menaçait le père de représailles quand son fils fuyait le STO. Un garçon prend le maquis et la famille est en danger.

  • 22 ADIV - 213 w - audience du 5-11-1945, PV de gendarmerie, 25-06-1945.

« Les 3 et 4 juillet j'ai été emprisonné par les Allemands à la prison de Locminé. On voulait me faire dire où étaient mes fils [...] connus [...] pour avoir été au maquis [...] Une fois j'ai passé dans la salle de tortures. Là, j'ai été torturé pendant un quart d'heure. Un milicien français dont j'ignore le nom était présent. Il était armé d'un nerf de bœuf et m'en a frappé fortement22. »

  • 23 Ce fut le cas à Rostrenen le 2 juin 1944.

15La violence n'est pas cachée. Elle n'est pas publique cependant. Instrument de dissuasion, menace paralysante, maladroitement mise en scène elle peut devenir un ferment de révolte, un facteur de provocation. Les exécutions, sauf à la fin de l'Occupation lorsque les Allemands suspendent les pendus aux balcons des centres villes23, se produisent dans le huis clos des cours des prisons, au fond d'un bois, au creux d'une carrière. Mais la violence est montrée, pour être instituée en menace. Les brutalités physiques sont évidentes, systématisées, signées sans pudeur, elles doivent obséder les résistants et hanter les attentistes. Sur demande du juge d'instruction, le chef militaire du GAJS / PPF pour l'Ille-et-Vilaine confirme qu'il pratiquait des interrogatoires brutaux :

  • 24 ADIV - 213 w - audience du 20-09-945, interrogatoire du 22-08-1945 dirigé par le juge d'instructio (...)

« J'ai procédé à des interrogatoires [...] Conformément aux instructions reçues par le SD, ces interrogatoires se faisaient violemment. Je faisais déshabiller les prisonniers jusqu'à la ceinture et je les frappais à coup de nerf de bœuf pour les faire parler. Je reconnais les faits sans difficultés. »24

16L'ostentation des blessures, des souffrances endurées, est d'abord un moyen de pression à l'égard des autres prisonniers. Les suppliciés sont ramenés dans leur cellule et mêlés aux autres, hantés par les cris de douleurs qui traversent les murs, prostrés dans l'attente de leur tour. Le jeune homme, dont il est question ci-dessous, âgé de 17 ou 19 ans à l'époque, a été interrogé par le SD début juillet 1944 au sujet de son frère et du maquis de Rochefort-en-terre. Le témoignage suivant est celui d'un camarade de cellule :

  • 25 ADIV - 213 W - audience du 5-11-1945, interrogatoire du 23-08-1944, comité d'épuration de Pontivy.

« Il pouvait à peine respirer [...] Ils m'ont amené à Moustoir-Ac, nous déclara-t-il, et forcé par deux fois à creuser ma tombe. Je suis tombé en syncope, deux ou trois fois, en creusant chaque fosse, et fus relevé à coup de pelle, et deux fois ils m'ont attaché à un arbre et mis en joue. Je croyais que la mort venait me délivrer, mais après m'avoir essuyé la figure avec un papier, ils m'ont ramené ici »25.

17Nombre d'hommes et de femmes sont relâchés après avoir été battus, les bourreaux les laissant exhiber, si l'on peut dire, leurs plaies, en toute liberté. Les Allemands ne font rien pour maquiller les sévices. X a été arrêté le 3 juillet 1944 à Locminé, détenu pendant 3 jours, violemment frappé pendant 20 minutes, à genoux sur le ciment, une barre de fer placée entre les genoux et les bras pour mieux le manœuvrer. Il est ensuite autorisé à regagner son domicile, mais n'a plus la force pour rentrer seul.

  • 26 ADIV - 213 W - audience du 5-11-1945, PV de gendarmerie, 21-10- 1944.

« Avec un bout de sa matraque, un de mes fonctionnaires me frappait sur les parties sexuelles. Lorsque je suis sorti de prison, j'ai été dans l'obligation d'avoir recours à des personnes pour m'envoyer à mon domicile, j'étais dans l'impossibilité absolue de marcher. J'étais meurtri sur tout le dos, et j'avais mes parties sexuelles enflées. J'ai dû garder le lit pendant un mois. Les Allemands voulaient me faire avouer que j'étais patriote26. »

  • 27 ADIV - 213 w - audience du 5-11- 1945, déclaration aux gendarmes, 21-10-1944.

18Les victimes graciées sortent de la géhenne dans un triste état et elles racontent à leur entourage les souffrances qu'elles viennent d'endurer, ce qu'elles ont vu, ce qu'elles ont entendu, l'état des compagnons agonisants. « À plusieurs reprises j'ai vu G de Pontivy sortir de la salle des tortures dans un état lamentable. Il ne pouvait marcher. Le 20 juillet il est mort dans la dite salle »27. Les prisonniers à la fois suppliciés et à la fois témoins, tout en restant sobres ne sont pas aphasiques. Y passé à tabac par le SD dans la nuit du 1er juin 1944, fait établir un certificat médical sur ses blessures dès sa mise en liberté :

  • 28 Il s'agit en réalité du SD de Landerneau.
  • 29 ADIV - 215 W 153, certificat médical d'un chirurgien dentiste, 3-06-1944.

« Je soussigné, X, chirurgien dentiste à P, certifie avoir examiné ce jour Y, j'ai remarqué un ébranlement des régions incisives supérieures et inférieures avec mortifications pulpaires, ébranlement consécutif aux mauvais traitements de la part des membres de la Gestapo28 lors de l'arrestation de Y dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1944. Cet ébranlement entraînera probablement la chute des dents intéressant ces régions. »29

19Les motivations exactes de ce supplicié et de ce dentiste ne sont pas simples à appréhender. Volonté de témoigner pour l'avenir, préparation d'une reconnaissance ultérieure ? Ce qu'il y a d'intéressant dans ce document, c'est l'anticipation qu'il atteste. L'un aide l'autre à authentifier son martyre, en vue de le dévoiler sur l'espace public, ou semi-public. Il est vrai que le dentiste parle de « mauvais traitements » — en l'occurrence il s'agit d'un passage à tabac sérieux — alors que Y utilise des termes beaucoup plus forts pour décrire la séance qu'il a vécue :

  • 30 ADIV - 215 W 153, rapport écrit par l'intéressé, 25-11-1944.

« Z frappait surtout avec violence avec un manche à balai, menaçant de me fendre la tête par ses violents coups répétés, il m'a en outre frappé sur la bouche à coups de poings, me rendant plusieurs dents hors d'usage. Les autres me frappèrent avec une barre de rideau et un ceinturon à tel point que la partie en fer du ceinturon se détacha, ensuite ils poussèrent mon lit de côté dans ma chambre pour être plus à l'aise de me torturer »30.

20Il ne s'agit pas de contester les souffrances réelles endurées par Y, mais de souligner le décalage entre son récit et le diagnostic du médecin. Les « tortures » deviennent des « mauvais traitements ». La violence des coups décrite par Y est décalée par rapport au constat médical. Les traumatismes signalés dans ce certificat, lu par un spécialiste, sont interprétés comme les conséquences de simples coups de poings. Néanmoins, le dentiste peut se préserver en minorant les blessures à authentifier. Le calvaire enduré par Y participe à l'organisation d'une identité forte. Mais tout en cherchant la reconnaissance des autres, il s'associe, malgré lui, au dispositif de terreur.

  • 31 ADF - 209W33, rapport de gendarmerie, 9-08-1944.
  • 32 ADIV - 43W218, rapport de gendarmerie, 24-08-1944.
  • 33 ADIV - 213 W - audience du 7-11-1945, déclaration du directeur de la croix rouge de Locminé.
  • 34 ADIV - 215 W 168, déclarations recueillies par la gendarmerie en septembre 1945.
  • 35 ADCA - 1140 W 5, courrier du ministère des Déportés au CDL, 2-03-1945.

21Ainsi, la population côtoie la souffrance. La découverte des charniers est épouvantable, tant les cadavres expriment les douleurs de l'agonie. Les corps des otages de Saint-Pol-de-Léon, retrouvés dans une tranchée à Penlan en Ploujean (prés de Morlaix) le 8 août 1944 sont « méconnaissables »31, « affreusement mutilés »32. C'est une véritable mise en scène macabre. Les Allemands ne firent pas grand chose pour dissimuler leurs atrocités, tant elles occupent et endeuillent les heures et les jours qui suivent les libérations locales. Les troupes allemandes quittent Locminé, les habitants découvrent à la prison, le 5 août, « un cadavre, un œil arraché, l'autre crevé, la tête enflée »33. La reconnaissance des corps se fait en présence des familles et de quelques notables. Les nausées de quelques-uns se transmettent à beaucoup d'autres, à la majorité de la population dont l'imaginaire travaille. Des villageois racontent qu'ils entendaient les cris des patriotes suppliciés par la Gestapo, dans la cave réquisitionnée du notaire de Bourbriac, en juillet 1944. Dans une enquête concernant un milicien breton, les témoignages les plus accusateurs sur les tortures et les exécutions de prisonniers provenant de Saint-Nicolas-du-Pélem, de Moncontour et Plouguenast dans les Côtes-du-Nord le 11 juillet 1944, sont ceux d'habitants d'Uzel, la commune ayant été épargnée par la rafle et le massacre qui s'ensuivit : aucun des déclarants n'a été le témoin oculaire de ces exactions34. La systématisation du mot « torture » par les résistants et les autres témoigne de la réussite de l'entreprise allemande de terreur. Il ne s'agit pas de minorer la souffrance, les sacrifices, l'horreur. Les sévices, la perversité, les souffrances atroces sont véhiculées à l'écoute du mot « torture ». Or le plus souvent, le terme « torture » décrit des passages à tabac, coups de poings, coups de pieds, coups de nerfs de bœuf, de ceinturon. C'est pour le moins ce qui transparaît des documents fiables : certificats de médecin, rapports d'officiers de justice et surtout témoignages de suppliciés. Certes, les suppliciés qui témoignent ont survécu. Évidemment, 1' écriture neutre des magistrats et des médecins édulcore la réalité. Néanmoins, le croisement des documents montre que banaliser le terme de « torture », utiliser l'expression de « salle de tortures » avec tout ce que cela comporte de fantasmes, était exagéré. Enraciné dans une réalité déjà affreuse et organisée pour terroriser, les imaginaires singuliers développaient des images d'épouvante. À Saint- Brieuc, une rumeur circulait sur l'existence d'un four crématoire installé au siège de la Gestapo. Une enquête diligentée par le Ministère des Déportés, à la Libération, n'a rien donné35. Il est évident qu'en dehors de quelques courageux ou téméraires, la plus grande partie de la population était paralysée par la peur.

22Combien de tracts ont brûlé dans les fourneaux ? Combien de photos du général de Gaulle ont été enfouies sous les tas de charbons pour les dissimuler sans avoir à les jeter ? Après la Libération, cette peur pour soi fut un des agents de la cristallisation de la communauté nationale, tant le sentiment d'avoir partagé le même destin était fort, la période précédant la Libération ayant considérablement renforcé l'image que les Français avaient d'eux-mêmes dans le sens de la victimisation.

Notes

1 ADCA 2 W 91, mitraillages, bombardements, attentats (juin - juillet 1944). Au total : 56 attaques aériennes alliées entre les 6 et 20 juin 1944.

2 ADIV 213 w, dossier n° 262, rapport de l'intendant de police, 16-04-1944

3 Huguen R., Chronologie de la Résistance, cité par Bougeard C., dans Histoire... op. cit., p. 103.

4 Delperrié de Bayac J., Histoire de la milice, 1918-1945, Fayard, 1969, p. 298-307.

5 ADIV 213 W dossier n° 262, rapport du commissaire de police judiciaire, 1-12-1944.

6 ADIV 63 bi 44, extrait d'un « journal de guerre » allemand tenu du 6 au 30 juin 1944 par le lieutenant Brand à l'État Major du 25ème corps d'armée basé à Pontivy au moment du débarquement allié en Normandie. Traduction Y. Morice en 1994, 34 pages dactylographiées.

7 Sur le concept de culture de guerre lire la mise au point la plus récente de Audoin-Rouzeau S. et Becker A. « Violence et consentement : la « culture de guerre » du premier conflit mondial » dans Rioux J.-P. et Sirinelli J.-F., Pour une histoire culturelle, Seuil, 1997, p. 251-271.

8 Leroux R., Le Morbihan dans ta guerre, 1939-1945, Imprimerie de la manutention, 1991, p. 507.

9 ADIV - 213 W, rapport de police, 4-09-1944.

10 ADIV - 213 W, rapport de police, 4-10-1945.

11 Vercnon G., « La construction de la mémoire du maquis du Vercors commémoration et historiographie », Vingtième Siècle, n° 49, 1996, p. 82-97.

12 Leroux R., Le maquis de Saint-Marcel, Ouest-France, 1981, p. 26-28.

13 ADIV - 213 W, rapport de police du 29-04-1946, a/s : opérations diverses exécutées en Bretagne en mai - juillet 1944 par la formation Perrot et la Selbstscbutzpolizei ; ADIV - 213 W audience du 4 juillet 1945, interrogatoire d'un milicien breton par le juge d'instruction, 31-03-1945.

14 Nombreux récits dans 1944, Libération de Saint-Malo - Témoignages, Société d'Histoire et d'Archéologie de l'Arrondissement de Saint-Malo 1994, 195 p.

15 ADIV - 43 W 219, ADF - 209 W 33, rapport de gendarmerie section de Morlaix, 24-08-1944

16 ADF - 209 W 33, rapport du chef de la défense passive de Saint-Pol-de-Léon, 4/12-08-1944

17 Bougeard C., Le choc... op. cit., p. 116.

18 Farmer S., Oradour : arrêt sur mémoire, Calmann-Lévy, 1994, p. 29-68.

19 ADF - 209 W 33, rapport du chef de la défense passive de Saint-Pol-de-Léon, août 1944.

20 ADF - 209 W 33, rapport du maire de Cléder, 11-08-1944

21 Bougeard C., Le choc...op. cit., p. 117.

22 ADIV - 213 w - audience du 5-11-1945, PV de gendarmerie, 25-06-1945.

23 Ce fut le cas à Rostrenen le 2 juin 1944.

24 ADIV - 213 w - audience du 20-09-945, interrogatoire du 22-08-1945 dirigé par le juge d'instruction.

25 ADIV - 213 W - audience du 5-11-1945, interrogatoire du 23-08-1944, comité d'épuration de Pontivy.

26 ADIV - 213 W - audience du 5-11-1945, PV de gendarmerie, 21-10- 1944.

27 ADIV - 213 w - audience du 5-11- 1945, déclaration aux gendarmes, 21-10-1944.

28 Il s'agit en réalité du SD de Landerneau.

29 ADIV - 215 W 153, certificat médical d'un chirurgien dentiste, 3-06-1944.

30 ADIV - 215 W 153, rapport écrit par l'intéressé, 25-11-1944.

31 ADF - 209W33, rapport de gendarmerie, 9-08-1944.

32 ADIV - 43W218, rapport de gendarmerie, 24-08-1944.

33 ADIV - 213 W - audience du 7-11-1945, déclaration du directeur de la croix rouge de Locminé.

34 ADIV - 215 W 168, déclarations recueillies par la gendarmerie en septembre 1945.

35 ADCA - 1140 W 5, courrier du ministère des Déportés au CDL, 2-03-1945.

Table des illustrations

Titre Carte n° 1. Attaques aériennes entreprises par les Alliés dans les Côtes-du-Nord entre le 6 et le 30 juin 1944
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8869/img-1.png
Fichier image/png, 629k
Titre Carte n° 2. Atrocités allemandes de Morlaix à Landivisiau/Plouescat en direction de Brest commises entre le 4 et le 8 août 1944
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8869/img-2.png
Fichier image/png, 782k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540