Version classiqueVersion mobile

Classer les archives et les bibliothèques

 | 
Véronique Sarrazin
, 
Patrice Marcilloux
, 
Bénédicte Grailles
, 
et al.

Première partie. Historiques

Cotes et mise en ordre : autour du chartrier de Cluny au Moyen Âge

Sébastien Barret

Texte intégral

  • 1 Un exemple en est fourni par Nebbiai D., La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, XI(...)
  • 2 Un exemple d’étude en commun a été donné par Gadrat C., Bertrand P., « Les archives et la biblioth (...)
  • 3 Barret S., La mémoire et l’écrit : l’abbaye de Cluny et ses archives (Xe-XVIIIe siècle), Münster, (...)
  • 4 En raison de l’incompétence de l’auteur de ces lignes dans les matières concernées, le terme de «  (...)

1L’archivistique du passé, et notamment du Moyen Âge, a été l’objet au cours des dernières années d’une attention renouvelée. En effet, le traitement de ce que l’on n’appelait pas encore des fonds ou des pièces d’archives mérite l’attention des historiens. Tout comme les études, déjà nombreuses, sur les bibliothèques des institutions ou des hommes1, les enquêtes sur les ensembles archivistiques éclairent une part non négligeable de la vie et des pratiques intellectuelles du passé2. Elles ont, de plus, le notable avantage de pouvoir éclairer une partie de l’histoire de la tradition des ensembles documentaires que nous a légués l’histoire, et, ainsi, d’aider l’historien à mieux les comprendre et les exploiter. L’exemple qu’il a été choisi de traiter ici est celui de Cluny, et, tout particulièrement, celui des principes d’organisation et de cotation ou de ce que l’on peut en reconstituer. Le présent article s’appuie sur des travaux antérieurs3 dont l’essentiel a déjà été publié, pour en remettre certains éléments dans la perspective de la « raison classificatoire4 ».

  • 5 Guyotjeannin O., « Les méthodes de travail des archivistes du roi de France (XIIIe-début XVIe sièc (...)

2La question des cotes d’archives anciennes est très délicate à aborder. En effet, il n’est pas possible de s’appuyer sur des documents prescriptifs qui donneraient une nomenclature a priori : il faut partir des traces de la pratique, qu’il s’agisse d’inventaires ou de cartulaires mentionnant des cotes pour les documents répertoriés ou copiés, ou des pièces elles-mêmes, qui portent couramment sur leur dos des mentions de traitement archivistique, analyses plus ou moins brèves et, parfois, cotes. En ce qui concerne ces dernières, il faut ici rappeler en préalable les observations d’Olivier Guyotjeannin sur la notion même de cote et la pertinence de son emploi5. En effet, bien des marques employées au Moyen Âge ne sont pas des cotes au sens propre du terme, prenant place dans un ensemble systématique et organisé, mais sont plutôt un signe individuel permettant d’identifier le document concerné.

  • 6 Les documents exploités sont conservés dans diverses collections de la Bibliothèque nationale de F (...)
  • 7 C’est à une remarque de Marc Smith lors de mon intervention sur le thème « Classements, lectures, (...)

3Quelle est donc la situation en ce qui concerne Cluny6 ? Si l’on se concentre sur les cotes, plusieurs strates sont discernables. La première qu’il est possible d’identifier date sans doute du XIe siècle. Elle se compose de deux lettres et est couramment, mais pas toujours, accompagnée d’une analyse brève de l’acte, datant de la même époque, voire rédigée de la même main. Cet ensemble est, du reste, caractéristique des difficultés présentées par l’analyse des cotes ou des mentions dorsales. Leur datation est ainsi très délicate. En effet, si un terminus a quo est fourni par les dates des actes concernés, il ne reste pour tenter de préciser quelque peu la date que l’analyse paléographique, qui aide également à isoler les différentes strates d’écriture. Or, il n’est déjà pas évident de différencier différentes mains, mais il est encore plus délicat de dater une écriture sur la base de son seul examen. Tout ceci est rendu encore plus ardu par la brièveté des mentions, assez sensible quand il s’agit d’analyses et évidemment très marquée quand il s’agit des cotes. Il faut également compter, parfois, avec la possibilité que des mentions anciennes aient été repassées ou « restaurées » à l’époque moderne à cause d’un effacement partiel, ce qui les rend visiblement plus jeunes que leur origine et introduit une certaine confusion dans l’étude d’une série7.

  • 8 Saône-et-Loire, arr. Mâcon, con Tramayes, cne Saint-Pierre-le-Vieux.
  • 9 Saône-et-Loire, arr. Mâcon, con Cluny.
  • 10 Ou Bézornay, Saône-et-Loire, arr. Mâcon, con Cluny, cne Saint-Vincent-des-Prés.
  • 11 Saône-et-Loire, arr. Mâcon, cant. Cluny, cne Lournand.

4Quoi qu’il en soit, l’on peut donc isoler de manière à peu près sûre une série de cotes dont la caractéristique la plus remarquable est que la première des deux lettres désigne très certainement le doyenné clunisien dont relèvent les biens concernés par l’acte au dos duquel se lit la cote en question. Les attestations en sont malheureusement assez rares, et il est sûr que cette cotation n’a pas été systématique – mais elle existe, et il est déjà assez peu commun d’en saisir une pour des époques aussi hautes. L’on constate ainsi que les documents portant une cote commençant par un S concernent des biens situés dans un rayon relativement proche du doyenné d’Écussoles8, en latin Scozolae ou Scozolas aux époques concernées ; l’on peut en dire autant pour Jalogny9, Bésornay10 ou Lourdon11, par exemple.

  • 12 Clavadetscher O. P., Staerkle P., Die Dorsualnotizen der älteren St. Galler Urkunden, Faksimile-Au (...)
  • 13 Il n’est peut-être pas mal à propos de rappeler ici ce qu’est un cartulaire, au moyen de la défini (...)
  • 14 Je me permets de renvoyer ici à Barret S., « Archives médiévales, temps et légitimation », A. Kehn (...)
  • 15 Suite à l’impulsion donnée, en France, par le recueil Guyotjeannin O., Morelle L., Parisse M. (éd. (...)

5Un autre, et célèbre, exemple d’un usage proche est fourni par l’abbaye de Saint-Gall, où les cotes portées au dos de certains documents, aussi anciennement que le IXe siècle, suivent les divisions territoriales des biens de l’abbaye12. Une telle pratique, si elle est rare et sans aucun doute remarquable aux IXe ou XIe siècles, n’est finalement pas très surprenante. En effet, la répartition géographique des documents, ou, du moins, leur appréhension par ce biais, telle qu’elle est reflétée ici ou dans la disposition de nombreux cartulaires13, semble chose assez courante14. Bien sûr, il faut se garder d’une interprétation trop systématique. D’une part, un cartulaire n’est, finalement, qu’une interprétation possible des richesses du chartrier sur lequel il se base ; ce n’en est ni un reflet forcément fidèle, ni la seule mise en œuvre possible. D’autre part, bien d’autres structures ont pu, selon les cas, les époques et les lieux, être mises en pratique dans la composition des recueils, chronologiques, narratives, symboliques, juridiques… la liste pourrait être prolongée à l’infini, à l’image de l’inépuisable richesse de la recherche sur les cartulaires médiévaux15.

  • 16 Sur les doyennés clunisiens et leur rôle structurant, Garrigou Grandchamp P., Guerreau A., Salvèqu (...)
  • 17 Avec des notations en marge des différents cartulaires telles que Nota antiquitatem castri Lordoni (...)

6Dans le cas clunisien, il reste intéressant de remarquer ce rôle pris par les doyennés dans ce que l’on pourrait appeler l’organisation de l’espace archivistique. Les doyennés sont l’un des moyens utilisés par l’abbaye pour structurer, matériellement et idéalement, son espace proche et l’appréhension de ce dernier16 ; les retrouver au dos des actes n’est pas insignifiant. Cela fait, du reste, sens avec l’apparition dans les cartulaires de Cluny de notes dorsales qui soulignent l’ancienneté du doyenné de Lourdon face aux actes en faisant foi17 ; cette convergence marque bien l’importance de la question.

  • 18 Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 123-132, part. p. 131-132.
  • 19 Barret S., « La tour des Archives de l’abbaye de Cluny », Livraisons d’histoire de l’architecture,(...)

7Cette série ancienne de cotes attendra longtemps pour se voir rejointe par d’autres cotations au dos des actes clunisiens. Certes, des analyses sont toujours et régulièrement écrites sur les versos, en plusieurs strates souvent difficiles à différencier. Ces strates d’annotations, bien que fort intéressantes, ne seront pas très longuement analysées ici, puisque le choix a été fait de s’intéresser plutôt aux éléments qui structurent les ensembles documentaires ; or, de telles analyses dorsales servent plus à caractériser rapidement un contenu qu’à l’insérer, même potentiellement, dans une structure, et plus à résumer un texte qu’à le faire repérer. L’on peut y discerner, peut-être, un certain nombre de moments approximatifs où l’activité des annotateurs se fait plus intense, par exemple le XIIIe siècle18. C’est la période où, après le premier tiers du siècle, les archives pourraient avoir été installées dans la salle de la tour nord de l’avant-nef de Cluny qu’elles ne quitteront plus jusqu’à la sécularisation, le « baraban » qui prendra le nom de « tour des privilèges19 ». C’est également au XIIIe siècle, dans sa seconde moitié plus exactement, que sont compilés deux cartulaires et l’un ou l’autre recueil ou embryon de recueil au statut incertain.

  • 20 Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 13873.

8Mais c’est à la fin du Moyen Âge que reviennent des marques destinées à classer les documents. Et encore faut-il noter dès l’abord que, sans doute, il ne s’agit pas de véritables cotes, au sens défini par Olivier Guyotjeannin, mais bien plutôt de marques destinées à individualiser une pièce, sans doute dans un ensemble physique, mais ne se rattachant à aucun cadre de classement ou à aucune structure intellectuelle véritablement élaborée. Ces cotes, ces marques, ces signatures pourrait-on dire sont de plusieurs types. Outre les dos des actes, elles sont également documentées par un inventaire partiel de 151220.

  • 21 Pour une description plus détaillée avec les références, Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit (...)
  • 22 Édition avec fac-similé dans Atsma H., Barret S., Vezin J. (éd.), Les plus anciens documents origi (...)

9Tout d’abord, il y a des séries de lettres par deux ou trois, parfois de lettres doubles, triples, voire quadruples, et placées souvent entre deux points ou deux croix, qui courent sans doute tout au long des deux derniers siècles du Moyen Âge. D’intéressante manière, malgré leur abondance, aucune organisation systématique n’a pu y être identifiée21, que ce soit en les envisageant en masse – du moins, autant en masse qu’il est possible – ou en essayant de passer par le document individuel. Ainsi, l’acte de fondation de l’abbaye, acte important s’il en est, porte-t-il entre autres la cote « RR22 », ce qu’il est difficile d’interpréter d’une manière ou d’une autre. Mais la mise en série, notamment des documents cités par l’inventaire de 1512, n’a pas permis de discerner une logique générale. Il semble également que l’on ait utilisé un système alphabétique fondé sur l’emploi de la première lettre d’une citation du Pater noster ou du Credo, qui en l’espèce semble plus vraisemblable qu’un classement des documents dans l’ordre des mots au sein de la prière concernée – un exemple en est également fourni par l’acte de fondation (« hodie »).

  • 23 Les deux documents concernés sont les Bibl. nat. de Fr., Bourgogne 80, nos 212 et 217.
  • 24 Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 13873, fo 113.

10Les dos de certaines pièces montrent des cas plus remarquables encore. Certains portent en effet un simple mot, un mot-clé pourrait-on dire ; et le fait que celui-ci jouait le rôle d’identifiant au document est attesté par l’inventaire de 1512, qui reprend ce mot comme une cote. Il est même des cas où la « cotation » semble avoir été faite au moyen d’une sorte de dessin, signe graphique au statut incertain porté sur le dos du document. Cela ne veut pas dire qu’il a été conçu comme tel au départ ; mais il est repris comme cote par l’inventaire. Une petite péripétie illustre bien ce fait : au dos d’un acte concernant un don concédé par le roi Henri Ier d’Angleterre à Cluny avait été portée une analyse qui était sans doute H(enricus) R(ex) d(e) [C marchis in Anglia], assez effacée de plus, ce qui donne H. R. d. en éliminant lettres abrégées (restituées entre parenthèses ici) et ce qui est effacé (entre crochets carrés). En raison sans doute de la forme particulière du d abrégé, cette mention a été lue et restituée « H.R.8 » par un annotateur postérieur et est passée à un autre document concernant la même affaire23, ainsi qu’aux entrées correspondantes de l’inventaire de 151224.

  • 25 « Vous êtes la lumière du monde », Mat. 5, 14.
  • 26 Repris même dans le titre de la synthèse fondamentale de Wollasch J., Cluny, Licht der Welt : Aufs (...)
  • 27 Dans l’inventaire : Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 13873, fo 20 et au dos d’un original douteux : Bib (...)
  • 28 Citons à nouveau Cárcel Ortí M. M. (éd.), Vocabulaire international de la diplomatique, op. cit., (...)
  • 29 Ainsi, l’ordinatio dont il sera question plus bas reprend-elle pour désigner des actes pontificaux (...)
  • 30 Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 13873, fo 79 : Item, alie tresdecim bulle per omnia similes, quotatis (...)

11Dans certains cas, rares il est vrai, c’est peut-être même de l’incipit d’un document que l’on se sert ; c’est ainsi que Vos estis lux mundi25 est employé comme désignation de l’acte correspondant – il est vrai que c’est une citation exceptionnelle, reprenant le célèbre passage d’un acte non moins célèbre du pape clunisien Urbain II en faveur de son monastère d’origine26 ; il est également vrai que, dans ce cas, ce n’est pas vraiment de l’incipit qu’il s’agit, celui-ci étant en fait Cum omnium fidelium27, mais simplement d’un extrait bien choisi du préambule28. D’autres documents peuvent être ainsi désignés29. C’est un fait bien connu que les actes pontificaux sont, depuis longtemps, volontiers désignés par leur commencement – du moins, le commencement de leur texte proprement dit, puisque l’on ne se sert bien sûr jamais du tout début, qui dans le cas d’un acte pontifical serait la suscription et la titulature du pape éventuellement suivies de la classique formule d’humilité servus servorum Dei. Qu’il s’agisse de l’incipit à proprement parler ou de l’ensemble du préambule, ces débuts d’actes sont rédigés en toute connaissance de cause ; et en voir un extrait devenir une cote, et de plus celle de l’un des documents dont, pour ainsi dire, les clunisiens sont les plus fiers, est tout particulièrement significatif. Tous ces différents systèmes peuvent très bien cohabiter et se hiérarchisent sans doute spontanément au gré des situations ; ainsi, l’inventaire de 1512 signale-t-il la conservation ensemble d’actes pontificaux aux cotes différentes, mais à l’incipit et au contenu identiques30.

  • 31 Cartulaire « E » de Cluny, Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 5458, fo 3-3vo et 284. Publié dans Bernard (...)
  • 32 Oberste J., « Contra prelatos qui gravant loca et personas ordinis : Bischöfe und Cluniazenser im (...)

12À l’examen de ces cotes, du moins, de l’état qu’elles semblent refléter à la fin du Moyen Âge, il semble bien que la « raison classificatoire » clunisienne ait été quelque peu désorganisée ou pas très systématique. Il ne faut néanmoins pas en déduire que tout n’aurait été, à jamais, que désorganisation. Un témoignage un peu plus précoce nous renseigne en effet sur la disposition générale des archives de Cluny dans la pièce qui les accueille vraisemblablement depuis le XIIIe siècle. Il s’agit d’un rapide récolement des fonds, introduit par la mention Hec est ordinatio privilegiorum in turri, décrivant topographiquement les ensembles de documents et leur disposition dans la pièce31. Ce qui y frappe, à l’envisager de manière générale, c’est l’emploi simultané de critères de nature différente pour structurer et décrire les fonds. L’on trouve ainsi une catégorie faite d’actes pontificaux – formant, d’ailleurs, la base des armoires tout comme la papauté est celle de l’ordre de Cluny –, des ensembles décrits comme les actes des rois de France, des rois d’Espagne, des ducs de Bourgogne, de Savoie ; et, à côté, des catégories géographiques, ainsi, l’Angleterre, ou tels ou tels lieux ou prieurés. Ces dernières catégories ne sont pas, pour ainsi dire, uniformément et régulièrement réparties ; au fur et à mesure que l’on se rapproche de Cluny, elles se font plus précises. Enfin, certains ensembles paraissent être conçus comme des catégories de la pratique ; ainsi, celui qui contient les actes destinés à lutter contre les prétentions indues des évêques, qui avait déjà été noté au cours de recherches sur l’évolution institutionnelle de l’ensemble, puis de l’ordre, clunisien32. L’inventaire de 1512 montre une intéressante inflexion : en effet, y sont mentionnés des actes dans une catégorie de communia, qui semble indiquer que certains documents sont considérés comme concernant tout l’ordre clunisien, au-delà du sujet qu’ils peuvent traiter de manière immédiate.

  • 33 Cygler F., Das Generalkapitel im hohen Mittelalter : Cisterzienser, Prämonstratenser, Kartäuser un (...)

13En d’autres termes, la « raison classificatoire » clunisienne dépend, finalement, d’une vision assez fortement polarisée par l’institution et la manière dont elle se conçoit. La perception géographique qui se dégage du rangement des archives est à cet égard révélatrice. Le phénomène d’une perception spatiale reflétant des cercles concentriques, notamment de pouvoir, mis en lumière par Didier Méhu semble trouver ici un faible écho résonnant sur d’autres aires géographiques : il est tout particulièrement intéressant de constater que sont mis ensemble, au XVe siècle, les actes anglais et espagnols, qui concernent des provinces tenues pour « lointaines » – les supérieurs de leurs établissements ne sont obligés, après 1205-1206, à participer au chapitre général qu’une fois tous les deux ans33. Pareillement, la distinction entre différentes autorités et la manière, pour ainsi dire, de les échelonner, de la papauté aux seigneurs de Beaujeu en passant par les rois de France, telle que révélée par le récolement du XVe siècle, est bien un reflet de la manière dont les clunisiens voient leur appui social et institutionnel.

  • 34 Respectivement Bibl. nat. de Fr., ms. nouv. acq. lat. 1497, 1498 et 2262. Ils ont fait l’objet d’u (...)
  • 35 Rosenwein B., « Cluny’s Immunities in the Tenth and Eleventh Centuries. Images and narratives », G (...)
  • 36 C’est-à-dire les cartulaires « D » et « E » principalement, Bibl. nat. de Fr., nouv. acq. lat. 766 (...)
  • 37 Ce point (la séparation des actes pontificaux des autres dans les cartulaires et éventuellement da (...)
  • 38 Pour une vue plus détaillée, cf. Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 282-284.

14Cette présomption est, du reste, renforcée par les cartulaires de l’abbaye. Ceux-ci ont déjà été assez abondamment étudiés, surtout les trois volumes les plus anciens, désignés par les lettres A, B et C34. De nombreuses interprétations en ont été proposées, qui faisaient part à leur fonction symbolique, aux structures narratives qui peuvent y être identifiées35 et au rôle de tels recueils dans la construction identitaire des moines clunisiens. Or, ce n’est pas tout ; un certain nombre des grandes divisions structurantes du chartrier, telles qu’on peut les connaître du moins pour les périodes plus tardives, semblent déjà s’y trouver ; ainsi, la mise à part des actes espagnols, ou le regroupement des actes pontificaux et des documents issus de grands laïcs. Les volumes plus récents36 semblent bien confirmer que certaines lignes directrices de l’organisation des archives peuvent se retrouver dans les cartulaires ; outre, dans l’un d’entre eux, une séparation très nette des actes pontificaux37, l’on semble y retrouver l’apparition d’une certaine notion de dossier, notamment pour des affaires locales38.

  • 39 Les incertitudes du vocabulaire médiéval dans ce secteur et dans des secteurs proches ont été soul (...)
  • 40 Guyotjeannin O., Potin Y., « La fabrique de la perpétuité. Le trésor des chartes et les archives d (...)
  • 41 Rück P., L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia sotto Amadeo VIII (1398-1451), Rome, Ufficio (...)

15Le cas de Cluny n’est pas, bien entendu, généralisable dans tous ses aspects à toutes les institutions, pas plus du reste que l’expérience archivistique médiévale ne se limite aux expériences monastiques, bien au contraire. Mais c’est un bon point de départ pour présenter quelques réflexions un tant soit peu générales sur le sujet. Le premier élément à souligner est le fait qu’il ne faut pas s’attendre forcément à une évolution linéaire des pratiques vers notre idée de la rationalité : ainsi, les cotes clunisiennes les plus anciennes sont-elles finalement celles que l’on a le moins de mal, aujourd’hui, à considérer véritablement comme telles. Le second point est qu’il ne faut pas chercher au Moyen Âge de stricts équivalents des catégories ou outils intellectuels de l’archivistique contemporaine, même si l’on emploie à l’occasion le vocabulaire correspondant39. Ce sont justement les notions de classement, et encore plus de cadre de classement, qui doivent être prises avec beaucoup de précautions. Les archives sont mises en ordre, ceci de manière souvent diverse selon les institutions concernées, mais cette mise en ordre n’implique pas la création intellectuelle d’une structure abstraite dans laquelle les masses documentaires seraient réparties. Leur rangement dans différentes catégories suit, la plupart du temps, bien plus la pente de la documentation présente dans tel ou tel fonds que la (re)structuration approfondie de son contenu ; et il est sans doute profondément conditionné par l’usage gestionnaire réel ou imaginé des documents. C’est ainsi qu’il est assez compréhensible, au fond, que bien des chartriers ou cartulaires monastiques semblent être ordonnés d’après une approche mêlant la géographie des documents concernés à l’autorité des auteurs d’actes. C’est aussi la vision que l’institution a d’elle-même, de son environnement géographique et institutionnel, ainsi que de sa propre histoire, qui tend ainsi à se refléter de manière plus ou moins directe dans l’ordonnancement des archives. Les fonds royaux40 ou princiers41 qui ont pu être étudiés donnent des exemples de phénomènes similaires, évidemment orientés selon les caractéristiques propres des institutions concernées.

  • 42 Voir aussi le bilan dressé par Chastang P., « L’archéologie du texte médiéval : autour de travaux (...)
  • 43 C’est le postulat qui sous-tend, par exemple, les travaux présentés dans le volume Melville G. (éd (...)

16Tout ceci a naturellement conduit à s’interroger sur les fonctions remplies par les archives ou partie d’entre elles, en une multitude de réflexions qui ne sont pas sans rappeler certaines de celles qui ont pu être menées sur les cartulaires42 – ce qui est bien normal, ne serait-ce que parce que les cartulaires ont leur base dans les chartriers, quand bien même cette base peut se combiner à l’infini avec d’autres genres textuels. En fait, dans les deux cas, c’est la difficulté, voire l’impossibilité qu’il y a parfois à cerner les objectifs concrets d’une démarche qui peuvent amener à supposer notamment des rôles symboliques ou mémoriels à certains rassemblements documentaires ou, dans le cas des chartriers auxquels il est difficile de n’attribuer qu’un rôle symbolique, à leur mise en ordre. Ceci est bien entendu parfaitement légitime et livre des analyses extrêmement stimulantes. Quelques précautions doivent cependant être observées. S’il est normal de s’interroger sur un objet et d’en traquer les cohérences et les usages sociaux, il ne faut pas en faire l’alternative automatique à des utilisations que l’on n’arrive pas à cerner. Tout d’abord, la mise en œuvre concrète, ainsi que la reconstitution éventuelle de cette dernière, n’est pas une alternative à l’analyse à un niveau symbolique des éléments mis en jeu ou du résultat obtenu. Il n’est rien de si banal ou de si bassement matériel qui ne puisse faire sens au-delà de lui-même43 et, surtout, être analysé ou interprété comme tel. Il faut donc se garder d’un réflexe inconscient qui consisterait à chercher le symbole là où l’on ne pourrait reconstituer le pratique ; l’un n’exclut pas l’autre, aussi peu qu’il ne l’induit ou ne le remplace.

17De même, il peut être dangereux de supposer que le fait que l’historien n’arrive pas à reconstituer une image satisfaisante de l’utilisation ou de l’utilité concrète d’un document, d’un ensemble de documents ou de tout équipement imaginable ne signifie en rien, d’une part, qu’elles n’aient pas existé, d’autre part et surtout, qu’elle n’aient pas été envisagées. Constater leur probable échec ou l’inadéquation des solutions envisagées à un problème n’est pas équivalent à penser que résoudre le problème concerné était hors de l’intention des acteurs dont les efforts sont l’objet de l’analyse historique ; et le fait irréfutable que le rôle social d’un objet quelconque puisse dépasser de très loin les intentions déclarées ou conscientes de ceux qui le mettent en œuvre ne veut pas dire que l’intention en question ne doit pas être considérée, ni qu’elle est historiquement moins signifiante.

  • 44 À partir de ses travaux, dont Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darms (...)

18Une difficulté supplémentaire, mais non dirimante, est représentée par le fait que dès que l’on quitte le niveau d’une analyse totalement abstraite, s’intéresser au symbole et à la manière dont il fonctionne signifie également en supposer la réception ; or, celle-ci ne peut être qu’imparfaitement appréhendée, surtout en ce qui concerne les ensembles archivistiques eux-mêmes. Les cartulaires portent éventuellement des marques de lecture, dans un certain nombre de cas assez rares, l’on peut saisir des utilisations concrètes d’un fonds ; mais il n’est pas possible de saisir fondamentalement l’effet d’un arrangement symbolique si celui-ci n’est pas lié à une action censée produire un résultat – comme c’est le cas des phénomènes de « communication symbolique » étudiés par Gerd Althoff44 –, ou si la mise en scène n’est pas l’essence revendiquée de l’événement – comme c’est le cas d’une entrée royale ou d’un joyeux avènement. Cela n’interdit aucunement de se poser de telles questions, et encore moins d’y apporter des réponses ; mais il faut bien en admettre l’aspect inductif et se résoudre à l’idée qu’elles peuvent elles aussi être fortement conditionnées au travers d’un phénomène de réception – par l’historien.

Conclusion

19Ces précautions prises, il est tout à fait loisible d’envisager les archives et les productions qui en sont issues aussi sous l’angle de fonctions symboliques, mémorielles ou identitaires. Et il est vrai qu’en ce domaine, les différents classements et mises en ordre sont riches en sens. Qu’il s’agisse de l’arrangement matériel ou de ce que l’on peut supposer des catégories intellectuelles concernées, le classement ou la mise en ordre peuvent se montrer révélateurs. Mais ce que traduisent bien les nombreux cas où les cotes ne sont issues d’aucun autre système que le simple repérage d’une pièce dans un contenant, c’est qu’il s’agit souvent bien plus de construire une représentation d’un monde très fortement polarisé autour de l’institution que d’insérer son image dans des systèmes abstraits d’appréhension du monde. Il ne faut pas oublier que l’« archivistique médiévale » n’est qu’une construction intellectuelle destinée à désigner un objet d’étude ; pour habiles qu’aient pu être les archivistes du Moyen Âge, leur travail restait fondamentalement une pratique, sur laquelle les réflexions théoriques explicites n’existaient pas – ce qui ne fait, au fond, que rendre encore plus remarquables les usages multiples et enchâssés qui ont pu en être faits.

Notes

1 Un exemple en est fourni par Nebbiai D., La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, XIe-XVe siècle, Paris, CNRS Éditions, 2005, 343 p., sans compter les répertoires tels que Bondéelle-Souchier A., Bibliothèques de l’ordre de Prémontré dans la France d’Ancien Régime, t. I, Répertoire des abbayes, Paris, CNRS Éditions, 2000, 383 p. ; voir aussi le site Libraria, [http://www.libraria.fr/], consulté le 6 décembre 2012.

2 Un exemple d’étude en commun a été donné par Gadrat C., Bertrand P., « Les archives et la bibliothèque du couvent des Dominicains de Rodez. Jalons pour une enquête », Revue Mabillon, no 76, 2004, p. 231-235.

3 Barret S., La mémoire et l’écrit : l’abbaye de Cluny et ses archives (Xe-XVIIIe siècle), Münster, Lit Verlag, 2004, 458 p. et IX pl. Je me permettrai d’y renvoyer pour un certain nombre de points, ainsi qu’à d’autres de mes travaux sur les archives médiévales, sans néanmoins le faire systématiquement, pour ne pas alourdir inutilement l’apparat de notes. J’y renvoie dès maintenant pour la bibliographie et l’historiographie de l’archivistique, ainsi qu’à Barret S., « L’institutionnalisation de la mémoire : les archives ecclésiastiques », G. Andenna (éd.), Pensiero e sperimentazioni istituzionali nella ‘societas christiana’ (1046-1250), atti della sedicesima Settimana internazionale di Studio, Mendola, 26-31 agosto 2004, Milan, Vita e Pensiero, 2007, p. 464-485, aux p. 463-470 pour une bibliographie un peu plus à jour. On y ajoutera, outre la bibliographie en ligne de l’École des chartes ([http://theleme.enc.sorbonne.fr/bibliographies/archivistique_medievale], consulté le 30 novembre 2012), le bilan de Guyotjeannin O., Morelle L., « Tradition et réception de l’acte médiéval : jalons pour un bilan des recherches », Archiv für Diplomatik, no 53, 2007, p. 367-403, ainsi que Anheim É., Poncet O. (éd.), Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, Revue de synthèse, no 125, 2004, p. 1-195. Assez récemment est paru Chastang P., Feller L., Martin J.-M., « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi. Problèmes de documentation cassinéenne : chartes, rouleaux, registres », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, no 121-1, 2009, p. 99-135.

4 En raison de l’incompétence de l’auteur de ces lignes dans les matières concernées, le terme de « raison classificatoire » sera ici utilisé comme clin d’œil au titre du séminaire duquel le présent article est issu.

5 Guyotjeannin O., « Les méthodes de travail des archivistes du roi de France (XIIIe-début XVIe siècle) », Archiv für Diplomatik, no 42, 1996, p. 295-373, aux p. 307-308, et id., « La science des archives à Saint-Denis (fin du XIIIe-début du XVIe siècle) », Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 339-353, aux p. 348-349.

6 Les documents exploités sont conservés dans diverses collections de la Bibliothèque nationale de France, notamment dans les fonds latin, des nouvelles acquisitions latines et dans la collection de Bourgogne. Le tableau en est donné dans Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 39-58. L’on se reportera aussi à Delisle L., Inventaire des manuscrits de la Bibliothèque nationale. Fonds de Cluny, Paris, Bibliothèque nationale, 1884.

7 C’est à une remarque de Marc Smith lors de mon intervention sur le thème « Classements, lectures, réceptions : l’annotation de la documentation archivistique médiévale », donnée dans le cadre de la journée d’étude Sciences érudites et écritures contemporaines, Paris, IIAC/Anthropologie de l’écriture, 20 janvier 2010 (organisateurs : Claire Bustarret, Béatrice Fraenkel et Yann Potin), que je dois d’avoir saisi que certaines cotes de la première strate dont il sera ici question ne pouvaient, paléographiquement parlant, pas être datées d’avant le XVIIe siècle.

8 Saône-et-Loire, arr. Mâcon, con Tramayes, cne Saint-Pierre-le-Vieux.

9 Saône-et-Loire, arr. Mâcon, con Cluny.

10 Ou Bézornay, Saône-et-Loire, arr. Mâcon, con Cluny, cne Saint-Vincent-des-Prés.

11 Saône-et-Loire, arr. Mâcon, cant. Cluny, cne Lournand.

12 Clavadetscher O. P., Staerkle P., Die Dorsualnotizen der älteren St. Galler Urkunden, Faksimile-Ausgabe, Saint-Gall, Fehr’sche Buchhandlung, 1970, 175 p., ainsi que Staerkle P., Die Rückvermerke der älteren St. Galler Urkunden, Saint-Gall, Fehr’sche Buchhandlung, 1966, 83 p.

13 Il n’est peut-être pas mal à propos de rappeler ici ce qu’est un cartulaire, au moyen de la définition qu’en donne Cárcel Ortí M. M. (éd.), Vocabulaire international de la diplomatique, Valence, Universitat de València, 1997 [2e édition], p. 35-36 : « Un cartulaire (lat. : C(h)artularium) est un recueil de copies de ses propres documents, établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume ou plus rarement dans un rouleau, transcrit ou fait transcrire intégralement ou parfois en extraits des titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation. » Il faut noter que bien des nuances et des dimensions s’ajoutent à cette définition de base.

14 Je me permets de renvoyer ici à Barret S., « Archives médiévales, temps et légitimation », A. Kehnel et C. Andenna (éd.), C. Caby et G. Melville (collab. scient.), Paradoxien der Legitimation. Ergebnisse einer deutsch-italienisch-französischen Villa-Vigoni-Konferenz zur Macht im Mittelalter, Florence, Sismel-edizioni del Galluzzo, 2010, p. 259-296, à la p. 268.

15 Suite à l’impulsion donnée, en France, par le recueil Guyotjeannin O., Morelle L., Parisse M. (éd.), Les cartulaires, actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS, Paris, 5-7 décembre 1991, Paris, École des chartes, 1993, 519 p., ont été publiés des travaux tels que Le Blévec D. (dir.), Les cartulaires méridionaux, actes du colloque, Béziers, 20-21 septembre 2002, Paris, École des chartes, 2006, 270 p. et VIII pl. ; Chastang P., Lire, écrire, transcrire : le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc, XIe-XIIIe siècle, Paris, CTHS, 2001, 459 p. donne un bon exemple de ce que de telles recherches permettent.

16 Sur les doyennés clunisiens et leur rôle structurant, Garrigou Grandchamp P., Guerreau A., Salvèque J.-D., Impey E. (collab.), « Doyennés et granges de Cluny : exploitations domaniales et résidences seigneuriales monastiques en clunisois du XIe au XIVe siècle », Bulletin monumental, no 157, 1999, p. 71-113 ; Guerreau A., « Douze doyennés clunisiens au milieu du XIIe siècle », Annales de Bourgogne, no 52, 1980, p. 83-128, et la synthèse de Méhu D., Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny (Xe-XVe siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2001, p. 87-110.

17 Avec des notations en marge des différents cartulaires telles que Nota antiquitatem castri Lordoni, Nota quod tempore Bernoni jam erat castrum Lordoni, Nota de donatione castri de Lorduno facta sancto Maiolo – nam autem dicebatur Mons Acutus, Nota quod tempore beati Hugunis Lurduno erat decanus, De tempore beati Odilonis castrum Lurduni erat istius ecclesie… Cf. Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 301.

18 Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 123-132, part. p. 131-132.

19 Barret S., « La tour des Archives de l’abbaye de Cluny », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 10, 2e semestre 2005, p. 9-17 et pour l’éventuelle installation des archives dans la tour au XIIIe siècle, Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 230-233. Sur l’avant-nef ou Galilée de Cluny III, voir Baud A., Cluny, un grand chantier médiéval au cœur de l’Europe, Paris, Picard, 2003, p. 166-168.

20 Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 13873.

21 Pour une description plus détaillée avec les références, Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 326-328.

22 Édition avec fac-similé dans Atsma H., Barret S., Vezin J. (éd.), Les plus anciens documents originaux de l’abbaye de Cluny, t. I, no 4, Turnhout, Brepols, 1997-2002, 3 vol. parus, p. 33-39, reproduction à la p. 37.

23 Les deux documents concernés sont les Bibl. nat. de Fr., Bourgogne 80, nos 212 et 217.

24 Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 13873, fo 113.

25 « Vous êtes la lumière du monde », Mat. 5, 14.

26 Repris même dans le titre de la synthèse fondamentale de Wollasch J., Cluny, Licht der Welt : Aufstieg und Niedergang der klösterlichen Gemeinschaft, Düsserldorf, Patmos Verlag, 2001 [2e édition], 383 p.

27 Dans l’inventaire : Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 13873, fo 20 et au dos d’un original douteux : Bibl. nat. de Fr., Bourgogne 80, no 256 (Alexandre III, 9 janvier 1160, JL † 10614) ; le no 237 (Lucius II, 11 janvier 1145, JL 8707) porte lui Etsi ecclesiarum omnium.

28 Citons à nouveau Cárcel Ortí M. M. (éd.), Vocabulaire international de la diplomatique, op. cit., no 196 bis, p. 56-57 : « Le préambule (lat. : arenga, exordium, proemium) est la partie du texte par laquelle celui-ci est justifié de façon générale par des considérations juridiques, religieuses, morales ou simplement de convenance (telles que “Quoniam labilis est memoria”). »

29 Ainsi, l’ordinatio dont il sera question plus bas reprend-elle pour désigner des actes pontificaux tant des incipit que des pseudo-incipit ; mais cela n’autorise pas à penser qu’ils ont été systématiquement utilisés comme cotes.

30 Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 13873, fo 79 : Item, alie tresdecim bulle per omnia similes, quotatis diversis quotis, simul in uno faudello ligate, incipientes omnes “Religionis vestre”.

31 Cartulaire « E » de Cluny, Bibl. nat. de Fr., ms. lat. 5458, fo 3-3vo et 284. Publié dans Bernard A., Bruel A. (éd.), Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, t. VI, Paris, Imprimerie nationale, 1876-1904, 6 vol. , p. 947-953 et dans Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 415-424.

32 Oberste J., « Contra prelatos qui gravant loca et personas ordinis : Bischöfe und Cluniazenser im Zeitalter von Krisen und Reformen 12./13. Jahrhundert », G. Constable, G. Melville et J. Oberste (éd.), Die Cluniazenser in ihrem politisch-sozialen Umfeld, Münster, Lit Verlag, 1998, p. 349-392, à la p. 392.

33 Cygler F., Das Generalkapitel im hohen Mittelalter : Cisterzienser, Prämonstratenser, Kartäuser und Cluniazenser, Münster, Lit Verlag, 2002, p. 366 ; cela concerne, du reste, aussi les provinces lombardes, puis allemandes après 1289.

34 Respectivement Bibl. nat. de Fr., ms. nouv. acq. lat. 1497, 1498 et 2262. Ils ont fait l’objet d’un certain nombre d’études et de débats, concernant tant leur chronologie que leur confection et les enjeux de celle-ci ; voir Atsma H., Vezin J., « Gestion de la mémoire à l’époque de saint Hugues (1049-1109) : la genèse paléographique et codicologique du plus ancien cartulaire de l’abbaye de Cluny », Histoire et archives, no 7, 2000, p. 5-29, qui considère qu’il s’agit en fait d’un seul et même projet exécuté en deux phases dans la seconde moitié du XIe siècle, la seconde ayant probablement eu comme point de mire la visite à Cluny du pape Urbain II.

35 Rosenwein B., « Cluny’s Immunities in the Tenth and Eleventh Centuries. Images and narratives », G. Constable, G. Melville et J. Oberste (éd.), Die Cluniazenser, op. cit., p. 133-163, spéc. p. 145-159.

36 C’est-à-dire les cartulaires « D » et « E » principalement, Bibl. nat. de Fr., nouv. acq. lat. 766 et ms. lat. 5458.

37 Ce point (la séparation des actes pontificaux des autres dans les cartulaires et éventuellement dans les fonds d’archives) a été récemment abordé au-delà de Cluny par Müller H., « Überlieferungsformen franko-römischer Kontakte : zur Position der Papsturkunden in französischen Chartularen », K. Herbers et I. Fleisch (éd.), Erinnerung – Niederschrift – Nutzung. Das Papsttum und die Schriftlichkeit im mittelalterlichen Westeuropa, Berlin/New York, De Gruyter, 2011, p. 195-217, qui appelle à rester prudent et à éviter toute généralisation à outrance des pratiques qui peuvent être repérées (voir les conclusions p. 214-215).

38 Pour une vue plus détaillée, cf. Barret S., La mémoire et l’écrit, op. cit., p. 282-284.

39 Les incertitudes du vocabulaire médiéval dans ce secteur et dans des secteurs proches ont été soulignées, par exemple, tant par Guyotjeannin O., « Le vocabulaire de la diplomatique en latin médiéval », O. Weijers (éd.), Vocabulaire du livre et de l’écriture au Moyen Âge, actes de la table ronde, Paris 24-26 septembre 1987, Turnhout, Brepols, 1989, p. 120-134, que par Vernet A., « Du chartophylax au librarian », ibid., p. 155-167.

40 Guyotjeannin O., Potin Y., « La fabrique de la perpétuité. Le trésor des chartes et les archives du royaume (XIIIe-XIXe siècle) », É. Anheim et O. Poncet (éd.), Fabrique des archives, op. cit., p. 15-45 ; Guyotjeannin O., « Les méthodes de travail », art. cit. ; id., « Un archiviste du XIVe siècle entre érudition et service du prince : les Notabilia de Gérard de Montaigu », Histoires d’archives : recueil d’articles offerts à Lucie Favier par ses collègues et amis, Paris, Société des amis des Archives de France, 1997, p. 299-316.

41 Rück P., L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia sotto Amadeo VIII (1398-1451), Rome, Ufficio centrale per i beni archivistici, 1977, 156 p. ou Behne A. J., Das Archiv der Gonzaga von Mantua im Spätmittelalter, Inaugural-Dissertation… der Philipps-Universität [Marburg], Marbourg/Lahn, Philipps-Universität, 1990, 220 p.

42 Voir aussi le bilan dressé par Chastang P., « L’archéologie du texte médiéval : autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales HSS, no 63/2, mars-avril 2008, p. 245-269, spéc. p. 256-258.

43 C’est le postulat qui sous-tend, par exemple, les travaux présentés dans le volume Melville G. (éd.), Institutionalität und Symbolisierung, Verstetigungen kultureller Muster in Vergangenheit und Gegenwart, Cologne, Böhlau, 2001, IX-678 p. ; ainsi, l’article de Cygler F., « Zur institutionellen Symbolizität der dominikanischen Verfassung : Versuch einer Deutung », aux p. 409-423, qui applique ce programme aux constitutions des dominicains (voir spéc. p. 421-423).

44 À partir de ses travaux, dont Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, 256 p. n’est qu’un exemple parmi d’autres, s’est développé tout un secteur de recherche, incarné par exemple jusque fin 2011 par le groupe de recherche Symbolische Kommunikation und gesellschaftliche Wertesysteme (cf. [http://www.uni-muenster.de/SFB496/], consulté le 2 décembre 2012) et, comme cela arrive, une occasion de polémique, voir ainsi Buc P., The Dangers of Ritual. Between Early Medieval Texts and Social Scientific Theory, Princeton, Princeton University Press, 2001, IX-272 p. puis, en réaction au développement du débat, id. « The Monster and the Critics: A Ritual Reply », Early Medieval Europe, no 15, 2007, p. 441-452; ou encore Dinzelbacher P., Warum weint der König? Eine Kritik des mediävistischen Panritualismus, Badenweiler, Bachmann, 2009, 138 p., pour ne citer que quelques pièces d’un débat auquel a aussi participé, par exemple, Geoffrey Koziol.

Auteur

Chargé de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search