Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Troisieme partie. L'héritage ambivalent

Postface. Le palimpseste beccarien

Vincent Milliot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare, la civilisation règne [...].
L’adoucissement de la pénalité est un grand et sérieux progrès. Le XVIIIe siècle, c’est là une partie de sa gloire, a aboli la torture ; le XIXe siècle abolira certainement la peine de mort [...].
Vous venez de consacrer la première pensée du peuple, vous avez renversé le trône ; maintenant, consacrez l’autre, renversez l’échafaud ! »
Victor Hugo, Discours à l’Assemblée nationale, séance du 15 septembre 1848.

Au moment de la réception immédiate de l’œuvre de Beccaria, deux attitudes contraires s’affrontent assez vite. Il y a d’abord l’enthousiasme et l’accueil élogieux du « parti des philosophes » et au sein de la République des Lettres : Voltaire, Diderot ou Grimm, d’Alembert ou l’abbé Morellet qui traduit rapidement le libelle du philosophe milanais, se manifestent dans ce sens. Tous reconnaissent dans ce texte non seulement la dénonciation des excès, de...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search