Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Troisieme partie. L'héritage ambivalent

Retour à la proportion selon Beccaria dans le droit pénal international

Diane Bernard et Damien Scalia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cesare Beccaria s’inscrit dans le sillage de Montesquieu qui écrit :

« Il est essentiel que les peines aient de l’harmonie entre elles, parce qu’il est essentiel que l’on évite plutôt un grand crime qu’un moindre, ce qui attaque plus la société, que ce qui la choque moins1. »

Le Milanais consacre un chapitre complet de son œuvre majeure à la « proportion entre les délits et les peines2 ». Il y martèle cette exigence de proportionnalité à plusieurs reprises pour en faire un garde-fou contre l’arbitraire d’un souverain démesurément répressif : la proportionnalité constitue pour lui un instrument de modération et de justesse des peines3. Cette proposition revêt un intérêt tout particulier en droit actuel, notamment en droit international pénal.

Cette discipline se définit comme le « droit des crimes les plus graves », visant en particulier le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité. Ce sont là des actes que Beccaria aurait sans doute considéré comme des plus inaccep...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search