Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Deuxième partie. Légalité et liberalisme

L’héritage de Beccaria en Italie. La mesure et la modération de la peine (XIXe-XXe siècles)1

Monica Stronati
Traduction de Élisabeth Salvi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon la Constitution républicaine italienne (art. 27), « les peines ne peuvent aller à l’encontre du principe d’humanité et doivent tendre à la rééducation du condamné ». Toutefois, cet article constitutionnel est bien éloigné de la condition carcérale contemporaine que dénonce la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg qui condamne l’Italie pour traitement inhumain et dégradant de détenus2. Soulignant les problèmes récurrents et structurels du monde carcéral italien (40 % environ des détenus sont incarcérés provisoirement en attente de jugement), la Cour invite l’État à instaurer rapidement des réformes sur l’ensemble du territoire. Non compétente pour « indiquer aux États des dispositions à prendre en ce qui concerne leurs politiques pénales et l’organisation de leur système pénitentiaire », la Cour européenne des Droits de l’Homme « rappelle que ses arrêts ont un caractère essentiellement déclaratoire et qu’il appartient en principe à l’État défendeur de choisir, sou...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search