Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Deuxième partie. Légalité et liberalisme

Beccaria dans la genèse de la prison en France avant 1850

Audrey Higelin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 23 Juin 2001, lors du premier Congrès contre la peine de mort (Strasbourg), le Parlement européen veut couronner les principes humanistes de Cesare Beccaria et des Lumières avec une « Journée mondiale contre la peine de mort et pour son abolition universelle ». Beccaria est systématiquement cité dès lors qu’il s’agit d’étudier l’abolitionnisme. En ce qui concerne la question carcérale au sens strict, voire l’architecture carcérale de manière restrictive, questionner son projet peut paraître saugrenu. Qu’en est-il de l’héritage réel ou supposé de Beccaria en ce qui concerne l’architecture carcérale au sens strict ? Y a-t-il vraiment un héritage ? Si oui, est-il réel – démontré par des sources écrites ou suffisamment attesté – ou fait-il partie de l’exégèse, de la glose que peut faire l’historien de l’art d’un édifice, convoquant lui-même ses propres références ?

Deux travaux qui ont fait date, de part et d’autre de la promulgation du premier Code Pénal en 1791, permettent de mesure...

Auteur

Université de Rennes 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search