Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Deuxième partie. Légalité et liberalisme

Responsabilité morale et défense sociale. Deux versions asymétriques de l’individualisation des peines en Belgique au XIXe siècle1

Yves Cartuyvels

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pensée pénale des Lumières, telle qu’elle sera notamment incarnée par Beccaria, introduit au cœur du droit pénal moderne le principe d’une pénalité nouvelle marquée par les idéaux de légalité et de proportionnalité de la peine à la gravité du délit ainsi que d’égalité abstraite des citoyens devant la peine. Si ce légalisme strict de la peine et ses corolaires connaîtront déjà des inflexions dans certains codes pénaux absolutistes à la fin du XVIIIe siècle, ils seront plus radicalement remis en question par deux modes d’individualisation de la peine au XIXe siècle : le premier, d’inspiration néo-classique, met l’accent sur la nécessaire individualisation de la peine pour mieux la proportionner à la responsabilité morale de l’auteur de l’infraction. Le second, plus tardif dans le siècle, propose également d’individualiser la réponse pénale à l’infraction mais, cette fois, en l’indexant à la dangerosité sociale du délinquant. Si dans le premier cas, c’est un principe moral de justic...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search