Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Deuxième partie. Légalité et liberalisme

Cesare Beccaria et les débuts de la réforme pénale américaine1

John D. Bessler

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin du XVIIIe siècle, les écrits de Cesare Beccaria circulent et inspirent plusieurs pères fondateurs des États-Unis2. George Washington et Thomas Jefferson se sont probablement procurés en 1769 des exemplaires de Des Délits et des peines tandis que, dès 1770, John Adams invoque les propos de Beccaria dans sa défense des soldats britanniques à la suite du massacre de Boston. Dans son allocution d’ouverture, Adams déclare :

« Je suis à la barre pour les prisonniers, et je veux m’en justifier seulement grâce aux mots du marquis de Beccaria : “[...] si, en défendant les droits des hommes et de l’invincible vérité, j’avais pu contribuer à arracher aux souffrances et aux angoisses de la mort une victime infortunée de la tyrannie ou de l’ignorance également funeste, les bénédictions et les larmes de joie d’un seul innocent me consoleraient du mépris des hommes”3. »

Le fils de John Adams, John Quincy Adams, fera plus tard une remarque au sujet de l’« effet électrisant » qu’eurent sur le...

Auteur

University of Baltimore School of Law et Georgetown University Law Center.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search