Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Première partie. Les lumières de la réforme

L’ombre de Morellet. Les premières traductions françaises de Beccaria (1765-1822)

Philippe Audegean

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pendant plus de deux siècles, jusqu’en 1965 et au-delà, la réception de Beccaria dans les pays de langue française a été marquée par deux traductions des Délits et des peines. La première, due à l’abbé André Morellet, a paru dès 1765, soit avant même la dernière édition italienne (dont les nouveautés avaient été communiquées au traducteur par l’auteur lui-même). Modifiant profondément l’ordre original du texte, elle a exercé sur le destin de l’ouvrage un effet décisif qui va bien au-delà de la seule aire francophone1. Mais c’est sans doute la seconde, parue en 1822 et due à Jacques-Albin-Simon Collin de Plancy, qui a exercé l’influence la plus durable, notamment grâce à la célèbre édition procurée en 1856 par Faustin Hélie2. Aucune autre traduction française n’a ensuite vu le jour avant 19653.

C’est sur la base de ce constat que, pour éclairer la réception de Beccaria dans les pays francophones, j’ai voulu m’interroger sur les choix herméneutiques accomplis par ces deux traducteurs. ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search