Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Première partie. Les lumières de la réforme

Émules et censeurs du traité Des délits et des peines Voltaire et Joseph von Montag

Albrecht Burkardt

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vivement critiquée par Cesare Beccaria pour avoir « couvert l’Europe de sang humain » et « élevé de funestes bûchers où des corps d’hommes vivants servaient d’aliment aux flammes1 », l’Inquisition romaine interdit le traité des Délits et des peines le 3 février 17662. Deux ans plus tard, la Congrégation poursuit sa croisade contre le pamphlet beccarien : elle censure le commentaire anonyme de Voltaire (1766), diffusé en italien dans la péninsule dès 17673, ainsi que l’édition de Joseph von Montag, publiée à Prague en 17674. À ce jour, nous avons retrouvé trois exemplaires du texte de Montag (Brno, Prague, Londres)5.

Or, le verdict du censeur Pietro Lazzari (1710-1789) n’est imprimé que le 26 mars 17706. Pietro Lazzari est un jésuite, consulteur de la Congrégation et professeur d’histoire ecclésiastique au Collège romain (1742-1773)7. Après la première condamnation du Traité de Beccaria, Lazzari attaque deux ouvrages français et pragois qui s’en inspirent :

« Il y a quelque temps » (ia...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search