Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Première partie. Les lumières de la réforme

L’anti-beccarien Carlantonio Pilati écarté au Concours de la Société économique de Berne (1777-1780)1

Serena Luzzi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parmi les textes que la Société économique de Berne reçoit pour le concours institué en 1777 sur la réforme du droit pénal, figure le Plan du juriste habsbourgeois Carlantonio Pilati, né en 1733 dans la principauté ecclésiastique de Trente, étudiant en droit à Salzbourg, professeur à Helmstedt, décédé en 18022. La notoriété de l’anticlérical Pilati provient de ses travaux de droit privé et sur le mariage, car il est le premier en Italie à légitimer le divorce3. Sa proposition envoyée à Berne échoue. Si la réception du manuscrit ressort des protocoles de la Société (no 43), nulle trace du texte4. La Bibliothèque municipale de Trente en possède une version anonyme (obligation du concours bernois)5. On y lit un réformisme en rupture avec celui de Beccaria, car Pilati s’inspire du modèle anglais qu’il adapte en faveur de l’arbitraire du juge considéré comme inaliénable. Si le jeune Jeremy Bentham informe Pilati du concours, son réformisme s’oppose à la philosophie pénale de Beccaria.

Dur...

Auteur

Università degli studi di Trento.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search