Version classiqueVersion mobile

Cesare Beccaria

 | 
Michel Porret
, 
Élisabeth Salvi

Première partie. Les lumières de la réforme

Justice pénale et liberté civile : le « moment Beccaria » dans les Lumières napolitaines1

Dario Ippolito

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon Giovanni Tarello le « problème pénal n’a jamais été aussi débattu que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle2 ». L’origine conceptuelle de la question génère une vision profondément renouvelée de la civitas terrena. L’ordre autoritaire des inégalités de statut est disputé par la pensée des Lumières dans laquelle l’individu engendre l’artifice politique. Ses droits fondamentaux sont alors déclarés inaliénables et leur protection apparaît comme le fondement de la légitimité du pouvoir. On comprend pourquoi la législation et la justice pénales revêtent une importance cruciale dans l’État. Le développement théorique d’un paradigme de gouvernement caractérisé par la subordination de l’autorité publique à la loi en vue de la protection des individus privilégie conjointement la question de la qualification des crimes et de la détermination des peines ainsi que celle des règles de procédure pénale3.

Dans un tel discours politique ex parte civium, le droit de punir peut apparaître dans...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search