Version classiqueVersion mobile

La Radio en langue bretonne

 | 
Ronan Calvez

Troisième mouvement. Testaments

Chapitre VI : Les apocryphes

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

ni l’avenir ni le passé n’existent.

  • 1 Confessions, livre 11, chapitre 1.

1Saint Augustin1

2Roparz Hemon et Pierre Hélias ont, ou finissent par avoir, une position commune : l’insatisfaction devant le temps présent. De plus, ils ont tous les deux écrit un Ancien et un Nouveau Testaments qui ont en commun d’être apocryphes.

.

  • 2 Pierre Hélias, « Folklore et Éducation Artistique » Ar Falz : n° 6, novembre-décembre 1954, p. 78  (...)
  • 3 Tonton Loullig o vont en hent/Tonton Loullig en voyage, diffusé le 11 juillet 1954.

3L’idéologie de Gwalarn procédait de la volonté d’enchanter un monde dans lequel Roparz Hemon ne se reconnaissait pas ; la guerre permit de faire entrer fictivement la réalité dans le moule des idées. Pierre Hélias, lui, a été confronté à une révolution silencieuse et le monde de son enfance s’est évanoui sous ses yeux. On observe chez lui une tension permanente entre, d’une part, un monde qu’il a observé et dont il est le témoin et, d’autre part, un monde qu’il invente. De surcroît, il a une mission à remplir. La Bretagne, dans l’immédiat après-guerre, bascule dans la folklorisation. Or c’est lui, en tant qu’animateur de radio devenu président de la Commission Nationale de Folklore de l’UFOLEA qui va fournir une bonne partie du discours théorique concernant le folklore ; la revue Ar Falz reproduit son rapport à cette Commission, intitulé « Folklore et Éducation Artistique2 ». Dans ce long texte, la pensée de Pierre Hélias se développe alors qu’il travaille toujours pour la radio ; sur un autre plan, on a ici un complément au sketch radiophonique de la série des « Loullig » précité, lequel est une défense et illustration du folklore3.

« I – L’intérêt du folklore
Il nous faut d’abord prendre une conscience claire de quelques-unes des raisons déterminantes qui doivent nous dicter notre position à l’égard du folklore.

  1. Notre but essentiel est l’éducation populaire, c’est-à-dire la formation du goût de la masse et son accession à la beauté artistique sous toutes ses formes. Or, on ne peut nier l’incompréhension qui sépare du “grand art” un Public obnubilé par le style Lévitan et le calendrier des Postes. Si l’on veut sincèrement combler ce fossé, il faut se souvenir que le peuple possède une tradition artistique. Les danses, les chants, la musique de nos provinces relèvent d’un art populaire original, inculte certes, mais épuré par les siècles et qui constitue un capital de départ, un potentiel très riche que l’éducateur ne saurait méconnaître sous peine de courir à l’échec. Il faut partir de ce qui existe, même s’il est parfois inconscient ou, pis encore, délibérément nié. […]
  2. On ne peut accéder au sentiment total de l’art quand on méconnaît ses formes populaires, car il est incontestable qu’elles ont influencé depuis toujours les grands artistes. Ce serait un bilan impressionnant que celui des emprunts faits par les grands musiciens à la veine provinciale. À bien considérer les choses, l’art français est nourri de folklore et le miraculeux équilibre des grandes époques a été possible parce que la présence sous-jacente des formes populaires a pu préserver nos talents et nos génies de l’énervement cérébral et des contagions éphémères. Un art intellectuel ou doctrinaire meurt très vite d’épuisement. La leçon du peuple lui donne la chair et le sang. La méconnaissance du folklore aboutit au désastreux académisme et à la pompeuse froideur. Le folklore n’est pas tout, bien sûr, il s’en faut de beaucoup. Mais sans lui tout art se condamne à l’infirmité. On n’est véritablement un grand artiste que lorsqu’on est reconnu, aussi, du peuple, adopté par lui, tôt ou tard. Sinon, on demeure un officiant de chapelle. Et que la chapelle soit magnifique n’y change rien. Ainsi se distingue Hugo de Mallarmé. C’est une vérité qui commence à entrer dans les cerveaux.
  3. On en arrive, enfin, à concéder au folklore la place qui lui revient. Longtemps négligé ou tenu pour mineur, il s’impose maintenant comme une science riche d’enseignement qui est en passe de révolutionner l’histoire et la sociologie. Nous n’en voulons pour preuve que l’existence et l’activité du Musée des Arts et Traditions Populaires ainsi que l’essor de l’ethnographie. Le folklore se taille une place prépondérante dans l’art moderne qui exalte, à juste titre, la valeur inspiratrice des créations populaires, depuis les masques nègres jusqu’aux statuettes précolombiennes.
  4. Cette actualité du folklore est telle que nous assistons, depuis plusieurs lustres, à l’engouement du public pour la musique, les chants et les danses empruntés aux folklores étrangers (jazz, chanteurs noirs, ballets de l’Amérique Latine, danseuses de Bâli, des Indes, etc…). Le danger est que le goût français risque d’être submergé et abâtardi par ces apports trop massifs d’éléments nouveaux, qui l’ont sans doute sauvé d’un byzantisme mais ne sont que rarement compatibles avec nos façons originales de sentir. Il est donc prudent qu’il se retrempe dans notre folklore s’il ne veut pas se renier lui-même et se faire, en quelque sorte, coloniser. […]

II – Principes d’une action
Nous n’ignorons pas que pour beaucoup le mot “folklore”, déjà vague et déplaisant par lui-même, est devenu synonyme de médiocrité, qu’il existe un riche folklore du peuple de Paris, qui a été célébré par de grands écrivains et qui n’a pas peu contribué au renom de Paris, ville de France avant d’être capitale de tout ce que l’on voudra. C’est un point de vue qui mérite des développements dont la place n’est pas ici. En ce qui nous concerne, le folklore nous intéresse dans ses aspects artistiques susceptibles de nous enrichir par leur valeur exemplaire. Mais :

  • Qu’il soit entendu, une fois pour toutes, que tout l’art populaire n’est pas valable. Ce serait trop facile. Un meuble ne nous plaira pas parce qu’il est authentiquement savoyard ou basque, mais d’abord parce qu’il est beau4. Il y a de mauvaises périodes et des erreurs. Et foin des “bretonneries” !
  • On a trop tendance à confondre le folklore avec je ne sais quelle religion sentimentale du passé. Or, le passé ne nous intéresse que dans la mesure
    • où il conditionne et éclaire le présent
    • où il se continue dans le présent
    • où il est susceptible de préparer un avenir

    c’est-à-dire que nous en retiendrons les parties vivantes, les caractères permanents et profonds, au mépris de l’accidentel. Nous ne sommes pas des conservateurs de musée. Nous estimons qu’il faut maintenir ce qui mérite d’être maintenu et laisser mourir ce qui n’a plus de raison de vivre ; qu’il faut adapter aux nouvelles conditions de vie ce qui risque de se perdre faute de pouvoir ou de savoir s’adapter à temps et qui représente cependant une réelle valeur artistique dont la disparition serait une perte pour tous. C’est un problème de conversion. […]
  • En résumé, notre action visera d’abord à maintenir et à retrouver certaines inspirations autochtones qui ont été perdues et sacrifiées. C’est-à-dire que nous essayerons de ménager une continuité française et de prendre des assurances pour notre avenir. Car qui peut dire d’où viendra demain le renouvellement de l’art5 ? »

4Rédigé à l’intention des membres de la Ligue de l’Enseignement… français, ce texte porte la marque de la prudence de son auteur quant à une quelconque politisation des folklores régionaux. Folklore n’est pas régionalisme. Pierre Hélias, riche de son expérience radiophonique, entend promouvoir la radio – nous sommes en 1954 – pour éduquer le peuple et lui faire connaître la richesse de sa culture. Car le producteur, loin de ne voir dans la radio qu’une technique, l’élève au rang d’un art, un art qui doit se nourrir de tout le folklore populaire breton car, « un art intellectuel ou doctrinaire meurt très vite d’épuisement ». Qui sait si, dans l’esprit de Pierre Hélias, il ne se considère pas lui-même comme le Victor Hugo de l’art radiophonique, Roparz Hemon en étant le Stéphane Mallarmé ? Ce long texte témoigne : usant d’un vocabulaire bien riche et explicite, le professeur est un excellent pédagogue, même avec ses pairs de la Ligue de l’Enseignement. Ces derniers apprennent donc que, grâce au folklore qui est une « science », l’art reçoit du peuple « la chair et le sang ». Sont donc regroupés sous la bannière du folklore, et le cœur et l’esprit, à savoir tout l’homme dans sa riche complexité. Son développement est le moyen de retrouver la culture, mais aussi la nature originelle de l’homme : « nos façons originales de sentir », « l’héritage de plusieurs siècles », « inspirations autochtones »…

  • 6 Cf. P.J. Hélias, Le quêteur…, op. cit., p. 281.

5Sur ces bases théoriques se bâtit la pratique radiophonique : pour Pierre Hélias, les émissions thématiques sont le moyen de mettre en lumière un folklore oublié ou enfoui sous le poids des ans, de faire connaître « les caractères permanents et profonds ». Ceci dit, le Bigouden, on l’a vu, ne se contente pas de présenter le folklore de Poullfaouig : il le crée, notamment grâce à la mise en ondes de tous ces contes. Poullfaouiguiser, c’est faire un art inspiré : la « leçon du peuple », qui lui donne « la chair et le sang », est bien apprise. Pierre Hélias a le sentiment de renouveler l’art en général, le radiophonique breton en particulier. « Car qui peut dire d’où viendra demain le renouvellement de l’art ? » Surgit à nouveau, frappante, une similitude avec le dessein de Roparz Hemon dans Gwalarn, en 1925, et dans sa mise en application durant l’Occupation. La poullfaouiguisation, elle aussi, relève de l’intemporalité : il s’agit bien en effet de faire durer les « caractères permanents et profonds » du passé dans le présent, afin que ce passé conditionne et éclaire le présent et qu’il soit susceptible de préparer un avenir. D’ailleurs, le conte n’est-il pas intemporel6 ?

  • 7 Cf. S. Leanza, « Livres sapientiaux », Dictionnaire Encyclopédique du Christianisme Ancien, volume (...)

6Je n’ai pas la certitude que Pierre Hélias ait été un grand lecteur de la Bible. Mais enfin, le Livre est une composante essentielle de la culture européenne et c’est pourquoi j’ai déjà risqué plus haut le terme de messie en l’appliquant à Roparz Hemon et en comprenant ce terme dans son acception néotestamentaire. Pour ce qui est du professeur à l’École normale de garçons, c’est plutôt dans l’Ancien Testament que l’on trouve une interprétation de son projet, plus particulièrement à la lecture du Livre des Proverbes et de l’Ecclésiaste : la diversité ne fait jamais que cacher l’éternel retour des choses7. C’est d’ailleurs Hélias lui-même qui écrit que :

  • 8 P.-J. Hélias, Hommes de paroles de Jean Royer, p. 63.

« la TSF a permis en Bretagne de remettre en fonction un certain nombre de conteurs et de chanteurs. Depuis longtemps les femmes ne chantaient plus en breton : pour chanter, pour conter, il faut avoir devant soi des complices, des gens qui vous comprennent, qui ne se moquent pas de vous et ne vous considèrent pas comme un résidu de fin de civilisation décadente. Or, le breton était déjà considéré comme une langue dépassée. C’était l’ancien testament8 ! »

7En somme, ce qu’il nous propose, c’est de recenser avec lui toute une civilisation sa pientielle constituée depuis longtemps par les Bretons d’autrefois, et dans laquelle les Bretons d’aujourd’hui vont être à même de puiser des éléments pour le temps présent : tel est bien le but avoué de la série des « Loullig ». Mais c’est aussi ce qui sous tend la réalisation massive de contes radiophoniques : atteindre justement « l’âme » bretonne et sa sagesse intemporelle, mettre en lumière l’éternel retour des choses et des valeurs ancestrales. Lorsque Pierre Hélias poullfaouiguise, il fait de la littérature sapientielle.

8Mais en diffusant cette littérature, il essaie de précéder Roparz-Hemon, de montrer qu’avant la Pangée, messianique, il y a la Poullfaouig, sapientielle. Le Nouveau Testament puise une bonne partie de ses références dans les livres sapientiaux : Pierre Hélias propose à la Pangée une autre genèse que celle de Gwalarn. Il la nomme folklore, il l’a aussi appelée « âme » ou « civilisation ». C’est dans cette civilisation populaire paysanne qu’il faut puiser et c’est là que se trouve la source de l’identité bretonne.

  • 9 P.-J. Hélias, Le Cheval d’orgueil…, op. cit., p. 541.

« Un de mes amis, qui n’est pas suspect d’abandon, a fait ses comptes. En l’an 2000, dans vingt-cinq ans, les bretonnants seront vingt-cinq mille. S’il s’agit des usagers constants, quotidiens, de la langue, au train où vont les choses c’est beaucoup, car cela témoignerait d’une belle force d’inertie. S’il s’agit de ses connaisseurs par étude et de ses utilisateurs privilégiés, c’est aussi beaucoup, bien qu’il faille sans doute se résoudre, il m’en coûte de le dire, à confier le sort du breton à l’action des intellectuels et assimilés qui risquent de tarir le cours agreste des ruisseaux pour se mirer dans un canal unique et construit de leurs mains. Mais c’est peu si, autour de ces vingt-cinq mille, il n’y a pas une foule de gens tellement imprégnés de la civilisation qui sous-tend cette langue, même perdue pour eux, qu’ils puissent à juste titre revendiquer hautement leur identité bretonne9. »

9Ce texte a été publié vingt ans après que Pierre Hélias a cessé de prêcher en breton sur les ondes. Les réflexions qui clôturent son Cheval d’orgueil auraient bien été dignes de la chaire bretonne, d’une chaire laïque du haut de laquelle le clerc sécularisé bigouden aurait répandu ses réflexions à la fois pertinentes et désabusées sur l’églisée de la Pointe de Bretagne prête à l’écouter. En 1975, quand il publie le Cheval d’orgueil, Pierre-Jakez Hélias aassisté, comme tout le monde, à l’effondrement de la langue parlée dans le peuple. Pendant douze ans, à partir de 1946, il a servi cette langue, il a réconcilié ses auditeurs avec elle, il a tenté de dégager les fondements, ou les éléments d’une civilisation bretonne. A-t-il été, à la suite et à la place de Roparz Hemon, le grand-prêtre du breton et de la Bretagne ? Dans une certaine mesure, oui. L’un et l’autre, les deux professeurs ont parlé en lieu et place du peuple, en s’imaginant parler en son nom. Cruelle constatation : chacun d’entre eux n’a guère parlé que de lui-même.

10Promu par l’instigateur des émissions bretonnes de la radio, le Sonderführer Weisgerber, Roparz Hemon a saisi l’occasion de transmettre l’idéologie qu’il avait forgée depuis quinze ans. Il a été émetteur, après avoir été récepteur, notamment des théories diffusées par Weisgerber lui-même. La radio bretonne devait permettre aux Bretons aliénés de retrouver la Bretagne. La non réception des programmes en Basse-Bretagne a rendu l’objectif complètement irréalisable ; dans ces conditions, les émissions bretonnes ne s’adressaient guère qu’à des convertis. Mais la voix de la Pangée a été plus que cela. Une des dernières pièces radiodiffusées, on le sait, c’est Roperzh Emmet de Roparz Hemon. Jamais l’identification de l’auteur avec un de ses personnages n’a été aussi nette. Roparz Hemon se justifie de l’accusation de collaboration qui va – il le sait – lui être faite. « Si j’ai collaboré avec les Français, fait-il dire à Emmet, je n’ai fait cela que pour le bien de l’Irlande, rien de plus. »

  • 10 Diffusé le 22 avril 1944. Publié dans le n° 165 de Gwalarn, op. cit., p. 282-283.

« Ma klaskfe ar C’hallaoued ober en Iwerzhon ar pezh a ra ar Saozon, e savfen aenep dezho evel ma savan aenep deoc’h. Lavaret o deus e teuint egiz skoazellerion. Mat pell ’zo ! Ma teufent egiz enebourion ha gwaskerion, brezel a rafen dezho gant va holl nerzh. Hag an ali a rofen d’am c’henvroiz e ve mont dezho war an traezh, ur c’hleze ganto en un dorn hag ur flammerenndan en egile. Zoken, o lazhañ a rafen en o bagoù kent dezho bezañ saotret douar va bro. Rak ar vuhez dindan estrenion a zo koulz hag ar marv. Hogen, n’eo ket evel enebourion e tlee dont ar C’hallaoued. Gortoz a raen, gwir eo, skoazell digant ar C’hallaoued. Fellout a rae din avat diskouez dezho e telleze Iwerzhoniz ar skoazellse, e oant skuizh o vezañ sklaved ha darev da zifenn ounan frankiz o bro. Deut e vijent egiz estrenion, hag aet kuit evel mignoned, goude bezañ kemeret perzh en hon poanioù hag en hon emgannoù. Va menoz ne oa ket degemer mistri nevez, hogen argas mistri gozh. Hag ouzhpenn, ar C’hallaoued, zoken evel enebourion, n’o dije ket gallet bezañ ken kriz ha ken didruez hag an enebourion a zo bremañ war zouar va bro.
Si les Français tentaient de faire en Irlande ce qu’y font les Anglais, je m’opposerais à eux comme je m’oppose à vous. Ils ont dit qu’ils viendront en soutien. C’est suffisant ! S’ils venaient en ennemis et en oppresseurs, je leur ferais la guerre, de toutes mes forces. Et le conseil que je donnerais à mes compatriotes, ce serait de les attaquer sur la grève, une épée à la main, une torche dans l’autre. Même, je les tuerais dans leurs bateaux avant qu’ils n’aient souillé la terre de mon pays. Car la vie sous la domination d’étrangers équivaut à la mort. Mais, ce n’est pas en ennemis que les Français devaient venir. J’attendais, c’est vrai, du soutien de la part des Français. Cependant, je voulais leur montrer que les Irlandais méritaient ce soutien, qu’ils n’en pouvaient plus d’être esclaves et qu’ils étaient prêts à défendre eux-mêmes la liberté de leur pays. Ils seraient arrivés comme des étrangers et seraient repartis comme des amis, après avoir pris part à nos souffrances et à nos combats. Mon idée n’était pas d’accueillir de nouveaux maîtres, mais de chasser les anciens maîtres. Et de plus, les Français, même comme ennemis, n’auraient pas pu être aussi durs et impitoyables que les ennemis qui se trouvent actuellement sur la terre de mon pays10. »

11La lecture de cet extrait peut laisser entendre que si c’était l’Armée Rouge qui avait occupé la Bretagne, Roparz Hemon l’aurait aussi accueillie à bras ouverts. Maison ne récrit pas l’Histoire. En tout cas, radio diffusée sur les ondes de RennesBretagne quelques semaines avant le débarquement de juin 1944, imprimée dans le tout dernier numéro de Gwalarn avant l’arrivée des alliés dans le « réduit breton », cette pièce de théâtre manifeste tout ce qu’il y a de déterminé et d’irréductible chez cet homme, à quoi s’ajoutent le besoin et la passion de se sacrifier, et l’irrationnelle revendication d’être la victime dont son pays a besoin, à ses yeux.

  • 11 Ibidem, p. 283.

« Arabat da zen, pa vin marv, klask dizenoriñ ac’hanon. Arabat da zen klask duañ va brud o lavarout em eus stourmet evit tra estreget frankiz hag emrenerezh va bro. E galvadenn hor gouarnamant dac’hortoz n’eus netra a c’hell izelaat Iwerzhon, netra o tiskouez hor bije soublet d’ur galloud estren. Me, hag a ro va buhez da zifenn gwirioù va bro, ne c’houzañvin ket e vije droukprezeget diwar va fenn. Nann, en anv Doue !
Que personne, après ma mort, ne cherche à me déshonorer. Que personne ne cherche à noircir ma réputation en disant que j’ai lutté pour autre chose que la liberté et l’autonomie de mon pays. Dans l’appel de notre gouvernement provisoire, il n’y a rien qui puisse a baisser l’Irlande, rien qui montre que nous aurions plié devant un pouvoir étranger. Moi, qui donne ma vie pour défendre les droits de mon pays, je ne supporterai pas que l’on me calomnie. Non, au nom de Dieu11 ! »

  • 12 Le 6 mai 1944, Rennes-Bretagne diffuse une causerie de Roparz-Hemonintitulée « Frañsez Debauvais » (...)

12Roparz He mon commence à écrire sa légende : il offre sa vie en sacrifice et il tient à le faire savoir. Dans le numéro de Gwalarn où paraît sa pièce, il signe un article sur Frañsez De bauvais12, nationaliste breton collaborateur des Allemands, décédé le 20 mars 1944 ; c’est à sa mémoire que la pièce Roperzh Emmet est dédiée. L’article se conclut comme suit :

  • 13 Roparz Hemon, « Frañsez-Debauvais », Gwalarn, n° 165, mai 1944, p.261.

« Ra chomo ur skouer d’an dud eus e oad, ha muioc’h c’hoazh d’ar yaouankiz. Istor Frañsez Debauvais, pa vo skrivet, a ranko bezañ etre daouarn pep bugel : istor unan a ouezas war un dro bevañ ha mervel evit Breizh.
Qu’il reste un exemple pour les gens de son âge, et plus encore pour la jeunesse. L’histoire de François Debauvais, quand elle sera écrite, devra se trouver entre les mains de chaque enfant : l’histoire de quelqu’un qui sut à la fois vivre et mourir pour la Bretagne13. »

  • 14 Jean, XVIII, 11.

13À compter de ce mois d’avril 1944, à une période où les jeux sont faits, ce que tout le monde pressent, la radio bretonne n’est plus que la voix de Nemo. Peuton dire la voix de personne ? Roparz Hemon s’enfonce dans sa solitude : il se rend au mont des Oliviers, mais, à la différence de Robert Emmet, il n’ira pas jusqu’à boire la coupe14. Son immolation à la Bretagne n’est qu’une immolation à la conception qu’il s’est faite de la Bretagne, la Pangée. Destin tragique : tant d’énergie investie dans le culte de soi-même, dans un drapé patriotique.

.

  • 15 P.- J. Hélias, Hommes de paroles de Jean Royer, op. cit., p. 62.

14La radio bretonne, c’est Janus, le dieu à deux têtes soudées par la nuque, chacune regardant dans sa direction. Où porte le regard de Pierre Hélias ? S’abîme-t-il dans le poull (mare) de Poullfaouig ? Que dit-il de son travail radiophonique ? Il a fait savoir comment et pourquoi il a effectué le collectage « des chansons populaires, des légendes, des contes bretons ». « Parce que la mémoire du peuple commençait déjà à baisser. Parce que le conteur n’est pas seulement un personnage qui raconte des histoires : il tient en même temps les comptes d’une société. C’est-à-dire qu’il offre, à un certain moment de la vie de cette société, aux gens qui la composent, l’image la plus fidèle qu’il est possible d’eux mêmes15. » La définition du conteur que donne Pierre Hélias est, en fait, celle que l’on pourrait donner de l’animateur des médias modernes – c’est-à-dire de lui-même. Le conteur est un homme de radio, il est donc justifié que l’on retrouve des contes à la radio bretonne. Mais, le conteur et son contes ont plus que cela, tout d’abord parce qu’ils sont tous les deux, l’homme et sa parole, issus de la culture paysanne. Celle-ci se révèle notamment dans les calvaires et les saints de pierre et de bois qui sont, pour Pierre Hélias, une façon « d’atteindre une sur réalité ». Il va encore plus loin quand il écrit :

  • 16 Pierre Hélias, « Lettre aux étudiants bretons sur la culture populaire », Ar Falz, n°3, juin-juill (...)

« J’ai parlé de sur-réalité, j’aurais pu parler aussi bien de sur réalisme. La Bretagne tout entière y baigne, comme les avait bien André Breton par sa grand-mère du Morbihan. Comme les avait Yves-Tanguy, peignant ses ossements et ses plages désertes devant la merde Douarnenez. Comme Max Jacob dans ses bons jours et des centaines d’artistes ou poètes, professionnels ou non. Qui se mêler ait de déterminer la part de la Bretagne dans le mouvement sur réaliste n’aurait pas fini d’en voir. Encore en verrait-il bien moins que les paysans bretons. La différence est que ceux-ci entrent en sur réalisme de plein pied et n’en font pas une telle affaire qu’il faille le crier sur les toits. La réalité paysanne dépasse la fiction littéraire16. »

15Plus tard, il reprend le thème du sur réalisme, dans un développement qui marque la permanence, on peut bien dire la récurrence, des idées qui lui sont chères.

  • 17 P.-J. Hélias, dans Hommes de paroles de Jean Royer, op. cit., p.73.

« D’abord, une partie des racines du sur réalisme est celtique. Le Breton, le Celte en général, arrive au sur réalisme simplement en exprimant ses sentiments. D’ailleurs, le grand-père d’André-Breton (j’ai bien connu sa fille) était un conteur. La poésie française de Max Jacob, que j’ai bien connu et qui a été Breton, est d’un sur réalisme fidèle à la langue bretonne. Nous sommes plutôt des imaginatifs, volontiers délirants, non des logiciens. Même dans l’expression naturelle quotidienne des Bretons, certaines phrases sont d’un sur réalisme à vous faire attraper le vertige ! Et le conte breton, c’est de l’oniromancie. On retrouve dans le conte breton cette sorte d’efflorescence qui est à la base de toute poésie17. »

  • 18 Cf. Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Liber Éditions, 1996, p. 30. Ici, on peut dire qu’elles so (...)

16Est-ce le même Hélias qui amis en scène Jakez-Kroc’henet Gwilhou Vihan ? Ces derniers sa vent-ils seulement qu’ils sont Celtes, au point de sur réaliser sans en avoir l’air ? Ici, il n’est plus question de culture bretonne mais de nature, assurément. C’est un peu comme si le Bigouden, bien qu’ayant, semble-t-il, appris la langue bretonne au foyer, l’avait réapprise –il écrivait, plus qu’il ne parlait il est vrai, une langue littéraire forcément plus ou moins gwalarnéenne – et avait, du fait de ce réapprentissage, adhéré aux stéréotypes, aux idées neuves, et à toute la mythologie d’un certain mouvement breton fait de cercles concentriques – au centre, on est roparz hémonien, à fond et sans nuances ; plus on s’éloigne du centre, moins on l’est, mais subsiste toujours un certain air de famille. Ce mouvement breton « reçoit » l’idée, notamment, d’une communauté de vues au sein des pays celtiques : ces idées, on ne les discute pas, puisqu’elles sont reçues18. Le grand père de Breton, père du sur réalisme, était conteur. Celui d’Hélias l’était aussi. Et Hélias lui-même, qu’en a-t-il été ?

  • 19 P-J. Hélias, dans Hommes de paroles…, op. cit., p. 71.

« Les gens qui écoutent mes pièces de théâtres ont persuadés qu’elles viennent de très très loin. Mon nom s’est perdu. Mes pièces de théâtres ont devenues anonymes. De même les quelques chansons que j’ai écrites et fait chanter à la radio sont devenues presque des chansons nationales : personne ne se rappelle plus que c’est moi qui les ai faites. Je suis entré dans l’anonymat. C’est la véritable réussite populaire que d’entrer dans un anonymat absolument obscur. Cela veut dire qu’on a été adopté, qu’on n’est plus personne, qu’on fait partie de l’ensemble culturel.
J’ai écrit beaucoup de théâtre et de poésie parce qu’étant l’héritier d’une civilisation orale j’estime qu’il faut d’abord penser à l’oralité. C’est l’oralité qui est la plus proche de la fidélité qu’on doit à des gens qui ne savent pas écrire. La poésie doit passer par la bouche avant d’être totalement poésie. Il en est de même pour le théâtre. On l’écrit pour garder le thème, le texte, maison ne devrait pas. Il doit passer par la voix populaire, parce consensus qui forme une espèce de sphère sonore significative en même temps qu’un jeu qui essaye de représenter l’existence19. »

17Pierre Hélias, malgré son désir affiché d’anonymat (« mon nom s’est perdu », « entrer dans un anonymat absolument obscur ») est devenu quelqu’un : il a encore cela en commun avec Louis Nemo. Il a un rôle, même et surtout quand il proclame qu’il n’en a pas : il est peuple et quand il parle à la radio, c’est le peuple qui parle. Il est la voix populaire, « ce consensus qui forme une espèce de sphère sonore significative en même temps qu’un jeu qui essaye de représenter l’existence ». Les premiers sketchs de Radio-Quimerc’h représentent l’existence de paysans bretons de la période de l’après-guerre. Ils s’inscrivent dans le temps et dans l’existence des auditeurs. Puis, Pierre Hélias envient à poullfaouiguiser. Cette opération n’est pas seulement une fuite hors du temps, comme Roparz-Hemon avant lui l’avait entreprise, c’est aussi une façon de parler de lui : le Bigouden brode beaucoup sur luimême et autour de lui-même ; s’il tient les comptes de la société bretonne, il tient aussi les siens. Il est vrai que le professeur s’est complètement identifié à son peuple : le conteur Hélias est aussi le comptable des trésors des on peuple, ceux qui tiennent dans les contes de son grandpère, et qui pourraient bien s’enfouir dans les sables de l’oubli. Poullfaouig, c’est l’enfance de Pierre Hélias : il conte cette enfance, et en devenant conteur, il prétend s’inscrire dans un des grands mouvements littéraires du siècle, le sur réalisme. Au quel sur réalisme, Hélias trouve des racines et une essence en Bretagne. Qu’on ses ou vienne alors de Loullig, qui grâce à Herveig, vient d’apprendre, le fox-trott.

  • 20 Loullig hag ar fox-trott/Loulliget le fox-trott, sans date de diffusion. APJH.

« Ia, dres. Ha mabig, gwelout e ran penaos muioc’h e chench an traou, muioc’h eo ar memes tra. An hini a zo gouest da zansal ar gavotenn, ne chomo ket berr gant ar fox trott, na gant n’ouzonn ket peseurt dans modnevez.
Oui, parfait. Ah, mon petit, je vois que plus les choses changent et plus ça reste pareil. Celui qui est capable de danser la gavotte, il apprendra vite le fox-trott, ainsi que n’importe quelle danse nouvelle20. »

18Un conteur de province, s’il s’appelle Pierre Hélias, peut parfaitement devenir un écrivain national, et même international. La radio a porté au loin la voix du Bigouden, le dernier des conteurs, le dernier des Bretons. Des vrais.

  • 21 Pierre Hélias, « Lettre à un Bretonnant sur le besoin de littérature », Ar Falz, n° 3, juin-juille (...)

« Parfois, je me sur prends aussi à penser que j’aimerais être le dernier bretonnant. La vieille femme qui fut la dernière à parler le cornique, au couchant du siècle dernier, entre autres sentiments, devait éprouver un certain orgueil d’être la dernière à connaître cette langue. Le même orgueil, sans doute, qu’éprouve un artisan qui est le dernier à pratiquer un métier voué à la disparition. Non pas l’orgueil du savant qui est le seul à connaître certains secrets du mon de physique, parce que le proche avenir en fera des secrets de polichinelle, non pas l’orgueil du premier, mais du dernier. Et une certaine consolation de mourir, parce qu’on emporte tout21. »

  • 22 Cf. Francis Favereau, « L’évolution du discours bretonnant chez Pierre-Jakez Hélias », dans le num (...)
  • 23 « Kanenn Dolly Pentraeth – La chanson de Dolly Pentraeth », Ar Mên Du, Emgleo Breiz, 1974, p.126-1 (...)

19Propos teintés d’ironie peut-être22, mais thème récurrent chez l’auteur. « La vieille femme qui fut la dernière à parler le cornique » est passée à la postérité sous le nom de Dolly-Pentraeth, et Pierre Hélias lui a consacré un poème dans le recueil Ar Mên Du –La Pierre Noire23.Très présente chez lui, cette idée du dernier Breton, donc du dernier bretonnant totalement imprégné de la langue, l’habite tout entier, avec l’orgueil – qui est une élégance – d’être le dernier, de posséder seul une connaissance qui ne se partage pas car, pour en être maître, il faut pouvoir prendre tout ce qui va avec.

  • 24 « Entretien avec P.-J. Hélias », Comédie de l’Ouest. Centre Dramatique National, Rennes, 44, décem (...)

« J’écris en breton parce que le breton est ma langue maternelle et parce que les gens que je mets en scène s’expriment en breton dans l’ordinaire de la vie. Si je les faisais parler directement en français, comme il leur arrive de le faire à l’occasion, je leur enlèverais une part de leur dignité. Le breton est, en effet, une admirable langue de paysans, ce que le français a cessé d’être et ne sera plus jamais. Dans presque toutes les autres provinces, l’évolution de la langue nationale avoué les gens de la terre aux patois qui produisent nécessairement un effet pittoresque par la simple comparaison avec le parler des villes ou la langue écrite. De là vient que le paysan a fourni, au théâtre, beaucoup de rôles de comédie ou de farce avec son accent, ses archaïsmes et ses constructions particulières dont on ne se donne pas la peine de démêler le sens. Le paysan breton, usant d’une langue à part entière et sans rapport directement perçu avec le français, échappe à ce ridicule, puisque ridicule il y a. Il n’existe pas un breton des villes et le breton littéraire n’a pas une importance suffisante pour donner un complexe d’infériorité aux bretonnants campagnards. Au contraire, ils sont persuadés de détenir les clés du bon usage. Ces ont eux qui s’esclaffent en entendant parler les intellectuels qui ont appris le breton dans les livres. Ils n’ont pas tout à fait tort. Le breton leur appartient parce qu’il les traduit tout entiers et ne traduit qu’eux. Ils le savent. Et ils savent aussi que, dans l’état actuel de leur condition, leur français demeure approximatif, impuissant à faire comprendre certaines choses qui ressortissent à leur mentalité propre. Peut-être même fera-t-il sourire parce qu’ils n’en sont pas toujours les maîtres, comme cet autre qui venait à Quimper pour faire réparer les “brancards” de ses lunettes. Mais tout paysan bretonnant qui parle dans sa langue est un seigneur sur sa terre24. »

  • 25 « À la mémoire des bardes chantants, des conteurs de merveilles et des “comédiants” de l’ancien th (...)
  • 26 P.-J. Hélias, Le quêteur…, op. cit., p. 203.

20On peut rester perplexe devant cette démonstration qui vise à présenter le paysan bretonnant se moquant des bretonnants des livres. Le contraire a existé ou existe encore, à savoir des bretonnants persuadés que les professeurs parlent mieux qu’eux parce qu’ils ont « appris dans les livres ». Mais peu importe : ce qui compte, c’est qu’Hélias croit, ou feint de croire, à cette idée selon laquelle le breton traduit les bretonnants « tout entiers et ne traduit qu’eux ». De plus, les derniers des derniers, ce sont les conteurs « qui furent les seuls traducteurs dûment autorisés de l’âme bretonne25 », les représentants les plus qualifiés de « notre Ancien Testament26 ». Cette idée d’être unique, Pierre Hélias la partage avec Roparz Hemon, sauf que ce dernier a eu l’impression d’être, non le dernier des Bretons, mais bien plutôt le premier d’une lignée régénérée. Pour le Bigouden, la radio devient la voix des derniers Bretons, et plus précisément du dernier des conteurs bretons, c’est-à-dire lui-même. La radio, c’est sa voix. Après avoir été la voix de Roparz Hemon, la radio bretonne devient la voix de Pierre Jakez Hélias : tous les deux se sont donc construits grâce à la radio, ils se sont dits sur les ondes, ils ont, inconsciemment peutêtre, préparé leur postérité. Et la suite de leur carrière s’explique par ce passage devant le micro.

.

  • 27 Son collègue de radio Jean Trécan fut condamné, le 11 mars 1946, à cinq ans d’emprisonnement et dé (...)
  • 28 Le monde celtique.

21Roparz Hemon, après avoir été déclaré d’indignité nationale pour dix années27, vivote quelque temps à Paris, puis, en 1947, il s’installe à Dublin, où il travaille pour l’Institute for Advanced Studies. En 1951, il crée le mensuel Ar Bed Keltiek28 qui paraîtra jusqu’en 1971 : outre des éditoriaux et des textes du créateur de la revue (pièces de théâtre, nouvelles, traduites ou non), on trouve des informations sur les pays celtiques et sur le reste du monde. Ronéoté, ce journal est diffusé en Bretagne par la fidèle secrétaire du Dublinois, Ivona Martin. Ce journal, c’est un peu la voix de Dublin : l’exilé volontaire y fait part de ses « reflexionou profitabl », il émet des jugements sur les publications et sur la situation en Bretagne. Comment ne pas penser à un gouvernement en exil ?

  • 29 Cf. Christmas Hymns. In the Vannes dialect of Breton, Edited by Roparz Hemon, Dublin Institute for (...)
  • 30 Cf. A historical morphology and syntax of Breton, Dublin Institute for Advanced Studies, 1975. Pou (...)
  • 31 Cf. Roparz Hemon, Dafar geriadur istorel ar brezhoneg. Levrenn 1 : A – Contribution à un dictionna (...)
  • 32 Roparz Hemon, Dafar geriadur istorel ar brezhoneg…, op. cit., p. 15.
  • 33 Ibidem.

22L’autre versant du travail irlandais de Roparz Hemon est scientifique : il se lance dans une étude raisonnée de la littérature – publication de textes en moyen breton29 –, de la grammaire30 et de la langue. En 1958, il commence la publication du « Dictionnaire historique du breton31 » qu’il achève en 1978 : « Le but de ce dictionnaire est de donner des exemples illustrant la forme et l’emploi des mots bretons depuis le XVe siècle jusqu’à aujourd’hui32 » L’activité intellectuelle de Roparz Hemon après 1947 constitue, en quelque sorte, un changement dans sa pensée. Désenchanté sur le plan politique – car son activité pendant la guerre fut politique, bien qu’il s’en soit défendu –, il se lance dans l’étude et la promotion des textes anciens qui doivent servir, notamment, à illustrer son dictionnaire : il ne s’est certes pas converti au folklore de Pierre Hélias – citadin, bretonnant de langue apprise dans les livres, Roparz Hemon a eu très peu de contacts avec les paysans, dépositaires de la langue –, mais il se plonge lui aussi dans l’étude d’un Ancien Testament, écrit celui-là – « Le dictionnaire est basé sur les textes33 » –, mais Ancien Testament tout de même. Cependant, parallèlement à ce travail, il continue d’écrire le Nouveau Testament de la Bretagne en devenir : il publie, à compter de 1963, dans Ar Bed Keltiek, les premières pages d’un Geriadur Broadel/Dictionnaire National, tout en breton.

  • 34 Charles Le Gall, le successeur de Pierre Hélias et de Pierre Trépos, diffuse sa première émission (...)
  • 35 Il est pendant deux ans à la postcure de la Mutuelle générale de l’enseignement à Maison-Laffitte. (...)
  • 36 Pierre Hélias, « Folklore et Éducation Artistique », Ar Falz, n° 6, novembredécembre 1954, p. 8.
  • 37 Cf. Pierre Hélias, Danses de Bretagne, photographies de Jos Le Doaré, Éditions d’art Jos Le Doaré, (...)
  • 38 Cf. P.J. Hélias, Le Quêteur…, op. cit., p. 344.
  • 39 Pierre Jakez Hélias, Maner kuz – Manoir secret, Éditions André Silvaire, 1964, 147 p.
  • 40 Pierre-Jakez Hélias, Ar mên Du – La Pierre Noire, Brud. Emgleo Breiz, 1974, 167 p. Ce recueil sera (...)
  • 41 Guillevic, Askennou – Encoches, Traduction en langue bretonne par Pierre Jakez Hélias, Les Éditeur (...)
  • 42 On trouvera une interprétation de sa poésie, et de son œuvre française en général, dans l’ouvrage (...)

23En 1958, Pierre Hélias abandonne la radio34, de son plein gré, et laisse la place à Charles Le Gall. De retour d’un voyage en Afrique pour le compte de la Ligue de l’Enseignement, il tombe malade : il ne peut plus continuer et il reçoit cette maladie comme une invitation à s’éloigner du micro35. « Qui peut dire d’où viendra demain le renouvellement de l’art36 ? », avait-il écrit. À compter de 1959, il passe du domaine de l’oral à celui de l’écrit : tirant parti de son travail radiophonique, il le publie, en français notamment. Ses textes accompagnent les brochures illustrées de photos de Jos Le Doaré37, il rédige des chroniques bilingues pour La Bretagne à Paris, puis pour Ouest-France, dans le but de décrire par le menu, la civilisation paysanne dont il est issu38. Ce sont ces chroniques qui nourriront son Cheval d’orgueil, véritable succès planétaire, mais aussi tentative réussie de poullfaouiguisation en français. Parallèlement à son travail de chroniqueur, il publie aussi sa poésie bilingue : Maner kuz – Manoir secret, en 196439, Ar mên Du – La Pierre Noire, en 197440. L’année de parution du Cheval d’orgueil, paraît aussi sa traduction en langue bretonne du recueil de Guillevic intitulé Encoches41. Aton bien saisi l’importance de cette poésie ?Elle est assurément plus difficile d’accès que les « Jakez » et même certainement que les contes42. C’est la tentative de Pierre-Jakez-Hélias d’écrire un Nouveau Testament, c’est-à-dire, pour lui, une langue qui puise ses richesses dans la tradition mais en abordant des sujets universels et modernes. Il tente ainsi de quitter Poullfaouig, au moment où celle-ci ne devient plus vivable, au moment où elle, la paysanne, se trouve complètement décalée par rapport à la Basse-Bretagne devenue agricole. C’est aussi un moyen de sortir de l’intemporalité dans laquelle il baignait, d’entrer de nouveau, grâce au succès, dans l’histoire. Il est arrivé au succès, mais grâce au français : de Pierre-Jakez Hélias, on connaît surtout l’Ancien Testament.

24Après la mort de son mari, Mme Hélias a trouvé, sur la table du bureau, ce court texte écrit sur une chute de papier.

  • 43 APJH. J’ai tâché de reproduire le texte tel qu’il se présente.

Arrivé ?
On me dit que je suis
arrivé (TV)
Peut-être, mais où ?
Pas au but cherché
Célèbre pour mes écritures
en français, mais qqs centaines
de lecteurs en breton.
Ai taché d’illustrer le breton,
de l’implanter dans la cons
cience des bretonnants. Il
disparaît rapidement
Échec43.

Notes

1 Confessions, livre 11, chapitre 1.

2 Pierre Hélias, « Folklore et Éducation Artistique » Ar Falz : n° 6, novembre-décembre 1954, p. 78 ; n° 1, janvier-février 1955, p. 21-23 et n° 2, avril-mai 1955, p. 49-50. Publié une première fois en 1954 dans l’Ufoléa, revue mensuelle d’Éducation artistique de la Ligue Française de l’Enseignement. Cf. aussi, de la plume de Charles Le Gall, « Folklore : caricature ou vérité », Ar Falz, n° 5, octobre-novembre 1955, p. 103-105.

3 Tonton Loullig o vont en hent/Tonton Loullig en voyage, diffusé le 11 juillet 1954.

4 Ce sont très exactement les mots utilisés par Loullig dans le sketch précité.

5 Pierre Hélias, « Folklore et Éducation Artistique », Ar Falz, n° 6, novembre-décembre 1954, p. 78. C’est l’auteur qui souligne.

6 Cf. P.J. Hélias, Le quêteur…, op. cit., p. 281.

7 Cf. S. Leanza, « Livres sapientiaux », Dictionnaire Encyclopédique du Christianisme Ancien, volume II, Cerf, 1990, p. 2227-2238.

8 P.-J. Hélias, Hommes de paroles de Jean Royer, p. 63.

9 P.-J. Hélias, Le Cheval d’orgueil…, op. cit., p. 541.

10 Diffusé le 22 avril 1944. Publié dans le n° 165 de Gwalarn, op. cit., p. 282-283.

11 Ibidem, p. 283.

12 Le 6 mai 1944, Rennes-Bretagne diffuse une causerie de Roparz-Hemonintitulée « Frañsez Debauvais ».Encore que Gwalarn ne mentionne pas de date de diffusion, il y atout lieu de penser que c’est cette même causerie qui a été donnée à la radio.

13 Roparz Hemon, « Frañsez-Debauvais », Gwalarn, n° 165, mai 1944, p.261.

14 Jean, XVIII, 11.

15 P.- J. Hélias, Hommes de paroles de Jean Royer, op. cit., p. 62.

16 Pierre Hélias, « Lettre aux étudiants bretons sur la culture populaire », Ar Falz, n°3, juin-juillet 1967, p.10-11. Publiée, avec d’autres « lettres » d’Hélias, dans Lettres de Bretagne. Langue, culture et civilisations bretonnes, éditions Galilée, 1978, p. 81-111.

17 P.-J. Hélias, dans Hommes de paroles de Jean Royer, op. cit., p.73.

18 Cf. Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Liber Éditions, 1996, p. 30. Ici, on peut dire qu’elles sont reçues en héritage.

19 P-J. Hélias, dans Hommes de paroles…, op. cit., p. 71.

20 Loullig hag ar fox-trott/Loulliget le fox-trott, sans date de diffusion. APJH.

21 Pierre Hélias, « Lettre à un Bretonnant sur le besoin de littérature », Ar Falz, n° 3, juin-juillet 1957, p.10. Publiée dans Lettres de Bretagne…, op. cit., p. 33-50. C’est l’auteur qui souligne.

22 Cf. Francis Favereau, « L’évolution du discours bretonnant chez Pierre-Jakez Hélias », dans le numéro de Skol Vreizh consacré à Per-Jakez Helias, n° 36, mars 1997, p. 66.

23 « Kanenn Dolly Pentraeth – La chanson de Dolly Pentraeth », Ar Mên Du, Emgleo Breiz, 1974, p.126-127. Dans le dernier chapitre – intitulé « Le Nouveau Testament » – du Cheval d’orgueil, paru un an plus tard, réapparaît la même obsession quelque peu sous forme incantatoire (op. cit., p. 537).

24 « Entretien avec P.-J. Hélias », Comédie de l’Ouest. Centre Dramatique National, Rennes, 44, décembre 1961, sans pagination. C’est l’auteur qui souligne. Ce passage sera repris tel quel dans Le Quêteur de mémoire.

25 « À la mémoire des bardes chantants, des conteurs de merveilles et des “comédiants” de l’ancien théâtre qui furent les seuls traducteurs dûment autorisés de l’âme bretonne. » (Pierre Jakez Hélias, dédicace de la pièce Le Roi Kado. Tragédie dans l’ancien style et le nouveau, en un prologue, trois journées et un bouquet d’excuse. Version intégrale de l’original en langue bretonne : Ar Roue Kado, Éditions Ménez, Quimper, 1960.)

26 P.-J. Hélias, Le quêteur…, op. cit., p. 203.

27 Son collègue de radio Jean Trécan fut condamné, le 11 mars 1946, à cinq ans d’emprisonnement et déclaré d’indignité nationale à vie. Il bénéficiera d’une remise de 18 mois d’emprisonnement (cf. ADIV 213 W 57).

28 Le monde celtique.

29 Cf. Christmas Hymns. In the Vannes dialect of Breton, Edited by Roparz Hemon, Dublin Institute for Advanced Studies, 1956, 115 p. ; Trois poèmes en moyen-breton, Dublin Institute for Advanced Studies, 1962, 171 p.

30 Cf. A historical morphology and syntax of Breton, Dublin Institute for Advanced Studies, 1975. Pour un relevé des travaux de grammaire de Roparz Hemon, cf. la bibliographie de Francis Favereau, Grammaire du breton contemporain, Skol Vreizh, 1997, p. 451-464.

31 Cf. Roparz Hemon, Dafar geriadur istorel ar brezhoneg. Levrenn 1 : A – Contribution à un dictionnaire historique du breton. Volume 1 : A, Al Liamm, 1958, 204 p. L’édition complète de ce dictionnaire sera assurée par les éditions Preder.

32 Roparz Hemon, Dafar geriadur istorel ar brezhoneg…, op. cit., p. 15.

33 Ibidem.

34 Charles Le Gall, le successeur de Pierre Hélias et de Pierre Trépos, diffuse sa première émission le dimanche 25 janvier 1959.

35 Il est pendant deux ans à la postcure de la Mutuelle générale de l’enseignement à Maison-Laffitte. Cf. Le Quêteur…, op. cit., p. 344.

36 Pierre Hélias, « Folklore et Éducation Artistique », Ar Falz, n° 6, novembredécembre 1954, p. 8.

37 Cf. Pierre Hélias, Danses de Bretagne, photographies de Jos Le Doaré, Éditions d’art Jos Le Doaré, Châteaulin, 1955, 36 p. ; Costumes de Bretagne, photographies de Jos Le Doaré, Éditions d’art Jos Le Doaré, Châteaulin, 1958, 36 p…

38 Cf. P.J. Hélias, Le Quêteur…, op. cit., p. 344.

39 Pierre Jakez Hélias, Maner kuz – Manoir secret, Éditions André Silvaire, 1964, 147 p.

40 Pierre-Jakez Hélias, Ar mên Du – La Pierre Noire, Brud. Emgleo Breiz, 1974, 167 p. Ce recueil sera réédité en 1976 aux Éditions Hallier/P. J. Oswald, 203 p.

41 Guillevic, Askennou – Encoches, Traduction en langue bretonne par Pierre Jakez Hélias, Les Éditeurs Français Réunis, 1975, 125 p.

42 On trouvera une interprétation de sa poésie, et de son œuvre française en général, dans l’ouvrage de Th. Glon, PierreJakez Hélias et la Bretagne perdue, op. cit.

43 APJH. J’ai tâché de reproduire le texte tel qu’il se présente.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search