Version classiqueVersion mobile

Catholicisme social et urbanisme

 | 
Maryvonne Prévot

Conclusion

Texte intégral

1L’urbanisme si controversé des Trente Glorieuses et le sort qu’il réserva à la ville ont progressivement échappé aux jugements de valeurs à l’emportepièce, qui avaient longtemps prévalu, pour susciter d’authentiques recherches. Les théories de l’entre-deux-guerres mises brutalement en application et leurs initiateurs flamboyants – architectes le plus souvent – qui avaient d’abord retenu l’attention, durent partager l’affiche avec la puissante machinerie étatique inventée alors, puis on évoqua le rôle de la promotion immobilière et des entreprises. Plus récemment, s’arrachant enfin à la simple fascination/détestation des grandes opérations emblématiques, la seconde naissance de l’urbanisme qui caractérisa aussi l’époque fut entrevue dans sa richesse et sa complexité. Le rôle des organismes d’étude et de conseil qui entreprirent de repérer et de comprendre les mécanismes sociaux mis en branle, puis de nourrir une action dûment informée, attira enfin l’attention. Mais les hommes qui en avaient été les chevilles ouvrières furent le plus souvent laissés dans l’ombre, victimes en l’occurrence de la nature de leur travail inséré dans une production collective et, aussi, d’une certaine ambiance technocratique poussant à ne voir dans leur production que la marque d’une compétence objective, qu’ils en vinrent parfois, il est vrai, à revendiquer. Leur passé fut bien souvent résumé dans l’indication de leur discipline première, voire dans le simple rappel de l’école qu’ils avaient fréquentée, considérée comme le seul moule de leur personnalité, la seule explication de leur production. Bref, ils auraient été largement préservés de l’idéologie, mot d’ailleurs devenu réducteur et même péjoratif le plus souvent. Nous pensons qu’il en alla tout autrement. Pour en esquisser la démonstration, l’itinéraire de Maurice Ducreux nous a paru constituer une intéressante entrée en matière. Certes, ses engagements furent bien particuliers, souvent marqués par la radicalité : en cela, sans doute est-il atypique mais l’étude de sa singularité permet la compréhenson de comportements et d’actions restés tangentiels ou discrets chez d’autres. Le rayonnement qu’eut cet homme aujourd’hui si méconnu, l’influence qu’il exerça auprès de professionnels qui parviendraient au premier plan sans jamais se départir des convictions qu’ils forgèrent avec lui ou à sa fréquentation nous persuadent qu’il ramassa des tourments et des aspirations suffisamment forts et clairs pour justifier une révision de la conception de l’urbanisme qui bannirait les passions et la foi dans ses multiples acceptions.

  • 1 In Place publique no 14, 2011, op. cit.
  • 2 Finkelkraut Alain, Le Mécontemporain, Paris, Gallimard, 1999.

2S’agissant de Maurice Ducreux stricto sensu, cet essai nous a donc plongés au cœur d’une frange quantitativement marginale de chrétiens – catholiques en l’occurrence – qui en vinrent à choisir le compagnonnage actif, voire même l’adhésion au PCF. Yvon Tranvouez (2011, p. 25)1 les classe dans la catégorie des « socialistes parce que chrétiens », animés par une vision intégraliste de la politique, pour qui l’engagement politique à gauche fut en quelque une conséquence logique de leur foi religieuse. Si les plus jeunes d’entre eux ont pu nourrir le gauchisme et notamment, après 1968, le maoïsme en l’investissant d’un fort contenu religieux, Maurice Ducreux nous semble plutôt être devenu, à partir de ces événements auxquels il n’a pas pris part et guère compris, puis du retournement général de la conjoncture économique, une sorte de « mécontemporain » – pour reprendre le néologisme forgé par Alain Finkelkraut à propos de Charles Péguy2. En effet, le combat à l’intérieur de l’Église ne le motivait plus et la marginalité de ses choix politiques s’est trouvée renforcée par une marginalisation professionnelle qu’il n’avait ni souhaitée, ni anticipée. Pour autant, ses analyses des causes et conséquences de la désindustrialisation, des évolutions observables au sein du milieu professionnel en aménagement et urbanisme ou dans celui de la recherche urbaine ont gardé acuité et pertinence.

3Plus généralement, notre hypothèse première qui postulait la présence significative de militants d’origine chrétienne dans les organismes d’études, aménagement et urbanisme et développement des territoires publiques, parapubliques et privés est, nous semble-t-il, pleinement confirmée. Le second acquis est la confirmation, dans les faits, tant en France qu’en Belgique et en Afrique noire francophone, d’interférences multiples entre références confessionnelles et références savantes et profanes, à commencer par un intérêt commun pour le jeu et la pédagogie à travers l’expérience scoute. Nous avons également pointé des méthodologies d’enquête et certaines grilles d’analyse spatiales ayant servi de support tant à la pastorale et à la construction d’églises, qu’à la planification de logements, d’équipements et d’activités économiques. Nombre d’acteurs cités se sont déployés d’une institution (Église) à l’autre (Université, services centraux ou déconcentrés de l’État, organismes d’études para-publics ou privés) et ce dans un chassé-croisé de compétences et d’engagements qui ont eu pour effet d’estomper les origines de l’engagement.

  • 3 Les militants d’origine chrétienne, op. cit., p. 61.

4Sans aucun doute un aspect générationnel a-t-il joué qu’il nous faut souligner. Michel Marié voit dans la notion de génération « la rencontre de deux éléments : la classe d’âge et l’épreuve d’expériences communes, une espèce de « clôture du temps » à laquelle les sciences sociales n’échappent pas plus que les individus ». Et d’ajouter : « mais un travail sur les temps générationnels a ceci d’intéressant qu’il permet d’éclairer le présent d’une multiplicité de regards » (Marié, 1989, op. cit.). Les classes d’âge majoritairement repérées parmi les biographies esquissées ici sont essentiellement celles des décennies 1920 et 1930. Ces générations furent marquées par la seconde guerre mondiale, puis par la décolonisation ; elles vécurent « l’âge d’or » de la JOC, de la JEC, et du syndicalisme étudiant (UNEF), mais aussi le concile Vatican II et de ses suites, mai 1968 et ses bouleversements. Ce sont encore des générations emblématiques de l’irruption des classes moyennes à forte densité intellectuelle aux postes de responsabilités, une élite laïque formée dans les mouvements d’Action catholique spécialisée ; des générations dont beaucoup furent obsédés, un temps au moins, par la question de l’articulation entre la foi et la politique, paradoxalement marqués par l’idéologisation marxiste – y compris de l’espace (spatialisme) – et la politisation, généralement vers le socialisme. Ce passage d’une référence religieuse à une action politique s’expliquerait par le ressenti d’une disqualification culturelle – prélude à cette exculturation dont parle Danièle Hervieu-Léger – affectant un christianisme « qui ne dit plus rien sur le monde et pas grand-chose de lui-même3 ? »

  • 4 Idem, p. 151.
  • 5 « L’âge d’or des ingénieurs économistes ». De la rationalisation de l’action publique à la moderni (...)
  • 6 Les militants d’origine chrétienne, op. cit., p. 208.

5Notons encore que ces générations se sont engagées et ont travaillé aux côtés d’un Paul Vignaux, d’un Roger Beaunez ou encore d’un Georges Gontcharoff(ADELS) qui avaient déjà, pour partie, choisi de ne plus se manifester dans l’action temporelle comme chrétien et qui, dès lors, n’avaient plus « à se demander si l’on est « reconnu » comme tel : le témoignage rendu de fait, si témoignage il y a, est simplement celui de la liberté de l’homme chrétien dans la société civile4 ». Des générations de « chrétiens et socialistes » (Tranvouez, 2011, op. cit.), pragmatiques et soucieux d’efficacité, qui ont somme toute assez rapidement séparé les plans et sont allés majoritairement grossir les rangs ou les cercles d’experts du PS. Par leur « ouvriérisme », elles ont certes contribué à introduire la lutte des classes dans l’Église et la sociologie (Lebreton, 2012) mais, dans des proportions plus importantes, elles se sont converties avec compétence à l’économie (néo) capitaliste et industrialiste pour permettre à la France de « rejoindre le peloton de tête » (François Bloch-Lainé). En compagnie des « ingénieurs économistes5 », beaucoup ont soutenu l’opération Rationalisation des Choix Budgétaires (RCB) et l’institutionnalisation de la technique du calcul économique au sein de l’ensemble des services de l’État. Ces choix ont influé sur les pratiques en matière de planification en général et des territoires en particulier, comme autant de contraintes méthodologiques qui orientèrent le travail des différents services ou bureaux producteurs d’études. Elles apparaissent tout autant comme des ressources que les acteurs/militants, passés par les clubs et/ou le PSU notamment, ont mobilisées pour légitimer leur expertise en matière de planification. Là encore, l’expertise et la recherche de compétence – héritages d’une tradition ancienne chez les catholiques – ont été bien souvent au cœur de la plasticité de leurs dispositifs militants. Pour s’en convaincre, il n’est en effet qu’à rappeler quelques noms de dirigeants du PSU passés, à cette époque, par le CGP (Michel Mousel, Michel Rocard, Jacques Delors), et d’y ajouter Jean-Claude Vayssilier – auteur en 1972 du Livre noir des transports parisiens du PSU qui œuvra au SAEI –, tous ceux qui ressortirent d’autres bureaux d’études comme le CERAU ou encore le CEPRAMAP, créé en 1967 pour éclairer la planification française grâce à la recherche économique. Cet engouement partagé pour le calcul économique, les modèles mathématiques, la modernisation et la rationalisation des choix budgétaires semble avoir été fondé, à cette époque comme dans le courant planiste durant l’entre-deux-guerres, sur la rationalité des analyses et la scientificité proclamée d’une telle démarche. La planification, ainsi étayée, induirait des préconisations « incontestables ». Ce fondement intellectuel de la planification a pu être source de tension, au PSU notamment, autour de la question du débat public sur les choix, de l’élaboration démocratique du plan, de la place de l’expérimentation à la base ; bref la question de ce qu’il est convenu depuis d’appeler « l’expertise d’usage ». Peut-on contester – si oui, qui ? Comment ? Jusqu’où ? – ce qui, a priori, est fondé sur une certaine ou prétendue scientificité ? Le débat reste ouvert. Quoi qu’il en soit, ces hommes ont amplement contribué à faire de la modernisation de l’État, de l’économie et des territoires un nouveau credo. Jean-Claude Eslin déplorait, en 1977, le fait qu’à ses yeux la liberté de manœuvre toute neuve rendue aux chrétiens par le mouvement général de sécularisation n’ait produit que peu d’innovations dans le tissu intellectuel ou culturel de la société française pour interpréter la modernité. « Au contraire, écrit-il, il semblerait que la liberté nouvelle... ait eu pour effet de conforter les deux ou trois modèles culturels dominants6 », marxiste, freudien (qu’il analyse tous deux) et nous ajouterons capitaliste-(néo) libéral. Demeurerait donc une seule idée commune à ces militants d’origine chrétienne, somme toute passablement divisés : celle de servir. « D’origine chrétienne donc, ils ont été nourris et formés dans l’institution mère mais on ne sait plus très bien où ils en sont avec elle. Quel est leur degré d’intégration, quel est leur éloignement ?... Leur christianisme, ils le considèrent objectivement ; c’est un fait de culture et de sociologie : on les a faits comme cela, ils n’y peuvent rien. Mais eux, que font-ils de cette appartenance initiale ?... Une désignation ouverte comme celle-ci sous-entend qu’il y a pour chacun une question du sens de son appartenance au christianisme, qu’il doit régler lui-même en bricolant comme il peut, selon les possibilités qu’il tire de son expérience, de sa culture, de ses contacts ». C’est par ces quelques phrases, que nous faisons aujourd’hui encore volontiers nôtres, que Paul Thibaud introduisait, au printemps 1977, le numéro spécial de la revue Esprit consacré aux « Militants d’origine chrétienne ». Que sont-ils aujourd’hui devenus ? Pour Yvon Travouez : « Les chrétiens de gauche ont disparu. » Le plus gros des troupes s’en est allé grossir en silence les rangs du Parti socialiste et leur foi s’est privatisée : elle ne s’affiche plus quand elle n’a pas disparu. Il remarque toutefois – et c’est le cas de certains professionnels de l’urbanisme rencontrés – que la retraite venue, certains s’investissent à nouveau dans le fonctionnement ecclésial ou des organisations caritatives, tiers-mondistes ou autres structures inspirées par des valeurs ou des figures chrétiennes, à l’image d’Habitat et Humanisme.

  • 7 In Place publique no 14, op. cit., p. 25.

« à moins qu’il ne s’agisse, plus banalement, ajoute Tranvouez, de cet effet de l’âge que Mauriac exprimait cruellement lorsqu’il évoquait, à propos des retours à la pratique religieuse la soixantaine passée, “ceux qui apportent à Dieu des restes dont personne ne veut plus”7... »

6Pour autant, et sous réserve d’inventaire d’un héritage dont il s’agirait de se démarquer et/ou de transmission qui pose problème dans un contexte toujours plus axé sur la professionnalisation des engagements, il serait à la fois intéressant et pertinent de prendre la mesure de la persistance – ou non – et sous quelles formes de cette culture chrétienne de gauche parmi les professionnels de l’aménagement, de l’urbanisme et du développement des territoires aujourd’hui.

Notes

1 In Place publique no 14, 2011, op. cit.

2 Finkelkraut Alain, Le Mécontemporain, Paris, Gallimard, 1999.

3 Les militants d’origine chrétienne, op. cit., p. 61.

4 Idem, p. 151.

5 « L’âge d’or des ingénieurs économistes ». De la rationalisation de l’action publique à la modernisation de l’administration ? Histoire du Service des Affaires Économiques Internationales (SAEI) (1960-1978), Journée d’études du comité d’histoire du MEDDTL, Paris, La Défense, 25 mai 2011.

6 Les militants d’origine chrétienne, op. cit., p. 208.

7 In Place publique no 14, op. cit., p. 25.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search