Version classiqueVersion mobile

Catholicisme social et urbanisme

 | 
Maryvonne Prévot

Chapitre V. Lorsque « L’usine disparaît1 » et, avec elle, la fiction d’une unité de la classe ouvrière sur fond de mise en crise de la « banlieue rouge »

Texte intégral

  • 1 Adda Serge, Ducreux Maurice, « L’usine disparaît. L’industrialisation remise en question. Saint-De (...)
  • 2 Génération caractérisée par tendance à l’homogénéité sociologique, existence d’un groupe central ( (...)

1L’arrivée de Maurice Ducreux à Ivry en 1946 et son compagnonnage rapide et durable avec le PCF correspondent à un moment historique précis, que les travaux d’Annie Fourcaut, Julian Mischi, Jacques Girault, Gérard Noiriel ou encore Emmanuel Bellanger ont mis en perspective : celui de l’apogée de l’« ouvriérisation » de la société française, au moment où la seconde génération d’ouvriers, issue du deuxième âge de l’industrialisation (1900-1930), vit sa maturité et où apparaît une première génération d’ouvriers déracinés qui a vu l’éclosion de la grande usine et de la banlieue. Les conditions de vie et de travail de cette génération industrielle2 favorisent une culture de classe propice à la structuration de réseaux de solidarité et d’entraide internes. L’année 1936 symbolise le surgissement de cette « avant-garde » de mobilité ascendante qui exerce son hégémonie sur le monde du travail jusque dans les années 1960-1970 et entretient, par une unification syndicale et politique autour de la CGT et du PCF notamment, la fiction unitaire d’un monde ouvrier, en réalité éclaté entre femmes et hommes, nationaux et immigrés, ouvriers qualifiés et spécialisés, ruraux et urbains, etc. (Mishi, 2007). Au sein de la scène politique française, le PCF se fabrique dès lors avec succès une image de « parti de la classe ouvrière », formant une élite et lui permettant d’accéder à des postes de responsabilité, non seulement au sein de l’organisation et de ses réseaux (syndicats, associations, etc.), mais également dans les institutions publiques (mairies, conseils généraux, etc.). Les exemples de la colonie de vacances des Mathes et de la trajectoire professionnelle et politique ultérieure de certains de ses colons et moniteurs que nous avons développés au premier chapitre de ce travail, illustrent bien la réussite de cette entreprise politique de promotion des classes populaires qu’est le PCF. Les « bastions rouges », où puissance du PCF et force de la classe ouvrière sont étroitement associées en condensent la figure. Le retournement de la conjoncture économique, avec une précarisation de l’emploi et l’apparition durable du chômage de masse – que Maurice Ducreux évoque dans l’un de ses courriers à Léon de Saint Moulin – provoque un infléchissement des luttes sociales au cours des années 1970. Non seulement le nombre des grèves décline, mais les transformations économiques modifient la nature des mobilisations avec le développement des relations contractuelles et, notamment, l’élaboration de procédures concernant les reconversions et les pré-retraites, ce qu’il relève aussi dans ses observations. L’opposition traditionnelle entre culture du travail syndicale et culture économique patronale s’effrite, au bénéfice d’une logique plus gestionnaire. Un syndicalisme de propositions émerge avec la CFDT, qui concurrence la CGT dont la baisse d’influence est antérieure à la décrue communiste. Jusqu’à la fin de l’année 1976, période d’apogée numérique de la classe ouvrière en France, les luttes continuent de s’inscrire – urbanistiquement parlant aussi (Archer, 1973 ; Mann, 1973 ; Philippon, 1973) – dans une stratégie offensive de conquêtes sociales (Bréville, 2011). Puis la désyndicalisation ouvrière accompagne le procès de désindustrialisation. Notons que le débat sur les limites d’une catégorisation de la classe ouvrière, commencé dès les années 1950, coïncide déjà avec la désyndicalisation qui s’amorce (Bevort et Labbé, 1990).

  • 3 Cf. infra, chapitre II.
  • 4 Ex-prêtre ouvrier de la paroisse ouvrière de l’Estrée de Saint-Denis, tenue par les pradosiens, co (...)
  • 5 L’ADA 13 va fêter ses cinquante ans et s’apprête, dans ce cadre, à monter une exposition et un col (...)

2Du fait de sa double appartenance, au PCF et à l’Église, la position du chercheur et du militant Maurice Ducreux est faite de tensions fortes, qu’elles soient amicales ou intellectuelles. Il s’est incontestablement trouvé pris dans une équation personnelle très complexe, en raison de ses amitiés avec la frange militante proche de l’ACO, avec les jésuites Jacques Sommet et Jean Lacan qui ont continué de promouvoir la Mission Ouvrière de la Compagnie de Jésus (MOJS) et la reconnaissance du ministère de prêtre-ouvrier d’une part, et avec les élus et militants communistes d’Ivry ou de Saint-Denis de l’autre. Et il faudrait encore ajouter ses propres réseaux de recherche en grande partie marxisants, mais pas uniquement. En fait, dès les années 1950, il y a eu entre la sociologie du travail et un certain militantisme catholique une série de convergences que Denis Pelletier (2012, p. 39-42) qualifie d’objectives, pour remettre en cause, précisément, la notion même de classe ouvrière et le postulat de son unité. Ce qui s’est joué, selon lui, entre 1947 et 1954 avec la condamnation des prêtres-ouvriers, c’est tout à la fois l’échec d’une remise en cause de la conception traditionnelle du sacerdoce et le rêve de fonder une gauche chrétienne sur la rencontre entre mission ouvrière et engagement politique (Duriez, Fouilloux, Michel, Mouradian, Viet-Depaule (dir.), 2001, p. 261-275), ou plutôt entre la fraction des chrétiens progressistes et cette génération « héroïque » et « singulière » (Noiriel, 1986), née dans les grèves de 1936, trempée dans les épreuves de la Résistance derrière le PCF et les grandes grèves de 1947. Au moment où la gauche progressiste chrétienne échoue, une sociologie du travail se met donc en place, dans le sillage de Georges Friedman (CES)3 puis d’Alain Touraine à l’EPHE qui publie, en 1955, aux éditions du CNRS, son enquête sur le travail aux usines Renault Billancourt. À la fin de la décennie, elle aboutit à la création de deux revues scientifiques : Sociologie du travail en 1959 et Revue française de sociologie en 1960. Éric Lebreon (Lebreton, op. cit., p. 38) note justement que c’est cette même revue Sociologie du travail qui consacre le plus de place à la question urbaine. Quant à Denis Pelletier, il suggère l’intérêt qu’il y aurait à étudier en détail la manière dont, auparavant, cette sociologie a été portée, testée en quelque sorte, par le lectorat militant des revues liés à l’engagement chrétien de gauche comme Économie et Humanisme, Esprit ou la jésuite Revue d’action populaire. L’hypothèse qu’il avance est la suivante : cette sociologie du travail puise bien dans la tradition de l’enquête monographique de terrain de type leplaysien mais, en mettant l’accent, cette fois, sur les limites de la conscience de classe et la crise de la catégorisation ouvrière, elle va s’efforcer d’offrir une alternative à l’approche marxiste. Elle suggère ainsi aux militants chrétiens auxquels la voie du progressisme avait été fermée, qu’ils ont peut-être eu raison d’accepter la fin des prêtres-ouvriers, non seulement par obéissance à Rome, mais aussi pour de réelles raisons d’évolution sociale et culturelle de la société (Pelletier, 2012, op. cit., p. 42). La trajectoire politique de Maurice Ducreux comme celle du couple formé par Jean et Geneviève Bellanger, ou encore celle de leur ami Yves Laverne4 ne nous paraissent pas devoir confirmer cette hypothèse mais plutôt celle d’une tension, au sein même des chrétiens de gauche, dont les travaux d’Éric Bélouet et Tanguy Cavalin ont montré le caractère de « mosaïque » éclatée. Une tension pointée, en outre, par Olivier Chatelan (Chatelan, 2012, p. 246-247), concernant les modes d’apostolat cette fois. Une première vision découle d’une conception de la société dans laquelle les milieux de vie ont une influence déterminante sur les individus et les groupes. L’Église y a répondu en accordant une importance toute particulière à l’Action catholique spécialisée et notamment à l’apostolat dans le monde ouvrier. Une seconde vision, davantage interclassiste de la société, est plutôt fondée sur une base territoriale et dont le point de départ a bien souvent été la paroisse mais qui s’est élargie pour investir, ensuite, le cadre de vie et l’aménagement d’un quartier ou de telle ou telle cité ou grand ensemble (Bréville, 2011). L’exemple de l’ADA 135, évoqué au premier chapitre, celui de l’ADELS ou de l’UFCS (Prévot, 2014), nous semblent révélateurs de cette tension et de cette évolution.

3Les épisodes de la vie de Maurice Ducreux qui suivent, son objet de recherche – la désindustrialisation et ses conséquences – ses engagements associatifs ne peuvent être découplés des chapitres précédents. Personnellement touché par la dégradation des conditions d’exercice du métier d’urbaniste et, plus encore, par la précarisation de son statut de chercheur contractuel, il va relativiser le « pôle travail » qui avait occupé la plus grande place dans son existence pour se consacrer à des collectifs œuvrant en faveur des populations marginalisées, quelles qu’en soient les raisons. Il finira par renvoyer dos à dos les deux « entreprises de salut » auxquelles il a formellement appartenu pour leur propension, commune à ses yeux, à exclure telle ou telle catégorie :

  • 6 Archives privées de Maurice Ducreux. Extrait d’une note, sans date ni référence précise, utilisée (...)

« On évolue vers une vie de plus en plus normalisée, à laquelle certains ne peuvent pas s’ajuster. Et il y a la marginalisation du chômage. Moi-même suis aujourd’hui dans un système peu stable au point de vue professionnel. L’Église a marginalisé beaucoup de personnes, tels les prêtres-ouvriers. Le PC a exclu tout une catégorie de gens. Et je me sens pris dans tout cela... La vie relationnelle est le point intéressant. Ivry et le racisme. L’accueil chez moi6. »

4Avant cette prise de distance, il y a bien eu adhésion formelle au PCF qu’il nous faut tenter de comprendre.

Une adhésion formelle au PCF (1973-1977) comme un acte symbolique de soutien à la stratégie d’ouverture du Parti et à la dynamique d’union de la gauche ?

« Je considère – non au titre d’une réflexion arbitraire mais au titre d’une expérience – le marxisme, le communisme comme étant, sur le plan social, politique, idéologique, le courant le plus continu vis-à-vis duquel, que l’on soit d’accord ou non, on est obligé de se déterminer, de se justifier. Pour moi, cette confrontation m’a fait beaucoup plus vivre que les confrontations internes à l’Église. Bien que difficile, elle m’apparaît concrète et de nature à faire évoluer la société dans les formes de rapports sociaux qui, à mon avis, conditionnent, pour une très grande part, la personnalité et l’espérance des hommes... »

5C’est bien par idéal, mus par la conviction qu’il était nécessaire de se regrouper autour d’un projet collectif qui plaçât la justice sociale au centre des préoccupations, que ses amis chrétiens Jean et Geneviève Bellanger ont adhéré au PCF en 1972, soit quelques mois seulement avant lui et ce par l’intermédiaire de Maurice Manoël, un ami commun, ancien séminariste à Lisieux devenu premier adjoint PCF à Ivry :

  • 7 Bellanger J. (2013, op. cit., p. 48).

« En y adhérant, je n’ai pas renié les paroles des Évangiles, bien au contraire, je les ai vécues et exprimées autrement7 » (Bellanger, J., op. cit., p. 43).

6Maurice Ducreux nuance pourtant, dans cette même note de septembre 1977 :

  • 8 Archives privées de Maurice Ducreux, note de septembre 1977. Il est possible qu’elle ait été rédig (...)

« Je crois, pour l’exercice de ma vie et les responsabilités professionnelles, à la nécessité d’une discrétion sur mes options, de façon à pouvoir aborder la réalité sans être conditionné ou privé de contacts. Ce cheminement attire des réserves de la part de l’Église. Certes, après une période d’interdits, on est passé à une reconnaissance des faits. Il y a des chrétiens au Parti : le milieu chrétien n’est plus insensible au phénomène. Mais les liens établis n’engagent que des responsabilités personnelles. Finalement, on ne peut être bon chrétien et bon communiste8. »

  • 9 Cf. supra, témoignage écrit de Jean Bellanger à l’auteur.
  • 10 Cf. Michel Winock, « La main tendue de Thorez », L’Histoire, no 308, avril 2006 ou Francis Murphy,(...)

7Dans le premier chapitre de ce travail, nous avions commencé d’analyser les motivations et les formes prises par le compagnonnage actif de Maurice Ducreux, que ce soit aux côtés de la municipalité d’Ivry dans l’encadrement des colonies de vacances aux Mathes, ou par son adhésion à des structures nationales satellites du PCF, comme l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF) ou le Mouvement de la Paix. Ce compagnonnage durable a pu être entretenu, tant par des amitiés militantes locales à l’image de Maurice Manoël donc, Premier adjoint communiste de Saint-Denis et membre du bureau fédéral du PCF à Aubervilliers9, que par le rejeu, régulier, à chaque veille d’élections, de la politique de « la main tendue » initiée par Maurice Thorez dans l’entre-deux-guerres, peu avant les municipales de 193610.

  • 11 Archives privées de Maurice Ducreux. Note de septembre 1977.

« Du côté communiste, le Parti développe des actions en direction des chrétiens. Il y a certes une stratégie pour renforcer le nombre et l’importance du Parti et diversifier ses composantes. Il y a un souci de comprendre, malgré cela, malgré les intentions et les déclarations de respect des identités, les questions que peuvent se poser des chrétiens sur des finalités essentielles, et un certain comportement qui en résulte, et qui sont trop souvent considérées comme des affaires privées et personnelles. Les chrétiens sont une minorité dans la mouvance du Parti. Les problèmes posés sont trop souvent réglés par la belle formule : “celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas”... Je connais des chrétiens qui, sans perdre leur identité, travaillent au Parti et ont adhéré. Je ne connais pas, dans mes relations, l’inverse11. »

8Benoît Bréville (op. cit., p. 198-199) a illustré ce rejeu régulier de « la main tendue » par les déclarations d’Auguste Gillot, maire de Saint-Denis, devant le comité de la section municipale du PCF en 1956, ou celle de Maurice Thorez rapportée par L’Humanité, le 26 février 1964. Dans cet entretien accordé par lui au journal canadien Combat, le secrétaire général use à dessein d’une métaphore ad hoc pour réaffirmer la compatibilité entre catholiques et communistes :

« Les communistes veulent assurer la prospérité, la dignité, la grandeur, l’avenir radieux de leur patrie, le bonheur du peuple. Pour ces grands buts, ils se sont toujours faits les apôtres du rassemblement de tous les travailleurs, de tous les démocrates. Ils considèrent les travailleurs catholiques, animés des mêmes soucis, en butte aux mêmes difficultés, comme leurs frères. Cette fraternité n’est pas un principe abstrait ; elle résulte des conditions concrètes de vie, de la communauté objective des situations, des besoins, des aspirations. »

9Le discours est très bien rôdé affirme Bréville, et Georges Marchais le reprend d’ailleurs à son compte en développant une rhétorique similaire dans les colonnes du journal La Croix, le 19 novembre 1970 :

« Il existe une profonde solidarité de fait, temporelle, sociale, économique et historique entre travailleurs communistes et travailleurs catholiques... à notre avis, l’aspiration de nombreux chrétiens à la justice sociale et au respect de la dignité humaine, bien loin de les amener à contester la société socialiste, les conduira, au contraire, à participer toujours plus activement à son développement. »

10L’adhésion formelle de Maurice Ducreux au PCF correspond bien à un moment d’ouverture du Parti, à une dynamique de sortie de l’entre-soi ouvriériste stricto sensu qui se traduit, dans un premier temps au moins, par des succès électoraux répétés et la signature du Programme commun de la gauche :

  • 12 AMI 62Z20. Pochette MRAP (1970-1979). Extrait de l’entretien accordé par Maurice Ducreux le 30 déc (...)

« Moi j’ai toujours fait confiance à l’action du Parti à Ivry, bon, rien n’est parfait. Puis en 1973, il y a eu la dynamique de l’Union de la Gauche. Moi j’ai trouvé que c’était intéressant. Moi je pense que quand il faut changer, il est bon de rejoindre les noyaux qui sont déjà actifs, c’est pour çà qu’en 1973, moi j’ai pris ma carte du Parti12... »

  • 13 Pour un urbanisme... colloque de Grenoble organisé par la Nouvelle critique et la Fédération de l’ (...)

11Au cours des années 1970, les rangs communistes s’ouvrent donc incontestablement à d’autres aux mondes que ceux des ouvriers et des paysans, avec l’adhésion accrue d’employés des services, de techniciens et d’enseignants. Dans le prolongement du programme commun signé en 1972, la direction nationale du Parti appelle en effet au rajeunissement et au renouvellement des instances partisanes. Ainsi, la perspective politique d’union de la gauche s’ancre-t-elle dans une ouverture sociologique aux classes moyennes, aux ingénieurs, techniciens et cadres et aux intellectuels, d’origine chrétienne progressiste (Grenoble, 1974)13 ou non, invités à rejoindre le parti de la classe ouvrière même s’ils accèdent peu aux postes de direction, à l’exception des enseignants nuance Julian Mischi dans ses travaux. Il n’en demeure pas moins vrai qu’en 1971, à la faveur des listes d’union, les maires communistes se retrouvent à la tête de 22 des 40 municipalités du département de Seine-Saint-Denis, dont 14 sur les 17 de plus de 30 000 habitants. Les socialistes, par comparaison, n’en gèrent que 6. Pour renforcer sa légitimité, le PCF s’efforce d’innover en développant sa politique de « contrat communal » (Hatzfeld, 1990) et de dépasser l’entre-soi ouvrier de ses listes aux élections municipales en les ouvrant à des chrétiens et à des représentants des classes moyennes tels que le docteur François Goust à Ivry-Port (94). Il en ira de même de la composition du comité local du MRAP que Maurice Ducreux va contribuer à fonder sur fond de soutien, ambigu pour le moins, nous le verrons, de la municipalité d’Ivry.

  • 14 Archives privées de Maurice Ducreux. Extrait d’une note, sans date ni référence précise, utilisée (...)

« Le dialogue entre urbanistes n’est pas sur le plan de la foi mais sur celui des idéologies. Quand on fait des plans, il y a des valeurs de référence : soit libérales, soit socialistes. On sent aussi, si les gens qui les font aime le fric, s’ils ont une certaine philosophie, s’ils sont militants ou pas. Cette référence, personne ne la dit14. »

12À cette date, de Francine Philippon dans La Revue de la Construction titrant : « Ivry, l’impasse ? » en octobre 1973 à Bernard Archer en passant par Marc Mann, directeur de la SEMI qui prend la parole au colloque de Grenoble, tous soulignent les difficultés rencontrées par l’audacieux projet de rénovation d’Ivry-centre :

« Si certains objectifs ont été atteints (acquisitions foncières relogement de 72 % des habitants dans le centre, maintien d’un fort pourcentage d’HLM), on peut craindre de sérieuses difficultés pour la suite. Ces difficultés tiennent particulièrement à ce que le logement “social” atteint des prix qui le rendent inaccessibles aux catégories de population pour lesquelles il était prévu. Le financement des équipements est imputable à la commune (la part de l’État ne serait plus que de 15 %, aggravant le déficit final). Si ce n’est pas l’État qui contribue à équilibrer les résultats financiers, le capital privé ne trouvera-t-il pas une occasion de s’introduire – en acquérant le droit à construire des logements chers – dans l’opération et d’y bénéficier de l’effort réalisé par la collectivité ? » (Archer, op. cit., p. 148).

13La Société d’économie mixte d’Ivry (SEMI) a été créée en 1969. Comme son homologue dyonisienne, cette SEM est l’une des réponses des élus à la réforme des OPHLM de 1963 qui modifie les commissions d’attribution de logements sociaux et la composition des OPHLM. Les représentants nommés par le préfet seront désormais plus nombreux que ceux nommés par la mairie. La SEMI prend le relais de la rénovation du centre-ville et de six autres îlots. Dans l’opération d’Ivry-centre elle est prestataire de service vis-à-vis de l’OPHLM (assistance technique au même titre qu’un autre bureau d’étude). Agissant en tant qu’organisme rénovateur ayant passé contrat avec l’OPHLM, elle est chargée d’un certain nombre de missions à sa place : conduite de la procédure d’expropriation, recherche de clients et discussions sur les charges foncières avec les différentes administrations.

  • 15 Benoît Bréville contredit cet optimise en retraçant la conception contrariée et les aléas de la co (...)
  • 16 Pour un urbanisme, op. cit., p. 211.

14L’État est accusé tour à tour par les principaux élus communistes de ne pas assez consacrer de crédits à la construction, de mener des politiques favorisant la spéculation foncière en pénalisant le secteur public du logement et donc les travailleurs (Bréville, op. cit., p. 360). Marc Mann veut alors voir dans l’application espérée du Programme commun le moyen de faire passer rapidement la capacité de production de 500 000 à 700 000 logements par an, de diminuer le coût de construction pour des logements « de qualité croissante15 », de réduire les charges foncières16 et de rendre, enfin, l’initiative aux collectivités locales afin de permettre de mener à terme de telles tentatives originales d’intégration poussées des fonctions dans une opération d’urbanisme d’envergure.

  • 17 Cf. Piette Jean-Jacques, « Les accords PC-SFIO dans le département de la Seine aux élections munic (...)
  • 18 Cf. « Faire des mairies des citadelles de défense républicaines », L’Humanité dimanche, 22 février (...)
  • 19 L’auteur avait abordé le rôle de ce proche de Guy Mollet dans sa thèse puis dans sa biographie d’A (...)
  • 20 Rappelons que Maurice Ducreux a travaillé un temps pour l’Office municipal d’HLM d’Aubervilliers.
  • 21 Cité par Bellanger E., op. cit., p. 191, L’Humanité du 21 mars 1964, et Hirsch, B. (2003), L’Aména (...)

15Par ailleurs, cette dynamique d’union de la gauche accentuait à chaque scrutin une sortie de l’isolement politique du PCF commencée à l’occasion des municipales de 1959 et de 196517. Elle atténuait pour l’occasion l’image réductrice de « citadelle » assiégée qu’avaient alors ses mairies18. L’accord passé avec les socialistes s’était révélé payant dès 1959 pour les deux contractants : sur 39 des villes de plus de 30 000 habitants, 29 avaient été remportées par des listes d’union et la SFIO avait augmenté considérablement son nombre de conseillers municipaux suburbains, passés de 145 à 225. Cet accord durable – auquel travaillèrent secrètement Claude Fuzier, le puissant secrétaire de la fédération SFIO de la Seine (Prévot, 1997, 2003)19, et Paul Laurent, membre du bureau politique et secrétaire de la fédération communiste de Paris – fut pourtant loin de faire consensus parmi les grands élus de la SFIO. En tête des opposants figuraient rien moins qu’Alphonse Le Gallo, député-maire de Boulogne-Billancourt depuis 1944, président de l’Association des maires de France (AMF) et Georges Dardel, sénateur-maire de Puteaux et président du Conseil général de la Seine depuis 1959. Tous deux restaient attachés à des alliances de type « troisième force », ouvertes aux démocrates-chrétiens, aux indépendants, voire aux gaullistes (Bellanger E., op. cit., p. 191). Mais, nécessité faisant loi, la situation institutionnelle particulière de l’agglomération parisienne, dont la géopolitique fut totalement reconfigurée dans les années 1960, commanda et cimenta l’accord électoral. Les élus locaux, qu’ils fussent PCF ou SFIO, avaient en effet échoué à faire barrage à la réforme départementale de la Seine et de la Seine-et-Oise qui devait donner naissance à sept nouveaux départements, dont la Seine-Saint-Denis (93). Au début des années 1960, ce combat avait reçu le soutien officiel des élus communistes et, parmi eux, André Karman le maire d’Aubervilliers depuis 195720 et président du groupe communiste au Conseil Général (CG), et celui de Georges Balbon, premier adjoint de Bobigny et vice-président dudit CG. Les socialistes, qui avaient détenu la présidence du CG entre 1958 à 1967 étaient, de fait, les grands perdants de la départementalisation imposée par le pouvoir gaulliste et son représentant à la tête du District : Paul Delouvrier, surnommé le « proconsul » ou l’« Haussmann des banlieues21 ». Les élections de 1965 furent placées sous l’étendard du combat contre le District de la région parisienne, imposé en 1961 par le gouvernement de Michel Debré, contre « le charcutage électoral de la Seine », contre « la politique de l’UNR qui conduit au sous-développement de la région parisienne ».

16L’analyse menée cinq années durant par Serge Adda et Maurice Ducreux sur la désindustrialisation de la Plaine Saint-Denis (93), tout comme celle conduite par Bernard Archer sur Ivry (1973) – qui appuie une partie de sa démonstration sur des documents émanant de la section du PCF du Val-de-Marne (94) – reprennent à leur compte une lecture politique de se qui se joue à travers les bouleversements de grande ampleur, voulus et programmés par le District :

« Une institution de l’État, dont l’organisation a été combinée de sorte qu’il soit l’instrument de la volonté de l’État..., est d’orchestrer la réduction de 15 % de la proportion d’ouvriers dans la population active de la Région Parisienne (RP). La conception du SDAU-RP est gouvernée par l’organisation autour de “pôles tertiaires”. Les villes nouvelles et les “pôles restructurateurs” (dont la Défense) doivent permettre, avec les nouvelles infrastructures de transports, d’ordonner le développement du tissu parisien autour de centres offreurs d’emplois et de services mais aussi diffuseurs de la production culturelle urbaine. Concernant la zone centrale de la Région parisienne, la libération de terrains primitivement industriels (ou mixtes), aux abords des gares notamment, devaient permettre un rééquilibrage des implantations tertiaires sur ces mêmes emprises (sièges sociaux, bureaux). »

17Archer l’affirme :

« Le but politique est clair... diluer la population ouvrière, changer les caractéristiques socioprofessionnelles des populations et, par là, réduire “la banlieue rouge” » (op. cit., p. 55-57).

18Dès 1928, Raymond Poincaré proposait l’établissement d’un plan d’ensemble d’aménagement de la région parisienne qui comportait la limitation des implantations industrielles dans la capitale et la première couronne en réduisant le poids des concentrations ouvrières. À partir de 1950, avec le Plan d’aménagement et d’organisation de la région parisienne (PADOG) et les différentes versions du SDAU-RP qui suivirent, la décentralisation industrielle de la région parisienne devenait l’une des dispositions essentielles de la politique d’aménagement du territoire. Des dispositions administratives et financières étaient mises en place : Comité de Décentralisation, redevance, agrément pour régler les créations ou les extensions d’activités avec, durant une première période, les primes à la démolition des bâtiments industriels et, dans une seconde, les primes à la décentralisation. En 1963, au niveau le plus élevé de l’appareil d’État puisque directement rattachée au cabinet du Premier ministre, la DATAR était créée avec la mission d’appréhender l’ensemble des processus du développement économique afin d’assurer, en région parisienne, la décentralisation des activités, notamment industrielles, et de limiter l’accroissement de sa population.

19En 1965, les textes d’orientation qui, après des années d’étude, devaient conduire en 1976 au décret d’approbation du SDAU-RP, indiquaient :

« Les activités établies dans l’enceinte parisienne n’en subiront pas moins de profondes modifications. Le départ des usines va s’accélérer : compte tenu des besoins d’extension et de rénovation, il faut envisager l’hypothèse d’un mouvement qui toucherait la moitié des emplois industriels existant aujourd’hui dans Paris. Le transfert de ces établissements, ajouté à la création de nouvelles unités, conduirait ainsi à implanter environs 650 000 emplois industriels hors de Paris. La rénovation des usines à la périphérie de Paris pourrait en outre toucher environ 100 000 emplois. »

  • 22 AMSD, 10 S 110, Supplément à Saint-Denis Républicain du 26 février 1959, cité par Bréville.
  • 23 Cf. Intervention de Marc Mann, directeur de la SEMI au colloque de Grenoble Pour un urbanisme, org (...)
  • 24 Cf. [Cf. [http://archives.seine-saint-denis.fr/IMG/pdf/etatversementsservicesdeconcentresv22010120 (...)
  • 25 Étude pour la Plaine Saint-Denis, BERU, 1971, 75 p. ronéotypées plus annexes et Étude des possibili (...)

20La création du District, en projet depuis 1959, fut assimilée par les élus communistes – Auguste Gillot en tête à Saint-Denis (Bréville, op. cit., p. 244) – à une tentative délibérée du pouvoir gaulliste pour « liquider les libertés communales » et « faire disparaître les dernières bases de la démocratie en France22 ». La défense des libertés communales deveint dès lors une constante du combat politique frontal qui opposait officiellement les élus communistes aux dirigeants de la Ve République. Les élus communistes mobilisent les populations de leurs communes respectives, via des pétitions, pour exiger le remboursement de la TVA qu’ils jugent scandaleusement élevée au regard de ce qu’ils considèrent comme l’absence de subventionnement des équipements socioculturels ou la baisse drastique du financement étatique dans les opérations de rénovation urbaine, on l’a vu. Davantage d’élus, des pouvoirs étendus, une réforme « démocratique » de la fiscalité et des finances municipales23 tels étaient, selon Benoît Bréville, les grands axes du combat que la mairie de Saint-Denis – entre autres – engageait contre l’État dans l’espoir affiché d’améliorer le sort des travailleurs. à ceci près qu’il n’évoque ni l’élaboration des POS communaux – en théorie conjointe entre les services de l’État et les élus depuis la LOF de 1967 – ni le poids de la patente puis de la taxe professionnelle (1975) dans ces communes anciennement industrialisées et durement touchées, tant par la politique étatique de décentralisation industrielle que par les stratégies désormais globalisées des grands groupes industriels et financiers. Une étude approfondie des travaux du Groupe d’études et de programmation (GEP) de Seine-Saint-Denis conservés aux AD 9324 serait sans nul doute de nature à compléter fort utilement les travaux existants. Maurice Ducreux et Serge Adda citent en effet, mais sans plus de précision toutefois (vol. 2), deux études que le BERU effectua pour le compte de cette structure en 1971 et 197225 et une note du GEP de mai 1977 (vol. 2, p. 61-62) sur Les mutations du tissu industriel dans le nord-ouest de la Seine-Saint-Denis. Dans cette étude menée sur les communes d’Aubervilliers, Épinay, l’Île-Saint-Denis, La Courneuve, Pierrefitte, Saint-Denis, Saint-Ouen, Stains et Villetaneuse sont observées les mutations industrielles survenues entre 1967 et 1977 ayant eu pour effet de modifier l’affectation de l’usage des sols. Deux caractéristiques essentielles en ressortent : le développement de la fonction d’entreposage au détriment de la fonction de production, d’une part, et la proportion sans cesse accrue de terrains vacants ou nus de l’autre.

  • 26 Archives privées de Maurice Ducreux, intervention au colloque Banlieue, des 28-30 janvier 1981 à M (...)

21Ducreux qualifie de « sérieux » le processus d’élaboration conjointe des documents réglementaires d’urbanisme ; il mentionne à plusieurs reprises le fait que les POS communaux de cette zone ont institué des COS favorables (2) à l’implantation d’établissements productifs et ont limité, par des coefficients faibles (0,40), les activités de services : entrepôts, bureaux. Mais il ne dit rien des éventuelles (âpres ?) négociations entre élus et services de l’État préalables à l’instauration d’un tel dispositif, pour en souligner seulement certains effets contre-productifs. Un COS faible pourrait ainsi se révéler, à l’en croire, une difficulté supplémentaire dans la réaffectation des espaces libérés, car la demande de surfaces liées à la manutention et aux entrepôts est bien plus forte que celle émanant des industries productives. Les communes sont donc placées devant un dilemme : ou bien maintenir ce COS dissuasif – et renoncer à des réalisations intéressantes pour cause de surdensité des projets26 – ou bien attendre des années qu’un terrain ou des bâtiments industriels trouvent à nouveau preneur. De surcroît, dans la majorité des cas, ce ne sont pas des unités de production qui s’installent. Maurice Ducreux donne les exemples de Bergera Monnayeur, installé sur la Plaine Saint-Denis à la place des anciennes usines chimiques de PUK et Martini, de William Pitters Air Import et de Pharmatrans sur les terrains de Trefimétaux qui ne sont pas des établissements productifs et dont la main-d’œuvre est très différente de l’ancienne, en nombre et en profil de qualification. À travers ces mentions, on constate l’intérêt précoce de Maurice Ducreux pour le décryptage fin du phénomène de désindustrialisation et, plus particulièrement encore, pour l’examen scrupuleux de la nature de la propriété foncière et les jeux d’acteurs.

  • 27 Cet auteur restitue les principales analyses d’Alquier, Lojkine et Topalov, en particulier, et les (...)
  • 28 Dans le le vol. 80 du Quaterly Journal of Economies.

22À cette date, les travaux de chercheurs marxistes, comme Jean Lojkine et François Alquier publiés, notamment, dans le second numéro d’Espaces et sociétés (1971), ceux d’Alain Liepietz sur Le tribut foncier urbain (1974), ou sur Le capital et son espace (1977), ou bien encore ceux de Christian Topalov du CSU – Capital et propriété foncière (1973) et Surprofits et rente foncière dans la ville capitaliste (1977) – tentent d’adapter les catégories de la rente chez Marx aux phénomènes urbains observés (Fisette, 198427). Maurice Ducreux les cite dans sa bibliographie générale, mais il s’appuie aussi – et davantage selon nous – sur le travail que ses anciens camarades du BERU – Jean Baboulène, Jean-Louis Destandau, Jean-Pierre Gaudin et Jean-Pierre Portefait – réalisent en 1975 pour le compte du Service des Affaires Économiques Internationales (SAEI) dans le cadre de l’Action concertée de recherche urbaine. Intitulée Organisation des grands groupes industriels et choix de localisation, leur étude revendique un caractère théorique, passant en revue la littérature internationale – de Walter Christaller à l’école américaine de science régionale – sur les différentes théories de l’espace économique, pour proposer ensuite une relecture critique de la théorie du cycle du produit de Raymond Vernon (1966)28.

23Avec eux, mais sans jamais livrer clairement ses cadres théoriques, Ducreux privilégie une approche par le jeu des acteurs, la préférant à l’approche hiérarchique de l’espace qui dominait pourtant l’analyse spatiale et inspirait l’élaboration des politiques d’aménagement en France au début des années 1960. À travers cette nouvelle approche, l’espace est saisi comme le lieu d’application de stratégies, convergentes aussi bien que conflictuelles. Son champ découle de la coexistence de plusieurs groupes en relation, sur un fond socioculturel mémorisant le passé et, de ce fait, induisant pour chacun des inerties de comportement. L’approche par le jeu des acteurs a pour mérite propre, à leurs yeux, de relativiser le concept d’espace économique par l’appréciation qu’en fait un groupe social constituant ou un utilisateur éventuel ; par le changement des rapports entre groupes constituants et utilisateurs au fur et à mesure du déroulement de leurs relations, et sous l’effet aussi bien de facteurs internes (politique locale et politique de la firme), qu’externes (technologie, produits, marchés, politiques nationales et communautaires) (Baboulène, Destandau, Gaudin, Portefait, 1975, op. cit., p. 25).

  • 29 Après avoir été sociologue au ministère de l’Équipement, membre de l’équipe de l’OREAM-Lyon-Saint- (...)
  • 30 Freyssenet Michel, Imbert Françoise, La centralisation du capital dans la sidérurgie 1945-1975, Pa (...)
  • 31 Combes Danièle, Latapie E., L’intervention des groupes financiers dans l’immobilier, Paris, CSU, 1 (...)
  • 32 Cf. Cornuau Claude, Imbert Maurice, Lamy B., Rendu Paul, Retel J, L’attraction de Paris sur sa ban (...)

24Parmi les autres chercheurs du CSU dont Maurice Ducreux mobilise les travaux (Michel Freyssenet29 et Françoise Imbert30, Danièle Combes31), nombreux sont par ailleurs ceux qui publient aux Éditions ouvrières32. Créées en 1939, leur origine est plus ancienne et liée à la JOC qui ouvre, en 1929, la librairie de la Jeunesse Ouvrière pour permettre l’accès au livre aux jeunes apprentis, employés et ouvriers. Soucieuse de s’adresser à une classe sociale très définie – la classe ouvrière – cette association devient bientôt sa « confidente » et recueille ainsi des « témoignages » et des « regards inédits », ce qui lui permet d’envisager des « recherches et réflexions nouvelles ». Ainsi, voulant créer ses propres produits, la librairie se transforme en 1939 et donne lieu à la création d’une maison d’édition. Son image de marque est très clairement définie : il lui faut entretenir la « tradition pétrie d’humanisme et de justice sociale ». Cette tradition repose sur deux grands thèmes : la lutte du mouvement ouvrier et l’expérience de la foi. Elles sont devenues les Éditions de l’Atelier.

L’adhésion formelle au PCF comme acte symbolique d’une tentative de maintien d’un monde industriel en crise ?

25Julien Mischi (2007, p. 17) note qu’il n’est pas rare que les communistes accèdent au pouvoir local lorsque l’usine, qui est le vecteur de l’identification sociale dans la cité, décline. Et de citer le cas de l’ascension fulgurante du PC lorrain dans les années 1970. L’adhésion formelle de Maurice Ducreux au PC apparaît bien ici comme un acte symbolique de maintien du monde industriel en crise. C’est également pour soutenir le PC local dans sa lutte contre la désindustrialisation que Jean et Geneviève Bellanger adhèrent au PCF à Saint-Denis en 1972 (Bellanger, J., op. cit., p. 48).

Le point de départ intellectuel d’une démarche de type « premières phases d’un diagnostic territorial33 »

  • 33 En effet, même s’il cite en annexe de son premier volume de 1979 la liste des opérations de ZAC la (...)
  • 34 Archives privées de Maurice Ducreux, note de juillet 1982.

26Pour sa part, Maurice Ducreux adhère formellement l’année même où il quitte le BERU pour l’UDRA/ESA. De manière concomitante, son objet d’étude va désormais porter, non plus sur l’analyse des tissus anciens en préalable à des opérations de rénovation et de logement, mais sur l’analyse fine des mutations de ces « zones industrielles de fait ». Il se consacre d’abord à la Plaine Saint-Denis – la plus grand zone industrielle, de près de 700 hectares, formée entre 1850 et 1900 aux portes de Paris – et, plus tard, à Reims, Charleville-Mézières et Saint-Dizier34.

27Le point de départ intellectuel de ce travail de longue haleine ne constitue pas une rupture – tout au contraire – avec ses travaux précédents. Il part en effet du constat qu’il existe un :

  • 35 Archives privées de Maurice Ducreux, intervention au colloque Banlieue, op. cit., p. 4.

« Double processus contradictoire : d’une part un effort accru de la part des collectivités locales pour améliorer les conditions d’existence et, de l’autre, une stratégie de désengagement des entreprises... Alors que s’amorçait le départ des entreprises, c’est donc hors.de l’espace industriel que les communes ouvrières opéraient, en lançant, dans leur centre, des opérations de rénovation ou des grands programmes de logement dans les quartiers extérieurs ou encore de nouveaux équipements collectifs qui engageaient pour des années les finances locales35 »

28Son positionnement doit être mis en relation avec l’amitié qui le lie à Bernard Archer. De retour au sein du BERU après son passage à la tête de la SORETUR, ce dernier avait investi son expérience dans une analyse réflexive et engagée, fondée sur la comparaison entre l’agglomération rouennaise et Ivry-sur-Seine. Pour Archer (1973, p. 91), la restructuration du centre d’Ivry n’est autre que la réplique de la collectivité locale aux pressions centrifuges qu’elle subit. Elle se trouve en effet renforcée dans sa conviction qu’il faut créer, au centre d’Ivry, ce qu’il nomme « une forteresse des modes de vie », c’est-à-dire un espace architecturé favorisant le maintien ou la création de rapports urbains significatifs :

« En définitive, l’exigence de centralité apparaît plutôt ici comme une surdétermination d’essence politique intervenant sur le domaine économico-spatial, pour y contrer la logique, apparemment dominante, de l’éclatement des structures urbaines » (Archer, op. cit., p. 111).

  • 36 Cf. Cahiers de l’IAURP, volume 7, « Le Quartier et la Ville ». La Revue de la construction. La vil (...)

29Prenant appui sur une étude de l’IAURP36 consacrée aux opérations publiques à Vitry (rénovation du centre et ZUP), il pronostique pourtant ceci :

« Si ces opérations sont bien conduites, il est possible qu’à long terme, et assez paradoxalement, elles amènent un recul de l’extrême gauche par diminution du vote de contestation. »

  • 37 Archer, dont on a vu aux chapitres IV et V l’opposition farouche qu’il développe à l’encontre de l (...)

30Archer est formel (Archer, op. cit., p. 57) : c’est la désindustrialisation qui paraissait être le moteur premier et essentiel de la réorganisation du patrimoine bâti à l’intérieur de la première couronne de banlieue. Les zones mixtes en constituaient alors 40 % de la superficie, relief de l’ancienne ceinture industrielle de Paris. Il restait donc de nombreux logements dans ces « zones industrielles de fait », terme que Ducreux reprend à son compte dans ses travaux. Parmi elles, Ivry se distinguait non seulement fait de l’existence d’un secteur de grandes usines, mais aussi parce que son tissu urbain présentait ce caractère de mixité sur la quasi-totalité de son territoire. Tandis qu’on avait déjà connaissance d’acquisitions foncières au profit de groupes promotion importants37, l’indice d’emploi accusait déjà une baisse sensible (1962 : 1,33 ; 1968 : 0,92). Quant aux transformations de l’occupation du sol par les industries, Archer pointe du doigt le remplacement d’ateliers par des entrepôts comme un moyen de rentabiliser une réserve foncière aux portes de Paris. Tout ceci joint à l’accentuation du sous-emploi féminin et à la déqualification croissante des emplois industriels, ajouté à l’apparition d’une situation de crise dans nombre d’entreprises sous-traitantes entraînait une diminution progressive de la part de la population ouvrière dans la population active globale (Archer, op. cit., p. 68). À Ivry, la Municipalité estimait à 2 000 la perte d’emplois due aux fermetures d’usines pour la seule année 1972.

  • 38 La différence principale réside dans l’existence d’un tissu plus dense et plus diversifié de PME l (...)

31Ducreux et d’autres, à l’image des deux étudiants en géographie industrielle de Paris 1, dirigés par Yves Babonaux dont nous avons retrouvé les travaux, observent les mêmes phénomènes, tant sur la zone de la Plaine Saint-Denis, Montreuil-sous-Bois (François, 198238) ou La Courneuve (Place, 1981). L’étude d’Ivry de Jean Lojkine et Nathalie Viet-Depaule (1984, p. 160-161) du Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) configure pour sa part les résultats obtenus par Serge Adda et Maurice Ducreux quelques années auparavant :

  • 39 Lojkine renvoie à deux publications dont la première atteste une nouvelle fois de l’existence du « (...)

« L’étude de Serge Adda et Maurice Ducreux sur la “zone industrielle de fait de Saint-Denis Aubervilliers39” [...] confirme le fait dominant qu’est la stratégie de délocalisation des grands groupes industriels présents dans la zone (PUK, Saint-Gobain, Roussel-Uclaf, Cazeneuve, Thibaud-Gibbs etc.). Mais, d’autre part, malgré cette tendance dominante depuis la crise de 1974 (il n’y a pas eu depuis 15 ans, à l’exception de Jeumont-Schneider en 1972, d’investissement productifs nouveau et de renouvellement de l’appareil productif ancien), on ne peut négliger l’augmentation importante des emplois publics (+ 3,35 % de 1975 à 1979) – emplois municipaux, sécurité sociale, Assistance publique –, mais aussi des emplois à la frontière productifs/improductifs n’est pas nette : 200 emplois SNCF des ateliers Landy, 900 emplois du centre de recherches EDF/GDF, emplois de la RATP, Université Paris VIII et IUT de Saint-Denis... Malheureusement, l’imprécision des nomenclatures des activités de service empêche d’en savoir plus, en l’absence d’une étude sociologique directe. Tout au plus peut-on noter que, même là où la crise et la délocalisation industrielle frappent le plus fort comme à Saint-Denis, on n’assiste pas à une pure et simple “désertification”. Il est en effet nécessaire de prendre en compte les nouvelles activités “productives” (bureaux d’études, centres de recherche, activités de stockage et de transport) et les nouveaux liens entre productions matérielles et activités de service. »

32La justesse de ces observations a été confirmée par des travaux récents (Drancourt, 2004 ; Lamard, Stoskope [dir.], 2007, p. 8-9). L’inadaptation croissante des catégories statistiques, la dématérialisation des produits, l’externalisation par les entreprises de nombreuses fonctions ont, sinon souvent, parfois conduit à affirmer que les emplois perdus par l’industrie avaient été récupérés par les services et à relativiser la notion de désindustrialisation pour la considérer comme une « simple étape du développement des pays industrialisés résultant de la combinaison d’effets d’offres et de demande » (Fontagné et Lorenzi, 2005). La désindustrialisation se réduirait donc à de banales « mutations industrielles » (DATAR, 2004), un moment dans le déploiement spatial, sur le temps long, du chassé-croisé industrialisation/désindustrialisation (Hau (dir.), 1998).

33L’analyse du jeu d’acteurs auquel se livrent Adda et Ducreux est dans la droite ligne de ce qui constitue l’une de leurs interrogations centrales (Lojkine, Viet-Depaule, op. cit., p. 134-135) :

« Reste à voir le rapport entre ce mouvement objectif du marché du travail et la conscience qu’en ont les acteurs : comment les organisations ouvrières ont-elles su prendre en compte, dans l’entreprise comme dans la commune, ces nouvelles solidarités entre travail matériel et travail intellectuel ? Et comment, d’autre part, les intéressés vivent-ils aujourd’hui leur identité et leur appartenance sociale, entre référence à l’identité “ouvrière”, symbolisée par le travailleur manuel, et la référence au “cadre” et à “l’intellectuel” coupé de la production matérielle ? »

34Dans le passé, les revendications avaient surtout porté sur les conditions de travail et de salaire, sur l’hygiène et la sécurité, sur les libertés syndicales dans un contexte où l’établissement demeurait en place. Elles avaient conditionné les formes d’expression et de lutte. À l’inverse, Ducreux constate désormais que les usines partent sous l’effet de décisions lointaines, difficilement accessibles. Il étaye là encore ses dires par des exemples précis : Sifa Diamant, produits pharmaceutiques du groupe Roussel Uclaf, a fermé ses portes après la prise de contrôle par le groupe allemand Hoechst ; Pouyet, fabricant de matériel électronique acheté par ITT en 1977, disparaît deux ans plus tard :

  • 40 Intervention de Maurice Ducreux au colloque Banlieue, op. cit., p. 14.

« C’est donc en termes nouveaux que se posent les conflits puisque la revendication porte de plus en plus sur le maintien de l’entreprise, et le combat risque d’être définitif tandis que les employeurs disposent de moyens nouveaux pour les désamorcer, c’est-à-dire l’offre d’indemnités pour les retraites anticipées, pour certains des primes substantielles de licenciement, pour quelques autres des avantages offerts à des déplacements de main-d’œuvre. Ainsi la division des travailleurs s’opère par des propositions conduisant une partie du personnel à se détacher du lieu de leur travail et ne reste qu’un noyau pour soutenir la lutte avec des appuis extérieurs, syndicats, municipalités, pétitions dans les quartiers. Mais ces rapports de force ont changé de terrain et, le temps aidant, les luttes risquent de se désagréger comme se désagrègent toutes les structures spatiales, économiques, sociales qui avaient été à la base de tous les équilibres passés. Là est le grand changement de la banlieue40 » (MD, 1981, p. 14).

  • 41 Benoît Bréville en a dénombré pas moins de 184 entre 1977 et 1980. Parmi eux, 108 concernent l’éco (...)
  • 42 Intervention de Maurice Ducreux au colloque Banlieue, op. cit., p. 15.
  • 43 Idem, p. 7-8 et 15.

35En multipliant les pétitions, les vœux et autres déclarations du Conseil municipal dyonisien déposés à la Préfecture41 – la section locale du PCF commença en effet par endosser sa fonction tribunicienne de défense des intérêts et des droits des travailleurs en usant de modes d’action essentiellement incantatoires et symboliques. Par ailleurs, la situation du logement sur la Plaine Saint-Denis était différente de celle d’Ivry. Pour Ducreux, la propriété foncière destinée à la fonction résidentielle restait négligeable (80 hectares sur 680), qu’elle fût du domaine collectif ou privé. Son poids était d’autant plus dérisoire que depuis trente ans, assurait-il, aucun marché n’existait, aucun permis de construire à usage d’habitation n’avait été accordé, et que les projets publics de restructuration portant sur quelques îlots insalubres s’engluaient dans la longueur des négociations. Son analyse sociodémographique révèle une chute considérable de la population du quartier (30 % en moins entre 1968 et 1975 soit une perte de 7 300 habitants sur 30 200) (p. 15), une réduction effectivement très importante du nombre des ouvriers (-23 %) même s’ils demeurent plus présents qu’ailleurs (55 %), un poids plus faible dans la population des catégories des moins de 19 ans et une part plus forte des 65 ans et plus, une augmentation de la population immigrée (+ 27 %), assortie d’une surreprésentation de la population masculine (immigrés célibataires). Elle pointe, en outre, une fermeture accélérée des commerces de quartiers : plus de 60 boutiques sur les 154 en exercice en 1964. C’est l’un des signes quotidiens les plus visibles du dépérissement des équipements du secteur42. Enfin, les décentralisations industrielles ont accentué les migrations de travail : 52 % des actifs en 1962 travaillaient sur leur commune contre 39 % en 1975 et le mouvement allait en s’accélérant43.

Les liens personnels de Maurice Ducreux avec des chrétiens proches de l’ACO, qui adhèrent aussi au PCF dans les mêmes années

  • 44 Jean Bellanger a publié en 2013 aux Éditions de l’Atelier Combat de métallos, Les Cazeneuve de la (...)
  • 45 Courriel d’Emmanuel Bellanger à l’auteur du 9 juillet 2013.

36Dans le second volume de son travail, Maurice Ducreux consacre trois pages au conflit emblématique des « métallos de Cazeneuve », l’un des fleurons de la machine-outil44. Cette société, fondée à Paris en 1905, devait se spécialiser dans la construction des tours parallèles quatre ans après le transfert, en 1912, de ses ateliers sur la Plaine Saint-Denis. Muée en SARL, elle devient les Ateliers de Façonnages de Saint-Denis (AFSD) en 1959. Dans les faits, les AFSD vendent des heures de travail à Cazeneuve, son seul client. Cette constitution du groupe en « deux étages » permettra, lors de chaque conflit social, de créer la confusion quant au véritable employeur. Jusqu’en 1974, l’entreprise est florissante ; elle exporte dans 54 pays. Des tours sont fabriqués, sous licence, dans quatre pays, principalement en Espagne et au Japon. Brusquement, au milieu de l’année 1976, la machine-outil française est frappée de plein fouet par la concurrence de la RFA, des EU et du Japon qui avaient su investir à temps dans la recherche et opérer, à moindre coût, une reconversion vers des machines à commande numérique. Cazeneuve n’est pas la seule entreprise touchée : Gambin, Ernault-Somua, Cincinatti, etc. vont connaître à leur tour des difficultés financières et pratiquer des licenciements massifs. En août 1976, profitant des congés d’été, la direction de Cazeneuve déménage services administratifs et ordinateurs, matériel et machines. Lucien Bruet, gérant des AFSD et PDG du holding Cazeneuve, démissionne aussitôt de sa fonction aux AFSD. Un administrateur judiciaire est nommé, qui dépose le bilan. La section syndicale CGT remet alors au tribunal de Commerce de Paris un mémoire dénonçant les artifices juridiques de la situation les AFSD jusqu’à ce jour, bien intégrés à Cazeneuve. Les quelques 430 travailleurs licenciés posent la question suivante : « Comment se fait-il que les AFSD déposent le bilan alors que Cazeneuve a réalisé plus de 800 millions de cash flow (capacité bénéficiaire) en 1974 ? » L’essentiel de l’outil de travail ayant été déménagé, l’actif de l’entreprise se réduit à « quelques fûts d’huile et un certain nombre d’outils coupants ». Cette « faiblesse » de l’actif impose la liquidation des biens AFSD prononcée le 26 novembre 1976. Commence alors l’une des luttes les plus emblématiques dont Jean Bellanger vient de livrer, trente ans après, le déroulé minutieux et abondamment illustré. Si Maurice Ducreux restitue précisément les origines et les grandes étapes de ce conflit, c’est en raison de ses liens désormais avérés avec le couple Bellanger45 proche de la Mission ouvrière, de la JOC et de l’ACO. Jean Bellanger témoigne :

  • 46 Coordination des Associations Immigrées en France.
  • 47 Cf. le chapitre sur la commission gouvernementale de la Machine-Outil pilotée par M. Brouard, in B (...)

« En 1973, alors que j’étais secrétaire de l’union locale CGT de Saint Denis Maurice Ducreux et Serge Adda travaillaient en tant que chercheurs sur le territoire de La Plaine Saint Denis... J’ai eu l’occasion de rencontrer Maurice et Serge à cette occasion ; Maurice connaissait mon engagement de prêtre ouvrier et l’intérêt que je portais aux questions de l’immigration, par ailleurs j’avais des liens d’amitié avec la Mission de France pour avoir connu quelques prêtres de la Mission, d’abord à Vénissieux où j’avais été vicaire dans la paroisse du Prado au “Moulin à vent” en 1961, puis en Algérie où j’ai connu les équipes de la Mission de France à Hussein-dey, banlieue d’Alger et à Annaba et Soukharas dans le Constantinois en 1963 et enfin à Gennevilliers où je rencontrais Robert Pelletier et Étienne ?... Bref, les amis de la Mission de France faisaient partie de mes proches. Maurice Manoël, Premier maire adjoint communiste de Saint Denis, membre du bureau fédéral du PCF à Aubervilliers, avait suivi ses études de philosophie au séminaire de la Mission de France à Lisieux, c’est avec lui que Geneviève et moi adhèreront au Parti Communiste en 1972 ou 1973, quand nous habitions à la Plaine Saint Denis dans le quartier espagnol impasse du Chef de la Ville.
1973, c’est le début de la désindustrialisation de la Plaine et de la région parisienne... La municipalité de Saint Denis se bat au niveau de l’occupation des sols, avec le POS (Plan d’Occupation des Sols) pour empêcher la spéculation foncière et préserver le site industriel de la Plaine. Avec le journal “Entreprise” autant que je m’en souvienne dans un salon d’un hôtel des Champs-Élysées Maurice Manoël et Marcelin Berthelot, maire de saint Denis, organisent une conférence sur la valorisation de la Plaine où participent je m’en souviens le préfet de Seine Saint Denis... J’y suis pour représenter la CGT de Saint Denis... Dans cette conférence on y vante le site exceptionnel de la Plaine comme bassin de l’emploi, bien desservi en communication routière, ferroviaire et fluviale. La conférence souligne également sa population qualifiée... C’est dans ce contexte en 1973 que les contacts que j’ai avec Maurice et Serge me sont précieux, ils me font part de leurs recherches sur les “propriétaires des sols” de la Plaine. La ville de Paris, la SNCF, EDF-GDF sont les plus grands propriétaires... que faire ? Face à la DATAR toute puissante.
Alors que j’anime le comité de défense de l’emploi qui regroupe tous les syndicats et associations les plus diverses de Saint Denis avec le soutien des partis politiques et de la municipalité les relations que j’entretiens avec ces experts que sont Maurice et Serge me montrent que la lutte est inégale... Les ouvriers qui luttent pour leur emploi sont bien démunis face à une volonté manifeste d’abandonner l’industrie en région parisienne. Je ne connaissais pas à l’époque les liens que Maurice Ducreux entretenait avec le PCF, la Mission de France et ceux que Serge Adda entretenait avec les militants tunisiens de l’opposition dont Kamel Jendoubi, Moueddine et Hichem Abdessamad... avec lesquels j’avais déjà de bonnes relations comme membres d’associations immigrés qui se regrouperont au sein du CAIF46... Par contre les précisions et analyses que Maurice et Serge m’ont données à l’époque sur les lieux d’implantation des entreprises m’ont convaincu avec eux que la partie de lutte engagée par les travailleurs était disproportionnée face aux adversaires politiques qu’ils avaient à combattre47. »

  • 48 Cf. infra, chapitre I et l’introduction de ce chapitre. D’abord revue « Des quatre paroisses de Sa (...)
  • 49 Ensemble no 75, novembre 1968 cité par Benoît Bréville, op. cit., p. 206-207.

37Dans sa thèse, Benoît Bréville (op. cit., p. 200) s’est tout particulièrement intéressé à la revue Ensemble, trimestrielle d’abord, puis mensuelle, dont il a dépouillé la collection complète conservée aux archives départementales (93) pour la période 1959-1971. Dans les variations de son titre il discerne l’indice d’un clivage chez les catholiques dyonisiens, entre les tenants d’une pastorale sociale traditionnelle48, et une branche axée sur l’ACO qui fait précisément du maintien du travail industriel une question centrale et adopte un discours offensif. Bréville constate qu’au fil des années, Ensemble se fait de plus en plus la caisse de résonance de cette seconde tendance. Il note aussi que l’ouverture de certains chrétiens aux problèmes de l’immigration et du travail ne manque pas d’alimenter la crainte de la section locale du PCF de se voir ainsi concurrencer dans sa fonction tribunicienne de dénonciation du système économique et de son alliance avec le pouvoir central et ses représentants. Dès son deuxième numéro, Ensemble titre « Saint-Denis et les usines ». Le ton se veut radical, engagé. En 1960, dans son n ° 5, la revue publie « un communiqué du clergé de Saint-Denis » signé par plusieurs prêtres qui prend position contre les 764 licenciements prévus aux Chantiers de l’Atlantique. Dans son n ° 36, en avril 1964, elle titre : « Les usines partent... les ouvriers restent ». En 1966, elle emploie le terme de « sous-prolétariat » et dans le n ° 56 de la même année elle consacre un article à « la classe ouvrière en lutte » et publie des communiqués accusateurs du comité central de la JOC contre le chômage, etc. En mai 1968, cette branche ACO des militants chrétiens dyonisiens prend fait et cause pour les grévistes. Ensemble se rapproche pour l’occasion du PSU et de la CFDT, ce que vont lui reprocher conjointement certains de ses lecteurs choqués par la tonalité « pro-grève » de la revue mais aussi le PCF qui l’accuse d’être devenue : « une tribune libre pour faire triompher les idées du PSU49 ». La question de l’immigration va exacerber la rivalité entre les partis d’extrême-gauche, nous allons le voir, même s’il conviendrait d’étudier les probables et complexes distorsions entre le discours concurrentiel des partis eux-mêmes et l’action, sans doute beaucoup plus entremêlée, de leurs militants sur le terrain.

38En effet, réticences et tensions n’empêchent pas forcément les contacts de se nouer et des passerelles d’être jetées entre ACO et PCF. Benoît Bréville s’appuie sur le témoignage de Geneviève Bellanger, qui lui confiait en 2007 :

  • 50 Entretien du 25 juin 2007, cité par Benoît Bréville, op. cit., p. 209.

« Des problèmes entre la JOC et le PCF, il y en avait ; mais moi je n’en n’avais pas. À la Plaine Saint-Denis, je n’avais pas de problème parce qu’avec le copain des Jeunesses communistes, on pouvait faire des choses ensembles : à la Paine, les JOC et les JC faisaient des choses ensemble. Et la JOC ne m’avait pas mis de bâtons dans les roues ! On avait même fait un tract commun, je ne peux plus dire sur quoi mais on en avait fait un/Par contre, le copain des JC ; au Parti, on lui avait fait remarquer que la JOC, quand même, çà passait pas trop... En ce qui me concernait, j’avais des contacts avec les JC... Dans les autres quartiers ou au niveau fédéral, je n’ai pas le souvenir de contacts entre JOC et JC tandis que pour moi, à la Plaine, çà s’était fait naturellement50. »

39En 1980, la JOC reçoit d’ailleurs une réponse positive à sa demande de subvention auprès du Bureau d’aide sociale (BAS) de Saint-Denis. Cette décision est analysée par Benoît Bréville comme une conséquence – certes tardive – du Programme commun qui permettait l’ouverture des communistes dyonisiens à de nouvelles problématiques. En 1972, le PCF et le PS ont d’ailleurs présenté une liste commune qui a remporté facilement la mairie. Sur cette liste figuraient Jean-Pierre Jeffroy, membre du PSU, et Geneviève Bellanger, ancienne jociste désormais membre du PCF.

Limites et interrogations autour du travail de Maurice Ducreux

40Dans les conclusions du travail de Maurice Ducreux on peut déceler certaines limites, de nature politique précisément. Certes, dans le premier volume, il décrit et cartographie l’évolution de l’emploi entre 1968 et 1975 (Adda et Ducreux, 1979, p. 70-73) à l’échelle départementale, qu’il corrèle à la démographie. Quatre tendances se dessinent, qui révèlent la sélection des territoires et des firmes en fabriquant gagnants et perdants :

  • perte de population et d’emplois dans les communes de formation ancienne, situées aux portes la capitale, zone 1 dont Saint-Denis ;
  • croissance démographique et création d’emplois au Nord et au Nord Est du département, seconde couronne, zones 5 et 6 avec, principalement, Aulnay-sous-Bois ;
  • également croissance démographique et création d’emplois dans des communes touchées par des opérations de restructuration, dont Montreuil et Bagnolet, zone 3 et Bobigny (nouvelle préfecture).

41Mais à aucun moment, il ne dénonce un quelconque manque de solidarité entre communes communistes, ce que Pascal François (François, op. cit., p. 209) qualifie pourtant :

  • 51 Cette analyse est en partie contredite, notons-le, par le témoignage de Jean Bellanger sur des ini (...)

« L’impossible “front commun” des communes les plus touchées : aucun plan englobant Paris-Pantin, Bagnolet, Montreuil, Aubervilliers, Saint-Denis n’a été élaboré pour faire front commun51. Au contraire, la commune d’Aulnay-sous-Bois a largement profité des difficultés des commues de la première couronne pour étoffer sa zone industrielle. Aucune solidarité des communes du département ne s’est manifestée en dépit de l’unité politique apparente. Il semble que l’individualisme se soit donc mué en compétition depuis le début de la crise... »

  • 52 Ce que le travail de thèse de Benoît Bréville confirme.

42En conclusion de son travail (vol. 2, p. 139), et en dépit de l’attentisme des élus, le plus souvent52, Ducreux préfère mettre en exergue le choix stratégique ultérieur de la municipalité de Saint-Denis :

« Ainsi que la CGT, fortement présente sur ces périmètres, qui semblent avoir définis, surtout à partir de la fin 1976, des axes de luttes, des objectifs d’alliance, ainsi que des cibles plus précises. En effet, la prise en compte du fait que non seulement la classe ouvrière est particulièrement touchée par la désindustrialisation, mais qu’aussi d’autres couches le sont (commerçants, artisans, sous-traitants, cadres dirigeants de grandes entreprises locales), a entraîné le PC et ses élus à tenter une stratégie de très larges alliances locales, avec pour cible principale, au sein de l’appareil d’État, la DATAR. L’édition de mémoires sur la désindustrialisation, la mise sur pied à Saint-Denis d’une “antenne municipale pour la promotion de la zone industrielle”, les réunions nombreuses à Saint-Denis et à Aubervilliers avec le patronat local sont autant d’indices qui témoignent d’une prise en compte nouvelle du processus de désindustrialisation et la recherche d’axes de lutte et de formes d’alliance plus opérationnelles. »

  • 53 L’actuel maire de Saint-Denis et vice-président de Plaine Commune est l’un des quatre préfaciers d (...)
  • 54 C’est probablement à ce magazine que Jean Bellanger fait allusion dans son témoignage sur Maurice (...)

43Maurice Ducreux fait-il allusion à la création, dès 1980, et à contrecourant de la pensée communiste de l’époque, d’un service des affaires économiques, émanation du Bureau du Plan ? à en croire le témoignage de Didier Paillard53 c’est Éliane Mano, adjointe PC au maire Marcelin Berthelot, et en charge de cette délégation, qui encourage alors un rapprochement avec le monde de l’entreprise et le patronat, à travers la mise sur pied d’une bourse de locaux industriels disponibles et la publication du Journal des entreprises, un magazine mensuel destiné à valoriser le territoire et confectionné par la même équipe rédactionnelle que celle du Journal de Saint-Denis54.

  • 55 Cf. infra, témoignage de Jean Bellanger à l’auteur.

44Dès avant cela, Benoît Bréville a détaillé dans sa thèse les actions menées (op. cit., p. 232-233) à la fin des années 1960 par le « Comité de défense de l’emploi de Saint-Denis » qui associe la municipalité, la CGT, la CFDT et FO. Y participent déjà le député PCF Marcelin Berthelot et le syndicat des commerçants de Saint-Denis. Le 17 avril 1969, le comité organise des « Assises locales de l’emploi » pour, une fois encore, s’opposer au « refus quasi-systématique opposé par la Commission d’agrément du gouvernement à l’extension ou l’implantation des industries dans la Région parisienne ». Ce comité met sur pied des « délégations conjointes » (syndicats-mairie) qui se rendent à la préfecture ou dans les ministères pour défendre l’emploi dyonisien. En 1975, dans une brochure éditée par la CGT et intitulée « Cazeneuve doit vivre à Saint-Denis », il défend l’emploi dans cette usine de machine-outil et réitère le soutien sans faille de la mairie à la classe ouvrière. Ducreux revient une nouvelle fois sur les documents d’urbanisme réglementaire. Théoriquement, les collectivités pouvaient, par ce biais, confirmer la vocation industrielle de telles zones. Les services d’urbanisme dont elles se sont dotées comptaient au nombre des instruments dont elles disposaient pour agir, avec les Offices HLM et les SEM. Mais Ducreux n’est pas dupe. Il concède que l’inscription aux POS de COS favorables aux implantations industrielles, si elle manifestait bien une volonté de maintien et de modernisation de la fonction encore dominante de ces lieux, ne pouvait empêcher ni le retrait des activités ni entraîner leur venue. Si, du côté des industriels, ce maintien ou ces départs relevaient avant tout d’un calcul économique, les communes, dont les finances étaient engagées ailleurs, ne pouvaient s’approprier ces terrains. Ducreux est pourtant convaincu que la destination du foncier dépend essentiellement de ceux qui possédent les terrains55. Constituer des réserves foncières sur des espaces réglementairement destinés à l’industrie était un risque pour les collectivités car les opérations ne pouvaient être équilibrées que si l’on était sûr d’y voir les problèmes économiques réglés.

  • 56 Circulaire du Ministère de l’Intérieur no no 76-288 du 10 septembre 1976.
  • 57 Cf. infra, chapitre II.
  • 58 Cf. Philippon Françoise, « Paris le béton est gris, à Ivry, le béton fleurit », La Revue de la Con (...)
  • 59 Cf. [http://www.metropolitiques.eu/Reforme-territoriale-un-etat-des.html].

45Par ailleurs, Ducreux dénonce le contenu de la circulaire Poniatowski56 pour rappeler fort opportunément que le cadre juridique et réglementaire empêche alors les collectivités locales d’intervenir efficacement dans le domaine économique. Toute intervention doit au préalable être soumise à l’approbation de l’administration, en supposant que la carence de l’initiative privée ait été démontrée et que l’intérêt à agir soit avéré. Tout au long du XXe siècle, le rôle des collectivités locales en matière économique a subi les aléas d’une législation restrictive et d’une jurisprudence changeante. La prise en charge directe d’une activité industrielle et commerciale n’allait pas de soi. Jusque dans les années 1970, les collectivités accompagnent la croissance, les politiques urbaines étant essentiellement des politiques d’aménagement : organisation de l’espace, réalisation de structures d’accueil, de logements, d’équipements, aménagement de zones industrielles ou artisanales, aide à l’implantation des entreprises. Les départements créent les comités d’expansion économique composés de techniciens chargés de drainer les aides directes de l’État, etc. Au moment de la crise, des évolutions juridiques sont introduites par la circulaire Poniatowski : les collectivités locales ne doivent représenter « qu’un facteur d’accompagnement propre à appuyer la politique des pouvoirs publics en matière industrielle, au lieu d’être un élément de distorsion dans la mise en œuvre de la carte des aides ». Avant la loi de 1982, chaque initiative des communes restait donc soumise à la tutelle de l’État et à une interprétation aléatoire des textes. Cette incertitude a engendré des situations très variables suivant les collectivités, et entre la province et la région parisienne. à Ivry, la municipalité recourant aux services de la SEMI, de l’ORGECO et du cabinet René Sarger57 prend l’initiative de créer plusieurs ZAC à l’entrée du Petit-Ivry et à Ivry-Port pour contrôler les opérations et les orienter vers la création d’emplois, avec plus ou moins de bonheur58. Quoiqu’il en soit, l’ensemble de ces considérations confirment les analyses déjà anciennes (Worms, 1970 ; Grémion, 1976) ou plus récentes (Bellanger E.59) : l’histoire des relations entre le local et le central n’est pas celle d’un affrontement binaire entre les édiles et les représentants de l’État. La co-gestion de la résorption du bidonville du Franc-Moisin entre la SONACOTRA, les deux maîtres d’ouvrages dynosiens (la LOGIREP, SEM municipale, et l’OPHLM de Saint-Denis) et les services de l’État (préfecture, ministère de la Construction et de l’Équipement, services déconcentrés etc.) témoigne déjà de l’aspect gestionnaire et réformiste du PCF, qui s’empare d’une politique publique nationale pour l’incarner au niveau local en usant de partenariats constants (David, 2002).

Participation et propositions de Maurice Ducreux à la commission : espace industriels en transformation, culture et rapports sociaux

  • 60 Ancien militant de l’UNEF et du PSU qui signait ses interventions sous le pseudonyme de François D (...)
  • 61 Cf. infra, chapitre I.
  • 62 Sociologue, professeur assistant à l’École d’architecture Paris-la Villette, directeur du programm (...)
  • 63 Certaines des précisions nous ont été aimablement fournies par Madame Geneviève Gentil, ancienne c (...)

46En lien avec sa participation au colloque de Montreuil en 1981 qui paraît l’année suivante sous le titre La banlieue aujourd’hui, dirigé par Paul-Henri Chombard de Lauwe et Maurice Imbert, son ancien acolyte des débuts du BERU, le rapport commandé à Chombard de Lauwe en 1982 par Jacques Sallois60 est l’occasion pour Maurice Ducreux de développer à nouveau certaines de ses analyses et de poursuivre son compagnonnage avec « la galaxie chombartienne61 ». Publié par Dalloz en 1983 par l’intermédiaire du Service d’études et de Recherches (SER) d’Augustin Girard au ministère de la Culture, on y trouve la liste des membres de la commission et le rapport « de synthèse » et de Roger Perrinjaquet62 et Roger Rotmann63 auquel Ducreux a contribué par ses réflexions. Il partage pleinement l’analyse développée par Chombard dans un chapitre introductif, qui fait de la périphérie des villes le lieu des contradictions d’une civilisation industrielle dont la crise patente accentue la marginalisation des catégories sans pouvoir. Il relève toutefois qu’elle fournit aussi l’occasion aux populations qui y résident d’inventer des formes de vie sociale et de luttes (cf. Bellanger J., 2013), propres à forger des identités nouvelles même si toutes, à cette date, se soldent par des défaites.

  • 64 Archives privées de Maurice Ducreux. Lettre dactylographiée de convocation de Paul-Henry Chombard- (...)

47Le 1er décembre 1982, à partir de ses enquêtes de terrain, Maurice Ducreux livre donc, à nouveau, un ensemble de réflexions et de propositions prenant en compte les problèmes d’aménagement mais aussi les aspects démographique et sociologiques des « tissus traditionnels anciens » qui voient disparaître leurs activités traditionnelles. Une ultime réunion de la commission a lieu le 2 février 1983 au ministère de la Culture64 pour discuter et amender la version provisoire du rapport rédigé par Roger Perrinjaquet et Roger Rotmann.

48Dans les deux longues notes préparatoires au rendu final, Maurice Ducreux part à nouveau du constat que les concentrations anciennes d’entreprises ont formé, dans la ville en général, des zones particulières « de fait » dominées par les règles prioritaires de la production :

« Tout ce qui ne relevait pas directement de cette fonction a dû être, dans la plupart des cas, improvisé sur ces lieux par les populations et par les collectivités locales... On connaît mal ces zones anciennes, on était habitué à leur présence, on savait qu’elles étaient marquées par des revendications ou par des grèves, que l’habitat avait été improvisé, que les équipements collectifs étaient insuffisants etc. »

49Même si l’on sait bien localiser les lieux de fortes concentrations industrielles, Maurice Ducreux déplore que les zones d’habitat qui en sont immédiatement dépendantes n’aient pas été étudiées par le passé, en conséquence de quoi les problèmes dont elles souffrent sont évidemment méconnus. Sur les aspects statistiques les plus élémentaires, il n’a eu de cesse de souligner combien les informations manquaient ou n’avaient pas été consignées régulièrement :

  • 65 Les deux apprentis-chercheurs en géographie industrielle dont nous avons retrouvé les travaux sur (...)

« Bien souvent, on est encore incapable d’établir un bilan des activités et des emplois : nombre, caractéristiques, fonction, besoin, stratégie des entreprises, dépendances structurelles, importance de leur patrimoine foncier et immobilier, etc. Les sources d’information sur les activités et les emplois ne devraient pas être, sur les chiffres précis, un domaine inaccessible ou réservé (liste des ASSEDIC, etc.)65. »

50Ducreux est persuadé que l’opacité des connaissances sur la sphère de production et la fragmentation des services où l’on trouve l’information ne relèvent pas de simples difficultés concrètes ou matérielles, mais bien d’un « système de stratégie et de contrôle ». Par ailleurs, ce sont davantage sur les nouveaux espaces dévolus aux entreprises qu’ont porté les études, comme les programmes d’accueil avec notamment la mise en place de sociétés d’aménagement et d’organismes promotionnels. Il l’affirme :

« Sur le plan économique, le remplissage de ces zones attire beaucoup plus l’attention et draine beaucoup plus de moyens que la restructuration des quartiers anciens formés sur la fonction productrice... Quel rapport y a-t-il entre ces formes nouvelles d’activité et les anciennes ? Quels effets entraînent-elles au niveau de l’émergence de nouvelles relations sociales et expressions collectives culturelles ? »

51Quelles soient anciennes ou nouvelles, ces zones d’activité ne sont en effet pas seulement des lieux de travail. À ses yeux, elles constituent la base des principaux équilibres locaux qui commandent la vie des localités où elles s’inscrivent :

« Ouvrir au cœur des villes des cheminements piétonniers, réhabiliter le patrimoine immobilier ancien, promouvoir les fonctions nobles de la cité ne résout pas, au niveau général de la ville, le problème du tissu social et celui de la promotion culturelle de l’ensemble des populations. Ne retenir sur ces zones anciennes que ce qui ne fonctionne plus ou mal ou, sur les zones nouvelles, ce qui devrait fonctionner, en s’attachant aux critères techniques et économiques liés avant tout à la fonction économique, c’est réduire gravement le rôle fondamental des effets du travail sur toute la formation sociale de la ville, sur tous les systèmes de relations qui en découlent, dont les expressions culturelles. »

52En effet, sur ces zones en déshérence ou en mutation, les populations traditionnelles changent dans leur composition et dans leurs aspirations. Une nouvelle fois, faute de connaissances suffisamment précises sur leur état passé et sur les expressions de leurs exigences liées à des problèmes immédiats, urgents ou évolutifs, pour les caractériser dans leur état présent, on en reste, selon lui, à des schémas très subjectifs, empreints des représentations d’hier.

  • 66 Depuis 2006, l’Observatoire Partenarial de l’économie de Lille Métropole travaille à la définition (...)

53La seconde note retrouvée développe la proposition majeure formulée par Maurice Ducreux à savoir la création d’observatoires de l’espace du travail66 qu’il appelle aussi laboratoires. Il ne nie pas l’existence de nombreux organismes et de structures ayant pour objet la prise en compte et l’analyse des réalités industrielles : observatoires économiques de l’INSEE, chambres de Commerce et d’Industrie (CCI), groupements professionnels, services émanant de l’État – Travail, Affaires économiques, Planification – auxquels s’ajoutent les organismes d’aménagement et de promotion comme les comités d’expansion, les syndicats et unions locales, les services ad hoc des collectivités locales et les comités d’entreprises, GIE, etc. Il regrette toutefois les manières cloisonnées de fonctionner en raison d’une rationalité propre à chacun, de leurs divers champs et capacités d’intervention ou de leurs stratégies distinctes, voire antagonistes dans certains cas, et reste dubitatif :

« Devant cette multiplicité d’agents, ordinairement soucieux de garantir leur autonomie et de maintenir leurs prérogatives, n’est-il pas ambitieux de proposer un équipement et un service de plus alors qu’il suffirait de mieux coordonner ce qui existe ? »

54De même s’interroge-t-il sur l’échelle de « la représentativité territoriale » d’un tel observatoire, ancré localement. En effet, il n’ignore pas que les principales modifications qui touchent désormais au fonctionnement localement établi des unités de production – mettant en cause leur système et leur permanence – relèvent de plus en plus de facteurs extralocaux sur lesquels, en période de restructuration, de renouvellement technologique et de redistribution des marchés, les populations et les collectivités locales ne disposent finalement que de marges d’initiatives ou d’interventions réduites, cantonnées le plus souvent dans la régulation des changements.

55Quel pourrait-être le profil de ces observatoires/laboratoires ?

  • 67 Dans quelle mesure pourrait-on considérer la naissance, en 1995, du réseau des « Espaces Marx » co (...)

« Lieu de rencontre pluridisciplinaire, sur des espaces significatifs de la réalité territoriale et industrielle touchés par des modifications de structure ; espace d’information, de documentation, de réflexion et de confrontation sur tous les aspects touchant à la transformation du tissu industriel urbain, aux relations sociales et aux expressions culturelles qui en découlent ; prioritairement ouvert aux représentants des réalités sociales et des expressions culturelles de la vie du travail ; ils ne seraient ni un service “technique d’études” ni un organe de régulation des transformations imposées, mais un espace ouvert où sont traitées, avec les populations concernées, les évolutions possibles du cadre d’existence commandé par le travail67. »

56Maurice Ducreux s’inquiète du sentiment grandissant de désappropriation de leur espace de vie ressenti par les populations de ces territoires urbains traditionnellement marqués par des activités qui disparaissent, laissant des vides difficiles à combler ; où selon les cas ou la qualité des emplacements, les réutilisations seront longues et problématiques. Il pointe à nouveau du doigt une ségrégation nouvelle, un isolement et un processus d’abandon renforcés par le dépérissement d’un patrimoine immobilier médiocre dès l’origine, par la disparition des services quotidiens dans de tels quartiers. Il pointe encore les changements de population, accentuant la présence de catégories captives, à faibles ressources : personnes âgées, immigrés. Dans un autre contexte, c’est encore un sentiment d’étrangeté et de difficulté d’appropriation des lieux qu’éprouvent, à ses yeux, les travailleurs sur les nouveaux lieux d’accueil aux entreprises ouverts au-delà des limites de la ville et de l’ambiance urbaine. Dans ces notes du début des années 1980, à propos de ces zones fonctionnelles livrées aux entreprises dans des organisations leur permettant de mieux évoluer avec leurs productions et leurs contraintes techniques, il écrit :

« C’est souvent un nouveau système de rigidités et de contraintes qu’éprouve la main-d’œuvre, ne serait-ce que dans cette séparation préétablie dans les différentes parties de l’activité humaine. »

57Maurice Ducreux établit alors le parallèle avec la production des zones d’habitation (grands ensembles) et des unités fonctionnelles destinées à résorber la croissance urbaine des années d’expansion :

« qui révèle maintenant toutes les insuffisances d’un système qui n’a pas associé dans sa conception et ses réalisations l’expression des modes de vie des populations ».

  • 68 Cf. David C., « Une barre HLM et ses migrants. Immigration, politique urbaine et problématisation (...)

58Des grands ensembles où vont bientôt se retrouver des populations captives, n’ayant pas les revenus suffisants pour s’installer ailleurs et, parmi elles, les familles immigrées68. Le ralentissement du volume de construction va de pair avec une moindre efficacité dans l’attribution de logements sociaux. De surcroît, en n’étant plus perçus comme une étape dans un parcours résidentiel ascendant, les HLM cessent peu à peu d’être les viviers d’une politique clientéliste extensive. Leur mise en crise fissure un peu plus l’ensemble de l’arsenal communicationnel et participatif communiste (cellules de quartiers, amicales de locataires affiliés au CNL, etc.), déjà miné par le chômage de masse.

La question des immigrés ou la pomme de discorde de trop entre Maurice Ducreux et le PCF

Lorsque l’Union de la Gauche se fissure...

59Fin décembre 1977, Maurice Ducreux écrit à Léon de Saint Moulin :

  • 69 Extrait d’un courrier de Maurice Ducreux à Léon de Saint Moulin du 30 décembre 1977. Il s’agit des (...)

« Au niveau des options et des stratégies, les différences se sont accentuées entre les organes de direction des partis. Chacun se réclame comme étant le plus fidèle au programme commun de gouvernement et le PC reproche au PS son réformisme. Le PS au PC son centralisme. Il est assez difficile de prévoir ce qui va ressortir des élections du printemps69. »

  • 70 AD93, 4AV/1952. Intervention au comité central des 24 et 25 janvier 1973 cité par Emmanuel Bellang (...)

60Cet extrait est intéressant dans la mesure où il rend compte des tensions grandissantes entre les deux principales formations rivales et du véritable tournant qui s’amorce alors dans la donne politique locale et nationale. Certes le PCF a fait plus que résister à la vague rose nationale aux municipales de 1977, gagnant encore 5 villes contre 2 au PS. Il dirigeait désormais 27 villes sur 40 et le nouveau découpage consacrait sa prééminence en Seine-Saint-Denis avec l’aval des gaullistes. Dès les premières cantonales de 1967 jusqu’à celles de 2001, les communistes vont disposer sans interruption d’une majorité au CG ; un cas unique dans l’histoire politique des départements métropolitains (Bellanger E., 2012, op. cit., p. 192). En dépit ou à cause de ces succès électoraux, la direction du Parti manifesta pourtant de plus en plus de défiance vis-à-vis du PS, mais aussi de ses propres élus dont le nombre n’avait cessé d’augmenter. C’était particulièrement vrai s’agissant des secrétaires fédéraux PCF de Seine-Saint-Denis : Lucien Mathey puis Jean Garcia. Ils appréhendaient la concurrence socialiste sur un territoire où leur domination était devenue telle qu’elle ne pouvait que faire craindre l’effritement. Dès 1971, le premier pointait déjà du doigt trois écueils qui, selon lui, menaçait l’assise communiste dans son département : le changement de population, la désindustrialisation et l’accroissement notable de l’abstention dans son électorat traditionnel. Dans ce contexte de fragilisation de sa base électorale, la progression rapide du PS déstabilisait déjà le PCF (aux législatives de 1973, le PS double ses voix par rapport à 1968). Dès janvier 1973, au lendemain de la signature du Programme commun, Jean Garcia appelait le comité central à lutter « contre l’esprit tranquille » des communistes de Seine-Saint-Denis. Il soulignait les « hésitations » qui traversaient les militants, attestées selon lui par le retard pris dans la diffusion du Programme commun présenté par le secrétaire général. Lucien Mathey soulignait de son côté que son parti n’était « pas bien compris des ingénieurs techniciens et des cadres70 » (Bellanger E., op. cit., p. 198).

61À cette date, Maurice Ducreux penche aussi pour un excès de confiance, chez certains au moins :

  • 71 Archives privées de Maurice Ducreux, note de septembre 1977 sur le milieu communiste d’Ivry.

« Cinquante années de gestion communiste, 65 000 habitants, les 2/3 des voix pour la liste conduite par le Parti aux différentes consultations électorales, 3 000 adhérents sur la base locale du Parti, de l’ordre de 150 cellules de quartier : tout ceci forme un milieu. Ce milieu est constitué sur un fond stable, que les gens soient politiquement engagés, consciemment ou non, ou sur la marge, ou opposants. Entre les générations de ce milieu stable, il y a de diversité et même des différences profondes d’analyse et de comportement. Mais cet ensemble, dans lequel il n’est pas facile de s’agréger rapidement, forme un milieu d’accueil qui conditionne l’intégration à la ville... Tout ceci se traduit par une certaine conscience sécurisante... Cet appel trop confiant à l’expérience fait peut-être de ce type de milieu une société trop sûre d’elle-même, véhiculant sans s’en rendre compte des a priori moraux et politiques71... »

Et que Maurice Ducreux rend sa carte (1977)

  • 72 Cf. préface de Danielle Tartakowski aux mémoires de Jean Bellanger, op. cit., p. 13. Elle cite le (...)
  • 73 Cf. infra, chapitre I.

62À Nathalie Viet-Depaule qui lui demande, en 1982, pourquoi et quand il a quitté le PCF, Maurice Ducreux commence par indiquer la date de 1977. En septembre de cette année-là, les négociations engagées pour la réactualisation du Programme commun échouaient. Cette rupture était annonciatrice d’une seconde, entre la CFDT et la CGT cette fois, en dépit de la poursuite, un temps au moins et parfois même associés à d’autres, des journées d’action unitaires contre le plan Barre et ses effets72. L’espoir placé dans une alternative représentée par une gauche unie s’éloignait. Parmi les autres raisons invoquées, de manière allusive le plus souvent, il semble aussi que Maurice Ducreux ait été indirectement touché dans ses amitiés par la polémique qui éclata, en 1970, lorsque Georges Marchais, qui venait d’accéder au poste de Secrétaire général et donc de rédiger sa « bio » comme se doit de le faire tout responsable communiste73, fut accusé de mensonge sur son passé pendant la guerre par deux authentiques résistants en rupture de ban, Charles Tillon et Auguste Lecœur :

  • 74 [http://www.liberation.fr/evenement/0101229161-1940-1944-une-zone-d-ombre-jamais-eclaircie-marchai (...)
  • 75 AMI 62Z20.

« Tu sais qu’il y a eu tout un débat sur Marchais, son travail en Allemagne74... On a fait appel au témoignage de Bernard Jourd’hui qui était à la SEMI, qui est mort. C’est moi qui l’ai fait entrer à la SEMI. On est amis depuis 1952. Je sais comment on pratique75... »

63En août 1940, Marchais est « ajusteur-fabrication » à la Société nationale de construction aéronautique du Centre (SNAC). En novembre, il est embauché à la société par actions Aktien-Gesellschaft-Otto (AGO), une société nationalisée travaillant pour le ministère de l’Aviation du IIIe Reich, qui possède une usine à Bièvres, dans la région parisienne. Le 17 décembre 1942, il rejoint les usines Messerschmitt à Augsbourg, en Bavière. Il est affecté à la construction du chasseur Focke Wulf 190. « L’a-t-il fait de son plein gré [«] ou a-t-il été victime d’une mesure de déportation du travail introduite par les Allemands, comme il l’a affirmé ? », interrogent les historiens Stéphane Courtois et Marc Lazar (1995). En 1973, Marchais porte plainte pour faux et usage de faux contre des journaux ayant accrédité la thèse d’un engagement volontaire. En 1977, date à laquelle Maurice Ducreux cesse d’être encarté, il est débouté de sa plainte, jugement confirmé en appel l’année suivante. La polémique rebondit en mars 1980, quand L’Express publie une fiche des archives d’Augsbourg. Marchais crie au « faux grossier ».

  • 76 AMI. Entretien de Maurice Ducreux avec Nathalie Viet-Depaule, du 30 décembre 1982.

« Mais quand il y a eu la division de l’Union de la gauche, j’ai dit : vous pouvez toujours compter sur moi, je ne veux pas critiquer mais cette affaire là me gêne considérablement d’autant plus que par d’autres biais, j’ai de la famille en Tchécoslovaquie, beaucoup d’amis en Pologne... Malgré toutes les critiques, je reste très ouvert, je connais bien le milieu, comment çà fonctionne76... »

  • 77 Anne-Marie Palenicek-Ducreux est devenue professeur d’histoire au Lycée français de Prague. Entret (...)
  • 78 Devenu par la suite président de TV5 Monde ; il est décédé en 2004.
  • 79 Dans un courriel à l’auteur du 25 août 2013, Jean-Louis Cohen a confirmé l’implication de Serge Ad (...)

64Là n’est pas le moindre des paradoxes s’agissant des attaches familiales et des amitiés de Maurice Ducreux et rien ne résume peut-être mieux son grand écart permanent que l’anecdote qui suit. Sa nièce Anne-Marie, une des deux jumelles de son frère aîné, était partie effectuer des recherches en histoire dans les archives de Prague. Elle y avait rencontré son futur mari et décidé d’y demeurer après la fermeture du pays consécutive à la répression qui avait mis fin au « printemps » de 196877. Elle se souvient des visites de soutien aux catholiques passés à la clandestinité dans l’exercice de leur foi par le jésuite Jacques Sommet dans les années 1970, mais aussi de celle de Serge Adda78, fils de Georges Adda (1916-2008), une figure du syndicalisme et du PC tunisien, pris en charge par des chauffeurs officiels et logé dans l’hôtel réservé par le régime à ses hôtes de marque79. Et son oncle, pendant ces mêmes années, était lié aux deux...

  • 80 AD93, 261J27/98, rapport du comité fédéral du 11 juin 1980 cité par Bellanger, op. cit., p. 199.
  • 81 En dépit de la participation de quatre ministres communistes dans le premier gouvernement – dont J (...)

65Refermons cette parenthèse au demeurant significative et revenons à l’état de la fédération communiste de Seine-Saint-Denis (93). Engluée, comme celles du Val-de-Marne (94) ou des Hauts-de-Seine (92) dans la « question immigrée », elle se trouvait donc de plus en plus en porte-à-faux, concurrencée en externe et placée sous pression en interne. Au 23e congrès de 1979 Jean Garcia en vient à critiquer, en interne, la notion euphorisante mais somme toute démobilisatrice de « banlieue rouge ». Dès lors, la position du Parti et de sa fédération communiste de Seine-Saint-Denis se durcit. à la fin des années 1970, cette dernière développe une théorie du « complot » qui amalgame pêle-mêle la désindustrialisation, le manque de logement social et l’attitude du PS, accusé de pactiser avec la droite80. Face à eux, deux hommes étaient bel en bien entrain de prendre leurs marques au sein du bureau fédéral du PS : Gilbert Bonnemaison, le maire d’Épinay en charge des problèmes municipaux et Marcel Debarge, son homologue du Pré-Saint-Gervais, responsable de la propagande. Aux côtés de Claude Fuzier, de Jacques Fleury et des maires PS de Livry-Gargan et Bondy, ils œuvraient à rééquilibrer, au profit de leur formation, les rapports de force en tissant des alliances avec le PCF tout en combattant sa domination (Bellanger, op. cit., p. 196). De fait, les législatives de mai 1981 constituèrent un choc pour l’appareil fédéral. Le 12 mai 1981, Le Monde titra : « La ceinture rouge vire au rose. » Le PS avait battu les sortants communistes dans quatre circonscriptions avec les victoires de Claude Bartolone81, Gilbert Bonnemaison, Jacques Mahéas et Véronique Neiertz.

L’ultime engagement de Maurice Ducreux au sein du MRAP (1978-1982) : coïncidence malheureuse entre la rénovation des villes ouvrières, la reprise de l’immigration et les formes concurrentielles de la représentation du « peuple ouvrier »

  • 82 Archives privées de Maurice Ducreux. Note de septembre 1977 sur le milieu communiste d’Ivry, op. c (...)

« Il y a des immigrés. Là est pour moi un problème au niveau de la vie locale. Je ne pense pas qu’une intégration positive respectant les particularités se fasse. Un milieu ouvrier sur le plan du quartier est plus raciste qu’au niveau du travail et le problème de gestion d’une telle population ne ressortit pas de la pratique et du savoir-faire de la municipalité (ceci est un problème sur lequel je ne puis m’étendre dans ces réflexions)82... »

  • 83 Lettre d’Auguste Gillot au Président de la République en mai 1964, citée par Bréville, op. cit., p (...)

66Julian Mischi a mis en lumière les processus socio-économiques qui participent alors à la remise en cause de la culture de classe : la promotion individuelle (professionnelle) et lignagère (accession à la propriété et projet scolaire sur la descendance) de la partie supérieure de la classe ouvrière, d’une part, et, d’autre part, la précarisation des conditions de vie et de travail de sa frange inférieure puisque désormais on devient ouvrier par défaut, parce que l’on a échoué à l’école. Souvent en effet l’accès en classes technologiques ou en lycée professionnel résultait déjà d’une impossibilité à suivre un enseignement secondaire long. L’entrée dans le monde ouvrier était dès lors associée à une dévalorisation scolaire et intime (Mischi, 2007, op. cit.). Plus bas encore, au sein de cette frange inférieure se trouvent les travailleurs immigrés pour lesquels Maurice Ducreux va prendre fait et cause, quitte pour cela à rompre avec le PC local et avec des amitiés fort anciennes. Certes, dans les quelques lignes citées en ouverture du paragraphe, il semble accréditer la thèse du Parti selon laquelle la question du logement des immigrés ne peut être résolue au niveau de la commune. À Saint-Denis, la municipalité se déclare impuissante car ses initiatives ne peuvent être que des « palliatifs qui n’apportent aucun remède à des situations insolubles sur le plan local83 ». L’État serait doublement complice, par ses politiques migratoires qui encouragent la venue de travailleurs à bas prix sans se soucier de les loger, et par ses politiques urbaines qui consacrent trop peu d’argent à la construction domiciliaire. Depuis ses homélies pendant la guerre d’Algérie, et plus encore sans doute depuis son long séjour en Afrique et l’expérience de la coopération qu’il partage – entre autres – avec Jean-Claude Barthez et Michel Marié, sans doute Maurice Ducreux a-t-il appris à regarder le centre (métropole/Paris) avec les yeux de la périphérie (ex-colonies/banlieue). Jean-Claude Barthez (1994, p. 39) parle de « pulsion » qui, pour être « sentimentale », n’en est pas moins profondément « motrice » :

« Sans doute a-t-on mille raisons d’être antiraciste, ou raciste du reste. Mais au-delà des raisons qu’on se donne d’être l’un ou l’autre il y a une attitude de fond qui doit peu aux raisons et au raisonnement et qui se traduit par le choix, précisément irraisonné, d’être du côté des rejetés – au nom de leur race ou de tout autre caractéristique – ou du côté de ceux qui les rejettent. »

67Se référant à Claude Lévi-Strauss (1955, p. 375), Jean-Claude Barthez (p. 40-41), écrit encore :

« Chacun peut un jour ou l’autre être amené à faire l’expérience d’une humanité qui se croyait complète et parachevée (et) reçut tout à coup, comme une contre révélation, l’annonce qu’elle n’était pas seule, qu’elle formait une pièce d’un plus vaste ensemble et que, pour se connaître, elle devait d’abord contempler sa méconnaissable image en ce miroir ; il s’agit là de la découverte par les Européens des Amérindiens au XVIe siècle, mais ce processus, à l’échelle individuelle et très souvent collectivement, reste toujours d’actualité. »

  • 84 Cet article a été oublié en 1982 dans la revue AAN Annuaire de l’Afrique du Nord, Centre de recher (...)
  • 85 AMI 56Z4.

68Comment de ne pas être une fois encore frappé par la similitude des références employées par Barthez et par Marié qui fera de la « fonction-miroir » un concept-clé de ses écrits ? Dans un projet d’article article intitulé : « De l’immigré colonial à l’immigré-marchandise : ou l’espace d’une amnésie84 » qu’il envoie à Ducreux, son ancien collègue du BERU85, Michel Marié invite à un redéploiement de la question immigrée par le truchement d’un travail qu’il qualifie de : « gyroscopique : regarder et en même temps se regarder dans le miroir de l’autre ». Ce redéploiement, il dit d’abord le trouver d’abord dans l’élargissement du concept d’utilité :

« L’immigré n’est plus seulement l’utilité productive, le mineur ou le travailleur à la chaîne ; c’est aussi le constructeur de ville, le faiseur de goudron, le balayeur des rues. L’appareil productif trouve sa profondeur dans le champ de la ville. Ainsi, par exemple, découvre-t-on l’utilisation des immigrés dans des stratégies foncières (pour faire baisser le prix de terrains), pour peupler des hôpitaux sous-occupés ou des ZUP neuves et perdues dans des champs de betteraves... »

  • 86 AMI Pochette Immigrés. Coupures de presse.
  • 87 AMI Pochette Immigrés. Coupures de presse. Le Monde du 31 décembre 1981 revient sur cette disposit (...)
  • 88 AMI Pochette Immigrés. Coupures de presse. Libération du 2 décembre 1980.

69Le 14 février 1981, Le Monde publie un article intitulé « Ivry-sur-Seine et ses étrangers : Le seul seuil, c’est l’intolérance des autres86 ». La commune compte alors 63 100 habitants et une population étrangère en constante augmentation. De 6,9 % de la population en 1962, la part des immigrés (Espagnols, Portugais, Maghrébins, Yougoslaves, Maliens, Cambodgiens essentiellement) passe à 11,1 % en 1968, 13,2 % en 1975, 17,6 % en 1976, 19 % en 1977, 21 % en 1978 et, selon les estimations de la mairie reproduites dans ce papier, plus de 25 % (soit 14 000) personnes en 1981. La proportion d’enfants étrangers dans les classes est de 28 % en moyenne pour atteindre 60 % au plus fort des cas, dans l’école primaire de rue Jean-Jacques Rousseau à Ivry-Port. Le 3 décembre 1980 précédent, le Bureau Municipal d’Ivry se prononçait pour « une répartition juste et humaine de l’immigration dans toutes les communes » et annonçait une série de mesures restrictives. Le 30 janvier 1981, il publiait une nouvelle déclaration confirmant ces orientations : les familles immigrées ne seraient plus relogées en HLM, y compris par le biais du 1 % patronal et des réservations préfectorales. La mairie n’embaucherait plus que du personnel « pouvant être titularisé » et donc de nationalité française, conformément aux statuts des communaux. Dans les colonies de vacances, l’application d’un quota de 15 % d’enfants immigrés serait effective87. En matière scolaire, la mairie demandait la diminution du nombre d’élèves par classe et, à Ivry-Port, un statut spécial avec la création de classes d’étrangers. Si l’on en croit Libération88, les 23 directeurs d’école primaires de la ville avaient été invités à remplir et renvoyer des fiches détaillées sur les enfants étrangers où devaient être portés, en sus des noms et date de naissance, leur niveau, leur « cantine » et leur nationalité. Enfin, pour l’aide sociale que détermine la commune, une commission municipale préparait une « réforme du quotient familial ».

  • 89 Article publié dans la revue Genèse no 45, 2001/4 p. 150-163. Consulter également [http://laborato (...)
  • 90 À l’exemple de la directrice de l’école mentionnée, Jeanine Cuinat-Tripoteau.
  • 91 AMI 56Z1. Procès verbal de l’assemblée constitutive du MRAP comité local d’Ivry le 12 décembre 197 (...)

70L’article d’Olivier Masclet (2001) : « Une municipalité communiste face à l’immigration algérienne et marocaine. Gennevilliers 1950-197289 » a été fondamental pour comprendre ce qui se jouait alors depuis plusieurs années, à Genevilliers, Ivry et ailleurs – avec des nuances, ici ou là, sans doute – au moment où Maurice Ducreux fonde, avec quelques amis cités dans cet article de février 198190, le comité local du MRAP91 en décembre 1978. C’est l’occasion de retrouver un personnage rencontré au premier chapitre de ce travail : Waldeck L’Huillier (1905-1986), l’un des deux rapporteurs envoyés par le PCF en août 1951 enquêter sur la politisation des enfants dans les 19 colonies rouges de la banlieue parisienne. Arrivé à Saint-Denis en 1920, le jeune Waldeck L’Huillier travaille comme apprenti dessinateur tout en suivant en parallèle des cours à l’École spéciale des travaux publics. Installé à Gennevilliers en 1930, il dirige l’année suivante la section communiste de la ville et participe ainsi à l’élection de Jean Grandel comme maire en 1934. Il devient son adjoint (1934-1939) chargé des travaux et de la culture et bénéficie des conseils expérimentés du maire d’Ivry, Georges Marrane. à la Libération il est élu maire de Gennevilliers (1944-1973), puis député en 1946, sénateur de la Seine (1959-1962) et secrétaire général de l’association des maires de ce département. En 1963 il est élu secrétaire général de la fédération nationale des élus républicains municipaux et cantonaux. Catherine Dupuy (1998, 2003) a étudié les politiques volontaristes du logement à Gennevilliers depuis l’entre-deux-guerres. Les vastes chantiers de construction destinés à rendre la ville « moderne » sont à ses yeux synonymes d’une instrumentalisation de l’urbain à des fins politiques. Mais c’est surtout par la stratégie d’attributions de ces logements que la dimension politique apparaît, tant du point de vue municipal que préfectoral. à Gennevilliers comme à Saint-Denis, la mairie n’attribue pas en priorité ses HLM à des membres du PCF, mais bien à des ouvriers, futurs adhérents et/ou électeurs potentiels.

71Olivier Masclet retrace la manière dont, en banlieue parisienne, les élus des communes industrielles se mobilisent dès les années 1950 contre l’augmentation du nombre d’immigrés maghrébins aux abords des usines et dans les vieux immeubles promis à la démolition. Les maires communistes sont tout particulièrement mobilisés face à l’afflux de ces nouveaux immigrés. Outre qu’ils dirigent un nombre important de communes industrielles, ils ont placé dans la rénovation de leurs villes l’espoir de conquêtes politiques et symboliques. Le titre du document principal que Masclet commente dans l’article : « Plan de travail pour diminuer le pourcentage de travailleurs immigrés » (Gennevilliers, 1972) (Masclet, op. cit., p. 151-152) – atteste assez de l’intention des élus d’une de ces municipalités communistes. Ce « plan » prépare les actions qu’ils vont en effet tenter de mener sinon contre les immigrés eux-mêmes, du moins contre la menace qu’ils représentent à leurs yeux ; une menace de dévalorisation d’un travail proprement politique entrepris depuis les années 1930 (à Villeurbanne, notamment) visant à rehausser la valeur sociale et urbaine d’une ville ouvrière par des opérations de rénovation urbaine architecturalement hardies et l’installation de services sociaux développés. Bernard Archer ne préconisait-il pas un renforcement du soutien municipal apporté au projet architectural et urbain de rénovation du centre pensé par Jean Renaudie et Renée Gailhoustet – tous deux encartés au PCF –, dans une perspective de « mise en scène de la domination de classe » (Archer, 1973, op. cit., p. 143) ?

72Olivier Masclet porte donc la lumière sur la coïncidence malheureuse entre la rénovation des villes ouvrières menée par les élus communistes aux lendemains de la Seconde Guerre et la reprise de l’immigration. Coïncidence malheureuse en effet, car elle a interdit à ces élus d’intégrer les immigrés dans le travail politique de défense et de représentation des plus démunis auquel ils s’étaient pourtant consacrés. Parce que l’immigration est généralement saisie dans la seule problématique économique des « coûts » et des « profits », elle ne peut apparaître en période de crise qu’en termes négatifs aux yeux des élus locaux qui ne tirent plus aucun bénéfice immédiat de leur fonction économique. Coût d’autant plus lourd du point de vue – ici emblématique – de la municipalité de Gennevilliers que la concentration de cette population d’OS et de manœuvres compromet l’équilibre budgétaire des nouveaux services municipaux (logements, crèches, centres de soins, offres de loisirs, etc.) et, plus généralement, l’offre de biens symboliques par laquelle les élus communistes ont tenté de faire dans cette commune – mais aussi à Ivry, Montreuil ou Saint-Denis – une « vraie ville » et ont construit leur légitimité politique (Masclet, op. cit., p. 153). C’est dire l’obligation faite à ces élus de réduire le nombre d’immigrés : à l’impératif budgétaire s’ajoute la nécessité de « faire le tri entre soi pour sauvegarder une bonne image de soi » (Retière, 1994).

  • 92 Loi Vivien du 10 juillet 1971 et, de 1970 à 1976, le « GIP insalubre » va engager des opérations d (...)

73Plusieurs propositions contenues dans ce « plan de travail » vont rapidement se concrétiser. Au début des années 1970, la commune de Gennevilliers obtient la création d’une ZAD englobant le quartier du centre, renforçant par-là son contrôle sur les terrains et bâtiments vacants qui ne peuvent plus être vendus à des particuliers sans avoir préalablement fait l’objet d’une offre préférentielle auprès de la municipalité. Elle espère ainsi empêcher les « marchands de sommeil » de prendre possession des immeubles déclassés. Au début des années 1970, les directives contre l’habitat insalubre92 procurent donc à cette municipalité – comme à d’autres – de nouvelles armes contre ces profiteurs de la misère immigrée. Mais elles ont pour contrepartie un accroissement de la pression étatique sur les organismes HLM afin qu’ils assurent plus fortement le relogement des familles des cités de transit ou installées dans les immeubles promis à la démolition. En 1968, un arrêté fait ainsi obligation aux offices comme aux sociétés HLM privées de réserver 30 % des logements aux familles inscrites sur les fichiers départementaux des « mal logés ». Les grands ensembles sont donc désormais susceptibles d’accueillir un nombre plus important de familles immigrées.

  • 93 En, 1972, un « Comité de lutte des mal-logés de Saint-Denis est formé par des maoïstes en partenar (...)
  • 94 Sur les luttes des résidents des foyers, voir Catherine Quiminal, Gens d’ici, gens d’ailleurs, Par (...)
  • 95 Cf. Même s’il existe un Secours rouge international depuis les années 1920, il s’agit ici d’une or (...)
  • 96 Flash d’information municipale de février 1972, cité par Benoît Bréville, op. cit., p. 373.

74Les militants communistes de Gennevilliers, pas plus que ceux de Saint-Denis, ne sont vraiment implantés dans les zones en déréliction (foyers, bidonvilles) comme le sont les militants des organisations d’extrême gauche, pour qui ces espaces constituent de nouveaux terrains de mission politique (Blanc-Chaléard, 2008)93. La municipalité de Gennevilliers fait en sorte que les immigrés intègrent ces foyers94 ; elle fait pression sur la préfecture et la Sonacotra pour qu’elles s’assurent que ces centres d’accueil vident effectivement les rues des immigrés qui les « encombrent » (Masclet, op. cit., p. 159-160). Ce travail de mobilisation contre les « marchands de sommeil » n’a toutefois pas pour seul objectif d’accélérer l’action étatique. Il constitue également une réponse aux organisations du type Secours Rouge95 et PSU, qui militent dans les foyers contre l’augmentation du prix des loyers et la rigueur du règlement intérieur, qui passent à l’action directe et pratiquent les réquisitions sauvages, attaquant ainsi les municipalités communistes sur leur propre terrain. Celle de Saint-Denis en vient à dénoncer « un verbiage révolutionnaire et une agitation stérile96 ». Et d’accuser ces « gauchistes » de ne pas œuvrer dans des banlieues plus aisées (comme Villeneuve-la-Garenne) qui soutiennent la politique gouvernementale. Elle n’en est pas moins fragilisée.

  • 97 La revue PSU-Documentation publie un no 16 de septembre 1970 son premier numéro spécial sur l ‘ im (...)
  • 98 Les textes de la circulaire Fontanet (1972) constituent le point de départ de ce nouveau répertoir (...)
  • 99 Les époux Bouziri ont été les parmi les premiers à entamer une grève de cette nature. Ils sont sou (...)
  • 100 Séverine Lacalmontie explique qu’à la fin de l’années 1980, le thème de « travailleurs immigrés et (...)
  • 101 Entretien de Jean-Marie Allain avec l’auteur du 25 janvier 2008.

75Séverine Lacalmontie (2009) a pour sa part analysé l’action des militants de la section PSU du XXe arrondissement de Paris envers les immigrés. Si l’un des événements déclenchant est bien la mort de cinq travailleurs africains à Aubervilliers pendant la nuit de la Saint-Sylvestre en 197097 (Gordon, 2009), la mobilisation dans le foyer de travailleurs immigrés de la rue Bisson constitue une des premières actions du Groupe action immigrés (GAI) qui rallie au PSU de nombreux bénévoles déjà insérés dans des groupes d’alphabétisation, et ce en étroite relation avec l’Association de soutien aux travailleurs immigrés (ASTI) de l’arrondissement. La lutte menée aux côtés des travailleurs africains en 1972 constitue un « entredeux » militant, entre continuité de la sphère associative et des actions de soutien et d’alphabétisation, notamment auprès des familles, « entre mode d’action humanitaire du militantisme chrétien de gauche et militantisme spontanéiste des maos » (Lacalmontie). En effet, les liens avec le foyer de la rue Bisson ont été rendus possibles par la rencontre de militants associatifs, issus des mouvements chrétiens de gauche, et des militants engagés sur la cause tiers-mondiste et déjà adhérents au PSU. Malgré cela, ils ne parviennent pas à « fédérer » autour de cette action. Les travailleurs immigrés sont à la recherche de soutien associatif et de formation intellectuelle, pas de formation politique. Les militants PSU se confrontent donc à une « distance sociale » qui les sépare des immigrés qu’ils veulent représenter et les renvoie aussi à leur « complexe d’infériorité » militant face aux maoïstes. Cet état sera exacerbé lors de l’épisode de la grève de la faim de Ménilmontant en 197398, nouveau répertoire d’action qu’« inventent » les époux Bouziri fin octobre 1972 à la Goutte d’Or99. Les militants du PSU eux-mêmes doivent se trouver une place parmi les autres forces de la gauche et de l’extrême-gauche en développant des stratégies de démarcation dans les luttes, ce qui a pour effet de les éloigner, tant des autres militants que de ceux qu’ils veulent défendre. L’adoption d’une configuration partisane « intellectualisante » les amènent, d’abord, à présenter symboliquement la candidature d’un travailleur immigré – Djellali Kamel – aux élections présidentielles de 1974, pour mieux mettre en avant la cause universelle qu’ils sont parvenus à trouver et formaliser : le droit de vote des immigrés. Cette revendication est reprise à son compte par le MRAP au début des années 1980100. En janvier 1974, le Conseil national du PSU vote ses premiers textes sur l’immigration, où elle est placée dans le contexte de l’impérialisme et de la demande de la bourgeoisie pour de la main-d’œuvre à bon marché. L’idée est de soutenir les luttes des immigrés eux-mêmes et les luttes autonomes pour ne pas être taxés de paternalisme ou de récupérateurs. Se faire les propagandistes de la cause et de ses luttes plutôt que de les diriger. Il existait donc souvent un rapport indirect entre les militants PSU et les travailleurs immigrés qui passait bien souvent par des organisations et comme le Mouvement des travailleurs arabes ; selon le PSU, les immigrés devaient avoir le droit à un enseignement dans leur langue maternelle et à des subventions pour des initiatives pour développer des initiatives culturelles et religieuses, ce qui constituait une déviation majeure à l’orthodoxie républicaine (Gordon, 2009). Embauché en 1975 par l’agence d’urbanisme de Maubeuge, Jean-Marie Allain sociologue et militant au PSU, passe rapidement de la réalisation de POS à des études approfondies sur le logement dont il publie les résultats, en 1980, dans : Une politique du logement pour les immigrés : vaincre le racisme dans l’Habitat101. Son travail est remarqué aussi bien par le Centre de documentation de l’urbanisme (CDU) que par la CDC (Prévot et Simard, 2008), pourtant ce dernier quitte le PSU et sa commission Immigration, leur reprochant de ne pas avoir œuvré suffisamment en faveur du logement (Gordon, op. cit., p. 335).

  • 102 Jean Bellanger cite le nom de Françoise Grillot, ex-religieuse devenue militante du MRAP à Saint-D (...)

76Analysant les trajectoires biographiques des principales figures de la section PSU du XXe arrondissement, Séverine Lacalmontie (2009, op. cit., p. 318) souligne leur forte socialisation catholique initiale ainsi que de nombreuses prédispositions à un militantisme de type chrétien de gauche qui auraient favorisé une capacité d’ajustement des « contextes pratiques de l’action sur l’opérationnalité des dispositions incorporées » (Agricolansky, 2001). Néanmoins des ruptures et/ou des basculements biographiques les ont conduits, là encore, à une sécularisation de leur action : la découverte du champ associatif immigré, l’expérience de coopération en Algérie et le militantisme au PSU. Un autre point commun les relie, pour une partie au moins, à certains militants du MRAP d’Ivry ou ceux de Saint-Denis102 qui appartiennent à une génération rattachée au militantisme moral. La plupart exercent des métiers liés aux mécanismes de l’intervention sociale ([ex]-religieux, médecins, infirmières, enseignant(e) s, assistantes sociales, etc.) (Lacalmontie, op. cit., p. 319). Beaucoup, au PSU tout particulièrement, appartiennent à des « catégories de la petite bourgeoisie tertiaire » qui semblent « d’autant plus disposées à assumer une position critique quant à la situation des populations souffrantes qu’elles sont à leur contact direct et s’estiment plus légitimes de se faire les porte-parole de cette souffrance » (Siméant, op. cit., p. 282). Ils possèdent les savoirs et savoir-faire militants, disposent de capitaux politique, social, culturel ; ils sont prêts à se mobiliser à se (re) lier d’autant plus que des plages d’entente (Algérie, catholicisme social, tiers-mondisme) leur permettent de se connaître ou se reconnaître rapidement (cf. Annexes, tableau 2).

77À Ivry, depuis quelques années déjà, le contexte est aux invectives à connotation raciste de la part de la presse d’extrême-droite. Le journal Minute du 22 mai 1969 titre « Encore un exploit de la pègre nord-africaine. Martine, petite dactylo d’Ivry violée par 4 voyous (3 arabes et 1 Antillais) » et accuse :

  • 103 AMI 62Z20. Pochette MRAP (1970-1979).

« La municipalité communiste Gosnat protège cette pègre qui lui fourbit en période électorale des auxiliaires précieux. En contrepartie, les meneurs et les éléments les plus dangereux, pour la plupart anciens du FLN, ont été logés dans les HLM de la municipalité (Cité Gagarine, et Cité Joliot-Curie) où ils se trouvent mêlés à la population européenne. à la Santé sur 3 000 détenus de droit commun, 1 200 sont algériens... Et pourtant la justice fait preuve à leur égard d’une incroyable indulgence103. »

  • 104 AMI 62Z20. Pochette MRAP (1970-1979). Goust s’était rapproché du noyau de résistants et de prêtres (...)

78À cette date, François Goust, un médecin chrétien qui exerçait dans le quartier d’Ivry-Port depuis son retour de captivité en 1941104, y menait, avec d’autres chrétiens, des actions d’alphabétisation auprès des populations immigrées. Parallèlement à sa pratique de médecin libéral, il avait choisi de se mettre aussi au service de la médecine scolaire, en travaillant d’abord pour l’école d’apprentissage de la rue Robespierre, puis à l’école départementale Adolphe Chérioux de Vitry.

  • 105 Les deux initiatives ne sont pas exactement concomitantes. Le projet de création de cette maison m (...)

79Goust avait constitué une sorte de comité de quartier informel pour réfléchir au devenir d’Ivry-Port, à son réaménagement urbain105 et avait proposé la création d’une maison médicale autogérée.

  • 106 « Projet d’un centre de santé », Les Cahiers Laënnec, no 2, juin 1960. Cité par Michèle Rault.
  • 107 AMI 62Z20. Pochette MRAP (1970-1979). À ce sujet Ducreux évoque des articles parus dans l’Aurore o (...)
  • 108 En 1959, François Goust et Louis Girard, tous deux médecins à Ivry, avaient été candidats sur la L (...)

80Sollicité par le dominicain Henri Robert, directeur de la revue Présences, il avait rédigé un article, « Le médecin de quartier », qui, dès 1957, avait contribué à lancer le débat sur la nécessité de mettre en place des structures fondamentalement nouvelles, capables de répondre à la déstructuration des individus par la dispensation d’une médecine « humaine », « facteur d’équilibre, d’intégration, d’unification de la personne106 ». Dans un premier temps, le succès fut au rendez-vous, l’action de François Goust étant soutenue par la mairie contre l’ordre des médecins qui dénonçait ce projet de maison médicale autogérée107. Venise Gosnat alla jusqu’à lui proposer une place sur sa liste en vue des municipales de 1971108. Jusqu’à ce que la rupture intervienne :

« Ça a marché jusqu’à ce qu’il y ait un clash entre Goust et Gosnat. Bilan : Goust s’est fait éliminer et le comité de relation d’Ivry-Port a été désagrégé parce qu’il prenait trop d’importance. »

81Dans le souvenir de Maurice Ducreux, la rupture intervint lorsque François Goust et Madame Deneuville, une directrice d’école d’Ivry-Port comptant parmi ses proches, voulurent se constituer en association de type 1901, c’est-à-dire disposer d’une structure légale distincte de la municipalité communiste et en être pleinement responsables :

  • 109 AMI dossier MRAP. Entretien de Maurice Ducreux avec Nathalie Viet-Depaule du 30 décembre 1982.

« Une association qui se constitue sur un objet précis et qui aura une certaine indépendance, çà c’est quelque chose qui n’est pas possible109. »

  • 110 Cf. David C. (2002), La résorption des bidonvilles. Un nœud dans l’histoire d’une ville et de « se (...)

82L’affaire rebondit en 1973-1974 autour de ce que Maurice Ducreux appelle « l’histoire des Yougoslaves » d’Ivry-Port. Une pétition circule alors, accusant des Yougoslaves d’élever des cochons dans leurs logements et de les laisser divaguer dans la rue. Le texte, qui avait manifestement l’aval de la mairie, presse cette dernière de déloger ces étrangers au prétexte que leurs agissements troubleraient l’ordre public et, qu’à défaut, des mesures d’autodéfense seraient prises. La relation des faits par Maurice Ducreux illustre une fois encore l’utilisation récurrente de la pétition et de la délégation d’habitants par les mairies communistes pour radicaliser la question du logement110. Ce sont exactement les mêmes méthodes que celles employées par ailleurs dans les domaines de l’emploi ou de la fiscalité locale. Ducreux, qui connaît fort bien le quartier pour y avoir vécu à son arrivée à Ivry, se rend alors sur place, en compagnie des assistantes sociales qui vont devenir, avec Jeanine Cuinat-Tripeau, les pivots de la création de l’antenne locale du MRAP :

  • 111 Devenu membre du conseil municipal.
  • 112 Il s’agit du journal d’information municipal. Sur les réactions que cet organe officiel continue a (...)
  • 113 Alors également membre du conseil municipal.

« Les colonies de vacances après la Libération, j’y étais avec Pierre Clorennec111, je l’ai connu gamin, on se racontait des histoires, c’est pour ça qu’on se connaît... Alors, à la suite de çà il y a eu des contrôles d’identité des yougoslaves, avec une photo dans Ivry-ma-ville112 (ill. 16) où on voit la police, Jacqueline Pensabene113 et différentes personnes aidant la police pour contrôler les immigrés. Là-dessus on a envoyé une lettre... Et puis il y avait une certaine tension dans le quartier et alors on a fait 3000 tracts en expliquant que s’il y avait un problème, il ne fallait dresser les populations les unes contre les autres C’est cette histoire qui, nous a amenés à nous rapprocher du MRAP... C’est vrai, il y avait effectivement des petits cochons de lait qu’ils avaient acheté pour leurs Pâques, pour les manger. Ce n’est pas plus gros qu’un lapin, et moins gros qu’un chien et il y a un petit cochon qui a mis son nez dans le couloir à côté du pharmacien. Cette histoire a été montée en épingle et dans la pétition c’est devenu un troupeau de cochons qui se promenait dans la cour des Yougoslaves... Par suite, une réunion publique a lieu, à laquelle plus d’une centaine de personnes assistent, dont Goust, qui dénonce le processus de paupérisation du quartier, frappé par un véritable marasme économique. »

83Aux yeux de Ducreux, Goust se préoccupait avant tout d’un réaménagement le quartier. Faut-il voir dans cette remarque un indice de plus de la tension mentionnée dans l’introduction de ce chapitre, entre une fraction de militants d’origine chrétienne, proches de l’ACO et d’un apostolat par milieu et, une autre, davantage interclassiste et investie dans le cadre de vie et l’aménagement d’un quartier ?

  • 114 Idem, Le Monde du 1er janvier 1981 titre : « Les maires communistes de la Seine-Saint-Denis réclam (...)
  • 115 AMI. Pochette Immigrés. Coupures de presse. Le Monde du 30 décembre 1980.

84De son côté, le député-maire de Gennevilliers, Waldeck l’Huillier est alors un des principaux artisans de la mobilisation de ces élus. Secrétaire général de l’Association des maires de la Seine, qui regroupe principalement des édiles communistes, il bénéficie d’une importante notoriété au sein du comité central du PCF où il apparaît comme l’un des meilleurs spécialistes de la gestion municipale. Cependant, Waldeck l’Huillier ne s’entoure pas du seul soutien des maires communistes confrontés au « problème de l’immigration ». Il cherche aussi à faire reconnaître la légitimité de la cause qu’ils défendent au-delà du PCF, condition de la réussite de la « lutte contre les ghettos ». Ainsi rencontre-t-il à plusieurs reprises Michel Maurice Bokanowski, dit Boka (1912-2005), maire de droite de la commune d’Asnières, lui-même député, ancien ministre, Croix de guerre et Compagnon de la Libération. Mais Boka ne peut obtenir des députés de la majorité qu’ils soutiennent la proposition de loi de Waldeck l’Huillier visant à imposer aux différentes communes la construction de logements sociaux accessibles aux ménages ouvriers immigrés. Contraire aux intérêts de ces députés, cette proposition de loi, plusieurs fois avancée par le député-maire de Gennevilliers, ne se concrétisera donc pas. Mais tout se passe comme si la mobilisation des maires communistes, sur le thème de « la lutte contre les ghettos114 » et pour une répartition plus « équitable » des populations immigrées ou démunies entre les différentes communes, avait peu à peu gagné en légitimité. Une nouvelle fois emblématique, « L’affaire de Vitry-sur-Seine115 » – où le maire communiste laisse détruire, par un bulldozer, un foyer où 300 travailleurs maliens venus de Saint-Maur avaient trouvé refuge – déclenche des réactions solidaires des municipalités communistes de la Seine-Saint-Denis, encouragées par le comité central du PCF. Ensemble, ils dénoncent par une déclaration :

« La campagne anticommuniste inouïe (qui) se développe actuellement dans toute la presse, parce que le maire communiste de Vitry n’a pas accepté le coup de force du maire giscardien de Saint-Maur et du préfet du Val-de-Marne, qui entendent poursuivre et intensifier la politique raciste de constitution de ghettos dans les municipalités communistes... Les maires communistes de Seine-Saint-Denis refusent cette politique d’apartheid qui, comme en Afrique du Sud et aux États-Unis, vise à créer des quartiers réservés aux populations allogènes... il est inadmissible que, dans les communes ouvrières où le chômage et la misère sont les plus criants, ce soient les plus pauvres qui paient pour les plus pauvres. »

85À noter, dans la logique concurrentielle que nous évoquions peu avant au sein de l’extrême-gauche, que le bureau politique du PSU diffuse alors un communiqué vilipendant, au contraire :

  • 116 Propos rapportés dans un article du Monde du 1er janvier 1981.

« Une agression qui est dans la logique des positions prises par le PCF sur la concentration des immigrés dans ses municipalités... Le PCF utilise les mêmes pratiques que celles que l’on croyait jusqu’ici réservées aux promoteurs, au pouvoir et à leur police116. »

86Au sein-même du comité local du MRAP d’Ivry, l’affaire de Vitry signifie, pour certains, que le point de rupture est atteint dans une situation devenue intenable. Maurice Ducreux le confirme :

  • 117 AMI 84Z6. Entretien retranscrit avec Maurice Ducreux du 21 décembre 1982.

« Alors là on a été dans une situation de tension extraordinaire avec la municipalité, la section du Parti, etc. C’était très très dur... L’affaire Vitry117. »

  • 118 AMI. Pochette Immigrés. Coupures de presse.

87Quelques semaines plus tôt, Le Monde du 4 novembre 1980 titrait : « Les immigrés, le PC et les autres ». Les élus d’Ivry s’y justifient : « Quelle commune de droite a logé autant d’immigrés que nous ? ». Cet article mentionnait une déclaration des élus d’Ivry, en décembre 1976, où ils expliquaient qu’il fallait reloger les travailleurs immigrés dans les villes où leur présence était la moins élevée ; que les nouveaux foyers devaient être implantés dans ces villes ; qu’il fallait supprimer les cités de transit. En janvier 1979, les maires communistes du Val-de-Seine firent également une déclaration dans ce sens118. En décembre 1982, Jacques Laloë, le maire d’Ivry, intervient à nouveau en conseil municipal. Maurice Ducreux rapporte ses propos, notes personnelles à l’appui :

  • 119 AMI 84Z6. Entretien retranscrit avec Maurice Ducreux du 21 décembre 1982.

« Sur tous ces problèmes, accord avec les orientations de la politique actuelle, dont arrêt de l’immigration, répartition harmonieuse de celle-ci dans les différentes communes. Sur Ivry la proportion d’immigrés est passée, entre 1975 et 1980 de 15 à 19 % et il y a 30 % d’enfants d’immigrés dans les maternelles ou dans les écoles. Il pourrait y avoir, de la part du ministère concerné des aides sociales supplémentaires, la contribution du MRAP est souhaitée pour connaître les avis, resserrer les liens d’information, de coopération119... »

88Le 30 décembre 1982, c’est pourtant un Maurice Ducreux fatigué et sur le départ qui se livre à un long entretien rétrospectif sur son engagement dans le comité local du MRAP :

  • 120 Né le 15 mai 1945, Michel Lavergne devient conseiller municipal communiste en mars 1977. Il fut ré (...)
  • 121 Jean-Claude Fouqueau était responsable de la communication de la ville d’Ivry.
  • 122 Maurice Ducreux songe à cette date à quitter Ivry soit pour Roubaix soit, finalement, pour Grenobl (...)

« Le MRAP c’est une association où on a des courants chrétiens, des courants contestataires comme Jeannine Cuinat, des courants... Des gens très sympathiques comme Lavergne120 et Fouqueau121, il y a Bronstein, juif. Il y a différentes personnes. Donc la vie d’une association de ce genre est une vie difficile..., on se fait une réunion de bureau tous les mois, une AG à peu près tous les 3 mois. Moi je suis fatigué avec tout çà, j’ai envie de m’en aller pendant deux ans d’Ivry122... Il faut donc qu’on fasse une AG, pour faire notre AG il faut qu’on dégage un bureau. Moi j’ai indiqué que pour le moment je reste responsable de l’affaire, mais je ne continue pas... »

89Selon Benoît Bréville (op. cit., p. 250-251), à Saint-Denis, les causes sont en effet choisies et modelées par la mairie ; les habitants y sont surtout invités à suivre le mouvement au sein d’associations sous surveillance. Le PCF alors s’affiche comme le champion de la « participation de la population » et les associations sont présentées comme le « pilier » ou le symbole du niveau de démocratie auxquelles les municipalités communistes seraient parvenues. Bréville s’interroge sur la portée réelle de cette participation encadrée et sur l’éventuelle interaction entre les associations et « le champ politique » (Tartakowski, Andrieu, Le Beguec (dir.), 2001). Loin d’être un contre-pouvoir local ou une source d’initiatives populaires, financées par la mairie, ces dernières en prolongent les politiques sociales municipales et entretiennent des liens étroits avec le PCF dont elles sont les « couronnes extérieures » (Kriegel, 1968). Elles lui permettent de pénétrer la société civile et le quotidien des classes populaires dans une relation unilatérale ; toute tentative de prise d’autonomie est en effet contrecarrée par la municipalité.

90Les points de tensions entre l’équipe municipale et la cellule locale du MRAP sont nombreux et résultent précisément de la nature pour le moins ambiguë existant entre liens amicaux et politiques. Plusieurs membres du MRAP sont aussi encartés au PCF, et sont même parfois membres du conseil municipal, à l’instar de Michel Lavergne. Malgré cela, la subvention municipale au MRAP local est très faible à Ivry et à Choisy – 100 francs – contre 200 à Vitry, 750 à Saint-Denis (Bréville, op. cit., p. 256) et 1 500 à Créteil. Elle est pourtant soigneusement argumentée :

« Le comité local du MRAP a l’honneur de solliciter auprès du Conseil Municipal une subvention. Notre association rattachée à un mouvement national fonctionne sur Ivry depuis plus de 4 années et son existence a été enregistrée en Préfecture de Créteil en février 1979. Jusqu’alors tout le fonctionnement du comité local a été financièrement assuré par ses membres. Nous tenons à vous remercier du soutien que la Municipalité nous a apporté quand nous avions besoin d’une salle pour nos réunions élargies. En 1980 devant la résurgence du racisme et du fascisme, notre action s’est renforcée, les dépenses ont été plus élevées. En particulier, nous avons sous notre propre financement remis à la municipalité et à diverses associations ou organismes, le texte-affiche de la loi du 1er juillet 1980, pour que celle-ci soit mieux portée à la connaissance du public. Nous avons couvert nous-mêmes la dépense de l’exposition sur l’apartheid présentée dans le stand de la fête de l’enfance. À plusieurs reprises, par voie d’affiches et de tracts, nous avons alerté et invité la population à des actions et des manifestations contre le racisme. Nous avons participé aux dépenses de réaménagement du local du siège du MRAP, détruit en juin par un attentat à la bombe, nous avons manifesté notre solidarité par des versements aux populations éprouvées du Cambodge et de l’Algérie. »

91Le second point de tension concerne le certificat d’hébergement et les conditions de suivi administratif quotidien. Le maire a en effet sous sa responsabilité, pour tout séjour d’étranger à Ivry, la délivrance d’un certificat d’hébergement tenant compte des conditions d’accueil offertes :

« Ceci comporte des risques. Les conditions d’accueil des familles qui hébergent sont souvent faibles, il y a un problème d’enquête et le séjour peut se prolonger... Nous avons demandé au maire, et ça depuis longtemps, qu’il y ait une commission sur l’immigration et un service... à la grande poste, un guichet dédié... »

92Ducreux insiste en effet sur l’illettrisme de nombreux logeurs et logés, et sur la difficulté corollaire qui est la leur pour remplir les formulaires administratifs de tous ordres. Ordinairement il les oriente vers le guichet de la grande poste qui s’occupe de la Sécurité sociale. Mais il dénonce un véritable « parcours du combattant », les services municipaux (hygiène, commissariat de police, fédération des locataires, etc.) se renvoyant systématiquement la balle. Le MRAP souhaite l’existence d’un lieu de réflexion ouvert à l’ensemble des problèmes, simple mais pratique et capable de donner des renseignements élémentaires. La mairie répond que l’immigration n’est pas un problème sectoriel et que la création d’un service ne s’improvise pas.

  • 123 La loi du 10 juillet 1975 permettait effectivement aux immigrés d’être élus comme représentants de (...)

93Le troisième point de tension soulevé en conseil municipal concerne le droit de vote des immigrés pour les affaires locales. Jacques Laloë commence par rappeler que leur représentation est maintenant acquise au travail, dans les comités d’entreprise123. Néanmoins, le vote des immigrés aux élections municipales n’est pas souhaité par la section du PCF d’Ivry. L’affaire des quotas dans les colonies de vacances fait encore monter d’un cran la tension avec l’arrivée, sur la scène politique et médiatique locale, de l’association – France-immigrés – qui dénonce à la fois les agissements de la mairie mais aussi, de manière plus indirecte, le noyautage local par le PCF :

« Nous ne dépendons d’aucune organisation syndicale ou politique, nous ne sommes manipulés par aucun parti, nous affirmons seulement, comme les déclarations précitées, que les immigrés ne sont pas responsables de la crise et que limiter leur nombre en France ou à Ivry ne résoudra en rien les problèmes des travailleurs français. Jusqu’à présent nous n’avions à lutter que contre les mesures racistes de la droite, aujourd’hui le PCF applique une politique discriminatoire ; nous nous opposerons à la municipalité tant qu’il en sera ainsi ; contrairement à ce que dit la municipalité, nous ne sommes pas les seuls à penser cela, des enseignants ivryens ont adressé une lettre-pétition de protestation à la mairie ; des associations de parents d’élèves lui ont posé des questions qui sont restées sans réponse, de nombreux ivryens discutent de ces problèmes, c’est pourquoi nous demandons qu’un débat soit organisé sur ce sujet avec toutes les associations et tous les ivryens français et immigrés qui sont intéressés. La municipalité refuse d’organiser ce débat, pourquoi ? En même temps nous avons lancé une procédure administrative fondée sur la loi de 1972 qui réprime le racisme, tendant à faire annuler les critères discriminatoires retenus pour le choix des enfants dans les centres de vacances. Il nous paraît indispensable d’utiliser tous les moyens possibles, dont la justice, pour nous défendre contre les décisions à la fois racistes et arbitraires... »

94Ducreux reconnaît ce noyautage, citant nominativement ceux qu’il appelle « les sous-marins », au moment-même où certains membres constitutifs du comité local du MRAP – dont Liliane Esnault – ont donné leur démission à la suite de l’affaire de Vitry puis de celle des quotas :

« La situation est tout de même très grave pour le MRAP à Ivry actuellement. On a eu brusquement une douzaine d’adhésions, qui nous sont arrivées par le Siège et de gens qu’on connaissait très bien sur Ivry, et çà en 1981 avant les élections générales. Des gens qui avaient pris leur carte à Paris et à Paris le mouvement nous les a répercutés : Antoine Castro, Clorennec, Nicolas Marchand, soit à peu près une dizaine des membres les plus importants du Parti à Ivry. »

95Au total, sur une soixante de membres, quinze proviennent ainsi de cette manœuvre, avec pour conséquence de bloquer le fonctionnement normal du comité :

« Ils ne militent pas tellement parce qu’on n’a jamais vu Castro venir à une réunion [...] tout en se plaignant de ne pas recevoir de convocation... via la mairie. »

96Maurice Ducreux ajoute, désabusé :

« On ne pouvait pas, vis-à-vis du MRAP, faire le coup qu’on a fait à Goust, alors on a envoyé des sous-marins. Nous on les a accueillis, çà n’a pas fait de difficultés, on a digéré le truc. Mais au bout d’un an maintenant... Actuellement comment est composé le bureau... Je ne vois pas très bien comment on va arriver à le renouveler. Dernières élections du 26 juin 1980. Là maintenant il faut qu’on fasse des élections mais je ne vois pas comment on va s’en sortir, parce que tout le monde veut que le MRAP continue mais personne n’a envie de prendre des responsabilités, non pas de prendre des responsabilités, mais d’avoir des difficultés. »

97En guise d’épilogue provisoire, reprenons les propos qu’il tenait en 1977 dans sa longue note sur ses rapports au milieu communiste et à l’Église, reprise en extraits par ses amis de l’équipe scientifique de la Mission de France à l’occasion de son enterrement, le 8 août 1985 :

« Vivre, connaître les hommes, un milieu, des problèmes, être signe, témoigner a été à l’origine le sens de ma démarche. Présence et attention aux hommes, action ensemble, solidarité étaient les conditions de celles-ci.
Mais par circonstances non voulues et non acceptées j’ai été placé par nécessité, au nom d’une certaine fidélité à l’Église, dans son système de reproduction : la paroisse communautaire et sacerdotale à Colombes. C’était une impasse. Il fallait en sortir. Or, travailler était se mettre en rupture (1954). J’ai cherché à rejoindre la vie en m’attaquant à un problème de structure qui conditionnait la vie des travailleurs : le logement et l’urbanisme.
Apparemment ce n’était pas l’option ouvrière, j’ai donc été marginalisé dans la MDF alors que, professionnellement, syndicalement, politiquement, je me trouvais de plus en plus au centre de problèmes et dans les contradictions du système capitaliste.
Je n’ai jamais présenté dans ces milieux ma démarche comme étant liée à un motif religieux. Je suis devenu un homme parmi les hommes. C’est dans cette voie que je compte poursuivre... Je sens encore que mon regard porté sur les hommes me renvoie un sentiment de fraternité qui dépasse les solidarités profondes tissées dans les expériences de la vie. Je crois à la nécessité de se défendre et de lutter dans la vie. Je crois à la nécessité de se situer dans un camp, mais je ne puis enfermer ma vie dans opposition trop systématique d’un groupe ou dans la certitude d’avoir raison. Je constate que les quelques valeurs que je porte dans la vie courante tiennent probablement à ma foi au Christ. Si j’explicite ce sentiment hors des milieux chrétiens, les gens me prennent pour un rêveur. Cependant, ce sont peut-être ces valeurs qui ont aussi permis, en dehors de l’action, des dialogues profonds à l’occasion des problèmes de la vie ? Au fond je sens bien que l’engagement professionnel, politique représente des dimensions essentielles à assumer avec les hommes. Mais çà ne répond pas à tout. Qu’est-ce qui fonde l’amour véritable des hommes, la passion des militants pour un monde meilleur ? La révélation du Christ est pour moi une réponse, mais elle est difficilement communicable. Alors je vis, je cherche à faire pour le mieux, on verra après. »

Notes

1 Adda Serge, Ducreux Maurice, « L’usine disparaît. L’industrialisation remise en question. Saint-Denis, Aubervilliers », in Annales de la recherche urbaine, no 5, 1980, p. 27-66.

2 Génération caractérisée par tendance à l’homogénéité sociologique, existence d’un groupe central (les mineurs et les « métallos »), une autonomie vis-à-vis des autres groupes sociaux, un enracinement local et des canaux ouvriers de transmission des valeurs.

3 Cf. infra, chapitre II.

4 Ex-prêtre ouvrier de la paroisse ouvrière de l’Estrée de Saint-Denis, tenue par les pradosiens, comme celle de Sainte-Geneviève où officiait Jean Bellanger. Ils épouseront deux sœurs – Geneviève et Catherine Tissot – deviendront d’actifs militants de la CGT et membres du PCF. En 1995, Yves Laverne devient conseiller municipal communiste de Saint-Denis puis maire adjoint (cf. Bellanger J., 2013).

5 L’ADA 13 va fêter ses cinquante ans et s’apprête, dans ce cadre, à monter une exposition et un colloque qui permettront d’en savoir davantage.

6 Archives privées de Maurice Ducreux. Extrait d’une note, sans date ni référence précise, utilisée par ses amis de l’équipe scientifique de la MDF dans le texte d’hommage rédigé à l’occasion de son enterrement, le 8 août 1985, à l’église Sainte-Croix à Ivry-Port.

7 Bellanger J. (2013, op. cit., p. 48).

8 Archives privées de Maurice Ducreux, note de septembre 1977. Il est possible qu’elle ait été rédigée dans le cadre des échanges au sein de l’équipe scientifique de la MDF.

9 Cf. supra, témoignage écrit de Jean Bellanger à l’auteur.

10 Cf. Michel Winock, « La main tendue de Thorez », L’Histoire, no 308, avril 2006 ou Francis Murphy, « “La main tendue”. Prelude to Christian-Marxist dialogue in France 1936-1939 », The Catholic Historical Review, Catholic University of America Press, vol. 60, juillet 1974, p. 255-270. Références citées par Bréville, op. cit., p. 198.

11 Archives privées de Maurice Ducreux. Note de septembre 1977.

12 AMI 62Z20. Pochette MRAP (1970-1979). Extrait de l’entretien accordé par Maurice Ducreux le 30 décembre 1982 à Nathalie Viet-Depaule.

13 Pour un urbanisme... colloque de Grenoble organisé par la Nouvelle critique et la Fédération de l’Isère du PCF les 6-7 avril 1974. L’ouvrage de François Ascher et Jean Giard Demain la ville – publié en 1975 aux Éditions sociales et cité par Ducreux, est directement issu de ce colloque co-organisé par Jean-Louis Cohen. Quant à Jean Giard, qui fut successivement secrétaire de l’union locale puis de l’union départementale CGT, secrétaire du Comité de Ville et de la Fédération communiste, adjoint aux Finances à Grenoble et finalement élu député communiste de l’Isère entre 1986 et 1988, lui aussi incarne, comme Jean Bellanger, cette veine de compagnonnage d’origine progressiste dont il a fait le récit personnel, en 1994, dans son ouvrage Cinquante ans aux frontières de l’Église. De la Mission de France aux équipes d’Ivry, Paris, L’Harmattan.

14 Archives privées de Maurice Ducreux. Extrait d’une note, sans date ni référence précise, utilisée par ses amis de l’équipe scientifique de la MDF dans le texte d’hommage rédigé à l’occasion de son enterrement, le 8 août 1985 à l’église Sainte-Croix à Ivry-Port.

15 Benoît Bréville contredit cet optimise en retraçant la conception contrariée et les aléas de la construction de la cité du Franc-Moisin de Saint-Denis (Bréville, op. cit., p. 386-391), confiée aux architectes Serge Lana et Serge Magnien sur l’emplacement de l’ancien bidonville éponyme. Pour contrebalancer l’aspect massif des tours, les architectes avaient initialement imaginé d’introduire dans les bâtiments 4 et 5 une « transparence », à savoir un étage de promenades, loisirs et locaux communs à la manière de Le Corbusier. En 1973, le projet urbain est revu à la baisse, 10 à 15 % d’économie doivent être réalisés sur le poste de construction seule pour compenser les augmentations de prix ce qui diminue notablement la qualité de l’ensemble. Dès 1972, deux ans après la mise en service des premiers logements, les deux amicales de locataires dénoncent déjà la dégradation des lieux.

16 Pour un urbanisme, op. cit., p. 211.

17 Cf. Piette Jean-Jacques, « Les accords PC-SFIO dans le département de la Seine aux élections municipales de 1965 », L’Ours, no 73, octobre 1976. Imposée par la loi du 27 juin 1964, la modification du mode d’élection des conseils municipaux des villes de plus de 30 000 habitants joue en faveur d’un rapprochement du PCF et de la SFIO. À la veille des municipales de 1965, l’instauration de listes bloquées pousse à la signature d’accords, encore confortés par le soutien apporté par le PC à la candidature de Mitterrand à la présidentielle.

18 Cf. « Faire des mairies des citadelles de défense républicaines », L’Humanité dimanche, 22 février 1959, cité par Bellanger, 2012, op. cit., p. 191.

19 L’auteur avait abordé le rôle de ce proche de Guy Mollet dans sa thèse puis dans sa biographie d’Alain Savary publiée en 2003. À cette date, le département de la Seine équivalait au Grand Paris de l’époque. Avec ses trois millions d’électeurs, il pesait à lui seul 13 % du corps électoral français.

20 Rappelons que Maurice Ducreux a travaillé un temps pour l’Office municipal d’HLM d’Aubervilliers.

21 Cité par Bellanger E., op. cit., p. 191, L’Humanité du 21 mars 1964, et Hirsch, B. (2003), L’Aménagement de la région parisienne (1961-1969). Le témoignage de Paul Delouvrier, Paris, Presses de l’ENPC.

22 AMSD, 10 S 110, Supplément à Saint-Denis Républicain du 26 février 1959, cité par Bréville.

23 Cf. Intervention de Marc Mann, directeur de la SEMI au colloque de Grenoble Pour un urbanisme, organisé en avril 1974 par La Nouvelle critique et la Fédération de l’Isère du PCF.

24 Cf. [Cf. [http://archives.seine-saint-denis.fr/IMG/pdf/etatversementsservicesdeconcentresv220101208.pdf]. Je remercie Sylvie Zaidman, l’archiviste, de m’avoir communiqué cet inventaire.

25 Étude pour la Plaine Saint-Denis, BERU, 1971, 75 p. ronéotypées plus annexes et Étude des possibilités d’implantation des petites et moyennes entreprises dans le département de la Seine-Saint-Denis.

26 Archives privées de Maurice Ducreux, intervention au colloque Banlieue, des 28-30 janvier 1981 à Montreuil intitulée : « Les mutations de la banlieue dues au retrait des grands établissements industriels. Un exemple : le cas de Saint-Denis », p. 12. Les organisateurs de ce colloque étaient le Centre d’Ethnosociologie et de psychosociologie de Chombard de Lauwe (cf. supra), la Maison populaire de Montreuil et le Centre d’action culturelle de Montreuil. Maurice Ducreux cite l’exemple de la Samaritaine qui comportait 1 hectare d’entrepôts pour elle et des locaux pour les prestataires de services. Benoît Bréville donne l’exemple de l’exemple de l’entreprise Christofle à Saint-Denis qui s’est vue refuser par la Commission d’agrément l’autorisation de surélever son usine en vue de doubler sa production (Bréville, op. cit., p. 230).

27 Cet auteur restitue les principales analyses d’Alquier, Lojkine et Topalov, en particulier, et les critique systématiquement.

28 Dans le le vol. 80 du Quaterly Journal of Economies.

29 Après avoir été sociologue au ministère de l’Équipement, membre de l’équipe de l’OREAM-Lyon-Saint-Étienne-Grenoble et de militant de l’ADELS-Rhône-Alpes de 1966 à 1968, il part en coopération en Algérie entre 1968 et 1970, il rejoint l’équipe de Paul Rendu au CSU.

30 Freyssenet Michel, Imbert Françoise, La centralisation du capital dans la sidérurgie 1945-1975, Paris, CSU, 1975, ou Freyssenet Michel, Imbert Françoise, Mouvement du capital et processus de paupérisation, Paris, CSU., 1973.

31 Combes Danièle, Latapie E., L’intervention des groupes financiers dans l’immobilier, Paris, CSU, 1973, ou Combes Danièle, Développement de l’immobilier et évolution de l’industrie du bâtiment, Paris, CSU, 1977.

32 Cf. Cornuau Claude, Imbert Maurice, Lamy B., Rendu Paul, Retel J, L’attraction de Paris sur sa banlieue, Paris, Éditions ouvrières, 1965. Cf. [http://books.openedition.org/ifpo/2831?lang=fr].

33 En effet, même s’il cite en annexe de son premier volume de 1979 la liste des opérations de ZAC lancées en région parisienne, le travail de Maurice Ducreux correspond bien plutôt à la phase d’analyse sociodémographique et de repérage des faiblesses et des potentialités du territoire par une analyse fine du tissu d’entreprises locales. Cf. Prochilo-Dupont, A., Brotel C., Pallier D., Guide des initiatives économiques en faveur de l’emploi et du développement local, La Lettre du Cadre Territorial, 1995, p. 14.

34 Archives privées de Maurice Ducreux, note de juillet 1982.

35 Archives privées de Maurice Ducreux, intervention au colloque Banlieue, op. cit., p. 4.

36 Cf. Cahiers de l’IAURP, volume 7, « Le Quartier et la Ville ». La Revue de la construction. La ville. Magazine de l’architecture, no 7, d’octobre 1973 consacre un long article à l’IAURP, ses missions et ses productions (p. 27-32).

37 Archer, dont on a vu aux chapitres IV et V l’opposition farouche qu’il développe à l’encontre de la politique menée par Albin Chalandon, persiste et signe en accusant le « chalandonisme » de conjuguer ses effets avec l’accélération de la désindustrialisation : « Il convient d’orienter et d’accélérer ce desserrement (des activités secondaires et tertiaires) suivant les axes prévus au Schéma Directeur d’aménagement, en particulier dans les Villes Nouvelles, ainsi que dans le centres des banlieues actuellement fortement marques par un déséquilibre de l’emploi » (CNAT : rapport pour l’orientation du 6e Plan).

38 La différence principale réside dans l’existence d’un tissu plus dense et plus diversifié de PME locales à Montreuil-sous-Bois.

39 Lojkine renvoie à deux publications dont la première atteste une nouvelle fois de l’existence du « réseau grenoblois » : Serge Adda et Maurice Ducreux, « Désindustrialisation : pouvoirs, pratiques locales. Saint-Denis-Aubervilliers », Annuaire de l’aménagement du territoire, CERAT, Grenoble ; volume IX, 1978, p. 247-261 et celle de l’UDRA-ESA, de 1979 et 1980 en 2 volumes.

40 Intervention de Maurice Ducreux au colloque Banlieue, op. cit., p. 14.

41 Benoît Bréville en a dénombré pas moins de 184 entre 1977 et 1980. Parmi eux, 108 concernent l’économie et le travail et 17 l’immigration, 10 les finances locales, 9 l’environnement et 5 le logement.

42 Intervention de Maurice Ducreux au colloque Banlieue, op. cit., p. 15.

43 Idem, p. 7-8 et 15.

44 Jean Bellanger a publié en 2013 aux Éditions de l’Atelier Combat de métallos, Les Cazeneuve de la Plaine Saint-Denis, ouvrage qu’Emmanuel Bellanger, son fils, a eu l’amabilité de nous envoyer en juillet 2013, cf. [http://librairie-numerique.didactiblog.com/productdetails/93035/9782708244054/Combat%20de%20metallos/Jean%20Bellanger].

45 Courriel d’Emmanuel Bellanger à l’auteur du 9 juillet 2013.

46 Coordination des Associations Immigrées en France.

47 Cf. le chapitre sur la commission gouvernementale de la Machine-Outil pilotée par M. Brouard, in Bellanger J., op. cit. Témoignage écrit de Jean Bellanger à l’auteur du 18 juillet 2013.

48 Cf. infra, chapitre I et l’introduction de ce chapitre. D’abord revue « Des quatre paroisses de Saint-Denis », elle devient celle des « correspondants paroissiaux », puis « l’organe de liaison des chrétiens de Saint-Denis ». En 1967, le « s » de « des » est symboliquement enlevé : « l’organe de liaison de chrétiens de Saint-Denis ».

49 Ensemble no 75, novembre 1968 cité par Benoît Bréville, op. cit., p. 206-207.

50 Entretien du 25 juin 2007, cité par Benoît Bréville, op. cit., p. 209.

51 Cette analyse est en partie contredite, notons-le, par le témoignage de Jean Bellanger sur des initiatives communes à Marcelin Berthelot, maire de Saint-Denis et Maurice Manoël, le premier adjoint d’Ivry mais peut-être quelques années les séparent-elles.

52 Ce que le travail de thèse de Benoît Bréville confirme.

53 L’actuel maire de Saint-Denis et vice-président de Plaine Commune est l’un des quatre préfaciers des mémoires de Jean Bellanger. Il succède à Éliane Mano à cette responsabilité en 1989 avant de devenir maire en 2004. Cf. Bellanger J., 2013, op. cit., p. 21.

54 C’est probablement à ce magazine que Jean Bellanger fait allusion dans son témoignage sur Maurice Ducreux et Serge Adda.

55 Cf. infra, témoignage de Jean Bellanger à l’auteur.

56 Circulaire du Ministère de l’Intérieur no no 76-288 du 10 septembre 1976.

57 Cf. infra, chapitre II.

58 Cf. Philippon Françoise, « Paris le béton est gris, à Ivry, le béton fleurit », La Revue de la Construction. La Ville. Magazine d’architecture, no 7, 1973, p. 58-65.

59 Cf. [http://www.metropolitiques.eu/Reforme-territoriale-un-etat-des.html].

60 Ancien militant de l’UNEF et du PSU qui signait ses interventions sous le pseudonyme de François Dalbert, il devient directeur de cabinet de Jack Lang entre 1981 et 1985. Il fait ensuite un passage à la Datar et à la CDC avant de devenir, entre 1990 à 1994, directeur des Musées de France, puis d’assurer la présidence du conseil d’administration de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) de 2002 à 2007 puis celle de la Cour des Comptes.

61 Cf. infra, chapitre I.

62 Sociologue, professeur assistant à l’École d’architecture Paris-la Villette, directeur du programme « Futur de l’habitat » (PUCA). Cf. [http://www.urbanisme.fr/issue/report.php?code=336]. Roger Perrinjaquet a fait sa thèse avec Chombard et il a co-signé avec le sociologue suisse Michel Bassand l’introduction d’un autre ouvrage de Chombard sur un thème proche, intitulé Culture-action des groupes dominés, rapport à l’espace et développement local, chez L’Harmattan (Jaccoud et Kaufmann, 2010, p. 52).

63 Certaines des précisions nous ont été aimablement fournies par Madame Geneviève Gentil, ancienne collaboratrice d’Augustin Girard, le 31 mai 2013, par courriel. Nous avons appris que le frère de Geneviève Gentil était dans la même troupe de scouts que Robert Lion et son frère Antoine (futur dominicain). Entretien avec l’auteur du 11 juin 2013 à Paris. Cf. infra, sur l’importance du scoutisme.

64 Archives privées de Maurice Ducreux. Lettre dactylographiée de convocation de Paul-Henry Chombard-de-Lauwe du 25 janvier 1983.

65 Les deux apprentis-chercheurs en géographie industrielle dont nous avons retrouvé les travaux sur La Courneuve et Montreuil-sous-Bois à la même époque insistent sur la difficulté de se procurer des statistiques fiables. Ainsi Pierre Place (op. cit., p. 43) dit avoir réalisé des entretiens avec la DDE et la Direction départementale du travail et de l’emploi (DDTE) qui ne lui a pas fourni ses statistiques exhaustives. à nouveau (op. cit., p. 59) il évoque ensuite « de sérieux problèmes : séries statistiques trop courtes, changements de nomenclature, absence de coordination entre les diverses sources » qui gênent considérablement la cohérence d’une analyse qui se voudrait sérieuse.

66 Depuis 2006, l’Observatoire Partenarial de l’économie de Lille Métropole travaille à la définition des enjeux du territoire et à la mise en place d’un outil partagé de connaissance de l’économie métropolitaine. Il a pour objectif de mettre en avant : les forces et les faiblesses contribuant/freinant l’enrichissement économique du territoire métropolitain et de suivre leurs évolutions ; d’identifier et de suivre les enjeux potentiels de la métropole lilloise pour les années à venir. Les partenaires en sont : l’Agence de Développement et d’Urbanisme de Lille Métropole (ADULM), la CCI Région Nord de France, la CCI Grand Lille, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Région-Nord-Pas-de-Calais, le Comité de Bassin d’Emploi Lille Métropole, le Conseil de Développement de Lille Métropole, le Conseil général du Nord, le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi, la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, Entreprises et développement, l’INSEE, Je crée en Nord-Pas-de-Calais, Lille Métropole (Service Intelligence et Stratégie Économiques et Service Ressources et Dotations fiscales), les Maisons de l’Emploi, Nord France Innovation Développement, Pôle emploi et l’Union pour le Recouvrement des cotisations de la Sécurité Sociale et des Allocations Familiales, l’université de Lille I. Source [http://www.adu-lillemetropole.org/upload/contactsope23021.pdf].

67 Dans quelle mesure pourrait-on considérer la naissance, en 1995, du réseau des « Espaces Marx » comme répondant peu ou prou à certaines des caractéristiques énoncées alors par Maurice Ducreux ? [http://www.espaces-marx.net/spip.php?page=article&idarticle=429].

68 Cf. David C., « Une barre HLM et ses migrants. Immigration, politique urbaine et problématisation du peuplement étranger (cité du Franc-Moisin, 1971-1995) », communication au séminaire « Sciences sociales et immigration » de l’ENS, 7 mai 2010. Cité par Benoît Bréville, op. cit., p. 350.

69 Extrait d’un courrier de Maurice Ducreux à Léon de Saint Moulin du 30 décembre 1977. Il s’agit des législatives du printemps 1978 où le PCF a globalement maintenu don influence relative (20,6 %) en dépit d’une rupture de l’union de la gauche et de rapports virulents de controverse entre les deux anciens signataires. Cf. Ranger J. et Platone F. (1981), « L’échec du Parti communiste français aux élections du printemps 1981 », Revue française de science politique, vol. 31, no 5-6, p. 1015-1037.

70 AD93, 4AV/1952. Intervention au comité central des 24 et 25 janvier 1973 cité par Emmanuel Bellanger.

71 Archives privées de Maurice Ducreux, note de septembre 1977 sur le milieu communiste d’Ivry.

72 Cf. préface de Danielle Tartakowski aux mémoires de Jean Bellanger, op. cit., p. 13. Elle cite le forum ouvrier des entreprises en lutte sous la Tour Eiffel en juillet 1975 ou le rallye des bradés qui conduit les entreprises menacées jusqu’à Chamalières en avril 1976.

73 Cf. infra, chapitre I.

74 [http://www.liberation.fr/evenement/0101229161-1940-1944-une-zone-d-ombre-jamais-eclaircie-marchais-etait-accuse-d-avoir-travaille-volontairement-en-allemagne].

75 AMI 62Z20.

76 AMI. Entretien de Maurice Ducreux avec Nathalie Viet-Depaule, du 30 décembre 1982.

77 Anne-Marie Palenicek-Ducreux est devenue professeur d’histoire au Lycée français de Prague. Entretien, à Prague, avec l’auteur du 1er septembre 2012.

78 Devenu par la suite président de TV5 Monde ; il est décédé en 2004.

79 Dans un courriel à l’auteur du 25 août 2013, Jean-Louis Cohen a confirmé l’implication de Serge Adda dans les réseaux du PCF en Afrique, ainsi que dans les systèmes de collecte de fonds du Parti, avant d’engager une carrière dans les médias, qui le conduira à diriger Canal + Afrique.

80 AD93, 261J27/98, rapport du comité fédéral du 11 juin 1980 cité par Bellanger, op. cit., p. 199.

81 En dépit de la participation de quatre ministres communistes dans le premier gouvernement – dont Jack Ralite, député PC de Seine-Saint-Denis depuis 1973 et maire-adjoint d’Aubervilliers – l’érosion du PCF au profit du PS s’est poursuivie aux cantonales de 1982 et plus encore aux municipales de 1983 où il perd sept villes dans la couronne parisienne (Neuilly-Plaisance, Rosny-sous-Bois, Villepinte, Gagny, Montfermeil, Noisy-le-Grand, Aulnay-sous-Bois). En 2008, le PCF perd finalement la présidence de ce département emblématique au profit du député PS Claude Bartolone, élu conseiller général en 1979.

82 Archives privées de Maurice Ducreux. Note de septembre 1977 sur le milieu communiste d’Ivry, op. cit.

83 Lettre d’Auguste Gillot au Président de la République en mai 1964, citée par Bréville, op. cit., p. 380.

84 Cet article a été oublié en 1982 dans la revue AAN Annuaire de l’Afrique du Nord, Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes (CRESM), Paris, Éditions du CNRS, vol. 20, p. 333-347.

85 AMI 56Z4.

86 AMI Pochette Immigrés. Coupures de presse.

87 AMI Pochette Immigrés. Coupures de presse. Le Monde du 31 décembre 1981 revient sur cette disposition défendue par Annie Marchand, adjointe au maire en charge de la jeunesse, et sur la protestation du groupe Solidarité Français-Immigrés d’Ivry-sur-Seine.

88 AMI Pochette Immigrés. Coupures de presse. Libération du 2 décembre 1980.

89 Article publié dans la revue Genèse no 45, 2001/4 p. 150-163. Consulter également [http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/10/communisme-municipal-immigration.html]. Olivier Masclet a publié en 2003 La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, préface d’Olivier Schwartz, Paris, La Dispute et « Du “bastion” au “ghetto”. Le communisme municipal en butte à l’immigration », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005/159, p. 10-25.

90 À l’exemple de la directrice de l’école mentionnée, Jeanine Cuinat-Tripoteau.

91 AMI 56Z1. Procès verbal de l’assemblée constitutive du MRAP comité local d’Ivry le 12 décembre 1978.

92 Loi Vivien du 10 juillet 1971 et, de 1970 à 1976, le « GIP insalubre » va engager des opérations de résorption de l’habitat insalubre (OPRHI) à travers le pays. Un colloque sur ce thème s’est tenu à Paris le 29 juin 2012, suivi d’un programme de recherche, lancé par le comité d’histoire du MEDDTL et coordonné par Marie-Claude Blanc-Chaléard et Thibault Tellier. Les OPRHI étudiées sont celles de l’Alma-Gare (Roubaix), de Très-Cloîtres (Grenoble), de Martigues et de Saint-Denis [http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/HorsseriehabitatinsalubleJanv2013.pdf].

93 En, 1972, un « Comité de lutte des mal-logés de Saint-Denis est formé par des maoïstes en partenariat avec le Secours Rouge pour lancer et légitimer les occupations illégales de logements (cf. Bréville, op. cit., p. 372).

94 Sur les luttes des résidents des foyers, voir Catherine Quiminal, Gens d’ici, gens d’ailleurs, Paris, Bourgois, 1991.

95 Cf. Même s’il existe un Secours rouge international depuis les années 1920, il s’agit ici d’une organisation parrainée par Jean-Paul Sartre et créée en juin 1970 en réaction à la loi « anticasseurs » votée en avril 1970. Gilles Deleuze ou Félix Guattari en seront proches. Cf. aussi, Luchère Jean, Le curé rouge, Paris, L’Harmattan, 2003.

96 Flash d’information municipale de février 1972, cité par Benoît Bréville, op. cit., p. 373.

97 La revue PSU-Documentation publie un no 16 de septembre 1970 son premier numéro spécial sur l ‘ immigration et Tribune Socialiste fait de même le 7 janvier 1971. C’est cet événement mis en scène par l’extrême-gauche (Sartre et Rocard assistent à l’enterrement) puis le gouvernement qui sert de prétexte au cabinet du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas pour lancer une « croisade » contre les taudis et l’insalubre. Il se rend en personne à Aubervilliers le 12 février 1970 pour l’annoncer aux marchands de sommeil. Pour Jean Bellanger, la mort de ces cinq immigrés reste le souvenir le plus douloureux.

98 Les textes de la circulaire Fontanet (1972) constituent le point de départ de ce nouveau répertoire d’action qu’est la grève de la faim (Siméant, 1998). à partir du 16 mai 1973 et durant 27 jours, se rassemblent dans la crypte de Notre-Dame de Ménilmontant, 40 puis 56 sans-papiers, tunisiens principalement et quelques marocains, rejoints par 22 puis 28 militants français, dans une grève de la faim. Deux « figures » de la section PSU du XXe arrondissement – Paul Oriol médecin et Guy Philippon, agrégé de maths – entameront un jeûne de solidarité. Tous sont « protégés » par le père Loubier, proche du PSU.

99 Les époux Bouziri ont été les parmi les premiers à entamer une grève de cette nature. Ils sont soutenus par un comité et des intellectuels, dont Michel Foucault. Cf. Lilian Mathieu, La double peine, histoire d’une lutte inachevée, Paris, La Dispute, 2003. Cette mobilisation va donner naissance au Comité de défense de la vie et des droits des travailleurs immigrés (CDVDTI), organisation quasi homologue du Mouvement des travailleurs algériens, rassemblant aussi bien des maoïstes que des militants d’origine chrétienne liés au PSU et à la CFDT.

100 Séverine Lacalmontie explique qu’à la fin de l’années 1980, le thème de « travailleurs immigrés et pratiques municipales » va regrouper une vingtaine de personnes militantes au sein de l’ADELS, de la FASTI et du GISTI ainsi que 10 élus PSU de 8 municipalités différentes, afin d’engager un débat sur les commissions extra-municipales d’immigrés. C’est Georges Gontcharoffet Serge Depaquit qui introduisent et présentent les expériences menées à Chatenay, Massy, Saint-Étienne, Chambéry, Bourg-en-Bresse ou encore Bertigny. En 1983, cette expérience se multipliera, par exemple à Amiens.

101 Entretien de Jean-Marie Allain avec l’auteur du 25 janvier 2008.

102 Jean Bellanger cite le nom de Françoise Grillot, ex-religieuse devenue militante du MRAP à Saint-Denis. Avec le soutien de la CGT et de la CFDT elle fut l’une des premières enseignantes de français à donner des cours aux travailleurs immigrés à la Bourse du Travail et dans les usines de Saint-Denis (Pacy, Francolor et Ugine-Acier).

103 AMI 62Z20. Pochette MRAP (1970-1979).

104 AMI 62Z20. Pochette MRAP (1970-1979). Goust s’était rapproché du noyau de résistants et de prêtres de la paroisse Sainte-Croix qui cachaient dans leurs caves des aviateurs canadiens. Il sera proche de Madeleine Delbrêl et de son équipe, et de Jean Lacan. Une partie des ces personnes formeront le comité local du MRAP. L’auteur remercie Michèle Rault de lui avoir aimablement communiqué la notice biographique qu’elle avait rédigée, voilà plusieurs années. Certains des faits mentionnés en sont extraits, d’autres proviennent de l’entretien accordé à Nathalie Viet-Depaule par Maurice Ducreux le 30 décembre 1982.

105 Les deux initiatives ne sont pas exactement concomitantes. Le projet de création de cette maison médicale expérimentale, qui devait rassembler généralistes et spécialistes, service de soins à domicile et services administratifs, fut arrêté par décision de Gérard Grandval, ministre du Travail, en 1963, s’opposant à « la création d’un autre circuit de distribution de soins ». Mais François Goust reprend ses idées dans un ouvrage publié en 1969 sous titre Médecine et urbanisation. Il présidera aussi un temps le Groupe d’études et de recherches pour une médecine moderne (GERMM). Cf. Michèle Rault, op. cit.

106 « Projet d’un centre de santé », Les Cahiers Laënnec, no 2, juin 1960. Cité par Michèle Rault.

107 AMI 62Z20. Pochette MRAP (1970-1979). À ce sujet Ducreux évoque des articles parus dans l’Aurore ou Le Figaro.

108 En 1959, François Goust et Louis Girard, tous deux médecins à Ivry, avaient été candidats sur la Liste d’Union démocratique présentée par le PSA, le parti radical et radical-socialiste, l’UDAM-RGR, le MRP et les Indépendants de Gauche. Cf. Michèle Rault, op. cit.

109 AMI dossier MRAP. Entretien de Maurice Ducreux avec Nathalie Viet-Depaule du 30 décembre 1982.

110 Cf. David C. (2002), La résorption des bidonvilles. Un nœud dans l’histoire d’une ville et de « ses » immigrés (de la fin des années 1950 à la fin des années 1970), maîtrise d’histoire, Paris 1, citée par Bréville, op. cit., p. 352. À Saint-Denis, la natalité augmente après-guerre et l’immigration se développe à mesure que la production reprend. Ainsi, entre avril et septembre 1948, plus de 600 Algériens s’installent dans la commune pour travailler dans l’industrie du bâtiment.

111 Devenu membre du conseil municipal.

112 Il s’agit du journal d’information municipal. Sur les réactions que cet organe officiel continue aujourd’hui de susciter [http://www.ivry94.fr/forum/forum71.php?msg=3584].

113 Alors également membre du conseil municipal.

114 Idem, Le Monde du 1er janvier 1981 titre : « Les maires communistes de la Seine-Saint-Denis réclament la suppression des ghettos dans les communes les plus pauvres. »

115 AMI. Pochette Immigrés. Coupures de presse. Le Monde du 30 décembre 1980.

116 Propos rapportés dans un article du Monde du 1er janvier 1981.

117 AMI 84Z6. Entretien retranscrit avec Maurice Ducreux du 21 décembre 1982.

118 AMI. Pochette Immigrés. Coupures de presse.

119 AMI 84Z6. Entretien retranscrit avec Maurice Ducreux du 21 décembre 1982.

120 Né le 15 mai 1945, Michel Lavergne devient conseiller municipal communiste en mars 1977. Il fut réélu les 6 mars 1983 et 12 mars 1989.

121 Jean-Claude Fouqueau était responsable de la communication de la ville d’Ivry.

122 Maurice Ducreux songe à cette date à quitter Ivry soit pour Roubaix soit, finalement, pour Grenoble après avoir traversé des moments pénibles sur un plan professionnel (cf. chapitre IV). L’ensemble de ces faits peuvent expliquer l’état d’esprit dans lequel il semble se trouver et la lassitude qui perce sous ses propos.

123 La loi du 10 juillet 1975 permettait effectivement aux immigrés d’être élus comme représentants des salariés dans l’entreprise.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search