Version classiqueVersion mobile

La Radio en langue bretonne

 | 
Ronan Calvez

Troisième mouvement. Testaments

Chapitre V : Le Canon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 2 P.J. Hélias, Le quêteur…, op. cit., p. 293.

Je rage quand je pense que Roparz Hémon, animateur de l’excellente revue Gwalarn (Nord Ouest) et qui a eu bien des mérites d’autre part, est allé jusqu’à dire qu’il fallait « laisser les folkloristes folkloriser » sans leur accorder d’importance. Ainsi, cet agrégé de l’Université confessait il son ignorance. À quoi il m’a fallu répondre, à l’époque, qu’il fallait « laisser les hémonistes hémoniser ». Nous avions tort tous les deux, mais lui plu que moi, je le maintiens.
Pierre-Jakez Hélias2

  • 3 Cf. Anton Le Dantec, « Histoire contemporaine. Comment la mémoire de Roparz Hemon a été salie par (...)

1À première vue, et le canon le veut, tout oppose Roparz Hemon et PierreJakez Hélias3.

  • 4 Cf. OuestFrance des 2425 octobre 1998 ; Bretagne Info, n° 86, 26 juin 1998…
  • 5 Cf. Les photos publiées dans Dalc’homp soñj, automne 1988, op. cit., p. 615 ainsi que les photos p (...)
  • 6 Cf. la photo de couverture de son ouvrage Les autres et les miens (Plon, 1977) sur laquelle il fum (...)
  • 7 Cf. les photos qui illustrent les numéros de Ouest France et du Télégramme annonçant sa mort.
  • 8 Cf. la photo de couverture du numéro de Skol Vreizh qui lui est consacré (n° 36, 1997).

2Cette différence entre les deux personnages se laisse voir dans les photographies ou dans l’iconographie connues des deux hommes. Toujours cravaté, Roparz Hemon est souvent représenté la pipe à la bouche, et la main à la pipe4. Il a presque toujours l’air grave5. PierreJakez Hélias peut être aussi représenté l’air sérieux6, cependant, beaucoup de photos montrent un homme souriant7, voire jovial8.

3L’opposition est aussi de nature et de culture.

.

  • 9 Cf. N. Blanchard, Leo Weisgerber und die Bretagne, op. cit., p. 4748.
  • 10 Il appartient à la Propaganda abteilung qui dépend de la Wehrmacht. Cf. supra.
  • 11 MA Freiburg, Akte RW 35/217, Bl. 201206. Ce rapport est publié en annexe dans le mémoire de N. Bla (...)

4Le dirigeant de la radio bretonne, c’est le Sonderführer Weisgerber. En juillet 1940, recruté par Werner Best, chef de l’administration de guerre à Paris, il reçoit pour mission d’entrer en contact avec le mouvement culturel breton9. Fin septembre, il est nommé par les autorités militaires à la tête du poste de Rennes Bretagne10. Dans un long rapport adressé en mai 1941 à ses supérieurs hiérarchiques, il dit avoir effectué un voyage en Bretagne, en septembreoctobre 1940, afin de savoir s’il y avait suffisamment de matière pour des émissions radiophoniques11. C’est lui aussi qui vient chercher Roparz Hemon afin qu’il prenne la tête des programmes en breton. C’est chose faite en juillet 1941. Pendant toute la période de la guerre, il continue à assurer ses cours à Marburg, puis, à partir de 1942 à Bonn, et il vient quelques jours par mois en Bretagne, pour le compte des autorités militaires.

  • 12 MA Freiburg, Akte RW 35/217, Bl. 201206. Cf. N. Blanchard, op. cit., p. 116117.
  • 13 Cf. N. Blanchard, op. cit., p. 20.
  • 14 Il théorise cela en 1940 dans un ouvrage publié chez Niemeyer, intitulé : Das Bretonentum nach Rau (...)

5La nature des programmes radiophoniques de RennesBretagne, c’est Weisgerber luimême qui l’explique dans le rapport précité. Il écrit qu’il doit louvoyer entre différentes aspirations : il doit à la fois ménager Vichy, et satisfaire les aspirations de l’élite bretonne. Et de la sorte, favoriser le Reich, car il écrit que, au sein de l’élite bretonne, s’instaure une reconnaissance certaine visàvis de l’Allemagne qui, à la différence de la France, a su mettre en place des programmes bretons à la radio12. L’objectif est donc de renforcer, par des émissions culturelles, « l’idée bretonne » au sein de la population. Sa description du contenu des programmes montre bien que le rôle de la radio doit être de mettre en lumière et d’illustrer la nature originale et originelle de la Bretagne. Or cette nature est celtique. Car, pour Weisgerber, la radio est un moyen de faire des travaux pratiques et de confronter ses théories à la réalité. En effet, selon le linguiste allemand, forment un peuple les gens qui appartiennent à la même communauté linguistique et à la même communauté raciale13. Dans le cas de la Bretagne, il doit modifier sa pensée car il y a une pierre d’achoppement : la dualité linguistique. Il garde les mêmes critères mais modifie l’ordre : ce qui compte en Bretagne, c’est l’origine et l’histoire commune, c’estàdire la nature celtique14. C’est la « celtitude » qui transcende les différences entre la Basse et la HauteBretagne, entre le pays bretonnant et le pays gallo, et c’est cette celtitude qui explique, pour Weisgerber, la résistance de la Bretagne à l’intégration à la France : sciemment, il introduit une logique de conflit dans les rapports entre Bretagne et France. C’est donc cette celtitude, quelque peu en sommeil, qu’il faut réveiller, et la radio est, selon lui, un bon moyen de le faire. Le Sonderführer Weisgerber a, pendant la guerre, une mission à accomplir. Son armée des ondes va s’efforcer, grâce à des émissions culturelles, de raviver le feu mourant, de soigner la plante en dégénérescence. Mais le résultat concret de cette politique culturelle sera différent de l’objectif sans doute visé, à savoir la renaissance de la Bretagne et sa convocation dans le ban des Nations de l’Europe Nouvelle : dans cette Europe Nouvelle, ce qu’on verra apparaître, c’est la Pangée. Cette différence entre l’objectif caressé et le but obtenu tient à une raison toute simple : les émissions de radio ne sont pas faites pour le peuple bretonnant car on y pratique une langue et on y aborde des sujets qui n’ont rien de populaire et, de surcroît, elles sont inaudibles en BasseBretagne. On peut même se demander s’il pouvait vraiment en être autrement : il fallait que ces émissions soient réalisées le plus loin possible de la Bretagne à laquelle elles prétendaient s’adresser, qu’elles émettent dans un domaine qui soit le plus virtuel possible. Ce fut Rennes parce que l’émetteur s’y trouvait. Nantes aurait aussi bien fait l’affaire, Quimper beaucoup moins. Car la Pangée, ce n’est pas la Bretagne, et les émissions de Roparz Hemon, qui forment la voix de la Pangée, n’ont pas grandchose à voir avec la Bretagne des années de guerre prêtant l’oreille à la voix de Londres.

6Enfin, une autre idée, développée par Weisgerber, n’a certainement pas été sans influencer les cadres de son armée des ondes. En effet, c’est la langue qui détermine la vision du monde de la communauté linguistique. Donc, les mots étrangers nuisent à une vision du monde intégrale et naturelle : il ne faut pas de vers dans la plante, sinon elle dépérit et elle meurt. Il ne faut pas de mots français dans la langue bretonne, sinon la vision bretonne du monde s’en trouve abâtardie et appauvrie. Il n’est donc pas étonnant non plus que la poussée puriste aboutisse, pendant la guerre, à la création d’une nouvelle orthographe raisonnée et unique, ainsi que la mise en place – ce sont les acteurs euxmêmes qui le soulignent – d’une nouvelle langue, le « roazhoneg ».

7On voit de la sorte de quel poids pèse la pensée de Weisgerber sur la radio, et la clé de compréhension qu’elle offre des programmes radiophoniques que j’ai définis comme pangéens. Elle permet aussi de mesurer la distance qui sépare le fondement des émissions de Roparz Hemon de celles de Pierre Hélias.

  • 15 Cf. André-Jean Tudesq, « L’audience de la radiodiffusion sous la IVe République », Mélanges en hom (...)
  • 16 Cf. A.J. Tudesq, ibidem, p. 834835. La demiheure bretonne fut diffusée le samedi soir à 20 heures (...)
  • 17 Cf. A.J. Tudesq, ibid., 1983, p. 845.
  • 18 Cf. AnneMarie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française (...)

8En effet, en opposition totale avec les émissions rennaises de la guerre, ce qui prime avec celles d’Hélias, c’est qu’elles ne sont audibles qu’en BasseBretagne. L’émission est conçue pour les BasBretons et pour eux uniquement. C’est donc l’audience, en premier lieu, qui sépare les deux séries. Avec le public qui était visé, les programmes d’Hélias auraientils pu être autres que ce qu’ils ont été ? Il faut ajouter que l’aprèsguerre est bien plus favorable que la période de la guerre pour obtenir une émission à large diffusion : la radio se démocratise et touche toutes les catégories de population. Le nombre de postes récepteurs déclarés passe d’environ 5346000 en 1945 à environ 10199000 en 195815. De même, l’horaire du programme breton est extrêmement favorable puisque, jusqu’à la fin de la IVe République, on écoute la radio principalement vers 20 heures. Le deuxième temps de forte écoute se place autour de 13 heures – de 50 à 60 % des postes récepteurs sont allumés à cette heure –, surtout le dimanche16. Enfin, le style qu’Hélias confère à son programme correspond à ce que les auditeurs recherchent à l’époque : la radio est le premier moyen d’information mais c’est aussi et surtout une source de distraction17. Cependant, la mise en lumière de ces contingences techniques et matérielles ne suffit pas à expliquer la nature des émissions d’Hélias. Un élément important doit être souligné : la folklorisation de la société d’après guerre en France et tout particulièrement en Bretagne. Dans les décennies d’après guerre, le régionalisme culturel reste très vivace et ce malgré la concurrence du modèle américain qui se répand très largement. Durant les années cinquante et soixante, les groupes folkloriques se développent considérablement, ainsi que les organisations éducatives et sportives de la jeunesse. Beaucoup des animateurs et des cadres de ces différents mouvements ont été formés dans les organisations des années trente ou dans celles de Vichy18.

  • 19 Cf. A.M. Thiesse, La création des identités nationales…, op. cit., p. 275279. Le marxisme et la qu (...)
  • 20 Cf. E. Hobsbawm, Nations et nationalisme…, op. cit., p. 213.
  • 21 Cf. « Les petites langues d’Europe », Ar Falz, n° 2, avrilmai 1955, p. 52. Cf. aussi, par exemple, (...)
  • 22 « Ar brezoneg hag ar feiz a zo breur ha c’hoar e Breiz ».
  • 23 « Foi et Bretagne ».
  • 24 Pour la période de la guerre, cf. « Sauvons le breton ! », La Semaine Religieuse de Quimper et de (...)
  • 25 Cf. M. Nicolas, Histoire du mouvement breton…, op. cit., p. 8789.
  • 26 Yannig Guin, appliquant les théories de Gramsci à la situation bretonne, parle du « parti agraire (...)
  • 27 Cf. Gérard Miller, Les pousse au jouir du maréchal Pétain, Paris, Seuil, 1988, (Le Livre de Poche)

9On l’a vu, Pierre Hélias se produit en Jakez lors de manifestations laïques, aux côtés de groupes folkloriques qui sont surtout des émanations du PCF. Mais cette folklorisation dépasse les clivages politiques : la Bretagne blanche voit éclore autant de cercles celtiques que la rouge. Le symbole de ce vaste mouvement, c’est la création en 1953 d’Emgleo Breiz : cette Fondation Culturelle Bretonne – tel est son nom en français – regroupe une fédération des cercles celtiques (Kendalc’h), une association culturelle catholique (le BleunBrug), l’association des étudiants bretons (la Jeunesse Étudiante Bretonne), ainsi que l’association des enseignants laïques de gauche, proches du PCF, favorables à l’enseignement du breton (Ar Falz). Cette alliance, qui paraît contre nature fonctionne pourtant. Elle regroupe, d’une part, des partisans déclarés du modèle communiste, et d’autre part, à côté de sonneurs, de danseurs et d’étudiants théoriquement neutres, une proportion notable de membres du clergé, ainsi que des militants catholiques. Les partisans du modèle communiste – le PCF connaît après la guerre une ascension fulgurante – ont à l’esprit les grandes fêtes de la moisson présentées aux camarades de l’Ouest par la propagande stalinienne ou par les autres pays du bloc communiste19. Le régime communiste avait entrepris de créer des nations20, et de promouvoir l’enseignement et la littérature des petites langues : pour les rédacteurs d’Ar Falz, cette politique linguistique était un exemple à suivre… du moins à méditer21. Dans les rangs d’Emgleo Breiz, se presse aussi l’important bataillon catholique d’une Bretagne qui, à l’époque, est encore très influencée par l’Église. C’est ainsi que les continuateurs de la pensée catholique et bretonne de l’abbé Perrot, fondateur du BleunBrug, tué en 1943 par la résistance communiste, cohabitent dans Emgleo Breiz avec des communistes. Les prêtres et les catholiques qui composent cette branche sont les descendants du modèle, mis en place par l’Église au XIXe siècle : « Le breton et la foi sont frère et sœur en Bretagne22. » Ce slogan sera illustré par Feiz ha Breiz23, le premier hebdomadaire en breton du XIXe siècle (18651884). Au XXe siècle, c’est le nouveau Feiz ha Breiz qui reprend le flambeau. Cependant, cet adage est loin d’être cantonné aux seules publications en breton : il forme la ligne officielle de l’évêché de Quimper, puisque l’on en retrouve constamment l’expression dans la Semaine Religieuse de Quimper et de Léon24. Ces militants visent à faire perdurer les liens entre Église, garante de la foi, et peuple paysan, gardien de la langue25. Ils forment la droite catholique ancrée dans les campagnes bretonnes26 et les parentés intellectuelles sont à chercher du côté d’un discours pétainiste relativement bien accueilli par les hautes sphères de l’Église gallicane… et donc bretonne27.

  • 28 Cf. Pierre Nora, « Gaullistes et communistes », Les lieux de mémoire. – III. Les France – 1. Confl (...)
  • 29 Cf. Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patri (...)

10Paradoxalement, l’alliance contre nature dont il a été parlé plus haut n’est pas tellement surprenante. Les militants de ces deux branches, la rouge et la blanche, sont animés par une même esthétique de la masse : d’un côté, le Parti et les classes laborieuses, de l’autre, le berger et le troupeau28. De même, dans l’un et l’autre camp, le rouge et le blanc, le haut est légitimé par le bas. Enfin, il y a un autre élément important : les acteurs de ces mouvements, Hélias le tout premier, sont des enfants de l’école républicaine. Sous la IIIe République, les identités locales sont mises en scène au travers d’œuvres littéraires et artistiques, de commémorations et de fêtes. Dans toute la France, l’école primaire véhicule une synthèse de ce discours qui dit, en substance, que la petite et la grande Patrie sont indissolublement liées : pour les hussards noirs, l’appartenance à la grande devait être assurément facilitée par l’amour de la petite29. Il faut ajouter que, dans les années cinquante, ont été édités des manuels scolaires identiques à ceux de l’entre deux guerres dans lesquels la région était mise à l’honneur… Lorsque ce n’étaient pas les mêmes manuels qui restaient en usage.

  • 30 Cf. le récit de cette création par P.J. Hélias dans son Quêteur, p. 290 sq.

11C’est dans cet univers « régionaliste » que Pierre Hélias lui même a baigné, durant son enfance, pendant une bonne partie de sa formation intellectuelle, dans l’exercice de son métier et dans ses activités extrascolaires de l’après guerre : la radio, la présidence d’Ar Falz, la création des Fêtes de Cornouaille en 194930… L’influence de cet univers régionaliste n’a pas fait, à lui tout seul, de Pierre Hélias un amoureux de la langue, mais il peut expliquer, je crois, son attachement déclaré au peuple et à son folklore. Et c’est là la deuxième différence entre les deux hommes de radio que je dois mettre en lumière : à qui parlent-ils ? Quelle a été la fonction de ces émissions pour nos deux producteurs ?

.

  • 31 Cf. Yann Bouëssel du Bourg, « Roparz Hemon et les écrivains de Gwalarn », op. cit. Dans son interp (...)

12J’ai déjà dit que Roparz Hemon est un mythe. Il est même plus que cela. Dans un texte cité plus haut, on a lu les mots de « géant », de « consécration totale et religieuse », de « saint », de « moine », et enfin de « héros31 ». C’est beaucoup pour un seul homme, certes, mais je vais rester dans le domaine religieux, et préférer le terme de « messie ».

13Durant la période de la guerre, c’est à la naissance d’un nouveau monde qu’on assiste. La radio est la voix de la Pangée : il est impossible de dissocier l’une – la voix – de l’autre – la Pangée. La lecture des journaux bretons publiés pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que le contenu de certains programmes de la radio, ne manquent pas de surprendre : on y relève notamment une virulence, voire une violence rhétoriques très fortes. Sont insultés ou tournés en ridicule les Français, les autorités académiques ou administratives, mais aussi les Anglais, les Juifs et enfin, les Bretons eux-mêmes. La plupart de ces propos, on peut les lire dès avant la guerre : ce n’est donc pas elle qui est à l’origine de cette violence mais, ces années d’occupation lui donnent un relief tout autre.

14Gwalarn et Arvor, L’Heure Bretonne et le PNB, l’Institut Celtique et la radio : lorsque l’on prend connaissance de ce qui est exprimé sous une forme ou sous une autre par ces organisations, on se rend tout de suite compte que les passerelles qui mènent de la rive du mouvement culturel à celle du mouvement politique sont empruntées assidûment dans les deux sens ; on retrouve les mêmes acteurs, notamment pour ce qui est des acteurs bretonnants. Ces réalisations permettent d’abolir une frontière, celle qui séparait, depuis 1925, le domaine du rêve, tel qu’il s’exprimait dans les manifestations littéraires et idéologiques naviguant sous pavillon Gwalarn, et le domaine de la réalisation : à partir de novembre 1940, on peut passer aux travaux pratiques. En 1940, la Pangée peut enfin émerger, le schéma idéologique est prêt depuis quinze ans, on passe maintenant à la réalisation, on passe de « l’autre côté du miroir ». Pour le mouvement breton, c’est une reconnaissance inespérée – reconnaissance qui est le fait des Allemands, puisque les Français en étaient incapables. C’est même plus que cela. En mai 1943, l’Institut Celtique tient congrès… au parlement de Bretagne. Rennes, c’est la capitale de la Pangée. Dans Arvor, sous une photo de la poste rennaise, on lit cette légende :

  • 32 Arvor, n°163,5mars1944, p. 1. Dans l’imaginaire pangéen, la poste rennaise renvoie aussi certainem (...)

« Roazhon, kêrbenn ar brezhoneg
Ti-Post Roazhon. Alese eo e sav bep abardaez mouezh vrezhonek paotred Radio “Roazhon Breizh”.

Rennes, capitale de la langue bretonne
La Poste de Rennes. C’est d’ici que s’élève tous les soirs la voix bretonne des gars de Radio “Rennes-Bretagne”32. »

  • 33 G. Connan, » Un grand Congrès », L’Heure Bretonne, n°149, 30 mai 1943, p.2.
  • 34 Pseudonyme de Ronan de la Poix de Fréminville.
  • 35 Jean Merrien, » Une langue de citoyens français : le breton », la Nouvelle Revue Française, 29e an (...)

15Dans une recension, L’Heure Bretonne définit l’Institut Celtique comme « une sorte d’État breton légal de fait dans l’État légal français33 ». Le gouvernement de la Pangée, c’est l’Institut Celtique. Le chef du gouvernement, c’est, bien entendu, son directeur, Roparz Hemon. C’est lui que l’on retrouve au centre de toutes les activités : son poste de directeur de l’Institut Celtique lui procure un pouvoir qui pour n’être que symbolique, a une signification interne puissante. De surcroît, en tant que créateur de Gwalarn –qui est à l’origine –, Roparz Hemon bénéficie d’un rayonnement indiscutable et, à présent, en tant que directeur des programmes en langue bretonne, il incarne la modernité. C’est, en substance, ce qu’écrit Jean Merrien34enaoût1941, dans un article pour la Nouvelle Revue Française. Il y présente « Une langue de citoyens français : le breton35 » ; et notamment sa littérature :

  • 36 J. Merrien, ibidem, p. 175176.

« Mais, surtout, en1925, se produisit un événement capital pour la littérature bretonne : la parution de la revue Gwalarn (Nord Ouest), dirigée par Roparz Hémon, autour de la quelle se groupa une pléiade d’écrivains, pleins de tempérament, et en possession d’une langue chaque jour mieux épurée.
Car cette dernière donnée est la clef de cette réussite : en Roparz Hémon, notre langue trouve un chef–on ne disait pas encore un Führer, mais le mot serait plus juste. Bien des langues auraient gagné à en posséder un36. »

  • 37 Cf. Tin Gariou, » Gouzout senti/Savoir obéir », L’Heure Bretonne, n°100, 13 juin 1942, p.1.
  • 38 Cf. Roparz Hemon, « 192519501975 », Al Liamm, n°20, mai juin 1950, p. 3031. De nos jours,

16Le nouveau Führer a su obtenir la confiance et l’obéissance des troupes bretonnes militantes. Youenn Drezen, alias Tin Gariou, était présent au congrèsdu7 juin 1942 qui voit l’élection de Roparz Hemon au poste de directeur de l’Institut. Il a bien senti que le public était fort varié mais il a compris ce qui l’unissait : « ar garantez da Vreiz/l’amour de la Bretagne ». Animés par leur patriotisme, ces Bretons ont accepté de plier, de pleingré, devant un maître choisi par eux, de jurer au fond du cœur de lui obéir37. Cet » Étatdansl’État » dirigé par Roparz Hemon s’est, en plus d’émissions de radio, doté d’une orthographe nouvelle, grâce à laquelle la langue bretonne a tous les titres pour devenir une » langue d’État ».Ce sont les termes employés par Roparz Hemon lui même, bien plus tard, en 1950, après son procès, de puis son exil irlandais : à la faveur d’un raccourci historique sur l’évolution de la langue bretonne depuis 1925, il affirme qu’à compter de 1941, la Bretagne s’est dotée d’une langue d’État, le symbole de l’accession à ce nouveau statuté tant pour lui l’unification orthographique du 8 juillet1 94138. Pendant l’Occupation, l’objectif est de rebretonniser la Bretagne, c’est l’obligation des bretonnants, « Kefridi ar vrezhonegerien » :

  • 39 Dans le numéro du 17 mai 1942, Roparz Hemon avait menacé de quitter le Framm s’il ne bretonnait pa (...)
  • 40 « Kefridi ar vrezhonegerien/L’obligation des bretonnants », Arvor, n°74, 7 juin 1942, 1re page. R. (...)

« Breizh n’he deus nemet ur yezh : ar brezhoneg. Ar galleg n’eo nemet ur yezh estren. Daoust ma vez graet ha ma vezo graet c’hoazh gant ar galleg en hon touez, harluañ ar galleg eo hor pal. Keit ha ma chomo ur galleger en hor bro, e vezo unan a re.
Setu perak e tleomp en hor buhez, war bep tachenn eus hor buhez, ober gant ar brezhoneg. Un dlead eo evit ar c’hallegerien endeun : o c’hefridi eo deskiñ o gwir yezh hag hec’h implij kerkent ha desket.
Petra soñjal neuze eus ar vrezhonegerien o deus an eurvad da c’houzout yezh o bro, hag a ra gant ar galleg, pa n’eus ket ezhomm zoken ? Stank int kouls-koude etouez an dud vunut. A zo souezhusoc’h stank int betek etouez hor skrivagnerien vrezhonek.
Adal ma ran wardro ar Framm Keltiek em eus merzet, splannoc’h eget biskoazh pegen aes e vezomp touellet gant ar galleg. Gwelet hon eus, ha gwelout a reomp bemdez, brezhonegerien ampart, war zigarez pe zigarez, o saotrañ o fluenn gant gallegachoù.
Ur c’holl amzer eo. Gwashoc’h eget ur c’holl amzer : un taol ganas. N’eo ket gant skridoù gallek e vo saveteet Breizh.
Ma tle ar Framm Keltiek pellaat ar re wellañ ac’hanomp diouzh o c’hefridi vras, adsevel spered Breizh dre he yezh, ra vo diskaret ar Framm Keltiek. Hogen, ha ret eo teurel ar si war ar Framm ? Ne gredan ket. Ganeomp emañ ar si, ha nann gantañ. Ebarzh pep kevrenn eus ar Framm, den ne vir ouzh ar vrezhonegerien d’en em vodañ, d’en em harpañ. Ar c’hallegerien, ma ne zeskont ket awalc’h a vrezhoneg da lenn hor skridoù, ne dalvezont mann. Kendalc’homp gant hon hent, ha lezomp i a gostez.
Gouzout a ouzon e vo klevet va galvadenn. Gouzout a ouzon o devo, abred pe ziwezat, ar re a foran amzer o skoazellañ enklaskou ha labourioù graet e galleg keuz ha mezh diwar gementse. Brezhoneg dreholl ! Brezhoneg hepken ! Hep Brezhoneg n’eus ket aVreizh !

La Bretagne n’a qu’une langue : le breton. Le français n’est qu’une langue étrangère. Bien que le français soit en usage parmi nous, et qu’il soit appelé à l’être encore, notre but c’est de bannir le français. Tant qu’il restera dans notre pays quelqu’un qui parle le français, c’en sera un de trop.
Voilà pourquoi nous devons utiliser le breton dans notre vie, dans tous les domaines de notre vie. C’est un devoir pour les francisants précisément : leur obligation, c’est d’apprendre leur vraie langue et, aussitôt apprise, de l’employer.
Que penser, alors, des bretonnants qui ont le bonheur de connaître la langue de leur pays, et qui utilisent le français, même quand ce n’est pas nécessaire ? Ils sont nombreux parmi les petites gens. Ce qui est plus étonnant, c’est qu’ils sont nombreux, y compris jusque dans le milieu des écrivains bretonnants.
Depuis que je m’occupe de l’Institut Celtique, j’ai remarqué, plus clairement que jamais, combien nous sommes aisément trompés par le français. Nous avons vu et nous voyons tous les jours des bretonnants exercés qui, sous tel ou tel prétexte, salissent leur plume à écrire des franchouilleries.
C’est une perte de temps. Pis qu’une perte de temps : une trahison. Ce n’est pas par des écrits en français que l’on sauvera la Bretagne.
Si l’Institut Celtique doit éloigner les meilleurs d’entre nous de leur obligation suprême, qui est de relever l’esprit de la Bretagne à l’aide de sa langue, que soit jeté bas l’Institut Celtique39. Mais faut-il en faire le grief à l’Institut Celtique ? Je ne le crois pas. C’est nous qui méritons le reproche et non pas l’Institut. Dans chaque section de l’Institut Celtique, nul n’empêche les bretonnants de se grouper, de s’épauler. Les francisants ? S’ils n’apprennent pas assez de breton pour lire nos écrits, ils ne valent rien. Continuons notre chemin et laissons les à l’écart.
Je sais fort bien que mon appel sera entendu. Je sais fort bien que tôt ou tard ceux qui perdent leur temps à participer à des enquêtes ou à des travaux réalisés en français retireront de tout ce la regret et honte. Dubreton partout ! Rien que du breton ! Sans langue bretonne, il n’y a pas de Bretagne40 ! »

  • 41 Rennes Bretagne diffusait aussi des programmes en gallo, mais hors du domaine contrôlé par Roparz (...)
  • 42 Arrêté du 12 décembre 1941, connu sous le nom d’arrêté Carcopino.

17Donc, la Haute Bretagne aussi devra parler breton41.Ces propos idéologiques, sur fond de jacobinisme bretonne s’apparentent en rien à un délire inoffensif : ils sont tenus par un homme que menait une volonté de fer, et qui prétendait, lui, tout seul, organiser la conquête des esprits. Mais, Roparz Hemon ne fut pas en possession de moyens logistiques suffisamment importants. Il disposa néanmoins de quelques pouvoirs symboliques : les émissions de radio, Arvor et l’Institut Celtique ; il convient aussi de mentionner l’autorisation accordée par le ministre Carcopino42 d’enseigner, de manière facultative, les parlers locaux au sein des écoles primaires.

18Un gouvernement, une capitale, un chef, une langue. Un pays neuf. Voici ce que proclame le chef de la Pangée, le 31 décembre 1942, dans une causerie radiodiffusée sur l’Institut Celtique. Selon lui, cet organisme ne doit passe contenter de rassembler et de classer les études qui lui ont été envoyées.

  • 43 R. Hemon, « Ar Framm Keltiek/L’Institut Celtique », diffusée le 31 décembre 1942, publiée dans le (...)

« N’eo ket ar Framm Keltiek un ensavadur evel ar re all, o vezañ n’eo ket Breizh ur vro evel ar re all. Ur vro nevez eo hon hini, enni hogozik pep tra da grouiñ e sell warc’hoazh.
L’Institut Celtique n’est pas une institution comme les autres, étant donné que la Bretagne n’est pas un pays comme les autres. C’est un pays neuf que le nôtre, dans lequel presque tout reste à construire en prévision
De demain43. »

19Un pays neuf : c’est dans ce cadre idéologique qu’il faut lire la production en langue bretonne de la période de la guerre. Cette production est un discours, et ce discours fonde un lien social : tous les bretonnants qui écrivent dans ces différents journaux se connaissent et se lisent, s’apprécient ou se détestent. C’est une vie nouvelle qui éclôt :

  • 44 R.Hemon, » Youenn Drezen (14 Gwengolo 1899-15 C’hwevrer 1972) », Al Liamm, n°151, Meurzh-Ebrel 197 (...)

« Ar pevar bloazse, 19401944, a zo bet frouezhus e buhez speredel koulz hag e buhez politikel hor bro. E Roazhon en em gavas dastumet un darn vat eus hor skrivagnerien, tud a oadetre ha tud yaouank, hag e voe krouet un dra dianav e Breizh betek neuze, ur greizenn lennegel en ur gêr vras, gant skolioù, ensavadurioù, kelaouennoù, ur c’haslec’hskingomz, ha, – pezh a zo rekis ivez,
– kafedioù. Drezen ne voe ket an hini diwezhañ da [sic]gemer perzh er vuhezse ha da reiñ dezhi lañs. Gouzout a raemp ervat e vevemp war ur meneztan prest da darzhañ ha d’hol lonkañ holl. Ha ne rae nemet hor broudañ da labourat keit ha ma oa amzer.

Ces quatre années-là, 1940-1944, ont été profitables à la vie intellectuelle autant qu’à la vie politique de notre pays. À Rennes, se trouvèrent rassemblés une bonne part de nos écrivains, des adultes et de jeunes gens, et on mit sur pied une réalité inconnue en Bretagne jusqu’alors, un centre littéraire dans une grande ville, avec des écoles, des organisations, des revues, un émetteur radiophonique, et – ce qui est nécessaire aussi, – des cafés. Le Drézen ne fut pas le dernier à prendre part à cette vie-là et à l’animer. Nous savions pourtant que nous vivions sur un volcan prêt à entrer en éruption et à nous engloutir tous. Et cette perspective ne faisait que nous stimuler à travailler tant qu’il y avait du temps44. »

20Les écrits de cette période, au même titre que les émissions bretonnes de la radio, ont une fonction bien précise, et il n’est, pour s’en persuader, que de prendre connaissance de la violence qui éclate dans certains d’entre eux. Elle s’exprime de trois façons différentes.

  • 45 Cf. Tin Gariou, » Ar wirionez !… Dirak dismantrou Roazon/La vérité !…Devant les ruines de Rennes » (...)
  • 46 Cf. Skarzh, » Ur vezh ruz ! Quelle honte ! », Arvor, n°102,20 décembre 1942, p.1. Skarzh, qui pour (...)
  • 47 On estime le tirage entre 25 000 et 35 000 exemplaires.
  • 48 L’Heure Bretonne, n° 114, 19 septembre 1942, p. 1.

21En premier lieu, il y a la violence envers « l’autre » : le Français, le Juif, l’Anglais. Les Anglais, par exemple, sont des lâches : la preuve en est les bombardements aveugles dont ils pilonnent les villes bretonnes. Du bétail, voilà ce que sont les valets de Roosevelt aussi bien que ceux de Churchill45. Cette violence permet de se définir : si j’écris que l’Anglais est pleutre, cela laisse entendre que moi je ne le suis pas. Ces propos anti-anglais, qui vont souvent de pair avec des allusions antisémites, on les trouve aussi exprimés avec clarté dans l’organe politique de la nouvelle culture, L’Heure Bretonne. Par contre, ils sont nettement plus édulcorés, voire inexistants, dans les journaux ou les revues culturelles comme Gwalarn etArvor. À l’inverse, la production de textes anti-français est partagée entre tous ces organes. Les Français, ce sont les fonctionnaires, ce sont les Méditerranéens, les Mokos, ceux qui profitent du labeur des Bretons46. Mais, les Français, ce sont surtout les membres d’un autre peuple, qui est tout ce que l’on veut sauf nordique, comme l’est le peuple breton. Cette idée d’un peuple breton nordique, donc aryen, apparaît dès avant la Deuxième Guerre mondiale dans des écrits qui connaissent nécessairement une diffusion restreinte. Il en va tout autrement durant l’Occupation, avec un hebdomadaire comme L’Heure Bretonne dont on peut dire que le tirage est celui d’un journal populaire47. En septembre 1942, cet hebdomadaire lance une initiative très originale : le « Grand Concours du Moco (5.000 frs de prix) », qui invite les lecteurs à fournir « la liste la plus complète possible de fonctionnaires ou notabilités mocos, de quelque juridiction qu’ils relèvent, établis en Bretagne ». Que faut-il entendre par Mocos ? « Nous entendons par Mocos, toutes les personnes nées hors de Bretagne, de père ou de mère non-Bretons48. » Les buts de ce concours si ludique sont affichés clairement quelques numéros plus loin :

  • 49 L’Heure Bretonne, n° 117, 10 octobre 1942, p. 2. C’est l’auteur de l’article qui souligne.

« Il faut nous aider à dresser l’état de tous ceux dont nous n’avons pas besoin en Bretagne et qui tiennent chez nous la place d’un Breton. […] Nous faisons, évidemment, une différence entre ces personnes compréhensives et les autres. Mais leurs sentiments si sympathiques soient-ils – et comme par hasard, il n’y eut jamais tant de Mocos à nous déclarer leur sympathie – ne doivent pas faire oublier que nous voulons : La Bretagne aux Bretons. C’est une question de principe49. »

  • 50 Dans les archives du procès de Louis Nemo se trouve une lettre de Kerverziou à Caouissin, datée
  • 51 Pendaran, « Le breton, porte d’un monde », Arvor, n° 7, 16 février 1941, p. 1.

22L’idée d’un peuple breton nordique est largement reprise par cette publication, entre autres, mais aussi par d’autres feuilles, culturelles ou politiques : elle est devenue une idée reçue, un véritable postulat, qui appartient au fondement de l’idéologie pangéenne et qui, de ce seul fait, ne se discute pas. En voici quelques exemples, dus à la plume de Roparz Hemon dans Arvor, sous le pseudonyme de Pendaran50. Dans un article intitulé « Le breton, porte d’un monde51 », il explique l’intérêt que présente l’étude du breton : c’est la découverte d’un « monde étrange, et familier cependant, car à chaque pas, le Breton s’y rencontre lui-même ». Suivent ces réflexions :

« Nous sommes les descendants d’un grand peuple qui régna en maître sur la majeure partie de l’Europe ; à l’extrême occident du monde, nos ancêtres surent conserver, développer et enrichir leur civilisation; ils créèrent une abondante littérature, dont une partie s’est perdue, mais qui, même mutilée est comparable aux littératures des autres peuples aryens. Pour nous, elle est plus belle, plus compréhensible, plus conforme à notre esprit, plus chargée d’exemples et de sagesse. »

  • 52 27 avril 1941

23Pour préserver cette langue bretonne, « si nécessaire à l’avenir de notre race », Pendaran propose une solution : son enseignement, « porte d’un monde de science et de culture ». Cette « thèse », écrit-il, « est dans la ligne de l’évolution générale, qui veut que chaque race vigoureuse rejette tôt ou tard une culture artificiellement imposée pour suivre son inspiration séculaire, pour retrouver son âme ». Dans le numéro 17 d’Arvor52, Pendaran lance, dans un article intitulé « Échéance au 15 juin », un ultimatum au gouvernement de Vichy : la langue bretonne doit être admise aux examens et introduite par le gouvernement de Vichy au sein de l’école. Si rien n’est fait, la lutte culturelle commencera en Bretagne. Roparz Hemon menace. « C’est en vain que certains cherchent à nous cacher que la Troisième République est morte et qu’une Europe nouvelle s’organise. » Le 25 mai 1941, Pendaran récidive dans un article, « Le combat pour “Arvor” », remarquable notamment par ses accents guerriers :

  • 53 Pendaran, « Le combat pour “Arvor” », Arvor, n° 21, 25 mai 1941.

« Quoi qu’il arrive, quel que soit le statut politique de la Bretagne future, cette langue et cette culture grandiront. Dans la nouvelle Europe, notre petit peuple nordique se développera selon ses traditions et son génie propre. Il n’aura plus à craindre d’être étouffé intellectuellement par cette culture méditerranéenne qu’on a voulue, que certains veulent encore lui imposer. Partageant économiquement et sans doute socialement et politiquement les destins de tout ou partie du Vieux Continent, collaborant loyalement à la reconstruction européenne, il aura pour récompense une liberté culturelle qu’il n’a pas encore connue53. »

  • 54 Cf. Pendaran, « Culte et culture », Arvor, n° 22, 1er juin 1942; Pendaran, « Croisade », Arvor, n° (...)
  • 55 Cf. Pendaran, « “Me a lenno” dans les écoles », Arvor, 26 juillet 1942. Jean Sohier (1901-1935) ét (...)

24Suit un programme empruntant ouvertement des accents au discours militaire : « lutte, armes, soldats, en campagne, positions établies, avance méthodique, front ». Le ton est donné. Les articles publiés les semaines suivantes par Pendaran ne le démentent pas : on retrouve les mêmes accents militaires auxquels viennent s’ajouter nombre de références religieuses54. L’idée reçue qui sous-tend ce discours est toujours la même : le peuple breton n’a rien à voir avec le peuple français enjuivé. De plus, la France en Bretagne, c’est aussi l’Administration vis-à-vis de laquelle le maître est sur ses gardes. Et de surcroît, ne venait-elle pas de censurer la préface de Roparz Hemon lui-même à un ouvrage de breton, rédigé par Yann Sohier, destiné aux classes primaires55 ? En septembre 1942, il résume ses griefs dans l’article « Ni honunan/Nousmêmes » qui sera retenu contre lui lors de son procès. Le voici in extenso.

  • 56 « Ni hon-unan/Nous-mêmes », Arvor, n° 89, 20 septembre 1942, 1re page. Cet article provoqua une ré (...)

« Gwelet hon eus er mizioù tremen gouarnamant BroC’hall o plegañ dirazomp, o plegañ dirak youl start ar Vrezhoned, o reiñ dimp, – pe oc’h ober anneuz da reiñ dimp, – pezh a c’houlennomp : ul lec’h evit hor yezh er skolioù.
Ekeñver ar gouarnamantse n’hon eus anaoudegezhvat ebet. Anaoudegezhvat ebet n’hellomp kaout. Ne ra nemet paeañ dimp un darn, – un darnig hepken, – eus ar pezh a zo dleet. Hen ober a ra goustadik, nann dre garantez, hogen dre aon. Ar C’hallaoued o deus hiziv aon rak ar Vrezhoned. Flastret int bet en ur brezel o deus klasket ounan dre o diskianterezh. Ha bremañ int gwan, hag e rankont kilañ, souzañ dirak an holl, dirazomp koulz ha dirak ar pobloù all.
Ur fazi e vefe avat gortoz kalz digant ar C’hallaoued. Kement a lezont da vont ganemp [sic] hiziv, hen adkemer a raint warc’hoazh ma c’hellont. Tra badus ebet ne vo graet, – hen lavaret hon eus a viskoazh, – nemet ganimp, drezomp honunan hepken.
Lakaat ar brezhoneg en e renk, ar renk kentañ, ar renk enorusañ, a zo kefridi ar vrezhonegerion. Ar vrezhonegerion, – pouezomp mat war ar gerse, – rak d’am menoz, ar c’hallegerien e Breizh n’o deus talvoudegezh ebet. Al labour graet e galleg a c’hell bezañ graet gant tud a youl vat ; ne ran forzh. Al labour graet e brezhoneg, n’eus nemetañ hag a gont. Hep brezhoneg n’eus ket a Vreizh.
Setu perak e tridomp gant al levenez o welout tud oc’h argas pell diouto evit mat ar galleg, c’hoant dezho bevañ evel ma [sic] vefe ar yezh vreinse ken pell diouto hag ar patagoneg pe ar manchoueg. Tud o komz brezhoneg kenetrezo, o sevel kement tamm skrid a rankont pe a garont sevel e brezhoneg, hag oc’h ober fae war ar c’hallegerion endro dezho. An dudse n’eus nemeto a zellez an anv kaer a Vrezhoned.
E pep kanton a Vreizh, – n’eo ket a VreizhIzel hepken, hogen ivez a VreizUhel, – ez eus bremañ un nebeut brezhonegerion desket, lorc’h enno gant o yezh hag o broadelezh. War ur bazenn izeloc’h, ez eus [sic] ar re n’int ket brezhonegerien c’hoazh, hogen a glask adc’hounit o yezh, hag a dizho, darn anezho da vihanañ, hen ober. Trowardro ez eus [sic] ar bobl, tud ar maezioù, ar gouerion a zalc’h d’ar brezhoneg, hag a zalc’ho dezhañ gwelloc’h c’hoazh pa vint heñchet, kenteliet ha sklerijennet gant ar re n’eus nemeto gouest d’o difenn : ar vrezhonegerien desket.
Brezhoneg hepken. Setu ar reolenn da heuliañ, ma fell dimp bezañ mistri en hor bro. Hogen gant piv e vezo heuliet, ma n’eo ket ganimp da gentañ ? Mat eo goulenn, azgoulenn, goulenn hag azgoulenn c’hoazh digant ar re o deus galloud warnomp evit ur mare, hogen al labour bras, al labour gwirion, ne vo sevenet nemet ganimp, nemet ganimpni hon-unan.

Nous avons vu, les mois passés, le gouvernement français céder devant nous, céder devant la ferme volonté des Bretons, nous donner, – ou feindre de nous donner, – ce que nous demandons : une place pour notre langue dans les écoles.
Envers ce gouvernement, nous n’avons aucune reconnaissance. Nous ne pouvons avoir aucune reconnaissance. Il ne fait que nous payer une partie, – une petite partie seulement, – de ce qui est dû. Il le fait lentement, non par amour, mais par crainte. Les Français ont aujourd’hui peur des Bretons. Ils ont été écrasés dans une guerre qu’ils ont eux-mêmes cherchée par leur sottise. Et à présent ils sontfaibles, et ils doivent reculer devant tout le monde, devant nous comme devant les autres peuples.
Ce serait une erreur, cependant, d’attendre beaucoup des Français. Tout ce qu’ils nous cèdent aujourd’hui, ils nous le reprendront demain s’ils le peuvent. Rien de durable ne sera fait, – nous l’avons toujours dit, – que par nous-mêmes et par nous seuls.
Mettre le breton à sa place, à la place la plus honorable, telle est l’obligation des bretonnants. Les bretonnants, –insistons bien sur ce mot là, – caràmonavis, les francisants en Bretagne n’ont aucune importance. Le travail réalisé en français peut l’être par des gens de bonne volonté : peu m’importe.Le travail fait en breton est le seul qui compte. Sans langue bretonne il n’y a pas de Bretagne.
C’est pourquoi nous tressaillons de joie lorsque nous voyons des hommes bannir le français loin d’eux pour de bon, résolus à vivre comme si cette langue pour rieleur était aussi étrangère que le patagon ou le mandchou. Des hommes qui parlent breton entre eux, qui rédigent en breton tout ce qu’ils écrivent par nécessité ou par goût, et qui dédaignent les francisants de leur entourage. Ces hommes là, ce sont les seuls qui méritent le beau nom de Bretons.
Dans chaque canton de Bretagne, – pas seulement de Basse-Bretagne mais aussi de Haute-Bretagne, – il existe à présent un petit nombre de bretonnants instruits, fiers de leur langue et de leur nationalité. À un degré plus bas se trouvent ceux qui ne sont pas encore bretonnants, mais qui cherchent à recouvrer leur langue, et qui y parviendront, tout au moins pour bon nombre d’entre eux. Autour d’eux, il y a le peuple, les gens de la campagne, les paysans qui tiennent au breton, et qui y tiendront encore plus lorsqu’ils seront guidés, enseignés et éclairés par les seuls qui soient à même de les défendre : les bretonnants lettrés.
Rien que du breton. Voilà la règle à suivre si nous voulons être les maîtres dans notre pays. Mais qui la suivra, si ce n’est nous d’abord? C’est une chose excellente que de présenter sans cesse requête sur requête à ceux qui ont pouvoir sur nous pour un moment. Mais le grand travail, le travail véritable ne sera mené à bien que par nous, par nous-mêmes et par nous seuls56. »

  • 57 Évoquant l’embryon d’université bretonnante créée à Rennes (« skol Emil Ernod Roazhon »), Roparz H (...)

25Derrière la conclusion de ce texte, il y a une référence évidente au Sinn Féin, le nom adopté par le mouvement irlandais nationaliste et républicain : Sinn Féin signifie « Nous-mêmes » en gaélique, c’est-à-dire, « Ni hon-unan » en breton. Ce mouvement, fondé par A. Griffith en 1902, est à l’origine de la révolte de Pâques 1916 qui aboutit finalement à la reconnaissance, par la Grande-Bretagne, de l’État libre d’Irlande, le 6 décembre 1921. Dans ce manifeste, rempli du tumulte intérieur de son signataire, éclate comme jamais encore la farouche ténacité de Roparz Hemon qui vient ici de brûler ses vaisseaux57. La substance de ce texte est foncièrement identique à celle des pages écrites au vitriol de Eur Breizad oc’h adkavout Breiz : s’y ajoute ici encore plus de détermination si c’est possible.

26On peut relever ensuite un second type de violence scripturale dont lacible est, cette fois, le peuple breton : on le fustige, on le provoque, on le blâme. Cette idée d’un peuple aliéné n’est pas nouvelle sous la plume de Roparz Hemon. On la trouve très violemment exprimée dans son ouvrage datant de 1927, An aotrou Bimbochet e Breiz/M. Bimbochet en Bretagne : ce roman n’était en aucun cas destiné aux Bretons qui pratiquaient quotidiennement le breton. À l’inverse, les écrits de la guerre sont conçus pour le peuple et, pour une part, le peuple les lit. Dès lors, la situation est tout autre. Prenons connaissance de ce billet publié par Roparz Hemon – sous le pseudonyme de Skarzh :

  • 58 Skarzh (Roparz Hemon) dans Arvor, n° 143, 10 octobre 1943, p. 1. Dans le numéro n° 143, on lit, en (...)

« Meuleudi da baotred YKAM, paotred ar brezhoneg, paotred a ouenn!
Fae war ar merc’hed, n’eus ket gwashoc’h gallegerezed egeto !
Ar re-mañ neuze eo a vo mammoù hor bugale da zont ?
Daoust hag e vefent ur benveg nevez da zivrezhonekaat Breizh ?

Compliments aux gars de la JAC, défenseurs du breton, gars de bonne race,
Mépris pour les femmes, qui sont les pires des francisantes !
Ce sont donc elles les mères de nos futurs enfants ?
Seraient-elles un nouvel outil pour débretonniser la Bretagne58? »

27Le 1er août 1942, L’Heure Bretonne publie un article, signé Arvoriad. L’auteur a décidé de se moquer des Bretons – représentés ici par Fañch – qui croient en la venue prochaine des Anglais… mais qui, pour autant, ne suivent pas leurs conseils et ne désertent pas les côtes où les Anglais vont débarquer.

  • 59 Arvoriad, « Emaint o vont, kentoc’h… », L’Heure Bretonne, n° 107, 1er août 1942, p. 1-2.

« Alo ! Fañch, touellet evel ma’z out, gant Yann Ar Saoz, e veg mel, e gomzoù flour, al liver gevier, pouez kentoc’h e oberou [sic], sell petra ne ra ken! Ha ma n’eo ket lakaet dit da spered e-lec’h m’eo lakaet e vi d’ar yar, marteze e kompreni hag e chenchi tu d’az chupenn, hag e vi un den. Anez, va faotr kaezh, evel Yann, da vignon, emezout, da wir mignon, ne lavaran ket, pa ne sentez ket outañ, ez out un treitour, un trubard eveltañ. Anez, n’out den ebet.
Alors ! Fañch, trompé comme tu l’es par John L’Anglais, ce sacré menteur à la gueule enfarinée, aux paroles mielleuses, pèse plutôt ses actes, vois donc ce qu’il fait ! Et si ta raison ne se trouve pas à l’endroit où la poule a son oeuf, peut-être que tu comprendras, que tu changeras d’avis et que tu deviendras un homme. Sans cela, mon pauvre gars, comme John, ton ami, dis-tu, mais pas ton véritable ami puisque tu ne lui obéis pas, tu es un traître, un félon comme lui. Sans cela, tu n’es pas un homme59. »

  • 60 Cf. Arvoriad, « Yann Saoz ha Yann Ki », L’Heure Bretonne, n° 115, 26 septembre 1942, p. 1 et 2.
  • 61 Cf. le billet de Skarzh dans Arvor, n° 105, 17 janvier 1943, p. 1.
  • 62 En effet, voici ce qu’écrivait Roparz Hemon dès 1926 : « Ha me [sic] reer al lu ac’hanomp, sonjit (...)

28Le peuple ne comprend rien, puisqu’il ne suit pas l’élite bretonne dans son idéologie, et puisqu’il n’accepte pas l’occupant pour ce qu’il est : à savoir un allié. Le peuple, ça se secoue, ça se houspille et ça se méprise car, s’il le faut, on sait « faire peuple » en utilisant des expressions vulgaires ou scatologiques60. Mais quoi qu’on fasse, décidément, il ne comprend rien. On finira donc par ne plus en tenir compte, ou bien par faire comme s’il était conquis, ce qui revient au même. Aussi bien, à compter de 1943, sous la plume des nationalistes, le peuple breton se réduit-il à la petite bande des militants bretons qui occupent le territoire de la Pangée. Le peuple breton n’existe plus : lorsque l’on parle des Bretons, on parle des habitants de la Pangée, et d’eux seuls61. C’est d’ailleurs à eux que s’adressent les émissions de la radio bretonne, ce sont, eux, très certainement qui forment la majorité des auditeurs de la radio. Roparz Hemon est en campagne. Sont invités à suivre le nouvel Arthur tous les Bretons émancipés et authentiques : ces Bretons-là s’appellent « Brezhon/Brezhoned ». Ce sont eux qui méritent d’occuper la Pangée intemporelle, la nouvelle Bretagne en construction. Ces derniers Bretons, les seuls dignes de l’être, sont prêts à subir la violence suprême : le sacrifice de soi, le troisième type de violence à se faire jour avec régularité dans la presse et dans la production radiophonique de la guerre. Cette idée du sacrifice de soi figure dès les premiers numéros de Gwalarn62. Après une assez longue éclipse, la voilà qui réapparaît en 1939, dans les éditoriaux que Roparz Hemon donne à sa revue. Ce thème sera récurrent pendant toutes les années de guerre. Même avec la protection allemande, ces années n’en sont pas moins des années de tension. On peut s’attendre à tout. L’idée du sacrifice de soi, c’est la violence mise en oeuvre pour le salut de la nation. Et s’il faut un modèle, il en est un tout trouvé sans avoir besoin de sortir de la Celtie : ce sont les Pâques irlandaises de 1916, où l’on a vu les nationalistes irlandais se sacrifier pour le bien de la nation. Dans un numéro de L’Heure Bretonne entièrement consacré au souvenir des Pâques irlandaises, Tin Gariou, alias Youenn Drezen, signe un article intitulé « Soudarded omp !/Nous sommes des soldats ! » Il présente le sacrifice des Irlandais comme un exemple : ils allaient au combat en riant, et pour eux, faire la guerre aux Anglais était un sport ; après les combats, ils dansaient leurs danses nationales « comme le faisaient les Chouans de Cadoudal à l’époque de la Révolution des Français…». Suit un dialogue avec un acteur de l’époque : la conversation roule sur les comparaisons entre le mouvement irlandais et le mouvement breton, « l’Emzao ». L’Irlandais fait remarquer qu’il n’y a pas eu de morts au sein de l’Emzao, mais que, selon lui, la Bretagne se dirige vers la liberté sans violence aucune. Une mauvaise volonté de Vichy est peut-être à craindre ? Drézen répond que les Bretons ne sont pas manchots. Et l’Irlandais de renchérir :

  • 63 Tin Gariou, « Soudarded omp !/Nous sommes des soldats ! », L’Heure Bretonne, n° 93, 25 avril 1942, (...)

« O, nann! n’int ket mognoc’h eget Iwerzoniz ! Hogen niverusoc’h emaint, reoliet gwelloc’h zoken, daoust ha dre guz. Ha gallout a raint, d’ar mare ret, kemer dre heg, ma vez nac’het outo ar pez a c’houlennont dre gaer.
Oh, non! Ils ne sont pas plus manchots que les Irlandais ! Mais ils sont plus nombreux, mieux dirigés même, encore que ce soit en cachette. Et ils pourront, au moment voulu, prendre de force, si on le leur refuse, ce qu’ils demandent de bonne grâce63. »

  • 64 Cf. Hannah Arendt, Le système totalitaire…, op. cit., p. 222.

29Dans tous les cas, la plume ou l’arme à la main, il faut aller jusqu’au bout de la logique imposée par l’idéologie pangéenne : cette dernière est le moteur de la pensée et elle a constamment besoin d’une propédeutique pour préparer chaque individu à être à la fois bourreau et victime64. Dans un des derniers numéros, celui du 28 mai 1944, voici ce que rapporte L’Heure Bretonne au sein d’un article intitulé « Congrès et Fêtes de la Saint-Yves à l’Institut Celtique ».

  • 65 N° 200, 28 mai 1944, p. 1. Le congrès s’est tenu du jeudi 18 mai au dimanche 21 mai.

« Au moment précis où M. Roparz Hémon tirait, dimanche matin, les dernières conclusions de ce Congrès de la Saint-Yves, une salve de D.C.A. déchira l’air…
Et le directeur de l’Institut Celtique de Bretagne de dire très simplement : “Depuis trois ans, nous avons pris l’habitude de travailler au son du canon. Continuons. Nous nous arrêterons quand il n’y aura pas moyen de faire autrement65.” »

30Les thèmes de la violence rhétorique agités pendant la guerre ne sont pas vraiment nouveaux, on l’a dit : les Français, on continue à les clouer au pilori ; les Bretons, on ne cesse de les rudoyer : les uns et les autres sont insensibles à ces menaces. Mais ce qui change, et ce qu’on développe, c’est l’appel au sacrifice. Du point de vue de la Pangée, comment sauver la Bretagne ? La réponse qui émane du corpus des textes signés par les Pangéens les plus connus est d’une grande netteté : on sauve la Bretagne en offrant son corps, en se sacrifiant, en s’immolant à la cause. Tous ces hommes sont emplis des souvenirs du catéchisme de leur enfance : le sang versé par Jésus a sauvé l’humanité ; pourquoi le sang de Bretons versé pour la Bretagne, ne sauveraitil pas, ne purifieraitil pas une mèrepatrie souillée par ses infidélités ? À ce thème du sang rédempteur, ces chrétiens (ou anciens chrétiens) ajoutaient celui du martyre : il est aisé de quitter le terrain de la foi chrétienne pour s’en tenir à celui de la foi patriotique, surtout si l’on fait référence, comme le firent nos nationalistes, aux patriotes irlandais de 1916, se rappelant que le sang de ces héros avait effectivement servi à réveiller la conscience assoupie de la nation irlandaise – le caractère exemplaire de la situation irlandaise peut s’appliquer à la Bretagne, cela ne fait aucun doute pour nos nationalistes. C’est donc le sacrifice des derniers Bretons qui pourra, peutêtre, provoquer le réveil des Bretons aliénés et endormis. Le moment est venu de citer la pièce de Ropaz Hemon Roperzh Emmet. En mai 1944, Roparz Hemon va publier le dernier numéro de Gwalarn : il y insère une pièce qu’il vient d’écrire pour la radio – il la dédie à la mémoire de François Debauvais, mort en mars 1944 – et dont voici le résumé. Robert Emmet est un jeune conjuré irlandais, non pas de 1916 mais de 1803, qui, aidé par les Français, mena effectivement un raid contre le château de Dublin, symbole de l’oppression anglaise. Il est arrêté et jugé : voici les paroles que Roparz Hemon prête à Roperzh Emmet.

  • 66 Roparz Hemon, « Roperzh Emmet », Gwalarn, n° 165, mai 1944, p. 280 et 282. Elle fut jouée sur les (...)

« An den a varv. An eñvor a chom bev. Evit ma chomo doujet va eñvor gant va c’henvroiz, e fell din en em zidamall. Pa vezo aet va ene d’ul lec’h gwelloc’h eget an douarmañ, – gant eneoù ar re o deus skuilhet o gwad war ar chafod pe war an dachennemgann da zifenn o bro, – e fell din bezañ ur skouer hag ur broud evit ar re a zeuy war va lerc’h, din da welout gant dudi ho kouarnamant fallakr ha disakr o vont da get, ar gouarnamantse a ren an dud evel loened, a lak ar breur da dagañ e vreur, a ya aenep kement den a gred un tammig muioc’h pe un tammig nebeutoc’h eget ar pezh a vez aotreet da grediñ, ar gouarnamantse, seul grisoc’h ma sav uheloc’h leñvoù an intañvezed hag an emzivaded en deus graet.
[…]
Lavaret eo bet on bet e gopr ar C’hallaoued. E gopr ar C’hallaoued, ha perak ? Lavaret eo bet em eus gwerzhet frankiz va bro. Gwerzhet frankiz va bro ? Daoust hag an drase eo a felle din ? Nann, n’on bet e gopr nikun. N’em eus bet c’hoant ebet nemet derc’hel va lec’h etouez dieuberion va bro, nann evit gounit arc’hant pe ur garg uhel, hogen netra nemet evit gwelout va bro digabestr. Gwerzhañ frankiz Iwerzhon d’ar C’hallaoued ? Lakaat mistri all elec’h ar vistri bremañ ? O, va bro garet, m’em bije bet c’hoant dastum arc’hant ha tizhout kargoù uhel, desket, pinvidik, hag a lignez vat evel ma oan, daoust hag ez eo an hentse am bije dibabet ? N’em bije bet d’ober nemet kemer va renk e-touez ar waskerion, en ho touez, Aotrounez. Va bro a zo bet pep tra evidon. Ha dezhi e kinnigan hiziv va buhez. N’on nemet un Iwerzhonad, o klask disammañ Iwerzhon diouzh bazhyev estrenion ferv ha didruez, ha diouzh gwalenn un nebeut kenvroiz dallet. Ma ’m eus graet unaniezh gant ar C’hallaoued, se n’em eus graet nemet evit mad Iwerzhon, netra ken.
L’homme meurt. Le souvenir reste vivant. Pour que ma mémoire soit respectée par mes compatriotes, je veux me disculper. Quand mon âme aura quitté cette terre pour un endroit meilleur, – en compagnie des âmes de ceux qui ont répandu leur sang sur l’échafaud ou sur les champs de bataille pour défendre leur pays, – je veux être un exemple et un aiguillon pour ceux qui viendront après moi, afin que je voie avec satisfaction votre gouvernement détestable et sacrilège disparaître, ce gouvernement qui dirige les gens comme des bêtes, qui pousse le frère à attaquer son frère, qui s’oppose à tout homme qui croit un peu plus ou un peu moins que ce qu’il est autorisé à croire, ce gouvernement, plus cruel à mesure que s’élèvent les pleurs des veuves et des orphelins qu’il a faits.
[…]
On dit que j’ai été à la solde des Français. À la solde des Français, et pourquoi ? On a dit que j’ai vendu la liberté de mon pays. Vendu la liberté de mon pays ? Est-ce que c’est cela que je voulais ? Non, je n’ai été à la solde de personne. J’ai voulu tenir ma place parmi les libérateurs de mon pays, non pour gagner de l’argent ou obtenir une haute charge, mais rien que pour voir mon peuple libre. Vendre la liberté de l’Irlande aux Français ? Remplacer par de nouveaux maîtres les autres maîtres ? Oh, mon pays adoré, si j’avais voulu amasser de l’argent et obtenir de hautes charges, instruit, riche et de haute lignée comme je l’étais, est-ce cette route-là que j’aurais choisie ? Je n’aurais eu qu’à tenir ma place parmi les oppresseurs, parmi vous, Messieurs. Ma patrie est tout pour moi. Et, aujourd’hui, je lui offre ma vie. Je ne suis qu’un Irlandais, qui cherche à libérer l’Irlande du joug des étrangers féroces et sans pitié, et du fléau de quelques compatriotes égarés. Si j’ai collaboré avec les Français, je n’ai fait cela que pour le bien de l’Irlande, rien de plus66. »

31Derrière les paroles de l’Irlandais Emmet se dessinent les pensées profondes du Breton Hemon qui, ici, légitime son entreprise de collaboration avec les Allemands. Allant jusqu’au terme du processus idéologique, il propose le martyre de son corps et son âme comme un modèle pour les Bretons. La boucle est alors bouclée et tous les éléments sont en place : même si l’« endroit meilleur » qu’appelle Emmet de ses voeux rappelle plus le Walhalla nordique que le paradis chrétien, Roparz Hemon apparaît bien comme le messie. Les Romains, et à leur tête Ponce-Pilate, procurateur de Judée, ce sont les Français qui occupent le territoire breton. Le premier type de violence que j’ai mis en lumière s’exerce à leur encontre. Les Juifs, et Hérode leur roi, symbolisent les Bretons qui restent indifférents au message du messie. Ce sont eux les cibles du second type de violence. Les apôtres, ce sont bien sûr les Pangéens, ceux qui sont prêts à se sacrifier. Mais parmi les apôtres, il y a Judas. Chez les Pangéens, il y a aussi un Judas, et Roparz Hemon le fustige dûment.

  • 67 Skarzh, « Ar valaenn! Le balai ! », Arvor, n° 101, p. 1. Le titre de l’article, ainsi que la scène (...)

« Diwarbenn kendalc’h diwezhañ ar Framm :
Gouzout arit holl eoa bet gouestlet Sal ar Breujoù d’arVrezhonegerion.
Ma, setu ar pezh ac’hoarvezas : ur galleger azeuas da brezeg er salse.
N’eoketsouezh.Kemeretodeusarc’hallegerionarplegd’oberevelseenhor c’heñver.
An dravantrus eohemañ :
HINI EBET eus an dud a oa er sal n’en deus lavaret : « Va digarezit, met amañ ne vez komzet nemet Brezhoneg » ;
HINI EBET n’endeuslakaetedogwarebennevitmontkuit–nemetunan, hag hemañ anhini a c’helle annebeutañ abalamourd’e garg – ;
HINI EBET n’endeusdiskouezetd’anAotrouGallegerpelec’hedotoullannor ;
HINI EBET…
PA VIJE BET DEREAT KEMER AR VALAENN !
Gant ar vezh !

À propos du dernier Congrès de l’Institut :
Vous savez tous que la salle des États avait été réservée aux Bretonnants.
Eh bien, voici ce qui arriva : un francisant vint parler dans cette salle-là.
Ce n’est pas étonnant. Les francisants ont pris le pli d’opérer de la sorte à notre égard.
Ce qui a été lamentable, c’est ceci :
Aucun des assistants n’a dit : « Excusez-moi mais ici on ne parle que Breton » ;
Personnen'a mis son chapeau pour s’en aller – sauf un, et c’était celui qui le pouvait le moins en raison de sa fonction –
Personne n’a montré à Monsieur le Francisant où se trouvait la porte ;
Personne
Quand il aurait fallu prendre le balai !
C’est une honte67! »

  • 68 Cf. René Girard, La violence et le sacré, Grasset, 1972, 534 p. Pour des applications de la théori (...)
  • 69 Cf. Martial Ménard, « Il y a vingt ans. Roparz Hemon nous quittait », Bretagne Info, n° 86, 26 jui (...)
  • 70 Cf. sa notice biographique dans L. Raoul, Geriadur ar skrivagnerien ha yezhourien vrezhonek, op. c (...)
  • 71 Cf. H. Arendt, Les origines du totalitarisme, op. cit., p. 222.

32Le Judas, c’est le militant pangéen qui ne parle pas breton, ou qui ne fait pas l’effort de le parler. À la fin de la guerre, le mouvement breton en général connaît des difficultés de recrutement. La radio, en particulier, trouve plus difficilement des acteurs. Saint Pierre lui-même avait renié, par trois fois, le Christ. Le messie Hemon semble prêt à se sacrifier car il sait que c’est cette violence, ce sacrifice suprême, qui est le moyen de faire naître au jour la nouvelle institution qu’il a difficilement mise en place68. Il n’est pas sûr que cette entreprise de sacrifice consenti pour « sauver la Bretagne » soit un échec. Il est vrai qu’aujourd’hui Roparz Hemon est presque totalement inconnu de ce peuple que, coûte que coûte, il voulait sauver. Faut-il voir dans cette histoire une variation de l’adage connu « Nul n’est prophète en son pays69 » ? L’image de Roparz Hemon qui est véhiculée de nos jours me laisse pourtant penser que le culte continue, que la Pangée perdure, que, dans le mouvement breton d’obédience hémoniste, Roparz Hemon est toujours vivant70. En fait, il n’est peut-être pas un mythe pour le peuple breton parce qu’à la différence de Robert Emmet, il n’a pas affronté ses juges : il a comparu devant eux. Lorsque Roparz Hemon écrit sa pièce pour la radio, il est de plain-pied dans la Pangée : il en est le héros et le messie. Devant ses juges, il est confronté à la réalité bretonne la plus abrupte. La dernière pièce radiophonique de Louis Nemo met en lumière le gouffre qui sépare Roparz Hemon et Robert Emmet, Pangée et Bretagne. La défense et la promotion de la langue bretonne ont été, dans le cas de Roparz Hemon, gangrenées par un appétit démesuré de pouvoir personnel, et de surcroît, par l’idéologie propre à ce personnage. Dans ces années d’Occupation, le contenu réel de l’idéologie hémonienne (la langue bretonne, celle parlée par le peuple), qui fut à l’origine de « l’idée » (sauver la Bretagne) est dévoré par la logique avec laquelle « l’idée » est mise à exécution71. Le breton véhiculé par les ondes est quasi-inaudible en Basse-Bretagne, là où se parle quotidiennement le breton; on peut ajouter que le contenu de ces émissions était hors de portée des bretonnants pris massivement : de toute façon, il est clair à la lecture des textes de Roparz Hemon que ce n’est pas à eux qu’il s’adresse. Il s’adresse dans une langue bretonne totale (unifiée, c’est-à-dire roparzhemonisée) aux Bretons totaux et à eux seuls. Que l’on soit son disciple ou que l’on appartienne à l’équipe rivale qui verra le jour plus tard, après lui, plus rien ne sera comme avant. Et pour cause.

.

  • 72 Voici le « conducteur » de la première émission, de la main d’Hélias, sur un papier à entête de Ve (...)

333 juin 1944 : c’est la dernière émission bretonne annoncée de Rennes-Bretagne. On tire l’échelle, c’est fini. Bientôt, Roparz Hemon montera dans le dernier camion de ceux qui font bien de quitter Rennes pour sauver leur peau. Ils ont perdu, il a perdu. Grand silence sur les ondes : pendant 29 mois, pas un mot de breton sur la nouvelle radio bretonne. Le 21 décembre 1946, le silence est rompu. Après Louis Nemo, voici Pierre Hélias. Après un professeur, un autre professeur. À part cette même appartenance au corps de l’Instruction Publique, qu’y a-t-il de commun entre les deux hommes ? Ce qui semble distinguer Hemon de Hélias, c’est le rapport au public. Le premier parle à ses frères, le second parle au peuple. Mais peut-être est-ce plus compliqué : quelle image Hélias a-t-il du peuple à qui il s’adresse ? Écoutonsle dans la leçon d’ouverture de sa toute première émission72 :

  • 73 En français dans le texte.
  • 74 Littéralement : « Nous ne pouvons vous montrer le diable et ses cornes. »
  • 75 En français dans le texte.
  • 76 APJH.

« Émission 1
(21 décembre 1946)
Indicatif et annonce (enregistrés)
Hirio evit ar vech kenta a zo eun abadenn brezoneg war RadioKimerc’h.
Azalek hirio, bep sadorn d’an noz, etre eiz eur hag eiz eur hanter a c’hellfoc’h klevout anezhi.
Diez awalc’h eo lakat an abadennse en hent. Rak nebeut a dud ’ so e stad da lenna ha da skriva ar brezoneg. Micherourien ar Radio ne gomprenin ket ar brezoneg, setu n’int ket evit sikourit ac’hanomp kalz. Ha goudeze a so eur bern trubuilhou all a vefe re hir da zispleget aman.
Neuz fors. Deus eur feson pe deus eur feson all, an traou a dle mont en dro. Hervez ar pez a sonjom, an abadennse so great evit al labourerien douar, evit martoloded pesketourien bord an od evit tud ar parrechou war ar maez, hag evit keriou a zo. Rak se, ne dailfe ket d’eomp mont da glask ar brezoneg a zo skrived e levriou. Ni a rei ar possubl evit implij ar gomzou anavezet gant an holl hag evit nompez difessonni re ar gomzouse. Evelse tud Kerne, tud an Treger, tud a Léon a teuio a benn da goumprenn ac’hanomp. Evit bro Gwened ni a glasko eur vech an amzer unan bennak eus ar c’hostiouse. Setu d’eus pevar korn Breiz a c’hellfo ar Vretoned huilha an abadenn.
Petra lavaromp d’eoc’h bep sadorn ? Euntam mad a labourso c’hortoz ac’hanomp ma fotr d’eomp ober plijadur d’an holl. Lod a zigorro o beg hag a gaeou hir o amzer pa ne plijou ket ar gaoz d’ezo. Lod all a c’houlo ganeomp bep seurt traou diez da gaout pe da laka war a radio. Met ni a glasko atao ober evit ar gwella. N’omp ket evit diskouez d’eoc’h an diaoul hag e gernou.
Ar Radio e gallek war diskleria d’eoc’h doare an amzer. Hag alies a gouef fall. Tailha ra ar boan d’eomp mont da zeski d’eul labourer douar pe d’or martolod doare an amzer. An dud se a voar an draze gwelloc’h evit fors piou. Goab a rafend d’ouzomp ma n’eur lakafomp da goanta d’ezo lar ar mor a vo rust, pe lar a vo glao pe ec’h, pe grizil. Ne dailh ket ive mont da zeski d’ezo pennoz pika kaol pe renka o rejou. Marteze, eur vech benak, e teuio eun den a vicher d’ober aliou d’ezo war RadioKimerc’h divar benn eur c’hlenved benak euz an avalou douar pe d’euz an ed. Gwelled e vo.
Met traou awalc’h zo e Breiz n’int ket anavezet gant ar Vreizaded hounan.
Lakomp : piou a oar dre just deus pel leac’h e deut he hano, e hano famill hag hano e ger.
Lod zo hanved Barazer, da lavared eo an den a fard barrikenou. Lod all
Le Tocquer pe Le Trocquer, da lavared eo, an den a fard tokeier. Lod all c’hoaz.
Le Bail, da lavared eo merked d’an tal, pe Cudenec, da lavared eo eun den disjoa, pe Mao, da lavared eo eun den a gar c’hoarzin. An hanoiose, eveljust, a zo bet saved d’an amzergoz.
Piou anavez mat istor Breiz ? Ne ket c’hoaz istor Breiz met istor e barez ken, pe e ger ? Koulsgoude a zo ban istoriouse kasadennou kaer pe truezuz meurbet a n’eus losket war o leac’h kalz a roudou, a zo da welet hirio c’hoaz. Hag arabat deoc’h credi na zelvich ket da netra m’in droe d’eus an amzer gwechall. Rak ni so henvel hon tadou o deus bevet ha poaniet war an douar evit gounit ho zamit boet, evit digassa an tam douar paour se da veza penvidik awalc’h d’ober evi d’an holl.
Selaouit eur son kaned gant Cueff hag hanvet : Eur gerig wen…
An amzer a gas buhan. Eun tam mad a zraou a ia kuit d’e heul. Micheriouso n’int ket mui anavezet : neubet a gemenerien modkoz a chom c’hoaz da farde ar chupennou, an tokeier bouloutenn, ar c’houriterien, ar sonerien a ia ermaez. Ha koulsgoude ganto ia kuit eun tam eus bisag Breiz. Ni a rei ar possubl evit dalc’hou sonj outo.
Dao vo d’eomp ive diskleria eneou ar Vretoned. Evit re a dud, ar Vretoned zo eur bobl, chovach, stardet en e grogen, ha ne ra ket buhan anaoudegez gant a re all, eur bobl a zo chomet war lec’h ar pez ve hanvet e gallek ar “civilisation”. N’eo ket gwir. Re a dud sonj d’ezo ar Vretoned zo paotred disjoa, atao gonezet gant tristidigez ar vuhez. Met ar Vretoned a gav mad c’hoarzin ive eur vech an amzer, debri kig moc’h hag anduilhennou, evi gistr avalou ha gwin, dansal en eur zevel o zreid huel eus an douar, gant soniou ar sac’h biniou hag ar vombard. Ha setu perak, bep sadorn, war radioKimerc’h, a glevoc’h conta doare daou lapous hanvet Jakez Croc’hen ha Guillou Vihan, a rei bep sizun troiou ha sottiniou an eil d’egile.

Émission 1 (21 décembre 1946)
Indicatif et annonce (enregistrés)73
Aujourd’hui pour la première fois a lieu une émission en langue bretonne sur RadioQuimerc’h. À partir d’aujourd’hui, tous les samedis soir, entre huit heures et huit heures et demie vous pourrez l’entendre.
Il est assez difficile de mettre en route cette émissionlà. Car peu de gens sont en mesure de lire et d’écrire le breton. Les techniciens de la radio ne comprennent pas le breton, ils ne peuvent donc pas nous aider beaucoup. Et ensuite, il y a quantité d’autres soucis qui seraient trop longs à expliquer ici.
Peu importe. D’une façon ou d’une autre, l’affaire doit marcher. Dans notre esprit, cette émission est faite pour les agriculteurs, pour les marins, les pêcheurs du bord de mer, pour les gens des communes rurales et de certaines villes. Pour cela, il serait inutile d’aller chercher le breton tel qu’il est écrit dans les livres. Nous ferons notre possible pour utiliser les mots connus de tous et pour ne pas trop les déformer. Ainsi, les Cornouaillais, les Trégorrois, les Léonards parviendront à nous comprendre. Pour ce qui est du pays vannetais, nous chercherons une fois de temps en temps quelqu’un de ces environs-là. Ainsi, des quatre coins de Bretagne, les Bretons pourront suivre l’émission.
Que vous dirons-nous tous les samedis ? Pas mal de boulot nous attend si nous voulons faire plaisir à tous. Certains protesteront et trouveront le temps long quand l’émission ne leur plaira pas. D’autres nous demanderont toutes sortes de choses difficiles à trouver ou à arranger pour la radio. Mais nous chercherons toujours à faire pour le mieux. Nous ne pouvons faire l’impossible74.
La radio en français vous donne la météo. Et souvent, elle tombe mal. Vaut-il la peine que nous allions apprendre à un agriculteur ou à un marin la couleur du temps. Ces gens-là savent cela mieux que quiconque. Ils se moqueraient de nous si nous nous mettions à leur raconter que la mer sera agitée, ou qu’il y aura de la pluie ou de la neige, ou de la grêle. Il ne vaut pas la peine non plus de leur apprendre à piquer des choux ou à ranger leurs filets. Peut-être qu’une fois l’autre viendra, à Radio-Quimerc’h, un professionnel pour leur donner des conseils à propos de telle ou telle maladie affectant les pommes de terre ou le blé. On verra.
Mais il y a suffisamment de domaines en Bretagne qui ne sont pas connus des Bretons eux-mêmes. Par exemple : qui sait précisément d’où vient son nom, son nom de famille et le nom du lieu où il habite.
Certains se nomment Barazer, c’est-à-dire l’homme qui fabrique les barriques. D’autres Le Tocquer ou Le Trocquer, c’est-à-dire, l’homme qui fabrique des chapeaux. D’autres encore Le Bail, c’est qu’il est marqué au front, ou Cudenec, c’est-à-dire un homme mélancolique, ou Mao, c’est-àdire un homme qui aime rire. Ces noms-là, évidemment, ont été créés il y a fort longtemps.
Qui connaît bien l’histoire de Bretagne ? Pas tellement l’histoire de Bretagne mais seulement l’histoire de sa commune, ou de son village ? Cependant, il y a dans ces histoires des événements tout à fait splendides ou tout à fait pitoyables qui ont laissé après eux beaucoup de traces que l’on peut voir encore aujourd’hui. Et n’allez pas croire qu’il ne sert à rien de se tourner vers le temps passé. Car nous ressemblons à nos ancêtres qui ont vécu et peiné sur la terre pour gagner leur croûte, pour rendre ce coin de terre ingrat suffisamment fertile pour rendre jaloux tout le monde.
Écoutez une chanson chantée par Cueff et appelée : Un petit village blanc…
Le temps passe vite. Beaucoup de choses s’enfuient avec lui. Certains métiers ne sont plus connus : il reste peu de tailleurs à l’ancienne pour réaliser les vestes, les chapeaux bretons, les fabricants de ceintures, les sonneurs disparaissent. Et cependant, avec eux, c’est une bonne partie du visage de la Bretagne qui s’en va. Nous ferons notre possible pour en garder le souvenir.
Il nous faudra aussi expliquer l’âme des Bretons. Pour trop de gens, les Bretons forment un peuple de sauvages, recroquevillé dans sa coquille, qui ne fait pas vite connaissance avec les autres, un peuple qui est resté à la traîne de ce que l’on appelle en français la “civilisation75”. Ce n’est pas vrai. Trop de gens pensent que les Bretons sont des êtres mélancoliques, constamment gagnés par la tristesse de la vie. Mais les Bretons aiment aussi rire une fois de temps en temps, manger du lard et de l’andouille, boire du cidre et du vin, danser en levant bien haut le pied, au son du biniou et de la bombarde. Et voici pourquoi, tous les samedis, sur radio Quimerc’h, vous entendrez parler de deux filous nommés Jakez Croc’hen et Guillou Vihan qui se joueront des tours et des farces toutes les semaines.76 »

34Le jeune Pierre Hélias, dans un breton écrit bien imparfait, proclame une sorte de manifeste, avec tout d’abord une prise de position sans ambiguïté sur le breton qu’il emploiera et dont ce long texte lui-même donne du reste une idée. La diglossie des Bas-Bretons est, en 1946, un phénomène perceptible depuis longtemps et la plupart de ces derniers la pratiquent d’ailleurs avec plus ou moins de bonheur. S’il est vrai que tout homme a une double nature, cette vérité s’expérimente aussi dans la pratique linguistique quotidienne des Bas-Bretons. Pierre Hélias relève naturellement que le breton, outre qu’il est la langue du coeur, est aussi celle des champs et des ports. Il observe encore que le français, qu’on peut appeler langue de l’esprit, est en tout cas celle de la ville et des citadins. Ces bipolarités qui s’entrecroisent se vérifient, par exemple, dans le sketch qui nous montre Loullig, effaré de voir des touristes dans son jardin : sont étrangers aussi au breton de Loullig les mots français qu’il utilise car ils désignent des notions étrangères à la vie paysanne bretonne.

  • 77 « U.B. »estl’abréviationde » unan bennag », c’est-à-dire » quelqu’un ».
  • 78 En français dans le texte.
  • 79 Bragou ar vaouez/Les pantalons de la femme, APJH. On trouve de nombreux autres exemples dans ce sk (...)

« Loulig : […] Ne oa ken daou loen ekreiz an dirianenn, endro d’eun tammig tan, ha savet ganto eul lochennig lien egiz ma vez er pardoniou oc’h ober ostaliri, nemet kalz bihannoc’h. Penaos e vez lavaret dija e gallek ?
U.B. : Eun “tente”, tonton Loulig
Loulig : Dres, eun “tente”.
U.B. : Met nunze al loenedse e oa tud, sur awalc’h, tonton Loulig. Ha tud oc’h ober “camping”.
L : « Camping ». Petra eo c’hoaz ar gomzse. N’am eus ket klevet biskoaz.
U.B. : Hounnez a zo eur gomz deut deus a VroZaoz.
L : A, mad. Gousout awalc’h e raen ne oa ket eur gomz kristen.

Loullig :[…]Il n’y avait que deux animaux au milieu du pré, setenant auprès d’un maigre feu, et ils avaient dressé une espèce de baraque en toile comme on envoit dans les pardons qui font office de buvette, seulement, en plus petit. Commentondit, déjà, en français ?
U.B.77 : Une“tente78”, tonton Loullig.
Loullig : C’est ça, une“tente”.
U.B. : Mais alors ces animaux étaient certainement des gens, tonton
Loullig.Et des gens en train de faire du “camping”.
L : “Camping”. Qu’est ce que c’est que ce mot là. Je ne l’ai jamais entendu.
U.B. :C’estunmotd’origineanglaise.
L : Ah, bon, je savais bien que ce n’était pas un mot chrétien79. »

  • 80 C’est ce que R. Jakoson (op. cit.) définit comme étant la fonction métalinguistique du langage.

35Ce clin d’oeil au breton populaire qui ne se refuse pas quelques ingrédients en langue française, bref ce jeu des mots, ne manque pas d’établir entre le producteur Hélias et chacun de ses auditeurs, un lien subtil80. Hélias lui-même n’est aucunement tourmenté par cette présence dans le breton populaire de mots français même si pour d’autres avant lui, ceux de la radio d’occupation, ils représentent des intrus, même si pour d’autres après lui, ils sont les signes avant-coureurs d’une francisation qui dans très peu de temps, non seulement, affectera puissamment le langage bas-breton, mais éliminera complètement cet idiome et aboutira, dans le peuple, à un changement de langue complet. Pierre Hélias, manifestement, veut demeurer à l’unisson de ses compatriotes et il entend s’adresser à leur coeur. De là, dans son « bilan provisoire », les accents de sincérité et de réelle émotion qui s’expriment comme suit :

  • 81 P. Hélias, « Bilan provisoire… », janvier-février 1947, op. cit, p. 25. On peut traduire « ma mabi (...)

« Quant à nous, c’est toujours avec émotion que nous attendons le samedi pour vous parler avec les mots de notre enfance, les mots maternels. Car jamais une langue apprise par l’étude, à travers la paille de ses mots, ne permet l’intime contact avec le grain des choses. Jamais l’un des plus beaux termes de la langue française, “le ciel”, n’éveillera en nous cette impression de vertige que produit son équivalent breton, “an nenv”. Et tout cela parce que nos mères se sont penchées sur nos berceaux en nous appelant, à voix caressante, “ma mabig bihan”81. »

  • 82 Cf. Pierre-Jakez Hélias, dans l’entretien accordé à Jean Royer et publié sous le titre Hommes de p (...)

36En s’adressant au coeur des Bas-Bretons, son but avoué est de rendre leur fierté aux bretonnants. Ni plus, ni moins, semble-t-il82. Le manuscrit de la première émission permet également à Hélias de faire connaître à ses auditeurs de 1946, puis aux lecteurs du manuscrit, l’objectif qui fut le sien. Il était ambitieux, à l’image des deux mots essentiels que sont « eneou/âmes » et « civilisation » – en français dans le texte : en présentant les « âmes des Bretons », Hélias entend se mettre à la recherche de la civilisation bretonne. Commentant les premiers résultats de son émission, il donne la conclusion que voici :

  • 83 P. Hélias, « L’émission en langue bretonne… », op. cit., p. 433-434.

« Si la radio en langue bretonne doit vivre, c’est pourtant par ces témoignages directs, par ces preuves incontestables que le breton n’est pas un idiome mort livré aux dissections des savants, qu’elle assurera, en même temps que sa continuité, la mission qui est la sienne et qui consiste à maintenir le plus intime contact avec le peuple bretonnant dont elle se doit d’être le reflet le plus fidèle et le moins apprêté. Toute autre conception en ferait bien vite un exercice gratuit, une voix sans résonance clamant dans le désert83. »

  • 84 L’intégralité du document se trouve supra.

37Se fait jour une différence avec Roparz Hemon : Pierre Hélias ne diffuse pas ses programmes dans une optique nationaliste. Il s’adresse au cœur des Bretons en parlant comme eux, avec les mots de l’enfance, mais aussi, en les touchant grâce à des sujets susceptibles de les intéresser, de leur parler. Afin de « maintenir le plus intime contact avec le peuple bretonnant », il suffit, selon Pierre Hélias, de s’adresser à son âme. Cette idée est à la base des émissions : elle forme la ligne adoptée par lui lorsqu’il rédige son « Projet d’inspiration de l’émission en langue bretonne sur Radio-Quimerch84», dans lequel le mot « âme » apparaît aussi régulièrement. Et pour rendre au mieux le fond de cette âme bretonne, quels interprètes Pierre Hélias trouvet-il ? Deux pitres, Jakez Kroc’hen et Gwilhou Vihan. Ironie du contraste. Mais c’est un contraste voulu : le producteur sait que le peuple dont luimême est issu se reconnaîtra dans ces deux compères. Il n’est pas dupe, les auditeurs non plus : Jakez et Gwilhou n’incarnent pas toute l’âme bretonne. On se souvient d’un article publié dans la revue Ar Vro, en novembre 1956, sous la plume de R. Sénéchal : il s’agissait d’une sévère critique des émissions bretonnes de Radio-Quimerc’h. Pierre Hélias et Pierre Trépos n’ont pas réagi publiquement à cet article. Les archives de Pierre-Jakez Hélias recèlent pourtant un brouillon de lettre ouverte, à lui adressé par son compère radiophonique, et qui devait être la réponse à cet article. Ce brouillon – ou plutôt la lettre qui l’accompagne – porte la date du 28 novembre 1956. Voici, in extenso, le texte de ce brouillon, qui ne manque pas de fournir, près de 50 ans après les faits, des lumières bien éclairantes, notamment sur l’attachement du tandem Trépos-Hélias au peuple et à la langue qu’il parle.

  • 85 APJH.

« à Monsieur R. Sénéchal
Nous vous devons des remerciements, car vous avez précipité une décision que nous envisagions de prendre : abandonner les émissions bretonnes. Dix ans, c’est plus qu’un bail, et vous convenez qu’il est remarquable que nous ayons tenu si longtemps, seuls. Seuls, car malgré nos appels réitérés, pour susciter des collaborations, nous n’avons reçu qu’une dizaine de textes : nous avons donc eu l’exclusivité, pour les 500 émissions que nous avons faites.
Notre but était de faire entendre le breton à la radio, du plus grand nombre possible de personnes. Ce serait de la fausse modestie de notre part, que de dire que ce but n’a pas été atteint : les marchands de postes de TSF vous confirmeront ce succès, et vous diront le nombre d’appareils “parlant breton” qu’ils ont vendus, particulièrement à la campagne.
Nous pouvons vous donner le secret de ce succès. Nous faisons tous les deux partie du peuple ; nos parents sont des paysans ; et nous les imaginions à l’écoute comme les paysans du Léon et du Trégor, pendant que nous étions devant le micro, ou pendant que nous écrivions les textes. C’est pour eux que nous avons fait ces émissions, pour qu’ils entendent leur langue à la radio, et pour qu’ils en soient fiers. Comme ils ne comprennent pas les mots savants, les mots nouveaux, nous avons utilisé une langue simple, populaire ; et nous savons que cette langue a été comprise dans tout le KLT, même lorsque nous mettons l’accent sur i et non sur a dans ia.
Nous n’avons pas entendu les émissions bretonnes des années de l’occupation; nous ne pouvons donc porter aucun jugement sur leur valeur, ni sur le nombre des personnes qui aimaient les écouter. Mais ne pensezvous pas que “politiquement sûrs” s’appliquerait à ceux qui en avaient la charge, plutôt qu’à nous ? Personne, d’après nos émissions, ne peut savoir si le dimanche nous allons à la messe. Une seule chose a dû paraître évidente : nous aimons notre langue, et nous n’avons jamais manqué une seule occasion de la défendre.
Nous serons donc désormais à l’écoute, au lieu d’être au micro, et nous nous réjouirons d’entendre de bonnes émissions en langue bretonne, variées et instructives, en une langue unifiée, limpide et pure, que comprendront tous les bretonnants.
Nous ne regretterons qu’une chose : c’est que ces textes ne nous aient pas été proposés plus tôt, au cours de ces dix années où nous nous sommes creusé la cervelle pour emplir la demi-heure hebdomadaire85. »

  • 86 Cf., par exemple, le texte qui aborde le folklore dont j’ai cité de larges extraits. Étudiant l’œu (...)
  • 87 « Entretien avec P.-J. Hélias », Comédie de l’Ouest. Centre Dramatique National, Rennes, 44, décem (...)

38« Nous faisons tous les deux partie du peuple » : le fond de la démarche radiophonique de nos deux professeurs et de leur comportement devant le micro réside tout entier dans cette phrase toute simple. Qu’en était-il de Roparz Hemon quand il utilisait le mot peuple ? Le XXe siècle a vu utiliser ce terme dans les contextes idéologiques les plus opposés, que résument les logan « Un Peuple, un Reich, un Führer » et la définition de « petit père des peuples ». Son peuple à lui Roparz Hemon, est en devenir ; il se forme à partir, pourrait-on dire, d’un recrutement individuel, chacun des recrutés rejoignant, s’il en est digne, la Pangée. Lorsque Roparz Hemon dit peuple, il finit par ne plus penser qu’aux seuls Pangéens. Ceux-ci forment, en quelque sorte, l’élite de la Bretagne future. Devenir peuple pour Roparz Hemon, c’est bénéficier d’une promotion, bien mieux, d’une élection : un médecin pourra devenir Pangéen, un paysan aussi. Mais, encore une fois, à condition de réunir un ensemble de conditions très strictes. Le peuple d’Hélias et de Trépos n’a pas à être institué, il existe. En font partie les seuls paysans bretons bretonnants naturels – mais cela fait du monde. « Nous faisons tous les deux partie du peuple ; nos parents sont des paysans ; et nous les imaginions à l’écoute…» Pierre Hélias partage avec le peuple dont il est issu une certaine méfiance vis-à-vis des citadins – des bourgeois : pour lui, pas plus que les Parisiens, les Brestois ne font partie du peuple dont il se réclame86. Rousseau, dans son Contrat social, attribue au peuple l’origine et l’exercice de la souveraineté ; dans une certaine mesure, Pierre Hélias attribue aussi à son peuple bretonnant, l’origine – c’est-à-dire l’âme – mais aussi l’exercice d’une certaine souveraineté. Plus tard, il résumera dans une heureuse formule ce point de vue : « Tout paysan bretonnant qui parle dans sa langue est un seigneur sur sa terre87. »

  • 88 Cf. Yves Le Berre, Rapport sur la dissertation bretonne, Rapport de jury de Capes 1995, p. 22-23.
  • 89 Cf. Henri Mendras, Les sociétés paysannes. Éléments pour une théorie de la paysannerie, Paris, Gal (...)
  • 90 Ar gwele kloz/Le lit-clos, 28 janvier 1951.
  • 91 Cf. Roland Barthes, « Le message publicitaire », L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, 1985, p. 2 (...)
  • 92 Dans un registre lacrymal cette fois-ci, cf. l’exemple fourni par Armand et Michèle Mattelart dans (...)
  • 93 Cf. Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 16.
  • 94 Pierre Hélias sera d’ailleurs amené à théoriser tout cela dans un rapport présenté à la Commission (...)
  • 95 Lettre du 28 novembre 1956. APJH.
  • 96 Cf. Francis Balle et Jean Cazeneuve, « L’information collective et les mass media », Encyclopédie (...)

39Lorsqu’il fait le clown au micro, Pierre Hélias s’inscrit dans le temps de ses auditeurs. Il se veut la voix du peuple auquel il parle. Cependant, ce peuple va être confronté à un choc économique et culturel redoutable et sans précédent, notamment durant la révolution agricole de la décennie gaullienne. C’est bel et bien une véritable révolution qui se produit dans les campagnes bretonnes et qui provoque un terrible traumatisme humain dans les sensibilités et les consciences, dans les coeurs et les esprits des plus pauvres et des plus marginaux 88. Les Bas-Bretons, de paysans, deviennent agriculteurs… ou, en plus grand nombre encore, citadins. Poullfaouig est un archétype de la société paysanne bretonne qui se caractérise, comme toute collectivité paysanne89, par sa relative autonomie économique et culturelle vis-à-vis de la ville, la médiation étant assurée par les notables : d’un côté, Jakez, Gwilhou, Loullig, Herveig et leurs épouses ; de l’autre, les médiateurs que sont le tavernier, le maire et le « monsieur », an aotrou. Si, pour Roparz Hemon, le but principal recherché était l’influence sur un petit nombre d’auditeurs aptes à devenir de vrais Pangéens, pour Pierre Hélias, seule a compté, du moins au début, l’audience. L’audience, et son corollaire le succès, il les a obtenus, au long de la première et de la deuxième phases de son oeuvre radiophonique. Dans ses programmes farcesques et folkloriques, le producteur parvient à donner satisfaction à bien des auditeurs. Ainsi, le sketch déjà cité où Loullig finit par garder son lit-clos90 : les auditeurs qui dorment encore dans un tel lit peuvent en retirer de la fierté, ceux qui y ont dormi, ressentir un certain plaisir lié à la nostalgie, et les jeunes, éprouver un sentiment de moquerie affectueuse, lié à ce qu’ils n’ont pas connu mais dont ils ont entendu parler. Les émissions se présentent comme une suite de signifiants : le succès s’explique par le fait que chacun, chaque auditeur construit son propre signifié au sein de sa grille idéologique. Le message de Pierre Hélias, dans une certaine mesure, est comme le message publicitaire : il relie l’auditeur à la plus grande quantité de « monde » possible, il relie ses auditeurs à leur monde91; il dit une situation mais raconte autre chose à chaque bretonnant qui l’écoute. Le même signifiant s’inscrit donc dans différentes grilles d’audition : c’est tout un chacun qui rit, mais pas pour les mêmes raisons92. À Keribilbeus, le dimanche après la messe, on se retrouve en grand nombre, hommes et femmes, au bistrot-épicerie : le poste de TSF trône au-dessus du comptoir ; à 13h30, l’épicier tourne le bouton, la langue bretonne envahit la boutique par la magie des ondes. On fait silence, les habitants de Keribilbeus écoutent et l’on rit. L’épicier s’esclaffe, en vertu d’un sentiment de supériorité : ce qu’il entend appartient au passé, et puis le poste n’est-il pas à lui ? Un paysan pauvre d’un village éloigné du bourg rit aussi : lui, c’est parce qu’il s’identifie, ce qui se passe dans le poste, il le vit tous les jours. Telles sont les réactions, et bien d’autres encore, que suscitent les programmes de Radio-Quimerc’h : chaque auditeur contribue donc à produire le message qu’il perçoit93. C’est ce qui explique le succès de la série des « Jakez » et, dans une moindre mesure, des « Loullig » : il relie les gens écoutant le poste à une quantité de connections qui en fait presque un tout social94. Pour ce qui est de la série des contes en revanche, la donne est différente. Si l’auditeur peut s’identifier à Jakez Kroc’hen ou à Gwilhou Vihan, il ne le peut pas quand il s’agit d’un personnage de contes : Pierre Hélias coupe là, irrémédiablement, un ressort de son succès. Il est d’ailleurs remarquable que les « Jakez » seront tout le temps rediffusés. Dans le courrier accompagnant la lettre-réponse qu’il destinait à la revue Ar Vro, Pierre Trépos propose à Pierre Hélias de « finir en beauté » en diffusant trois sketchs. On va bientôt fêter les dix ans de la demi-heure bretonne, et les trois sketchs cités sont tous des « Jakez95 » : c’est dire le succès rencontré par ces programmes. Il est donc temps de poser la question de la fonction de ces sketchs pour les auditeurs de Radio-Quimerc’h96. À quels besoins de leur part peuvent-ils répondre ? Quel profit le public a-t-il tiré de ces émissions ? On peut hasarder quelques réponses.

  • 97 Cf. Dominique Wolton, Éloge du grand public, Paris, Flammarion, 1990, p. 124126. Cf. du même auteu (...)
  • 98 Cf. Sigmund Freud, « Deuil et mélancolie », Métapsychologie, Gallimard, collection folioessais, 19 (...)
  • 99 Cf. AnneMarie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste…, op. cit., p. 292.
  • 100 Cf. Bertrand Hervieu, Les agriculteurs, Paris, PUF, 1996, (« Que sais-je ? »), p. 118119.
  • 101 C’est bien ce qu’écrit un commentateur à propos du Grand valet, pièce dont il s’attache à montrer (...)

40La jeune génération, celle qui bascule de la paysannerie à l’agriculture, mais qui comprend encore le breton et même le parle le plus souvent, a pu se trouver confortée par cette demi-heure de breton : l’occasion lui est donnée de rire des anciens – dont on respecte cependant les valeurs ancestrales – et de rire des gens des villes. Chez Hélias, les propos tenus contre les citadins s’expliquent certainement par la peur – chez luimême, et chez ses auditeurs, dont il capte la connivence avec lui sur ce point – de voir disparaître ce qui reste du peuple paysan : les jeunes agriculteurs ont pu entendre l’écho de leur propre ressentiment visàvis des gens de la ville. Les commerçants, on l’a dit, ont pu éprouver un sentiment de supériorité visàvis des paysans à l’écoute de ces histoires de ploucs, justement. En définitive, ce sont les auditeurs de toutes ces catégories qui ont été liés, et même reliés, par les voix des deux Bigoudens. Quelque dix ans plus tard, le même phénomène se produira : la télévision, au moment de sa conquête des foyers, servira à former un lien social entre beaucoup de Français97.. À l’arrivée de l’électricité et des tracteurs, quand les paysans se transforment en agriculteurs, et que la terre bretonne se réveille en plein XXe siècle, Pierre Hélias proclame : « Souvenezvous. Voici comment nous étions. » Il offre ainsi à la société bretonnante une représentation d’ellemême. Tout le monde peut la regarder : elle est d’ailleurs, dans ces années d’aprèsguerre, avec les fêtes folkloriques, une des seules institutions où cette société se réfléchit, la démocratisation de la radio permettant à chacun d’avoir accès facilement à cette évocation. Pierre Hélias donne à tout bretonnant la possibilité d’intérioriser des représentations d’une BasseBretagne traditionnelle ; il apporte ainsi une aide à ses auditeurs pour qu’ils fassent le deuil de la société paysanne bretonne98 qui est en train de se désagréger : au moment où les paysans disparaissent, Pierre Hélias met en scène des paysans. En effet, dans l’imaginaire Poullfaouig, il n’y a pas d’agriculteurs. Ces derniers, comme ceux de Pouldreuzic, ou de LocBrévalaire, semblaient avoir, de droit, leur place dans les émissions, reflet de la société bretonne d’alors. Mais, c’est à ce momentlà, précisément, que Pierre Hélias se lance dans la description du folklore de Poullfaouig avant, luimême, de poullfaouiguiser. Qui croira que c’est vraiment par hasard ? C’est au moment où la paysannerie disparaît qu’elle devient un mythe99. C’est qu’en effet, dans tous les moments de mutation, on ne manque pas de rappeler que « l’identité paysanne » et ses valeurs sont le socle de la civilisation : ce fut le cas au moment de la « grande dépression », puis encore aux alentours de la Seconde Guerre mondiale100. Ces valeurs paysannes, Pierre Hélias est sûr de les trouver au fond de « l’âme des Bretons ». Pour rire, tout d’abord. Puis plus sérieusement101. L’âme des Bretons, Pierre Hélias n’en est plus seulement à la chercher, il se met à la créer, ou tout au moins la recréer. Il le reconnaîtra expressément dans son Cheval d’orgueil.

  • 102 P.-J. Hélias, Le Cheval d’orgueil…, op. cit., p. 548.

« Le présent livre, trois douzaines de pages mises à part, a été écrit en breton armoricain. Il ne pouvait en être autrement, puisqu’il s’agissait pour moi de recréer une civilisation populaire bretonnante qui n’avait guère de contact avec la civilisation française, du moins dans les douze premières années de ma vie102. »

  • 103 Le nouveau Petit Robert.
  • 104 Cf. Y. Le Berre, Rapport sur la dissertation bretonne…, op. cit., p. 20.

41L’auteur ne dit pas « décrire », il dit « recréer ». Recréer, c’est-à-dire, « reconstruire mentalement (ce qui est donné pour la réalité)103». Il faut prendre les émissions radiophoniques d’Hélias pour ce qu’elles sont : une construction de la Bretagne, une poullfaouiguisation. Poullfaouig, qui s’inscrit tout d’abord dans le temps, devient intemporelle, comme la Pangée. C’est quand il poullfaouiguise que Pierre Hélias se rapproche de Roparz Hemon : l’actualité immédiate du monde en général, et de la Bretagne en particulier, de même que leur propre existence dans la société au moment où ils produisent leurs émissions, bien que présentes au titre de matériau, cèdent le pas à des permanences – la nature humaine, dans le théâtre psychologique de Roparz Hemon, ou dans le théâtre vériste de Pierre Hélias –, à des universaux – le pouvoir, la passion –, à des principes – le beau, le vrai, le bien, le juste104. C’est évidemment dans cette entreprise constructiviste que Pierre Hélias rejoint Roparz Hemon.

42À première vue, tout oppose les deux hommes. Pourtant, enfants de la laïque tous les deux, ils ont été de brillants élèves et sont devenus professeurs l’un et l’autre. L’un et l’autre, ils ont officié en breton sur les ondes. S’adressaient-ils au même peuple ? Oui et non ; oui, parce qu’à quelques mois près, le peuple breton était demeuré le même ; non, parce que l’émetteur de Rennes n’était pas assez puissant pour atteindre la pointe de Bretagne. Non encore, parce que Roparz Hemon veut façonner un peuple parlant breton à partir de la langue qu’il a, lui, forgée, alors que Pierre Hélias, tout au moins dans les premières années, rejoint le peuple dans la langue qu’il parle, et en parlant comme il parle. Pourtant, Pierre Hélias se met à changer : de simple narrateur de la réalité populaire bretonnante, il glisse imperceptiblement vers un rôle de créateur. Le peuple devient objet. Car, s’il est vrai que la fonction des « Jakez », et dans une moindre mesure des émissions de folklore, est de contribuer à faire le deuil de la société paysanne, qu’en est-il des contes ? La fonction, si fonction il y a, est peut-être plutôt à chercher du côté du producteur lui-même. En effet, Pierre Hélias ne cherche-t-il pas, en plus de l’audience qu’il obtient toujours en faisant rejouer ses « Jakez », à obtenir de l’influence par le changement de registre ? Car l’audience porte la marque du précaire et de l’éphémère, alors qu’on peut espérer pour l’influence une plus grande espérance de vie.

Notes

2 P.J. Hélias, Le quêteur…, op. cit., p. 293.

3 Cf. Anton Le Dantec, « Histoire contemporaine. Comment la mémoire de Roparz Hemon a été salie par Henri Fréville », Bretagne Info. Hebdomadaire breton, n° 78, 2 mai 1998, p. 3 ; Fañch Broudic, Histoire de la langue bretonne, Éditions Ouest France, 1999, p. 51.

4 Cf. OuestFrance des 2425 octobre 1998 ; Bretagne Info, n° 86, 26 juin 1998…

5 Cf. Les photos publiées dans Dalc’homp soñj, automne 1988, op. cit., p. 615 ainsi que les photos publiées par Bretagne Info. L’exception qui confirme la règle, la photo qui illustre la brochure annonçant la pièce de la troupe théâtrale Ar Vro Bagan, « Meurlarjez. Carnaval ». Jouée pour la première fois à Landerneau le 12 juillet 1999, elle met en scène quelques pièces de Roparz Hemon qui apparaît, sur la photo, esquissant un sourire.

6 Cf. la photo de couverture de son ouvrage Les autres et les miens (Plon, 1977) sur laquelle il fume la pipe, une casquette sur le crâne, les yeux rivés dans ceux du lecteur.

7 Cf. les photos qui illustrent les numéros de Ouest France et du Télégramme annonçant sa mort.

8 Cf. la photo de couverture du numéro de Skol Vreizh qui lui est consacré (n° 36, 1997).

9 Cf. N. Blanchard, Leo Weisgerber und die Bretagne, op. cit., p. 4748.

10 Il appartient à la Propaganda abteilung qui dépend de la Wehrmacht. Cf. supra.

11 MA Freiburg, Akte RW 35/217, Bl. 201206. Ce rapport est publié en annexe dans le mémoire de N. Blanchard, op. cit., p. 112117.

12 MA Freiburg, Akte RW 35/217, Bl. 201206. Cf. N. Blanchard, op. cit., p. 116117.

13 Cf. N. Blanchard, op. cit., p. 20.

14 Il théorise cela en 1940 dans un ouvrage publié chez Niemeyer, intitulé : Das Bretonentum nach Raum, Zahl und Lebenskraft/La bretonnitude d’après l’espace, les chiffres et la force vitale. En conclusion du rapport précité, il justifie l’existence des émissions bretonnes par la valeur propre de cette « nature celtique ». Cf. N. Blanchard, op. cit., p. 4346 et p. 117.

15 Cf. André-Jean Tudesq, « L’audience de la radiodiffusion sous la IVe République », Mélanges en hommage à Jacques Ellul, 1983, p. 833.

16 Cf. A.J. Tudesq, ibidem, p. 834835. La demiheure bretonne fut diffusée le samedi soir à 20 heures puis le dimanche soir à la même heure et, enfin, le dimanche à 13h30.

17 Cf. A.J. Tudesq, ibid., 1983, p. 845.

18 Cf. AnneMarie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991, (Ethnologie), p. 287288.

19 Cf. A.M. Thiesse, La création des identités nationales…, op. cit., p. 275279. Le marxisme et la question nationale de Joseph Staline est de 1913 mais il fut publié en France en 1936.

20 Cf. E. Hobsbawm, Nations et nationalisme…, op. cit., p. 213.

21 Cf. « Les petites langues d’Europe », Ar Falz, n° 2, avrilmai 1955, p. 52. Cf. aussi, par exemple, le titre de l’éditorial du numéro de novembredécembre 1954 d’Ar Falz : « Promotion du Breton… Promotion de la Classe Paysanne ».

22 « Ar brezoneg hag ar feiz a zo breur ha c’hoar e Breiz ».

23 « Foi et Bretagne ».

24 Pour la période de la guerre, cf. « Sauvons le breton ! », La Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, vendredi 15 janvier 1943, p. 1114 et vendredi 22 janvier 1943, p. 2022 ; « Ar brezoneg e buhez ar parreziou/Le breton dans la vie des paroisses », ibidem, vendredi 9 avril 1943, p. 106107. Même les querelles internes se font au nom de l’alliance entre foi et breton : cf. « À propos du breton », ibid., vendredi 22 octobre 1943, p. 316318 et vendredi 29 octobre 1943, p. 325327.

25 Cf. M. Nicolas, Histoire du mouvement breton…, op. cit., p. 8789.

26 Yannig Guin, appliquant les théories de Gramsci à la situation bretonne, parle du « parti agraire catholique » (cf. Yannig Guin, Histoire de la Bretagne. Contribution à une critique de l’idéologie nationaliste, 2e éd., Maspéro, 1982, 343 p.).

27 Cf. Gérard Miller, Les pousse au jouir du maréchal Pétain, Paris, Seuil, 1988, (Le Livre de Poche),

p. 47 sq.

28 Cf. Pierre Nora, « Gaullistes et communistes », Les lieux de mémoire. – III. Les France – 1. Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1992, p. 348349). Cf. aussi F. Bouthillon, Les schèmes qu’on abat…, op. cit., p. 18 sq.

29 Cf. Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1997, p. 1. Cf. aussi Maurice Agulhon, « Le centre et la périphérie », Les lieux de mémoire – III. Les France – 1. Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1992, p. 825849, notamment p. 831834.

30 Cf. le récit de cette création par P.J. Hélias dans son Quêteur, p. 290 sq.

31 Cf. Yann Bouëssel du Bourg, « Roparz Hemon et les écrivains de Gwalarn », op. cit. Dans son interprétation des émissions radiophoniques de la période de la guerre, Ph. Modol assimile Roparz Hemon au héros mythologique irlandais Cuchulainn (op. cit., tome 1, p. 196).

32 Arvor, n°163,5mars1944, p. 1. Dans l’imaginaire pangéen, la poste rennaise renvoie aussi certainement au souvenir de la poste de Dublin.

33 G. Connan, » Un grand Congrès », L’Heure Bretonne, n°149, 30 mai 1943, p.2.

34 Pseudonyme de Ronan de la Poix de Fréminville.

35 Jean Merrien, » Une langue de citoyens français : le breton », la Nouvelle Revue Française, 29e année,

n°330,1er août1941, Paris, Gallimard, p.170182.

36 J. Merrien, ibidem, p. 175176.

37 Cf. Tin Gariou, » Gouzout senti/Savoir obéir », L’Heure Bretonne, n°100, 13 juin 1942, p.1.

38 Cf. Roparz Hemon, « 192519501975 », Al Liamm, n°20, mai juin 1950, p. 3031. De nos jours,

Il y a toujours débat pour savoir la part prise par Weisgerber dans l’élaboration de cette nouvelle orthographe. Je n’ai rien trouvé concernant ce sujet dans les archives que j’ai consultées (cf. Andreo Ar Merser, Les orthographes du breton, Emgleo Breiz–Brud Nevez, 3e éd., 1993, 36p.).

39 Dans le numéro du 17 mai 1942, Roparz Hemon avait menacé de quitter le Framm s’il ne bretonnait pas assez (cf. « Ar brezhoneg er Framm Keltiek/Le breton au sein de l’Institut Celtique », n° 71, p. 1).

40 « Kefridi ar vrezhonegerien/L’obligation des bretonnants », Arvor, n°74, 7 juin 1942, 1re page. R. Hemon récidive quinze jours plus tard : » Ar galleg, e reter ar vro, a rank mont da get./Le français, à l’est du pays, doit disparaître »(« Ar brezhoneg e Breizh-Uhel/Le breton en Basse Bretagne », dans Arvor, n°76,21juin1942,1re page : dans la suite de l’article, l’auteur propose un plan d’action dressé en vue de l’éviction du français en Haute Bretagne).

41 Rennes Bretagne diffusait aussi des programmes en gallo, mais hors du domaine contrôlé par Roparz Hemon.

42 Arrêté du 12 décembre 1941, connu sous le nom d’arrêté Carcopino.

43 R. Hemon, « Ar Framm Keltiek/L’Institut Celtique », diffusée le 31 décembre 1942, publiée dans le n°104 d’Arvor sous un titre légèrement différent : » Pal ha labour Framm Keltiek Breizh/But et travail de l’Institut Celtique de Bretagne. ».

44 R.Hemon, » Youenn Drezen (14 Gwengolo 1899-15 C’hwevrer 1972) », Al Liamm, n°151, Meurzh-Ebrel 1972, p. 108.

45 Cf. Tin Gariou, » Ar wirionez !… Dirak dismantrou Roazon/La vérité !…Devant les ruines de Rennes », L’Heure Bretonne, n°139, 21 mars 1943, p.2. Quelques mois plus tard, Tin Gariou assurera que, pour lui, l’avenir de la paix réside dans l’élaboration de l’Europe Nouvelle : » Tri bloaz ’zo (24 mezheven 1940)/Il y a trois ans (24juin1940) », L’Heure Bretonne, n°153,27 juin 1943, p. 1et2.

46 Cf. Skarzh, » Ur vezh ruz ! Quelle honte ! », Arvor, n°102,20 décembre 1942, p.1. Skarzh, qui pourrait se traduire par » Dubalai ! », est un pseudonyme de Roparz Hemon : cf. J. Malo Renault, op. cit., p.116.

47 On estime le tirage entre 25 000 et 35 000 exemplaires.

48 L’Heure Bretonne, n° 114, 19 septembre 1942, p. 1.

49 L’Heure Bretonne, n° 117, 10 octobre 1942, p. 2. C’est l’auteur de l’article qui souligne.

50 Dans les archives du procès de Louis Nemo se trouve une lettre de Kerverziou à Caouissin, datée

du 7 février 1941, dans laquelle il écrit : « R. Hemon eo a sin “Pendaran”/C’est R. Hemon qui signe

“Pendaran” » (ADIV 213 W 66. Procès Némo. 3. Information).

51 Pendaran, « Le breton, porte d’un monde », Arvor, n° 7, 16 février 1941, p. 1.

52 27 avril 1941

53 Pendaran, « Le combat pour “Arvor” », Arvor, n° 21, 25 mai 1941.

54 Cf. Pendaran, « Culte et culture », Arvor, n° 22, 1er juin 1942; Pendaran, « Croisade », Arvor, n° 25,

22 juin 1941, p. 1.

55 Cf. Pendaran, « “Me a lenno” dans les écoles », Arvor, 26 juillet 1942. Jean Sohier (1901-1935) était un instituteur laïque communisant, membre du PNB et fondateur, en 1933, du mouvement Ar Falz (La Faucille) qui visait à promouvoir l’enseignement du breton dans les écoles publiques : cf. Soaz Maria, Yann Sohier et Ar Falz 1901-1935, Morlaix, Ar Falz, 1990, 88 p. Sa méthode de breton est imprimée en 1941 à Rennes, avec une préface de Roparz Hemon, celle-là même qu’incrimine l’Administration à cause de la phrase suivante : « Bien qu’il [Yann Sohier] soit mort, il continuera à conduire les jeunes générations vers la victoire, la victoire des Celtes qui se seront définitivement relevés après des siècles de honte et d’esclavage. » (Traduit du breton par R. Hemon dans son article précité.)

56 « Ni hon-unan/Nous-mêmes », Arvor, n° 89, 20 septembre 1942, 1re page. Cet article provoqua une réaction du Comte de Guébriant qui écrivit à « Monsieur Roparz Hemon, Arvor » pour marquer son désaccord profond et rappeler son soutien à une attitude régionaliste bien sentie : la petite et la grande patrie sont « indissociablement liées ». Cette lettre se trouve dans les archives du procès Nemo. Elle a été publiée par H. Fréville dans son ouvrage déjà cité, Archives secrètes de Bretagne, p. 102-103.

57 Évoquant l’embryon d’université bretonnante créée à Rennes (« skol Emil Ernod Roazhon »), Roparz Hemon avait rappelé cette idée du salut par la langue et avait développé celle du mépris à réserver aux francisants ainsi qu’aux travaux bretons réalisés en français (cf. « E-kreiz mor ar galleg/Au milieu de la mer du français », Arvor, 3 mai 1942, p. 1-2).

58 Skarzh (Roparz Hemon) dans Arvor, n° 143, 10 octobre 1943, p. 1. Dans le numéro n° 143, on lit, encadré, dans le coin droit de la page, en base, ces quelques lignes : « Ar Vretoned?…/Brasañ lezireion a zo er bed, pa vez ret dezho kemer ur bluenn da skrivañ./Les Bretons ?…/Les plus grands fainéants de la terre, quand il leur faut prendre une plume pour écrire ». Cette « fainéantise », cette paresse estrappelée dans un autre billet « Brezel ar Post/La guerre de la Poste » (n° 144, 17 octobre 1943, p. 1).

59 Arvoriad, « Emaint o vont, kentoc’h… », L’Heure Bretonne, n° 107, 1er août 1942, p. 1-2.

60 Cf. Arvoriad, « Yann Saoz ha Yann Ki », L’Heure Bretonne, n° 115, 26 septembre 1942, p. 1 et 2.

61 Cf. le billet de Skarzh dans Arvor, n° 105, 17 janvier 1943, p. 1.

62 En effet, voici ce qu’écrivait Roparz Hemon dès 1926 : « Ha me [sic] reer al lu ac’hanomp, sonjit e tleomp gouzanv eun tammig evit hor bro ; eun deiz hor bezo marteze da rei hor buhez eviti./Et si l’on se moque de nous, pensez que nous devons souffrir un peu pour notre pays ; un jour peut-être, nous aurons à donner notre vie pour lui. » (Roparz Hemon, « A-enep ar gelennadurez diouyezek/Contre l’enseignement bilingue », Breiz Atao, juin 1925, p. 576.) C’est le même Roparz Hemon qui signe, en mars 1926, dans Breiz Atao, un « Chant de guerre/Kanenn vrezel » bilingue (p. 655).

63 Tin Gariou, « Soudarded omp !/Nous sommes des soldats ! », L’Heure Bretonne, n° 93, 25 avril 1942, p. 1 et 4. Dans le n° 108, on commémore l’anniversaire de l’explosion du monument de la Honte : « Contre la bassesse des renégats et des lâches l’éclat du 7 août 1932 fut la protestation du patriotisme breton » ; « 7 août 1932. Naissance de la Bretagne nouvelle. » Ce numéro est très particulier : le titre est rouge (comme le numéro consacré aux Pâques) et l’explosion est représentée visuellement par des éclats rouges éclaboussant toute la page. Cf. l’article de Tin Gariou intitulé « Nann! Non! » (L’Heure Bretonne, n° 108, 8 août 1942, p. 1.)

64 Cf. Hannah Arendt, Le système totalitaire…, op. cit., p. 222.

65 N° 200, 28 mai 1944, p. 1. Le congrès s’est tenu du jeudi 18 mai au dimanche 21 mai.

66 Roparz Hemon, « Roperzh Emmet », Gwalarn, n° 165, mai 1944, p. 280 et 282. Elle fut jouée sur les ondes le 22 avril 1944.

67 Skarzh, « Ar valaenn! Le balai ! », Arvor, n° 101, p. 1. Le titre de l’article, ainsi que la scène décrite, fait aussi penser très fortement au Christ chassant les marchands du temple.

68 Cf. René Girard, La violence et le sacré, Grasset, 1972, 534 p. Pour des applications de la théorie de René Girard, cf. Richard Kearney, « Terrorisme et sacrifice. Le cas de l’Irlande du Nord », Esprit, n° 4, avril 1979, p. 29-44 ; Fabrice Bouthillon, La Naissance de la Mardité…, op. cit., notamment p. 460-466.

69 Cf. Martial Ménard, « Il y a vingt ans. Roparz Hemon nous quittait », Bretagne Info, n° 86, 26 juin 1998.

70 Cf. sa notice biographique dans L. Raoul, Geriadur ar skrivagnerien ha yezhourien vrezhonek, op. cit., p. 321-325.

71 Cf. H. Arendt, Les origines du totalitarisme, op. cit., p. 222.

72 Voici le « conducteur » de la première émission, de la main d’Hélias, sur un papier à entête de Vent d’Ouest : « Émission 1

  • 20 heures – Présentation
  • 20h04 – Eur gerig wen e traon ar mene
  • 20h09 – Jakez Croc’hen ha Guillou Vihan
  • 20h14 – Biniou 20h18 – Ar Bleiz Marc’h (conte)
  • 20h28 – Sylvestric (chant). » (APJH.)

73 En français dans le texte.

74 Littéralement : « Nous ne pouvons vous montrer le diable et ses cornes. »

75 En français dans le texte.

76 APJH.

77 « U.B. »estl’abréviationde » unan bennag », c’est-à-dire » quelqu’un ».

78 En français dans le texte.

79 Bragou ar vaouez/Les pantalons de la femme, APJH. On trouve de nombreux autres exemples dans ce sketch et dans les suivants.

80 C’est ce que R. Jakoson (op. cit.) définit comme étant la fonction métalinguistique du langage.

81 P. Hélias, « Bilan provisoire… », janvier-février 1947, op. cit, p. 25. On peut traduire « ma mabig bihan » par « mon tout petit ».

82 Cf. Pierre-Jakez Hélias, dans l’entretien accordé à Jean Royer et publié sous le titre Hommes de paroles, p. 64. J’en ai trouvé une copie dans les archives déposées au CRBC. Dans la préface, on lit que cet entretien a été réalisé à l’automne 1976.

83 P. Hélias, « L’émission en langue bretonne… », op. cit., p. 433-434.

84 L’intégralité du document se trouve supra.

85 APJH.

86 Cf., par exemple, le texte qui aborde le folklore dont j’ai cité de larges extraits. Étudiant l’œuvre en français de Pierre-Jakez Hélias, Th. Glon voit dans l’image de la ville moderne, un des thèmes récurrents de l’écriture d’Hélias : Pierre-Jakez Hélias et la Bretagne perdue…, op. cit., p. 36 sq.

87 « Entretien avec P.-J. Hélias », Comédie de l’Ouest. Centre Dramatique National, Rennes, 44, décembre 1961, sans pagination. Cette jolie formule sera reprise par Hélias dans son Quêteur de mémoire.

88 Cf. Yves Le Berre, Rapport sur la dissertation bretonne, Rapport de jury de Capes 1995, p. 22-23.

89 Cf. Henri Mendras, Les sociétés paysannes. Éléments pour une théorie de la paysannerie, Paris, Gallimard, 1995, (Folio/histoire), p. 14-15.

90 Ar gwele kloz/Le lit-clos, 28 janvier 1951.

91 Cf. Roland Barthes, « Le message publicitaire », L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, 1985, p. 247-248

92 Dans un registre lacrymal cette fois-ci, cf. l’exemple fourni par Armand et Michèle Mattelart dans Penser les médias, Paris, La Découverte, 1986, p. 128-129.

93 Cf. Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 16.

94 Pierre Hélias sera d’ailleurs amené à théoriser tout cela dans un rapport présenté à la Commission Nationale de Folklore de l’UFOLEA (Union Française des Organisations Laïques d’Éducation Artistique). Ce rapport fut publié en trois parties dans Ar Falz, sous le titre « Folklore et Education Artistique » : n° 6, novembre-décembre 1954, p. 7-8 ; n° 1, janvier-février 1955, p. 21-23 et n° 2, avril-mai 1955, p. 49-50. Dans le chapitre consacré aux « enseignements artistiques du folklore », il traite du théâtre : P. Hélias rapporte ce qu’il a expérimenté, essayé, ne retenant pour ses lecteurs que ce qu’il a réussi. Ce texte est plein de finesse et donne toute la mesure du doigté de P. Hélias dans son office de réalisateur. S’y dessine le caractère des « Jakez » et des « Loullig ».

95 Lettre du 28 novembre 1956. APJH.

96 Cf. Francis Balle et Jean Cazeneuve, « L’information collective et les mass media », Encyclopédie de la sociologie, Larousse, 1975, p. 342.

97 Cf. Dominique Wolton, Éloge du grand public, Paris, Flammarion, 1990, p. 124126. Cf. du même auteur, la partie « Télévision, le lien social », dans Penser la communication, Champs – Flammarion, 1998, p. 95140.

98 Cf. Sigmund Freud, « Deuil et mélancolie », Métapsychologie, Gallimard, collection folioessais, 1968 (1re édition française), p. 145171. Le texte a été publié pour la première fois en 1915.

99 Cf. AnneMarie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste…, op. cit., p. 292.

100 Cf. Bertrand Hervieu, Les agriculteurs, Paris, PUF, 1996, (« Que sais-je ? »), p. 118119.

101 C’est bien ce qu’écrit un commentateur à propos du Grand valet, pièce dont il s’attache à montrer le réalisme, « tout au moins le vérisme » : cf. J. Cormerais, « L’œuvre bretonne de Pierre Hélias », op. cit., p. 465-466. Cette pièce est la traduction française de Mevel ar Gosker, publiée dans le n°8 de la revue Brud (printemps 1959).

102 P.-J. Hélias, Le Cheval d’orgueil…, op. cit., p. 548.

103 Le nouveau Petit Robert.

104 Cf. Y. Le Berre, Rapport sur la dissertation bretonne…, op. cit., p. 20.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search