Version classiqueVersion mobile

Catholicisme social et urbanisme

 | 
Maryvonne Prévot

Chapitre IV. De la recherche comme langage de substitution à la crise de la recherche urbaine contractuelle

Texte intégral

  • 1 Archives privées de Maurice Ducreux. Deux longues notes, manuscrites et tapuscrites, vraisemblablem (...)

1Dès l’entame de ce travail, nous avons cherché des clés de lecture et de compréhension du précieux matériau de base que constituaient ces notes, fragmentaires ou longues, dans lesquelles Maurice Ducreux s’était dit sa vie durant. Cet exercice auquel il s’était continûment adonné relevait à la fois d’une introspection/reconstruction sur le mode de la révision de vie, mais aussi d’une gestion du for intérieur par laquelle il aurait cherché à faire corps, malgré tout, avec les deux « entreprises de salut » auxquelles il a appartenu. Rapportée au champ des sciences sociales, cette démarche était justiciable d’une référence à un double registre : celui de la recherche-action, dont Maurice Ducreux a finalement fait profession dans des conditions devenues difficiles nous le verrons, et celui du processus de confrontation permanente entre orthodoxie et orthopraxie. La décennie postconciliaire et post-soixante-huitarde qui s’ouvre est pour lui, comme pour d’autres, celle d’une véritable crise religieuse, plus encore, celle d’une crise du langage religieux. Chez cet observateur-acteur aigu du « milieu communiste1 » sur le temps long de son installation à Ivry, cette crise première va se doubler d’une crise identitaire et partisane, sur fond de désindustrialisation, de recomposition sociale et culturelle des mondes ouvriers et d’une reconfiguration géopolitique globale de l’agglomération parisienne sciemment menée par le pouvoir gaulliste dès les années 1960. Les élus locaux vont effet lutter en vain contre la réforme départementale de la Seine et de la Seine-et-Oise, qui donne naissance aux sept nouveaux départements de la Région parisienne, dont la Seine-Saint-Denis (Bellanger E., 2012), officiellement instituée le 1er janvier 1968. Toutes ces mutations, que le chercheur et le militant Maurice Ducreux vit et cherche à mettre à distance tout à la fois, affectent et transforment les organisations (PCF, CGT) qui entendaient représenter ce monde ouvrier et avaient contribué, tant à son homogénéisation symbolique qu’à sa visibilité et à sa promotion publiques (Mishi, 2007) depuis l’entre-deux-guerres. Si le jeune département de Seine-Saint-Denis, par exemple, ou le Val-de-Marne restent un haut-lieu de radicalité et d’espérance politiques encadré et transfiguré par le socialisme et le communisme municipal (Bellanger E., op. cit., p. 189), il n’en demeure pas moins très vite contrarié par les conséquences d’une reprise de l’immigration et des formes concurrentielles de la représentation de ce « peuple ouvrier » précisément.

Maurice Ducreux dans les années 1970 : l’écriture du moi comme signe d’une crise du langage religieux

Maurice Ducreux, un « troisième homme » (Roustang) parmi d’autres ?

  • 2 Sous l’influence de son président d’alors, Philippe Warnier, La Vie Nouvelle se gauchise : « Le mar (...)

2Dans les notes retrouvées, qui datent pour une bonne part des années 1970, on peut voir la manifestation non seulement de la « crise religieuse » vive durant cette décennie, mais aussi celle du langage religieux (Schlegel, 2012, p. 287-289). Le début des années 1970 est, pour Maurice Ducreux comme pour d’autres militants de La Vie Nouvelle2 par exemple, le moment d’une politisation/marxisation accentuée et d’une crise religieuse qui ne cesse de s’approfondir. Il a longuement réfléchi au travail salarié qui lui permettait de partager une condition commune. Il n’a eu de cesse de refuser une existence séparée de prêtre, consacrée uniquement à des activités sacerdotales, sans solidarités sociales :

  • 3 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, vraisemblablement postérieure à 1970.

« La raison de ce détachement pourrait s’expliquer par un changement dans ma façon d’être présent au monde. Travaillant depuis 15 ans, je ne m’explique pas ma vie professionnelle comme un lieu où j’aurais une mission d’Église à remplir mais simplement comme une condition normale de la vie humaine. Et j’ai d’autant plus cherché à vivre comme tout le monde dans mon travail et dans mes relations que j’ai senti combien l’Église, dans sa traduction temporelle, était vraiment une affaire étrangère à la vie de mon milieu et un modèle de société et de relations humaines sans grand intérêt dans la construction des hommes. Je crois donc m’être déclergifié [sic]3. »

3Dans cette note, le malaise est constamment perceptible. Il découle d’une perte de sens du statut qui est le sien, des pouvoirs et des contraintes auxquels il fait face, mais aussi des vérités reçues et de l’abri – ce « sol constitué » dont parle Michel de Certeau (1977) – qu’elles pouvaient offrir et qui maintenant se dérobent :

« Après vingt ans de sacerdoce, après les problèmes qui ont marqué la vie de l’Église et du monde pendant cette période, je cherche maintenant quelle est la signification de la vie, la réalité de la foi, le signe vivant de l’Église. Ce qui m’a animé au point de départ ne m’anime plus et ne me semble plus aussi évident. En regardant la forme concrète de mon existence, je suis incapable de dire quel message je transmets ou j’ai à transmettre, quelle Église je souhaite voir naître pour l’avenir à travers toutes les mises en question actuelles... »

4Plus loin, il ajoute :

  • 4 Note de 1977. Phrase soulignée par nous.

« Le vrai problème c’est de définir ma foi et d’être épris de l’aventure religieuse du monde. Je suis épris de son aventure humaine avec toutes ses contradictions. J’apporte ma petite part à cette construction humaine. Il y a chez moi un certain tempérament de militant et d’homme de relation. J’aime à détecter chez l’homme et dans le monde les valeurs que je crois positives. Elles m’étonnent, m’émerveillent. Mais cela n’a rien d’extraordinaire. Je ne pense pas que ce soit une vision de foi. Alors le problème de l’objet même de la foi est entier, de Dieu, de son contenu, de son explication, de son achèvement. Je voudrais m’atteler à ce problème avec toute mon énergie mais, d’une part, le rythme professionnel, les sollicitations de la vie sont autant d’alibis qui me font repousser cette recherche mais surtout, je la désire mais je n’en ai pas le courage. Car quand je réfléchis sur le contenu de ma foi, je la trouve si simple et si fragile par rapport à la complication et à la dureté de la vie, que je rencontre le trouble4... »

  • 5 À ce sujet, lire Pelletier Denis, « Pratique et écriture de la crise catholique chez Michel de Cert (...)

5La crise, souligne Jean-Louis Schlegel, déborde la question du statut. Même s’il était à Kinshasa et qu’il n’a pas vécu, ni même compris encore moins adhéré au « moment mai 1968 » et à cette « prise de parole » (Certeau, 1994, p. 40-575 ; Hirschman, 1970), Maurice Ducreux est incontestablement travaillé par sa dynamique critique, sa face de rejet, sa forme de refus :

  • 6 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, postérieure à 1975.

« J’ai cru dans un premier temps retrouver une unité dans mon engagement religieux et politique (le concile, un certain libéralisme dans la MDF, l’équipe scientifique), d’où le choix du logement à Ivry. Tout en reconnaissant la rigidité du parti : c’est vers lui et par lui que je croyais possible la transformation de la société. Un certain courant contestataire, gauchiste de l’Église, m’a isolé de mes amis. La révolution dans l’Église ne m’intéressait pas6... »

6Pour Michel de Certeau (Certeau, op. cit., p. 42).

« C’est sa fragilité que de ne s’exprimer qu’en contestant, de ne témoigner que du négatif. »

  • 7 Cf. un entretien de près d’une heure [http://www.rtbf.be/video/vnoms-de-dieux?id=1749989&category=v (...)
  • 8 Dans Christus, revue de spiritualité jésuite fondée en 1954, François Roustang analyse l’évolution (...)
  • 9 Titre d’un numéro de la revue Christus de 1973. Cette année-là Maurice Ducreux adhère officiellemen (...)
  • 10 Dosse F. (2002), Michel de Certeau : le marcheur blessé, Paris, La Découverte, p. 74-79, concernant (...)

7De Michel de Certeau à Maurice Bellet7, en passant par « Le Troisième homme » de François Roustang (Christus, 1966), cette crise du langage religieux8, précédant de peu l’entrée de la foi dans une sorte de mutisme, dans le « temps du silence » (Christus, 1973)9, a été pointée, comme l’emploi de la rhétorique marxiste qui aurait contribué en maintes occasions à occulter la blessure intérieure. Le substantif (blessure) ou l’adjectif (blessé) reviennent, que ce soit sous les plumes de François Dosse (Dosse, 2002) pour qualifier Michel De Certeau10, de Rose-Marie Lagrave pour évoquer le « taiseux » Placide Rambaud (Lagrave, 2009) ou sous celles, conjuguées, de Nathalie-Viet-Depaule et Charles Suaud (Viet-Depaule et Suaud, 2004, p. 11) :

« Tous ces hommes qui ont été à l’origine d’un type d’apostolat établi sur le seul mode de la présence sont si déchirés, si meurtris que leurs blessures, cinquante ans plus tard, sont encore ouvertes. »

  • 11 Appelé par André Mandouze, Jean Baboulène en deviendra rédacteur en chef dans les années 1950.
  • 12 Ce jésuite né dans le Doubs et ordonné prêtre en 1931 a été honoré de la Croix de guerre et du titr (...)

8Les interrogations douloureuses de Maurice Ducreux n’ont pu laisser indifférent son ami, le jésuite Jacques Sommet (1912-2012), membre comme lui de l’équipe scientifique de la Mission de France. Celui qui dirigea le service Incroyance et Foi de la Conférence des évêques de France est né au sein d’une famille de soyeux lyonnais. Très jeune, il occupe des responsabilités industrielles avant d’entrer, en 1934, dans la Compagnie de Jésus. C’est le premier d’une longue série d’engagements : dans la Résistance d’abord, qui le conduit à participer à la fondation de l’hebdomadaire Témoignage chrétien11 aux côtés de Pierre Chaillet12, puis dans l’aventure des prêtres-ouvriers, à laquelle il apporte la profondeur de sa réflexion. Comme Maurice Ducreux, Jacques Sommet veut ouvrir l’Église sur la société, y compris dans des univers apparemment hostiles. Affecté à la formation des jeunes jésuites dans les années 1950, il leur fait connaître la pensée marxiste et noue de nombreuses amitiés avec des personnalités communistes. Dans les années 1960, avec les autres supérieurs généraux religieux en France, les Provinciaux jésuites travaillent à rendre possible la reprise du ministère des PO. En 1962, le Père Jacques Sommet, promoteur de la Mission Ouvrière dans la Compagnie – tout comme Jean Lacan que Maurice Ducreux retrouve au sein du MRAP à Ivry – indique les raisons de la Compagnie de s’intéresser à la Mission Ouvrière, dans une lettre à l’épiscopat français :

  • 13 Texte extrait du site [http://www.jesuites.com/histoire/mo/].

« Il est de la nature propre de la Compagnie [...] d’envoyer ses membres partout dans le monde dans les situations les plus difficiles, là où les besoins spirituels sont les plus urgents et où les moyens ordinaires sont déficients ou inexistants... L’évangélisation du monde ouvrier français, avec une proximité immédiate de travail représente aujourd’hui un champ missionnaire, difficile et urgent, où la Compagnie apportera sa participation... Par sa formation et sa spiritualité, la Compagnie a le souci d’atteindre l’homme dans la réalité concrète de son existence quotidienne, à travers les conditionnements qui marque son destin historique. Dans la civilisation actuelle, civilisation de masse et civilisation de travail industriel, la Compagnie est attirée nécessairement par cette proximité avec la condition de l’homme dans les usines et sur les chantiers, afin de lui proposer, à partir de cette situation vécue ensemble, les perspectives et les conditions de sa promotion totale et de son salut. La tradition de la Compagnie de Jésus et le Père Général Janssens insistent sur la nécessité d’être présent apostoliquement, avec une égale diligence, auprès des plus pauvres comme des plus responsables. L’apostolat de la Compagnie auprès des responsables et des intellectuels doit avoir nécessairement son équilibre et son répondant par une présence dans le monde ouvrier afin de participer, dans son propre sein, à l’unification même de la présence de l’Église en tous les milieux et dans toutes les conditions de vie13. »

  • 14 Informations en bonne partie extraites de [http://www.jesuites.com/2012/10/jacques-sommetherault-li (...)
  • 15 Sur l’histoire de la revue, ses thèmes et les crises qui la traversèrent, des textes et témoignages (...)

9Sous son impulsion, la Mission Ouvrière de la Compagnie de Jésus (MOSJ) française prend de la consistance, se donne des moyens pour assurer confrontation, soutien et discernement. En 1965, Vatican II reconnaît d’ailleurs le ministère de PO. Toutefois, le jugement de Jacques Sommet lui fait prédire « l’éclatement des marxismes » dès les années 197014. Son expérience au camp de Dachau où il fut déporté en 1943 avec Edmond Michelet a nourri une œuvre puissante et littéraire, accueillie dans la revue Études dès 1945 où il publie : « La Condition humaine. Le camp de Dachau ». En 1977, il reprend et amplifie ce texte majeur dans la revue Christus, qui n’a cessé d’explorer, à travers les écrits de Michel de Certeau et d’autres, le lien entre le spirituel, la mystique et la culture contemporaine, prise dans tous les sens du terme, religieuse, politique, psychanalytique, linguistique15, etc. :

  • 16 Jacques Sommet, « Politique à Dachau », Christus, no 93, janvier 1977, p. 253.

« Tu as besoin des plans les plus vastes élaborés par tous les hommes, tu dois te porter aux plus fraternels pour te donner à Dieu à sa mesure et non selon l’idée toujours bornée que tu te fais de Lui. La fidélité à l’homme t’oblige à découvrir non en toi mais au sein de ses projets, de ses passions, de ses aventures, même pitoyables, l’Appel qu’il ne sait pas discerner par lui-même...
Quel homme, qui de nous, rescapés de Dachau, pourra se défaire de l’angoisse qui lui traîne au cœur ? Car pourra-t-il jamais savoir s’il est revenu vivant pour avoir refusé le service qui l’eût couché pour toujours dans le commun sommeil des disparus ? Au moins trouve-t-il dans ce doute tenace la résolution de travailler de toutes ses forces à l’œuvre que leurs mains seraient seules dignes d’accomplir16. »

Lorsque les notions de pluralisme des options politiques et pastorales troublent certains autant qu’elles peuvent en réjouir d’autres

  • 17 Parmi les évêques en poste en 1972, Mgr Béjot était Centralien, Mgr Bardonne et Mgr de la Brousse é (...)
  • 18 Pluralisme qui existe, de fait, depuis la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle.
  • 19 Cf. Garaudy René, « Structuralisme et “mort de l’homme” », La Pensée, no 135, 1967.
  • 20 En mars 1969, le Secrétariat de l’épiscopat convoquait une rencontre nationale des vicaires générau (...)

10Ces mêmes années voient un autre personnage incarner l’acceptation officielle par l’Église de France du pluralisme des engagements politiques et pastoraux des catholiques. Cet homme c’est Gabriel Matagrin. Né dans le Rhône dans une famille de notaires, il fait ses études secondaires à Lyon, prépare Polytechnique17 puis entre au séminaire de Francheville, près de Lyon. Il demeure de longues années à Lyon – comme professeur puis directeur spirituel à l’Institution des Chartreux de 1945 à 1954, vicaire de Saint-Augustin de 1954 à 1956, aumônier d’Action sociale de 1956 à 1960, vicaire général chargé de l’Action catholique, de l’action sociale et des œuvres pour l’ensemble du diocèse, puis évêque auxiliaire des cardinaux Gerlier, Villot et Renard de 1965 à 1969, date à laquelle il est nommé évêque de Grenoble. À l’issue de l’Assemblée de l’épiscopat qui s’est tenue à Lourdes en octobre 1970, c’est lui qui présente le résumé des travaux sur les « Nouvelles approches de la vie politique et des rapports foi-politique ». Loin de porter un regard négatif sur les tensions qui agitent alors le catholicisme français, les évêques français en viennent, à son initiative, à accepter l’idée que le conflit, né de et dans la vie démocratique, puisse se transporter à l’intérieur même de l’Église, et qu’il puisse être à la fois l’épreuve et la dynamique d’une foi commune. En 1972, la déclaration « Pour une pratique chrétienne de la politique », élaborée une nouvelle fois sous l’égide de l’Assemblée de l’épiscopat français, est encore l’œuvre du même Gabriel Matagrin. Si pour certains, il s’agissait d’une audacieuse reconnaissance du pluralisme des catholiques18, d’autres y ont vu un dangereux glissement à gauche d’un épiscopat gagné au marxisme ce que son texte « Christianisme et marxisme », fort critique, de 1976 tendrait à contredire. Sans doute Gabriel Matagrin, qui fut un des plus jeunes pères de l’aula conciliaire en ayant participé à la dernière session comme évêque auxiliaire de Lyon, estimait-il que le concile avait davantage été le point d’aboutissement de revendications anciennes, nées au lendemain de la Première guerre mondiales, qu’un véritable point de départ. Comme responsable d’étudiants, il avait été rapidement sensible au décalage entre le ton du concile, « très humaniste » et les récentes « idéologies de la mort de l’homme » qui triomphaient alors dans les milieux intellectuels et étudiants, avec la vogue du structuralisme19 (Pelletier, 2010 ; Cuchet, 2013, p. 23-24). Quoiqu’il en soit, il y a bien concomitance entre la reconnaissance du pluralisme politique (en 1972) et la reconnaissance, par les Responsables Pastoraux des Grandes Villes (RPGV)20 réunis à Paris en 1973, du pluralisme des options pastorales (Chatelan, 2012, p. 235-236). Pour autant, Olivier Chatelan conclut à un sentiment de trouble à l’issue de cette séquence qui traduirait, là encore, une crise du langage à l’intérieur du clergé, entre critique d’un discours auparavant jugé trop autoritaire et désarroi devant un autre qui ne serait désormais plus ou pas assez normatif :

« À ce titre, la reconnaissance d’un pluralisme politique et pastoral n’a pas toujours aidé les prêtres : au contraire il a renforcé un sentiment d’équivoque permanente ; comme si se trouvait désormais dépliée une infinité de possibles qui déconcertent et remettent en cause le statut même du prêtre et de l’Église dans les sociétés urbaines. À quoi sert-il de discerner s’il s’agit seulement de recenser ce qui existe ? Comment penser un langage commun quand le pluralisme ouvre un espace gros d’ambiguïtés non résolues ? » (Chatelan, 2012, op. cit., p. 223).

La recherche de langages de substitution ou la Recherche comme langage de substitution

11Nous formons l’hypothèse que c’est bien cette crise du langage religieux qui expliquerait, pour partie au moins, l’attirance puis l’adoption, par Maurice Ducreux et d’autres, de langages de substitution. L’activité de chercheur en sciences sociale à temps plein mais aussi de militant politique – il adhère au PCF en 1973 – et associatif dans la lutte contre le racisme (MRAP) lui en aurait fourni les occasions. Cette adoption de langages de substitution accompagne et accentue un phénomène autrefois analysé par Jean-Marie Donegani (1979), celui d’une fréquente substitution de pratiques non religieuses – professionnelles, caritatives, associatives, etc. – à la pratique cultuelle traditionnelle :

« Comme si, d’une certaine manière, vouloir restaurer son unité lorsqu’on est né catholique et qu’on veut être de gauche, passait par l’invention d’un monde où l’homme deviendrait Dieu parce que Dieu s’est fait homme » (Donegani cité par Feertchak, op. cit., p. 43).

  • 21 « Il avait un pragmatisme au ras du sol comme Henri Coing ce “socio-prêtre” de son époque qui s’ach (...)
  • 22 Publication des chrétiens progressistes qui succéda à la Quinzaine interdite par le Saint-Office en (...)
  • 23 Courriel de Bernard Terranova, ancien directeur des agences d’urbanisme de Reims et d’Orléans à l’a (...)
  • 24 Cf. supra, même chapitre, à propos de la revue Espaces et sociétés et du « réseau grenoblois » au B (...)

12D’autre(s) langage(s) que la rhétorique marxiste attirèrent Maurice Ducreux, sans toutefois qu’il ne se les approprie clairement dans ses propres écrits, très méfiant qu’il était au fond envers les usages de la sémantique21. Ce sont ceux que l’on pourrait classer dans la catégorie des sémiologies. Les traces que nous en avons décelées dans ses archives personnelles relèvent de trois démarches différentes mais qui manifestent toutes la quête d’un sens explicatif caché ou perdu. Maurice Ducreux a ainsi conservé deux exemplaires de La Lettre22 consacrés aux travaux de Fernando Belo. Fervent adepte de Roland Barthes et de son essai intitulé S/Z, cet ancien prêtre portugais exilé à Paris publie en 1974 Lecture matérialiste de l’Évangile de Saint-Marc aux éditions du Cerf. Belo entendait y combiner une exégèse historico-critique et une linguistique structurale sous pavillon marxiste. Il ne s’agissait pas de se livrer à nouveau à une exégèse mais de voir en quoi la Bible témoignerait d’une pratique subversive pouvant faire figure de modèle pour le militant chrétien du temps présent. Pour Yvon Tranvouez (Tranvouez, 2012, p. 537), même si ces débats quelque peu ésotériques ne rencontrèrent que des échos très amortis dans les milieux exégétiques autorisés et que ces lectures matérialistes de la Bible ne survivront pas à la disparition d’un gauchisme chrétien qu’elles avaient vocation à légitimer, elles ont contribué à développer, chez certains catholiques – notamment parmi les professionnels investis dans les milieux de l’urbanisme23 –, une pratique d’appropriation des textes bibliques affranchie des médiations ecclésiales. Par ailleurs, Maurice Ducreux a travaillé et s’est lié d’amitié pendant de longues années au BERU avec Alain Medam, « figure » intellectuelle de l’époque, un peu oubliée aujourd’hui24. En 1971, il publie La Ville censure, dans laquelle il articule les discours des citadins et la capacité sémantique des lieux à les accueillir. Nous pensons que la crise de sens vécue par Maurice Ducreux a trouvé des échos dans l’exploration, par Alain Medam et Jean-François Augoyard, son thésard et ami grenoblois, des dynamiques à travers lesquelles l’espace urbain est soumis à un processus de perte ou de gain de sens, de désémantisation/resémantisation (Lebreton, op. cit., p. 248-250). Dans L’invention du quotidien (t. 1, p. 139-154), Michel De Certeau reprendra l’essence de leurs réflexions sur « une ville transhumante, ou métaphorique (qui) s’insinue dans le texte clair de la ville planifiée et visible ».

  • 25 Pas seulement du rapport à l’espace. Les discussions sur les apports de la psychanalyse et l’extrêm (...)
  • 26 Précisons toutefois que Maurice Ducreux a acheté un appartement dans un petit immeuble du 129 de la (...)
  • 27 Entretien de l’auteur avec Annie et Claude Chaton au Kremlin-Bicêtre le 5 avril 2012.
  • 28 Renaudie Jean (1992), La logique de la complexité, texte édité par Patrice Goulet et Nina Schuch, P (...)
  • 29 C’est tout à fait le sentiment que nous avons ressenti quand nous avons interrogé Raymonde Laluque (...)

13Dans le même ordre d’idée, Maurice Ducreux s’intéressa, à l’évidence, aux explorations psychosociologiques et psychanalytiques du rapport à l’espace25, à sa qualification psychique et, notamment, au logement comme « corps propre de l’être » (Palmade, 1981). Nous avons aussi retrouvé dans ses archives le travail que réalisa Françoise Lugassy en 1973-1974, pour le compte du Plan Construction, à propos des Réactions à l’immeuble Danielle Casanova à Ivry. Dès son entrée au BERU en effet, Maurice Ducreux s’est investi dans l’opération de rénovation/remodelage d’Ivry-centre (Chaljub, 2009) choisissant même d’y vivre et d’acquérir un appartement26. Il ne put qu’y vérifier que ce que les travaux de Jacqueline Palmade, Françoise Lugassy, Françoise Couchard ou encore Philippe Dard soulignent, à savoir combien les politiques de l’habitat en grands ensembles des Trente Glorieuses ont été, la plupart du temps, confrontées à un « manque de sens » des espaces produits, sans histoire ni significations pour les populations, populaires le plus souvent, auxquels ils étaient destinés. à l’inverse, la rénovation d’Ivry-centre fut source de satisfaction, voire de fierté pour Maurice Ducreux27, peut-être influencé, précisément par Françoise Lugassy, d’ordinaire critique, qui trouva la complexité architecturale des étoiles de Jean Renaudie propice à une appropriation/réinterprétation/projection individualisée, bref à la différenciation (Lebreton, op. cit., p. 277). Pour Jean Renaudie, l’architecture avait en effet « le rôle de satisfaire la diversité humaine28 » et de permettre ces différences, notamment par le biais de terrasses-jardins prolongeant les logements (ill. 15), que l’architecte avaient imaginées comme des interstices, des espaces de transition, brouillant les limites entre le privé et le public et susceptibles d’engendrer des contacts entre voisins. Depuis, Sabrina Bresson (Bresson, 2008) s’est penchée elle-aussi sur la réception de l’immeuble à loyers normalisés (ILN) Danielle Casanova, livré en 1972 (ill. 13), et comprenant 82 logements, des commerces et locaux administratifs au rez-de-chaussée, révélant des inégalités dans les « compétences à habiter ». Elle détaille ainsi l’existence de trois catégories correspondant aux trois vagues successives de peuplement. La première, celle des primo-arrivants, serait celle des convaincus, socialement homogènes à leur arrivée (des jeunes couples avec enfants en bas âge, qui sortaient d’un premier logement vétuste). Ils ont vécu leur arrivée comme un progrès, emménageant dans le contexte d’ascension sociale des Trente Glorieuses ; ils se sont investis dans la vie collective de l’immeuble, sont souvent les investigateurs des associations de locataires et des réunions festives entre voisins. Ils ont la conviction d’avoir participé à une expérience architecturale inédite en produisant un discours qui relève d’une perception avertie sur les formes, les volumes ou la lumière des lieux qu’ils se sont appropriés et qu’ils savent mettre en scène29. La seconde génération, numériquement faible dans l’immeuble et vouée, semble-t-il, à disparaître, est arrivée dans les années 1980-1990 au terme d’un parcours résidentiel différent, après trois ou quatre attributions de logements HLM. Jeunes couples avec enfants mais plus faiblement instruits et touchés par la récession, ils aspirent idéalement à devenir propriétaires d’un pavillon, s’investissent peu dans les initiatives collectives d’un immeuble dont les espaces leur apparaissent trop contraignants et trop éloignés de leur normes culturelles d’habitation. Reste la troisième vague, celle des « adeptes » des années 2000, encore différente ; une population culturellement favorisée, venant le plus souvent du parc locatif privé que l’arrivée d’enfants pousse à quitter leur petits appartements de centre-ville pour soumettre une demande auprès de l’OPHLM parce qu’ils ont une connaissance préalable des bâtiments de Renaudie. Dès lors, leur démarche s’apparente à celle d’une distinction sociale – amorce d’une gentifrication ? –, par le réinvestissement du modèle architectural initial autour des questions écologiques, de proximité et d’accès aux services, etc.

Fonder et animer la revue Espaces et Sociétés ou pourquoi et comment accéder autrement à la « fonction auteur » pour l’aménageur et l’architecte

  • 30 Cf. Michel Foucault et la fonction-auteur [http://www.fabula.org/atelier.php?search=Michel+Foucault (...)
  • 31 Bernard Archer y publiera un article à partir de son rapport d’étude, « domicilié » à l’UDRA/ESA et (...)

14Dans l’entourage proche de Ducreux, nombreux furent ceux passés par les bureaux d’études ou les ateliers d’architecture, à avoir éprouvé comme lui le besoin d’accéder autrement, par le biais de la recherche et de la participation à des revues, à la « fonction auteur » (Foucault, 1969)30. Ducreux est devenu auteur à part entière, visible, lorsqu’il a commencé à publier et signer ses études dans un contexte de collaboration scientifique avec des organismes de recherche, à l’étranger ou en France (CNRS). Cette double posture de praticien et de chercheur, son ami Bernard Archer va aussi la revendiquer. Après avoir été la cheville ouvrière des opérations du BERU en Basse Seine puis à Ivry-centre, le Centralien décide, un temps au moins, de prendre du recul et de publier ses analyses en signant, lui aussi, des rapports de recherche puis des articles dans les revues Espaces et Sociétés ou les Annales de la recherche urbaine31 :

  • 32 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

« J’ai participé au lancement de cette revue (Espaces et Sociétés) car Alain Medam m’avait fait entrer au comité de rédaction sous prétexte qu’il fallait associer, aux théoriciens de grande réputation (Henri Lefebvre, Anatole Kopp, Raymond Ledrut), des intellectuels “montants” (Manuel Castells, Michel Coquery, Edmond Préteceille, Pierre Riboulet, Alain Medam) et des “passeurs”. J’étais un passeur, ainsi que, notamment, Jean-Louis Destandau. Nous étions arrivés dans cet aréopage suite à la publication de La ville censure d’Alain Medam, par Anthropos. à cette occasion Serge Jonas, l’éditeur, s’était intéressé aux productions du programme de recherche qui nous finançait. Le lancement de la revue présentait pour lui de graves risques et ce programme pouvait l’aider à les surmonter32. »

  • 33 Entretien téléphonique avec l’auteur du 20 avril 2013.
  • 34 La biographie de référence reste celle de son disciple Rémi Hess, Henri Lefebvre et l’aventure du s (...)
  • 35 Résistant valeureux au sein du mouvement Combat, Jean Pronteau adhère au PCF dans la clandestinité. (...)
  • 36 [http://www.cairn.info/en-savoir-plus-sur-la-revue-l-homme-et-la-societe.htm].
  • 37 Cf. Jean Deroche, Claude Guislain, Georges Loiseau, Jean Perrottet, Pierre Riboulet, Pierre Vago, « (...)

15Alain Medam (1998, p. 20-21) précise que La ville censure, livre dont il avait entrepris la rédaction en 1967, devait paraître en 1971 dans une collection dirigée par Henri Lefebvre chez Anthropos, alors même que se créait la revue, sous son égide également. Il invita ses plus proches amis du BERU à participer au « collectif de rédaction » (Archer, Destandau), mais son implication personnelle, en qualité de secrétaire de rédaction, fut cependant la plus importante, ce que nous a confirmé Jean-Louis Destandau33. À vocation sociologique, elle affiche l’intention d’être une « Revue critique internationale de l’aménagement, de l’architecture et de l’urbanisation ». Espaces et Sociétés paraît donc pour la première fois en 1970. Co-fondée par Anatole Kopp et Henri Lefebvre34, elle vient compléter l’offre intellectuelle – le « bouquet » de revues pourrait-on dire – que Serge Jonas le directeur de publication a créé depuis 1966. En effet, à la tête des éditions Anthropos qu’il a contribué à fonder aux côtés de Jean Pronteau (1919-1984)35, il entreprend de publier cette année-là Autogestion, revue fortement inspirée par les thèses de Proudhon mais aussi de Georges Gurvitch. Elle paraît, sans discontinuité, entre 1966 et 1984, mais prend le nom d’Autogestion et socialisme dès 1970 et bénéficie d’un soutien du CNRS. En 1966 toujours, c’est au tour de la revue L’Homme et la société d’être lancée sous sa houlette et celle de Jean Pronteau que l’on retrouve évidemment au sein du collectif de rédaction d’Espaces et Sociétés. Cette revue de sociologie se réclamant ouvertement du marxisme n’a depuis cessé de paraître, chez Anthropos d’abord, puis L’Harmattan aujourd’hui36 (Busquet, 2007, p. 163). Grégory Busquet emprunte aux travaux de Jean-François Sirinelli (Sirinelli, 1987, p. 176) pour qualifier la revue Espaces et Sociétés d’« instance de légitimation » dans le champ de la sociologie urbaine. Pour certains, à l’instar de l’architecte et membre de l’Atelier de Montrouge (ATM) Pierre Riboulet (Blain, 2001), elle agirait comme une véritable « porte d’entrée dans le milieu intellectuel », mais ajouterait aussi, pour d’autres (Archer, Destandau), une corde prestigieuse de plus à un arc déjà bardé de diplômes et de réseaux. Tous deux membres de l’ATM, Pierre Riboulet et Jean Véret fondent Environnement mai 68 (EM68) articulé autour des thèmes de la condamnation du mode de production capitaliste de l’architecture et de l’« aliénation » des habitants d’une part, et de la lutte pour l’avènement d’une « véritable démocratie socialiste » donnant aux hommes le « droit à l’habitat » et à sa coproduction, à son appropriation et à la création collective, de l’autre37. C’est dans les pages de la revue Espaces et société que Pierre Riboulet tient ses thèses les plus radicales tout en adhérent discrètement au PSU. Après avoir dressé une radiographie critique des conditions d’habitat en banlieue parisienne dans sa maîtrise de sociologie en 1975, il rédige un essai sur les rapports entre Architecture et classes sociales en France qui devient une thèse de Doctorat d’État ès Lettres et Sciences humaines en 1979 sous la direction de Nicos Poulantzas et qui, à bien des égards, peut être vu comme le Livre blanc du logement social dont l’idée avait été lancée par EM68 (Blain, 2001, p. 326). Pierre Riboulet partagera aussi avec Maurice Ducreux la préoccupation du sort des immigrés en ville en publiant sur ce thème « Travailleurs immigrés : les réprouvés de la ville » dans le quatrième numéro d’Espaces et Sociétés en décembre 1971.

  • 38 Cf. Fortier Bruno, Riboulet Pierre, « Dialogue sur une stratégie de l’espace (1760-1820) », colloqu (...)
  • 39 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013. Grégory Busquet a analysé (...)
  • 40 Rappelons ainsi que Manuel Castells (« Y a-t-il une sociologie urbaine ? », Sociologie du travail, (...)
  • 41 Cf. Chemetov Paul, Kopp Anatole, Renaudie Jean, Riboulet Pierre, « L’architecture parle-t-elle poli (...)

16Espaces et Sociétés sert donc à la fois de lieu et de relais de diffusion critique au sein des milieux scientifiques spécialistes de la Ville, et parmi les professionnels, qu’ils soient architectes, urbanistes, administrateurs ou élus. Les colloques, de Royaumont en mai 1968, Superdévoluy en 197638 ou encore Dieppe en 1974 : « Où l’on vivait quelques jours de contacts intenses, où se côtoyaient des chercheurs de sensibilités différentes39 » – attestaient par ailleurs tout à la fois des relations devenues difficiles entre des praticiens ou des responsables ministériels venus y chercher des théories opératoires, voire des techniques et des solutions à leurs problèmes, et des « écoles » de pensées sociologiques concurrentes40. Ces dernières, de plus en radicalement critiques dans leurs recherches, y trouvaient, ainsi que dans diverses autres rencontres41 – à commencer par celle de Grenoble organisée en avril 1974 par la Nouvelle critique et la fédération du PC de l’Isère – une tribune de choix. La commande publique et la recherche en sociologie(s) urbaine(s) entretenaient donc des rapports de dépendance dans ces années 1970, bien que la seconde se montrât souvent subversive, affichant la conviction que l’urbanisme et l’aménagement privés ou publics étaient aliénants, pour l’individu comme pour les groupes sociaux, considérés dans leur ensemble (Busquet, op. cit., p. 152). En 1996, Sylvia Ostrowetsky (1933-2004) résume ainsi ce paysage composite, où les auteurs sont sociologues mais aussi architectes et urbanistes :

« En France, les sociologues de l’urbanisation des années 1970 ont montré, en leur temps, que l’espace en tant que support était manipulé plus ou moins consciemment par les classes possédantes comme instrument de pouvoir. Avec Jean Lojkine, ils affirmaient que la valeur d’un lieu était le résultat de l’importance des investissements financiers d’équipements ou de manipulations idéologiques. Les classes aisées allaient là où une série d’avantages pratiques et ostentatoires était proposés. Dans leur raisonnement, le sens des lieux était constitutif d’un type d’investissement au service d’un type d’occupation. Alors que le mot était peu usité par eux, à l’époque, les sociologues qui s’inscrivent peu ou prou dans cette lignée, les français en tous cas, traduisent désormais cette qualification sociale par le terme de symbolique (1996, p. 145). »

  • 42 Cet ancien du BERU, lié à Anatole Kopp depuis l’Algérie, va poursuivre leur collaboration intellect (...)
  • 43 Cf. infra, chapitre I.

17Qu’il s’agisse donc de Bernard Archer, de Maurice Ducreux, Patrice Rauszer42, Alain Medam ou d’autres (Marié, Wiel, Destandau, Gaudin, Barraqué, etc.), leur autorité respective désormais bien visible s’est donc fondée sur la connaissance intime d’un terrain dans lequel tous se sont ancrés, des années durant parfois, sur lequel ils ont déployé des pratiques et savoir-faire avant de les mettre à distance critique. Tous ont été partie prenante d’une période d’intense créativité en aménagement et urbanisme, où le travail pouvait prendre la dimension d’un engendrement de soi par lequel le professionnel-acteur accédait au statut ou à la « fonction-auteur » ; où le « je » pouvait aussi naître de la tension grandissante du jeu43 et de sa capacité, par l’imagination, à anticiper, à embrasser le réel et à le phagocyter pour le réinventer, le façonner dans son sens premier du terme (Fredenucci, 2004), à travers la prospective, la planification ou de l’élaboration de modèles mathématiques et autres jeux de rôles et de simulation. Cette fiction cessa, semble-t-il, d’être entièrement satisfaisante et il s’ensuivit le désir de réduire le décalage entre prétentions praxéologiques et réalité concrète :

« Je souhaitais montrer que derrière la ville manifeste – territorialement visible – se tenait une ville latente – topologiquement décisive – [...] et qu’ainsi, à limiter l’action à la surface apparente des choses de la ville, on laissait pour compte tout ce qui donnait lieu finalement à l’expression de cette surface, et qui s’avérait infiniment touffu » (Medam, 1998, p. 20).

18Dans De l’angoisse à la méthode, Georges Devreux a mis en avant la subjectivité du chercheur, n’y voyant nullement une source d’erreur mais, bien au contraire, la seule ressource dont dispose celui qui entretient le projet de comprendre une activité humaine quelconque :

« Par bonheur, ce qu’on appelle les “perturbations” dues à l’existence de l’observateur, lorsqu’elles sont correctement exploitées, sont les pierres angulaires d’une science du comportement authentiquement scientifique et non – comme on le croit couramment – un fâcheux contretemps dont la meilleure façon de se débarrasser est de l’escamoter » (Devreux, 1980, p. 30).

  • 44 Sollicité par nous pour apporter un témoignage écrit, Jean-Claude Lemosquet a effectivement préféré (...)
  • 45 « La Storia », in Scritti politici, Editori Reuniti, 1967, p. 26-27, cité par Fredenucci.
  • 46 Entretien de l’auteur avec Marc Wiel du 22 novembre 2012.

19Cette démarche est d’autant plus intéressante à souligner qu’elle nous semble, une nouvelle fois, devoir être mise en lien/miroir avec les constats et analyses menés par Jean-Charles Fredenucci, Viviane Claude ou les nôtres (Prévot et al., 2008 ; Prévot et Simard, 2008), tant sur les professionnels en poste dans les colonies que dans les agences d’urbanisme en Métropole. Nous nous interrogions de savoir si cette faible ( ?) réflexivité était le témoignage d’une culture professionnelle du faire, de l’agir, davantage ancrée dans le présent, voire le futur, que portée à l’introspection. Nous avions alors rapproché ce constat de l’hypothèse émise par Viviane Claude (Claude, 1994) d’une sous-valorisation globale des fonctions, des organismes et des hommes d’études au sein de l’administration de l’urbanisme. De son côté, Fredenucci a rendu compte, entretiens à l’appui, du sentiment de défiance à l’encontre du monde de l’écrit, ou de la théorisation, relevant du même champ de la réflexivité, de la raison, de la part des professionnels (ingénieurs, administrateurs) en poste Outre-mer. Le désir de faire, le primat de la volonté d’agir constituent pour l’ensemble de ces professionnels rencontrés le motif principal de l’engagement professionnel. Le postulat optimiste de la volonté induit une manière de penser l’action dans le temps sur un mode prospectif. L’action se pense dans un temps court et accéléré. La défiance vis-à-vis de l’écrit participerait, enfin, plus fondamentalement encore, de la construction d’une amnésie nécessaire à la revendication de la rupture générationnelle caractéristique de ces professions (Prévot et Simard, 2008)44. Fredenucci retrouve ce primat de l’action et la prise de distance vis-à-vis de l’écrit tout au long du parcours professionnel ultérieur de certains acteurs rentrés en Métropole, en poste au sein du district de la Région Parisienne, de la DATAR, ou dans les Missions et Établissements publics d’aménagement des Villes nouvelles, etc. Pour eux, le sens se dit dans l’immédiateté du faire. Paraphrasant Antonio Gramsci45, les analyses pessimistes de la raison viendraient lester l’optimisme de la volonté de faire (Fredenucci, 2004, p. 81). À en croire le témoignage de Marc Wiel46, c’est bien ce pessimisme à l’encontre de l’analyse et de la raison et un certain désenchantement aussi qui auraient gagné Bernard Archer, empreint d’une forme de naïveté lorsqu’il était plongé au cœur de l’action à Rouen :

  • 47 Rapport en deux volumes (un comparant l’évolution d’Ivry-centre et de Rouen, l’autre consacré à Ivr (...)
  • 48 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

« En fait, je ressentais le besoin d’une pause et d’un temps de réflexion critique sur ce que nous avions accompli depuis 10 ans. Je crois qu’il en était de même pour Maurice Ducreux. Et le premier appel d’offre de recherche de “l’action concertée” Ministère de l’Équipement-Ministère de la Recherche nous a paru répondre à ce besoin. Nous avons proposé, l’un et l’autre, des retours sur nos expériences de terrain. Maurice à propos de la Seine-Saint-Denis qu’il venait d’étudier, moi sur Rouen et la Basse Seine47. J’ai traité mon premier contrat dans le cadre du BERU, mais le taux de facturation s’est rapidement avéré incompatible avec les montants des contrats de recherche. C’est alors que nous sommes passés à l’ESA48. »

20Gardons-nous toutefois de prendre pour argent comptant une relation des faits qui tendrait à faire accroire que tous auraient quitté leur structure professionnelle d’accueil par seul désir de satisfaire un appétit réflexif refoulé jusque là. Le reflux de la commande, des périodes de chômage consécutives leur ont aussi donné l’occasion de faire autre chose, de prendre du champ, momentanément au moins. Le renversement de la conjoncture économique a donc pleinement joué, de même que certains échecs professionnels sur le terrain, que la recherche va permettre, a contrario, de valoriser en accentuant les dimensions conceptuelles ou théoriques dont ils n’avaient pas su convaincre les élus de la pertinence. C’est le cas des études menées par le BERU dans le bassin minier du Pas-de-Calais, comme Alain Medam (Medam, 1998, p. 18) l’a lui-même reconnu :

  • 49 Cette équipe du BERU fut au total composée de Bernard Archer, Maurice Ducreux dans un premier temps (...)

« Plus de charbon à exploiter de façon rentable dans un avenir prévisible découvrait-on en ces années. Comment reconvertir toute cette région ? Que faire de cette main-d’œuvre viscéralement liée à son statut et à ses gloires anciennes ? De ces nappes d’habitat en corons ? De ces usines désaffectées ? De ces paysages, ces territoires et ces lieux de vie ? Les études nécessaires à la recherche de solutions devaient m’occuper de 1964 à 1966. Là encore, une équipe à caractère interdisciplinaire49 se trouvait mise en place. Après plusieurs mois, un plan de reconversion était proposé. Il devait rester lettre morte. »

  • 50 Espaces et Sociétés no 2, mars 1971, p. 95.
  • 51 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.
  • 52 AD62 cote BAD 105/1 Commissariat général du plan et de la productivité/BERU. Analyses et perspectiv (...)
  • 53 Jean-Claude Lemosquet nous a envoyé le scan d’une diapositive qu’il avait conservée dudit schéma, m (...)

21De son côté, Bernard Archer signe dans le second numéro d’Espace et Sociétés, un article illustré par les nombreuses photographies d’Anatole Kopp et intitulé : « Géographie volontaire ou laisser-faire planifié ? L’exemple de la zone minière du Pas-de-Calais50. » Il rend hommage à celui qui, selon lui : « avait une compréhension toute personnelle » de ce territoire51. Jean-Louis Destandau, un de ses collègues du BERU investi lui aussi dans ce travail de réflexion commandé par le CGP52, est à la fois moins elliptique et plus critique sur la première mouture de schéma directeur à l’horizon 1985, dessinée précisément par Anatole Kopp53 :

  • 54 Entretien téléphonique de Jean-Louis Destandau avec l’auteur du 20 avril 2013.

« Le schéma final était complètement utopiste. Il était dessiné et consistait à « coller » une trame orthogonale extrêmement précise sur tout le territoire du bassin minier. On avait donné à chacun des hexagones (60 hectares chacun) une affectation précise (logement, commerce, industrie etc.). On était presque dans la programmation architecturale ; en tous cas cela allait au-delà de la programmation spatiale d’une planification envisageant un contrôle du territoire dans lequel les élus étaient la dernière roue du carrosse54. »

  • 55 Comme à Rouen, il est vraisemblable que Maurice Ducreux y ait été associé.

22Plus critique encore, mais corroborant les dires de Jean-Louis Destandau, est le témoignage de Jean-Claude Lemosquet. En 1970, ce jeune diplômé à peine sorti de l’IUUP répond à une proposition d’embauche par la DDE du Nord, qui ouvrait alors l’agence d’aménagement de la zone minière (AAZM). Le contexte favorisait la création des Groupes d’études et de programmation (GEP) et autres structures vouées à l’aménagement et à l’urbanisme, dans la foulée de la LOF. Aussitôt dans la place, il fut chargé de recruter une partie de l’équipe pluridisciplinaire. Selon son témoignage, le BERU s’était substitué à l’administration avant 1968 pour réfléchir au devenir du bassin minier. Il se souvient d’avoir ainsi trouvé à son arrivée deux albums réalisés par lui. Le premier proposait des scénarios d’organisation de l’espace, avec des cartes. Le second, « de grande qualité », avait vraisemblablement été réalisé en collaboration avec le service immobilier des Houillères, installé à Douai. Il analysait, îlot par îlot, la typologie et la qualité du bâti en les croisant avec les données CSP55. Lemosquet reconnaît volontiers que cette base de référence lui fut très utile, mais il qualifie malgré tout la production globale du BERU de :

« Brillante mais complètement inadaptée et inaudible pour les élus du bassin minier qui faisaient face à une perte de 150 000 emplois. Bilan : tous leurs travaux ont été rejetés et la mission de l’agence a été de faire autre chose, précisément. Deux choses en particulier : un atlas, un Livre Blanc pour répondre à la question suivante : peut restructurer le bassin minier sur lui-même ou bien faut-il envisager des extensions neuves pour l’habitat ? »

23Après 1968, le BERU n’est plus que le prestataire de service de l’agence. Lemosquet se montre fort critique à l’égard de Bernard Archer, à qui une étude sur « l’aire urbaine centrale » (autrement dit le triangle Lens-Liévin-Hénin-Liétard) avait été confiée :

« Il a eu la maladresse de ne jamais communiquer quoi que ce soit avant la fin de ses travaux. Il avait pris la décision de déplacer la rocade minière alors que les ponts avaient déjà été construits et s’est mis à dos les Ponts et les élus. Un nouvel échec retentissant. »

24En revanche, le jugement de Lemosquet est plus aimable à l’égard du modèle socio-économique mis au point par Destandau sur une base mathématique, certes contestée par l’INSEE mais dont les Houillères se seraient par la suite servi pour préparer le départ de leurs salariés. De surcroît, à l’en croire, quelques collaborateurs de Destandau dans cette affaire auraient fait ensuite une belle carrière en banque ou à l’étranger. Ce dernier avait calculé que pour maintenir sur place les quelque 680 000 personnes (les prévisions pouvaient aller jusqu’à 900 000 à l’horizon 1985), il aurait fallu créer 5 000 emplois par an, ce qui était totalement irréaliste. Il avait néanmoins cherché à définir les types d’emplois et de formations nécessaires mais, si l’on en croit Lemosquet, Destandau s’était alors heurté à l’INSEE et à l’Éducation nationale.

Des recherches bien davantage « domiciliées » qu’enracinées à l’UDRA/ESA : Maurice Ducreux ou la précarisation contentieuse d’un quinquagénaire « hors-statut »

La création de l’UDRA/ESA : un contexte favorable ?

  • 56 « Tout s’est passé comme si l’État pendant plusieurs années n’avait plus de doctrine en matière d’e (...)

25La recherche architecturale est née du mouvement d’idées qui avait agité l’enseignement de l’architecture dans les années 1960 et abouti à l’éclatement de l’enseignement traditionnel des Beaux-Arts entre 1965 et 1968. Cet enseignement était accusé d’être dépourvu de toute dimension critique et d’être fermé aux autres disciplines, en particulier aux sciences humaines et sociales. Or, les multiples expériences pédagogiques entamées par les jeunes enseignants manifestaient les aspirations à un aménagement qualitatif de l’espace (Lengereau, 1997). Le modèle universitaire et, en particulier, le recours à la recherche comme moteur de renouvellement des savoirs fut alors privilégié. Sur la base de ce constat, un choix s’imposait : la recherche architecturale devait-elle être interne aux Écoles d’architecture ou plutôt au système d’enseignement ? Ou devait-elle être organisée extérieurement au système scolaire par des moyens exclusivement contractuels et incitatifs ? Ce débat est antérieur à la création du CORDA et, avant que n’éclate définitivement la section architecture des Beaux-Arts (ENSBA), les projets de réforme du début des années 1960 avaient privilégié la première solution en proposant la création d’un cycle supérieur d’enseignement de l’architecture à vocation de recherche ou d’un Centre de spécialisation et de recherche. Après 1968 et la création des Unités pédagogiques d’architecture (UPA), l’idée d’un lieu institutionnel unique de la recherche survécut, de manière certes atrophiée, à travers le Centre architecture de l’Institut de l’Environnement, créé en 1969. En fait, cet organisme fut surtout un lieu de rencontre entre équipes, d’échanges d’expériences et de réflexions. Les recherches qu’on y mena furent davantage domiciliées qu’enracinées. En réalité, dès 1968-1969, le territoire de la recherche architecturale était lui aussi éclaté, à l’image de l’enseignement. Parmi les incohérences les plus préjudiciables, Éric Lengerau cite la distance soigneusement entretenue entre la direction de l’Architecture, notamment responsable de la recherche architecturale, et le service de l’Enseignement de l’Architecture et des Arts plastiques, en charge des UPA56. Dans cette période, les enseignants des UPA, pour la plupart, n’avaient pas de statut ; dès lors la recherche contractuelle leur apparaissait comme un moyen de gagner en légitimité tout en engrangeant des revenus parfois substantiels. Ce dernier point s’est maintenu par la suite et subsiste encore, ici ou là, freinant le développement de véritables laboratoires de recherche. La solution de la recherche contractuelle, a priori seule apte à couvrir tant bien que mal, à la fois ce diffus et cette fracture entre enseignement et recherche, s’est donc imposée (Chassel, 1983). C’est dans ce contexte de crise qu’Anatole Kopp crée l’UDRA au sein de l’ESA. Bernard Archer témoigne :

  • 57 Cf. Architecture soviétique 1928-1941 : des années vingt au réalisme socialiste. Recherche effectué (...)
  • 58 Maurice Ducreux aussi.
  • 59 Témoignages écrits de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

« Il est devenu directeur de l’ESA en 1972, à la suite de Marc Émery. Ce dernier avait d’ailleurs eu l’idée farfelue de me proposer le poste, ce qui explique que Bernard Schaefer ait pu dire que j’ai codirigé l’école avec Kopp. Ce n’est évidemment pas vrai. Ce qui est vrai, en revanche, c’est qu’Anatole Kopp a créé l’UDRA à la fois pour y loger ses propres contrats de recherche57 et pour y accueillir des gens avec lesquels il souhaitait coopérer, notamment Patrice Rauszer, Maurice Ducreux, Alain Medam et moi. Alain et moi avons reçu le titre pompeux de “directeur de recherche58.” J’y suis resté deux ans, suite à quoi j’ai saisi l’opportunité de revenir dans le groupe de la CDC, en tant que chef du service des programmes et des études économiques de la SCIC. Et, deux ans plus tard, j’émigrais vers Grenoble pour de tout autres activités. Maurice y est resté plus longtemps, ne pouvant réintégrer un BERU en difficultés financières ni trouver ailleurs un emploi convenable59. »

26Il ajoute :

  • 60 Cf. supra, chapitre V et témoignage de Jean Bellanger à l’auteur.
  • 61 Économiste, historien, philosophe et épistémologue des sciences sociales, Yves Barel (1930-1990) a (...)

« L’UDRA bénéficiait d’un étage dans l’école, mais ne participait pas à son activité. Réciproquement les tentatives d’y intéresser les enseignants et les élèves n’ont rien donné. En sorte que, simplement, l’ESA portait nos contrats et versait nos salaires et ceux du secrétariat. S’il y avait échanges entre les membres de l’UDRA, c’était surtout en fonction des affinités personnelles et de la proximité des problématiques. Entre Maurice Ducreux et Serge Adda, c’était différent parce que Serge émargeait sur le contrat piloté par Maurice60. De même, nos relations avec ceux du Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS, Castells), du CSU (Rendu, Chombard de Lauwe), avec l’équipe d’Yves Barel61 à Grenoble et d’autres, tenaient soit à des relations personnelles, soit à la demande de nos donneurs d’ordre (l’équipe du ministère de l’Équipement qui gérait le programme : Michel Conan, Lucien Brams, etc. »

27Maurice Ducreux a livré, lui aussi, son souvenir de la création de l’UDRA :

  • 62 Cette affirmation est inexacte. Il existait bien une recherche architecturale, à l’ESA et ailleurs, (...)
  • 63 Archives personnelles de Maurice Ducreux. Note jointe à un courrier adressé à Serge Adda le 30 juin (...)

« L’UDRA (est) un laboratoire de recherche (en urbanisme) crée en 1973 par l’apport à l’ESA de 5 contrats de recherche reçus par des chercheurs sur contrat. Cet apport donnait à l’ESA l’occasion de créer, dans un établissement d’enseignement supérieur (architecture et urbanisme), un labo de recherche. Cela n’existait nulle part en 197362... L’ESA souhaitait cette création d’un labo mais n’en avait pas les moyens. Des chercheurs extérieurs au corps enseignant de l’ESA ont apporté leurs financements en 1973 pour créer ce labo. Normalement, chercheurs extérieurs et enseignants de l’École devaient se lier dans cette initiative. Mais cela ne s’est pas fait dans les années où il y avait des finances pour la recherche contractuelle. Les enseignants ne faisaient à l’UDRA que de petites vacations, et les chercheurs ne faisaient pas d’enseignement. à cette période de “vaches grasses”, l’apport des chercheurs a donné un volant de trésorerie à l’ESA. Mais les “vaches maigres” sont arrivées63... »

  • 64 Entretien de l’auteur avec André Bruston du 17 avril 2013.
  • 65 Cf. [http://www.pss-archi.eu/architecte/3195/].
  • 66 Sur ce point précis, Bernard Barraqué a aussi apporté récemment son témoignage dans Pour mémoire, n(...)

28Au cours du Ve Plan, plusieurs missions avaient accordé une attention soutenue aux apports des sciences sociales, tant par leurs services d’études qu’à travers la création de comités, amorcée avec l’appui de la DGRST, dont celui de la recherche urbaine (CRU) installé auprès du ministère de l’Équipement. La Mission de la Recherche urbaine (MRU) était aussi créée dans la foulée. à charge pour elle de gérer intellectuellement et financièrement une « enveloppe » conjointe DGRST/ministère de l’Équipement. Un seul et même bâtiment, rue de la Fédération dans le XVe arrondissement, abritait d’ailleurs le CRU, le STU et la MRU64. Portée par un réseau d’ingénieurs en responsabilités de différents secteurs au sein du CGP, cette dernière répondait aux vœux de la commission Urbanisme du Plan. Selon Lucien Brams (2005), sa création et son succès s’expliquent grandement par l’extinction progressive des démarches dites de « modélisation » auxquelles s’étaient adonnés, dans de grands bureaux d’études comme le CERAU, un certain nombre d’ingénieurs des Ponts et Chaussées, mais aussi par la personnalité de son responsable, Michel Conan. Ce fils de l’architecte lorientais Henri Conan (1917-1983)65 qui avait tenté l’adaptation de la Cité radieuse au terme d’une audacieuse réflexion sur le logement et ses prolongements (Bonnet, Le Couédic, 2012, p. 181), était devenu un ingénieur civil rapidement versé dans les sciences sociales, intéressé lui aussi par la prise en compte des problèmes liés aux logements et à la ville, par les réactions, les habitudes et les comportements des habitants. Sous sa houlette, les programmes offerts ont attiré un important contingent de chercheurs professionnels, d’associations et de bureaux d’études66. C’est d’ailleurs la recherche urbaine qui allait fournir le plus fort contingent de « hors-statut » lors de la politique d’intégration. La DGRST elle-même intervint de plus en plus par le canal d’actions concertées et d’actions complémentaires coordonnées dans le domaine des sciences sociales. C’est par ce canal que Bernard Archer et Maurice Ducreux se virent financer leurs principales recherches respectives.

29Les réseaux et les amitiés ont sans conteste joué dans la domiciliation des recherches à l’UDRA/ESA. C’est particulièrement vrai pour Anatole Kopp et le « réseau grenoblois » au sein du BERU qui se fréquentaient étroitement. Bernard Archer évoque l’homme, son parcours et son œuvre en ces termes :

  • 67 Ouvrage publié en 1967.

« C’était un homme plein de gentillesse et de modestie malgré son expérience et sa grande culture. Je l’ai connu au BERU, dont il était le conseil. Le BERU et lui (et son collaborateur Pierre Chazanoff) avaient collaboré quatre ans plus tôt dans ses opérations de résorption de bidonvilles à Alger (notamment à Oued Ouchaïa). C’est probablement à cette époque qu’il s’était lié d’amitié avec Patrice Rauszer, jeune homme d’origine polonaise né en Algérie, recruté par le BERU. Anatole Kopp était un juif russe émigré, polyglotte comme il se doit, arrêté lors de la rafle du Vel d’hiv mais ayant réussi à s’échapper, passé en Amérique et revenu sous l’uniforme US. Il avait ensuite été membre du parti communiste. Quand je l’ai connu, il n’était plus encarté mais entretenait des relations avec les intellectuels proches ou encore membres du parti. Il avait de la famille en URSS où il se rendait parfois, fréquentait les cercles critiques moscovites et en rapportait des anecdotes croustillantes... Ses travaux sur les projets d’architecture et d’urbanisme des années 1920 et 1930 ont eu une grande importance dans les années « refondatrices » d’après 68. Il a participé aux premières années de l’Urba-Grenoble ; à partir de son ouvrage Ville et Révolution67, il y animait un séminaire très fréquenté. »

  • 68 Les éléments qui suivent sont extraits d’une longue conversation téléphonique du 17 avril 2013. Il (...)
  • 69 De manière générale, les anciens militants de l’UNEF que nous évoquions au chapitre III, passés pou (...)
  • 70 Cet ancien Jésuite avait aussi participé au démarrage du Groupe de sociologie urbaine (GSU) de Lyon (...)
  • 71 Né en 1940 et diplômé en droit et Science politique (IEP Paris) puis agrégé de droit et de sciences (...)
  • 72 Jean-François Parent a témoigné de cette époque dans l’ouvrage de Dominique Hayer consacré à Jean-P (...)
  • 73 Il a accompli le plus clair de sa carrière de professeur de sociologie à Lille1, au sein du laborat (...)
  • 74 Agence d’urbanisme qui avait elle-même succédé à cet endroit à l’École d’architecture...
  • 75 Devenu entretemps docteur d’État en sociologie, sous la direction de Louis-Vincent Thomas. Cette th (...)
  • 76 Ce jeune maître en philosophie et docteur en urbanisme est alors enseignant à l’UER de Grenoble et (...)
  • 77 Peut-être s’agit-il là d’une réponse à l’appel d’offre très vaste, lancé par la DGRST pour « sauver (...)

30Dans les chapitres précédents, nous avons évoqué au détour de deux notes, les engagements qu’Anatole Kopp avait partagés avec Maurice Ducreux et/ou ses amis, que ce soit au sein du Mouvement de la Paix ou contre la guerre d’Algérie. à la suite de Bernard Archer, André Bruston, auprès duquel Maurice Ducreux cherchera de l’aide en 1981, revient sur la structuration du « réseau grenoblois68 ». Né en 1938, cet agrégé d’histoire fut nommé au lycée Champollion de Grenoble à la rentrée de 1968, succédant à Jean Verlhac, ancien chrétien progressiste devenu adjoint PSU à l’urbanisme dans l’équipe Dubedout. Par cette mutation-sanction demandée par le recteur de l’académie de Lyon, il payait, semble-t-il, son activisme dans les mois qui avaient précédé. En 1970, Henri Coing le contacta et lui dit en substance que Claude Domenach, Jean Verlhac et lui s’étaient mis d’accord pour qu’il les rejoignît à l’UER Urbanisation et aménagement (Prévot, 2013)69 où il donnait des enseignements70. Bruston quitta alors le secondaire pour devenir assistant, puis maître-assistant dans ce qui prit ensuite le nom d’Institut d’urbanisme de Grenoble (IUG). L’épouse d’André Bruston assista même un temps (1970-1972) Jean Verlhac dans ses diverses activités. Parmi les principaux enseignants, permanents ou pas, on retrouvait Louis Couvreur, Christian Lacroix – qui travaillait pour le compte de l’agence d’urbanisme (AURG) tout comme Jean Videcocq – François d’Arcy71, l’architecte Jean-François Parent qui avait quitté l’AUA pour la Société d’aménagement du département de l’Isère (SADI)72, Anatole Kopp, Bernard Archer et Alain Medam, qui bénéficia pendant deux ans (1975-1977) du tout nouveau statut de professeur associé. André Bruston et lui échangèrent leurs appartements à la Villeneuve à l’occasion de quelques aléas affectant la vie privée d’Alain Medam. Quelques jeunes gens promis à une brillante carrière y enseignaient aussi, François Ascher ou Alexis Ferrand73 notamment. Les dirigeants d’Urba-Grenoble avaient très vite mis à profit la loi qui permettait à des jeunes salariés d’être défrayés par la Direction départementale du Travail et de l’Emploi (DDTE) pour compléter leur formation par un troisième cycle, et ce en marge de l’Université ; d’autant plus que l’IUG était restée au centre-ville et partageait le même bâtiment que l’agence d’urbanisme (AURG)74. à la même époque, et après une série de débats avec Verlhac, André Bruston et Pierre Sansot déclenchèrent la création de l’Équipe de sociologie urbaine (ESU), elle-aussi installée en centre-ville dans des locaux situés en face de la préfecture. L’équipe était alors essentiellement composée de Pierre Sansot, François d’Arcy pour une moindre part semblet-il, André Bruston, Michel Maffesoli, Yves Chalas et Jean-François Augoyard, l’ancien thésard d’Alain Medam et stagiaire du BERU à Ivry. L’ESU obtint l’agrément de l’Université en 1974 mais, pour exister, cette équipe associative de recherche répondit comme les autres à des appels d’offre, en particulier ceux de la MRU/DGRTS, et ses membres trouvèrent des structures d’accueil pour les contrats décrochés aussi en fonction de leurs affinités électives. C’est ainsi qu’en 1974-1975 furent domiciliés à l’UDRA/ESA, un premier rapport co-signé Alain Medam75 et Jean-François Augoyard76 intitulé : « Façons d’habiter et diverses situations d’habitat » (issu d’un cofinancement ministère de l’Équipement et du Logement/SAEI), et un second intitulé : « Les pratiques d’habiter à travers les phénomènes sonores » (ministère de l’Équipement et du Logement/Direction de la Construction). De nouveau, en 1979, un rapport est mentionné : « L’habitant des villes et son paysage urbain », financé par le DGRST77. Dans le souvenir d’André Bruston, l’ESU naissante avait ainsi engrangé 80 000 francs de contrats, autrement dit des sommes bien supérieures aux financements de la recherche au sein des universités. Ce fait allait peser dans le retournement de conjoncture de la fin des années 1970. En attendant, et pendant quelques années, par ses recherches et communications afférentes, l’ESU fut présente aux colloques de Dieppe en 1974, Montpellier, puis Superdévoluy. Ces colloques étaient censés répondre au double objectif fixé à la recherche incitative : contribuer à former et développer les différents secteurs scientifiques en veillant à structurer les milieux, mais aussi permettre d’enrichir la connaissance des phénomènes économiques et sociaux propres à alimenter les instances politiques et administratives. La DGRST était avant tout centrée sur le premier de ces objectifs ; le CORDES et la recherche urbaine, bien qu’ils aient été chargés d’assumer les deux, ont donné une priorité au second, au détriment de facto du premier reconnaît Lucien Brams (2005). Cette tendance a aussi nourri les griefs qui vont rapidement leur être adressés.

Maurice Ducreux versus l’UDRA/ESA : un contentieux personnel sur fond de retournement complet de conjoncture

  • 78 Courriers retranscrits et envoyés aimablement à l’auteur par Léon de Saint Moulin. Cf. supra, chapi (...)
  • 79 Archives privées de Maurice Ducreux. Précisions que nous avons retrouvées dans le courrier officiel (...)

31Deux courriers envoyés par Maurice Ducreux à Léon de Saint Moulin, les 16 octobre 1976 puis le 30 décembre 1977, nous restituent son état d’esprit et l’avancée de ses travaux sur la désindustrialisation78. à cette époque, et malgré la mention de « difficultés » dont il donne quelques détails, le « directeur de recherche » à plein temps qu’il est devenu à l’UDRA/ESA depuis le 1er janvier 197379 semble encore satisfait de la structure associative qu’il a contribué à mettre sur pied ; satisfait mais lucide, déjà, sur les conditions du déploiement de la recherche urbaine contractuelle :

« J’ai eu à travers le travail intéressant et qui me passionne à Paris beaucoup de problèmes compliqués à régler. Nous avons, en quatre années, créé un petit centre de recherche sur les problèmes urbains au sein de l’École Spéciale d’Architecture. Nous sommes une dizaine. Les relations entre les personnes sont positives. Mais les problèmes de gestion, d’administration des crédits sont très compliqués. En général, le milieu de la recherche urbaine est en crise. Dans cette société en mutation, on accorde des crédits pour faire fonctionner et maintenir ce qui existe et non pour étudier vraiment les mutations. Il y a eu dans les années précédentes une politique improvisée de recrutement et de définition de programme[s]. Il en résulte un nombre important de chercheurs sans recherche, une instabilité, une absence de perspective. Et cependant la machine tourne... »

32Il ajoute :

« Il me semble que la crise rebondit. L’atmosphère sociale et politique est pesante. Les prix montent. Le chômage ne se résorbe pas. »

  • 80 Économiste, il s’affiche comme politiquement « libéral ». Selon cette logique, en mars 1978, il fon (...)

33Dans un premier temps, l’abondance et la dispersion de l’offre ont effectivement permis aux équipes de soumissionner à plusieurs programmes, ce qui a favorisé leur autonomisation mais a suscité, aussi, la critique des administrations dont les intérêts de commanditaires n’étaient plus sérieusement pris en compte par certains types de travaux ouvertement marxistes, jugés trop contestataires et/ou inutiles pour l’action. Ces querelles institutionnelles et la suspicion jetée sur l’usage des fonds sont assez tôt perçues par les animateurs du CORDES – Lucien Brams en tête – qui, dès 1975, dans le cadre du VIIe Plan, modifient certaines procédures en conséquence. Le rôle des services du Plan est notamment renforcé « dans la formulation d’avis techniques sur les propositions et dans l’expression de priorités » (Malinvaud, 1980). C’est en effet le début d’une offensive disciplinaire stricto sensu des milieux de la recherche universitaire, relayés au plus haut niveau ministériel, qui n’auront de cesse de dénoncer l’« usurpation » d’un nombre important d’équipes sans préparation universitaire (la population des « hors-statut »). Cette offensive atteint son paroxysme sous le gouvernement de Raymond Barre, sous la férule de Jean-Claude Casanova80, son conseiller en charge de l’Éducation et des Universités de 1976 à 1981. Ce sont bien deux « écoles » qui s’affrontent, dont le rapport commandé à Raymond Boudon et Yves Fréville révèlera le profond désaccord (Boudon et al., 1979, p. 6). La première, à travers les financements CORDES, MRU, CRU, DGRST, etc. légitime un professionnalisme centré sur la pratique des enquêtes de terrain, la réflexion sur les enjeux économiques et sociaux et l’expertise ; la seconde défend des formations diplômantes, académiques – l’agrégation en sciences sociales est créée en 1976 – dans un contexte marqué par les débuts de la massification de l’enseignement universitaire. Le contrôle des critères d’accès officiel à la discipline est donc au cœur du débat et oppose ceux qui entendent réserver les postes aux titulaires de diplômes universitaires nationaux, et ceux qui privilégient la pertinence des enjeux de société formulés dans les propositions et les résultats des recherches-action effectuées (Bezès, Montricher (de), 2005). Tout ceci débouche sur une reprise en main du dispositif de la recherche incitative en sciences économiques et sociales rendu responsable de travaux qui ne constituent, à leurs yeux, qu’une « littérature grise ». André Bruston raconte :

  • 81 Michel Conan intègre alors le CSTB dont il deviendra chef du service Sciences humaines. Urbaniste, (...)

« Michel Conan, pressentant qu’il allait “sauter”, me demande de quitter Grenoble pour le remplacer à Paris81 et, par précaution avant sa mise à l’écart, il décide de déposer les crédits dont il disposait au Centre de la recherche urbaine, pour les “sauver”... Sont supprimées, dans la foulée, un certain nombre de missions (Mission de la Recherche sur les Transports dirigée par l’économiste Odile Hanappe, la Mission de la Recherche sur l’urbanisme commercial, etc.). Est par contre maintenue la Mission de recherche sur l’Environnement, dirigée par Serge Antoine, mais le CORDA est supprimé aussi... »

34Dans ce paysage en bouleversement, Bruston décide donc de « passer » chez Serge Antoine à la Mission de la recherche en environnement (MRE), qui avait déjà créé un comité Bruit, Air, Nature et Sciences sociales appliquées. À son tour il entendait ainsi « sauver » la MRU qu’il sentait menacée. Il devient alors chargé de mission à la coordination des Sciences humaines au sein du ministère de l’Environnement et du Cadre de vie, confié à Michel d’Ornano, avec, à ses côtés, Claude Martinand comme chargé de mission à la coordination des recherches techniques. Au moment de la passation de pouvoir, Michel Conan lui avait dit en substance : « Fais toi petit, c’est la crise, les crédits sont au CRU. » Mais ils n’y restèrent que quelques mois. En 1979, au terme d’une audition par la Cour des Comptes, le CRU est dissout à son tour. Commencent alors une série d’opérations de « sauvetage » et de « recasement » de chercheurs. André Bruston cite quelques noms :

  • 82 Épouse de François Ascher.

« Du CRU d’abord : Lion Murard et Patrick Zylberman, ex-CERFI passés au CRU, qui sont recasés dans des écoles d’architecture ; Jacotte Bobroff-Gutkin et Élisabeth Campagnac82 sont recasées à l’École des Ponts. »

  • 83 [http://www.metropolitiques.eu/Une-anthropologue-en-ville-Colette.htm].
  • 84 [http://www.cairn.info/publications-de-Rosenberg*-Suzanne--75984.htm].

35En réalité, l’intégration systématique des emplois « hors statut » est devenue prioritaire à la suite d’un arbitrage politique du président Valéry Giscard d’Estaing et de son secrétaire d’État à la Recherche, Pierre Aigrain, dès 1977-1978. Les données du rapport Boudon montrent qu’entre 1975 et 1980 les sciences sociales sont très largement concernées par cette nouvelle politique. Effectivement, en 1980, le travail d’intégration des chercheurs au sein des universités, comme ITA (Ingénieurs, techniciens, administratifs) et ATOS ou au CNRS se poursuit. Mais pour les intégrer encore fallait-il faire la preuve que le nombre d’années de travaux sous contrats précaires équivalait à un CDI et/ou qu’ils avaient une thèse de troisième cycle par exemple. André Bruston cite les cas de Christian Topalov, Edmond Préteceille ou d’Alain Jeantet qui soutint promptement sa thèse à l’IUG. Jean Maglione, un ancien du GETUR comme Jeantet, trouve à s’employer sans thèse à l’école d’Architecture de Grenoble jusqu’à son décès brutal en 1991. à cette date, Jean Maglione était très proche de Jacques Dreyfus (1920-2004), un X-Ponts ami de Michel Marié passé par le CSTB et devenu fonctionnaire au sein de l’Équipement, dont nous avons précédemment évoqué le nom. Tous deux s’enfoncèrent dans une certaine marginalité professionnelle. Jacques Dreyfus le fit au travers d’un doctorat en sociologie De l’urbanisme comme idéologie de rationalité ou le refus de l’ordre de la différence (1973-1974), d’où il tira La ville disciplinaire en 1976, et par un intérêt sans cesse accru, qu’il partage précisément avec Maurice Ducreux, pour les populations en grandes difficultés, immigrées notamment. Sur ces sujets, il se rapprocha de l’anthropologue Colette Pétonnet (1929-2012) auteure de Ces gens-là (Maspero, 1968), une étude majeure sur les Nord-Africains des cités de transit du Val-de-Marne83, et de Suzanne Rosenberg84. Un temps professeur associé à l’IUG, il y côtoyait donc Jean Maglione dont les succès universitaires étaient maigres.

  • 85 Née dans une famille gaulliste et catholique, Sophie Boucher-Petersen est d’abord une militante d’e (...)
  • 86 Décédée en février 2014.

36C’est un travail de « sauvetage » au cas par cas qui fut entrepris et qui fut essentiellement mené, au sein de la DGRST, par le patron du Fonds de la Recherche de l’époque – Loïc Le Floch-Prigent – et Sophie Boucher85, son adjointe pour le travail administratif. Côté MRU, André Bruston fut, lui-aussi, activement secondé par son adjointe, Nicole May86. Si l’on en croit les courriers conservés, elle fut en effet la principale interlocutrice de Maurice Ducreux au plus fort de ses démêlés avec l’UDRA/ESA.

37À partir de 1977 en effet, le contexte bouge aussi en profondeur dans la recherche architecturale qui se trouve à son tour prise dans de puissants remous. Sur fond de précarité des crédits et de l’autonomie de la recherche s’inscrit une autre forme de précarité renforçant les effets de la première : celle des systèmes institutionnels gérant l’architecture. Pratiquement, depuis 1977, la tutelle de l’architecture est contestée, revendiquée, morcelée. Dans cet espace administratif incertain et démembré, les vastes ambitions et les politiques de longue durée s’épuisent. Dès lors, l’enseignement va jouer un rôle de havre pour une recherche dont l’existence était menacée. De surcroît, si les destins de l’enseignement et de la recherche en architecture eurent un temps partie liée, cela ne voulait pas dire qu’ils faisaient nécessairement bon ménage dans les écoles d’architecture (Chassel, 1983), dont l’ESA, on l’a dit.

  • 87 Facilités gestionnaires qui ont pu entraîner dérives et opacités comptables dont Maurice Ducreux se (...)
  • 88 On trouve ainsi parmi les exemples de rapports dits de recherche extraits de la brochure officielle (...)
  • 89 Archives privées de Maurice Ducreux, note jointe à un courrier du 30 juin 1982 adressé à Serge Adda

38La structure des associations 1901 avait au moins cela de commode, outre ses facilités gestionnaires87, de circonscrire les enjeux de pouvoir et de définir les territoires de la recherche et de l’enseignement. On sait que nombre d’architectes appellent « recherche » leur travail de conception qui est au cœur de leur métier et qu’ils peuvent orienter vers la création – domaine dont on ne peut contester l’importance et la richesse – mais situé en dehors du travail scientifique proprement dit88. On le ressent dans les intitulés de certains rapports dits de recherche de l’UDRA, dont les protagonistes – les architectes Jacques Limousin et Gilles Lurot – vont aussi être ceux qui prennent la tête de l’UDRA en 1980, et vont avoir à régler « le cas Ducreux ». Finalement rares étaient ceux qui admettaient l’autonomie du travail de recherche qui dût se développer à côté ou en dehors des pouvoirs établis, en fédérant des groupes minoritaires d’architectes souvent liés à l’Université. En 1979, le CORDA est supprimé (Chassel, 1983), et c’est au printemps de cette année-là que la situation de Maurice Ducreux, qui quitte une présidence de l’UDRA assumée depuis 197589, commence à se précariser irrémédiablement.

  • 90 Il quittera l’ESA pour diriger l’ENSBA. Il est décédé en 1994.

39Le 20 mars 1979, il reçoit ce courrier de François Werlhin, alors directeur de l’ESA90 :

« Comme vous le savez, nous sommes sur le point d’épuiser les crédits alloués par la DGRST pour l’étude “Effets des changements économiques sur les localisations”. Nous n’avons pas pu obtenir de perspectives de renouvellement pour ces travaux auxquels vous vous consacrez depuis 1973 en qualité de directeur de recherche. Dans ces conditions, nous sommes obligés d’envisager un licenciement à motif économique qui pourrait intervenir dans un peu plus de trois mois, à l’expiration du délai de préavis auquel vous avez droit. Mais le principe même de ce licenciement, avant même d’être soumis à l’autorisation de l’Inspection du Travail, doit être discuté avec vous. Je vous invite donc à participer à un entretien qui aura lieu dans mon bureau le jeudi 22 mars 1979 à 16 h. Comme la loi vous y autorise, vous pouvez vous faire accompagner d’un salarié de l’établissement choisi par vous pour vous aider à faire valoir vos droits. Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs. »

40Un second courrier de Werhlin, en date du 23 mars 1979, lui est envoyé après l’entretien en question pour lui confirmer le principe du licenciement économique et la saisine de l’Inspection du travail pour un préavis qui expirait le 25 juin suivant. Ce jour-là, l’épilogue de ce premier épisode intervient, effectivement, sous la forme d’un courrier officiel co-signé par Werhlin et Ducreux qui stipule :

« L’UDRA, où Monsieur Maurice Ducreux était directeur de recherche du 1er novembre 1973 au 25 juin 1979, est un laboratoire de recherche uniquement financé par des crédits d’études qui sont alloués ordinairement par des organismes publics. Association loi 1901, l’UDRA/ESA est sans but lucratif. L’absence de financement du programme de recherche de Monsieur Ducreux a conduit à son licenciement pour motif économique. Verser une indemnité de licenciement à Monsieur Ducreux serait puiser sur les autres programmes de recherche et compromettre les équipes. L’ESA ne peut puiser sur les frais de scolarité pour dégager cette indemnité. Maurice Ducreux accepte de ne pas toucher d’indemnité. »

  • 91 Un comité de sociologie générale auprès de la DGRST et dirigé par Raymond Boudon, deux comité à car (...)
  • 92 Bernard Barraqué, entre autres, en bénéficiera.
  • 93 Il est aujourd’hui sculpteur (cf. contact@limousin-sculpteur.com). Sur son site, on apprend qu’il f (...)
  • 94 Et annotée par Maurice Ducreux à la marge : « Reçue le 27 octobre 1982 par copie d’un courrier de L (...)

41Maurice Ducreux et Serge Adda qui émargent sur des contrats communs sont donc ici une première fois victimes du retournement de conjoncture exposé plus tôt, et qui se traduit par le gel pur et simple de tous crédits, pendant 18 mois environ, entre la date de dissolution des missions et comités mentionnés et le décret d’août 1980 par lequel un nombre limité de nouveaux comités de pilotage de la recherche contractuelle sont installés91. André Bruston, Sophie Boucher et Loïc Le Floch trouvent alors le moyen de lancer un vaste appel d’offre, multithématique, ouvert à tous les chercheurs contractuels « en galère ». Piloté par le MRU, il est uniquement financé par la DGRST92. L’élégance de Maurice Ducreux par égard aux finances de l’UDRA/ESA n’a pourtant aucune incidence positive sur l’enchaînement de faits qui blessent l’homme et perturbent profondément son activité de chercheur au cours des trois années qui suivent. Le facteur déclenchant est un courrier dactylographié, en date du 15 juin 1982, que François Werhlin, en partance pour la direction des Beaux-Arts quai Malaquais, adresse à son successeur, Jacques Limousin93, appelé à cumuler présidence de l’UDRA et direction de l’ESA94 désormais :

« Mon cher Limousin,
Je te confirme les termes de nos différents concernant la situation financière de Maurice Ducreux. Les comptes définitifs réglant le contentieux entre l’UDRA-ESA et l’ESA, approuvés par le Conseil d’Administration puis l’Assemblée générale de l’ESA en date du 10 juin dernier, ont fait apparaître un trop perçu de 100 000 francs au bénéfice de Maurice Ducreux sur le contrat n ° 76 31 239 d’un montant de 100 000 francs, portés à 200 000 sur les documents comptables. Cette erreur n’aurait pas dû échapper à Maurice Ducreux car il occupait à l’époque le poste de Trésorier au sein de l’UDRA-ESA. Le Conseil d’administration de l’ESA a souhaité recouvrer cette somme en acceptant de l’échelonner dans le temps sur les futurs contrats de Maurice Ducreux. Je te saurais gré de faire le nécessaire dans ce sens et de me tenir informé des suites de cette affaire. Très cordialement. FW. »

  • 95 Sans toutefois lui envoyer cette version mais une autre, à peine plus édulcorée, datée du 30 octobr (...)

42À l’issue du dépouillement de l’épais dossier conservé par Maurice Ducreux, c’est le contenu de la note récapitulative qu’il rédige le 28 octobre 1982 à l’intention de François Werhlin95, qui rend le mieux compte de la nature, de la chronologie du contentieux et de son point de vue. Nous avons donc choisi d’en restituer restituer l’essentiel en prenant soin, chaque fois qu’il était possible, de préciser en notes, courriers à l’appui, le contenu des faits qu’il consigne alors :

  • 96 Cf. [Cf. [http://www.economie.gouv.fr/files/files/directionsservices/caef/Documents/Archives/aef/pa (...)
  • 97 Nous n’avons rien trouvé sur cet épisode précédent mettant en cause, judiciairement, le directeur a (...)
  • 98 Par le courrier recommandé envoyé par l’ESA à l’Inspection du travail, nous apprenons que Serge Add (...)

« Cher ami,
Je veux vous dire ma stupeur en prenant connaissance, seulement ce jour, de la position que vous avez exprimée à mon égard dans votre lettre du 15 juin 1982 à Jacques Limousin, me faisant supporter l’erreur comptable, que l’expert agréé avait faite sur le montant des contrats que j’avais déposés à l ‘ École. Trésorier de l’UDRA, je n’étais pas rémunéré pour la gestion de ces fonds, je n’avais pas d’assurance pour couvrir cette responsabilité, je n’avais pas les pièces de base. Sur les années 1974/79, j’avais apporté, avec 170 329 francs, soit le 1/5 de tous les fonds de l’URDA versés à l’ESA pour la gestion. Sur les 1 000 000 francs de contrats déposés à l’Association sur la même période, le volant de trésorerie avait bien rendu service aux chercheurs de l’École ; ces sommes pour une part avaient fait l’objet de nantissements dont nous avons mis du temps à comprendre l’existence et la régularité ; même la Caisse des marchés de l’État96 nous avait signalé ce problème.
Trésorier de l’UDRA, mais non responsable du Directeur administratif qui gérait les fonds et disposait des pièces, j’ai cherché à ce que la situation soit claire et saine et vous savez le temps que j’ai passé à cette affaire et mon témoignage, qui a été un des éléments déterminants pour dégager la responsabilité de l’École dans la gestion des fonds du Directeur administratif97... Dès l’annonce de l’éventualité de ce licenciement, mon problème et ma responsabilité étaient de rechercher par des financements nouveaux, du travail et il était à la charge du comptable de présenter en urgence la situation actuelle et précise de mes recettes et de mes dépenses. Malgré notre demande urgente, cette situation n’a pas pu être présentée en janvier 1979 et nous avons dû attendre juin. Elle faisait alors apparaître un reliquat pour nous permettre de couvrir les frais matériels d’achèvement des études en cours, même en étant au chômage. Le 22 juin 1979, nous avons signé en commun la lettre de solde de tous compte et nous nous sommes, Serge Adda et moi-même, trouvés au chômage98. »

43Dans cette situation de chômage, Maurice Ducreux prospecte et parvient à réunir, par deux missions d’études, 227 713 francs de contrats, qu’il propose de déposer à l’UDRA/ESA en septembre 1980. Le premier contrat DAFU, d’un montant de 141 000 francs porte sur la Champagne-Ardenne et le second est un contrat « relais » du CRU portant sur Saint-Denis, de 86 550 francs. Ce dernier contrat est placé sous la responsabilité scientifique de Pierre Veltz. Dans un courrier en date du 18 août 1980, il est stipulé que :

« Le CRU charge l’association UDRA/ESA de réaliser cette recherche... Cette recherche sera réalisée au sein de l’UDRA par Maurice Ducreux. Le CRU s’engage à verser ces sommes à l’UDRA dès qu’il les aura reçues de la DGRST mais il ne consentira aucune avance. Le CRU n’est lié à l’UDRA que dans la mesure où il reçoit les fonds correspondant de la DGRST. En conséquence l’UDRA ne saurait se retourner contre le CRU dans le cas de non paiement ou de rupture de contrat de la part de la DGRST. La durée nécessaire à la réalisation de ces travaux est d’un an, à dater de la notification du contrat de programme, intervenue en juin 1980... »

44Maurice Ducreux poursuit scrupuleusement l’exposé des faits

  • 99 Courrier du 3 décembre 1980 de François Werhlin, co-signé par Maurice Ducreux : « Je vous confirme (...)

« Au premier versement des fonds, en novembre 1980, un contrat de travail à durée déterminée m’a été proposé99, que j’ai accepté par obligation et par respect des conditions de fonctionnement de notre association dans le contexte incertain de la recherche, en indiquant bien que mon souci était double : c’est-à-dire honorer par un bon travail ma mission d’études, et trouver des financements complémentaires pour ne pas me retrouver, après 27 ans de travail dans le domaine de la recherche urbaine, dans la situation précaire d’un travailleur à tâche... »

  • 100 Archives privées de Maurice Ducreux. Courrier de Maurice Ducreux à André Bruston du 25 novembre 198 (...)

45Mais pour solder par décision unilatérale la dette de 100 000 francs dont on le tient responsable, l’ESA se rembourse sans l’en avertir sur ses contrats. Ducreux en donne pour preuve des fonds de la DGRST correspondant à un crédit-relais de 50 000 francs, arrivés le 10 septembre 1982 pour le maintenir au travail, et dont il n’a pas reçu d’avis d’encaissement de la part de l’École. Auparavant il dénonce les ponctions réalisées par l’ESA sur ses contrats alors même qu’il mène ses recherches, en Champagne-Ardenne notamment, sans plus aucun support logistique de l’École. Or, pendant tout ce temps Ducreux a démarché sans relâche pour enchaîner sur un nouveau contrat de travail à durée déterminée. Des pourparlers sont entamés avec le Service Technique de l’Urbanisme (STU) et la Ville d’Ivry. L’observation doit se dérouler sur une année mais le financement n’assure que 88 jours d’activité100. Les conditions matérielles et psychologiques dans lesquelles il travaille lui font accumuler du retard :

  • 101 Courrier de Maurice Ducreux à André Bruston du 30 octobre 1982. Le contrat sur Ivry venait d’être o (...)

« J’ai mobilisé les crédits CRU pour mener Champagne-Ardenne. Je comptais, une fois Champagne-Ardenne achevé, donner un document justificatif pour le CRU. J’ai été mis d’une façon intempestive au chômage alors que j’avais prospecté et obtenu un contrat sur Ivry dont je connais très bien la réalité. Avec cette mise au chômage j’ai perdu tous mes moyens. Champagne-Ardennes a pris du retard pour le rapport final qui est bien inférieur à la documentation amassée. Le contrat STU a été résilié101... »

« Il faut sauver le soldat Ducreux » ou l’impossible intégration d’un « hors statut » proche de la retraite

46Comment expliquer la survenue puis l’aggravation d’un contentieux apparemment insoluble ? Maurice Ducreux avance une première explication à Nicole May, le 1er décembre 1981, fondée sur l’hypothèse d’un changement profond dans les pratiques de l’UDRA, en lien avec la complète recomposition des personnes présentes en son sein :

« Je sais bien que la structure de l’UDRA n’est pas une affaire concernant la mission de la recherche ; mais à titre d’information il est bon de savoir que notre association, que nous avions montée pour accueillir des chercheurs et leur donner des infrastructures, est en train de se transformer, à l’image des cabinets d’architectes, en un système de gestion de profession libérale aux honoraires, avec des contrats de vacation n’assurant plus aucune protection sociale : cotisation aux ASSEDIC, régime complémentaire, etc. »

47Il lui réitère ses propos le 26 juin 1982, preuve qu’entre-temps sa situation n’a pas été résolue :

« L’UDRA s’est maintenant transformée pour donner l’occasion aux enseignants de l’école de mener quelques petites activités annexes [...] mais j’ai compris qu’une situation de chercheur ne les intéressait plus... D’une certaine manière ; l’évolution de l’UDRA peut se comprendre de la part d’enseignants qui sont calés par leurs honoraires, leurs ateliers, leurs enseignements. C’est une autre logique. J’aurais dû le prévoir à temps. »

48L’UDRA avait bel et bien changé dans sa composition en 1980 et Maurice Ducreux était désormais officiellement le seul chercheur à plein temps. Les douze autres membres étant des enseignants rémunérés, ils n’utilisaient l’UDRA que pour des travaux complémentaires sur vacations ou honoraires. Ducreux a pourtant cherché soutien et conseil, dans le milieu enseignant, auprès de Paul Virilio. Le fondateur du groupe Architecture principe avec Claude Parent avait été successivement, professeur d’architecture, chef d’atelier (depuis 1969), puis directeur de l’ESA entre 1972 et 1975. À cette date il est aussi, notons-le, membre du comité de rédaction de la revue Esprit aux côtés de Jean-Marie Domenach. Maurice Ducreux lui écrit le 22 février 1982 :

« Tu connais l’UDRA depuis son origine, tu sais comme moi les problèmes que nous avons eus à traverser pour que vive l’association. Il y a, à mon avis, un malentendu entre l’UDRA et moi-même au niveau de la prise en charge mutuelle du statut de travail du chercheur. Cette situation dépasse le cas d’un problème personnel, elle met en jeu l’esprit associatif car il me semble que pour assurer la survie de la structure, l’orientation actuelle de prise en charge des membres de l’association conduit à institutionnaliser des situations précaires [...] et, de ce fait, l’existence d’une structure d’accueil qui n’est pas seulement une simple chambre d’enregistrement de petits contrats à durée déterminée. Si on se laisse prendre par ce piège, l’UDRA perdra sa crédibilité de structure de recherche, et je ne vois pas comment une association peut développer l’esprit de responsabilité et de soutien mutuel entre ses membres, si on accepte, à cause des conditions immédiates, le principe de la précarité de la présence de ses membres... Tu es, me semble-t-il, dans une situation de certain recul qui devrait permettre, si tu le veux bien, de traiter le problème de façon sereine, objective et inventive... »

49Paul Virilio lui répond, le 5 mars 1982, en l’assurant comprendre parfaitement ses arguments sur « la nécessité de protéger, à la fois, l’UDRA-ESA et la personne des chercheurs membres de cette association ». Il se dit prêt à le rencontrer, mais ajoute :

« Contrairement à toi, je ne suis vraiment pas très investi en matière de juridiction du travail ! Il me semble donc utile non seulement pour toi aujourd’hui mais pour nous tous membres de l’UDRA de faire une réunion approfondie sur un “cas d’expert” qui met en cause la solidarité des individus et la crédibilité des appareils. D’expérience je sais que les actuels responsables de l’unité de recherche de l’ESA sont eux-mêmes tout à fait conscients de la situation qui est la tienne... Le vrai problème c’est, à mon avis, la compétence juridique en la matière, aucune d’entre nous n’étant très au fait sur ce sujet. »

50À la suite de ce courrier, Paul Virilio intercède auprès de Jacques Limousin pour qu’une rencontre ait lieu quelques semaines plus tard. Aucune avancée significative n’en sort. Maurice Ducreux s’adresse alors le 30 octobre 1982 à Michel Pierre, représentant du SNES. Le 30 octobre 1982, il lui résume ainsi sa pensée :

« Décrépitude de la recherche contractuelle, corporatisme des enseignants, manque de réalisme des chercheurs pour analyser les conflits probables de cette évolution, tout cela me conduit à la situation que je t’ai exposée. »

51Le 30 octobre 1982 toujours, c’est un Maurice Ducreux de plus en plus déprimé selon ses propres dires qui confie ses doutes grandissants à son ancien collègue et ami Serge Adda. à cette date, il nourrit encore un faible espoir de décrocher un poste de conseil permanent auprès de la mairie de Roubaix sur le thème de la restructuration des quartiers dégradés. Il est prêt à s’y s’installer mais, à 58 ans, pressentant que son âge fera obstacle à l’embauche, il laisse poindre une certaine amertume :

« C’est peut-être un rêve comme le fut ma prospection avancée à Marne-la-Vallée car avec les contrats de solidarité, les Villes n’embauchent plus de gens de plus de 55 ans puisqu’elles les mettent à la retraite (ce qui est bien) en offrant des places aux jeunes et en souhaitant, en même temps, des gens qui ont une large expérience mais qu’on ne peut pas prendre, après avoir fait appel à eux pour donner des idées dans le cadre de leur prospection. »

  • 102 Archives privées de Maurice Ducreux. Courrier de Maurice Ducreux à André Bruston du 8 décembre 1982
  • 103 Notamment par un courrier du 9 novembre 1982.
  • 104 Archives privées de Maurice Ducreux. Courriers des 18 et 27 novembre 1982.

52De fait, cette perspective d’embauche échoue102. À deux reprises, François Werhlin lui avait fait répondre qu’il ne pouvait désormais plus rien pour lui103 et, par une lettre du 8 novembre 1982, Jacques Limousin et Gilles Lurot – le vice-président de l’UDRA – lui avaient enjoint de « ne plus importuner Werhlin avec cette affaire ». Indice supplémentaire d’une crispation de ses rapports avec les enseignants de l’ESA, Maurice Ducreux écrit à plusieurs reprises104 à une enseignante de l’UDRA, Ursula Paravicini, pour récupérer l’Atlas du Bassin Minier dont il a un besoin pressant. Par ces courriers, on apprend qu’il a prêté nombre de documents à des enseignants de l’École, sans apparemment jamais les récupérer. L’impasse où il se trouve à l’approche de ses 60 ans et son état persistant de chômeur lui font craindre tous les jours davantage de voir compromettre les garanties sociales acquises par près de trente ans de versements réguliers de cotisations qui devaient lui ouvrir, le moment venu, droit à une retraite de cadre à taux normal.

53L’épilogue intervient enfin, entre l’hiver 1982 et le printemps 1983, grâce aux efforts conjugués d’André Bruston, Nicole May et Bernard Archer qui dirige alors les services techniques de la Ville de Grenoble. Entre-temps, le changement de majorité et l’arrivée de la gauche au pouvoir avaient fait disparaître la DGRST, remplacée par le ministère de la Recherche et de la Technologie confié à Jean-Pierre Chevènement. André Bruston y avait été recruté en qualité d’adjoint de Philippe Barret, nommé responsable du département SHS. Il reprend alors les dossiers en suspens avec la mission de liquider en priorité toutes les affaires en souffrance, d’autant que la situation économique avait elle aussi radicalement changé. André Bruston le rappelle avec force :

« Un contrat de 20.000 ou de 100.000 francs en 1974 n’équivalait absolument plus cette somme en 1982 avec 14 % d’inflation/an. En 1982, on ne pouvait plus vivre sur la recherche contractuelle d’État. »

54Et de citer, cette fois, le recasement de quelques chercheurs du CSTB comme Jacqueline Palmade à Paris-Dauphine ou Françoise Lugassy à Nancy 2, puis le recrutement d’Anne Querrien au Plan Urbain, par exemple.

55Un dénouement s’esquisse aussi pour Maurice Ducreux, trop âgé pour être intégré, et dont l’inscription en thèse à Grenoble mentionnée dans ces CV n’a jamais abouti. Une fois enterrée la perspective d’embauche à Roubaix, ce dernier fait état pour la première fois, le 8 décembre 1982, d’une piste grenobloise qui se confirme dans les semaines suivantes. Dans le courrier du 17 janvier 1983 qu’il adresse à André Bruston, son ton est à l’optimisme et le profil de poste se précise : « Un emploi à Grenoble dans le cadre de la Régie foncière sur des études et propositions pratiques de traitement de tissus industriels semble acquis. »

56Il prévoit de s’y installer rapidement. Par un nouveau courrier adressé à Serge Adda le 23 février on en connaît le montage financier et administratif :

« Normalement, je devrais avoir pour un an un poste de travail à Grenoble, financé pour moitié sur des crédits du ministère de la ville et, pour l’autre, avec l’apport immédiat du crédit relais DGRTS que l’UDRA a en trésorerie depuis septembre (1982). »

57Le soulagement sera de courte durée. Emmanuel Ducreux, son neveu, se souvient en effet avoir partagé la déconvenue de son oncle avec lequel il passait la soirée électorale du printemps 1983. Ce soir-là, l’équipe municipale emmenée par Dubedout échouait dans son ambition d’un troisième mandat consécutif et Alain Carrignon emportait la mairie : « Je vais être placardisé ! » : telles auraient été les paroles alors prononcées par Maurice Ducreux. Il partira néanmoins s’installer à Grenoble mais, très vite, la maladie l’affectera.

Notes

1 Archives privées de Maurice Ducreux. Deux longues notes, manuscrites et tapuscrites, vraisemblablement datées de septembre 1975, sont intitulées « Rapports aux milieux communistes ».

2 Sous l’influence de son président d’alors, Philippe Warnier, La Vie Nouvelle se gauchise : « Le marxisme est la seule théorie socialiste structurée et cohérente », affirme-t-il en même temps que sa conviction de la primauté du politique. C’est aussi à la même époque que naissent, brièvement, des groupuscules comme le mouvement « Chrétiens pour le socialisme », né au Chili en 1971, ou les « Chrétiens marxistes » en octobre 1974 (Soulages, 2012).

3 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, vraisemblablement postérieure à 1970.

4 Note de 1977. Phrase soulignée par nous.

5 À ce sujet, lire Pelletier Denis, « Pratique et écriture de la crise catholique chez Michel de Certeau », Revue d’histoire des sciences humaines, no 23, 2010, p. 19-35.

6 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, postérieure à 1975.

7 Cf. un entretien de près d’une heure [http://www.rtbf.be/video/vnoms-de-dieux?id=1749989&category=viepratique].

8 Dans Christus, revue de spiritualité jésuite fondée en 1954, François Roustang analyse l’évolution postconciliaire des comportements en qualifiant les catholiques dont il rapporte les témoignages de « troisième homme », à savoir ni conservateurs ni réformistes mais faisant désormais le constat : « d’une distance entre (leur) existence de croyant et la pratique religieuse, distance infranchissable, si ce n’est avec des mots, dont il était préférable de ne plus s’occuper ». François Roustang ajoute : « Un jeune ménage me disait ne plus bien voir ce qui distinguait les valeurs chrétiennes des valeurs simplement humaines, répandues d’ailleurs en nos pays par le christianisme. Il leur semblait que la foi devait leur permettre de vivre un mode de relations religieuses sans pour autant passer par les données habituelles du vocabulaire religieux. » Il met en garde : « Si l’on se refuse à voir l’évidence, le détachement à l’égard de l’Église, qui est largement commencé, ira en s’accentuant. Il ne revêtira pas alors, comme dans le passé, la forme d’une opposition ou celle d’un abandon, mais d’un désintérêt tranquille, voire une pure indifférence » (n ° 52 p. 561-567, octobre 1966). À la suite de ce papier, François Roustang quitta la première équipe de rédaction qu’il composait aux côtés de Michel de Certeau et François Courel. Tous trois s’intéressèrent de très près à la psychanalyse, fréquentant Jacques Lacan.

9 Titre d’un numéro de la revue Christus de 1973. Cette année-là Maurice Ducreux adhère officiellement au PCF.

10 Dosse F. (2002), Michel de Certeau : le marcheur blessé, Paris, La Découverte, p. 74-79, concernant son rôle dans la revue Christus.

11 Appelé par André Mandouze, Jean Baboulène en deviendra rédacteur en chef dans les années 1950.

12 Ce jésuite né dans le Doubs et ordonné prêtre en 1931 a été honoré de la Croix de guerre et du titre de « Juste parmi les nations » pour son rôle pendant la guerre et sa dénonciation du nazisme et de l’antisémitisme, en Autriche tout particulièrement, où il est poste depuis 1934.

13 Texte extrait du site [http://www.jesuites.com/histoire/mo/].

14 Informations en bonne partie extraites de [http://www.jesuites.com/2012/10/jacques-sommetherault-liberte/]. Deux autres sites ont aussi été consultés : Source [http://www.la-croix.com/Religion/Urbi-Orbi/Carnet/L-inalienable-liberte-du-P.-Jacques-Sommet-NP-2012-10-24-868265] et [http://nda33.fr/a-dieu-jacques-sommet/].

15 Sur l’histoire de la revue, ses thèmes et les crises qui la traversèrent, des textes et témoignages sont téléchargeables sur le site [http://www.revue-christus.com/].

16 Jacques Sommet, « Politique à Dachau », Christus, no 93, janvier 1977, p. 253.

17 Parmi les évêques en poste en 1972, Mgr Béjot était Centralien, Mgr Bardonne et Mgr de la Brousse étaient Polytechniciens. Informations extraites de la longue enquête sur l’épiscopat français réalisée par Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin (Bourdieu, Saint-Martin, 1982).

18 Pluralisme qui existe, de fait, depuis la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle.

19 Cf. Garaudy René, « Structuralisme et “mort de l’homme” », La Pensée, no 135, 1967.

20 En mars 1969, le Secrétariat de l’épiscopat convoquait une rencontre nationale des vicaires généraux au titre de responsables pastoraux des « villes métropoles ». Les séances de travail sont préparées par chaque vicaire général qui envoie un compte-rendu de son expérience au responsable des RPGV quelques jours avant la réunion. Les thématiques abordées envisagent le plus souvent la ville dans sa globalité, à partir d’expérience vécues sur le terrain, au croisement de questions sociologiques ou géographiques et d’interrogations pastorales (Chatelan, 2012).

21 « Il avait un pragmatisme au ras du sol comme Henri Coing ce “socio-prêtre” de son époque qui s’acharnait à restituer et comprendre ce que pensait “vraiment” les gens et pourquoi ? », témoignage écrit de Marc Wiel à l’auteur, du 23 juillet 2013.

22 Publication des chrétiens progressistes qui succéda à la Quinzaine interdite par le Saint-Office en 1955 (cf. infra chapitre I). C’est La Lettre qui initie la tenue de la première rencontre internationale des lectures matérialistes de la Bible à Vanves en 1978.

23 Courriel de Bernard Terranova, ancien directeur des agences d’urbanisme de Reims et d’Orléans à l’auteur.

24 Cf. supra, même chapitre, à propos de la revue Espaces et sociétés et du « réseau grenoblois » au BERU.

25 Pas seulement du rapport à l’espace. Les discussions sur les apports de la psychanalyse et l’extrême difficulté de l’Église à les aborder sont présentes dans les réunions de l’équipe scientifique de la MDF auxquelles Maurice Ducreux participe dans les années 1970 et qu’il a conservées.

26 Précisons toutefois que Maurice Ducreux a acheté un appartement dans un petit immeuble du 129 de la rue Maurice Thorez, pas dans les nouvelles constructions de Renaudie et Gailhoustet. Par contre, Archer vivra quelques années dans l’immeuble Danielle Casanova.

27 Entretien de l’auteur avec Annie et Claude Chaton au Kremlin-Bicêtre le 5 avril 2012.

28 Renaudie Jean (1992), La logique de la complexité, texte édité par Patrice Goulet et Nina Schuch, Paris, IFA, p. 14. Cité par Bresson Sabrina (2008), « Architecture et lien social. Les « étoiles » de Renaudie à Ivry-sur-Seine.

29 C’est tout à fait le sentiment que nous avons ressenti quand nous avons interrogé Raymonde Laluque dans son appartement.

30 Cf. Michel Foucault et la fonction-auteur [http://www.fabula.org/atelier.php?search=Michel+Foucault+et+la+fonction%2Dauteur].

31 Bernard Archer y publiera un article à partir de son rapport d’étude, « domicilié » à l’UDRA/ESA et intitulé : Deux grandes actions d’aménagement du territoire, le pont de Tancarville, l’autoroute de Normandie, avec la collaboration d’Arnaud Vedrenne, publié par le Ministère de l’équipement et du logement/DAGU/MRU/DGRST/SAEI, 1975.

32 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

33 Entretien téléphonique avec l’auteur du 20 avril 2013.

34 La biographie de référence reste celle de son disciple Rémi Hess, Henri Lefebvre et l’aventure du siècle, Paris, Métaillé, 1988.

35 Résistant valeureux au sein du mouvement Combat, Jean Pronteau adhère au PCF dans la clandestinité. Il devient député communiste de Charente entre 1945 et 1958 et membre du Comité Central en 1950. Dès 1954, il fonde la revue marxiste Économie et politique qu’il dirige, non sans difficultés, jusqu’en 1961. Une première fois victime d’une « purge » interne cette année-là, Pronteau est définitivement exclu du PCF en 1970 pour avoir mis en cause la sincérité du Parti dans sa condamnation de l’invasion soviétique en Tchécoslovaquie, ainsi que l’image mythifiée du « Parti de la Résistance ». Il rejoint alors le PS dans la mouvance de François Mitterrand. Après son retrait de la revue Économie et politique, il gagne les rangs de la Sorbonne, devient ingénieur-urbaniste et fonde les éditions de sociologie Anthropos où il publie des auteurs tels que : René Caillié, Claude Henry de Saint-Simon, le curé Meslier, des inédits de Karl Marx, Nicolas Boukharine, Pierre Naville, etc. Les fonds Pronteau ont été déposés à l’IHTP. Des historiens comme Philippe Button et Marc Lazar les ont utilisés mais, à notre connaissance, la dimension ingénieur-urbaniste et intellectuel de l’urbain n’a été abordée dans aucun de leurs travaux. Un projet de thèse à Toulouse-Le Mirail est en cours par Jean-Pierre Pignot, cf. [http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle480&lang=fr.html].

36 [http://www.cairn.info/en-savoir-plus-sur-la-revue-l-homme-et-la-societe.htm].

37 Cf. Jean Deroche, Claude Guislain, Georges Loiseau, Jean Perrottet, Pierre Riboulet, Pierre Vago, « Architecture et politique », L’Architecture d’aujourd’hui, no 144, juin-juillet 1969 et infra, chapitre II.

38 Cf. Fortier Bruno, Riboulet Pierre, « Dialogue sur une stratégie de l’espace (1760-1820) », colloque de Superdévoluy, Paris, Anthropos, 1976, p. 103-128.

39 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013. Grégory Busquet a analysé le contenu et le déroulé du colloque de Royaumont (Busquet, op. cit., p. 122-139).

40 Rappelons ainsi que Manuel Castells (« Y a-t-il une sociologie urbaine ? », Sociologie du travail, janvier-mars 1968, p 72-90) alla jusqu’à contester la validité et la pertinence d’une sociologie urbaine, « pseudo-science » se trompant d’objet qui devait rester la lutte des classes, même si celle-ci se déployait aussi hors de l’usine dans un cadre urbain. Jean Lojkine analysa l’urbanisation et la production de l’espace comme révélateur du développement capitalistique (cf. supra, chapitre V). À l’opposé, les foucaldiens du CERFI (cf. infra, chapitre II), s’attaquèrent au pouvoir et à ses pratiques socio-spatiales (les « agencements » et les « dispositifs de la normalisation » ou de répression sociale et étatique, la déviance, l’anormalité, etc.) à travers des contrats de recherche sur « La généalogie des équipements collectifs ».

41 Cf. Chemetov Paul, Kopp Anatole, Renaudie Jean, Riboulet Pierre, « L’architecture parle-t-elle politique ? », La Nouvelle Critique, no 73, avril 1974, p. 62-73 (propos recueillis par Jean-Philippe Chimot et Jean-Louis Cohen). Ce moment correspond complètement à la stratégie d’ouverture du PCF aux intellectuels et cadres techniciens supérieurs (cf. supra, chapitre V).

42 Cet ancien du BERU, lié à Anatole Kopp depuis l’Algérie, va poursuivre leur collaboration intellectuelle en traduisant des textes du russe et de l’anglais avec Evy Vartazamian pour l’ouvrage Architectures et mode de vie : textes des années vingt en URSS, Presses Universitaires de Grenoble, 1979.

43 Cf. infra, chapitre I.

44 Sollicité par nous pour apporter un témoignage écrit, Jean-Claude Lemosquet a effectivement préféré décrocher son téléphone, le 23 avril 2013, en arguant du fait que nous lui demandions un « exercice littéraire » dont il n’avait pas l’habitude. Celui dirigea l’Agence d’aménagement de la zone minière (AAZM) puis le service d’urbanisme de la DDE de Basse-Normandie et le GEP d’Alençon, gagna la DAU dans les années 1980 pour y relancer la planification stratégique et devenir le correspondant ministériel auprès des agences d’urbanisme entre 1984 et 1990, en s’occupant notamment de leur financement du côté de l’État. Il se souvient avoir participé aux premières discussions concernant la (re)création de l’agence d’urbanisme de Lille (ADULM) et des réticences de la communauté urbaine au tout début des années 1990.

45 « La Storia », in Scritti politici, Editori Reuniti, 1967, p. 26-27, cité par Fredenucci.

46 Entretien de l’auteur avec Marc Wiel du 22 novembre 2012.

47 Rapport en deux volumes (un comparant l’évolution d’Ivry-centre et de Rouen, l’autre consacré à Ivry-Port), de 1973, domicilié à l’UDRA/ESA et intitulé Choix d’aménagement et production de l’espace, et financé au titre du programme d’action concertée de Recherches Urbaines, (no de contrat 72.01.206) par le Ministère de l’Équipement et du logement, la DAFU et la DGRST.

48 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

49 Cette équipe du BERU fut au total composée de Bernard Archer, Maurice Ducreux dans un premier temps, Alain Medam, Bernard Cochet et Jean-Louis Destandau.

50 Espaces et Sociétés no 2, mars 1971, p. 95.

51 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

52 AD62 cote BAD 105/1 Commissariat général du plan et de la productivité/BERU. Analyses et perspectives pour l’aménagement du Bassin minier du Pas-de-Calais. Paris : [s. é.], 1966, 42 p. Jean-Claude Lemosquet ne se souvient pas de ce rapport mais de deux autres albums (cf. supra).

53 Jean-Claude Lemosquet nous a envoyé le scan d’une diapositive qu’il avait conservée dudit schéma, malheureusement inexploitable. Lui-même concevra un autre schéma directeur, au nom de l’agence d’aménagement de la zone minière (AAZM), publié dans le Livre orange de l’OREAM-Nord, p. 285.

54 Entretien téléphonique de Jean-Louis Destandau avec l’auteur du 20 avril 2013.

55 Comme à Rouen, il est vraisemblable que Maurice Ducreux y ait été associé.

56 « Tout s’est passé comme si l’État pendant plusieurs années n’avait plus de doctrine en matière d’enseignement de l’architecture, comme s’il renonçait à savoir ce qu’était un architecte et comment il fallait le former. Tout un service est parti à la dérive et a été laissé à l’improvisation... » Propos extraits du rapport sur l’enseignement de l’architecture de Jacques Narbonne remis en 1976 au Secrétariat d’État à la Culture.

57 Cf. Architecture soviétique 1928-1941 : des années vingt au réalisme socialiste. Recherche effectuée par l’UDRA/ESA pour la Direction de la recherche architecturale, CORDA, secrétariat d’État aux affaires culturelles et rédigée par Anatole Kopp, Joëlle Aubert-Yong, Lise Fontaine-Jacob et Jacinto Rodriguez, 1975.

58 Maurice Ducreux aussi.

59 Témoignages écrits de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

60 Cf. supra, chapitre V et témoignage de Jean Bellanger à l’auteur.

61 Économiste, historien, philosophe et épistémologue des sciences sociales, Yves Barel (1930-1990) a d’abord été chercheur à l’Institut de recherche et de planification de Grenoble (IREP), puis maître de recherche au CNRS et directeur du Centre d’études des pratiques sociales de l’université de Grenoble. Il est particulièrement connu pour ses travaux en matière d’analyse des systèmes. La DATAR publie d’ailleurs en 1971 « Prospective et analyse de systèmes », in Travaux et Recherches de Prospective, coll. Schéma général d’aménagement de la France, no 14, février 1971, 175 p., cf. [http://www.datar.gouv.fr/sites/default/files/datar/nlprospectiveetanalysedesystemes.pdf].

62 Cette affirmation est inexacte. Il existait bien une recherche architecturale, à l’ESA et ailleurs, pilotée par le CORDA et financée par la DGRST. Entretien téléphonique de l’auteur avec André Bruston du 17 avril 2013.

63 Archives personnelles de Maurice Ducreux. Note jointe à un courrier adressé à Serge Adda le 30 juin 1982. Sur Serge Adda, cf. supra.

64 Entretien de l’auteur avec André Bruston du 17 avril 2013.

65 Cf. [http://www.pss-archi.eu/architecte/3195/].

66 Sur ce point précis, Bernard Barraqué a aussi apporté récemment son témoignage dans Pour mémoire, no 11, été 2012, p. 162-163.

67 Ouvrage publié en 1967.

68 Les éléments qui suivent sont extraits d’une longue conversation téléphonique du 17 avril 2013. Il reste néanmoins des zones d’ombre dans l’enchaînement des faits relatés et l’origine des liens qui unissaient ces personnes sur le temps long.

69 De manière générale, les anciens militants de l’UNEF que nous évoquions au chapitre III, passés pour certains au PSU, vont précocement s’investir dans la formation professionnelle des futurs urbanistes aménageurs en ouvrant d’abord des formations de troisième cycle (cf. Pierre Gaudez à Science Po Paris). à Grenoble, Jean Verlhac, avec la complicité de Jean-Louis Quermone (qui dirigeait l’IEPG) puis de Claude Domenach, crée en 1969 cet UER conçu comme la traduction logique de la volonté de municipalité Dubedout d’encourager la naissance d’une structure nouvelle sur un champ de théories et de pratiques nouvelles [http://www.60ans-iepg.fr/8-anniversaires/cinquantenaire/cinquantenairetemdir.jpg].

70 Cet ancien Jésuite avait aussi participé au démarrage du Groupe de sociologie urbaine (GSU) de Lyon, aux côtés d’Andrée Chazalette, Maurice Chevallier, Michel Freyssenet et Jean-Claude Barthez. C’est d’ailleurs à ce titre qu’il participe au colloque de Royaumont. Cf. AML Fonds Chazalette (et annexes tableau 1).

71 Né en 1940 et diplômé en droit et Science politique (IEP Paris) puis agrégé de droit et de sciences politique il dirige le 3e cycle de la section politique de l’IEP de Grenoble dès 1970 avant d’en prendre la direction entre 1988 et 1995. Membre du Groupe de recherche en sciences sociales sur l’Amérique latine (GRESAL), il travaille et vit aujourd’hui au Brésil. Cf. par exemple, Arcy (d’) François, Prats Yves, « Les politiques du cadre de vie », in Grawitz M. et Leca A. Traité de sciences politiques, vol. 4, Les politiques publiques, Paris, PUF, 1985, p. 263-265.

72 Jean-François Parent a témoigné de cette époque dans l’ouvrage de Dominique Hayer consacré à Jean-Paul Baïetto Fabriquer la ville autrement. Jean-Paul Baïetto. Portrait d’un aménageur urbain, Paris, Le Moniteur, 2005.

73 Il a accompli le plus clair de sa carrière de professeur de sociologie à Lille1, au sein du laboratoire Clersé. Il a consacré ses travaux à la théorie et la méthodologie des réseaux sociaux. Professeur émérite, il vit à Paris.

74 Agence d’urbanisme qui avait elle-même succédé à cet endroit à l’École d’architecture...

75 Devenu entretemps docteur d’État en sociologie, sous la direction de Louis-Vincent Thomas. Cette thèse, soutenue à la Sorbonne en 1973, lui permet d’intégrer le CNRS en 1976 (Medam, 1998, p. 21).

76 Ce jeune maître en philosophie et docteur en urbanisme est alors enseignant à l’UER de Grenoble et à Paris VIII, au sein du DEA Sociologie et Modes de vie.

77 Peut-être s’agit-il là d’une réponse à l’appel d’offre très vaste, lancé par la DGRST pour « sauver » de la précarité un certain nombre de chercheurs pour lesquels une solution pérenne n’avait pas encore été trouvée. Cf. supra.

78 Courriers retranscrits et envoyés aimablement à l’auteur par Léon de Saint Moulin. Cf. supra, chapitre V.

79 Archives privées de Maurice Ducreux. Précisions que nous avons retrouvées dans le courrier officiellement envoyé par François Werhlin, alors directeur de l’ESA, à l’inspection du Travail, le 1er avril 1979, pour lui demander l’autorisation de licencier économiquement Maurice Ducreux.

80 Économiste, il s’affiche comme politiquement « libéral ». Selon cette logique, en mars 1978, il fonde avec Alain Besançon et Kostas Papaioannou la revue Commentaire, qu’il décrit lui-même comme « destinée à lutter contre le Programme commun et l’influence communiste alors » (Bezès, Montricher (de), 2005, op. cit). Il est devenu l’un des deux administrateurs de Science Po Paris (avec Michel Pebereau) passés sous le feu des projecteurs et des critiques à l’occasion de la succession difficile de Richard Descoing.

81 Michel Conan intègre alors le CSTB dont il deviendra chef du service Sciences humaines. Urbaniste, il a enseigné à l’École d’architecture de Paris-Conflans (en 1990). Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la construction, le projet d’architecture, l’histoire des jardins ou la maîtrise d’ouvrage publique, cf. infra.

82 Épouse de François Ascher.

83 [http://www.metropolitiques.eu/Une-anthropologue-en-ville-Colette.htm].

84 [http://www.cairn.info/publications-de-Rosenberg*-Suzanne--75984.htm].

85 Née dans une famille gaulliste et catholique, Sophie Boucher-Petersen est d’abord une militante d’extrême-gauche (JCR/LCR). Depuis, elle est devenue la « plume » de Ségolène Royal, participa au lancement de son site Désirs d’avenir et fut membre actif de son équipe de campagne en 2007. Les deux femmes se sont connues sous le premier mandat de François Mitterrand, où Sophie Boucher avait été embauchée pour sauver les PME en difficulté auprès d’Alain Boublil.

86 Décédée en février 2014.

87 Facilités gestionnaires qui ont pu entraîner dérives et opacités comptables dont Maurice Ducreux sera la victime. Cf. supra.

88 On trouve ainsi parmi les exemples de rapports dits de recherche extraits de la brochure officielle sur l’UDRA : 1980-1984 : Gilles Lurot (architecte DESA, équipe élargie sur appel d’offre en septembre 1980 à des étudiants de 3e et 4e année) : Restructuration de l’école maternelle Croix Bossuet à Sèvres ; 1981-1982 : Jacques Limousin, Architecte DPLG et Enseignant à l’ESA, Gilles Lurot, étudiants de 4e année : « Équipement socio-éducatif communal », etc.

89 Archives privées de Maurice Ducreux, note jointe à un courrier du 30 juin 1982 adressé à Serge Adda.

90 Il quittera l’ESA pour diriger l’ENSBA. Il est décédé en 1994.

91 Un comité de sociologie générale auprès de la DGRST et dirigé par Raymond Boudon, deux comité à caractère économique, auprès du Plan, et un comité « Développement spatial et Cadre de vie » confié à André Bruston. Ce dernier réunissait tous les anciens agencements en recherche contractuelle (tourisme, commerce, transports, construction urbanisme). Entretien d’André Bruston avec l’auteur du 17 avril 2013.

92 Bernard Barraqué, entre autres, en bénéficiera.

93 Il est aujourd’hui sculpteur (cf. contact@limousin-sculpteur.com). Sur son site, on apprend qu’il fut diplômé de l’Institut de l’Environnement, professeur à l’ESA de 1971 à 2004 et professeur à l’Académie Julian-Penninghen.

94 Et annotée par Maurice Ducreux à la marge : « Reçue le 27 octobre 1982 par copie d’un courrier de Limousin. »

95 Sans toutefois lui envoyer cette version mais une autre, à peine plus édulcorée, datée du 30 octobre 1982. En effet, il n’y fait plus allusion aux malversations du Directeur administratif (cf. supra).

96 Cf. [Cf. [http://www.economie.gouv.fr/files/files/directionsservices/caef/Documents/Archives/aef/pages/08/08-01-06-07-02.html]. Créée en 1936, la Caisse nationale des marchés de l’État (CNME) est un établissement public national dont la mission était de faciliter le financement des marchés publics, des opérations d’équipement assorties d’une garantie mutuelle, des lettres d’agrément et de l’équipement de certaines entreprises nationales. Ses archives sont conservées au Centre des archives économiques et financières (CAEF).

97 Nous n’avons rien trouvé sur cet épisode précédent mettant en cause, judiciairement, le directeur administratif de l’ESA dans les archives de Maurice Ducreux. Quant à l’ESA, en dépit d’un accueil courtois à la documentation, quasiment toutes traces de cette période semblent avoir disparu, hormis une brochure récapitulant les intitulés et les auteurs des rapports de recherche de l’UDRA jusqu’en 1981. Un colloque est en préparation. Prévu en novembre 2015 il s’accompagnera, nous l’espérons, d’une ouverture plus complète des archives.

98 Par le courrier recommandé envoyé par l’ESA à l’Inspection du travail, nous apprenons que Serge Adda, avec lequel Maurice Ducreux signe deux volumes d’un rapport sur la désindustrialisation à Saint-Denis et Aubervilliers puis un article de synthèse sur ce thème dans les Annales de la recherche urbaine no 5, était de nationalité tunisienne, qu’il est né le 19 septembre 1945 et qu’il était salarié de l’UDRA/ESA en qualité de chargé de recherches depuis le 1er juin 1975. Auparavant il avait été chargé d’études au Centre d’études des techniques économiques modernes (CETEM), sous la direction de l’économiste André Piatier. Nous avons effectivement retrouvé trace de ses travaux portant sur Les affaires judiciaires concernant l’immobilier et la circulation (2 tomes, en 1971-1972) et sur Les victimes des accidents de la circulation et leur indemnisation devant les tribunaux (1973). Cf. entretien téléphonique de l’auteur avec le sociologue Patrice Flichy qui fut un temps son collègue au CETEM, en avril 2013.

99 Courrier du 3 décembre 1980 de François Werhlin, co-signé par Maurice Ducreux : « Je vous confirme par la présente votre engagement en qualité de « Directeur de recherche » (objet de la recherche « la spatialisation du développement économique avec le CRU). Votre engagement vaut pour une durée de 4 mois pendant lesquels vous serez rémunéré sur la base de 9 300 francs brut ; vos congés payés vous seront réglés en sus au prorata de la durée de votre contrat de travail. Cette rémunération correspond à un statut directeur de recherche à plein temps. Au cas où les négociations que vous êtes en train de mener avec la région Champagne-Ardenne aboutiraient, le présent contrat de travail pourrait être prolongé de 8 mois... »

100 Archives privées de Maurice Ducreux. Courrier de Maurice Ducreux à André Bruston du 25 novembre 1981.

101 Courrier de Maurice Ducreux à André Bruston du 30 octobre 1982. Le contrat sur Ivry venait d’être officiellement résilié le 18 octobre précédent.

102 Archives privées de Maurice Ducreux. Courrier de Maurice Ducreux à André Bruston du 8 décembre 1982.

103 Notamment par un courrier du 9 novembre 1982.

104 Archives privées de Maurice Ducreux. Courriers des 18 et 27 novembre 1982.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search