Version classiqueVersion mobile

Catholicisme social et urbanisme

 | 
Maryvonne Prévot

Chapitre III. Maurice Ducreux au BERU (1960-1970) entre diversification, consolidation et forces centrifuges à l’œuvre

Texte intégral

Maurice Ducreux dans l’aventure du BERU-SORETUR en Basse-Seine

Nouvelles antennes locales, nouvelles embauches et nouvelles missions pour le BERU

  • 1 Entretien téléphonique de Jean-Pierre Portefait avec l’auteur du 20 avril 2013.
  • 2 Son profil de carrière est assez proche de son ami Pierre Gaudez (cf. supra). Il est décédé.

1Les rénovations de quartiers anciens et les réalisations de ZUP constituent initialement une part significative de l’activité du BERU qui mène des études préalables puis participe, la plupart du temps, au suivi des réalisations en dépêchant une équipe permanente sur place. Les contrats étant reconduits annuellement, l’implantation locale dure en moyenne quatre à huit ans. Plusieurs antennes du BERU voient ainsi le jour. Un dénommé Mangeot est embauché pour créer celle de Bayonne et travailler sur la ZUP de la Sainte-Croix. L’antenne locale du BERU se charge également de l’élaboration des documents d’urbanisme et de divers dossiers opérationnels (Schaefer, op. cit., p. 40). En 1962, Guy de Poncins et Jean-Pierre Portefait sont recrutés. Tous deux sont diplômés en droit et sortent de l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Portefait se targue d’être : « le premier recrutement normal du BERU », plutôt « de droite », et en rupture avec le profil militant de gauche des premières années d’existence1. Le duo Jean-Pierre Portefait/Guy de Poncins s’étoffe avec les arrivées de Jean-Claude Bordereau et d’André Barthélémy. Ce dernier fera de la planification stratégique une spécialité2. Pour sa part Guy de Poncins monte une antenne du BERU à Aix-en-Provence. à Toulon, c’est Jean-Noël Gillibert, embauché en 1967, qui supervise les missions d’assistance aux communes engagées dans des grandes opérations d’aménagement. Outre la ZUP de la Rode, l’antenne du BERU se consacre à la zone d’activités de Brignolles et au montage des dossiers de demandes de subventions pour de l’habitat en banlieue de Toulon. D’abord secondé par Pierre Buisson, Gillibert sera rejoint par René-Paul Pietri en 1970. Centralien et diplômé de l’Institut des pétroles, il avait été, en 1964, le premier ingénieur embauché au BERU. Il est bientôt suivi par l’X-Ponts Bernard Schaefer, arrivé en 1966. Deux autres Centraliens, Bernard Archer et Marc Wiel rejoignent le BERU. Après un passage à la SCET, Bernard Archer prit ainsi la tête de la SORETUR – agence d’urbanisme dont le BERU est partenaire – de 1964 à 1967. Marc Wiel y est engagé en 1965.

  • 3 Bernard Schaefer donne une première série d’indications précises sur l’augmentation du chiffre d’a (...)
  • 4 Thomas Reggazola (op. cit., p. 104) cite parmi ces ingénieurs des Ponts : Paul Siméon qui dirigea (...)
  • 5 Cf. supra, chapitre IV.
  • 6 En matière d’urbanisme, l’épannelage désigne la forme simplifiée des masses bâties constitutives d (...)
  • 7 Zublena O. (BERU), Introduction de Piazza-Marne-la-Vallée. Analyse d’un processus, EPA de la Ville (...)
  • 8 Archives privées de Maurice Ducreux. Chiffres et date puisés dans une note datée de 1971 sans plus (...)

2Cette élévation du niveau d’études requis à l’embauche et cette diversification des profils correspondent à une phase de consolidation des positions du BERU sur le marché des études urbaines3. La volonté de Max Stern est d’asseoir la légitimité de ses cadres face à une administration de l’urbanisme de plus en plus « tenue » par les ingénieurs des Ponts4. Mais il entend aussi élargir la palette de compétences afin d’être en mesure d’embrasser le plus grand nombre de facettes de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire et de multiplier les contrats (Schaefer, op. cit., p. 31-32). Le BERU se lance alors dans des études prospectives, dans la conception d’outils de planification (Plans de modernisation et d’équipement (PME), schémas directeurs de structure puis SDAU et POS), dans la réflexion sur les grands équipements structurants (autoroutes, voies rapides urbaines, transports publics5), dans les études pré-opérationnelles (plans d’épannelage6 et plans-masses), dans les études de tourisme social ou bien encore dans l’analyse de la conception architecturale d’un équipement socio-culturel intégré en ville nouvelle7. Ses effectifs croissent pour atteindre 97 personnes en 1970, 110 environ en prenant en compte les stagiaires, pour un chiffre d’affaire d’un montant total de 7,7 millions de francs8, soit plus du double de celui de 1965.

  • 9 Société d’économie mathématique appliquée, Omnium technique de l’aménagement, Omnium Technique des (...)
  • 10 Le Centre d’études et de recherches en aménagement urbain (CERAU) est issu de la fusion des départ (...)
  • 11 Bureau d’information et de prévision économique et Centre de recherche et de documentation sur la (...)
  • 12 Cf. témoignage de Pierre Veltz à Thomas Regazzola (1988) sur la bibliothèque du CERAU, majoritaire (...)
  • 13 L’article auquel il est fait référence est en majeure partie le produit d’entretiens réalisés par (...)
  • 14 Archives personnelles de l’auteur, don de Gilles Morin. Bernard Archer figure ainsi sur la liste d (...)

3Le BERU contribue ainsi à faire naître et se structurer un « marché des études » (Bardet, 2005) en France et dans le monde, qu’il se partage alors avec les filiales des groupes financiers privés (Paris-Bas et Indosuez) que sont la SEMA, l’OTAM, l’OTU et l’OTH9 ; avec les bureaux d’études dépendant des capitaux publics de la CDC (SEDES, CERAU10, BETURE), ou bien encore avec ceux liés à des organes centraux de gouvernement comme le Commissariat général au Plan et le ministère des Finances (BIPE, CREDOC)11. Ensemble ils concourent à la mise en place de « combinaisons de compétences » (Claude, 2006, p. 210) et participent à la diffusion d’une méthodologie d’action publique fondée sur de nouveaux référentiels empruntés – outre-Atlantique en bonne partie12 – aux registres de la réforme, du développement économique, de la planification et de la gestion stratégique ou bien encore à la démarche de projet. Tous ces référentiels connaîtront leur essor, à partir des années 1980 et plus encore 1990, après la Décentralisation (Berrebi-Hoffmann et Grémion 2009). Rachel Linossier (2012)13 souligne leur capacité d’influence sur les conceptions et pratiques en urbanisme, proportionnelle à leur situation monopolistique en matière de production d’études en amont de la décision. Tous s’insèrent en effet dans un système d’expertise technocratique reposant sur les relations étroites et sans cesse croisées – nous l’avons souligné dans les chapitres précédents – entre la sphère des hauts-fonctionnaires, celle des bureaux d’études et, de manière plus ambiguë, avec celle de la recherche et même de la politique, au sens idéologique et partisan du terme (Busquet, 2007 ; Prévot, 2013)14.

Des ingénieurs et des cadres en aménagement et urbanisme, souvent venus de l’UNEF, vivier majeur de recrutement

  • 15 Cf. supra même chapitre.
  • 16 [http://www.cahiersdugerme.info/document.php?id=267] Liste des membres du bureau national de l’UNE (...)
  • 17 Cf. Ergan Louis, Laurent Loeiz (1977), Vivre au pays comment guérir le mal français de la concentr (...)

4Maurice Ducreux se lie d’une amitié d’ordre professionnel et bientôt privé15 avec les deux centraliens qui intègrent la SORETUR en Basse-Seine : Bernard Archer et Marc Wiel. Bernard Archer a été le camarade de promotion à l’École Centrale de Claude Neuchswander. Membre du bureau de l’UNEF en 1956-195716, figure du PSU et de certaines de ses luttes emblématiques (conseil des résidents de Sarcelles, Lip), il a présidé un temps l’ADELS (Prévot, 2013, 2014). Neuchswander est aussi le fondateur quelques années plus tard, en 1976, du cabinet de consultants TEN Conseil, développement local et communication auprès des collectivités locales et de la Fédération nationale des agences d’urbanisme (FNAU). Quant à Marc Wiel, il a été étudiant avec Louis Ergan, un ancien chargé de mission au Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB) et militant du PSU devenu par suite directeur de l’agence d’urbanisme de Rennes (AUDIAR)17 (Prévot, 2013). à quelques années d’écart, Bernard Archer et Marc Wiel ont en commun une même formation mais aussi un même engagement à la JEC puis à l’UNEF, au plus haut niveau même, pendant la guerre d’Algérie. En effet, Bernard Archer est d’abord secrétaire général de la section de Paris et administrateur de la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF), vice-président de l’Association générale des étudiants de Paris (AGEP), vice-président puis président de l’UNEF, durant quelques mois, en 1959.

  • 18 Courriel de Bernard Archer à l’auteur de février 2013. Sur Teilhard de Chardin consulter le travai (...)
  • 19 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur de janvier 2013 et oral de Marc Wiel en novembre 201 (...)

5« Je ne fais pas la dissociation entre chrétien et syndicaliste » affirme pour sa part Marc Wiel. Originaire de Saint-Omer, né au sein d’une famille de onze enfants de la petite bourgeoisie commerçante, catholique et militante (MRP, Emmaüs), il entre en « prépa » au Lycée Faidherbe de Lille en 1957, au plus fort des « événements » algériens. Il devient vite, lui aussi, responsable local de l’UNEF. Si seul Bernard Archer témoigne de l’influence déterminante qu’eut sur lui la pensée de Teilhard de Chardin18 (Chardin, 1955), Marc Wiel et lui font tous deux état de celle, forte, des aumôniers jésuites (le père André Roche, Centralien lui-même, et le père Robert Seillon pour Archer, le père Bonafous pour Wiel)19, tant dans le secondaire qu’en Prépa et à Centrale où il existait un « Groupe catho » actif. Certains de ces Jésuites sont effectivement à l’origine de l’engagement de nombreux étudiants chrétiens dans le syndicalisme étudiant et de la conquête de l’UNEF par des éléments progressistes (Chapuis, 1976, 2008).

  • 20 Entretien de l’auteur avec Pierre Gaudez du 17 janvier 2013.
  • 21 On pourrait encore ajouter à cette liste, par exemple, le nom de Jacques Freyssinet cf. infra, cha (...)
  • 22 Un grand-père de Michel Mousel était membre du Sillon de Marc Sangnier, cf. infra, chapitre I.
  • 23 [http://www.association4d.org/] et [http://www.histoire-dac.developpement-durable.gouv.fr/biograph (...)

6Quoique non ingénieur, Pierre Gaudez, né en 193620 est un autre produit tout à fait caractéristique de ce vivier majeur de cadres en aménagement et en urbanisme qu’a été l’UNEF21. Issu d’une famille catholique et licencié en lettres, il participe aux débats qui traversent alors le monde étudiant, en particulier chez les communistes et les chrétiens, même s’il n’est pas formellement membre de la JEC tient-il à préciser. Il est attiré par le groupe Reconstruction à la CFTC et devient président de l’UNEF entre avril 1960 et avril 1961. Siègent alors à ses côtés, au bureau national : Dominique Wallon, Claude Domenach et Georges Videcocq. Les deux premiers comptent parmi les principaux fondateurs de l’UER d’aménagement et d’urbanisme de Grenoble avec Jean Verlhac, l’adjoint PSU à l’urbanisme, et le troisième est élu PSU du quartier de l’« Abbaye » et engagé dans les études économiques sur la Villeneuve de Grenoble-Échirolles au sein de l’agence d’urbanisme (AURG). Pierre Gaudez doit à François Bloch-Lainé d’entrer à la SCET, puis au CERAU, avant de fonder le cycle d’urbanisme de Science Po que dirige par la suite Michel Micheau (Damon et Micheau, 2010). Bernard Ecrement – le successeur de Bernard Archer à la tête de la SORETUR – interrogé par Frédéric Saunier, l’avait déjà affirmé voici quelques années : « Les mouvements de jeunesse et syndicalistes ont été écrêtés par le président de la CDC » (Saunier, 2005, p. 117). Il nous faudrait encore ajouter à cette liste déjà bien fournie l’exemple de Michel Mousel22. Né à Colombes en 1940 et diplômé de Science-Po lui aussi, puis de l’ENA, il devient président de l’UNEF en 1963. Il intègre la direction de la Prévision du ministère des Finances, puis le CGP. Il poursuit sa carrière au Ministère des finances tout en succédant durablement à Michel Rocard à la tête du PSU à partir de 1974. Membre des cabinets d’Anicet Le Pors et d’Huguette Bouchardeau, il est le fondateur de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et de l’Association 4 D (Dossiers, Débats pour le Développement Durable)23. Il est aujourd’hui encore membre du Conseil général de l’Environnement et du Développement durable, ex-Conseil général des Ponts-et-Chaussées.

  • 24 Cf. supra, même chapitre, sur la collaboration de Maurice Ducreux avec les jésuites Léon de Saint (...)
  • 25 À l’image de Jean-Paul Baïetto. Cf. Hayer Dominique, Fabriquer la ville autrement : Jean-Paul Baïe (...)
  • 26 C’est aujourd’hui encore la devise du Brésil.
  • 27 Lui-même Polytechnicien, ingénieur des Mines et catholique.
  • 28 L’USIC devient, en 1965, le Mouvement des cadres chrétiens (MCC). Cf. [http://www.mcc.asso.fr/L-hi (...)
  • 29 Cf. infra, chapitre II, sur la dimension coloniale.
  • 30 [http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2004.carlierb&part=183697]. Sur le CIL (...)

7En dépit d’une série de travaux sur les mouvements de jeunesse (Coulon, 2008) et d’un travail plus ancien, mais resté à notre connaissance sans suite, sur les cadres catholiques militants (Grelon, Subileau, 1989 ; Chamozzi et Grelon, 1994), l’historiographie ne parvient toujours pas à rendre compte de l’influence exercée par les représentants de la Compagnie de Jésus jusqu’à nos jours24. à la différence du clergé régulier et d’autres ordres religieux, elle concentre ses efforts dans les milieux estudiantins où elle cherche à entrer en contact avec l’élite intellectuelle et sociale du lendemain. Les Jésuites s’efforcent spécialement de conquérir la future élite technicienne en établissant des aumôneries auprès des grandes écoles ou en ouvrant des institutions telles que Sainte-Geneviève, qui prépare aux grands concours ; l’Institut catholique des Arts et Métiers (ICAM) qui forme des techniciens sur le modèle des gadzarts25 ; ou bien encore des écoles supérieures d’agriculture (Angers Purpan). En 1892, quelques mois après la publication de l’encyclique Rerum Novarum sur la condition ouvrière qui offre aux catholiques un corps de doctrine cohérent pour penser et organiser la société civile, le jésuite Henri-Régis Pupey-Girard met ainsi en place les premières structures à l’origine de l’Union sociale des ingénieurs catholiques (USIC). Ce fils d’industriel, auparavant lui-même jeune chef d’entreprise, est particulièrement sensible au défique représente l’évangélisation du milieu patronal et des cercles de collaborateurs techniques. Sa devise est celle du positivisme d’Auguste Comte : « Ordre et progrès26. » En 1939, l’USIC regroupe 10 % des ingénieurs français. Son originalité tient la double nature de ses activités : d’une part, en tant que structure syndicale, elle accompagne le développement de la profession ingénieur. Avec d’autres associations d’ingénieurs, l’USIC participe au long combat qui aboutit, en 1934, à la loi sur la protection du titre d’ingénieur diplômé (Derouet, Paye, 2010). D’autre part, le mouvement veut amener ses adhérents et, au-delà, l’ensemble des ingénieurs, à réfléchir à l’évolution de la profession et à sa place dans l’industrie. Des enquêtes annuelles, conçues selon la tradition sociologique ouverte par Frédéric Le Play27 au milieu du XIXe siècle, éclairent la question chaque fois sous un angle différent : L’Autorité dans industrie (1925), L’Esprit de collaboration (1930), Socialisme et capitalisme (1932), etc. (Grelon, Subileau, 1989). La réflexion se fonde sur la doctrine sociale de l’Église : la solution offerte à une société industrielle « divisée et déchirée » réside dans le dialogue social préalable à une nécessaire union entre les différentes classes et couches sociales. Dans cette perspective de progrès et de justice sociale mêlés, la responsabilité des ingénieurs est éminente. Cette thématique, exposée dès la fin du XIXe siècle et continuellement reprise par l’USIC28, sera systématisée par Georges Lamirand (lié à Raoul Dautry) dans son livre, Le rôle social de ingénieur (1932) inspiré largement du texte de Hubert Liautey, Le rôle social de l’officier29 ; le Maréchal Lyautey en sera d’ailleurs le préfacier. Jacques Ion (1989) a décrit le rôle actif d’une partie de ces « ingénieurs sociaux », membres ou proches d’Économie et Humanisme, passés le plus souvent, eux aussi, par le scoutisme, à l’image d’André Coron, diplômé d’HEC, figure du scoutisme stéphanois, animateur local d’Économie et Humanisme, créateur en 1947 puis président du Comité interprofessionnel du logement stéphanois (CILS). Il y joue un rôle prépondérant dans les programmes de construction de logements sociaux et dans le réaménagement des quartiers populaires avec le soutien, financier entre autres, de l’État et du ministre Eugène Claudius-Petit30.

  • 31 Cf. infra, note précédente et Bernard Barraqué a récemment rendu compte de sa scolarisation chez l (...)

8La Compagnie de Jésus est donc présente au sein des grandes écoles d’ingénieurs (Centrale, Les Mines etc.) mais aussi à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris, à HEC31, ou à Normale Sup. Ainsi, depuis 1875, la Congrégation mariale de la rue de Sèvres, dite « réunion des jeunes gens », regroupe à Paris les anciens élèves des collèges jésuites au sein de la conférence Olivaint, qui n’est laïcisée/déconfessionnalisée qu’en 1969, sous la présidence de Laurent Fabius (branche « Jeunes ») et d’Hervé de Charrette (branche « Aînés ») pour les littéraires. Il en va de même de la Conférence Laënnec, pour les médecins cette fois. La volonté du père Olivaint était de former les jeunes à la vie publique et à la vie politique :

« Si vous êtes poussé vers la carrière politique, il importe que vous y teniez un des premiers rangs. Dans un temps de révolution, il faut, par le savoir, le caractère, l’indépendance, s’élever au-dessus de tous les partis, pour ne voir que les intérêts du pays et se dévouer à son salut. »

  • 32 Marc Wiel évoque la fréquentation de cette conférence par son beau-frère, un diplômé d’HEC qui s’e (...)

9À ceux qui étaient éloignés de la politique, il conseillait d’exercer une autre influence, de nature sociale, dont nul n’était à ses yeux dispensé. Dans les années 1980, de nombreux jeunes collaborateurs de François Mitterrand furent recrutés au sein de la Conférence Olivaint par des anciens comme Jacques Attali ou Hubert Védrine. Depuis quelques années, la Conférence Olivaint sort progressivement de sa traditionnelle confidentialité, acceptant plus volontiers de communiquer autour de ses activités32. En France, elle continue d’occuper une place singulière dans le paysage des conférences d’étudiants en raison de sa longévité, de ses origines jésuites et, surtout, de la vocation qu’elle affiche depuis sa fondation jusqu’à nos jours, à savoir former une élite à la vie publique (Soulages, 1997), tant il est vrai que : « Servir ! C’est la devise de ceux qui aiment commander » (Jean Giraudoux)...

10Marc Wiel, tout comme Pierre Gaudez, explique son entrée professionnelle dans les champs de l’aménagement et de l’urbanisme par le syndicalisme étudiant, précisément : « On a retrouvé beaucoup de gens du syndicalisme dans l’urbanisme. » La fréquentation des syndicalistes des autres branches a été, pour tous ces jeunes diplômés, l’occasion de compléter et d’élargir notablement leur formation initiale à l’ensemble des problématiques sociétales. Professionnellement parlant, ils ont partagé un même intérêt pour la planification et la prospective, une même interrogation sur la possibilité de maîtriser le futur en dépassant les conflits de classes et en trouvant les espaces de régulation adéquats :

  • 33 Entretien de Marc Wiel avec l’auteur de novembre 2012.

« J’ai pensé que je pouvais m’exprimer dans un champ qui n’était pas celui de l’entreprise, mais avec un contenu social de type “macro”33. »

  • 34 On en attribue l’invention à Gaston Berger formé à la philosophie par Maurice Blondel, un théorici (...)
  • 35 On retrouve cette même posture dans la revue du CEPAS, fondé par les Jésuites, à Kinshasa. Cf. sup (...)

11La démarche prospective, très en vogue dans les années 196034, faisait des sciences humaines l’outil de déchiffrement du réel, susceptible de désigner, parmi les avenirs probables, le futur souhaitable, indépendamment des options idéologiques de chacun. Laurent Martin note, à la même époque, ce goût pour la prospective partagé par Augustin Girard, alors à la tête du Service d’études et de recherches (SER) du ministère de la Culture, et son ami Pierre Massé, au Commissariat général au Plan (CGP). Il souligne aussi, à juste titre, le caractère supposément a-idéologique de la posture scientiste et technocratique qui postule la possibilité d’une action désintéressée, politiquement neutre, idéologiquement désengagée sur des matières qui engagent pourtant l’interprétation même que l’on fait des sociétés humaines (Martin, 2012, p. 189-190)35. Dans sa conférence inaugurale au Colloque d’Arc-et-Senan en 1972, Michel de Certeau, mandaté par le SER pour analyser et synthétiser un certain nombre de travaux sur les perspectives d’évolution de la vie culturelle, rouvre pourtant le débat qu’avait trop tôt voulu clore Augustin Girard. Ce dernier était en effet persuadé qu’il existait « une rationalité objective ou commune » qui pouvait être rejetée/refusée au moment de l’action, mais n’en persistait pas moins sur le plan intellectuel, et que la considération du futur permettrait de dégager un consensus libéré des préalables idéologiques ou éthiques :

  • 36 Conférence inaugurale reproduite dans Futuribles. Analyses et prévisions, « prospective du dévelop (...)

« La proposition “nous ne faisons pas de politique ici” est un peu le conte que le groupe scientifique se raconte à la veillée... mais ce n’est qu’un conte qui veut dire, en réalité, qu’on fait de la “bonne” politique, celle qui n’a pas besoin d’être explicitée, ni choisie puisqu’elle est déjà inscrite en toutes lettres dans l’institution scientifique à l’intérieur de laquelle on travaille36. »

  • 37 Cf. supra, chapitre IV.

12Aucun des termes de ce débat, aucune de ces phrases de Michel de Certeau n’ont à nos yeux perdu leur pertinence, s’agissant notamment des formations et/ou des recherches en aménagement et urbanisme. Cette parenthèse refermée, revenons à Marc Wiel qui se met en quête d’une structure qui accepte de financer une formation complémentaire car il vise alors la Direction de la prévision des Finances. Il existait en effet une formation d’un an, dispensée par le réputé Centre d’études et de programmation économique (CEPE) créé par la Direction de la prévision et l’INSEE. Pierre Gaudez en a bénéficié, sur les recommandations de François Bloch-Lainé. Avant lui Michel Rocard l’a fréquenté, de même que le Polytechnicien Robert Fraisse, futur secrétaire général du Comité d’organisation des recherches appliquées sur le développement économique et social (CORDES 1969-1976)37. Catholique, Robert Fraisse fréquente un milieu intellectuel de « chrétiens de gauche » liés à Témoignage chrétien mais surtout au réseau de la revue Esprit, particulièrement ouvert, notamment aux sciences sociales. « Presque sans exception, tous les collaborateurs de la politique scientifique ont entretenu un rapport avec Esprit, groupement intellectuel qui appartient au courant idéologique du catholicisme de gauche intégrant dans sa pensée des éléments des idéologies corporatiste et personnaliste » (Pollak, 1993, p. 311). Il y rencontre Jean-Marie Domenach et côtoie de jeunes hauts fonctionnaires du Plan dont Jean Ripert, chef du Service économique du CGP qui anime les réunions « Économie », ou encore Jacques Delors dont il partage les engagements au point de participer aux activités de « Citoyen 60 » (Bezès, Montricher (de), 2005).

13En février 1965, au sortir du service militaire, Marc Wiel contacte le BERU. Il est reçu par Max Stern qui lui dit en substance : « Allez voir Bernard Archer, c’est un Centralien comme vous, votre profil nous intéresse. » Quinze jours plus tard il est embauché en Basse-Seine, à la SORETUR, mais de formation complémentaire au CEPE, financée par son employeur, il n’en fut plus question. La fratrie Wiel étant composée d’autant de philosophes que d’ingénieurs, Marc Wiel amène en Basse-Seine son appétit pour les sciences-sociales. C’est aussi l’époque d’une troisième vague de relecture/actualisation militante du saint-simonisme, cherchant à réévaluer son apport dans un contexte de domination du marxisme et à penser la mutation du capitalisme vers une société dite « post-industrielle ». Les écrits de Saint-Simon sont repris, des deux côtés de l’Atlantique, pour penser la crise des années 1960 et l’émergence de cette société « postindustrielle ». Aux États-Unis, il s’agit de James Burnham, Mathurin Dondo, Franck Manuel ou bien encore Daniel Bell. En France, ce sont Jean Dautry, Jean Walch, Henri Desroche, Georges Gurvitch, Pierre-Maxime Schuhl ou encore l’économiste François Perroux qui se passionnent pour Saint-Simon. Dans son ouvrage Industrie et création collective, publié en 1964, Perroux affirme : « Nous sommes tous devenus plus ou moins saint-simoniens » (Musso, 2004).

14Bernard Archer se souvient :

  • 38 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 16 décembre 2012.

« Ce n’est que lorsque je me suis trouvé immergé dans le milieu de l’aménagement et du développement que j’ai vraiment plongé dans la littérature économique et les sciences sociales. De ce point de vue, l’arrivée de Marc Wiel à la SORETUR a joué un grand rôle. Il faut dire que j’avais quitté le milieu étudiant en 1959. J’ai l’impression que c’est après la guerre d’Algérie que les sciences sociales ont conquis un espace plus large que celui consacré à leur enseignement38. »

La SORETUR dans l’agglomération rouennaise : entre héritage et innovations méthodologiques en matière de planification stratégique et réglementaire

  • 39 Outre les contrats que décroche le BERU auprès des mairies communistes en Région parisienne au mêm (...)
  • 40 Cf. supra, même partie. IFA fonds ATM 162ifa1085/2.
  • 41 Réunion du 10 novembre 1961, Étude du programme général de modernisation et d’équipement des group (...)

15C’est à Rouen tout autant qu’en Algérie que le BERU est étroitement mêlé à une série d’expérimentations aux conséquences durables. Le BERU prend pied en Basse-Seine en 1958, en décrochant auprès René Cance, le maire communiste du Havre, un contrat de rénovation d’îlots insalubres39. Entre 1959 et son départ de la structure au printemps 1962, Louis Couvreur met ensuite à profit, pour le compte du BERU, les connaissances emmagasinées par les équipes Chombard sur le Petit-Quevilly40. En 1961, le BERU propose encore un plan d’aménagement de Grand-Quevilly et contribue enfin à créer, en 1963, avec des organismes associés la SORETUR, avec laquelle il est missionné, en décembre de la même année, pour étudier le schéma de structure de l’agglomération Rouen-Elbeuf (futur SDAU). Maurice Ducreux est partie prenante de cette aventure rouennaise, jusqu’à y consacrer la moitié de son temps de travail avant son départ pour Kinshasa. Plusieurs traces de sa présence dans les archives publiques41 ont bien été retrouvées, sans que nous soyons, par des sources privées, en mesure de détailler davantage son apport strictement personnel. C’est là toute la difficulté pour le chercheur confronté à l’une des réalités majeures du travail en agence ou bureau d’études : le caractère anonyme et donc souvent « muet », des études d’urbanisme laissant dans l’ombre les commanditaires parfois, les dates souvent, les nombreuses versions et leurs variantes ainsi que leurs auteurs ou contributeurs réels (Bentayou, 2007, p. 54-55 ; Prévot et Leclercq, 2010). Bernard Écrement confirme :

  • 42 Courriel de Bernard Écrement à l’auteur, du 4 février 2013.

« J’ai beaucoup de souvenirs, plus exactement des anecdotes, mais Maurice était d’une discrétion totale en ce qui concerne sa vie privée. Il ne peut y avoir de travaux officiels de la SORETUR attribués à Ducreux, car la règle, qui s’imposait à tous ces travaux, c’est qu’ils se devaient d’être pluridisciplinaires, voire collectifs et donc anonymes42. »

16Il ajoute, de manière fort intéressante :

« À cette époque le jeune et nouveau milieu urbain, de la fin des années 1950 à 1980, a embauché ou pris en charge de nombreux prêtres ou religieux en délicatesse ou en disgrâce, comme le père Chenu (théologien dominicain, fondateur de la théologie du travail et expert à Vatican II) que j’ai bien connu et qui fut exilé à Rouen, après Vatican II. »

17À l’hiver 1962, Bernard Archer qui effectue alors ses premiers jours d’activité à la direction des études générales de la SCET et enquête sur l’assainissement et l’eau, se souvient avoir rencontré Ducreux, pour la première fois, à l’hôtel des Belges où il logeait : il lui explique alors longuement sa méthode d’analyse du tissu urbain issue de son expérience des études de quartiers dégradés. Archer précise :

  • 43 Urbaniste du BERU qui fut mis à disposition permanente de la SORETUR en 1965.
  • 44 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 10 janvier 2013.

« Maurice a réalisé une analyse détaillée du patrimoine bâti de Rouen intra-muros en termes d’affectation, d’âge et de type des constructions, de vétusté etc. Selon un croisement de critères qui lui était propre, il classait les îlots en fonction de leur salubrité, de leur plus ou moins grande difficulté de rénovation, de la possibilité d’en améliorer l’accessibilité et l’espace public, et toutes sortes de considérations pouvant être utiles aux projets d’aménagement du centre. Cela a duré assez longtemps. Ensuite, en fonction des commandes qui nous étaient faites, il apportait son concours, toujours pour des enquêtes de terrain. L’équipe était très vivante et les discussions y tenaient une grande place, avec, parfois, des dérapages farceurs. Comme plusieurs archi-urbanistes (Thurnauer, Pointet43) nous adressaient continuellement des schémas hypothétiques et que chacun de ces schémas comportait un pont au débouché du boulevard des Belges (l’actuel pont Guillaume le Conquérant), ce pont avait pris pour nous le statut de certitude. De sorte qu’un jour, conduit par Maurice Ducreux pour aller sur la rive gauche, je le vis partir le long du boulevard des Belges. Et comme je lui demandai pourquoi cet itinéraire, il me répondit “je passe par le pont des Belges”. C’est l’origine de l’anecdote [...] qui est restée légendaire parmi nous. Par la suite, lorsque nous avons pris l’engagement de nous retrouver tous en 1985 (20 ans plus tard !) sur les lieux de nos projets, Maurice a, bien entendu, proposé un rendez-vous sur le pont des Belges. En fait cette rencontre a bien eu lieu, non pas sur le pont, mais dans le quartier Saint-Sever, autre projet fantasmatique. Mais alors Maurice nous avait quittés depuis un mois44. »

  • 45 162IFA1082/2 Études pour la rénovation des îlots insalubres, 20 juin 1962.
  • 46 Archives privées de Maurice Ducreux. Dans ses CV retrouvés, il mentionne effectivement des études (...)
  • 47 Programme de rénovation Secteur Est, Rouen 1965 (162IFA 1082/2).
  • 48 Lors de la 8e rencontre des CIAM en 1951, Siegfried Giedion insiste sur le rôle du centre : dans l (...)

18En effet le BERU, puis la SORETUR et l’ATM vont collaborer pendant toutes ces années à l’analyse d’un ensemble de sous-problèmes identifiés dans le cadre d’enquêtes menées conjointement : la rénovation du secteur Est de Rouen (90 hectares de la ville historique comportant de nombreux îlots insalubres), l’articulation des limites de l’agglomération (communales, territoriales), l’équipement de l’agglomération, le quartier Saint-Sever sur la rive gauche ou bien encore l’avenir du centre-ville rouennais. D’un point de vue éthique, leur confrontation avec la dimension sociale du secteur Est – pour l’essentiel un quartier de maisons ouvrières insalubres – modifie leur approche de la ville historique. Cette enquête, à laquelle participe Maurice Ducreux si l’on en croit ce témoignage, trouve son aboutissement, fin juin 1962, sous la forme d’un premier rapport de synthèse livrant les grandes lignes de la morphologie sociale et bâtie du secteur d’études45. Plus tard, en 1964, l’ATM se chargera de réviser ce Plan d’urbanisme de détail, à la lumière, cette fois, des travaux de la SORETUR sur Les activités commerciales (dans le cadre de la rénovation du secteur Est)46 et de l’Atelier d’urbanisme de Rouen. Ce nouveau plan, daté d’avril 1964 et signé Louis Arretche, est transmis en mai à la Direction de l’Urbanisme à Rouen. Pour en saisir la dimension architecturale, Catherine Blain (2001, op. cit., p. 173) se réfère au rapport de synthèse de la réflexion rouennaise diffusé par la SORETUR en 196547. Là encore, il met en évidence le rôle primordial, parce qu’éminemment social, attribué au centre-ville ou cœur de ville48 :

« Il (le centre) est la ville par excellence, toutes les fonctions y convergent et s’y subliment ; la ville y atteint son maximum d’intensité avec le mouvement de la rue, les vitrines et les étalages ; c’est le hasard des rencontres, l’imprévu, le sensationnel, le mystère, le lieu géométrique du flâneur et du badeau ; c’est un paysage affectif, un dialogue sentimental entre le citadin et la cité ; comme les monuments qui le signalent au regard, le centre urbain traditionnel a les vertus d’un symbole. S’il communique mal avec les quartiers périphériques, la ville perd son âme ; une ville dont le centre se congestionne et dépérit est une ville qui meurt. »

  • 49 Cf. Jacqueline Tyrwhitt, Jose-Luis Sert, Ernesto N. Rogers, The Hearth of the City, London-New-Yor (...)
  • 50 Idem.
  • 51 Ibidem.
  • 52 Cité par Natalya Solopova, Team X et le groupe Candilis, Josic, Woods, mémoire de DEA « le projet (...)

19Cette préoccupation partagée par l’ATM et le BERU-SORETUR n’est pas nouvelle. La volonté de donner une dimension subjective, plus humaine à l’architecture et à l’urbanisme est un trait caractéristique de la réflexion des CIAM d’après-guerre. Cet objectif, rappelle Catherine Blain (2001, op. cit., p. 31-32), est clairement affiché à Hoddesdon lors de la 8e rencontre préparée par le groupe anglais Modern Architectural Research Group (MARS) et ayant pour thème “the core of the city” (juillet 1951)49. Pour les membres du congrès, et par la bouche de Siegfried Giedion, le terme de core désigne : « la partie centrale la plus profonde ou la plus secrète, le cœur de toute chose » ; il correspond ainsi à une interrogation sur « la relation des parties au tout, [sur] le contact entre l’individu et la communauté », sur « l’élément qui fait d’une communauté une communauté et pas simplement un agrégat d’individus », sur la « vie sociale » de la ville50. Insistant sur la « primauté de l’échelle humaine et des droits des individus », ces derniers mettent en avant leur volonté d’engager un « processus général d’humanisation » de la ville afin de favoriser « l’opportunité d’expression » de ses habitants et de leur permettre de « prendre une part active à la vie sociale ». Ils conçoivent ainsi que la définition du centre (cœur ou core) passe par la recherche d’une « forme correspondant à une phase de développement social future51 ». En cela, souligne encore Catherine Blain, ces hommes diffèrent sensiblement d’un Le Corbusier pour qui la « masse sociale » qui compose la ville représente une somme d’individus qu’il faut « animer » par des moyens matériels que représentent les centres. Il s’agit donc, pour ce dernier, d’établir un « cœur de ville » fonctionnel capable de se porter garant à l’avenir de la « personnalité collective et individuelle » de la communauté52. De cette prise en compte de la dimension humaine de la ville, les membres du congrès et ceux qu’ils influencèrent ont donc pu tirer des conclusions divergentes, enfermées dans un rationalisme d’avant-guerre pour certains, attentives à la diversité organique des villes et de leurs habitants pour les autres comme l’ATM ou encore Marc Emery précédemment évoqué.

20Relisant ce passage de l’étude de la SORETUR de 1965, Marc Wiel nous écrivit :

  • 53 Courriel de Marc Wiel à l’auteur, complété le 23 juillet 2013.

« Oui, il n’est pas faux de dire que nous avions une vision quasi religieuse (avant d’être fonctionnelle) de la centralité, en cela, cela correspondait bien à la conjonction christiano-marxiste (Henri Lefebvre) évoquée ici53. “Apporter” la centralité aurait une dimension messianique, ce serait apporter aussi l’urbanité, qu’on peut comprendre de diverses façons (le droit à la ville, une sorte d’émancipation de la ruralité, etc.). Débusquer ce qui produisait la “centralité”, c’était quasiment révéler une ville (morphologie) à elle-même (ville comme communauté). L’identité de la ville serait derrière ces notions, comme si c’était ce qui faisait le procès cristallisé de la “civilisation”. »

  • 54 Cf. supra, chapitre IV.

21Dans les moyens à mettre en œuvre pour assurer l’avenir de ces quelque 36 hectares, dont 3 en « secteur sauvegardé », le rapport sur le centre ancien de Rouen prône trois types d’interventions : réhabilitation des « îlots convenables », restructuration des « îlots médiocres » et action immédiate sur 22 îlots insalubres. L’ensemble de ces collaborations et études nourriront le travail et les réflexions de Maurice Ducreux, tant à Kinshasa qu’ultérieurement, quand il s’attachera à analyser la déprise industrielle à Saint-Denis et Aubervilliers et ses conséquences sociales et urbanistiques, pour le compte cette fois de l’UDRA/ESA dans le cadre de programmes de recherche financés par la Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST)54.

  • 55 Jean-Pierre Piedchaud a été interrogé en 1988 par Thomas Regazzola. à notre tour, nous l’avons ren (...)

22À partir de la seconde moitié des années 1950, la nécessité de maîtriser la poussée urbaine entraîne une floraison de structures d’études publiques, privées et mixtes. Chaque composante de l’administration modifie ou crée un service consacré à l’urbanisme pour faire entendre sa voix dans le concert interministériel. Toutefois, incapable d’assurer complètement cette tâche, l’appareil d’État fait là encore appel à des bureaux d’études privés, dont le BERU de Max Stern fut bien le précurseur, aux côtés de la SEDES notamment, puis du CERAU. Jean-Pierre Piedchaud était étudiant en droit et en économie régionale à Bordeaux lorsqu’André Laure – passé à la SEDES – le charge, en compagnie de Robert Blum, de conduire les études préalables au plan de modernisation et d’équipement (PME) de Bordeaux, en 196055. L’objectif poursuivi par le Commissariat général au Plan était d’« introduire des données et capacités nouvelles dans les études, qu’elles soient démographiques, économiques ou sociologiques et d’associer de manière effective et suivie des responsables locaux à un effort de prospective » (Claude, 1994, p. 95). Il ne s’agissait donc pas du tout d’une démarche d’urbanisme traditionnel mais bien d’une approche quantitative et prospective, sur 10 ans, visant à déterminer les besoins à partir d’une situation T, des prévisions démographiques fournies par l’INSEE, des hypothèses d’industrialisation recueillies après enquêtes auprès des grandes entreprises de la région concernée ainsi que d’un échantillon de petites et moyennes entreprises (PME) afin de connaître leurs perspectives en matière de créations d’emplois et d’investissement. Le tout était pondéré par le traitement des statistiques concernant les faillites et autres fermetures. L’évaluation ainsi obtenue d’emplois susceptibles d’être créés dans les cinq ans devait permettre l’adoption d’une démarche volontariste de la part des collectivités locales, en matière de zone industrielles (ZI), de logement ou d’équipement. Dans ce processus, c’étaient bien les « grands états-majors » (CDC, banques, CGP) qui venaient en premier, et en second les organes de recherche opérationnelle (SEDES, CERAU, CREDOC, SCET), où les savoir-faire accumulés dans le courant déjà ancien de la planification et de la Comptabilité nationale française (CNF) devaient être mis en œuvre pour optimiser les activités des groupes fondateurs dans les différents domaines où ils investissaient (Regazzola, op. cit., p. 103). Ainsi, à partir de 1962, la méthodologie se perfectionnant, Jean-Pierre Piedchaud s’essaie au calcul de l’incidence de tels investissements sur les finances locales. Au SEDES revenaient donc les aspects socio-économiques et au BERU les aspects spatiaux :

« C’est Pescayre (BERU) qui a pensé à tout cet aspect spatial du développement des agglomérations » (Reggazzola, op. cit., p. 50).

23Même s’il faut garder présent à l’esprit la propension de chacun des acteurs – l’ATM et le BERU – à s’attribuer antériorité ou mérites propres, le témoignage de Bernard Schaefer est à prendre à compte :

  • 56 L’auteur commet une erreur, le maire de Rouen est alors Bernard Tissot (cf. supra, même chapitre). (...)
  • 57 C’est une autre erreur commise par Schaefer. Toutefois il n’est pas le seul à la commettre : Arret (...)

« En 1963, l’idée de Max Stern fut de refaire l’expérience d’une agence locale d’urbanisme, suite à ce qu’il avait connu à Alger. Le contexte était multiple : l’urbanisme commençait à attirer à lui bien des ingénieurs des Ponts et Chaussées ; Roger Macé, directeur de la construction et du logement au ministère, était favorable à une telle expérience, ainsi que le préfet de Seine-Maritime, Chaussade, et le maire de Rouen, Jean Lecanuet56. L’agglomération de Rouen avait fait l’objet d’une étude de plan de modernisation et d’équipement (PME) ; le découpage communal de l’agglomération justifiait une réflexion d’ensemble. Bernard Archer, ingénieur centralien, ancien président de l’UNEF, déjà embauché par la SCET, accepta de prendre la direction d’une structure spécifique, à condition qu’elle soit réellement locale. La SORETUR fut créée en tant que filiale commune au BERU, à la SCET et au cabinet de l’architecte Louis Arretche, grand prix de Rome57 qui avait assuré la reconstruction du front de Seine sur la rive droite de Rouen, suite aux bombardements de la guerre. Le financement de la SORETUR était prévu sur fonds publics de fonctionnement mais la structure devait être structurellement indépendantes des collectivités. La SORETUR eut en charge l’élaboration d’un schéma directeur qui eut valeur de prototype à l’échelle nationale. Y participèrent, outre le personnel de la SORETUR (Bernard Archer, Marc Wiel, Jean-Pierre Fort nouvellement embauchés), les effectifs du BERU (André Pescayre, Maurice Ducreux, André Pointet et Marc Emery) et du cabinet Arretche (Gérard Thurnauer). Un important travail de pédagogie fut mené pour mesurer les enjeux d’un développement important de l’agglomération nécessitant la conquête de nouveaux territoires et la reconquête d’anciens. C’est le scénario de développement de la rive gauche, dont la réhabilitation de Saint-Sever, qui fut retenu » (Schaefer, 2007, op. cit., p. 32-33).

24La première mention archivistique de la présence de Maurice Ducreux dans l’agglomération rouennaise est effectivement liée à une réunion du 10 novembre 1961 concernant l’« Étude du programme général de modernisation et d’équipement des groupements d’urbanisme de Rouen et d’Elbeuf ». Selon Bernard Archer, il s’agit vraisemblablement d’une des réunions de lancement du contrat de PME, attribué conjointement au BERU et à la SCET. Toujours selon ce témoignage, une concurrence existait alors entre l’antenne du CINAM à Rouen et le BERU pour l’obtention du contrat de PME. Peut-être même y eut-il une hypothèse d’équipe commune BERU-CINAM sous la conduite de Maurice Ducreux ? Bernard Archer s’interroge. Le fait est que le CINAM n’ayant pas réussi à rester dans la course, le compromis ne vit pas le jour. Les autres protagonistes de cette réunion de novembre 1961 donnent le meilleur aperçu qui soit des structures et pouvoirs impliqués dans cette entreprise. Il y avait là Arbelot, le secrétaire général de la préfecture ; Caurier, le directeur départemental de la Construction ; Lizée, le directeur départemental des Ponts et Chaussées, et Moreau, éditeur de la revue Études Normandes rattachée aux universités de Rouen, Caen et le Havre, qui fut bientôt relayé par François Gay, un géographe havrais :

  • 58 Frédéric Saunier (2011), dans son très bel ouvrage consacré à L’histoire d’une pionnière L’agence (...)
  • 59 Courriel de François Gay à l’auteur du 12 janvier 2013. Cf. chapitre II.

« Mes premières expériences sur la “fabrication de la ville” se sont passées au Havre où j’enseignais au Lycée François Ier. J’en ai parlé dans diverses publications réalisées avec mes collègues Jean-Philippe Damais58 et Albert Nicollet à la suite d’un contrat avec le Ministère de l’Équipement sur l “l’Urbanisme au Havre”. Il est certain – à la réflexion – que les groupes auxquels nous appartenions (Citoyens 60, Économie et Humanisme avec Paul Cornière, Vie Nouvelle) étaient le plus souvent d’origine chrétienne59... »

25Bernard Archer revient sur le rôle de cet universitaire :

  • 60 Sur ces différentes structures et leur rôle : cf. Frédéric Saunier, 2005, op. cit., p. 208. Témoig (...)
  • 61 Tony Larue est alors maire de Grand-Quevilly, élu pour la première fois en 1935. Il est aussi dépu (...)

« François Gay, maitre-assistant de géographie qui s’était fait remarquer au Havre par son intérêt pour les questions urbaines et sa propension à interpeller les élus, a été nommé à la fac de Rouen en 1961. Le préfet Chaussade, à qui nous avions demandé de constituer le “conseil de surveillance” de la SORETUR, a jugé opportun d’y placer, outre 5 maires (celui de Rouen, 2 de la rive droite et 2 de rive gauche), un universitaire. Il désigna François Gay. Celui-ci ne s’est pas contenté de siéger dans le conseil mais il a établi d’étroites relations avec notre équipe, participant aux réflexions communes. Nous avons même fait, avec lui, une virée en Hollande sur la reconstruction de Rotterdam et les développements d’Amsterdam. En retour, il avait un accès illimité à nos données. Il nous a aussi introduit dans un cercle “moderniste”, le Groupe de recherche économiques et sociales (GRES)60, où se rencontraient, par exemple, le directeur de Paris-Normandie, des tenants d’intérêts portuaires ou industriels, quelques enseignants, quelques architectes et professions libérales etc. Le GRES prônait, dans Études Normandes, la création d’une agglomération et était l’objet de la vindicte de Tony Larue61 qui y voyait une mise en cause du rôle des partis et de la légitimité des élus. »

26Étaient encore présents ce jour-là : Brossard, un administrateur de la FOM en cours de reconversion au sein du service « études générales » de la SCET et qui fut chargé de piloter des études de PME ; Raymond Gray, le directeur régional de la SCET pour la Haute et la Basse-Normandie ; enfin Guiomar, un économiste de Rennes sous contrat avec la SCET pour cette étude. Bernard Archer rapporte une anecdote à son propos :

  • 62 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

« Il était en charge des hypothèses économiques et démographiques à l’horizon 1985. Ses compréhensibles hésitations amenèrent le préfet Chaussade à fixer d’autorité le solde démographique au niveau de 1 %. Par la suite, Raymond Gray ne manqua jamais de rappeler qu’à Rouen le solde démographique est fixé par arrêté préfectoral62... »

  • 63 Les groupements d’urbanisme (GU), initiés par le gouvernement de Vichy, n’avaient pas résisté aux (...)

27Toutes les structures évoquées dans ce paragraphe (SCET, CGP, ministère de la Reconstruction, etc.) travaillaient en effet à tout autant de plans qu’il y avait de structures, en concurrence plus ou moins larvée les unes avec les autres, et souvent à plusieurs sur le même plan ! Cette superposition des cadres d’études constituait un frein à toute prévision cohérente à l’heure de l’affirmation d’une vision statistique de la France et de l’entrée en force des modèles de réseaux urbains. Les travaux de Frédéric Saunier (2005, op. cit., p. 126) l’illustrent avec force précision : la période 1959-1972 ne fut certainement pas « celle d’une génération unique de plans » (Préteceille, Regazzola, 1974, p. 103). Ainsi, un décret de décembre 1958 avait d’abord institué les plans d’urbanisme directeur (PUD) pour les Groupements d’Urbanisme (GU)63, dans les communes de plus de dix mille habitants ou sinistrées. Mais, plus la vallée de la Seine se couvrait de groupements donnant naissance à tout autant de PUD, confiés en quasi totalité à l’architecte Imanuel Wiener, plus ceux-ci étaient remis en cause par les opposants aux méthodes jugées obsolètes du ministère. Un semestre plus tard, en 1959, un protocole interministériel engageait les programmes généraux de modernisation et d’équipement des agglomérations (PME) pour le IV Plan (1962-1965). Quant à l’administration préfectorale et aux services déconcentrés, leur motivation était d’obtenir le maximum de budgets pour le développement urbain. Pourtant, l’accueil ne fut guère plus favorable aux PME de Rouen et du Havre, entrepris parallèlement aux PUD et sans réelle concertation locale, affirme Frédéric Saunier (2005). Leur destin mitigé illustre le déclin d’un CGP globalement fragilisé par l’avènement de la DATAR. Localement, Wiener eut toujours une longueur de retard sur l’équipe d’Arretche et la coopération entre les deux équipes fut plus qu’hypothétique (Saunier, op. cit., p. 128). L’arrivée du troisième « larron » – la SORETUR – ne pouvait que souligner, voire aggraver, les nombreuses incohérences déjà perceptibles.

  • 64 Maurice Ducreux devient aussi le parrain d’un des enfants de Marc Wiel, quelques années plus tard, (...)
  • 65 Témoignages écrits de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

« En 1963, a été créée la SORETUR avec mission de proposer un avantprojet de “Schéma de structure” du Groupement d’urbanisme Rouen-Elbeuf. Aujourd’hui on dirait que la SORETUR était la « préfiguration des agences d’urbanisme d’agglomération ». C’était une société civile dont les membres étaient la SCET, le BERU et l’architecte Louis Arretche. J’en ai été nommé directeur-gérant. Quand j’ai décidé de m’installer à Rouen (ce qui n’était pas prévu initialement), la SCET m’a détaché 2 collaborateurs (Michel Duthu et Jean-François Le Moing), m’a procuré des locaux et un secrétariat.
Je crois que c’est Max Stern, PDG du BERU, qui a proposé (environ un an plus tard) l’installation de Maurice à Rouen. L’association de ce personnage atypique avec l’autre curieux individu qu’était Michel Duthu a produit d’étonnants résultats, d’abord sur notre travail et ensuite (surtout ?) sur l’ambiance un peu débridée qui s’est instituée dans l’équipe et qui a perduré jusque bien après mon départ. Dans ces conditions pionnières, où l’on rencontrait partout résistance et scepticisme, on se réfugiait souvent dans la dérision et le chahut. Aussi la complicité entre tous était-elle indispensable, au-delà des seules relations de travail, débordant jusque dans la sphère familiale. C’est dans ce contexte que s’est développée notre amitié. Il faut préciser que le fait qu’il soit prêtre n’était jamais évoqué en groupe et très rarement entre nous deux. Il a quand même accepté de baptiser deux de mes enfants64 ; apparemment ça ne lui plaisait pas mais il n’a pas osé me le refuser65. »

Fin de la période rouennaise, tensions à la MDF et incertitudes pour un Maurice Ducreux désireux de prendre ses distances

28Ses dernières années professionnelles passées entre Rouen et la banlieue parisienne sont parallèlement celles d’une tension très forte entre Maurice Ducreux et l’équipe centrale de la MDF. Elle coïncide avec la fin du long ancrage de l’équipe paroissiale à laquelle il appartient depuis 1954 sur le territoire d’Alfortville. Il ressent de manière aiguë ce qu’il considère comme la manifestation d’un désintérêt et d’une incompréhension de sa hiérarchie vis-à-vis des choix et engagements professionnels qui sont les siens depuis près de dix ans :

  • 66 Archives privées de Maurice Ducreux, note du 13 juin 1965, qui fait suite à une rencontre entre sa (...)

« Par rapport à l’engagement actuel dans les recherches en urbanisme : ce papier et les propositions passent pratiquement sous silence un domaine et un milieu où j’ai travaillé depuis 8 ans, découvrant des dimensions signalées précédemment dans d’autres notes ou interventions, très importantes, par rapport à l’évolution des mentalités, des rapports humains et des liens vivants à établir entre l’Église et le monde.
Bien que la MDF (et également bien d’autres milieux) ne soit pas très sensibilisée par le phénomène actuel que nous vivons dans le cadre de la révolution urbaine, n’y a-t-il pas une piste à explorer ? Compte tenu d’une expérience acquise au cours de 8 années, s’agit-il de l’abandon d’une préoccupation ? Il m’a été demandé ce qui, finalement, commandait ma proposition : est-ce que je veux mettre fin à ce travail parce que je ne vois pas actuellement de débouché dans ce sens, ce qui conduit à proposer une autre solution de travail, ou est-ce le souci de trouver un autre style de présence à la vie et de travail qui me fait passer sous silence les problèmes de l’urbanisme, la vie et les hommes rencontrés dans ce cadre ?66... Que l’Église, la Mission, les hommes perçoivent les dimensions nouvelles de l’évolution urbaine, cela me semble très important, et spécialement à Paris. Je crois que nous n’analysons pas assez les conséquences pour l’avenir de cette révolution urbaine qui commande tant de comportements et exprime de nouvelles valeurs. Mais dans ces grands changements que je perçois à l’occasion de nos études, il m’apparaît essentiel d’être très lié avec la vie populaire, le monde ouvrier, avec l’incroyance ; là se trouve l’enjeu de l’Église et du Monde et la signification de la Mission. N’ayant pas cherché comme un but ou une fin de travailler dans l’urbanisme, et sans renier un certain nombre d’expression que j’ai eu l’occasion de formuler sur l’importance de ce phénomène, il me faut faire des propositions. »

29Dans un ouvrage issu en majeure partie de sa thèse, Olivier Chatelan (2012, p. 7-8) reprend l’idée d’un « rendez-vous manqué » ou d’un « angle mort » (Dumons, 2001) de l’historiographie religieuse, d’un catholicisme qui passerait effectivement « à côté de la ville » (Langlois, 2000 et 2004). L’explication serait à chercher du côté d’autorités religieuses qui auraient toujours accordé plus d’importance au monde rural. Si la ville est bien un élément structurant du contexte dans lequel s’inscrit cette histoire religieuse, Chatelan précise que :

  • 67 Lepetit Bernard, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988.

« La ville semble aussi nulle part, tant l’historien du religieux la considère assez rarement pour elle-même, comme objet central du questionnement et non plus seulement comme cadre d’étude67... Faut-il invoquer la méfiance de l’Église à l’égard de la grande ville ? C’est plutôt de désintérêt qu’il faudrait parler, au sens où l’urbain ne pose pas aux prêtres du diocèse de problèmes qui lui soient propres. L’exode rural qui retient plus particulièrement l’attention des curés est pensé en son point de départ (le monde agricole en crise) et en son point d’arrivée (évangélisation du monde ouvrier comme priorité pastorale) et en terme sociaux. L’urbanisation, qui constitue le processus géographique entre ces deux termes n’est pas retenue comme catégorie signifiante » (Chatelan, op. cit., p. 16).

  • 68 Cf. les contributions d’Annette Becker, Yvon Tranvouez, Danièle Voldman ou Christian Sorrel dans B (...)

30À lire la très récente somme collective – À la gauche du Christ –, dirigée par Denis Pelletier et le sociologue jésuite Jean-Louis Schlegel (Pelletier, Schelgel (dir.), op. cit., 2012), force est de constater que l’investissement de nombreux techniciens d’origine chrétienne dans la fabrique et la gestion de la Ville reste, aujourd’hui encore, un impensé majeur chez les historiens ou sociologues les plus en vue du catholicisme contemporain. Ils l’abordent, le plus souvent, sous l’angle prioritaire de la pastorale urbaine et des chantiers d’Église68. En attendant, et par fidélité au choix premier qui fut le sien, Maurice Ducreux va jusqu’à envisager une reconversion dans un travail manuel :

« Si je revois toutes les valeurs, tous les événements, et tous les liens de solidarité avec les hommes qui m’ont conduit à choisir le sacerdoce dans le cadre de la Mission de France, je ne puis que proposer de m’engager plus avant dans cette ligne de travail en liaison avec la vie ouvrière. Malgré mon âge, la poursuite pendant 8 ans d’un travail intellectuel, un manque de qualification manuelle, je crois encore possible de me reconvertir dans une activité à la base, en équipe de prêtres qui travaillent à plein temps. »

31Il revient toutefois sur l’absence de dialogue, de « rencontre » profonde avec d’autres membres de l’équipe de Gennevilliers, à laquelle il est désormais rattaché, et ajoute :

« Si cette proposition de préparer une intégration dans une équipe au travail se révélait impossible, alors il faudrait rapidement voir d’autres possibilités d’intégration à la vie qui soient plus positives que les conditions actuelles... L’urbanisme me préoccupe. Si je passe sous silence cet aspect ce n’est pas un changement d’option, car mon option la plus profonde est ailleurs, c’est elle qui me conduit dans mes activités présentes, dans mes propositions : le désir de travailler comme tout le monde, dans la vie populaire, en équipe, parce que là se joue l’enjeu principal de l’Église. La révolution urbaine pèsera aussi lourd en solidarité avec les hommes qui subiront les conséquences plutôt qu’avec ceux qui planifient et dirigent ce mouvement... »

  • 69 Marc Wiel a témoigné du bonheur visible de Maurice Ducreux pendant cette période de sa vie. Joie d (...)
  • 70 Ou écrite, dans la mesure où, pour ne citer que notre témoin-clé dans cette affaire, le jésuite Lé (...)

32Nous ignorons encore quelques-uns des détails de la concrétisation de cette intégration « plus positive » à la vie qu’il appelait de ces vœux, mais elle se produit bel et bien, loin d’une région parisienne dont il s’éloigne avec joie69. Les choses se font par la grâce d’une nouvelle conjonction remarquable entre les initiatives de la MDF et celles du BERU/SOFRED, qu’après maintes difficultés pour nouer des contacts directs avec les protagonistes survivants nous avons pu mettre en évidence. Nous avons pu mesurer, une fois encore, combien il était indispensable de diversifier les sources archivistiques, mais surtout de recueillir des témoignages70 qui permettent de « faire parler » les archives ou de les lire, en quelque sorte, entre les lignes.

Postérité méconnue de l’étude sociodémographique de Kinshasa par Maurice Ducreux (1967-1969), en collaboration avec le jésuite belge Léon de Saint Moulin, pour le compte de la Mission française d’urbanisme (MFU)

  • 71 Sur cette affaire [http://jssnews.com/2012/04/15/laffaire-des-vedettes-de-cherbourg-dans-unmagnifi (...)
  • 72 Nous avions longuement interrogé Michel à Mexico-City et obtenu un CV détaillé, sans penser qu’un (...)

33D’emblée ou presque, le BERU développe des activités à l’international, en Algérie, mais aussi en Tunisie, en Italie et en Israël où les relations de la mère de Max Stern contribuent amplement à la conclusion des contrats. Ils concernent une grande étude touristique générale, une étude de rénovation urbaine et ses applications à Lod et Rameleh, le plan de développement de Jérusalem, le schéma directeur d’Hadera en liaison avec des architectes locaux, ou bien encore un plan de détail de Césaré réalisé conjointement avec Oscar Niemeyer. Max Stern y intervient en compagnie de Roger Balossier, André Pescayre, Jean-Pierre Portefait, Albert Lévy-Soussan, Janny Jouglard et Marc Emery (Schaefer, op. cit., p. 19). L’affaire des vedettes de Cherbourg, qui éclate à Noël 1969, entraîne la rupture des relations diplomatiques entre la France gaullienne et Israël et la fin des interventions du BERU dans ce pays71. Parallèlement, les contacts de Jean Baboulène avec le CGP lui ont ouvert les portes du ministère de la Coopération et l’ont mis en contact avec un personnage-clé naguère de l’Afrique équatoriale française (AEF) : Michel Arnaud72.

  • 73 L’anthropologue du développement Jean-Pierre Olivier de Sardan fut un de ses proches [http://centr (...)

34Né en 1928, ce Polytechnicien ingénieur des Ponts est affecté dès 1953 au ministère de la France d’Outre-mer (FOM). Il part en stage une année dans divers territoires de l’AEF pour le compte du ministère de la Reconstruction. Entre 1954 et 1958 il est chef du service d’Architecture d’Urbanisme et Habitat de l’ex-fédération de l’AEF. à ce titre, il lance et contrôle les plans directeurs d’urbanisme de Brazzaville, Pointe Noire, Banguy, Libreville et Fort Lamy. En Afrique noire, dès le début des années 1950 puis en Algérie en 1958-1959, une politique expansionniste appuyée sur le développement des industries et des villes succède à une politique de développement malthusienne et protectionniste privilégiant le paysannat indigène comme avenir économique et social pour les territoires. La croissance démographique des villes, que contribue à créer la politique urbaine de l’administration coloniale, est alors perçue moins comme un danger que comme un défià relever, particulièrement en Afrique noire (Sinou, Poinsot, Sernadel, 1989). Moi, un noir, le film de Jean Rouch – un ingénieur des Ponts et Chaussées devenu cinéaste73 – sur Abidjan en 1958 montre déjà ce basculement des valeurs attachées à la ville. L’exode rural devient un signe de modernité par l’émergence d’une nouvelle société. L’industrie n’est plus dévoreuse d’hommes, mais peut absorber les populations flottantes qui s’accumulent et devenir un moteur du développement.

  • 74 Michel Virlojeux, ingénieur concepteur de ponts, a témoigné dans Le Monde du 16 septembre 2013, de (...)
  • 75 Propos extraits d’un entretien de Jean-Claude Parriaud avec Jean-Charles Fredenucci du 12 septembr (...)
  • 76 X-Ponts lui aussi, Jean Millier (1917-2006) est une figure éminente de l’histoire de l’aménagement (...)

35Face à ce changement de paradigme du développement, l’attitude des cadres de l’administration coloniale varie. Pour l’Afrique noire, et à la différence des administrateurs de la France d’Outre-mer (FOM) pour qui « la ville n’est pas tout » (Fredenucci, 2004), les ingénieurs des Ponts et Chaussées investissent ce qu’ils considèrent comme un nouveau champ professionnel : le service d’architecture et d’urbanisme d’AEF est donc créé au début des années 1950. L’absence d’agents du MRU, du MRL puis du ministère de la Construction leur offre des marges de manœuvre importantes (Fredenucci, 2003, p. 88). L’élaboration des plans d’urbanisme des villes destinées à devenir des capitales d’États indépendants donne lieu, dans l’écrasante majorité des cas, à une collaboration étroite entre des ingénieurs des Ponts, un directeur des Travaux Publics et un architecte-libéral – en l’occurrence, pour Kinshasa, Auguste Arsac74. Elle constitue pour les ingénieurs des Ponts une expérience fondamentale de formation à l’urbanisme, comme en témoigne Jean-Claude Parriaud (Bourdillon et al., 2010, p. 181)75, un des futurs directeurs du Service technique central d’aménagement et d’urbanisme (STCAU) avec Jean Millier76. En 1958, huit ans auparavant, Parriaud est ainsi directeur des Travaux Publics de la République du Congo, à Pointe-Noire et contribue à créer le Secrétariat des missions d’urbanisme et d’habitat (SMUH) aux côtés de Michel Arnaud :

« On avait confié à Arsac le soin de faire le plan d’urbanisme... C’est l’entrée de la sociologie dans mon travail. Jusque là je n’avais pas eu à me préoccuper des gens. On fait un port, on fait une route... à partir du moment où on fait de l’urbanisme, on est tout le temps obligé de se préoccuper de ce que vont devenir les gens... C’est un travail d’imagination... C’est pour çà que pour moi c’était fructueux. »

  • 77 Jacques Constantin-Barrière fut le seul urbaniste d’État à devenir par suite DDE, dans le Cantal ; (...)

36Une première mission du BERU a lieu au Congo-Brazzaville entre 1960 et 1962 portant sur l’établissement d’un plan intérimaire de développement économique et social. à cette date, Michel Arnaud est devenu conseiller technique fondateur du SMUH, organisme parapublic de coopération française. En 1961, l’établissement d’un plan d’aménagement du territoire du Congo-Brazzaville est effectivement lancé avec la définition des unités d’équipements collectifs. Jean-Pierre Portefait seconde Jean Baboulène tandis qu’au Gabon, dans le même temps, René-Paul Pietri participe à l’étude de faisabilité d’une voie ferrée destinée à desservir des chantiers d’exploitation de la forêt. À partir de 1967, plusieurs missions se déploient à nouveau au Congo devenu Zaïre. Entre-temps, le 19 août 1965, Michel Arnaud a créé la « mission permanente d’urbanisme (MPU) » – aussi appelée Mission française d’urbanisme (MFU) – à Kinshasa (ex-Léopoldville), au terme des accords passés entre la République démocratique du Congo (RDC) et l’Assistance technique française. Un schéma d’urbanisme avait été de nouveau confié à Auguste Arsac et au BERU de Max Stern (Bourdillon et al., 2010, p. 191) qui s’était impliqué en personne dans l’affaire. Le SMUH percevait une rémunération pour son aide à distance et son rôle de base arrière. Sans attendre la réalisation du schéma, la MPU est créée avec à sa tête Jacques Constantin-Barrière77, un urbaniste d’État nanti de quelques moyens matériels dont une précieuse unité mécanisée commandée par Michel Laur, un ancien conducteur de travaux routiers au Tchad. Cette unité va lui permettre de donner immédiatement une tournure concrète à certaines des préconisations du schéma. à Kinshasa, il s’attache surtout à la valorisation des voies et des espaces publics après des années de guerre civile.

37En effet, avec l’indépendance acquise en 1959, le cadre éclate et la population déborde spontanément des limites volontaires qui, jusqu’alors, circonscrivaient la ville. Située sur la rive sud du fleuve Congo, au point où la navigation vers l’Océan Atlantique distant de 560 km est interrompue par une série de rapides, l’agglomération de Kinshasa est née à l’ouest d’une immense cuvette – le Stanley Pool – large de 50 km, véritable réceptacle de tout le bassin navigable du Congo. Vers l’Est, en arrière d’une bande marécageuse, de larges espaces étaient susceptibles d’accueillir les nouveaux développements de la capitale. Capitale depuis 1923, la ville est le siège des instances gouvernementales, de l’administration nationale, des représentations diplomatiques ; elle possède une Université (La Lovanium) et des écoles supérieures. Sa situation géographique a suscité la création de grandes entreprises dans les branches du transport du textile, du cuir, de la métallurgie, mécanique, chimie et BTP. Toutes ces activités et la fonction de capitale ont développé le commerce et les services : banques, assurances, marché de gros. En 1960, on estime à 5500 le nombre d’hectares à caractère urbain à Kinshasa (contre 115 en 1889 et 650 vers 1919) supportant une population d’environ 400 000 personnes. C’est probablement, à cette date la ville d’Afrique noire la plus peuplée – avec Lagos ou Ibadan, mais pour lesquelles on ne dispose pas de statistiques suffisamment récentes et précises :

  • 78 Courriel de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013.

« La connaissance de la population de Kinshasa était bien documentée jusque 1958, moins en 1959. De 1960 à 1967, il n’y avait plus rien de valable à un niveau systématique et l’étude que nous avons réalisée a été le signe d’une reprise en mains de la situation par l’administration78. »

  • 79 En 1936, l’Institut cartographique militaire de Bruxelles publie une carte du Bas-Congo au 1/100.0 (...)
  • 80 De 1964 à 1967, une série d’études lancée sur Léopoldville-Kinshasa devait aboutir à un SDAU de la (...)
  • 81 Tous deux publieront un article de 36 pages, dans la Revue études scientifiques de mars-juin 1970 (...)
  • 82 Archives personnelles de Maurice Ducreux, attestation signée Jean Baboulène alors PDG du BERU et r (...)

38En peu d’années, Kinshasa est donc portée au rang des métropoles et agglomérations millionnaires. Cette croissance spectaculaire modifie immanquablement le mode d’utilisation du site, le comportement des populations, les besoins à satisfaire et les actions à promouvoir. Pour fournir des éléments rigoureux, susceptibles d’orienter les actions de planification urbaine, une vaste étude de recensement est envisagée, inscrite à son programme par l’Institut National de la Statistique (INS). Au sein de l’Université Lovanium, l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) avait déjà entrepris des recherches sur des estimations de population et une première approche des problèmes démographiques. L’installation de la MFU rendait l’étude de la croissance urbaine et démographique encore plus urgente. En 1966, après une année de fonctionnement, celle-ci rassemble une première documentation sur les extensions des nouvelles communes et sur les nouvelles zones d’habitat dont il n’existait aucun plan. En particulier la MFU procède à un assemblage de toutes les cartes disponibles, réalisées au 1/50 000e grâce à la photographie aérienne79. Il sera le support du Schéma régional d’urbanisme de Kinshasa, publié en 196780 (Saint Moulin, 1971, p. 91). En lien avec la préparation du schéma d’urbanisme, la SOFRED/BERU met Maurice Ducreux, Bernard Cochet81 et Patrice Rauzser à disposition du secrétariat d’État à la Coopération et des autorités congolaises afin d’effectuer une approche socioéconomique des plans d’urbanisme de la capitale Kinshasa et de ses faubourgs. Le dernier recensement datant de 1955, les statistiques sont périmées tant la croissance de la capitale est alors spectaculaire. Un nouvel accord passé entre la RDC et la France permet de mettre en place des dispositifs adéquats en février 1967. Le premier contrat de Maurice Ducreux démarre effectivement le 2 mars 196782 au titre d’une assistance technique qui le détache en qualité d’expert, avec des assistants et un budget couvrant une part des travaux techniques.

Nouvelles concordances de temps entre contrats professionnels de Maurice Ducreux au BERU et initiatives internes à la MDF...

  • 83 Cette encyclique du 21 avril 1957 du pape Pie XII invitait les évêques à porter avec lui le souci (...)

39De la même manière que nous avions observé un parallélisme, si ce n’est une conjonction réfléchie entre l’entrée de Maurice Ducreux au BERU et la volonté de certains sociologues de la MDF d’investir des structures professionnelles, de la même manière nous observons à nouveau une conjonction remarquable d’initiatives de même nature, entre le départ de Maurice Ducreux à Kinshasa et l’envoi, sensiblement aux mêmes dates, d’une équipe de la MDF dans la capitale zaïroise. Les premières équipes de la MDF en Afrique noire furent mandatées dans les années 1960 pour collaborer à l’effort des jeunes Églises indépendantes. Le pape Pie XII venait de lancer un appel pressant en ce sens dans sa lettre Fidei Donum83 : les peuples d’Afrique accédaient les uns après les autres à l’indépendance et les Églises de ces pays avaient à se prendre en charge et à acquérir leur propre personnalité. C’est dans ce contexte que des prêtres de la MDF se portèrent volontaires pour apporter leur contribution.

  • 84 Le Perreux-sur-Marne, archives du siège de la MDF, dossier Pierre Delahaye, lettre de 1992 et entr (...)
  • 85 Le Perreux-sur-Marne, archives de la MDF, dossier Bernard Gautier, Lettre aux communautés n ° 90, (...)
  • 86 Pierre Delahaye est en paroisse dans la région d’Angoulême et Emmanuel de Vesvrotte est en Tourain (...)
  • 87 Le conseil (ou équipe centrale) de la MDF semble un temps hésiter entre les deux. C’est finalement (...)

40La création de cette équipe au statut spécial répond au vœu exprimé par le futur cardinal Joseph-Albert Malula (1917-1989), alors évêque de Kinshasa, qui souhaite diversifier son clergé en faisant appel à un Canadien et à des Français pour qu’ils soient en contact avec le clergé zaïrois et les religieux belges mais, surtout, que leur ministère soit au cœur du peuple, par le travail84 et une assistance technique temporaire, en solidarité avec les jeunes Églises dans les anciennes colonies. Une première équipe de trois prêtres de la MDF part à Abidjan en 1960, une seconde suit à Douala en 1964, et une troisième rejoint donc le Zaïre en 196785. Elle est composée de Bernard Gautier, Pierre Delahaye et Emmanuel de Vesvrotte. Tous ont appris à se connaître en métropole, avant leur départ. Emmanuel de Vesvrotte et Bernard Gautier, tous deux prêtres en milieu rural86, sont venus s’acclimater un an au moins dans les paroisses urbaines de Saint-Hyppolite et/ou de Gennevilliers87, mais aussi se former intellectuellement, à la demande expresse du Secrétariat général de la MDF aux Communautés d’Outre-mer, sis 60, rue de Rome à Paris et dirigé successivement par les pères Emmanuel Deschamps et Pierre Moreau :

  • 88 Le Perreux-sur-Marne, Lettre du Secrétariat Général aux Communautés d’Outre-mer du 30 avril 1964.

« Pour l’implantation de la troisième équipe le Conseil envisage 1966. Les 3 membres de cette équipes auront (conformément à ce qui a été fixé pour tous les prêtres qui partent dans le Tiers-Monde) une année de préparation à Paris qui portera sur les 4 points suivants : des études théologiques ou bibliques à l’Institut Catholique de Paris, des cours sur les problèmes économiques et politiques du sous-développement, des informations sur l’Afrique et enfin une réflexion avec le secrétariat du Tiers-Monde sur les problèmes missionnaires et sur le bilan de l’expérience en France de chacun des partants88. »

41Les cours mentionnés dans ce courrier d’Emmanuel Deschamps, et les témoignages de Pierre Delahaye et Maurice Hérault en attestent, sont bien ceux dispensés par l’Institut de recherche et de formation pour un développement harmonisé (IRFED) fondé par le père Joseph Lebret en 1958. En effet, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, les Nations Unies s’alarment des inégalités de développement dans le monde. Joseph Lebret est alors associé à une mission onusienne d’experts pour mesurer les conséquences de ces écarts. En 1961, l’encyclique Mater et Magistra met une fois encore l’accent sur la question :

  • 89 Citation extraite du témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 févier 2013.

« L’évolution historique met de plus en plus en relief que les règles de la justice et de l’équité ne doivent pas être restaurées seulement dans employeurs et travailleurs mais aussi dans les rapports entre secteurs économiques, entre régions inégalement dépourvues de richesses dans un même pays et, sur le plan mondial, entre pays d’inégal développement économique et social89. »

42Lebret n’a de cesse, dès lors, de faire valoir l’exigence d’une approche globale du développement. L’économie humaine en devient la pierre de touche. Il la définit comme : « une synthèse des différentes sciences sociales, non pas une économie humanisée par l’extérieur, mais une économie qui, par elle-même, sécréterait les conditions de l’épanouissement humain ». Dès la fin des années 1950, Joseph Lebret, mais aussi Henri Desroche, François Perroux ou encore Gérard de Bernis à sa suite, prend pied sur le sol africain dans le Sénégal en voie d’indépendance de Léopold Sédar Senghor et de Mamadou Dia, son Président du conseil. En octobre 1958, ce dernier crée, auprès de la Présidence du gouvernement, des « Comités d’études » chargés d’inventorier la situation du pays dans cette phase capitale de transition d’un état colonial à un état indépendant : problèmes institutionnels, économiques et sociaux. Quelques mois plus tard, il propose à Lebret, qui vient de fonder l’IRFED pour soutenir son action internationale, les fonctions de conseiller du gouvernement pour le développement. Mamadou Dia, qui entend s’inscrire aux antipodes d’une planification techno-bureaucratique, attache une importance primordiale à l’enracinement des communautés de base. Il y voit le moteur d’un développement assumé par des acteurs, y investissant leurs valeurs et leur vision du monde, à tous les niveaux. Approche « macro » et « micro » sont ainsi combinées. à la première d’élaborer des « perspectives à long terme » (visée à vingt ans), d’identifier les étapes projetées des grandes transformations à travers les plans quinquennaux. à la seconde de s’attaquer à un travail de terrain couvrant la totalité du territoire pour y inventorier, de façon problématisée, les ressources et les besoins de tous ordres, afin de faire apparaître des « zones homogènes de développement ». Le gouvernement sénégalais fait appel au CINAM, assistée par la SERESA spécialisée en développement rural. Cette première équipe CINAM-SERESA vient en soutien de l’approche « macro », avec le concours d’économistes d’Économie et Humanisme et de l’IRFED (les pères Birou et Turin). Une seconde équipe, emmenée par Bernard Lecomte chef de mission au CINAM, soutient l’enquête de terrain tandis que des études spécialisées sont confiées à des partenaires compétents en matière de potentiel hydraulique, de santé, ou d’aménagement urbain. Ce dispositif intègre tous les cadres sénégalais en mesure de prendre des responsabilités, en leur procurant les occasions de formations utiles. Henri Desroche, qui retrouva Lebret à cette occasion, est appelé pour monter l’École nationale d’économie appliquée (ENEA). Elle comprend un « Collège coopératif », un « Collègue d’animation » et un « Collège d’aménagement du territoire ». François Perroux vient aussi à Dakar pour créer un bureau africain de l’Institut des Sciences économiques appliquées (ISEA), dont la direction est confiée au belge Charles Van der Vaeren, détaché des services des communautés européennes. C’est dans ce cadre que Gérard de Bernis effectue une mission d’expertise sur les problèmes financiers et monétaires. Pour Lebret, Desroche et Perroux, leurs engagements au Sénégal ont revêtu une indéniable importance. Ils ont en effet validé leur approche théorique de la « globalité opératoire », mettant la responsabilité des hommes au cœur de la stratégie et de la pratique, dans une conjoncture de dépassement de la sujétion coloniale, ce qui ouvrait, là encore, des voies vers des débats plus contemporains. Les grandes interrogations sur les logiques marchandes et l’économie citoyenne qui s’expriment aujourd’hui, depuis Porto Allegre et jusque dans les Forums sociaux, paraissent en continuité à plus d’un titre avec cette aventure africaine (Colin, 2012).

  • 90 Cf. infra, chapitre I.

43C’est en tout cas informé et formé par l’étude de ces premières expériences africaines que Pierre Delahaye part, le premier, en 1966, à Douala, pour y rejoindre Pierre Leboulanger, Maurice Hérault et Jean-Marie Pouymiroo. Mais au bout d’un an, il est appelé à Kinshasa pour négocier la création de la nouvelle équipe avec Joseph Malula. Pierre Delahaye met sur pied l’Association de formation des cadres africains (AFCA) sur le même modèle que celle fondée par Maurice Hérault et Jean-Marie Pouymiroo à Douala. Il travaille au service des petites et moyennes entreprises (PME) avec un contrat de coopération française. Au bout de quelques mois, en octobre 1967, Emmanuel de Vesvrotte et Bernard Gautier le rejoignent. Le premier travaille d’abord au recensement de la ville de Kinshasa avec Maurice Ducreux, puis à l’AFCA. Bernard Gautier devient pour sa part aumônier d’étudiants de l’Université (Lovanium), où il habite. Pierre Delahaye raconte l’arrivée en renfort, assez rapide, d’un de leurs anciens camarades de la MDF, Léonce Miquel90 :

  • 91 Témoignage écrit de Pierre Delahaye à l’auteur du 5 janvier 2013.

« Le DG de l’AFCA ayant le projet d’implanter cette association au Congo ex-Belge m’a proposé de m’y embaucher et d’y préparer la création d’une section AFCA dans le cadre d’une structure nationale de formation professionnelle l’INPP (Institut national de préparation professionnelle). Une fois sur place je me suis rendu très vite compte qu’il fallait à ce poste un responsable plus compétent que moi. C’est alors que le DG de l’AFCA, auquel Léonce Miquel en recherche de travail s’était adressé, m’a demandé si j’étais d’accord pour collaborer avec lui. Léonce avait renoncé au sacerdoce, s’était marié et arrivait avec sa femme médecin pédiatre et leur premier enfant91. »

44Léonce Miquel y meurt accidentellement à 48 ans, mais sa veuve revient sur leurs engagements respectifs à Kinshasa :

  • 92 Petites et moyennes entreprises de production de Kinshasa, 1er semestre 1973, vol. 6. Les auteurs e (...)
  • 93 Témoignage écrit de Michèle Miquel à l’auteur du 14 janvier 2013.

« Ils avaient [...] la tâche de faire accéder des artisans et petits commerçants de Kinshasa aux diverses possibilités de faire vivre leurs grandes familles du fruit de leur travail de façon, si possible, pérenne, qu’ils soient réparateurs en mécaniques, tailleurs ou couturiers, sculpteurs sur bois ou sur ivoire, ou gestionnaires d’hôtel sur Matadi etc., en les initiant aux règles de comptabilité basique (ne pas mélanger l’argent de l’entreprise et celui de la famille même si c’est le grand frère qui demande !) et celles du “système marchand international” sans lesquelles ils ne pouvaient pas accéder aux marchés qui leur permettaient de vivre... Ils ont réalisé un ensemble de fascicules sur l’état des lieux des petites et moyennes entreprises de cette immense ville qu’était déjà Kinshasa92... Nous habitions dans un quartier périphérique, Lemba, assez éloigné de l’habitat européen. J’ai d’abord travaillé comme médecin pour une recherche de l’Office national de recherche et de développement (ONRD), puis à l’hôpital Mama Yemo. Et pendant ces quatre ans nous y avons eu deux enfants93. »

Et nouvelles collaborations avec des Jésuites belges formés à l’urbanisme, à la démographie et la sociologie urbaine : les exemples de Léon de Saint Moulin et de Joseph Boute

  • 94 Thèse réalisée sous la direction de Claude Prudhomme, professeur à Lyon 2 et soutenue en 2007. L’a (...)
  • 95 Nous en prenons pour preuves, d’une part l’étude de 2008 coordonnée par les professeurs Germain Ng (...)
  • 96 Les œuvres du cardinal Malula, présentées et rassemblées par Léon de Saint Moulin, étaient étudiée (...)

45Ce que nous avons découvert, en menant ce travail, nuance quelque peu les conclusions de la thèse de Jean-Michel Vasquez sur La cartographie missionnaire. L’Afrique de l’exploration à l’appropriation, au nom du Christ et de la science (1870-1930)94. Notre apport éclaire aussi certaines carrières ultérieures de directeurs de recherches à l’ORSTSOM/IRD et les méthodologies toujours en cours au sein de cet organisme. Cela fait également écho aux débats, écrits et initiatives prises en matière de pastorale urbaine, tant en Belgique qu’en France métropolitaine (Paquot, 2004 ; Chatelan, 2012). Ce qui suit nous incite donc à encourager vivement des recherches ultérieures dans les autres capitales citées (Abidjan, Douala, Le Caire, etc.) afin de confirmer ou d’infirmer l’existence de tels rapprochements, entre les cadres en aménagement et urbanisme, coloniaux et/ou post-coloniaux, et des religieux devenus experts en histoire, géographie, démographie, sociologie et cartographie urbaine, que cette dernière soit d’origine missionnaire ou pas. Ces figures, d’où émerge sans conteste la personnalité du jésuite Léon de Saint Moulin, vont mêler cette expertise à leurs préoccupations pastorales et acquérir une double autorité qui perdure, que ce soit dans les études urbaines les plus récemment menées en République Démocratique du Congo (RDC)95, ou dans les cours de théologie professés, aujourd’hui encore, à l’Université catholique de Louvain96. Il nous faut insister en effet sur la diversité ni de la qualité des publications scientifiques des pays nouvellement indépendants, et, surtout, sur les liens étroits conservés avec les principaux centres intellectuels, belges en l’occurrence. C’est le cas de Léon de Saint Moulin.

  • 97 Informations puisées dans l’entretien accordé, à Kinshasa, le 27 décembre 2012 par Léon de Saint M (...)

46Né en 1932, il est le second d’une famille de cinq enfants. Il arrive à Kinshasa pour la première fois en 1959 mais il n’y passe alors que deux ans, revenant terminer ses études en Europe de 1961 à 196797. Sa première année au Congo est une année difficile et bousculée : beaucoup d’Européens doutaient de la possibilité d’une accession à l’indépendance dans la paix et la fuite des capitaux s’organisait. Sortant des études, il se dit alors choqué par certains aspects de la situation, qui restait coloniale, estimant au passage les manuels d’histoire tout à fait inadaptés. En 1960, il est envoyé comme enseignant à Kikwit où il vit, selon ses propres dires, une expérience beaucoup plus stimulante, animé par le sentiment qu’il a désormais de voir ses élèves africains s’élever à une dignité à laquelle ils ne croyaient pas avant l’indépendance. Certains Africains occupent alors des emplois de responsabilité inespérés, comme chef d’huilerie, capitaine de bateau ou commissaire de district. Il cite l’exemple de Charles Dkitele, commissaire de district du Kwilu, venu leur prêter main forte pour faire accepter aux élèves qu’il y aurait encore des travaux manuels après l’indépendance et qu’il n’y aurait pas tous les jours de viande à table... En 1967 Léon de Saint Moulin revient, mais cette fois en qualité de chercheur mandaté par le Fonds national belge de la recherche scientifique (FNBRS), pour une étude de l’histoire des villes du Congo.

  • 98 Les travaux de Léon de Saint Moulin dépassent donc d’emblée les limites disciplinaires étroites po (...)

47La découverte de la dimension sociale qui l’a préoccupée pratiquement pendant toute sa vie de Jésuite affirme-t-il, trouve son origine dans le mémoire de licence en histoire qu’il réalise de 1957 à 1959, avant d’arriver au Congo donc. Le choix du sujet – L’évolution du nombre et de la qualité des maisons dans un milieu ouvrier belge de 1830 à 196198 – est le résultat d’un concours de circonstances qu’il qualifie de « providentielles ». C’est un professeur, le Père Jacques Denis, qui éveilla son intérêt pour les villes dès ses humanités. Plus tard, son père étant fonctionnaire, il côtoie des agents de différentes administrations. L’un d’entre eux lui suggère d’étudier la construction et la transformation des logements à partir des archives du cadastre. Le résultat dépasse toutes ses espérances :

  • 99 Extrait de l’homélie prononcée par Léon de Saint Moulin, le 12 novembre 2000, pour sa messe de Jub (...)
  • 100 Idem. Phrases soulignées par nous.

« Cette étude m’a fait découvrir que ce qui avait conditionné l’amélioration des conditions de logement, c’étaient des courbes économiques, démographiques, culturelles, qui traversaient toute l’Europe. Je pouvais mettre en rapport le nombre annuel de maisons construites dans les milieux ouvriers que j’étudiais avec les courbes économiques de Grande-Bretagne et d’Allemagne aussi bien que de Belgique. J’en ai conclu que nous sommes inscrits dans des mouvements qui nous dépassent, et de loin, la démocratisation en est un exemple proche de nous. Nous avons à les assumer, à les orienter aussi, mais ils nous façonnent. Cette découverte des sujets et des actions collectives a marqué toute ma vie99.
Revenu à Kinshasa en 1967, après mes études théologiques, mon doctorat en histoire et la fin de ma formation religieuse, j’ai été accueilli et intégré dans l’équipe qui dirigeait et réalisait l’étude sociodémographique de Kinshasa, qui venait de commencer. J’ai ainsi collaboré avec l’Institut National de la Statistique et les enquêteurs de l’Institut de Recherches Économiques et Sociales (IRES) de l’Université Lovanium, ainsi que la coopération française qui soutenait cette opération. J’ai ensuite collaboré avec l’Institut Géographique du Congo à la mise à jour du plan de la ville. Et ce fut le début de mon autorité100. S’il y a ici des enquêteurs, des agents de l’Administration du Territoire, de l’Aménagement du Territoire, du Bureau d’Études d’Aménagements Urbains, alors Mission française d’urbanisme, qui ont travaillé avec moi en 1967-1970, je voudrais aussi qu’ils se lèvent et qu’on les applaudisse, car je leur dois aussi une part de ce que je suis. Ce jubilé est le leur autant que le mien. »

48Le témoignage de Léon de Saint Moulin sur le rôle exercé, sur le temps long par le cardinal Malula recoupe en partie celui que nous avons retrouvé dans les dossiers des pères Delahaye et de Vesvrotte conservés au siège actuel de la Mission de France, au Perreux-sur-Marne :

  • 101 Professeur émérite désormais à l’université catholique de Louvain [http://www.zmo.de/angola/perso/ (...)
  • 102 James Smoot Coleman (1919-1985) a notamment écrit, en 1959, un livre intitulé Nigeria : Background (...)
  • 103 Informations puisées dans l’entretien accordé à Kinshasa le 27 décembre 2012 par Léon de Saint Mou (...)

« Un autre aspect de ces premières années est l’intérêt et la sympathie que le Cardinal Malula a immédiatement manifestés pour ce genre d’études. Il m’a dès lors étroitement associé à sa réflexion sur la pastorale du Diocèse, notamment dans la Commission qu’il appelait de la restructuration des paroisses. à Lubumbashi également, Mgr Eugène Kabanga m’a rapidement engagé dans des groupes d’études pastorales. Un autre point particulier de ces années 1970 a été, dans le cadre de l’université, le programme de formation d’une équipe solide de professeurs d’histoire du Congo dont l’initiative revient au Professeur Jan Vansina et au Professeur Jean-Luc Vellut101 et dont le financement fut assuré par la Fondation Rockefeller des États-Unis. Le représentant en était James Smoot Coleman102 dont l’attitude fut exemplaire. Son seul souci était d’aboutir à former des docteurs congolais en histoire dont les compétences couvriraient toutes les grandes périodes et toutes les grandes régions du pays. Les recherches sur le terrain ont donc été faites presque dans toutes les provinces. Les livres et les documents requis ont pu être achetés, quel que soit le pays où il fallait les chercher. Le département d’histoire a acquis toutes les cartes de l’Institut Géographique du Congo et tous les livres importants sur l’histoire de la République démocratique du Congo. Ce fut vraiment une contribution au développement, à laquelle j’ai été étroitement associé en tant que chef du Département d’histoire, puis doyen de la Faculté des Lettres à Lubumbashi103. »

49Tout en étant en poste à Kinshasa, Saint Moulin nourrit pendant toutes des années :

  • 104 De cet auteur, lire, par exemple, « La sécularisation interne du christianisme », Revue française (...)
  • 105 Évêque de Bruges, il se distingua pendant concile Vatican II par des prises de positions en faveur (...)
  • 106 Témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 février 2013.

« Un contact très stimulant avec Jean Rémy, l’Abbé Houtard et l’Abbé Joseph Laloux de Namur, tous deux dans le domaine de la sociologie religieuse. Parmi les sociologues français, j’ai lu profondément François-André Isambert104 et F.-L. Charpin (histoire de la pratique religieuse) et j’ai été influencé par les publications de Le Corbusier... En géographie et en sociologie urbaine, j’ai lu sur les cités satellites, et de nombreux ouvrages américains et anglais... J’ai eu de profonds contacts avec le département de géographie de l’université de Liège (Professeurs Sporck et Wimet) et avec celle de l’Université Libre de Bruxelles (Professeurs Pierre Gourou, R. E. De Smedt105, Henri Nicolaï) ainsi qu’avec le bureau d’urbanisme L’Équerre de Liège et le Père Jacques Denis, géographe des villes d’Afrique106. »

  • 107 [http://www.bsglg.be/uploads/BSGLg-2003-43-04CARTO.pdf].

50À travers ce témoignage de Léon de Saint Moulin formé dans les principaux centres intellectuels belges et resté en contacts permanents avec eux, nous retrouvons ce que nous évoquions à la fin du second chapitre pour la France : une même interpénétration des univers confessionnels et professionnels en aménagement et urbanisme, avec des interférences multiples, mêlant références savantes et références confessionnelles tandis que se chevauchent projets militants de développement et/ou pastoraux et productions scientifiques et techniques de connaissance des sociétés et de leurs réalités urbaines, qu’elles soient américaines, européennes et/ou anciennement coloniales. à Kinshasa, la photo-interprétation est au cœur de la démarche de Maurice Ducreux et de Léon de Saint Moulin qui sollicite l’avis du Professeur Wimet dont c’est la spécialité. Dès les années 1970, ce dernier conduit des recherches qui posent les fondements de la télédétection spatiale en Belgique francophone107.

  • 108 Raison Jean-Pierre, « Pierre Gourou du pessimisme tropical à l’optimisme raisonné », in Confins rev (...)
  • 109 [http://www.geographie.ulg.ac.be/index.php?page=fondation-sporck]. La secrétaire de cette fondatio (...)

51En Belgique comme en France la discipline géographique est ainsi amplement mobilisée, tant en matière de pastorale urbaine et de planning paroissial (Chatelan, 2012) qu’en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Dans le témoignage de Léon de Saint Moulin, elle est spécialement représentée par trois hommes. Le premier d’entre eux est Pierre Gourou, dont l’ouvrage – Terres de bonne espérance : le monde tropical – publié en 1982, marque toute une génération d’intellectuels, au même titre que Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss plusieurs décennies auparavant108. Le Professeur Spork, spécialiste de géographie économique ensuite. Une fondation relevant du Patrimoine de l’Université de Liège porte désormais son nom, qui promeut une chaire éponyme et les travaux géographiques relatifs à l’urbanisme, l’aménagement du territoire et le développement socio-économique109. Le troisième est Henri Nicolaï, devenu depuis professeur émérite au Service Géographie humaine de l’ULB et responsable de la bibliothèque de la Société belge de géographie. Il a été élu membre associé de l’Académie des sciences d’outre-mer, à Paris. Il y a été introduit officiellement le 11 mai 2007 par Xavier de Planhol, professeur émérite de la Sorbonne (Paris IV). à cette occasion, Henri Nicolaï a fait un discours sur « La géographie, les géographes et le Congo », rendant hommage à Pierre Gourou, décédé en mai 1999, et à Pierre Salmon, professeur à la Faculté des sciences sociales, politiques et économiques, décédé en mars 2005, qui l’ont tous deux précédé dans cet aréopage.

  • 110 Bureau d’urbanisme de Liège, fondé en 1935 et pionnier en matière d’aménagement du territoire : l’ (...)
  • 111 Dès 1955, ce bureau d’études présente un premier plan d’aménagement de la région de Bruxelles sous (...)
  • 112 [http://www.lumenonline.net/].

52Les similitudes et rapprochements entre les deux pays ne s’arrêtent pas là. Paul Rendu a lui aussi témoigné de la très forte influence exercée par Le Corbusier sur l’équipe de Chombard de Lauwe, qui prendra d’ailleurs pour objet d’étude la Cité Radieuse de Nantes-Rezé pour son ouvrage Famille et Habitation (Rendu, 2000, p. 367). Certaines initiatives de Joseph Laloux ne sont pas non plus sans rappeler celles de Paul-Henri Chombard de Lauwe ou de Jean Labbens à Lyon (Chatelan 2009, 2012). Prêtre du diocèse de Namur (1913-1989) après avoir fondé des mouvements d’action catholique rurale, Joseph Laloux réalise, en autodidacte, une approche sociographique du doyenné de Marche se formant pour cela aux méthodes de recherche en sociologie. Il participe à ce titre à la fondation du Centre d’études rurales de Bruxelles en 1958. Il entre alors en relation avec les théoriciens et praticiens d’Économie et Humanisme. En 1956, il dirige une enquête approfondie sur l’agglomération de Seraing, le terrain de thèse précisément choisi par Léon de Saint Moulin, considérée, dès cette époque, comme largement déchristianisée, avec 10 % de pratiquants dont 3 % d’ouvriers. Un ouvrage en découle, remarquable par la proximité de son titre d’avec celui des abbés Godin et Daniel : Mettre l’Église en état de mission. Pour financer les recherches, les responsables du Centre de recherches socioreligieuses de Bruxelles décident, en 1958, de créer une structure destinée à recueillir et répartir des fonds : la SODEGEC. Elle sert de cadre aux recherches payées par les ministères concernés et menées en collaboration avec les bureaux d’urbanisme L’Équerre à Liège110 et Alpha à Bruxelles111, sur des problèmes d’aménagement du territoire et de développement régional. à cette époque, Joseph Laloux enseigne aussi la sociologie religieuse au centre de documentation catéchétique Lumen Vitae, fondé par les Jésuites à Bruxelles en 1935112. En 1959, il part en voyage au Congo et en revient conscient que la proximité de l’indépendance risque fort de s’accompagner de suspicions à l’égard des missionnaires. Pour lui :

  • 113 Joseph Laloux, « Retour du Congo », in Au service du clergé rural, n ° 17, octobre-décembre 1958, (...)

« L’heure est au témoignage de la charité et de la fraternité portés par les Noirs eux-mêmes à l’égard de leurs frères. L’heure est au clergé indigène et aux militants indigènes113. »

53Enfin, c’est par François Houtart, entre autres, qu’ont transité vers l’Europe les réflexions sur les écologues urbains américains de l’École de Chicago (Paquot, 2004, Chatelan, 2009), bien connues, notamment de Chombard de Lauwe (Lebreton, 2012, p. 203-205 ; Clerc et Garel, 1998). Né en 1925, à Bruxelles, et devenu prêtre du diocèse de Malines, Houtard reçoit en 1952 une bourse d’étude du gouvernement américain qui lui permet de passer un an à l’Université de Chicago, de visiter les États-Unis durant cinq mois, d’enseigner un semestre à Montréal et d’enquêter à Buenos-Aires. à son retour, il publie articles et ouvrages, dont L’Église et la pastorale des grandes villes (1955) et Aspects sociologiques du catholicisme américain (1957). Dans le premier il affirme que l’agglomération urbaine est différente de la ville et nécessite de nouveaux outils pour en décrire les mécanismes. Houtart est convaincu que le « milieu urbain » contemporain est bien éloigné de la ville préindustrielle, que la religiosité du monde n’apparaît plus de la même manière à l’habitant de la grande cité, que l’individualisme favorisé par ce « milieu urbain » tend à rendre méfiant le citadin vis-à-vis de toute institution (politique, religieuse, syndicale) et que son autonomie est revendiquée comme l’expression de sa responsabilité. Dès lors, il faut que l’Église invente la paroisse urbaine selon d’autres modalités et une autre cartographie, afin d’aller à la rencontre, non pas d’une communauté de croyants, mais d’un croyant solitaire, en proie au doute (Paquot, 2004, p. 9-10).

Méthodologie et déroulé de l’enquête sociodémographique de Kinshasa (1967-1969)

54À partir de 1970, Léon de Saint Moulin est engagé à l’Université Lovanium puis, avec la création de l’Université nationale du Zaïre, il est envoyé à Lubumbashi de 1971 à 1979. Par l’enseignement qu’il prodigue et les travaux dirigés de ses étudiants, de son propre aveu, il développe sa connaissance de l’histoire et de la géographie du Congo ainsi qu’une familiarité avec les études démographiques développées également grâce à ses liens avec Joseph Boute, un autre Jésuite, qui collabore à l’enquête de 1967. Diplômé en sciences sociales et titulaire d’un troisième cycle en démographie de l’Office Of Population Research de l’Université de Princeton dans le New Jersey, Joseph Boute rentre à Louvain. En décembre 1965, il y soutient une thèse à sur La démographie de la branche indo-pakistanaise d’Afrique. Une fois docteur, il est désigné pour contribuer à la fondation du Centre d’études pour l’action sociale (CEPAS) à Léopoldville, où il arrive en mars 1966. Il s’efforce alors de rassembler dans la bibliothèque du centre en constitution des ouvrages disséminés çà et là. Son enseignement à la Lovanium débute l’année suivante :

  • 114 Archives privées de Maurice Ducreux. Lettre de Louis Kikandu au « Patron Maurice Ducreux de la mis (...)
  • 115 Témoignage écrit de Joseph Boute à l’auteur du 6 janvier 2013. Ce Jésuite à la retraite vit désorm (...)

« Je n’ai pas un souvenir exact de ma première rencontre avec M. Ducreux. Il habitait en ville dans un appartement privé assisté d’un vieux cuisinier qui s’appelait Louis114. Je me souviens qu’à l’époque j’étais chercheur à l’ONRD (Office National de la Recherche pour le Développement), plus spécialement à la Direction des Statistiques démographiques et sociales de l’Institut National de la Statistique. Je ne pense pas avoir contribué en quoi que ce soit à la méthodologie, vu que le P. de Saint Moulin et M. Ducreux s’entendaient entre eux pour tout mettre au point avec la collaboration du BEAU. Ma direction s’est contentée de prêter des enquêteurs à l’enquête dirigée par ces derniers115. »

  • 116 L’INAS avait été fondé en 1962 par le Père Joseph Segers, diplômé en économie, qui avait d’abord t (...)
  • 117 Notons les similitudes entre de telles structures et celles évoquées par nous en France métropolit (...)
  • 118 La présentation qui suit a puisé ses informations dans le site du CEPAS [http://www.cepas-rdc.org/ (...)

55Spécialisés en sciences économiques et sociales et associés aux prêtres de la MDF, ces Jésuites sont donc engagés dans divers travaux et dans des institutions ayant pour objet l’étude et la promotion des structures sociales et économiques du Congo. Les Jésuites travaillent notamment au Centre de Recherches Sociologiques du Secrétariat de l’épiscopat du Congo, à l’Institut d’animateurs sociaux (INAS)116 et à l’Association des cadres et des dirigeants chrétiens des entreprises au Congo (CADICEC)117. Le futur CEPAS commence par éditer une revue Documents pour l’Action. Dans son premier éditorial de janvier-février 1961, l’éditeur clarifie l’objectif de la revue118 :

« Éclairer l’action des laïcs, contribuer à leur formation humaine et chrétienne, tel est le but des Documents pour l’Action. Nous essaierons d’y aborder les problèmes concrets auxquels s’affrontent nos pays, pour en dégager des lignes de solution valable. En présentant des notes documentaires ou en publiant des études originales, par des conseils et des informations, les Documents pour l’Action ont l’ambition d’aider le laïc, engagé dans l’action temporelle, à se former une personnalité équilibrée, capable de porter sur les faits un jugement personnel et d’agir efficacement dans son secteur. »

  • 119 Les deux rébellions qui éclatent alors sont dirigées respectivement par Pierre Mulele, ancien mini (...)

56En janvier 1965, un nouvel éditorial de la revue réaffirme l’objectif de réalisation d’études et de recherches, non seulement dans un but de documentation, mais aussi en vue de susciter et de permettre une action « plus éclairée, plus efficace » sur fond de neutralité sans cesse réaffirmée. Le directeur du CEPAS est alors le Père Willy De Craemer, docteur en sociologie. Il avait été auparavant le premier et le seul directeur du Centre de Recherches Sociologique de l’épiscopat et avait notamment produit une analyse des rébellions de 1963-1964119 :

  • 120 Courrier de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013.

« La première équipe du CEPAS comprenait outre le directeur et celui de CADICEC, le Père René Beeckmans, directeur de la revue Congo-Afrique, resté en poste jusque 2006, et le Père Segers. Le Père Boute [...] y est arrivé en 1966, moi-même et celui qui sera le 2e directeur de 1967 à 1982, le Père Henri De Decker, docteur en sociologie, en 1967120. »

57Nous retrouvons donc aussi, à Kinshasa, au sein de la MFU puis du BEAU, cette alliance entre le « dur » et du « mou » dans l’aménagement et l’urbanisme nous évoquions, en Métropole, à propos du District de la Région parisienne, du BERU, ou de l’USIC/MCC, affirmant œuvrer au bien commun dans une « neutralité » confessionnelle, politique et nous ajouterons méthodologique. Cette alliance, objective, laisse à voir les « lieux » de rencontre, au sens non plus seulement géographique mais symbolique, idéologique, entre les ingénieurs des Ponts de cette administration dite de « mission », ces missionnaires, les élites et les populations locales. La reconstitution du déroulé de l’enquête sociodémographique menée sous la houlette de Maurice Ducreux et Léon de Saint Moulin, nous en donne un aperçu plus précis encore :

  • 121 Dans un autre courriel, de janvier 2013, Léon de Saint-Moulin a précisé que c’était pendant l’été (...)
  • 122 Témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 février 2013.

« La force principale de Maurice était sa capacité de repérer les compétences et de coordonner le travail. Il a réussi à faire faire par le BERU une couverture aérienne de Kinshasa à partir de laquelle il a pu faire des plans de chaque quartier. J’en ai encore un jeu. Il a recruté Henri Knoop, chef de travaux à l’Université Lovanium de Kinshasa, pour diriger le relevé parcellaire à partir duquel l’échantillon des parcelles à enquêter a été établi.
Il a aussi obtenu la collaboration de l’informaticien du service des finances de cette université pour concevoir le dépouillement des cartes perforées établies par l’Institut National de la Statistique sur base des questionnaires remplis. à cette étape et déjà dans la direction des enquêtes j’ai eu un rôle essentiel. Mon confrère Joseph Boute, docteur en démographie, a été l’auteur principal de l’analyse qui a permis d’établir les taux de natalité et de mortalité de la population étudiée. Pour la rédaction du volume des résultats “Étude sociodémographique de Kinshasa 1967”, Maurice Ducreux est venu travailler avec moi à Liège121 et nous avons contacté deux professeurs de statistique de l’université de Liège. Lui-même avait acquis une réelle maîtrise des opérations qu’il menait, mais il était loin d’être permanent à Kinshasa. Il avait une grande capacité de résoudre les problèmes. Il est une fois passé à Brazzaville pour acheter des crayons dont on manquait et qu’on ne pouvait alors trouver à Kinshasa. Il fallait naturellement “maquiller” les factures car ce genre de dépenses ne répondait à aucun poste budgétaire prévu. Maurice avait en outre le souci de valoriser les Africains : les responsables de l’Ambassade de France ont été ébahis de l’importance qu’il avait réussi à donner à la contribution congolaise dans le tableau des comptes de l’enquête (qui ont été publiés). Je garde un merveilleux souvenir de son souci de communiquer à la population les résultats des analyses réalisées : nous avons été ensemble organiser une sorte de meeting d’information, sur la place centrale de Ndjili, sous le patronage du bourgmestre de la commune, pour exposer ces résultats et les perspectives d’aménagement qu’on croyait alors pouvoir réaliser assez rapidement122. »

  • 123 Un manager qui faisait des séjours en France entre deux missions et n’était donc pas constamment s (...)
  • 124 Compléments d’informations contenus dans un courrier de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avri (...)

58Maurice Ducreux s’insère donc dans une équipe essentiellement locale qui évolue et se recompose. S’il en fut en quelque sorte le « manager123 », c’est bien d’une œuvre commune dont il s’agit, dans laquelle l’Institut national de la Statistique et l’Institut géographique du Congo – créé par Arrêté du Régent du 7 décembre 1949 – et Léon de Saint Moulin ont joué un rôle fondamental. Dès 1960, l’Institut géographique du Congo avait fait un travail remarquable en réalisant des plans et des photoplans de Kinshasa. C’est ce premier travail que Léon de Saint Moulin met à jour en 1969 par interpolation à partir de photos aériennes et des relevés de noms de rues portés d’abord sur les plans partiels du BERU qui posaient des problèmes d’assemblage. Il fut alors encouragé et soutenu par la MFU dont le directeur était alors Philippe Révillon124.

  • 125 Société italo-congolaise d’aide à l’industrialisation.
  • 126 Courrier de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013.

« La postérité de l’étude socio-démographique de Kinshasa a d’abord été la reprise en mains du territoire national par l’administration, puis les études socio-démographiques réalisées par l’Institut National de la Statistique, à Matadi en 1970, à Lubumbashi en 1973 et à Kananga en 1974, puis pour le BEAU, à Lubumbashi et à Kolwezi en 1973 et à Bukavu en 1976, et pour la SICAI125, à Kisangani en 1973, à Kinshasa et Matadi en marsavril 1975, à Kikwit, Kananga et Mbandaka de mars à mai 1976, sans compter les travaux que j’ai moi-même réalisés et l’enquête budgétaire de Joseph Houyoux, en 1969-1970126. »

  • 127 [http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/comhaire-sylvain.html]. Ses archives ont été déposé (...)

59En attendant, Maurice Ducreux mobilise aussi les travaux de Suzanne Comhaire-Sylvain, la première anthropologue noire, d’origine haïtienne, travaillant sur les femmes de Kinshasa127 puis il met donc au point, avec Léon de Saint Moulin, la méthodologie d’enquête globale qu’ils publient ensemble dans la revue Études congolaises (vol. XI-4, octobre-décembre 1968, p. 20-30) sous le titre : « La technique et le déroulement de l’enquête sociodémographique de Kinshasa 1967. » Après avoir envisagé l’hypothèse d’un recensement exhaustif, la commission chargée d’élaborer le projet opte pour la méthode de sondage, moins onéreuse à tous points de vue. Mais sur quelle base établir un échantillon représentatif de la population de Kinshasa ? Le logement parait l’entrée la plus sûre mais, dans les zones nouvelles d’urbanisation, il est sans cesse en cours de transformation ; ailleurs, dans les anciennes cités, quand la parcelle – car ce n’est pas par le logement que l’habitant de Kinshasa définit son habitat mais par la parcelle – est bâtie à 80 %, il est malcommode d’individualiser les ménages. Aussi bien dans les cités que dans les extensions, Kinshasa étant lotie selon un quadrillage d’ilots eux-mêmes décomposés en parcelles rectangulaires de taille homogène (350 à 450 m2) : c’est la parcelle habitée qui est donc retenue comme unité de sondage. Dans les quartiers résidentiels, où s’élèvent des immeubles collectifs, le logement habité est substitué à la parcelle.

60Dès l’arrivée de Maurice Ducreux, en mars 1967, une reconnaissance minutieuse de tout le territoire urbanisé commence et permet de dresser, par quartiers et par zones relativement homogènes, la liste de toutes les parcelles, habitées ou non, et d’inventorier tous les logements des parties résidentielles. Elle dure six mois, jusqu’à la période des enquêtes proprement dites (1er septembre 1967). Ce sont quelque 65 volumes de relevés qui forment une collection complète, à laquelle s’ajoutent une série de plans sommaires et de schémas qui, grâce à un système de coordonnées, permettent de retrouver aisément les parcelles. En mars-avril 1969, avec l’IGC, Léon de Saint Moulin assure la publication du nouveau plan au 1/10 000e de toute l’agglomération, d’après les photographies aériennes prises par l’IGC, en juin 1968. Le plan est réalisé en 6 couleurs ; il mentionne les noms de toutes les rues et voies de la ville jusque dans les quartiers les plus reculés.

61Sur les registres de base les parcelles habitées étaient numérotées en séries continues et indépendantes à l’intérieur d’unités géographiques considérées comme relativement homogènes. En effet, si sur le plan administratif, la ville de Kinshasa est alors formée de 24 communes, définies par arrêté du Ministère de l’Intérieur congolais du 23 janvier 1969, la partie proprement agglomérée ne rassemble que 21 communes. Les terrains habités des trois autres (Ngafula au Sud, Nsele et Maluku, à l’Est) étant dispersés sur de larges étendues, l’étude sociodémographique ne retient que les quartiers (ceux de Rifflart et de la maison commune de Ngafula) bien raccordés à la ville. Sur le plan morphologique, six grandes zones sont déterminées, en tenant compte de leur situation, de l’époque de leur création et de leur équipement. Un tableau et une carte fixent ces répartitions.

62À partir de là, un tirage au sort des parcelles à enquêter est réalisé. Le taux de sondage retenu est de 10 %. L’équipe recourt à une table de nombre au hasard pour choisir les lieux d’enquêtes en évitant d’accumuler des parcelles de situation semblable, par exemple des angles de rue. La stratification, établie d’après la répartition géographique des parcelles, contribue à donner à l’échantillon un caractère raisonnablement représentatif :

  • 128 Propos extraits de l’article-bilan publié par Léon de Saint Moulin en 2006, « “35 ans de recherche (...)

« L’enquête socio-démographique au dixième de Kinshasa en 1967 avait effectivement atteint des nombres correspondant au dixième des effectifs connus des salariés des grandes entreprises de la ville et des élèves des différentes classes du primaire et du secondaire. Cette enquête avait été construite sur base d’une liste indirecte de la population, c’est-à-dire d’un relevé parcellaire exhaustif. Le tirage des parcelles dont tous les habitants avaient ensuite été recensés a été fait après numérotation continue des parcelles dans chaque portion socio-administrative du territoire pour lequel on voulait établir des chiffres et des caractéristiques de la population. Dans les buildings, l’appartement avait été considéré comme l’unité parcellaire, mais il y en avait très peu. Un problème plus délicat a été celui des populations dites comptées à part, c’est-à-dire celles des habitats collectifs tels que les camps militaires, les homes d’étudiants et les centres de détention. Leurs caractéristiques n’ont pas été établies, mais leur nombre a été recueilli auprès des autorités compétentes et ajouté aux résultats des enquêtes. L’échantillon de la plupart des enquêtes que j’ai réalisées par sondage a eu comme première base un échantillonnage des parcelles du ou des quartiers cibles.
Dans des quartiers bien circonscrits, le travail d’inventaire des parcelles habitées n’est pas trop lourd à réaliser, mais il ne peut être improvisé pour une grande étendue telle qu’une ville. Pour mes enquêtes à Kinshasa, le plan réalisé en 1969 reste valable pour les parties anciennes de la ville et je dispose de la couverture aérienne de 1985 annotée, ainsi que d’une image satellitaire de 1995 bien étudiée pour les quartiers périphériques. C’est sur ces bases que j’attribue aux étudiants la ou les rues dans lesquelles ils doivent enquêter pour les recherches que j’organise avec eux. Comme on avait souligné l’importance de la connaissance du milieu pour une bonne rédaction des questions, il faut affirmer celle de la connaissance du terrain pour la constitution de la base d’un sondage. Cela peut s’acquérir ou être construit par un étranger, mais c’est un travail préparatoire qu’on ne peut minimiser128. »

63Cinquante-sept enquêteurs sont alors mobilisés, répartis en 6 groupes dirigés chacun par un chef d’équipe. Trois de ces derniers ont déjà participé à l’enquête démographique portant sur l’ensemble du Congo, entre 1955 et 1957. Il s’agit de remplir un questionnaire, en deux parties, destiné à cerner les aspects essentiels de l’évolution de Kinshasa. Dans le volet « démographie » figurent les coordonnées du ménage enquêté, la liste des membres qui le composent ainsi que les caractéristiques propres à chaque personne : sexe, lien de parenté, âge, ethnie, niveau d’instruction, migrations, degré d’occupation, activité et données rétrospectives sur la fécondité. La partie « habitat » s’attache à la qualité des constructions, à leur équipement (eau, éléments de confort et d’hygiène), au nombre de pièces et au statut d’occupation.

  • 129 Témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 février 2013. Et de citer à nouveau Henri (...)

« Maurice Ducreux avait certainement amené des modèles de fiches antérieures, mais la fiche de Kinshasa a été discutée et mise au point à Kinshasa, avec du personnel congolais mais surtout avec des cadres divers, de l’administration, des coopérations (souvent d’anciens administrateurs) et des universitaires129. »

64La mise au point du questionnaire est déjà faite quand Léon de Saint Moulin entre dans l’équipe de direction de l’enquête et devient la cheville ouvrière des tableaux de dépouillement et d’analyse des données sur les migrations, en dialogue avec de multiples interlocuteurs, dont des membres de la pastorale de l’Église catholique. Les personnels de l’éducation nationale et du Bureau de l’enseignement catholique ont fourni les données de comparaison et les indications nécessaires à la bonne lecture de ces données préalables à la rédaction du chapitre sur la scolarisation. Enfin :

  • 130 Idem.

« Pour les activités économiques, il est possible que Maurice Ducreux ait dialogué avec ses amis de la MDF présents à Kinshasa et qu’il ait obtenu par eux des informations de diverses sources administratives. Mais tout ce monde « français » que vous évoquez était très peu compétent sur Kinshasa et c’est avec divers cadres, souvent étrangers, de l’administration de l’État ou de grandes sociétés, que les échangés ont été établis130. »

65La mise en page permet aux enquêteurs d’inscrire des renseignements soit « en clair », soit en chiffres. Après vérification, les réponses sont définitivement codées pour être facilement traitable, sur place, par la mécanographie. 86 546 cartes, codées sur 50 à 63 colonnes, sont ainsi perforées par les services mécanographiques de l’INS entre janvier et juin 1968. Après plus de 200 heures d’un travail sur ordinateur achevé en mai 1969, la publication définitive des résultats intervient deux ans après le début des enquêtes.

66Après le départ de Maurice Ducreux, Léon de Saint Moulin poursuit sa collaboration ininterrompue avec l’IGC en contribuant à l’édition d’un plan actualisé au 1/10 000e s’étendant de Kinsuka à l’aéroport de la Ndjili et jusqu’au sud de l’université Lovanium. En 1970, le même Institut dessine, par restitution précise, la rive sud-est du Stanley Pool sans toutefois que la toponymie ne soit mentionnée. C’est à sa réintroduction minutieuse que Léon de Saint-Moulin va s’atteler en mobilisant des entretiens oraux avec des chefs coutumiers et de vieux habitants de Kinshasa :

« L’étude des anciens villages des environs de Kinshasa présente de multiples intérêts. Pour la période précoloniale, elle est un des meilleures approches possibles de la vie économique et sociale de la rive sud du Stanley Pool. De 1880 à 1960, elle est un des moyens privilégiés pour apprécier les transformations de la société congolaise au contact des techniques et du rythme de vie introduits par les Européens. à l’époque strictement contemporaine, enfin, elle est encore une clé indispensable de l’histoire sociale, car l’image que les Kinois se font de l’autorité reste profondément marquée par les usages traditionnels et, d’autre part, les chefs coutumiers continuent de jouer un rôle important, notamment dans la distribution des parcelles » (Saint-Moulin, 1971, p. 83).

67Toutefois Léon de Saint Moulin réfute l’idée d’un réemploi d’une cartographie missionnaire stricto sensu (Vasquez, 2011) et tient à préciser :

  • 131 Courrier de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013. Les cartes produites par les mission (...)

« Le type de relations entre l’Église et l’État y était très différent de celui des territoires dépendant de la France. Des missionnaires, protestants et catholiques, ont été associés aux missions cartographiques officielles, notamment pour la délimitation des frontières. Mais l’Église a produit peu de cartes de façon indépendante131. »

  • 132 René de Maximy, Travaux et documents de l’ORSTOM, no 176, 1984 [http://horizon.documentation.ird.f (...)
  • 133 Cf. Lusamba Kibayu Michel, « Portrait des quartiers populaires à Kinshasa (RDC) : un territoire, u (...)
  • 134 René de Maximy fait sa thèse sous la direction du géographe Michel Coquery que Maurice Ducreux a c (...)
  • 135 Les abattis sont des défrichements agricoles traditionnels, réalisés le plus souvent en marge de l (...)

68Sollicité des décennies plus tard pour évoquer le travail et la mémoire de Maurice Ducreux, Léon de Saint Moulin reconnaît bien volontiers la postérité de sa méthodologie et des données engrangées à cette époque. Marc Pain et René de Maximy fonderont aussi leur carrière ultérieure, au sein de l’ORSTOM/IRD, sur les résultats de ces travaux. Ils ont d’ailleurs mentionné deux fois – à notre connaissance tout au moins – ce qu’ils doivent au travail de Maurice Ducreux et Léon de Saint Moulin dans le Bulletin de la société languedocienne de géographie, en 1982, et dans Kinshasa Ville en suspens. Dynamique de la croissance et problème d’urbanisme. Approche socio-politique, en 1984132. Embauchés tous deux par le BEAU au début des années 1970, ils publient rapidement un Atlas de Kinshasa en 1974-1975 qui sert, aujourd’hui encore, de fond cartographique de références aux publications scientifiques133, puis soutiennent une thèse sur Kinshasa (Pain, 1978-1979, Maximy, 1983134) qui leur permet d’intégrer l’ORSTOM avant de devenir tous deux directeurs de recherche. Aujourd’hui encore, soulignons, à la suite de Léon de Saint Moulin, combien la combinaison de la photographie aérienne et/ou satellitaire désormais avec l’enquête de terrain est toujours au cœur des démarches et productions scientifiques des chercheurs de l’ORSTOM (devenu IRD), que ce soit pour des enquêtes à caractère épidémiologiques et sanitaires ou encore, par exemple, pour mesurer l’étendue des abattis135 de Guyane française (Tsayem Demaze, 2008).

  • 136 Un an après ce courrier de 1976, le 30 décembre 1977, Maurice Ducreux écrit à nouveau ceci à son a (...)
  • 137 Le texte que Léon de Saint Moulin lui avait expédié est paru dans Zaïre-Afrique 17 (1977), no 111, (...)

69De retour en France, Maurice Ducreux cultivera à distance et par des courriers réguliers son amitié avec Léon de Saint Moulin. La longue lettre qu’il lui envoie, le 16 octobre 1976, témoigne de son intérêt persistant qu’il tente de mette à jour par des contacts, des lectures et la participation à des stages organisés par le SMUH136, non seulement pour Kinshasa et son devenir, mais pour le Tiers-Monde en général. Il réagit alors à une note que lui a fait parvenir Léon de Saint Moulin sur les perspectives de croissance démographique au Zaïre137 et lui envoie en retour une note d’intention qu’il vient lui-même de rédiger pour la revue Urbanisme qui doit consacrer un numéro sur l’Afrique au début de l’année 1977. Ducreux envisage d’aborder les politiques nationales en matière d’aménagement et d’urbanisme en les illustrant par des études de cas sur des villes ou des régions, avec, en sous-thème, une analyse des relations entre aménagement du territoire et plan de développement économique et social, politique foncière, politique de l’habitat, aspects financiers, ou encore comment se se développent ou régressent les établissements spontanés, etc. à cette date, M. M’Buyi, premier architecte congolais diplômé en aménagement du territoire à devenir Directeur de l’urbanisme au ministère de l’aménagement du territoire et urbanisme, prépare aussi un article :

  • 138 Le texte de Maurice Ducreux, intitulé « Croissance urbaine – Croissance démographique de Kinshasa  (...)

« En effet, depuis 1969 par quelques voyages à l’étranger, (Asie, brève mission en Algérie, par la participation au SMUH, par des lectures et conversations), je suis resté au courant des problèmes du Tiers Monde. Mais j’en suis loin et ce n’est pas facile de résumer une situation en quelques lignes. En écrivant, j’ai senti que je n’étais plus compétent. Je sais d’ailleurs qu’il y a beaucoup de gens sollicités pour une participation à ce numéro d’Urbanisme. Personnes vivant sur place, ou d’autres en France. Et il n’y a que 2 ou 3 articles d’écrits. Tous éprouvent des difficultés138. Donne-moi très franchement ton avis sur ce texte qui ne donne rien sur les aspects politiques, économiques, planificateurs de l’aménagement du territoire et sur ce qui se passe effectivement sur les lieux et dans les comportements. »

70Il livre son sentiment sur la croissance urbaine mondiale et les interrogations, restées sans réponses, que ces voyages et la lecture de l’article de son ami suscitent en lui :

« Je crois en effet au développement des agglomérations mais ce phénomène m’inquiète. À partir d’un certain seuil, surtout s’il existe des déséquilibres économiques, la croissance entraîne une paupérisation et une marginalisation des groupes les plus démunis économiquement, culturellement, politiquement. Je me souviens de Bangkok et pense aux violences actuelles. Mais je le comprends bien, ces réflexions ne sont pas dans la ligne de ton développement et ce que tu présentes a l’avantage de faire réfléchir sur les bouleversements à venir et qui très probablement viendront. En page 15 tu abordes le problème des hiérarchies : centres principaux, centres secondaires. Je crois que cela serait à développer. En effet dans un pays aussi vaste et démuni de moyens et d’axes de communication, la croissance urbaine risque de se porter sur les pôles existants et dominants. Je pense alors aux villes de l’Inde. Je me suis arrêté quelques heures à Bombay. Cette ville en croissance est incapable de supporter sa population. Par contre, en Thaïlande les villages font au minimum 5 000 habitants et les gens parlent encore de villages pour 20 000 à 30 000 habitants. Une politique d’aménagement d’un territoire aussi vaste que celui du Zaïre pourrait-elle favoriser, à côté de quelques grands pôles dominants, des concentrations modestes mais bien reliés entre elles. Est-ce possible économiquement ? Cela coûterait-il cher ? Cela correspond-t-il à un mode de vie souhaité, souhaitable ? Sur quel type d’action asseoir ces centres ? »

  • 139 Cf. [http://www.fnau-international.org/] qui édite régulièrement une Lettre, téléchargeable.
  • 140 Cf. entretien de l’auteur avec Michel Arnaud.
  • 141 Cf. [http://www.urbalyon.org/Similaire/Web TV Mathewos Asfaw-Patrice Berger-Addis Ababa-english ve (...)
  • 142 Informations extraites de l’entretien téléphonique retranscrit de Michel Arnaud avec l’auteur du 1 (...)

71Cet épisode du travail et de la réflexion de Maurice Ducreux au sein d’un organisme (la MFU devenue BEAU) créé par Michel Arnaud, est pour nous l’occasion de souligner, une fois encore (Prévot, 2006 ; Prévot et allii, 2008) l’intérêt d’étudier, sur le temps long, certaines carrières pour mesurer leur influence sur la structuration, au sein du réseau des agences d’urbanisme (FNAU-International139), d’une coopération décentralisée qui ne cesse de prendre de prendre de l’importance dans l’activité de certaines d’entre elles. Il faut ici envisager leur mobilisation dans ce domaine, renforcée depuis le passage de Charles Josselin au ministère de la coopération sous le gouvernement Jospin (1997-2002)140, comme un outil de la politique des collectivités locales (villes mais aussi régions, parisienne notamment avec l’IAURIF). Les agences s’inscrivent depuis longtemps dans un réseau d’institutions internationales plus vastes. Les grandes villes (Paris avec l’APUR, ou Lyon) puis moyennes (Dunkerque avec l’AGUR) vont utiliser leurs agences d’urbanisme comme un outil d’influence et de rayonnement, manifestant une prise d’autonomie par ce biais, avant même la décentralisation. Tous ces terrains qui vont de l’espace méditerranéen à l’Afrique sub-saharienne, l’Asie du sud-est ou l’Amérique latine, seraient à prospecter afin de saisir, en profondeur, comment se sont réalisés les phénomènes d’importation/exportation des normes et des savoirs dont les agences et leurs agents sont des opérateurs. L’action de Michel Arnaud est ainsi liée à la carrière de Patrice Berger, architecte de formation141. Ils se sont connus en 1975 au Burundi comme coopérants. Ils se retrouvent bien plus tard, lorsque Patrice Berger ouvrant des chantiers de coopération avec Addis Ababa au sein du Grand-Lyon, propose à Michel Arnaud, qui avait autrefois travaillé sur le schéma directeur de la capitale éthiopienne, de repartir là-bas, en décembre 2000, à l’occasion de la conférence « Urbanisation et développement », dans le cadre de la présentation du Master Plan de la ville par l’agence d’urbanisme. La coopération se prolonge, un an plus tard, par la participation à un atelier sur « la gestion de villes majoritairement pauvres et informelles en forte croissance », organisée par l’ambassade de France à Addis-Ababa et l’Association des économistes éthiopiens, bientôt suivie, en février 2003, d’une mission auprès du Gouverneur-Maire d’Addis-Abbaba dans le cadre, précisément, d’une coopération décentralisée avec l’agence d’urbanisme lyonnaise et le ministère des Affaires étrangères pour la définition d’une politique d’habitat142.

72Si l’histoire du BERU témoigne de ce que la création d’agences d’urbanisme sur le territoire métropolitain doit à l’expérience fondatrice de l’Agence du Plan d’Alger (Malverti, 1992 ; Baudoui, 2003 ; Deluz, 1988 ; Celik, 1997 ; Cohen, Oulebsir et Kanoun, 2003), de telles trajectoires sont de nature à conforter les analyses du déploiement outre-mer de l’urbanisme européen et français depuis l’entre-deux-guerres mais aussi du retour d’expérience en métropole (Barraqué en Marié, 1988 ; Marié, 1989 ; Fredenucci et Claude, 2004 ; etc.).

  • 143 Cf. supra, chapitres IV et V.

73De retour en France, Maurice Ducreux, qui n’a pas directement vécu la déflagration de mai 1968143, réintègre difficilement un BERU traversé par une crise de croissance et une crise idéologique qui renvoient, pour partie, au changement de taille de l’organisme mais aussi à des interrogations existentielles sur son statut de coopérative ouvrière de production et sur la nature des prestations fournies, dans un contexte de contraction de la commande étatique ou bancaire en matière de logement de masse notamment (ZUP) et de concurrence d’organismes d’études parapublics et décentralisés (agences d’urbanisme, etc.) que le BERU a bien souvent contribué à créer et à outiller.

Divergences d’appréciation sur le devenir du statut coopératif au BERU et sur la nature des prestations à fournir, « fin du BERU à papa » et départ de Maurice Ducreux et ses amis proches pour fonder l’UDRA/ESA

  • 144 « Il reviendra en disant qu’on lui avait changé la France sans le prévenir... Il se ressentait dev (...)

74C’est d’abord sous l’influence conjuguée des événements de mai 1968 – que Maurice Ducreux n’a donc ni vécus, ni véritablement compris, insistons sur ce point144 –, et d’un regain d’attrait et de mise en valeur du statut primitif de coopérative ouvrière de production en ces temps où l’autogestion devient le maître-mot de nombreux partis et syndicats de gauche (Georgi, 2003), qu’un accord d’entreprise spécifique au BERU et très favorable aux salariés, est négocié puis signé le 22 mai 1970.

  • 145 Dans l’entretien que Bernard Barraqué a accordé en 2012 à la revue d’histoire du ministère de l’éc (...)

75Si l’on en croit le long témoignage de Bernard Schaefer, son préambule affichait l’intention de « faire en sorte que le principe définissant le BERU comme une société ouvrière de production soit une réalité pour tous ». En précisant que « chaque membre du personnel, sans exception, a vocation à être coopérateur », ce qui implique notamment « un droit de contrôle » sur le fonctionnement et la gestion de l’entreprise, ainsi qu’une « participation individuelle au capital social constitué avec l’aide du BERU ; l’objectif actuel étant de rendre cette participation égale à une année de salaire, le but ultérieur étant de la rendre égalitaire ». Parmi les dispositions favorables, Schaefer insiste sur des clauses de licenciement particulièrement protectrices pour les salariés145. Il en donne pour preuve ces dispositions qui traduisent une forte volonté de solidarité :

« Un licenciement collectif ne peut avoir lieu qu’après consultation du comité d’entreprise qui émet des suggestions sur les (autres) solutions possibles : réduction du temps de travail, mise à pied par roulement... La décision de licenciement collectif est du ressort du CA. Elle doit être soumise dans un délai d’un mois à une AG extraordinaire des coopérateurs. »

76Et Schaefer de pointer le montant des dédommagements :

« Indépendamment des indemnités compensatrices de préavis..., le salarié percevra une indemnité de licenciement égale à 1/12 de mois de salaire par mois de présence après la période d’essai, avec un maximum d’un an de salaire. [...] L’indemnité est majorée de 50 % pour un licenciement intervenant après 40 ans, et de 100 % pour un licenciement intervenant après 50 ans. »

77À l’en croire, l’enjeu est double : d’une part indemniser généreusement un salarié licencié et, d’autre part, inciter l’entreprise à rechercher, voire à tester le maximum de solutions envisageables, moins coûteuses, si possible en préalable au licenciement : soutien à un salarié aux performances insuffisantes, formation complémentaire, replacement dans une autre équipe, partage de travail... Ce qui fut fait, affirme-t-il (Schaefer, op. cit., p. 57-60).

  • 146 Le BERU mène une étude en effet dans le Pas-de-Calais, en compagnie d’Anatole Kopp. Cf. supra.

78Les deux notes retrouvées dans les archives de Maurice Ducreux nuancent cependant le tableau quelque peu irénique brossé par Bernard Schaefer. Dans les faits ce dernier fut d’ailleurs contredit par une série de tensions de fond que le renversement de conjoncture sur le marché des études urbaines vint immanquablement renforcer. Si l’on porte crédit au contenu de la note de décembre 1970 de Maurice Ducreux aux membres du CA, certaines des dispositions contenues dans les accords signés en mai 1970 ne sont déjà plus appliquées quelques mois à peine après leur signature. A priori, il semble vouloir s’en tenir à la seule question des congés en détaillant très précisément la charge de travail qui fut la sienne au cours des trois années passées. En additionnant ses contrats entre le 31 mars 1967 et le 16 juin 1969, il a passé 544 jours en Afrique. Il rappelle son accord de principe pour que ses congés normaux soient pris en fonction des disponibilités résultant d’un rythme de travail dans un contexte différent ; ainsi ses vacances de 1970 ont été reportées sur l’année suivante, car l’opération dont il avait la charge devait être mise en place avant la saison des pluies. Il est ainsi parti en juillet sans pouvoir prendre de vacances. En 1968 déjà, il n’a pris qu’une semaine de repos, en hiver. En juillet 1968, la poursuite de l’opération réclamait que son absence du Congo fût brève. Il n’a pris qu’un mois de congés en août pour préparer le travail de septembre où il est reparti au Congo. En 1969 cette fois, il est revenu avec les documents à mettre en forme pour une publication qui ne devait souffrir aucun retard. Il attendait pourtant encore des informations complémentaires de Kinshasa mais la mise au point du rapport réclamait sa présence à Paris. De nouveau il ne prit que trois semaines en août. En octobre 1969 et à la fin de l’année 1970, il put toutefois prendre le reste des jours de vacances normales acquis depuis 1967. Enfin, en 1970, sa charge de travail l’a conduit à travailler sans prendre de congé jusqu’au 13 juillet, car il était impératif d’achever les études sur le bassin minier146 et d’entreprendre sans délais une étude commerciale sur Rouen, avant d’enchaîner avec la Mission d’études de Basse-Seine (MEBS). Si l’ensemble de ces précisions donne déjà un premier indice tangible du rythme de travail, Maurice Ducreux le relie très vite et explicitement à ce qui paraît être le véritable fond du problème, à savoir l’existence, dès cette époque, d’une gestion financière assez imprévoyante et de pressions internes, malgré tout, pour parvenir à l’équilibre financier des contrats.

  • 147 Archives personnelles de Maurice Ducreux, note du 30 décembre 1970.

« Je ne cache pas que le déficit possible sur le dernier contrat m’a mis mal à l’aise car depuis le début des opérations j’avais tout fait pour tenir dans les crédits. C’est ainsi que d’une part, l’acceptation du contrat sociodémographique en juillet 1967 a permis d’obtenir un avenant de 70 000 francs pour couvrir le déficit de l’étude précédente. D’autre part, sur les trois premiers contrats sociodémographiques (à Kinshasa) mon souci constant était de constituer une masse de réserve pour faire face éventuellement aux risques de l’achèvement. Chacun de ces trois contrats a dégagé des bonus substantiels mais à la fin de chaque exercice annuel du BERU, ces bonus n’ont pas été mis en réserve pour le Congo. Ce dernier contrat serait ainsi presque équilibré. Mais si on regarde l’ensemble des opérations il est évident que l’intervention au Congo, qui comportait des grands risques tant sur le plan technique que financier, s’est achevée de façon positive avec un bénéfice certain. Le travail est jugé de qualité et prouve la compétence du BERU dans ces domaines. L’ensemble de ces travaux reste largement équilibré. Pour atteindre ces buts, je me suis astreint à un travail intensif en Afrique. Pendant toute une période, j’ai consacré des nuits la mécanographie. Je n’ai distrait aucun jour pour voir, lors de mes déplacements, d’autres expériences africaines. J’ai perdu en 1967 l’occasion d’un voyage d’études aux USA. En 1970 j’ai rédigé, pour ne pas imputer de charge sur le dernier contrat, la communication demandée par le CNRS et un article pour une revue sur mes temps de loisir... Mon seul souci dans cette note est de fournir des éléments de jugement afin de savoir si sur le principe on considère comme normal et légitime une allocation de congés à la suite de telles missions. Je considère que la bonne marche du BERU est très dépendante du climat de confiance qui y règne. Je crois qu’il est bon de sauvegarder ce capital147. »

  • 148 Yvonne Leménager, à qui nous retranscrivions les propos de Jean-Pierre Portefait, s’est montrée to (...)
  • 149 C’est aussi le sentiment qui est ressorti de nos entretiens au siège de la MDF au Perreux-sur-Marn (...)

79Jean-Pierre Portefait nous a livré sa vision de Maurice Ducreux au sein du BERU, avec lequel il n’a par ailleurs jamais travaillé sur des contrats communs. S’il n’est évidemment pas exclu que les conflits, même peu conscients, accumulés à cette époque contribuent à forcer le trait, il n’est pas exclu non plus qu’il ait vu juste148, pas plus qu’il n’est exclu que Maurice Ducreux ait été, pour certains au moins, de commerce difficile149. À ses yeux, ce dernier était en quelque sorte « l’hôte du BERU », il y avait « son intendance », y trouvait les modalités pratiques et les conditions matérielles qui lui permettaient « de faire ce qu’il voulait ». Portefait dépeint un Ducreux assez peu enclin à l’autodérision, pourvu d’incontestables qualités intellectuelles, dont il avait conscience, mais « tout sauf logique », que l’opérationnel n’intéressait pas, essentiellement préoccupé qu’il était par « le fonctionnement de sa propre pensée » et la mise au point de dispositifs de recherche, « ses bidules » comme il aimait à les appeler.

80De son côté, Bernard Schaefer a rendu compte des premières difficultés révélées par le départ de Max Stern du BERU, en 1968, suite à sa décision de rejoindre le cabinet d’Albin Chalendon :

« En 1968, lorsque Max Stern est appelé comme conseiller au cabinet d’Albin Chalandon, il démissionne de sa fonction de président du BERU, répondant ainsi à la forte réserve de la part de beaucoup de bérusiens. Hésitant à confier la présidence à André Pescayre et sur la suggestion de Jean-Pierre Portefait, il propose à Jean Baboulène de lui succéder. Celui-ci accepte, plus peut-être par devoir que par enthousiasme. Il gère “l’après mai 1968” et met en ordre la gestion économique et financière du BERU, à tous les niveaux de la société : de l’équilibre économique de chaque contrat à celui de l’ensemble du BERU, incitant, chacun pour ce qui le concerne, à une rigueur gestionnaire ; il incite d’ailleurs aussi à la rigueur intellectuelle dans les analyses, diagnostics et propositions que chacun peut-être amené à faire dans son travail technique. Mais il est contesté par certains, notamment sur cette rigueur » (Schaefer, op. cit., p. 28-29).

81Schaefer désigne nommément Bernard Archer parmi les contestataires les plus actifs :

« Bernard Archer fut de ceux qui exigèrent une nouvelle présidence, “l’évacuation” de Max Stern et, donc, l’arrivée de Baboulène. Bernard Archer avait aussi des difficultés à se caler sur l’état d’esprit des études menées par le BERU... La manière dont Baboulène présida le BERU fut aussi pour lui un motif de déception : trop d’esprit comptable, pas assez d’enthousiasme et de motivation, trop d’acceptation des contraintes du marché, trop de poids donné au sein du BERU à ceux qui avaient davantage prise sur le marché (principalement André Pescayre et Jean-Pierre Portefait), ce qui conduisait selon lui à “recréer du capitalisme” à l’intérieur de l’entreprise. Mais il n’avait pas d’alternative convaincante à proposer » (Schaefer, op. cit., p. 33).

  • 150 Nous n’en avons retrouvé aucun exemplaire dans les archives de Maurice Ducreux ; Marc Wiel n’en a (...)
  • 151 Schaefer cite le no 36 d’octobre 1973, exclusivement consacré au Chili après le coup d’État du gén (...)

82Pour tenter de trouver un exutoire aux tensions internes, un Bulletin intérieur du BERU (BIB)150 est lancé dans la foulée de 1968151, élaboré à l’initiative de quelques volontaires et diffusé sous la responsabilité du comité d’entreprise entre mars 1969 à mars 1975. Le ton en était semble-t-il très libre ; on y trouva donc de tout y compris les humeurs noires et les invectives.

83En 1971, quelques semaines après sa première note de décembre 1970, Maurice Ducreux approfondit son analyse de la vie interne du BERU dans un deuxième texte, copieux, dont nous ignorons le ou les destinataires, mais dont le caractère pédagogique de certaines explications inciterait à penser qu’il s’adressait à la MDF :

  • 152 Archives personnelles de Maurice Ducreux, note de 1971, sans date précise.

« Le milieu est complexe. Le climat de camaraderie et de dialogue entre gens qui se connaissaient et avaient milité ailleurs avant de monter le BERU n’existe plus. Ce style représente maintenant ce que l’on appelle “le BERU à papa”. La vie du BERU est maintenant le fait d’un jeu de relations et de pressions entre groupes constitués soit par affinités, soit par une tâche commune, soit et surtout en fonction de la liberté d’initiative dont on peut disposer dans la production et de la place dans la hiérarchie permettant, ou non, d’influencer la politique générale du BERU... Par ailleurs un malaise profond, et qui sera analysé plus loin, touche les cellules d’études d’urbanisme : que faisons-nous ? à quoi servons nous ? Une journée de réflexion a été demandée à l’unanimité à l’AG pour nous redéfinir à l’intérieur du BERU en fonction du marché et des problèmes d’aménagement152. »

84À sa manière Ducreux relate assez justement la nature des tensions qui s’aggravent au sein du BERU au cours de l’année 1971, et dont le BIB se fit l’écho. Au tout début de l’année, Jean Baboulène, encore PDG, utilise en effet le BIB pour faire un rappel à l’ordre sur le temps effectif de travail et sur la nécessité de comportements responsables ; la revendication existe alors, relate Bernard Schaefer, d’institutionnaliser l’horaire libre mais sans contrôle. Patrice Rauzser y répond, deux numéros plus tard : « Au sortir du tourbillon sternien [...] le BERU a remis son sort entre les mains d’un comptable providentiel. » Le premier semestre 1971 voit à nouveau le BIB publier des articles alarmistes : « Le BERU est-il gravement malade ? » (René Porte) et « à propos du malaise » (Bernard Archer), ou encore « Réflexion sur le BERU » (Marc Wiel) (Schaefer, op. cit., p. 46). Les enjeux relèvent tout particulièrement de l’attitude à avoir vis-à-vis du marché et de ses conséquences sur le fonctionnement interne. Que le BERU investisse dans et l’innovation et la recherche, telle est revendication récurrente, ce qui suppose de moins « coller » aux demandes des clients identifiés et de réduire les taux de facturation, au moins pour les contrats de recherche : « Mais il n’était pas dit à quoi et comment il convenait de répondre, qu’il s’agisse de recherche ou d’innovation » estime pour sa part Bernard Schaefer.

85Pendant ce temps, le comité d’entreprise et la section syndicale rédigent des textes appelant à une politique salariale nouvelle, essentiellement tournée vers la réduction de l’éventail des salaires et une politique de formation accompagnant les revendications salariales, ce que réclament aussi les deux principaux syndicats de bureaux d’études que sont la CFDT et la CGT. Les griefs exposés par Maurice Ducreux dans sa note au CA de décembre 1970 sont aussi, et très prosaïquement, révélateurs d’une situation financière du BERU en train de se dégrader. En juillet 1971, André Pescayre annonce en effet dans le BIB l’impossibilité de payer le demi 13e mois prévu du fait du retard de paiement d’un important contrat en Algérie. C’est la première alerte financière sérieuse depuis les quelques difficultés de trésorerie des débuts.

86Dans cette note de 1971, Maurice Ducreux soulève par ailleurs une question centrale, dont la pertinence et l’actualité ne se sont jamais démenties depuis, à savoir le rapport entre le coût des études et le temps passé à les réaliser dans un contexte déjà très concurrentiel. C’est en effet d’abord autour de la facturation des études qu’une bonne partie des débats se cristallise. Maurice Ducreux se livre à un exercice explicatif :

  • 153 Archives personnelles de Maurice Ducreux, note de 1971.

« Pour qu’un bureau puisse équilibrer son budget et se développer on admet actuellement que son chiffre d’affaires doit approximativement correspondre à la masse des salaires multipliée par 3,5. Dans ces conditions, sur une étude de 70 000 francs, par exemple, 20 000 francs sont réservés aux salaires. Une telle étude devra donc être réalisée environ en deux mois si une équipe de trois personnes travaille à mi-temps sur ce sujet. Cette équipe de trois personnes est animée par un chargé d’études qui porte, avec le groupe, la responsabilité financière du contrat. L’organisation de la recherche et le planning d’exécution doivent permettre de rester dans le cadre des crédits. Un système de comptabilité industrielle aboutit à appliquer à chacun un taux de facturation permettant de budgéter les opérations en évaluant les coûts des interventions. En cas de déficit, il n’y a pas de sanction immédiate, mais l’objectif du chargé d’études est d’aboutir en fin d’année, avec les différents contrats dont il a eu la charge, à équilibrer son budget. Celui qui présenterait des déficits constants, non compensés, se trouverait dans une situation difficile : pas de promotion et, à la limite, incitation au départ153. »

87Pour sa part, Marc Wiel met au crédit de Jean Baboulène d’avoir redressé financièrement le BERU en veillant à ce que chacun soit loyal avec la structure, c’est-à-dire ne fasse pas de déficits sur ses contrats :

  • 154 Cet extrait et les informations qui suivent sont extraits d’un témoignage écrit envoyé à l’auteur (...)

« Cette méthode du recours à la comptabilité analytique et cet impératif de non déficit était structurant de nos rapports sociaux en interne (comme d’ailleurs en externe également). Jean Baboulène avait augmenté sérieusement ces taux pour éponger les déficits accumulés. Mais cela avait renforcé l’aspect hiérarchique de la structure. Dans une certaine optique, accepter des taux élevés était bien vu puisque c’était jouer collectif et pour certains cela justifiait bien des rémunérations individuelles équivalentes à celles qui étaient pratiquées ailleurs pour les mêmes responsabilités154... »

88Ceci étant, Marc Wiel reconnait que cela revenait à établir trois catégories de personnes dans la structure avec, au sommet de la hiérarchie, ceux qu’il nomme les « seniors-seigneurs » :

« Au sein des seniors, il y avait diverses situations ou comportements. Chercher ou non le contrat juteux. Le contrat juteux était le contrat “conseil” qui renvoyait à des contrats généralement courts et fortement personnalisés. Ou bien il s’agissait de mettre en place des contrats répétitifs, industrialisables pourrions nous dire... à l’opposé il y avait des seniors plus attachés au fond, à l’invention, à la recherche, au cousu main en intégrant les contraintes des clients. Le taux élevé de facturation avait comme conséquence de se spécialiser plus, et pour ne pas faire de déficit de ne partager son contrat que pour autant que la prestation donnée par un autre membre du BERU était réputée “vendable” par le responsable du contrat. Cela pouvait être stimulant mais cela pouvait aussi pourrir l’ambiance interne... Nous internalisions ainsi les contraintes du marché. »

89Remarquons la similarité de la chronologie et du constat établi par Benoît Pouvreau concernant la vie interne de l’autre coopérative ouvrière de production qu’est l’AUA. Si les luttes politiques de mai 1968 resserrent provisoirement les rangs :

« Le malaise, profond, s’enracine dans une pratique collective déjà longue au sein d’une structure coopérative dont les statuts et règles de fonctionnement conviennent de moins en moins à des personnalités aux revenus fort différents. En 1972 le groupe tente une “psychanalyse collective” pour mettre fin aux conflits qui dominent désormais la vie de l’Atelier... » (Pouvreau, 2006).

90Le témoignage a posteriori de Marc Wiel recoupe les remarques faites par Maurice Ducreux dans cette note de 1971 :

  • 155 Extrait de la note de Maurice Ducreux de 1971.

« Devant la gamme des études proposées à notre bureau, les possibilités de choix ne sont pas égales pour tous. Certes les études sont réparties selon les compétences de chacun mais aussi en fonction des nécessités d’occuper chacun. De plus, à l’expérience on sait, devant une définition de contrat, si le projet est faisable ; s’il est intéressant et surtout s’il est équilibré financièrement. Or quelqu’un qui se trouve en sous-charge pour des raisons conjoncturelles est bien souvent obligé de prendre les contrats difficiles ou risqués, alors que celui qui a en charge plusieurs études intéressantes peut sélectionner. En fait, la distinction entre les membres du BERU est fonction de ses possibilités d’initiative dans l’attribution des travaux. Ce problème de répartition est réglé au niveau du CA, il en résulte parfois des attributions préférentielles selon les affinités et les groupes et, pour certains, des situations de sous-charge artificielles. Ceci provoque dans le groupe un certain climat de concurrence favorisant, à la limite, l’individualisme et la réussite personnelle155. »

91Maurice Ducreux décrit là, en partie déjà, la situation de la seconde catégorie, ceux que Marc Wiel appelle rétrospectivement « les juniors-vassaux » :

  • 156 Témoignage écrit de Marc Wiel du 12 mars 2013.

« C’était ceux qui n’accédaient que peu à la prospection des contrats mais faisaient un travail technique désigné comme productif, imputable, donc qui avait un taux de facturation mais plus faible que les seniors, comme leur salaire d’ailleurs. Ils étaient fréquemment dans la mouvance d’un senior, quelque fois à cheval sur plusieurs seniors (mais rarement) et évoluaient très vite en rémunération dés qu’ils pouvaient s’approprier un marché (un champ technique et ou un réseau de clients). Ainsi se construisait tout un jeu de compétition/coopération interne entre les individus dont n’était pas exempts les rapports de sympathie ou les affinités intellectuelles (ou leur contraire)156. »

92Restait la troisième catégorie, celle dite des « improductifs » :

« Il s’agissait des secrétaires et dessinateurs ou du personnel affecté à l’administration générales (compta par exemple). Tout l’art était de réduire cette partie de coût... D’où une forte pression dans ce sens. Ce personnel était réputé un facteur d’alourdissement... pour des gens qui étaient bien mieux payés qu’ailleurs mais en travaillant généralement plus... Comment juger ? Là encore un fort système affinitaire liait productifs et improductifs. Le débat théorique se focalisait toujours sur la notion d’improductivité réputée idéologiquement très connotée. »

93Bernard Archer confirme lui aussi, à sa manière, l’existence d’une hiérarchie au sein du BERU :

  • 157 Cf. infra et témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 16 janvier 2013.

« Bien que sous forme de coopérative, le BERU s’organisait en strates qui ne correspondaient pas exactement au principe d’égalité de tous dans les débats internes. Pour ma part, étant administrateur et directeur d’études, j’appartenais à la petite “aristocratie” que le contrôle des relations avec les donneurs d’ordre assurait de sa pérennité. À partir de mai 1968, un certain nombre de chargés d’études ont réclamé plus d’autonomie et instruit une critique de notre organisation à laquelle j’ai été très sensible. Mes rapports personnels avec Max Stern en ont été changés. Ensuite, lorsque Max prétendit entrer au cabinet d’Albin Chalandon sans rompre ses attaches avec le BERU, je m’y suis opposé, le contraignant à transmettre sa présidence à Jean Baboulène (venu, pour cela de la COFROR) et à promouvoir André Pescayre au poste de directeur général157... »

94Marc Wiel rend compte de ce second point de crispation, intimement lié au premier :

« Les débats tournaient le plus souvent autour de notre statut coopératif... La coopérative avait été un choix de personnes qui se connaissaient bien, étaient peu nombreuses et Max Stern en était le chef naturel. 68 conjuguait sans doute plusieurs choses, la première un séisme idéologique sociétal, une critique radicale de l’urbanisme d’inspiration étatique ou capitaliste et, dans le cas du BERU, une crise de croissance qui renvoyait à un changement de taille de l’organisme. Que voulait dire être en coopérative ? Quelle ambition traduisait-elle ?
Il y avait une diversité de thèses. Celle de Jean-Pierre Portefait, et derrière lui probablement d’André Pescayre même s’il s’exprimait avec plus de nuances, était que le statut coopératif était surtout pour nous la chance de l’indépendance de penser. Cette indépendance était individuelle autant que collective, c’est-à-dire que nous n’avions pas besoin d’être d’accord sur tout, entre nous. Dans cette optique, le marché était à bien prendre en compte et restreignait nos choix. Il fallait de la rigueur, donc, veiller à la concurrence, ne pas laisser partir les meilleurs (ceux qui ramenaient les contrats), les payer suffisamment, etc. Et finalement on pouvait se demander pourquoi il y avait une section syndicale ? S’il y en avait une il fallait qu’elle se pense plus co-gestionnaire que seulement critique et revendicative... Ce n’était pas obligatoirement une pensée droitière. En tout cas elle s’en défendait... Mais elle se voulait surtout réaliste. On ne fait pas ce qu’on veut...
Cette question de l’indépendance de la coopérative (par rapport aux banques, voire aux clients) intéressait surtout les seniors. Pour les autres, la question était plutôt sociale. Être en coopérative, c’était accepter de résister au marché et donc de promouvoir une pratique collaborative forte et une moindre hiérarchie dans le partage du travail qui devait se traduire par le salaire. Il y avait sans doute de façon latente une référence de type autogestionnaire. Mais où s’arrêter... »

95Maurice Ducreux dissèque le « petit milieu » qui l’entoure et, pour la première fois dans les notes retrouvées, ne mâche pas ses mots. Il établit par ailleurs un lien explicite entre l’état du marché et la nature de plus en plus dupliquée/standardisée des prestations fournies par le BERU, en France comme à l’étranger :

  • 158 Archives personnelles de Maurice Ducreux, note de 1971.

« La conjoncture politique et économique actuelle ne favorise pas la réflexion personnelle et de groupe ; les actions se font au coup par coup. Le BE cherche à tenir sur le marché et tenir le chercheur dans son bureau et ainsi on se trouve coupé de la réalité. Le milieu s’octroie facilement dans cette situation d’isolement une prime d’intelligence que les autres ne peuvent acquérir... Sous le vocable si souvent employé d’équipe pluridisciplinaire se cache un comportement souvent individualiste très centré sur le cas de sa promotion personnelle, et les problèmes de groupe deviennent alors très fréquents dans ce petit milieu qui se croit large. Il est vrai que l’évolution actuelle ne tend pas à favoriser le travail d’équipe. En effet, normalement, l’étude d’un sujet complexe et utile à la société des hommes nécessite une équipe composée de disciplines diverses et d’un temps suffisant pour rassembler l’information, la traiter et l’exprimer par des rapports et des plans élaborés avec un certain recul. Or l’évolution du marché actuel fait que des contrats de 150 000 à 200 000 francs sont de plus en plus rares. Dans ces conditions, la part des recherches nouvelles est forcément limitée et les relations du groupe deviennent utilitaires. Les solutions proposées tendent à appliquer des normes admises ; on coule les propositions dans des modèles en se référant à des opérations similaires. Il y a alors plus imitation et reproduction qu’invention. Ceci explique les raisons pour lesquelles les solutions d’urbanisme proposées se traduisent de plus en plus par les mêmes produits malgré la différence des contextes. Nous reproduisons des modèles et nous les exportons même tout faits à l’étranger dans les pays du tiers-monde158. »

96Des décennies plus tard, le témoignage de Bernard Archer abonde dans le sens de la charge portée par Maurice Ducreux :

  • 159 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 16 janvier 2013.

« Dans le même temps, la mise en place des instruments de la Loi d’Orientation Foncière, avec la création des GEP et du STCAU, l’apparition du marché des POS et l’implication du BERU dans la mise au point d’une méthodologie omnibus pour les réaliser, ont profondément modifié le contexte des études urbaines. Dans ce domaine, le BERU allait inéluctablement passer d’une position de maître à penser et de conseil en stratégie à une fonction de prestataire de service pour la réalisation de produits standardisés. J’ai fait partie des irréalistes qui renâclaient à cette besogne, trop “commerciale”, disant qu’il fallait investir dans des domaines plus conformes à nos ambitions159. »

97Marc Wiel livre, rétrospectivement, ce point de vue :

« Dans cette phase, la position de Bernard Archer était claire. On ne peut pas être une coopérative au sens plein du terme, moins à cause du marché qu’en raison d’un trop grand écart idéologique entre les seniors. Chacun d’entre eux cultive son propre marché sans partager vraiment. Il faut se faire une raison et ne pas vouloir que le BERU soit de gauche. Il est un bureau d’étude comme les autres avec des gens idéologiquement divers. Il n’avait pas envie de travailler avec n’importe qui dans la structure. Le statut coopératif et “l’aura” qu’on lui prête étaient devenus de la poudre aux yeux. Du marketing finalement. Et, finalement, s’il ne se reconnaissait plus dans le BERU, il irait voir ailleurs. Donc du réalisme encore, mais un réalisme très différent de ceux qui insistaient sur la responsabilité du marché...
Maurice suivait Bernard mais à distance... Il était moins radical. Il était des fondateurs historiques. Tous ces conflits le désolaient... Il restait partisan d’une motion de synthèse pour coexister au mieux, sans trop y croire... »

98Marc Wiel, alors en poste dans l’antenne du BERU d’Aix-en-Provence, est appelé en 1972 par André Pescayre pour devenir administrateur et jouer ainsi un rôle de médiateur/modérateur, au centre de l’échiquier en quelque sorte. Wiel, comme Schaefer, représente alors la génération des trentenaires-techniciens qui accédait aux commandes et incarnait possiblement un renouveau de la structure, une réponse à sa crise de croissance et à l’éparpillement idéologique des « seniors » :

  • 160 Cf. supra, chapitre V.

« J’acceptais l’idée de la coopérative comme moyen d’indépendance tant individuelle que collective mais que le projet du BERU pouvait être, en interne, en jouant la transparence, de restreindre les tendances hiérarchisantes et, en externe, de veiller à la cohérence de son image progressiste. Il y avait une large majorité autour de ces deux idées évidemment difficiles à mettre en pratique... En fait dès le premier conseil d’administration auquel je participais (71 ou 72 je ne sais plus), il y eut une forte augmentation des facturations et de salaires concomitants. Je fus quasiment le seul à refuser les augmentations de salaire pour ne pas alourdir mon taux de facturation et garder une possibilité de recherche. Jean-Pierre Portefait refusa de se présenter comme administrateur, donc la négociation ne pouvait avoir lieu au sein du conseil. Il ne rentra dans le conseil d’administration qu’en 1975, je crois, quand j’en partais, considérant que je n’avais pas pu faire valoir l’orientation que je défendais. Je repartis à Aix en Provence cultiver mes contrats. Un an plus tard, c’était une grève très dure. Les responsables de la section syndicale débordée, m’appelèrent au secours. Un compromis fut trouvé car le BERU ne pouvait se permettre ce type de plaisanterie. Mais la cassure morale était consommée. Quand le BERU déposa son bilan en 1977, du fait que Barre avait raclé les fonds de tiroir des financements des études urbaines160, il n’y avait plus franchement d’envie de coexister, et chacun joua sa carte sur le marché. Le CODRA repartit à une trentaine et avec un autre statut d’entreprise, quand nous étions, je crois, 70 à sa fermeture après avoir frôlé la centaine en 1974. »

99Une fois encore, à près de quarante années de distance, il y a concordance, sur le fond, entre les analyses des amis d’hier. En effet, Léon de Saint Moulin nous a fait parvenir une lettre que Maurice Ducreux lui envoya, le 30 décembre 1977, dans laquelle il fait allusion au dépôt de bilan du BERU et à la création, par une minorité de son personnel – Jean-Pierre Portefait en tête – du CODRA :

  • 161 Courrier retranscrit et envoyé à l’auteur par de Léon de Saint Moulin le 17 avril 2013.

« Le BERU a déposé son bilan en juin. La fin de cette expérience est triste. Cette faillite est due naturellement au peu d’attention que la société porte sur les études urbaines non immédiatement rentables. Elle est due aussi à la dégradation interne des rapports entre les membres de la coopérative. La formule coopérative ne peut s’épanouir dans un système qui privilégie les actions et comportements individuels. Le résultat a été le licenciement de 90 personnes parmi lesquelles les mieux placés et les plus favorisés ont, avec l’appui des banques qui avaient refusé de soutenir le BERU, recréé une nouvelle affaire composée de 15 personnes qui se sont choisies par cooptation. Les autres n’ont qu’à se débrouiller avec leurs indemnités. Or les places sont rares161... »

100Il ajoute ces éléments d’analyse :

« Dans cette période de crise, bien souvent les dépôts de bilan interviennent pour réadapter le capital et l’appareil de production en se libérant des charges de personnel et des problèmes sociaux en confiant ceux-ci à la société, c’est-à-dire à tout le monde et à personne. On estime à environ 1 500 000 les chômeurs ou demandeurs d’emploi, 1/6 de la population active. Une grande masse de la population vit dans la crainte et l’incertitude. Ceci explique à la fois une volonté profonde de changement et le désir de ne pas perdre cependant ce que l’on a. Il est étonnant de voir combien la société capitaliste, pour assurer sa permanence, sait créer des contradictions pour enfermer les réactions des gens et éviter finalement les mises en cause fondamentales qui réduirai[ent] son emprise. »

101Si la plupart des bureaux et structures d’études cités jusqu’ici dans ce travail ont effectivement disparu entre 1970 et 1985, « asséchés » financièrement par le tarissement des crédits d’études correspondant à l’arrêt des grandes politiques étatiques d’aménagement du territoire et d’urbanisation, leurs protagonistes ont essaimé dans les agences d’urbanisme, les collectivités locales et autres cabinets privés de conseil qui ont alors pris le relais de l’expertise de l’État, mais aussi dans les instituts de formation universitaire aux métiers de l’urbanisme (Prévot, 2007, 2008 ; Linossier, 2012).

102Si certains ont choisi de cumuler activité professionnelle, conseil privé et fonctions d’enseignement dans les formations professionnelles en aménagement et urbanisme, d’autres sont aussi entrés « en recherche », contractuellement, au sein de structures associatives qui vont se révéler fragiles et parfois même opaques dans leur fonctionnement, nous allons le voir. Après des périodes de chômage bien souvent, partie d’entre eux vont bénéficier de la politique volontariste d’intégration au sein du CNRS ou de l’Université. Ce dernier cas correspond à quelques uns des proches de Maurice Ducreux au BERU qui se retrouvent, un temps plus ou moins bref, autour d’Anatole Kopp et de Marc Emery au sein de l’UDRA/ESA. Michel Marié ou bien encore Jacques Ion ont commencé d’analyser le passage d’une quasi-mystique de l’immersion vécue comme une nécessité, comme objet d’identification et d’intégration, au terrain comme lieu d’élaboration scientifique. Quand la manne étatique des contrats de recherche-action s’est tarie, le reversement de personnels de bureaux d’études devenus chercheurs, voire directeurs d’études dans des structures type CNRS ou laboratoires rattachés à des grandes écoles et/ou l’Université ne fut pas en effet pas rare, même s’il fut parfois source de dissensions dans ses modalités pratiques de rapprochement ou de dissociation institutionnels, entre théorie et pratique, entre recherche appliquée et recherche « pure », bref en ce qui a trait, plus généralement, à la question du statut de l’expérience en sciences sociales (Marié, op. cit., p. 15). Entre 1958 et 1975 s’est en effet mis progressivement en place un dispositif institutionnel qui visait à organiser la coopération entre chercheurs et administrateurs/planificateurs, à créer des zones de transaction institutionnalisées, sous forme d’espaces hybrides, qui permettaient à ces différents mondes de coopérer. Dans cette perspective, l’État entreprit de standardiser les interfaces entre ces mondes par la mise en place d’institutions. Ainsi la DGRST, créée par décret du Premier Ministre du 8 avril 1961 (Duclert, 2004), était destinée à établir et tenir à jour l’inventaire de l’ensemble du potentiel scientifique national ; assurer, en liaison avec le CGP, l’insertion des programmes de recherche scientifique dans la planification nationale et en suivre l’exécution dans les budgets annuels ; préparer l’insertion de l’effort national de recherche dans les programmes internationaux et participer à la représentation française dans les organismes où ces questions sont débattues (UNESCO, OCDE, CEE, etc.) ; mettre en œuvre les interventions spécifiques du gouvernement sur des thèmes d’intérêt national, au niveau de la recherche par les actions concertées du Fonds de la recherche, et au niveau du développement par les avances remboursables en cas de succès. De tels espaces se sont multipliés au tournant des années 1970. Le Comité de recherches sur le développement économique et social (CORDES) et le Comité de la recherche et du développement en architecture (CORDA) (Chassel, 1983 ; Lengereau, 1997) sont créés à la fin des années 1960 dans le cadre du CGP et de la DGRST. Une nouvelle fois, l’interpénétration croissante des mondes politico-administratif et scientifique s’est accompagnée de la mise en place d’espaces hybrides dont l’enjeu était de permettre des opérations de traduction entre divers types d’acteurs (chercheurs, planificateurs, ingénieurs, urbanistes...) provenant de différents mondes sociaux.

  • 162 Décédé en 2013, un numéro spécial de la revue Sciences Humaines lui a été consacré.

103Toutes ces initiatives ont créé, dans un premier temps au moins, un « effet d’aubaine » pour les professionnels-chercheurs en sciences sociales que l’on trouvait, notamment, au sein des bureaux d’études précédemment cités. Elle signifiait qu’un complément de financement allait être disponible, que la capacité étatique à structurer la demande en sciences sociales allait permettre l’accès à l’embauche de nombreux contractuels, les légitimer, en accréditant la scientificité des travaux proposés et en consacrant, ainsi, leur statut de détenteurs de savoirs utiles à la société. La concentration sur le financement d’une « recherche appliquée » n’était pourtant pas dénuée d’ambiguïté. Elle renvoyait à la croyance, largement répandue à l’époque, en une analogie entre les sciences sociales et les sciences exactes et naturelles qui fourniraient aux premières un « modèle de scientificité » et un idéal d’utilisation des résultats (Drouard, 1982, p. 65). La création de ces comités (CORDES, CORDA) eut aussi d’autres effets ambigus. D’une part, les financements influençaient la structuration du champ des sciences sociales en soutenant des équipes et en développant le nombre des chercheurs sous contrats ; d’autre part, le dispositif affectait les contenus de recherches par le biais des grandes orientations de leurs appels d’offres permanents. Enfin, les chercheurs sous contrat n’eurent pas tous le même statut et ne bénéficièrent pas de la même manière de la manne étatique. Philippe Bezès et Nicole de Montricher (2005) ont distingué quatre catégories : celle des « mandarins » – en sociologie (Alain Touraine, Michel Crozier162, Jean Daniel Reynaud notamment), davantage qu’en économie –, qui utilisaient les financements pour développer leur programme de recherche. Leurs options en faveur de démarches empiriques étaient connues et correspondaient assez naturellement aux orientations du programme CORDES qu’ils ont souvent contribué à élaborer (Bezès, Chauvière, Brams, 2005). À ce premier groupe s’ajoutait celui de jeunes chercheurs ou d’universitaires au parcours classique, légitimés par la possession d’une thèse universitaire et d’un poste au CNRS, à l’Université, au CNAM, à l’EPHE ou dans des établissements privés (les grandes écoles de commerce pour les économistes), ayant parfois bénéficié de formations complémentaires aux États-Unis.

104Deux autres catégories de personnes travaillaient grâce à ces budgets, mais leur situation était radicalement différente parce que leurs salaires étaient pris en charge par les programmes au même titre que les coûts de la recherche. Il s’agissait d’abord principalement d’auxiliaires en voie de professionnalisation par le biais du travail en équipe, et en train de préparer une thèse conformément aux normes du parcours professionnel universitaire. Un quatrième et dernier groupe enfin, hétérogène, était composé de « chercheurs de plein air », aux formations hétérodoxes, souvent militants et détenteurs par ce biais d’une grande expérience de travail, mais qui ne possédaient pas nécessairement les diplômes universitaires de la discipline qu’ils pratiquaient. Ce dernier profil colle incontestablement à celui de Maurice Ducreux. Lorsque celui-ci contribue à créer l’Unité de recherche appliquée au sein de l’École spéciale d’architecture (UDRA/ESA) en 1973, c’est un autodidacte presque quinquagénaire. Ces deux paramètres vont peser sur la suite des événements.

Notes

1 Entretien téléphonique de Jean-Pierre Portefait avec l’auteur du 20 avril 2013.

2 Son profil de carrière est assez proche de son ami Pierre Gaudez (cf. supra). Il est décédé.

3 Bernard Schaefer donne une première série d’indications précises sur l’augmentation du chiffre d’affaire : en 1965 il est de 3, 618 millions de francs.

4 Thomas Reggazola (op. cit., p. 104) cite parmi ces ingénieurs des Ponts : Paul Siméon qui dirigea la « SEDES études urbaines », cf. [http://www.union-atrium.com/article.php?sid=84], René Loué de la « SEMA département d’urbanisme », Georges Rottier et Jacques Dreyfus du « CREDOC équipe urbaine » et enfin, Pierre Bon qui prit un temps la tête de la « SCET études générales » et participa activement à la création de la SORETUR aux côtés du BERU. Nous avons évoqué la plupart de ces noms au chapitre I parmi les visiteurs de Chombard de Lauwe et de son équipe à l’Institut du travail social de Montrouge.

5 Cf. supra, chapitre IV.

6 En matière d’urbanisme, l’épannelage désigne la forme simplifiée des masses bâties constitutives d’un tissu urbain. Le « plan d’épannelage » était le document d’urbanisme définissant l’enveloppe des volumes susceptibles d’être construits.

7 Zublena O. (BERU), Introduction de Piazza-Marne-la-Vallée. Analyse d’un processus, EPA de la Ville nouvelle de Marne-la-Vallée/Secrétariat à la Culture. Contrat CORDA, février 1977. Cette étude devait permettre de reconnaître, dans le processus de conception architecturale les références, conscientes et inconscientes de chacun des acteurs, les conflits de méthode, les rapports de force, les hésitations et es compromis dont l’objet se voulait être une des réalisations les plus importantes d’une ville nouvelle. Cité par Korganow, A., (2003), L’équipement socio-culture, trajectoire architecturale d’un type contrarié d’édifice public à l’ère des loisirs (1936-1975), p. 265.

8 Archives privées de Maurice Ducreux. Chiffres et date puisés dans une note datée de 1971 sans plus de précision. Parmi les stagiaires que compte le BERU au début des années 1970 en provenance de l’UER d’aménagement de Grenoble où Bernard Archer et Louis Couvreur enseignent, on trouve Jean-François Augoyard (cf. chapitre IV).

9 Société d’économie mathématique appliquée, Omnium technique de l’aménagement, Omnium Technique des études urbaines et Omnium technique de l’habitat.

10 Le Centre d’études et de recherches en aménagement urbain (CERAU) est issu de la fusion des départements « études urbaines » de la SEDES, du CREDOC et de la SCET. Il sera absorbé par le Bureau d’études pour l’urbanisme et l’équipement (BETURE) en 1971. Cf. supra, chapitre IV.

11 Bureau d’information et de prévision économique et Centre de recherche et de documentation sur la consommation.

12 Cf. témoignage de Pierre Veltz à Thomas Regazzola (1988) sur la bibliothèque du CERAU, majoritairement constituée, ou presque, d’ouvrages anglo-saxons. Et celui de Gabriel Dupuy interrogé par Steve Bernardin dans « Pour mémoire », revue du comité d’histoire du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la mer, no 7, hiver 2009, p. 163-170.

13 L’article auquel il est fait référence est en majeure partie le produit d’entretiens réalisés par Rachel Linossier et d’autres chercheurs, dont l’auteur, dans le cadre du programme CHRISTIANA. Cf. supra, chapitre IV.

14 Archives personnelles de l’auteur, don de Gilles Morin. Bernard Archer figure ainsi sur la liste des « experts » (avec Gilbert Mathieu, Roger Beaunez, Jean-Louis Pallierne, Michel Mousel, Georges Gontcharoff, Claude Neuchswander, Jean Verlhac, etc.) du PSU pour sa campagne de 1969 intitulée : « Notre cadre de vie livré au capitalisme. »

15 Cf. supra même chapitre.

16 [http://www.cahiersdugerme.info/document.php?id=267] Liste des membres du bureau national de l’UNEF 1946-1962 », Les cahiers du GERME, no 1, octobre 1996 [en ligne]. Disponible [http://www.cahiersdugerme.info/index.php?id=267], [consulté le 04-02-2013].

17 Cf. Ergan Louis, Laurent Loeiz (1977), Vivre au pays comment guérir le mal français de la concentration des hommes, de l’argent, du pouvoir, éditions Le Cercle d’or. Cet ouvrage a reçu le prix Futuribles cette année-là. Il succède à Dominique Becquart, militant de la Vie Nouvelle, ancien cadre du CERAU, qui prend alors la tête de l’AGAM. Informations extraites des entretiens de l’auteur avec Gérard Blanc du 13 février 2009 et Marc Wiel de novembre 2012.

18 Courriel de Bernard Archer à l’auteur de février 2013. Sur Teilhard de Chardin consulter le travail du Père Jean-Michel Maldamé sur le site [http://www.domuni.eu/IMG/pdf/Scienceetspiritualitepretresetsavants4-TeilharddeChardin.pdf]. En 1955, Teilhard de Chardin publie au Seuil Le phénomène urbain, ouvrage consultable en ligne [http//classiques.uqac.ca/classiques/chardinteilhardde/phenomenehumain/tdcpheno.pdf]. Dans l’article intitulé « Pierre Deffontaines, géographe de la « noosphère ». Une lecture de Géographie et religion » (Cahiers de Géographie du Québec, vol. 56, n ° 159, décembre 2012, p. 543-556), Frédéric Dejean analyse la manière dont le géographe Pierre Deffontaines s’appuie sur les écrits de Teilhard de Chardin et d’Henri Bergson pour ranger et penser la géographie comme discipline humaniste. Il est aussi permis de penser que la noosphère de Teilhard de Chardin a pu aussi inspirer les concepteurs de la systémique.

19 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur de janvier 2013 et oral de Marc Wiel en novembre 2012. La Centralienne Lorraine Chenot, qui fut un temps permanente de l’ADELS, a rédigé avec Roger Beaunez, Villes et citoyens. Méthodes d’enquête pour la connaissance et l’analyse d’une ville, Paris, Les éditions ouvrières, 1969, ouvrage auquel Bernard Archer collabore et dans lequel nombre des exemples puisés reposent sur les travaux de la SORETUR.

20 Entretien de l’auteur avec Pierre Gaudez du 17 janvier 2013.

21 On pourrait encore ajouter à cette liste, par exemple, le nom de Jacques Freyssinet cf. infra, chapitre II.

22 Un grand-père de Michel Mousel était membre du Sillon de Marc Sangnier, cf. infra, chapitre I.

23 [http://www.association4d.org/] et [http://www.histoire-dac.developpement-durable.gouv.fr/biographies.xsp?biographie=MOUSEL-MICHEL].

24 Cf. supra, même chapitre, sur la collaboration de Maurice Ducreux avec les jésuites Léon de Saint Moulin et, dans une moindre mesure, Joseph Boute, à Kinshasa.

25 À l’image de Jean-Paul Baïetto. Cf. Hayer Dominique, Fabriquer la ville autrement : Jean-Paul Baïetto (1940-1998) : portrait d’un aménageur urbain, Paris, Le Moniteur, 2005.

26 C’est aujourd’hui encore la devise du Brésil.

27 Lui-même Polytechnicien, ingénieur des Mines et catholique.

28 L’USIC devient, en 1965, le Mouvement des cadres chrétiens (MCC). Cf. [http://www.mcc.asso.fr/L-historique-du-Mouvement] que Marc Wiel a fréquenté. Par ailleurs Olivier Chatelan (2012 : 131) mentionne l’utilisation, par l’archevêché de Lyon et l’Office diocésain des paroisses nouvelles (ODPN) d’un article de la revue de l’USIC – Responsables – de novembre 1963 qui détaillait les moyens financiers mis en œuvre dans le diocèse de Versailles pour édifier de nouveaux bâtiments de culte.

29 Cf. infra, chapitre II, sur la dimension coloniale.

30 [http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2004.carlierb&part=183697]. Sur le CIL, voir Vant André, Imagerie et urbanisation, recherches sur l’exemple stéphanois, Saint-Étienne, Centre d’Études Foréziennes, 1981, p. 212 sq.

31 Cf. infra, note précédente et Bernard Barraqué a récemment rendu compte de sa scolarisation chez les Jésuites, de son entrée à l’École des Mines de Nancy et de sa formation complémentaire aux États-Unis, in Pour mémoire, revue du comité d’histoire du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’écologie, n ° 11, été 2012, p. 178 sq.

32 Marc Wiel évoque la fréquentation de cette conférence par son beau-frère, un diplômé d’HEC qui s’est orienté vers le tourisme social [http://olivaint.chez.com/siteJeunes/accueil/presentationCO/presentationCO.htm].

33 Entretien de Marc Wiel avec l’auteur de novembre 2012.

34 On en attribue l’invention à Gaston Berger formé à la philosophie par Maurice Blondel, un théoricien de l’action. Gaston Berger crée le Centre International de prospective en 1957, soit trois ans avant sa mort. Les travaux de Gaston Berger intéresseront grandement le Centre français du patronat chrétien (CFPC) [http://www.laprospective.fr/dyn/francais/memoire/etapesprospectives.pdf].

35 On retrouve cette même posture dans la revue du CEPAS, fondé par les Jésuites, à Kinshasa. Cf. supra.

36 Conférence inaugurale reproduite dans Futuribles. Analyses et prévisions, « prospective du développement culturel », octobre 1973, p. 25 et citée par Laurent Martin, 2012, op. cit., p. 191.

37 Cf. supra, chapitre IV.

38 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 16 décembre 2012.

39 Outre les contrats que décroche le BERU auprès des mairies communistes en Région parisienne au même moment, il est une autre raison qui peut aussi expliquer celui-là : la Résistance, le Mouvement de la Paix puis la guerre d’Algérie a rapproché, au Havre comme ailleurs, le PCF et les chrétiens. La municipalité comptera ainsi deux élus PSU : Louis Nédelec et André Heudron. Lire Daille-Hervieu, Marie-Paule, Communistes au Havre : histoire sociale, culturelle et politique (1930-1983), Paris, L’Harmattan, 2010.

40 Cf. supra, même partie. IFA fonds ATM 162ifa1085/2.

41 Réunion du 10 novembre 1961, Étude du programme général de modernisation et d’équipement des groupements d’urbanisme de Rouen et d’Elbeuf, ADSM 8 W 77228. Étude préliminaire schéma de structure Rouen-Elbeuf SORETUR, réunion du 5 janvier 1965 ADSM 41 W 71181. SORETUR au 1er janvier 1966 : ADSM 2042 W 727. Dernière mention retrouvée, SORETUR au 20 juillet 1966. ADSM 2042 W 727. Nous remercions vivement Frédéric Saunier et Catherine Blain pour leur aide amicale. On trouve aussi traces de ces travaux dans le fonds de l’Atelier de Montrouge à l’Institut français d’architecture (IFA), inventorié par Catherine Blain et que nous avons consulté.

42 Courriel de Bernard Écrement à l’auteur, du 4 février 2013.

43 Urbaniste du BERU qui fut mis à disposition permanente de la SORETUR en 1965.

44 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 10 janvier 2013.

45 162IFA1082/2 Études pour la rénovation des îlots insalubres, 20 juin 1962.

46 Archives privées de Maurice Ducreux. Dans ses CV retrouvés, il mentionne effectivement des études d’armature commerciale de l’agglomération rouennaise.

47 Programme de rénovation Secteur Est, Rouen 1965 (162IFA 1082/2).

48 Lors de la 8e rencontre des CIAM en 1951, Siegfried Giedion insiste sur le rôle du centre : dans le centre (cœur ou core), il s’agit de rechercher une « forme correspondant à une phase de développement social future » (« the Humanization of Urban Life » in Architecture you and me, p. 127).

49 Cf. Jacqueline Tyrwhitt, Jose-Luis Sert, Ernesto N. Rogers, The Hearth of the City, London-New-York, 1951, cité par Catherine Blain.

50 Idem.

51 Ibidem.

52 Cité par Natalya Solopova, Team X et le groupe Candilis, Josic, Woods, mémoire de DEA « le projet architectural et urbain » (sous la dir. de Y. Tsiomis et J.-L. Cohen), EAPB, Paris, 1993.

53 Courriel de Marc Wiel à l’auteur, complété le 23 juillet 2013.

54 Cf. supra, chapitre IV.

55 Jean-Pierre Piedchaud a été interrogé en 1988 par Thomas Regazzola. à notre tour, nous l’avons rencontré, bien plus tard, le 18 novembre 2010, à Paris, à la mairie du IIIe arrondissement où il animait un atelier d’urbanisme. Il nous a confirmé l’importance des travaux de Chombard de Lauwe (cf. infra) pour cette jeune génération de techniciens en bureaux d’études (SEDES puis CERAU et STCAU). Il adhéra à la CFDT, une fois celle-ci déconfessionnalisée, puis au PSU en 1968. Il nous conseilla alors de rencontrer des militants de la Vie Nouvelle. Grand ami de Michel Mousel, il a fondé avec lui l’association 4D.

56 L’auteur commet une erreur, le maire de Rouen est alors Bernard Tissot (cf. supra, même chapitre). Lecanuet est alors député et président du syndicat intercommunal.

57 C’est une autre erreur commise par Schaefer. Toutefois il n’est pas le seul à la commettre : Arretche n’était pas Grand Prix de Rome même si on trouve cette mention sur certains sites internet concernant l’histoire de Saint-Malo ou de Paimpol par exemple.

58 Frédéric Saunier (2011), dans son très bel ouvrage consacré à L’histoire d’une pionnière L’agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’estuaire de la Seine (1963-2010) évoque à plusieurs reprises les travaux d’Albert Nicollet, de Jean-Philippe Damais et du club Citoyens 60, notamment une étude intitulée « Pour la démocratisation de l’enseignement du second degré dans l’agglomération du Havre » de 1961 (Saunier, op. cit., p. 43-44 et 54).

59 Courriel de François Gay à l’auteur du 12 janvier 2013. Cf. chapitre II.

60 Sur ces différentes structures et leur rôle : cf. Frédéric Saunier, 2005, op. cit., p. 208. Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 16 janvier 2013.

61 Tony Larue est alors maire de Grand-Quevilly, élu pour la première fois en 1935. Il est aussi député SFIO de la deuxième circonscription de Seine-Maritime depuis 1956. En 1977, il deviendra sénateur. Son successeur, à son tour devenu le « poids lourd » du PS dans l’agglomération, est Laurent Fabius.

62 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

63 Les groupements d’urbanisme (GU), initiés par le gouvernement de Vichy, n’avaient pas résisté aux conflits entre les ministères de l’Intérieur et de la Reconstruction et de l’urbanisme (MRU). Délaissés, ils allaient connaître avec la Ve République et le ministère de la Construction leur heure de gloire et devenir presque dix ans durant le support géographique de la planification urbaine.

64 Maurice Ducreux devient aussi le parrain d’un des enfants de Marc Wiel, quelques années plus tard, lorsqu’ils se retrouvèrent dans l’antenne du BERU à Aix-en-Provence.

65 Témoignages écrits de Bernard Archer à l’auteur des 10 et 16 janvier 2013.

66 Archives privées de Maurice Ducreux, note du 13 juin 1965, qui fait suite à une rencontre entre sa hiérarchie et lui la semaine précédente. Il lui est vraisemblablement proposé de rejoindre une équipe de la Mission ouvrière cette fois, à Gennevilliers. Phrases soulignées par nous.

67 Lepetit Bernard, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988.

68 Cf. les contributions d’Annette Becker, Yvon Tranvouez, Danièle Voldman ou Christian Sorrel dans Becker Annette, Gugelot Frédéric, Pelletier Denis, Viet-Depaule Nathalie (dir.), Écrire l’histoire du christianisme contemporain. Autour de l’œuvre d’Étienne Fouilloux, Paris, Karthala, 2013. Notons par ailleurs que le frère du sociologue jésuite Jean-Louis Schlegel est urbaniste à Saint-Soupplets [http://www.saint-soupplets.fr/mairie/urba.asp ?rub =15].

69 Marc Wiel a témoigné du bonheur visible de Maurice Ducreux pendant cette période de sa vie. Joie d’avoir mis au point une méthodologie (cf. supra), joie de découvrir un pays auquel il restera profondément attaché.

70 Ou écrite, dans la mesure où, pour ne citer que notre témoin-clé dans cette affaire, le jésuite Léon de Saint-Moulin vit toujours à Kinshasa.

71 Sur cette affaire [http://jssnews.com/2012/04/15/laffaire-des-vedettes-de-cherbourg-dans-unmagnifique-docu-sur-france-3-le-16-avril-2012/].

72 Nous avions longuement interrogé Michel à Mexico-City et obtenu un CV détaillé, sans penser qu’un jour nous mobiliserions à nouveau cette source à l’occasion de ce travail sur Maurice Ducreux.

73 L’anthropologue du développement Jean-Pierre Olivier de Sardan fut un de ses proches [http://centre-norbert-elias.ehess.fr/document.php?id=83]. Le film de Jean Rouch reçoit le prix Louis Delluc l’année de sa sortie.

74 Michel Virlojeux, ingénieur concepteur de ponts, a témoigné dans Le Monde du 16 septembre 2013, de l’influence d’Auguste Arsac, devenu professeur d’architecture à l’École des Ponts, sur son propre travail.

75 Propos extraits d’un entretien de Jean-Claude Parriaud avec Jean-Charles Fredenucci du 12 septembre 2000. Jean-Claude Parriaud a été le premier chef du Service Infrastructures au ministère de la Coopération, a dirigé le STCAU puis est reparti en Côte d’Ivoire pour créer le Bureau national d’études techniques et de développement. Par la suite, il a dirigé l’Institut des sciences et des techniques de l’équipement et de l’environnement pour le développement (ISTED) au sein duquel il a ouvert un « pôle urbain ». Cf. entretien de l’auteur avec Michel Arnaud du 18 avril 2006.

76 X-Ponts lui aussi, Jean Millier (1917-2006) est une figure éminente de l’histoire de l’aménagement et de l’urbanisme. Ayant commencé sa carrière en Côte-d’Ivoire en 1946, il seconde Paul Delouvrier en région parisienne, devient président directeur général de l’Établissement public d’aménagement de la Défense (EPAD) – dans lequel Robert Auzelle fut aussi impliqué – puis du centre Georges Pompidou (1977-1980). Il est aussi le père de la loi sur la maîtrise d’ouvrage publique et ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée (MOP) en 1985. Lire Jean Millier (1917-2006) ingénieur des Ponts. Un hussard de l’architecture, AAM, Bruxelles/Ante Prima Paris.

77 Jacques Constantin-Barrière fut le seul urbaniste d’État à devenir par suite DDE, dans le Cantal ; le reste des postes étant systématiquement dévolu aux ingénieurs des Ponts.

78 Courriel de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013.

79 En 1936, l’Institut cartographique militaire de Bruxelles publie une carte du Bas-Congo au 1/100.000°, cataloguée sous le nom de carte Weber. La feuille no 3 englobe Kinshasa mais ne dépasse pas la vallée de la Ndjili. La connaissance de cette zone n’est renouvelée qu’à compter des années 1950, sur base de photographies aériennes réalisées par l’Institut géographique du Congo. En 1957, des plans au 1/10.000, avec courbes de niveau tous les 5 mètres, ont été dressés pour la région allant de Sabuka à Kimwenza ; à l’ouest et au sud, jusqu’au fleuve Congo et à la rivière Ndjili.

80 De 1964 à 1967, une série d’études lancée sur Léopoldville-Kinshasa devait aboutir à un SDAU de la capitale, entériné par une ordonnance-loi de 1967. Ce ne fut finalement qu’un schéma.

81 Tous deux publieront un article de 36 pages, dans la Revue études scientifiques de mars-juin 1970 intitulé : « Croissance urbaine, croissance démographique de Kinshasa (RDC), Paris, Le Caire » [http://www.amazon.fr/Revue-%C3%A9tudes-scientifiques-mars-juin-1970/dp/B0000DNZP5/ref=sr112?s=books&ie=UTF8&qid=1368956057&sr=1-12&keywords=Le+Caire].

82 Archives personnelles de Maurice Ducreux, attestation signée Jean Baboulène alors PDG du BERU et récapitulant l’ensemble de ses contrats, leur numéros d’inscription au Registre des Marchés et leurs dates de signature : 2 mars 1967, 8 novembre 1967, 1er avril 1968 et 26 mars 1969 : « L’exécution de ces travaux réclamait la présence permanente de Monsieur Ducreux au Congo Kinshasa, et de ce fait, en dehors des congés réguliers et de brefs séjours en France pour des communications techniques, Monsieur Ducreux était résident au Congo, à l’adresse suivante : Mission Française d’Aide et de Coopération, Ambassade de France, BP 7861, Kinshasa, Congo. »

83 Cette encyclique du 21 avril 1957 du pape Pie XII invitait les évêques à porter avec lui le souci de « la mission universelle de l’Église » en mettant notamment prêtres et fidèles à la disposition d’autres continents.

84 Le Perreux-sur-Marne, archives du siège de la MDF, dossier Pierre Delahaye, lettre de 1992 et entretien avec Alain Le Négrate, prêtre de la MDF, ingénieur informaticien à l’Université de Villetaneuse aujourd’hui. Une lettre du Secrétariat Général aux Communautés d’Outre-mer du 30 avril 1964 nous apprend qu’à cette date, la création d’une troisième équipe en Afrique de l’Ouest est envisagée, mais sans lieu précis arrêté. C’est la demande de l’évêque de Léopoldville/Kinshasa qui a finalement fixé le choix de l’implantation.

85 Le Perreux-sur-Marne, archives de la MDF, dossier Bernard Gautier, Lettre aux communautés n ° 90, septembre-octobre 1981. Texte de Bernard Gautier intitulé : « Retrouvailles en Afrique ».

86 Pierre Delahaye est en paroisse dans la région d’Angoulême et Emmanuel de Vesvrotte est en Touraine, dans la région de Channay.

87 Le conseil (ou équipe centrale) de la MDF semble un temps hésiter entre les deux. C’est finalement Saint-Hippolyte qui est choisie.

88 Le Perreux-sur-Marne, Lettre du Secrétariat Général aux Communautés d’Outre-mer du 30 avril 1964.

89 Citation extraite du témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 févier 2013.

90 Cf. infra, chapitre I.

91 Témoignage écrit de Pierre Delahaye à l’auteur du 5 janvier 2013.

92 Petites et moyennes entreprises de production de Kinshasa, 1er semestre 1973, vol. 6. Les auteurs en sont Laurent Clabe-Navarre, Pierre Delahaye, Léonce Miquel pour l’Office de promotion des petites et moyennes entreprises zaïroises et l’Association française pour la formation des cadres.

93 Témoignage écrit de Michèle Miquel à l’auteur du 14 janvier 2013.

94 Thèse réalisée sous la direction de Claude Prudhomme, professeur à Lyon 2 et soutenue en 2007. L’auteur, depuis, l’a publiée chez Karthala en 2011. Les pages mentionnées ici sont extraites de la thèse consultable sur internet [http://www.lecfc.fr/new/articles/198-article-4.pdf].

95 Nous en prenons pour preuves, d’une part l’étude de 2008 coordonnée par les professeurs Germain Ngoie Tshibambe et Vwakyanakazi Mukohya du Département des Relations internationales de l’Université de Lumumbashi/Katango, intitulée Profil migratoire par pays : le cas de la CDC et préparée pour le programme Perspectives africaines sur la Mobilité Humaines financé par la fondation Mac Arthur ; de l’autre, la préface que rédige le professeur Elikia M’Bokolo à l’ouvrage de Léon de Saint Moulin, Villes et organisation de l’espace en République Démocratique du Congo, Paris, L’Harmattan, 2010.

96 Les œuvres du cardinal Malula, présentées et rassemblées par Léon de Saint Moulin, étaient étudiées, en 2009-2010, dans le cours de Paulin Poucouta sur les théologies chrétiennes africaines.

97 Informations puisées dans l’entretien accordé, à Kinshasa, le 27 décembre 2012 par Léon de Saint Moulin à l’agence catholique DIA et dont il nous a fait copie par courriel.

98 Les travaux de Léon de Saint Moulin dépassent donc d’emblée les limites disciplinaires étroites pour développer et amplifier, à propos des villes congolaises, les méthodes déjà mobilisées par lui sans sa thèse d’histoire consacrée à Seraing, bourgade de la région liégeoise (Saint Moulin, 1969), intitulée : La construction et la propriété des maisons, expressions des structures sociales : Seraing depuis le début du XIXe siècle. Le compte-rendu qu’en fait René Giraud (1971, p. 101-104) dans la revue Bibliothèque de l’École des Chartes, en fait d’ailleurs constamment un travail de sociologie urbaine, c’est à noter.

99 Extrait de l’homélie prononcée par Léon de Saint Moulin, le 12 novembre 2000, pour sa messe de Jubilée. Texte transmis à l’auteur par courriel en janvier 2013.

100 Idem. Phrases soulignées par nous.

101 Professeur émérite désormais à l’université catholique de Louvain [http://www.zmo.de/angola/perso/Vellut.htm].

102 James Smoot Coleman (1919-1985) a notamment écrit, en 1959, un livre intitulé Nigeria : Background to Nationalism.

103 Informations puisées dans l’entretien accordé à Kinshasa le 27 décembre 2012 par Léon de Saint Moulin à l’agence catholique DIA et dont il nous a fait copie, par courriel.

104 De cet auteur, lire, par exemple, « La sécularisation interne du christianisme », Revue française de sociologie, 1976, vol. 17-4, p. 573-589.

105 Évêque de Bruges, il se distingua pendant concile Vatican II par des prises de positions en faveur d’un rapprochement œcuménique. Il prit aussi part à la querelle politique sur la néerlandisation de l’Université de Louvain, entre 1967 et 1968.

106 Témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 février 2013.

107 [http://www.bsglg.be/uploads/BSGLg-2003-43-04CARTO.pdf].

108 Raison Jean-Pierre, « Pierre Gourou du pessimisme tropical à l’optimisme raisonné », in Confins revue franco-brésilienne de géographie, no 6, 2009 [http://confins.revues.org/5986].

109 [http://www.geographie.ulg.ac.be/index.php?page=fondation-sporck]. La secrétaire de cette fondation est la géographe Bernadette Merenne-Schoumaker.

110 Bureau d’urbanisme de Liège, fondé en 1935 et pionnier en matière d’aménagement du territoire : l’Équerre [http://lechainonmanquant.be/histoire/sauver-la-memoire-de-l-equerre.html] [http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupel’%C3%89querre, http://www.equerre.be/page1.html].

111 Dès 1955, ce bureau d’études présente un premier plan d’aménagement de la région de Bruxelles sous le titre de Plan Satellite. Il est associé à la « bruxellisation » puisque, entre 1965 et 1970, il dresse à nouveau un avant-projet de plan régional pour Bruxelles, prévoyant un réseau d’autoroutes urbaines et de démolition de quartiers insalubres à l’intérieur du Pentagone qui deviendra le fameux Plan Manhattan (cf. aussi, de manière critique, les travaux du sociologue d’origine chrétienne, lui aussi, Albert Martens, Professeur émérite de l’Université catholique de Louvain et membre du Comité d’action du Quartier Nord (1968-1974) [http://brusselsstudies.www3.produweb.be/medias/publications/FR116BruS29FR.pdf].

112 [http://www.lumenonline.net/].

113 Joseph Laloux, « Retour du Congo », in Au service du clergé rural, n ° 17, octobre-décembre 1958, p. 28-32. Cité dans le travail de Pierre Dufaux et Émile Servais, de 2008, disponible sur le site [http://www.eglise-wallonie.be/pdf/JosephLalou.pdf].

114 Archives privées de Maurice Ducreux. Lettre de Louis Kikandu au « Patron Maurice Ducreux de la mission française d’urbanisme » du 14 septembre 1967. à la lire il semblerait qu’il n’ait pas les moyens de louer et meubler une maison pour lui-seul, indépendante, et qu’il demande des subsides. Nous formulons l’hypothèse que c’est pour réduire les frais assumés personnellement par Ducreux qu’ils vivront sous le même toit.

115 Témoignage écrit de Joseph Boute à l’auteur du 6 janvier 2013. Ce Jésuite à la retraite vit désormais à Bruxelles. Il semblerait que la création du CEPAS soit antérieure de quelques années. Cf. supra. Parmi les incidences notables qu’eut l’enquête sociodémographique de Kinshasa, on peut mentionner la création d’un Département de démographie à l’Université de Kinshasa en 1973, dont le Père Boute fut le premier chef.

116 L’INAS avait été fondé en 1962 par le Père Joseph Segers, diplômé en économie, qui avait d’abord travaillé comme responsable du Bureau d’études des syndicats chrétiens. Il a disparu avec le développement de l’enseignement supérieur (informations confiées à l’auteur par Léon de Saint Moulin).

117 Notons les similitudes entre de telles structures et celles évoquées par nous en France métropolitaine, à la suite du témoignage de Marc Wiel (USIC/MCC) Cf. infra, même chapitre. Le CADICEC avait été fondé en 1956 par le Père Vincent Charles et il existe encore.

118 La présentation qui suit a puisé ses informations dans le site du CEPAS [http://www.cepas-rdc.org/].

119 Les deux rébellions qui éclatent alors sont dirigées respectivement par Pierre Mulele, ancien ministre de l’Éducation nationale sous le gouvernement de Patrice Lumumba, dans sa région du Kwilu, et par Gaston Soumialo, membre du premier gouvernement congolais, qui ouvrit un foyer insurrectionnel à l’est du Congo. Sur ces événements complexes qui débordent le cadre de ce travail, cf. Gaëtan Feltz, « Luttes de pouvoir, rebellions et mouvements populaires au Zaïre 1959-1968 », cf. [http://madarevues.recherches.gov.mg/IMG/pdf/omaly2710.pdf].

120 Courrier de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013.

121 Dans un autre courriel, de janvier 2013, Léon de Saint-Moulin a précisé que c’était pendant l’été 1969. C’est là qu’ils reçoivent l’aide de l’Équerre, le bureau d’urbanisme de Liège.

122 Témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 février 2013.

123 Un manager qui faisait des séjours en France entre deux missions et n’était donc pas constamment sur le terrain. Cf. supra, chapitre IV.

124 Compléments d’informations contenus dans un courrier de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013.

125 Société italo-congolaise d’aide à l’industrialisation.

126 Courrier de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013.

127 [http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/comhaire-sylvain.html]. Ses archives ont été déposées à l’Université de Stanford. Je remercie mon camarade et ami Gaël Comhaire pour les informations qu’il m’a transmises.

128 Propos extraits de l’article-bilan publié par Léon de Saint Moulin en 2006, « “35 ans de recherche en CDC. Permanences et renouvellement des méthodes”, in Civilisations. Revue d’anthropologie et de sciences humaines, no 54, p. 85-93. Texte intégral disponible en accès libre depuis le 1er avril 2009 [http://civilisations.revues.org/355].

129 Témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 février 2013. Et de citer à nouveau Henri Knoop et le directeur de l’IRES de la Lovanium : Adolphe Nzeza.

130 Idem.

131 Courrier de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 27 avril 2013. Les cartes produites par les missionnaires et publiées notamment dans la revue des Missions catholiques permettaient de localiser et de résumer, en quelque sorte, une mission en une seule image destinée à faciliter l’appropriation et, par suite, l’aide financière des lecteurs en métropole. Elles traduisaient aussi les progrès de l’évangélisation et matérialisaient un projet chrétien en terre « païenne » en favorisant la toponymie locale. La carte missionnaire, souvent très personnelle et sans nomenclature, révèle par ses préférences et ses absences un espace voulu plus qu’un espace perçu. Si la carte est l’outil d’un apostolat de terrain, elle est aussi un outil de revendication auprès de l’autorité romaine dans la compétition à laquelle se livrent les congrégations pour le contrôle de tel ou tel territoire (Vasquez, 2007).

132 René de Maximy, Travaux et documents de l’ORSTOM, no 176, 1984 [http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins textes/pleinstextes5/pt5/travauxd/16000.pdf].

133 Cf. Lusamba Kibayu Michel, « Portrait des quartiers populaires à Kinshasa (RDC) : un territoire, une identité » [http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/dvlp/documents/lusambakibayu.pdf]. L’auteur ne fait référence qu’à René de Maximy et Marc Pain, alors même que le fond de carte utilisé par lui présente toutes les similitudes avec l’enquête sociodémographique de Maurice Ducreux, publiée en 1969.

134 René de Maximy fait sa thèse sous la direction du géographe Michel Coquery que Maurice Ducreux a côtoyé parmi les fondateurs de la revue Espaces et Société. Cf. supra, chapitre IV.

135 Les abattis sont des défrichements agricoles traditionnels, réalisés le plus souvent en marge de la réglementation foncière.

136 Un an après ce courrier de 1976, le 30 décembre 1977, Maurice Ducreux écrit à nouveau ceci à son ami : « Je me tiens toujours un peu au courant des problèmes de l’Afrique. Je participe pour des stages de formation à des sessions organisées par le SMUH où je rencontre parfois des Zaïrois dont certains te connaissent. J’ai vu Pierre Delahaye lors de son passage en été à Paris. La situation économique ne me semble pas brillante. Et cependant la vie continue. Je serais curieux de voir à 10 années de distance ce qu’est devenue Kinshasa. »

137 Le texte que Léon de Saint Moulin lui avait expédié est paru dans Zaïre-Afrique 17 (1977), no 111, p. 35-52.

138 Le texte de Maurice Ducreux, intitulé « Croissance urbaine – Croissance démographique de Kinshasa » (4 pages dactylographiées sans interligne, 6 notes infra-paginales), ne semble effectivement pas avoir été publié.

139 Cf. [http://www.fnau-international.org/] qui édite régulièrement une Lettre, téléchargeable.

140 Cf. entretien de l’auteur avec Michel Arnaud.

141 Cf. [http://www.urbalyon.org/Similaire/Web TV Mathewos Asfaw-Patrice Berger-Addis Ababa-english version-3685].

142 Informations extraites de l’entretien téléphonique retranscrit de Michel Arnaud avec l’auteur du 18 avril 2006 et du CV détaillé envoyé par Michel Arnaud à ce moment-là.

143 Cf. supra, chapitres IV et V.

144 « Il reviendra en disant qu’on lui avait changé la France sans le prévenir... Il se ressentait devenu un peu étranger faute de l’avoir accompagné au moment stratégique, d’avoir bougé avec elle... » Témoignage de Marc Wiel à l’auteur de novembre 2012. Cf. supra.

145 Dans l’entretien que Bernard Barraqué a accordé en 2012 à la revue d’histoire du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie Pour mémoire, ce dernier confirme : « Son accord d’entreprise très protecteur rendait difficile le licenciement de ses employés, et l’équipe dirigeant fut conduite à déposer le bilan, puis à recréer un autre bureau d’études en constituant le capital avec leurs indemnités de licenciement. Opposé à la liquidation, je suis resté sur la case chômage. »

146 Le BERU mène une étude en effet dans le Pas-de-Calais, en compagnie d’Anatole Kopp. Cf. supra.

147 Archives personnelles de Maurice Ducreux, note du 30 décembre 1970.

148 Yvonne Leménager, à qui nous retranscrivions les propos de Jean-Pierre Portefait, s’est montrée tout à fait en accord avec les traits de caractère dépeints. Entretien avec l’auteur du 11 mai 2013.

149 C’est aussi le sentiment qui est ressorti de nos entretiens au siège de la MDF au Perreux-sur-Marne.

150 Nous n’en avons retrouvé aucun exemplaire dans les archives de Maurice Ducreux ; Marc Wiel n’en a pas conservé davantage.

151 Schaefer cite le no 36 d’octobre 1973, exclusivement consacré au Chili après le coup d’État du général Pinochet de septembre 1973.

152 Archives personnelles de Maurice Ducreux, note de 1971, sans date précise.

153 Archives personnelles de Maurice Ducreux, note de 1971.

154 Cet extrait et les informations qui suivent sont extraits d’un témoignage écrit envoyé à l’auteur le 12 mars 2013.

155 Extrait de la note de Maurice Ducreux de 1971.

156 Témoignage écrit de Marc Wiel du 12 mars 2013.

157 Cf. infra et témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 16 janvier 2013.

158 Archives personnelles de Maurice Ducreux, note de 1971.

159 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur du 16 janvier 2013.

160 Cf. supra, chapitre V.

161 Courrier retranscrit et envoyé à l’auteur par de Léon de Saint Moulin le 17 avril 2013.

162 Décédé en 2013, un numéro spécial de la revue Sciences Humaines lui a été consacré.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search