Version classiqueVersion mobile

Catholicisme social et urbanisme

 | 
Maryvonne Prévot

Chapitre II. L’entrée de Maurice Ducreux dans le Bureau d’études et de réalisations urbaines (BERU) et « en » urbanisme : entre hasard et nécessité, pragmatisme et profanité ?

Texte intégral

  • 1 Dans un contexte de guerre froide, ce dominicain soucieux de connaître et comprendre l’œuvre de Ma (...)

1Maurice Ducreux a conservé dans ses archives Pour une théologie du travail (1955) du père Marie-Dominique Chenu. Ce livre, comme Signification du marxisme (1949), l’ouvrage d’Henri Desroche retiré de la vente en 1950 sous la pression de Rome (Pelletier, 1997)1, témoigne de la transformation, en cours à cette date, de l’habitus théologien à l’épreuve du militantisme. Donner un sens chrétien à l’expérience de terrain qu’ils accompagnent et encouragent, tel est le but de ces deux intellectuels dominicains, et ce par un renversement de sens qui leur valut sanctions : il ne s’agissait plus de se battre pour la (re)conversion au christianisme de la classe ouvrière mais bien de réinventer l’Église, le sacerdoce et la pastorale, à l’épreuve d’une condition en tous lieux partagée (Pelletier, 2012, p. 36).

  • 2 Archives privées de Maurice Ducreux, rapport sur son travail et sa recherche en urbanisme au regar (...)

« J’ai une vie professionnelle. Le travail est pour moi une condition normale de l’existence et ne se justifie donc pas simplement par la nécessité première de gagner son pain. C’est par le travail que l’on rentre en communication avec les hommes, avec le monde. Et par notre présence dans une activité d’ensemble, nous faisons corps avec la société, nous sommes un élément de sa vie et de sa construction... Le travail que je mène depuis 8 ans dans un bureau d’urbanisme, pour si intéressant qu’il soit, ne m’apparaît pas comme une fin en soi. Ce sont les circonstances qui m’ont amené à exister avec les hommes en menant cette occupation2. »

  • 3 Ces précisions ont été rappelées dans le texte d’hommage rédigé par ses amis de l’équipe scientifi (...)

2Envoyé en paroisse à Alfortville, puis à Colombes, et enfin à Gennevilliers, Maurice Ducreux échappa rapidement au cadre institutionnel paroissial stricto sensu pour réaliser, par le travail, le « partage de vie » qui était sa vocation profonde. Mais il y fut aussi conduit par une nécessité qu’il n’évoque pourtant pas : ayant accepté d’être le tuteur de trois filles, il devait travailler pour subvenir à leur éducation3. Néanmoins, il est d’autres circonstances qui ont alimenté son désir de travailler.

Maurice Ducreux, un vicaire impliqué dans la crise du logement, les Castors et le mouvement coopératif

  • 4 Prêtre dans le diocèse de Lyon avant la guerre (1937), il est professeur au Séminaire de Lisieux ( (...)

3En 1952, Maurice Ducreux est donc nommé vicaire auxiliaire de Notre-Dame d’Alfortville. C’est dans cette commune qu’officie Jean Gray, une figure de la Mission de Paris4 qui a marié religieusement Max et Irène Stern deux ans plus tôt, en décembre 1950 (ill. 8). Depuis son arrivée à Ivry, les conditions de logements sont au cœur de ses préoccupations, celles de son équipe et de ses amis proches :

  • 5 Note de Maurice Ducreux du 26 août 1957.

« Il est un problème qui touche une partie importante de la population d’Alfortville : celui du logement. L’équipe m’a demandé de m’en occuper. Ces mal-logés étant croyants ou non croyants, pratiquants ou non. Il m’a fallu me situer parmi eux, non pas à partir de ma fonction de vicaire mais à partir du drame qu’ils vivaient. Ceci m’a amené à réduire de plus en plus mes activités paroissiales et à être en contact avec des drames de toutes sortes5. »

  • 6 De Pessac en Gironde, à Angers (Bernard Légé et Annick Tanter, « Squatters et Castors. L’action de (...)
  • 7 Irène Auscher-Stern nous a affirmé qu’il y avait à cette époque un regroupement de tous ces milieu (...)
  • 8 Auteur en 1945 de l’ouvrage Architecture et spiritualité, Raymond Adda a été marqué par ses contac (...)
  • 9 Boulogne-Billancourt fait partie des lieux regardés de près par Chombard de Lauwe et ses équipes d (...)
  • 10 Cf. supra et le site [http://jeangastonbardet.com/pagesHTML/PresentationNouvelUrbanisme2.htm].
  • 11 On retrouve aussi la composante SNECMA dans l’ADA 13.
  • 12 Peyrade Jean, Scouts et guides de France, Paris, Fayard, 1962, p. 191.
  • 13 Cf. [http://le14ruedesevres.free.fr/hc.html].

4Les initiatives d’aide, de construction/auto-construction des Castors se multiplient, à Paris, en banlieue, mais aussi dans toute la France (Landauer, 2005 ; Boustingorry, 2008)6. Toutes les catégories sociales sont touchées par la pénurie et la vétusté des logements. Les ouvriers en premier lieu certes, mais aussi – insistons d’emblée sur ce point – les futures « classes moyennes urbaines » de plus en plus concernées par la maîtrise des enjeux urbains, tant il est vrai que : « la fonction de dénonciation n’est jamais entre les mains des démunis » (Albert Meister, 1975 cité par Feertchak, 1986, p. 41). La thèse de psychologie sociale méconnue d’Hélène Feertchack7 sur le « 14 rue de Sèvre », un habitat communautaire auto-promu par une centaine de familles sous houlette de l’architecte Raymond Adda (1909-1994)8 à Boulogne-Billancourt9, en relate les mêmes origines causales et sociales. En janvier 1949, une quinzaine de jeunes ménages, tous très mal logés avec leurs nombreux enfants et tous membres du groupe de La Vie Nouvelle du XVe arrondissement (Lestavel, 1994) réagit à la crise du logement en se lançant dans l’autopromotion et l’auto-construction partielle, et ce par l’intermédiaire d’un prêtre qui les met en relation avec cet architecte disciple de Gaston Bardet10. Ce noyau recrute fort logiquement au sein de proches associations : L’anneau d’or, un groupe spirituel de jeunes mariés, l’Association catholique des chefs de familles du XVe arrondissement et la CFTC, essentiellement, où sont syndiqués les ingénieurs de la SNECMA11, de Saclay ou bien d’EDF qui intègrent le projet. Jean Peyrade, un ancien Routier présent au pélérinage du Puy-en-Velay en 1942 a évoqué cette expérience communautaire dans son livre Scouts et guides de France12 en 1962. Ce même « 14 rue de Sèvres » verra la naissance ultérieure en son sein d’une des premières troupes des Scouts unitaires de France en 197113.

  • 14 Il est décédé en 2010. Lire le témoignage d’Alfred Grosser dans La Croix [http://www.la-croix.com/ (...)
  • 15 On trouve aussi dans le projet un acteur du Théâtre national populaire (TNP) de Jean Vilar, trois (...)
  • 16 Cf. Philippe Riutort, « Le journalisme au service de l’économie », Actes de la Recherche en scienc (...)

5Qui trouve-t-on parmi les figures de proue de cette aventure immobilière ? Pierre Gravend, tout d’abord, le fondateur, auquel Louis Houdeville dédie son ouvrage Pour une civilisation de l’habitat, préfacé par Pierre Mendès France en 1969. Pierre Gravend est alors rédacteur en chef de la revue Syndicalisme de la CFTC et siège surtout, en en sa qualité de syndicaliste, comme administrateur de la Caisse d’allocations familiales (CAF). Plus précisément encore siège-t-il avec un autre membre fondateur à la commission sociale de la dite-Caisse dont l’une des tâches consistait à réaliser des prêts pour ces groupements d’auto-promoteurs afin d’obtenir, ensuite, un financement de l’État. à ses côtés, on trouve encore Roger Lavialle. Cet ancien ouvrier, né en 1920 à Clermont-Ferrand, militant à la JOC, monte à Paris avec son épouse après la guerre pour devenir le secrétaire général de l’Action catholique de la jeunesse française (ACJF), entre 1945 et 1949, puis son président jusqu’en 195414. Lavialle prend alors la tête du Groupe de presse catholique Bayard-Presse. Il devient ensuite Directeur Général d’Ouest-France puis administrateur de Havas à partir de 198115. Comme Hubert Beuve-Méry, ancien d’Uriage et fondateur du journal Le Monde, Gilbert Mathieu ou Jean Planchais du même journal16 et fortement investis par ailleurs dans l’ADA 13, Lavialle incarne l’itinéraire-type de ces hommes :

« Pour qui la force avec laquelle ils refusaient de mener une carrière politique n’avaient d’égale que la volonté d’agir sur la politique par d’autres voies » (Feertchak, op. cit., p. 63).

  • 17 La fondation de Royaumont a, entre autres choses, organisé plusieurs voyages en Angleterre, notamm (...)
  • 18 Grégory Busquet (2007) a consacré plusieurs pages de sa thèse à l’analyse de ce colloque (p. 122-1 (...)
  • 19 André Pescayre, qui crée le BERU avec Max Stern puis le dirige un temps, vient de Peuple et Cultur (...)

6On pourrait ajouter à cette liste de personnalités – même si elle ne fut pas impliquée personnellement dans l’aventure du 14 rue de Sèvres –, la figure intellectuelle de Gilbert Gadoffre, ancien d’Uriage lui aussi, et animateur du centre culturel de Royaumont17, dont plusieurs sessions de colloque prennent la ville et l’urbanisme comme objets d’études et de débats [Sociologie et urbanisme (1968)18, L’Art et la Ville (1976), Crise de l’Urbain, futur de la Ville (1984)] ou encore, bien évidemment, celle de Joffre Dumazedier19. Gilbert Gadoffre n’aura de cesse de vouloir renouveler l’humanisme classique par les apports de la modernité scientifique, que celle-ci prenne les traits des sciences humaines et sociales, des sciences de la nature ou des mathématiques. Cette vocation technocratique d’une science sociale organisationnelle se retrouve également dans nombre de travaux tenus sous les auspices de l’Institut des sciences sociales, la structure créée par Gadoffre pour chapeauter l’ensemble des rencontres de ce type, notamment les « stages de sciences sociales appliquées », où experts, universitaires et hauts fonctionnaires rencontraient, à l’occasion, des dirigeants cadres et techniciens du secteur public et privé pour leur faire prendre conscience du « bouleversement » apporté par les sciences sociales dans « l’intelligence des faits et la conduite des affaires » (Martin, 2011). Déjà, la section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social avait œuvré en ce sens (Kalaora et Savoye, 1989 ; Chambellan, 1998).

7En attendant, que ce soit donc Pierre Gravend, Roger Lavialle, Gilbert Mathieu et les membres de l’ADA 13, tous vivent, au quotidien, la vétusté, l’exiguïté et le manque de logements en France et y répondent par diverses initiatives :

  • 20 Le Monde ouvrier, journal du Mouvement Populaire des familles (MPF), juin 1949 (cité par B. Duriez(...)

« Ceux qui ont d’abord besoin de logements et de logements meilleurs doivent s’organiser entre eux afin de bâtir et de faire bâtir par eux-mêmes, pour eux-mêmes20. »

  • 21 Très actif à Dunkerque, entre autres, jusqu’à nos jours, même s’il a évolué dans ses statuts.

8Dans le droit fil des coopératives de construction fondées au début du XXe siècle, et des coopératives d’auto-construction réunies dans l’entre-deux-guerres sous le vocable « Cottage social de France21 », le principe est simple rappelle Bruno Duriez (2012, p. 150). Dans l’impossibilité où se trouvent la plupart des mal-logés, une fois réunis les prêts prévus pour leur accession à la propriété, de constituer leur part personnelle de financement, ils proposent de la remplacer par une participation concrète à la construction. C’est « l’apport-travail », reconnu par une décision interministérielle du 5 mai 1949 (MRU-Finances) prise dans le cadre de la législation HLM, et précisée par la circulaire du 12 août 1952 (Voldman, 1997). Les trente-quatre premiers futurs habitants du « 14 rue de Sèvre » vont ainsi se constituer en « Section des Castors de l’Habitat communautaire » et s’engager à fournir 20 heures de travail par mois. « Pour eux, par eux », ces militants se retrouvent dans ce slogan de la JOC et dans son pragmatisme. Ils voient dans l’auto-construction collective le moyen combiné de résoudre leurs problèmes personnels tout en offrant un modèle utopique, communautaire et coopératif de société. Tenant à la fois du « self-help », de la fierté et de la dignité de se libérer par son propre effort combinées à la solidarité du chacun pour tous et du tous pour un :

  • 22 Ce mode de vie était en partie pratiqué à l’intérieur du mouvement La Vie Nouvelle.

« Cette utopie veut dire création de communautés qui, sans vivre une vie communautaire intégrale, pratique l’entraide et la péréquation des salaires, et partagent l’espérance que cette mystique aura un impact sur l’ensemble de la société, inspirera des réformes de structures dans l’aménagement du territoire22, dans l’entreprise, dans l’organisation de la vie nationale et locale » (Lestavel, 1977).

  • 23 Cf. Entre autres [http://www.lectura.fr/dossiers/boimondau/a-propos-dossier.html]. Contraction de (...)

9Ils sont d’ailleurs soutenus, au plus niveau de l’État, par Eugène Claudius-Petit ou Pierre Courant (Pouvreau, 2004 ; Croizé, 2009). Pour Maurice Ducreux et toutes les personnes citées précédemment, ces expériences communautaires, depuis Boimondau23 en passant par Clairbois, et cet esprit coopératif ont profondément marqué leurs premiers engagements de vie et leurs engagements professionnels. Ainsi le BERU sera-t-il une SCOP, ce dont Maurice Ducreux sera fier, à ses débuts au moins.

  • 24 Il inspire, en 1952, le roman de Gilbert Cesbron, Les Saints vont en enfer. Des journalistes du Fi (...)

10En attendant les Stern et les Fourgous sont dans cette même situation d’inconfort et d’exiguïté extrême de leurs logements respectifs, qui à Ivry, qui dans le XIIIe arrondissement. Irène Stern se souvient qu’ils habitaient au 133 rue de Paris, dans un logement de deux pièces, avec de l’eau dans la cuisine seulement, un « tub » (une grande bassine de zinc) pour se laver et les toilettes dans la cour. Quant aux Fourgous, eux-aussi liés à des couples militants de La Vie Nouvelle et à des figures locales du XIIIe arrondissement telles que le père Jean de Miribel, ils entrent en liens avec les Castors d’Alfortville. Leur ami Maurice Ducreux est progressivement détaché des tâches sacerdotales pour mettre en place un comité des mal-logés, une coopérative de construction et le montage d’une opération de relogement social : Baticoop-Alfortville. Tous alors ont aussi, sous les yeux, l’engagement médiatisé d’André Depierre à Montreuil24. Outre le rayonnement religieux et intellectuel du « 60, rue Victor-Hugo » où il réside, Depierre est à l’origine du syndicat des mal-logés et se range délibérément du côté des « squatters » (Chauvière et Duriez, 1992) qui réquisitionnent des logements inoccupés. Il encourage aussi les initiatives de communautés de travail et les opérations Castors (Duriez, 2012, p. 123).

11De leur côté, Max et Irène Stern se lient d’amitié avec Bernard Moreau, ancien d’Uriage et de la Route lui aussi, devenu, lui aussi, militant actif de La Vie Nouvelle. Cet ingénieur commercial, MRP et père de 7 enfants, est un Castor de la première heure impliqué, notamment, dans l’édification de la Cité Marion à Vigneux-sur-Seine. Il propose à Max Stern de devenir responsable d’un groupe. Très vite, ce dernier prend la tête de la Société coopérative parisienne de construction qui assure la réalisation de deux coopératives de type Castors, à Sainte-Geneviève-des-Bois et à Marnela-Coquette. Pourtant, le mouvement est vite tiraillé en interne. Pour assurer leur représentation nationale, les mouvements d’auto-constructeurs se regroupent, en octobre 1950, dans l’Union nationale des Castors (UNC) présidée par Michel Anselme. Max Stern en est le vice-président. Le mouvement a ses détracteurs, plus ou moins affichés. Ainsi, en même temps qu’il monte sa coopérative de construction, Maurice Ducreux se consacre à la Confédération générale du Logement (CGL). Cette dernière, alliée au MLO, souligne les limites d’une formule qui ne saurait être érigée en solution d’ensemble. En effet, rapporté aux besoins de l’époque, le nombre de logement construits par les Castors est faible. De leur côté, la CGT et le PCF critiquent violemment le fait que les travailleurs doivent utiliser leurs loisirs à cela, s’excluant de fait de la vie militante.

  • 25 De 1953 à 1963, date de leur suppression, ils couvrirent un million de logements. La procédure alo (...)
  • 26 Cf. Klein Richard, Lelièvre Carine, JosseLoïc, Martineau Patricia (2014), La cité de l’Étoile à Bo (...)
  • 27 Largement composés de leplaysiens et des tenants de l’économie sociale (Georges Lamirand, Charles (...)
  • 28 Parmi les fondateurs de Baticoop on trouve aussi Georges Célestin (1915-2003), très proche du père (...)
  • 29 Témoignage de Dominique Montsaingeon [http://www.micdelapireandouille.fr/cariboostfiles/vg203620pr (...)

12À partir de 1955, de nouvelles possibilités de financement complémentaires rendent moins nécessaire l’apport-travail. Jean-Claude Croizé (2009) a par ailleurs très justement relevé le lien entre les Castors et la promotion, aux mêmes dates, des « Logements économiques et familiaux » – dits LOGECO –, instaurés par décret en 1953 (ill. 9-10)25. Les Castors, comme d’autres, ont recours à cette forme « sociale » de logements primés dont l’appareil d’État fait grand bruit. Leur importance centrale dans l’avenir de la production sociale, notamment celle des organismes d’HLM et des sociétés de crédit immobilier, est consacrée à l’article 2 de la loi du 15 avril 1953, dit « Plan Courant ». Peu après l’appel de détresse de l’abbé Pierre, les premiers programmes de grande envergure sont lancés : « l’opération Million » (Klein, Lelièvre, Josse, Martineau, 201426) complétée par la variante des « Logements populaires et familiaux » (LOPOFA) en 1955, et par la nomination de Pierre Sudreau au poste de Commissaire à la construction et à l’urbanisme de la région parisienne. C’est en effet pour prendre en charge et rationaliser les grands chantiers du Secteur industrialisé, et des « 4 000 logements pour la Région parisienne » lancés en 1954, que ce Commissariat est créé par le MRU. Sudreau, qui pressent aussi l’ampleur des problèmes de rénovation, s’adjoint les services de l’architecte Raymond Lopez, largement lié au Musée Social et à l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP)27, qui doit bientôt préparer la rénovation urbaine des îlots insalubres parisiens. Il encourage le lancement d’études préparatoires sur des surfaces importantes de taudis à éliminer ; des études préparatoires dont le BERU va se faire rapidement une spécialité. Les grands ensembles se profilent avec, bientôt, la procédure des ZUP (1958) (Klein, Monnier (dir.), 2002). En effet, la loi Minjoz, votée en mai 1950, permet désormais aux Caisses d’épargne ainsi qu’à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) de soutenir massivement l’effort de construction et d’étendre aux organismes de logements sociaux ce type de financements. Celle du 21 juillet 1950 apportait déjà, grâce une injection de fonds publics, un soutien à la construction privée. Dès 1960, le nombre de logements financés par l’État, passe à 60 000, alors qu’il n’était encore que de 15 000 l’année précédente (Tellier, 2012, p. 24). Dans ce contexte, le nombre de chantiers de Castors régressent. Les sociétés coopératives HLM prennent le relais, notamment celles fédérées dans le réseau Baticoop28 dont Michel Anselme, à la suite de l’UNC, prend la présidence (Duriez, 2012, p. 152). Le PCF entreprend alors une OPA sur ce réseau Baticoop, à laquelle Max Stern, selon certains témoignages, n’est pas étranger29.

  • 30 Quartiers anciens, politiques nouvelles, dossier coordonné par Yves Dauge (passé par le BERU dans (...)
  • 31 « La longue patience des mal-logés », Le Monde, 27 mai 1970.
  • 32 On lui doit aussi, par exemple, le pavillon de la France en aluminium à l’exposition universelle d (...)

13Au milieu des années 1960, la France est certes entrée dans la politique dite « des grands ensembles » mais, en 1964, si on recense 155 ZUP destinées à potentiellement accueillir 655 000 logements sur une surface de 17 000 ha, seuls 2 800 sont équipés et 90 000 logements sont en cours ou terminés. S’il s’agit bien d’une politique de grande envergure, qui a permis de passer de 291 000 logements/an à 514 000 entre 1958 et 1975, elle a aussi été réalisée de manière hiératique parfois, « au coup par coup30 ». Ce sont d’ailleurs des militants d’origine chrétienne qui prennent la plume dans les années 1960 pour dénoncer une crise du logement qui s’éternise et se prononcer en faveur du « collectif » dans le débat récurrent sur le mode d’habiter, qu’il faudrait mieux « insonoriser », mieux équiper, bref, mieux financer (Croizé 2009). Il s’agit de Gilbert Mathieu (1965), dans les colonnes du journal Le Monde31, et de son ami Louis Houdeville (Houdeville, 1969), militant de la Nouvelle Gauche (NG) et de l’UGS au sein du département de la Seine, et spécialiste de ces questions à la CFDT. Louis Houdeville se prononce pour des ensembles « d’échelle humaine » – à l’image du 14 rue de Sèvres qu’il promeut – qui ne manqueraient pas de vertus pédagogiques en invitant les habitants à se sentir concernés par la « gestion » puis à « dépasser ce stade primaire et s’intéresser à la vie sociale » (Houdeville, op. cit., p. 223). Il place alors aussi ses espoirs dans les recherches de l’architecte-urbaniste Jean Faugeron32 et ses réalisations dans la ZUP de Saint-Quentin ou à Laxou, dans l’agglomération de Nancy. Quant à Gilbert Mathieu, essentiellement préoccupé par les « besoins », les problèmes de financement ou la question foncière, il semble s’en tenir à l’évocation du « logement » dans ses dimensions essentiellement quantitatives, en insistant sur les inégalités flagrantes de sa distribution.

  • 33 Consulter aussi, pour la région lyonnaise par exemple [http://www.pact-rhone-alpes.org/pages/qsn/d (...)

14Face à la problématique du logement, tous ces hommes et femmes chrétiens nous semblent avoir d’abord fait preuve de pragmatisme, se saisissant de tous les dispositifs ou procédures successifs, quand ils n’en étaient pas eux-mêmes à l’origine (Tellier, 2012). On les retrouve ainsi aussi bien du côté des collectifs d’usagers que dans les puissants Comités interprofessionnels du logement (CIL), dans les organismes sociaux dédiés à la réhabilitation de l’ancien rassemblés dans le mouvement Propagande et action contre les taudis (PACT)33 (Toubon, 1981) ou encore à la CDC, marquée par la personnalité de François Bloch-Lainé, teintée de religion chrétienne et de scoutisme, là encore, et où régnait un esprit proche du Musée social, précisément (Landauer, 2005 ; Saunier, 2005, p. 117). « Pragmatisme » et « profanité », ne sont-ils pas les attributs de l’être urbain de La cité séculière (Harvey Cox), la « technopolis » caractérisée désormais par l’anonymat et la mobilité, deux solides atouts pour sa liberté ?

  • 34 Cité par Thierry Paquot (2004), op. cit., p. 13.

« Par pragmatisme nous entendons l’attitude de l’homme séculier qui pose la question : “cela fonctionnera-t-il ?”... Il juge des idées par le résultat qu’elles auront dans la pratique. Et quand nous parlons de profanité, nous pensons à l’horizon entièrement terrestre de l’homme séculier, à la disparition totale de toute réalité supraterrestre qui pourrait déterminer sa vie. Profane, au sens littéral du terme, signifie “hors du temple” – c’est-à-dire “ayant affaire au monde” » (Cox, 1968, p. 87)34.

15Des ZUP aux Plans de Modernisation et d’Équipement (PME) en passant par les grandes opérations de rénovation urbaine dans les centres anciens, le marché des études d’urbanisme s’est ouvert (Reggazzola, 1988). Communistes et chrétiens d’origine vont étroitement s’y mêler, et c’est pour prendre une place de choix dans « les affaires du monde » que Max Stern mobilise ses réseaux.

Lorsque le projet de création du BERU entre en adéquation avec une initiative de la Commission urbaine (CU) de la MDF et les préoccupations personnelles de Maurice Ducreux

Prendre la mesure des nouvelles perspectives ouvertes par une sociologie en voie d’institutionnalisation

  • 35 Friedman qui parraine un temps, avec d’autres (Alfred Sauvy, André Siegfried, Jean Ullmo, Henri La (...)

16L’association précoce de Maurice Ducreux au projet de création du BERU est certes imputable à des circonstances particulières qui relèvent largement du hasard – la problématique aiguë du mal-logement et ses liens personnels avec Max Stern – mais elle correspond aussi parfaitement, d’un point de vue chronologique, à un contexte plus général, celui de l’institutionnalisation de la sociologie, et à une autre initiative corollaire, non moins intéressante, émanant de la Commission urbaine de la MDF dont il est devenu une cheville ouvrière critique. La sociologie acquiert alors sa pleine légitimité institutionnelle avec l’élection, en 1955, de Raymond Aron à la chaire de sociologie de la Sorbonne et la création du Centre d’études sociologiques du CNRS (Tréanton, 1991) dirigé par Georges Friedman entre 1948 et 195135. Henri Mendras a décrit la manière dont Georges Friedman a donné une impulsion décisive à ce Centre, en allouant de grands domaines d’investigation à de jeunes chercheurs entreprenants. Il a aussi évoqué l’attraction exercée par les États-Unis, terre natale d’une sociologie empirique, professionnalisée et politiquement neutre sur une génération de normaliens tels que Friedman ou Jean Stroezel (Boltanski, 1981 ; Berthelot, 2003 ; Henry, 2004). À cette date précisément, les grandes enquêtes par questionnaires, qu’il faut rapprocher des bulletins utilisés pour les recensements religieux au même moment, commencent alors seulement à se généraliser au sein de l’Institut français d’opinion publique (l’IFOP) et de l’INSEE. Les origines du BERU sont donc parfaitement contemporaines de l’institutionnalisation de la sociologie en France, qu’elle soit urbaine, rurale (Friedman, 1953), ou encore religieuse (Boulard, Le Bras, Chélini, 1958). Ainsi, à Lyon par exemple, Jean Labbens fonde l’Institut de sociologie au sein des Facultés catholiques en 1955. La création de cet organisme fait suite à l’enquête de pratique dominicale organisée dans l’agglomération lyonnaise en mars 1954, mais aussi dans d’autres diocèses (Langlois, 1994 ; Chatelan, 2009, p. 223). En dehors de l’Institut lyonnais, une rare formation existait alors, celle dispensée, pour les adultes, par la VIe section de l’EPHE qu’anime l’un des amis de Ducreux, incardiné comme lui à la MDF, le sociologue ruraliste Placide Rambaud (Lagrave, 2009), ou bien encore Roger Beaume, né en 1919, auteur d’un rapport pour le compte de la Commission urbaine de la MDF au moment même où il est en plein cursus (1955-1958).

  • 36 Membre de la Commission urbaine de la MDF, René Salaün (1910-2000) est né à Carnac. Il est docteur (...)
  • 37 C’est semble-t-il dès 1952 que la MDF envisage la constitution d’une « équipe scientifique ».

17Celle-ci s’interroge alors sur la pertinence de créer une sous-commission « sociologie » dotée de moyens réels d’exister. En novembre 1955, lors d’une session de la MDF à Pontigny, où le séminaire se situait désormais, le père René Salaün36 avait rappelé les perspectives ouvertes par la sociologie, à savoir une aide pour les équipes locales dans la connaissance précise et « scientifique » du secteur dont elles avaient la charge, une recherche d’ordre général et susceptible, à long terme, d’équilibrer la politique d’ensemble de la MDF en lui faisant mieux découvrir, ainsi qu’à l’Église, les divers milieux et leurs mentalités. Enfin, la sociologie était à ses yeux une science représentative du monde d’aujourd’hui ; à ce titre, elle réclamait une présence sacerdotale parmi ses techniciens, comme les autres courants du monde moderne, notamment le milieu de la recherche37. De l’échange qui avait suivi cette mise au point était sortie l’idée de mettre sur pied une équipe de prêtres détachés pour la sociologie. Mais aucun nom n’avait été avancé. Deux hommes se chargèrent dans les mois qui suivirent de prendre des contacts et de rédiger un rapport préparatoire à la session de la Commission urbaine de novembre 1956, Julien Potel et Roger Beaume :

  • 38 Archives privées de Maurice Ducreux. Rapport de Roger Beaume. Sans date précise.

« Quand on parle de travail de sociologie d’un prêtre, on peut distinguer dans l’état actuel des choses cinq plans d’engagement, tous différents les uns des autres. Plus ou moins liés entre eux, ces 5 plans de travail peuvent partiellement coexister dans les mêmes personnages (au moins pour les 4 derniers)38. »

18Parmi ces plans, Roger Beaume envisageait clairement, pour un prêtre, la possibilité :

« de participer à la recherche de divers organismes locaux... En tant que membre de la Cité et sur un plan non confessionnel. Cette recherche sera orientée pour un plus grand bien-être humain et une meilleure organisation de la Cité. à ce titre, un prêtre peut avoir sa place comme chrétien et comme responsable d’une communauté chrétienne »...

19Dans ce même rapport, Roger Beaume envisageait aussi pour un prêtre de :

« Participer à une recherche du clergé local ou même de l’organiser. Cette recherche peut porter sur un simple recensement des pratiquants, ou sur une étude plus large de la vie de l’Église locale, ou encore sur une étude de sociologie générale du secteur qui donnerait aux deux premières tout leur sens. Recherche ecclésiale, limitée en profondeur et en efficacité, mais permettant, par la mise en route du clergé local, des débouchés inattendus et une large répercussion au plan de l’action ecclésiale. »

20Ducreux est l’auteur d’un rapport de ce type, daté du 17 octobre 1956, nous l’avons vu. Pour autant Roger Beaume ajoutait que si la MDF voulait une équipe efficace, elle devrait y mettre le prix au départ :

« Ce travail demande des moyens financiers réels. Les travaux de classement et de statistiques sont en grande partie du ressort d’employés civils, à condition qu’on puisse les payer. Le matériel indispensable représente aussi des frais importants. Il faut donc laisser à l’équipe la possibilité de prévoir progressivement son autofinancement partiel (à chercher dans le genre : travaux annexes rémunérés par des organismes ou des particuliers). Il est aussi indispensable que chacun des membres de l’équipe de sociologie puisse acquérir progressivement et parallèlement à son travail la formation technique qui lui est nécessaire. Il est tout aussi indispensable qu’il ait un minimum d’insertion dans un travail local de sociologie et que cette insertion soit officiellement reconnue ( = contrat). »

21Et c’est bien là que le bât blesse. La MDF a du mal, semble-t-il, à dépasser le stade des rapports et des vœux pieux pour agir concrètement car, sur le fond, les questions sur la nature du sacerdoce missionnaire et le soutien réel de la hiérarchie n’ont pas été tranchées, ni sur le terrain, ni dans les esprits, par les sanctions des années précédentes. C’est ce qu’illustre la réalité quotidienne de Maurice Ducreux à Alfortville depuis près de trois ans :

  • 39 Archives privées de Maurice Ducreux. Note du 26 août 1957.

« Pour ma part, personne en dehors de l’équipe ne m’a donné mission pour me situer dans le drame du logement. Notre souci missionnaire nous guide mais il arrive un moment où nous nous demandons quel crédit et quelle confiance nous accordent nos responsables hiérarchiques, parfois ceux de la Mission et, souvent, pour ne pas dire plus, ceux de l’archevêché39. »

22Pendant trois ans, Maurice Ducreux a donc agi gratuitement, tout en émargeant au budget de l’équipe d’Alfortville (denier du culte, quêtes, etc.) :

« Si le travail que j’ai fait représentait de la valeur, jusqu’en mars 1957 je l’ai fait sans toucher un centime. Je me suis rendu compte que cette façon de faire, à première vue pure et désintéressée, était équivoque car c’étaient d’autres personnes, autres que les mal-logés, qui bénéficiaient sans rien faire de la valeur de mon travail. C’est pourquoi je cherche, depuis mars 1957, à avoir une juste rémunération correspondant à mes activités. Ceci me permet actuellement de faire face à mes frais personnels, assez importants, et de rembourser l’équipe des sommes qu’elle m’accordait. La part, encore assez importante qu’il me reste, est mise au service des mal-logés et non pour apporter un supplément de ressources à l’équipe [...] car je ne veux pas qu’il soit dit que je rapporte de l’argent à l’équipe des prêtres à partir du drame des mal-logés. »

23Ce travail lui a par ailleurs donné l’occasion d’être engagé dans l’effort de construction qui se déploie et de mesurer combien l’acte de construire est complexe et engage quantité de valeurs :

  • 40 Archives privées de Maurice Ducreux. Note du 26 août 1957.

« Toute la mise en œuvre d’un plan, la façon dont est constituée une société, le jeu des relations à l’intérieur de celle-ci, la destination du bâtiment, le mode de répartition sont beaucoup plus que des tâches à remplir, des solutions concrètes à établir. Tout cela dénote une conception de l’homme et de la société qui s’inscrit dans la pierre pour des années... La construction change les territoires et change les hommes, impose des structures nouvelles aux mentalités, elle peut asservir ou libérer... La construction est un monde... C’est un monde par le nombre d’hommes qui y travaille... Plus de 150 démarches sont nécessaires pour faite sortir de terre un bâtiment, et combien d’hommes !... C’est un vrai milieu sociologique, qui réclame des compétences suffisantes pour le comprendre, pour en être. On est dedans ou on est dehors. Il n’y a pas de plan pour une solution hybride. C’est un lieu où le prêtre peut vivre en fonction de ce monde nouveau dont on parle si souvent et où on trouve des bases et des signes matériels de son édification. Si nous voulons penser évangélisation en termes d’avenir, il est important d’engager des prêtres dans cette situation d’avenir40. »

  • 41 Cf. supra.

24Prises ensembles, ces considérations expliquent autrement que par le complet hasard son entrée au BERU. Il est plus que vraisemblable, même si nous en sommes réduits, faute de certitudes, au stade des hypothèses, que l’autodidacte Ducreux se soit formé, sur le tas, par la fréquentation des hommes cités et celle de l’équipe d’Économie et Humanisme dont il connaît les principaux acteurs depuis Lisieux, sur l’usage et les apports des statistiques, la démographie et la morphologie sociale (Lenoir, 2004). à la même époque, Jean-Claude Barthez (1994, op. cit., p. 85-86) raconte comment il avait complété sa formation en technique d’enquête acquise à Lisieux par la participation à un stage organisé par Économie et Humanisme, et comment il mit à profit cette sociologie empirique développée par Chombard de Lauwe et ses équipes à Paris, en Algérie cette fois, à Hussein-Day, soutenu dans son entreprise par l’Institut des statistiques d’Alger. Ce travail d’équipe a été publié par la revue de cet Institut à l’automne 1955. Mais d’autres influences ont sans doute aussi pesé méthodologiquement au sein du BERU et ce en lien avec ses parrainages initiaux sur lesquels nous allons revenir41, ce sont celles des bureaux d’études qui on accompagné l’étape de rationalisation de la production (COFROR/COFREMCA, CEGOS) et de quantification des faits sociaux et des besoins (INSEE, INED, CREDOC), privilégiant les méthodes quantitatives, les analyses de prospective et la recherche de solutions techniques susceptibles de conseiller directement les élites économiques et administratives ; ce qu’Odile Henry (2004, op. cit.) qualifie pour sa part d’institutionnalisation d’une science sociale « sans supposition » (Weber) c’est-à-dire : « d’une sociologie réduite à une méthode d’enquête empirique ou à une technique de mesure quantitative du social ayant renoncé à toute démarche conceptuelle ».

  • 42 Idem.
  • 43 Maurice Ducreux fait explicitement état d’un partenariat avec le CINAM, autre partenaire de la SAG (...)
  • 44 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur de janvier 2013. Le CINAM possédait deux filiales en (...)

25Plongé au sein de ce « cocktail » méthodologique d’origines diverses à l’œuvre au sein du BERU naissant, Ducreux s’est alors probablement rompu aux techniques d’enquête sur les tissus urbains anciens, à leur traitement mécanographique, toutes choses qu’il va rapidement mettre en pratique au sein du BERU. C’est ainsi la même SAGMA, fondée à Saint-Étienne par le Polytechnicien catholique Jean Queneau42, qui va traiter à la fois les enquêtes de pratiques religieuses dominicales lancées notamment par Jean Labbens dans le diocèse de Lyon au printemps 1954 (Chatelan, 2012), et les enquêtes-logements du BERU pour les opérations de rénovation urbaine, à Ivry et ailleurs. Il en va de même pour le CINAM, fondé par Georges Célestin et co-dirigé par Paul Cornière, avec lequel le BERU et Maurice Ducreux lui-même travaille43, dans l’agglomération rouennaise par exemple44. Un BERU qui n’aurait pas vu le jour sans l’entregent et l’aura de son fondateur : Max Stern.

Max Stern fondateur du BERU : un homme de réseaux et d’influence

26Fin 1955, début 1956, Max Stern commence à discuter de son projet. Maurice Ducreux est présent dès les prémisses de l’aventure du Bureau d’études et de réalisations urbaines (BERU) :

  • 45 Note dactylographie de Maurice Ducreux du 12 décembre 1962.

« Au fait de mon action locale à Alfortville, du soutien accordé par ces techniciens et des connaissances antérieures, ces amis m’ont demandé de faire partie de leur équipe. Cette équipe a rapidement donné naissance à un véritable bureau d’études... Étant donnée la façon dont s’est constituée l’équipe, il y a tout un noyau qui se connaissait antérieurement, dans lequel, en simplifiant les positions, on trouve des chrétiens ayant participé au mouvement missionnaire et ayant depuis des positions diverses vis-à-vis de l’Église et du monde, et des gens ayant milité dans des syndicats. Au point de vue formation, outre l’expérience humaine acquise par chacun, on trouve des sociologues, géographe, économistes et, d’une façon générale, des hommes possédant ou découvrant les problèmes de la construction et de l’urbanisme45. »

  • 46 Propos d’Irène Auscher-Stern qui nous a donné cette précision intéressante sur la « provenance » d (...)
  • 47 Ancien d’Uriage aux côtés de Chombard et Joffre Dumazedier, cet espagnol fonde Peuple et Culture a (...)
  • 48 Irène Auscher-Stern et Simone Fourgous sont toutes deux pharmaciennes de formation.
  • 49 Il fut, sous Vichy, commissaire au STO. Sur le personnage et la COFROR, lire le témoignage d’Alain (...)
  • 50 La COFROR prolonge, en partie au moins, le Bureau d’ingénieurs conseils en organisation (BICRA) – (...)
  • 51 Contraction de Centre polytechnicicien d’études économiques, animé par Roland Ziegel un ingénieur (...)

27L’hiver 1956, André Pescayre, géographe de formation, arrive du sud-ouest. Il n’est, semble-t-il, pas « étiqueté chrétien46 », même s’il vient de Peuple et Culture et qu’il est recommandé par Benigno Cacéres47, qu’Irène Auscher-Stern a fort bien connu pendant la guerre. Les premières réunions préparatoires à la naissance du BERU ont donc lieu cet hiver-là, place Saint-Thomas d’Aquin dans le VIe arrondissement, derrière le boulevard Saint-Germain dans une petite pièce au 6e étage d’un petit immeuble à louer. Il y a là Jean Bas, un militant communiste du XIIIe arrondissement, responsable de la branche chimie et pharmacie de la CGT48, et sa belle-sœur Rolande Lefebvre ; André Pescayre, Maurice Ducreux et Max Stern. Leur démarche est doublement et puissamment parrainée. Par Robert Weimann tout d’abord. Pour le moins controversé pendant la guerre, cet « organisateur-né » aux dires d’Irène Stern49, a fondé, en 1942, avec Gérard Bardet, la Compagnie Française d’organisation (COFROR50) dans la mouvance du Groupe planiste X-Crise51. Le second parrain est Pierre Sudreau, compagnon de Max Stern dans la Résistance et commissaire à la Construction et à l’Urbanisme pour la Région parisienne, avant de devenir ministre de la Construction du général de Gaulle.

28À travers ces deux parrainages du BERU nous retrouvons donc l’ambiguïté originelle, consubstantielle pourrait-on dire, de cette « administration de mission » (Pisani, 1956) qui prit en charge études urbaines et opérations d’aménagement. Les nouveaux planificateurs gaullistes vont en effet faire apparaître tous les organismes – centraux et déconcentrés – d’études et d’aménagement comme des nouveautés, des ruptures, alors même qu’ils sont, pour partie au moins, la continuation de la tradition plus lointaine des mouvements planistes des années 1930. Fort critiques à l’encontre de la démocratie libérale, ces planificateurs n’imaginèrent, pour l’infiltrer et incorporer les principes mêmes de leur action moderniste, qu’une dissimulation de leurs origines autoritaires (Regazzola, op. cit., p. 49). La Résistance, en ce qu’elle a pu avoir de transpartisan et de progressiste, a incontestablement servi ce dessein.

  • 52 Le BERU mènera plusieurs travaux d’étude sur le Bassin Minier. Cf. chapitres IV et V.
  • 53 Entretiens de l’auteur avec Irène Stern du 4 avril 2012 et avec Marc Wiel du 22 novembre 2012. Cf. (...)
  • 54 [http://www.whoswho.fr/decede/biographie-jean-labasse229].
  • 55 Archives Lebret, 45 AS 49, message de Augros à Lebret (en partie illisible) du 7 janvier 1947( ?)  (...)
  • 56 Lire Journal, d’Hélène Berr, préface de Patrick Modiano, suivi de : Hélène Berr, une vie confisqué (...)
  • 57 Entretien de l’auteur avec Irène Stern du 4 avril 2012.
  • 58 Cf. Crémieux-Brilhac Jean-Louis, La France Libre, Paris, Gallimard, 1996 ou, plus spécifiquement, (...)
  • 59 Sur Serge Antoine, cf. [http://www.association-serge-antoine.org/].
  • 60 Pouvreau Benoît, Un politique en architecture. Eugène Claudius-Petit, Paris, Le Moniteur, 2004, p. (...)

29Outre ces deux forts parrainages initiaux, il nous faut reconstituer les influences intellectuelles et les réseaux au croisement desquels se trouve Max Stern, et ce pour bien comprendre son aura dans les milieux-clés au sortir de la guerre et mesurer l’importance prise par le BERU dans le monde des études urbaines, en France et au-delà, dès la fin des années 1950. Max Stern est né le 5 janvier 1920 à Paris, dans une famille de la bourgeoisie juive ashkénaze. Il fait ses études au Lycée Janson de Sailly, où il se lie d’amitié avec Albin Chalandon, puis à Condorcet où il côtoie Edgar Pisani. Autrement dit : deux futurs ministres de l’Équipement, qui se succèdent entre 1966 à 1972. Il prépare l’ENS au Lycée Henri IV. Admissible à l’écrit, il échoue à l’oral. à la rentrée de 1939, il devance l’appel, demande et obtient son émancipation et passe l’hiver 1939-1940 comme élève officier de réserve à Saint-Cyr avec Jacques Piette, futur Compagnon de la Libération et futur sénateur-maire socialiste d’Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais52. Tous deux s’engagent dans la cavalerie et rejoignent Saumur. Fait prisonnier une première fois, il s’évade et retourne à Paris où il se réfugie un temps chez Albin Chalandon avant de gagner Lyon en 1941. Il y reprend des études d’histoire ancienne et se lie d’amitié avec celui qu’il considèrera longtemps comme un de ses « moteurs professionnels » : Jean Labasse (1918-2003)53. Celui-ci viendra, comme Henri Lefebvre d’ailleurs, échanger ses conceptions en aménagement, urbanisme et développement régional avec l’équipe rouennaise de la SORETUR des années plus tard. Olivier Chatelan (2008, p. 110 et 115) a souligné son rôle influent dans les débats qui présidèrent à l’aménagement de la région lyonnaise après la guerre. Né à Lyon, ce chrétien convaincu est fondé de pouvoir de banque quand il rencontre le Père Lebret, en 1942, par l’intermédiaire du Polytechnicien Jean Queneau, impliqué dans le Bureau lyonnais d’analyse et de conjoncture (BLAC). à ses côtés, Jean Labasse54 devient l’un des membres éminents de cette structure qui se veut une société d’études auprès d’organismes publics et privés. Auteur d’articles de géographie humaine dans les revues publiées par Économie et Humanisme, il soutient en décembre 1953 une thèse de géographie économique qui, intitulée : Les capitaux et la région, étude géographique. Essai sur le commerce et la circulation des capitaux dans la région lyonnaise, rejoint les préoccupations d’aménagement régional de l’association. Il devient membre du Comité pour l’aménagement du territoire et l’expansion économique de la région lyonnaise et y appelle Michel Laferrère, militant à la JEC et autre géographe, dirigé en thèse par le professeur André Gibert formé à l’école de géographie de Grenoble par Raoul Blanchard. C’est aussi à Lyon que Max Stern est repéré par le père Louis Augros avant que dernier ne prenne la tête du séminaire de Lisieux. Ce dernier pressent sa conversion au catholicisme, la rupture familiale qu’elle entraînera et s’en ouvre au père Lebret55. La mère de Max Stern, de son côté, s’est beaucoup investie dans l’Oeuvre de secours aux Enfants (OSE) – accusée de double jeu pendant la guerre –, et l’Union Juive de France56. Militante de la Wife International Zionist Organisation (WIZO), elle a collecté des fonds pour le tout jeune état d’Israël (Schaefer, 2007)57. Même s’il prend des distances avec sa famille, les réseaux maternels de Max Stern alimenteront le BERU, en contrats d’études avec Israël, ou en personnel. Début 1943, il s’engage dans la Résistance et gagne l’Espagne où il est arrêté. Comme d’autres prisonniers français, il est échangé par les Américains contre des sacs de blé. De Gibraltar il rejoint alors Alger, puis Londres, puis l’Écosse où il intègre le centre de formation ouvert par les FFI à destination des jeunes officiers français volontaires. Il gagne ainsi les rangs du Bureau central de renseignement et d’action (BCRA)58, où officie le colonel Antoine, le père de Serge59, qu’il retrouve par la suite, dans les équipes de Chombard de Lauwe, puis à la DATAR à partir de 1963. Le colonel Antoine qui fonde, rappelons-le, à Londres, en novembre 1942, l’Union des Ingénieurs et Techniciens Combattants (UNITEC), qui a pour but « de réunir tous ceux qui, au sein de la France combattante, ont une formation scientifique et technique (ingénieurs, savants, techniciens, architectes, etc.) [...] pour l’étude en commun des problèmes techniques que posent la guerre et l’après-guerre60 ». Raymond Aubrac en fait partie et les communistes sont rapidement majoritaires en son sein. Ce dernier vit, avec sa femme Lucie, dans le même immeuble que les Stern dans le XIIIe arrondissement et fonde le BERIM, un bureau d’études lié aux municipalités communistes. Le colonel Antoine fait figure un temps de favori au poste de ministre de la Reconstruction mais le portefeuille échoit finalement à Raoul Dautry.

  • 61 Modèles anglo-saxons que l’on retrouve aussi dans le marketing et que la COFREMCA, filiale de la C (...)
  • 62 Cf. témoignage de Bernard Barraqué dans Pour mémoire, revue d’histoire du MEDDTLE, no 11, été 2012 (...)

30Deux fois parachuté en France pour instruire les maquisards de l’Ain et du Vercors, à l’été 1944, Max Stern participe en Savoie à la libération de Lanslebourg et des villages voisins jusqu’à la reddition des Allemands dans cette région. Il regagne rapidement Paris, se réengage cette fois aux côtés des Américains et participe à la Libération de Metz. Il est décoré de la Croix de Guerre par de Gaulle fin 1944 et de la Bronze Star medal US Army. Il suit la traversée de l’Allemagne jusqu’à Berlin où il reste, un an durant, en qualité d’officier de liaison interarmées. Il est démobilisé en janvier 1946. Fort des réseaux forgés pendant la guerre de part et d’autre de l’Atlantique, Max Stern sera, par la suite, un des plus actifs « vecteurs/importateurs » en France des modèles théoriques d’analyse et de planification anglo-saxons61 dont les ingénieurs et/ou hauts-fonctionnaires français, de plus en plus friands de formation complémentaire aux États-Unis, à l’image de Bernard Barraqué, devinrent les hérauts62. Stern prendra ainsi l’initiative d’emmener, en avril 1964, pendant trois semaines, Outre-Atlantique, les caciques français de l’aménagement : Pierre Bon, André Laure, Roger Macé et Jérôme Monod (Saunier, 2005, p. 134).

  • 63 Prix Nobel de chimie avec sa femme en 1935, encarté au PCF depuis 1942, membre actif du Front Nati (...)

31De retour en France, Max Stern a 26 ans et besoin de travailler. Sa conversion au catholicisme et ses liens avec Augros le plongent dans le milieu missionnaire et chrétien progressiste, à Ivry. Ses amitiés communistes sont solides et nombreuses. Jusqu’en 1952, il est ainsi embauché au Comité des Œuvres sociales d’EDF, une compagnie nouvellement nationalisée et dirigée par Marcel Paul, un militant communiste. Son emploi est un paravent rémunéré pour ses activités au sein du Mouvement de la Paix. Son témoin de mariage en 1950 n’est autre qu’Yves Farge, ancien préfet de la Région Rhône-Alpes nommé par de Gaulle à la Libération, et président du Mouvement de la Paix en France. Max Stern devient le secrétaire de Frédéric Joliot-Curie63, lui écrit ses discours et l’accompagne à Vienne, en 1951, lors du congrès de ce mouvement où l’Appel de Stockholm est débattu. Mais, en 1952, le COS d’EDF qui le payait est dissous. Les Stern sont alors parents et sans revenus. C’est Albin Chalandon qui, cette fois encore, leur « sauve la mise » en offrant à Max Stern un emploi bien rémunéré à la Banque commerciale de Paris, peu de temps avant que Bernard Moreau ne l’invite à rejoindre le réseau d’auto-constructeurs des Castors et la coopérative Baticoop.

Le BERU à ses débuts : le temps des militants

  • 64 À la création du BERU en 1957, le capital social investi par chacun des membres se monta à 350 fra (...)
  • 65 AMI témoignages de C. Thomas et G. Gamiche, novembre 1996.
  • 66 Cf. chapitres 3 et 6. Entretien téléphonique avec l’auteur du 17 avril 2013.

32L’objet social du BERU, officiellement créé en 1957, est de concourir, par des missions de conseil, d’études et d’assistance technique – on dirait aujourd’hui d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) – à la résolution des problèmes posés par l’aménagement du territoire, l’urbanisme et le loge-ment, la conception et la réalisation d’opérations d’urbanisme. On retrouve, parmi les fondateurs, le « noyau dur » déjà évoqué : Maurice Ducreux, Jean Bas et Rolande Lefebvre, auquel s’ajoute Bernard Moreau, venu apporter son expertise en matière de gestion de la SCOP qu’est donc le BERU64. Deux femmes syndicalistes étoffent les rangs : Jacqueline Aymot et Suzanne Chaudouard. Née en 1920 en Ardèche, devenue permanente CGT de la branche Chimie, Suzanne Chaudourad est une ancienne ouvrière de l’usine de caoutchouc dans laquelle Maurice Ducreux a lui-même brièvement travaillé. Aucun d’entre eux n’a de formation en urbanisme, mais tous vont apprendre « sur le tas » jusqu’à devenir des professionnels respectés. Les témoignages recueillis tendent tous à souligner combien Suzanne Chaudouard, à son arrivée de province à Ivry, a personnellement souffert de la crise du logement, trouvant d’abord refuge à l’Armée du Salut (au Palais de la Femme), puis dans une petite chambre au-dessus d’un café, au 45 rue de Châteaudun à Ivry65. Raymonde Laluque, mais aussi Jean-Pierre Portefait66 ont insisté sur les qualités professionnelles qu’elle développa dans l’opération de rénovation du centre-ville d’Ivry :

  • 67 Entretien de Raymonde Laluque avec l’auteur de novembre 2011.

« Elle est vraiment rentrée dans la réglementation en matière d’expropriation, de financement jusqu’à devenir une des plus remarquables chargée d’études à la Société d’économie mixte d’Ivry (SEMI), capable véritablement de faire respecter l’économie du projet67. »

  • 68 La COFROR et le BERU sont d’emblée et durablement partenaires, mutualisant certains de leurs locau (...)

33Ce premier cercle de fondateurs autodidactes s’entoure rapidement de conseillers et de nouveaux collaborateurs déjà aguerris aux techniques d’enquêtes et aux diverses méthodes de cartographie et d’analyse urbaine les plus en pointe. Par Robert Weimann arrive ainsi Jean Baboulène (1917-1985), ingénieur-conseil à la COFROR, chrétien progressiste et résistant68. Par les réseaux féminins de la WISO arrive Albert Levy-Soussan, juriste d’origine marocaine qui devient le premier secrétaire général du BERU. Enfin, en 1958, venus tout droit, ou presque, des « équipes Chombart », les sociologues Louis Couvreur, Maurice Imbert et Michel Marié (Marié, 1989), ou encore l’économiste Louis-Albert Guichard et Jean Lallement complètent la « première génération » des membres du BERU. Maurice Ducreux est prêtre, Jean Lallement l’a été. Quant à Michel Marié, il a été séminariste à Lisieux.

  • 69 Entretien de l’auteur avec Pierre Gaudez du 17 janvier 2013.

34Ce constat recoupe certaines des considérations faites auparavant concernant l’institutionnalisation de la sociologie et ne laisse d’interroger : à partir du moment où l’Église a reconnu l’expertise d’une sociologie comme science à part entière, extérieure à elle, et qu’elle a accepté d’y envoyer sa propre élite et ses propres experts « s’y frotter » et s’y former, n’a-t-elle pas, de fait, « passé la main » ? Si la sociologie religieuse et urbaine s’est d’abord construite en dehors de l’Université, à l’initiative de religieux et de sociologues croyants (Jean Labbens), elle s’est bien poursuivie au sein de laboratoires et de centres de recherche laïques, fréquemment tenus par d’anciens religieux. Non seulement la sociologie s’est sécularisée mais elle a sécularisé, pour partie au moins, ses experts avec elle. à cette première liste de clercs déclergifiés, on peut en effet au moins ajouter les noms des dominicains Henri Desroche et Maurice Montuclard, d’Henri Coing mais aussi, plus tard, et de manière plus anonyme, les anciens jésuites Alain Jeantet, membre-fondateur du GETUR, un bureau d’études grenoblois ou encore Xavier Gaullier, un temps chercheur au Centre de sociologie des organisations (CSO) de Michel Crozier et à la Fondation des Villes69, celui de l’ancien dominicain Jean-Marie Gueuret, devenu sociologue à l’agence d’urbanisme de Dunkerque (AGUR) ou de Jean-Claude Barthez, enfin (cf. annexes, tableau 1), ancien de la MDF devenu membre du Groupe de sociologie urbaine (GSU) à Lyon, de l’ADELS-Rhône-Alpes puis cadre à la Communauté urbaine siégeant au Conseil de développement de l’agglomération lyonnaise. Il y a bien là à l’œuvre dans les trajectoires des individus cités, l’effet décapant des sciences humaines sur une partie des clercs repéré par Denis Pelletier (Pelletier, 2002).

  • 70 Par ce concept d’indifférence spatiale Nuytens explique que les consommateurs ne choisissent pas f (...)

35Non seulement l’expertise urbaine d’origine catholique est dès lors majoritairement le fait de laïques (ou bien d’anciens séminaristes et de clercs défroqués), mais les catégories, concepts ou schèmes mentaux qui s’élaborent au sein-même de l’Église, le plus souvent en lien avec son désir d’ajuster la pastorale urbaine en fonction d’un optimum territorial sans cesse reformulé, empruntent essentiellement, voire exclusivement, aux disciplines profanes. Thierry Paquot (2004) ou plus récemment à sa suite Olivier Chatelan (2012, p. 112-113) ont tour à tour souligné les apports des géographes comme Pierre George, l’influence des théories des lieux centraux de Walter Christaller, celle de la littérature disponible à l’époque sur l’installation des centres commerciaux – à l’image du concept d’« indifférence spatiale » de Nuytens (1967)70 – sur l’élaboration d’un véritable planning paroissial et le choix de localisation des nouveaux lieux de culte. Ce constat que nous faisons d’une sécularisation à l’œuvre, au sein-même de l’Église, rejoint, de fait, l’analyse de l’américain Harvey Cox dans son livre La Cité séculière (Paquot, 2004, p. 12) :

« La sécularisation, écrit-il, implique un processus historique, presque à coup sûr irréversible, au cours duquel la société et la culture sont affranchies de la tutelle d’un contrôle religieux, et, aussi, de conceptions trop étroitement métaphysiques. Nous avons affirmé que c’est un événement essentiellement libérateur » (1968, p. 50).

Héritages et influences méthodologiques et intellectuelles du BERU à ses débuts

  • 71 Titulaire d’un DEA d’histoire et géographie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHE (...)

36La pluridisciplinarité du BERU, qui sera une caractéristique commune et constante de toutes les structures d’études urbaines créées dans ces années au sein de cette « administration de mission » (OREAM, GEP, Missions d’études et d’aménagement des villes nouvelles, agences d’urbanisme etc.), peut être considérée comme un héritage de sa filiation avec la pensée et la pratique d’un Gaston Bardet ou d’un Chombard de Lauwe. En soulignant que Bardet fut « peut-être le premier “urbaniste” pluridisciplinaire au sens où nous l’entendons habituellement », Francis Cuillier71 (1978, p. 48-52) note qu’il a su intégrer les apports de la philosophie, de l’histoire, de la géographie, de l’archéologie, de la sociologie et de la démographie, bref, des sciences humaines en général (Frey, 1999). Il est vrai que Francis Cuillier fut un temps responsable de l’Institut supérieur d’urbanisme et de rénovation urbaine (ISURU) que Gaston Bardet a créé à Bruxelles en 1947, avec l’ingénieur belge Henri Gilis. Chombard de Lauwe a constamment mobilisé les travaux des géographes, de Vidal de la Blache et Friedrich Ratzel (pour l’Allemagne) à Jean Brunhes, Pierre Deffontaines, Albert Demangeon ou encore Roger Dion. C’est l’évolution même de cette discipline dans le sens d’une atténuation de l’influence du milieu physique et de l’affirmation de la place prépondérante qu’y occupe l’action de l’homme qui peut-être observée dans ces collaborations. à la base de cette méthode proposée par Chombard de Lauwe et ses collaborateurs se trouve l’établissement de cartes qui rappellent le passé et donnent le reflet dans le présent de divers types d’espaces économiques, démographiques, culturel et religieux. Il s’agit de saisir « l’espace social total ». Ces cartes comparées, superposées, analysées permettent d’appréhender rapidement le contour et les caractéristiques du cadre spatial où évoluent les groupes sociaux étudiés. L’utilisation de vues aériennes permet d’opérer une approche préalable, de procéder à des contrôles ou à une synthèse (Kellermann, 2000). Le second volume de Paris et l’agglomération parisienne met lui aussi l’accent, grâce au cartographe-sémiologue Jacques Bertin, sur la recherche en matière de représentation visuelle et graphique.

  • 72 Le 26 juin 2013, une journée d’étude a été consacrée de nouveau à Robert Auzelle et à son œuvre [h (...)
  • 73 Actes des tables rondes Robert Auzelle, IFA, février et mars 2000, Colonnes, no 19, novembre 2002, (...)

37Mais au moment où le BERU fait son entrée en quelque sorte dans le milieu des études urbaines, c’est l’enseignement de Robert Auzelle à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris (IUUP), couplé, précisément, à celui de Chombard de Lauwe, qui est déterminant. Bernard Huet a classé Robert Auzelle dans le courant des réformateurs, en soulignant son pragmatisme et l’attention qu’il portait aux matériaux, aux sujets, aux terrains, aux sites et à toutes les conditions de vie (Huet, 2002, p. 14)72. Entre 1947 et 1951, Auzelle publie les Documents d’urbanisme, bientôt suivis, jusqu’en 1961, par les volumes de l’Encyclopédie de l’urbanisme qui se veulent autant d’outils pédagogiques supports à des exercices de conception et de composition urbaines. Dans le portrait que Claude-Henri Rocquet lui a consacré, en 2000, à l’occasion de tables rondes organisées par l’Institut français d’architecture (IFA)73, ce dernier a insisté sur des traits qui le rapprochent incontestablement des hommes précédemment cités :

« Robert Auzelle était un humaniste. Par sa culture, son désir de culture, la diversité de ses regards, sa curiosité d’esprit, mais aussi par son souci de l’homme, de l’épanouissement de l’homme. Pour mieux dire : des hommes. Dans leur réalité, leur existence. Dans leur dimension quotidienne, leur dimension historique. Leur dimension personnelle, intérieure. Ces hommes qu’il lui arrivait d’appeler, tout simplement : le prochain... l’imagination précise du réel à venir, la pratique du “scénario” était pour lui une méthode pour concevoir le projet, un instrument de conception. »

38Pour sa part Frédéric Bertrant l’a qualifié de « chrétien et jardinier (au paradis) » ; une allusion à son ouvrage intitulé Dernières demeures et dédié aux cimetières contemporains paysagers. Auzelle en conçut lui-même, dans le prolongement de la Cité de la Plaine au Petit-Clamart, notamment. Rendant hommage à son maître Jacques Greber, Auzelle écrivit :

  • 74 Auzelle prononça un hommage à Jacques Greber à l’Académie d’architecture, « Jacques Gréber, pionni (...)

« “Le Seigneur Tout-Puissant commença par planter un jardin” dit Bacon, paraphrasant la Bible qui ajoute : “[...] et il y plaça l’homme”. Ce n’est pas profaner que d’interpréter ces images sacrées comme la plus haute symbolique où l’urbanisme complet trouve sa raison d’être et sa voie74. »

39En « passeur » entre les disciplines Auzelle professa à l’IUUP une formation plus large que le seul débat entre architectes et leurs doctrines ; une formation à destination d’un public plus élargi destiné à être acteur de la démocratie mais aussi aux enquêteurs et autres agents administratifs auxquels ses enquêtes sur l’habitat défectueux s’adressaient plus particulièrement. Il est un propos de lui, rapporté par Frédéric Bertrand, qui sied parfaitement à cet « anonymat absolu » choisi par Ducreux dans les modalités de son engagement professionnel :

  • 75 Idem, note 2, p. 7.

« L’urbanisme ne devrait jamais être la foire aux vanités, et l’anonymat y est bien souvent la caution de la réussite. Plus que partout ailleurs, peutêtre, en urbanisme, une idée défendue par d’autres trouve plus d’écho que dans un tapage publicitaire et personnalisé. Ou peut s’en consoler en pensant qu’en définitive le succès d’une idée, son implantation morale et topographique importent finalement plus que les douteuses paternités dont l’avenir disputera, compte-tenu des parentés directes ou collatérales75... »

  • 76 Fijalkow Y. (2002), « Robert Auzelle et les méthodes d’enquête sur l’insalubrité », in Actes des t (...)
  • 77 Comme Chombard dans son petit guide d’instructeur à Uriage, Pour retrouver la France, enquêtes soc (...)
  • 78 Les enquêtes et les fiches remplies pour instruire les dossiers de dommages de guerre ont aussi pe (...)
  • 79 Cf. supra et Astier et Laé, 1991.
  • 80 Cf. témoignage de Pierre Riboulet, op. cit., p. 42.

40C’est en 1949 que paraît, sous sa direction, au Ministère de la Reconstruction, une synthèse commentée d’études sur le logement défectueux, menées par des équipes différentes dans diverses villes : par le groupe Économie et Humanisme à Lyon, Saint-Étienne, Nantes et Marseille, par l’Institut National d’hygiène à Dreux et Montargis, et par le MRU, enfin, pour les villes de Vannes et de Chartres. Ces enquêtes posent la question du renouvellement possible du parc de logements mais aussi de l’identification des besoins et de l’adaptabilité des populations au logement social qu’il s’agit de construire d’urgence. Pour Yankel Fijalkow, l’enquête modèle reste alors celle d’Économie et Humanisme76, influencée par les recherches d’écologie urbaine de l’école de Chicago dans les années 1930 sur les rapports au territoire des communautés ethniques américaines. Économie et Humanisme considère que le développement des communautés participe à la reconstruction de la France77 et passe d’abord par la question du logement. Même si Auzelle critique la complexité de la méthode qui fait encore la part trop grande, à ses yeux, au jugement (moral) de l’enquêteur, il s’en inspire fortement, couplé au travail d’équipe promu par Chombard de Lauwe, pour mettre au point la sienne : d’abord partir du logement et pas de l’îlot ou de l’immeuble qui lui paraissent une généralisation hâtive et potentiellement erronée dans son détail ; ensuite placer l’homme au centre de l’étude. Ainsi sont établis un questionnaire d’enquête et une fiche par foyer indiquant le repérage de la famille dans la cité, l’état de salubrité du logement, la valeur de la sociabilité78. Tout comme les fiches et dia grammes d’Économie et Humanisme, ces fiches peuvent légitimement apparaître – et furent dénoncées comme telles par certains79 – comme une sorte de « police des familles ». C’est qu’Auzelle refuse de n’avoir qu’un point de vue technique des choses, se défie d’une perspective trop globalisante des îlots insalubres et ces grilles de cotation sont censées lui permettre « d’éviter que le mot taudis ne s’applique qu’au local sans tenir compte de ses occupants ». Auzelle eut donc un rôle de pionnier, créant un savoir original fondé précisément sur l’enquête et l’observation de la réalité, redécouvrant les rapports entre l’architecture et la ville, faisant du concept de densité le principal descripteur comparatif illustrant les rapports entre habitant et territoire, entre surface totale du terrain, surface de plancher, surface dédiée aux réseaux, aux voiries, aux espaces publics ; toutes choses pour lesquelles il faudra attendre les années 1990 pour que le thème soit à nouveau développé systématiquement dans des travaux comparatifs à l’Atelier d’urbanisme de Paris (APUR), à l’IAURP ou dans des établissements publics comme celui de la Défense (EPAD) ou bien encore des villes nouvelles. Auzelle a bien joué ce rôle de passeur entre les échelles, entre l’architecture et l’urbanisme. Ce n’est évidemment pas un hasard si sa réalisation majeure – la Cité de la Plaine au Petit-Clamart – est à la fois l’une de celles que les équipes Chombard de Lauwe prennent pour terrain d’observation, et celle qui fit l’admiration, entre autres, des jeunes architectes de l’Atelier de Montrouge (ATM)80.

  • 81 C’est par en s’inspirant directement des méthodologies d’enquête dite de « participation » de Peup (...)

41Nous l’avons déjà, pour partie, signalé (Prévot, 2012) : les statistiques, diagrammes et autres et cartes réalisées par les équipes du père Lebret, de Chombard de Lauwe ou encore d’Auzelle opèrent un aller-retour d’une logique sociale à une logique spatiale. C’est l’outil cartographique qui révèle le social derrière le spatial. Des enquêtes de sociologie religieuse menées aux mêmes dates aux enquêtes préalables à la rénovation, on va passer d’une sociologie des âmes, pourrait-on dire, à une sociologie urbaine puis à un urbanisme d’imprégnation sociale et humaniste. Les professionnels techniciens et militants d’origine chrétienne ont bien incarné ce double mouvement de modernisation et de sécularisation de la société française. Ils ont contribué à l’élaboration d’un corpus de techniques et d’outils d’investigation issu de la statistique, de la sociologie empirique, de la géographie humaine mais aussi des méthodes d’enquête de l’éducation populaire (Peuple et Culture, ou La Vie Nouvelle/Citoyens 60)81 qui vont leur permettre de bâtir une interprétation de la ville susceptible de remplacer, pour partie au moins, le discours moralisateur des premiers mouvements de réforme sociale du XIXe et du début du XXe siècles. Ils ont ainsi légitimé la constitution d’une profession fondée sur une approche rationnelle de la ville. L’urbanisme contemporain devient rapidement une pratique prétendant à un statut scientifique et à la respectabilité qui va de pair, quitte à se dépouiller de ses dimensions sensibles, politiques et morales, de se laïciser en quelque sorte (Secchi, 2006, p. 50). Dans une large mesure, cette évolution est inscrite dans le système articulé de techniques situé au cœur de l’urbanisme moderne qui opère un glissement des individus vers les choses, qui synthétise la Ville en termes d’objets matériels ou d’individus réduits à des types sociaux, des besoins standards et des normes. Un glissement s’effectue ainsi de la réforme sociale vers une gestion des formes et des fonctions urbaines, bref « du gouvernement des hommes à l’administration des choses » (Saint-Simon) en somme. Cette « chosification » est pour partie liée aux procédures d’encodage des techniques graphiques qui donnent priorité au visible, à la matérialité et au type, sur l’invisible, l’immatériel et le singulier (Topalov, 1991 ; Södeström, 2000 ; Prévot, op. cit). Il n’est pas sans lien ni intérêt de noter que cette « chosification » à l’œuvre est observable, à la même époque, dans le domaine fort proche de l’aménagement et du « cadre de vie » qu’est l’action culturelle. Les travaux d’HDR de Laurent Martin (Martin, 2012) sur Le rôle d’Augustin Girard et du Service des études et recherches dans la réflexion internationale sur la politique culturelle (1963-1993) décrivent un homme d’abord largement inspiré par son maître, Joffre Dumazedier, le fondateur de Peuple et Culture. Augustin Girard voyait dans la statistique, le chiffre, la quantification de la culture, un moyen de sortir de « l’ère des goûts et des couleurs », c’est-à-dire d’une manière essentiellement subjective, guidée par des considérations morales ou esthétiques, de concevoir la culture et la politique la concernant (Martin, op. cit., p. 35). Denis Pelletier rappelle enfin de son côté combien, à la même époque, une certaine sociologie du travail désireuse de prendre ses distances avec une histoire « idéologique » du mouvement ouvrier, a fait de la technique un des moteurs du changement social. Il souligne aussi le rôle central de la réflexion sur la technique dans l’histoire du catholicisme social (Lagrée, 1999). Dès le XIXe siècle, quelle qu’ait été leur hostilité de principe aux fondements idéologiques de la modernité, les auteurs chrétiens ont en effet été conduits par souci d’efficacité à reprendre à leur compte le progrès technique, quitte à mettre en œuvre les moyens de le rendre compatible avec la morale chrétienne. Dans une perspective thomiste, le progrès technique a pu être ainsi analysé comme une contribution humaine à la création continuée du monde. Que la technologie puisse, enfin, conduire au dépassement de la lutte des classes ne pouvait laisser indifférents certains intellectuels et militants soucieux à la fois de trouver une issue à la « question ouvrière » et de construire une gauche, bien davantage interclassiste, et à distance du communisme cette fois (Pelletier, 2012, p. 41).

Rejet du politique, alliance avec la technique : l’âge d’or des technocrates de la planification urbaine ?

  • 82 Pour financer Famille et Habitation, Chombard n’est parvenu à obtenir que l’équivalent de 2 300 eu (...)

42Au début des années 1950, Chombard de Lauwe observe les transformations de la ville sous l’angle de l’acculturation des milieux populaires. Anthropologue de formation, il rend compte de l’impact du réaménagement brutal du cadre de vie sur les cultures populaires. Mais ses travaux ne sont pas d’un seul tenant. Ainsi, l’arrivée de Couvreur, Imbert, Guichard et Marié au BERU correspond-t-elle à la période qu’Éric Lebreton nomme celle des « sociologues de bonne volonté » (Lebreton, 2012, p. 22). à leur tête, en quelque sorte, Chombard se veut l’analyste constructif de l’urbanisme qui se fait sous ses yeux et dont il ménage les opérateurs pour les amener, du moins l’espère-t-il, à infléchir leurs pratiques vers plus d’attention aux habitants. Avec quelques amis, pour pallier les importantes difficultés qu’il rencontre pour financer ses travaux de recherche82, il a fondé le Centre d’études des groupes sociaux (CEGS), une association qui va mener des travaux de sociologie appliquée ou orientée, financée par des contrats publics émanant du Commissariat général au Plan (CGP) puis du district de la Région parisienne tout particulièrement, le tout sur fond de lancement de la planification urbaine. Cette recherche sous contrat va les mettre en contact avec des administrateurs et des hommes politiques engagés, de par leurs fonctions, dans les tâches multiples de l’urbanisme, de la planification et de l’aménagement du territoire au plus haut niveau : Étienne Hirsch, Pierre Massé, Jean Ripert, André Laure, Claude Gruson, Pierre Randet, Roger Macé, Robert Bordaz, André Roussilhe, Jacques Michel, Serge Goldberg ou encore Eugène Claudius-Petit.

  • 83 Structure associative ayant pour vocation de faire de la recherche. Cf. supra, même chapitre.
  • 84 Témoignage de Claude Guislain, architecte-urbaniste de la ZAC du Courghain à Grande-Synthe (59), à (...)
  • 85 Cf. Gruson Claude, (directeur de l’INSEE, lui aussi passé par Uriage), Programmer l’espérance. Con (...)

43Si planificateurs, intellectuels et scientifiques ne marchent pas toujours du même pas, au moins sont-ils mus par une même éthique de responsabilité. Les raisons en sont certes à chercher dans le contexte matériel immédiat – pénurie extrême de logement, relance impérative de l’appareil productif industriel, etc. – mais aussi dans leurs adhésions idéologiques. La volonté de participer à un changement responsable de la société rassemble alors milieux intellectuels et opérationnels des administrations. Les enjeux de la modernisation du pays sont tels que les uns et les autres estiment devoir contribuer aux mêmes objectifs. La nécessité d’une imbrication du savoir et du pouvoir constitue une conviction profonde partagée par les représentants des deux univers. Le slogan de la JAC à la Libération n’est-il pas « La Charité doit devenir technicienne » ? Chombard de Lauwe n’est pas le seul. Jusqu’en 1965, Henri Lefebvre au sein de l’Institut de sociologie urbaine (ISU)83 se mêle de plans d’urbanisme et donne son point de vue sur les bonnes échelles de l’aménagement84. Le sociologue toulousain Raymond Ledrut fait de même (Espaces et Sociétés, no 57-58, 1990). Les opérateurs de terrain et les responsables des structures de conception et d’aménagement manifestent la même éthique de bonne volonté85. Les Semaines Sociales, notamment celles de Brest en 1965 avec L’Homme et la révolution urbaine, font écho aux Semaines de la pensée marxiste où, dès 1961, des intellectuels proches du Centre catholique des intellectuels français (CCIIF) sont invités à prendre la parole (Toupin, 2001). En 1964, la Semaine de la pensée marxiste s’intitule même L’homme marxiste, l’homme chrétien. Ces Semaines adoptent d’ailleurs un rituel fort proche des Semaines des Intellectuels catholiques (SIC) avec, en ouverture ou en clôture de la Semaine, qui l’intervention de l’Archevêque pour les uns, qui du Secrétaire général du PCF pour les autres... Toutefois ne sont invités que les tenants du catholicisme conciliaire (Tavarès, 1981). Le PCF tente aussi, via la revue La nouvelle critique, le rapprochement avec les milieux catholiques qui s’opère en bien d’autres lieux (Matonti, 2005). La méfiance et la prise de distance ne s’instaureront que plus tard, dans la seconde moitié des années 1960 et encore, pas pour tous.

  • 86 Sur l’évolution de ce polytechnicien, cf. supra, chapitre V.

44En attendant, le petit monde centralisé de l’aménagement et de l’urbanisme rend régulièrement visite à Chombard et ses équipes dans leurs « quartiers » de l’Institut de recherche et de travail social (IRTS) de Montrouge. Outre Max Stern du BERU, Paul Rendu égrène les noms de ceux qu’il nomme « les amis et concurrents », animateurs d’autres équipes qui partagent le même domaine de recherche et d’études et qui viennent occasionnellement à l’IRTS lui demander conseil : Henri Lefebvre et les chercheurs de l’ISU donc, René Mercier de la Société d’études pour le développement économique et social (SEDES), Georges Rottier du Centre de Recherches et de documentation sur la consommation(CREDOC), Jacques Dreyfus86 et Gérard Blachère du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), ou encore Jacques Lesourne et René Loué de la Société d’études et de Mathématiques appliquées (SEMA) (Rendu, 2000, op. cit., p. 368).

  • 87 Cf. La revue du CEDIAS-Musée Social/Vie Sociale n ° 6/1997, « Robert Garric et son milieu intellec (...)
  • 88 Le premier ouvrage que l’on doit à Chombard de Lauwe, en 1941, s’intitule Pour comprendre la Franc (...)
  • 89 Le même Chombard de Lauwe, qui possède un brevet de pilotage, s’envole en 1942 pour rejoindre les (...)

45Il est un épisode de la vie de Chombard qu’Éric Lebreton passe curieusement sous silence dans son ouvrage, fort bien documenté par ailleurs. S’il rappelle bien qu’aux lendemains de la Première guerre mondiale, Chombart participe aux Équipes sociales de Robert Garric créées en 1919 avec l’objectif de rapprocher les étudiants et les jeunes ouvriers à des fins de découverte réciproque et d’actions communes87, il ne dit pas un mot de sa participation à un autre lieu et moment-clé qui peut aussi expliquer sa collaboration avec le District de la région parisienne de Paul Delouvrier et la disqualification dont son œuvre souffrira. Certains universitaires des années 1950-1960 méprisaient en effet la recherche appliquée jugée peu digne et, dans les années 1970, d’autres lui reprochèrent une sociologie trop conciliante avec le pouvoir. Cet épisode, c’est bien évidemment celui de l’école des cadres d’Uriage (Bitoun, 1988, Comte, 1991, Hellman, 1993, Pelletier, 1995), où il fut instructeur. Cette expérience imprégnera tous les futurs hauts-fonctionnaires qui y séjourneront d’une aspiration à un fort dirigisme/volontarisme d’État. Ainsi Paul Delouvrier n’a-t-il pas signé le serment de fidélité à Pétain mais il reçoit l’appui d’André Fayol, le chef adjoint de l’Inspection des Finances, qui l’y envoie pour un premier stage en août 1941 (Rouban, 1999, p. 17). L’institution d’Uriage ne fut pas exempte d’ambiguïté, alimentant en cadres modernisateurs la Révolution nationale88 certes, mais aussi la Résistance précoce89 à l’image de Gilbert Gadoffre, Edmond Michelet ou encore Henri Frenay, le fondateur du réseau Combat. Pour Pierre Bitoun, Uriage fut un microcosme représentatif de la société d’avant-guerre, avec toutes ses facettes, ses contradictions, ses traditionnalistes et ses non-conformistes. Ce fut aussi l’étonnant lieu d’un brassage social où s’opéra le décloisonnement culturel qui accompagna et prépara la montée en puissance des classes moyennes d’après-guerre. Rassemblant le plus grand nombre sous la bannière du personnalisme communautaire d’Emmanuel Mounier et sous le vocable de l’engagement indispensable au service du groupe, les hommes d’Uriage aspiraient à une « révolution qui dépasse à la fois le marxisme et le nationalisme et vise « la restauration du primat de l’homme », pour reprendre les termes d’Hubert Beuve-Méry (Lommé, 2002, p. 174). Ils critiquèrent le capitalisme libéral et destructeur, l’État du laisser faire/laisser passer, le parlementarisme corrompu et diffusèrent de ce fait une doctrine – le planisme – qui devint le credo de la plupart des entrepreneurs publics de l’après-guerre, assortie d’une forte méfiance à l’égard des élus. Georges Berthoin, un ancien du cabinet de Petsche, ministre des Finances entre 1949 et 1951, témoigne :

« Plus tard, après mon retour de l’université d’Harvard, je reconnaissais immédiatement ceux qui étaient passés par Uriage : l’école avait formé des chefs destinés à recevoir le pouvoir d’en haut et qui n’en avaient pas une conception démocratique. La génération Delouvrier passée par Uriage a reçu ce type de formation : le pouvoir décide, au lieu d’être l’expression de la souveraineté populaire. J’en ai souvent parlé avec lui. Son action en région parisienne n’aurait pas été possible sans la caution du général De Gaulle. Les grands travaux mitterrandiens en sont une autre démonstration. Paul Delouvrier incarnait parfaitement les vertus et les défauts de ce dirigisme d’État ».

46Pour certains, on retrouve donc chez Paul Delouvrier des traits communs à nombre des humanistes modernisateurs d’après-guerre : une culture de catholicisme social, un refus du libéralisme, une conception élitiste et technocratique de la politique davantage tournée vers l’action que vers la conquête et l’exercice du pouvoir pour lui-même (Rouban, op. cit., p. 18). Bref, des hommes entrés en politique mais non politiciens :

  • 90 Roger Priouret dans l’Expansion en octobre 1973, phrase citée par Hélène Feertschak, op. cit., p.  (...)

« Quand on voudra écrire l’histoire de la mue française entre les années 1950 et les années 1970, il faudra faire sa part à un groupe d’hommes qui se rattachent tous au christianisme social. Ils ne briguaient pas de mandats politiques ; ils étaient déçus par ceux qui les détenaient dans le parti le moins éloigné d’eux, le MRP. C’était sur leur propre milieu de travail que portait leur action90. »

  • 91 Ancien d’Uriage lui-même, comme le haut-fonctionnaire Simon Nora.
  • 92 Cf. Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975 ; Donzelot Jacques, La police des (...)

47Le terme même de technocratie a pu être employé, de manière péjorative dans le cas présent, car il évoque l’image de fonctionnaires usurpant le pouvoir légitime des élus en s’octroyant en conséquence le droit de décider au nom de leur compétence technicienne. De la technocratie à l’oligarchie il n’y a qu’un pas, que la critique « foucaldo-marxiste » mais aussi, pour partie, la « deuxième gauche » d’origine chrétienne franchissent sans trop tarder, non sans ambiguïté d’ailleurs (Prévot, 2013), puisque bon nombre de cadres du PSU sont eux-mêmes des hauts-fonctionnaires parmi les plus insérés au niveau ministériel – au Plan notamment (Jacques Delors, Michel Rocard, Michel Mousel) – ou bien des techniciens dans de grands bureaux d’études (Jean-Pierre Piedchaud à la SEDES puis au CERAU, Alain Liepietz au CEPRAMAP, etc.). Hélène Feertchak (op. cit., p. 51) rappelle qu’une des charges les plus violentes, à l’encontre de Le Play, d’Uriage et d’Économie et Humanisme fut portée, en 1977, par Isaac Joseph et Philippe Fritsch, dans la revue du CERFI Recherches, n ° 28, intitulé Disciplines à domicile. L’édification de la famille. Dans ce numéro, l’amalgame Le Play = « travail, famille, patrie », Économie et Humanisme = Uriage = « Travail, famille, patrie » est récurrent. Quelques années plus tard, une polémique violente opposa Bernard Henri-Lévy, dont c’était la thèse, à Jean-Marie Domenach91, Pierre Nora ou encore Emmanuel Le Roy-Ladurie à l’occasion de la publication, en 1981, de son ouvrage L’idéologie française. Les thèses d’Isaac Joseph et de Philippe Fritsch, malgré leur caractère excessif, sont intéressantes en ce qu’elles se situent dans un courant de réflexion bien précis qui se préoccupe du contrôle social exercé sur les familles92. L’idée fondamentale, développée par tous ces auteurs, est qu’aux XIXe et XXe siècles le capitalisme avait tout intérêt à garantir aux citoyens (sa force de travail) un minimum de santé physique et mentale ; or, la meilleure manière d’atteindre cet objectif était de propager le modèle de famille bourgeoise d’attachement au foyer. Hygiénisme et domestication de la famille se seraient ainsi appuyés sur les thèses de Le Play.

Rénovation urbaine des centres anciens : un nouveau marché des études où se mêlent étroitement communistes (ou apparentés) et chrétiens

48La naissance du BERU en 1957, ses premières années d’activité et le parcours professionnel de Maurice Ducreux sont propices à l’observation d’une complicité durable entre chrétiens progressistes et communistes se retrouvant sur le marché des études et de l’assistance à maîtrise d’ouvrage, avec des circulations/interpénétrations intéressantes à repérer avant qu’elles ne virent, dans certains cas, à la concurrence. Une première circulation géographique durable dans ses conséquences a lieu, par l’intermédiaire du BERU, entre la France et l’Algérie dès 1959.

Architectes militants et techniciens chrétiens progressistes en Algérie

  • 93 Cf. supra, chapitre III sur les missions à Kinshasa.
  • 94 Cf. sa contribution sur ce point à l’ouvrage dirigé par Bouveresse Jacques et Roche Daniel, La lib (...)

49Ce que le BERU va réaliser en métropole, seul ou en équipe, en matière de planification urbaine, rénovation urbaine et conception de ZUP, est indissociablement lié à son expérience algérienne et algéroise. Dès le retour du général de Gaulle au pouvoir, le BERU est associé aux travaux du Plan de Constantine via la COFROR. Jean Baboulène avait démarché les administrations centrales pour participer aux études économiques, entraînant dans son sillage le BERU pour des études de planification et des réalisations urbaines. Une filiale commune est créée à cet effet, conjointement par la COFROR, le BERU et la Compagnie française d’engeneering Barets (COFEBA) : la Société française d’études et de développement (SOFRED)93, dont Jean Baboulène prend la présidence. Michel Marié est envoyé sur place, recommandé par Jean Léva, un autre membre de la COFROR, spécialiste en organisation commerciale et régulièrement consulté par les dirigeants des Halles d’Alger. Il travaille à Oran avec André Pescayre, Jean Baboulène et le CREDOC qui pilote les études dans cette zone. Se joignent à eux Claude Seibel, un statisticien de l’INSEE, proche de Pierre Bourdieu94, l’urbaniste Daniel Chéron et un mathématicien de la SEMA. Pour Michel Marié, le Plan de Constantine est la véritable matrice de l’administration dite de « mission », théorisée dès 1956 par Pisani. C’est un véritable bouillon de culture – technique et administratif – sur fond d’état d’exception, qui donna sinon les pleins pouvoirs en tous cas d’énormes moyens et des véritables marges de manœuvre et d’imagination aux techniciens et « technocrates », à l’instar de Paul Delouvrier. Cet espace matriciel, où s’inventèrent les notions de schéma de structure (futur SDAU) et où furent introduits le calcul économique et la projection démographique dans la planification spatiale reçut des contingents entiers de jeunes énarques et autres X-Ponts. Autrement dit, le Plan de Constantine servit à ses yeux de plate-forme et de ballon d’essai à ce qui allait devenir, peu après, la réforme du ministère de l’Équipement, en mettant d’ores et déjà les diverses composantes de ses corps en état de mission (Marié, 1989, p. 32-33). C’est à partir de l’Algérie que l’espace hexagonal et ses villes nouvelles fut pensé et projeté (Murard et Fourquet, 2004 ; Prévot, 2006) même si peu, voire personne, n’en avait alors véritablement conscience :

« L’observateur d’aujourd’hui peut difficilement se rendre compte de ce qu’il pouvait y avoir de frontalité, de rationalité de choc et d’audace dans ces méthodes, leur caractère militaire au sens d’une armée classique d’experts débarquant dans un territoire de guerrilla » (Marié, op. cit., p. 36).

50Deux opérations majeures de résorption de bidonvilles furent par ailleurs menées par le BERU en Algérie : l’une dans le quartier des Planteurs à Oran, l’autre dans le bidonville d’Oued Ouchaïa aux portes sud-est d’Alger où l’ex-prêtre Jean Lallement et son épouse Germaine vont s’employer (cf. annexes, tableau 1).

  • 95 Entretien de Pierre Riboulet avec Catherine Blain du 30 décembre 1996.
  • 96 Cf. supra, chapitre III.
  • 97 Marc Emery a notamment dirigé, avec Georges Candilis, la 6e Commission « Questions sociales » du C (...)

51La découverte, en Afrique du Nord, de « la colonisation et son cortège de misère et d’exploitation [et avec] l’immensité des bidonvilles95 » n’est pas propre à l’équipe du BERU même si elle a façonné durablement l’œuvre de Michel Marié. Quelques années auparavant elle avait aussi marqué les apprentis-architectes Jean-Louis Véret, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer et Jean Renaudie, partis en Orient entre 1949 et 1951 parfaire leur formation auprès de Michel Écochard, directeur du Service d’urbanisme du Maroc (1946-1953), en parallèle de leur cursus aux Beaux-Arts. Ils fondent l’Atelier de Montrouge (ATM) en 1958 et retrouvent des membres du BERU dans l’agglomération rouennaise96. La résorption de ces bidonvilles fut l’occasion de travailler en étroite liaison avec l’autre lieu matriciel colonial – celui des architectes cette fois (Fernand Pouillon, Bernard Zerhfuss, Le Corbusier, Roland Simounet, Anatole Kopp, etc.) –, et préexistant au Plan de Constantine : l’Agence du Plan d’Alger (1954-1962) (Deluz, 1980, Baudoui, 2003). L’architecte Marc Emery97, formé aux États-Unis, intègre un temps le BERU après avoir quitté l’agence du Plan d’Alger, tout comme son père, le « corbuséen » Pierre-André Emery, qui contribua par la suite à créer l’agence d’urbanisme de Grenoble (AURG) en 1965.

  • 98 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur de janvier 2013. Cf. supra, chapitres 4 et 5.
  • 99 Cf. publication du CAUE 74 [http://www.flaine.com/UserFiles/File/livretflainefrancais2011.pdf ou h (...)
  • 100 Remark G., Berlan-Berton Agnès (dir.), Les collectifs d’habitat social des années 60 : un patrimoin (...)
  • 101 Cf. supra et chapitre III.

52Le BERU mène d’abord des études préalables auxquelles participe le jeune Alain Medam embauché en 1962. Des effectifs sont embauchés en France puis envoyés en mission de longue durée en Algérie pour assurer le suivi des chantiers : René Porte, un ancien des Brigades internationales et responsable de maquis FTP et Patrice Rauszer, d’origine polonaise mais né en Algérie et militant de la cause indépendantiste. Ce dernier est chargé de l’approvisionnement des deux chantiers de rénovation du BERU ainsi que des chantiers de construction d’école en Kabylie. C’est ainsi qu’il rencontre Anatole Kopp dont les engagements et les amis n’ont cessé et ne cesseront de croiser ceux de Maurice Ducreux et des techniciens militants du BERU dont il devient architecte-conseil98. De manière générale, la coopération entre techniciens du BERU et architectes va être riche et étroite, en particulier avec l’ATM (Blain, 2001) à Ivry et dans l’agglomération rouennaise, avec Marcel Breuer pour la réalisation de la station touristique de sports d’hiver de Flaine99 ou la ZUP Sainte-Croix de Bayonne100 et, de manière plus anecdotique – car le projet ne vit pas le jour – avec Oscar Niemeyer pour la ZUP de Grasse (Schaefer, 2007, op. cit., p. 17)101.

Architectes communistes et techniciens chrétiens progressistes dans la rénovation de la banlieue parisienne

  • 102 Et autour des temps forts que sont le Mouvement de la Paix et la lutte contre la guerre d’Algérie. (...)
  • 103 Son départ du BERU pour l’ESA suit de peu celui de son ami Bernard Archer. Cf. supra, chapitres IV (...)
  • 104 Sur Lurçat lire Cohen Jean-Louis, Lurçat (1894-1970) Autocritique d’un moderne, Liège, Mardaga, 19 (...)
  • 105 En 1960 Jacques Allégret fonde, avec Michel Steinebach, Paul Chemetov et Jacques Kalisz, l’Atelier (...)
  • 106 Jean Deroche a milité un temps, comme Maurice Ducreux, à l’Union des Jeunesses Républicaines de Fr (...)
  • 107 Ce que nous a confirmé l’architecte et urbaniste du Courghain (59) – Claude Guislain – pour la pér (...)

53Nos recherches dans les archives municipales d’Ivry (AMI) recoupent pleinement celles de Benoît Pouvreau (2009) qui croisent architecture et urbanisme militant avec communisme municipal et départemental en région parisienne. Les passerelles avec le milieu des architectes communistes sont déjà multiples. En ce qui concerne Maurice Ducreux, elles se nouent là102, puis au sein de la SORETUR et de la Mission d’études de la Basse Seine (MEBS) (Blain, 2001, Saunier, 2005), et se poursuivent après son départ volontaire du BERU, en 1973, pour l’Unité de recherche appliquée (UDRA) de l’École Spéciale d’Architecture (ESA), au 254 Boulevard Raspail (Seitz, 1995)103. C’est là que Claude Le Goas (1928-2007), Marius Depondt et Serge Lana créent un Cercle d’études des problèmes d’architecture, sous l’œil bienveillant de leurs professeurs, André Lurçat104 et Raymond Lopez. Ensemble, ils débutent une étude approfondie de rénovation urbaine en prenant pour terrain « l’îlot de Bièvre », dans le XIIIe arrondissement (Pouvreau, 2009, p. 6), c’est-à-dire là une partie du noyau fondateur du BERU vit ou a noué de très solides amitiés. Ce travail est précisément mené en partenariat avec le BERU qui effectue des études préalable sur cet îlot dès 1957, ainsi qu’à Vanves (îlot des Chariots) (Schaefer, op. cit., p. 17). Le BERU de Max Stern, Depondt et Lana s’inspirent pour cela de l’action menée à Alger par Pierre Dalloz, ancien responsable du Service d’architecture du MRU placé à la tête de l’Agence du Plan d’Alger par son maire, Jacques Chevallier. Diplômés en 1953, Lana fait un temps la place chez Lurçat tandis que Le Goas débute, lui, grâce à Baticoop, la société coopérative issue du mouvement Castor dont nous avons parlé. Par ce biais, il construit ses premiers logements à Neuilly-sur-Marne. Il y rencontre Jacques Allégret (1930-2004), le futur fondateur de l’Atelier d’urbanisme et d’architecture (AUA)105, et Jean Préveral qui a travaillé chez Le Corbusier et Paul Nelson. Il partage un local avec Anatole Kopp et Pierre Chazanof. Ces jeunes architectes, auxquels il faut ajouter Jacques Kalisz, Jean Renaudie, Michel Steinbach ou Jean Deroche106, appartiennent à la même génération, sont tous issus de milieux populaires voire immigrés, ont tous été marqués par la guerre et la Résistance. Tous, enfin, directement ou indirectement, sont liés par amitiés et convictions communistes ou communisantes à leurs « aînés » : André Lurçat, Paul Nelson, Anatole Kopp ou René Sarger. En cela encore, ils sont solidaires mais restent relativement isolés au sein d’un milieu professionnel assez peu politisé dans l’ensemble107.

  • 108 Les archives d’Ivry font état de contrats passés par le BERU avec les mairies de Saint-Gratien et (...)
  • 109 Au cours du long entretien que Marc Wiel nous a accordé en novembre 2012, il a insisté sur l’impor (...)

54La création du BERU et son investissement premier dans les opérations de rénovation urbaine s’inscrivent, on l’a vu, dans un contexte : la crise du logement aggravée par l’exode rural et la croissance des villes que le recensement de 1962 met en évidence, des dispositifs législatifs nouveaux, une attitude gouvernementale favorable à l’éclosion de structures d’études qui vont bientôt se partager ce marché. Ainsi, en 1955, à la mort de son associé, Bernard Lafaille, René Sarger fonde le Cabinet d’études techniques d’architecture et de construction (CETAC) qui compte bientôt à son actif les chantiers de l’église Notre-Dame de Royan, la basilique d’Alger, le pavillon de la France à l’exposition universelle de Bruxelles en 1958 et la maison de la culture du Havre. Outre ses chantiers prestigieux, le CETAC est particulièrement actif en matière de rénovation urbaine et il est notamment choisi, en 1959, par la municipalité communiste de Pantin emmenée par Jean Lolive, comme cabinet-conseil pour l’étude du plan d’urbanisme. C’est le trio d’amis engagés : Michel Steinebach, Jean Perrottet, Jacques Kalisz qui s’y investit. Mais Paul Chemetov y travaille aussi, de même que Jacques Allégret qui œuvre en parallèle dans une coopérative d’études foncières – la COPEF – qu’il a créée préalablement à l’AUA. Quant à Lana, Le Goas et Depondt, s’ils fondent leur agence commune, ils participent aussi, en cette même année 1957, à l’animation du BERU aux côtés de Max Stern et de Jean Préveral (Pouvreau, 2009, p. 7). Tous ces hommes entretiennent donc des liens tout à fait privilégiés avec les municipalités communistes mais qui ne peuvent se résumer à une convergence partisane108. Élus locaux et architectes vont partager une ambition commune, celle de faire accéder la banlieue – qu’elle soit parisienne ou provinciale – à l’image de Grenoble ou de Dunkerque plus tard, au « droit à la ville109 » (Blain, 2006, op. cit. ; Prévot et Leclercq, 2010). Plus largement, ces maires qui revendiquent une prise d’autonomie vis-à-vis de Paris s’enhardissent auprès de jeunes architectes qui, au-delà de leurs compétences, apportent leur originalité et l’estime dont ils bénéficient dans la profession pour changer le regard alors porté sur la banlieue ou les faubourgs (Pouvreau, 2006).

  • 110 Jean-Pierre Portefait affirme avoir été le premier recrutement « normal » en 1962. Entretien télép (...)
  • 111 AMI, fonds SEMI, carton 404. Lettre de janvier 12 janvier 1960, pour le BERU, au président de l’OP (...)
  • 112 AMI fonds ORGECO carton 3D9-6.
  • 113 AMI, fonds ORGECO, carton 3D9-2. L’ORGECO parvient assez rapidement à décrocher un premier contrat (...)
  • 114 Le BERIM s’est impliqué dans les pays de l’Est et au Tchad, au travers de la création d’une coopér (...)

55Dans ce contexte, le BERU naissant apparaît, dans les premiers temps de son existence au moins, comme une structure-passoire où transitent nombre de membres d’équipes déjà constituées ou envoie de formalisation110, à l’image du futur AUA, mais aussi de l’ORGECO avec Henri Viala. Ce compagnon d’internement de Daniel Renoult, devenu le maire communiste de Montreuil, est au fait des procédures en sa qualité de fonctionnaire au MRU. Il convainc Renoult et son adjoint André Grégoire de s’y intéresser, à tel point que le premier obtient le détachement de Viala et qu’il l’associe à Le Goas pour permettre à la ville de gérer directement la rénovation urbaine. Henri Viala travaille aussi pour le compte du BERU111, avant de fonder rapidement, avec un dénommé Bouvier-Ajam, l’ORGECO112, une structure d’étude inscrite au registre du commerce le 6 avril 1961, liée au PCF et à ses élus113, tout comme le BERIM, constitué en 1948 par Raymond Aubrac, et qui se développe alors tant en France que dans le monde communiste et les ex-colonies françaises114. Le compagnonnage de l’ORGECO avec d’anciens membres du BERU se prolongera. C’est ainsi l’ORGECO qui formera une équipe pluridisciplinaire en charge des études de programmation en logements et en équipements de la ZAC du Val Druel à Dieppe, dont l’architecte en chef est Oscar Niemeyer, secondé par Marc Emery, en 1972-1973 (Dutra, 1999).

Premières armes et premières inventions méthodologiques du BERU dans la rénovation urbaine en « banlieue rouge »

  • 115 Un des petits-fils sera le contemporain de Renée Gailhoustet et Jean Renaudie dans les années 1970
  • 116 Entretien de l’auteur avec Raymonde Laluque de novembre 2011.

56L’aventure du BERU commence donc à Ivry. Depuis l’entre-deux-guerres, cette municipalité fait figure d’avant-garde et de laboratoire d’innovation dans le domaine de la construction du logement collectif. Avant même l’arrivée des communistes au pouvoir en 1925, un Office Municipal d’HBM est créé en 1924 (Chaljub, 2009, p. 77-81). S’il ne fonctionne véritablement qu’à partir de 1927, il affiche dès le départ l’ambition de faire du logement social le terrain d’expérimentations inscrites dans la même veine prophylactique de salubrité et d’hygiène que la colonie de vacances des Mathes. Comme elle, le logement est la vitrine de la gestion municipale et un instrument de propagande de premier ordre, au même titre que les équipements sportifs. Dès 1928, l’OPHBM livre son premier ensemble collectif social baptisé Le Groupe Philibert Pompée/Insurrection : 280 logements pourvus de douches et d’un chauffage collectif. Venise Gosnat en devient le directeur en 1934. Il sera, en outre, régulièrement premier-adjoint à l’urbanisme jusqu’en 1965. Quant au maire Georges Marrane, il est brièvement ministre de la Santé publique en 1947 dans le gouvernement de Paul Ramadier. Jusqu’à la rénovation du centre-ville, décidée dès la fin des années cinquante, les maîtres d’œuvre locaux exclusifs sont les Chevallier (Louis et ses fils, Henri et Robert)115. Le monumental groupe d’HLM Maurice Thorez, de 350 logements, inauguré en 1953 à deux pas de la mairie, parachève et résume cette première période : trois barres de 8 à 14 étages, longues de 100 à 200 mètres, dotées d’une ossature de béton armé et d’un remplissage de parpaing et parement extérieur de briques. Leur confort était inégalé. Parallèlement les Chevallier et quelques autres investissent la politique de standardisation de type LOGECO, à l’image de l’opération Amédée Huon Coutant, située à deux pas. La première moitié des années 1950 est aussi celle d’une professionnalisation accrue des Offices HLM municipaux, qui construisent beaucoup. Charles Tillon, député-maire d’Aubervilliers, sollicite logiquement les conseils de Venise Gosnat qui a pris la tête du Bureau Inter-Offices (BIO). Ce dernier regroupait dix villes de la banlieue « rouge » (dont Nanterre, Aubervilliers, etc.), celles-ci restant les décideurs en matière de désignation des architectes notamment. Par contre, le BIO prenait la mission de maîtrise d’ouvrage en mettant en relation lesdites villes avec les OPHLM naissants, du moins pendant les premières années de leur existence116. Le BIO était leur partenaire ; les villes y détachaient des cadres de leur choix en stage. Tillon recrute aussi Charles Brun qui va progressivement jouer un rôle équivalent à celui de Gosnat, mais pour la banlieue Nord-ouest cette fois (Pouvreau, 2009, p. 6).

  • 117 Soutien à charge de revanche quelques années plus tard. Cet ingénieur des Ponts est devenu par la (...)
  • 118 Note de Maurice Ducreux du 12 décembre 1962. Cf. infra.
  • 119 AMI carton 3D9-2 concernant l’ORGECO. Il s’agit par exemple de Suzanne Chaudouard et de l’épouse d (...)
  • 120 Archives privées de Maurice Ducreux. Note du 12 décembre 1962. Aubervilliers n’est pas concernée p (...)
  • 121 À Choisy, il s’agit de résoudre la question problématique du débouché du nouveau pont routier sur (...)

57C’est donc au BIO sis 15 rue Richelieu à Paris que Raymonde Laluque alors en charge de la comptabilité voit arriver Max Stern, peu de temps après la publication des décrets de décembre 1958 instituant tout à la fois les ZUP et les modalités juridiques et pratiques de la rénovation urbaine. De 1959 à 1961, Stern siège en qualité d’expert au Conseil Économique et Social, dans la section Habitat. Il est venu exposer les dispositifs du Fonds national d’aménagement foncier et d’urbanisme (FNAFU). André Laure117, en charge d’une commission de l’équipement urbain au sein du CGP dotée de moyens important, l’a déjà reçu. Max Stern était venu lui présenter l’activité du BERU naissant et ses centres d’intérêt, à savoir les rénovations urbaines, non seulement sous l’angle des démolitions et reconstructions mais aussi sous celui de la programmation des logements à loyer modéré et des équipements du quartier. Dans les premières années d’activité du BERU, les activités de rénovation des centres anciens représentent 80 % de son chiffre d’affaires. Aux îlots de Bièvre à Paris et des Chariots à Vanves, le BERU décroche des contrats d’études préalables sur le centre d’Argenteuil et d’Aubervilliers en 1958 et de Bagneux en 1959. L’équipe dédiée s’étoffe rapidement (6 personnes en 1957, 10 en 1958 et 30 en 1961) ; le travail se standardise et, très vite, la mécanographie est adoptée anticipant l’évolution vers l’informatique, en partenariat avec la SAGMA et le CINAM118. Le BERU va rapidement, et pour longtemps, mettre du personnel à disposition de la SEMI119 ; Maurice Ducreux, quant à lui, est détaché pendant 6 mois comme assistant-technique aux HLM d’Aubervilliers120. Il s’investit personnellement dans les études de nombreux secteurs à rénover en région parisienne, en lien avec les ateliers et structures citées (Ivry, le XIIIe (Bièvre-Edison), le XVe (Perrichaux), le XXe (Couronnes, le Nouveau Belleville), le XIXe (Flandre-Tanger), Aubervilliers, Vanves, Charenton, Rosny, Orly, Athis-Mons, Chevilly-Larue, Colombes, Courbevoie, Le Pecq et Chatou. Ducreux a un rôle d’assistance technique dans l’élaboration de méthodes et de fiches pour ce type d’opération. Les municipalités connaissaient la localisation des îlots mais manquaient d’outils et de personnel qualifié pour les étudier. Elles souhaitaient faire appel à des compétences indépendantes des grands groupes financiers privés pour faire prévaloir leurs orientations politiques sur les considérations de marché (Schaefer, op. cit.). Le BERU va jouer un rôle important dans l’élaboration pragmatique de la restructuration urbaine, mais aussi dans l’élaboration des méthodologies. Des projets de reconfiguration du centre-ville d’Ivry-sur-Seine, pitoyable et vétuste, existaient depuis 1934, qui prévoyaient l’élargissement et le dévoiement par l’alignement des principaux axes qui se croisent en son centre : la D 50 (rue Lénine), assurant la liaison Boulogne-Vincennes et la D 124 (rue Raspail et rue Danielle Casanova) assurant liaison Nord-Sud entre la RN 186 (rocade de grande banlieue) et le boulevard périphérique de Paris (ill. 11-12)121. En attendant, les arrêtés d’alignement et la crainte des expropriations justifiaient la cessation de tout effort d’entretien. Il en avait résulté un processus de dégradation et de paupérisation du centre (Archer, 1973, p. 59-60). Toutes ces raisons militaient en faveur du lancement de la rénovation. Quelques opportunités foncières intéressantes, à savoir des grandes propriétés très peu bâties et des terrains industriels en voie de libération, devaient faciliter le démarrage de l’opération. Le centre de la commune se présentait donc, dès la fin des années 1950 (projet Dubrulle-Gailhoustet), comme le terrain privilégié et la première étape d’une reconquête généralisée du tissu urbain (ill. 13).

  • 122 Le fils de Venise Gosnat.

58Et cela devait passer par le contrôle des initiatives de la construction privées et la prise en main de la promotion immobilière par la collectivité (à travers son office HLM et la SEMI). Afin d’éviter la spéculation foncière et de contrôler l’aménagement de son centre-ville, le Conseil Municipal se saisit donc, en 1960, des mesures de rénovation urbaine lancées par l’État gaulliste en 1958, et en vote les premières applications. Enclenchée en 1962 sous le mandat de Georges Marrane, la rénovation d’Ivry-centre est rapidement témoin d’un changement sur le plan politique : Georges Gosnat122 remplace Maurice Thorez comme député et Jacques Laloë succède à Georges Marrane à la mairie en 1965. à cela s’ajoute l’arrivée d’une personnalité significative à l’OPHLM : Raymonde Laluque. De simple employée de bureau, elle arrive, peu à peu, sous la houlette de Venise Gosnat, au poste de directrice.

  • 123 Thomas Reggazzola, dans son travail d’enquête de la fin des années 1980 sur les techniciens des Bu (...)

59Interrogé dans les années 1980, André Pescayre a concentré son témoignage sur la méthodologie des études pré-opérationnelles et sur les liens entre le BERU et la municipalité d’Ivry, insistant au passage sur le caractère pionnier du BERU dans de nombreux domaines123. Ainsi, lorsque le BERU démarre, l’INSEE ne réalise pas encore d’enquêtes-logement aussi approfondies qu’aujourd’hui. La méthodologie est à perfectionner – même si les méthodes d’enquête du casier sanitaire du début du siècle à Paris (Fijalkow, 2004) ou celles des dommages de guerre après 1918 étaient déjà éprouvées, et que la SAGMA et la CINAM s’en faisaient aussi une spécialité – et la tâche du BERU consiste à réaliser trois types d’études. Des études sociodémographiques d’abord, exhaustives, îlot par îlot, dont Maurice Ducreux se fait bientôt une spécialité, qui portent sur la composition familiale des ménages, leurs ressources, modes de vie et besoins en relogement ; des études des parcelles et des immeubles, descriptives, et destinées à l’estimation de leur valeur vénale par l’administration des Domaines ; des études économiques, enfin, issues d’enquêtes auprès des artisans, commerçants, marchands de gros et industriels pour connaître précisément l’occupation du terrain, les problèmes d’accès, de stationnement, en bref l’aspect fonctionnel de leurs activités, et ce afin de préparer leur éventuel transfert hors du périmètre des travaux (Regazzola, op. cit., p. 38). Une fois cette phase d’études achevée le BERU prenait également en charge toute la chaîne des phases de réalisation : ingénierie administrative, foncière, financière et juridique. L’acquisition foncière pouvant se révéler politiquement et électoralement impopulaire, le BERU s’en chargeait. Il y avait là combinaison de la compétence technique et d’un marquage politique clair qui facilitait grandement les rapports avec les élus à la tête des services municipaux. De même quand il s’est agi de la revente des m2 commerciaux, les techniciens du BERU (juristes, administratifs, financiers) préparaient les demandes de subvention et les états prévisionnels de dépense. André Pescayre explique aussi comment, finalement, le BERU a bien endossé le rôle qu’endosseront par la suite les agences d’urbanisme vis-à-vis des services des communautés urbaines : celui d’acculturer les maîtres d’ouvrage à leurs nouvelles missions de donneurs d’ordre [Prévot (dir.), 2007]. Une fois les méthodes mises au point, l’OPHLM d’Ivry sous la direction de Raymonde Laluque, ou bien ceux d’Argenteuil, Aubervilliers, de Paris, ou encore les services municipaux prenaient eux-mêmes en main l’exécution :

« Une fois qu’ils ont vu suffisamment d’opérations, étudiés les dossiers-types, ils se sont équipés et ont fait faire les études nécessaires par leurs propres services » (Regazzola, op. cit., p. 41).

60Au plan national et ministériel, le BERU fit aussi remonter en haut-lieu son expérience. Confronté sur le terrain à des périmètres de rénovation toujours plus grands, pour lesquels la réalisation d’études aussi détaillées n’était aucunement la garantie qu’une rénovation réelle suivrait, le BERU suggéra au Ministère du Logement un changement de méthode pour appliquer celle dite des « grands périmètres », qu’il avait expérimentée, précisément, à Ivry-centre. Ces grands périmètres étaient juste l’objet d’enquêtes sommaires qui établissaient une typologie des îlots fondée sur la hauteur et l’état du bâti :

« Cela permettait de déterminer les secteurs où il fallait intervenir, de faire un planning de rénovation pour les années à venir et de ne réaliser, in fine, les études fines, ménage par ménage, que dans les îlots où la rénovation allait réellement démarrer. »

61Les méthodologies déployées par le BERU en maière de rénovation ont sans nul doute aussi puisé à d’autres sources. Rappelons ainsi la présence en son sein de Marc Emery, embauché en Algérie, et ses liens avec le trio Riboulet-Véret-Thurnauer, membres du Groupe CIAM-Paris puis de l’Atelier de Montrouge qui se sont assidûment fréquentés, au sein du CIAM 9 à Aix-en-Provence en 1953 notamment, où Marc Emery présidait avec Georges Candilis la 6e Commission « Questions sociales ». Tous ont en commun l’expérience des bidonvilles, que ce soit en région parisienne (Boulogne-Billancourt) en Algérie ou au Maroc. Tous y ont dénoncé l’inadéquation de l’habitat contemporain aux besoins de l’homme et aux possibilités de la technique moderne ainsi que l’absence de politique (foncière, immobilière, politique) cohérente pour proposer un véritable droit de l’homme à l’habitat ainsi que l’élaboration d’une Charte de l’habitat qui supposaient l’avènement d’un urbanisme total ; terme qu’ils emploient à dessein en analogie avec la guerre totale (Blain, 2001 op. cit., p. 46). L’attention toute particulière accordée à la notion de « vie quotidienne » et à la dimension sociologique de l’habitat va s’incarner dans des méthodologies nouvelles et une grille d’analyse des quartiers qui soit une véritable radiographie d’un lieu donné tenant compte d’un ensemble de nouveaux facteurs allant de l’évolution historique aux modes de vie des individus en passant par la typologie des formes bâties, existantes ou projetées.

62L’étude du BERU, de ses premières productions et des trajectoires de ses agents, comme celle de la « galaxie Chombartienne » ou encore d’Économie et Humanisme nous permettent donc de souligner tant l’interpénétration complexe des univers professionnels en aménagement et urbanisme que les interférences multiples entre références savantes et références confessionnelles. Thomas Reggazzola (Regazzola, 1988) parle de la constitution d’un véritable « milieu » qui semble s’homogénéiser sans cesse :

« Non seulement parce que les prestations se généralisent et les sources de financement se mélangent sans cesse, mais aussi parce que les acteurs se déploient facilement d’une structure à l’autre, dans un chassé-croisé de compétences et d’affectations dont l’effet est d’estomper les différences d’origine » (Reggazzola, op. cit., p. 107).

63Il ajoute :

« Dans ce milieu très étroit, une grande partie des acteurs est, en permanence, étroitement mêlée aux expériences de terrain, et obligée à une mise à l’épreuve incessantes des méthodes, modèles, instruments qu’ils mettent au point ainsi. »

64Pour autant, cette homogénéisation est loin d’être exempte de tensions/tentations centrifuges, bien réelles, au sein des équipes d’un même bureau d’études, surtout lorsque celui-ci multiplie chantiers et embauches de personnalités aux profils et engagements variés.

Notes

1 Dans un contexte de guerre froide, ce dominicain soucieux de connaître et comprendre l’œuvre de Marx, est taxé de « philomarxisme ».

2 Archives privées de Maurice Ducreux, rapport sur son travail et sa recherche en urbanisme au regard de son équipe de vie de la MDF, 1965. À cette date Maurice Ducreux est entré au BERU dès ses prémices à l’hiver 1956. Cf. supra.

3 Ces précisions ont été rappelées dans le texte d’hommage rédigé par ses amis de l’équipe scientifique de la MDF lors de son enterrement le 8 août 1985.

4 Prêtre dans le diocèse de Lyon avant la guerre (1937), il est professeur au Séminaire de Lisieux (1945-1949) puis devient membre de la Mission de Paris (1949-1954). Il fait partie des prêtres-ouvriers « insoumis » après la condamnation romaine de 1954. Il a laissé deux ouvrages de témoignage : Quand s’ouvrent les clôtures aux Éditions Entente en 1986 et La Traversée, texte inédit, en 1992 (Cavalin et Viet-Depaule, 2007, p. 308).

5 Note de Maurice Ducreux du 26 août 1957.

6 De Pessac en Gironde, à Angers (Bernard Légé et Annick Tanter, « Squatters et Castors. L’action de Christine Brisset à Angers 1946-1962 », Annales de la recherche urbaine n ° 33, mars-avril 1987) en passant par Nantes (cité La Balinière), Petite-Synthe (59), etc.

7 Irène Auscher-Stern nous a affirmé qu’il y avait à cette époque un regroupement de tous ces milieux qui construisaient autour de l’expérience de Boulogne-Billancourt. Les équipes de Chombard de Lauwe et de l’Atelier de Montrouge (ATM) prennent aussi cette ville pour terrain d’observation dans les années 1950 (cf. supra). Les parents d’Hélène Feertchk, née Géry [mère pratiquante et père haut responsable de la Fédération nationale des coopératives de consommation (FNCC)] y ont élevé leurs enfants et vécu jusqu’à leur mort. Il existe d’autres témoignages sur cet habitat : une plaquette intitulé « 14 rue de Sèvres. L’Habitat communautaire de Boulogne 1955-1985 », éditée en nombre limité en 1985 et, plus récemment, l’ouvrage d’Olivier Le Carrer (2007), Tout le monde n’a pas la chance d’avoir eu des parents catholiques. Chronique de l’aventure communautaire du 14 rue de Sèvres, Éditions Arsis. Entretien de l’auteur avec Hélène Feertchak du 31 octobre 2012.

8 Auteur en 1945 de l’ouvrage Architecture et spiritualité, Raymond Adda a été marqué par ses contacts avec les Dominicains d’Économie et Humanisme durant la Seconde guerre mondiale et dans l’immédiat après-guerre. Il anima avec Gaston Bardet la revue Maître d’œuvre. Ses fonds ont été déposés à l’Institut français d’architecture (228 IFA) à Paris, où nous les avons consultés. Il fut longtemps maire-adjoint de Neuilly.

9 Boulogne-Billancourt fait partie des lieux regardés de près par Chombard de Lauwe et ses équipes dans Paris et l’agglomération parisienne, publié en 1952 et par les jeunes architectes du groupe CIAM-Paris/Atelier de Montrouge (cf. Blain, 2006).

10 Cf. supra et le site [http://jeangastonbardet.com/pagesHTML/PresentationNouvelUrbanisme2.htm].

11 On retrouve aussi la composante SNECMA dans l’ADA 13.

12 Peyrade Jean, Scouts et guides de France, Paris, Fayard, 1962, p. 191.

13 Cf. [http://le14ruedesevres.free.fr/hc.html].

14 Il est décédé en 2010. Lire le témoignage d’Alfred Grosser dans La Croix [http://www.la-croix.com/Archives/2010-04-08/Roger-Lavialle-au-caeur-de-l-ACJF.-Alfred-Grosser-NP-2010-04-08-368229].

15 On trouve aussi dans le projet un acteur du Théâtre national populaire (TNP) de Jean Vilar, trois journalistes au Figaro et deux aux éditions Fleurus.

16 Cf. Philippe Riutort, « Le journalisme au service de l’économie », Actes de la Recherche en sciences sociales, vol. 131-132, 2000, p. 41-55.

17 La fondation de Royaumont a, entre autres choses, organisé plusieurs voyages en Angleterre, notamment, afin de visiter les community colleges anglais (à Impington par exemple), préalablement au lancement du projet de Centre éducatif et culturel intégré (CEC) de Yerres (Essonne).

18 Grégory Busquet (2007) a consacré plusieurs pages de sa thèse à l’analyse de ce colloque (p. 122-136).

19 André Pescayre, qui crée le BERU avec Max Stern puis le dirige un temps, vient de Peuple et Culture fondée à Annecy après la guerre par Joffre Dumazedier, sociologue des loisirs. Avant d’être instructeur à Uriage, il fut directeur des études à l’école des cadres de Chamargues créée par André Lefevre (1886-1946), militant chrétien, ancien Éclaireur de France et membre du Sillon, pour former les premiers directeurs des maisons de jeunes dans l’entre-deux-guerres. Nous avons vu qu’il était aussi à l’origine des CEMEA. Il reçut le soutien de Henri Sellier, Jean Zay ou encore Léo Lagrange.

20 Le Monde ouvrier, journal du Mouvement Populaire des familles (MPF), juin 1949 (cité par B. Duriez, 2012, p. 150)

21 Très actif à Dunkerque, entre autres, jusqu’à nos jours, même s’il a évolué dans ses statuts.

22 Ce mode de vie était en partie pratiqué à l’intérieur du mouvement La Vie Nouvelle.

23 Cf. Entre autres [http://www.lectura.fr/dossiers/boimondau/a-propos-dossier.html]. Contraction de Boitiers de montres du Dauphiné, cette communauté de travail, fondée à Valence par Marcel Barbu puis dirigée par Mermoz après l’arrestation de Barbu par la Gestapo, devient après-guerre le point de mire de tous les innovateurs de France et d’ailleurs. Mermoz décide de quitter Boismondau en 1951 en expliquant dans un livre les raisons de ce demi-échec. Outre la crise de l’industrie horlogère, Mermoz relate ses illusions à lui, la concurrence « déloyale » de la « bagnole » et de la télévision, « la montée progressive de la médiocrité », le vieillissement inéluctable des hommes. Toutefois, les échanges avec Marcel Barbu laisseront chez l’ex-dominicain Henri Desroche une empreinte indélébile (Vandernotte, 2012). De coopérative de travail, Boismondau évolue vers la société coopérative ouvrière de production (SCOP). Sur les SCOP, qui connaissent aujourd’hui un vif regain d’intérêt, lire la thèse de Danièle Demoustier, épouse Lambersens, Les coopératives ouvrières de production en France, thèse de troisième cycle de sciences économiques, sous la direction de Jacques Freyssinet (ancien dirigeant de l’UNEF (Cf. supra, chapitre III), Grenoble 2, 1980. Son époux a été membre du bureau d’études GETUR, avec l’ancien jésuite Alain Jeantet.

24 Il inspire, en 1952, le roman de Gilbert Cesbron, Les Saints vont en enfer. Des journalistes du Figaro (certains sont de l’aventure du 14 rue de Sèvres à Boulogne-Billancourt d’ailleurs), ou de Témoignage Chrétien relatent l’épopée de ce « prêtre en salopette », chiffonnier par choix, syndiqué à la CGT, devenu par la suite ouvrier qualifié dans la maçonnerie.

25 De 1953 à 1963, date de leur suppression, ils couvrirent un million de logements. La procédure alors mise en place ne s’est pas arrêtée à la production des LOGECO mais s’est prolongée jusqu’en 1972 comme voie d’accès aux primes d’accession à la propriété. à noter que Raymond Adda construit à la même époque des maisons individuelles de type LOGECO (228 IFA).

26 Cf. Klein Richard, Lelièvre Carine, JosseLoïc, Martineau Patricia (2014), La cité de l’Étoile à Bobigny – Un modèle de logement social : Candilis, Josic, Woods, Créaphys, 157 p. Commandée en 1955 par Emmaüs et imaginée par les architectes Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrachs Woods, la cité de l’Étoile, dite encore « cité Emmaüs », à Bobigny (Seine-Saint-Denis) est un témoin architectural, désormais en en voie de réhabilitation (ANRU) et de patrimonialisation, de cette « opération Million » qui imposait de ne pas dépasser le million de francs pour la construction d’un logement de trois pièces.

27 Largement composés de leplaysiens et des tenants de l’économie sociale (Georges Lamirand, Charles Gide, Hubert Lyautey, etc.). En 1949, Raymond Lopez écrit Du rôle social de l’architecte dans les Annales de l’Institut technique du bâtiment et des travaux publics. Lopez est l’architecte de la ZUP du Val Fourré puis de la ZAC du Front de Seine à Paris.

28 Parmi les fondateurs de Baticoop on trouve aussi Georges Célestin (1915-2003), très proche du père Lebret et fondateur de la CINAM avec laquelle Maurice Ducreux et le BERU travaillent. Cf. supra, même chapitre et chapitre III.

29 Témoignage de Dominique Montsaingeon [http://www.micdelapireandouille.fr/cariboostfiles/vg203620propos20sur20l27urbanisme.pdf].

30 Quartiers anciens, politiques nouvelles, dossier coordonné par Yves Dauge (passé par le BERU dans les années 1970), Alain Billon et Michèle Roche, Architecture et Construction, Ministère de l’Équipement, avril 1979-décembre 1980, cité par Tellier, op. cit., p. 25.

31 « La longue patience des mal-logés », Le Monde, 27 mai 1970.

32 On lui doit aussi, par exemple, le pavillon de la France en aluminium à l’exposition universelle de Montréal en 1967 ou le quartier de grands ensembles de la Brèche à Créteil en 1970 ainsi que la maison des Arts et de la Culture André Malraux de cette même ville.

33 Consulter aussi, pour la région lyonnaise par exemple [http://www.pact-rhone-alpes.org/pages/qsn/doc/histoire.pdf].

34 Cité par Thierry Paquot (2004), op. cit., p. 13.

35 Friedman qui parraine un temps, avec d’autres (Alfred Sauvy, André Siegfried, Jean Ullmo, Henri Laugier etc.) le Centre d’études des problèmes humains (CPEH) de Jean Coutrot, fort proche de Gérard Bardet et du groupe X-Crise mais aussi des Fondations Rockfeller ou Alexis Carrel (cf. Henry, op. cit.).

36 Membre de la Commission urbaine de la MDF, René Salaün (1910-2000) est né à Carnac. Il est docteur en théologie. Il rejoint le mouvement missionnaire à 39 ans, intègre l’équipe de Michonneau à Saint-Pierre-Saint-Paul de Colombes avec Maurice Ducreux (1951-1952). Comme lui il est en désaccord avec Michonneau et entre au conseil de la MDF. À partir de janvier 1955, il devient responsable de la CU. Il va jouer un rôle décisif dans l’effort de réflexion théologique de la Mission pour tenter de se débarrasser du modèle tridentain et définir une conception propre du sacerdoce. Il devient un des experts de Vatican II notamment concernant le décret sur le ministère et la vie des prêtes (Presbyterorum ordinis). (Cavalin et Viet-Depaule, 2007, p. 311). Ce bref rappel est mentionné dans une seconde note de René Salaün, intitulée « Mission et secteurs sociologiques » retrouvée dans les papiers de Maurice Ducreux et datée du 23 octobre 1957.

37 C’est semble-t-il dès 1952 que la MDF envisage la constitution d’une « équipe scientifique ».

38 Archives privées de Maurice Ducreux. Rapport de Roger Beaume. Sans date précise.

39 Archives privées de Maurice Ducreux. Note du 26 août 1957.

40 Archives privées de Maurice Ducreux. Note du 26 août 1957.

41 Cf. supra.

42 Idem.

43 Maurice Ducreux fait explicitement état d’un partenariat avec le CINAM, autre partenaire de la SAGMA, étroitement lié à Économie et Humanisme dans son rapport d’août 1962.

44 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur de janvier 2013. Le CINAM possédait deux filiales en Espagne et au Sénégal et deux bureaux régionaux à Rouen et Marseille. Le CINAM est l’un des partenaires privilégiés d’Économie et Humanisme, en France, mais aussi dans le Tiers-Monde, aux côtés de l’Institut international de recherche et de formation éducation et développement (IRFED), fondé en 1958. Cf. supra, chapitre III.

45 Note dactylographie de Maurice Ducreux du 12 décembre 1962.

46 Propos d’Irène Auscher-Stern qui nous a donné cette précision intéressante sur la « provenance » d’André Pescayre.

47 Ancien d’Uriage aux côtés de Chombard et Joffre Dumazedier, cet espagnol fonde Peuple et Culture avec Joffre Dumazedier. Begnigno Cacérès a épousé Ginette Mauvezin, la cheftaine scoute d’Irène Auscher-Stern.

48 Irène Auscher-Stern et Simone Fourgous sont toutes deux pharmaciennes de formation.

49 Il fut, sous Vichy, commissaire au STO. Sur le personnage et la COFROR, lire le témoignage d’Alain de Vulpian [http://www.annales.org/gc/2004/gc75/vulpain19-29.pdf], qui dirigea, avec sa sœur et avec Elie Sultan, de la COFREMCA (filiale de la COFROR). Hélène Feertchak-Géry, diplômée de HEC-JF, avait eu la sœur d’Alain de Vulpian comme enseignante dans la spécialisation « études de marché ». C’est par ce biais qu’elle entre à la COFREMCA comme vacataire pendant plusieurs années pour effectuer des enquêtes qualitatives sur le logement : « la COFREMCA était un laboratoire d’idées qui menait une recherche d’une qualité exceptionnelle que je n’ai pas retrouvé à fac ensuite. 80 % de ce que je sais, je l’ai appris à la COFREMCA ». Entretien avec l’auteur du 31 octobre 2012.

50 La COFROR prolonge, en partie au moins, le Bureau d’ingénieurs conseils en organisation (BICRA) – fondé par Jean Coutrot en 1938 – très favorable aux « sciences humaines » et à leur application dans l’entreprise, à mi-chemin entre réformisme progressiste et corporatisme (cf. Boltanski, 1981, op. cit.).

51 Contraction de Centre polytechnicicien d’études économiques, animé par Roland Ziegel un ingénieur en chef du génie maritime, le groupe entame une réflexion sur une déconcentration de l’industrie française. Il est par ailleurs lié à la Fondation Alexis Carrel, la JOC et la CEGOS. Lire les travaux de Gabriel Dessus et ceux de Michel Margairaz.

52 Le BERU mènera plusieurs travaux d’étude sur le Bassin Minier. Cf. chapitres IV et V.

53 Entretiens de l’auteur avec Irène Stern du 4 avril 2012 et avec Marc Wiel du 22 novembre 2012. Cf. chapitre IV.

54 [http://www.whoswho.fr/decede/biographie-jean-labasse229].

55 Archives Lebret, 45 AS 49, message de Augros à Lebret (en partie illisible) du 7 janvier 1947( ?) : « Pour Max Stern, j’ai l’impression qu’il ne va pas aller tout de suite chez vous. Je l’ai rencontré dernièrement et il me semble qu’il va d’abord travailler à Paris... Il lui faut d’abord s’engager au service du Christ et souper avec son passé et en premier lieu sa famille. L’a-t-il déjà fait ? Est-il seulement entrain de le faire ? En tous cas je crois que c’est à Paris qu’il a choisi de faire le plongeon. »

56 Lire Journal, d’Hélène Berr, préface de Patrick Modiano, suivi de : Hélène Berr, une vie confisquée, par Mariette Job, Paris, Éditions Tallandier, 2008. Les parents de Max Stern avaient adopté, en 1936, l’enfant d’un couple tchèque juif. Pendant la guerre, ils l’ont caché en Touraine. Georges Ancel, c’est son nom, est devenu un mathématicien de renom qui a épousé la fille d’Emmanuel Lévinas. Max Stern a eu du mal, semble-t-il, à trouver sa place dans cette histoire familiale recomposée.

57 Entretien de l’auteur avec Irène Stern du 4 avril 2012.

58 Cf. Crémieux-Brilhac Jean-Louis, La France Libre, Paris, Gallimard, 1996 ou, plus spécifiquement, Albertelli S. (2007), « Le BCRA, service de renseignement de la France Libre », Revue Historique des Armées, no 247, p. 52-59.

59 Sur Serge Antoine, cf. [http://www.association-serge-antoine.org/].

60 Pouvreau Benoît, Un politique en architecture. Eugène Claudius-Petit, Paris, Le Moniteur, 2004, p. 68.

61 Modèles anglo-saxons que l’on retrouve aussi dans le marketing et que la COFREMCA, filiale de la COFROR alliée du BERU qui les mobilise amplement à la même époque. Cf. Témoignage cité d’Alain de Vulpian.

62 Cf. témoignage de Bernard Barraqué dans Pour mémoire, revue d’histoire du MEDDTLE, no 11, été 2012, p. 158 sq.

63 Prix Nobel de chimie avec sa femme en 1935, encarté au PCF depuis 1942, membre actif du Front National pendant la Guerre 1939-1945, il fonde le CEA en 1945 mais préside aussi le Conseil Mondial de la Paix à partir de 1948. C’est dans ce cadre qu’il lance l’appel de Stockholm en 1950.

64 À la création du BERU en 1957, le capital social investi par chacun des membres se monta à 350 francs. La constitution de ce capital social par les coopérateurs-salariés s’effectuait par prélèvement sur les salaires puisque ceux-ci n’avaient le plus souvent ni fortune personnelle ni autres revenus. Chaque fin d’année le BERU effectuait des versements aux coopérateurs salariés sous forme de compléments de salaire, complément reversé individuellement dans le capital. Cette formation du capital était onéreuse pour la société qui en supportait les charges sociales et pour le coopérateur qui était redevable de l’impôt sur le revenu pour une part du salaire dont il ne pouvait disposer. Néan-moins, cette formule sera reprise par Jean Baboulène, à la suite de Max Stern, et par Cécile Bouclet à la tête de la structure d’étude qui succéda au BERU « transformé » : le CODRA (Schaefer, op. cit., p. 15). Par ailleurs, Maurice Ducreux insiste sur « les gestes de solidarité par rapport au mouvement ouvrier » et sur une syndicalisation du personnel à la CGT (note du 12 décembre 1962).

65 AMI témoignages de C. Thomas et G. Gamiche, novembre 1996.

66 Cf. chapitres 3 et 6. Entretien téléphonique avec l’auteur du 17 avril 2013.

67 Entretien de Raymonde Laluque avec l’auteur de novembre 2011.

68 La COFROR et le BERU sont d’emblée et durablement partenaires, mutualisant certains de leurs locaux et, surtout, un matériel de reprographie et de traitement mécanographique des données coûteux car à la pointe des avancées technologiques et qui vont faire leur réputation. Entre 1967 et 1969, ils envisagent d’installer des bureaux communs à Ivry-centre rénové (AMI Fonds SEMI carton 404).

69 Entretien de l’auteur avec Pierre Gaudez du 17 janvier 2013.

70 Par ce concept d’indifférence spatiale Nuytens explique que les consommateurs ne choisissent pas forcément le magasin le plus proche mais plutôt qu’il existe une zone spatiale d’indifférence dans laquelle le coût marginal fourni pour atteindre un magasin plus éloigné est minime.

71 Titulaire d’un DEA d’histoire et géographie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), d’un diplôme d’urbanisme et d’aménagement du territoire de l’université de Bruxelles et d’un Master of City Planning and Regional Science, university of Pennsylvania/USA, cet ancien membre du GEP de Nancy, de l’OREAM-Nord devenu directeur de l’agence d’urbanisme de Bordeaux. Il a reçu le Grand Prix de l’urbanisme en 2006. À cette occasion, un ouvrage lui a été consacré : Masboughi Ariella, Barbet-Massin Olivier, Francis Cuillier, L’intimité avec le territoire, Marseille, Éditions Parenthèses, 2006. Il est décédé en août 2013.

72 Le 26 juin 2013, une journée d’étude a été consacrée de nouveau à Robert Auzelle et à son œuvre [http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/journee-d-etude-robert-auzelle-a1487.html].

73 Actes des tables rondes Robert Auzelle, IFA, février et mars 2000, Colonnes, no 19, novembre 2002, p. 11 sq.

74 Auzelle prononça un hommage à Jacques Greber à l’Académie d’architecture, « Jacques Gréber, pionnier (1882-1962), Bulletin de l’Académie d’architecture, no 37, 3e trimestre 1962, p. 6.

75 Idem, note 2, p. 7.

76 Fijalkow Y. (2002), « Robert Auzelle et les méthodes d’enquête sur l’insalubrité », in Actes des tables rondes Robert Auzelle, op. cit.

77 Comme Chombard dans son petit guide d’instructeur à Uriage, Pour retrouver la France, enquêtes sociales en équipe ; aide-mémoire pour l’enquête en milieu rural.

78 Les enquêtes et les fiches remplies pour instruire les dossiers de dommages de guerre ont aussi permis d’emmagasiner des connaissances sur l’état du bâti et les conditions de vie des populations de certains quartiers ou villes.

79 Cf. supra et Astier et Laé, 1991.

80 Cf. témoignage de Pierre Riboulet, op. cit., p. 42.

81 C’est par en s’inspirant directement des méthodologies d’enquête dite de « participation » de Peuple et Culture, mais aussi de la Vie Nouvelle, que Pierre Bourguignon et Gérard Helliot lancent une vaste enquête-consultation pour le compte de la Mission d’études de la Basse Seine (MEBS) La Basse Seine au début du XXIe siècle, Rapport de l’enquête-consultation janvier-juin 1967. Don de Pierre Bourguignon à l’auteur lors de l’entretien du 9 novembre 2010 dans les bureaux de l’Assemblée nationale : « C’était moins le fait d’avoir un retour précis aux questions que de créer les conditions et le cadre d’un débat ouvert aux personnalités, aux mouvements sociaux, au tissu associatif. Dans l’éducation populaire, on savait faire cela... » Maurice Ducreux participe à la création de la MEBS, à Caen, en 1970.

82 Pour financer Famille et Habitation, Chombard n’est parvenu à obtenir que l’équivalent de 2 300 euros sur les 30 000 auxquels il aspirait de la part de la CDC, l’Institut d’Hygiène, l’Union nationale des CAF (Lebreton, op. cit., p. 23).

83 Structure associative ayant pour vocation de faire de la recherche. Cf. supra, même chapitre.

84 Témoignage de Claude Guislain, architecte-urbaniste de la ZAC du Courghain à Grande-Synthe (59), à l’auteur et à Christophe Leclercq de janvier 2010. Lire aussi, entre autres, Dan Ferrand-Bechmann, « à propos de Henri Lefebvre et Henri Raymond », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie [en ligne], 2, 2007, mis en ligne le 28 mars 2007, Consulté le 22 mars 2013 [http://socio-logos.revues.org/90].

85 Cf. Gruson Claude, (directeur de l’INSEE, lui aussi passé par Uriage), Programmer l’espérance. Conversations avec Philippe Dominique, Paris, Stock, 1976.

86 Sur l’évolution de ce polytechnicien, cf. supra, chapitre V.

87 Cf. La revue du CEDIAS-Musée Social/Vie Sociale n ° 6/1997, « Robert Garric et son milieu intellectuel entre les deux guerres », Gautier R, « Histoire des équipes sociales », Revue de la Haute-Auvergne, 1993, vol. 55, janvier-juin, p. 127-139. Il y rencontre le géographe Pierre Deffontaines, auteur, nous l’avons vu, du Guide du petit voyageur actif, qu’il retrouve à Uriage et qui l’influencera dans la conception de son ouvrage de 1948, intitulé Découverte aérienne du monde (Rendu, 2000, p. 360).

88 Le premier ouvrage que l’on doit à Chombard de Lauwe, en 1941, s’intitule Pour comprendre la France. C’est un petit manuel destiné à initier une équipe pluridisciplinaire d’enquêteurs prêts à faire du terrain. Il faisait clairement référence à la Révolution nationale (1941, p. 69) ; paragraphe qui disparaîtra de la deuxième version publiée en 1947 (Frey, 2000, p. 30-31).

89 Le même Chombard de Lauwe, qui possède un brevet de pilotage, s’envole en 1942 pour rejoindre les troupes alliées en Afrique du Nord (Frey, 2000, p. 30). C’est une photographie aérienne qui constitue la jaquette de l’édition de 1947, et la géographie aérienne est au cœur de son ouvrage de La Découverte aérienne du monde, en 1948, qui pose la question de la distribution des diverses populations sur le territoire.

90 Roger Priouret dans l’Expansion en octobre 1973, phrase citée par Hélène Feertschak, op. cit., p. 59. Entrent dans cette catégorie Eugène Descamps (CFDT), François Bloch-Lainé (CDC), Michel Debatisse (CNJA/FNSEA) ou encore Jacques Delors (CGP/Citoyens 60) et Robert Lion (Directeur de la Construction puis de la CDC).

91 Ancien d’Uriage lui-même, comme le haut-fonctionnaire Simon Nora.

92 Cf. Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975 ; Donzelot Jacques, La police des familles, Paris, Éditions de Minuit, postface de Gilles Deleuze, 1977 ; Meyer Philippe, L’enfant et la raison d’État, Paris, Le Seuil, 1977 et, de manière moins incisive, Agnès Pitrou (1924-2012) qui travailla au CERAU et fut syndiquée au BETOR/CFDT : La vie précaire. Vivre sans famille, Toulouse, Privat, 1978. Ce livre est à la base une enquête du CREDOC et de la CNAF menée en 1971.

93 Cf. supra, chapitre III sur les missions à Kinshasa.

94 Cf. sa contribution sur ce point à l’ouvrage dirigé par Bouveresse Jacques et Roche Daniel, La liberté par la connaissance. Pierre Bourdieu (1930-2002), Paris, Éditions Odile Jacob, 2004.

95 Entretien de Pierre Riboulet avec Catherine Blain du 30 décembre 1996.

96 Cf. supra, chapitre III.

97 Marc Emery a notamment dirigé, avec Georges Candilis, la 6e Commission « Questions sociales » du CIAM 9 qui s’est tenu à Aix-en-Provence en 1953 en l’absence de Le Corbusier. Plus que jamais des divergences se font jour entre la jeune génération d’architectes et leurs pères. Cette commission dénonce d’abord l’inadéquation de l’habitat contemporain aux besoins de l’Homme et aux possibilités de la technique moderne ainsi que l’absence de politique (foncière, immobilière et administrative) cohérente et soutient la thèse d’un droit à l’habitat (Blain, 2001, op. cit., p. 46). Cf. supra, chapitre IV.

98 Témoignage écrit de Bernard Archer à l’auteur de janvier 2013. Cf. supra, chapitres 4 et 5.

99 Cf. publication du CAUE 74 [http://www.flaine.com/UserFiles/File/livretflainefrancais2011.pdf ou http://sdx.rhonealpes.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=showdocument&id=MERIMEEIA74000926].

100 Remark G., Berlan-Berton Agnès (dir.), Les collectifs d’habitat social des années 60 : un patrimoine de qualité : la ZUP Sainte-Croix de Bayonne, Université de Bordeaux III/IATU, 2008.

101 Cf. supra et chapitre III.

102 Et autour des temps forts que sont le Mouvement de la Paix et la lutte contre la guerre d’Algérie. Anatole Kopp, déjà arrêté en 1952, soutient activement les « porteurs de valise ». Quant à Lana et Le Goas, ils se mobilisent pour défendre leur confrère Serge Magnien quand celui-ci est incarcéré après avoir signé une pétition exigeant le cessez-le-feu en Algérie en février 1958 (Pouvreau, 2009, p. 7).

103 Son départ du BERU pour l’ESA suit de peu celui de son ami Bernard Archer. Cf. supra, chapitres IV et V.

104 Sur Lurçat lire Cohen Jean-Louis, Lurçat (1894-1970) Autocritique d’un moderne, Liège, Mardaga, 1995 ou bien celui de Pierre et Robert Joly, L’architecte André Lurçat, Paris, Picard, 1995.

105 En 1960 Jacques Allégret fonde, avec Michel Steinebach, Paul Chemetov et Jacques Kalisz, l’Atelier d’Urbanisme et d’Architecture (AUA) qui est une SCOP, comme le BERU, réunissant architectes, urbanistes, mais aussi ingénieurs, géographes, sociologues, paysagistes qui se font fort de répondre autrement à la croissance urbaine. L’AUA débute par de petits projets à La Courneuve, Romainville, Pantin ou Vigneux. Lire L’AUA : mythes et réalités. L’atelier d’urbanisme et d’architecture, 1960-1985, Milan-Paris, Electa/LeMoniteur, 1988.

106 Jean Deroche a milité un temps, comme Maurice Ducreux, à l’Union des Jeunesses Républicaines de France dans la mouvance du PCF.

107 Ce que nous a confirmé l’architecte et urbaniste du Courghain (59) – Claude Guislain – pour la période ultérieure. Entretien de Claude Gusilain avec Christophe Leclercq et l’auteur de janvier 2010.

108 Les archives d’Ivry font état de contrats passés par le BERU avec les mairies de Saint-Gratien et d’Argenteuil-Bezons (AMI Fonds SEMI carton 404).

109 Au cours du long entretien que Marc Wiel nous a accordé en novembre 2012, il a insisté sur l’importance des écrits d’Henri Lefebvre sur toute cette génération et sur la visite de ce dernier à l’équipe de la SORETUR en Basse-Seine aux côté de l’Atelier de Montrouge (cf. chapitre III).

110 Jean-Pierre Portefait affirme avoir été le premier recrutement « normal » en 1962. Entretien téléphonique avec l’auteur du 17 avril 2013. Quant à Jean-Louis Destandau, il a mis l’accent sur les anciens des Brigades internationales, présents au BERU (cf. supra, chapitre III).

111 AMI, fonds SEMI, carton 404. Lettre de janvier 12 janvier 1960, pour le BERU, au président de l’OPHLM d’Ivry, au sujet de la rénovation de l’îlot Danielle Casanova.

112 AMI fonds ORGECO carton 3D9-6.

113 AMI, fonds ORGECO, carton 3D9-2. L’ORGECO parvient assez rapidement à décrocher un premier contrat avec la municipalité, en janvier 1964, portant sur l’organisation et la rationalisation des services municipaux. C’est le premier d’une longue série de conventions d’études qui font le plus souvent doublon avec les études du BERU, tout en étant de bien moindre qualité, tant sur la forme que sur le fond. Cette concurrence de fait finit par créer de graves tensions internes aux services municipaux. Le conflit qui oppose le Service d’études et de programmation (SEP) – approuvé par le secrétariat général – et l’ORGECO est clairement exposé par Bernard Louvel, le directeur de la SEP, le 12 mai 1975 : « Les propositions formulées par le BERU en décembre 1974 ne sont-elles pas concurrentielles par rapport aux propositions ORGECO de 1975 ? » écrit-il.

114 Le BERIM s’est impliqué dans les pays de l’Est et au Tchad, au travers de la création d’une coopérative (Scop) de géomètres proche du PCF – l’ATGT – qui se prévaut d’être toujours aujourd’hui la plus grande entreprise française de géomètres experts [http://www.les-scop-idf.coop/presseurscop-scop/20101122,Scop-Val-de-Marne.htm]. En France, à cette date, le BERIM participe à la construction de la piscine de Saint-Ouen, à la résorption du bidonville de Nanterre puis à la rénovation d’Ivry-centre. Dans les années 1960 il étend ses activités internationales au Vietnam et en Algérie. Lire l’ouvrage collectif BERIM, 60 ans d’ingéniosité, 60 réalisations, Paris, Au diable Vauvert, 2008, 151 p. (cité par Pouvreau, 2009, p. 8).

115 Un des petits-fils sera le contemporain de Renée Gailhoustet et Jean Renaudie dans les années 1970.

116 Entretien de l’auteur avec Raymonde Laluque de novembre 2011.

117 Soutien à charge de revanche quelques années plus tard. Cet ingénieur des Ponts est devenu par la suite DDE à Nancy après avoir dirigé le Service régional de l’Équipement (SRE) en région parisienne. André Pescayre affirme : « nous (le BERU) lui avons littéralement monté son Groupe d’Études et de programmation (GEP) en lui recrutant des géographes, des sociologues, des économistes qui se sont mis à faire des études locales ». Lorsqu’on sait le rôle joué par le BERU dans la création de la SORETUR (cf. supra), ce témoignage est crédible.

118 Note de Maurice Ducreux du 12 décembre 1962. Cf. infra.

119 AMI carton 3D9-2 concernant l’ORGECO. Il s’agit par exemple de Suzanne Chaudouard et de l’épouse de Jean Bas et ce, « dans le cadre d’une Convention-cadre de prestations de services à passer entre nos deux organismes, donc payées par le BERU en échange de la prise en charge par la SEMI des frais de secrétariat : frappe, tirage, etc. ».

120 Archives privées de Maurice Ducreux. Note du 12 décembre 1962. Aubervilliers n’est pas concernée par la reconstruction mais souffre aussi de la vétusté du parc existant et l’ampleur des besoins en logement.

121 À Choisy, il s’agit de résoudre la question problématique du débouché du nouveau pont routier sur la Seine : « On savait qu’une fois le pont achevé le trafic aboutirait dans des rues du type médiéval. Il y avait donc une percée importante à faire ce qui déterminait un urbanisme de tracé et, par là-même, commandait la rénovation » (Reggazola, op. cit., p. 38).

122 Le fils de Venise Gosnat.

123 Thomas Reggazzola, dans son travail d’enquête de la fin des années 1980 sur les techniciens des Bureaux d’études de cette époque, note toutefois avec justesse que chaque technicien de ces premiers gros bureaux d’études est tenté de maximiser ses mérites propres dans une période où les marges de manœuvre, de créativité et d’innovation, alliées à des situations d’urgence et de défi existaient bel et bien.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search