Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholicisme social et urbanisme

 | 
Maryvonne Prévot

Chapitre I. Maurice Ducreux, un missionnaire constamment replacé dans une dynamique de politisation aux côtés du PCF

Texte intégral

1La vie de Maurice Ducreux et le récit lacunaire, reconstruit parfois qu’il en a fait doivent être lus et mis en relation avec deux phénomènes majeurs du XXe siècle : le poids du PCF dans la vie locale et nationale et la prise de conscience aiguë, par l’Église, de la déchristianisation en cours. Ducreux a écrit, s’est dit dans des notes longues ou faites de fragments multiples, manuscrits et/ou dactylographiés, ni fluides ni faciles, qui témoignent toutes de l’effort consenti :

  • 1 En 1961, Maurice Ducreux est nommé tuteur de trois jeunes filles prénommées Bernadette, Françoise e (...)
  • 2 Note manuscrite de Maurice Ducreux, sans date, mais vraisemblablement des années 1970 et qui résume (...)

« Je recherche sans doute plus un absolu qu’un système explicatif moral ou social... Mais j’ai senti que l’Église était un système. Je ne le croyais pas avant d’aller à Colombes. Je l’ai senti à Colombes. Je l’ai senti dans l’histoire des prêtres ouvriers en 1954. J’ai cherché à équilibrer ce système entre 1954 et 1962. J’ai pris en charge durant ce temps, hors des règles de la vie de travail, les problèmes humains (mal-logement, Algérie, 3 filles1). J’ai senti qu’il fallait aller plus loin : ou bien rentrer dans la stratégie missionnaire ou bien rentrer dans une vie juste faite du travail humain et de ses contraintes. J’ai cru qu’il était encore possible d’allier les deux démarches. La stratégie de la Mission de France m’a marginalisé, considérant que mon engagement au travail, dans l’urbanisme, dans une charge familiale, était une affaire respectable, peut-être, mais individuelle. Tous ces engagements, y compris mes liens d’amitiés avec les hommes, avaient pour moi une signification collective. Insidieusement on m’a mis dans une position de choisir. Départ d’Alfortville considéré, non pas comme le départ d’une localité, mais comme la non-reconnaissance de ce qui me faisait vivre. J’ai sans doute eu tort, au titre d’une solidarité que je ressentais vis-à-vis de la MDF, d’accepter de pactiser et d’aller, en refusant la réalité, à Gennevilliers qui, sous des apparences ouvertes, était un système encore plus fermé que Colombes. Dans les faits et dans les idées, je me suis détaché de la stratégie de la MDF et de la problématique d’alors. Rouen était un moyen de prendre des distances sans rompre. Kinshasa était le moyen de marquer les distances. Parallèlement j’avais décroché, du fait de tout cet itinéraire, avec la vie économique, syndicale, politique qui avait profondément marqué les années 1950. Mais j’ai découvert, après avoir voulu me solidariser sans travailler avec, par exemple, les mal-logés (Baticoop) combien, en travaillant dans l’urbanisme, en créant une coopérative, je me trouvais au fait des problèmes réels. Solidarité dans la coopérative naissante, signification que tous accordaient à leur travail. La découverte du Bassin Minier, Kinshasa m’ont passionné2... »

  • 3 Vicaire de Saint-Pierre-Saint-Paul au Grand Colombes (1951-1952) puis vicaire auxiliaire de Notre-D (...)

2Ces notes semblent destinées aux membres des équipes missionnaires successives auxquelles il a appartenu et, pour certaines au moins3, à sa hiérarchie ; d’autres sont à l’évidence strictement privées. Elles relèvent toutes à leur manière d’une tentative, tourmentée bien souvent, de formuler ses doutes et de rassembler/reformuler, a posteriori parfois, les éléments constitutifs de sa vie et de ses choix, fortement contradictoires, afin de tenter de les « faire tenir » ensemble par le biais d’une introspection/reconstruction.

L’écriture du « moi/Je » comme pratique de la révision de vie et du contrôle du « for intérieur »

Un cadet de famille

  • 4 Entretien avec Yvonne Le Ménager-Ducreux, Annie et Claude Chaton au Kremlin-Bicêtre du 5 avril 2012 (...)
  • 5 L’école nationale des ingénieurs des Travaux des Eaux-et-Forêts associée à l’école des Gardes Fores (...)

3La première interprétation possible de l’acte régulier d’écrire chez Maurice Ducreux consiste à penser qu’il ressortit avant tout d’une socialisation dans les mouvements d’Action catholique. Né à Paris en mai 1924, dans un milieu qualifié d’« hybride4 », entre racines rurales et urbaines, Maurice Ducreux a un frère aîné, Pierre, reçu au baccalauréat à 15 ans avant d’intégrer brillamment Polytechnique. Aux yeux de leur père, Maurice ne pouvait apparemment soutenir la comparaison. Pierre choisira finalement de devenir ingénieur des Eaux et Forêts avec le sentiment, justifié ou non, lui aussi, de décevoir son père. En 1959, il est nommé professeur à l’École des Barres5 située sur un domaine entre Montargis et Gien, à 20 km de chacune de ces villes, dans le Loiret, près du village de Nogent-sur-Vernisson. Ce dernier avait été créé au XIXe siècle par la famille de Vilmorin qui y avait alors fait construire un premier manoir, puis un château néo-Renaissance dans les années 1860, et y avait installé deux autres arboretums appelés « le Fruticetum » et le « Bizaretum ». Pierre y restera en poste jusqu’en 1986. Maurice Ducreux aimait cet endroit même s’il ne s’y rendait pas souvent. Il y séjournera notamment avec ses amis japonais en 1985, peu de temps avant de mourir.

  • 6 Michel Marié intitule son deuxième chapitre : « Les terres et les mots. Intellectuel parce que cade (...)

4Michel Marié (Marié, 1989) puis Jean-Claude Barthez (Barthez, 1995) – deux sociologues passés par le séminaire de la MDF à Lisieux et connaissant Maurice Ducreux – ont cherché dans leur position commune de « cadet de famille6 » des explications à leur comportement et à leur vocation. Pour le premier, être cadet de famille, c’est :

« Ne jamais être au centre. C’est être à côté, dans une position toujours seconde. [...] Mais la position seconde a aussi ses avantages. Elle vous donne un regard oblique. On n’est pas toujours dans ses pompes. On ne voit pas toujours les choses évidentes qu’il faudrait voir, mais on en voit d’autres, que les autres ne voient pas. [...] Être en dehors de ses pompes, c’est ne pas avoir une place très claire dans la fratrie. C’est aussi être mis dans la nécessité de construire... » (Marié, 1989, p. 78).

5Michel Marié partage avec Jean-Claude Barthez des origines paysannes d’agriculteurs et de vignerons/marchands de vin :

« Dans une famille paysanne des années 1930, probablement soumise aux difficultés de la grande crise, [...] le cadet de famille est un maillon particulier dans la fratrie. Parce qu’il n’est pas l’aîné et que toutes les énergies sont tournées vers la terre, il est un peu le point aveugle du système, celui qui n’a pas de place claire dans le monde... Le cadet est une sorte d’errant dans l’imaginaire familial... J’avais été trop préparé, dès le plus jeune âge, peut-être dès le ventre de ma mère, à l’idée de partir, pour que cette ferme me revînt. À cinq ans je voulais être corsaire, à dix ans navigateur et à douze, probablement sous l’influence de ma grand-mère, je voulais être missionnaire... » (Marié, op. cit., p. 79-80).

6Si le premier s’appuie sur Freud et Totem et Tabou (1913) pour affirmer que « pour l’aîné, le cadet est un révolté en puissance », le second cite à plusieurs reprises l’un de ses disciples, Alfred Adler (1969, p. 143-148) :

  • 7 De l’ensemble des témoignages familiaux recueillis auprès des neveux et nièces de Maurice Ducreux e (...)

« L’aîné, en partie parce qu’il se trouve agir comme un représentant de l’autorité parentale, est, généralement, un partisan du pouvoir et des lois7. »

7Quant au cadet :

« Pour lui la vie dès le début est plus ou moins un match : l’aîné donne le pas et le second essaie de le surpasser... si le cadet perd l’espoir d’égaler son aîné, il s’efforce de briller davantage que lui... C’est-à-dire que si l’aîné est trop fort... le cadet aura tendance à s’évader du côté inutile de la vie... s’il est un peu moins courageux, il choisit de surpasser l’aîné dans un autre domaine et s’il l’est encore moins il se montre plus critique qu’il n’est d’usage » (Barthez, op. cit., p. 10)

  • 8 Entretien avec l’auteur du 11 mai 2013.

8Dans le souvenir de sa sœur, Yvonne Leménager, la manière provocatrice dont Maurice Ducreux aurait eu de réagir à la place constante de « premier de la classe » de son frère aîné aurait bien été d’être, sciemment, « le dernier de classe », considérant radicalement que c’était là « la seule option possible8 ». Barthez se dépeint en en « petit frère emmerdant et teigneux », envisageant de rivaliser avec son aîné sur le terrain de l’uniforme. À défaut d’être Saint-Cyrien, il songe d’abord à endosser celui d’administrateur de la France d’Outre-mer :

« Mais c’était encore trop sans doute ; trop proche de la compétition et en cadet de bon aloi, j’ai encore molli. Quel uniforme restait disponible ? [...] je n’ai pas songé à devenir pompier et j’ai choisi la soutane, uniforme de rigueur encore dans l’Église. J’assumerai donc ma position de cadet jusqu’au bout, l’uniforme certes mais, au moins du point de vue familial, le plus antinomique qui soit avec celui de la force militaire, fidèle à la tradition des nombreux cadets devenus ecclésiastiques et portant le goupillon pour bénir le porteur de sabre » (Barthez, op. cit., p. 12).

9Ont-ils cédé là à un poncif de la littérature, de Lamartine à Chateaubriand en passant par Roger Martin-du-Gard, pour ne citer qu’eux ? En sachant que le lycéen Michel Marié fut l’élève de Gilles Deleuze (Marié, op. cit., p. 82), il n’est pas non plus impossible que ce dernier ait cherché à repérer dans sa propre vie les possibilités et les occasions qui se donnent au fils cadet de s’aménager un « territoire » spirituel et physique à lui, différemment investi de celui de son père, de son frère aîné ou du reste de la fratrie. Dans la perspective d’une archéologie des pratiques professionnelles en aménagement, le récit de vie intellectuel et professionnel que Michel Marié a livré dans Les Terres et les mots peut aussi être analysé comme la mise à l’épreuve des concepts philosophiques deleuziens de « territorialisation » et de « déterritorialisation » et de « devenir », puisque la relation fils-père est régie par le dynamisme entraînant sans cesse des mouvements et des voisinages inattendus : un « devenir-terre » et, surtout, un « devenir-œuvre ».

  • 9 « Mais pas une piété bigote, précise Yvonne Le Ménager, une piété du don. » Leur mère meurt en 1943 (...)

10Menacé par son père de devoir entrer en apprentissage de cordonnerie, Maurice Ducreux intègre en 1939 le Petit Séminaire de la Maladrerie, à la limite ouest de Caen, sur la route de Bayeux. Interne, il ne rentre qu’aux vacances. Au sein du Petit Séminaire, il anime une section de la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC). Marqué par le décès brutal de sa mère, très pieuse9, le 1er décembre 1943, il perd aussi plusieurs de ses amis, le 6 juin 1944, jour du Débarquement, lorsque le Petit Séminaire renvoie à la hâte ses pensionnaires dans leurs familles respectives. D’abord réfugié dans une cave à Caen avec son père, il gagne les champignonnières de Fleury-sur-Orne pour échapper aux bombes incendiaires puis, à vélo, ils rejoignent ensemble le reste de la famille réfugiée à Blois. À l’automne 1944, Maurice Ducreux part, à bicyclette toujours, demander à l’évêque de Bagneux-Lisieux de pouvoir entrer au séminaire de la MDF qui s’est ouvert à Lisieux en 1942.

11Comme toute une génération ayant éprouvé moralement et physiquement les solidarités humaines dans les épreuves de la guerre, il est interpellé par le livre-référence des abbés Godin et Daniel, La France, pays de mission ? (1943), qui fait le constat sévère de l’éloignement de l’Église des ouvriers et remet en question l’efficacité des dispositifs pastoraux centrés sur la paroisse traditionnelle, dite d’œuvres :

  • 10 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, probablement de 1970.

« La lecture de “France pays de mission” m’a confirmé dans ce sentiment : il y a un mur qui sépare... Donc je suis entré à la Mission en 1944 à vingt ans. L’engagement dans le sacerdoce, tant pour moi que pour les autres, était un moyen de vivre à l’image du Christ, cette voie permettait de rejoindre sans détour la vie du peuple pour partager et donner..., nous étions peu nombreux mais nous étions dans le vent10. »

  • 11 Dès 1938 avait été créée la Mission de la mer qui s’est établie à Dunkerque en 1939.
  • 12 René Voillaume, Au cœur des masses. La vie religieuse des Petits Frères de Foucauld, Paris, Le Cerf (...)

12La banlieue parisienne devient dès lors un des hauts-lieux de la mise sur pied de nouvelles stratégies missionnaires incarnées par de nouveaux dispositifs d’évangélisation par milieux11 de vie et d’habitat. La Mission de France (1942), la Mission de Paris (1943) et, plus tard, la Mission ouvrière (1957) eurent ainsi pour tâche de coordonner toute l’action pastorale en fonction d’une priorité : atteindre la classe ouvrière. Objet de débat au sein de l’Assemblée des cardinaux et des archevêques (ACA) depuis la session de mars 1938 et attentivement suivie par Rome, la fondation de la MDF reprend à son compte les essais de vie commune telles que la pratiquèrent, par exemple, les communautés missionnaires de Ham (Somme) dans l’entre-deux-guerres dans le but de rompre l’isolement du prêtre et d’engendrer un nouveau dynamisme apostolique. De leurs côtés, Fernand Boulard et le cardinal Suhard avaient pointé la nécessité de repenser la répartition des prêtres et les circonscriptions paroissiales rurales. Boulard allait bientôt être nommé par l’ACA, le 24 juillet 1941, aumônier général adjoint de la JAC à la même session qui décidait de la création de la MDF. Le rôle de l’Action catholique spécialisée a bien été déterminant dans cette création, forçant l’Église à passer à l’offensive en adoptant le modèle apostolique qu’elle avait forgé et qui ambitionnait de remettre le christianisme dans la vie et le siècle, de penser l’apostolat « du semblable par le semblable », de mette en œuvre, en équipe, le « voir, juger, agir ». C’est au travers de l’image évangélique du « levain dans la pâte », enfouis dans l’activité humaine, « au cœur des masses », partageant la vie des plus pauvres, que les croyants et les clercs pourraient exprimer au plus près le sens de leur engagement12. Une volonté se faisait jour de former différemment les séminaristes et les prêtres ; le cardinal Suhard étant lui-même persuadé qu’on transmet avant tout ce qu’on est profondément. L’idée de mission était dans l’air et, avec elle, celle de « l’indigénisation » des clercs (Cavalin, Viet-Depaule, 2007). Cœur de l’effervescence missionnaire, véritable laboratoire de recherche d’une méthodologie missionnaire de l’incarnation, la MDF fut amenée à penser la mission non plus en fonction de frontières géographiques de la chrétienté mais par rapport à l’incroyance. Déjà, en 1932, La Vie intellectuelle avait lancé une enquête sur ce thème et apporté réponses et analyses. Mettre l’Église en état de mission signifiait être porteur d’une exigence universelle et permanente vis-à-vis de tous les hommes. Le livre des abbés Godin et Daniel fut directement à l’origine de la Mission de Paris qui va jouer un rôle matriciel dans l’histoire des prêtres ouvriers. Le cardinal Suhard, archevêque de Paris, accepte de la patronner en 1943. La direction est confiée au père Hollande. Elle comprend au départ six prêtres dont aucun n’est d’origine ouvrière. L’abbé Godin n’envisageait pas à l’époque que les prêtres puissent travailler mais il avait imaginé un mélange d’action catholique, de prédication directe et d’œuvres sociales, avec pour ambition d’insérer un christianisme « très pur » dans la culture ouvrière pour la « surélever ». Mais, après une série d’expérimentations, la mise au travail s’est imposée (Cuchet, 2005, p. 181).

L’écriture du « moi/Je » comme pratique de la révision de vie : une constante confrontation entre orthodoxie et orthopraxie

  • 13 Yvonne Leménager a conservé son petit « carnet militant » commencé en 1943, où il s’adonne à cet ex (...)

13En 1945, au sein des mouvements d’Action catholique spécialisée, la pratique de la révision de vie remplace celle de la révision d’influence qui examinait les résultats de l’action du militant dans l’usine ou le quartier. Elle passe par la tenue d’un carnet militant, ce que fait Maurice Ducreux depuis 194313, et qui est :

« Une sorte de préparation à la révision de vie. Le militant y note des faits de vie, des conversations avec ses collègues et les réflexions de ceux-ci lui inspirent, parfois sous forme de prière, ainsi que les suites qu’il compte leur donner » (Richou, 1994, p. 52).

14La révision de vie est une démarche réflexive, individuelle d’abord, de relecture spirituelle et de mise en récit du quotidien, permettant aux militants de lier leur vie, leur action et leur foi. Puis, en groupe cette fois, leurs observations sont mises en perspective afin de tenter de résoudre les problèmes rencontrés, de quelque nature qu’ils soient. La révision de vie illustre donc les relations qui se nouent entre corpus biblique et dogmatique d’une part, et engagement social et religieux de l’autre. Elle renforce une vision positive du monde soumis à l’action transformatrice de l’homme. Mais parce qu’elle insiste sur l’attention à la vie et le lien avec la foi, elle est inévitablement marquée par les évolutions de la société et de l’individu (Duriez, 2003, p. 51). Rapportée au champ des sciences sociales – dont Maurice Ducreux relève nous le verrons – cette démarche est justiciable d’une référence à un double registre : celui de la recherche-action [faire de la recherche-action un levier de transformation du monde, n’était-ce pas là l’utopie concrète à l’œuvre chez les dominicains Henri Desroche et Joseph Lebret ? (Vandernotte, 2012)] et celui du processus (Palard, 2006). À bien des égards la révision de vie procède en effet de modalités analogues à la construction, sur un mode itératif et continu, des politiques publiques qui associe constamment réflexion et action, par constante confrontation entre orthodoxie et orthopraxie. Alfredo Texeira (2010, p. 134), analysant le contrat communicatif (Charaudeau, 2000, p. 141) qui régit les espaces d’interlocutions organisés, tout comme les « écritures de soi » des pratiquants des institutions paroissiales dans le Portugal d’aujourd’hui, souligne combien ces derniers, à travers le récit de soi, continuent ainsi de vouloir octroyer une pertinence, une utilité au « reçu », faire sens et faire lien :

« Ils cherchent à résoudre les tensions entre leur vie quotidienne et l’orthopraxie religieuse, les conflits entre la doxa religieuse et les données technoscientifiques, c’est le temps de l’adaptation des codes religieux reçus dans l’enfance et l’adolescence à l’âge adulte. »

15En ce sens la « foi » est ici aussi une compétence narrative qui consiste à raconter des fragments autobiographiques, construire une rétrospective sur les changements, reconstruire le sens de ces fragments, principalement par les moyens d’autolégitimation et de validation mutuelle, selon le modèle présenté par Danièle Hervieu-Léger (1999, p. 187). La démarche continûment engagée par Ducreux constitue aussi la traduction originale de la sociologie de l’expérience individuelle et collective (Palard, 2006, p. 9). François Dubet définit comme expérience sociale : « Les conduites individuelles et collectives dominées par l’hétérogénéité de leurs principes constitutifs, et par l’activité des individus qui doivent construire le sens de leurs pratiques au sein même de cette hétérogénéité » (Dubet, 1994, p. 15). Dans ce sens, l’incorporation, par Ducreux et d’autres militants d’origine chrétienne, d’une telle démarche inductive censée être génératrice et porteuse d’un savoir religieux « utile » ne pouvait être sans conséquence sur leur conception du « bien croire » et du « bien agir », ni sur leur manière de réagir à l’exercice d’un pouvoir hiérarchique gardien de l’orthodoxie et, au sens propre du terme, de véridiction (Lagroye, 2006, p. 9). La démarche de révision de vie était bel et bien grosse d’un changement profond de perspective qui a d’abord pris la forme d’un processus d’individuation et d’expérimentation du croire, souvent douloureux.

L’écriture du moi comme pratique de contrôle du « for intérieur »

  • 14 Cf. supra, chapitre V concernant la polémique autour de la biographie de Georges Marchais.
  • 15 Cf. Amouroux Charles, Blanc Alain (dir.), Erwin Goffmann et Les institutions totales, Paris, L’Harm (...)

16On peut aussi replacer cette production de notes dans une histoire de plus longue durée : celle des contrôles institutionnels du « for intérieur » (Pennetier et Pudal, 1993, p. 53) révélant les multiples remises en question du « moi ». Maurice Ducreux fut à la fois prêtre à partir de 1950 et officiellement « encarté » au PCF entre 1973 et 1977. Il a donc appartenu et rendu compte aux deux principales « entreprises de salut » dont la pérennisation repose sur la qualité de l’engagement des fidèles et/ou des militants qui sont, à ce titre, concernés au premier chef par la gestion du for intérieur. La pratique de la révision d’influence puis de vie peut aussi être vue comme un lieu d’intense travail d’observation réciproque au sein d’équipes, d’interprétation des comportements et d’évaluation des « vocations » religieuses qui impliquaient un « biographisme » de chaque instant, ou presque (Pennetier et Pudal, 1996, p. 57)14. L’homologie des contraintes pesant sur les catholiques et sur les militants communistes a été relevée, notamment par Jean-Claude Passeron (1991, p. 91) qui étendit aux partis « totalitaires » certaines des propriétés et caractéristiques des institutions scolaire et ecclésiale. Cette voie avait déjà été empruntée par Jeanine Verdès-Leroux (1983) en transposant le concept d’institution globale d’Erving Goffman15 à l’histoire du PCF. Mettant alors en évidence l’emprise (différentielle) de l’institution communiste – et/ou ecclésiale ici – sur ses membres, elle avait commencé à décrire les voies par lesquels ces derniers étaient amenés à faire corps avec l’institution. En écrivant ces notes, Ducreux s’efforce effectivement de conjuguer/conjurer ( ?) solitude et solidarité, malgré tout, avec les choix qui furent les siens. En 1974, son ami le sociologue ruraliste Placide Rambaud a cherché, lui aussi, à définir, dans une note, les dimensions d’un même comportement de solidarité – politique, catholique, scientifique –, à l’intersection de lignes ou de sphères sécantes :

  • 16 Archives de la MDF, Le Perreux-sur-Marne, dossier Placide Rambaud, note du 14 décembre 1974. Mauric (...)

« La solidarité “politique” et la solidarité “catholique” se stimulent et se critiquent l’une l’autre ; et tout d’abord la notion même de solidarité et les attitudes qu’elle implique. La solidarité peut-être pensée en terme d’alliance tel que le vieux et le nouveau testament l’expriment : elle est d’abord initiative à l’égard d’un groupe, elle est fidélité critique au projet qui définit ce groupe, elle accepte la non-reconnaissance, temporaire ou conflictuelle de l’initiative que l’on a choisi de prendre...16 » (ill. 1).

17Ce « biographisme » peut encore s’apparenter à ce que Michel Foucault, réorientant en 1979-1980 son étude vers une histoire des rapports entre vérité et subjectivité, appelle le « régime de vérité » propre au christianisme, qui articule deux types d’« actes de vérité » bien distincts : les actes de foi et les actes d’aveu. Chaque chrétien serait ainsi soumis à l’obligation d’adhérer à une vérité révélée (acte de foi), tout en étant sommé d’explorer les secrets de son cœur et de manifester la vérité cachée au fond de lui (acte d’aveu).

Bourdieu versus de Certeau : habitus ou stratégie ?

  • 17 L’expression est du jésuite Léon de Saint Moulin avec lequel Maurice Ducreux se lie d’amitié à Kins (...)
  • 18 Cf. supra, chapitre IV.
  • 19 Cuchet Guillaume, « L’itinéraire apostolique de l’Action catholique à travers le cas d’Henri Perrin (...)

18Au vu de ce que nous avons perçu comme un étant un caractère à la fois durable, profondément intériorisé et générateur de pratiques, le concept – structuraliste – d’habitus militant s’était imposé (Prévot, 2012), au sens où il « permet de tenir ensemble ce qui constitue la conscience pratique des militants [...], l’impensé de leurs comportements, les réflexes incorporés dans la socialisation à l’institution, et leur conscience discursive... » (Bourdieu, 1980 ; Yon, 2005, p. 142). En cherchant à comprendre l’adéquation des pratiques aux structures, le sociologue de l’éducation que fut Bourdieu s’est ainsi intéressé au problème de « l’acquisition » : l’intériorisation des structures (par acquisition) et l’extériorisation de l’acquis (habitus) par des pratiques. Forgé au sein des mouvements d’Action catholique spécialisée, cet habitus est d’abord un habitus de combat (Richou, 1997) qui repose sur le triptyque « Voir, juger, agir », à l’œuvre dans la révision de vie. Il met l’accent non pas sur le dogme mais sur les pratiques propres à chacun, tout en désignant la bonne pratique, le bon chemin, la conformité avec les valeurs défendues. Nous ne sommes pas sur le registre de l’argumentation mais sur celui de la démonstration par l’exemple, ce qui implique une certaine « invisibilité » du message qui ne transparaît que dans l’exemple et la pratique, sans être véritablement explicité (Prévot, 2012). Pas plus que les collègues de Placide Rambaud à l’EPHE ne sauront jamais, ou presque, qu’il était prêtre (Lagrave, 2009), fort peu de personnes dans l’entourage professionnel de Maurice Ducreux connaîtront son statut. Tous deux ont délibérément choisi l’enfouissement, l’invisibilité, une sorte « d’anonymat absolu17 » dans les modalités de leur engagement professionnel. Mais cela pourrait aussi relever de la stratégie qui, chez Michel de Certeau, consiste à calculer les rapports de force qui rendent possible l’agir disciplinaire, une attention accordée aux « arts de faire » de tout individu qui, dans la société, est tenu de faire des choix face à des sollicitations et des impératifs contradictoires. Il se peut encore que la résistance du monde ouvrier aux efforts déployés pour le convertir ait précisément poussé des prêtres-ouvriers ou des prêtres au travail tels que Maurice Ducreux, à cette stratégie d’enfouissement, d’anonymat, et de simple « présence », grosse de questions aussi décisives que douloureuses et annonciatrices d’une crise du langage religieux18, et de la recherche, concommittante, de langage(s) de substitution. La logique d’incarnation portée par la MDF, la démarche qui fut la sienne de s’en tenir avant tout au témoignage, voire à la seule présence pour que le christianisme puisse s’intégrer au monde moderne ne contenait-elle pas en elle-même une remise en cause de la pastorale traditionnelle si pas du sacerdoce ? Ce faisant la MDF plaçait l’épiscopat d’emblée devant des problèmes inédits hypothéquant sa survie. Pour certains de ses membres au moins, l’objectif initial de (re) conversion du monde ouvrier a pu dès lors facilement se retourner en autocritique et en critique de l’institution comme du message dont elle était porteuse. C’est ce que Guillaume Cuchet (Cuchet, 2009)19, retraçant l’itinéraire du jésuite Henri Perrin, a fort bien montré.

Parmi les chrétiens progressistes et les communistes d’Ivry, du Kremlin-Bicêtre et du XIIIe arrondissement de Paris : modalités complexes et plurielles d’une rencontre entre logique religieuse et logique de gauche

  • 20 Entendu par Michel de Certeau comme une unité sociale, constituée par des réseaux de pratiques, d’i (...)

19Michel de Certeau a pour sa part fait l’hypothèse d’une perte contemporaine du corps20 chrétien qui aurait eu, parmi ses effets majeurs, d’engendrer la recherche d’un autre lieu, réel, non chrétien, doté d’un autre contenu social, prolongeant et diversifiant ainsi un transit de l’Église vers d’autres espaces commencé au XVIIe siècle avec les « missions » Outre-mer :

  • 21 Certeau (de), Michel, « La Faiblesse de croire », in Les militants d’origine chrétienne, revue Espr (...)

« Autrefois, l’Église organisait un sol, c’est-à-dire une terre constituée : à son intérieur, on avait la garantie sociale et culturelle d’habiter le champ de la vérité. [...] Sur cette terre pouvaient s’enraciner des cohortes de militants qui y trouvaient la possibilité et la nécessité de leur action. [...] à présent, semblable à ces ruines majestueuses d’où l’on tire des pierres pour construire d’autres édifices, le christianisme est devenu pour nos sociétés, le fournisseur d’un vocabulaire, d’un trésor de symboles, de signes ou de pratiques réemployées ailleurs [...]. La société y puise [...] pour composer un discours rassurant et général sur les « valeurs ». Des individus, des groupes empruntent des « matériaux chrétiens » qu’ils articulent à leur façon, faisant encore jouer des habitudes chrétiennes sans pour autant se sentir tenus d’en assumer l’entier sens chrétien. Aussi le corps chrétien n’a-t-il plus d’identité récapitulatrice ; fragmenté, disséminé, il a perdu son assurance et son pouvoir d’engendrer, sur son seul nom, des militances21. »

  • 22 Le tome 1 (Arts de faire), tout particulièrement.
  • 23 Archives privées de Maurice Ducreux. Rapport de la commission urbaine, 1965, 30 p.
  • 24 Cf. supra. Chapitre 3.
  • 25 Professeur de « city-planning » au Massachussets Institute Of Technology (MIT), élève de l’architec (...)

20Pour Michel de Certeau, la MDF d’après-guerre aurait cru trouver cet autre espace, cet autre lieu, dans « la classe ouvrière » et « le monde du travail ». Nous ajouterons, parce qu’il ne fait pas explicitement le lien – alors que certains de ses travaux ultérieurs tels que L’invention du quotidien22 accordent à la ville toute son attention – que cet espace est urbain. Est-ce parce que monde ouvrier et monde urbain tendent à se superposer sinon même à se confondre dans les représentations, non seulement des autorités ecclésiales mais du clergé le plus investi ? Olivier Chatelan (2012, p. 16-17) donne l’exemple du cardinal Gerlier qui, à Lyon, confond « masses ouvrières » et « populations des villes » dans certains de ses écrits ou allocutions, alors que cette dernière expression désigne une réalité beaucoup plus large et sans caractéristique socioprofessionnelle exclusive. Il n’est pas le seul. Dans le rapport de la commission urbaine de la MDF rédigé à l’occasion de son assemblée générale de 1965, cette confusion existe. Le chapitre préliminaire intitulé : « Le monde urbain dont nous sommes et auquel nous sommes envoyés » est divisé en paragraphes aux titres révélateurs : « 1) La condition ouvrière demeure », « 2) La classe ouvrière se renouvelle », « 3) Monde ouvrier et Mouvement ouvrier ». Seul le troisième paragraphe est consacré à « L’urbanisation » mais il se borne à constater en quelques phrases, et « de manière très extérieure », l’accroissement des villes, l’apparition des grands ensembles et de grands projets planifiés. Il est davantage question du passage « d’un monde de traditions et d’attitudes à un monde de choix et de liberté23 ». Le sociologue belge Jean Rémy, collaborateur de François Houtard24 mais aussi de Kevin Lynch (1918-1984)25, tente, dès ses premiers écrits (Rémy, 1960, 1961), de dégager ce qui, par le fait même de la concentration urbaine, libère le sujet. Il relève qu’une des aspirations nouvelles des individus en ville est désormais : « la volonté de choisir », que la société urbaine est plurielle et complexe, que « l’homme urbain » considère de plus en plus son existence comme l’addition ou l’articulation de plusieurs moments dont aucun ne subordonne plus les autres (Paquot, 1994). C’est à cette expérience, ce transit, ce passage gros d’une liberté nouvelle mais aussi de choix que Maurice Ducreux va se livrer.

Une immersion dans le « milieu » communiste et chrétien progressiste à Ivry-sur-Seine

  • 26 Qui devient Lettre aux communautés (LAC) en 1950.
  • 27 Lire, entre autres, Curtis S.-A. & Keller-Lapp H.-M. (dir.), L’autre visage de la Mission. Les femm (...)

21Maurice Ducreux arrive en 1946 à Ivry-sur-Seine, envoyé en « stage » par le séminaire interdiocésain de la Mission de France à Lisieux. Ni ordre religieux, ni institut séculier, sans statut définitif, la Mission s’était dotée d’un séminaire d’avant-garde, véritable laboratoire de recherches, lieu de passage, de brassage, de rencontres et de discussions offrant maintes occasions de se former, de s’ouvrir au monde et de se confronter au siècle. Michel Marié (Marié, op. cit., p. 84-85) et Jean-Claude Barthez (Barthez, op. cit., p. 52-54) ont tous deux écrit de belles pages sur cette expérience fondatrice, intellectuellement et humainement. Le dépouillement, par Tangy Cavalin et Nathalie Viet-Depaule, du bulletin d’information et de réflexion – Unis pour –, destiné aux prêtres des communautés de la MDF26, fournit aussi de précieuses indications sur la venue, à Lisieux, de personnalités dont Ducreux sera rapidement proche. Ainsi, le numéro de décembre 1944 relate-t-il la visite de Madeleine Delbrêl venue parler des « gens de la rue » (Rault, 2009) et des rapports entre chrétiens et communistes. Celui de février 1945 met à l’honneur François Laporte27 et la Mission de Paris ; un autre encore traite de la session d’Économie et Humanisme des 17-19 mai 1946, animée par Henri Desroche et Joseph Lebret. À partir de l’été 1945, l’ouverture vers l’extérieur revêt la forme supplémentaire d’un envoi en stage de travail, le temps des vacances d’été ou durant l’année scolaire. Il s’agissait de prolonger l’expérience acquise par ceux qui, pendant la guerre, avaient été prisonniers, requis réfractaires ou résistants. C’était là le moyen d’être en contact avec le monde et ses réalités et de préparer les séminaristes à leur mission. En principe, ces derniers étaient accueillis au sein d’équipes de la Mission et en partageaient la vie, tout en ayant un emploi salarié (Cavalin et Viet-Depaule, 2007, op. cit., p. 103-105).

  • 28 Cf. Cf. Curtis D-E., The French Popular Front and the Catholic Discovery of Marx, Hull, 1997, cité (...)
  • 29 Cf. supra et chapitre V.
  • 30 Fondé par des chrétiens résistants en novembre 1944 et issu de la Démocratie chrétienne, le MRP est (...)
  • 31 Intitulé de journées de réflexion qui s’organisent à l’époque de l’appel de Stockholm, de la guerre (...)
  • 32 Témoignage de Francis Corenwinder à l’auteur du 22 novembre 2012. Les itinéraires de Jean Verlhac o (...)
  • 33 Entretien de l’auteur avec Annie Chaton – née Waltz – au Kremlin-Bicêtre, du 5 avril 2012. Fille de (...)

22On ne saurait distinguer les amitiés communistes indéfectibles, ou presque, que noue Maurice Ducreux dès son arrivée à Ivry-sur-Seine en 1946 de celles qu’il entretient d’emblée avec cette frange éphémère autant que marginale et spécifique à la France qu’est la nébuleuse des chrétiens progressistes. Les chrétiens avaient largement découvert le marxisme avant la guerre28 mais cette génération a fait pendant la guerre l’expérience du communisme résistant et, après la guerre, de son emprise sur les ouvriers. C’est cette double expérience concrète qui fonde le progressisme chrétien et non la recherche utopique d’une synthèse théorique entre le marxisme et le christianisme, affirme Yvon Tranvouez (Tranvouez, 2005, p. 100). Né en 1924, Ducreux appartient incontestablement à cette première « génération de l’Action catholique », celle qui a connu la naissance et l’essor des mouvements de jeunesse spécialisés de l’entre-deux-guerres. Pour être rapidement devenu « un travailleur intellectuel », Ducreux n’en s’est pas moins pleinement inscrit et investi dans le mouvement des prêtres-ouvriers qui est né en France pendant la guerre même s il n’a vraiment démarré qu’en 1947, au moment même où il arrivait à Ivry. Il a donc pris une part active à l’une des initiatives les plus spectaculaires du courant dit « missionnaire ». En janvier 1954, pour des raisons qui tenaient à la fois à la crainte du communisme et à la remise en cause de la conception traditionnelle du sacerdoce que portait le mouvement, Pie XII a imposé la cessation de l’expérience et remis au pas la MDF par la même occasion. La décision a provoqué une crise profonde dans l’Église de France qui donne à réfléchir à partir d’une historiographie renouvelée par Nathalie Viet-Depaule, Tanguy Cavalin ou Guillaume Cuchet. L’enjeu apostolique de la reconquête du monde ouvrier par le christianisme est en effet devenu un lieu théologique c’est-à-dire la matrice de questions fondamentales sur l’Église, son rapport au monde et la nature du sacerdoce qui ont travaillé Maurice Ducreux sa vie durant. Guillaume Cuchet en a repéré les éléments constitutifs (Cuchet, 2009), à commencer par la pauvreté, celle du « prolérariat » et celle du sous-prolétariat. On dira bientôt « quart-monde » et la figure de l’immigré prendra toute sa place dans la vie de Maurice Ducreux29. La déchristianisation ensuite : le scandale, pour ces hommes dont il fait là encore incontestablement partie, c’est que ce monde des pauvres, qui fait l’objet d’un amour de prédilection du Christ, est un monde perdu pour l’Église. Le monde ouvrier, monde des pauvres, monde perdu pour l’Église est aussi le monde porteur des valeurs de modernité. Cette philosophie de l’histoire, d’origine marxiste était très présente dans l’Action catholique des années 1940 et 1950. Elle s’est conjuguée avec le poids et l’attrait exercés par le PCF dans la vie politique française. La principale nouveauté de l’après-guerre, à savoir l’engagement d’une fraction de l’avant-garde catholique aux côtés du PCF, est donc avant tout un phénomène de génération. Quand la conjoncture de Guerre froide commence à s’imposer, la MDF fait partie de cette nébuleuse (Cavalin, Viet-Depaule, 2007, op. cit., p. 66-67). Dans ce contexte de droitisation du Mouvement Républicain Populaire (MRP)30, ces chrétiens sont contraints de se définir par rapport au PCF. La SFIO, compromise dans la politique gouvernementale et viscéralement laïque dans ses convictions, n’exerce alors aucune attraction. En 1947, ils se dotent d’une organisation – l’Union des chrétiens progressistes (UCP) – moins pour développer une ligne politique originale que pour lutter contre l’anticommunisme répandu dans les milieux catholiques. Mais le caractère éphémère et pluriel de cette expérience souligne les limites de cette ambition de compagnonnage, à la base, avec le PCF : le décret du Saint-Office de juillet 1949 ferme officiellement la porte à toute collaboration des catholiques avec les communistes et précipite la disparition de l’UCP en 1951. Le progressisme chrétien ne disparaît pas pour autant. Son terrain de prédilection est désormais précisément celui de la mission ouvrière où, sous couvert d’évangélisation, se maintient une stratégie de présence aux côtés des ouvriers et de leurs organisations. Mais le partage des aspirations ouvrières dans le Mouvement de la Paix ou à la CGT le replace constamment dans une dynamique de politisation que Rome ne peut que condamner. C’est la crise progressiste (Tranvouez, 2000) qui, de 1950 à 1957, voit la hiérarchie mettre au pas sans défaillir toutes les composantes de cette nébuleuse, dont les prêtres-ouvriers étaient le symbole, et le bimensuel La Quinzaine – à laquelle Maurice Ducreux collabore quelques mois en 1955 – le porte-parole. Sommés de choisir entre « entre l’exigence de l’unité de l’action ouvrière et l’exigence mystique de l’unité de l’Église31 », ces militants doivent renoncer à ce qui était au cœur de leur identité de chrétiens (Landré, 2011 ; Bélouet et Cavalin, 2013). Certains d’entre eux vont alors prendre définitivement leur distance avec la religion et plus encore ses institutions : c’est le cas de Philippe Munck et de son épouse Marie-Thérèse. Né à Mulhouse en mai 1924 et séminariste à Autun, Philippe Munck fréquente le père Louis Augros bientôt nommé directeur du séminaire de Lisieux. Après la guerre, Munck veut vivre sa foi en dehors des cadres classiques et rejoint les équipes laïques de la Mission de Paris. Il est accueilli au Kremlin Bicêtre par François Laporte, ancien supérieur du grand séminaire de Reims. Il est embauché comme manœuvre à la Manufacture parisienne de papiers ondulés à Ivry-sur-Seine en 1946-1947, se forme à la construction des charpentes métalliques à Issy-les-Moulineaux et se syndique à la CGT. En 1949 il épouse Marie-Thérèse Kammerer, alsacienne comme lui, venue vivre à Ivry. Devenu permanent syndical CGT en 1952, il adhère au PCF en 1953. La condamnation des prêtes-ouvriers, un an plus tard les conduit, sa femme et lui, à s’éloigner progressivement de l’Église. En 1969, Maurice Ducreux achète un appartement dans le même immeuble qu’eux, où il résidera jusqu’à sa mort. D’autres – tels Jean Verlhac, le futur adjoint à l’urbanisme de Dubedout à Grenoble – vont investir leur capital militant dans la « nouvelle gauche » ou « deuxième gauche32 », contribuant ainsi à redéfinir ce que veut dire être chrétien de gauche (Pelletier, Schelgel (dir.), 2012) ; d’autres, enfin, tels Charles et Guite Waltz33 ou Maurice Ducreux persistent à tenter de faire tenir ensemble leurs engagements et dans l’Église et aux côtés du PCF :

  • 34 Archives privées de Maurice Ducreux, note sans date.

« Sur le plan de la conscience politique, il y a eu rapidement la reconnaissance du rôle décisif de la classe ouvrière. Sur le plan religieux, les pauvres et les opprimés. Ceci compte-tenu de ma formation chrétienne et de la participation à un mouvement d’Action Catholique m’a conduit à m’engager dans la Mission de France. Pourquoi cet engagement dans un mouvement religieux et dans une structure d’Église ? Parce que je croyais qu’un mode nouveau d’expression de la foi reçu en communauté – prêtres-laïcs – ouvert sur la vie des hommes était un moyen de supprimer les injustices, de relier l’Église avec le monde des opprimés et d’ouvrir la société sur l’Espérance. Ce désir de participation sans barrière à la vie des hommes pour tisser des liens de communauté (communauté de destin) m’a conduit à choisir travail du prêtre... D’une certaine façon mon ordination avec présence d’une délégation d’amis communistes d’Ivry était pour moi le signe qu’un cheminement militant et fraternel entre chrétiens et communistes était possible pour changer la société34. »

  • 35 Cf. supra, chapitre II.
  • 36 Idem.

23C’est donc entouré de communistes et de chrétiens en rupture avec les pratiques traditionnelles de l’Église que Maurice Ducreux est ordonné prêtre du diocèse de Bayeux par le cardinal Feltin, le 24 juin 1950 (ill. 2). D’abord célibataires pour certains, ils vivent un temps au 133 rue de Paris à Ivry-sur-Seine (Fouilloux, 1992), à l’image de Philippe Munck, mais aussi de Max Stern, brièvement ouvrier à l’usine Chausson de Gennevilliers avant de fonder le Bureau d’études et de réalisations urbaines (BERU), de Slavik Palley, employé chez un marbrier d’Ivry, Jean Moulinié, Jean Lerebourg, ou encore Claude Ribalet ; Jean Fourgous les rejoint sans y vivre. Des membres actifs du mouvement des combattants de la Paix et de la liberté s’y retrouvent ; des prêtres-ouvriers, à l’image de Jean Gray35, viennent y dire la messe et Albin Chalandon, ami de Max Stern36, à l’occasion y passe également.

Les chrétiens progressistes et la naissance de la « deuxième gauche »

  • 37 La Ligue de la Jeune République est un parti politique français créé en 1912 par Marc Sangnier dans (...)
  • 38 Cf. Rochefort-Turquin Agnès, Front Populaire. Socialistes parce que chrétiens, Paris, Le Cerf, 1986 (...)

24Au lendemain de la guerre, les amis de Maurice Ducreux prennent donc part au très complexe processus de naissance puis d’unification de ce qu’on nomme trop rapidement « la nouvelle gauche » alors que le pluriel s’imposerait. Mieux vaudrait parler de « cocktail » ou de « mosaïque » d’identités militantes, sociologiques et culturelles, parfois douloureusement divisées, qui composent ces courants pluriels (Cahiers du GRMF no 2, 1984 et no 9, 1995 ; Bélouet et Cavalin, 2013). Même si les catholiques se sont ralliés à la République, plus tardivement certes que les protestants, dès avant la Seconde guerre mondiale, et même si certaines minorités chrétiennes peuvent être situées politiquement à gauche à l’image de la ligue de la Jeune République (JR)37 et des chrétiens rassemblés autour du mensuel Terre Nouvelle38, les catholiques dans leur ensemble continuent de répugner à s’engager sur le terrain politique où règnent, à leurs yeux, la confusion sur les fins dernières – temporelles ou spirituelles – de l’action. Mais la guerre et la Résistance ont radicalement rebattu les cartes, dissipé, au moins pour partie, cette méfiance et légitimé la poursuite de leur engagement aux côtés des forces ralliées sous la bannière du progressisme, pour donner naissance à une gauche ouvriériste, sociale et morale, chrétienne dans ses origines mais divisée, « plus portée à la critique tribunicienne qu’à la prise de pouvoir » (Tranvouez, 2005, p. 96) et sans organisation de masse dotée d’un programme politique, contrairement au PCF.

25Dans les années 1950, cette « nouvelle gauche » englobe essentiellement la Jeune République, le groupe Reconstruction autour de Paul Vignaux (1904-1987), le Mouvement de Libération du Peuple (MLP), le journal Témoignage Chrétien, la revue Esprit et le mouvement Économie et Humanisme. Pour Éric Bélouet et Tangy Cavalin, une distinction s’impose toutefois entre deux sous-ensembles que sont la filière ouvrière catholique d’une part et, de l’autre, l’ensemble plus hétéroclite, diffus et fondamentalement politique – au sens où « le rapport à la classe ouvrière s’exprime moins en termes de groupe d’appartenance que de groupe de référence » (Donégani, Sadoun, 1991, p. 298) – qu’est ensuite l’Union de la gauche socialiste (UGS). Née en 1957 avec le combat contre la guerre d’Algérie comme ciment, c’est une sorte de confédération de minoritaires venus de toute la gauche (trotskystes et ancien trotsksystes (Pierre Naville), anciens communistes (Gilles Martinet), ex-compagnons de route du PCF (Jean Verlhac), ex-MLP (Gilbert Mathieu ou Roger Beaunez), ex-Jeune République (Georges Gontcharoff), ou bien encore anciens résistants comme Claude Bourdet. L’UGS fusionne avec le Parti socialiste autonome (PSA) pour fonder le PSU en 1960 (Morin, 1991 ; Prévot, 2003). Même si Maurice Ducreux n’a pas choisi cette voie vers le socialisme et la politique, il a travaillé et côtoyé, dans les domaines professionnels et associatifs liés à l’aménagement et à l’urbanisme, avec bon nombre d’hommes et de femmes qui l’ont empruntée.

  • 39 Issu de cette scission de 1951, le MLO est un mouvement chrétien particulièrement soucieux de la dé (...)

26Dans l’action qu’il mène un temps contre le mal-logement à Alfortville, et de manière plus générale, Maurice Ducreux nous semble proche, à la fois de la filière ouvrière chrétienne, de l’ACO et des membres du Mouvement Populaire des Familles (MPF) qui s’illustrèrent, dès 1945, dans les actions de squattage pour dénoncer les conditions de logement des milieux populaires (Chauvière, Duriez, 1992). Dirigé par des laïcs de plus en plus soucieux de s’émanciper de la tutelle d’institutions ecclésiales tenues pour responsables, précisément, de la déchristianisation du monde ouvrier, le MPF se déconfessionnalise dès 1946 et se prononce en 1950 en faveur d’un élargissement d’une action ouvrière, jusque là circonscrite au champ familial, aux questions politiques. Il prend alors le nom de Mouvement de libération du Peuple (MLP), mais « dont la découverte du politique [...] a une signification sociale, une dimension collective étrangère à tout ce qui définit le jeu parlementaire » (Tranvouez, 2005, p. 96). La mue n’est pas terminée, pas plus que ne le sont les querelles intestines puisque deux crises internes majeures l’affectent et l’affaiblissent rapidement. En 1951 d’abord, lorsqu’une grosse minorité, plus soucieuse de formation et de promotion ouvrière que d’action politique, s’en va créer le Mouvement de libération ouvrière (MLO)39 ; le MLP entre alors dans une phase cryptocommuniste qui le rapproche de la mouvance progressiste auprès de laquelle il s’investit, notamment dans le Mouvement de la Paix à l’image de Maurice Ducreux ou de Max Stern. Une seconde crise s’ouvre, à partir de 1953, lorsqu’un nombre limité de militants franchissent le pas qui les séparait du PCF. à partir de 1954, ces défections ont pour effet d’ouvrir le reste du mouvement à une plus grande indépendance à l’égard du PCF et lui permettent, avec des effectifs stabilisés autour de 4000 adhérents, de prendre place dans le processus unitaire qui le conduira, trois ans plus tard, à fusionner avec la Nouvelle gauche (NG) et la majorité de la Jeune République (JR) dans l’UGS (Bélouet et Cavalin, 2013, op. cit.). Maurice Ducreux s’ancre de plain-pied dans cette mouvance chrétienne progressiste et cryptocommuniste, mais lui franchira le pas d’une adhésion formelle au PCF, en 1973, soit bien plus tard et à rebours d’autres parcours cités. En attendant, il s’investit dans un compagnonnage actif et assumé.

« Roudoudou » : un séminariste devenu prêtre dans la République enfantine et communiste de « Villanous » (1949-1951)

  • 40 AMI 84Z6. Entretien de Maurice Ducreux du 21 décembre 1982 avec Nathalie Viet-Depaule.
  • 41 Archives privées de Maurie Ducreux. Note de septembre 1977.
  • 42 Idem. Note sans date.
  • 43 Entretiens de l’auteur avec Simone Fourgous, à Ivry, cité Gagarine, de novembre 2011 et Irène Ausch (...)
  • 44 Entretien de l’auteur avec Raymonde Laluque (épouse Méloteau puis Merle) à Ivry en novembre 2011.

27Au printemps 1951, dans ce contexte de Guerre froide aggravée et de débat qui fait rage sur le statut de l’école libre (Loi Barangé et Marie), le secrétariat d’État à la Jeunesse, aux Sports et à l’Enseignement technique rappelle à l’ordre les colonies de vacances des banlieues rouges. Une vingtaine d’entre elles sont accusées – celle d’Ivry en tête –, de porter atteinte à la liberté morale des enfants. La subvention étatique est supprimée. Georges Marrane, maire communiste d’Ivry depuis mai 1925, répond par une lettre de protestation véhémente arguant d’un recrutement ouvert et varié, au point que le personnel éducatif d’alors comprend « quelques catholiques pratiquants » et un « jeune séminariste » (Lee Downs, 2009, p. 277). Nous savons désormais, par recoupement de témoignages et photographies à l’appui, qu’il s’agit bien de Maurice Ducreux. D’abord vendeur de journaux à la criée dans le quartier d’Ivry-Port, où il habite, rue Jules Vanzuppe40, il obtient un emploi à temps partiel au Bureau municipal de la petite enfance à Ivry41. En 1947 il adhère à l’Union de la Jeunesse Républicaine de France (UJRF) dans la mouvance du PCF42 et, de l’été 1949 à celui de 1951, accompagné de son amie Simone Fourgous, ancienne Éclaireuse de France qu’il a recrutée43, Maurice Ducreux veille, avec d’autres futurs cadres municipaux du Parti comme Lucien Laborie puis Raymonde Laluque, sur quelques centaines d’enfants aux Mathes. Cette vieille métairie de 8 hectares en Charente-Maritime, sur la côté atlantique près de Royan, a été achetée par la municipalité via son association autonome dédiée – l’œuvre des Vacances Populaires enfantines (VPE) – qui la réhabilite à partir de 1929 (ill. 3, 4 et 5). Elle devient rapidement une des vitrines du communisme municipal et un lieu de mémoire ouvrière pour des générations44. Par une politique de l’enfance et de la santé publique dont la colonie des Mathes est la pierre angulaire, la mairie communiste essaie d’élargir et de pérenniser son assise électorale. S’associent donc activement à cette entreprise Maurice Ducreux et quelques chrétiens, et ce pendant trois années bien particulières : celles de « la République de Villanous ».

  • 45 Entretien de l’auteur avec Yvonne Le Ménager-Ducreux, Annie et Claude Chaton, au Kremlin-Bicêtre le (...)

28Un état d’esprit tout à la fois relié à l’enfance, ancré dans les farces et les pitreries, contestataire et subversif (« adlérien » dirait sans doute Jean-Claude Barthez), un goût marqué pour raconter des « histoires merveilleuses » caractérisent, semble-t-il, Maurice Ducreux, et ne sont sans doute pas étrangers au choix qu’il fit d’encadrer cette colonie et à l’affection durable qu’il y contracta auprès des moniteurs et colons45. Mais il est une autre raison que son amie Madeleine Delbrêl a parfaitement formulée :

  • 46 Maurice Ducreux a écrit un manuscrit avec elle, intitulé Analyse de la situation d’Ivry, présent da (...)

« Rompre les liens avec les organisations publiques communistes ou para-communistes à Ivry, c’est rompre avec la vie pratique de la ville, c’est devenir, sur un plan local, un “apatride”, c’est supprimer les deux tiers des contacts normaux entre chrétiens et non-chrétiens » (Delbrêl, 1970, p. 53)46.

29Il en est encore une autre qui rejoint cette dynamique de politisation que nous évoquions précédemment :

  • 47 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, mais probablement de 1977.

« On savait bien que j’étais chrétien mais j’avais déjà pris une position assez radicale, simplificatrice ou tout simplement réaliste. Ce n’était pas en tant que chrétien que je justifiais ma présence mais en tant qu’homme et militant. Il y a eu de part et d’autre une estime et une confiance très profondes47. »

  • 48 Cf. [http://www.article11.info/?Des-espaces-autres-l-heterotopie].
  • 49 [http://www.fauconsrouges.org/spip.php?article41].

30La « République de Villanous » est une organisation de vie civique et politique qui fait de la colonie une image inversée de la ville-mère, une « république-jouet » où les enfants de la classe ouvrière peuvent entrevoir, imaginer et vivre l’utopie socialiste. Hétérotopie au sens que donna à ce mot Michel Foucault en 1966, la « République de Villanous » est une utopie réalisée, ancrée dans le réel ; un de ces lieux qui, de manière continue ou sporadique, se fait contre-espace, « espace autre », projetant un imaginaire48. Cette création, par Venise Gosnat – le directeur de la colonie et adjoint au logement – est le point d’orgue d’une série d’innovations pédagogiques et structurelles que les VPE et les directeurs des Mathes ont mises au point depuis 1935. Venise Gosnat s’inspire alors implicitement des républiques enfantines des Faucons Rouges49 et, explicitement, de l’école paysanne organisée par Léon Tolstoï sur sa propriété à Iasnaia-Poliana en 1861-1862. Les Faucons rouges se sont eux-mêmes beaucoup inspirés des pédagogues soviétiques (Kroupskaia, Lunarcharsy et Pistrak). Ils sont convaincus que le for intérieur de l’enfant, ses désirs et ses préoccupations sont façonnés par des forces sociales externes et non des pulsions personnelles. La structure pédagogique qu’ils adoptent est celle de la république enfantine, elle-même unité de ce qu’ils appellent « self-government », censée donner aux enfants de la classe ouvrière l’occasion d’un véritable apprentissage de la vie politique (Lee-Down, op. cit., p. 218-219).

  • 50 « Le jeu paraît, en effet, le mode naturel de l’enfance, par lui, à travers lui la fonction enfance (...)
  • 51 Les dernières décennies du XIXe siècle sont celles des études leplaysiennes et du Musée Social. Cf. (...)

31Contribuant à renouveler notablement l’historiographie du communisme français en s’inscrivant dans des problématiques sociales et culturelles plus vastes (Boswell, 2005, p. 930), Laura Lee Downs a comparé les colonies catholiques, socialistes et communistes. Elle en relève leur intérêt commun pour l’enfance, le jeu50 et la pédagogie. Elle souligne aussi que les paroisses catholiques sont bien les pionnières. En créant les premières colonies à Ivry, en 1912, elles donnent aux communistes une leçon de pédagogie avec des techniques développées partout dans les patronages urbains, dès les années 1880, mêlant période d’instruction (catéchisme, histoire sainte) à des jeux, des chansons, des « causeries informelles » sur des sujets divers qui influencent notablement la forme et l’orientation des initiatives prises ultérieurement aux Mathes : causerie éducative et, surtout, études de « milieux51 ». Les groupes de colons partis visiter une ferme, un phare ou encore une usine sont ainsi invités à rassembler dans le journal de l’équipe le produit de leurs entretiens et observations de terrain, le tout illustré par des croquis ou autres cartes postales. La similitude est frappante, non seulement avec les pratiques développées par l’Action catholique spécialisée, mais avec le vocabulaire employé et le sens qu’il revêt. Dans les deux cas, le « milieu » désigne tout à la fois la classe sociale et la catégorie socioprofessionnelle. Quelques différences notables sont toutefois à souligner, à commencer par la promotion concrète de l’égalité filles/garçons, à travers les associations sportives notamment [Union Sportive du Travail d’Ivry (USTI)].

32Si catholiques et communistes d’alors s’accordent donc à considérer le besoin de jouer, à la fois comme attribut distinctif de l’enfance et pièce-maîtresse dans la formation des individus, tous sexes confondus, la différence substantielle réside aussi dans le but visé. Sous couvert d’une action sociale, le but de l’Action catholique est de fabriquer des chrétiens. Sous couvert d’efficacité sociale, il s’agit de se fabriquer soi-même comme objet conforme à sa fin éthique. Autrement dit les catholiques s’essayent, dans leurs colonies, à déployer l’énergie sociale et éthique des enfants au sein de hiérarchies religieuses et pseudo-familiales, dans le but de construire des communautés masculines et féminines chrétiennes au cœur d’une société laïque en voie de déchristianisation. Les communistes, en revanche, adoptent une organisation plus démocratique, en intégrant les équipes de dizaines – nom donné à l’organisation formelle des colons en équipes restreintes – dans la structure nettement plus politique de la république enfantine destinée à favoriser l’autonomie et l’esprit activistes des futurs adultes (Lee Downs : op. cit., p. 268). La pratique d’auto-administration enfantine promue au sein de la République de Villanous peut être vue comme une tentative de résolution de la contradiction latente dans la théorie de Marx entre sa conceptualisation de la classe ouvrière comme masse exploitée et sa vision des travailleurs industriels comme pionniers d’une société déjà nouvelle, déjà libérés de la domination du capital. Le passage entre la première et la seconde serait assuré par l’éducation, la formation, le développement psychique et physique d’une seule génération, capable de constituer le point de départ de cette nouvelle société et d’hériter de cette utopie permanente (Lee Downs).

  • 52 Julien Fuchs (Fuchs, 2014, p. 237-238) a pour sa part récemment insisté sur l’importance du plein a (...)
  • 53 Le Mouvement de la Paix, issu de la création, aux lendemains de la guerre des « Combattants pour la (...)
  • 54 Cf. notice biographique d’André Caudron et Nathalie Viet-Depaule pour le Maitron, op. cit.

33Convaincu qu’il leur faut proposer pour cela une forme politique que les enfants connaissent déjà, Venise Gosnat suggère qu’ils s’organisent selon un modèle familier : celui du conseil municipal de la ville-mère52 avec conseillers/conseillères, adjoints et maire. Une fois l’élection faite des quinze membres du conseil municipal, les colons passent l’après-midi à donner des noms de « rues », de « squares », et de « quartiers » à leur ville : le quartier des Ouvriers, de la Paix, de la Clairière enchantée. Pendant les deux mois de colonie, les citoyens de « Villanous » gèrent « librement » leur colonie. Grâce à la prolifération des commissions – pour l’hygiène, les jeux, les fêtes, la discipline – la participation à la gestion de la colonie est largement distribuée parmi les enfants. Une assemblée générale réunissant toute la colonie est convoquée par le conseil municipal chaque dimanche matin. Les directeurs et surveillants profitent de diverses circonstances pour favoriser une prise de conscience des problèmes politiques et sociaux parmi les colons : sur la plage de Ronce-les-Bains, les enfants font circuler l’appel de Stockholm un beau jour de l’été 1950 (Lee Downs, op. cit., p. 272). Lorsqu’on a dit par ailleurs que Maurice Ducreux, comme bon nombre de ses amis, fut impliqué dans le Mouvement de la Paix53 au point d’entrer au conseil national en 1955 et d’être invité à ce titre un mois en Indochine Nord54, il ne fait guère de doute qu’il adhérait à ces initiatives.

34Entre 1948 et 1951, Maurice Ducreux et Simone Fourgous sont donc moniteurs au plus fort de cette pédagogie, puisqu’à partir de l’été 1952, les directeurs sont obligés de modérer cet aspect trop ouvertement politique pour éviter l’accusation étatique d’atteinte à « la liberté morale des enfants ». Faisant suite à la première protestation officielle du Secrétaire d’État et à la suppression de la subvention annuelle, le 22 août 1951, le directeur de cabinet envoie aux municipalités la circulaire Morice qui évoque la possibilité d’une fermeture, « avec si besoin l’appel de la force publique », de toute colonie qui persisterait dans la politisation des enfants. Le choix que fait la municipalité d’Ivry de maintenir sa colonie, coûte que coûte, dans un contexte de stagnation des salaires, de hausse des prix et de baisse drastique des subventions d’État, va passer par une reprise en main idéologique par le parti lui-même. En août 1951, le PCF envoie en effet deux rapporteurs – Waldeck L’Huillier, futur sénateur-maire de Gennevilliers et son collègue Jambon – dans 19 colonies « rouges » de la région parisienne pour faire le point sur la question de la politisation des enfants. Leur rapport final sonne comme un rappel à l’ordre quelques jours après la menaçante circulaire Morice. Si les municipalités communistes veulent garder la confiance et l’espoir de convaincre, mieux vaut arrêter les activités politiques au sein des colonies. Le Parti renoue à cette occasion avec ses anciennes objections contre le jeu politique « factice » organisé par les Faucons rouges dans le « champ clos » de leurs républiques enfantines. Il en revient à la vision classique de l’enfance comme stade apolitique ou pré-politique du développement de l’être humain. Il se peut, note Laura Lee Downs, que ce rappel à l’ordre et la vision plus passive de l’enfant qu’il implique soient en harmonie avec un repli plus large sur des positions défensives voire autoritaires. Sans trop extrapoler, cette tension permanente et extrêmement forte entre ouverture (aspiration à davantage d’autonomie, de liberté et de solidarité humaine transcendant les clivages partisans et les appartenances religieuses) et fermeture (rappels à l’ordre, sanctions, déplacements autoritaires, repli) structure la vie de Maurice Ducreux.

L’expérience du scoutisme : le service et le jeu (scénario, prospective) comme éléments constitutifs d’une archéologie des pratiques professionnelles en aménagement et urbanisme

  • 55 Ce sera le cas de Maurice Ducreux, en mission à Kinshasa entre 1967 et 1969. Cf. chapitre III.
  • 56 Notamment le chapitre III de cet ouvrage de Guérin (p. 155-231), relatif à la doctrine du scoutisme (...)
  • 57 Le sociologue Paul Rendu, compagnon de Chombard, est un Routier. C’est ce même mouvement de la Rout (...)
  • 58 Saint-Cyrien, surnommé « le cavalier rouge », compagnon du maréchal Lyautey au Maroc, il fit l’obje (...)
  • 59 Intervention de Françoise Tétard, du 15 mars 2001, dans le cadre du séminaire « Politisation, dépol (...)

35Cet épisode de la vie de Maurice Ducreux nous semble de nature à être relié, dans une perspective plus large cette fois, aux observations et analyses menées par Jean-Charles Fredenucci à partir de son corpus d’administrateurs de la France d’Outre-mer (ENFOM) et d’ingénieurs des Ponts et Chaussées coloniaux, en poste en Afrique noire puis en Métropole (Fredenucci, 2004). Une autre « figure » de l’urbanisme opérationnel de cette époque – Paul Chaslin – a aussi fait état de l’importance du scoutisme, au sein des Éclaireurs et Éclaireuses de France, dans sa construction personnelle et professionnelle. Dans la perspective qui est la nôtre d’une archéologie des pratiques professionnelles en aménagement et urbanisme, l’expérience scoute peut être considérée comme une strate dont les éléments déposés à l’issue d’une expérience de jeunesse seraient remobilisés, reformulés au cours du reste de la vie professionnelle, mais de manière discontinue, dans des situations de résolution de problèmes. La participation à des camps, colonies ou chantiers de jeunesse, comme colon ou comme cadre (mise en place de la logistique, préparation des jeux, mobilisation), à laquelle renvoient régulièrement les professionnels interrogés par Jean-Charles Fredenucci, peut et doit être envisagée dans l’analyse des trajectoires professionnelles comme un événement, au même titre que la découverte de l’Afrique noire55, ou la direction d’une ville nouvelle dans la deuxième moitié des années 1960. Comme Nathalie Viet-Depaule et Tangy Cavalin dans leur histoire de la MDF (Cavalin, Viet-Depaule, 2007, p. 9-10), Fredenucci étaye ses propos par les travaux de Christian Guérin sur L’utopie Scouts de France (Guérin, 1997)56 pour souligner combien le projet éducatif scout et ses méthodes partagent avec le projet colonial et les pratiques professionnelles des cadres d’Outre-mer, une même conception de ce que doit être un chef et des moyens pédagogiques pour le former, sur fond de pèlerinage, de nomadisme, de détachement, de mission précisément. La MDF, insistent Tanguy Cavalin et Nathalie Viet-Depaule, est bel et bien créée, en 1941, pour riposter et non pas simplement répondre à une déchristianisation qui n’est évidemment pas perçue par l’Église comme un élément neutre. L’idéal qu’offre alors le scoutisme à ses jeunes adhérents – ces « chevaliers de l’Action catholique » – se présente comme un « dispositif de bataille » appelant à la reconquête de la jeunesse et la formation d’une nouvelle élite pensée comme agent de régénération du corps social par l’« action sociale et civique ». Les modèles proposés aux scouts et autres routiers57 sont la figure du chevalier, Saint-Louis et Jeanne d’Arc, l’ordre des chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, mais aussi le père de Foucault et ses Petits Frères, Mermoz, Henri de Bournazel (1989-1933)58, les martyrs missionnaires, les « bâtisseurs de ponts » et autres « constructeurs d’empire » (Fredenucci, op. cit., p. 129). Bref, les figures conjuguées du missionnaire, du mystique et du bâtisseur. Le projet de reconquête est donc ambivalent, mêlant forces de paix et forces de guerre à travers la figure du bâtisseur. L’ambivalence de l’expérience scoute tient aussi à son positionnement entre deux espaces différents : la ville, ses quartiers et populations déshérités d’une part, qui ramènent au « militantisme de services » du croisé (Tétard, 200159), et le camp rattaché au jeu et à la figure du chevalier. Remarquons que la « République de Villanous » rassemblait ces deux espaces pour n’en faire plus qu’un seul (ill. 6).

36Quoi qu’il en soit, ce « militantisme de services » constitue un des principaux éléments du projet de formation scout et, au-delà, de l’ensemble des mouvements de jeunesse. L’optimisme du projet social scout offre un vaste champ d’expériences : aide aux devoirs auprès de jeunes défavorisés, patronage, enquêtes sociales dans les quartiers prolétaires (monographies), conférences, cercles d’études mais aussi action culturelle dans les quartiers ouvriers. Le politique et le social fixent ainsi le cadre d’une action ludique qui constitue, pour les jeunes scouts comme pour les jeunes colons des Mathes, la base de l’attractivité du mouvement. Le jeu scout devient « Le Grand jeu de la Vie » (expression scoute), élaboré et construit par les joueurs eux-mêmes, fixant avec grand soin de détails les cadres d’une fiction, d’un scénario, le plus souvent historiques, mais aussi urbains dans le cas de la République de Villanous.

  • 60 Jeu simulant la création et le développement d’une ville nouvelle.
  • 61 Jeu plus complexe intégrant les phénomènes électoraux et les attitudes sociopolitiques mais aussi l (...)
  • 62 Cf., par exemple [http://www.dna.fr/loisirs/2013/03/18/desordre-urbain].
  • 63 Vol. 25, no 1, p. 105-106.

37Nous faisons l’hypothèse que la prospective ou encore la théorie des jeux – Community Land Use Game (CLUG), ALEA60, APEX61, Policy negociation, Starpower, Super Builder ou Easy Builder –, qui gagnent en importance dans l’après-guerre donneraient aussi à voir la part du plaisir ludique, opératoire ou spéculatif, dans l’action ultérieure des professionnels. Au cours des années 1970 surtout, ces jeux qui empruntent au Monopoly et aux jeux de rôle étaient pratiqués assidûment par des membres du ministère de l’Équipement et ses équipes déconcentrées en province et par le milieu de la recherche (Centre de sociologie urbaine (CSU) et UER d’aménagement et d’urbanisme de Grenoble) (Lebreton, 2012, p. 167). Easy Builder, par exemple, était une simulation du monde de la promotion immobilière où tous les joueurs étaient censés monter des dossiers, défendre leurs intérêts propres, négocier. Il est un des ancêtres de Sim City dont la première version, lancée à la fin des années 1980, est sans cesse réactualisée, avec plus ou moins de bonheur depuis62. Ces jeux étaient et sont toujours considérés comme étant de nature à comprendre « la boîte noire » de la production urbaine (Prud’Homme, De la Brunetière, Dupuy, 1972 (CERAU/BETURE) ; Préteceille (CSU), 1973). Dans le compte-rendu que Pierre-Henri Derycke fit des deux ouvrages cités, en 1974, dans La revue économique63, il insiste sur le caractère résolument pédagogique du premier ouvrage, les trois auteurs du premier considérant les jeux comme des media, c’est-à-dire le moyen de transmettre des messages susceptibles de donner à comprendre la réalité urbaine entrain de se faire et ses agencements complexes. Edmond Préteceille, en revanche, les envisage sous l’angle de leur contenu idéologique, conscient ou inconscient, y interrogeant notamment la pertinence de la représentation des agents et des rapports sociaux dans les règles du jeu. Quoi qu’il en soit, par ses liens avec l’imaginaire et la créativité, le jeu, héritier du « Grand jeu de la Vie » scout, pourrait donc bien être considéré comme un opérateur des métiers de l’urbanisme et, au-delà, du processus de formation professionnelle.

De la nébuleuse des chrétiens progressistes à la « galaxie chombartienne » : lieux et temps forts

38Les années passées comme moniteur aux Mathes sont aussi celles d’une entrée de Maurice Ducreux dans la « galaxie chombartienne », pour reprendre l’expression de Paul Rendu.

« Une rencontre humaine est rarement l’effet du hasard. Le monde social tisse invisiblement mais sûrement sa toile et les fils des destins individuels finissent par se croiser lorsqu’existe entre eux une certaine communauté d’origine ou d’options » (Rendu, 2000, p. 360).

Une adhésion aux thèses de Jeunesse de l’Église (JDE) et la Quinzaine

  • 64 Expression de Michel Amiot (1980) pour qualifier les liens entre sociologues et planificateurs d’Ét (...)

39Ducreux appartient, à divers titres, à la « galaxie chombartienne » dont il épousera, à sa manière, nous le verrons, les inflexions critiques depuis les années 1950 jusqu’aux années 1980. Dès Lisieux, et plus encore depuis son arrivée à Ivry, il se meut dans plusieurs milieux : ouvrier certes – par choix idéologique bien plus par que par origine sociale – mais aussi intellectuel. Très vite il se trouve lié, par des liens amicaux, confessionnels et professionnels, avec tous ceux qui comptent ou vont compter dans le tout petit monde décisionnel de l’aménagement et de l’urbanisme en France : Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), Commissariat à la Construction et à l’Urbanisme pour la Région parisienne, Commissariat général au Plan (CGP), District de la Région Parisienne, etc., mais aussi dans celui de la sociologie urbaine critique qui s’institutionnalise peu à peu, d’abord dans une « complicité querelleuse » avec le précédent64, puis en rupture avec lui.

  • 65 C’est à Clamart que l’architecte-urbaniste Robert Auzelle, proche de Chombard de Lauwe, conçoit et (...)
  • 66 Après avoir quitté et s’être engagé dans la Royal Air Force, Chombart cherche en 1945 une communaut (...)
  • 67 Gilles Ferry, né en 1917, est un ancien Professeur Honoraire en Sciences de l’éducation à Paris X. (...)

40La « galaxie chombartienne » se confond en effet, en plusieurs endroits, avec le cercle étroit et sulfureux des chrétiens progressistes. Les deux sont étroitement imbriquées, par des personnes, des réseaux, des lieux aussi, à commencer par Clairbois, un ensemble de villas que fréquentèrent Proust et Péguy, dans un vaste parc, en bordure du Bois de Verrière au Petit-Clamart65. Cet ensemble constitue le phalanstère de Jeunesse de l’Église (JDE), dont sont membres Paul-Henry et Marie-Josée Chombard de Lauwe66, Guy Grattesat, ingénieur à l’Équipement et membre de l’équipe rédactionnelle de la Quinzaine et son épouse Geneviève, Gilles Ferry67 et sa femme, Francis Jeanson ou encore Elia Perroy (Landré, op. cit., p. 74-77). Dès sa création, en 1936, à Lyon ce mouvement, créé par le dominicain Maurice Montuclard s’est trouvé placé devant la question de la position des chrétiens dans la société civile et fait de la question prolétarienne le cœur de son analyse théologique (Tranvouez, 2005, p. 98). Il y a été amené par la réflexion, à l’origine de sa formation, sur les formes de l’apostolat chrétien au sein du monde moderne. Mais alors que les pères Godin et Daniel ne voient dans leur ouvrage de 1943 que vide spirituel dans la société qui les entoure, Jeunesse de l’Église repère, au contraire, le trop-plein d’idéal fourni par l’idéologie communiste. Le mouvement va dès lors s’engager dans une double démarche : un rapprochement sans complexe avec le PCF et ses organisations proches comme la CGT, le Mouvement de la Paix ou l’Union des Femmes françaises (UFF), et une véritable théologie de l’action d’autre part, qui confère, selon Thierry Keck (2004, 2010), à l’expérience de Jeunesse de l’Église une richesse exemplaire :

  • 68 Courriel d’Yvon Tranvouez à l’auteur du 14 novembre 2012.

« L’idée est que pour Montuclard et le groupe “Jeunesse de l’Église”, il faut assumer le monde moderne tel qu’il est au lieu de vouloir le transformer ou le rectifier à partir d’un point de vue chrétien. Le problème n’est plus de christianiser la modernité mais de vivre en chrétien dans un monde moderne qui se passe fort bien de Dieu68. »

  • 69 AMI. Lettre manuscrite de Monique et Jean-Pierre Serrant du 7 juin 1947.

41Craignant son influence sur les prêtres-ouvriers, déjà soupçonnés de subir au contact des milieux progressistes une imprégnation marxiste préjudiciable à leur mission, le mouvement JDE est condamné par l’ACA, dès octobre 1953, soit quelques mois avant la condamnation des prêtres-ouvriers en février 1954, puis celle de La Quinzaine par le Saint-Office en février 1955. Pour autant, Maurice Ducreux a bien fait siennes cette réflexion et cette expérience, lié qu’il est au couple Serrant notamment69. Ils habitent Boulogne-Billancourt mais sont en lien avec les habitants du 133, rue de Paris et Max Stern en particulier. En 1947, ils décident, avec quelques autres couples de : « tenter l’expérience des groupes dans la ligne définie par le père Montuclard », tout en gardant vis-à-vis de l’extérieur un « anonymat absolu », et « de demander aux groupes de Paris de se retrouver un dimanche complet à Clairbois avec le père Montuclard, selon une cadence à étudier qui pourrait être une fois tous les deux mois ».

Un acteur engagé dans « la crise progressiste »

  • 70 C’est notamment le cas de Placide Rambaud qui en conçut une blessure profonde. Il appartient ensuit (...)
  • 71 Paroisse-clé, nous le verrons. Ce sont essentiellement des paroissiens de Saint-Hyppolyte qui créen (...)
  • 72 Jean Vinatier, originaire d’une famille pauvre des montagnes limousines, est nommé vicaire général (...)

42Ducreux ne subit pas sans réagir d’une manière qu’il espère alors constructive à la série condamnations qui s’abat sur les chrétiens progressistes, tant celles-ci sont étroitement en lien avec les menaces et sanctions qui accablent la MDF aux mêmes années. Cette dernière, qui ne pèse rien numériquement (0,7 % des prêtres) est depuis quelque temps déjà dans le collimateur de la hiérarchie. L’apparent consensus d’avant-guerre autour d’une mission de l’intérieur est un trompe-l’œil et, lorsqu’en 1949 la mort emporte le cardinal Suhard son principal soutien et responsable, la fragilité statutaire de la MDF s’accroît encore. L’ACA récupère, pour ainsi dire, un organisme au statut provisoirement accordé par Rome dont elle ne s’est jamais concrètement occupée et dont les agissements la placent devant des probèmes inédits. À ses yeux, le séminaire de Lisieux échappe à tout contrôle. Le cardinal Liénart, évêque de Lille représentant l’ACA et la commission épiscopale des évêques dont dépend la Mission, arrive à Lisieux le 28 mars 1952 pour le lui signifier sous la forme désuète d’une monition. Les reproches ne visent pas seulement les séminaristes. Du manque de discernement du Supérieur Louis Augros dans le choix des professeurs, au maintien des stages des séminaristes en usine en passant par l’apostolat des prêtres-ouvriers et la vie d’équipe : au fond, c’est la nature même du sacerdoce missionnaire qui est en cause. L’ACA ne peut admettre la coexistence de plusieurs formes de vie sacerdotales sans que ne soit remise en cause, à ses yeux, l’authenticité dudit sacerdoce par rapport à « l’unique sacerdoce du Christ » (Cavalin, Viet-Depaule, op. cit., p. 133-137-151). Le cardinal Liénart opte donc pour une « reprise en main » de la MDF sans la supprimer, faisant ainsi ce que Rome lui demandait. Il commence par obtenir la démission de Louis Augros à l’été 1952, puis dote la MDF et le séminaire de deux directions distinctes avant qu’il ne soit déplacé à Limoges puis fermé provisoirement en septembre 1953. Entre-temps, la quasi-totalité des enseignants sont interdits de fonction70. La Commission épiscopale choisit finalement Daniel Perrot (1911-1999), curé de Saint-Hippolyte71 à Paris, pour être son délégué général auprès de la MDF. Perrot s’entoure de Jean Vinatier72 (pour les secteurs ruraux) et Paul Delahaye (pour les communautés urbaines) pour procéder aux nominations et mutations des prêtres de la MDF et négocier les contrats avec les évêques. Il doit faire face à une situation difficile, l’existence même de la Mission étant menacée (Cavalin, Viet-Depaule, op. cit., p. 160-161). Ensemble ils forment le « conseil » appelé aussi « l’équipe centrale » de la MDF. En janvier 1953, la MDF se dote officiellement de deux commissions afin de favoriser la coordination des équipes et l’animation de la Mission. La commission rurale est présidée par Jean Vinatier et la commission urbaine (CU) par Jean Gentile, curé de Saint-Louis de Marseille, puis par René Salaün. Maurice Ducreux choisit de s’y investir, avec la ferme intention d’y voir perdurer l’esprit missionnaire pour lequel il s’est engagé :

  • 73 Travail qu’il trouve au BERU comme nous allons le voir.
  • 74 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, probablement 1977.

« De 1954 à 1957, mon action militante s’est portée dans le milieu de l’Église à faire bouger : commission urbaine, démarche auprès de Liénart, etc. Mais j’ai rapidement senti que la MDF s’enfermait dans un système et y enfermait les hommes. En sortir. Si je n’avais pas trouvé un travail73, je crois que je ne serais pas resté dans la MDF, dans l’Église74. »

  • 75 Cf. chapitre III. Maurice Ducreux le retrouvera à Kinshasa.
  • 76 Il semblerait qu’originellement Conflans devait être une assemblée régionale des seuls missionnaire (...)

43Daniel Perrot est convaincu que la MDF a besoin d’un statut pour asseoir sa légitimité et que sa survie dépend des décisions romaines. Il multiplie les voyages tandis que les prêtres de la MDF se livrent à un double travail. D’une part ils organisent des sessions régionales pour réaffirmer la volonté d’évangélisation d’un monde incroyant, d’autre part ils alertent certains évêques pour souligner les limites du travail paroissial, les conséquences de la suppression de l’apostolat des prêtres-ouvriers et leurs craintes, enfin, de voir la MDF touchée dans ses orientations de fond. à l’issue d’une rencontre entre les délégués régionaux et la commission épiscopale, les 8 et 9 mars 1954, le cardinal Liénart décide de demander à tous les prêtres de la MDF de témoigner de leur conception de la Mission afin d’établir un document à soumettre à la hiérarchie romaine. C’est Maurice Ducreux, Jean Debryune, Henri Piot, Léonce Miquel75, Edmond Abelé et Gilbert Ruffenach qui élaborent le dossier, accompagné d’un schéma synthétique à partir des réponses individuelles ou des équipes (Cavalin, Viet-Depaule, op. cit., p. 178). C’est encore Maurice Ducreux qui rédige un rapport préparatoire à la réunion de Conflans, la première Assemblée générale de la Mission de France, prévue par la nouvelle Constitution apostolique Omnium ecclesiarum du 15 août 1954, et présidée par le cardinal Liénart entre les 13 et 17 septembre 195476. Maurice Ducreux résume le contenu par quatre questions-clés :

  1. « Reconnaissons-nous que la réalité à évangéliser est la classe ouvrière avec, en son centre, les communistes ?

  2. Reconnaissons-nous que la Mission doit être pratiquement située dans la vie ouvrière, en dégageant les prêtres de tout territoire, pour qu’ils soient enracinés dans la classe ouvrière, avec l’unique souci d’y planter l’Église ?

  3. L’Église et la Mission reconnaissent-elles ce que nous sommes et la nécessité et la valeur de ces vocations indispensables à la classe ouvrière ?

  4. L’existence des prêtres au travail nous apparaît comme l’objectif capital auquel il nous faut tous travailler. »

  • 77 Cf. Collet Paul, L’amour du Christ nous presse. L’itinéraire d’un prêtre de la Mission de France, P (...)

44Sur le fond, tout n’est alors pas réglé, tant s’en faut. La Mission a certes obtenu un statut d’exception de la part de Rome, dont le cardinal Liénart, président de la Commission épiscopale souligne, à juste titre, la portée, mais la réunion en assemblée plénière des évêques, les 26-28 avril 1954, ne s’en est pas moins vivement prise aux chrétiens progressistes en rappelant les lignes de force de l’intransigeance catholique (Tranvouez, 2000, p. 230). Rome a imposé que le vicaire général de la MDF soit aussi agréé par le Saint-Siège et que le corps professoral du séminaire – à une exception près – soit totalement changé, nous l’avons vu. Enfin, elle veille à ce que Daniel Perrot, le principal négociateur, ne soit pas nommé vicaire général au prétexte que son livre Sous la tente de Dieu, publié en 194977, a été retiré du commerce en mars 1954, sur ordre du Saint-Office. La Mission paye clairement sa survie d’une étroite mise sous contrôle.

Lorsque les divergences sur la conception de la paroisse et ses finalités influent sur certains engagements en aménagement et urbanisme

La paroisse en débat

  • 78 Ultérieurement le père Jean Raguenes, ex-carmélite devenu dominicain sera, par exemple, une des « f (...)

45Marta Margotti (Margotti, 2000) a montré qu’il existait un clivage croissant, perceptible dès 1950, au sein même des prêtres-ouvriers de la Mission de Paris, entre une tendance « ouvrière » et militante, centrée sur l’usine et le travail, qui se distingue de plus en plus d’un courant plus conforme aux idées de départ des abbés Godin et Daniel qui privilégient l’implantation de communautés dans les quartiers populaires ou le sous-prolétariat. Henri Barreau et André Depierre symbolisent ces deux faces de la Mission de Paris qui ont de plus en plus de mal à s’entendre et qui se séparent face aux choix cruciaux de 1954. Henri Barreau, ancien prisonnier de guerre, fils d’ouvrier et ouvrier lui-même, est l’un des premiers à annoncer, dès 1946, son intention de rester à l’usine toute sa vie. De 1947 à 1954, des initiatives semblables se multiplient sur tout le territoire. Séculiers issus de la MDF, de la Mission de Paris, des séminaires classiques ou religieux (Capucins, Dominicains, Jésuites, Assomptionnistes), ils sont une centaine en 1954 (Cuchet, 2005, p. 181). Émile Poulat (Poulat, 1965) a souligné le choc de cette immersion sur la culture religieuse des prêtres qui prennent conscience que l’évangélisation des masses ouvrières exigera d’eux des ruptures profondes, tant avec les formes traditionnelles du sacerdoce qu’avec les cadres d’une chrétienté dans lesquels il serait vain de vouloir les ramener. D’où le passage progressif d’une stratégie de « conquête » à celle de « présence » et de « témoignage ». Dans ces conditions, les prêtres au travail sont amenés à participer aux grandes grèves de 1947 sur fond de guerre froide. Éduqués et sachant parler en public, ils prennent sans tarder des responsabilités, parfois importantes, au sein de la CGT. Henri Barreau, à Montrouge, devient ainsi le secrétaire fédéral de la fédération métallurgie de la Seine78. Au-delà, ils militent eux aussi souvent au sein du Mouvement de la Paix. à l’évidence, les engagements de Maurice Ducreux et le contenu de son rapport le placent de leur côté. De surcroît, après deux ans passés à Colombes aux côtés du Fils de la Charité Georges Michonneau, il n’aura de cesse de critiquer une forme de sacerdoce unique, centré exclusivement sur la paroisse, qu’elle soit d’œuvres ou dite « communautaire » (Perrin, 1994), dans sa nouvelle version :

  • 79 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, probablement 1977.

« Deux années à Colombes. Paroisse communautaire. Je me sentais étranger à cette idéologie79. »

  • 80 Dans son dernier ouvrage, Guillaume Cuchet (2013, p. 66) revient sur l’évolution du personnage et c (...)
  • 81 Archives privées de Maurice Ducreux, note dactylographiée du 17 octobre 1956.
  • 82 Elle s’appuie notamment sur l’étude qu’un curé d’une « grosse paroisse » (50 000 habitants) de la b (...)
  • 83 L’adjectif « sociologique » est employé pour désigner la religion des milieux populaires. Cf. Panne (...)
  • 84 Ses propos trouvent place au sein d’une analyse brillante et renouvelée de la prise conscience tard (...)

46Ducreux, à sa manière, prend une position personnelle et alimente le débat opposant, dès la fin des années 1950 et les années 1960, les tenants de la « paroisse communautaire » et missionnaire, à ceux de la « paroisse d’œuvres » restée bien vivante, à Paris notamment (Perrin, 1994), mais aussi ailleurs. Même si l’ouvrage de Godin et Daniel n’est pas exempt d’un relent de Révolution Nationale, puisant par exemple dans les analyses du philosophe ruraliste et conservateur Gustave Thibon80, Ducreux semble en partager le diagnostic quand il dénonce la paroisse traditionnelle, bourgeoise d’esprit sinon toujours de fait, repliée sur elle même, accaparée par les problèmes matériels, les exigences du culte et des œuvres pour constituer un milieu artificiel, sans prise sur la classe ouvrière (Cuchet, 2005, p. 178). « Dans son essence même concluaient-ils, l’organisation paroissiale est désarmée par le paganisme qui l’entoure » (Godin et Daniel, 1943, p. 45). Ducreux est lui-même l’auteur d’une étude très critique, datée du 17 octobre 1956 ayant le but « d’éclairer la situation de l’Église » en banlieue sud (Ivry, Vitry, Alfortville), qui contribue à nourrir sa réflexion/dénonciation de la paroisse dite d’œuvres, mais aussi communautaire (ill. 7)81. Quelques années plus tard, de l’enquête consacrée par Jacques Duquesnes (Duquesnes, 1965) aux mutations des conditions de vie et d’exercice du ministère des prêtres en France82 il ressort que la plupart des prêtres urbains interrogés déplorent, avant toute chose, la place considérable occupée par les tâches administratives et matérielles, au détriment de leur ministère apostolique d’animation spirituelle et de prière. Très récemment, Guillaume Cuchet (2013, op. cit., p. 115) a émis l’hypothèse que le dynamisme démographique de cette période de baby boom, qui remplissait « mécaniquement » les catéchismes, les églises et autres mouvements de jeunesse n’aurait pas été étranger à ce sentiment d’agacement éprouvé par une partie du clergé, de sensibilité progressiste, devant la surcharge pastorale impliquée par ce surcroît de catholicisme « sociologique83 », sans croissance proportionnée, tout au au contraire, des effectifs ecclésiastiques (Izard, 1961, p. 65-68)84.

  • 85 Cf. [http://pretresdumonde.com/menu-P-Pierre-Thivollier%20f.c.-Jesus-le-liberateur-vie-de-jesuschri (...)

47Pourtant, que ce soit Georges Mollard et ses vicaires à la paroisse Saint-Michel de Marseille (Cavalin, Viet-Depaule, 2010) ou les pères Michonneau, Rétif et Thivollier à Colombes, tous ont lié rénovation liturgique et participation à la vie du quartier et aux préoccupations de ses habitants, croyants ou pas. Le dépouillement et le retour aux sources dans l’art et la liturgie constituaient pour eux le point d’appui préalable à l’invention d’un nouveau langage propre à fonder une approche missionnaire des incroyants. Les travaux de Brigitte Bleuzen (1994) ont aidé à comprendre le rôle de Georges Michonneau et de ses vicaires dans le passage de l’une à l’autre, et dans la médiatisation de la seconde. Avant l’arrivée de Michonneau en septembre 1939 au Petit-Colombes, une paroisse située au Nord-est de Paris, dans une boucle de la Seine composée des quartiers populaires et excentrés des villes de Colombes et de Nanterre, la vie paroissiale était centrée sur la pratique cultuelle et les œuvres : messes, baptêmes, enterrements, mariages, retraites pascales, confréries de prière, appui aux écoles catholiques du territoire paroissial, animation du patronage, du mouvement scout, des mouvements d’Action catholique (JOC, JEC, JIC) et des groupes d’adultes (cercles d’hommes, actions caritatives pour les pauvres, locaux d’œuvres, entretien des bâtiments paroissiaux). L’expérience missionnaire du Petit-Colombes a pour toile de fond la seconde guerre mondiale avec l’occupation allemande, les réseaux de résistance que les prêtres ont aidés à plusieurs reprises, le Service du travail obligatoire (STO), la persécution des Juifs, etc. Face aux situations d’urgence et de détresse, les prêtres et les militants laïques vont créer des services d’entraide : soupes populaires, coopératives, colis du prisonnier, regroupement de femmes de prisonniers. Le trio de Fils de la Charité – Georges Michonneau (1899-1983), Pierre Thivollier (1910-2004) et Louis Rétif (1911-1985) – entend relever le défi lancé par les pères Godin et Daniel, en accordant une moindre importance aux œuvres, en développant une stratégie d’apostolat direct et une liturgie vivante avec davantage de participation des fidèles. La paroisse est déconcentrée en « secteurs » qui forment des quartiers, sous la responsabilité d’un prêtre, qu’il soit vicaire ou curé. Cette déconcentration permet à chaque prêtre de former des laïques militants qui ont un rôle d’interface entre les prêtres et les masses à atteindre. Des mesures sont prises pour faire, sinon disparaître, du moins atténuer les écarts entre élites et masses (10 classes d’enterrement, 10 classes de mariage et deux quêtes). Michonneau et Thivollier vont ensuite entamer une série importante d’éditions de textes accessibles au plus grand nombre, avec la création de missels communautaires – dont Maurice Ducreux a conservé un exemplaire dédicacé des livrets de chant, et une bande dessinée à grand succès : Le Libérateur85. Michonneau s’inscrit pleinement dans le projet pastoral explicite de l’Église à savoir la connaissance du terrain comme préalable à toute évangélisation. Mais s’agissait-il d’une connaissance socio-anthropologique ou de la comptabilité des personnes qui demandent les sacrements et vont à la messe s’interroge Brigitte Bleuzen ? Ces initiatives doivent en effet être resituées dans la mouvance des enquêtes menées en sociologie des religions par Gabriel Le Bras. Ces enquêtes (Cholvy, 1969 ; Langlois, 2004 ; Chatelan 2012 ; Cuchet, 2013) visaient avant tout « à atteindre l’homme dans son milieu », afin de répondre à une question centrale : celle de l’état du catholicisme dans une France « décatholicisée » (Hervieu-Léger, Willaime, 2001, p. 240). Et pourtant, ces efforts pastoraux fondés sur la connaissance du terrain comme préalable à toute évangélisation ne portent pas les fruits escomptés : les ouvriers fréquentent peu l’église et se contentent d’emmener les enfants au catéchisme. En 1960, Émile Poulat analyse cette crise de la paroisse urbaine dans un article des Annales. Il y entend dépasser le constat d’une concurrence de fait entre des stratégies ecclésiales diverses pour mieux mettre en évidence l’illusion selon laquelle le territoire urbain serait uniforme et aisé à quadriller pour constituer de nouvelles paroisses. Les enquêtes de sociologie religieuse du chanoine Boulard souffriraient à ses yeux de la même tare de caricaturer la perception des populations citadines pour adosser une politique d’équipement religieux à une connaissance trop schématique de la ville. Bref, la connaissance des populations par l’enquête de pratique dominicale serait donc bien loin d’épuiser la complexité des réalités géographiques et sociologiques urbaines (Chatelan, 2012). Plus encore, pour Guillaume Cuchet (Cuchet, op. cit., p. 107-139), Boulard n’a non seulement pas pressenti mais au contraire pris tardivement et difficilement conscience, autour de 1972, de la rupture de la pratique dominicale, précisément parce que la sociologie religieuse dont il était l’un des acteurs majeurs se voulait pastorale et prospective et qu’elle était censée favoriser la mission en lui fournissant des moyens d’analyse.

  • 86 Entretien de l’auteur avec André Giroux au siège de la MDF au Perreux-sur-Marne du 22 novembre 2012
  • 87 Cf. supra, chapitres 4 et 5.

48Pour Luc Perrin, cette paroisse communautaire qui se voulait l’anti-modèle de la paroisse d’œuvres n’en était en fait que la modernisation, le nouveau visage d’une structure pérenne remis au goût du jour, cherchant à quadriller le terrain selon des formules nouvelles. Or, c’est ce rapport, même modernisé, au territoire paroissial stricto sensu, que rejette Maurice Ducreux dans son rapport de 1954. Ou plus exactement, et de manière plus contradictoire, rejette-t-il cet ancrage paroissial et ses servitudes, pour lui-même, mais pas forcément pour les autres qui y trouveraient source de satisfaction86. Ducreux nous semble proche, dans ses engagements ultérieurs auprès des immigrés notamment et au sein du Mouvement pour le rapprochement et l’amitié entre les peuples (MRAP), de l’évolution observable au sein des Fils de la Charité qui vont poursuivre ces déplacements, ces transits successifs, de la paroisse à l’usine/travail, puis de l’usine/travail à la ville dans les années 1970 puis 1980 (cf. annexes, tableau 1). Ainsi, dans son ouvrage J’ai vu naître l’Église de demain (1972), le père Rétif, devenu curé de Petit-Colombes entre 1947 et 1964, propose clairement un déplacement vers la ville : « Il n’est que temps de poser les jalons d’une pastorale urbaine dont l’unité de base soit d’abord la ville elle-même. Il va du devenir même de la paroisse » (Bleuzen, op. cit., p. 28-29). Pour le sociologue Antoine Delestre, la paroisse va être discréditée parce qu’il y a opposition, précisément, entre tâche pastorale et tâches missionnaires. Est-il possible alors de donner la priorité à la mission sans remettre en cause la structure de la paroisse ? (Delestre, 1977, 206). La classe ouvrière, investie de façon dominante dans le discours de l’Institut des Fils de La Charité des années 1960-1970, va inciter les prêtres, voire même des curés à travailler. Cependant, l’écart entre la paroisse et les réalités vécues au sein du monde du travail est sans cesse plus grand. La paroisse est de moins en moins le reflet d’une population diversifiée par l’arrivée des migrants. La communauté paroissiale est moins ouvrière, vieillissante. La génération des 25-40 ans est absente. Le visage des banlieues populaires connaît une profonde mutation avec la déstructuration du travail industriel et la fin d’une immigration de travail au profit d’une immigration de peuplement qui engendre une expression pluriculturelle. C’est précisément à l’ensemble de ces thématiques que Maurice Ducreux consacre, nous le verrons, ses recherches et sa vie de militant au sein du MRAP dans les années 1970-1980, après son départ du Bureau d’études et de réalisations urbaines (BERU)87. Comme lui, les Fils de la Charité réfléchissent à de nouvelles modalités de présence en investissant, notamment, les thématiques de la politique de la Ville, de « l’exclusion » et de la pluri-culturalité.

  • 88 Il avait déjà exprimé la possibilité de rejoindre une telle équipe, dans son rapport d’août 1962 ma (...)
  • 89 Archives de la MDF au Perreux-sur-Marne. Si l’on en croit les annuaires, il semble en effet relever (...)

49Ceci étant, le rapport de Ducreux à la paroisse n’est exempt ni de contradictions ni de conséquences ultérieures douloureuses. Il a la chance d’appartenir dix années durant (1954-1964), à l’équipe paroissiale missionnaire Notre-Dame d’Alfortville qui, ayant pignon sur rue en quelque sorte, l’entretient tout un temps en acceptant qu’il se consacrât à des tâches autres que sacerdotales. Le retrait de la Mission d’Alfortville en 1964-1965, après la démission de son vieux curé Bernard Prévost, le laisse profondément désemparé par ses propres impasses ou contradictions. Son passage dans l’équipe de Gennevilliers, relevant de la Mission ouvrière cette fois, sera très mal vécu par lui, n’y trouvant pas davantage sa place de « travailleur intellectuel » qu’il est devenu au sein du BERU. Le 2 janvier 1966 il fait à nouveau part de son désir de rejoindre l’équipe scientifique88 de la MDF. Ce sera chose faite, en partie, dès 196789.

Le ciment durable et trans-générationnel de la lutte contre la guerre d’Algérie

  • 90 Entretien de l’auteur avec Simone Fourgous de novembre 2011 à Ivry-sur-Seine.
  • 91 Cf. chapitre III, avec les itinéraires de Bernard Archer, Marc Wiel ou Pierre Gaudez.
  • 92 Les années 1956 et 1957 sont des années de crise à l’ACJF qui coordonnait les mouvements d’Action c (...)

50Les Chombard de Lauwe ont quitté Clairbois en 1953 pour s’installer à Ivry-sur-Seine, rue de Châteaudun. Le jardin de leur pavillon est alors contigu de celui de la maison de formation de la Mission de France féminine. Ils vont jusqu’à percer le mur entre les deux jardins afin d’intensifier les échanges. Les Fourgous, comme d’autres amis de Maurice Ducreux, vont à la messe « chez les Filles » et les rencontrent régulièrement90. Par ailleurs, Chombard est très intéressé par les recherches œcuméniques et un groupe se réunit chez lui, une fois par mois. Les Fourgous en sont, ainsi que les protestants André et Anne-Marie Joli. Rapidement la guerre d’Algérie et la lutte contre la torture vont continuer d’unir durablement ces différents cercles, (Landré, op. cit., p. 87-106) mais aussi la jeunesse étudiante syndiquée (UNEF) et, parmi elle, nombre de futurs cadres en aménagement et urbanisme91. Pour les plus anciens, il se rejoue là le même écartèlement entre deux injonctions paradoxales de leur hiérarchie, entre deux engagements aussi fervents et profonds l’un que l’autre, que la crise progressiste et la condamnation des prêtres-ouvriers avaient suscité. L’UNEF éclate ; la liberté des mouvements de jeunesse est compromise92. En juillet 1957, un document commun à La Lettre de Jacques Chatagner (qui a succédé à La Quinzaine) et aux équipes démissionnaires de la JEC-JECF fait le point :

« Beaucoup s’accordent à voir dans la période actuelle, dans ces derniers mois, une sorte de tournant avec la fin de beaucoup d’expériences, de courants, d’orientations qui ont marqué l’après-guerre de 1945. Cela semble vrai en ce qui nous concerne particulièrement. Pour L’Église : fin de la période « missionnaire » qui semble aujourd’hui consommée avec les récentes précisions venues de Rome ou des évêques et tentatives d’un retour à l’avant-guerre, tentative caractérisée par un anti-progressisme passionné et une apologie des institutions chrétiennes » (Chapuis, op. cit., p. 53).

  • 93 L’équipe nationale de la Route recommande aux routiers la lecture des lettres de Jean Müller qui to (...)
  • 94 C’est aussi le pseudonyme d’un autre militant du PSU, un peu plus tard semble-t-il : Hubert Prévot.
  • 95 Cf. [http://www.ada13.com/]. Des manifestations sont prévues à l’occasion de son cinquantenaire en (...)
  • 96 Cf. Territoire no 434, janvier 2003.

51La spécificité de l’engagement chrétien contre la guerre d’Algérie tient à une lecture essentiellement morale des événements, mais pas seulement. L’arme de ces militants reste, certes, avant tout et en majorité, celle de la parole. La presse catholique s’engage dans cette « bataille de l’écrit » qui concourt, sinon à modifier le cours des choses, du moins à influencer la perception qu’en a eue l’opinion. Il explique les engagements ultérieurs, en Algérie avec l’aventure des pieds-rouges, et en métropole. La guerre a rapproché chrétiens et laïques, a suscité des adhésions d’anciens de la Route93 au PCF ou à la CGT, et plus encore à l’UGS puis au PSA/PSU autour d’un Michel Rocard, auteur, en 1959 d’un rapport sur les camps de regroupement et dans les colonnes de Christianisme social sous le pseudonyme de Jacques Malterre94 (Bocquet, 2012, p. 243). Ce combat commun est le ciment d’autres engagements et mobilisation de réseaux, dans l’aménagement et l’urbanisme précisément, à l’instar des usagers de l’Association pour le Développement et l’aménagement du XIIIe arrondissement (ADA 13)95 (Join-Lambert, Lochard, Raveyre, Ughetto, 2004 ; Landré, 2011), pionnière sur bien des points de l’implication des usagers des classes moyennes diplômée dans les enjeux urbains contemporains, et de l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (ADELS)96. Maurice Ducreux a partagé pleinement ce combat. Dans le manuscrit conservé d’une de ses homélies de 1960, on peut lire :

« Nous le savons bien, l’Église ne se réduit pas à l’édifice, aux cérémonies, l’Église est faite de pierres vivantes [...] toute la vie des hommes et des nations, c’est notre l’Église, et si des drames existent entre les hommes, si les hommes se battent depuis 6 ans, nous pouvons considérer que notre Église, faite de pierres vivantes, se trouve mutilée, car c’est le plan de Dieu sur l’humanité, qui veut que tous les hommes qui sont frères vivent en paix qui se trouve profané. Quand, depuis 6 ans, des hommes se battent sur notre globe, à nos portes en Algérie, nous ne pouvons plus avoir la conscience tranquille. Notre messe du dimanche qui résume notre semaine est trop chargée des souffrances des hommes. Notre conscience est troublée. Et ce n’est pas seulement la conscience des croyants qui se trouve troublée, mais celle de tous les hommes qui vivent et réfléchissent. Quelle que soit leur opinion religieuse, qu’ils soient croyants ou non, qu’ils soient d’une organisation syndicale ou politique quelconque, ce n’est plus la paix des armes qui se pose mais celle des consciences. »

  • 97 Ce mouvement regroupait des instituteurs et des institutrices catholiques de l’enseignement public. (...)
  • 98 Reçu à Polytechnique en 1943, il y entre d’abord pour suivre sa scolarité puis entre à Lisieux sur (...)
  • 99 Un ancien de Jeunesse de l’Église, nous l’avons vu, qui est par ailleurs le gendre d’André Philip ( (...)

52En métropole comme en Algérie Maurice Ducreux est lié à la plupart de ces prêtres assimilés, au moins pour certains d’entre eux, aux « porteurs de valise » les plus engagés et sanctionnés (Chapeu, 2004). Léonce Miquel officie avec Jean-Claude Barthez (op. cit., p. 86-102) dans les paroisses d’Hussein Dey et de Bab el Oued, aux côtés du père Jean Scotto. Tous ces prêtres de la MDF, bien souvent proches des Équipes enseignantes97, ont forgé une stratégie nouvelle vis à vis des populations algériennes musulmanes. Grâce à eux, l’Église invente alors une nouvelle approche évangélique qui ne vise plus à convertir mais à partager et à fraterniser. C’est une véritable révolution que conduisent, dans la région de Souk-Ahras, les prêtres de la MDF. Une révolution que ne supportent ni la communauté européenne sur place, ni la hiérarchie catholique officielle. Devenu vicaire auxiliaire à Alfortville après deux années passées au Grand-Colombes (paroisse du centre Saint-Pierre-Saint-Paul), Ducreux siège à la Commission urbaine de la MDF aux côtés de Joseph Kerlan, vicaire de Souk-Ahras arrêté à Alger le 2 janvier 1960 pour son soutien à la cause algérienne, et de Jean Urvoas. Aidé par Bernard Boudouresques98, ce dernier engage une réflexion interne à la MDF qui aboutit, à la session de janvier 1958, à ce qu’elle se prononce contre la torture. Plus tard, au sein de l’équipe scientifique de la MDF, Maurice Ducreux retrouvera ce Polytechnicien inlassable combattant de la paix et du désarmement nucléaire rencontré à Lisieux. Tous ou presque se sont retrouvés au sein du Comité de vigilance spirituelle pour protester contre la torture, aux côtés des couples Chombard de Lauwe, Rendu, Berque et Marrou, de Robert Barrat, Elia Perroy ou encore Francis Jeanson99. En 1957 sort la brochure intitulée Des rappelés témoignent. Disposé à aider le FLN, le domicile de Bernard Boudouresques devient l’un des lieux de rencontre du réseau Jeanson, ce qui lui vaut d’être arrêté le 13 octobre 1958 et incarcéré à Fresnes jusqu’en février 1959. Sybille Chapeu a méticuleusement exposé le mode de prise de conscience, son cheminement tortueux, chaotique ; celui-ci se fait en cascade, ou, si l’on préfère, en chaîne, un peu comme une réaction chimique. C’est le milieu ouvrier – cœur de l’action de la MDF – qui fait découvrir à des prêtres opérant dans la région parisienne l’existence d’une communauté immigrée d’origine nord-africaine. C’est cette même communauté qui leur révèle l’existence du problème national algérien, que quelques autres prêtres de la Mission, installés en Algérie, avaient très tôt pressenti et cerné. à travers le questionnement multiple suscité par la guerre, certains prêtres aboutiront à poser, dès la décennie suivante, dans leur réflexion, le problème essentiel de l’aide au Tiers-Monde. Ainsi certains passeront-ils en quelques années de l’aide au monde ouvrier à l’aide au Tiers Monde ou aux immigrés en métropole. Ce sont pour partie avec ces prêtres – parmi lesquels on compte Léonce Miquel, Emmanuel de Vesvrotte ou Pierre Delahaye – que Maurice Ducreux travaillera ultérieurement, à Kinshasa, au titre de l’assistance technique sur des projets de développement économique et de planification.

Notes

1 En 1961, Maurice Ducreux est nommé tuteur de trois jeunes filles prénommées Bernadette, Françoise et Monique et âgées respectivement alors de 20, 18 et 17 ans, pupilles de la nation. Par amitié pour les parents décédés, il accepte. L’une d’entre elle épouse un américain et Maurice Ducreux leur rend visite à Washington en 1977 pour les fêtes de fin d’année. Cf. témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur de janvier 2013.

2 Note manuscrite de Maurice Ducreux, sans date, mais vraisemblablement des années 1970 et qui résume assez bien les événements qui seront abordés dans le présent travail.

3 Vicaire de Saint-Pierre-Saint-Paul au Grand Colombes (1951-1952) puis vicaire auxiliaire de Notre-Dame d’Alfortville 1952-1964, Ducreux intègre l’équipe de la Mission ouvrière à Gennevilliers (1964-1966), puis l’équipe scientifique de la MDF. Il s’installe enfin, à nouveau, à Ivry à partir de 1969 où il achète un appartement et y réside jusqu’à sa mort en 1985.

4 Entretien avec Yvonne Le Ménager-Ducreux, Annie et Claude Chaton au Kremlin-Bicêtre du 5 avril 2012. Un grand-père maternel cultivateur-viticulteur, passé par une école d’agronomie, et un père détenteur du certificat d’études qui avait travaillé « dans les tissus » avant de devenir directeur d’un magasin de nouveautés à Caen.

5 L’école nationale des ingénieurs des Travaux des Eaux-et-Forêts associée à l’école des Gardes Forestiers.

6 Michel Marié intitule son deuxième chapitre : « Les terres et les mots. Intellectuel parce que cadet de famille ? »

7 De l’ensemble des témoignages familiaux recueillis auprès des neveux et nièces de Maurice Ducreux en particulier, il ressort effectivement que les deux frères eurent des choix de vie et des convictions politiques différents, mais qui n’excluaient ni le respect ni l’attachement.

8 Entretien avec l’auteur du 11 mai 2013.

9 « Mais pas une piété bigote, précise Yvonne Le Ménager, une piété du don. » Leur mère meurt en 1943, d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Son frère, lui et leur sœur ont fréquenté des écoles chrétiennes, priaient le soir, etc. « On baignait là dedans » ajoute-t-elle.

10 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, probablement de 1970.

11 Dès 1938 avait été créée la Mission de la mer qui s’est établie à Dunkerque en 1939.

12 René Voillaume, Au cœur des masses. La vie religieuse des Petits Frères de Foucauld, Paris, Le Cerf, 1951.

13 Yvonne Leménager a conservé son petit « carnet militant » commencé en 1943, où il s’adonne à cet exercice réflexif.

14 Cf. supra, chapitre V concernant la polémique autour de la biographie de Georges Marchais.

15 Cf. Amouroux Charles, Blanc Alain (dir.), Erwin Goffmann et Les institutions totales, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 1991.

16 Archives de la MDF, Le Perreux-sur-Marne, dossier Placide Rambaud, note du 14 décembre 1974. Maurice Ducreux en a conservé une copie dans ses propres archives.

17 L’expression est du jésuite Léon de Saint Moulin avec lequel Maurice Ducreux se lie d’amitié à Kinshasa. Témoignage écrit de Léon de Saint Moulin à l’auteur du 5 février 2013. Cf. supra, chapitre III.

18 Cf. supra, chapitre IV.

19 Cuchet Guillaume, « L’itinéraire apostolique de l’Action catholique à travers le cas d’Henri Perrin, prêtre-ouvrier », Témoignage et Foi, Parole et Silence, 2009, p. 99-112. Il montre combien la guerre a infléchi sa trajectoire de vie et ses choix. Dix ans à peine séparent le routier maréchaliste du pèlerinage du Puy, du patron de la CGT des barrages qu’il est devenu [http://studium.ndv.pagesperso-orange.fr/Pdf/Programmewebcolloque.pdf]. Nous remercions l’auteur de nous avoir aimablement transmis son texte.

20 Entendu par Michel de Certeau comme une unité sociale, constituée par des réseaux de pratiques, d’idéologies et de cadres de références ; des limites (initiations, exclusions), des conduites et des convenances et un langage la spécifient.

21 Certeau (de), Michel, « La Faiblesse de croire », in Les militants d’origine chrétienne, revue Esprit, mars-avril, 1977 p. 231 sq.

22 Le tome 1 (Arts de faire), tout particulièrement.

23 Archives privées de Maurice Ducreux. Rapport de la commission urbaine, 1965, 30 p.

24 Cf. supra. Chapitre 3.

25 Professeur de « city-planning » au Massachussets Institute Of Technology (MIT), élève de l’architecte Franck Lloyd Wright, Kevin Lynch a parallèlement poursuivi des études de psychologie. Ses travaux sur la perception – visuelle notamment – de la ville, différenciée en fonction des liens existentiels, à la fois pratiques et affectifs qui relient chaque individu au cadre urbain, ont fait date. Ils ont nourri les théories urbaines contemporaines et les travaux de chercheurs un temps proches de Maurice Ducreux, comme Alain Medam ou Jean-François Augoyard. Cf. supra, chapitre V.

26 Qui devient Lettre aux communautés (LAC) en 1950.

27 Lire, entre autres, Curtis S.-A. & Keller-Lapp H.-M. (dir.), L’autre visage de la Mission. Les femmes, Paris, in Histoire & Missions Chrétiennes, no 16, décembre 2010, Paris, L’Harmattan.

28 Cf. Cf. Curtis D-E., The French Popular Front and the Catholic Discovery of Marx, Hull, 1997, cité par Yvon Tranvouez, op. cit., p. 100.

29 Cf. supra et chapitre V.

30 Fondé par des chrétiens résistants en novembre 1944 et issu de la Démocratie chrétienne, le MRP est un temps le parti-pivot des coalitions gouvernementales à la Libération. Il disparaît en 1967.

31 Intitulé de journées de réflexion qui s’organisent à l’époque de l’appel de Stockholm, de la guerre d’Indochine, et des grèves de 1947, rapporté par Elia Perroy (Landré, 2011).

32 Témoignage de Francis Corenwinder à l’auteur du 22 novembre 2012. Les itinéraires de Jean Verlhac ou de Gérard de Bernis, paroissien assidu de Saint-Marc à Grenoble lorsque Francis Corenwinder y officiait entre1956 à 1962, sont emblématiques de ces catholiques de gauche qui vont traverser les trois courants du « catholicisme de gauche » : la démocratie chrétienne (MRP), le progressisme (UCP), et la nouvelle gauche (UGS, PSU) (de Montclos (dir.), 1982).

33 Entretien de l’auteur avec Annie Chaton – née Waltz – au Kremlin-Bicêtre, du 5 avril 2012. Fille de militants communistes et athées, Guite épouse Charles Waltz en 1931. Installés à Ivry-Port, ils rencontrent les équipes de la Mission de Madeleine Delbrêl et les petites Sœurs de l’Assomption, les prêtres de la Mission de France et la mission de Paris. Ils se convertissent, chacun de leur côté, pendant la guerre, elle à Ivry, lui en Allemagne où il est prisonnier. En 1947 ils acceptent d’échanger leur appartement d’Ivry-Port contre un logement au Kremlin-Bicêtre. C’est là qu’ils rencontrent Maurice Ducreux qui devient le parrain de leur fils Jean-Luc. En 1981, pour leur cinquante ans de mariage, il dit sa dernière messe en public tout en ayant sommé son amie Guite de choisir entre sa présence à lui et celle de Georges Marchais !

34 Archives privées de Maurice Ducreux, note sans date.

35 Cf. supra, chapitre II.

36 Idem.

37 La Ligue de la Jeune République est un parti politique français créé en 1912 par Marc Sangnier dans le prolongement du Sillon, son mouvement social chrétien, après que ce dernier eut été désavoué par le pape Pie X. Elle représentait un courant catholique social différent de celui du Parti démocrate populaire (PDP), davantage axé au centre-droit. En dépit de sa faible représentation parlementaire, la Jeune République eut une influence intellectuelle forte. En 1936, elle apporta son soutien au Front Populaire. Dans l’après-guerre, elle connut un court renouveau, avant d’être enserrée entre le MRP et les différents partis de gauche (SFIO et PCF). Elle participa à la formation de l’UGS. Même si la JR, composante autonome de la Nouvelle Gauche (NG), regroupait pour l’essentiel des militants chrétiens, son identité était autant, sinon davantage, républicaine que religieuse, insistons sur ce point.

38 Cf. Rochefort-Turquin Agnès, Front Populaire. Socialistes parce que chrétiens, Paris, Le Cerf, 1986. Préface de Paul Ricœur. Cet ouvrage retrace le portrait du fondateur des membres des Jeunesses socialistes chrétiennes – Maurice Laudrain et de ses compagnons qui ont adhéré au Front Populaire et qui ont tenté, brièvement, d’élaborer une synthèse doctrinale entre christianisme et marxisme, notamment à travers leur journal Terre nouvelle mis à l’index par le Vatican en 1936.

39 Issu de cette scission de 1951, le MLO est un mouvement chrétien particulièrement soucieux de la défense des familles. Ses militants s’engagent dans la vie sociale de leur quartier. Le MLO édite les journaux Combat ouvrier et Vie populaire. Il fusionnera avec le Centre de Culture Ouvrière (CCO) au début des années 1970 pour donner naissance à Culture et liberté. Cf. Tétard Françoise, Lefeuvre Christian, Culture et liberté, une naissance turbulente, Paris, Culture et liberté, 1998.

40 AMI 84Z6. Entretien de Maurice Ducreux du 21 décembre 1982 avec Nathalie Viet-Depaule.

41 Archives privées de Maurie Ducreux. Note de septembre 1977.

42 Idem. Note sans date.

43 Entretiens de l’auteur avec Simone Fourgous, à Ivry, cité Gagarine, de novembre 2011 et Irène Auscher-Stern du 4 avril 2012.

44 Entretien de l’auteur avec Raymonde Laluque (épouse Méloteau puis Merle) à Ivry en novembre 2011.

45 Entretien de l’auteur avec Yvonne Le Ménager-Ducreux, Annie et Claude Chaton, au Kremlin-Bicêtre le 5 avril 2012. C’est Raymonde Laluque qui nous livra le surnom – « roudoudou » – affectueux que les colons donnaient à Maurice Ducreux.

46 Maurice Ducreux a écrit un manuscrit avec elle, intitulé Analyse de la situation d’Ivry, présent dans le fonds Feltin aux Archives historiques de l’archevêché de Paris (DXV5), cité par André Caudron et Nathalie Viet-Depaule dans leur courte notice biographie de Maurice Ducreux dans le Le Maitron/Dictionnaire Biographique Mouvement ouvrier/Mouvement social, publié aux éditions de l’Atelier [http://www.editionsatelier.com/index.php?ID=1014313].

47 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, mais probablement de 1977.

48 Cf. [http://www.article11.info/?Des-espaces-autres-l-heterotopie].

49 [http://www.fauconsrouges.org/spip.php?article41].

50 « Le jeu paraît, en effet, le mode naturel de l’enfance, par lui, à travers lui la fonction enfance se réalise », écrit en 1949 la pédagogue catholique Elia Perroy, in Éducateurs, janvier-février 1949, p. 50. Nous retrouverons Elia Perroy dans la « galaxie chombartienne », à la pointe de lutte contre la guerre d’Algérie, et parmi les chevilles ouvrières de l’Association pour le développement du XIIIe arrondissement (ADA 13).

51 Les dernières décennies du XIXe siècle sont celles des études leplaysiennes et du Musée Social. Cf. Les travaux d’Antoine Savoye et Bernard Kalaora (1989), de Catherine Bruant (2008) ou Colette Chambelland (1998). Bernard Barraqué et Jean-Pierre Gaudin (1979, p. 178) ont à leur tour souligné l’influence de cette étude des « milieux » dans les pratiques de stage au sein des CEMEA ; une étude de milieu entendue aussi dans le sens physique qui la rapprocherait des “Regional Surveys” de Patrick Geddes. à noter qu’André Lefevre, fondateur des CEMEA avec Gisèle de Failly, était un ancien membre du Sillon.

52 Julien Fuchs (Fuchs, 2014, p. 237-238) a pour sa part récemment insisté sur l’importance du plein air et de la nature dans la pédagogie commune à tous les mouvements de jeunesse de l’entre-deuxguerres, sous-tendu nettement par un discours anti-urbain même si le rejet de la ville ne constitue pas la trame réelle des activités.

53 Le Mouvement de la Paix, issu de la création, aux lendemains de la guerre des « Combattants pour la liberté » veut préserver l’esprit unitaire de la Résistance dans un combat commun en faveur de la paix et du désarmement. Il est un des principaux lieux, satellites du PCF, où le compagnonnage entre chrétiens et communistes fut le plus étroit. Henri Desroche, directeur-adjoint d’Économie et Humanisme, rédige ainsi, en mai 1950, le « Manifeste des chrétiens contre la bombe atomique » qui réitère l’Appel de Stockholm initié par les communistes deux mois plus tôt. De la même manière, en 1952, de nombreux chrétiens se solidarisent-ils avec le protestant Paul Ricœur exigeant la libération de Jacques Duclos, le secrétaire général par intérim du PCF arrêté lors de la manifestation contre la venue à Paris du général américain Ridgway accusé de mener une guerre bactériologique en Corée. À noter que certains architectes sont aussi engagés dans cette manifestation, à l’instar d’Anatole Kopp qui est radié de l’Ordre des architectes à la suite de son arrestation (cf. supra).

54 Cf. notice biographique d’André Caudron et Nathalie Viet-Depaule pour le Maitron, op. cit.

55 Ce sera le cas de Maurice Ducreux, en mission à Kinshasa entre 1967 et 1969. Cf. chapitre III.

56 Notamment le chapitre III de cet ouvrage de Guérin (p. 155-231), relatif à la doctrine du scoutisme dans les années 1930 et 1940.

57 Le sociologue Paul Rendu, compagnon de Chombard, est un Routier. C’est ce même mouvement de la Route qui donne naissance à la Vie Nouvelle.

58 Saint-Cyrien, surnommé « le cavalier rouge », compagnon du maréchal Lyautey au Maroc, il fit l’objet d’un véritable culte patriotique dans les années 1930 à 1950. Plusieurs ouvrages lui sont alors consacrés.

59 Intervention de Françoise Tétard, du 15 mars 2001, dans le cadre du séminaire « Politisation, dépolitisation des milieux populaires des XIXe-XXe siècles » organisé par Michel Pigenet et Danielle Tartakowski. Citée par Fredenucci, op. cit., p. 131.

60 Jeu simulant la création et le développement d’une ville nouvelle.

61 Jeu plus complexe intégrant les phénomènes électoraux et les attitudes sociopolitiques mais aussi la pollution de l’environnement.

62 Cf., par exemple [http://www.dna.fr/loisirs/2013/03/18/desordre-urbain].

63 Vol. 25, no 1, p. 105-106.

64 Expression de Michel Amiot (1980) pour qualifier les liens entre sociologues et planificateurs d’État, que Michel Marié (1989, p. 47) reprend à son compte pour qualifier le dialogue entre le sociologue et le technicien au sein des bureaux d’études.

65 C’est à Clamart que l’architecte-urbaniste Robert Auzelle, proche de Chombard de Lauwe, conçoit et réalise la Cité de la Plaine, considérée comme un modèle de composition urbaine et de travail paysager, en lien avec le cimetière qu’il conçut également. Cf. supra, chapitre II.

66 Après avoir quitté et s’être engagé dans la Royal Air Force, Chombart cherche en 1945 une communauté où l’on pratiquerait un christianisme ouvert. Ce climat d’ouverture partagé entre les générations (parents et enfants devenus adolescents) a notamment poussé les jeunes à se rapprocher de la section locale des Jeunesses communistes, et les parents avec le PCF (Landré, op. cit., p. 77).

67 Gilles Ferry, né en 1917, est un ancien Professeur Honoraire en Sciences de l’éducation à Paris X. Passé par Uriage lui aussi, il a laissé son témoignage : « Témoin, chercheur, acteur du social », in Les hommes, leurs espérances et leurs aspirations. Hommage à Paul-Henry Chombard de Lauwe, Paris, L’Harmattan, p. 25-33.

68 Courriel d’Yvon Tranvouez à l’auteur du 14 novembre 2012.

69 AMI. Lettre manuscrite de Monique et Jean-Pierre Serrant du 7 juin 1947.

70 C’est notamment le cas de Placide Rambaud qui en conçut une blessure profonde. Il appartient ensuite, avec Maurice Ducreux, à l’équipe scientifique de la MDF. Cf. supra, chapitre IV.

71 Paroisse-clé, nous le verrons. Ce sont essentiellement des paroissiens de Saint-Hyppolyte qui créent l’association d’usagers ADA 13 et c’est à Saint-Hyppolyte que se réunit trois fois par an la commission urbaine de la MDF, où siègent Maurice Ducreux et quelques uns de ses amis, parmi les plus activistes. C’est aussi dans cette paroisse que les missionnaires d’origine rurale, désireux de partir dans le Tiers-Monde, viennent en stage et se former. C’est le cas de Bernard Gautier et d’Emmanuel de Vesvrotte avant leur départ pour Kinshasa. Cf. supra, chapitre III.

72 Jean Vinatier, originaire d’une famille pauvre des montagnes limousines, est nommé vicaire général de la MDF. Il assume cette tâche pendant neuf ans dans le contexte difficile de la guerre d’Algérie où plusieurs prêtres sont impliqués (cf. supra). André Laforge lui succède.

73 Travail qu’il trouve au BERU comme nous allons le voir.

74 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, probablement 1977.

75 Cf. chapitre III. Maurice Ducreux le retrouvera à Kinshasa.

76 Il semblerait qu’originellement Conflans devait être une assemblée régionale des seuls missionnaires de Paris mais la création de la prélature, en août 1954, a suspendu cette assemblée qui est devenue, un mois plus tard, une assemblée générale. Témoignage oral d’André Giroux à l’auteur le 22 novembre 2012 au siège de la MDF au Perreux-sur-Marne. Né en 1927, ce prêtre est constamment demeuré en région parisienne. Il s’interroge de savoir si le rapport de Maurice Ducreux n’était pas d’abord prévu pour l’assemblée d’août. Quoi qu’il en soit, il sera lu et discuté en assemblée générale. La phrase en italique est soulignée par nous.

77 Cf. Collet Paul, L’amour du Christ nous presse. L’itinéraire d’un prêtre de la Mission de France, Paris, Karthala, 2002. Ce texte, annoté par Nathalie Viet-Depaule et Bernard Boudouresques, contient également une reproduction de la couverture et de la mise à l’index de cet ouvrage de Daniel Perrot.

78 Ultérieurement le père Jean Raguenes, ex-carmélite devenu dominicain sera, par exemple, une des « figures » de la grande grève aux accents autogestionnaires de chez Lip dans les années 1970. Il a relaté son parcours dans l’ouvrage De mai 1968 à LIP : un dominicain au cœur des luttes, Paris, Karthala, 2008. Il est décédé en février 2013. Cf. [http://blogs.mediapart.fr/blog/lamia-oualalou/040213/jean-raguenes-de-lip-l-amazonie].

79 Archives privées de Maurice Ducreux. Note sans date, probablement 1977.

80 Dans son dernier ouvrage, Guillaume Cuchet (2013, p. 66) revient sur l’évolution du personnage et ce qu’il appelle le « dernier » Gustave Thibon, celui qui écrit en 1995 L’illusion féconde, Paris, Fayard. Il le classe, comme Michel de Certeau, parmi les « mystiques de sortie », à savoir ceux qui ont dit adieu au christianisme de leur enfance « en jouant des équivoques inévitables qui naissent sur la frontière ténue et en partie invisible qui sépare décomposition et recomposition du croire, approfondissement et perte de la foi, intensification et liquidation de l’expérience religieuse, lucidité et auto-leurre [...] » ; toutes choses qui nous semblent pertinentes s’agissant de Maurice Ducreux.

81 Archives privées de Maurice Ducreux, note dactylographiée du 17 octobre 1956.

82 Elle s’appuie notamment sur l’étude qu’un curé d’une « grosse paroisse » (50 000 habitants) de la banlieue parisienne a menée au cours de l’année 1963-1964 (Chatelan, 2012, p. 175).

83 L’adjectif « sociologique » est employé pour désigner la religion des milieux populaires. Cf. Pannet Robert, Le catholicisme populaire. 30 ans après « La France pays de mission ? », Paris, Le Centurion, 1974.

84 Ses propos trouvent place au sein d’une analyse brillante et renouvelée de la prise conscience tardive et difficile chez Fernand Boulard de la rupture religieuse qui intervient au milieu des années 1960. Guillaume Cuchet en veut également pour preuve le profil, inquiétant dès 1955, de la courbe du recrutement sacerdotal (Cuchet, op. cit., p. 118-119). Sur ce point, comme sur bien d’autres, son approche et point de vue nous semblent quelque peu différents de ceux d’Olivier Chatelan qui s’intéresse, aux mêmes dates, aux réflexions et agissements diocésains lyonnais relatifs à la construction de nouvelles églises en milieu urbain, accompagnées de diverses autres initiatives pastorales.

85 Cf. [http://pretresdumonde.com/menu-P-Pierre-Thivollier%20f.c.-Jesus-le-liberateur-vie-de-jesuschrist.htm] ou [http://www.filsdelacharite.org/index.php?pg=thivollier].

86 Entretien de l’auteur avec André Giroux au siège de la MDF au Perreux-sur-Marne du 22 novembre 2012.

87 Cf. supra, chapitres 4 et 5.

88 Il avait déjà exprimé la possibilité de rejoindre une telle équipe, dans son rapport d’août 1962 mais à cette date, le fait qu’elle ne soit rattachée à aucune équipe ancrée localement lui avait fait écarter cette option. Archives de la MDF, le Perreux-sur-Marne, lettre du 2 janvier 1966.

89 Archives de la MDF au Perreux-sur-Marne. Si l’on en croit les annuaires, il semble en effet relever officiellement de la paroisse de Gennevilliers tout en étant pointé comme membre de l’équipe scientifique dans sa fiche personnelle synthétique.

90 Entretien de l’auteur avec Simone Fourgous de novembre 2011 à Ivry-sur-Seine.

91 Cf. chapitre III, avec les itinéraires de Bernard Archer, Marc Wiel ou Pierre Gaudez.

92 Les années 1956 et 1957 sont des années de crise à l’ACJF qui coordonnait les mouvements d’Action catholique spécialisée (JAC, JEC, JOC, JIC, JMC) et dont le président, André Vial, démissionne pour protester contre le procès en politisation qui est fait aux mouvements. Une autre série de démissions collectives de 80 responsables universitaires s’ensuit, le 12 mai 1957, pour protester contre une reprise en main par l’ACA. Quatre jours plus tard, le 16 mai 1957, l’équipe nationale de la Route (la branche aînée du mouvement Scouts de France créée dans les années 1930 et parmi laquelle se trouve Paul Rendu, proche de Chombard de Lauwe et fondateur du CSU) démissionne et fait la déclaration suivante : « Le drame algérien, en portant les divisions des français et des catholiques au plus haut degré jamais atteint depuis l’occupation allemande, devait éclairer les mouvements de jeunesse sur la réalité des obstacles qu’ils allaient rencontrer. À aucun moment il ne fut question pour leurs dirigeants de rester muets en face d’un conflit que l’incurie administrative, les promesses non tenues, la misère et l’injustice avaient contribué, pour une si grande part, à déclencher... » (Chapuis, op. cit., p. 52).

93 L’équipe nationale de la Route recommande aux routiers la lecture des lettres de Jean Müller qui toutes dénoncent l’action de la France dans cette « sale guerre ». C’est par le service et par l’étude que le Routier était censé se former à sa vie d’homme, familiale et professionnelle. Un des dirigeants de la Route avec André Cruisat, à savoir Pierre Goulet fera appel au géographe lillois Pierre Deffontaines, auteur du Petit guide du voyageur actif, pour initier les routiers lors de « camps-écoles » aux méthodes de l’exploration locale et nationale.

94 C’est aussi le pseudonyme d’un autre militant du PSU, un peu plus tard semble-t-il : Hubert Prévot.

95 Cf. [http://www.ada13.com/]. Des manifestations sont prévues à l’occasion de son cinquantenaire en 2014.

96 Cf. Territoire no 434, janvier 2003.

97 Ce mouvement regroupait des instituteurs et des institutrices catholiques de l’enseignement public. En région parisienne, Georges Gontcharoff, membre fondateur de l’ADELS, en sera membre. Les Équipes enseignantes étaient « un genre d’action catholique adaptée au milieu enseignant », plus ouvert que le milieu paroissial traditionnel (cf. Barthez, op. cit., p. 87).

98 Reçu à Polytechnique en 1943, il y entre d’abord pour suivre sa scolarité puis entre à Lisieux sur l’assurance qui lui est faite par le père Augros qu’une fois prêtre, il pourra être envoyé dans le milieu scientifique. Il est ordonné en 1952 et embauché au CEA en janvier 1953 comme ingénieur expert chargé de la mise au point des éléments combustibles de la filière française graphite-gaz. Il y reste jusqu’à sa retraite en 1983. Il y fonda néanmoins, en son sein, un comité de lutte contre la bombe atomique, fit partie du Mouvement contre l’armement atomique (MCAA) puis du Mouvement de la paix dont il devint membre du conseil mondial (Cavalin et Viet-Depaule, 2007, p. 275).

99 Un ancien de Jeunesse de l’Église, nous l’avons vu, qui est par ailleurs le gendre d’André Philip (1902-1970), protestant, Compagnon de la Libération, socialiste, ministre, l’« homme des Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC) », cf. [http://www.60ansdesmjc.fr/spip.php?article72].

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540