Version classiqueVersion mobile

Catholicisme social et urbanisme

 | 
Maryvonne Prévot

Préface

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Prêtre jusqu’à sa mort, Maurice Ducreux s’était engagé très tôt dans une militance laïque. L’urbanisme fut longtemps pour lui un terrain d’action privilégié. C’est à partir de ses écrits que Maryvonne Prévot a reconstitué un pan d’histoire exemplaire.

2Le livre de Maryvonne Prévot apporte et interroge.

3L’apport de l’auteure est incontestable. Disposer des archives de Maurice Ducreux, un homme qui écrivait beaucoup, était une belle occasion. Mais pour exploiter ce fonds, encore fallait-il la sensibilité d’une historienne et un questionnement original. C’est l’engagement universitaire de Maryvonne Prévot dans l’urbanisme qui a orienté ce questionnement vers les activités professionnelles de Maurice Ducreux, son milieu de travail, ses relations tout au long d’une période marquée par une mutation des villes et de leurs banlieues.

4Il en résulte une fresque étonnante, dessinée par les réflexions de Maurice Ducreux ; fresque peuplée par des personnages nombreux, appartenant à un milieu élitaire mobilisé pour la transformation des villes. Dans la description de ce milieu, au-delà des figures, l’auteure privilégie les relations, les rencontres, les contacts, les côtoiements. Ces proximités lui paraissent hautement significatives. Avoir fréquenté les mêmes Écoles (les Séminaires mais aussi l’École d’Uriage ou encore Polytechnique ou Centrale), avoir participé au mouvement scout, au syndicalisme étudiant, être affilié à un parti politique créent des liens qui se traduisent plus tard par des affinités et des actions communes.

5Dans ce milieu, Maurice Ducreux, prêtre « déclergifié » (selon son propre terme), personnalité singulière, atypique, inclassable, pourrait paraître marginal. à vrai dire le livre nous montre qu’il est parvenu à s’intégrer remarquablement aussi bien dans ses activités municipales, associatives, sociales que dans ses tâches en bureau d’études. Et, finalement, à travers la personnalité singulière de Ducreux, ce sont bien des tendances lourdes et des acteurs forts de l’urbanisme qui se profilent sous un jour inhabituel, en tous cas peu analysés jusqu’ici.

6En même temps, le livre interroge, ce qui en rend la lecture encore plus passionnante. L’interrogation de fond, par le biais de Maurice Ducreux et de ses prises de position souvent radicales, porte sur l’Église de France, sa mission pastorale, sa doctrine sociale dans un monde changeant. Évidemment l’entrée par les archives de Ducreux ne donne pas directement accès aux acteurs de la hiérarchie catholique. C’est pourquoi des questions-clés demeurent sans réponse. Cela n’empêche pas le lecteur de faire d’utiles rapprochements entre la vie tourmentée de Ducreux et des orientations majeures de l’Église de France. D’autant plus que l’auteure, en bonne historienne, date tous les éléments qu’elle fournit.

7On apprend ainsi que la vocation de prêtre-ouvrier de Maurice Ducreux n’a pu se réaliser officiellement que pendant quatre courtes années. Maurice Ducreux est ordonné prêtre en 1950. Mais dès 1954, la Mission de France dont il dépend se voit sérieusement reprise en main par l’Assemblée des Cardinaux et Évêques. à partir de là, à son corps défendant, Maurice Ducreux se trouve dans une situation « d’apesanteur » ecclésiastique. Il choisit de « rejoindre la vie » en s’attaquant aux problèmes d’urbanisme. Mais cette voie n’est pas de celles qu’a tracées l’institution ecclésiale. Diverses recherches et publications ont déjà fait état de cette forte réticence de l’Église de France à l’égard du « spatialisme urbain ».

8La sociologie religieuse, l’analyse des regroupements paroissiaux, l’histoire de l’édification des lieux de culte dans les villes et les quartiers neufs ont montré que l’Église n’était guère convaincue par l’idéologie urbaniste qui motivait pourtant nombre de chrétiens, amis, collègues voire confrères de Maurice Ducreux. Pourquoi l’Église n’a-t-elle pas adopté le thème de la ville, de la fabrique de la Cité (selon le sous-titre de l’ouvrage) comme nouvelle voie d’évangélisation à l’instar de ce qu’elle proclama pour la jeunesse, la condition ouvrière ou le développement ? Attachement irréductible au maillage paroissial fondé sur une ruralité séculaire ? Lecture a-spatiale d’une urbanisation plutôt vue comme déchristianisante, transformant les chrétiens en « croyants solitaires », proposant un monde de choix et de liberté au mépris des bienfaits de la tradition ? Crainte d’un engagement dans une nouvelle voie sans issue après l’échec de l’Action catholique ouvrière ?

9Encore une fois, la réponse à ces questions reste à trouver. Mais le livre de Maryvonne Prévot donne des pistes de réflexion. Et si au bout du compte, l’Église de France avait eu raison de ne pas engager ses forces déclinantes dans ce que certains percevaient déjà comme une sorte de construction intellectuelle des urbanistes, une idéologie parmi d’autres, un « langage de substitution » ? Sur la fin de sa vie, Maurice Ducreux lui-même semble accréditer cette hypothèse. D’une grande honnêteté intellectuelle, il doute que la ville soit encore la bonne entrée pour les combats qu’il entend continuer à livrer. Il a compris que la puissance des logiques économiques, l’élargissement des échelles spatiales mettaient en cause les approches urbanistiques. Il ressent un désenchantement de la ville. Chez lui, le souci de l’immigration, la lutte contre le racisme prennent alors le pas sur l’analyse de la ville et la « fabrique de la Cité ».

10Pour l’auteur de cette préface dont la trajectoire personnelle, bien que plus tardive, croisa nombre des personnalités et institutions citées dans ce livre, il s’agit d’un ouvrage exceptionnel. Puissent ces quelques lignes faire entrevoir la portée de la recherche de Maryvonne Prévot.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search