Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Radio en langue bretonne

 | 
Ronan Calvez

Premier mouvement. Histoires

Chapitre II : Le hasard et la nécessité

Ronan Calvez

Texte intégral

  • 1 Guillevic, « Dialogues » Étier. Autres .

– C’est encore de la politique.
– Bien sûr.
– Donc tu en fais.
– Comme la rose contre toi.

Guillevic 1

1Où l’on apprend que, décidément, le hasard fait bien les choses et que la grande Histoire, souvent, se nourrit avantageusement de la petite.

Les « femmes de chambre » de Radio-Bretagne

  • 2 Réponse de Guignebert, directeur général de la Radiodiffusion au ministère de l’Info (...)

« Vous voulez faire une radio de Sous-Préfecture alors que nous devons faire une radio de la France 2 . »

2En août 1944, les ondes sont libérées tout comme l’est le territoire dans sa presque totalité. Le poste rennais redevient la propriété de l’État républicain. Mais le breton qui avait bénéficié d’une singulière invitation à la table des occupants n’en recevra pas immédiatement une à celle de la République : avant la guerre, mais même encore aussitôt après, il n’était jamais, pour nombre de cadres de la République, qu’un idiome de paysans, dont la diffusion et la compréhension était limitées à quelques cantons.

3À présent, pour autant que ces mêmes cadres veuillent bien accorder au breton le statut de langue, c’est une langue de collabos qu’il est surtout pour eux. Autres temps, autres moeurs.

.

  • 3 Cf . H. Fréville, La presse bretonne dans la tourmente (...)

4 Dans la période même où, sous la tutelle de l’occupant, la radio diffusait régulièrement du breton, des membres actifs de la Résistance préparaient, dès 1942, au sein du Comité Général d’Études (CGE), les mesures législatives ou administratives qui devaient être prises et appliquées dès la libération du territoire 3 , mesures qui concernent aussi les émissions radiophoniques, y compris celles en breton. En 1943, Henri Fréville est contacté par les services du Comité d’Études afin :

  • 4 Ibidem , p. 80-81.

« de procéder, en quelque sorte, scientifiquement, à une “analyse spectrale” de ce qui constituait, dans le moment, le dispositif d’information fonctionnant dans l’Ouest breton : presse, radio, cinéma, agences d’information, de publicité, de distribution de films, de messageries […]. Il convenait, enfin, de noter tout spécialement quels nouveaux journaux et quelles nouvelles rubriques de diffusion par radio étaient apparus depuis le début de l’occupation et de s’efforcer de connaître sur quelles initiatives ces novations étaient intervenues 4 . »

  • 5 Ibid., p. 84.

5 Fréville établit un réseau restreint de compétences dans les différents secteurs relevant du domaine de l’Information. Il note que « l’un des plus importants, pour les lendemains de la Libération, était celui des émissions radiophoniques 5  ».

  • 6 Une première – et brève – expérience d’un tel ministère de l’Information avait été t (...)
  • 7 Cf . Ch. Brochand, op. cit., tome II , p. (...)
  • 8 Il y avait 18 directions régionales en métropole et une délégation à Alger auprès du gouverneur gé (...)

6 C’est le 10 septembre 1944, après son évasion, que Pierre-Henri Teitgen est nommé ministre de l’Information 6 . Le ministère est organisé par une ordonnance du 23 octobre 1944 et, dès le 25 octobre, la fonction de directeur général de la radiodiffusion est rétablie et confiée à Jean Guignebert 7 . En province, les services régionaux comportaient 18 directions régionales de l’Information 8  : la radiodiffusion n’est jamais mentionnée dans les organigrammes de cette administration.

  • 9 « Les services de l’Information de l’origine à 1947 », dans l’introduction à l’Inventaire de la sé (...)

« Primitivement service extérieur du ministère des PTT, l’ensemble des services de radiodiffusion avait été placé, par décret du 29 juillet 1939, sous l’autorité du Président du Conseil, avec la dénomination d’“administration de la radiodiffusion nationale” et organisé par un décret du 1er septembre 1939. Sous le gouvernement de Vichy, la loi du 1er octobre 1941 avait rattaché la radiodiffusion à la vice-présidence du Conseil et la loi du 7 novembre 1942 en avait confié la gestion à un conseil supérieur et à un administrateur général relevant du chef du gouvernement, ministre secrétaire d’État à l’Information. À Alger, une direction de la Radiodiffusion avait été créée au sein du commissariat à l’information par une ordonnance du 4 avril 1944. Cette dernière disposition fut suspendue par les ordonnances du 23 octobre et du 30 décembre 1944 qui rendaient provisoirement applicable la loi du 7 novembre 1942.
Il ne semble y avoir eu aucun texte précis réglant les relations entre le ministère de l’Information et la radiodiffusion après la Libération, la radio paraît avoir vécu sous le régime provisoire de la loi du 7 novembre 1942. En fait, sans être une véritable direction du ministère de l’Information, elle lui a toujours été administrativement rattachée, le ministère ou le secrétaire d’État à l’Information étant régulièrement chargé de l’exécution des textes qui la régissaient et ce jusqu’au 6 février 1947 où elle fut prise en charge par la Présidence du Conseil 9 . »

7Le directeur régional de la Radiodiffusion jouissait donc pratiquement d’une totale indépendance à l’égard de la direction régionale de l’Information. Comment s’organisent les services de l’Information en Bretagne ?

  • 10 1905-1998. Ce professeur de philosophie sera adjoint au maire de Rennes Henri Fréville de 1953 à 1 (...)
  • 11 M. Le Nan est remplacé à Quimper par Jean Verdier, licencié es-lettres, « journaliste professionne (...)
  • 12 Dès son entrée en fonction, Maurice Le Nan devint directeur, non pas « régional » mais « interrégi (...)

8 Victor Le Gorgeu, sénateur du Finistère et maire de Brest révoqué par Vichy, avait été, à la Libération, désigné commissaire de la République ; pour le seconder, Henri Fréville fut nommé, d’abord en tant que « délégué à l’Information », puis en tant que « Directeur régional de l’Information ». Comme délégué régional à la radiodiffusion, c’est Victor Janton 10 qui fut désigné : il lui revenait d’organiser le service des émissions. Pour compléter ce tableau des acteurs de la nouvelle administration, il faut fournir encore le nom de Maurice Le Nan, qui est un homme clé de mon étude : en septembre 1944, à la Libération de Brest, Henri Fréville et Victor Le Gorgeu le nomment délégué à l’Information pour le Finistère. En février 1945, le ministre Pierre-Henri Teitgen lui confie le poste de directeur de la région Rhône-Alpes, à Lyon 11 . Dès octobre 1945, il quitte cette ville pour prendre à Rennes la succession d’Henri Fréville, qui avait décidé de réintégrer l’université 12  : il restera à ce poste jusqu’à la suppression des services extérieurs de l’Information, en juillet 1948.

  • 13 Cf . E. Cazenave, C. Ulmann-Mauriat , op. cit (...)
  • 14 « Vers la mi-juillet [1944], l’émissaire tant désiré arrivait à Rennes. […] Il appor (...)

9 Dès août 1944, en Bretagne comme dans tous les territoires libérés, le système d’information, pensé par les forces de la Résistance, est réorganisé et placé sous l’autorité de l’État républicain restauré. L’audiovisuel est contrôlé par l’État qui affirme, par ordonnance, le monopole de la radiodiffusion 13 . Les termes d’ » ordonnance » et de « monopole » impliquentils une doctrine officielle ? Il serait plus exact de parler de directives : elles se trouvent dans le Cahier bleu 14 , qui est une sorte de manuel pratique permettant de régir dorénavant le domaine de l’Information. Il a pour objet,

« de préciser les mesures qui, dès la libération d’une région ou d’un département devront être prises :

  1. pour assurer la remise en route des divers services et moyens d’information (services d’information presse, radio, cinéma) ;
  2. pour paralyser et détruire les dernières survivances de la propagande allemande 15 . »
  • 16 Ibidem.

10 De plus, on apprend dans l’introduction de ce Cahier bleu qu’un « représentant de l’administration provisoire de l’Information sera placé auprès du Commissaire de la République pour régler sous son autorité l’ensemble des problèmes relatifs à l’Information et à la propagande 16  ». Que contient ce Cahier bleu  ? Au chapitre radio, voici ce que l’on peut lire :

  • 17 Les Anglo-américains. Allusion au projet « Amgot » d’administration alliée de la France libérée.
  • 18 Cahier bleu , chapitre III : « Radio », p. 9. C’est l’auteur qui souli (...)

« Non seulement il ne faudra pas que, cédant à une tendance trop généralement répandue, on néglige la Radio pour orienter tous les efforts vers le démarrage des nouveaux journaux, mais encore il conviendra de donner à la Radio, sur le plan de l’organisation et des réalisations, une primauté absolue .
Cette exigence répond à des préoccupations pratiques certes, mais aussi politiques. Pratiques, parce que la Radio, plus encore qu’en temps normal, en une période où la diffusion sinon l’impression des journaux sera sans doute impossible, sera le mode d’expression le plus large et le plus puissant.
Politiques, parce qu’il faut éviter que notre carence dans ce domaine puisse servir de prétexte aux hommes d’affaires qui arriveront dans les fourgons des armées de libération pour mettre la main sur notre Radio. Ce serait pour eux comme pour leurs correspondants en France, l’occasion de faire triompher dans ce domaine des doctrines que nous avons condamnées.
D’autre part, nous serons moins inexorablement soumis non seulement aux consignes, mais encore aux inspirations des libérateurs 17 si ce n’est pas à eux que nous devons nos émetteurs et leur personnel 18 . »

  • 19 A.-J. Tudesq, « Les nouveaux aspects de la radiodiffusion au lendemain de la Seconde (...)

11 On aura noté le propos résolument hostile à l’idée de stations radiophoniques commerciales, mais il faut surtout retenir de cet extrait, l’extrême importance accordée à la radio. De même, est expressément mentionnée la totale dépendance de ce média vis-à-vis du pouvoir en place : le monopole d’État de la radio est réaffirmé. Concernant cette période, on ne manquera pas d’observer que la radio nationale est « devenue un instrument politique dont usent et abusent des gouvernements affaiblis 19  ».

  • 20 Cf . Marc Martin, « Journalistes et journalisme français d’hier à aujo (...)

12 Pendant les années que couvre mon étude, la radio et l’audiovisuel au sens large ont continué d’être des instruments de pouvoir et des enjeux politiques permanents 20 . La surveillance des programmes est très poussée. Voici, à titre d’exemple, une lettre en date du 19 mars 1945, adressée par le ministre de l’Information P.-H. Teitgen au « Directeur Général de la Radiodiffusion Nationale », Jean Guignebert :

« J’attire votre attention sur le caractère inadmissible de l’émission
“VARIÉTÉS” de Dimanche dernier 18 mars, (21 h 30-21 h 45), qui constitue, dans son esprit comme dans ses termes, une attaque violente autant que méprisable, non seulement contre ma personne, mais contre mon Ministère et l’ensemble du Gouvernement.
Je vous prie de me faire savoir immédiatement : 

  1. Les noms des personnes responsables d’un tel incident ;
  2. La raison pour laquelle il n’est exercé par la Direction des émissionsaucun contrôle préalable sur le texte de semblables causeriesnote 21 . »
  • 22 Deux exemples qui firent grand bruit en leur temps : l’affaire des Tem (...)
  • 23 Alain Peyreffite, Le mal français , Paris, Plon, 1976, p (...)

13 Le pouvoir se protège au moyen de la censure 22 et cette situation censoriale se résume par le souvenir d’un acteur de premier plan de la période gaulliste postérieure à mon propos : ce souvenir a l’avantage de présenter de façon claire les liens qui unissaient en 1962, et à plus forte raison en 1945, l’Information et la Radiodiffusion. Alain Peyrefitte prend ses fonctions à la tête du ministère de l’Information le 15 avril 1962, son prédécesseur fait le tour du propriétaire et lui montre, sur le bureau, une batterie de boutons de sonnette : « Naïf, je m’étonnai de pouvoir sonner les responsables de la RTF, comme une châtelaine de jadis ses femmes de chambre 23 . »

14 Telles sont les conditions générales dans lesquelles eut lieu, le 21 décembre 1946, la toute première émission hebdomadaire en langue bretonne, après la Libération : elle était diffusée par Radio-Bretagne, à partir de l’émetteur de Radio-Quimerc’h, et était audible dans la Bretagne bretonnante, à la différence de Rennes-Bretagne, radio de l’Occupation, qui était surtout audible hors de la Bretagne bretonnante. Voici le récit de la « renaissance d’une station » tel que le livre la lecture des archives.

.

  • 24 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.
  • 25 Cf . Ch. Brochand, op. cit., tome II , p. (...)

15 Dans un rapport au commissaire de la République du 19 août 1944, le délégué régional à l’Information signale que « le travail de remise en marche des Postes Émetteurs, Radio-Rennes et Radio-Rennes-Thourie est activement poussé. Aujourd’hui même, samedi, le poste Alma reprendra ses émissions à 19 heures 24 . » C’est le premier poste français émettant librement 25 .

16Dans le rapport suivant, daté du 25 août, il précise que :

  • 26 PRC, c’est-à-dire Presse-Radio-Cinéma : mission militaire française accompagnant les (...)
  • 27 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

« En ce qui concerne la radio, le poste Radio-Bretagne (station Alma) a repris son activité grâce à la coopération très active et digne de louange des services deM. Janton et du PRC 26 (services du Lieutenant Bouchou). D’ici quelques jours, la force d’émission sera accrue. […] La délégation régionale s’emploir [ sic ] (et cela est la source de bien des difficultés) à mettre à l’abri et à réparer les locaux (studios etc…) qui furent très endommagés le jour du départ des troupes allemandes 27 . »

17Le temps est à l’urgence, il faut rebâtir.On notera dans ces extraits le souci de mener à bien la mission, de même que la volonté affirmée de tout maîtriser. Ainsi, même lorsque le service de la radiodiffusion acquiert son autonomie, le contrôle est assuré. Dans un rapport destiné au commissaire régional de la République, Fréville écrit, le 19 décembre de la même année, que :

  • 28 Dans un courrier au ministre de l’Information, daté du 16 septembre 1944, H. Frévill (...)
  • 29 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

« Le service de la radiodiffusion fonctionne maintenant d’une façon à peu près autonome, sous la Direction de M. Jeanton [ sic ], qui sera vraisemblablement nommé sous peu Directeur régional de la Radiodiffusion 28 . La Direction Régionale de l’Information garde, néanmoins, la haute main sur les informations générales et le contrôle politique du poste de radiodiffusion 29 . »

18Enfin, le 9 janvier 1945, le même Fréville, qui est à présent directeur régional à l’Information, fait parvenir à son supérieur hiérarchique un long rapport où on lit, au chapitre radiodiffusion :

  • 30 AN F 41 427. Correspondance générale entre la direction et le ministère.

« La direction régionale comme il a été indiqué dans différents rapports antérieurs, a eu à se préoccuper souvent des questions de radiodiffusion. Les deux postes d’émission de Radio-Rennes et de Radio-Thourie, ont été mis à mal par les Allemands de façon sérieuse et rééquipés avec le concours des autorités alliées. Monsieur Janton, délégué à la radio, s’est acquitté d’une façon remarquable de sa tâche ; il dépend presque uniquement maintenant des Services Centraux de la Radiodiffusion, mais il agit en totale harmonie et collaboration avec la direction régionale à l’Information 30 . »

19Ce qui peut se comprendre comme suit : même si les deux postes d’émission en question ont dû être remis en état de manière peut-être provisoire, et même si, de ce fait, la qualité de la réception s’en ressent, la route est déblayée et le convoi peut se mettre en marche.

  • 31 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

20 Le rôle de la station est très clairement défini dans le rapport de Fréville, daté du 25 août, destiné au commissaire de la République : « Radio-Bretagne est destiné à jouer un rôle de premier plan dans le domaine de l’Information et même, peut-on le dire, dans le domaine de la Propagande 31 . » Il n’était pas aisé, dans ces premiers mois de la Libération, d’utiliser un terme dont la connotation « allemande » était trop évidente. Ceci dit, dans un rapport dont la diffusion devait rester limitée à des services administratifs de reconstruction, le terme de « propagande » est expressément utilisé : on a là une indication franche, sinon brutale, des objectifs que se fixait le nouveau pouvoir. Les éditoriaux officiels de Radio-Bretagne relevaient de la responsabilité de Victor Janton : c’est lui qui les composait, c’est lui qui les prononçait à l’antenne. Ils étaient, sans aucun doute, la « voix de la France », une voix qui informait la population des derniers événements, tout en la rassurant sur les bonnes intentions et l’efficacité du nouveau pouvoir en place. Qu’en était-il, outre ces éditoriaux officiels, de l’ensemble des émissions diffusées par la station régionale ? Un courrier de Victor Janton, en sa qualité de « délégué régional à la radio », fournit les précisions souhaitables ; il est adressé au ministère de l’Information, le 19 septembre 1944 :

« Les résultats obtenus jusqu’à présent sont, que depuis un mois, la station de Radio-Bretagne a marché dans des conditions techniques à peu près impeccables. Nos émissions sont d’une durée réduite, de 19 heures à 22 h 15. Sur ces 3 heures 15, une partie est consacrée à la retransmission de :
Radio-Londres 19 h 30 à 19 h 45
Alésie 20 h à 21 h
BBC 21 h 15 à 22 h
Le reste du programme est assuré par nos soins à savoir :

  • 19 h à 19 h 30 : programme comportant des nouvelles, des variétés et de la musique.
  • 19 h 45 à 20 h : 1/4 h de musique présentée
  • 21 h à 21 h 15 : 1/4 h de nouvelles régionales et de communiqués officiels
  • 22 h à 22 h 15 : 1/4 d’heure de musique enregistrée et commentée 32 . »

21La marge de manoeuvre, on le voit, est aussi restreinte que les moyens sont réduits : le programme régional ne dure qu’une heure et quart, et hormis la musique et les variétés, la station se borne à diffuser des nouvelles et des communiqués officiels, dans lesquels prennent place les éditoriaux déjà mentionnés. Et pourtant, ces éditoriaux de Victor Janton vont être assez rapidement supprimés au profit d’une « voix » plus officielle, une voix unique. En effet, dans un autre rapport sur l’activité du service régional à l’Information, destiné au commissaire de la République, Henri Fréville écrit, le 22 novembre 1944 :

  • 33 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

« En complet accord avec monsieur Guignebert, secrétaire général à la radiodiffusion et avec monsieur le ministre, il a été décidé que Radio- Bretagne rediffuserait, d’une façon générale, les émissions de Paris et que une heure 20 seulement d’autonomie lui serait dévolue. Désormais aucun organisme politique local ne sera autorisé à faire de la propagande sur les Antennes de la radiodiffusion ; l’éditorial de M. Janton lui-même doit disparaître. […] La voix du Gouvernement d’une part, et celle du CNR, d’autre part, seront les voix officielles qui se feront entendre à Radio- Bretagne 33 . »

  • 34 Ibidem .
  • 35 Cf . T. Muller, op. cit ., p. 35. (...)

22 Si l’on se reporte à la grille donnée plus haut par Victor Janton, on constate combien le temps d’antenne « régional » est limité, encore qu’il augmente sensiblement au cours de l’année 1945. C’est ainsi que le 21 juin 1945, le directeur régional de l’Information fait état d’un temps d’antenne nettement plus important quand il écrit, dans un rapport destiné au commissaire régional de la République, qu’il « est bien décidé à utiliser au maximum les possibilités qui sont siennes d’user des 2 h et demie journalières qui sont à la disposition de la région dans la bande régionale de radiodiffusion ; les émissions seront faites avec l’aquiescement [ sic ] de M. le commissaire régional de la République 34 . » Comme il ressort de ce document, la radio, il fallait s’y attendre, est très largement tributaire du nouveau pouvoir républicain. C’est à partir d’août 1945 que la part des programmes spécifiques à la Bretagne augmente sensiblement et atteint, au total, 19 heures par semaine 35 . La nature des programmes régionaux à la station de Rennes fait l’objet d’un rapport, en date du mois de décembre 1945 :

«  Services des émissions .
Émissions fixes .
Notre station diffuse, chaque semaine, diverses chroniques sur la Bretagne :

La “Bretagne”

  • causerie géographique M. Le Lannou
  • causerie historique M. Rébillon

Alternant chaque semaine :

  • “Le 1/4 d’heure des poètes bretons” présenté par Jean Mayer
  • “Le 1/4 d’heure de la Section Bretonne de l’Association Guillaume Budé”

Notre émission littéraire, présentée par Gilbert Mayer , tend à devenir une émission littéraire régionale.

  • diffuser non seulement l’oeuvre d’écrivains ou d’artistes bretons et l’influence exercée en Bretagne par tel ou tel écrivain.
  • l’influence exercée en France par tel ou tel écrivain breton.
  • les grandes légendes bretonnes, exemple : “Le Cycle d’Arthur” sous forme d’émissions littéraires.

Les légendes extraites de l’oeuvre d’Anatole Le Braz, sous forme de montages radiophoniques.
Émissions diverses .
Nous nous bornons exclusivement à la diffusion du folklore breton. Nous avons demandé la partition [ sic ] Du cercle Celtique :

  1. (chants folkloriques en breton, haute et basse-Bretagne)
  2. (Étude et diffusion du folklore de Haute Bretagne) Nous avons commencé la diffusion du théâtre de Tanguy Mal manche.

Projets
Les fâcheuses réactions des auditeur saprès toute tentative d’émissions en langue breton ne nous commandent une extrême prudence dans la préparation de nos programmes folkloriques. Il nous paraît indispensable pour intéresser progressivement l’auditeur breton à des émissions typiquement régionales :

  • De lutter contre le faux folklore –D’organiser des reportages touristiques
  • Les reportages des grandes manifestations bretonnes (grands pardons, Terreneuvas [ sic ])
  • De profiter des manifestations sportives publiques etc. pour dissiper chez les auditeurs l’antipathie qu’il semble [ sic ] éprouver pour certaines expressions de son pur folklore 36 .  »

23La Bretagne tient donc une place dans le poste. Mais c’est une Bretagne de langue française ; celle de langue bretonne ne tient aucune place, et le document que je viens de citer laisse entendre que ce sont les auditeurs qui en sont la cause. Le maître mot, c’est le folklore : la distinction entre un vrai et un faux folklore peut nous laisser rêveur. Ce mot va pourtant avoir une carrière inattendue. La radio, en Bretagne comme ailleurs, est entre de bonnes mains, celles, somme toute, de bons serviteurs de l’État. Malgré tout, se pose d’emblée la question de l’audience et de la bonne écoute technique des émissions.

24Le 31 juillet 1945, l’inspecteur général au ministère de l’Information fait parvenir à toutes les directions régionales, un questionnaire portant sur la radio. Le directeur régional de l’Information de Rennes y répond dans un courrier daté du 4 août.

  1. «  Les postes français sont-ils audibles dans votre région ? Oui mais le poste régional “Radio Bretagne” dont les antennes ont été détruites et n’ont pas pu être reconstruites dans leur intégralité n’est pas entendu dans certaines zones des Côtes du Nord et du Finistère surtout le Nord du Finistère.
  2. Les postes étrangers ? On entend relativement facilement captés par des postes de radio normaux, les postes étrangers, mais particulièrement les postes britanniques, Américains, Suisses et Russes.
  3. Les auditeurs sont-ils satisfaits des programmes ? Quelles critiques font-ils ? Les auditeurs sont généralement très mécontents des programmes de la radiodiffusion française. On reproche d’abord aux émissions politiques d’être essentiellement partisanes d’un esprit critique et exacerbé reflétant d’une façon extrêmement nette les opinions des chroniqueurs. On trouve que certaines émissions sont d’allure vulgaire quant à la langue, à l’expression, quand ce n’est pas même à la pensée. Au point de vue musical, on regrette la médiocrité dans les émissions.
  4. Quelles sont les émissions les plus écoutées ? Les émissions d’informations, les éditoriaux, les différentes émissions rétroactives de chant, les émissions artistiques, de grande musique, et les émissions de musique moderne et vivante.
  5. Les paysans sont-ils devenus des fervents auditeurs de la radio dans votre canton ? Non, dans de très nombreux hameaux (la Bretagne est constituée essentiellement de hameaux) la radio n’est pas écoutée de façon très suivie, où elle existe, les paysans écoutent surtout “les Nouvelles” et d’ici de là un peu de musique traditionnelle.
  6. Quelle influence la radio peut-elle avoir sur l’opinion publique dans votre canton ? L’influence peut être considérable dans la mesure où des informations attrayantes, simples et explicatives, de l’attitude du gouvernement sont données. Le public ne demande qu’à comprendre le pourquoi des privations qui lui sont infligées, ou des mesures prises, mais encore faut-il lui donner des explications. Or cela n’a guère été fait jusqu’à présent, ou si cela a été fait, ce le fut de très haut, et d’une façon peu assimilable par le public moyen ; des émissions régionales fondées sur l’étude d’exemples concrets régionaux et locaux seraient d’une grande utilité.
  7. Quelles modifications faut-il apporter à l’organisation et aux programmes de la radio ? En général, le public regrette la monotonie de la radio française qui n’est plus diverse comme avant la guerre, l’absence d’émulation entre les postes français, et l’unification trop absolue des émissions dans la chaîne nationale 37 .  »
  • 38 ADF 31 W 233. Rapports mensuels. Janvier-juin 1945. Rapport mensuel de janvier, chapitre « La pres (...)
  • 39 ADF 31 W 233. Rapports mensuels. Janvier-juin 1945. Rapport mensuel de février. Les (...)

25 Sans même s’arrêter au franc-parler des réponses à ce questionnaire, on aura noté combien il est instructif. Je me borne, pour le moment, à la mention qui est faite du peu d’écoute que suscite la radio dans les milieux paysans, ainsi qu’à la réponse sur la mauvaise qualité de réception des émissions de Radio-Bretagne. Les rapports en provenance des préfectures vont dans le même sens : « le poste Régional de Rennes est […] inaudible la plus grande partie du temps 38  » et c’est « la Radio de Londres » qui est la mieux entendue dans la région. La conclusion du rapport préfectoral de février se veut inquiétante : « Dans les conditions présentes, la radio nationale ne peut produire, dans cette région, tout l’effet attendu, étant donné son audition absolument défectueuse 39 . » L’insistance du préfet semble être récompensée tout de même. Voici ce qu’il note en mars :

  • 40 ADF 31 W 233. Rapports mensuels. Janvier-juin 1945.

« Les émissions de la Radio-Diffusion Française sont écoutées avec difficulté dans le Département. Il m’a été dit que la création d’un poste relai [ sic ] était envisagée. Je souhaite que la réalisation de ce projet soit activement poussée car il est actuellement impossible d’écouter dans la journée la Radio-Diffusion Française 40 . »

  • 41 Ibidem .

26 Autrement dit, le préfet semble être tout juste averti du projet d’un poste relais. Dès le mois suivant, les informations fournies par le préfet se font plus précises : « Les travaux de réinstallation du poste de relai [ sic ] de Quimerch [ sic ] (près de Châteaulin) se poursuivent ; lorsqu’ils seront achevés les émissions de Rennes-Bretagne seront sans doute mieux captées dans notre région où, pour l’instant, elles ne peuvent être entendues 41 . » Il est question cette fois de « réinstallation », et non plus de « création », avec des travaux qui semblent déjà bien avancés. Il est possible d’en savoir d’avantage du côté des services de l’Information.

27Maurice Le Nan est délégué départemental à l’Information en poste à Quimper depuis le 16 septembre 1944. Le 27 septembre du même mois, il écrit à Fréville :

  • 42 AN F 41 431. Délégation du Finistère. Correspondance avec la direction Régionale. C’est Maurice Le (...)

« J’ai exposé à MM. les membres du Comité de Libération, venus de différents points du département, les conditions dans lesquelles fonctionnait à mon départ de Rennes (il y a 8 jours) le poste de Radio-Bretagne.
Les émissions ne peuvent être captées dans la région.
Je n’ai pas manqué de souligner qu’il s’agit pour l’instant d’une installation de fortune due aux bons offices des alliés.
En ce qui concerne le relais de Quimerc’h, je n’ai aucun détail pour l’instant. Je prendrai contact prochainement avec Monsieur le Délégué Départemental des PTT et lors de mon voyage à Brest, dans la semaine, je passerai à Quimerc’h 42 . »

  • 43 AN F 41 431. Délégation du Finistère. Correspondance avec la direction Régionale.
  • 44 Archives départementales du Finistère (ADF) 200 W 100. Radiodiffusion 1940-1944. Courrier en date (...)

28 Le 1er novembre, Le Nan écrit à nouveau à son supérieur hiérarchique rennais, mais cette fois sous forme d’un rapport : « Radio : on entend mal dans le Finistère les émissions de France. Les émissions suivies sont celles de Londres. Relais de Quimerc’h : les Finistériens ne demandent pas mieux qu’un relais soit reconstruit à condition qu’il leur assure une meilleure audition 43 . » Outre ce que l’on sait déjà, c’est-à-dire que la station régionale n’est pas audible, ce rapport nous rappelle qu’il a existé un relais à Quimerc’h et qu’il faut donc, non pas le construire, mais le reconstruire. En effet, la naissance du relais de Quimerc’h remonte à l’Occupation. Au début de l’année 1942, dans leurs rapports mensuels, les préfets du Finistère et des Côtes-du-Nord, mentionnent les difficultés d’audition. Le ministre secrétaire d’État à l’Intérieur s’en ouvre à la délégation de la radiodiffusion Nationale à Paris. Le chef de cette délégation répond à l’intéressé que ses services se sont efforcés « d’obtenir des Autorités occupantes l’autorisation d’exploiter un poste émetteur dans la zone occupée à l’intention de ces auditeurs 44  », et il annonce qu’elle vient de leur être accordée. Quelques mois plus tard, le 26 septembre 1942, ce même chef de la délégation de la Radiodiffusion Nationale à Paris, écrit au préfet du Finistère pour lui annoncer une bonne nouvelle :

  • 45 ADF 200W100. Radiodiffusion 1940-1944. Un plan détaillé du lieu choisi accompagne ce (...)

« J’ai l’honneur de vous faire connaître que l’Administration de la Radiodiffusion Nationale sera prochainement en mesure de construire un émetteur complet de Radiodiffusion à Quimerch [ sic ] au lieu dit : Ty-Jopic.
Afin de hâter dans la mesure du possible cette réalisation, l’administration se limitera pour le moment à la construction d’un bâtiment en bois dont elle dispose. Le montant des travaux nécessités par cette installation est inférieur à 100 000 francs dont vous voudrez bien trouver ci-joint le détail justificatif.
Toutefois, en vertu de la loi du 26 décembre 1941, les travaux devant être soumis à l’autorisation préalable de la Préfecture, j’ai l’honneur de vous présenter la demande d’autorisation de ces travaux que l’Administration est en état de commencer dès la réception d’une réponse favorable 45 . »

  • 46 De son côté, Th. Muller fournit de cet incendie une version dont je n’ai pas trouvé (...)

29 Huit jours plus tard, le 3 octobre, cette réponse favorable part pour Paris : les travaux peuvent donc commencer, et à la veille de la Libération, la station est achevée. Ces installations ont-elles servi aux Allemands ? D’après un journal relatant l’inauguration des installations de Quimerc’h mises en place après la guerre, les occupants semblent avoir eu juste le temps d’occuper celles, les toutes premières, dont je viens de décrire les origines. Ce journal est le Télégramme – quotidien brestois le plus lu. En date du 21 mars 1946 apparaît le titre suivant : « Inauguré officiellement hier matin, le poste de relais de Quimerc’h est entré immédiatement en service. » Dans le corps du texte, on apprend que la toute première installation, celle mise en oeuvre sous l’Occupation, ne fut achevée que très peu de temps avant la Libération. Les Allemands l’occupèrent et « y installèrent un poste de radio, à leur compte évidemment. Les maquisards ne virent point la chose, on s’en doute, d’un bon oeil et, à l’heure H. incendièrent l’annexe des nazis et chassèrent ces derniers 46 . »

  • 47 « C’est avec satisfaction que les auditeurs ont appris la prochaine mise en service (...)
  • 48 Cf . le rapport préfectoral du mois de décembre 1945 : ADF 31W234. Rap (...)
  • 49 Cf., par exemple, Ouest-France du 9 févr (...)

30 À la libération du territoire, un nouveau poste est mis en place, mais pas exactement à la place de l’ancien. Et c’est le 20 mars 1946, qu’immédiatement après son inauguration officielle, le poste relais de Quimerc’h entre en service. C’est en mars 1945 que le préfet du Finistère avait fait état d’un projet de poste relais : exactement un an plus tard, ce poste est en place. Mais dans le courant de cette année, les rapports préfectoraux se font l’écho de l’attente des auditeurs, de leur satisfaction de voir se réaliser un émetteur 47 , mais aussi de leur impatience devant le retard qui s’accumule 48 – les journaux en sont un bon miroir 49 . Ce 20 mars 1946, l’inauguration a enfin lieu, à la satisfaction générale, en présence de toutes les autorités régionales : le préfet Lecomte, le commissaire régional de la République Le Gorgeu, le directeur régional de l’Information Le Nan, le directeur du poste de Radio-Bretagne Favennec, successeur de Victor Janton, et aussi un certain Pierre Trépos, correspondant de l’Information pour le Sud-Finistère.

  • 50 Sur cette journée, c f. les longs articles du (...)

31 L’inauguration s’achève par une allocution radiodiffusée en langue bretonne de M. Vourc’h, député du Finistère 50 .

32 Je viens de mentionner la langue bretonne. Elle va bientôt faire son entrée sur les ondes de la République. Neuf mois exactement après l’inauguration du poste relais de Quimerc’h, à savoir le 21 décembre 1946, c’est d’une autre « inauguration » dont il sera question. Voici ce qu’en dit Ar Falz , le bulletin du « Groupe des instituteurs et professeurs laïques bretons » :

  • 51 Ar Falz , n°4, décembre 1946, p.7.

« Le Directeur du Poste de Radio-Bretagne, M. Favennec, etM. Le Nan, Directeur régional de l’Information, ont mis au point un projet d’émission hebdomadaire en langue bretonne. À partir de fin décembre, vraisemblablement, le poste de Quimerc’h transmettra, de 20 heures à 20 h. 30, le samedi, une émission qui comprendra un quart d’heure de causeries, anecdotes et lectures d’oeuvres en breton populaire, suivi d’un quart d’heure de musique et de chansons bretonnes, – le tout présenté uniquement en breton. La direction de cette émission est confiée à M. Pierre Hélias, assisté de M. Trépos 51 . »

33 Hélias et Trépos : inconnus au bataillon de l’armée des ondes. Les deux nouveaux acteurs dont il est fait mention dans le billet d’ Ar Falz ne sont pas issus de la constellation Roparz Hemon. Celle-ci est d’ailleurs en pleine révolution.

Hemon, trop Hemon

  • 52 Marie Darrieus secq, Truismes , Seuil, 1994, p. 89. (...)

Je me suis roulé dans mon odeur pour me tenir compagnie.
Marie Darrieussecq 52

34Le mouvement breton a reçu un coup violent à la tête : il est atteint de petite mort.

35Les membres de la constellation Roparz Hemon doivent répondre de leurs actes et sont forcés de quitter la Pangée pour retomber lourdement sur le dur plancher des vaches.

36Après le choc, que devient le mouvement breton ? Il crée un mythe.

.

37Pendant tout le temps de la Résistance, la question de l’Information avait fait l’objet de réflexion et de projets. À la Libération, il fallait d’urgence régler le sort des collaborateurs de toute nature, tout particulièrement de ceux qui avaient prêté leur concours aux émissions de l’État français, et dans ce cadre, d’une manière encore plus précise, faire un sort à ceux qui en Bretagne avaient organisé des émissions en breton ou bien avaient oeuvré pour la promotion du breton et de la Pangée sous la protection de l’occupant. C’est bien ce qui se passa : en novembre 1944, une rafle militaire eut lieu dans le département du Finistère. Voici ce qu’en dit le préfet dans son rapport d’information de la deuxième quinzaine de novembre 1944 :

  • 53 ADF 31 W 232. Rapports [préfectoraux] bimensuels. 1944.

« Ainsi que je l’ai signalé dans un rapport du 28 Novembre adressé à M. le Ministre de l’Intérieur, l’autorité militaire a procédé le 25 Novembre à une opération de grande envergure et a arrêté un grand nombre de suspects, notamment parmi les adhérents du Parti National Breton. Cette mesure calmera certains esprits, mais elle risque d’en alarmer d’autres, car il semble résulter des premiers rapports que j’ai reçus sur cette affaire, qu’elle n’a pas été menée avec tout le discernement nécessaire qui aurait dû s’imposer. D’autres opérations effectuées par l’autorité militaire suivront. Mais j’ai la conviction que ce n’est que par la réduction de la poche de Lorient que l’on pourra ramener le calme dans les esprits 53 . »

38Les précisions qui font défaut à ce rapport apparaissent dans ceux des renseignements généraux contenus dans les archives préfectorales. Ainsi, le 9 décembre 1944, dans son rapport bi-mensuel d’information, le commissaire principal des Renseignements généraux du secteur Brest-Morlaix, écrit, au chapitre « répression de la collaboration » :

  • 54 Ibidem .

« Par ordre du général commandant la XIe région militaire, la gendarmerie a procédé à l’arrestation de 53 autonomistes dans le secteur.
Une manifestation s’est tenue au Folgoët pour protester contre l’arrestation de quatre abbés, soupçonnés d’appartenir au P.N.B. L’arrestation des abbés G. et L., vicaires à Plouguerneau, B., recteur de Goulven, et H., vicaire à Plouider, a été considérée par la population de cette région comme une action dirigée contre les milieux catholiques. Aucun incident ne s’est produit au cours de la manifestation […].
Mon service procède actuellement à des enquêtes sur les autonomistes arrêtés, à l’examen de situation des détenus du camp de St-Pabu et à des enquêtes pour faits de collaboration 54 . »

39Ces informations concernent le nord du département. Pour ce qui est du sud, c’est le commissaire principal de Quimper qui, le 11 décembre 1944, fournit ces informations :

  • 55 Ibid.

« Le 26 novembre 1944, la gendarmerie a procédé dans le Sud-Finistère, sur instruction de M. le Général commandant la XIe Région militaire, à l’arrestation de 77 personnes accusées de militer au Parti National Breton.
Le cas de chacune, examiné au camp Marguerite [ sic ], Rennes, où elles avaient été dirigées, a amené la libération d’un certain nombre (régionalistes, Dorgéristes) confondues à tort avec les autonomistes 55 . »

40Dans le même rapport, ce commissaire évoque l’état de l’opinion publique :

« L’arrestation d’un grand nombre de membres du Parti National Breton a soulevé beaucoup de commentaires qui, en général, sont favorables à cette mesure, chacun estimant qu’en temps de guerre le pays se doit de songer à sa sécurité intérieure en surveillant et en internant au besoin les individus suspects, et que l’on juge que les membres du P.N.B. le sont à plus d’un titre. »

  • 56 ADIV 1346 W 15. Rectorat d’Académie de Rennes : affaires diverses 1944-1950. Dossier « Question br (...)

41 D’après les deux rapports cités, ce sont 130 personnes qui sont arrêtées en Finistère lors de cette rafle militaire. Un rapport ultérieur fournit le chiffre de 142 : « 9 femmes, 133 hommes sur lesquels 8 ecclésiastiques 56 . »

42Cette rafle provoque une petite panique dans les milieux politiques – il s’agit ici des partis officiellement en place dans la Résistance et en aucune façon du mouvement breton : ont été arrêtées des personnalités qui étaient militantes de longue date, certes, mais qui pendant la guerre s’étaient tenues à l’écart de la constellation Roparz Hemon. La bévue est rattrapée, les innocents libérés. Les procès des vrais coupables incarcérés à Margueritte auront lieu, comme aussi celui de Louis Nemo, en fuite : compromis, Roparz Hemon et les siens sont totalement déconsidérés. Pour autant, ils vont persévérer longtemps dans une mentalité de persécutés.

  • 57 Yann Fouéré, Histoire résumée du mouvement breton du XIXe siècle à nos (...)
  • 58 Olier Mordrel, Histoire et actualité du nationalisme breton (...)
  • 59 O. Mordrel, ibidem , p. 431. M. Denis, dans son article (...)
  • 60 Yann Fouéré, La patrie interdite. Histoire d’un Breton , (...)
  • 61 Ibidem , p. 349. Cf . Luc Capdevila, (...)
  • 62 Cf . M. Denis, op. cit. , p. 493-494 ; M. (...)
  • 63 Cf . M. Nicolas, op. cit. , p. 102 ; L. Ca (...)
  • 64 Sur cette mort, cf. Thierry Guidet, Qui a (...)
  • 65 Cf . Yann Fournis, Le deuxième Emsav : des nationalistes (...)
  • 66 « Le SD est le service de sécurité de la SS, tandis que la Gestapo (...)
  • 67 Cf . Bertrand Frelaut, Les nationalistes bretons de 1939 (...)
  • 68 Pour une vision diamétralement opposé à la mienne, cf. Ronan Caerleon, Le rêve fou des soldats de (...)
  • 69 Cf. les archives de la Cour de justice cotées 213 W, section du département de l’Ille-et-Vilaine. (...)

43 Y a-t-il eu persécution, y a-t-il eu répression ? Une fraction du mouvement breton, celle précisément impliquée dans la période 1940-1944, a fait connaître dans une littérature abondante qu’il y avait eu bel et bien persécution, avec l’objectif, non avoué mais indiscutable, de « décapiter le Mouvement breton 57  ». Dans son Histoire et actualité du nationalisme breton, Olier Mordrel, parlant de ces années de Libération, fait état de « plus de cinquante morts, assassinés, tués en action, fusillés ou victimes de mauvais traitements 58  » et n’hésite pas à utiliser le titre suivant, « L’inoubliable génocide 59  » : au regard des événements qui ont affecté la Pangée intemporelle des nationalistes bretons, les millions de morts des camps de concentration nazis ne semblent être qu’un « point de détail » de l’histoire. Tous ces propos se trouvent, en condensé, dans les écrits de Yann Fouéré, notamment dans son Histoire d’un Breton 60 où la « légende noire » de la Libération sauvage se voit résumée, en quelque sorte, dans cette phrase : « Les habitants des bourgs se terraient ; les fermes se barricadaient ; les femmes se cachaient 61 . » En somme, pour le mouvement breton, le « vent de liberté », soufflant sur la Bretagne pendant les années d’occupation, est devenu vent « de persécution » à la Libération. Créé et entretenu afin de se dédouaner, ce mythe ne résiste pas à l’analyse 62   : si répression il y a eu, elle ne s’est pas exercée plus rudement à l’encontre des militants bretons qu’à l’égard des autres collaborateurs 63 . Ceci dit, c’est auprès de la population bretonne que le mouvement breton connut le discrédit le plus net, et ceci dès avant la fin de la guerre. Vers la fin de 1943, se mit en place une formation militaire qui s’engagea résolument aux côtés des Allemands : ceux qui la rejoignirent revêtirent l’uniforme SS. Cette milice fut mise sur pied quatre jours seulement après la mort de l’abbé Jean-Marie Perrot, recteur de Scrignac, tué le 12 décembre 1943 par la Résistance 64 et reçut le nom de Bezen Perrot 65 . Cette formation militaire fit le coup de feu aux côtés des Allemands, traquant les résistants gaullistes et communistes : elle servit de force supplétive au SD 66 , aux côtés des parapolices du Parti populaire français (PPF) et de la milice Darnand. Cette troupe de miliciens – ils étaient moins d’une centaine – fut impliquée dès janvier 1944 dans de nombreux accrochages : à Callac, Châteauneuf-du-Faou, Baud, Ploerdut, Guer, Sarzeau, Guémené-sur-Scorff, Saint-Nicolas-du-Pélem et dans les environs de Rennes. Après le débarquement de juin 1944, les huit groupes de combat du Bezen Perrot participent à plusieurs opérations de répression et de représailles, étant presque toujours engagés isolément avec des unités allemandes 67 . L’histoire des « soldats de Breiz Atao 68  » est en réalité celle de quelques dizaines de jeunes hommes, victimes à peine conscientes d’une entreprise de fanatisation : l’époque troublée, une série de discours sur fond de patriotisme breton allant jusqu’à la haine de la France, des Français mais aussi des Bretons veules, ont eu raison du jugement de ces garçons. La lecture des témoignages de ceux qui seront arrêtés et jugés est à ce titre exemplaire et impressionnante : c’est un peu de la misère du monde qui parle par la bouche de certains de ces jeunes gens 69 .

44 Les chefs, les vrais responsables, eux, s’échapperont et continueront à lutter pour la Bretagne, hors des frontières de celle-ci, en véhiculant encore et toujours leur idéologie. L’expérience du Bezen Perrot , c’est aussi l’histoire d’une débâcle. Dans tous les sens du terme. Un épisode qui se produit en août 44 à Rennes est un peu le symbole de cette débâcle : elle met en scène certains membres de la milice, et aussi Roparz Hemon. Voici la version qu’il en donne :

  • 70 ADIV 213 W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 5-6.

« J’ai continué mon emploi à Rennes-Bretagne jusqu’au 1er août 1944, date à laquelle les Forces américaines arrivèrent aux portes de Rennes. Un tir d’artillerie s’étant déclenché, j’ai quitté mon bureau qui se trouvait dans l’immeuble du Palais du Commerce, pour essayer de rejoindre mon domicile, Boulevard de Metz, 110. Arrivé à la hauteur de la Gendarmerie, rue de Fougères, j’ai rencontré un camion civil dans lequel se trouvaient plusieurs membres des familles des hommes de la Formation Perrot. Parmi ceux-ci je connaissais Guyesse [ sic ]. On m’invita alors à monter après m’avoir déclaré qu’ils quittaient tous Rennes, les Américains étant sur le point de pénétrer dans la ville.
S.I. – Depuis la nouvelle tournure des événements, je m’étais souvent demandé ce que je ferais au cas où les Allemands seraient obligés d’abandonner la ville de Rennes. J’étais toujours resté indécis et naturellement cette rencontre me décida très rapidement de fuir. J’ai pris peur et ce n’est certes pas dans l’espoir que les Allemands reprendraient le dessus que je suis parti 70 . »

  • 71 « Breiz Atao, bon à flinguer ». Cf . Francis Favereau, (...)
  • 72 P.-J. Hélias, Le quêteur…, op. cit. , p. 145. (...)

45 La dernière émission de Rennes-Bretagne préparée par Roparz Hemon, et diffusée peut-être, ne peut donc être que celle du 1er août 1944 au plus tard. Triste fin : le directeur des émissions bretonnes est recueilli comme un vagabond dans un camion qui passait par là. Le hasard fait bien les choses. Piètre bilan aussi : cet homme et ceux qui ont collaboré avec lui ne pourront pas éviter que l’amalgame soit fait entre « militants bretons » et « pro-nazis ». Dès avant la fin de la guerre, et a fortiori juste après, être « Breiz Atao », c’était être ou avoir été, au moins, collaborateur. C’est si vrai que l’on peut encore entendre aujourd’hui, comme correspondant du français « collabo breton », l’expression bretonne « Breiz Atao mad da la(z)o 71   ». C’est peu de dire que le mouvement breton sortit complètement déconsidéré de la période 1940-1944. Comment dans ces conditions promouvoir publiquement la langue bretonne ? Il fallait mener cette opération sur de nouvelles bases, absolument, en tournant le dos ostensiblement à tout ce qui s’était fait pendant cette période troublée entre toutes. L’heure n’était pas aux nuances et Pierre-Jakez Hélias lui-même – il avait 30 ans en 1944 – note qu’ » à la Libération […], il n’était guère possible de défendre la langue des ancêtres ni même la civilisation des contemporains sans passer pour une taupe du nazisme 72   ».

46Le 21 décembre 1945, Maurice Le Nan expédie un long rapport à ses supérieurs hiérarchiques, dans lequel il explique le caractère particulier de la question bretonne.

  • 73 C’est l’auteur qui souligne. AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes (...)

« L’Information régionale de Bretagne a toujours été soucieuse, et l’est aujourd’hui plus que jamais, de mener une action dénuée de passion et d’esprit partisan. Elle s’est fait une loi de sauvegarder les droits de chacun à l’expression de sa pensée, et a toujours été prête à accueillir les propositions intéressantes dans le domaine de l’art, de la littérature, de la linguistique et du folklore, pourvu que les hommes qui les formulent aient un passé digne de la Bretagne et de la France.
Or il faut bien reconnaître que de telles propositions sont excessivement rares. On pourrait croire que les seules personnes susceptibles de les formuler sont précisément celles qui ont démérité et pris la fuite. Il n’en est rien : la vérité est que le public, trop habitué ces dernières années à découvrir de basses préoccupations politiques sous des manifestations prétendument culturelles, a tendance aujourd’hui à accueillir avec réserve, quand ce n’est pas avec hostilité, les expressions les plus loyales et les plus anodines du particularisme breton. C’est parce qu’ils le comprennent trop bien que les intellectuels bretons, après avoir courageusement brisé leur plume en 1940, hésitent à la reprendre aujourd’hui pour poursuivre l’œuvre interrompue.
Les mêmes réactions de l’opinion publique sont constatées dans le domaine de la radio. La radio régionale n’a jamais, bien entendu, jeté l’interdit sur le particularisme breton et s’efforce, au contraire, depuis la libération, de réaliser dans la limite des tranches d’émission qui lui reviennent, des programmes de caractère breton. Ceux-ci d’après les sondages auxquels il est procédé dans le public, sont généralement accueillis avec circonspection, et il a paru préférable aux responsables régionaux de la radio de ne donner que progressivement à leurs émissions le caractère proprement breton qu’ils leur souhaitent 73 . »

  • 74 Cf . le rapport de juin du préfet du Finistère qui, au chapitre « Epur (...)
  • 75 Ar Falz , n° 1, 3e trimestre 1945, p. 1. « Quatre années durant » : à (...)
  • 76 Cf . Ar Falz , n° 1, septembre 1945, p. 4 (...)

47 Comme on le voit, le public ne semble pas prêt à passer l’éponge : c’est une nouvelle preuve qu’il existe un fossé énorme séparant les militants nationalistes qui se définissent comme victimes de persécutions, et la population bretonnante qui estime qu’ils ne le sont pas assez 74 . D’autant plus que ces « Breiz atao » ne font montre d’aucun regret. En effet, on aurait pu s’attendre de la part de certains des membres du mouvement breton à une remise en cause des actions passées, et plus encore à une « révision déchirante » de la doctrine nationaliste anti-française et devenue pro-allemande qui les avait inspirés. Pourtant, l’équipe qui, juste après la guerre, se donnerait pour but de promouvoir l’usage public du breton (émissions de radio, publications) devrait apparaître comme totalement étrangère à celle qui avait mené ces activités pendant la guerre : elle devrait même faire état de son hostilité à tout le personnel antérieur et à ses méthodes. Ce qui fut fait, mais par une partie seulement des militants du breton. Dès 1945, Ar Falz , revue fondée en 1933 par Yann Sohier, reparaît sous la direction de l’instituteur public Armand Kéravel. Il était urgent de lever l’hypothèque qu’avait fait peser sur le mouvement en faveur de la langue bretonne, le comportement d’un Roparz Hemon et de ses collaborateurs. Armand Kéravel fait état, non sans vivacité, de « toute cette agitation menée quatre années durant, sous couvert “d’action bretonne”, par quelques dizaines de malheureux (ou de misérables, comme on voudra), sous la tutélaire protection de leurs amis hitlériens 75  ». Répudiant résolument les opérations militantes engagées pendant la guerre par la constellation Roparz Hemon, les partisans du breton de l’équipe d’ Ar Falz , dont plusieurs engagés dans la Résistance, ne laissèrent pas longtemps le terrain inoccupé. Dès 1945, la fédération finistérienne du PCF suscite en son sein un cercle celtique nommé « Amzer Nevez » : il se produit à Quimper le 5 août de cette même année, devant 10000 personnes, et à Brest, le 9 septembre, devant 8000 spectateurs. La revue Ar Falz , dans son numéro 1, ne manque pas de souligner que les membres d’ » Amzer Nevez » connaissent un grand succès avec leurs danses et leurs chansons : ils chantent exclusivement des chants en breton et, de plus, ils achèvent leurs spectacles en chantant l’Internationale en breton 76 .

  • 77 Bretagne réelle, n° 144, octobre 1961, cité par M. Nicolas, op. cit., p. 163. Le n° 1 d’An Avel es (...)

48 On ne doit pas s’étonner du caractère abrupt de la rupture qui s’effectua : l’heure n’était pas aux nuances. À la même époque cependant, on voit paraître de nouvelles publications, à tirages limités, tant en breton qu’en français, dont certaines s’inspiraient fortement de l’esprit de Roparz Hemon et de ses associés. En réalité, à la Libération, au sein du mouvement breton, on minimise la collaboration, on crée le mythe de l’épuration sauvage et on relance le combat sur les mêmes bases que celles qui avaient force de loi avant et pendant la guerre. Le journal de la branche la plus extrémiste du mouvement breton, La Bretagne réelle , écrit en 1961 : « Dès 1945-46, la presse bretonne réapparaissait avec An Avel puis Al Liamm , sans se heurter à des difficultés légales, il faut bien l’avouer 77 … »

49Au même moment, on demandait des comptes aux militants du mouvement breton engagés dans des responsabilités durant la période d’occupation. Le procès « pour intelligence avec ennemi » de Louis Nemo devait d’ailleurs provoquer des remous qui ne seront pas sans conséquence pour mon propos.

.

  • 78 Cf. AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rappo (...)
  • 79 Entre les deux guerres, Francis Gourvil (1889-1984) fut un militant actif du mouvement nationalist (...)
  • 80 AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports (...)
  • 81 Cf. AN F 41 431. Délégation [de l’Information] du Finistère à Quimper. Correspondance avec la Dire (...)
  • 82 AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports (...)

50 Le 21 décembre 1944, Henri Fréville, directeur interrégional de l’Information, établit un rapport où il fait état de la propagande menée au pays de Galles en faveur des « nationalistes bretons » : l’auteur du rapport « fait la proposition d’inviter un certain nombre de journalistes gallois et anglais à visiter la région pour se rendre compte par eux-mêmes de la situation actuelle ». Le 15 janvier 1945, le même Henri Fréville écrivant à son ministre se permet d’insister 78 . Cette campagne de presse naissante n’inquiète pas que lui. Un personnage, engagé depuis longtemps dans les questions de langue et culture bretonnes, intervient personnellement et s’applique à répondre aux attaques d’outre-Manche. Il s’agit de Francis Gourvil 79 que l’administration décrit comme suit : « barde et écrivain breton qui entretient depuis longtemps des relations avec les milieux gallois et parle couramment leur langue. M. Francis Gourvil, résistant de la première heure, a brisé sa plume pendant l’occupation et a été interné à Fresnes pendant quatre mois 80 . » Ces lignes sont signées Maurice Le Nan, directeur interrégional de l’Information depuis octobre 1945 : il le présente à son supérieur hiérarchique. Les contacts entre Le Nan et Gourvil, journaliste à Ouest-France , sont anciens : alors qu’il était, depuis la libération du Finistère, délégué départemental à l’Information, Maurice Le Nan avait utilisé les services de Francis Gourvil, ainsi, du reste, que ceux d’autres bretonnants en mesure de dépouiller les revues et ouvrages parus pendant la guerre 81 . C’est ainsi que Francis Gourvil avait lu les Feiz ha Breiz de cette période, et parcouru quelques volumes des éditions Skridou-Breiz . Le 28 novembre 1945, Gourvil écrit à Le Nan : il lui fait parvenir une traduction qu’il a faite d’un article de The Spectator et à cette traduction, il ajoute sa propre réponse dans laquelle il dénonce l’article anglais comme étant une « offensive orchestrée pour présenter le PNB à l’opinion étrangère comme la victime d’une France sourdes [ sic ] aux “revendications bretonnes” 82   ». Il émet des propositions :

« Pour couper court à cette campagne, ne pensez-vous pas qu’il serait bon d’accorder au plus tôt les autorisations sollicitées en vue de la publication d’un bulletin mensuel en breton par le directeur des œuvres diocésaines à Quimper ? Ne pensez-vous pas également qu’il conviendrait de faire entendre de temps à autre un peu de breton dans les émissions de Radio-Rennes  ?
Je m’étais déjà entretenu sur ce dernier point avec M. Janton, il y a près d’un an, et il avait été décidé à l’époque que l’on reparlerait dès que les conditions d’audibilité du poste en Basse-Bretagne seraient rendues suffisantes.
Mais même si la mise au point n’est pas encore parfaite, je crois qu’il y aurait lieu de reprendre l’idée sans tarder davantage, car nos nationalistes ont beau jeu auprès des étrangers pour parler d’une proscription délibérée et systématique de la langue bretonne, dans les émissions destinées à notre pays, contrastant avec la place accordée, vous le savez, à la langue galloise par la radiodiffusion officielle d’outre-Manche.
C’est avec plaisir que je vous lirai en réponse aux différents paragraphes de la présente. »

  • 83 Ce sont Celta , présentée par M. Le Diuzet ; (...)
  • 84 AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports (...)
  • 85 Cf . le rapport d’activité du directeur Interrégional de l’Information (...)

51 Francis Gourvil est tout à fait conscient, maintenant que la guerre est finie, de la nécessité de remettre en route des émissions en langue bretonne. Probablement même est-il influencé, consciemment ou non, par l’action de Roparz Hemon : il rêve d’émissions en breton, non pas tant pour le peuple que pour faire taire les nationalistes, qu’ils soient gallois ou bretons. Mais c’est encore un peu tôt. Pour l’heure, ce qui se concrétise, c’est la visite d’une délégation galloise. Dans un long rapport adressé au ministre de l’Information en date du 21 décembre 1945, Maurice Le Nan fait état de la « Campagne de Presse anglaise concernant les “nationalistes bretons” ». Il joint en annexe la copie des articles gallois et anglais extraits des journaux suivants : Baner ac Amserau Cymru (du 17 et du 24 novembre 1945) ; Liverpool Daily Post (27 novembre) et Spectator (12 octobre 1945). Il fournit, en outre, la réponse de Francis Gourvil, en date du 25 novembre 1945, à l’article anglais paru dans le Spectator . Maurice le Nan réagit de son côté aux articles d’outre-Manche, allant jusqu’à suggérer à ses autorités de tutelle que soit acceptée la demande de parution d’un certain nombre de publications bretonnes 83 . En outre, il se propose, si le gouvernement en est d’accord, d’organiser rapidement la réception d’une délégation galloise 84 . En fait, les Gallois n’arriveront que plus d’un an après ; leur délégation se trouve en Bretagne du 22 au 25 avril 1947 et le voyage a été organisé par la direction des relations culturelles du ministère des Affaires étrangères à la suite de l’invitation adressée aux autorités britanniques par Massigli, ambassadeur de France à Londres 85 .

  • 86 Les articles principaux ont été répertoriés par les services de l’Information, en av (...)
  • 87 Cette livraison de 84 pages, qui contient un historique de la pensée nationaliste bretonne, n’est (...)
  • 88 Cf . R. Williams, « Dyfnallt “keneil hegarat ar Vretoned” », (...)

52 Comme on l’a vu, la campagne de presse outre-Manche démarre très tôt après la Libération ; active durant toute l’année 1945, elle se prolonge encore jusqu’en 1946 86 . À ces articles, il convient d’ajouter une brochure intitulée Breton nationalism 87 , publiée par le Parti Nationaliste Gallois (Welsh Nationalist Party) . Les membres du Parti avaient demandé à Yann Fouéré, alors en fuite, de faire un historique du mouvement breton : il se chargea de rédiger le texte en français et c’est Hervé Le Helloco qui le traduisit en anglais 88 . L’effervescence est importante et le début de l’année 1946 est particulièrement riche en articles divers : en effet, en mars de cette même année a lieu le procès Roparz Hemon. Les acteurs bretons de la collaboration avec l’occupant durent répondre de leurs actes devant la justice : le procès de Louis Nemo fut sans conteste le plus médiatisé. Il s’ouvre le 15 mars 1946 devant la cour de justice de Rennes. Le réquisitoire définitif, dont voici le texte, résume les griefs portés contre la personne de l’accusé. Je propose, en regard, la version apportée par Louis Nemo, durant la procédure d’information, à ces griefs.

« Nous, Commissaire du Gouvernement près la Cour de Justice
Vu l’information suivie contre :
Nemo Louis, dit “Ropartz Hémon” [ sic ], 44 ans, professeur, dt à Rennes, 110 Bd de Metz, célibataire, né le 18 octobre 1900 d’Eugène et de Foucher [ sic ] Julie.
Inculpé d’atteinte à la sûreté de l’État.
Attendu que la procédure est complète et qu’il résulte les faits suivants :
En 1939, au moment de la déclaration de guerre, NEMO était professeur au Lycée de Brest. Il fut mobilisé, tout d’abord dans un régiment d’artillerie, puis comme interprète auprès de l’armée anglaise.
En rejoignant après une persmission [ sic ], son unité, il fut blessé et fait prisonnier par les allemands [ sic ]. Ceux-ci dès qu’il fut rétabli le dirigèrent sur un camp de prisonniers dans le Nord de l’Allemagne.
S’il faut en croire les déclarations qu’il a faites au cours de l’instruction, il allait être évacué en qualité de malade lorsque les allemands demandèrent quels étaient les bretons [ sic ] du camp. Il fut porté sur la liste, fut transféré dans un camp près de Berlin et rapatrié en France, ainsi qu’un assez grand nombre de prisonniers.
Nemo fut démobilisé au mois de septembre 1940, date à laquelle, il obtint de l’autorité académique, un congé de longue durée pour raisons de santé.
Il séjournait alors à Brest, quant [ sic ] il y reçut la visite d’un allemand, le nommé Weisgerber, attaché au service de propagande allemande et qui dirigeait en fait le poste de radiodiffusion de Rennes-Bretagne.
Weisgerber indiqua à Nemo que la présence au Poste d’un spécialiste de la langue bretonne s’était révélée nécessaire, il lui demandait d’accepter ce rôle et il lui dit en outre qu’il ferait toutes les démarches auprès de son administration pour qu’il soit détaché au Poste de Rennes, à compter du 14 juillet 1941, date de l’expiration de son congé de maladie.
Nemo accepta et pour expliquer sa conduite, indique que la proposition de Weisgerber était en réalité un ordre déguisé. Il prit donc son service au poste de Rennes, en qualité de secrétaire aux émissions et conserva cette fonction jusqu’à la date de la libération.
En qualité de secrétaire au service des émissions, Nemo avait pour rôle de recueillir la matière des différentes émissions et spécialement de celles qui avaient lieu en langue bretonne.
Nemo prétend qu’il s’est cantonné dans ce rôle et qu’il n’a jamais participé à des émissions de caractère politique ou de propagande en faveur des allemands, et ses déclarations n’ont pu être infirmées.
Il a prétendu également au cours de l’instruction qu’il ignorait que l’argent nécessaire au fonctionnement du poste de Radio-Rennes et sur leqyel [ sic ] d’ailleurs il percevait ses émoluments était fourni par les services de la propagande allemande, section France, Groupe radio.
Il apparaît que Nemo a vu surtout dans sa participation aux émissions celtiques de Rennes-Bretagne, une occasion de développer le mouvement folklorique breton dont il est un des animateurs : si le nommé Trecan remplissant à Rennes-Bretagne, les fonctions de régisseur avait de nombreux rapports administratifs, avec les Allemands du service de la propagande, Nemo , semble être demeuré spécialement sur le plan culturel.
Toutefois, il y a lieu de souligner que :

  1. le Poste de Rennes-Bretagne était entièrement aux mains des services de la propagande allemande et n’avait plus aucune relation avec la radiodiffusion française. Nemo ne pouvait ignorer cet état de choses et il savait notamment que les émissions étaient censurées par les autorités allemandes.
    Ainsi donc, à supposer même qu’il ait limité son activité au domaine culturel, il ne pouvait pas ignorer [que] les émissions bretonnes qu’il préparait intéressaient les services allemands qui les finançaient dans un but tout autre que celui de développer la culture bretonne.
    Nemo , a donc, consciemment participé à une propagande organisée par l’ennemi, en vue de développer les tendances séparatistes bretonnes.
  2. Nemo est un des promotteurs [ sic ] de l’institut celtique de Bretagne, dont il assuma la présidence.
    Si l’examen de la volumineuses [ sic ] correspondance saisie au domicile de Nemo , n’a pas permis d’établir que cet institut ait été un organisme de collaboration, si son recrutement très vaste, semble avoir touché même des personnalités bien connues pour leurs sentiments anti-allemands, il n’en reste pas moins que les frais imposés par le fonctionnement de l’institut celtique, étaient couverts en partie par le poste de Rennes-Bretagne, c’est-à-dire en définitive par les services de propagande allemande, finançant ce poste.
  3. Nemo manifestait des sentiments pro-allemands. En juin 1942, il déclarait à une réunion publique de l’institut celtique, au Théâtre municpal [ sic ] de Rennes : “Je me déclare me tenant sur le terrain strictement culturel qui est le notre [ sic ], partisan d’une collaboration loyale avec les peuples qui façonnent sous mes yeux l’Europe Nouvelle.” Il est évident que Nemo par ses paroles, disait l’Allemagne, comme façonnant l’Europe Nouvelle.
    De plus, le 25 mars 1942, à l’occasion d’un différent [ sic ] avec le recteur d’Académie au sujet de son traitement, il n’hésitait pas à lui écrire une lettre grossière, dans laquelle, il menaçait ce haut fonctionnaire :
    “Je vous informe écrivait-il, que le rapport que je vais être amené à adresser aux autorités allemandes fera état des points suivants.”
    “Troisèimement [ sic ] que, signe manifeste de l’esprit d’anti-collaboration, qui dicte votre attitude, vous avez cru bon d’adresser votre réponse à Monsieur Nemo , professeur en vacances (ces deux mots soulignés sur votre enveloppe, plaisanterie inattendue de la part d’une administration officielle comme la votre [ sic ], mais qui n’en constitue pas moins un libellé injurieux pour l’armée allemande qui m’emploie 89 .”
  4. Nemo reconnaît avoir adhéré au groupe collaboration postérieurement au 1er janvier 1941, mais prétend ne pas avoir exercé au service de ce parti une activité quelconque 90 .
  5. enfin, au début du mois d’aout [ sic ] 1944, quelques jours avant l’arrivée des américains, Nemo , rencontra un camion contenant plusieurs amis notamment le nommé Guyesse [ sic ], autonomiste notoire aujourd’hui en fuite : on l’invite à monter dans le camion pour fuir avec les autres devant l’armée américaine.
  • 91 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo : « Réquisitoire définitif ».

Nemo accepta et fit en camion le voyage jusqu’à Paris puis se dirigea sur Nancy, Strasbourg, d’où il écrivit au Professeur Weisgerber qui se trouvait chez lui à Marburg. Celui-ci le fit venir dans cette ville et Nemo y vécut en donnant des leçons d’anglais.
Au moment de l’avance alliée, il essaya de regagner à pied la France, mais il fut arrêté près de Linibourg, par les autorités américaines, puis remis aux services français.
Nemo est célibataire.
Il n’a jamais été condamné, les renseignements recueillis sur lui sont bons.
Attendu que de ces faits, résulte [ sic ] charges et indices suffisants contre l’inculpé Nemo d’avoir à Rennes, en temps de guerre entretenu sans autorisation du gouvernement, une correspondance oy [ sic ] des relations avec une puissance ennemie, l’Allemagne [ sic ], ou ses sujets ou agents.
En acceptant au mois de juillet 1941, les fonctions de secrétaire aux émissions au Poste de Radiodiffusion de Rennes-Bretagne, ce poste fonctionnant exclusivement pour le compte des services de propagande allemande et en exerçant ces fonctions jusqu’à la date de la libération 91 . »

  • 92 Cf . le compte rendu de l’audience dans le numéro de Oue (...)

53 Ce réquisitoire n’est pas daté mais je pense qu’il a été lu lors de la première audience, le 15 mars 1946 92 . Le lendemain, le commissaire du gouvernement près la Cour de justice, M. Orvain, adresse un courrier au procureur général près la cour d’appel de Rennes, dans lequel il effectue un résumé des charges retenues à l’encontre de Louis Nemo. Il poursuit de la sorte :

  • 93 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo : « Correspondance c/Némo ».

« Tels étaient les éléments qui me paraissaient de nature à établir le bien fondé de l’accusation qui pesait à l’encontre de Némo. Il ne ressortait pas de l’information que son activité, soit à Radio-Rennes, soit en qualité du journal “Arvor”, put être incriminée et il ne paraissait pas douteux que la défense allait s’appuyer sur ce fait pour réclamer la relaxe de son client.
Or, au cours de la suspension d’audience, il m’a été communiqué divers documents extraits des archives administratives établissant qu’un article au moins de Roparz Hemon avait, courant septembre 1942 ému certains lecteurs de la revue Armor [ sic ], ainsi que M. de Guébriant, à l’époque président de l’Union Régionale corporative agricole du Finistère et des Côtes du- Nord et M. Quenette, à l’époque Préfet d’Ille-et-Vilaine 93 . »

  • 94 Cf. infra le texte breton incriminé : la traduction fournie à cet end (...)

54 Le commissaire fournit des extraits de cet article, intitulé « Nous mêmes », notamment le paragraphe qui dit que « les Français ont aujourd’hui peur des Bretons » et qu’ils ont été écrasés dans une guerre qu’ils ont eux-mêmes cherchée par leur sottise 94 . Le commissaire poursuit son récit.

  • 95 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo : « Correspondance c/Némo ».

« Cet article paraît témoigner des sentiments véritables de Némo.
Ce dernier s’est vivement élevé contre la fidélité de la traduction de cet article. J’ai estimé dans ces conditions, étant donné l’intérêt porté à cette affaire par les milieux bretonnants et celtisants, qu’il convenait de requérir son renvoi pour complément d’information. Celui-ci permettra d’apprécier le bien-fondé du moyen de défense développé par l’accusé, encore qu’a priori il paraisse sans fondement.
L’affaire Némo avait provoqué dans les milieux auxquels je viens de faire allusion une émotion certaine.
Némo est à leurs yeux l’apôtre de l’enseignement du breton, l’unificateur de cette langue ; c’est effectivement un esprit distingué et de haute culture.
J’avais été informé que des troubles pourraient se produire lors de l’audience et pris en conséquence, de concert avec M. le Président, des mesures propres à les réprimer éventuellement.
En fait quelques tentatives de perturbation ont été immédiatement réprimées par M. le Président : il n’est cependant pas douteux qu’un verdict de condamnation eut provoqué de violentes manifestations 95 . »

  • 96 Cf . le rapport du directeur Interrégional de l’information à son supé (...)
  • 97 AN F 41 430. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’au (...)

55 On notera les précautions prises par le pouvoir républicain pour contrer toute menace de troubles de l’ordre : on n’est jamais trop prudent. Les échos de ce procès atteignent même les oreilles parisiennes par l’entremise de Maurice Le Nan 96 . Ce dernier explique au « Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil chargé de l’Information » qu’il a rencontré, à l’occasion de ce procès, un journaliste gallois, M. D.W. Powell, envoyé du Baner ac Amserau Cymru . Il fournit un compte rendu des deux entretiens qu’il a eus avec ce journaliste : son objectif n’était pas de le « convertir ni même de [le] convaincre totalement, mais seulement d’expliquer, et de réduire à néant les accusations d’oppression et de terrorisme portées contre la France libérée par la Presse nationaliste de son pays 97  ». Obtint-il plein succès ? À la fin du compte rendu de l’entretien, on apprend que :

  • 98 AN F 41 430. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rap (...)

« M. Powell est sans doute ébranlé. Mais il ne veut voir que le beau côté des choses et il en revient à la question culturelle. Selon lui, il n’y a rien de consistant dans le procès de Roparz Hemon. “Nous autres, Gallois conserverons sans doute notre estime pour la France de Voltaire et de Montesquieu si la justice française acquitte Roparz Hemon” 98 . »

  • 99 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo. Procédure.

56 Ce compte rendu fut-il lu par les juges ? Le chantage, ou la flatterie, utilisé par M. Powell eut-il quelque effet ? La somme des pièces d’archives de l’affaire Nemo ne plaide pas en faveur d’un procès expédié rapidement. En effet, après l’audience du 15 mars, la procédure d’information reprend et se cristallise principalement autour de la traduction de l’article incriminé, dont Roparz Hemon conteste l’exactitude. Une autre traduction est établie par un expert, l’abbé Falc’hun (1909-1991), chargé de cours de langues et de littératures celtiques à la Faculté des Lettres de Rennes, en vue de la seconde audience du 31 mai 1946. Sa traduction est accompagnée d’une carte représentant les limites linguistiques du breton et d’une notice où, écrit-il dans le courrier en date du 15 avril 1946, il s’est « efforcé de préciser dans quelle mesure peut varier le sens du mot Gallaoued. Faute d’équivalent ayant les deux sens possibles du breton, [il l’a] traduit par “Français”, sens qui, semble-t-il, se présentera d’abord à l’esprit de la plupart des lecteurs 99  ». Voici in extenso la notice, intitulée « Sur la valeur du mot breton Gallaoued » :

  • 100 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo. Procédure.

« Quelques considérations historiques et linguistiques sont nécessaires pour comprendre les contestations auxquelles a donné lieu la traduction du mot Gallaoued au paragraphe 2.
Gall, au pluriel Gallaoued, c’est, en breton, la forme moderne du nom des Gaulois. Depuis que les Bretons, venus de Grande-Bretagne, se sont installés en Armorique, entre 450 et 650, ils ont continué d’appeler Gallaoued les Gaulois romanisés, et galleg, ou “gaulois”, la langue romane qu’ils parlent.
Jusqu’au milieu du IXe siècle, la domination politique des Bretons ne débordait pas le territoire où la langue bretonne était alors parlée (voir roquis). L’annexion des comtés de Nantes et de Rennes par Nominoé eut pour effet de souder à la Bretagne des régions de langue française, où le breton ne réussit pas à s’implanter (zone I du croquis). Bien plus, sous l’influence des centres urbains de cette région, spécialement de Rennes, nœud du réseau routier de toute la Haute-Bretagne, la frontière linguistique recule rapidement vers l’ouest pour se stabiliser, vers le XII e siècle, non loin de sa position actuelle.
À partir de la conquête des pays de Rennes et de Nantes, le terme “Breton” a donc eu deux significations différentes, l’une valable dans le domaine politique, l’autre dans le domaine linguistique, et l’écart entre les deux valeurs est toujours allé s’accentuant du fait du recul de la langue bretonne. Pour un Breton de langue française, l’usage de la langue bretonne ne pouvait plus être la marque distinctive du Breton, tandis qu’un Breton de langue bretonne continuait à qualifier de Gaulois, c’est-à-dire de non-Bretons, ses compatriotes de la Bretagne non-bretonnante : d’où le nom de “pays gallo” donné à la Haute-Bretagne.
De cette mentalité populaire, qui distinguait entre une Bretagne bretonne et une Bretagne non-bretonne ou française, on trouve des traces dans les dictionnaires bretons qui reproduisent le plus fidèlement la langue du peuple. Citons :
Dict. br.-fr. du dialecte de Vannes par Pierre de Châlons (1723) réédité en 1895 par Joseph Loth, doyen de la Faculté des Lettres de Rennes. Gal, pl. Galléuét = Gaulois, Galo.
Dict. fr.-bret. de Grégoire de Rostrenen (1732). Françoise, celle qui est de France, même du païs où l’on parle françois, à la différence du païs breton = Gallès, pl. Gallèsed.
Dict. fr.-bret. du dialecte de Vannes, dit de l’Armerye (Leide, 1744). François, qui est de France, ou d’un quartier de Bretagne où l’on parle de français, à la différence du païs Breton = Gall, pl. Galléhuétt.
Dict. bret.-fr. du dialecte de Vannes, par Em. Ernault, professeur à la Faculté des Lettres de Poitiers (1904 et 1938). Gal, pl. Galleued = Français, Français de Bretagne, Gallo.
En certains cantons de Basse-Bretagne, les paysans qualifient encore de Gallaoued les marchands qui ne sont pas à même de leur parler en breton dans les foires.
Cependant, beaucoup d’auteurs de dictionnaires traduisent Gall par “Français”, sans préciser que cela englobe aussi les Hauts-Bretons. Parmi eux, citons Le Pelletier (1752), Le Gonidec, Troude, Du Rusquec. Dans son Dict. br.-fr. de 1943, Roparz Hemon traduit simplement par “Français” le mot Gall, pl. Gallaoued (mais au singulier Gall il reconnaît aussi le sens de “pays gallo”, qu’on trouve en d’autres dictionnaires). Ces lexicographes représentent une tendance plus récente.
Pour un bretonnant d’aujourd’hui, c’est le mot Fransizien qui sert à nommer les Français, lorsqu’on y englobe tous les Bretons aussi bien que les non-Bretons.
En résumé, la notion de Breton n’est pas la même pour le peuple et pour les intellectuels. Pour le peuple, à Landerneau et à Vannes comme à Rennes et à Nantes, l’opposition entre Bretons et non-Bretons est essentiellement, ou était, d’ordre linguistique. Pour les intellectuels, elle s’est toujours placée d’abord sur le plan politique ou administratif, opposant le duché ou les cinq départements au reste de la France, et c’est leur point de vue qui prévaut aujourd’hui.
Naturellement, un écrivain reste toujours libre d’employer un mot dans un sens archaïque ou populaire, même s’il n’a pas mentionné ce sens dans un dictionnaire qu’il a publié. Roparz Hemon a-t-il voulu désigner par Gallaoued, non pas les citoyens français, ni les Français non-Bretons, mais ceux dont la langue habituelle est le français, c’est-à-dire aussi les Hauts-Bretons, mais non pas les Bas-Bretons ? De sorte qu’il faudrait appliquer aux Hauts-Bretons également les jugements qu’il porte sur les Français et les francisants ? Une lecture attentive n’en donne pas l’impression. Il reviendrait à l’auteur d’expliquer le sens de son article, s’il accorde à ce mot essentiel une valeur qui modifie toutes les perspectives 100 . »

  • 101 François Falc’hun, La langue bretonne et la linguistique moderne. Prob (...)
  • 102 Cf . R. H., « Skridou nevez », Gwalarn , n (...)
  • 103 Cf . F. Falc’hun, « An dorz d’ar gêr », Sav (...)
  • 104 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo. Procédure.

57 Le propos est précis et déterminé. Sa situation ne devait pas être commode : en effet, l’abbé et le professeur se connaissaient. Pendant la guerre, François Falc’hun avait publié, sous forme de brochure, le texte d’une conférence qu’il avait donnée en novembre 1942, sous le titre : La langue bretonne et la linguistique moderne 101 . Roparz Hemon fait une recension très critique de cette brochure dans la revue Gwalarn 102 . Dans la revue Sav , François Falc’hun présente cet article comme une réponse à la dédicace qu’il avait présentée à Roparz Hemon 103 . Dans la suite de l’article, il se propose de répondre aux arguments développés par Roparz Hemon : ils laissent entendre que le caractère scientifique des hypothèses du jeune Falc’hun serait défaillant. Ironie du sort : c’est ce dernier qui est commis par le juge d’instruction à la cour de Justice de Rennes, pour procéder à la traduction de l’article incriminé. Il doit donc faire montre, en tant que membre de l’Institution universitaire, de sa science bretonne. De même, c’est au nom de cette même science et de cette même Institution que l’ » abbé Falc’hun, chargé de cours de langue et littérature celtiques à la Faculté des lettres de Rennes » est entendu comme témoin « à la requête du commissaire du Gouvernement près la Cour de Justice de Rennes, le 31 mai 1946 104  ». Il est probable que la teneur du témoignage de ce dernier fut identique à celle de la notice que j’ai reproduite. Roparz Hemon en a-t-il eu connaissance ? Je ne le sais pas, mais il semble qu’à la fin de son texte, François Falc’hun offre à son collègue l’occasion de sortir de l’impasse dans laquelle il s’est fourvoyé : voici les explications données par l’intéressé, lors de l’interrogatoire du 18 avril 1946.

  • 105 ADIV 213 W 66. Procès Louis Némo. Procédure.

« Sur demande - Si mes souvenirs sont exacts, j’ai écrit dans le journal “Arvor” l’article intitulé : Ni hon unan, à la suite de certaines dispositions, en apparence favorables à la langue bretonne, prises par le gouvernement de Vichy. J’estimais que les mesures édictées étaient en fait inapplicables. C’est pourquoi j’ai écrit l’article qu’on me reproche.
S.I.- La traduction de l’article, faite par l’expert, apparaît dans l’ensemble exacte sous la réserve toutefois du sens des mots : Gallaoued et Brezhoned. Le premier mot s’applique aux francisants et non aux Français. Il existe en effet un mot spécial pour ce dernier sens, c’est celui de fransizien. Il est vrai que certains écrivains emploient dans un texte littéraire le mot Gallaoued dans le sens de Français mais ce n’est pas le sens populaire. Je fais remarquer, à cet égard, que mon article n’était pas destiné à des lettrés mais à l’ensemble des bretonnants.
S.I.- Je me rends compte que la phrase, que l’expert traduit : “Les Français ont aujourd’hui peur des Bretons. Ils ont été écrasés dans une guerre qu’ils se sont eux-mêmes attirés par une sottise”, prête à équivoque. Je précise que j’ai écrit un article de linguistique. Quand je parle de la guerre, je fais allusion à la guerre linguistique engagée contre les bretonnants, les basques, les provençaux, depuis la révolution [ sic ] française.
S.I.- La réaction de M. de Guébriant et du colonel Jouey peut s’expliquer en dehors des contresens qu’ils ont pu faire à mon article, par leur désir de protester contre l’attaque qu’il contenait contre le gouvernement de Vichy 105 . »

58La défense de Nemo est habile : il passe, au fil de son discours, du statut de pro-allemand invétéré à celui d’anti-vichyste déclaré. La preuve en est que les Vichystes, eux, réagiront à son article. La pierre d’achoppement reste néanmoins la teneur de l’article : Roparz Hemon parlait-il des Français ou des francisants ? Il laisse entendre, comme semble l’inviter Falc’hun à le faire, que son article s’adressait au peuple et non à l’élite : il a donc utilisé le mot dans son sens « populaire » et non dans le sens qui apparaît dans les écrits d’intellectuels, dont Roparz Hemon, dans ce cas précis, ne fait plus partie.

  • 106 Cf . le compte rendu de Ouest-France du1 (...)

59 La deuxième audience du procès Nemo a lieu le 31 mai 1946 106 et, le 3 juin 1946, le commissaire du Gouvernement près la Cour de Justice adresse un bref courrier au procureur général près la cour d’appel de Rennes :

  • 107 ADIV 213 W 66. Procès Louis Némo : « Correspondance c/Némo ».

« J’ai l’honneur, comme suite à mes précédents rapports relatifs à cette affaire, de vous rendre compte de ce que le nommé Némo Louis, dit “Ropartz Hemon” [ sic ], a comparu le 31 mai 1946 devant la cour de Justice d’Ille-et-Vilaine.
Accusé d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État, il a été acquitté de ce chef et seulement déclaré en état d’indignité nationale pour une durée de 10 ans.
Cette décision me semble justifiée, les débats n’ayant pas révélé que l’activité de Louis Némo, qui me paraissait cependant devoir être évoquée en une audience publique, s’était exercée dans un sens anti-français 107 . »

  • 108 Cf . la lettre publiée dans l’article de R. Williams précité, p. 731. (...)

60 Il faut croire que, le jour du procès, la défense de Louis Nemo a payé. Peut-être aussi la campagne de presse galloise a-t-elle porté ses fruits. C’est ce que croit Roparz Hemon qui, après le procès, à Paris, écrit au Pasteur Owen, un de ses instigateurs, pour le remercier de ce qu’il a fait pour lui et pour ceux qui ont souffert comme lui ou qui souffrent encore 108 . Ce qui est sûr, en revanche, c’est que le bruit fait par les procès intentés à Roparz Hemon et aux autres nationalistes bretons préoccupe les autorités, notamment les services de l’Information. Ce sont ces derniers qui vont avoir l’idée d’émissions en breton. Ce sont eux qui vont les mettre en œuvre. J’ai fait état de l’inquiétude des autorités : j’en veux pour seule preuve ce paragraphe de Maurice le Nan extrait de son rapport d’activité du mois de mars 1946.

  • 109 AN F 41 385. Rapport d’activités. Directions régionales. Années 1945-1946. Reims, Rennes, Rouen, S (...)

« Il serait exagéré de dire que le PNB, dissous à la Libération en raison de sa compromission avec les occupants, est actuellement réorganisé. Cependant il convient de ne pas négliger l’activité clandestine de certains de ses membres et les relations suivies qu’ils entretiennent avec les éléments séparatistes émigrés en Irlande et au Pays de Galles, ainsi qu’avec les nationalistes des pays Celtiques. Cette activité se manifeste notamment par l’envoi de circulaires clandestines et la publication de certaines brochures bilingues dont les articles en langue française ne contiennent à peu près rien de répréhensible mais dont les articles en langue bretonne s’affirment vigoureusement antinationaux. À l’occasion du procès de Louis Nemo , dit Roparz Hemon , directeur de l’Institut Celtique pendant l’occupation et secrétaire du poste de Rennes - Bretagne , un certain regroupement séparatiste a été constaté à Rennes . Un journaliste gallois, M. D. W. Powell , est spécialement venu à Rennes à cette occasion et a été reçu par des nationalistes bretons. Il a eu des entretiens avec le Directeur de l’Information, le Commissaire du Gouvernement près la Cour de Justice, et le Recteur d’Académie. Un compte rendu de notre entretien a été adressé ces jours derniers à M. le Secrétaire d’État 109 . »

  • 110 ADF 31 W 235. Rapports mensuels d’information 1946. Mois de mars 1946.

61 Dans les propos du rédacteur du compte rendu, on aura perçu quelque inquiétude. Quel a été, dans le peuple, l’impact des procès des nationalistes bretons ? La défense de ces derniers par des articles parus outre-Manche, en gallois et en anglais, a pu paraître comme un plaidoyer en faveur de collaborateurs et de ce fait être peu appréciée. Cependant, c’est une autre campagne de presse qui se développe, après mars 1946, dans les conditions que voici. En effet, le préfet du Finistère, dans un rapport d’information daté du mois de mars 1946 110 , rappelle que le relais de la chaîne nationale a été inauguré et que la mise en service de cette station « a été accueillie avec une grande satisfaction par les auditeurs qui pourront ainsi, à l’avenir, écouter les émissions de la Radio Française la journée, ce qui auparavant n’était pas possible ». Aussitôt après, le préfet fait part de ses inquiétudes :

« Mais il est vivement regrettable qu’au même moment il soit question de réduire encore davantage le temps accordé aux émissions régionales. Les émissions réalisées par la direction de Rennes Bretagne étaient fort goûtées dans la région et l’annonce qu’elles seraient fortement réduites a causé une émotion fort légitime. Dans les milieux bretonnants – et ils sont importants – on avait eu l’espoir lors de la mise en service du poste de Quimerc’h, qu’au contraire, les émissions régionales s’adressant à la population de langue bretonne auraient été développées. Il existait dans la population bretonne un état d’esprit entretenu bien entendu par les séparatistes et les autonomistes, mais très couramment répandu, tendant à affirmer que la Bretagne était traitée en « parent pauvre » dans tous les domaines : routes, chemins de fer, appuis de l’État pour le développement économique etc.
La suppression des émissions régionales dans un pays ne peut avoir ici le même caractère que dans les autres provinces, car il existe une « question bretonne ». Les autonomistes ne manqueront pas en effet de se saisir du fait pour répandre l’opinion qu’une fois encore les intérêts bretons sont sacrifiés.
Il est certain que des émissions régionales bien conçues constituaient une des répliques les plus efficaces à la propagande tendancieuse des autonomistes, selon laquelle le Gouvernement cherche à détruire le particularisme breton et ses moyens d’expression. Cette propagande trouve d’ailleurs un écho favorable dans la presse anglaise et il est fâcheux que les mesures projetées en ce qui concerne les programmes régionaux de radio semblent lui donner raison. »

  • 111 ADF 31 W 235. Rapports mensuels d’information 1946. Mois de mars 1946. Courrier en date du 4 avril (...)

62 Le préfet du Finistère vient donc de faire allusion, d’une part à une réduction du temps accordé aux émissions régionales, d’autre part, à l’éventualité d’émissions en langue bretonne à « développer » (en réalité à créer) dans ce cadre. De fait, le temps des émissions régionales allait être rogné : deux quotidiens rennais, Ouest - France , dans son édition du 30 mars, et La Voix de l’Ouest dans celle du 3 avril, se font l’écho de l’émotion de leurs lecteurs. Ouest - France titre : « Les émissions régionales réduites jusqu’à l’insignifiance » et La Voix de l’Ouest  : « La Bretagne va-t-elle voir disparaître irrémédiablement son émetteur régional ». S’adressant à ses supérieurs hiérarchiques, le directeur interrégional de l’Information considère que les deux articles de presse qu’il leur fait parvenir reflètent « l’opinion publique régionale ». Le préfet du Finistère reçoit une copie 111 de la lettre que Le Nan adresse en haut lieu à « M. Le Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil, chargé de l’Information », afin qu’il intervienne de toute son « autorité pour que l’intérêt des émissions régionales bretonnes ne soit pas négligé ». Dans cette lettre, il affirme qu’il est regrettable que la mesure visant à réduire les émissions propres de Radio-Bretagne intervienne au moment où,

  • 112 ADF 31W235. « Rennes, le 3 avril 1946. Le Directeur Interrégional de l’Information à Monsieur le S (...)

« certains éléments anti-nationaux qui trouvent à l’étranger des oreilles complaisantes ( cf. à ce sujet les différents rapports et coupures de presse britannique que je vous adresse régulièrement depuis plusieurs mois) répandent le bruit que le gouvernement français s’efforce de détruire le particularisme breton et ses moyens d’expression. Avec beaucoup de tact et avec le souci de donner à ses émissions un caractère régionaliste de bon aloi, la direction régionale de la radiodiffusion était parvenue à des réalisations intéressantes et la récente mise au service du relais de Quimerch [ sic ] en Basse-Bretagne permettait depuis quelques jours aux auditeurs bretonnants jusqu’ici défavorisés de bénéficier des émissions rennaises. Ces réalisations et les projets qui étaient à l’étude constituaient sans conteste une des meilleures répliques à la propagande tendancieuse des séparatistes 112 . »

63Le rapport n’est pas dénué de finesse, même sans que l’on ait à le lire entre les lignes. On aura remarqué la différence qui est faite entre, d’une part, « certains éléments anti-nationaux », « la propagande tendancieuse des séparatistes » et, d’autre part, le « caractère régionaliste de bon aloi ». L’auteur connaît bien son sujet et se montre également homme de terrain : son désir de remplir sa mission, d’être un serviteur consciencieux de l’État ne l’aveugle pas et il admet que la population au milieu de laquelle il vit, qu’il semble bien connaître et apprécier, a le droit d’être traitée avec égard compte tenu de ce qui fait sa spécificité culturelle.

64Outre-Manche, dans les milieux nationalistes, la presse est déchaînée. En Bretagne, la population est mécontente : c’est le moment de reprendre la suggestion faite par Gourvil voici près d’un an, à savoir créer des émissions en breton. Cinq mois après son rapport du 3 avril, le 14 septembre 1946 exactement, Maurice Le Nan en fait parvenir un autre, fort long celui-là, à « Monsieur le Sous-Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil chargé des services de l’Information ». Au début de son rapport, il rappelle ses efforts pour contrer la propagande des « éléments autonomistes » relayée par les journaux étrangers. Il avance des solutions concrètes :

  • 113 ADIV 1346 W 15. Rectorat d’académie de Rennes : affaires diverses 1944-1950. Dossier « Question br (...)

« Le meilleur moyen pour en finir avec l’activité autonomiste en Bretagne serait, de l’avis d’un grand nombre de personnalités autorisées, d’enlever aux autonomistes les armes dont ils se servent le plus commodément.
Ils prétendent en effet prouver l’hostilité du gouvernement français à l’égard des Bretons en insistant sur le fait que l’enseignement de la langue bretonne n’est pas autorisé aux différents degrés de l’école publique. Il existe seulement à la Faculté des Lettres de Rennes une chaire de celtique dont l’enseignement ne s’adresse évidemment qu’à certains privilégiés, exclusivement intellectuels. Les milieux universitaires de Rennes seraient heureux que le Breton puisse être présenté aux examens du second degré comme langue facultative et de même en Basse-Bretagne, certains instituteurs laïques partisans de l’enseignement du Breton à l’école primaire, et de l’enseignement du Français par l’intermédiaire du Breton, dans les campagnes, ont formé un groupement auxquelles certaines personnalités politiques comme MM. Tanguy Prigent et Marcel Cachin ont donné leur patronage. Je dois souligner qu’en Basse Bretagne, à l’école catholique comme à l’église, l’usage du Breton est un fait constant.
L’enseignement du Breton concerne évidemment Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale, et si je vous en parle, c’est d’une part pour mieux vous renseigner sur ce que nous appelons « la question bretonne » et d’autre part parce que je sais les efforts tentés par les milieux universitaires bretons pour obtenir pour le Breton droit de cité à l’école. Il est superflu de vous préciser que ces milieux sont composés de personnes dont le patriotisme ne saurait une seconde être mis en doute ; certaines d’entre elles ne sont même pas d’origine bretonne. Mais les unes et les autres estiment que l’enseignement officiel du Breton, outre l’intérêt intellectuel qui s’y attache, serait un excellent moyen d’enlever aux autonomistes leur principal thème de propagande contre la France.
L’autre question concerne les services de l’Information : il s’agit de la Radiodiffusion Régionale. Dès le début de l’occupation, les Allemands, désireux d’encourager le mouvement séparatiste placèrent à la tête de l’émetteur de Rennes des personnes susceptibles d’en assurer la propagande. De ce fait, Rennes-Bretagne diffusa des causeries en Breton [ sic ] sur les sujets les plus variés ainsi que des programmes folkloriques. À la Libération ces émissions cessèrent évidemment du fait de la disparition de leurs auteurs. Il est faux de prétendre pour autant comme le font les autonomistes que le Commissaire de la République, M. Le Gorgeu , et ses collaborateurs M. Fréville (Information) et M. Janton (Radio), et par la suite le Ministère de l’Information, aient jeté l’interdit sur les émissions Bretonnes [ sic ]. Chaque fois qu’elle l’a pu, et chaque fois qu’elle le peut encore, la radio de Rennes donne des émissions folkloriques mais il faut bien reconnaître que faute de collaborateurs compétents les émissions de cette nature sont rares.
Le projet avait été formé peu après la Libération d’intensifier les émissions folkloriques lorsque le poste de Rennes deviendrait audible en Basse-Bretagne. Cette condition s’est trouvée réalisée par la mise en service, le 20 Mars, du relais de Quimerc’h (Finistère), et d’après les renseignements que j’ai recueillis dans cette zone, l’audition de Rennes est excellente. Lors de l’inauguration de Quimerc’h, le Docteur Vourch, alors député du Finistère, avait fait une causerie en breton qui avait rencontré le meilleur accueil dans les milieux ruraux. Il est hors de doute qu’une causerie en langue bretonne, de temps à autre, sur l’antenne de Rennes et quelques programmes folkloriques présenteraient pour les populations bretonnantes le plus grand intérêt. Ce serait aussi le moyen d’enlever aux éléments séparatistes une arme dont ils font un usage constant  : il ne leur est pas difficile de mettre en évidence le libéralisme avec lequel la British Broadcasting Corporation permet aux populations galloises d’entendre des programmes particularistes.
Si le principe de ces émissions était admis, il resterait bien entendu à rechercher des collaborations. La tâche serait sans nul doute délicate du fait que nous devrions écarter avec vigilance des personnes compromises qui ne demandent qu’à s’infiltrer. Mais il me serait facile, avec le concours de
M. Favennec , directeur régional de la radiodiffusion, de créer un comité de personnes bénévoles dont le rôle serait de déterminer d’une part la nature des programmes, d’autre part les concours auxquels il serait fait appel. Une fois ce comité constitué, j’estimerais ma tâche terminée afin qu’aucune accusation de dirigisme gouvernemental ne risque d’entacher son œuvre.
En ce qui concerne les programmes eux mêmes, il est d’ores et déjà entendu que toute politique serait proscrite formellement, les causeries ne devant porter que sur des sujets techniques, économiques, artistiques ou littéraires.
Je serais heureux si, dans un très proche avenir, vous pouviez donner votre accord à ce projet. De l’avis de tous ceux qui, en Bretagne, ont combattu pourchasser l’ennemi il est grand temps de mettre fin à l’activité d’une poignée de misérables qui relèvent la tête au point de renouveler sur les murs des cités bretonnes, comme au temps de l’occupation, des inscriptions injurieuses pour la France, et de se permettre, s’érigeant en « Conseil suprême de la Bretagne libre » d’adresser des arrêts de mort à des patriotes comme M. Fréville , ancien directeur de l’Information, M. Le Goaziou , président du CDL du Finistère et M. Gourvil , du CLL de Morlaix, qu’ils accusent de trahison et de collaboration avec l’ennemi français 113  ! ! »

  • 114 Cf . ANF 41426.Direction [de l’information] de Rennes. Courrier départ (...)

65 Maurice Le Nan est bien décidé à couper l’herbe sous le pied des autonomistes. Outre cette volonté uniquement politique, on sent chez le directeur régional de l’Information une volonté de satisfaire un tant soit peu les bretonnants, pas seulement les militants, mais aussi et surtout les gens qui bretonnent quotidiennement, les « populations bretonnantes ». Il s’appuie aussi sur la volonté des milieux universitaires de voir la langue bretonne faire son entrée, de façon officielle, à l’école : c’est un gage de sérieux qui vient contrecarrer la volonté, jugée dangereuse, des milieux nationalistes. De même, en janvier 1947, Maurice Le Nan appuiera, dans une même démarche d’opposition aux menées autonomistes, la création de la « Nouvelle Revue de Bretagne » en demandant expressément, auprès de ses supérieurs hiérarchiques, une autorisation de paraître 114 .

  • 115 Il fut, à la Libération, directeur régional de Bourgogne-Franche-Comté : les rapports entre lui et (...)
  • 116 Cf. AN F 41 2662-2673. Organisation générale du département [de l’Information]. Composition et cab (...)
  • 117 AN F 41 2687. XII c. Directions régionales. Délégués régionaux, correspondance, rapports 1944-1945

66 Je n’ai pas retrouvé la réponse du ministère : accord il y a eu pourtant puisqu’un « comité » va bientôt être formé par Le Nan. Mais avant de s’arrêter plus longuement à ce comité, une question vient à l’esprit : pourquoi l’accord est-il finalement donné ? À défaut de réponse certaine, je peux émettre des hypothèses. En janvier 1946, le gouvernement Félix Gouin est doté d’un « secrétaire d’État à la Présidence du conseil, chargé de l’Information » : jusqu’en juin 1946, ce cabinet est confié à Gaston Defferre. En juillet, après remaniement ministériel, le gouvernement Georges Bidault (un des fondateurs du MRP) se voit doté d’un « sous secrétaire d’État à la Présidence du conseil, chargé des services de l’Information ». À la tête de ce cabinet se trouve Robert Bichet 115  : il y restera jusqu’en décembre 1946, date de la mise en place d’un nouveau gouvernement, celui de Blum 116 . Le directeur du cabinet de Bichet est Jean Lecanuet, avec qui Maurice Le Nan entretient, comme ses collègues des autres régions, des relations suivies. En effet, avant d’être nommé directeur de cabinet, Jean Lecanuet avait exercé les fonctions d’ » inspecteur général avec le titre d’inspecteur provisoirement délégué dans les fonctions d’inspecteur général », à compter du 28 mars 1945. À ce titre, il recevait et examinait « tous les rapports provenant des directions régionales de l’Information 117  ». C’est lui qui servira d’intermédiaire entre les régions et le ministre, c’est-à-dire, dans le cas qui nous occupe, entre Le Nan et le ministre. Lecanuet a été, de ce fait, le premier lecteur des rapports de Le Nan : par là même, il a une connaissance assez précise des problèmes soulevés par la « question bretonne ». C’est sans doute à ce titre qu’en tête du long rapport ci-dessus figurent ces deux lignes : « à l’attention toute particulière de M. Lecanuet, Directeur du Cabinet ». Dans ce gouvernement tripartite cohabitent des MRP, des socialistes et des communistes. Le cabinet dont Lecanuet est directeur est, quant à lui, d’obédience MRP et c’est son ministre qui autorise la création des émissions en breton. On aura noté que, dans son long rapport « à l’attention toute particulière de M. Lecanuet », Maurice Le Nan ne manque pas de citer deux hommes politiques favorables au breton : ce sont le socialiste Prigent et le communiste Cachin. Dans un paysage politique tripartite, l’élément MRP ne pouvait pas être en reste. Le dernier mot revient à l’un des acteurs principaux de l’événement. Maurice Le Nan, plus de 50 ans après les faits, écrit :

  • 118 Lettre du 11 septembre 1998.

« Quitte à manquer de modestie, je crois plus exact de dire qu’il [Lecanuet] a voulu “me faire plaisir”, car nos relations étaient très amicales et il était sensible à mes efforts. […] Sans le hasard politique qui plaça Bichet et Lecanuet à l’Information, à ce moment-là, je doute fort que mes démarches eussent abouti sous les cabinets qui ont suivi 118 . »

  • 119 Lettre du 4 novembre 1946 adressée à Pierre Le Roux, Doyen honoraire de la Faculté des Lettres de (...)

67 Tout est à présent en place sur le plan politique pour que des émissions de radio en breton reprennent, ou plutôt soient recréées sous l’autorité de la République. Désormais, c’est à l’intendance de suivre : Maurice Le Nan prend les choses en main et décide de constituer un comité chargé de « mettre sur pied des programmes folkloriques comportant des émissions en langue bretonne et de déterminer les collaborations auxquelles il pourrait être fait appel 119 . »

68La machine est lancée.

« Biskoaz kemend-all »

  • 120 Cahier bleu, op. cit., p. 10.

Aucun collaborateur ne sera admis devant le micro s’il a parlé devant le micro de Vichy. Cette règle ne supporte aucune exception 120 .

69La décision de mettre en place des émissions de radio en breton a été prise par les hautes sphères de l’État. À présent, c’est aux dirigeants de la sphère locale de bâtir le scénario de cette nouvelle pièce et d’en choisir les acteurs principaux. Comment ce scénario a-t-il été écrit et distribué ?

.

70Le dépouillement des archives nationales et des archives départementales permet de saisir le fil des événements de cette fin d’année 1946.

  • 121 AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.
  • 122 Né en 1901 à Belle-Île-en-Mer, doyen de 1945 à 1947.
  • 123 Né en 1879, historien de la Bretagne, doyen de la faculté des Lettres de Rennes de 1937 à 1940.
  • 124 Né en 1909, chargé d’enseignement à la faculté en 1945.
  • 125 Né en 1919. « Études de médecine commencées en 1936 (interrompues par la guerre : FFL de 1940 à 19 (...)
  • 126 Libraire à Quimper. A la Libération, il est nommé à la présidence du Comité Départemental de la Li (...)
  • 127 Né en 1874, professeur de celtique de 1911 à 1951, auteur de l’Atlas linguistique de la Basse-Bret (...)
  • 128 Yves Milon, né en 1897. Maire de Rennes de 1944 à 1953.

71 Le 16 novembre, Armand Kéravel, instituteur public et directeur d’Ar Falz, écrit au directeur interrégional de l’Information : « Je lis dans Vent d’Ouest qu’une réunion se tiendra à Rennes le 27 novembre pour mettre au point les suggestions concernant les émissions de la radio. J’espère qu’Ar Falz ne sera pas oublié. Je compte soumettre un plan précis concernant ces émissions 121 . » Le 18 novembre, Le Nan expédie les invitations : il annonce la tenue d’une réunion le mercredi 27 novembre à 14 h 30, 17 boulevard Sévigné, à Rennes. Voici la liste des personnalités conviées : Loyen, doyen de la faculté des Lettres de Rennes 122  ; Trellu, professeur au lycée de Quimper ; Rebillon, professeur à la faculté des Lettres 123  ; Gourvil, journaliste à Morlaix ; Keravel, directeur d’école à Dirinon ; l’abbé Falc’hun, professeur à la faculté des Lettres, Rennes 124  ; le docteur Vourc’h de Plomodiern 125  ; Le Goaziou, libraire à Quimper 126  ; P. Le Roux, professeur à la faculté des Lettres, Rennes 127  ; Le Diuzet, directeur de Celta , Saint-Brieuc ;Milon, maire de Rennes, doyen de la faculté des Sciences 128 . Le 21 novembre, le même courrier est adressé à M. Goaziou, président de la Fédération des cercles celtiques, Rennes. Sur 12 invités, 6 appartiennent à l’enseignement : les ambitions pédagogiques sont clairement affichées. De plus, la présence d’universitaires est à souligner : tout d’abord, en tant que Rennais, le déplacement ne leur posait pas de problème. Ensuite,

  • 129 Maurice Le Nan. Lettre du 11 septembre 1998.

« ils donnaient du “poids” à mon projet qui avait été soutenu, ne l’oublions pas, en la personne de Lecanuet, par un jeune et brillant universitaire. Enfin et surtout, l’Université de Rennes, sous l’impulsion du doyen des Lettres, M. Loyen, soutenait auprès de son ministère, la cause de l’enseignement du breton, suivi en cela par Pierre Le Roux (naturellement !), M. Rébillon et M. Milon, doyen de la Fac. des Sciences 129 . »

  • 130 Il s’agit de Tromelin, journaliste et correspondant à Saint-Brieuc du quotidien cath (...)
  • 131 AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.

72 C’est donc, semble-t-il, plus en qualité de doyen qu’en celle de maire que Maurice Le Nan invite Yves Milon. Dans tous les cas, la volonté de faire participer le maire de la capitale de la Bretagne est habile. A travers le recrutement se fait jour un profil : résistancialiste et régionaliste bon teint. Cependant, tous les invités ne seront pas présents à la réunion du 27 : les jours précédents sont parvenues trois réponses négatives, celles de Le Goaziou, de Vourc’h et de Le Diuzet. Ce dernier fait savoir qu’il sera représenté par un tiers de ses amis 130 . De plus, Le Diuzet donne son avis sur ce qu’il appelle « le côté pédagogique des émissions » et il ajoute : « C’est la masse des auditeurs qu’il convient d’intéresser et d’éduquer. […] Les nombreux auditeurs bretonnants seraient heureux d’entendre à la radio l’accent qui leur est familier 131 . »

73Voici, plus de 50 ans après les faits, le récit que donne des événements de cette période Maurice Le Nan qui fut le personnage-clé de la mise en place des émissions en breton.

  • 132 Lettre du 17 avril 1996.

« J’avais pensé depuis quelque temps à la Radio, mais ainsi que je crois vous l’avoir dit, tout en dépendant d’une direction générale du Ministère de l’Information, Radio-Bretagne était indépendante de ma direction. Je ne pouvais donc faire de démarche directe auprès de la direction régionale, ni court-circuiter le responsable régional, ni faire des travaux d’approche auprès d’un ministre (Defferre) qui ne me recevrait probablement pas.
D’autre part en Bretagne même, dans les milieux de bretonnants-résistants on n’était pas très “chaud”. On jugeait, en 1946, que c’était inopportun, que ce serait mal vu, après les émissions de Radio-Rennes pendant l’Occupation […].
Je jugeais néanmoins que près de deux ans plus tard (nous approchions de l’été de 1946) une émission en langue bretonne – même modeste – serait une réplique éclatante aux accusations formulées contre la France concernant la langue bretonne et, d’une façon générale, le particularisme breton.
Il se trouvait – le hasard fait parfois bien les choses – que notre camarade Victor Janton, professeur de Philo au lycée, qui avait remis en marche avec brio et dynamisme la radio de Rennes dès la Libération, était comme Fréville rentré dans l’enseignement, et que son successeur, Favennec, était un camarade de jeunesse de mon oncle Le Maguer (frère de ma mère) et comme ce dernier fonctionnaire des PTT (Je vous signale que dès son origine la TSF avait pour ministère de tutelle celui des PTT et que ce dernier tenait à reprendre ses prérogatives). De plus, Favennec était le fils de l’un de mes instituteurs de l’école communale. Le contact était donc facile. Je lui proposai de faire des démarches auprès de sa hiérarchie, à commencer par Wladimir Porché, alors directeur général de la Radio. Favennec et son entourage de la station, n’était pas très enthousiaste, mais il fit tout de même, pour me faire plaisir, ce que je lui demandais. “On n’est pas très chaud là-bas”, me dit-il, en revenant de Paris.
Les choses en étaient là au milieu de 1946 lorsque survint un nouvel événement : le remplacement de Félix Gouin à la tête du gouvernement provisoire par Georges Bidault. Ce dernier plaça à l’Information Bichet, qui avait été le premier directeur régional de Bourgogne-Franche Comté, à Dijon. Bichet prit comme directeur de Cabinet Jean Lecanuet (ce fut le point de départ de sa carrière politique).
Lecanuet connaissait bien mon problème puisqu’il était le premier lecteur des rapports et suggestions que je ne cessais d’adresser au ministère depuis l’automne de 1945. J’adressai donc au ministre (avec l’accord de Favennec) une proposition en vue de réserver une place à Radio-Bretagne à une émission en langue bretonne. Je proposai en même temps de constituer une sorte de “commission consultative” pour déterminer le contenu de l’émission et trouver des personnes qualifiées pour l’animer. Je reçus, grâce à Lecanuet, une réponse positive avec accord sur la composition de la commission. Vous me demandez s’il y avait un “cahier des charges”. C’est un bien grand mot pour une chose aussi modeste. Il était stipulé simplement que l’émission serait d’un quart d’heure, hebdomadaire, dans le cadre des “variétés” (c’est-à-dire sans caractère politique). Ces conditions étant remplies, la station avait toute liberté pour imaginer le contenu de l’émission.
J’ai retrouvé, dans les correspondances personnelles que j’ai conservées, deux lettres de M. Le Goaziou, invité naturellement avec Francis Gourvil, à faire partie de la commission. Celle-ci se réunit à Rennes le 27 novembre 1946. Je fus déçu de constater que peu de personnes avaient répondu à mon invitation. Le Goaziou lui-même s’était excusé, Gourvil aussi me semble-t-il. On ne se déplaçait pas aussi facilement qu’aujourd’hui et la plupart des personnes que j’avais invitées étaient déjà d’un certain âge. De sorte que la réunion fut surtout “rennaise”. Je revois M. Yves Milon, alors maire de Rennes, M. Rébillon, professeur honoraire d’histoire moderne à la Fac, et quelques autres (Kéravel entre ces autres) dont les noms me reviendront peut-être.
Tout le monde trouva l’idée très bonne. Personne ne fit de suggestion quant au contenu de l’émission ni proposa de noms pour son animation. Favennec n’avait pas, dans son personnel, de bretonnant qualifié. Cela tournait au fiasco.
J’en fus d’autant plus inquiet que depuis quelque temps Favennec me disait qu’à Paris on semblait (enfin !) s’intéresser au problème et qu’on trouvait que les choses n’allaient pas assez vite. Un comble !
Enfin, au moment où nul n’avançait de suggestion ni de nom, j’eus un trait de lumière. Je n’y avais pas pensé plus tôt : Pierre Hélias. Ce dernier était connu comme le loup blanc parmi les universitaires présents, non seulement pour ses qualités intellectuelles mais pour les multiples talents, littéraires et autres, qu’il avait déployés dans le monde estudiantin dans les années qui précédèrent la guerre de 39-45. “Je vais en parler à Hélias, qui est bigouden et bretonnant de naissance”, dis-je. “Il aura certainement des idées sur le sujet.” Approbation générale, mieux : enthousiasme.
Et l’on se sépare, heureux de me laisser le soin de mener à bien – seul – une affaire dont j’avais pris – seul – l’initiative.
Le ménage Hélias (qui n’avait pas alors d’enfants) était très lié au mien (nous avions alors en 1946 deux filles de 6 et 3 ans) et nous habitions à cinq minutes l’un de l’autre.
Hélias était alors professeur de lettres classiques au collège de Vitré. Son épouse était chimiste au laboratoire de la Fac des Sciences.
Dans la soirée de ce 27 novembre, je sonnai à leur porte, rue St-Louis. J’exposai l’affaire au Pohu (c’était son surnom) et cela le séduisit d’emblée, à ma grande satisfaction. Il n’hésita pas devant la besogne et pourtant il menait une existence très fatigante et absorbante, se levant à l’aube pour aller prendre le train pour Vitré, se vouant à sa tâche professorale avec une conscience exemplaire et prenant à l’occasion des initiatives culturelles pour animer à sa façon la vie de cette petite ville 132 . »

74« Le hasard fait parfois bien les choses. »

75Le témoignage de Maurice Le Nan, confirmé par le dépouillement des archives, vient corriger quelque peu la version des événements que donnera Pierre Hélias lui-même, quelque 50 ans après les faits. En effet, il écrit :

  • 133 P.-J. Hélias, Le quêteur… , op. cit. (...)

« Henri Fréville, futur maire de Rennes et mon ancien professeur de khâgne, me persuada de prendre en charge, ne fût-ce que pour une année, les émissions en langue bretonne à la radio. Je n’étais pas chaud pour assumer une telle responsabilité, sachant qu’il me faudrait beaucoup de chance pour me tirer de ce piège car c’en était un. Et j’ai fini par accepter, peut être parce que je me sentais mis au défi, peut-être aussi parce que je me résignais mal à n’être qu’un enseignant de lettres classiques alors qu’il me restait tant de domaines à explorer. Va pour la radio ! Mais j’ai refusé tout détachement. Professeur j’étais, je resterai professeur. C’était juré, foi de Bigouden 133 . »

76 Trou de mémoire ? Réécriture inconsciente de l’histoire, devenant ainsi Histoire ? Je ne peux que poser la question. On notera cependant que si, en 1990, date de la parution du Quêteur de mémoire , le nom de Fréville est entré dans l’Histoire, celui de Le Nan, à cette même date, n’est pas connu.

77Reportons-nous à nouveau en 1946 pour suivre pas à pas la mise en place des émissions en breton à partir des documents de l’époque : voici le rapport d’activité du mois de novembre adressé par Maurice Le Nan à son administration centrale.

  • 134 AN F 41 385. Rapport d’activités. Directions régionales. Années 1945-1946. Reims, Rennes, Rouen, S (...)

« Il y a trois mois, j’avais adressé au Cabinet de M. le Ministre un rapport sur la nécessité d’obtenir pour le poste d’émissions de RADIOBRETAGNE, l’autorisation d’organiser des programmes folkloriques comportant essentiellement des émissions en langue bretonne sur des sujets techniques et populaires intéressant les populations rurales et côtières de BASSE-BRETAGNE.
L’accord de M. le Ministre nous avait été donné à M. le Directeur de la Radiodiffusion et à moi-même pour organiser ces émissions en collaboration avec un groupe de personnes qualifiées dont j’avais proposé les noms.
Ce comité s’est réuni à RENNES le 27 Novembre dernier et a procédé à l’examen de la question. L’affaire est actuellement en bonne voie et nous pensons que ces émissions particularistes pourront commencer fin décembre. Elles auront lieu sur l’émetteur de QUIMERC’H (Finistère) que la Direction Générale de la Radiodiffusion, consultée à ce sujet, a bien voulu décrocher de la chaîne nationale le samedi de 20 H. à 20 H. 30.
Cette demi-heure bretonne comportera d’une manière générale : un quart d’heure de causerie en Breton [ sic ] sur l’Agriculture, la Pêche etc. et sur des sujets afférents au folklore : légendes, anecdotes, lectures de textes… et un second quart d’heure de variétés comportant des chansons populaires et des airs de danses bretonnes 134 . »

  • 135 AN F 41 426. Direction [de l’information] de Rennes. Courrier départ.
  • 136 AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.

78 Le 3 décembre, Le Nan adresse à ses invités du 27 novembre un courrier 135 dans lequel il écrit qu’il a, « comme convenu, sollicité M. Pierre Hélias d’assurer la direction de ces émissions. Professeur de Lettres au Collège de Vitré, M. Pierre Hélias est natif de Pouldreuzic et le breton est sa langue maternelle. » Le directeur interrégional annonce que le Bigouden a accepté la proposition et qu’il s’adjoindra M. Trépos : professeur d’anglais au lycée de Rennes, natif de Plozévet, il « connaît parfaitement le breton ». Le Diuzet est ravi de ces nominations : « La qualité de bretonnants de vos collaborateurs est une certitude de succès dans nos campagnes 136  », écrit-il le 4décembre, soulignant une nouvelle fois la volonté affirmée de fournir aux bretonnants des émissions qui leur soient agréables à entendre.

79Nous savons maintenant par quelles circonstances fortuites a été recruté Hélias.Mais cet homme, qui est-ce ? Voilà une question qui, en 1946, n’était pas inopportune. Le nom de Pierre Hélias apparaît dans les archives dès 1945. Voici ce qu’elles contiennent.

  • 137 H. Fréville, La presse bretonne…, op. cit. , p. 238. (...)
  • 138 Je rappelle que Fréville a été remplacé par Le Nan, quelques mois plus tard au poste, de directeur (...)

80 La « Société du Petit Parisien et d’éditions », société éditrice publiant le quotidien le Petit Parisien (quotidien populaire parisien qualifié avant-guerre de « journal des concierges ») était propriétaire, à Rennes, d’une imprimerie très importante. Pendant la guerre, L’Heure Bretonne est imprimée sur ces presses rennaises. L’imprimerie devient « prestataire de service de l’armée d’occupation 137   ». Après la Libération, en octobre 1944, il faut étudier les candidatures à l’occupation de l’imprimerie. Or, différents mouvements de résistance qui possédaient un organe de presse, ou qui désiraient en imprimer un, se mettent sur les rangs, dont le MLN (Mouvement de Libération Nationale). Cette affaire n’ayant pas que des implications commerciales, une réunion se tient le samedi 6 janvier 1945, dans des conditions relatées par Henri Fréville au ministre de l’Information dans un courrier daté du 13 juin suivant 138 , en signalant que la réunion a eu lieu « dans le Cabinet de M. Le Gorgeu, commissaire régional de la République, en présence de

  • 139 AN F 41 427. Direction [de l’information] de Rennes. Correspondance générale entre l (...)

81 M. Lecomte, directeur-adjoint de l’Information et de [lui]-même », afin de déterminer qui occuperait ces locaux. Le MLN est représenté par M. Hélias, professeur au Lycée de Rennes 139 .

  • 140 Pierre Trépos est né le 31 janvier 1913 à Plozévet. Agrégé d’anglais, il enseigne à Rennes dès 194 (...)
  • 141 ADF 31 W 666. Presse. Notes d’information concernant la presse. Information : 1944-1948.

82 Les archives de l’époque parlent aussi de l’associé de Pierre Hélias, c’est-à-dire de Pierre Trépos, son collègue dans l’enseignement, comme il est, du reste, son compatriote bigouden 140 . Le 9 janvier 1946, Maurice Le Nan écrit au préfet du Finistère au sujet de la délégation à l’Information dans le département du Finistère qui vient d’être supprimée 141 . Son courrier au préfet se termine par l’annonce de la nomination prochaine de deux correspondants pour le département : il veut conserver avec le département du Finistère un contact permanent. Dans un rapport ultérieur, en date du 22 janvier, Maurice Le Nan fournit au préfet du Finistère tous les détails concernant cette nomination.

  • 142 ADF 31W666. Presse. Notes d’information concernant la presse. Information : 1944-1948. Cf. aussi A (...)

« Monsieur Trépos , professeur au Lycée de Quimper, demeurant dans cette ville, 3 rue de la Prairie, Kérisy, exerce, avec effet au 15 janvier, les fonctions de correspondant de l’Information pour le Sud-Finistère. Monsieur Trépos vous demandera audience prochainement et se mettra en rapport avec les personnalités du département. Il a reçu mission de travailler en étroite collaboration avec vos services, comme l’ont fait les délégués qui ont été successivement en fonctions à Quimper jusqu’au 1 er janvier. Je suis convaincu qu’il trouvera auprès de vous et de vos collaborateurs le même accueil et le même concours, en toutes circonstances, que ses prédécesseurs 142 . »

83Pierre Hélias et Pierre Trépos : nous avons fait leur connaissance ; plus tard à la radio bretonne, ce duo sera connu sous le nom de Jakez Kroc’hen et Gwilhou Vihan.

.

84 En décembre 1946, lorsque Pierre Hélias entre en fonction, il pénètre dans un univers des plus réglementés. C’est ce qui ressort des instructions du Cahier bleu qui était le code des règlements élaborés par la Résistance pour mettre en ordre tout ce qui avait trait à l’Information, et dont voici un passage fondamental :

  • 143 C’est l’auteur qui souligne. Cahier bleu, op. cit., p. 9.

« Quelles que soient sa compétence et ses aptitudes, nul ne doit être engagé s’il n’est pas absolument irréprochable au point de vue patriotique. C’est là un principe qu’aucune considération d’opportunité ne saurait assouplir. L’autorité locale sera tenue responsable des manquements à cette règle qui pourraient se produire. Par contre, les conditions de patriotisme étant remplies, aucune considération politique, aucun ostracisme partisan ne doivent entraver ce recrutement : à condition qu’ils soient professionnellement utilisables, tous les résistants doivent être non seulement admis, mais appelés à collaborer aux émissions de la Radio libre 143 . »

85Hélias a été admis : a-t-il été résistant ? Donnons-lui la parole :

  • 144 P.-J. Hélias, Le quêteur…, op. cit., p. 134.

« Quant à moi, j’ai fait le facteur de la main à la main ou de la voix à la voix entre Fougères et Rennes sans jamais savoir ce que je transportais ni la signification de la phrase qu’on m’avait recommandé de dire à la personne qui m’abordait à la descente du train. Je n’ai jamais eu le sentiment d’être impliqué dans un réseau structuré. Il paraît que je l’étais 144 . »

86 À la demande de Pierre Héger, membre de la Résistance armée et fondateur, au nom du Mouvement de Libération Nationale (MLN), de l’hebdomadaire Vent d’Ouest , Hélias a participé activement à la rédaction de ce périodique.

87 Le 18 décembre 1946, la direction de l’Information de Rennes adresse un communiqué aux rédacteurs en chef des journaux suivants : Ouest - France , la République sociale , la Voix de l’Ouest , de la Radiodiffusion Régionale , La Liberté du Morbihan , le Télégramme , avec prière d’insérer dans leurs « diverses éditions de Basse-Bretagne » :

« Des émissions en langue bretonne à « RADIO-BRETAGNE » Avec le concours de plusieurs celtisants et de groupements spécialisés dans les activités folkloriques bretonnes, le poste de radiodiffusion de Rennes met actuellement sur pied un programme d’émissions en bretonne.
Ces émissions auront lieu tous les samedis, de 20 heures à 20 heures 30 sur l’antenne de Quimerc’h (Finistère), décrochée pour la circonstance de la chaîne nationale. Longueur d’onde : 360 m 60. Puissance : 10 kW.
Elles comprennent, d’une façon générale, un programme aussi varié que possible et susceptible de divertir et d’intéresser à la fois les populations rurales de Basse-Bretagne en empruntant leurs sujets à la vie quotidienne sur nos côtes et dans nos campagnes, et en puisant largement dans le folklore breton.

La première émission aura lieu le samedi 21 décembre.
Elle sera présentée par M. Pierre Hélias et comprendra :

  • une scène de la vie au village avec deux personnages qui se retrouveront chaque samedi : Jakez CROC’HEN et Guillou VIHAN.
  • un programme de variétés (légendes – musique – chansons).
  • 145 AN F 41 426. Direction [de l’information] de Rennes. Courrier départ.

Le directeur de l’Information et le Directeur de la Radiodiffusion régionale prient MM. les Maires des communes rurales de Basse-Bretagne de vouloir bien porter ce qui précède à la connaissance des populations.
Les organisateurs, ayant le désir d’améliorer progressivement ces émissions et de les mettre le plus possible à la portée des populations qu’elles intéresseront, recevront volontiers les critiques et les suggestions. Le courrier concernant le programme bretonnant de Radio-Quimerc’h pourra être adressé à Radio - Bretagne Émissions bretonnes, Palais du Commerce, Rennes 145 .  »

88La mise en route des émissions a certainement fait l’objet d’un ensemble de réflexions préalables. C’est ce que semble révéler un document d’archive fort intéressant et qui paraît bien être une amorce de « contrat d’objectifs », certainement écrit par Pierre Hélias lui-même. Ce « Projet d’inspiration de l’émission en langue bretonne sur Radio-Quimerch » n’est pas daté.

  • 146 Par cacographie, l’auteur écrit « à jeu pris ».
  • 147 AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.

« Avant d’entreprendre cette émission, qui est appelée à susciter un vif intérêt de la part des populations de langue bretonne comme elle ne manquera pas sans doute, de soulever quelques critiques, il nous semble indispensable de préciser la ligne générale que nous entendons lui donner.
Nous estimons que le Breton [ sic ] est actuellement, une langue de pêcheurs et de terriens, donc de gens humbles pour la plupart, aux préoccupations simples étrangers [ sic ] aux questions spécifiquement intellectuelles. Il s’ensuit que l’émission doit avoir un caractère populaire tant par sa forme que par son contenu. Et, sans même parler de certain breton synthétique et cérébral nous n’envisagerions que très prudemment l’emploi du breton dit “littéraire”.
Dès lors, et en dehors des textes que nous serons amenés à citer, à lire ou à jouer, nous ferions [ sic ] usage d’un breton parlé. Là surgit une autre difficulté : sera-ce le Breton [ sic ] de Cornouaille, du Trégor, du Léon, voire le Vannetais [ sic ]. Nous qui sommes de Cornouaille, il nous serait impossible de parler non seulement avec verve mais simplement avec naturel si nous devions emprunter, pour la circonstance, un langage trop différent, par ses accents et ses contractions, de notre Breton [ sic ] originel que nous parlons depuis le berceau. Il en sera de même selon toute apparence, pour un “speaker” Trégorois [ sic ], Léonard [ sic ], à plus forte raison pour un Vannetais. Mais, en fait, ces différences qui existent de terroir à terroir entre les parlers Bretons [ sic ] sont plus extérieures que profondes. Il semblerait donc que nous puissions nous faire comprendre à peu près 146 de tous les Bretonnants [ sic ] en employant le Breton [ sic ] qui nous est propre et naturel, dont nous nous contenterions, par exemple, de limiter les contractions et les ellipses. Nous utiliserions en outre, du moins au début, un vocabulaire assez restreint et des tours syntaxiques simples afin d’accoutumer progressivement nos auditeurs à notre mode d’élocution.
La forme arrêtée, il reste la matière. Nous avons une demi-heure à organiser au mieux. Il ne peut être question d’y développer un seul thème car c’est un lieu commun que l’auditeur radiophonique n’est pas patient. D’autre part, ce serait une erreur de trop morceler notre matière car notre public est ainsi fait qu’il s’accommoderait mal de la succession trop rapide de sujets divers sur lesquels il n’aurait pas le temps de fixer son attention. Enfin, il faut “accrocher” et retenir les auditeurs par un certain élément de continuité. Ils se mettront à l’écoute chaque semaine s’ils sont assurés de retrouver tous les samedis un sujet ou des personnages qui l’auront [ sic ] particulièrement intéressé une première fois.
En tenant compte de ces éléments, nous avons proposé l’esquisse de plan qui suit. Il est bien entendu qu’elle n’est ni exhaustive ni exclusive et que des aménagements y pourront être apportés au fur et à mesure des nouvelles données d’expérience ou sur les conseils des celtisants émérites pour qui la langue et le folklore de la Petite Bretagne n’ont pas plus de secret que l’âme de ses habitants actuels.
L’émission est divisée en deux quarts d’heure. Le premier est parlé, le second dit “de variétés”. – Dans le premier quart d’heure, après l’indicatif et l’annonce, nous avons prévu deux tranches d’environ sept minutes chacune. D’abord, une sorte de pêle-mêle pouvant contenir, selon l’occasion : échos et nouvelles du pays Breton [ sic ] ; réponses à des questions posées par les auditeurs ; courtes chroniques pouvant intéresser les paysans ou les marins ; sens, interprétations et origine des noms bretons, etc. En somme, cette tranche initiale pourra recevoir une diversité infinie de textes brefs sans autre limitation que leur valeur spécifiquement bretonne. – Il est à prévoir que par la suite il se dégagera un ou deux sujets qui se seront révélés à l’essai comme particulièrement bien accueillis du public, soit par leur intérêt propre, soit pour la façon dont ils auront été traités par des auteurs particulièrement avertis des questions bretonnes. Dès lors la période de tâtonnement sera terminée, et le contenu de l’émission fixé pour un temps appréciable.
Pour la seconde tranche de sept minutes, nous avons prévu une farce dramatique. Ce serait une partie dialoguée qui ferait intervenir deux ou trois personnages, toujours les mêmes, nettement caractérisés, de type populaire. Les thèmes en seraient de courtes scènes de la vie contemporaine au pays bretonnant, prises sur le vif. Elles illustreraient, sous une forme comique, une des faces de l’âme bretonne, l’amour des réjouissances et de la joie, que l’on sacrifie trop volontiers au nom de je ne sais quel sombre romantisme. – Il n’y a pas que de la brume en Bretagne, il y a aussi du soleil, du cidre et du lard. – Nous allons essayer de créer, avec l’aide de nos auditeurs, deux personnages, Jakez Croc’hen et Guillou Vihan, en qui se refléteront au jour le jour, les mille et une anecdotes du pays breton. Ces deux personnages pourraient devenir l’élément constant de l’émission, au moins pour une période assez longue.
Quant au second quart d’heure, dit “de variétés”, il serait consacré à des montages : musique bretonne, chants (choeurs ou solo), présentation de légendes bretonnes avec mise en scène et illustration sonore ; reportages de pardons ou de manifestations purement bretonnes et populaires, interviews de personnalités bretonnantes, etc... Malgré l’apparence, dans cet ordre d’idées notre tâche sera peut-être plus facile.
Les débuts seront durs, pour des raisons multiples : manque de personnel spécialisé et au courant des techniques radiophoniques – pauvreté des discothèques, sans compter les difficultés déjà mentionnées. À parler net, nous ne nous sentons pas capables, à trois ou quatre d’en venir à bout.
Notre espoir est dans le soutien et la collaboration de tous ceux qui possèdent une connaissance étendue de la “matière de Bretagne” et particulièrement de la vie Bretonne [ sic ]. Nous débuterons modestement, humblement.
Et nous serons bien plus heureux de recevoir des critiques fécondes, si violentes seraient-elles [ sic ], que ces louanges banales et pauvrement méritées. Critiquez, critiquez, il en sortira toujours quelque chose. Et pour le but que nous voulons atteindre, il faut qu’il en sorte quelque chose 147 . »

89 Dans ce texte, la double nature de l’homme est clairement assumée et affichée : elle se traduit aussi dans les pratiques linguistiques. On peut imaginer sans peine les représentations attachées à la pratique du breton qui se dégagent du long exposé d’Hélias : le breton est la langue des champs et des ports, le français, celle de la ville et des citadins. Cette situation, a priori, ne pose pas de problème existentiel à Pierre Hélias. Il laisse donc deviner des objectifs diamétralement opposés à ceux de Roparz Hemon. En outre, Pierre Hélias est – et se veut – très proche des représentations du peuple.

90Pour celui-ci, le breton et le français ont leurs propres champs d’expansion, auxquels sont attachées diverses correspondances : le breton est la langue du coeur, le français celle de l’esprit. Et Hélias veut visiblement s’adresser au coeur de ses compatriotes.

91Comment les premières émissions de Pierre Hélias sont-elles accueillies par les autorités ? Dans le rapport d’activité du mois de décembre 1946 adressé à ses supérieurs, Maurice Le Nan fait état des premiers pas de l’émission qu’il a contribué activement à mettre en place :

  • 148 AN F 41 385. Rapport d’activités. Directions régionales. Années 1945-1946. Reims, Rennes, Rouen, S (...)

« J’ai signalé dans mon rapport de novembre que conformément aux instructions ministérielles, j’avais réuni à Rennes un comité de personnes qualifiées pour mettre sur pied un programme d’une demi-heure hebdomadaire d’émissions en langue bretonne, sur l’émetteur de Quimper- Quimerc’h (Finistère).
Ces émissions qui ont été confiées à M. Pierre Hélias, Professeur au Collège de Vitré, qui joint, à une connaissance du Breton [ sic ] et du folklore Breton [ sic ] une culture très étendue. Sous son impulsion, les émissions ont commencé le samedi 21 de 20 h. à 20 h. 30. Elles ont comporté un programme de variété musicales et de chants populaires puisés dans le folklore et des causeries sur des sujets intéressants les populations rurales de Basse-Bretagne. Les premières réactions du public sont très favorables et très encourageantes et prouvent que ces émissions répondent à un désir réel des populations bretonnantes 148 . »

92Dans son rapport mensuel du mois de janvier 1947, c’est au tour du préfet de mentionner les nouvelles émissions :

  • 149 ADF Rapport mensuel. Janvier 1947.

« La Radiodiffusion française donne depuis quelques semaines sur les antennes du poste de Quimerch [ sic ], chaque samedi soir, un programme en langue bretonne. Les informations que j’ai reçues confirment que cette innovation a rencontré le plus vif succès dans la population des campagnes dont on connaît tout l’attachement à sa langue. Cette louable initiative de la radiodiffusion permettra de combattre efficacement les affirmations lancées par les milieux autonomistes, surtout à l’étranger – mon dernier rapport vous en a longuement parlé – et selon lesquelles la langue, la tradition et la culture bretonnes étaient brimées et combattues par le Gouvernement Français 149 . »

  • 150 ADF 1007W 18. Émetteur de Quimerc’h. Correspondance. 1947-1964.

93 Le 29 mars 1947, le même préfet du Finistère reçoit un courrier du directeur régional de la Radiodiffusion Française. Ce dernier lui demande de lui donner son avis personnel sur « l’opportunité de ces émissions et de [lui] communiquer, le cas échéant, les critiques ou suggestions dont [il aurait] pu être saisi de la part des municipalités et des divers organismes officiels placés sous [son] autorité 150  ». Le 5 avril, le préfet Lecomte répond en donnant à lire à son interlocuteur l’extrait que j’ai cité plus haut, destiné au ministre. Il poursuit :

  • 151 Ibidem

« Les échos que j’ai recueillis depuis, concourent à démontrer que l’intérêt manifesté par la population de langue bretonne du département ne s’est aucunement ralenti et, bien au contraire, les émissions sont suivies avec une faveur croissante. On me signale que se répand de plus en plus l’habitude, pour les personnes démunies de poste, de se réunir régulièrement chaque samedi soir chez un voisin pour écouter le programme diffusé par Quimerc’h. Je ne manquerai pas, par ailleurs, ainsi que vous en avez exprimé le désir de vous communiquer toutes les critiques et suggestions intéressant ce programme qui parviendraient à ma connaissance 151  ».

  • 152 Information fournie par Charles Le Gall.
  • 153 Cf . Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième Républ (...)

94 L’essai semble concluant et l’opération se déroulera normalement toutes les semaines : jusqu’en 1958, les deux compères animeront, bon an mal an, leur cinquantaine d’émissions. Je n’ai pas retrouvé de bulletins de salaire dans les archives de l’acteur principal : je ne sais donc pas précisément combien lui et son compatriote touchaient au début de leur collaboration à la radio. Dans des lettres de Trépos à Hélias, il est parfois question d’argent : à son humble avis, les services de la radio sont trop regardants. Ainsi, en septembre 1953, il se plaint de n’avoir touché que 2000 francs, ce qui laisse entendre que, d’habitude, il reçoit un petit peu plus. En 1958, à la fin de son expérience radiophonique, Pierre Hélias touchait 5000 francs par émission 152  : en 1956, un professeur agrégé gagnait 85000 francs et un ouvrier spécialisé en touchait 36 000 153 .

  • 154 P.-J. Hélias, Le quêteur…, op. cit ., p.139.

95 Se remémorant ces événements de décembre 1946 et son engagement dans l’aventure radiophonique, Pierre Hélias écrira, quelque 45 ans plus tard : « Ce fut dans ces conditions que ma fortune, comme on dit au théâtre, allait prendre une face nouvelle 154 . » Intéressons-nous maintenant à cette face.

Notes

1 Guillevic, « Dialogues » Étier. Autres .

2 Réponse de Guignebert, directeur général de la Radiodiffusion au ministère de l’Information, à ses collègues, rapportée dans le Compte rendu de la réunion des Directeurs régionaux de l’Information des17 et 18 novembre 1944 (p. 17). Archives nationales (AN) : F 41 2687 Délégués régionaux 1944-1945.

3 Cf . H. Fréville, La presse bretonne dans la tourmente , op. cit ., p. 79.

4 Ibidem , p. 80-81.

5 Ibid., p. 84.

6 Une première – et brève – expérience d’un tel ministère de l’Information avait été tentée avant l’occupation allemande. Créé le 31 mars 1940 par Paul Reynaud, qui succède à Daladier à la présidence du Conseil, ce ministère de l’Information, dirigé par Jean Giraudoux, disparaît le 16 juin de la même année lorsque son créateur démissionne. Sur ce ministère « qui aura vécu 77 jours », voir E. Cazenave, C. Ulmann-Mauriat , Presse, radio et télévision en France… , op. cit ., p. 116-117 et Ch. Brochand, Histoire générale de la radio et de la télévision en France… , op. cit. , tome I , p. 184 sq . Sous le régime de Vichy est mis en place un secrétariat à l’Information et à la Propagande qui devient réellement efficace sous la direction de PaulMarion, à compter de février 1941 ( cf . P. Ory, Les collaborateurs… , op. cit ., p. 39).

7 Cf . Ch. Brochand, op. cit., tome II , p. 47. C’est Wladimir Porché qui lui succédera.

8 Il y avait 18 directions régionales en métropole et une délégation à Alger auprès du gouverneur général de l’Algérie.

9 « Les services de l’Information de l’origine à 1947 », dans l’introduction à l’Inventaire de la série F 41, services de l’Information à la Libération, Archives Nationales (p. 10-11, note 1).

10 1905-1998. Ce professeur de philosophie sera adjoint au maire de Rennes Henri Fréville de 1953 à 1977.

11 M. Le Nan est remplacé à Quimper par Jean Verdier, licencié es-lettres, « journaliste professionnel avant la guerre mais n’ayant pas écrit de 40 à 44, professeur des écoles de la ville de Paris » (AN F 41 431. Délégation du Finistère. Correspondance avec la Direction Régionale).

12 Dès son entrée en fonction, Maurice Le Nan devint directeur, non pas « régional » mais « interrégional » de l’Information. Cette nouvelle dénomination faisait suite à une restructuration territoriale.

13 Cf . E. Cazenave, C. Ulmann-Mauriat , op. cit ., p. 115.

14 « Vers la mi-juillet [1944], l’émissaire tant désiré arrivait à Rennes. […] Il apportait le célèbre Cahier bleu , recueil officiel des textes qui devaient être mis strictement en application sur le plan de l’information. Cet opuscule allait devenir, pour des mois, notre bible » (H. Fréville, op. cit ., p. 86).

15 Cahier bleu , p. 1. ADIV 52 J 114 Fonds Fréville.

16 Ibidem.

17 Les Anglo-américains. Allusion au projet « Amgot » d’administration alliée de la France libérée.

18 Cahier bleu , chapitre III : « Radio », p. 9. C’est l’auteur qui souligne. ADIV 52 J 114 Fonds Fréville.

19 A.-J. Tudesq, « Les nouveaux aspects de la radiodiffusion au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », colloque décembre 1981, cité par E. Cazenave et C. Ulmann, op. cit. , p. 137.

20 Cf . Marc Martin, « Journalistes et journalisme français d’hier à aujourd’hui », introduction à l’ouvrage publié sous sa direction : Histoire et médias. Journalisme et journalistes français. 1950-1990 , Bibliothèque Albin Michel des idées, 1991, p. 23. Pour les rapports, de nos jours, entre audiovisuel et pouvoir, cf . Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde , Liber – Raisons d’agir, Seuil, 1997, 111 p. ; Ignacio Ramonet, La Tyrannie de la communication , Galilée, 1999, 203 p.

21 AN F 41 2339 RTF émissions parlées U-Z.

22 Deux exemples qui firent grand bruit en leur temps : l’affaire des Temps Modernes en 1947 et le « scandale Artaud » en 1948. Sur la première affaire, cf. AN F 41 2337 RTF émissions parlées R-S : dans cette liasse, on trouve, au nom de Jean-Paul Sartre, un imposant dossier de presse recensant les réactions diverses suite à l’émission mise en cause ; voir aussi les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion , « L’année radiophonique 1947 », n° 54, septembre-novembre 1997, p. 102-118. Sur la deuxième affaire, voir les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion , « L’année radiophonique 1948 », n° 58, octobre décembre 1998, p. 114-133 et Hélène Eck, « Radio, culture et démocratie en France, une ambition mort-née (1944-1949) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire , n° 30, 1991, p. 65.

23 Alain Peyreffite, Le mal français , Paris, Plon, 1976, p. 69. Cf ., notamment, le chapitre 8, « “Le pouvoir, c’est l’impuissance” », p. 69-78. Alain Peyreffite fut ministre de l’Information de 1962 à 1966.

24 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

25 Cf . Ch. Brochand, op. cit., tome II , p. 36.

26 PRC, c’est-à-dire Presse-Radio-Cinéma : mission militaire française accompagnant les troupes américaines de libération. Cf . H. Fréville, La Presse bretonne… , op. cit ., p. 93 sq .

27 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

28 Dans un courrier au ministre de l’Information, daté du 16 septembre 1944, H. Fréville, « délégué régional à l’Information » annonce qu’il a nommé Victor Janton « délégué régional à la radio-diffusion », et que « huit jours après l’arrivée des troupes alliées, Radio-Rennes reprenait, malheureusement avec une intensité moindre, ses émissions » (AN F 41 427. Correspondance générale entre la direction et le ministère). Ch. Brochand écrit que la puissance de la station de l’Alma « atteint successivement 7, 17, puis 20 kilowatts » ( op. cit., tome II, p. 37).

29 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

30 AN F 41 427. Correspondance générale entre la direction et le ministère.

31 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

32 AN F 41 430. Radiodiffusion régionale 1944-1947.

33 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités.

34 Ibidem .

35 Cf . T. Muller, op. cit ., p. 35.

36 AN F 41 2689 XII cb. Directions régionales. Classement alphabétique P-Z. Ce rapport se trouve en annexe d’un rapport de Le Nan à ses supérieurs en date du 21 décembre 1945. Il n’est visiblement pas écrit par Le Nan. J’ai respecté la forme du document.

37 AN F 41 428. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités. Pour faciliter la lecture de ces documents, j’ai regroupé les questions, chacune accompagnée de sa réponse.

38 ADF 31 W 233. Rapports mensuels. Janvier-juin 1945. Rapport mensuel de janvier, chapitre « La presse et la radio ».

39 ADF 31 W 233. Rapports mensuels. Janvier-juin 1945. Rapport mensuel de février. Les mois suivants, le préfet insiste : voir par exemple, au chapitre « La presse et la radio », les rapports des mois de mai, juin et août (ADF 31 W 233. Rapports mensuels. Janvier-juin 1945). Sous la cote 31 W 241 sont regroupés les « éléments de rapports mensuels » pour l’année 1945 : on y trouve des rapports des renseignements généraux brestois et quimpérois dans lesquels on lit les mêmes conclusions. Pour le département des Côtes-du-Nord, les informations fournies en août et septembre 1944 par le correspondant à Saint-Brieuc de la direction régionale de l’Information confirment :en septembre 1944, « personne n’entend Radio-Bretagne » ( cf . AN F 41 432. Correspondant Saint-Brieuc. Correspondance avec la direction régionale).

40 ADF 31 W 233. Rapports mensuels. Janvier-juin 1945.

41 Ibidem .

42 AN F 41 431. Délégation du Finistère. Correspondance avec la direction Régionale. C’est Maurice Le Nan qui succédera à Henri Fréville en tant que directeur interrégional de l’Information, en octobre 1945.

43 AN F 41 431. Délégation du Finistère. Correspondance avec la direction Régionale.

44 Archives départementales du Finistère (ADF) 200 W 100. Radiodiffusion 1940-1944. Courrier en date du 23 mars 1942.

45 ADF 200W100. Radiodiffusion 1940-1944. Un plan détaillé du lieu choisi accompagne ce courrier. Dans l’ouvrage déjà cité de Ch. Brochand, mention est faite, dans la liste des installations « en construction » pendant la guerre, d’ » 1 émetteur onde moyenne à Quimarch [ sic ] 20 kW » ( op. cit ., p. 587).

46 De son côté, Th. Muller fournit de cet incendie une version dont je n’ai pas trouvé mention ailleurs : « En août 1944, les installations de Quimerc’h n’ayant encore jamais servi brûlèrent, dans des conditions jamais bien éclaircies, puisque, si la résistance accusa du sinistre un groupe de soldats allemands en état d’ébriété plus qu’avancé, les Allemands, pour leur part, prétendirent que l’incendie avait été allumé par des maquisards. » ( Op. cit ., p. 34.)

47 « C’est avec satisfaction que les auditeurs ont appris la prochaine mise en service d’un émetteur près de Châteaulin qui doit assurer le relai [ sic ] des émissions françaises. » (Rapport préfectoral du mois d’août 1945. ADF 31 W 234. Rapports mensuels. Juillet-décembre 1945.) Par ailleurs, on apprend que le délégué départemental à l’Information a reçu un voeu de la municipalité de Brest « demandant le mise en service rapide du relai [ sic ] de Quimerc’h ». Le délégué poursuit en précisant que « l’inauguration de ce poste est prévue – sauf contre ordre – pour la fin septembre » (rapport daté du 18 août 1945. AN F 41 431. Délégation du Finistère. Correspondance avec la direction Régionale).

48 Cf . le rapport préfectoral du mois de décembre 1945 : ADF 31W234. Rapports mensuels. Juillet décembre 1945.

49 Cf., par exemple, Ouest-France du 9 février 1946 et du 4 mars 1946.

50 Sur cette journée, c f. les longs articles du Télégramme et de Ouest-France , dans les éditions du 21 mars1946.

51 Ar Falz , n°4, décembre 1946, p.7.

52 Marie Darrieus secq, Truismes , Seuil, 1994, p. 89.

53 ADF 31 W 232. Rapports [préfectoraux] bimensuels. 1944.

54 Ibidem .

55 Ibid.

56 ADIV 1346 W 15. Rectorat d’Académie de Rennes : affaires diverses 1944-1950. Dossier « Question bretonne » : radiodiffusion, presse galloise. « Réfutation des informations publiées par une partie de la Presse britannique sur la prétendue « persécution » en Bretagne depuis le Libération », 22 pages. La présence de ce rapport dans les archives du rectorat s’explique par le fait que Maurice Le Nan envoyait très souvent un double de ces rapports susceptibles d’intéresse r le recteur d’Académie, Lucien Wolff : ce dernier avait été le maître de Le Nan à la faculté des Lettres de Rennes. En 1946, le recteur Wolff voulait plaider pour l’enseignement de la langue bretonne auprès du ministre de l’Éducation nationale – qui était alors Marcel-Edmond Naegelen – et il voulait tirer argument de la campagne de presse outre - Manche pour convaincre le ministre. Le courrier qui accompagne ce long rapport sans date est du 4 avril 1946. Pour ce qui est des autres départements bretons, on ne dispose d’aucun chiffre.

57 Yann Fouéré, Histoire résumée du mouvement breton du XIXe siècle à nos jours (1800-1976) , Quimper, Nature et Bretagne, 1977, p. 68. Cf . aussi, dans le même registre, Loeiz Ar Floc’h, Le Brasier des ancêtres. Poèmes populaires de la Bretagne , UGE, 1977, p. 19. Louis Le Floc’h (1909-1986), prêtre et écrivain, est plus connu sous le pseudonyme de Maodez Glanndour.

58 Olier Mordrel, Histoire et actualité du nationalisme breton , A. Moreau, Paris, 1973, p. 431.

59 O. Mordrel, ibidem , p. 431. M. Denis, dans son article déjà cité, avait déjà fourni de nombreux autres exemples qui permettent d’appréhender la mise en place de ce mythe de l’épuration sauvage : tous ces propos s’inscrivent, volontairement ou non, dans la tradition négationniste d’extrême-droite qui vise à remettre en cause la réalité du génocide juif. Cf . Valérie Igounet, « “Révisionnisme” et négationnisme au sein de l’extrême droite française », dans l’ouvrage collectif Négationnistes : les chiffonniers de l’histoire, Éditions Golias et Éditions Syllepse, 1997, p. 39-81.

60 Yann Fouéré, La patrie interdite. Histoire d’un Breton , France-Empire, 1987, 463 p.

61 Ibidem , p. 349. Cf . Luc Capdevila, L’imaginaire social de la Libération en Bretagne (été 1944-hiver 1945/1946). Contribution à une histoire des représentations mentales , Thèse nouveau régime, université de Haute-Bretagne, 1997, 716 p. Voir notamment le chapitre intitulé « La « légende noire » de la Libération et de l’après-Libération en Bretagne » (p. 193-217), dans lequel il est question du discours de Fouéré, ainsi que le chapitre intitulé « Identité nationale et représentations de soi en Bretagne dans l’après-Libération » (p. 570-646). Cette thèse a été publiée aux PUR sous le titre : Les Bretons au lendemain de l’Occupation. Imaginaire et comportement d’une sortie de guerre 1944-1945 (1999, 449 p.).

62 Cf . M. Denis, op. cit. , p. 493-494 ; M. Nicolas, op. cit. , p. 102.

63 Cf . M. Nicolas, op. cit. , p. 102 ; L. Capdevila, op. cit ., p. 570-646.

64 Sur cette mort, cf. Thierry Guidet, Qui a tué Yann-Vari Perrot ? , Beltan Éditions, 1986, 195 p.

65 Cf . Yann Fournis, Le deuxième Emsav : des nationalistes bretons en général et du Bezen Perrot en particulier , mémoire de sciences politiques, Institut d’études politiques de Toulouse, 1995, 196 p.

66 « Le SD est le service de sécurité de la SS, tandis que la Gestapo , organisme de la police d’État, en raison de son origine publique, est moins imprégnée par la culture nazie » (L. Capdevila, op . cit ., p. 54).

67 Cf . Bertrand Frelaut, Les nationalistes bretons de 1939 à 1945 , Beltan, Brasparts, 1985, p.121-122. Des exemples précis de tortures et d’autres exactions à imputer aux membres de la milice sont fournis par L. Capdevila : cf . p. 44-45 et p. 66 sq .

68 Pour une vision diamétralement opposé à la mienne, cf. Ronan Caerleon, Le rêve fou des soldats de Breiz Atao, Nature et Bretagne, Quimper, 1974 ; notamment le chapitre intitulé « Le soldat maudit. Souvenirs vécus d’un soldat du Bezen Perrot contés par lui-même » (p. 127-230).

69 Cf. les archives de la Cour de justice cotées 213 W, section du département de l’Ille-et-Vilaine. C’est devant la Cour de justice qu’ont été jugés les « faits majeurs de collaboration ». Pour les « faits mineurs de collaboration », c’est devant la Chambre civique qu’ont eu à se défendre les accusés.

70 ADIV 213 W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 5-6.

71 « Breiz Atao, bon à flinguer ». Cf . Francis Favereau, Dictionnaire du breton contemporain , Skol Vreizh, Morlaix, 1992, p. 874.

72 P.-J. Hélias, Le quêteur…, op. cit. , p. 145.

73 C’est l’auteur qui souligne. AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’autonomisme breton 1945-1946. De même, le 4 janvier 1947, dans un rapport d’information des renseignements généraux de Quimper, au chapitre « Vie économique et locale – Associations diverses. Conférences », on lit ceci : « Grand renouveau dans le domaine folklorique et Cercles celtiques qui semblent vouloir prendre un nouvel essor, après le long sommeil causé par la suspicion de PNB jetée, sans précision, sur toute association celte. » (ADF 31 W 244. Éléments de rapports [préfectoraux] mensuels. 1946. « RG Quimper. Rapport d’information du 4 janvier 1947 », p. 9.)

74 Cf . le rapport de juin du préfet du Finistère qui, au chapitre « Epuration », écrit que de « de nombreux autonomistes bretons, dont on connaît l’attitude vis-à-vis des Allemands, ont été jugés par la chambre civique. Les condamnations d’indignité nationale et d’interdiction de séjour prononcées sont jugées trop douces et on considère généralement que le véritable procès du Parti National Breton n’a pas été fait. Cependant on ne craint pas une reprise d’activité de ce parti dont l’influence fut toujours à peu près nulle. » (ADF 31W 233. Rapports mensuels 1945 : janvier-juin.)

75 Ar Falz , n° 1, 3e trimestre 1945, p. 1. « Quatre années durant » : à cette expression française de Kéravel correspond l’expression bretonne de Roparz Hemon, déjà citée, «  pevar bloavezh talvoudus / quatre années précieuses », et celle par laquelle il caractérise cette période «  un avel a frankiz /un vent de liberté ».

76 Cf . Ar Falz , n° 1, septembre 1945, p. 4 (version bretonne). « Amzer Nevez » signifie « printemps ».

77 Bretagne réelle, n° 144, octobre 1961, cité par M. Nicolas, op. cit., p. 163. Le n° 1 d’An Avel est daté d’octobre 1945. En janvier 1945, paraît Tir-Na-Nog qui fusionne avec Al Liamm l’année suivante.

78 Cf. AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’autonomisme breton 1945-1946. Au pays de Galles, cette campagne de presse est amorcée, semble-t-il, par un pasteur protestant du nom de John Owen (1873-1956). Cf. Rita Williams, « Deizlevr diembann John Dyfnallt Owen (1873-1956) : tonkad an emsav broadelour breizhat e dibenn an eil brezel-bed gwelet gant ur C’hembread », Bretagne et Peuples d’Europe. Mélanges en l’honneur de Per Denez, Hor Yezh, Klask, Rennes, PUR, 1999, p. 719-737. L’auteur fournit des références d’articles publiés par ce pasteur dans Baner ac Amserau Cymru et Y Tyst.

79 Entre les deux guerres, Francis Gourvil (1889-1984) fut un militant actif du mouvement nationaliste breton. A la Libération, il fut membre du Comité d’épuration du Finistère.

80 AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’autonomisme breton 1945-1946. Rapport du 23 mars 1946 sur « la question bretonne et la presse britannique ».

81 Cf. AN F 41 431. Délégation [de l’Information] du Finistère à Quimper. Correspondance avec la Direction régionale [de l’Information]. I.

82 AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’autonomisme breton 1945-1946.

83 Ce sont Celta , présentée par M. Le Diuzet ; Sao Breiz evit ar Bro Gallek [ sic ], organe des Bretons des Forces Françaises Libres, et La plus grande Bretagne , demandée par l’abbé Mévellec, aumônier des Bretons d’Aquitaine.

84 AN F 41 430. Divers. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’autonomisme breton 1945-1946. Ce rapport était adressé « à Monsieur le Ministre de l’Information/– Cabinet – M. Aron –/– Inspection Générale/– Direction de la presse ».

85 Cf . le rapport d’activité du directeur Interrégional de l’Information du mois d’avril 1947 (en date du 2 mai) qui évoque cette visite. AN F 41 426. Direction de Rennes : courrier départ (décembre 1946 décembre 1947). Cf . Conseil de l’Eisteddfod nationale du pays de Galles, La visite en Bretagne. Rapport de la délégation , Cardiff, 1947, 40 p.

86 Les articles principaux ont été répertoriés par les services de l’Information, en avril 1946 : d’octobre 1945 à mars 1946, ce sont plus de 10 articles qui sont recensés. Cf . ADIV 1346 W 15. rectorat d’académie de Rennes : affaires diverses 1944-1950. Dossier « Question bretonne » : radiodiffusion, presse galloise. « Réfutation des informations publiées par une partie de la Presse britannique sur la prétendue « persécution » en Bretagne depuis le Libération », 22 pages.

87 Cette livraison de 84 pages, qui contient un historique de la pensée nationaliste bretonne, n’est pas datée mais l’ensemble des dates examinées se termine par l’année 1946.

88 Cf . R. Williams, « Dyfnallt “keneil hegarat ar Vretoned” », op. cit.

89 « Après ma prise de fonctions à Rennes-Bretagne, j’ai reçu du Recteur d’académie une lettre m’informant que je ne pourrais plus percevoir mon traitement et qu’il appartenait au service qui m’employait de me payer. J’ai dû montrer cette lettre au Professeur Weisgerber, qui était mon chef de service et qui, à ce titre devait prendre la décision sur ce point. Le Professeur a vu dans cette lettre, une manifestation d’hostilité du Recteur envers les autorités d’occupation et s’est montré fort en colère : il m’a déclaré que le Recteur allait avoir de ses nouvelles. Là dessus j’ai demandé une audience au Recteur, audience qui me fut refusée. C’est alors que j’ai écrit cette lettre du 25 mars 1942, de façon à faire comprendre au Recteur qu’il courait un danger du fait de son attitude à mon égard. Je ne pouvais rédiger cette lettre en d’autres termes, car elle pouvait tomber entre les mains des Allemands » (ADIV 213 W 66. Procès Némo. 2. Information. Pièce n° 31 : interrogatoire de Némo, le 27 août 1945.)

90 « A la création du Groupe Collaboration à Rennes, en 1942, j’ai adhéré à cet organisme après avoir été pressenti par un de ses membres dont je ne me souviens plus le nom, avec l’espoir d’obtenir la libération de prisonniers de guerre. J’ai assisté à une seule réunion et par la suite, je me suis complètement désintéressé de ce groupement, car la question des prisonniers fut totalement délaissée. » (ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 5.)

91 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo : « Réquisitoire définitif ».

92 Cf . le compte rendu de l’audience dans le numéro de Ouest-France du 17 mars 1946.

93 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo : « Correspondance c/Némo ».

94 Cf. infra le texte breton incriminé : la traduction fournie à cet endroit est de moi-même.

95 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo : « Correspondance c/Némo ».

96 Cf . le rapport du directeur Interrégional de l’information à son supérieur hiérarchique sur « la question bretonne et la presse britannique », daté du 23 mars 1946 : AN F 41 430. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’autonomisme breton 1945-1946.

97 AN F 41 430. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’autonomisme breton 1945-1946. « Compte rendu des deux visites de Mr D.W. Powell, journaliste gallois, à la direction interrégionale de l’Information à Rennes, le vendredi 15 et le samedi 16 mars 1946 », p. 1.

98 AN F 41 430. Direction régionale [de l’Information] de Rennes. Correspondance et rapports sur l’autonomisme breton 1945-1946. « Compte rendu des deux visites de Mr D.W. Powell… », op. cit ., p. 6. C’est à la demande de M. Orvain, qui l’accompagna et assista aux entretiens, que M. Le Nan reçut le journaliste gallois. Le samedi, Gourvil vint de Morlaix et tâcha, en gallois, de persuader son « cousin » (informations fournies par Maurice Le Nan : lettre du 11 septembre 1998).

99 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo. Procédure.

100 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo. Procédure.

101 François Falc’hun, La langue bretonne et la linguistique moderne. Problèmes de phonétique indoeuropéenne , conférences Universitaires de Bretagne. 22 novembre 1942, Librairie celtique, Paris-Vie, 1943, 64 p.

102 Cf . R. H., « Skridou nevez », Gwalarn , n° 158, mars-octobre 1943, p. 175-176.

103 Cf . F. Falc’hun, « An dorz d’ar gêr », Sav , n° 30, hiver 1944, p. 66.

104 ADIV 213W 66. Procès Louis Némo. Procédure.

105 ADIV 213 W 66. Procès Louis Némo. Procédure.

106 Cf . le compte rendu de Ouest-France du1 er juin1946.

107 ADIV 213 W 66. Procès Louis Némo : « Correspondance c/Némo ».

108 Cf . la lettre publiée dans l’article de R. Williams précité, p. 731.

109 AN F 41 385. Rapport d’activités. Directions régionales. Années 1945-1946. Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse. Rapport d’activité du mois de mars 1946, chapitre « opinion publique ». C’est l’auteur qui souligne.

110 ADF 31 W 235. Rapports mensuels d’information 1946. Mois de mars 1946.

111 ADF 31 W 235. Rapports mensuels d’information 1946. Mois de mars 1946. Courrier en date du 4 avril 1946.

112 ADF 31W235. « Rennes, le 3 avril 1946. Le Directeur Interrégional de l’Information à Monsieur le Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil chargé de l’Information. »

113 ADIV 1346 W 15. Rectorat d’académie de Rennes : affaires diverses 1944-1950. Dossier « Question bretonne » : radio diffusion, presse galloise. C’est l’auteur qui souligne.

114 Cf . ANF 41426.Direction [de l’information] de Rennes. Courrier départ. Courrier du 19 janvier 47 au Secrétaire d’État. « Autorisation de paraître » était l’expression consacrée sous le règne de « l’autorisation préalable » qui n’est supprimé que courant 1947 sous le ministère de Pierre Bourdan : le ministère de l’Information est alors supprimé pour faire place, provisoirement, au « Ministère de la Jeunesse, des Arts et des Lettres, chargé de l’Information ». Ce pendant, la pénurie de papier fait que, si la publication est libre, celle-ci n’est cependant légale que si l’autorité compétente, c’est-à-dire l’Information, accorde une attribution de papier. Tout était dans la nuance.

115 Il fut, à la Libération, directeur régional de Bourgogne-Franche-Comté : les rapports entre lui et Le Nan étaient, de ce fait, faciles.

116 Cf. AN F 41 2662-2673. Organisation générale du département [de l’Information]. Composition et cabinet de correspondance. Pour l’année 1946 : AN F 41 2664.

117 AN F 41 2687. XII c. Directions régionales. Délégués régionaux, correspondance, rapports 1944-1945.

118 Lettre du 11 septembre 1998.

119 Lettre du 4 novembre 1946 adressée à Pierre Le Roux, Doyen honoraire de la Faculté des Lettres de Rennes ainsi qu’à Le Diuzet, directeur de Celta : AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.

120 Cahier bleu, op. cit., p. 10.

121 AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.

122 Né en 1901 à Belle-Île-en-Mer, doyen de 1945 à 1947.

123 Né en 1879, historien de la Bretagne, doyen de la faculté des Lettres de Rennes de 1937 à 1940.

124 Né en 1909, chargé d’enseignement à la faculté en 1945.

125 Né en 1919. « Études de médecine commencées en 1936 (interrompues par la guerre : FFL de 1940 à 1945) » (Annuaire des dix mille Bretons, Rennes, PUB, 1971, p. 754).

126 Libraire à Quimper. A la Libération, il est nommé à la présidence du Comité Départemental de la Libération. Il y restera jusqu’en janvier 1945.

127 Né en 1874, professeur de celtique de 1911 à 1951, auteur de l’Atlas linguistique de la Basse-Bretagne (1924-1953).

128 Yves Milon, né en 1897. Maire de Rennes de 1944 à 1953.

129 Maurice Le Nan. Lettre du 11 septembre 1998.

130 Il s’agit de Tromelin, journaliste et correspondant à Saint-Brieuc du quotidien catholique rennais La Voix de l’Ouest.

131 AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.

132 Lettre du 17 avril 1996.

133 P.-J. Hélias, Le quêteur… , op. cit. , p.139.

134 AN F 41 385. Rapport d’activités. Directions régionales. Années 1945-1946. Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse. Le rapport cité est daté du 30 novembre.

135 AN F 41 426. Direction [de l’information] de Rennes. Courrier départ.

136 AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.

137 H. Fréville, La presse bretonne…, op. cit. , p. 238.

138 Je rappelle que Fréville a été remplacé par Le Nan, quelques mois plus tard au poste, de directeur régional de l’Information.

139 AN F 41 427. Direction [de l’information] de Rennes. Correspondance générale entre la direction et le ministère. 18 septembre 1944-12 novembre 1946. Sur cette affaire, voir l’ouvrage de Fréville ( La presse bretonne …, op. cit.), p. 100 sq.

140 Pierre Trépos est né le 31 janvier 1913 à Plozévet. Agrégé d’anglais, il enseigne à Rennes dès 1946 et, en 1949, il intègre l’université de cette ville afin d’enseigner aux côtés du chanoine Falc’hun. En 1956, il soutient, à Paris, ses thèses sur « Le pluriel breton » et « Le vocabulaire breton de la ferme ». En 1959, il est nommé directeur du tout nouveau collège littéraire universitaire de Brest. Il meurt subitement le 12 janvier 1966 (cf. Yves Le Gallo, « Pierre Trépos », Ar Falz, n° 1, janvier-février 1966, p. 2).

141 ADF 31 W 666. Presse. Notes d’information concernant la presse. Information : 1944-1948.

142 ADF 31W666. Presse. Notes d’information concernant la presse. Information : 1944-1948. Cf. aussi AN F 41 428. Direction [de l’information] de Rennes. Questions générales. Correspondance avec le ministre et les autorités. En 1945, Trépos avait quelques responsabilités politiques dans le département : il était conseiller municipal socialiste de Penhars.

143 C’est l’auteur qui souligne. Cahier bleu, op. cit., p. 9.

144 P.-J. Hélias, Le quêteur…, op. cit., p. 134.

145 AN F 41 426. Direction [de l’information] de Rennes. Courrier départ.

146 Par cacographie, l’auteur écrit « à jeu pris ».

147 AN F 41 430. Divers. Radiodiffusion régionale, 1944-1947.

148 AN F 41 385. Rapport d’activités. Directions régionales. Années 1945-1946. Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse. Le rapport cité, adressé à « M. le Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil, chargé des services de l’Information Inspection générale », est daté du 4 janvier 1947.

149 ADF Rapport mensuel. Janvier 1947.

150 ADF 1007W 18. Émetteur de Quimerc’h. Correspondance. 1947-1964.

151 Ibidem

152 Information fournie par Charles Le Gall.

153 Cf . Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République. 2. L’expansion et l’impuissance 1952-1958 , Nouvelle histoire de la France contemporaine 16, Seuil, 1983, p.234.

154 P.-J. Hélias, Le quêteur…, op. cit ., p.139.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540