Version classiqueVersion mobile

La Radio en langue bretonne

 | 
Ronan Calvez

Premier mouvement. Histoires

Chapitre I : Wo ist Kaptän Nemo2 ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 2 « Où est le capitaine Nemo ? » Inscription relevée à Berlin, en mars 1998, au-dessus d’une immense (...)
  • 3 MichelWinock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Seuil, 1990, p. 7.

La politique est moins faite de rationalité que de mythes et de mythologies.
Michel Winock3

1Au temps des ducs, « Bretaigne est poésie » ; dans l’entre-deux-guerres, poésie est idéologie. En effet, les acteurs principaux du mouvement nationaliste breton – et particulièrement ceux de la branche culturelle, Roparz Hemon à leur tête – mettent en place une idéologie qui veut apporter une réponse satisfaisante au désenchantement du monde bas-breton. C’est la victoire des Allemands, l’Occupation qui voient ces acteurs passer du monde des rêves à celui de la réalité, du discours théorique à la pratique. En Bretagne, la traversée du miroir a lieu en 1940.

Le désenchantement d’un monde

  • 4 « La ville s’endormait », 1977.

Il est vrai que souvent/La mer se désenchante/Je veux dire en cela/Qu’elle chante d’autres chants/Que ceux que la mer chante/Dans les livres d’enfants.
Jacques Brel
4

  • 5 Cf.Michel Denis, « Mouvement breton et fascisme. Signification de l’échec du second Emsav », dans (...)

2Histoire et langue sont les deux mamelles du mouvement nationaliste breton5

.

  • 6 Cf. Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, Syros, 1982, 380 p. ; Alain Déniel, Le mouvement (...)

3Les études sur le mouvement politique breton – appelé aussi Emsav – scindent son histoire en trois parties6 : une première période va de 1898 (fondation de l’Union Régionaliste Bretonne) à 1914 ; une seconde commence en 1918 (fondation de l’Union de la Jeunesse Bretonne) et s’achève en 1944 ; la dernière prend naissance dans l’immédiat après-guerre.

  • 7 Cf. Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1870. Programme, mythe, réalité, Paris, Gallimar (...)
  • 8 Cf. Miroslav Hroch, Social Preconditions of National Revival in Europe, Cambridge, 1985. Cité et u (...)
  • 9 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 23.
  • 10 Cf. E. Hobsbawm, ibidem.
  • 11 Cf. Jean-Yves Guiomar, Le Bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Société d’histoire et (...)
  • 12 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 23.
  • 13 François Jaffrennou (Taldir), La Genèse d’un mouvement (Ganedigez eun Emzao). Articles, doctrines (...)
  • 14 Sur les préoccupations sociales et économiques de l’URB, cf. M. Nicolas, Histoire du mouvement bre (...)
  • 15 Cf. Jaffrennou, op. cit., p. 105 : texte publié dans L’Ouest-Éclair, 4 novembre 1901.
  • 16 Quelques exemples d’opuscules qui contribuent à l’élaboration de cette doctrine : Dihun Breiz/Le r (...)
  • 17 « Bretagne Toujours ». Titre d’un journal qui sera, de 1919 à 1927, l’organe de l’Unvaniez Yaouank (...)

4Le nationalisme breton est loin d’être un phénomène isolé : il est bel et bien le rejeton d’une grande famille européenne née au XIXe siècle. De très nombreux travaux ont clairement mis en lumière sa généalogie7. On s’accorde maintenant pour diviser en trois phases l’histoire des mouvements nationaux8. Ce système vaut aussi pour la description du mouvement breton, sinon qu’apparemment la dernière phase – la phase C –, n’a pas connu d’équivalent en Bretagne : cette phase est celle où les programmes nationalistes acquièrent un soutien de masse, ou du moins le soutien d’une partie des masses que les nationalistes prétendaient représenter9. Il est patent que rien de tel ne s’est produit en Bretagne. La phase A est purement culturelle, littéraire et folklorique, et n’a pas de conséquence particulière sur le plan politique10. En Bretagne, le XIXe siècle des bretonistes correspond à cette période florissante dans le domaine des lettres bretonnes11. La caractéristique de la phase B, c’est l’apparition d’un groupe de militants de « l’idée nationale » qui commence une campagne politique s’appuyant sur cette idée et visant à la mettre en lumière aux yeux du peuple au nom duquel il se bat12. Cette phase B, quand débute-t-elle pour ce qui concerne le mouvement breton ? Un ouvrage paru en 1912, sous le titre La Genèsed’un Mouvement, donne une réponse à cette question. Il s’agit d’un recueil d’articles et de discours doctrinaires rédigés entre 1898 et 1911 par un homme qui a marqué le dit « mouvement breton » : François Jaffrennou13. L’auteur s’exprime en tant que fondateur et membre de l’Union Régionaliste Bretonne et son ouvrage est, en quelque sorte, un bilan de ce qu’il faut retenir de la pensée des régionalistes : l’idéologie domine, les problèmes économiques ne sont pas ou guère étudiées par l’URB14. Jaffrennou fournit des données idéologiques précises qui sont, selon lui, à la base du « Mouvement15 ». Dans ces années de fin et de début de siècle se met au point une doctrine franchement nationaliste16 : bien que vague encore, ce nationalisme breton est déjà l’affirmation d’une marque identitaire, particulariste et porteuse plus tard – avec le mouvement « Breiz Atao17 », après la guerre – de visées séparatistes et de proclamations xénophobes. Sans aucun doute possible, la période de l’entre-deux-guerres est, en Bretagne, l’illustration de la phase B du schéma précité.

  • 18 J.-Y. Guiomar, Le Bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, op. cit. : cf. le chapitre VI (...)
  • 19 Cité par Georges Minois, Nouvelle histoire de Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 729.
  • 20 Ibidem.

5Les nationalistes du présent siècle utilisent abondamment les travaux des historiens bretons du XIXe siècle18, et plus précisément ceux du plus illustre d’entre eux, Arthur de La Borderie (1827-1901) qui proclamait, en 1890, lors de son cours d’ouverture de la chaire d’histoire de la Bretagne créée à l’université de Rennes : « La Bretagne est mieux qu’une province, elle est un peuple, une nation véritable et une société à part, parfaitement distincte dans ses origines, parfaitement originale dans ses éléments […]. La Bretagne, notre Bretagne, c’est une langue, la langue sacrée de nos aïeux. La Bretagne, c’est un caractère, un caractère national bien trempé ; par là même, c’est un peuple, non pas seulement une province, mais une nation qui a eu son existence propre, originale, indépendante19. » Cette proclamation solennelle a été utilisée avec enthousiasme par les acteurs du mouvement nationaliste. Mais ces derniers ont le plus souvent omis d’en citer la conclusion, qu’il est bon de rappeler ici : « Voilà vos pères, enfants, ne dégénérez pas. Comme ils ont aimé la France et la Bretagne, aimez-les tous les deux ; comme ils les ont servies, servez-les20. » Or, les nationalistes de l’après-guerre ont séparé le bon grain de l’ivraie… et n’ont gardé que les éléments idéologiques qui étayaient leur vision nationale de l’histoire de la Bretagne.

  • 21 1775-1838. Grammairien et lexicographe. Promoteur d’une orthographe raisonnée du breton : lui-même (...)
  • 22 1860-1949. Grammairien et lexicographe. Auteur, notamment d’un « Grand dictionnaire françaisbreton (...)
  • 23 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 77.
  • 24 Cf. Anne-MarieThiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècles, Paris, Seu (...)
  • 25 Fichte, Discours à la nation allemande, traduction de S. Jankélévitch, Aubier-Montaigne, Paris, 19 (...)
  • 26 Cf. G. Delannoi, Sociologie de la nation…, op. cit., p. 86 sq.

6Avec l’histoire, la langue est perçue comme un élément central de la définition de la nationalité. Ici encore, les racines sont à rechercher dans les travaux du siècle précédent. La citation de La Borderie offre un bon exemple de l’importance de la langue dans la définition moderne de la nationalité. Outre la référence à La Borderie, le nationalisme linguistique remonte aussi aux travaux de linguistes comme Jean-François Le Gonidec21 (surnommé « Reizer ar brezoneg/le correcteur du breton »), puis comme François Vallée22 (surnommé « Tad ar yez/le père de la langue ») : les surnoms attribués à ces personnages sont en eux-mêmes caractéristiques de la construction idéologique qui identifie de façon mystique la nationalité à une sorte d’idée platonicienne de la langue transcendant toutes ses variantes nécessairement imparfaites23. Cette idéologie bretonne n’est en rien originale ; on en trouve la substance dans les écrits de Johann Herder (1744-1803), notamment dans ses Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité (1784-1791), traduit en français et édité en 1827-1828. En Europe, au XIXe siècle, pour tous les intellectuels préoccupés par la question des nationalités, l’oeuvre de Herder devient incontournable. C’est pourquoi, les travaux qui portent sur la culture populaire s’inspirent, souvent sans le savoir, des réflexions du philosophe allemand : ainsi, la pensée commune sur la tradition, la langue et l’âme populaire est, en grande partie, herdérienne24. De même, on sent l’influence de J. G. Fichte (1762-1814), principal théoricien de l’identification nationalitaire par la langue : dans ses Discours à la nation allemande (1807), il affirme que « les hommes sont formés par la langue, plus que la langue ne l’est par les hommes25 ». Ses Discours ont une grande influence sur la théorie allemande de la nation qui s’oppose à la théorie révolutionnaire26.

  • 27 Afin d’élargir le champ de vision et de voir que ces éléments, et notamment la langue, ont une imp (...)
  • 28 MaxWeber (1864-1920) a montré que le monde moderne était parvenu au « désenchantement » à travers (...)

7Tels sont donc les deux éléments essentiels, l’histoire et la langue, qui lient les acteurs du mouvement breton de l’entre-deux-guerres27. De plus, ces acteurs, tous issus des classes moyennes lettrées, sont déjà parvenus dans le « désenchantement28 ». Ils ressentent en effet de façon exacerbée la transformation d’un monde, celui de la société traditionnelle bretonne, qui plie déjà sous les coups de boutoir de la modernité.

  • 29 Cf. Paul Valéry, « La crise de l’esprit. Première lettre » Variété 1. Paris, Gallimard, 1978, p. 1 (...)
  • 30 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 171.

8Il y a lieu d’insister tout particulièrement sur les effets de la Grande Guerre, dans le cas de la Bretagne : une vieille province sort alors de son immobilité séculaire. En 1914, le tocsin n’annonce pas que la guerre ; il proclame aussi la fin d’un monde. Les hommes partent au front, massivement, sont mêlés à d’autres peuples, voient leurs certitudes confrontées à d’autres certitudes : dans de nombreux domaines, les conséquences sont immenses29. Ce qui entre en vigueur, dans les années d’après-guerre, c’est le principe wilsonien qui exige de faire coïncider les frontières d’État avec les frontières de nationalité et de langue30. Ce principe vaut surtout pour les nations nées après le démembrement de l’Autriche-Hongrie. Mais on ne touche pas aux structures d’un État aussi stable que la France : cela n’empêche pas les nationalistes bretons de proclamer que ce qui est valable pour les grandes nations doit l’être aussi pour les petites : le marquis de l’Estourbeillon, régionaliste bon teint, président de l’URB pendant de longues années, adresse aux délégués de la Conférence de la Paix, une pétition pour réclamer « le droit imprescriptible des peuples à parler et enseigner librement leur langue, de voir respecter leurs traditions et leurs croyances ».

  • 31 Voir la notice de Pierre Mocaër sur « la vie de Jean-Pierre Calloc’h », dans l’édition posthume de (...)
  • 32 À Loc-Brévalaire, petite commune du Bas-Léon, on le rappelle en breton : « Parrez Loc-Brévalaire d (...)
  • 33 Cf. G.-L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme…, op. cit., p. 81 sq.
  • 34 Sur le patriotisme d’État, cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 103-129.
  • 35 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 158.
  • 36 EugenWeber, La fin des terroirs : la modernisation de la France rurale, Fayard, 1983, 839 p. Le ti (...)

9En Bretagne, cette affaire mobilise bien peu de cerveaux et n’a aucun écho dans le peuple, dans ce que l’on peut appeler la « masse bretonnante ». Le poète Jean-Pierre Calloc’h, mort à la guerre en 1917, envisageait, en adhérant avec enthousiasme à l’Union sacrée contre l’ennemi héréditaire, une juste compensation en faveur des Bretons, par exemple l’enseignement de leur langue. Ce qui a joué à fond dans cette période, ce sont les notions associées de « grande patrie » et de « petite patrie », la seconde ne pouvant être qu’étroitement solidaire de la première31. Le principe du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » ne trouve quelque écho que dans des milieux intellectuels et favorisés. Là, on tire argument des sacrifices consentis par les Bretons pour défendre la patrie française et l’on n’hésite pas à réclamer, en leur nom, une compensation en leur faveur de la part de la Société des Nations. Le peuple, quant à lui, demeure très en deçà de pareille réclamation, et pour tout dire, lui est complètement étranger. Tout le monde est conscient de l’énormité du massacre : les monuments aux morts des communes bretonnes sont couverts des noms de leurs « enfants morts à la guerre32 », « morts pour le pays ». Les Bretons n’ont pas connu l’existence d’une pétition adressée au président Wilson par quelques personnalités dénuées de tout mandat. S’il avait connu la pétition en question, le peuple breton n’en aurait pas supporté, à cette époque, le postulat, à savoir la Bretagne présentée en termes de « principe national ». Pour l’heure, il s’incline avec émotion et respect devant le monument aux morts de sa commune33. Il s’identifie à la pierre d’un édifice en construction de longue date, le patriotisme – c’est-à-dire un nationalisme d’État. Choisir la stèle, c’est adhérer, consciemment ou non, à cette « religion civile » décrite par Rousseau, à ce patriotisme d’État qui vise à accaparer le loyalisme civique des habitants de la France pour en faire des citoyens français à part entière34. Certes, toute personne avait – et a – plusieurs attachements et loyalismes simultanés35 : la démocratisation de la politique au cours du XIXe siècle, la possibilité pour l’homme du peuple d’exprimer ses fidélités, a mis l’État et ses classes dirigeantes dans l’obligation de s’assurer la pleine loyauté des classes inférieures. Ceci se résume comme suit, de manière assez simple : transformer les paysans, et donc les paysans bretons, en citoyens français36.

  • 37 Sur l’importance de l’Union sacrée dans la vie politique contemporaine française, voir Fabrice Bou (...)

10C’est en 1914 que, sur toute l’étendue du territoire français, le loyalisme de la population trouve son expression la plus forte : à travers l’Union sacrée, par-delà tous les attachements, par-delà tous les autres loyalismes, les peuples de la France se regroupent en un front commun qui deviendra finalement victorieux37. Les quatre années de guerre ont plus fait pour l’attachement des Bretons – notamment – à la nation française que les opérations mises en place par l’État dans le courant du XIXe siècle : conscription, développement de l’administration, école obligatoire…Cette guerre a permis l’identification et l’assimilation de la masse des bretonnants : l’idéal, mis en place à la Révolution française, de transformer les paysans bretons en citoyens français de langue française s’est, du fait de cette guerre, considérablement rapproché de la réalité. La déflagration de 1914 a aussi des conséquences sur les réalités langagières de la Basse-Bretagne.

.

11Pour cerner les réalités fort diverses et fort complexes qui se logent derrière les deux seuls mots « langue bretonne », il faut connaître la carte géographique de la Bretagne, sans parler d’une autre carte, non établie, mais très présente partout, celle des modalités culturelles. Ce qui est encore vrai de nos jours, l’était à plus forte raison dans les années 1918.

  • 38 Francis Gourvil (1889-1984), Langue et littérature bretonnes, Paris, PUF, 1952, (« Que sais-je ? » (...)

12Voici la description du breton faite en 1952 par Francis Gourvil. « De l’est à l’ouest, et du nord au sud de son territoire actuel, la langue bretonne est marquée par des différences plus ou moins importantes, tantôt dans l’accentuation, tantôt dans sa phonétique, tantôt dans l’emploi de certains mots, de telles désinences pour les infinitifs et les pluriels. À ces phénomènes généraux viennent parfois s’ajouter des détails perceptibles aux sens des seuls bretonnants, constituant avec eux un ensemble de caractéristiques qui a amené depuis longtemps ceux qui se sont occupés de cette langue à la diviser en un certain nombre de dialectes38. »

  • 39 Ibidem, p. 97.
  • 40 Cf. Yves Le Gallo, « Postface », Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, tome 3, p. 384.

13N’importe quel bretonnant de naissance d’un certain âge, issu de n’importe quelle zone dialectale pourrait corroborer cette appréciation de l’auteur qui se résume par l’expression populaire : « C’est pas le même breton. » Qu’en était-il dans ces conditions de l’intercompréhension il y a 80 ans ? L’homme du peuple, aspirant à maîtriser le français qui permettra peutêtre à son fils de concourir à un emploi d’État, aurait répondu que son breton est tout juste compris à l’intérieur des limites de sa paroisse. Le lettré lui, même si sa première langue est le breton, est peut-être en mesure de prendre davantage de hauteur. Il sait bien que ces différences ne sont nullement insurmontables et n’empêchent pas l’intercompréhension. Tout au plus, ces nuances sont-elles, comme le dit encore Francis Gourvil, des « signes de reconnaissance » parfois exacerbés. Le même auteur, qui a beaucoup observé, notait encore que « dès la première phrase, au cours d’une conversation, les usagers de l’un ou l’autre dialecte décèlent immanquablement leur origine aux sens d’un interlocuteur appartenant à un pays différent, voire à une commune située en bordure de la frontière du dialecte de celui qui parle39 ». Si, de nos jours, on peut voir se mettre en place une langue bretonne qui est commune aux lettrés bretonnants, il n’en allait pas du tout de même en 1918 quand tous les bretonnants, à part quelques dizaines de lettrés, parlaient un breton et non le breton40.

14Pénétrons entre les deux guerres à l’intérieur d’une paroisse du pays bretonnant. Première constatation : tout le monde parle breton. Si l’on a l’ouïe un peu fine cependant, on ne manque pas de remarquer, à condition de rester quelque temps à son poste d’observation, que même dans cette paroisse apparemment si homogène, il y a au moins deux niveaux de langue. On a d’une part, le breton quotidien qui a cours en famille et dans les champs et, d’autre part, un autre breton, dominical, celui qui s’entend du haut de la chaire. Ce breton d’église n’était pas simplement du léonais exporté éventuellement hors du Léon, il s’agissait d’une langue très châtiée sur le plan du vocabulaire, débarrassée de toutes les prononciations dialectales réputées défectueuses. Bref, il s’agissait d’une langue située à bonne distance du parler quotidien et digne, par son élégance et sa distinction, du lieu saint dans lequel elle était employée.

  • 41 Cf. M. Prigent, Tanguy Prigent. 1. Ti-Kaled, Club socialiste du livre, Paris, 1982, 315 p.
  • 42 Cf. Andreo arMerser, 1789 hag ar brezoneg, Brud Nevez, 1990 : Levrenn genta – Adskrivadennou, 292 (...)
  • 43 Cf. Ronan Calvez, « Vie et mort du paysanisme breton : Feiz ha Breiz (1865-1875) », La Bretagne Li (...)
  • 44 Cf. C.-A. Ferguson, « Diglossia », Word, n° 15, 1959, p. 325-340. Republié dans Charles A. Ferguso (...)
  • 45 Cf. Y. Le Berre, « Langues et usages sociaux en Basse-Bretagne », Les parlers de la foi. Religion (...)
  • 46 Voir les actes du colloque (Brest, juin 1994) : « Badume, Standard et Norme. Le double jeu de la l (...)

15Il n’y avait guère de langue bretonne « publique » que celle qui partait du haut de la chaire. Je dis « guère ». Il est certain que du temps où le bloc bretonnant était encore relativement massif et homogène, le breton a servi, un peu partout, comme le moyen naturel de s’adresser à la population pendant les campagnes électorales. On ne garde pas, semble-t-il, de souvenirs impérissables de ces « prestations » : les orateurs, même bretonnants, exprimaient bien mieux leurs idées politiques en français qu’en breton. Cependant, un autonomiste comme Goulven Mazéas, qui se présenta aux élections législatives à Guingamp, en 1930, sous l’étiquette « Républicain fédéraliste », ne pouvait sans doute pas s’accommoder d’une langue bretonne dévaluée. Entre les deux guerres, et juste après la dernière, un homme politique comme Tanguy Prigent s’adressait indifféremment en français et en breton à ses concitoyens du Trégor lors des meetings électoraux qu’il tenait41. L’utilisation du breton publiquement, en dehors de l’église et dans un contexte complètement étranger à des perspectives pastorales, n’a certainement pas été négligeable, notamment pendant la Révolution42.Mais, d’une part, la documentation semble rare et, d’autre part, la sorte d’avance prise par l’Église dans l’usage public du breton a fait que s’est mise au point une langue scrupuleusement codifiée au niveau des tournures, du vocabulaire, de la prononciation, représentant une sorte de modèle. Ce modèle littéraire ecclésiastique – pour ce qui concerne le domaine du « KLT » – remonte, en fait, à 1865, date de la création de l’hebdomadaire breton Feiz ha Breiz : c’est sous l’impulsion de Yves-Goulven Morvan, son directeur pendant dix ans, que se met en place une langue écrite « moyenne », compréhensible par le maximum de personnes43. Le « breton d’Église » était ce qu’en termes linguistiques, on peut appeler la langue standard : dans une optique diglossique44, il correspond au niveau haut de la diglossie (HL : « high language »). Le breton parlé dans les familles, que j’appellerai badume – du breton « par chez nous (on dit)45 » –, est l’équivalent de la variété dite basse (LH : « low language »). Cependant, cette situation diglossique évolue. À partir de 1918, le français normalisé – norme véhiculée principalement par l’école et l’administration –, est en passe de remplacer le breton standard. Par contre, le badume, est toujours – et ce jusqu’aux années cinquante – la langue de communication très majoritairement parlée par la population de Basse-Bretagne46.

  • 47 Cf. PhilippeMartel, « L’image de l’occitan dans l’opinion au XIXe siècle », dans les actes du coll (...)

16Comme je l’ai déjà suggéré, l’homme peut avoir – et a le plus souvent – plusieurs attachements simultanés : les exigences qui peuvent résulter de ces attachements ne sont pas toujours compatibles, mais elles peuvent le devenir. Et vice versa. Imaginons, en 1928, un paysan de Bohars, commune rurale jouxtant la ville de Brest : chez lui et au travail il parle exclusivement breton ; au marché de la ville où il vient vendre ses produits, il s’exerce à parler le français qu’il a appris à l’école, ses acheteurs ne pratiquant pas le breton ; tous les dimanches il se rend à la messe et aux élections de cette même année 1928, il votera démocrate populaire, malgré les consignes de vote du comité catholique diocésain, qui lui enjoignent de voter autrement. On peut imaginer sans peine les représentations attachées à sa pratique alternée du breton et du français47, et je propose le schéma suivant.

  • 48 Pascal, Pensées, éd. Brunschvicg, 358.
  • 49 Cf. J. Le Dû et Y. Le Berre, « Parité et disparité : sphère publique et sphère privée de la parole (...)
  • 50 Cf. Fabrice Bouthillon, La Naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire : (...)

17Dans ce schéma diglossique, chaque langue a son propre champ d’expansion, et motive chez les locuteurs des attachements et des loyalismes respectifs. Le breton a l’image d’une langue ancienne, passée, voire dépassée, alors que le français véhicule l’image d’une langue moderne, qui a de l’avenir : la pratiquer est valorisant. On doit néanmoins souligner que les représentations liées à la langue bretonne sont grandement négatives et laissent deviner que cette situation n’est pas immuable : dans les années quarante, on commencera majoritairement à parler français aux petits enfants dans le cercle de famille, sphère privée de la parole par excellence. Cette situation, a priori, ne pose pas de problème existentiel à notre paysan ; il en ira tout autrement si entre dans la lice un lettré nationaliste qui verra dans ces attachements des incompatibilités criantes, surtout si lui-même ne possède pas ces représentations-là…pour cause de non-maîtrise native de la langue. À partir de ces représentations, on peut établir encore entre les deux langues d’autres correspondances – même si ces dernières ne sont pas ressenties comme telles par les bretonnants, elles n’en découlent pas moins de leur pratique de l’une et l’autre langues. « L’homme n’est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête48 » : dans ses pratiques linguistiques aussi49, l’homme manifeste qu’il a une double nature50.

18Cela donne le tableau suivant.

  • 51 Cf. Eva Vetter, Plus de breton ? Conflit linguistique en Bretagne rurale, Le Relecq-Kerhuon, An He (...)
  • 52 Cf. Georg Kremnitz, « Démarches et particularités de la sociolinguistique catalane », Sociolinguis (...)
  • 53 Cf. H. Boyer, « “Diglossie” : un concept à l’épreuve du terrain… », op. cit., p. 30.

19Pour autant, dans le cas de la Basse-Bretagne, ces représentations n’ont pas abouti à un conflit linguistique51 tel qu’il a pu exister en Catalogne52 ou bien tel qu’il existe en Belgique : dans ces deux pays, ce ne sont pas les deux langues en présence qui se sont battues ou qui se battent entre elles53, mais bel et bien les locuteurs, au nom d’intérêts qui peuvent être assez éloignés des préoccupations linguistiques. Ainsi, en Catalogne, la bourgeoisie a très fortement appuyé la politique de « normalisation linguistique » afin d’affirmer son autonomie et son pouvoir économiques vis-à-vis, notamment, de la bourgeoisie castillane. Néanmoins, ceci ne veut pas dire que cette situation diglossique n’a pas été vécue douloureusement en Basse-Bretagne : chez ceux des bretonnants qui souffraient de ne pas suffisamment maîtriser le français et de ne pas pouvoir s’intégrer à la société nouvelle qui se mettait en place sous leurs yeux, le contact des langues a provoqué un conflit intérieur et il a induit des séquelles très sensibles. Cependant, le va-et-vient entre les deux registres que fait apparaître le tableau ci-dessus est vécu, le plus souvent, sans conflit, et même plutôt fructueusement, par l’ensemble d’une population bilingue. Il en va tout autrement pour ce qui concerne les nationalistes – précisément ceux de l’entredeux- guerres : ils ressentent ce va-et-vient comme une infirmité et ils en dénoncent avec violence l’incompatibilité, proposant alors leurs propres solutions.

  • 54 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 72-73.

20La naissance du journal Breiz Atao en 1919 est à l’origine d’une vision de la langue bretonne présentée comme étant le fondement primordial de la culture nationale et la matrice de l’esprit national54. La création de Gwalarn en 1925 marque l’acte de naissance du nationalisme linguistique. L’esprit de cette revue participe d’une même démarche de ré-enchantement.

La Pangée intemporelle

Ar Breizad emskiantek a zo evel eun den war bevenn eun islonk.
En tu all d’an islonk, e wel o para dindan e sell eur vro gaer,
eur vro hervez e c’hoant, eur vro a zo breizek pep tra enni : yez, douar, doareou, hag all.

  • 55 « Le Breton conscientisé est semblable à un homme sur le bord d’un abîme. De l’autre côté de l’abî (...)

21Gawain55

22La Pangée, il s’agit du bloc unique que formaient les continents avant leur dislocation.

23La Pangée, c’est la Bretagne idéologique née dans les têtes nationalistes, dans laquelle tous les éléments suivants ne font qu’un : langue, peuple, territoire. Le tout à l’état pur.

.

  • 56 Pour avoir une vision d’ensemble panégyrique du « mouvement littéraire » Gwalarn, ainsi qu’un tabl (...)

24À l’initiative de Roparz Hemon est fondée, en mars 1925, la revue Gwalarn qui paraît d’abord comme un supplément de Breiz Atao, l’organe de l’Union de la Jeunesse Bretonne, dirigé notamment par Olivier Mordrelle, aliasMordrel. La littérature bretonne d’après 1918 est en grande partie directement issue de la naissance de Breiz Atao ou largement influencée par elle : dans le mouvement breton, les passerelles sont étroites entre le territoire politique et le territoire culturel ; de part et d’autre, on trouve les mêmes acteurs qui se déplacent de l’un à l’autre de ces territoires. En 1927, par exemple, Roparz Hemon fait partie des membres fondateurs du nouveau Parti Autonomiste Breton. Par la suite, il prendra officiellement la plus grande distance par rapport à toute formation politique et affectera de se cantonner dans le domaine purement culturel et littéraire. De mars 1925 à l’automne 1926, Roparz Hemon et OlivierMordrel, avec un très petit nombre d’autres collaborateurs, fonctionnent de concert.Mais après un an et demi de collaboration, les deux organes se dissocient et Gwalarn devient autonome. La revue paraîtra jusqu’en 1944 : au total, 165 numéros seront publiés56. À la revue, il convient d’ajouter les nombreux livres publiés par la maison d’édition Gwalarn : c’est une véritable constellation qui gravite autour du jeune agrégé d’anglais qu’est Louis Nemo, alias Roparz Hemon.

  • 57 Publié dans Breiz Atao. La nation bretonne. Revue mensuelle du nationalisme breton et des relation (...)

25Outre leur amour pour la langue bretonne, Roparz Hemon et ses collaborateurs occasionnels ont en commun d’être des jeunes gens cultivés. L’objectif de la nouvelle revue se résume en quelques mots, ceux par lesquels commence le « premier et dernier manifeste de Gwalarn en langue française » signé par Roparz Hemon et OlivierMordrel57 : « Il n’y a pas de renaissance nationale sans renaissance linguistique. » De cette affirmation découlent un certain nombre d’objectifs :

« Gwalarn est avant tout quelque chose de neuf et d’unique : une revue littéraire, destinée à l’élite du public bretonnant, et dont l’ambition n’est rien moins que d’engager la littérature bretonne sur la voie que suit depuis longtemps la littérature de mainte petite nation : la Bohême, la Flandre, la Catalogne entre autres. C’est dire que l’avènement de Gwalarn marquera en Bretagne dans le domaine littéraire ce que l’avènement de Breiz Atao a marqué dans le domaine politique : réaction violente et raisonnée de la jeunesse cultivée contre les modes surannées et la fausse paysannerie mises en honneur par le régionalisme, contre le clinquant, les clichés, les fadaises, le plat et naïf propagandisme dont a vécu jusqu’ici ce qu’on veut bien appeler notre littérature. »

26Cet objectif sous-tend qu’il n’y a pas de littérature bretonne et qu’elle reste à créer. Les fondateurs de Gwalarn mettent ostensiblement en avant le caractère nouveau de l’expérience : l’expression « Pour la première fois… » résonne dans le manifeste comme un leitmotiv quand il est répété cinq fois pour présenter les buts fixés ; à savoir, un contenu d’une « irréprochable tenue littéraire », ainsi qu’une forme linguistique et orthographique résolument normalisée : « Pour la première fois, une tentative sera faite pour mettre “à la page” la Bretagne celtique, par d’autres moyens que par sa destruction. » Le caractère élitiste de la nouvelle revue est un élément essentiel, qui apparaît clairement dans le manifeste. En effet, pour les auteurs, « Gwalarn est une expérience » et :

« Il s’agit de savoir s’il existe en Bretagne un public assez instruit du breton pour pouvoir comprendre la langue littéraire (aussi distante du langage du paysan breton que la langue de M. France l’est de celle du paysan français), un public assez éclairée [sic] pour suivre une littérature bretonne qui, tout en s’efforçant de puiser sa sève dans le génie de la race, veut être d’esprit européen, s’inspirant des méthodes littéraires européennes d’aujourd’hui, tant dans l’expression que dans la pensée. […] Nous répétons ce que nous avons dit tant de fois : le sort de notre littérature, auquel est lié celui de notre langue, et par suite, celui de notre nationalité, est entre les mains de l’élite. »

27Outre cet élitisme affiché, on notera, dans la dernière phrase citée, l’importance de la langue – et de la littérature – dans la justification de la nationalité : par là même, la littérature est un élément essentiel de la doctrine nationaliste. Ce manifeste s’achève par un appel aux bonnes volontés :

« […] Sans distinction de parti. L’adhésion à Gwalarn n’implique pas l’adhésion au nationalisme breton. La littérature peut être mise au service de la politique, mais elle n’en dépend pas essentiellement. Il y aura place dans notre revue littéraire pour l’idée bretonne ; il y aura place pour un art libre vis-à-vis de toute doctrine. Nous concevons aussi qu’on puisse le faire par pur sentiment esthétique. »

  • 58 L’expression est de Jean-Yves Guiomar, « La trinité bénédictine. Essai sur la production du signe (...)

28Cependant, si la littérature, d’après les auteurs du manifeste, ne dépend pas de la politique, on peut estimer que la politique bretonne aura intérêt à s’appuyer sur une littérature gwalarniste. En effet, c’est cette dernière qui lui fournit une grande partie de ses cadres de pensée, qui lui garantit la mise en place d’un ordre imaginaire, contribuant ainsi à l’élaboration d’un « continent mythique58 ».

  • 59 Cf. F.Morvannou, « La littérature de langue bretonne. Du début du siècle au second après-guerre : (...)
  • 60 Par exemple, le n° 28 (mars 1931), comporte uniquement quatre nouvelles (« Pevar marvailh ») d’Abe (...)

29Dans les premières années de la nouvelle revue, Roparz Hemon fournit un énorme travail de réflexion : l’éditorial de chaque numéro, avec au moins un article de fond, demeure la trace écrite de cette production idéologique. Systématique dans les débuts, celle-ci s’interrompt en 1930, mais elle est couronnée par la publication en 1931, sous la forme d’un livre, d’un recueil des articles publiés antérieurement par le mentor dans sa revue, mais aussi dans Breiz Atao. Eur Breizad oc’h adkavout Breiz/Un Breton qui retrouve la Bretagne, tel est, éloquent à souhait, le titre de cet ouvrage qui explique bien l’objectif que s’était fixé Roparz Hemon pendant les cinq premières années de parution de sa revue : « retrouver la Bretagne », sa Bretagne, en délimiter les contours puis, pour les yeux des bretonnants égarés, dessiner la route qui y conduit59. À cette date de 1931, son but est atteint : Eur Breizad…concentre la pensée du maître et, dès lors, sa revue peut prendre un tour nouveau. De fait, elle va le plus souvent consacrer ses différentes livraisons à un seul et même auteur60. Cependant, la période de la guerre verra le retour des éditoriaux de Roparz Hemon : l’heure est grave, il faut faire des choix et le directeur de conscience bretonne qu’il est devenu s’applique à expliquer et à justifier les siens propres et ceux des membres de la constellation.

30Quels cadres de pensée révèle la lecture des écrits de Roparz Hemon et de ceux qu’il inspire ? Quels sont les mythes de Gwalarn ?

.

  • 61 « Levraoueg Gwalarn », Brest, 1927, 101 p. L’ouvrage sera réédité en 1942 (Skridoù Breizh, Brest, (...)

31L’emblème de cette idéologie naissante, c’est un ouvrage qui a pour titre : An Aotrou Bimbochet e Breiz/Monsieur Bimbochet en Bretagne. Il s’agit d’un « roman » : il fut d’abord publié en feuilleton dans Gwalarn, à partir du numéro 3 (automne 1925) et, en 1927, il fera l’objet d’une publication en un seul volume61. Le numéro de Gwalarn qui accueille le premier chapitre de ce roman fournit en préambule des indications précieuses, c l’interprétation de l’oeuvre :

« Setu aman eur romant brezonek a c’hiz nevez. Pedet emeur da gaout sonj e komz tud ar romant-man hor yez, n’eo ket evel ma vez, hogen evel ma c’hellfe – ha ma tlefe marteze – beza komzet.
Voici un roman en langue bretonne de style nouveau. Le lecteur est prié de garder à l’esprit que les personnages de ce roman parlent notre langue, non pas comme elle est, mais comme elle pourrait – et devrait, peut-être – être parlée. »

  • 62 Seule la première a fait l’objet de la publication sous forme de feuilleton dans Gwalarn.
  • 63 Dans son recensement de la réédition de 1942, Corentin Cariou (alias Youenn Drezen) écrit ceci : « (...)
  • 64 Sketla Segobrani (Les souvenirs de Segobranos), un ouvrage en trois volumes (1923-1925), est le fr (...)
  • 65 « Marc’hekadenn Atepomaros », dans Sketla Segobrani. Pevare kevrenn. Taranis – Esus, par X3, Prud’ (...)
  • 66 La page 69 de Bimbochet…est le parfait décalque de la page 12 des Sketla. R. Hemon présente cet ou (...)
  • 67 Les noms ne sont pas innocents : maros signifie « grand » (le breton moderne meur en découle) et l (...)
  • 68 L’île de Sein. Voir la carte à la fin du volume des Sketla Segobrani, op. cit.
  • 69 « Oestrumnis, ano rak-keltiek an Arvorig./Oestrumnis, nom pré-celtique de l’Armorique » (Sketla Se (...)

32C’est un roman d’anticipation, tant par la forme que par le fond ; il est divisé en trois parties62. Nous sommes au XXIIe siècle, dans une Bretagne totalement indépendante et bretonnante. Donalda, fille de bonne famille, rencontre, pour la première fois, un Français francisant en la personne de M. Bimbochet, professeur à l’université de Rouen : il est venu, à l’université de Brest, faire une conférence sur l’histoire de la France (« Istor Bro-C’hall ») jusqu’aux premières années de ce XXIIe siècle ; il a été invité par le père de Donalda, lui-même professeur de français à Brest. Donalda fait découvrir àM. Bimbochet ébahi la Bretagne telle qu’elle est. Cette première partie de l’ouvrage, c’est la rencontre entre Donalda la Celte et Bimbochet le Français ; c’est surtout la confrontation entre une Bretagne jeune, libre, toutes fenêtres ouvertes sur le monde, et une France vieille, abâtardie, repliée sur elle-même. Il s’agit aussi, en quelque sorte, d’un instantané de la Bretagne future, telle que la rêvent Roparz Hemon et ses partisans63. La deuxième partie est intitulée « Marc’hekadenn Bimbochoramos/La chevauchée de Bimbochoramos » : c’est un texte symbolique qui s’inspire ouvertement de la fresque celtique appelée Sketla Segobrani64, ouvrage volumineux dont le troisième tome raconte la « chevauchée d’Atepomaros65 ». Sketla Segobrani, c’est le seul ouvrage en langue bretonne mentionné dans le manifeste de Gwalarn : il est présenté comme un modèle à suivre, et dans son Bimbochet…, Roparz Hemon passe très exactement aux travaux pratiques66. Sa chevauchée nous fait assister à la rencontre entre Bimbochomaros – un Gaulois dont les avatars de l’Histoire transformeront le nom en Bimbochet67 – et Donalda : celle-ci est gardienne de l’autel des dieux sur l’île de Sena68, en pays Oestrumnis69, au couchant du monde. Elle est venue le chercher pour l’amener, à travers une merveilleuse chevauchée, jusqu’aux terres et aux îles de l’Occident. Chemin faisant, ils rencontrent Adaqi qui se propose de les guider et de les instruire. Cette seconde partie se poursuit par une succession de tableaux symboliques qui forment, en quelque sorte, une description de la Bretagne et de ses habitants tels qu’ils ont été et tels qu’ils sont au moment où Roparz Hemon écrit. Car la véritable héroïne de ce roman, c’est bien la Bretagne, la Bretagne passée – l’auteur ne s’y attarde guère –, la Bretagne présente – que décrit surtout la deuxième partie – et la Bretagne en devenir – qui fait l’objet de la première partie – ; bref, la Bretagne que l’oeuvre de Roparz Hemon nous met sous les yeux, c’est la Bretagne éternelle. La toute dernière partie du roman s’intitule « Doue d’e bardono/Dieu lui pardonne » et tient en une seule page : Roparz Hemon y raconte les derniers instants de Bimbochet, sa mort et son enterrement.

  • 70 Un article nécrologique, rédigé par un de ses anciens élèves devenu son disciple, François Kervell (...)

33Dans Bimbochet… sont déjà rassemblés tous les éléments qui composent l’idéologie gwalarniste et qui écloront plus tard. Il s’agit de thèmes véritablement récurrents ; Roparz Hemon lui-même, et ceux qui le reconnaissent pour leur « maître70 », vont les utiliser, les adapter, les pousser à bout.

  • 71 R. Hemon, op. cit., p. 12.

34La Bretagne d’hier transparaît dans les allusions incessantes à Sketla Segobrani qui sont, comme je l’ai mentionné, les mémoires d’un Celte de l’Antiquité. Ceci dit, dans Bimbochet…, les allusions au passé lointain de la Bretagne sont réduites et fugitives : ce n’est pas celle-ci qui intéresse le jeune agrégé d’anglais. Ce qui le préoccupe, c’est la Bretagne actuelle et celle qui reste à construire. Celle d’aujourd’hui – nous sommes en 1925 – est le fruit de l’union à la France, au début du XVIe siècle, qui a ouvert la période de la domination :M. Bimbochet, au XXIIe siècle, s’étonne que malgré les 500 ans de mainmise française sur la Bretagne, celle-ci se soit complètement défrancisée, à partir du XXe siècle71. La Bretagne est occupée, exploitée, francisée par son voisin. Cette situation, qui laisse de marbre la plupart de ses contemporains, provoque dans le bonhomme Roparz des retentissements de toute sorte. Un passage de Bimbochet… est à cet égard fort éclairant : c’est au moment où la chevauchée s’achève aux frontières du pays d’Oestrumnis, et quand Adaqi tient le discours que voici.

  • 72 R. Hemon, op. cit., p. 94-95.

« Du-hont e kuz-heol ar bed, ez eus eur vro, a zo kouezet warni malloz holl zoueed an douar, an dour, an aer hag an tan. Eno e lugern an heol bemdez, hag e vleugn bep bloaz an nevez-hanv. Dibaot deiz, avat, e lugern eno heol ar spered, ha dibaot vloaz e vleugn eno nevez-hanv ar galon. Pep den en deus e fouge, ha pep pobl ivez. Nemet ar bobl du-hont n’he deus na fouge, na skiant, nag enor. Pep den a gar mont, uhel e benn ha dieub, ha pep pobl ivez. Nemet ar bobl-se a gar en em stleja war he daoulin noaz, ha saotra he dremm er fank. Pep den a gar beza e vestr e-unan, ha pep pobl ivez. Hogen ar re-se, pa lavaran estren d’ezo, “kerz”, e kerzont ; pa lavar “lamm”, e lammont ; pa lavar “choma-sav” e chomont a-sav, evel chas embreget mat. En em werzet o deus d’an estren, korf hag ene, daskoret d’ezan pep mad, pep gwir, pep frankiz o deus bet. N’anavezont ket o zadou. N’anavezont ket piou int. “N’eus netra a vat ennoc’h”, eme o mistri. Hag her c’hredi a reont. “Dilezit ho kiziou”, eme o mistri. Hag o dilezel a reont. “Paouezit a gomz ho yez”, eme o mistri. Hag e klever ar mammou o komz en eur yez estren d’o bugale. Trouc’ha a rafent o zeodou, ma kredfent ouz hen ober, ober plijadur d’o mistri. Bep bloaz e kuitaont o bro a dorkadou bras, da vont, ar baotred da vartoloded, da soudarded, da gargidi, ar merc’hed da vitizien, da vicherourezed, da c’histi gant an estren. Ma ve holl aour ar bed en o c’herz, e rei a rafent da veza bet ganet e lec’h all, kement a vez ha m’o deus d’o bro c’henidik. Breman, na vezit ket souezet : bep gwech ma weler eun den lous, lezirek, diouiziek, dierbed hag hedro, drouklaouen atao gand ar pez a ra, kollet bepred en eun hunvre, diampart, gwall dechet d’ar vezventi, ha dalc’hmat prest da lipat seuliou an eil pe egile, e lavarer : “eur Breizad eo.” Rak “Breiziz” a reer anezo, ha “Breiz” a reer eus ar vro ma vevont, gwashoc’h eget moc’h war an teil.
Là-bas, au couchant du monde, il y a un pays sur lequel est tombée la malédiction de tous les dieux de la terre, de l’eau, de l’air et du feu. Là, le soleil brille tous les jours, et le printemps fleurit tous les ans. Peu nombreux, cependant, sont les jours durant lesquels brille le soleil de l’esprit, et peu nombreuses les années durant lesquelles brille le printemps du coeur. Tout homme a son orgueil, et tout peuple aussi. Sauf ce peuple, là-bas, qui n’a ni fierté, ni raison, ni honneur. Tout homme aime aller libre et la tête haute, et tout peuple aussi. Sauf ce peuple-là qui aime à se traîner sur ses genoux nus, et souiller son visage dans la boue. Chaque homme aime être son propre maître, et chaque peuple aussi. Mais, ceux-là, quand l’étranger leur dit “marche”, ils marchent ; quand il dit “saute”, ils sautent ; quand il dit “arrête-toi”, ils s’arrêtent, comme des chiens bien dressés. Ils se sont vendus à l’étranger, corps et âme, ils lui ont cédé tous les biens, tous les droits et toutes les libertés qu’ils avaient eus. Ils ne connaissent pas leurs ancêtres. Ils ne savent pas qui ils sont. “Il n’y a rien de bon en vous”, leur disent leurs maîtres. Et ils les croient. “Abandonnez vos coutumes”, leur disent leurs maîtres. Et ils les abandonnent. “Cessez de parler votre langue”, leur disent leurs maîtres. Et on entend les mères parler à leurs enfants dans une langue étrangère. Ils se couperaient la langue, s’ils croyaient, ce faisant, faire plaisir à leurs maîtres. Tous les ans, ils quittent leur pays en masse pour devenir, les hommes, des marins, des soldats, des fonctionnaires, les femmes, des bonnes, des ouvrières, des prostituées à la solde de l’étranger. S’ils possédaient tout l’or du monde, ils le donneraient pour être nés ailleurs, si grande est la honte qu’ils ont de leur pays natal. Maintenant, ne soyez pas étonnés : chaque fois que l’on voit un individu sale, fainéant, ignorant, dépensier et inconstant, toujours mécontent de ce qu’il fait, toujours perdu dans un rêve, malhabile, passablement porté sur le boire, et toujours prêt à lécher les bottes de l’un ou de l’autre, on dit : “C’est un Breton.” Car on les appelle “Bretons”, et on appelle “Bretagne” le pays où ils vivent, pires que des porcs sur le fumier72. »

  • 73 Ibidem, p. 96.

35Tout est là : dans Bimbochet…, Roparz Hemon présente la Francecomme la grande coupable ; c’est elle la nation ennemie, c’est elle qui est coupable d’avoir anéanti ce qui constituait l’âme même de la Bretagne, l’élément essentiel de sa nationalité : la langue. Dans le passage que je viens de citer, le maître ne craint pas d’affirmer que c’est le peuple breton lui-même qui est un danger pour sa propre langue, dans la mesure où il est veule, soumis, dans la mesure où il se laisse dominer. On notera la violence de cette diatribe, violence qui n’est pas que rhétorique car s’exprime aussi dans ce texte un mépris profond pour le petit peuple. On a là un dédain dont se nourriront la plupart des acteurs nationalistes de l’entre-deux-guerres : les exactions du bezen Perrot, à partir de la fin 1943, contre des Bretons peuvent être interprétées comme le déplacement et l’aboutissement dans le réel de ce mépris littéraire. Le Breton, tel que Roparz Hemon le décrit, n’est nullement l’objet de sa compassion : l’état de prostration où il gît exige qu’on le remette debout par la manière forte. Ce Breton-là a tout abandonné au Français : son coeur et sa raison. Il n’a plus de breton que le nom. Cependant, tout n’est pas perdu, le salut est en vue. De fait, la chevauchée de nos trois héros s’achève sur un chapitre intitulé « Kimiad/Adieu ». Adaqi, prenant congé de ses interlocuteurs, les rassure et affirme que ce pays « a des enfants courageux qui le défendront, et même s’ils ne sont pas toujours sages, ils remporteront la victoire73 ». Tous les Bretons ne sont pas irrémédiablement contaminés par la gangrène française : c’est à cette élite pensante et agissante que Roparz Hemon s’adresse, c’est cette élite pensante et agissante que Roparz Hemon entend bien modeler à sa guise.

36Dans le numéro 5 de Gwalarn, Roparz Hemon commence par démontrer le peu d’intérêt de ce que l’on appelle – à tort selon lui – la « littérature bretonne » ; il poursuit en ces termes :

  • 74 Roparz Hemon, « Studi hol Lennegez/L’étude de notre littérature », Gwalarn, n° 5, printemps 1926, (...)

« Studiomp hol lennegezh, hogen evid al Lizerenn, ha n’eo ket evid ar spered. Ar spered yac’h, ar spered taer, digailhar, ledan, pinvidik, ar spered a vevaio hag a saveteo Breiz, ennomp hon-unan her c’havimp, en hor c’halon-ni, – hag eun tammig ivez, marteze e lennegez ar bed-holl. Dishenvel krenn e vezo lennegez nevez Breiz diouz he lennegez koz. Eur bed, e 1914, a zo maro. Eur bed, e 1918, a zo ganet. Breiz koz a zo aet da get, ar C’hast he doa degemeret an estren en he gwele. Ra vreino breman etre peder flanken en he bez. Dastumomp, avat, kement tra a dalvoudegez a zo manet war he lerc’h, d’ober degemer d’ar werc’hez a valeo en hon touez, p’hor bezo digoret hor prenestr d’an heol, ha skubet ar boultrenn a-ziwar hon treuzou.
Étudions notre littérature, mais pour la Lettre, et non pour l’esprit. L’esprit sain, l’esprit violent, pur, large, riche, l’esprit qui vivifiera et qui sauvera la Bretagne, c’est en nous que nous le trouverons, dans notre cœur à nous, – et un petit peu aussi, peut-être, dans la littérature du monde entier. La nouvelle littérature de la Bretagne sera complètement différente de son ancienne littérature. En 1914, un monde est mort. En 1918, un monde est né. La vieille Bretagne est anéantie, la Prostituée qui avait accueilli l’étranger dans sa couche. Puisse-t-elle pourrir maintenant entre quatre planches, dans sa tombe. Recueillons néanmoins tout ce qu’elle a laissé et qui a de la valeur, pour accueillir la vierge qui marchera parmi nous, quand nous aurons ouvert notre fenêtre au soleil, et balayé la poussière qui recouvre notre seuil74. »

  • 75 Cf. notamment l’Apocalypse, chapitre XVII.
  • 76 « Pep tra a oa naet ha kempenn, adal lein an toênnou glas beteg ar parkeier : an traou, an dud, al (...)
  • 77 « Daou grennard a dremenas. Nerzus, mentek, a-blomm war o divesker, sounn o c’horf, o sellout rage (...)

37Car il existe bien un ordre naturel breton, une sorte d’essence bretonne intemporelle, par rapport à laquelle on peut dégénérer mais que l’on peut aussi retrouver, un peu comme si Adam avait retrouvé le paradis qu’il a perdu par sa faute : le Breton pouilleux d’aujourd’hui qui partage la couche d’une prostituée infâme va pouvoir redevenir le Breton glorieux qu’il a cessé et qu’il a oublié d’être ; lavé de ses compromissions et de ses souillures, il va redevenir le Breton « total » à nouveau placé dans un paradis retrouvé. Le discours de Roparz Hemon est empreint d’allusions scripturaires sécularisées75 : avec lui, tel un nouveau-Moïse, le lecteur marche vers une nouvelle terre promise, la Bretagne de demain. Dans Bimbochet…, l’auteur annonce la venue prochaine de cette Bretagne, vierge cette fois de toute souillure : il la voit, elle est belle, tous ses habitants portent le costume national ; êtres animés et inanimés, les bêtes comme les gens, chacun est à sa place, dans l’ordre76 ; les jeunes hommes sont musclés et sains77, tout est net, impeccable, discipliné. D’ailleurs, Roparz Hemon, par la bouche de Donalda, explique comment et pourquoi, la Bretagne du XXIIe siècle a enfin trouvé le bonheur :

  • 78 Ibid., p. 28.

« Kemmet hon eus hon doare beva abaoe m’hon eus gounezet hor frankiz, setu. Kemeret hon eus boaziou, reolennou digant poblou an Hanternoz, e-lec’har boaziou, al lezennou, ar reolennou degaset d’imp gwechall eus ar C’hreisteiz, n’oant ket bet graet evidomp, hag a oa noazus ouzimp. Hanternoziz omp bet a-viskoazh. Kerkent ha distaget diouz Bro-C’hall, ouz an Hanternoz hon eus sellet, evel eun nadoz-vor diverglet a gav dioustu an tu mat.
Nous avons changé notre façon de vivre depuis que nous avons gagné notre liberté, voilà. Nous avons pris les coutumes, les règles des peuples du Nord, au lieu des coutumes, des lois, des règles, importées chez nous autrefois du Midi, qui n’étaient pas faites pour nous et qui étaient nocives pour nous. Nous avons été de tout temps des gens du Nord. Aussitôt détachés de la France, nous avons regardé vers le Nord, comme une boussole dérouillée trouve tout de suite la bonne direction78. »

38En matière de conclusion, Donalda, porte-parole de Roparz Hemon,

39décrit à son hôte français comment, au XXe siècle, les nationalistes bretons sauvèrent la Bretagne.

  • 79 Ibid., p. 37. En 1942, ces allusions aux petites nations amies seront supprimées et remplacées pud (...)

« Kavout a rae d’ezo e c’helle Breiz beza saveteet. Gwelout a raent splann edo brôadou bras Europa o vervel, brôadou nevez, dianav gwechall, o vont da gemer o lec’h. Gwelout a raent an amzer-da-zont o serri dirak Bro-C’hall. Setu deut ar mare da Vreiz, emezo, da sevel he mouez, war-lerc’h Bohemia, Katalonia ha Flandrez. Meiza a raent e vije aner d’ezi sevel he mouez e yez he mistri. Ha setu penaos eo bet dasorc’het Breiz. […] Dre he yez hepken, hag o kas kuit yez an estren.
Il leur semblait que la Bretagne pouvait être sauvée. Ils voyaient clairement que les grandes nations de l’Europe se mouraient, que des nations nouvelles, inconnues autrefois, s’apprêtaient à prendre leur place. Ils voyaient l’avenir se fermer devant la France. Voici venu le moment pour la Bretagne, disaient-ils, d’élever la voix, après la Bohème, la Catalogne et la Flandre. Ils comprenaient qu’il lui serait vain d’élever la voix dans la langue de ses maîtres. Et voilà comment la Bretagne a été ressuscitée. […] Par sa langue uniquement, et en chassant la langue de l’étranger79. »

  • 80 Cf. supra.

40La doctrine de Roparz Hemon est exprimée ici avec clarté : la Bretagne ne sera sauvée que par la langue. Cette croyance en la rédemption par la parole avait été psalmodiée dès le lancement de la revue Gwalarn, et son directeur va rester attaché résolument à cette idée. Le salut, c’est Gwalarn qui le met en oeuvre en créant une littérature. Une littérature nouvelle et complètement différente de celle d’avant 1914 qui n’a, selon Roparz Hemon, de bretonne que le nom. L’objectif de Roparz Hemon est complètement révolutionnaire, tout au moins sur le papier : il s’agit, pour lui, de renverser les représentations attachées aux pratiques linguistiques de la Basse-Bretagne des années vingt80. Dans une situation diglossique, chaque langue a son propre champ d’expansion, et motive chez les locuteurs des attachements et des loyalismes parallèles. Cette situation est parfaitement inacceptable pour Roparz Hemon : pour lui, l’objectif principal de Gwalarn est de valoriser la langue bretonne. Pour le nationaliste qu’il est, c’est la langue bretonne qui doit occuper à elle seule et sans partage avec l’autre langue, le champ de l’universel qui, dans l’esprit de la majorité des bretonnants, ne pouvait être que le domaine du français.

  • 81 Roparz Hemon, « A-enep ar gelennadurez diou-yezek/Contre l’enseignement bilingue », Breiz Atao, ju (...)

« Etre ar brezoneg hag ar galleg ez eo ret dibab. Ar brezoneg a zibabimp, pe ne vimp nemet bugale, ha gwasoc’h, tud digalon. Ha ma tibabomp hor yez, n’eo ket dre m’eo “yez hon tadou”, na “hor yez muia-karet”, na “yez ar galon”, nag an holl draou goullo a vezer boas da glevout gant tud na ouzont ober netra hep goulenn digarez. Hor yez a zibabomp, dre ma vennomp he dibab, hag ar yez all a zilezomp, dre ma vennomp he dilezel. […] Ret eo d’an holl Vreiziz desket meiza o dlead e-kenver ar yez. Ra zeuint da sellout ouz ar brezoneg evel hor yez n’eus nemeti. N’eo ket a-benn kant vloaz, na hanter-kant, na dek ; hogen dioustu. Dioustu e rank ar brezoneg beza eur yez unvan, gouest da zisplega kement tra, koulz hag eur yez all. Dioustu e rank ar rummad-man stumma ar benveg a zaskoro d’hor spered e frankiz, pe da goll ez ay hor broadelez […].
Sklaved omp d’ar galleg, keit ha ma rankomp, da zeski tra pe dra, da zispleg tra pe dra, kemer levriou gallek, komz ha skriva e galleg. Torromp mogeriou hor prizon : deskomp yezou all – saozneg, alamaneg, esperanto, n’eus forz pe hini a garimp – hogen deskomp yezou all.
Ra baouezo ar galleg a veza ar pont n’eus nemetan etre hor spered hag ar bed. […] Evidomp-ni, ra vo gwasket ha sanket en hor penn ar wirionez-man : lazomp ar galleg pe ar galleg hol lazo. Peb unan ac’hanomp a fell d’ezan harpa ar brezoneg. Ra falvezo da beb unan ac’hanomp DIZESKI AR GALLEG, STOURM OUTAN E PEP LEC’H HAG E PEP AMZER, stourm [evit] eur Vreiz vreizad penn-kil-ha-troad, ha n’eo ket hanter-c’hall. Ped ac’hanomp a gredo ober ar c’hammed nevez-se, ha lakaat re all d’e ober ?
Entre le breton et le français, il faut choisir. Nous choisirons le breton ou bien nous ne serons que des enfants, ou pis encore, des lâches. Et si nous choisissons notre langue, ce n’est pas parce qu’elle est “la langue de nos pères”, ni “notre langue bien-aimée”, ni la “langue de notre coeur”, ni tous ces arguments creux que l’on est habitué à entendre dans la bouche de gens qui ne savent rien faire sans s’excuser. Nous choisissons notre langue, parce que nous voulons la choisir, et nous abandonnons l’autre langue, parce que nous voulons l’abandonner. […] Il faut que tous les Bretons cultivés comprennent leur devoir vis-à-vis de la langue. Puissent-ils regarder la langue bretonne comme étant notre seule langue. Ce n’est pas d’ici cent ans, ni cinquante, ni dix ; mais immédiatement. Immédiatement, le breton doit devenir une langue unie, capable de tout exprimer, tout autant qu’une autre langue. Immédiatement, cette génération doit forger l’outil qui rendra la liberté à notre esprit, ou alors notre nationalité s’anéantira […].
Nous sommes esclaves du français tant que nous sommes réduits, pour apprendre, pour exprimer quoi que ce soit, à utiliser des livres français, à parler, à écrire en français. Abattons les murs de notre prison. Apprenons d’autres langues – l’anglais, l’allemand, l’espéranto, peu importe celle que nous voudrons – mais apprenons d’autres langues. Que le français cesse d’être le seul pont entre notre esprit et le monde. […] En ce qui nous concerne, puisse cette vérité être enfoncée dans notre tête : tuons le français ou le français nous tuera. Chacun d’entre nous veut soutenir le breton. Puisse chacun d’entre nous DÉSAPPRENDRE LE FRANÇAIS, LE COMBATTRE EN TOUT LIEU ET EN TOUT TEMPS, combattre pour une Bretagne totalement bretonne, et non à moitié française. Combien d’entre nous oseront faire ce nouveau pas, et inciter d’autres à le faire81 ? »

41Cependant, ces prétentions universalistes de Roparz Hemon vont le mener dans une impasse parce qu’elles ne tiennent pas compte des réalités : la dualité congénitale de l’Homme est illustrée, dans le cas des bretonnants de l’entre-deux-guerres, par la dualité de leur pratique linguistique. « L’un est multiple », et l’homme ne peut être réduit à un seul attachement, l’homme ne peut être réduit à un esprit. Ni ange, ni bête.

  • 82 « Gwalarn e Breiz », Gwalarn, n° 9, printemps 1927, p. 3-7.
  • 83 R. Hemon, op. cit., p. 4-5.
  • 84 Ibidem, p. 5.

42En 1927, Roparz Hemon dresse un premier bilan du travail de Gwalarn en Bretagne82 : il s’applique encore à montrer « comment sera sauvée la Bretagne ». Pour le maître, elle le sera le jour où sera créée une vie nationale en Bretagne, « en deiz m’hor bezo digoret hag uhelaet a-walc’h speredou hor c’henvrôiz, d’o lakaat da veza eur bobl dishual e pep tachenn eus ar vuhez, buhez ar c’horf hag an ene/le jour où nous aurons ouvert l’esprit de nos compatriotes et où nous l’aurons élevé suffisamment pour faire d’eux un peuple libre dans tous les domaines de la vie, la vie matérielle et spirituelle83. » Apprendre à lire et à écrire leur langue aux « compatriotes » ; leur enseigner leur histoire ; perfectionner la langue et la littérature ; bâtir des écoles : parmi tous ces objectifs parfaitement clairs, se dégage en tout premier lieu celui de créer une littérature, « c’est-à-dire, un recueil de textes en breton qui permette à quiconque d’atteindre, du bas vers le haut, les plus hauts degrés de l’ouverture spirituelle84 ». Pour autant, va-t-on vers une forme d’élitisme ?

  • 85 Ibid., p. 6. Cf. également, Roparz Hemon, « Anaoudegez ar werin/La connaissance du peuple », Breiz (...)

« An holl a oar, ha “Gwalarn” a ra ivez, n’eus nemet eun diazez da zasorc’hidigez hor broadelez ; hag an diazez-se, kouerien Breiz-Izel. Kouerien Breiz-Uhel ne ouzont ket ar brezoneg. Tud ar c’hêriou, a-hend-all, a zo holl kargidi, o veva diwar arc’hant ar gouarnamant, pe vicherourien, o deus bec’h a-walc’h da [sic] c’hounit o zamm bara, hag a zo damc’hallekaet war ar marc’had. Evel-se n’eus gwelloc’h doare da savetei ar vro eget uhelaat ha sklerijenna kouerien Breiz-Izel, d’o lakaat da veza MISTRI WAR AR VRO. Eur wech ma vo kouer Breiz-Izel, gand e vrezoneg, desketoc’h ha digoroc’h e spered eget paotr ar c’hêriou gand e c’halleg, e ranko, en eur vro gounidegez-douar ha labouriou bihan evel Breiz, ar c’hêriou plega dirag ar maeziou ; ar bolitikerien a vlen hor c’henvrôiz dizesk ha morgousket a yelo kuit pe a ranko plega ivez ; hag e vo hor broadelez sounn en he sav adarre.
Tout le monde le sait, et “Gwalarn” aussi : il n’y a qu’une assise à la résurrection de notre nationalité, et cette assise, ce sont les paysans bas-bretons. Les paysans haut-bretons ne savent pas le breton. Par ailleurs, les citadins sont tous des fonctionnaires payés par le gouvernement, ou bien des ouvriers qui ont suffisamment de mal à gagner leur vie et qui, de plus, sont à moitié francisés. Ainsi, il n’y a pas de meilleur moyen pour sauver le pays que de promouvoir et d’éclairer les paysans de Basse-Bretagne, de les faire devenir LES MAÎTRES DU PAYS. Une fois que le paysan bas-breton sera, muni de son breton, plus instruit et plus ouvert d’esprit que le citadin muni de son français, alors, dans un pays comme la Bretagne où dominent l’agriculture et l’artisanat, les villes devront céder devant les campagnes ; les politiciens qui dirigent nos compatriotes ignares et endormis partiront ou devront céder aussi ; et notre nationalité sera de nouveau d’aplomb85. »

  • 86 Tous les observateurs de la pensée gwalarniste mettent en avant ce « changement » idéologique. Voi (...)
  • 87 Roparz Hemon, « Danvez evit kentskrid eur geriadur/Matière pour la préface d’un dictionnaire », Gw (...)

43La Bretagne ne sera pas sauvée uniquement par le passage de la langue bretonne dans le champ de l’universel. La Bretagne ne sera pas sauvée que par une littérature. Roparz Hemon se rend compte que toute cette agitation intellectuelle ne résout en rien le problème posé par son nationalisme linguistique. Conscient de se trouver dans une impasse, Roparz Hemon, un peu avant 1930, opère un « retournement86 ». Retournement n’est pas conversion. Aussi bien le directeur de Gwalarn ne va-t-il pas changer d’axe ni davantage se tourner vers le breton parlé par les paysans, vers les badumes, vers le local. Il est clair à la lecture des différents extraits que j’ai donnés qu’il ne peut et ne veut le faire. Il ne souhaite pas non plus se lancer dans une étude scientifique de la langue où il mettrait en lumière les règles universelles du breton. En 192787, il semble se débarrasser à la fois de toute ambition universelle et de toute sympathie pour le localisme :

  • 88 R. Hemon, ibidem, p. 3-4.

« Ne vo ket ar geriadur-man eul labour a ouiziegez. Eun dastumad geriou hepken, kutuilhet ganin :
En oberou krouerien ar brezoneg lennegel.
En oberou va c’henlabourerien.
Em oberou-me.
Geriou a anavezan : eun dibab. Hag ar geriou-se, lakaet evel m’o anavezan. Evel m’int deut beteg ennoun, adaozet ha stummet gand ar re ma ran anezo va mistri, adaozet pe stummet ganin, pe gant va c’heneiled.
Ne rin em labour meneg ebet eus doareou lavar ar bobl. Ne rin em labour meneg ebet eus ar yezoniez.

Ce dictionnaire ne sera pas un travail scientifique. Seulement un recueil de mots, récoltés par mes soins :
Dans les oeuvres des créateurs du breton littéraire.
Dans les oeuvres de mes collaborateurs.
Dans mes oeuvres.
Des mots que je connais : un choix. Et ces mots-là, transcrits tels que je les connais. Tels qu’ils sont parvenus jusqu’à moi, remaniés et façonnés par ceux que je nomme mes maîtres, remaniés et façonnés par moi ou par mes amis.
Je ne ferai dans mon travail aucune mention des expressions du parler populaire. Je ne ferai dans mon travail aucune mention de la linguistique88. »

44Dans la suite de l’article, il s’applique à démontrer que la linguistique ne présente aucun intérêt pour le but qu’il s’est fixé, c’est-à-dire créer une langue littéraire. Puis il prolonge sa réflexion :

  • 89 R. Hemon, ibid., p. 6-7.

« Studi eo [sic] eun dra. Eun eil tra eo kroui.
Ar studierien a gav lezennou, - a zo mat pe fall evid o studi.
Evid ar grouerien, avat, re striz e vez lezennou ar studierien. Peogwir ez eo ledanoc’h bed ar c’hrouer eget bed ar studier.
N’eo ket gant ar viskoulenn ma tesk ar valafenn nijal.
Penna ali a rôer d’imp eo kemer yez ar bobl da stur, ha kemm ar yez-se nebeuta ma c’hellomp.War zigarez na dleer ket kamma kreskidigez-natur ar yezou.
Setu ali ar viskoulenn.
N’eo ket digand eur bobl, damesaet ha dizesk, ma ’z imp da c’houlenn petra ’zo mat pe fall da lavarout, na gant gouizieien kennebeut, n’int netra ouspenn beza gouiziek ha berrwel. Yez ar bobl a zegemeromp. N’eo ket d’en em chala gant lezennou yez ar bobl. Rak hervez al lezennou-se ez eo barnet ar brezoneg ha Breiz da vervel.
Setu lavar ar valafenn.
En aner e lavarer d’in : risklus eo kement-se. O klask an Holl, ar pez hoc’h eus a c’hellit koll.
Respont : ar pez am eus n’eo netra heb an Holl.

Étudier est une chose. Créer en est une autre.
Les savants découvrent des lois – bonnes ou mauvaises au regard de leur étude.
Cependant, pour les créateurs, les lois des savants sont étriquées. Car le monde du créateur est plus large que le monde du savant.
Ce n’est pas la chenille qui apprend au papillon à voler.
Le premier conseil que l’on nous donne est de prendre pour modèle la langue du peuple, en la changeant le moins possible. Sous prétexte qu’il ne faut pas fausser la croissance naturelle des langues.
C’est là l’avis de la chenille.
Ce n’est pas au peuple, domestiqué et ignare, que nous irons demander ce qu’il convient de dire ou non, pas plus qu’aux savants, qui ne sont rien d’autre que savants et myopes. Nous recevons la langue du peuple, sans nous soucier de ses lois. Car selon ces lois, le breton et la Bretagne sont condamnés à mort.
Voilà la parole du papillon.
C’est bien en vain que l’on me dit : cela est dangereux. En cherchant le Tout [la totalité], vous pouvez perdre ce que vous avez.
Réponse : ce que j’ai ne m’est rien sans le Tout [la totalité]89. »

45Ce désir de totalité est l’expression d’une ambition démesurée : il s’agit de réconcilier le local, représenté jusque-là par la langue bretonne avec ses badumes et ses variantes, et l’universel, illégitimement annexé par le français, selon le doctrinaire, sur le territoire breton. En d’autres termes, il convient de combler le fossé existant entre les badumes, multiples par essence, et la norme, jusqu’ici française mais qui doit devenir bretonne et, dans l’un et l’autre cas, est une et indivisible par nécessité. Il s’agit donc de mettre en place une langue bretonne littéraire – c’est-à-dire une norme écrite indiscutable : cette langue, c’est-à-dire cette néo-langue, est conçue par Roparz Hemon comme devant être la matrice, le berceau de la vie sociale en Bretagne, comme aussi de la vie intellectuelle.

  • 90 Roparz Hemon, « Gwalarn 1930 », Gwalarn, n° 20, p. 3-6. C’est par cet article que se clôt le recue (...)

46Dans un article intitulé « Gwalarn 193090 », Roparz Hemon fait luimême le bilan de sa pensée telle qu’elle s’est développée depuis les débuts de sa revue. Elle a tout d’abord été une revue littéraire, dans le but de créer une littérature nouvelle en Bretagne. Peu à peu, les acteurs de cette revue ont élargi leur travail à l’étude de la langue, pour forger des mots nouveaux et des expressions nouvelles. Ensuite, ils ont oeuvré à la propagation de la langue parmi les élites cultivées ; enfin, à la propagation de la langue littéraire au sein du peuple, surtout chez les enfants. Pourquoi cette évolution dans la pensée ?

  • 91 Ibidem, p. 5.

« Rak amzer ar Romantelez a zo tremenet evit mat. Ma fell d’eul lennegez bleunia hag efedi, e rank beza stag ouz ar vuhez, kevredigezel kentoc’h eget unanel, lennegez an engroez kentoc’h eget lennegez an den ha trivliadou e galon.
Ret eo bet din kemer war va diouskoaz eur garg pounneroc’h eget m’em boa soñjet da genta. Ar vuhez a dle maga al lennegez. Hogen peseurt lennegez a c’hell diwana e lec’h n’eus ket a vuhez ? Brao eo kroui eul lennegez. Hogen bravoc’h ha retoc’h kroui eur vuhez. Hag hep yez dereat, hep deskadurez, hep emskiant vroadel, peseurt buhez a c’hell beza en eur vro ?

Car le temps du Romantisme est achevé pour de bon. Si une littérature veut fleurir et être efficace, elle doit être liée à la vie, sociale plutôt qu’individuelle, littérature de masse plutôt que littérature de l’homme et des émotions de son coeur.
Il m’a fallu prendre sur mes épaules une charge bien plus lourde que je ne l’avais pensé au départ. La vie doit nourrir la littérature. Mais quelle littérature peut germer là où il n’y a pas de vie ? C’est une belle chose de créer une littérature. Mais c’en est une encore plus belle et plus nécessaire de créer une vie. Et sans langue convenable, sans enseignement, sans conscience nationale, quelle vie peut-il y avoir dans un pays91 ? »

47En conclusion, Roparz Hemon rappelle que ses objectifs actuels sont d’enseigner la langue aux élites (« an dud desket ») et d’apprendre au peuple à lire sa langue. Il sera donc de plus en plus occupé par le travail social (« al labour kevredigezel »).

  • 92 Ibid., p. 6.

« Betek an deiz ma vo medet eost kenta hor striv : ma vo krouet e Breiz eur vuhez speredel, ma kellido diwarni eul lennegez nevez, disheñvel diouz an hini a vennen e 1925 kenframma en eun taol, talvoudusoc’h hep mar, daoust na [sic] vo ket bravoc’h.
Jusqu’au jour où sera récoltée la première moisson de notre effort : où sera créée en Bretagne une vie de l’esprit, de laquelle sortira une littérature nouvelle, différente de celle qu’en 1925 je voulais mettre sur pied en une fois, ayant plus de valeur, sans aucun doute, en dépit du fait qu’elle ne sera pas plus belle92. »

48En d’autres termes, le langage de Roparz Hemon est le suivant : « J’ai forgé, et je continue de forger une norme linguistique que j’ai marquée du sceau de l’universel car elle doit remplacer l’insupportable poussière des patois locaux ; en même temps, ma norme linguistique s’enracine dans tout le territoire breton car elle est vraiment destinée à être diffusée dans le peuple, et à devenir le bien propre de chacun. Fruit de mon esprit, moi qui ne suis qu’un homme, cette norme linguistique doit devenir la langue du peuple. »

  • 93 Sur la fusion du local et de l’universel comme définition du totalitarisme, voir F. Bouthillon, La (...)
  • 94 Par idéologie, j’entends la définition que donne Hannah Arendt : cf. Les origines du totalitarisme (...)

49Le coeur et l’esprit, la passion et la raison, tout en un : le multiple est un. Ce n’est que par la réalisation de cette totalité que l’on pourra aboutir au Breton « total ». Car, ce que je viens de décrire concernant la langue bretonne, cette réconciliation entre l’esprit et le coeur, la passion et la raison, le local et l’universel, tout cela représente l’acte de naissance et les premiers pas d’une idéologie totalitaire93 : cette Bretagne-là, c’est celle qui se fait jour dans le roman de Roparz Hemon, Bimbochet…, c’est la Bretagne rebretonnisée de demain. Roparz Hemon est bien le créateur de l’idéologie totalitaire bretonne94.

  • 95 Cf. H. Arendt, Les origines du totalitarisme. Le système totalitaire…, op. cit., p. 219-220.

50Trois éléments spécifiquement totalitaires sont propres à toute pensée idéologique95 : ce sont la prétention de tout élucider – expliquer le passé, connaître totalement le présent et prévoir assurément l’avenir ; l’affranchissement à l’égard de l’expérience et de la réalité – derrière les choses sensibles se dissimule une réalité « plus vraie » qui, afin d’être appréhendée, nécessite la possession d’un sixième sens, justement fourni par l’idéologie ; une cohérence idéologique imparable – les faits sont ordonnés d’une façon absolument logique à partir d’une prémisse tenue pour axiome. Or tous ces éléments se retrouvent dans la pensée hémonienne que je viens d’exposer.

  • 96 Cf. R.-A. Pois, La religion de la nature et le national-socialisme, Cerf, « Passages », 1993, p. 2 (...)
  • 97 Citons par exemple Yves Berthou, Camille LeMercier d’Erm, Louis N. Le Roux…Cf. Y. Le Berre, La lit (...)

51Une fois l’idéologie mise en place, il faut, en quelque sorte, la nourrir : la production littéraire de la constellation Roparz Hemon est la première réalisation à partir de l’idéologie du maître. C’est dans cette optique que l’on peut parler d’ »école » à propos de Gwalarn : les efforts d’un certain nombre d’auteurs sont regroupés afin d’alimenter la Pangée. Les thèmes récurrents de cette production littéraire se trouvent être les trois éléments essentiels qui sont spécifiques au nationalisme moderne de l’Occident96. Là encore, c’est le Bimbochet…qui cristallise en lui ces trois éléments, même si d’autres avant lui97, avaient développé certains de ces thèmes. Avec Gwalarn, ils acquièrent force de loi.

  1. La fuite devant l’histoire : la naissance d’un continent mythique spatiotemporel est la caractéristique essentielle de cette fuite. Le premier roman de Roparz Hemon est l’exemple qui ouvre la voie, dès 1925.
  2. La sanctification de la vie nationale : la revue Gwalarn, mais aussi le journal Breiz Atao, la concrétisent. Plus tard, la revue Stur98 d’Olier Mordrel créée en 1934 viendra donner un coup d’accélérateur idéologique à cette sanctification de la vie nationale bretonne.
  3. L’acceptation et la sanctification virtuelle d’un prétendu ordre naturel des choses. L’ouvrage Kan da Gornog de Youenn Drezen99 en est peut-être le premier exemple, avec du reste une bonne dose d’ivresse littéraire. Logiquement, cette sanctification sous-tend et légitime l’existence d’inégalités entre les êtres humains : c’est ce qu’illustreront le roman antisémite de Yann-Vari Kerwerc’hez En ur rambreal100 ou encore les délires racistes de la revue Stur101. Les thèses fascistes, nées ailleurs en Europe, commencent à s’infiltrer d’une manière assez nette dans le mouvement politique breton à partir de 1932 : c’est à cette époque que le discours du Parti National Breton s’intègre dès lors très clairement dans la mouvance de l’extrême- droite européenne102.
  • 103 Cf. E Hobsbawm, op. cit., p. 121.
  • 104 « Démarrage », Stur, n° 11, p. 7-11.
  • 105 OlierMordrel, « Renaissance d’une langue », Éléments, n° 41, mars-avril 1982, p. 56. Il faut cepen (...)
  • 106 Cf. Michel Serres, « Qu’est-ce que l’identité ? », Le monde de l’éducation, de la culture et de la (...)

52Le « patriotisme » de Roparz Hemon et des siens ne concerne pas la Bretagne telle qu’elle est mais sa version particulière à lui, sa représentation idéologique103 : c’est dans cette Pangée intemporelle que se développe le Breton « total », tel qu’il est décrit dans le numéro d’octobre 1937 de la revue Stur104, qu’OlierMordrel dirigeait et contrôlait à lui tout seul, comme le faisait Roparz Hemon avec Gwalarn. L’idéologie totalitaire de Roparz Hemon rencontre dans la revue de Mordrel un écho assourdissant, qui donne vite mal à la tête. Mais c’est bel et bien la même idéologie qui circule dans l’une et l’autre revues. D’ailleurs, je ne suis pas le seul à écrire qu’il y a une filiation entre l’idéologie de Roparz Hemon et la revue Stur. Voici ce qu’écrit Mordrel en 1982 : « Bimbochet, de la première ligne à la dernière, est un hymne au génie nordique où, dans une perspective indoeuropéenne, s’inscrit le génie celtique. Stur suivra le même cheminement de la pensée, dix ans plus tard105. » Dans cette « perspective », le Breton nouveau est donc réduit à une seule et unique appartenance et son identité s’épuise en cette appartenance. Le Breton se trouve réduit à une catégorie, l’individu à un collectif : c’est le fondement même de tout discours raciste106.

  • 107 Cf. G.-L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme…, op. cit., passim.
  • 108 Sur la distinction entre mouvement totalitaire et pouvoir totalitaire, voir H. Arendt, Les origine (...)

53L’institution qui prétend au pouvoir (le mouvement, le parti, l’association…) s’appuie sur l’idéologie pour créer un « homme nouveau107 » : cet homme nouveau est perçu comme dévoué et conforme aux désirs de l’institution, et plus tard de l’État quand le mouvement idéologique sera parvenu à conquérir le pouvoir108. Le mouvement breton n’a pas connu le dessein du totalitarisme fasciste, national-socialiste ou stalinien. Cependant, il a eu sa prise de pouvoir, son heure de gloire, ses bourreaux et ses victimes : je les situe entre 1940 et 1944.

.

54Les intellectuels bretonnants qui suivaient Roparz Hemon dans son idéologie totalitaire virent dans la victoire allemande de 1940 une occasion à ne pas laisser passer : ils n’hésitèrent pas, dans un amour immodéré pour leur patrie bretonne, à saluer comme une aubaine le triomphe nazi. En réalité, cet enténèbrement est l’aboutissement logique de l’idéologie totalitaire hémonienne.

55Dans son éditorial du numéro de Gwalarn d’avril 1939, le maître est explicite :

  • 109 « Hor yez, hor sevenadur/Notre langue, notre culture » Gwalarn, n° 125, avril 1939, p.5-6.

« Emañ ar bed o vont war eilpenna. Abaoe 1914, hogen muioc’h c’hoaz abaoe Gwengolo 1938, e welomp stad politikel, kevredigezel, kredennel, arboellerezel an Douar a-bez o kemma hag o kemma, hag e tremen an darvoudou dirazomp evel an niverennou war eur rod tenna-lodennou o trei buanoc’hbuana. Poblou bihan a sav ha poblou bras a gouez.
Poblou bihan a gouez ha poblou bras a sav. Muzulia a reomp bemdez hon distervez hag hor bihander e-skoaz ar reveulziou estlammus, ramzel, a rankomp arvesti outo. Ha douget omp da lavarout : da betra labourat ? pe evit tra klask adsevel eur vroadig a vo skubet, abred pe ziwezad, gant tonnou mor dirollet an Tonkadur ?
Neb a gomzfe e-giz-se en hon touez n’em befe nemet dismegañs outañ. Ha bez’ ez eus Brezoned, a ouzon, a gomz e-giz-se. E miz Gwengolo 1938, em eusgwelet lenneien, skrivagnerien, oberourien en emzao Breiz o paouez krenn da labourat, flastret, mac’het, goullonderet diouz kement nerz-youl o doa bet.
E-kreiz ar barrad e rank ar moraer soñjal en eun dra hepken : e vagig. Ha ni, e kreiz darvoudou ha n’hon eus levezon ebet warno, a rank soñjal en eun dra hepken : hor broig. Galvet omp bet gant mouez ar Ouenn, gant mouez an Hendadou, da stourm evit Breiz, he yez, he sevenadur. Diwallomp diouz ar stourmou all keit ha ma c’hellomp, ha stourmomp evit Breiz bepred. Ma tleomp beza brevet gant korventennou ar Bed, ra c’hellimp mervel o [sic] lavarout : kement predigamzer a sioulded hag a beoc’h am eus bet am eus gouestlet d’am bro, d’am yez. Ha muioc’h c’hoaz : gouest oun bet, ha me drailhet, heskinet, kaset-degaset a bep tu gant nerzou a ziavaez, mirout e diabarz va spered ar c’hempouez, ar sklaerder a oa ret da seveni va C’hefridi veur.
D’al labour dalc’hmat, Brezoned, hep damant ouz den, hep damant ouz tra, ouz follentez hon amezeien pe ouz gwander hor c’halon.

Le monde est en train de changer du tout au tout. Depuis 1914, mais plus encore depuis septembre 1938, nous voyons l’état politique, social, idéologique, économique de la Terre entière se transformer encore et encore, et les événements se déroulent sous nos yeux comme les numéros sur une roue de loterie qui tourne de plus en plus vite.
De petits peuples s’élèvent et de grands peuples tombent. De petits peuples tombent et de grands peuples s’élèvent. Nous mesurons tous les jours notre fragilité et notre petitesse par rapport aux révolutions surprenantes, géantes dont nous devons être les spectateurs. Et nous sommes portés à dire : à quoi bon travailler ? pour quelle raison chercher à remettre debout une petite nation qui sera, tôt ou tard, balayée par les vagues de la mer déchaînée du Destin ?
Quiconque tiendrait de tels propos parmi nous, je n’aurais pour lui que mépris. Et je sais qu’il y a des Bretons qui parlent de la sorte. Au mois de septembre 1938, j’ai vu des lettrés, des écrivains, des personnalités actives dans le mouvement breton qui se sont arrêtés brutalement de travailler, écrasés et piétinés qu’ils étaient, vidés de toute l’énergie qui les avait habités. Au milieu de la tempête, le marin ne doit penser qu’à une seule chose : son frêle esquif. Et nous, au milieu des événements sur lesquels nous n’avons aucune influence, nous ne devons penser qu’à une seule chose : notre chère patrie.
Par la voix de la Race, par la voix des Ancêtres, nous avons été appelés à combattre pour la Bretagne, pour sa langue, pour sa culture. Abstenonsnous des autres combats, tant que nous le pourrons, et luttons pour la Bretagne toujours. Si nous devons être brisés par les tempêtes du monde, puissions-nous mourir en disant : j’ai consacré tous mes rares moments de tranquillité et de paix à mon pays, à ma langue. Et plus encore : j’ai été capable, bien que taillé en pièces, persécuté, tiraillé de tous côtés par des forces extérieures, de garder au tréfonds de mon esprit, l’équilibre, la clairvoyance nécessaires à la réalisation de ma grande Mission.
Au travail sans relâche, Bretons, sans tenir compte de qui que ce soit, de quoi que ce soit, ni de la folie de nos voisins ou de la faiblesse de notre coeur109. »

  • 110 Cf. H. Arendt, Les origines du totalitarisme, op. cit., p. 215.
  • 111 Le poème cité est justement intitulé « Al Lestr/Le Navire » (« Barzaz Gwalarn 1934 », Gwalarn, n° (...)

56Ici encore, c’est la même interminable répétition des principes moteurs de l’idéologie totalitaire : est à nouveau réaffirmé comme ressort principal de cette idéologie, l’intime amalgame du coeur et de la raison – sont, à cet égard, très parlants, les appels mêlés de la Race et des Ancêtres, c’est-à-dire de l’Histoire. On observera surtout, dans les deux extraits ci-dessus, à quel point Roparz Hemon illustre l’importance de l’idéologie : celle-ci a un rôle, elle est le moteur de la pensée totalitaire et cette dernière a constamment besoin d’une propédeutique pour préparer chaque individu à être à la fois « bourreau et victime110 ». La lecture de cet éditorial laisse entendre qu’il y a eu, au sein du Mouvement breton, une « crise munichoise » : certes, la Tchécoslovaquie a été démantelée et la Bohême occupée par les Nazis ; certes, les Nazis ont dévoilé leur vrai visage. Peu importe pourtant, il faut continuer la lutte. Comme tous les « chefs », Roparz Hemon fait appel à l’esprit de sacrifice : en soi, il n’y a là rien d’étonnant, tout idéal impliquant l’oubli de soi. Dans un bref éditorial en date du 9 novembre 1940, le maître reprend la métaphore maritime et il la pousse à bout, pourrait-on dire. Son article s’intitule « Ar c’hloc’h o c’hervel/La cloche qui sonne l’appel » ; l’éditorialiste reproduit deux vers d’un poème de sa propre plume111, puis il se

  • 112 Gwalarn, n° 131, décembre 1940, p. 53.

57fait un devoir de rappeler « une vérité qui ne fut jamais aussi vraie qu’aujourd’hui112 ». Pour exposer cette vérité, Roparz Hemon prend des accents véritablement mystiques.

  • 113 Gwalarn, n° 130, p. 32. Ce poème, traduit « diouz an iwerzoneg koz/du vieil irlandais », est daté (...)
  • 114 Derniers vers du poème de Roparz Hemon intitulé « Al Lestr/Le Navire » (« Barzaz Gwalarn 1934 » Gw (...)
  • 115 Gwalarn, n° 131, décembre 1940, p. 53-54.

« Al Lestr a zo aze. Ne chomo ket. Mont a ra kuit. E-keit ha ma c’halv ar c’hloc’h e c’hellit c’hoaz termal. Gervel a ra. Gervel a ra. Moarvat e c’halvo betek diwez ar Bed. Nann avat. Paouez a ra trumm. Ha d’ar re a zo aet war vourz, ha d’ar re a van war an aod, ez eo re ziwezat. Rannet int. Hiviziken, da bep rumm e donkadur.
Er sizuniou-mañ a dremen ken buan, emañ kloc’h Breiz o c’hervel. Gwechall, kent ar brezel, e oa amzer da c’hedal, da arvesti, hag evel Kormak mab Koulennan en eur varzoneg all
113, – unan eus ar c’haera pedennou savet gant mab-den, – e-kreiz “sonerez flour ha goubenner blot”, da c’houlenn : “ha mont a rin ?”
Bremañ, avat, neb na venn ket beza brevet a rank sevel hamont en hent. Gwaz a se d’al lezireien.Gwaz a se d’arVreiziz puchet e korn an oaled. Lestr Breiz ne c’hortozo ket. Emañ ar “Mor taerus” ahont o krozal. Ha ne zeuy gour en-dro marteze.
Hogen, suroc’h c’hoaz, neb a vano war an traez da sellout ouz al Lestr o pellaat ne vo ket hepken :
“emzivadet
Diouz alberz trumm eur gened kar diziraez
114” ;
Emzivadet e vo diouz pep tra.

Le Navire est là. Il ne restera pas. Il s’en va.
Pendant que la cloche sonne l’appel, vous pouvez encore hésiter. Elle appelle. Elle appelle. Sans doute appellera-t-elle jusqu’à la fin du Monde. Pourtant non. Elle s’arrête soudain. Et pour ceux qui sont à bord, et pour ceux qui restent sur le quai, il est trop tard. Ils sont séparés. Désormais, à chaque groupe son destin.
Dans ces semaines qui passent si vite, la cloche de la Bretagne appelle. Autrefois, avant la guerre, on avait le temps d’attendre, de contempler, et comme Kormak, fils de Koulennan dans un autre poème, – l’une des plus belles prières composées par l’homme, – de se demander, au creux “de la musique délicate et d’un doux oreiller” : “Est-ce que je vais y aller ?”
Mais, à présent, quiconque ne veut pas être réduit en miettes doit se lever et se mettre en route. Malheur aux paresseux. Malheur aux Bretons accroupis au coin de l’âtre. Le Navire de la Bretagne n’attendra pas. Là-bas, ce sont les grondements de la “Mer en colère”. Et peut-être qu’aucun homme n’en reviendra.
Mais, ce qui est encore plus sûr, c’est que quiconque restera sur le sable à regarder le Navire s’éloigner ne sera pas seulement
“rendu orphelin
De la vision soudaine d’une beauté familière inaccessible” ;
il sera rendu orphelin de toute chose115. »

  • 116 Cf. H. Arendt, op. cit., p. 221.
  • 117 Pseudonyme de Jean-François-Marie Eliès (1896-1963). Sur la vie et l’oeuvre d’Abeozen, cf. Gwendal (...)

58Voici enfin rendu possible l’accès au « Tout » tant souhaité, cette « totalité » tant rêvée. Voici que s’estompe, qu’est abattue même, la frontière entre le domaine des rêves et celui de la réalité ; laquelle entre enfin dans le moule des idées : ce que Roparz Hemon décrit dans notre texte, c’est le passage « de l’autre côté du miroir », l’entrée de plain-pied dans le fleuve de l’Histoire. Oui, c’est bien l’Histoire qui parle à Roparz Hemon et à ses sectateurs. Peut-on bouder quand l’Histoire vous parle ? Une logique implacable et déterminée motive le discours du maître, une logique astreignante qui tient lieu de principe d’action116. Le temps du réenchantement d’un monde est venu : cette vie nouvelle pour la Bretagne prend forme à partir de réalisations nouvelles dans lesquelles on notera l’absence totale de toute réalisation économique ou sociale ; tout tourne en effet autour de la langue et de l’histoire. C’est à partir de novembre 1940, qu’ont été mis en place des programmes en langue bretonne diffusés sur Radio-Rennes et qui furent placés sous la responsabilité d’Abeozen117, puis de Roparz Hemon.

59Mais je suis déjà de l’autre côté du miroir et la partie suivante traitera de « ce que Nemo y trouva ».

L’armée des ondes

  • 118 Christian Bobin, « Le mal », L’inespérée, Paris, Gallimard, 1994, p. 24.

An ’ni a zreb stripou a zreb kôc’h a-wichou
ou, autrement dit :
Il y a des actes qu’on ne peut faire sans aussitôt être défait par eux
Christian Bobin118

60Le maréchal Pétain n’était qu’un vulgaire copieur. À Montoire, sa poignée de main à Hitler, le 24 octobre 1940, inaugurait la collaboration d’État : elle n’était pourtant qu’un pâle plagiat, certes bien plus médiatisé, de la « main tendue » par le mouvement culturel breton aux autorités de la Nouvelle Europe le 22 septembre 1940. Par « main tendue », je fais allusion au mémorandum qui inaugurait la politique de collaboration mise en oeuvre par le mouvement breton, politique dont l’un des fruits est la naissance des émissions en langue bretonne.

.

  • 119 La version bretonne est datée du 21 (« Roazon, 21 a viz Gwengolo 1940 »), la version allemande du (...)
  • 120 « Mémoire pour demander que soit enseigné le Breton dans les écoles des cinq départements : Finist (...)
  • 121 Yann Fouéré est né en 1910. Un des fondateurs, en 1934, de « l’Union pour l’enseignement du breton (...)
  • 122 Raymond Delaporte (1907-1990). Fondateur en 1932 de « Breuriez ar Brezoneg er Skoliou », il devien (...)
  • 123 HervéMazé (1902-1962). Un des fondateurs, en 1934, de l’association parisienne SAV (« Strollad ar (...)
  • 124 Jean Le Bec (1911-1986).Militant nationaliste actif, membre du PNB : le lecteur bretonnant lira av (...)
  • 125 Jean-Marie Perrot (1877-1943). Fondateur du Bleun-Brug en 1905 et animateur obstiné de la revue Fe (...)
  • 126 Louis Henrio (1879-1953). Fondateur en 1905 de la revue vannetaise « Dihunamb/Réveillonsnous » qu’ (...)

61C’est bien au tout début de l’Occupation que le mouvement culturel breton s’embarque dans le navire le conduisant vers les îles de la collaboration en date du 22 septembre119 est adressé aux autorités allemandes un « mémoire » bilingue allemand-breton : « Denkschrift über den Gebrauch der bretonischen Sprache in den Schulen der Departements Finistère, Côtesdu- Nord, Morbihan, Ille-et-Vilaine und Loire-Inférieure/Skrid evit goulenn ma vefe desket ar Brezoneg e skoliou ar pemp départamant : Penn ar bed, Aodou an Hanternoz, Morbihan, Enez [sic] ha Gwilen, Liger Izela120. » Les sept signataires représentent tout le mouvement culturel breton : au nom de « Ar Brezoneg er skol » : Yann Fouéré121 ; au nom de « Brezoneg er skoliou » : R. Delaporte122 ; au nom de Gwalarn : Roparz Hemon ; au nom de Sav : H.Maze123 ; au nom de « Ober » : Yann ar Beg124 ; au nom de Feiz ha Breiz : Yann-Vari Perrot125 ; au nom de Dihunamb : Loeiz Herrieu126. Mais il n’y aura pas de suite : les autorités allemandes ne daigneront pas serrer la main des militants bretons.

62Pour autant, les autorités d’occupation ne vont pas complètement faire la sourde oreille aux préoccupations de l’intelligentsia nationaliste bretonne : elles encourageront ou toléreront un certain nombre d’autres réalisations. L’heure bretonne a enfin sonné : sur la Pangée intemporelle, les acteurs peuvent ouvrir de nouveaux et vastes chantiers…culturels et linguistiques. Dès janvier 1941 est créé un hebdomadaire bilingue, Arvor : à partir d’août 1942, il sera rédigé exclusivement en breton. En octobre de cette même année, l’Institut Celtique se met en place : la finalité en était exclusivement linguistique et culturelle et il regroupait des personnalités connues dans ces domaines. Néanmoins, la toute première des réalisations est aussi symboliquement la plus importante : dès novembre 1940, le breton fait son entrée sur les ondes.

  • 127 L’Heure Bretonne, 10 novembre 1940, n° 18, p. 2. Ce « journal breton hebdomadaire » est l’organe o (...)

63Ouvrons le numéro de L’Heure bretonne du 10 novembre 1940127 :

« Une heureuse nouvelle : Radio-Rennes a repris ses émissions. Et, pour la première fois, l’annonce et le commentaire ont été faits en breton. Il est doux à l’oreille d’entendre : “Amañ Roazon Breiz”, et la voix chaude d’Ab-Eozen, en donnant le commentaire des chants et des danses, ouvrait la route des ondes à notre langue. C’est un point capital. La première émission ayant lieu le 1er novembre, était consacrée aux cérémonies de Toussaint en Bretagne : Florian Le Roy, le Cercle Celtique, etc., se dépensèrent généreusement. »

64L’auteur de ce petit billet, qui admet que des critiques minimes peuvent être faites aux émissions, le conclut comme suit : « Les émissions ultérieures – chaque vendredi, de 11 heures à 11 h 30, sur Radio-Paris et les postes relayés – nous apporteront, nous en sommes sûrs des réalisations de plus en plus heureuses. »

  • 128 Cf. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Hélène Eck, chapitre consacré à la France, dans La guerre des ond (...)
  • 129 Cf. Pascal Ory, Les collaborateurs 1940-1945, Paris, Seuil, 1980, p. 54.

65Cet article est le point de départ de toute une série d’informations. Mention est faite de Radio-Paris : en effet, dès l’occupation de la Bretagne, la station radiophonique de Rennes avait perdu le peu d’autonomie qu’elle avait auparavant par rapport à Paris, et elle avait été mise sous la dépendance directe de la station Radio-Paris. Sous contrôle allemand, cette station était dirigée par le docteur Bofinger, ancien responsable du poste de Stuttgart : devant le micro défilent les représentants d’une ultra droite française, collaborationniste, qui entend transformer la défaite en révolution128. Radio-Paris est un maillon dans la chaîne de propagande mise en place par les occupants et dont la fonction principale est d’amener l’opinion à accepter leur présence129. Voici les deux premiers paragraphes d’un rapport « très secret » émanant du Gouvernement provisoire de la République française, en date de mai et juin 1944 : intitulé « La radio en zone Nord et particulièrement en Bretagne », il dresse un tableau du paysage radiophonique breton à la fin de l’Occupation.

  • 130 Sur ce document, à en-tête du Gouvernement provisoire, commissariat à l’Intérieur, un tampon : « M (...)

« La radio en Z.O. [zone occupée] est exploitée par la “Propaganda Abteilung Frankreich beimMilitärbefehlshaber in Paris”, dont le siège est : 7, rue Christophe Colomb, Tél. 14.41 Bal.
Les émetteurs et studios de la Z.O. dépendent de l’organisation précitée, y compris les émetteurs privés de Louveteau (Radio-Normandie) et et [sic] Bordeaux Sud-Ouest et exception faite de Lille National qui, depuis quelques mois a été réintégré dans la chaine [sic] française130. »

  • 131 Cf. E. Cazenave, C. Ulmann-Mauriat, Presse, radio et télévision en France, op. cit., p. 118. En no (...)
  • 132 Cf. Ph. Modol, Télévision et culture régionale…, op. cit., tome 2, p. 111.
  • 133 La Propaganda Abteilung, créée le 18 juillet 1940, relevait « du commandement militaire allemand e (...)
  • 134 Cf. Henri Fréville, Archives secrètes de Bretagne 1940-1944, Rennes, Éditions Ouest-France, 1985, (...)
  • 135 Cf. « L’année radiophonique 1940 au jour le jour », Cahiers d’histoire de la Radiodiffusion, « La (...)

66Après l’armistice du 22 juin 1940, il y a deux zones – la France occupée et la France libre – et deux systèmes d’information : le premier, au Nord, est entièrement contrôlé et détenu par les Allemands ; le deuxième, au Sud, est placé sous le contrôle du gouvernement de Vichy131. De ce fait, à partir du 7 juillet 1940, seuls les programmes de Radio-Paris sont diffusés en Bretagne132.Mais, dès l’automne 1940, la situation va rapidement évoluer. Entre en scène à ce moment Leo Weisgerber, professeur à l’université de Marburg, membre influent de la Deutsche Gesellschaft für Keltische Studien (Association allemande pour les études celtiques) créée en 1936. Au cours du mois d’août 1940, en sa qualité d’universitaire et de celtisant, le Sonderführer de la Propaganda Abteilung133 LeoWeisgerber reçoit des instructions du commandement militaire en France : il va participer à l’organisation et à la surveillance des émissions radiophoniques empruntant la voie de la chaîne Radio-Paris. Les directives précisent que des émissions spéciales seront consacrées à la Bretagne : en tant que spécialiste indiscuté, il part en reconnaissance134. Ces initiatives allemandes aboutissent le 1er novembre 1940, à l’émission mentionnée dans L’Heure Bretonne, ce qui fait de Rennes-Bretagne le seul poste à trouver, paradoxalement, une certaine liberté de programmation en zone nord135.

67Dans cette petite armée des ondes bretonnes, François Elies, alias Abeozen, est le tout premier troupier. Comment a-t-il été recruté ? Le 13 novembre 1940, en réponse à la circulaire ministérielle du 28 octobre, l’inspecteur d’académie des Côtes-du-Nord fournit au recteur de l’académie de Rennes deux informations : il lui signale tout d’abord « qu’aucun Professeur d’Allemand des Lycées et collèges n’a été requis comme interprète par les autorités Préfectorales, municipales ou occupantes » ; puis il ajoute :

  • 136 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV) : 1346W13. Rectorat : relations avec les autorit (...)

« Mais M. Elies François, professeur licencié de lettres au Lycée de garçons de St-Brieuc, 3e classe, n° 33 de l’annuaire de 1938, a été requis par l’autorité Allemande comme interprète de Breton pour les traductions de journaux et publications édités en breton qui doivent être soumis à la censure de l’autorité occupante. Il a pris ses fonctions à Rennes, le 29 octobre 1940136. »

68Le professeur de Saint-Brieuc est détaché comme interprète à la Feldkommandantur de Rennes : à la Libération, il aura à répondre de ses activités devant le conseil académique d’enquête. Le dossier n° 86 de ce conseil comporte un certain nombre de pièces relatives au parcours de Jean-François-Marie Elies pendant la période d’occupation. Le 31 décembre 1944, Elies, prévenu à la prison départementale du boulevard Jacques-Cartier à Rennes, adresse un courrier au recteur de l’académie de Rennes dans lequel il fournit les explications suivantes :

  • 137 ADIV 1346W19. Conseil académique d’enquête. Dossiers individuels des accusés. 1944-1954.

« Requis par les autorités allemandes d’occupation à titre d’interprète et de rédacteur de langue bretonne, à dater du 1er novembre 1940, j’estime que cette situation a pris fin le 4 août 1944 avec le départ des Allemands de Rennes. Depuis cette date je suis en droit redevenu membre de l’université jusqu’au jour dema révocation qui n’est encore, que je sache, que du domaine des probabilités. Je suis en état d’arrestation depuis le 18 septembre dernier et détenu à la Prison Départementale depuis le 21 septembre 1944137. »

  • 138 Le journal intime d’Abeozen ne fournit pas d’indications sur son activité radiophonique : il s’arr (...)

69Sur l’activité radiophonique de l’accusé, le dossier individuel n° 86 ne fournit que très peu d’informations. Au regard des juges du conseil académique, cela ne représente pas grand-chose : un peu plus ou un peu moins… et il est vrai que, pour les accusateurs comme pour l’accusé, peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse138.

70Le flacon, moi, m’importe. Les informations concernant l’activité radiophonique d’Abeozen, c’est dans le dossier d’un autre accusé qu’elles se trouvent : celui de Louis Nemo.

  • 139 ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 1.
  • 140 ADIV 213W66. Procès Némo. Ibidem, p. 2. « Toutes mes publications n’ont jamais été financées par l (...)

71Précisément, donnons la parole à l’accusé Nemo qui, le 3 mai 1945, est interrogé par un inspecteur de Police à la Brigade de surveillance du Territoire à Rennes. Le « nommé Nemo Louis, Paul, dit “Roparz Hémon”, âgé de 44 ans, professeur demeurant à Rennes 110, Boulevard deMetz139 » raconte son parcours : son intérêt pour la langue bretonne, « dès l’âge de 13 ou 14 ans » ; ses études d’anglais ; la création de Gwalarn ; ses publications, indépendantes du « parti breton140 » ; sa mobilisation, son affectation, suite à sa demande « au Centre des Interprètes de l’armée à Auxy-le-Château (Somme) », sa blessure « par une brûlure de lance-flamme près de Crécy-en-Ponthieu » le 23 mai.

  • 141 Cette abréviation signifie « sur interpellation ».
  • 142 ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 2-4.

« Le lendemain, j’ai été fait prisonnier et conduit d’abord à l’hôpital de St-Ricquier (Pas-de-Calais), puis de Berck-Plage. Après un séjour d’un mois environ dans ce dernier hôpital, les Allemands m’ont dirigé à travers la Belgique et la Hollande vers un camp de prisonniers de guerre français, à Alexisdorf, situé près de la frontière hollandaise.
Fin juillet 1940, alors que j’étais encore au camp d’Alexisdorf, les Allemands ont procédé au recensement des prisonniers originaires de Bretagne, et, après avoir été personnellement questionné par des officiers, ces derniers m’ont fait savoir que j’allais être bientôt libéré.
S. I.141– Naturellement, je les ai mis au courant de mon activité passée. Toutefois, ils ne m’ont demandé aucun engagement et de mon côté, je n’en ai également pris aucun.
Peu de temps après, j’ai été dirigé sur un camp aux environs de Berlin. Dans une partie de celui-ci, se trouvaient rassemblés uniquement des prisonniers d’origine bretonne. Nous étions une quarantaine au maximum, dont la majorité avait eu une activité bretonne. Je connaissais déjà quelquesuns de ces prisonniers, tous sympathisants du mouvement breton, Yann Goulet, l’Abbé Le Goff, André Geffroy et Tassel, architecte à Brest. J’ai été libéré définitivement fin août 1940.
S.I.– Pendant mon séjour dans ce dernier camp, nous n’avons été à aucun moment amenés à prendre des engagements en vue de notre libération. Aucune propagande allemande ne nous a été faite et j’affirme que personnellement, j’ai été libéré sans aucune condition. D’autre part, les membres du “Breiz atao” ne nous ont jamais sollicités afin de faciliter les entreprises de l’Allemagne.
Je suis donc revenu à Brest dans les derniers jours d’août. J’ai alors fait une demande régulière à mon Administration afin d’obtenir un congé de maladie de longue durée. Celui-ci me fut accordé.
Le lundi de Pâques 1941, à la suite d’un bombardement aérien, l’immeuble où j’habitais à Brest, 12, Place de la Tour d’Auvergne a été totalement détruit. Quelque temps après, je décidais de venir m’établir provisoirement à Guingamp, quoique je n’y avais [sic] aucune attache et je louais en cette ville un appartement meublé, 7, rue des Salles.
À l’expiration de mon congé de maladie, je suis venu m’installer à Rennes, c’est-à-dire à la date du 1er juillet 1941.
S.I.– Depuis mon retour d’Allemagne jusqu’à cette dernière date, mon activité est restée sur le plan purement littéraire. J’ai repris la parution de ma revue Gwalarn et par ailleurs, je me suis occupé, en collaboration avec M. Andouard, ex-officier de marine marchande, demeurant à Brest, rue Jean-Jaurès, de la parution du journal hebdomadaire “Arvor”, journal essentiellement littéraire.
S.I.– Quoique je connaissais [sic] les dirigeants et divers membres du parti national breton qui venaient de reformer un mouvement politique breton, je n’ai eu aucune participation dans celui-ci.
S.I.– Jusqu’à cette date, je n’ai aucune liaison avec les Allemands. Cependant, je dois dire ici que j’avais reçu, à Brest, au mois de mars 1941, la visite d’un Allemand, le Professeur Weisgerber Léo, Directeur de la station Rennes-Bretagne. Celui-ci était venu me trouver pour me faire savoir qu’il serait désireux que je lui prête mon concours pour des émissions n’ayant aucun caractère politique et ne traitant nullement de propagande allemande, mais simplement de questions culturelles bretonnes (causeries en langue française ou bretonne sur l’histoire, la géographie, les coutumes, les chansons et les musiques bretonnes).
J’acceptais [sic] les propositions du professeurWeisgerber dans la seule intention de servir la cause à laquelle je m’étais consacré déjà depuis plusieurs années.Weisgerber me dit à cette époque que je prendrais mes fonctions à l’expiration de mon congé de maladie. C’est ainsi que le 1er juillet 1941, j’ai été appelé à Rennes, à la station Rennes-Bretagne dans les fonctions de secrétaire aux émissions, sous la direction immédiate de Weisgerber. Dans cet emploi, j’ai été rémunéré d’abord avec mon traitement de professeur, détaché du Lycée de Brest, puis directement par la radio. Plusieurs mois après mon entrée à Radio-Bretagne, le Ministère de l’Éducation Nationale m’a remis une pièce attestant que j’étais placé à la disposition de l’autorité occupante.
S.I.– Mon service à la radio consistait à organiser des programmes. J’avais comme collaborateur,M. Elies, ex-professeur au Lycée de St-Brieuc et M. Trécan. J’avais à organiser ainsi, au début deux programmes par semaine, puis un programme tous les jours sauf le dimanche. Tous mes programmes étaient soumis au professeur Weisgerber. En son absence, ils devaient être soumis au censeur de la propaganda-staffel. Cependant, il arrivait que mes programmes ne présentaient aucun intérêt pour la censure. Il est exact que Weisgerber manifestait à mon égard une certaine confiance.
S.I.– Je n’ai jamais pu définir exactement quel était le but que les Allemands recherchaient en présentant les émissions que j’avais charge de monter. Weisgerber ne me les a jamais fait connaître. Celles-ci n’ayant aucun objet politique, on peut supposer qu’elles étaient faites dans l’idée de rendre la radio attrayante et de la faire écouter.
S.I.– Weisgerber me laissait une certaine liberté pour l’organisation des programmes et cela est compréhensible, du fait qu’aucune question politique n’était soulevée. Mes rapports avec ce dernier ont toujours été cordiaux142. »

72Telle est sa déposition qu’il faut maintenant compléter.

73En ce qui concerne les relations de l’accusé avec les autorités occupantes, voici l’extrait d’une lettre de Roparz Hemon, en date 10 octobre 1940, adressée àMarc’harid Gourlaouen, responsable de Skol Ober (cours de breton par correspondance) :

  • 143 Lettre publiée par Hor Yezh, n° 179, miz Here 1988, p. 42. Dans la note accompagnant la publicatio (...)

« Eun dra all c’hoaz : a-benn nemeur e vo ret kavout tud gouest da lenn ha da zisplega traou e brezoneg. Diskleria a rin kement-se d’eoc’h pa zeuot da Vrest. Skrivit d’in en a-raok, mar plij, d’in da veza e Brest d’an deiz-se.
Autre chose : d’ici peu, il y aura besoin de gens capables de lire et de déclamer des choses en breton. Je vous expliquerai cela quand vous viendrez à Brest. Écrivez avant, s’il vous plaît, afin que je sois à Brest ce jour-là143. »

  • 144 MA Freiburg, Akte RW 35/217, Bl. 201-206. Ce document est fourni en annexe dans le travail déjà ci (...)
  • 145 Lettre publiée par Hor Yezh, n° 179, miz Here 1988, p. 43.

74Visiblement, Roparz Hemon sait, dès octobre, que des émissions de radio en breton vont voir le jour. De qui tient-il ses informations nécessitant tant de discrétion ? En mai 1941, LeoWeisgerber avait adressé un rapport à son supérieur hiérarchique : il y décrit son action dans le domaine radiophonique et il raconte comment il a oeuvré pour mettre en place des programmes bretons144. Il écrit qu’il a effectué un voyage en Bretagne en septembre-octobre 1940 afin de « tâter le terrain », de savoir s’il y avait suffisamment de matière disponible et aussi afin de s’assurer de trouver des collaborateurs. Ces conditions étant remplies, les émissions seront lancées, une fois obtenu l’accord du commandant de l’unité de Propagande en France. Roparz Hemon et Leo Weisgerber se sont-ils rencontrés à l’occasion de ce voyage préparatoire ? Et si oui, pourquoi le directeur de Gwalarn ne se voit-il pas confier la direction des programmes en langue bretonne dès ce moment-là ? Le 5 janvier 1941, Roparz Hemon envoie ses voeux à Marc’harid Gourlaouen : « Bloavez mat d’eoc’h. Ar bloavez-mañ, a gredan, a vo evidomp hini an trec’h/Bonne année à vous. Cette année sera pour nous, je crois, celle de la victoire145. » Nous n’en saurons pas plus.

75Pour ce qui est du statut de Roparz Hemon, voici la déposition du témoin Jean Trécan, le 11 avril 1946 :

  • 146 ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Dépositions de témoins.

« Sur demande – J’ai exercé durant l’occupation, les fonctions de régisseur général du poste de Rennes-Bretagne. En cette qualité, j’assumais la responsabilité de l’ensemble des émissions. En ce qui concerne Némo, celuici n’avait aucun titre officiel dans l’administration du poste. Il s’occupait des émissions ou plus exactement des programmes de la partie bretonnante. Némo et moi, nous tranchions les questions et on peut dire que notre responsabilité était plus grande que celle notamment deMessieurs Helies [sic] et Floriant [sic] Leroy [sic]146. »

  • 147 ADIV 213W 67. Procès Némo. Pièces annexes.
  • 148 ADIV 213W67. Procès Némo. Pièces annexes : « Le 17 avril 1943. Bordereau de paiement des collabora (...)
  • 149 Cf. Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération 1938-1944, Nouvelle histoire de la France contemp (...)

76PourM. Trécan, Roparz Hemon n’avait peut-être « aucun titre officiel » ; il faut pourtant noter que lorsque Nemo signait les bordereaux de paiement147, à la colonne « emploi », en face de son nom (et ce nom était écrit : Roparz Hemon), figurait : « Directeur serv. Programmes ». Le titre de Trécan était bien celui de « Régisseur général » ; quant à MM. Eliès et Le Roy, leurs emplois étaient, respectivement, « Auteur et speaker breton » et « Auteur et speaker français ». La hiérarchie des titres apparaissait d’ailleurs de façon encore plus claire à travers les sommes versées. Un exemple : pour la « semaine du 11 avril au 17 avril 1943148 », M. Trécan touche 1700 francs et MM. Eliès, Le Roy et Hemon perçoivent 1375 francs chacun. Pendant la période d’Occupation, le salaire horaire d’un ouvrier spécialisé parisien était d’environ 10 francs, le salaire mensuel d’une dactylo à Paris était de 1 500 francs149 et un professeur de Lycée gagnait 2 500 francs par mois.

77D’où provenaient les fonds qui assuraient à la station régionale son fonctionnement ?

  • 150 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 24.

78Un rapport officiel « sur les provenances des fonds de Radio- Bretagne150 » sera remis le 6 juillet 1945 au juge d’instruction : les conclusions du rapport sont les suivantes.

  • 151 Les conclusions de ce rapport sont confirmées, notamment, par la déposition de Roger Grégoire, le (...)

« 1. Origine des Fonds
Les fonds provenaient du service de propagande allemand, section française, groupe radio. La caisse centrale se trouvait à Radio-Paris, 118 avenue des Champs-Elysées, Paris VIII.
Moyens de paiement
Radio-Bretagne recevait ses fonds de Paris par deux moyens au moins :
par versement à son compte de chèques postaux […].
par l’intermédiaire de la Banque de Bretagne, 3 quai Lamartine à Rennes […].
Renseignements
Il semble bien qu’à l’origine Radio-Paris avait fait une avance de fonds. Puis Radio-Paris adressait les fonds demandés dès réception des pièces comptables justificatives.
Les pièces comptables étaient adressées à M. Rüger, puis à M. Kroll, assimilé au grade de sous-lieutenant.
À Rennes il y avait un comptable français R. Grégoire qui dépendait de Zaekel, assimilé au grade de sous-lieutenant151. »

79Les réactions de l’inculpé Louis Nemo à la lecture qui lui est faite de ce rapport sont intéressantes :

  • 152 ADIV 213 W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 31. Interrogatoire du 27 août 1945. Le même (...)

« Jamais je n’ai eu connaissance de l’origine des fonds de Radio-Bretagne. Je savais que M. Grégoire s’occupait de la comptabilité mais je n’ai jamais pris connaissance de cette comptabilité.
S.I.– Je connaissais bien Zaekel, ingénieur de la Radio, je crois effectivement qu’il s’occupait de la comptabilité pendant l’absence de M.Weisgerber.
S.I.– Dans mon esprit, il y avait un accord avec le gouvernement français et le gouvernement allemand, accord qui devait englober la question financière. Je supposais que la taxe radiophonique, alimentait le budget de la Radio.
S.I.– Il est exact que les frais du Congrès de l’Institut Celtique de mai 1943, ont été couverts par Rennes-Bretagne. La somme, ainsi versée représentait ainsi la rémunération des émissions des manifestations artistiques de ce congrès qui avaient été enregistrées puis diffusées.
S.I.– Je percevais au titre d’employé du poste une rémunération hebdomadaire qui m’avait été versée par M. Grégoire.
Le professeur Weisgerber n’avait pas voulu que je continue à percevoir mon traitement de professeur, la liquidation en aurait été trop compliquée152. »

80L’image que Louis Nemo donne de lui-même, c’est celle d’un être coupé des réalités bassement matérielles. Il ne sait pas trop, finalement, par qui il était payé : les autorités vichyssoises ou bien les autorités allemandes ? Il semble même surpris quand on lui apprend qu’il était un maillon de l’entreprise de propagande de Goebbels. S’en soucie-t-il vraiment ? Que Roparz Hemon feigne ou non la naïveté, personne ne le saura vraiment. Pourtant, le 25 mars 1942, dans une lettre adressée au recteur de l’académie de Rennes, Louis Nemo, « Professeur agrégé d’anglais », rappelle à son correspondant qu’il est employé par l’armée allemande.

« Je vous informe que le rapport que je vais être amené à adresser aux autorités allemandes fera état des points suivants :

  1. Que vous avez refusé de me recevoir.
  2. Que la façon dont l’armée allemande utilise mes compétences de professeur (sur laquelle vous semblez prétendre exercer un droit de regard et de contrôle) n’ayant pas apparemment reçu votre approbation, vous avez brusquement décidé de me supprimer mon traitement, sans indiquer quel décret ou quelle convention vous autorise à le faire, et laissant aux autorités d’occupation (sans les prévenir) le soin de me payer elles-mêmes.
  3. Que, – signe manifeste de l’esprit d’anti-collaboration qui dicte votre attitude, – vous avez cru bon d’adresser votre réponse àM. Némo, professeur en vacances (ces deux mots soulignés sur votre enveloppe), plaisanterie inattendue de la part d’une administration officielle comme la vôtre, mais qui n’en constitue pas moins un libellé injurieux pour l’armée allemande qui m’emploie153. »
  • 154 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 12. Interrogatoire du 5 juin 1945.

81Ce qui est sûr, c’est que Roparz Hemon pensait entreprendre une œuvre juste et bonne pour la Bretagne et le breton. D’ailleurs, la place du breton n’ira-t-elle pas croissant sur les ondes de Rennes-Bretagne au fil des années d’Occupation ? Lors d’un interrogatoire en présence du juge d’instruction, Roparz Hemon est invité, le 5 juin 1945, à s’expliquer sur le caractère de ses émissions : « Le Professeur Weisgerber ne s’est jamais expliqué sur les buts poursuivis ; je crois qu’il voulait intéresser les populations et se faire écouter ; nos émissions étaient de caractère purement breton. » Puis il donne un aperçu du programme d’une semaine et il conclut de la sorte : « Nos émissions n’avaient donc aucun rapport avec l’Allemagne ou la politique. Le reste du temps Rennes-Bretagne relayait Radio-Paris : à ma connaissance, il n’y a pas eu d’émissions de Rennes traitant des sujets d’une autre nature (politiques, militaires ou autres)154. » Ce qui est certain, c’est que Roparz Hemon avait conscience de pratiquer, pour le bien de la langue bretonne et du pays breton, une politique de collaboration. Cette politique éclatait au grand jour au travers de ses activités radiophoniques mais aussi au travers de son rôle à la direction de l’Institut Celtique et à la tête d’Arvor. Le pouvoir qu’il exerce est à la fois réel et substantiel car, en matière de langue bretonne, tout ce qui ne serait que symbolique ailleurs, est lourd de conséquences. Durant cette période, il a été officiellement un guide, un modèle, une référence. Entre 1940 et 1944, Roparz Hemon croit venue l’heure d’une réhabilitation complète et éclatante de la langue bretonne : les désillusions et les déconvenues seront terribles. En 1947, il s’exile volontairement en Irlande, d’où il envoie en 1950 un article à la revue Al Liamm – qui succède à Gwalarn et qui en a repris l’esprit – où l’on peut lire :

  • 155 Roparz Hemon, « 1925-1950-1975 », Al Liamm, n° 20, mae-mezheven 1950, p. 31. Cité par F. Morvannou (...)

« Pevar bloavezh talvoudus – Er palevarzh-kantved tremenet e c’hoarvezas ur burzhud : e-pad pevar bloaz, eus 1940 da 1944, e tremenas un avel a frankiz war Vreizh ; pep gwir Vreizhad a c’hellas labourat hogos didregas, hag e vleunias buhez ar spered. E-doug ar pevar bloavezh-se e teskas ar Vretoned emskiantek e oant gouest da blediñ gant o bro o-unan, ur gentel ha n’int prestda ankounac’haat. An eost a ziwano diwar an had lakaet en douar neuze, temzet gant ar poanioù kriz gouzañvet e-pad an heskin a zeuas da heul.
Quatre années précieuses – Dans le quart de siècle écoulé, il se produisit un miracle : pendant quatre ans, de 1940 à 1944, il passa un vent de liberté sur la Bretagne ; tout vrai Breton put travailler presque sans tracas, et la vie de l’esprit fut florissante. Pendant ces quatre années-là, les Bretons conscients apprirent qu’ils étaient capables de s’occuper eux-mêmes de leur pays, et c’est là une leçon qu’ils ne sont pas près d’oublier. Le blé lèvera à partir de la graine mise en terre à ce moment-là, une terre amendée par les peines cruelles subies pendant la persécution155. »

82Ces lignes ont été écrites quelques années après la fin de la guerre, en 1950. L’échec et les désillusions n’ont engendré aucun repentir, au contraire : à la faveur d’une légèreté feinte et ironique, ce texte se caractérise par une belle impertinence. La fraction du mouvement breton ayant cru devoir, ou pouvoir, collaborer avec l’occupant ou avec Vichy pour le bien de la langue bretonne et de la Bretagne, ne semble pas avoir eu conscience du décalage considérable qui existait entre ses aspirations et objectifs, et ceux de la population bretonne qu’elle prétendait servir.

83Durant cette période d’occupation, Roparz Hemon, c’est vrai, va assumer ses responsabilités jusqu’au bout. Au risque de s’y perdre.

.

  • 156 ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 5.

« En octobre 1941, un certain nombre d’intellectuels bretons dont je faisais partie décida de créer une association culturelle, dénommée Institut Celtique. Cette association fut officiellement créée en juin ou juillet 1942. Je fus nommé Directeur de celle-ci. Notre siège se trouvait dans le même immeuble que le journal « La Bretagne » rue de la Monnaie à Rennes. Les statuts de cette association furent déposés régulièrement. […] Le nombre des membres s’élevait à environ 200. Nous avons organisé plusieurs congrès : 3 à Rennes, 1 à Nantes, 1 à Guingamp et un à Redon.
Le but de l’Institut Celtique était de développer et de faire connaître les différents aspects de la culture bretonne. Il travaillait également pour le poste de Rennes-Bretagne auquel il fournissait matière d’émission (conférences et musique). Les Allemands, apparemment, ne se sont jamais intéressés à cette association et, je n’avais nullement à fournir de compte rendu de son activité156. »

  • 157 Du 20 au 25 octobre 1941 a lieu, à Rennes, une « Semaine Celtique » : c’est durant cette « grande (...)

84Tel est l’un des témoignages en justice de Roparz Hemon sur l’Institut Celtique qu’il a, en effet, dirigé. Les objectifs de cette institution créée en octobre 1941157 prennent corps dans le courant de l’année 1942 : un tract bilingue de grand format, daté d’avril 1942 et signé Roparz Hemon, présente les buts de l’Institut avec, au verso, « la constitution des commissions » :

  • 158 ADIV 213W67. Procès Némo. Institut Celtique. Le texte français est de Roparz Hemon. Il traduit ner (...)

« Framm Keltiek Breizh
Da heul darvoudoù 1940, setu Breizh adsavet hag anavezet evit ar wech kentañ abaoe 150 vloaz.
An trec’h-se a zo frouezh labour ar Vrezhoned kar-o-bro e-pad tremen eur c’hantved.
N’eo ket lavaret avat e c’hell striv ar Vrezhoned ehanañ. Bez’ e rank en enep kenderc’hel kreñvoc’h eget kent, ha dreist-holl e rank bout aozet gant mui a nerzh eget biskoazh.
Ac’hano krouidigezh ar Framm Keltiek.
Kenstrollañ a ra ar Framm holl oberezhioù Breizh, – a-strolladoù pe ahiniennoù, – war dachenn ar sevenadur, hep menoz politikel ebet.
Lakaat a ra ar strolladoù hag an hiniennoù-se da genlabourat ha d’en em skoaziañ. O gwareziñ hag o harpañ a ra. E c’her-stur eo [sic] : “Adsevel ar spered brezhon en eur Vreizh adsavet.”

Institut Celtique de Bretagne Après les événements de 1940, voici la Bretagne relevée et reconnue pour la première fois depuis 150 ans.
Cette victoire est le fruit du travail des patriotes bretons depuis plus d’un siècle.
Cela ne veut pas dire que l’effort des Bretons doit s’arrêter. Au contraire, il doit continuer plus vigoureusement que jamais, et surtout il doit être organisé avec plus de méthode.
D’où la création de l’Institut Celtique.
L’Institut fédère toutes les activités bretonnes, – groupements ou individus, – sur le plan culturel, en dehors de toute politique.
Il permet la collaboration et l’entr’aide de ces groupements et individus.
Il les protège et les appuie.
Sa devise est : “Redresser l’esprit breton dans une Bretagne redressée”158. »

85Quand il fait référence à 1789, Roparz Hemon est en phase avec la Révolution Nationale : ici, c’est l’homme de droite qui parle – l’homme de la droite française. Dans ce tract, le maître présente la fondation de l’Institut comme la première pierre d’une re-colonisation des territoires occupés par l’esprit français : ce qui se joue ici, en réalité, c’est une entreprise de colonisation, c’est la conquête du continent mythique, l’occupation de la Pangée intemporelle. Là, enfin, les patriotes vont pouvoir construire une société bretonne « de la cave au grenier ». Parmi les pièces du procès de Louis Nemo, se trouve une déposition de Jean-François Eliès : voici ce qu’il dit de l’inculpé.

  • 159 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 28.

« J’ai connu Némo depuis 1925 ; j’ai collaboré avec lui avant la guerre à sa revue “Gwalarn” ; au moment de la guerre, je l’avais perdu de vue et je l’ai retrouvé au poste de Rennes-Bretagne ; Némo avait la haute main sur l’activité du poste particulièrement en l’absence du ProfesseurWeisgerber ; ce dernier exerçant le contrôle supérieur.
S.I.– Némo était Bretonnant jusqu’au bout des ongles ; je ne peux lui donner par contre une étiquette politique quelconque. Je ne pense pas
S.I.– Némo sympathisait beaucoup avec le ProfesseurWeisgerber mais je ne crois pas qu’il ait été un pro-allemand au sens extrême du mot. Je crois que Némo en exerçant son activité à Rennes-Bretagne a eu des intentions très droites ; ce n’est pas un homme à double face159. »

  • 160 ADIV 213W 67. Procès Némo. Institut celtique.
  • 161 Ibidem.
  • 162 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 22.

86« Bretonnant jusqu’au bout des ongles. » L’image utilisée par Eliès est impressionnante de perspicacité : Roparz Hemon a voulu être bretonnant de corps et d’esprit. Il a même voulu n’être que cela. Et rien d’autre. Un seul attachement, un seul loyalisme : Louis Nemo a oeuvré toute sa vie pour ne pas être, justement, « un homme à double face ». Il a fait en sorte de devenir un Breton total, un Breton « de la tête aux pieds », un Breton « jusqu’au bout des ongles ». Roparz Hemon est peut-être le seul militant à avoir vécu totalement le slogan adopté par les Breiz atao entre les deux guerres : « na ruz, na gwenn, Breizad hepken/ni rouge, ni blanc, Breton seulement ». En 1940, pour lui, être un patriote breton, c’est accepter la collaboration avec les autorités allemandes. La vitrine de cette volonté, c’est, entre autres, l’Institut Celtique. En effet, la collaboration est inscrite dans l’institution elle-même puisqu’elle est alimentée par les fonds du poste de Rennes- Bretagne. À partir du mois d’août 1942, le programme de la radio offre aux auditeurs une nouvelle rubrique, tous les jeudis de 19 h à 19 h 15 : « Le quart d’heure de l’Institut Celtique ». Cette rubrique est animée par des personnalités appartenant à cet Institut. La rétribution est en général de 500 francs pour une chronique de cinq minutes160. Cependant, Roparz Hemon, qui touchait un salaire hebdomadaire, a enregistré le 28 octobre 1942 deux « quarts d’heure de l’Institut Celtique » : il perçoit 2000 francs pour chacun de ces quarts d’heure161. Comment fonctionnait l’Institut sur le plan financier ? Prenons les comptes du Congrès de mai 1943 : les dépenses s’élèvent à 37850,95 francs, cette somme étant affectée aux frais d’une « représentation théâtrale et accessoire ». Pour couvrir cette somme considérable, figure dans les comptes une « participation de Rennes-Bretagne » : elle s’élève à 37000 francs.Mais il y a aussi de généreux donateurs : Roparz Hemon fait un don de 16,95 francs162.

87Fondé en octobre 1941, l’Institut Celtique ne verra le vote de ses statuts que le dimanche 7 juin 1942, au Foyer du Théâtre de Rennes. Ceuxci comportent 21 articles dont voici le premier :

  • 163 ADIV 213W67. Procès Némo. Institut celtique : « Vote des statuts ». Transcription ronéotée de la s (...)

« Dans le but de développer, en dehors de toute politique, les différentes branches de l’activité bretonne dans le domaine culturel, de susciter des initiatives, de coordonner toutes les bonnes volontés, il est créé un groupement qui prend le nom d’Institut Celtique de Bretagne – En breton :
Framm Keltiek Breizh163. »

88Puis c’est à l’assemblée d’ »élire un Président, un Comité Directeur de 9 membres » ainsi qu’ »un Commissaire aux Comptes ». Avant le vote, Roparz Hemon lit une déclaration, en son nom personnel, « d’abord en breton, ensuite en français », dont voici le texte :

  • 164 Ibidem, p. 8. Cette déclaration bilingue est publiée dans un compte rendu d’Arvor intitulé : « Un (...)

« Kinnig a ran va anv da vezañ rener ar Framm Keltiek.War zaou boent, avat, ne fell din touellañ den ebet :
Gouestlet em eus va buhez d’ar stourm evit ar brezhoneg. Mar don anvet da rener ganeoc’h, e vennan reiñ d’ar brezhoneg e-barzh ar Framm ul lec’h ken bras ha ma c’heller, en ur zerc’hel kont koulskoude eus an traoù evel m’emaint hag eus c’hoantoù reizh ar c’hallegerien hag i ar pep niverusañ e meur a skourr eus hor buhez speredel.
Diskleriañ a ran, war an dachenn sevenadurel-strizh a zo hon hini, ez eo mat kenlabourat gant ar pobloù a zo bremañ, dindan hon daoulagad, o stummañ Europa nevez.

Je pose ma candidature comme président de l’Institut Celtique.Mais il est deux points sur lesquels je ne veux tromper personne :
J’ai consacré ma vie à la lutte pour la langue bretonne. J’entends, si vous me nommez président, lui donner au sein de l’Institut la place la plus grande possible, tout en tenant compte des réalités et des désirs légitimes des francisants qui constituent la majorité dans certaines branches de notre vie culturelle.
Je me déclare, me tenant sur le terrain strictement culturel qui est le nôtre, partisan d’une collaboration loyale avec les peuples qui façonnent sous nos yeux l’Europe nouvelle164. »

89À la suite de cette lecture, il est procédé au vote et « Monsieur Roparz Hemon est élu Directeur, par 95 voix sur 102 votants ». On aura noté que, pour la première fois, Roparz Hemon parle clairement de collaboration : les « peuples » dont il parle, c’est notamment le peuple allemand avec le Führer à sa tête et dont les armées occupent pour le moment encore la seule partie Nord de la France. Le dernier paragraphe en breton se traduirait mot à mot : « Je déclare, sur le terrain strictement culturel qui est le nôtre, qu’il est bien – ou bon – de collaborer avec les peuples qui sont maintenant, sous nos yeux, en train de façonner l’Europe Nouvelle. » Tout est dans la nuance. Mais dans de telles conditions, est-il possible d’arguer qu’il s’agit d’une collaboration purement culturelle qui pourrait faire abstraction de l’arrière-plan militaire, politique et économique ? L’un des cinq congrès organisés par l’Institut eut lieu à Nantes : c’était le 16 mai 1942. À l’issue de ce congrès, un communiqué fut rédigé dont voici le texte intégral :

  • 165 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 18.

« Les membres de l’Institut Celtique réunis à Nantes en congrès le 16 mai 1942 adressent un hommage au souvenir des victimes faites en cette ville par le bombardement de l’Aviation anglaise la semaine précédente.
Les membres de l’Institut Celtique réunis à Nantes en congrès le 16 mai 1942 adressent àM. le Feldkommandant leurs remerciements pour la bienveillance avec laquelle il a autorisé leurs travaux.
Ils désapprouvent à nouveau les attentats commis en Bretagne contre l’armée Allemande. Attentats qui ne peuvent être le fait que d’individus isolés.
Le peuple Breton a toujours eu le respect des hommes qui n’accomplissent que leur devoir.
Le Congrès exprime sa foi dans l’avenir de la Bretagne dans l’Europe reconstituée d’après-guerre165. »

90Il est hautement probable que c’est Roparz Hemon lui-même qui a rédigé ce communiqué. Sa position publique – directeur des programmes en breton de la radio, directeur de l’Institut Celtique, directeur de deux revues – fait de lui un personnage en vue dans le paysage culturel des années d’Occupation : Louis Nemo est devenu quelqu’un ; Roparz Hemon est enfin reconnu.

91Cela est si vrai que, même en fuite, emprisonné puis jugé, Roparz Hemon, redevenu Louis Nemo, n’en continuera pas moins d’influer sur l’histoire radiophonique bretonne.

Notes

2 « Où est le capitaine Nemo ? » Inscription relevée à Berlin, en mars 1998, au-dessus d’une immense fresque murale de Oranienburger strasse.

3 MichelWinock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Seuil, 1990, p. 7.

4 « La ville s’endormait », 1977.

5 Cf.Michel Denis, « Mouvement breton et fascisme. Signification de l’échec du second Emsav », dans Régions et régionalisme en France du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, PUF, 1977, p. 505.

6 Cf. Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, Syros, 1982, 380 p. ; Alain Déniel, Le mouvement breton, Maspéro, 1976, 450 p.

7 Cf. Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1870. Programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, 1990, 255 p. : il propose dans son introduction (p. 9-24) une bibliographie des ouvrages les plus récents. Pour une bibliographie actualisée, cf. Gil Delannoi, Sociologie de la nation. Fondements théoriques et expériences historiques, Paris, Armand Colin, 1999, p. 184-186.

8 Cf. Miroslav Hroch, Social Preconditions of National Revival in Europe, Cambridge, 1985. Cité et utilisé par E. Hobsbawm, op. cit., p. 13.

9 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 23.

10 Cf. E. Hobsbawm, ibidem.

11 Cf. Jean-Yves Guiomar, Le Bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Société d’histoire et d’archéologie de Brest, Mayenne, 1987, 444 p. ; Yves Le Berre, La littérature de langue bretonne. Livres et brochures entre 1790 et 1918, 3 volumes, Ar skol vrezoneg – Emgleo Breiz, 1994.

12 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 23.

13 François Jaffrennou (Taldir), La Genèse d’un mouvement (Ganedigez eun Emzao). Articles, doctrines et discours (Skridou – Reolennou – Prezegennou). 1898-1911, Carhaix, Imprimerie-Librairie du Peuple, 1912, 207 p. F. Jaffrennou, dit Taldir (1869-1956), poète, écrivain et barde, fut un membre actif des différents mouvements bretons : cf. Y. Le Berre, La littérature de langue bretonne…, op. cit., volume II, p. 379.

14 Sur les préoccupations sociales et économiques de l’URB, cf. M. Nicolas, Histoire du mouvement breton, op. cit., p. 53-67.

15 Cf. Jaffrennou, op. cit., p. 105 : texte publié dans L’Ouest-Éclair, 4 novembre 1901.

16 Quelques exemples d’opuscules qui contribuent à l’élaboration de cette doctrine : Dihun Breiz/Le réveil de la Bretagne, « le premier texte nationaliste breton rédigé et publié en langue bretonne » (Y. Le Berre, op. cit., volume III, p. 781), publié en 1901 par Yves Berthou, sous forme de brochure (voir le texte et sa traduction dans l’ouvrage de Le Berre, p. 782-806). En 1911, Louis N. Le Roux publie aux éditions du tout nouveau Parti Nationaliste Breton une plaquette intitulée : La question bretonne. Pour le séparatisme. Essai précédé du manifeste du « Parti Nationaliste Breton » (1911, 22 p.). En 1916, Pierre-Mocaër, « ancien élève de l’École des Hautes Études commerciales », publie sous forme de brochure le texte d’une conférence donnée à la « Salle de Conférences du Groupe Lorientais d’Action Française » : La question bretonne. Régionalisme et Nationalisme (Imprimerie Le Bayon-Roger, Lorient, 35 p.).

17 « Bretagne Toujours ». Titre d’un journal qui sera, de 1919 à 1927, l’organe de l’Unvaniez Yaouankiz Vreiz (Union de la jeunesse bretonne) ; de 1927 à 1931, le journal du Parti Autonomiste Breton ; enfin, de 1932 à 1939, le journal du Parti National Breton.

18 J.-Y. Guiomar, Le Bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, op. cit. : cf. le chapitre VI : « Arthur de la Borderie », p. 174-211.

19 Cité par Georges Minois, Nouvelle histoire de Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 729.

20 Ibidem.

21 1775-1838. Grammairien et lexicographe. Promoteur d’une orthographe raisonnée du breton : lui-même parle d’orthographe « philosophique ». Voir l’ouvrage du docteur Louis Dujardin, La vie et les oeuvres de […] Le Gonidec, Brest, 1949, 376 p.

22 1860-1949. Grammairien et lexicographe. Auteur, notamment d’un « Grand dictionnaire françaisbreton » (Rennes, 1931, 814 p.).

23 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 77.

24 Cf. Anne-MarieThiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1999, p. 42-43. Sur l’oeuvre de Herder et sur sa réception en Europe, cf., dans le même ouvrage, p. 34-43.

25 Fichte, Discours à la nation allemande, traduction de S. Jankélévitch, Aubier-Montaigne, Paris, 1975, p. 109. Voir notamment le quatrième discours intitulé : « Les principales différences qui séparent les Allemands des autres peuples germaniques. »

26 Cf. G. Delannoi, Sociologie de la nation…, op. cit., p. 86 sq.

27 Afin d’élargir le champ de vision et de voir que ces éléments, et notamment la langue, ont une importance primordiale dans la « création des identités », cf. le chapitre « Une nation, une langue », A.-M. Thiesse, op. cit., p. 67-81. Cf. aussi G. Delannoi, Sociologie de la nation…, op. cit., p. 153-162 sq.

28 MaxWeber (1864-1920) a montré que le monde moderne était parvenu au « désenchantement » à travers le processus de rationalisation le caractérisant. Voir aussi Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde, Gallimard, 1985, 306 p.

29 Cf. Paul Valéry, « La crise de l’esprit. Première lettre » Variété 1. Paris, Gallimard, 1978, p. 13-15 (1ère édition : 1924). Cf. René Rémond, Introduction à l’histoire de notre temps. 3. Le XXe siècle de 1914 à nos jours, Seuil, nouvelle édition, 1989, p. 46. Pour une analyse des conséquences de la guerre en Europe, cf. George-L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Hachette, 1999, 293 p.

30 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 171.

31 Voir la notice de Pierre Mocaër sur « la vie de Jean-Pierre Calloc’h », dans l’édition posthume de son ouvrage À genoux. Lais bretons (« accompagnés d’une traduction française de PierreMocaër »), Paris, 1921, p. XIII-XVIII.

32 À Loc-Brévalaire, petite commune du Bas-Léon, on le rappelle en breton : « Parrez Loc-Brévalaire d’hebugale maro er vrezel 1914-1918 » (en Léon, le mot « brezel » est du genre féminin).

33 Cf. G.-L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme…, op. cit., p. 81 sq.

34 Sur le patriotisme d’État, cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 103-129.

35 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 158.

36 EugenWeber, La fin des terroirs : la modernisation de la France rurale, Fayard, 1983, 839 p. Le titre original du livre est bien plus parlant : Peasants into Frenchmen : the Modernization of Rural France, 1870-1914 (Standford, 1976).

37 Sur l’importance de l’Union sacrée dans la vie politique contemporaine française, voir Fabrice Bouthillon, Les schèmes qu’on abat. À propos du gaullisme, Éditions de Fallois, 1995, p. 49 sq.

38 Francis Gourvil (1889-1984), Langue et littérature bretonnes, Paris, PUF, 1952, (« Que sais-je ? »), p. 96.

39 Ibidem, p. 97.

40 Cf. Yves Le Gallo, « Postface », Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, tome 3, p. 384.

41 Cf. M. Prigent, Tanguy Prigent. 1. Ti-Kaled, Club socialiste du livre, Paris, 1982, 315 p.

42 Cf. Andreo arMerser, 1789 hag ar brezoneg, Brud Nevez, 1990 : Levrenn genta – Adskrivadennou, 292 p. ; Eil levrenn – Skridou orin, 283 p.

43 Cf. Ronan Calvez, « Vie et mort du paysanisme breton : Feiz ha Breiz (1865-1875) », La Bretagne Linguistique, Cahiers du Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne, volume 11, CRBC, UBO, 1998, p. 77-96.

44 Cf. C.-A. Ferguson, « Diglossia », Word, n° 15, 1959, p. 325-340. Republié dans Charles A. Ferguson, Sociolinguistic perspectives. Papers on Language in Society, 1959-1994, Edited by Thom Huebner, Oxford University Press, p. 25-39. Pour un historique du terme de diglossie, cf. Henri Boyer, « “Diglossie” : un concept à l’épreuve du terrain. L’élaboration d’une sociolinguistique du conflit en domaines catalan et occitan », Lengas, n° 20, 1986, p. 21-54 ; Georg Kremnitz, « Diglossie : possibilités et limites d’un terme », Lengas. Revue de sociolinguistique, n° 22, 1987, p. 199-213.

45 Cf. Y. Le Berre, « Langues et usages sociaux en Basse-Bretagne », Les parlers de la foi. Religion et langues régionales, sous la direction de Michel Lagrée, Rennes, PUR, 1995, p. 97-105.

46 Voir les actes du colloque (Brest, juin 1994) : « Badume, Standard et Norme. Le double jeu de la langue », La Bretagne Linguistique. Cahiers du Groupe de Recherche sur l’Économie Linguistique de la Bretagne, Volume 10, CRBC, UBO, Brest, 1995, 397 p. ; et notamment l’introduction des organisateurs, J. Le Dû et Y. Le Berre, « Parité et disparité : sphère publique et sphère privée de la parole », p. 7-25.

47 Cf. PhilippeMartel, « L’image de l’occitan dans l’opinion au XIXe siècle », dans les actes du colloque « Y a-t-il une exception linguistique française ? », La Bretagne Linguistique. Cahiers du Groupe de Recherche sur l’Économie Linguistique de la Bretagne, volume 12, CRBC, UBO, 1998, p. 195-217. Lors de ce colloque, Malcolm Chapman a prononcé une communication informelle qui m’a permis d’approfondir ma réflexion.

48 Pascal, Pensées, éd. Brunschvicg, 358.

49 Cf. J. Le Dû et Y. Le Berre, « Parité et disparité : sphère publique et sphère privée de la parole », op. cit., p. 20.

50 Cf. Fabrice Bouthillon, La Naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire : Pie XI (1922-1939), Thèse de doctorat à paraître, février 1994, p. 267.

51 Cf. Eva Vetter, Plus de breton ? Conflit linguistique en Bretagne rurale, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 1999, 254 p.

52 Cf. Georg Kremnitz, « Démarches et particularités de la sociolinguistique catalane », Sociolinguistique. Approches, théories, pratiques, actes du colloque (27 novembre-2 décembre 1978), édités par Bernard Gardin, Jean-BaptisteMarcellesi et le GRECO Rouen, tome I, Paris, PUF, 1980, p. 21-22 ; cf. Patrick Sauzet, « La diglossie : conflit ou tabou ? », La Bretagne Linguistique, volume 5, années 1988-1989, CRBC, Brest, 1989, p. 11.

53 Cf. H. Boyer, « “Diglossie” : un concept à l’épreuve du terrain… », op. cit., p. 30.

54 Cf. E. Hobsbawm, op. cit., p. 72-73.

55 « Le Breton conscientisé est semblable à un homme sur le bord d’un abîme. De l’autre côté de l’abîme, il voit briller sous ses yeux un pays magnifique, un pays à sa convenance, un pays où tout est breton en son sein : langue, territoire, habitudes, etc. » (Gawain, alias Roparz Hemon, « Skiant Vreiz », Gwalarn, n° 135, avril 1941, p. 321).

56 Pour avoir une vision d’ensemble panégyrique du « mouvement littéraire » Gwalarn, ainsi qu’un tableau des principaux collaborateurs, cf. le catalogue de l’exposition réalisée en 1989 à la Bibliothèque municipale de Brest (Gwalarn. Histoire d’un mouvement littéraire, Brest, 1989, s.n.), notamment la contribution de Yann Bouëssel du Bourg, « Roparz Hemon et les écrivains de Gwalarn » : il explique que la « création de Gwalarn en 1925 est l’événement littéraire du XXe siècle en Bretagne ». C’est l’auteur qui souligne.

57 Publié dans Breiz Atao. La nation bretonne. Revue mensuelle du nationalisme breton et des relations interceltiques. Dastumadenn unvaniez yaouankiz vreiz, n° 2, février 1925, p. 524.

58 L’expression est de Jean-Yves Guiomar, « La trinité bénédictine. Essai sur la production du signe idéologique “Bretagne”«, La Taupe bretonne, n° 3, octobre 1972, p. 91

59 Cf. F.Morvannou, « La littérature de langue bretonne. Du début du siècle au second après-guerre : les hommes et les oeuvres », op. cit., p. 207-208. L’ouvrage de Roparz Hemon a été réédité en 1972 par la maison d’édition Al Liamm.

60 Par exemple, le n° 28 (mars 1931), comporte uniquement quatre nouvelles (« Pevar marvailh ») d’Abeozen ; le n° 39-40 (février-mars 1932), est composé d’un recueil de poèmes Kanou en noz écrits par Xavier de Langlais ; le n° 72 (novembre 1934) reproduit une oeuvre de Roparz Hemon, Kleier eured…Parfois, les numéros de la revue sont scindés en deux : une partie propose une œuvre ou traite d’un thème ; la deuxième s’intitule « Lodenn ar gelaouenn/La partie spécifique de la revue » et regroupe des nouvelles qui intéressent, de près ou de loin, la vie de la revue.

61 « Levraoueg Gwalarn », Brest, 1927, 101 p. L’ouvrage sera réédité en 1942 (Skridoù Breizh, Brest, 129 p.). L’avant-propos à cette 2e édition, daté du 15 mars 1942, comporte la précision que voici :

« Gant ar bloavezhioù o tremen e kemm alies hor menozioù. An danevellig-mañ, savet e 1925, a vije bet disheñvel ma vije bet savet e 1942. Hec’h adembann a ran avat hep kemm ebet, koulz lavaret, rak enni e kavan eun adskleur, n’eo ket hepken eus va spered seitek vloaz ’zo, – pezh a vije a nebeut a bouez, – hogen ivez eun adskleur eus spered va c’henstrivourien, ar rummad oberourien a oa paotred yaouankflamm pa echuas kentañ brezel bras hor c’hantved./Avec les années qui passent, nos idées changent. Cette petite nouvelle, écrite en 1925, aurait été différente si elle avait été écrite en 1942. Néanmoins, je la réédite sans presque aucun changement, car j’y trouve un reflet, non seulement de mon esprit, il y a dix-sept ans – ce qui aurait peu d’importance –, mais aussi un reflet de l’esprit de mes compagnons de lutte, la génération d’acteurs qui étaient de très jeunes gens quand s’acheva la première guerre de notre siècle » (p. 7). En 1990, l’ouvrage de Roparz Hemon a été édité une troisième fois par les éditions Hor Yezh. Les exemples illustrant mon propos seront extraits de la première édition. Sauf mention contraire, les traductions sont toujours de moi.

62 Seule la première a fait l’objet de la publication sous forme de feuilleton dans Gwalarn.

63 Dans son recensement de la réédition de 1942, Corentin Cariou (alias Youenn Drezen) écrit ceci : « Voilà donc un roman qui n’avait d’autres prétentions que d’amuser les lecteurs bretonnants, et qui nous revient avec des vues prophétiques, en quelque sorte ! » (L’Heure Bretonne, n° 100, 13 juin 1942, p. 3.)

64 Sketla Segobrani (Les souvenirs de Segobranos), un ouvrage en trois volumes (1923-1925), est le fruit d’une triple collaboration, celle de René Le Roux (dit Meven Mordiern, 1878-1949), de François Vallée (1860-1949) et de Émile Ernault (1852-1938). Sur cet ouvrage, cf. F.Morvannou, « La littérature de langue bretonne… », op. cit., p. 202.

65 « Marc’hekadenn Atepomaros », dans Sketla Segobrani. Pevare kevrenn. Taranis – Esus, par X3, Prud’homme, 1925, p. 12 sq.

66 La page 69 de Bimbochet…est le parfait décalque de la page 12 des Sketla. R. Hemon présente cet ouvrage comme une étape essentielle dans la formation de la langue (p. 46-47) et il invite expressément son lecteur à le lire (p. 72-73).

67 Les noms ne sont pas innocents : maros signifie « grand » (le breton moderne meur en découle) et la désinence française -et indique la petitesse.

68 L’île de Sein. Voir la carte à la fin du volume des Sketla Segobrani, op. cit.

69 « Oestrumnis, ano rak-keltiek an Arvorig./Oestrumnis, nom pré-celtique de l’Armorique » (Sketla Segobrani, op. cit., p. 62).

70 Un article nécrologique, rédigé par un de ses anciens élèves devenu son disciple, François Kervella (1913-1992), est intitulé : « Roparz Hemon, hor mestr/Roparz Hemon, notre maître » (Al Liamm, septembre-octobre 1978, n° 190, p. 345-358).

71 R. Hemon, op. cit., p. 12.

72 R. Hemon, op. cit., p. 94-95.

73 Ibidem, p. 96.

74 Roparz Hemon, « Studi hol Lennegez/L’étude de notre littérature », Gwalarn, n° 5, printemps 1926, p. 50.

75 Cf. notamment l’Apocalypse, chapitre XVII.

76 « Pep tra a oa naet ha kempenn, adal lein an toênnou glas beteg ar parkeier : an traou, an dud, al loened. Urz ha yec’hed a oa dre-holl, ha peoc’h, ha levenez./Tout était net et ordonné, des toits bleus jusqu’aux champs : les objets, les gens, les bêtes. Ordre et santé étaient partout, ainsi que paix et joie. » (R. Hemon, op. cit., p. 27.)

77 « Daou grennard a dremenas. Nerzus, mentek, a-blomm war o divesker, sounn o c’horf, o sellout rageeun dirazo, digor o roched war o bruched ledan./Deux adolescents passèrent. Musclés, de grande taille, fermes sur leurs jambes, le corps droit, regardant droit devant eux, la chemise ouverte sur leur poitrine large. » (Ibidem, p. 27.)

78 Ibid., p. 28.

79 Ibid., p. 37. En 1942, ces allusions aux petites nations amies seront supprimées et remplacées pudiquement par « d’autres petites nations ». Il est vrai que, dans le cadre de l’Europe Nouvelle, la voix de la Bohème ne porte plus très loin.

80 Cf. supra.

81 Roparz Hemon, « A-enep ar gelennadurez diou-yezek/Contre l’enseignement bilingue », Breiz Atao, juin 1925, p. 575-576. C’est l’auteur qui souligne. Un autre exemple de cette volonté d’universalité chez R. Hemon : « Ar Brezoneg hag ar Galleg en Emzao/Le breton et le français au sein du mouvement breton », Breiz Atao, novembre-décembre 1926, p. 734.

82 « Gwalarn e Breiz », Gwalarn, n° 9, printemps 1927, p. 3-7.

83 R. Hemon, op. cit., p. 4-5.

84 Ibidem, p. 5.

85 Ibid., p. 6. Cf. également, Roparz Hemon, « Anaoudegez ar werin/La connaissance du peuple », Breiz Atao, n° 1, janvier 1925, p. 517. La paysannerie vue comme fondement de la nationalité est une idée qui existe dans tous les nationalismes d’Europe (cf. E. Hobsbawm, op. cit., passim).

86 Tous les observateurs de la pensée gwalarniste mettent en avant ce « changement » idéologique. Voir par exemple Gwalarn. Histoire d’un mouvement littéraire, Brest, 1989, op. cit. ; Guy Étienne, dans l’introduction à sa traduction du roman de Roparz Hemon La Marie-Morgane, Les Presses d’Aujourd’hui, 1981, p. 7-29. Guy Étienne étudie la pensée gwalarniste et parle du « souffle universel des premières années » (p. 20).

87 Roparz Hemon, « Danvez evit kentskrid eur geriadur/Matière pour la préface d’un dictionnaire », Gwalarn, n° 10, été 1927, p. 3-8.

88 R. Hemon, ibidem, p. 3-4.

89 R. Hemon, ibid., p. 6-7.

90 Roparz Hemon, « Gwalarn 1930 », Gwalarn, n° 20, p. 3-6. C’est par cet article que se clôt le recueil Eur Breizad… : après lui, plus rien à rajouter.

91 Ibidem, p. 5.

92 Ibid., p. 6.

93 Sur la fusion du local et de l’universel comme définition du totalitarisme, voir F. Bouthillon, La naissance de la Mardité, op. cit, passim, et plus particulièrement le chapitre VI.

94 Par idéologie, j’entends la définition que donne Hannah Arendt : cf. Les origines du totalitarisme. Le système totalitaire, Paris, Seuil, 1972, p. 216-217. Cf. aussi M. Gauchet, Le désenchantement du monde, op. cit., p. 257.

95 Cf. H. Arendt, Les origines du totalitarisme. Le système totalitaire…, op. cit., p. 219-220.

96 Cf. R.-A. Pois, La religion de la nature et le national-socialisme, Cerf, « Passages », 1993, p. 24.

97 Citons par exemple Yves Berthou, Camille LeMercier d’Erm, Louis N. Le Roux…Cf. Y. Le Berre, La littérature de langue bretonne, op. cit.

98 Gouvernail. Bien qu’indépendantes, en principe, l’une par rapport à l’autre, ces deux revues ont pour directeur, un seul et même personnage, Olivier Mordrelle (1901-1985).

99 Cet ouvrage, Kan da Gornog (Chant à l’Occident), Skrid ha Skeudenn, Rennes, 1932, 22-XX- 16 p., a bénéficié des illustrations de René-Yves Creston.

100 Yann-Vari Kerwerc’hez, En ur rambreal (En rêvassant), Skridou Breizh, Brest, 1943, 255 p. Réédité par Al Liamm en 1980.

101 Voir, par exemple, l’ »étude » d’Olier Mordrel parue dans le n° 10 sous le nom de « Racisme breton » (juillet 1937, p. 39-63) et précédée d’un « Roll-Geriou ar gouennelouriez/Vocabulaire du racisme » (ibidem, p. 33-38) ; dans le n° 13, l’article, signé Katuvolkos (pseudonyme de Roger Hervé – 1904-1998), « La route vers nous-mêmes » (avril-juin 1938, p. 11-24)…Cf. P.-J. Simon, « Racisme et antisémitisme dans le mouvement breton des années trente », Pluriel-Débat, n° 18, 1979, p. 29-38.

102 Sur cette fascisation du mouvement breton, cf. M. Denis : « Mouvement breton et fascisme. Signification de l’échec du second Emsav », op. cit., p. 489-506.

103 Cf. E Hobsbawm, op. cit., p. 121.

104 « Démarrage », Stur, n° 11, p. 7-11.

105 OlierMordrel, « Renaissance d’une langue », Éléments, n° 41, mars-avril 1982, p. 56. Il faut cependant préciser que le but de cet article est de prouver que la pensée de Roparz Hemon n’est qu’un démarquage bretonnant de la pensée de Breiz Atao…créée parMordrel. C’est donc un prêté pour un rendu. Cf. infra.

106 Cf. Michel Serres, « Qu’est-ce que l’identité ? », Le monde de l’éducation, de la culture et de la formation, n° 244, janvier 1997, p. 6.

107 Cf. G.-L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme…, op. cit., passim.

108 Sur la distinction entre mouvement totalitaire et pouvoir totalitaire, voir H. Arendt, Les origines du totalitarisme, op. cit., p. 30 sq.

109 « Hor yez, hor sevenadur/Notre langue, notre culture » Gwalarn, n° 125, avril 1939, p.5-6.

110 Cf. H. Arendt, Les origines du totalitarisme, op. cit., p. 215.

111 Le poème cité est justement intitulé « Al Lestr/Le Navire » (« Barzaz Gwalarn 1934 », Gwalarn, n° 66, p. 24-26).

112 Gwalarn, n° 131, décembre 1940, p. 53.

113 Gwalarn, n° 130, p. 32. Ce poème, traduit « diouz an iwerzoneg koz/du vieil irlandais », est daté par son traducteur anonyme (Roparz Hemon ?) du mois de septembre 1940.

114 Derniers vers du poème de Roparz Hemon intitulé « Al Lestr/Le Navire » (« Barzaz Gwalarn 1934 » Gwalarn, n° 66, p. 26).

115 Gwalarn, n° 131, décembre 1940, p. 53-54.

116 Cf. H. Arendt, op. cit., p. 221.

Cette « logique astreignante » est aussi à la base d’un texte publié par l’écrivain bretonnant Abeozen dans le supplément en breton, Amzer Breiz (Le temps breton), du journal L’Heure Bretonne, en date du 30 novembre 1940. Cet article a fait l’objet d’une deuxième publication plus étoffée dans le premier numéro d’une revue en breton, Galv : « Dirak an dismantrou », Galv, n° 1, mars 1941, p. 8-16. L’auteur y explique pourquoi son « opinion était, et demeure, que les Bretons ont une carte à jouer et c’est la carte allemande ». Youenn Drezensaluera comme il se doit cet article : « Septembre 39 ayant éclaté, il s’en est suivi le drame incroyable que chacun sait, et qui a laissé la France pantelante. Mais l’invasion a provoqué aussi des drames de conscience. Dans un article d’une rare solidité et d’une forme parfaite, qu’il intitula : “Dirak an Dismantrou”, c’est-à-dire “Devant les ruines”, et que la revue “Galv” publiait dès son premier numéro, Abeozen avait le courage de brûler publiquement ce qu’il avait adoré et, définissant sa position devant l’Ordre Nouveau, de rendre hommage à ses adversaires d’hier. » (Y. Drezen, « Abeozen. Traducteur, polémiste, poète », La Bretagne, n° 145, 6 septembre 1941, p. 6.) Pour prendre la juste mesure de cet autodafé, on lira avec profit le journal intime d’Abeozen : on y devine l’évolution idéologique de l’auteur à travers la place que prennent, au fil des mois, l’URSS et le Reich d’une part, la Bretagne et le mouvement breton d’autre part. Cf. Fañch Elies-Abeozen, Ur brezel diot. Deizlevr gwengolo 1939-mezheven 1940/Une guerre idiote. Journal intime septembre 1939-Juin 1940, Preder, kaier 50, Eost 1963, 53 p.

117 Pseudonyme de Jean-François-Marie Eliès (1896-1963). Sur la vie et l’oeuvre d’Abeozen, cf. Gwendal Denis, Eliès-Abeozen, 1896-1943 : sa vie, son oeuvre, thèse de Lettres, Rennes, 1988, 1138 p.

118 Christian Bobin, « Le mal », L’inespérée, Paris, Gallimard, 1994, p. 24.

119 La version bretonne est datée du 21 (« Roazon, 21 a viz Gwengolo 1940 »), la version allemande du 22 (« Rennes, den 22. September 1940 »).

120 « Mémoire pour demander que soit enseigné le Breton dans les écoles des cinq départements : Finistère, Côtes-du-Nord,Morbihan, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure ». L’existence de ce mémorandum a été mentionnée pour la première fois en 1977 par M. Denis dans son article déjà cité, « Mouvement breton et fascisme… », op. cit. En 1979, Henri Fréville en fournit quelques extraits dans son ouvrage relatif à la presse bretonne (H. Fréville, La presse bretonne dans la tourmente (1940-1946), Paris, Plon, 1979, p. 196 sq. et annexes). Cet opuscule bilingue de 17 pages est divisé en dix petits chapitres, dont un comprenant des annexes. Une copie de ce « mémoire » se trouve dans le travail de Nelly Blanchard : elle l’a trouvé dans les archives allemandes (SAMarburg, Akte 305a, acc. 1976/19, Bl. 21-38) lors de ses recherches sur le Professeur Weisgerber. Cf. N. Blanchard, LeoWeisgerber und die Bretagne, mémoire de maîtrise, UBO, juin 1998, p. 96-111.

121 Yann Fouéré est né en 1910. Un des fondateurs, en 1934, de « l’Union pour l’enseignement du breton », « ar Brezoneg er Skol » : ce mouvement militera pour l’adoption par les municipalités bas-bretonnes d’un voeu relatif à l’enseignement du breton dans les écoles publiques. Il sera, pendant la guerre, un des acteurs politiques les plus actifs : le journal La Bretagne (créé début 1941) qu’il dirigera, se fera l’écho d’une politique provincialiste vichyssoise des plus marquées. En 1942, il prit la direction de La Dépêche de Brest.

122 Raymond Delaporte (1907-1990). Fondateur en 1932 de « Breuriez ar Brezoneg er Skoliou », il devient rapidement le directeur de cette association qui intéresse les seules écoles catholiques. Il s’applique à généraliser et à mettre en oeuvre dans ces écoles les instructions épiscopales : cellesci, tout au moins pour le diocèse de Quimper, prescrivent l’organisation de cours consacrés à l’enseignement de la langue, de l’histoire et de la géographie de la Bretagne. En mars 1938, il est nommé président du Bleun-Brug, association fondée par Jean-Marie Perrot en septembre 1905. Au mois de décembre 1940, il est désigné comme nouveau chef du PNB.

123 HervéMazé (1902-1962). Un des fondateurs, en 1934, de l’association parisienne SAV (« Strollad ar Vrezonegerien/Le Groupe des Bretonnants ») : des bretonnants qui résident à Paris créent une revue du nom de Sav, en 1936 (ce nom, en plus de reprendre les initiales de l’association, signifie aussi le fait de se mettre debout).

124 Jean Le Bec (1911-1986).Militant nationaliste actif, membre du PNB : le lecteur bretonnant lira avec profit l’article hagiographique que Raymond Delaporte consacre à son ami Yann ar Beg, dans la revue Al Liamm, n° 236-237, mai-août 1986, p. 188-199. L’association « Ober/Faire » fut créée en 1931 : elle organisa les premiers cours de breton par correspondance.

125 Jean-Marie Perrot (1877-1943). Fondateur du Bleun-Brug en 1905 et animateur obstiné de la revue Feiz ha Breiz de 1919 à sa mort. Représentant du Bleun-Brug au Comité consultatif de Bretagne, fondé en octobre 1942 par le préfet régional Jean Quenette.

126 Louis Henrio (1879-1953). Fondateur en 1905 de la revue vannetaise « Dihunamb/Réveillonsnous » qu’il dirigera jusqu’en août 1944.

127 L’Heure Bretonne, 10 novembre 1940, n° 18, p. 2. Ce « journal breton hebdomadaire » est l’organe officiel du PNB pendant toute la période d’occupation.

128 Cf. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Hélène Eck, chapitre consacré à la France, dans La guerre des ondes. Histoire des radios de langues française pendant la Deuxième Guerre mondiale, Armand Colin, 1985, p. 53. Sur la fonction de Radio-Paris dans le dispositif de propagande nazie, voir notamment Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Éditions Odile Jacob, 1997, p. 254-255.

129 Cf. Pascal Ory, Les collaborateurs 1940-1945, Paris, Seuil, 1980, p. 54.

130 Sur ce document, à en-tête du Gouvernement provisoire, commissariat à l’Intérieur, un tampon : « Mission militaire de liaison administrative. Service documentaire. » Voici les dates précédées d’abréviations qui figurent sur le document : « Inf.6.5.44/Réc.17.6.44/Dif.27.6.44. » Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV) : 43 W 122. Commissariat de la République. Région de Bretagne. Informations générales sur la région.

131 Cf. E. Cazenave, C. Ulmann-Mauriat, Presse, radio et télévision en France, op. cit., p. 118. En novembre 1942, suite au débarquement en Afrique du Nord, les armées de Hitler occupent totalement le territoire français. Le contrôle et la propagande des autorités se radicalisent.

132 Cf. Ph. Modol, Télévision et culture régionale…, op. cit., tome 2, p. 111.

133 La Propaganda Abteilung, créée le 18 juillet 1940, relevait « du commandement militaire allemand en France (M B H, Militär Befehlshaber in Frankreich), mais elle [était] étroitement liée au ministère de la Propagande de Berlin dont elle [recevait] directives et matériel » (J.-L. Crémieux- Brilhac, H. Eck, La guerre des ondes…, op. cit., p. 40). La Propaganda Abteilung était organisée « en huit bureaux ou services (Referaten ou Abteilungen) dont le cinquième était plus spécialement chargé de la radio » (ibidem, p. 172). Sur la Propaganda, cf. P. Ory, Les collaborateurs…, op. cit., notamment le chapitre sur « Les auxiliaires de la propagande allemande », p. 54 sq.

134 Cf. Henri Fréville, Archives secrètes de Bretagne 1940-1944, Rennes, Éditions Ouest-France, 1985, p. 78 et 80 dont les informations sont confirmées par le travail récent de N. Blanchard (op. cit., passim). Cf. aussi André Kervella, Brest rebelle. 1939-1945, Skol Vreizh, 1998, p. 87-88.

135 Cf. « L’année radiophonique 1940 au jour le jour », Cahiers d’histoire de la Radiodiffusion, « La radiodiffusion en France en 1940 », dossier établi par Bernard Lauzanne, n° 27, décembre 1990,p. 26.

136 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV) : 1346W13. Rectorat : relations avec les autorités allemandes 1940-1942.

137 ADIV 1346W19. Conseil académique d’enquête. Dossiers individuels des accusés. 1944-1954.

138 Le journal intime d’Abeozen ne fournit pas d’indications sur son activité radiophonique : il s’arrête le 24 juin 1940. À la date du 23, on lit : « Emaon o vont da Roazhon da glask keloù eus Breizh./Je m’en vais à Rennes m’enquérir de la Bretagne » (Fañch Elies-Abeozen, Ur brezel diot. Deizlevr…, op. cit., p. 52).

139 ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 1.

140 ADIV 213W66. Procès Némo. Ibidem, p. 2. « Toutes mes publications n’ont jamais été financées par le parti breton. Le maximum des abonnements monta aux environs de 400. Mes relations avec les membres du parti breton furent toujours amicales. Je ne partageais pas toutes leurs idées, mais au point de vue culturel, je leur ai toujours manifesté une certaine sympathie. » (Ibid.)

141 Cette abréviation signifie « sur interpellation ».

142 ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 2-4.

143 Lettre publiée par Hor Yezh, n° 179, miz Here 1988, p. 42. Dans la note accompagnant la publication de la lettre, on lit ceci : « Adalek ar mare-se, evel ma weler, e oa bet divizet sevel ur skingomz e brezhoneg./Dès cette période, comme on le voit, il avait été décidé de créer une radio en langue bretonne. » (Ibidem, p. 43.)

144 MA Freiburg, Akte RW 35/217, Bl. 201-206. Ce document est fourni en annexe dans le travail déjà cité de N. Blanchard, p. 112-117.

145 Lettre publiée par Hor Yezh, n° 179, miz Here 1988, p. 43.

146 ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Dépositions de témoins.

147 ADIV 213W 67. Procès Némo. Pièces annexes.

148 ADIV 213W67. Procès Némo. Pièces annexes : « Le 17 avril 1943. Bordereau de paiement des collaborateurs libres et occasionnels. Semaine du 11 avril au 17 avril 1943 ».

149 Cf. Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération 1938-1944, Nouvelle histoire de la France contemporaine, 14, Seuil, 1979, p. 162.

150 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 24.

151 Les conclusions de ce rapport sont confirmées, notamment, par la déposition de Roger Grégoire, le 13 juillet 1945 (ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 26). « À la suite de chaque enregistrement, j’établissais le bordereau de paye des exécutants (musiciens, comédiens, opérateurs). Muni de ce bordereau, j’allais trouver Zaekel qui me remettait l’argent nécessaire ; après paiement, je remettais à Zaekel les bordereaux émargés par les intéressés. Sur demande – J’ai connu Némo lorsqu’il est arrivé au poste : en fait, il était le responsable du poste et s’occupait de toutes les émissions particulièrement bretonnes. C’était un homme très renfermé qui utilisait couramment le Breton dans ses conversations avec d’autres Bretons. Je sais qu’il entretenait des rapports avec les Allemands mais je ne peux en préciser la nature. »

152 ADIV 213 W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 31. Interrogatoire du 27 août 1945. Le même jour, est organisée une confrontation entre R. Grégoire et L. Némo. Le premier confirme qu’il est exact que « M. Némo ne s’est jamais occupé de la comptabilité ». Sur intervention, il ajoute : « Nous savions à Rennes-Bretagne que les fonds provenaient de Radio-Paris. Il a été dit qu’il [sic] pouvait être alimenté par Vichy, sans aucune précision. Quoi qu’il en soit, les émissions de Rennes-Bretagne, étaient à caractère purement régional [sic], et sans portée politique ». L’inculpé conclut : « Ce que ditM. Grégoire est exact. » (ADIV 213W66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 32.)

153 ADIV 213W66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 33. Louis Nemo justifiera habilement la virulence de cette lettre : cf. infra.

154 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 12. Interrogatoire du 5 juin 1945.

155 Roparz Hemon, « 1925-1950-1975 », Al Liamm, n° 20, mae-mezheven 1950, p. 31. Cité par F. Morvannou dans « La littérature de langue bretonne au XIXe siècle… », op. cit., p. 210. La traduction est de F.Morvannou. Pour ce qui est de la persécution à laquelle Roparz Hemon fait allusion, cf. infra.

156 ADIV 213W 66. Procès Némo. 1. Procédure : Examen de situation du 3 mai 1945, p. 5.

157 Du 20 au 25 octobre 1941 a lieu, à Rennes, une « Semaine Celtique » : c’est durant cette « grande manifestation culturelle bretonne » qu’est créé le Framm Keltiek (sur les manifestations de cette « Semaine », cf. Arvor, numéros 42, 43 et 44, octobre-novembre 1941).

158 ADIV 213W67. Procès Némo. Institut Celtique. Le texte français est de Roparz Hemon. Il traduit nerzh (mot-à-mot « force ; énergie ») par « méthode ». Ce tract est un condensé du texte bilingue publié, sous la plume de Roparz Hemon, dans le n° 70 d’Arvor (10 mai 1942, première page) : « Pal ar Framm Keltiek/Le but de l’Institut Celtique ». notamment qu’il est [sic] appartenu au PNB. Les relations qu’il a pu avoir avec ce parti ont été du domaine culturel.

159 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 28.

160 ADIV 213W 67. Procès Némo. Institut celtique.

161 Ibidem.

162 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 22.

163 ADIV 213W67. Procès Némo. Institut celtique : « Vote des statuts ». Transcription ronéotée de la séance du 7 juin 1942, dirigée par Roparz Hemon (9 p.).

164 Ibidem, p. 8. Cette déclaration bilingue est publiée dans un compte rendu d’Arvor intitulé : « Un important événement culturel. L’Institut Celtique est fondé. Roparz Hemon en est élu directeur. » (n° 75 du 14 juin 1942, p. 1 et 2.) « La formidable ovation qui accueillit la déclaration de Roparz Hemon montra bien qu’elle était dans l’esprit de l’assemblée et que celle-ci entendait que l’injustice commise à l’égard de la langue bretonne soit réparée » (ibidem, p. 2). Voir aussi le compterendu des « grandes assises du mouvement culturel », L’Heure Bretonne, n° 100, 13 juin 1942, p. 1 et 4. De nombreuses photos illustrent les articles.

165 ADIV 213W 66. Procès Némo. 3. Information : pièce n° 18.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search