Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Radio en langue bretonne

 | 
Ronan Calvez

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le terrain sur lequel j’avance est presque totalement inexploré et c’est un champ en friche.

2Le 1er novembre 1990, qui a pensé à commémorer le cinquantième anniversaire de la première émission de radio en langue bretonne sur les ondes de Rennes-Bretagne ? Peu de personnes étaient au courant de l’année, où, pour la première fois, il y eut du breton sur les ondes. Et puis, 1990 moins 50, cela donne 1940. C’était la guerre, l’Occupation. Du breton sur les ondes du 1er novembre 1940 au 3 juin 1944 ? Suspect : et si le champ en friche était truffé de mines ?

  • 1 Pierre-Jakez Hélias, Le Cheval d’orgueil. Mémoires d’un Breton du pays bigouden, Plon, 1975, (Terr (...)
  • 2 Cf. « Sur la route et les ondes » (p. 141-190) et « Vous avez dit folklore ? » (p. 273-294), Le Qu (...)
  • 3 Charles Le Gall, le successeur de Pierre Hélias à la radio bretonne, diffuse sa première émission (...)

3Le 21 décembre 1996, un autre anniversaire, toujours radiophonique : un demi-siècle avant, à nouveau du breton sur les ondes, dans la France et la Bretagne libérées. En 1946, c’est la voix de Pierre Hélias que portent les ondes. Trente ans plus tard, son Cheval d’orgueil1 va caracoler dans le peloton des best-sellers de l’époque. Mais, en 1996, Pierre Hélias n’est plus là pour faire mémoire de sa toute première émission de breton. Et puis, n’avait-il pas épuisé le sujet dans Le quêteur de mémoire, paru en 19902 ? Il y parle abondamment de cette longue tranche de radio, 21 décembre 1946-décembre 19583. En tant qu’acteur principal, il a placé devant nos yeux interdits le tableau peint de ces années-là par lui-même. C’est bien un tableau, avec un cadre qui le délimite, mais qui le borne aussi. Plutôt que d’un tableau, on devrait parler d’un champ, dont Pierre Hélias est l’arpenteur, dont il est aussi le démineur, et qu’il a clos de talus, par-dessus lesquels il m’a bien fallu passer.

4Ces deux temps forts d’émissions bretonnes, celui du temps de guerre et celui de l’après-guerre, sont liés l’un à l’autre comme des frères siamois : il est presque impossible de les séparer, même si en étudiant le premier temps, on peut affecter de croire qu’il n’y en a pas eu de second. De plus, peut-être est-ce bien parce qu’il y a eu des émissions en breton pendant la guerre que Pierre Hélias a été chargé d’une nouvelle série en 1946 ?

  • 4 Cf. Christian Brochand, Histoire de la radio et de la télévision en France. 1921-1974, 2 tomes, La (...)
  • 5 C’était le constat de Caroline Mauriat dans Les Sources de l’histoire de la radio et de la télévis (...)
  • 6 Lionel Buannic, Biskoaz kemend-all ! Pierre-Jakez Hélias et Radio Quimerc’h. Un certain regard sur (...)
  • 7 Philippe Modol, Télévision et culture régionale. Recherche d’une corrélation entre un modèle cultu (...)
  • 8 Cf. notamment « Langue bretonne et médias » (p. 16-17), dans l’article de Jean Le Dû et Yves Le Be (...)
  • 9 Cf. J. Le Dû et Y. Le Berre, op. cit., p. 16 ; cf. des mêmes auteurs « Ar gomz hag ar bluenn pe Pe (...)

5La production radio-télévisée en langue française n’a commencé à intéresser sérieusement les historiens que ces toutes dernières années. En effet, c’est seulement après 1994 que les ouvrages généraux traitant de l’histoire de la radio et de la télévision commencent à se multiplier4 : la radio-télévision en France n’est donc plus tout à fait le parent pauvre de la recherche historique5. Jusqu’à ce jour, les émissions bretonnes de la guerre et de l’après-guerre n’ont pas été étudiées de manière exhaustive. Dans ces dernières années, on ne relève que deux études : l’une analyse la production radiophonique de Pierre Hélias, et encore ne porte-t-elle que sur une fraction limitée de cette production6 ; l’autre présente les programmes radio-phoniques de la guerre et ceux de l’après-guerre en tant que précurseurs de la télévision régionale7. Dans des travaux, ou des communications, consacrés à la langue bretonne, figure, bien entendu, l’un ou l’autre paragraphe ayant trait aux émissions de l’après-guerre8, au succès rencontré par ces dernières auprès de la population bretonne9.

  • 10 Cf. C. Mauriat, op. cit., p. 7 ; cf. J.-N. Jeanneney, « Le prix de la mémoire », L’écho du siècle…(...)
  • 11 À partir de 1959 (sous la direction de Charles Le Gall), les émissions en breton ont été répertori (...)
  • 12 Cf. Stéphane Cordier, La radio, reflet de notre temps, Les éditions internationales, Paris, 1950, (...)
  • 13 Nous devons à l’obligeance de Mme Pierre Hélias de disposer de ces manuscrits qu’elle a déposés, a (...)

6Mettre en chantier une histoire de la radio bretonne ne relève toutefois pas de la gageure. D’autant moins que l’on dispose d’une relative richesse bretonne, si on la compare à l’indigence d’autres territoires linguistiques10. Pourtant, cette richesse bretonne commence par un manque. En effet, pour ce qui concerne la période 1940-1958, les disques de cire ou les disques Pyral qui s’y rapportaient ont tous été détruits, semble-t-il, lors du déménagement de la radio rennaise dans ses nouveaux locaux de l’avenue Janvier11. Quid des voix bretonnes de ces dix-huit années ? Il nous manque leur tessiture et leur timbre. Pendant la guerre, les acteurs de la radio parlaient-ils avec le ton nasillard des informations cinématographiques que nous avons tous à l’oreille ? Il m’est donc impossible de définir « l’image de son12 » des programmes. Après l’inventaire par défaut, voici tout de même du consistant, des sources, mais rien de sonore pour cette période, et c’est bien le paradoxe : la radio bretonne, de 1940 à 1958, je la connais grâce à l’écrit. J’ai pu disposer, pour commencer, des archives, tant nationales que départementales : ce sont elles qui vont me fournir, dans leur contexte, les conditions dans lesquelles sont nées les deux séries d’émissions bretonnes. En outre, pour ce qui concerne les émissions de la guerre (1940-1944), il est heureux que nombre de ces causeries radiodiffusées aient fait l’objet d’une publication dans les journaux de l’époque. Quant aux émissions de l’après-guerre (1946-1958), je dispose de fragments importants : les manuscrits d’une notable partie des pièces radiodiffusées, ainsi que des documents d’archives qui concernent l’activité radiophonique de l’acteur principal13

.

7Une partie importante du travail va consister à mettre en lumière les acteurs des deux séries d’émissions, et tout particulièrement les principaux de ces acteurs : Louis Nemo, alias Roparz Hemon pour les émissions de la guerre, Pierre Hélias, pour celles de l’après-guerre. Tous deux ont durable-ment marqué de leur empreinte la série d’émissions dont ils ont eu la charge, et il n’est pas inutile de les présenter brièvement, avant de les faire revivre l’un et l’autre dans leur activité radiophonique.

  • 14 Cf. le chapitre consacré à Roparz Hemon par Fañch Morvannou dans sa contribution : « La littératur (...)

8Louis-Paul Nemo est né le 18 décembre 1900 à Brest. Son père, premier-maître mécanicien dans la Royale, était un enfant né « de père et de mère inconnus » : l’employé de l’état civil de Brest lui avait donné le nom de Nemo. À l’âge d’homme, l’enfant trouvé épousa Julie Foricher, une institutrice, et ils fondèrent une famille : Louis-Paul était le second de six enfants. Après ses études au lycée de Brest, Louis Nemo part à Paris où il prépare, au lycée Saint-Louis, le concours d’entrée à l’École polytechnique. Il ne parvient pas à intégrer Polytechnique et il se lance dans l’étude de l’anglais : après un long séjour en Angleterre et des études à Leeds et à la Sorbonne, il obtient, en 1924, l’agrégation d’anglais. L’année suivante, il est affecté au lycée de Brest où il enseigne jusqu’en 1939. Mobilisé et blessé pendant la « drôle de guerre », il obtient un congé de maladie. En juillet 1941, il se trouve à la tête des émissions en breton de Rennes-Bretagne : ces programmes avaient commencé le 1er novembre 1940. En août 1944, Roparz Hemon fuit pour l’Allemagne où il trouve refuge à Marburg. Devant l’effondrement de l’Allemagne, il décide de quitter ce pays à pied, mais il est arrêté et remis à la justice française pour être jugé. Accusé d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État, il est enfermé pendant un an. Le 31 mai 1946, il est acquitté, mais déclaré en « état d’indignité nationale » pour une durée de 10 ans, ce qui brise sa carrière d’enseignant. Il vit à Paris pendant quelque temps, puis il embarque pour l’Irlande en juillet 1947. Il obtient un poste à l’Institute for Advanced Studies de Dublin. C’est dans cette ville qu’il meurt, le 29 juin 1978. Son corps est rapatrié à Brest où il est enterré, le 10 juillet14.

  • 15 Cf. le numéro spécial de Skol Vreizh (l’école bretonne : civilisation bretonne – revue trimestriel (...)

9Pierre Hélias est né le 17 février 1914 à Pouldreuzic, en Finistère, dans une famille de paysans et d’artisans. Après des études au lycée de Quimper, puis en classe de Lettres supérieures à Rennes, il obtient le concours d’enseignant et exerce dans différents lycées, avant d’être affecté à Rennes. Pendant la guerre, il est en poste à Fougères. À la Libération, il est rédacteur en chef de Vent d’Ouest, l’hebdomadaire du Mouvement de Libération Nationale (MLN). En 1946, il est affecté au collège de Vitré. À la fin de cette année 1946, tout en conservant son emploi, il est nommé à la tête de l’émission hebdomadaire en breton sur les ondes de Radio-Quimerc’h : il occupera cette fonction jusqu’en 1958. En 1947, afin de rejoindre sa femme qui avait trouvé du travail à Quimper, il obtient un poste à l’école normale de garçons de cette ville où il enseignera jusqu’à sa retraite en 1975. Cette année-là ouvre une nouvelle période dans la vie de Pierre Hélias : il devient un écrivain français célèbre grâce à son Cheval d’orgueil. Il continuera sa production littéraire jusqu’à sa mort, le 13 août 1995. Ses cendres sont dispersées dans la baie d’Audierne15.

  • 16 Cf. Anton Le Dantec, « Histoire contemporaine. Comment la mémoire de Roparz Hemon a été salie par (...)
  • 17 Le Télégramme, mardi 15 août 1995, première page.
  • 18 Ouest-France, mercredi 16 août 1995, première page. Dans ce même numéro, pas moins de deux pages e (...)
  • 19 « Gouel broadel ar brezhoneg. » Sur fond de drapeau breton, apparaît le portrait d’un Roparz Hemon (...)
  • 20 Écoles privées dispensant un enseignement en breton des classes maternelles au lycée. Le collège a (...)
  • 21 Geriadur brezhoneg, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 1995, 1232 p.

10En l’an de grâce 2000, quelle est la place qu’occupent Louis Nemo alias Roparz Hemon et Pierre-Jakez Hélias dans la mémoire collective des Bretons ? La situation peut se résumer assez simplement : tout le monde connaît Pierre-Jakez Hélias, tout le monde, ou presque, ignore l’existence de Roparz Hemon16. Pierre Hélias, c’est l’auteur du Cheval d’orgueil, c’est le chantre du pays Bigouden, c’est un écrivain qui, fait très rare, a vu de son vivant son nom attribué à des écoles. En ce sens, il est un mythe et il n’est que de rappeler, pour s’en persuader, le titre des journaux régionaux après sa mort : « Un grand de la culture bretonne17 », « La Bretagne pleure son conteur18 »… Sa mort fait l’objet de bulletins d’information sur France-Inter et sur France-Culture, ainsi que dans le quotidien national Le Monde. Les traces visibles qu’a pu laisser Roparz Hemon sont de nature différente : son nom et son effigie apparaissent sur des billets de banque émis lors de la « Fête nationale de la langue bretonne19 », son nom a été donné au collège Diwan20 du Relecq-Kerhuon, c’est à sa mémoire qu’est dédié le premier dictionnaire monolingue publié en Bretagne21.

  • 22 Dans son Cheval couché (Hachette, 1977, 223 p.), Xavier Grall reproche vivement à Hélias, entre au (...)
  • 23 Cf. P. Rannou, ibidem, p. 124.
  • 24 Cf. P. Rannou, ibid., p. 126.

11Au sein du mouvement breton d’obédience hémoniste, Pierre Hélias a fait – et fait toujours – l’objet de critiques acerbes qui tendent à le présenter comme un régionaliste bon teint, plutôt réactionnaire22. Mais ce n’est pas tout : victime d’un complexe d’infériorité, il n’a jamais fait savoir qu’il avait obtenu l’agrégation à 60 ans, bénéficiant d’une promotion dite au « tour extérieur23 ». Enfin, il est passéiste et son œuvre est « traversée tout entière par une logique de la dépossession consentie24 », ce qui peut engendrer un phénomène de fatalisme et de résignation chez les jeunes lecteurs de ses ouvrages.

  • 25 Cf.Yannig Guérin, « Peut-on évoquer le linguiste et romancier breton sans parler des on passé ? Ro (...)
  • 26 Cf. A. Kerloc’h et R.Marhic, dans Charlie Hebdo, 23 juin 1999 ; Éric Conan, dans L’Express,
  • 27 Cf.,par exemple, Jean Le Lagadec, « La vigilance s’impose », Le Pays breton, n°441, septembre 1998 (...)
  • 28 Per Denez, « Roparz Hemon (1900-1978) »,Dalc’homp soñj, n°24, automne 1988, p.7.
  • 29 Cf. Per Denez, « Roparz Hemon linguiste », La Bretagne des livres, n°39,mai 1998, p.13.
  • 30 Yann Bouëssel du Bourg, « Roparz Hemon et les écrivains de Gwalarn », Gwalarn. Histoire d’un mouve (...)

12À l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort, une polémique est née autour de Roparz Hemon, notamment à propos de son activité pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est au sein même du mouvement breton que cette polémique s’est développée – des lycéens de Diwan, émus par la lecture de certains écrits du personnage dont leur école portait le nom, demandèrent que le collège et le lycée soient débaptisés–, puis elle a été relayée et mise en lumière aux yeux du grand public par certains journaux régionaux25 ou nationaux26. Nul n’a encore à ce jour formulé la seule question intéressante qui demeure : pourquoi Roparz Hemona-t-il collaboré ? L’interrogation reste toujours la même : Roparz Hemon, collabo ou non ? Il y a les partisans du oui, il y a les partisans du non, chacun défendant mordicus son point de vue ou son jugement27. En un sens, pour tous ceux qui le connaissent, partisans ou adversaires, Roparz Hemon est également un mythe : c’est quelqu’un qui s’est littéralement immolé à la langue bretonne. Peu de notices biographiques consacrées à Roparz Hemon s’abstiennent de mentionner les deux anecdotes que voici. La première remonte à la période de la Seconde Guerre mondiale : lors d’un bombardement, l’immeuble brestois où il résidait fut détruit, sa bibliothèque anéantie « en particulier avec le dictionnaire au quel il travaillait depuis quinze ans[…] ;on dit que le lendemain, Roparz Hemon s’en alla acheter de nouvelles fiches28. »La seconde anecdote se place à un moment où Roparz Hemon est tout près de quitter ce monde. Ce n’est qu’après avoir posté à son éditeur breton, depuis son exil irlandais, le dernier envoi de son Dictionnaire historique du breton que Roparz Hemon accepta d’entrer à l’hôpital où il mourut29.Un mythe, faut-il dire un héros ? » Par ses réalisations, cet homme a vraiment la stature d’un géant, par son abnégation, par la consécration totale et religieuse en quelque sorte des a vie à la langue des on pays ; comme une sorte de saint ou de moine du breton, il présente aux futures générations le type même du héros30. »

.

  • 31 Cf. sous la direction de Pierre Nora, Les lieux de mémoire. III. Les France, 3 volumes, Gallimard, (...)

13Si l’on s’intéresse à présent à ce qui reste dans les mémoires au sujet de Roparz Hemon et Pierre Hélias comme hommes de radio, la donne est tout autre. C’est la radio qui, de Pierre Hélias, a fait Pierre-Jakez Hélias. Les « Jakez » relèvent pres que du mythe et s’il existe bien un lieu de mémoire31 de langue bretonne, ce sont certainement ces émissions radiophoniques de l’après-guerre. Prenons un sexagénaire ayant passé ses jeunes années en Basse-Bretagne. Les personnages de Jakez Kroc’hen et de Gwilhou Vihan, dont les noms ne disent rien aux jeunes d’aujourd’hui, sont encore présents à la mémoire de ceux que l’on peut appeler les jeunes anciens. Le lieu de mémoire en question est, tout comme le Dieu de Pascal, « sensible au cœur » : les bretonnants qui s’y réfèrent éprouvent encore de bien vives satisfactions, et plus que de la nostalgie, à se le remémorer.

  • 32 Dans la biographie qui conclut le « catalogue des titres disponibles » de Roparz Hemon (1998, Kuzu (...)
  • 33 Cf. « Il vient de calomnier Roparz Hemon. Le MRAP dérape ! », Bretagne Info, n° 101, 30 octobre 19 (...)

14En revanche, même au sein du mouvement breton d’obédience hémoniste, le passé radiophonique de Roparz Hemon semble peu connu – il était « secrétaire des émissions de langue bretonne à Radio-Bretagne32 » – et, de toute façon, jamais présenté dans son contexte33. Bien qu’elles soient les toutes premières émissions de radio en langue bretonne, elles ne sont absolument pas idéalisées – ce qui tranche avec l’aura dont bénéficient généralement Roparz Hemon et son œuvre écrite. Tout juste sont-elles justifiées : ainsi, lors du colloque du 31 octobre 1998 consacré à Roparz Hemon, Per Denez affirmera que les émissions de radio de Roparz Hemon étaient placées sous la tutelle de Vichy. La situation est donc paradoxale. Roparz Hemon, inconnu du grand public, est un mythe au sein du mouvement breton. Ses émissions ne font l’objet d’aucun commentaire. Pierre-Jakez Hélias, fort connu du grand public – et, à l’occasion de sa mort notamment, élevé au rang de mythe –, n’est pas très apprécié au sein du même mouvement. Le souvenir de ses émissions de radio forme aussi un mythe.

15Dans le déroulement de la carrière de nos deux protagonistes, leur activité à la radio fut administrativement secondaire – leur poste principal, c’était l’enseignement, dont seul Louis Nemo fut détaché. 1940-1958, c’est aussi une période relativement brève dans l’histoire de la radio bretonne. Car la radio en Bretagne n’est pas née le 1er novembre 1940, et elle ne s’est pas arrêtée avec la retraite radiophonique de Pierre Hélias.

.

  • 34 Cf. Thierry Muller, « Histoire de la radiodiffusion en Bretagne », Cahiers d’Histoire de la Radiod (...)
  • 35 En 4e de couverture de la revue Kannadig Gwalarn, on lit ces encarts publicitaires : « Gwalarn. Ke (...)
  • 36 Kannadig Gwalarn, niv. 4, genver 1933, p. 58.
  • 37 Je n’ai pas pu identifier le personnage qui se cache derrière ce pseudonyme.
  • 38 Dans le département d’Ille-et-Vilaine, près de Bain-de-Bretagne, à 35 km au sud de Rennes.
  • 39 Entre Loudéac et Pontivy.
  • 40 Cf. T. Muller, op. cit., p. 27.

16C’est le 1er juin 1927, après quelques essais peu concluants en 1925, que la radio de langue française s’installa durablement en Bretagne, lorsque furent diffusées avec succès les émissions de « Rennes-PTT », sur la longueur d’onde de 272 m. Cependant, les installations techniques mises en place à l’hôtel des Postes de la ville limitaient la réception à une zone de 50 km de rayon, soit à peu près le département de l’Ille-et-Vilaine dans son entier34. Les autres départements bretons, et tout particulièrement la Basse-Bretagne, restaient entièrement en dehors de cette zone ; pourtant, les programmes publiés quotidiennement par le journal finistérien La Dépêche de Brest et de l’Ouest (Radio-Paris, la Tour Eiffel, le Poste Parisien, Radio-Alger, Radio-Rome etc.), laissent à penser que ces stations étaient audibles en Finistère. Que trois départements bretons soient tenus à l’écart des émissions de Rennes-PTT était tout à fait de nature à mettre en émoi l’univers, à l’époque bien restreint, des auditeurs de la radiodiffusion. Pour nous en tenir au seul monde bretonnant, la revue littéraire élitiste Gwalarn35, dans son supplément Kannadig Gwalarn, se fait, en janvier 1933, l’écho de cette « émotion ». Dans un article intitulé « Ar radio e Breiz/La radio en Bretagne36 », après avoir rappelé que l’écoute du poste rennais n’est pas satisfaisante, un certain Erwan Torraval37 fait état de discussions en cours dans le but d’implanter un émetteur qui favorisera l’écoute dans la Basse-Bretagne. Deux sites seraient susceptibles d’accueillir l’émetteur : ceux de Thourie38 et de Guerlédan39. C’est ce dernier qui a les faveurs de notre auditeur bretonnant, même s’il ne se fait pas d’illusions : hormis de l’argent, on ne demande jamais rien aux auditeurs. De fait, l’avis d’Erwan Torraval ne sera pas pris en compte, et, en 1933, c’est le site de Thourie qui est choisi : les 120 kW de la nouvelle station devaient lui permettre de se placer au premier rang des émetteurs français de l’époque40. La fin de l’article du Kannadig Gwalarn, au-delà de son ton polémique, contient néanmoins des informations inté-ressantes sur les programmes de Radio-Rennes. En fait, pour lui, le lieu d’é-dification du nouvel émetteur importe peu, car

« n’eo tamm ebet evidomp eo e vo savet. Savet e vo gant gouarnamant Bro-C’hall evit gouarnamant Bro-C’hall. N’eo ket avat evitañ da selaou, hogen evitañ da rei d’eomp da selaou pez a gavo mat. Eun doare librentez, striz a-walc’h evit gwir, a chom gant ar c’hazetennou, d’ezo o faper, o zi, o arc’hant, o zud hag o stumm. Bez’e c’hell pep hini kavout eur gazetenn gouest da zisplega e venoziou. Amañ, avat, e vo pep tra, danvez, arc’hant ha tud, d’ar gouarnamant. Ne vo skignet gant hon ardivink nemet ar pez a blijo d’ezañ, hag ar pez a blij da c’houarnamant Bro-C’hall n’eo ket atao ar pez a blij d’ar Vretoned, neketa ? Rei a raio d’imp da selaou an doare trouz a ra berz gant ar C’hallaoued, muzik ar C’hallaoued, peziou-c’hoari ar C’hallaoued, hag ar “gaozeadenn a-berz bureo etrevroadel al labour”, evidomp da gemer kalon. Mar domp fur a-walc’h, ha mateuc’hoantd’ezodaoberplijadurd’imp,ec’hellimp klevout, da zeiz Nedeleg, pe da zeiz kenta ar bloaz, eur ganaouenn bennak e brezoneg,–e brezoneg, va faotr ! ! ! A-hedar bloaz, avat,nevo netra nemet galleg diwar-benn traou gall.
Hag ar brezoneg ? Netra, a lavaran d’it, netra : boued ar chas. Evelato, bez’ ez eus chas hag a oar difenn o boued pa vez d’ezo.

17Ce n’est pas du tout pour nous qu’il sera créé. Il le sera par le gouvernement de la France pour le gouvernement de la France. Ce n’est cependant pas pour qu’il l’écoute, lui, mais pour qu’il nous fasse écouter ce qui lui conviendra. Les journaux conservent une certaine liberté, assez restreinte en réalité : ils ont leur papier, leurs locaux, leur argent, leur personnel et leur orientation. Chacun peut trouver un journal qui reflète ses opinions. Ici, par contre, tout, matériel, argent et personnel, appartiendra au gouvernement. Ne sera diffusé, à l’aide de notre appareil, que ce qui lui plaira, et ce qui plaît au gouvernement de France, ce n’est pas toujours ce qui plaît aux Bretons, n’est-ce pas ? Il nous fera écouter le genre de bruit qui a du succès auprès des Français, la musique des Français, les pièces de théâtre des Français, et le « Communiqué du Bureau International du Travail », afin que nous prenions courage. Si nous sommes suffisamment sages, et s’il leur prend l’envie de nous faire plaisir, nous pourrons entendre, le jour de Noël, ou le jour de l’an, une chansonnette en breton, – en breton, mon vieux ! ! ! En revanche, tout au long de l’année, il n’y aura que du français sur des sujets français. Et le breton ? Rien, te dis-je, rien : la part du chien. Tout de même, il y a des chiens qui savent défendre leur part quand elle leur appartient. »

  • 41 Cf. « Radio Breiz », Feiz ha Breiz/Foi et Bretagne, février 1939, p. 29. Pour ce qui est des progr (...)
  • 42 Cf.T. Muller, op. cit., p. 30. Cf. aussi le chapitre de l’Annuaire de la Radio diffusion Nationale (...)

18Ces propos résument, avec une certaine virulence, une situation de fait : on ne par le pas régulièrement breton à la radio. L’article peut laisser entendre, il est vrai, que le breton avait déjà une petite place sur les ondes, sous forme de chansons, à l’occasion de fêtes. En tout cas, le numéro de février 1939 de Feiz ha Breiz annonce, pour le 28 février à 20 h 30, une émission en breton, « Eun dro e Breiz/Un tour en Bretagne », animée par Herri Caouissin, et consistant en des chants41.Defait,mêmesidès1931 une politique de retransmissions et de reportages extérieurs avait été élaborée, l’article d’Erwan Torraval confirme que Rennes-Bretagne retransmettait surtout les concerts d’autres stations régionales ou parisiennes, les programmes réalisés depuis Rennes étant surtout à base de disques42 L’auteur rappelle aussi que la radio est dans un état d’assujettissement absolu aux différents pouvoirs politiques en place. En effet c’est la loi du 29 juillet 1982 qui a mis fin à un demi-siècle de monopole d’État sur la communication audiovisuelle : le champ audiovisuel tel que nous le connaissons actuellement est relativement récent. Dans l’absence de programmes bretons sur les ondes du poste rennais, Torraval voit un élément de la propagande des Français en Bretagne. Consciemment ou pas, dans cette période d’avant-guerre, il met en lumière la nature de la radio en Europe.

.

  • 43 « Die Blechtrommel ».FilmdeVolker Schlöndorff (1979),tiré du roman de Günter Grass.
  • 44 Cité par Curt Riess, Goebbels, Librairie Arthème Fayard, 1956, p.217.
  • 45 Cité par J.-N. Jeanneney, Une histoire des médias…, op. cit.,p.185.
  • 46 Adolf Hitler, Mon Combat (Mein Kampf), Nouvelles Éditions Latines, Paris, 1934, p.13.

19Franchissons le Rhin : nous voici à Dantzig, dans la famille du petit Oscar Matzerath. C’est jour de fête : en effet, c’est l’anniversaire de la maman. Son mari lui offre un poste de TSF. Elle installe avec précaution l’appareil sur le buffet, pendant que le père remplace, au-dessus du meuble, le portrait de Beethoven par ce lui de Hitler. Cette scène, extraite du film Le Tambour43 résume bien, dans l’idéologie nazie, la finalité véritable de l’outil radiophonique. En d’autres termes, vu de l’autre côté du poste de TSF, cela se résume comme suit dans la bouche de Goebbels : « ce que la presse a été pour le XIXe siècle, la radio le sera pour le XXe44 » ; « les historiens futurs rendront hommage à la quatrième arme, la propagande45 ». En 1924, alors que la radio ne faisait encore que balbutier, Adolf Hitler écrivait, dans la préface à son Mein Kampf : « Je n’ignore point que c’est par la parole beaucoup plus que par des livres que l’on gagne les hommes : tous les grands mouvements que l’histoire a enregistrés ont dû beaucoup plus aux orateurs qu’aux écrivains46 »

  • 47 Cf. Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1870. Programme, mythe, réalité, Gallimard, 1990 (...)
  • 48 Cf. Jean-Michel Palmier, Weimar en exil. Le destin de l’émigration intellectuelle allemande antina (...)
  • 49 Cf. J.-M. Palmier, ibidem, p.60 ; Frédéric Barbier, Catherine Bertho Lavenir, Histoire des médias  (...)
  • 50 Cf. Pierre Albert, André-Jean Tudesq, Histoire de la Radio-Télévision, PUF, 1986,(Que-sais-je ?), (...)
  • 51 Cité par P.Albert, A.-J. Tudesq, Histoire de la Radio-Télévision, op. cit., p.29.
  • 52 Mein Kampf, op. cit., p.575 sq.
  • 53 Ibidem, p.579.

20Le premier ministère spécifiquement conçu pour la propagande et l’« information publique »fut créé, en1933, au sein du gouvernement d’Adolf Hitler47 : tous les moyens disponibles seront mis en œuvre pour la diffusion de la doctrine national-socialiste. Dès son accession au pouvoir, le Führer met en place de nouvelles formes d’organisation : il crée les « Chambres de culture du Reich »(Reichskulturkammer) au nombre de sept (littérature, théâtre, musique, cinéma, arts plastiques, presse et radio). Quiconque prétendait exercer une activité artistique devait être affilié à l’une de ces chambres qui régentaient, en étroite collaboration avec le ministre du Reich, le bon fonctionnement spirituel et matériel des professions culturelles48. Dès lors, la radio allemande, la seule que l’auditeur allemand était autorisé à écouter, devient un organisme centralisés ou mis au ministère de la Propagande49 : la radio n’est, en fait, qu’un outil de propagande parmi d’autres, elle est la « quatrième arme ». Afin que cette arme soit la plus efficiente possible, Goebbels modernise notamment la mise en forme et la mise en ondes des émissions, essentiellement pour les discours de Hitler50 : selon Goebbels, la radio « doit permettre de fondre le peuple allemand tout entier dans une volonté unique en pénétrant jusque dans la plus modeste chaumière51 ».Pour les dirigeants du Troisième Reich, la « propagande » était donc une donnée fondamentale : le chapitre XI du tome II de Mein Kampf est justement intitulé « Propagande et organisation52 »et l’on y apprend que « le premie de voir de la propagande est de gagner des hommes pour l’organisation ultérieure : le premier devoir de l’organisation est de gagner des hommes pour la continuation de la propagande. Le second devoir de la propagande est de désagréger l’État de choses actuel et de le faire pénétrer par la nouvelle doctrine, tandis que le devoir de l’organisation doit être le combat pour la puissance, pour faire définitivement triompher la doctrine53 »

  • 54 Cf. J.-N. Jeanneney, « L’arme absolue ? Galops d’essai », Une histoire des médias…, op. cit.,p.170 (...)
  • 55 Cf. J.-N.Jeanneney, « Goebbels et Staline »,Une histoire des médias…,op. cit., p.174-176.Sur « l’e (...)
  • 56 Cf. P.Albert, « La naissance et l’expansion de la radio-télévision dans le monde », Encyclopédie U (...)

21L’arme radiophonique ne fut pas seulement utilisée pour endoctriner le peuple allemand, elle servit aussi contre les ennemis extérieurs, dans des « galops d’essai » souvent fructueux qui annoncent le conflit mondial et la guerre des ondes qui se jouera à cette occasion54.Au demeurant, les autres pays totalitaires ne sont pas en reste et utilisent aussi la radio comme outil de propagande55. En URSS, bien que le nombre des postes récepteurs soit proportionnellement moins élevé que dans les autres pays équipés, la propagande radio phonique était très forte : la plupart des récepteurs étaient « à fil » et, souvent installés dans les lieux publics, ils étaient utilisés comme haut-parleur56.

  • 57 Olier Mordrel, Breiz Atao. Histoire et actualité du nationalisme breton, Éditions Alain Moreau,197 (...)
  • 58 Cf. Ph. Modol, op. cit., p. 93-95.

22Franchissons l’Oural, puis le Rhin en sens inverse, et revenons en terre bretonne. Les conditions de fonctionnement de la radio dans les pays totalitaires notamment, expliquent-elles la naissance d’émissions en breton ? Dans ses mémoires, Olier Mordrel se vante d’avoir réalisé des émissions bilingues, les premières du genre, à partir de fin avril 1940 : « Tous les soirs, Radio-Breiz émettait du poste militaire de Kremsen Moravie, en bretonet en français, par moitié.[…] Radio-Breiz fut un poste “Breiz Atao” 100% pratiquement ignoré par l’autorité supérieure, qui ne se soucia jamais de lui donner directives ou conseils57 »Le lieu de diffusion et l’acteur principal laissent deviner le contenu des programmes. Ces derniers n’ont laissé aucune trace58. Ils n’ont pas non plus laissé de souvenirs au sein des populations bretonnes… si tant est que les émissions soient parvenues jusqu’à la Bretagne.

23Qu’en est-il alors de la radio en Bretagne ? En réalité, il faut bien attendre l’occupation allemande pour entendre, officiellement, parler breton à la radio. Comment et pourquoi se mettent en place les émissions en langue bretonne ? La réponse à ces questions fera l’objet du premier mouvement de cet ouvrage. Mettre en lumière la genèse des deux séries d’émissions, tel est l’objectif : la naissance des émissions d’Hélias en 1946 ne s’explique-t-elle pas par la mise en place de programmes bretons au poste de Rennes-Bretagne en 1940 ? Ces données historiques balisent un champ dans lequel j’ai travaillé : ces histoires, ce sont des talus. Après le pourquoi et le comment, le quoi : le deuxième mouvement mettra en lumière le contenu des programmes diffusés dans les deux séries d’émissions ainsi que les échos qu’elles ont suscités et les réactions qu’elles ont provoquées. Derrière ce que dit l’émetteur, se devine le récepteur… ou l’image qu’il s’en fait. Cette étude de contenu repose sur les archives écrites auxquelles j’ai eu accès, comme aussi sur le dépouillement des journaux de l’époque. Le but est d’essayer de faire entendre la voix – ou plutôt, de dessiner les images de son telles qu’elles peuvent nous parvenir, près d’un demi-siècle après leur diffusion. Cette polyphonie correspond aux sillons tracés par les acteurs. Le troisième mouvement permettra de prendre de la distance par rapport au champ. Il y a d’abord le recul du temps, avec comme corollaire la distance qui est évidemment la mienne par rapport aux deux protagonistes. Tout semble les opposer, et qui les connaît un peu en est assurément persuadé. Les sillons radiophoniques ont-ils été tracés d’une manière aussi disparate qu’il le paraissait quand, précisément, le recul du temps faisait défaut ? Les testaments, c’est la récolte engrangée à la suite du travail dans le champ, mais ce sont aussi des témoins éloquents : ils vont sûrement parler.

24L’objet de ma recherche peut alors s’exprimer ainsi : au-delà de l’opposition si souvent soulignée entre les deux acteurs principaux, la période radiophonique qui court de 1940 à 1958 éclaire-t-elle d’un jour nouveau l’histoire de la langue bretonne ainsi que celle de la ci-devant province de Bretagne ?

Notes

1 Pierre-Jakez Hélias, Le Cheval d’orgueil. Mémoires d’un Breton du pays bigouden, Plon, 1975, (Terre Humaine), 568 p.

2 Cf. « Sur la route et les ondes » (p. 141-190) et « Vous avez dit folklore ? » (p. 273-294), Le Quêteur de mémoire. Quarante ans de recherche sur les mythes et la civilisation bretonne, Plon, 1990, (Terre Humaine).

3 Charles Le Gall, le successeur de Pierre Hélias à la radio bretonne, diffuse sa première émission le dimanche 25 janvier 1959.

4 Cf. Christian Brochand, Histoire de la radio et de la télévision en France. 1921-1974, 2 tomes, La Documentation française, 1994 ; Élisabeth Cazenave et Caroline Ulmann-Mauriat, Presse, radio et télévision en France de 1631 à nos jours, Carré Histoire Hachette, 1995 ; Jean-Noël Jeanneney, Une histoire des médias des origines à nos jours, Seuil, 1996 ; Frédéric Barbier et Catherine Bertho Lavenir, Histoire des médias de Diderot à Internet, Armand Colin, 1996 ; Robert Prot, Dictionnaire de la radio, Grenoble, PUG, 1998 ; Jean-Noël Jeanneney, L’écho du siècle. Dictionnaire historique de la radio et de la télévision en France, Hachette/Arte Éditions, 1999.

5 C’était le constat de Caroline Mauriat dans Les Sources de l’histoire de la radio et de la télévision, Actes de la journée d’études du 20 octobre 1983, Groupe d’Études Historiques sur la Radiodiffusion/Comité d’histoire de la Radiodiffusion/Comité d’histoire de la Télévision, Paris, mars 1984, p. 6-7.

6 Lionel Buannic, Biskoaz kemend-all ! Pierre-Jakez Hélias et Radio Quimerc’h. Un certain regard sur la Bretagne, Institut d’études politiques de Grenoble, Séminaire Communication interpersonnelle et communication sociale, 1993-1994, sous la direction de Daniel Bougnoux, 84 p.

7 Philippe Modol, Télévision et culture régionale. Recherche d’une corrélation entre un modèle culturel et un programme régional : France 3 Ouest, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université de Paris IV-Sorbonne, sous la direction de M. le professeur Jean-Baptiste Carpentier, Juin 1998, tome 1 : 371 p. ; tome 2 (annexes) : 239 p.

8 Cf. notamment « Langue bretonne et médias » (p. 16-17), dans l’article de Jean Le Dû et Yves Le Berre, « Contacts de langue en Bretagne », dans Travaux du Cercle Linguistique de Nice, n° 9, Université de Nice, 1987, p. 11-33 ; cf. aussi dans Francis Favereau, Bretagne contemporaine. Langue, culture, identité, Skol Vreizh, Morlaix, 1993, l’annexe 1 : « La langue bretonne à la radio-télévision. Quelques repères chronologiques », p. 212-214 ; enfin, cf. « Le breton dans les médias », Fañch Broudic, La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995, p. 393-400.

9 Cf. J. Le Dû et Y. Le Berre, op. cit., p. 16 ; cf. des mêmes auteurs « Ar gomz hag ar bluenn pe Penaoz e teu eun den da veza mouez e vro/La parole et la plume ou comment un homme devient la voix de son pays », dans le numéro spécial de la revue Brud Nevez (niverenn 172, Miz c’hwevrer 1994, 116 p.) réalisé à l’occasion des 80 ans de Pierre-Jakez Hélias, p. 37. Sauf indication contraire, toutes les traductions du breton sont de moi.

10 Cf. C. Mauriat, op. cit., p. 7 ; cf. J.-N. Jeanneney, « Le prix de la mémoire », L’écho du siècle…, op. cit., p. 547-550.

11 À partir de 1959 (sous la direction de Charles Le Gall), les émissions en breton ont été répertoriées et souvent mêmes conservées sur bandes : elles sont entreposées au Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC) de la faculté Victor Ségalen de Brest.

12 Cf. Stéphane Cordier, La radio, reflet de notre temps, Les éditions internationales, Paris, 1950, p. 15.

13 Nous devons à l’obligeance de Mme Pierre Hélias de disposer de ces manuscrits qu’elle a déposés, ainsi que toutes les archives de son mari, au CRBC. La référence aux archives de Pierre-Jakez Hélias sera mentionnée de la sorte : APJH.

14 Cf. le chapitre consacré à Roparz Hemon par Fañch Morvannou dans sa contribution : « La littérature de langue bretonne au XXe siècle. Du début du siècle au second après-guerre : les hommes et les œuvres », Histoire culturelle de la Bretagne, sous la direction de Jean Balcou et Yves Le Gallo, CRBC, UBO, Champion/Slatkine, Paris/Genève, 1987, p. 205-216.

15 Cf. le numéro spécial de Skol Vreizh (l’école bretonne : civilisation bretonne – revue trimestrielle) consacré à Per Jakez Hélias : n° 36, mars 1997, Morlaix, 83 p.

16 Cf. Anton Le Dantec, « Histoire contemporaine. Comment la mémoire de Roparz Hemon a été salie par Henri Fréville », Bretagne Info, n° 78, 2 mai 1998, p. 3.

17 Le Télégramme, mardi 15 août 1995, première page.

18 Ouest-France, mercredi 16 août 1995, première page. Dans ce même numéro, pas moins de deux pages et demie sont consacrées à la mort de Pierre-Jakez Hélias. Voici les titres de quelques articles : « Sa disparition est ressentie comme une perte immense. Toute une région dans la tristesse », « L’âme immortelle de la Bretagne », « Francis Favereau : “Un phare s’est éteint” »… Il est vrai qu’Hélias avait collaboré au journal dans les années soixante : il faisait un peu partie de la famille.

19 « Gouel broadel ar brezhoneg. » Sur fond de drapeau breton, apparaît le portrait d’un Roparz Hemon déjà âgé avec cette citation de sa plume : « Ar galleg eo karr an Ankou e Breizh/Le français, c’est la charrette de la mort en Bretagne. »

20 Écoles privées dispensant un enseignement en breton des classes maternelles au lycée. Le collège a été débaptisé en mai 2000 : cf. Bretagne Info du mercredi 17 mai 2000, Le Monde du 19 mai 2000, Le Figaro du 20-21 mai 2000…

21 Geriadur brezhoneg, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 1995, 1232 p.

22 Dans son Cheval couché (Hachette, 1977, 223 p.), Xavier Grall reproche vivement à Hélias, entre autres, son absence de revendications politiques et linguistiques ; à ce propos, cf. Pascal Rannou, Inventaire d’un héritage. Essai sur l’œuvre littéraire de Pierre-Jakez Hélias, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 1997, p. 112.

23 Cf. P. Rannou, ibidem, p. 124.

24 Cf. P. Rannou, ibid., p. 126.

25 Cf.Yannig Guérin, « Peut-on évoquer le linguiste et romancier breton sans parler des on passé ? Roparz Hemon : un colloque qui divise », Ouest-France, 24-25octobre1998.

26 Cf. A. Kerloc’h et R.Marhic, dans Charlie Hebdo, 23 juin 1999 ; Éric Conan, dans L’Express,

n°2506,15 juillet 1999 ; Michel Daubert, dans Télérama, n°2591, 8 septembre 1999 et n°2593, 22 septembre 1999…

27 Cf.,par exemple, Jean Le Lagadec, « La vigilance s’impose », Le Pays breton, n°441, septembre 1998 ; « Le MRAP dérape »,Bretagne Info, n°101, 30 octobre 1998, « Droit de réponse du MRAP » [suivi de trois pages de commentaires], Bretagne Info, n°105, 27 novembre 1998…

28 Per Denez, « Roparz Hemon (1900-1978) »,Dalc’homp soñj, n°24, automne 1988, p.7.

29 Cf. Per Denez, « Roparz Hemon linguiste », La Bretagne des livres, n°39,mai 1998, p.13.

30 Yann Bouëssel du Bourg, « Roparz Hemon et les écrivains de Gwalarn », Gwalarn. Histoire d’un mouvement littéraire, catalogue de l’exposition réalisée en 1989 à la bibliothèque municipale de Brest, 1989, s.n. Cf. aussi « Roparz Hemon ou la mémoire qu’on veut salir ! », Bretagne Info, n°78, 2 mai 1998, première page.

31 Cf. sous la direction de Pierre Nora, Les lieux de mémoire. III. Les France, 3 volumes, Gallimard, Paris,1992.

32 Dans la biographie qui conclut le « catalogue des titres disponibles » de Roparz Hemon (1998, Kuzul ar Brezhoneg). De même, dans La Bretagne des livres (n° 39, mai 1998), on lit : « 1941 (1er juillet) : Roparz Hemon est nommé secrétaire aux émissions de Radio-Bretagne à Rennes » (« Roparz Hemon en quelques dates », p. 11).

33 Cf. « Il vient de calomnier Roparz Hemon. Le MRAP dérape ! », Bretagne Info, n° 101, 30 octobre 1998, p. 4. Voir aussi dans Ouest-France du 27 octobre 1998 : « Polémique sur le colloque consa-cré à Roparz Hemon. Institut Culturel : le directeur réagit. »

34 Cf. Thierry Muller, « Histoire de la radiodiffusion en Bretagne », Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion, édités par le Comité d’histoire de la Radiodiffusion, n° 10, avril 1985, p. 27. Sur les débuts de Radio-Rennes-PTT, voir aussi René Duval, Histoire de la radio en France, Éditions Alain Moreau, 1979, p. 248 et Caroline Ulmann-Mauriat, Naissance d’un média. Histoire politique de la radio en France (1921-1931), L’Harmattan Communication, 1999, p. 264.

35 En 4e de couverture de la revue Kannadig Gwalarn, on lit ces encarts publicitaires : « Gwalarn. Kelaouenn viziek e brezoneg uhel/ Gwalarn. Revue mensuelle en breton littéraire » ; « Kannadig Gwalarn.Kazetennviziekebrezoneganholl/Kannadig Gwalarn. Journal mensuel en breton populaire. » La revue Gwalarn est fondée en 1925. Cf. infra.

36 Kannadig Gwalarn, niv. 4, genver 1933, p. 58.

37 Je n’ai pas pu identifier le personnage qui se cache derrière ce pseudonyme.

38 Dans le département d’Ille-et-Vilaine, près de Bain-de-Bretagne, à 35 km au sud de Rennes.

39 Entre Loudéac et Pontivy.

40 Cf. T. Muller, op. cit., p. 27.

41 Cf. « Radio Breiz », Feiz ha Breiz/Foi et Bretagne, février 1939, p. 29. Pour ce qui est des programmes diffusés par Radio-Rennes, devenue Radio-Bretagne en 1936,se reporter à l’article de T. Muller, op. cit., p. 28-31. Il existe deux recueils de « causeries radio diffusées au studio de Radio-Rennes PTT 1933-1934 ». Ils reprennent sous le titre Rennes il y a cent ans (Imprimerie bretonne, Rennes, 1933, 1934), les causeries de Henri Jouin, rédacteur principal aux Archives du département d’Ille-et-Vilaine, « entendues en TSF » et préfacées par Jules Humbert, directeur régional des Postes, président des « Amis de Radio-Rennes ».

42 Cf.T. Muller, op. cit., p. 30. Cf. aussi le chapitre de l’Annuaire de la Radio diffusion Nationale – Année 1933, intitulé « Régionalisme et radio » (p.199-207).

43 « Die Blechtrommel ».FilmdeVolker Schlöndorff (1979),tiré du roman de Günter Grass.

44 Cité par Curt Riess, Goebbels, Librairie Arthème Fayard, 1956, p.217.

45 Cité par J.-N. Jeanneney, Une histoire des médias…, op. cit.,p.185.

46 Adolf Hitler, Mon Combat (Mein Kampf), Nouvelles Éditions Latines, Paris, 1934, p.13.

47 Cf. Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1870. Programme, mythe, réalité, Gallimard, 1990,p.182.

48 Cf. Jean-Michel Palmier, Weimar en exil. Le destin de l’émigration intellectuelle allemande antinazie en Europe et aux États-Unis, Payot, 1990, p. 56 et 60.

49 Cf. J.-M. Palmier, ibidem, p.60 ; Frédéric Barbier, Catherine Bertho Lavenir, Histoire des médias : de Diderot à Internet, Armand Colin, 1996, p.218.

50 Cf. Pierre Albert, André-Jean Tudesq, Histoire de la Radio-Télévision, PUF, 1986,(Que-sais-je ?), p.29.Cf. aussi J.-N. Jeanneney, Une histoire des médias…, op. cit., p.174-175.

51 Cité par P.Albert, A.-J. Tudesq, Histoire de la Radio-Télévision, op. cit., p.29.

52 Mein Kampf, op. cit., p.575 sq.

53 Ibidem, p.579.

54 Cf. J.-N. Jeanneney, « L’arme absolue ? Galops d’essai », Une histoire des médias…, op. cit.,p.170-173.

55 Cf. J.-N.Jeanneney, « Goebbels et Staline »,Une histoire des médias…,op. cit., p.174-176.Sur « l’enrôlement » dans ces pays, notamment grâce à la presse, cf. F. Barbier, C. Bertho Lavenir, Histoire des médias…, op. cit.,p.161-166.

56 Cf. P.Albert, « La naissance et l’expansion de la radio-télévision dans le monde », Encyclopédie Universalis, volume 22, p.235.

57 Olier Mordrel, Breiz Atao. Histoire et actualité du nationalisme breton, Éditions Alain Moreau,1973, p.258-259.Sur Mordrel, cf. infra.

58 Cf. Ph. Modol, op. cit., p. 93-95.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540