Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome I

 | 
Gyula Kristó

Glossaire

Texte intégral

1Admonestations de saint Étienne (Libellus de institutione morum) : Le nom d’Admonestations ne fut utilisé qu’après la rédaction de la Légende majeure. Cet ouvrage a été écrit dans les années 1010 ou vers 1020, dans l’entourage immédiat du roi Étienne Ier à l’intention du prince Imre. Son auteur n’a pas encore été identifié, mais on a cité les noms du roi lui-même, de Gérard (Gellért), évêque de Csanád, d’Astrik, archevêque d’Esztergom, et de Thangmar, un moine de Corvey. Cette œuvre appartient au genre littéraire de « miroir des princes » et s’appuie sur l’exemple d’œuvres comparables écrites en Europe à l’époque carolingienne (vers 820-850). Cependant, elle s’en distingue assez nettement en ce qu’elle attribue un rôle important aux seigneurs laïques et donne à l’institution abstraite de la royauté une plus grande valeur qu’à la personne du roi.

2Château, forteresse (vár, lat. civitas, castrum) : Jusqu’au milieu du xiiie siècle, on n’a pratiquement construit que des forteresses de terre battue à charpente de bois. Les constructions en pierre ne se multiplièrent qu’après 1242. Ces châteaux ont joué un rôle important dans l’administration des várispanságok (domaines dépendant d’un château) et, à travers eux, dans la direction des comitats. Jusque dans les années 1220, seul le roi pouvait édifier des châteaux.

3Clan (nemzetség, lat. genus) : groupe social fondé sur une parenté de sang réelle mais parfois fictive. Les liens claniques ancestraux (qui présidaient à la constitution des « grandes familles ») furent rompus au xie siècle, et les clans furent désormais des groupes constitués selon la position sociale (par exemple les clans de udvarnok, de várjobbágy). Les familles de nobles (ou seigneuriales) étaient les plus à même de faire valoir leurs intérêts. Leurs membres ont joué un rôle politique capital dans la Hongrie du xiiie siècle.

4Comitat (megye, lat. comitatus) : unité administrative intermédiaire. À sa tête se trouvait un ispán nommé par le roi. Il comprenait des terres d’appartenances diverses. Aux xie et xiie siècles, il était principalement constitué de terres appartenant au roi. C’est pourquoi il était encore possible de parler de comitats royaux. Il était en étroite relation avec le « comitat/comté de château » (várispánság). Au xiiie siècle, outre les proches du roi, la noblesse locale obtint d’être aussi placée à la tête des comitats, qui prirent alors le nom de « comitats de la noblesse » (nemesi megye).

5Comitat de château (várispánság, várszervezet, lat. comitatus) : ce terme désignait les domaines dépendant d’un château (várszervezet) comprenant à l’origine les propriétés du roi reliées à un château. À sa tête se trouvait un « ispán de château » (várispán) assisté par un corps spécial d’officiers. Les gens du várszervezet étaient des « gens de château » (várelemek). L’ispán de château, magistrat des propriétés royales, avait reçu très tôt l’autorité administrative qu’il exerçait sur les comitats. C’est pour cette raison que les comitats de château (várispanság), les comitats (megye) comprenaient une majorité de possessions royales. C’est aussi ce qui explique que ces deux types d’organisation territoriale portent le même nom latin. Au xie siècle, il ne pouvait être créé de comitat (megye) sans comitat de château (várispánság). À partir du xiie siècle, des comitats furent créés sans l’existence de várispánság, puis au xiiie siècle à mesure que diminuait le nombre des propriétés royales, les comitats de château disparurent, tandis que les comitats (megye) restèrent comme unités administratives.

6(Comte) palatin (nádorispán, lat. comes palatinus) : la plus ancienne dignité laïque de Hongrie. Au xie siècle, le palatin était à la tête de la cour royale et remplissait surtout des fonctions de gestion économique, mais, dès cette époque, il rendait aussi la justice. Par la suite, c’est cette seconde fonction qui devint sa principale attribution. Sa juridiction ne s’exerçait pas à la cour royale, mais dans l’ensemble du pays. À partit du xiiie siècle, il représenta le roi.

7Curie (udvar, lat. curia, aula) : ce terme désignait à l’origine la cour royale. Elle était dirigée au xie siècle par le nádor (comte palatin), au xiie siècle par le juge du royaume (országbíró), au xiiie siècle par l’argentier du roi (tárnokmester). Les diverses formes de domaines de la cour (udvari szervezet) sont déterminées par ces différentes gestions.

8Domaine de la cour, de la couronne (udvari szervezet) : domaines royaux destinés à l’entretien de la cour royale qui se déplaçait constamment dans l’ensemble du pays. Ces domaines étaient voués à la production agricole.

9Famille (lat. familia) : la plus petite unité de communauté de vie humaine. Dans les conditions liées à l’élevage au cours de leur période nomade, les Magyars vivaient en nagycsalád (« grandes familles », représentant la cohabitation de trois générations) ; avec l’extension de l’agriculture, elles se réduisirent à des kiscsalád (« petites familles ») englobant deux générations.

10Gyula : Nom du personnage exerçant en réalité le pouvoir politico-militaire au cours du ixe siècle, dans le cadre de la double principauté empruntée aux Khazars. Au début du xe siècle, ce pouvoir a passé aux mains du prince (ce dernier abandonna la dignité de künde, qui avait déjà perdu sa fonction sacrale), et le titre de gyula est devenu dignité héréditaire de juge.

11Iobagio, iobagiones : ce terme latin est la forme latinisée d’un mot hongrois (jobbágy) qui contient la racine jobb, « meilleur ». Jusqu’au début du xiiie siècle, il a donc désigné les aristocrates, la couche supérieure de la société. Au cours du xiiie siècle, il changea totalement de sens, et finit par désigner exclusivement les paysans libres, mais dépendant d’un seigneur terrien.

12Iobagiones castri : cf. « várelemek ».

13Ispán (lat. comes) : Ce terme a deux significations dans l’usage latin de Hongrie. D’une part, il désigne le fonctionnaire placé à la tête d’un comitat/comté de château (várispánság) ou bien d’un comitat (megye), d’autre part un membre riche et puissant de la société qui n’assumait pas de fonction particulière.

14Jobbágytelek (lat. locus curiarum, porta, fundus, sessio, etc.) : ce terme apparu en Hongrie au début du xiiie siècle, désignait le bien qu’exploitait un paysan libre, et sur lequel il payait une redevance. Ces exploitations se composaient de deux parties : une maison et un jardin situés dans le village, des champs et des prés sur le terroir à l’extérieur du village. La superficie moyenne en était de 37,5 ha.

15Juge du royaume (országbíró, lat. iudex curiae regiae) : Cette charge est apparue au début du xiiie siècle. Au début, c’est le nádor (comte palatin) qui l’assura : jusqu’au début du xiiie siècle, il remplissait également des fonctions économiques et juridiques à la cour royale, et représentait la personne du roi dans l’exercice de la justice. Au xiiie siècle, sa juridiction s’étendit à l’ensemble de la population et, tout en conservant un nom qui le désignait comme « juge de la cour royale », il devint en fait le magistrat de l’ensemble du royaume (comme l’indique sa dénomination en hongrois országbíró « juge du pays ») et le détenteur de l’un des plus hauts titres. Dès le début du xiiie siècle, il était représenté par un alországbíró (« vice-juge du royaume »).

16Künde : Nom du prince sacral dans la double principauté empruntée aux Khazars, qui caractérisait le système politique des Magyars avant la conquête. Le pouvoir politico-militaire était exercé par le gyula, tandis que le künde, à qui un pouvoir magique était attribué, était responsable des relations avec les puissances de l’au-delà, ainsi que de la réussite de son peuple dans les domaines de la guerre et de la fortune.

17Le système de la double principauté a disparu au début du xe siècle, le titre de prince s’est dissocié de la dignité de künde. Le prince exerçait alors réellement le pouvoir politico-militaire, tandis que sa fonction sacrale s’était effacée.

18Locum credibilis, (pl. loca credibilia) : Institution juridique spécifiquement hongroise, dont l’existence est attestée dans la deuxième moitié du xiie siècle et qui a subsisté jusqu’en 1874. Il s’agit de certaines communautés ecclésiastiques (chapitres séculiers, monastères), qui étaient habilitées à établir des chartes sous leur sceau, à la demande de personnes privées, sur ordre du roi ou sur mandat judiciaire. Leur importance s’est accrue surtout à partir du xiiie siècle avec le développement de l’écriture et de la pratique de chartes en Hongrie. Outre leurs fonctions de notaires, les membres des loca credibilia participaient aux procès et même à des événements extrajudiciaires, sur lesquels ils établissaient des rapports et comptes rendus écrits. Au milieu du xive siècle, le nombre des loca credibilia de Hongrie est estimé à plus de quarante. Leur compétence s’étendait en général à quelques comitats, mais certains étaient compétents pour l’ensemble du pays.

19Nobles, noblesse moyenne (nemesek, lat. nobiles) : groupe de la société jouissant de fortune et de privilèges. La notion de noble, apparue en Hongrie à la fin du xie siècle, est stabilisée au milieu du xiiie siècle. À cette époque, les droits des nobles étaient assurés par une série de lettres de privilèges : ils n’étaient pas soumis à l’impôt, ni à la juridiction de l’ispán, c’est le roi qui les jugeait ; ils étaient obligés de suivre le roi à la guerre, mais jouissaient librement de leurs droits.

20Sainte Dextre : Le métacarpe droit momifié du roi Étienne Ier considéré comme relique par l’Église catholique. Il a probablement été séparé du corps au début des années 1060. Dans la crainte du pillage du tombeau royal de Székesfehérvár, le corps du roi fut exhumé de son sarcophage et transporté dans une mine. Puis le custode Mercurius a emporté en secret le métacarpe à Szentjobb dans le comitat de Bihar (actuellement Siniob, en Roumanie). Après les canonisations de 1083, Ladislas Ier y fit construire un monastère pour honorer la relique. Au début du xve siècle, la Sainte Dextre était à Székesfehérvár où elle fut volée par les Turcs après 1541. En 1590, les dominicains de Raguse (auj. Dubrovnik) achetèrent la relique à des marchands. En 1771, Marie-Thérèse d’Autriche la fit transporter à Buda. Elle est conservée de nos jours à Budapest, dans la basilique Saint-Étienne.

21Udvornicus, udvornici : forme latinisée du mot hongrois udvarnok. C’est le terme le plus usité pour désigner les gens des domaines de la cour. Ils fournissaient des prestations en nature et sous forme de corvées. Ils avaient le statut de serfs. Leurs dirigeants étaient appelés udvarnokispán (officiers royaux des curies, « ispán des gens des domaines de la cour »).

22Várelemek : terme rassemblant les gens servant dans un château. Leur service était essentiellement de nature militaire. On en distingue deux sortes : várjobbágy (iobagio castri officier de château) et várnép (gens de château). Les premiers constituaient la couche supérieure des gens du château, mais ils ne disposaient pas d’une totale liberté. Les seconds, les gens de château avaient le statut de serfs. La ligne de démarcation entre ces deux groupes n’était pas particulièrement nette, les « officiers » ayant commis une faute pouvaient être dégradés et devenir « gens de château », certains membres des « gens de château » pouvaient être élevés au rang d’ » officiers ». Ces derniers, qualifiés d’exemptus, n’avaient pas le même prestige que les véritables « officiers » qui héritaient de leur titre et dont les droits remontaient à Étienne Ier.

23Vice-juge du royaume (alországbíró) : cf. « juge du royaume ».

24Voïvode (vajda, ce terme n’a pas de forme latine propre et figure dans les documents d’époque sous la forme de voievoda, voivoda) Dans la hiérarchie de l’État hongrois médiéval, il n’y avait qu’un seul vajda, celui de Transylvanie, gouverneur nommé par le roi. Son autorité s’étendait aux six comitats de Transylvanie, mais pas aux Sicules ni aux Saxons qui y vivaient. Ils se distinguent nettement des voïvodes des Roumains établis en Hongrie à partir du début du xiiie siècle, placés à la tête de petites communautés de roumaines.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540