Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome I

 | 
Gyula Kristó

Chapitre IX. Bilan du règne de la dynastie des Árpáds

Texte intégral

L’attirance vers l’Est

1Cet ouvrage suit à la trace plus de quatre cents ans de règne des Árpáds, depuis la prise de possession du bassin des Carpates jusqu’à l’extinction de la branche mâle de la dynastie. En donnant une description détaillée des événements politiques, de la situation sociale et économique, nous ne pouvions pas nous détacher des faits concrets afin de présenter une vue d’ensemble, en quelque sorte aérienne, de ces 400 ans. Arrivés à la fin de cette étude, nous pouvons le faire, ce qui permettra en même temps d’opérer la synthèse des principales orientations de plusieurs siècles d’histoire de la Hongrie. Si l’on considère à présent les grandes lignes, la période en question peut être divisée en trois époques bien distinctes. La première s’étend sur un siècle, de 895 à 996. Sa principale caractéristique est l’aspect essentiellement (et presque exclusivement, dans la première moitié de cette période) oriental du peuple hongrois, et le fait que celui-ci ait importé dans le bassin des Carpates la mentalité et le mode de vie qu’il avait acquis au cours des siècles passés dans la partie orientale de l’Europe. L’indice le plus apparent est la prédominance du mode de vie de cavaliers nomades. Le bassin des Carpates est le prolongement occidental de la steppe qui s’étend sur des millions de kilomètres carrés depuis la Grande Muraille de Chine, et ce n’est pas par hasard qu’il a constitué la dernière étape des peuples de cavaliers nomades venus de l’est, les Sarmates, les Huns, les Avars et enfin les Magyars. (Ce n’est pas non plus un hasard si les Petchénègues et les Coumans ont ensuite voulu s’y établir à leur tour.) La nécessité a voulu qu’aucun des peuples de cavaliers nomades n’ait essayé de s’établir à l’ouest du bassin des Carpates, ils se sont contentés d’y étendre leur domination, ce qui est logique, puisque les hautes montagnes et les forêts de ces régions étaient totalement inadaptées à l’élevage des chevaux. En même temps, à la lumière d’exemples historiques, on a pu voir que le bassin carpatique était loin d’offrir des conditions aussi avantageuses pour l’élevage des chevaux que les immenses espaces herbeux qui s’étendaient à l’est de la chaîne des Carpates. Les Huns sont restés à peine 30 ans dans le bassin des Carpates avant de repartir vers l’est. Les Avars n’ont pu y conserver leur mode de vie nomade que pendant deux générations, soit environ 60 ans, puis ils ont peu à peu adopté l’agriculture sédentaire. Les Magyars ont suivi la voie des Avars : quelques décennies après leur arrivée dans le bassin des Carpates, ils ont commencé à abandonner leur mode de vie de cavaliers nomades et à établir des habitats fixes et des villages. Comme ils avaient pratiqué le nomadisme pendant de longs siècles avant d’arriver dans le bassin des Carpates, leur passage à un nouveau régime de production ne fut ni rapide, ni aisé. Au xe siècle, on ne peut voir que les débuts, le démarrage de ce processus.

2Une grande partie de l’Europe a découvert les Magyars nomades, leur mentalité et leur mode de vie, en premier lieu lors des incursions, et eut beaucoup à en souffrir. Au cours de cette période, le monde chrétien considérait les Magyars comme des bêtes sauvages, comme le diable, ou le fléau de Dieu ; les peuples qu’ils mettaient en danger priaient pour échapper à leurs flèches. Leurs opérations militaires montrent à l’évidence que l’échelle de valeurs qui présidait à leur mode de vie et à leur mentalité n’était pas celle des peuples des pays et territoires qu’ils envahissaient. Dans ce choc de deux mondes opposés, les Magyars avaient souvent l’avantage, car ce sont eux qui prenaient l’offensive, chevauchant des montures rapides comme le vent, eux qui employaient contre l’ennemi une stratégie nomade totalement inconnue, et maniaient leurs sabres et leurs flèches avec une adresse diabolique. Les Arabes et les Vikings qui menaçaient l’Europe à la même époque (ou peu de temps auparavant) n’étaient pas plus civilisés que les Hongrois, ni plus cléments envers leurs victimes, mais la rapidité et la soudaineté des attaques hongroises en décuplaient l’efficacité. Il fallut deux générations à l’Europe pour mettre un terme aux offensives des Magyars. Au cours de la première période, ils remportèrent comme ils le voulaient des victoires pratiquement sans limites. mais ils subirent de plus en plus de revers au cours de la seconde période, et furent finalement vaincus. Sans la menace que représentaient leurs raids, l’Empire d’Orient aurait eu beaucoup plus de mal à sortir de la grave crise qui l’affecta dans la première moitié du xe siècle, et il n’aurait pas conquis la position qui lui permit en 970 (l’année de la dernière incursion hongroise), après avoir consolidé ses forces, d’entreprendre la soumission de son ennemi héréditaire, la Bulgarie. Lorsqu’en 962 le pape Jean XII Ottaviano légitima la dignité d’Otton Ier à la tête du Saint-Empire romain germanique, par le fait qu’il avait vaincu les peuples païens, il faisait surtout allusion au triomphe remporté sur les Hongrois au Lechfeld en 955. Les impressionnantes défaites militaires mirent certes un terme aux incursions des Magyars, mais les changements qui avaient mûri au sein de leur société (changement de mode de vie, nécessité de sédentarisation) ainsi que des prises de conscience politiques avaient ébranlé de l’intérieur leur mode de vie et leur système de domination basés sur les incursions.

3Du point de vue historique, au cours des siècles qui ont précédé la conquête hongroise, le bassin des Carpates s’était très rarement trouvé sous la domination de peuples de cultures homogènes, ni sous l’autorité d’une seule et même puissance. Avant la conquête romaine, au ier siècle av. J.-C., la partie occidentale était habitée par des Boïens (Celtes), la partie orientale par des Daces, et le sud par des Pannoniens et des Scordisques (Celtes). Les Romains ne parvinrent pas à étendre leur domination sur l’ensemble du bassin des Carpates. Les provinces de Pannonie et de Dacie, fondées respectivement dans l’ouest et dans l’est du territoire, étaient séparées par la région dite Barbaricum, peuplée de Sarmates. Après les brèves années d’occupation du bassin des Carpates par l’Empire hun et par les Goths, le pays des Lombards s’étendit à l’ouest du Danube, et celui des Gépides nettement à l’est de la Tisza et au sud du Danube inférieur. Les Avars arrivés en 567-568 unifièrent politiquement le bassin des Carpates, mais l’Empire avar, c’est-à-dire le territoire où vivaient les Avars, n’en couvrait pas la totalité. Les guerres que les Francs et les Bulgares menèrent contre les Avars au tournant du viiie et du ixe siècle créèrent une nouvelle situation ethnique et politique dans la région encerclée par les Carpates. De nouveaux États se substituèrent à l’Empire avar. Les Francs étendirent leur domination sur la frange occidentale de Transdanubie et, sur la bande comprise entre la Drave et la Save (la Pannonie carolingienne), un État morave se créa sur le territoire situé à l’ouest du Garam. La partie méridionale de la Grande Plaine ainsi que le sud de la Transylvanie (la région s’étendant à l’est du Maros) étaient dominés par les Bulgares. Les régions situées au centre, au nord et au nord-est du bassin des Carpates étaient faiblement peuplées, principalement par des Avars et des Slaves. Le centre de tous les États qui dominaient une région du bassin des Carpates se trouvait à l’extérieur du territoire. D’un certain point de vue, ces régions constituaient donc les marches des États franc, morave et bulgare.

4La division du bassin des Carpates au ixe siècle n’est pas seulement une réalité au plan étatique et ethnique, elle est également patente du point de vue de la divergence des orientations politiques et religieuses. Bien que la conquête hongroise ait eu lieu 150 ans avant le grand schisme de 1054. Il était déjà impossible d’unifier le christianisme d’Occident (de rite romain) et d’Orient (de rite grec). Ils étaient soutenus par des puissances aux intérêts divergents, à la situation géographique différente et aux forces inégales : d’une part le Saint-Siège (avec l’Empire romain d’Occident reconstitué à partir de l’an 800, et après 962, le Saint-Empire romain germanique), et d’autre part l’Empire d’Orient (byzantin) où l’empereur était aussi le chef de l’Église. Dans la seconde moitié du ixe siècle, à la veille de la conquête hongroise, le bassin des Carpates était partagé par la ligne de démarcation qui séparait ces deux pôles de puissance. Lorsqu’au début du ixe siècle, Charlemagne constitua les marches de Pannonia Superior et de Pannonia Inferior en Transdanubie occidentale et dans la bande située entre la Drave et la Save, en créant la Pannonie franque (carolingienne), il rattacha cette région, tant du point de vue religieux que de l’orientation politique, à l’Occident, à Rome, à Aix-la-Chapelle, puis à Ratisbonne. Dans le nord-ouest du bassin des Carpates, les Moraves adoptèrent vers 830 la religion occidentale, ce qui n’est pas sans rapport avec l’aide que leur apportèrent les Francs lors de la constitution de leur État. Mais lorsqu’ils eurent consolidé leurs forces, Rastislav, le prince de Moravie, tenta de se soustraire à la tutelle des Francs et de créer une Église morave indépendante avec l’aide de l’Empire byzantin. En 880, les Moraves se tournèrent définitivement vers l’Occident, mais l’histoire laissa à peine une vingtaine d’années à la Principauté de Moravie, qui fut renversée en 920 par les Hongrois. Les Bulgares suivirent le chemin inverse. Leur chef, Boris, rechercha l’alliance des Francs, c’est-à-dire qu’il voulut s’orienter vers l’ouest pour échapper à l’emprise de l’Empire byzantin, mais la défaite que celui-ci leur infligea en 864 mit un terme à cette relation naissante, et l’Église bulgare tomba sous la domination de Constantinople.

5Avec la conquête hongroise la division religieuse et politique du bassin des Carpates entre Rome et Constantinople cessa d’être aussi nette. Les Hongrois conquérants étaient païens, aussi la question de l’appartenance religieuse ne fut-elle pas d’actualité dans un premier temps. Au cours de leurs incursions, les Hongrois sévissaient sans distinction en Europe occidentale et dans l’Empire byzantin, saccageant également les monastères bénédictins et basilites. Avec la conquête, la région tomba pour la première fois depuis longtemps sous la domination d’une seule et même puissance, la Principauté de Hongrie. Mais la question de son orientation politique entre les deux centres de christianisme ne se posa pas immédiatement, puisque les Hongrois considéraient aussi bien Constantinople que Ratisbonne comme leur ennemi. C’est principalement avec le monde des steppes d’Europe orientale que la Principauté de Hongrie, dirigée par des chefs païens et nomades, noua des relations extérieures constructives et pacifiques, qui se manifestèrent dans les domaines de la politique et du commerce. Dans la première moitié ou les deux premiers tiers du xe siècle (c’est-à-dire en presque deux générations), l’État hongrois a entretenu des relations politiques avec les Khazars, les Petchénègues, les Bulgares volgaïques, et des relations commerciales avec les Arabes. Mais, à partir du milieu du xe siècle, quand il fallut régulariser la situation intérieure après le fiasco des incursions, les Hongrois ne purent plus différer le choix entre les religions, et donc entre les deux centres qui se partageaient la chrétienté, puisque le bassin des Carpates se trouvait dans la zone de choc entre l’Empire d’Orient et l’Empire d’Occident. Dans les dernières décennies du xe siècle, à l’époque où il ne peut plus être question d’une Principauté hongroise puissante et unie, les lignes de force qui divisaient autrefois le bassin des Carpates semblèrent se redessiner avec netteté. La tribu (l’État tribal) d’Árpád qui dominait la partie occidentale du bassin des Carpates se tourna vers l’Occident, vers Rome et Ratisbonne, tandis que les tribus (les États tribaux) de Gyula et d’Ajtony qui tenaient l’est du pays se tournèrent vers l’Orient, vers Constantinople. Il restait à savoir si la division du bassin des Carpates était durable ou si l’une des deux orientations était susceptible d’imposer sa domination exclusive sur la région, en d’autres termes si Constantinople étendrait son influence vers l’ouest jusqu’au pied des Alpes, ou si Rome et Ratisbonne avanceraient vers l’est jusqu’à la chaîne des Carpates.

La Hongrie à la périphérie de l’Occident

6La première réponse à cette question intervint en 996. Cette date marque également le début de la seconde période du règne des Árpáds, qui dura près de deux siècles, et dont la fin peut être située à la charnière des xiie et xiiie siècles. Cette année-là, Étienne, récemment converti, épousa Gisèle, qui appartenait à la famille du duc de Bavière. Ce fut le premier mariage dynastique conclu entre une maison occidentale et un fils de « barbares », issu d’une famille vivant dans une région périphérique de la chrétienté occidentale. On peut en trouver la cause dans le fait qu’à partir de 995 l’Occident, le Saint-Empire romain germanique, représenta une menace constante pour les Hongrois. D’une part, des Bavarois migrèrent vers l’est et colonisèrent pour le compte de l’Empire les territoires que les Hongrois abandonnaient en reculant progressivement. D’autre part, les Hongrois devaient s’attendre à tout moment à ce que l’Empire entre en guerre contre eux et les refoule encore plus à l’est. Un chroniqueur de l’époque nous permet d’apprécier à quel point les Hongrois, peu de temps après 955, redoutaient une attaque des Allemands : « Le peuple hongrois n’ose pas broncher tant il redoute la puissance du très-saint et hautement invincible roi Otton. » En fin de compte, l’Empire ne passa pas à l’offensive, mais le duché de Bavière, qui avait le plus intérêt à freiner les Hongrois car il constituait la frange orientale du territoire germanique, observait de près ce qui se passait le long de ses frontières, et, quand la situation l’exigea (comme en 991), il prit les armes. Il était vital pour les Hongrois d’éviter ces attaques, car, en raison de la modification des rapports de forces intervenue depuis l’époque des incursions, elles n’auraient pas tourné en leur faveur. Le principal moyen dont ils disposaient consistait à mettre l’accent sur la nature pacifique de leurs relations et à nouer des liens dynastiques. Parallèlement, les Bavarois ont probablement pensé qu’un mariage renforcerait leur influence sur les Hongrois et qu’ils pourraient même obtenir par ce moyen ce que les armes ne leur permettraient pas de conquérir.

7Le mariage d’Étienne et de Gisèle fut conclu en 996 sur la base des avantages que chacune des parties espérait en tirer, et en fin de compte, aucune ne fut déçue. Apparemment, les Hongrois étaient perdants, puisqu’ils durent abandonner pour longtemps leur ancien mode de vie, mais, en fait, ils furent aussi gagnants. Les Bavarois ne confiaient manifestement pas Gisèle aux Hongrois pour un avenir incertain, ils avaient peut-être déjà entrevu que la fille du duc de Bavière ne pourrait devenir reine que si Étienne était couronné roi, aussi formulèrent-ils des demandes précises. En premier lieu, Étienne devait devenir grand-prince. Au moment de son mariage il n’était encore que prétendant à ce titre. Il lui fallait ensuite convertir son peuple au christianisme et remanier son État, ou constituer un État de type différent. L’empereur Otton III approuva lui aussi ces projets. Pour renforcer le lien créé par ce mariage, la Bavière envoya des chevaliers et des prêtres dans l’État tribal des Árpád. L’application des clauses de l’accord commença à partir de 996. Il s’avéra qu’Étienne Ier devait suivre une toute nouvelle ligne, et que tout ce que son père avait accompli dans le domaine politique ne lui servait pratiquement à rien. Dans le nouvel État qu’il constitua, la Principauté de l’époque païenne disparut, ses éléments ne furent même pas repris, et c’est un système radicalement nouveau pour les Hongrois qui fut créé, comme le montrent clairement les fondations sur lesquelles repose l’édifice du roi saint Étienne : le principe de la propriété privée, axé sur la possession de la terre. Le roi a aussi exprimé par là sa volonté que ses sujets soient avant tout des agriculteurs. Cela représentait une innovation, puisqu’avant Étienne Ier la société hongroise ne connaissait pas la propriété privée de la terre. L’élevage nomade était basé sur le travail en commun de groupes unis par les liens du sang, tandis que l’agriculture se caractérisait par le travail individuel. L’État d’Étienne Ier rompit avec le principe d’organisation sociale basée sur les liens du sang, et les rapports territoriaux, qui ne jouaient aucun rôle à l’époque nomade, devinrent déterminants. Cela rendit possible, voire indispensable, l’apparition d’un système économique basé sur le territoire, ainsi que la fixation de frontières, ignorées des nomades, et qui étaient autant nécessaires au régime de propriété privée de la terre qu’à la délimitation géographique du pays.

8La vie des individus et des groupes connut de considérables changements. En héritage de l’époque nomade, seuls les étrangers étaient esclaves, et la très grande majorité de la société hongroise se composait d’hommes libres. Après les timides précédents des États tribaux, la déchéance, l’asservissement des libres commença véritablement sous Étienne Ier. Loin de masquer les inégalités économiques par le maintien de l’unité juridique, le nouvel État les assuma délibérément. Toutefois, au début, les libres et les esclaves étaient nettement séparés, mais l’État franchit cette ligne de démarcation en asservissant des libres. La propriété privée de la terre joua un rôle déterminant dans ce processus puisque celui qui possédait la terre était également le maître des populations qui y vivaient. En même temps, la société ne fut plus divisée selon le statut d’esclave ou de libre, mais selon le fait qu’on dispose ou non de biens. Tandis que l’État nomade préservait de la déchéance les populations de ses ethnies dirigeantes et ne les soumettait qu’à des obligations militaires, Étienne Ier et ses successeurs commencèrent à lever des impôts sur les Hongrois. En même temps, la politique militaire se transforma également. Le nombre d’éléments libres susceptibles d’être enrôlés dans l’armée diminua à mesure qu’augmentait le nombre des individus déchus, jusqu’à ce que le roi ne puisse plus compter que sur les libres relativement aisés qui possédaient de la terre. En compensation, le souverain, qui avait pour devoir de défendre le pays, créa d’une part sa propre armée avec des éléments asservis, d’autre part s’appuya sur les membres de son escorte personnelle. Dans toutes ces démarches, le nouvel État comptait fermement sur le christianisme. Il s’efforça de propager le plus rapidement et le plus largement possible la foi chrétienne parmi les Hongrois païens, et, pour arriver à ses fins, n’hésita pas à recourir à la violence et aux sanctions. Koppány, de la tribu d’Árpád, proposa une alternative à ce programme : le maintien du paganisme et du nomadisme. L’enjeu de ce conflit était de savoir si l’État tribal des Árpád s’engagerait à suivre le modèle germano-bavarois ou à laisser survivre les anciennes traditions magyares. C’est la première proposition qui prévalut grâce à la victoire qu’Étienne Ier remporta avec le soutien efficace des armes germaniques.

9Après qu’Étienne Ier eut vaincu Koppány et obtenu la couronne dans les jours qui marquèrent le tournant du siècle, l’opposition entre le modèle d’inspiration occidentale dont il était le représentant (l’État tribal des Árpád) et le modèle oriental de Gyula et Ajtony, appuyé sur l’Empire byzantin et favorable à la religion orthodoxe, revêtit dès les premières décennies du xie siècle une importance considérable pour l’avenir du bassin des Carpates. Les affrontements armés qui opposèrent Étienne à Gyula, puis à Ajtony, avaient en fait pour réel enjeu la victoire de la partie orientale ou de la partie occidentale, c’est-à-dire la sphère culturelle à laquelle le bassin des Carpates allait être rattaché à long terme. On a rarement la chance d’apprendre les raisons d’une défaite de la bouche même du vaincu ; c’est ce qui s’est produit dans ce cas, puisqu’un document grec remontant à une source slave rapporte que « l’Empire byzantin était alors accablé de soucis, en conséquence les Grecs étaient sans forces et ne purent apporter leur aide aux Hongrois, ainsi les Latins (c’est-à-dire les Occidentaux) parvinrent-ils à convertir les Hongrois à leur foi ». Il est donc hors de doute que la question de la suprématie sur le bassin des Carpates n’était pas qu’une affaire intérieure hongroise, mais qu’elle concernait l’Europe entière. L’Occident apporta à Étienne Ier un soutien militaire par l’intermédiaire des chevaliers germaniques, et une aide spirituelle en la personne de prêtres bavarois et tchèques, tandis que ni Gyula, ni Ajtony ne reçurent d’aide notable de la part de l’Empire byzantin, si bien qu’au premier tiers du xie siècle, un important territoire européen fut rattaché à l’Ouest, à l’Église romaine. Le peuple hongrois, la Hongrie de saint Étienne qui s’étendait sur l’ensemble du bassin des Carpates, devint une région périphérique de l’Europe occidentale. À peu près à la même époque, le Polonais Boleslas acheva d’unifier au sein d’un même État les tribus slaves vivant sur les territoires compris entre les Carpates septentrionales et la mer Baltique, et prit le titre de roi ; la ligne de démarcation entre l’Europe occidentale et orientale se fixa donc de manière durable aux frontières orientales des royaumes de Pologne et de Hongrie. Tandis que vers l’an 800, à l’époque de Charlemagne, la frontière entre l’Europe occidentale et l’espace situé à l’est (qui n’entrait pas dans la notion d’Europe) était constituée par la ligne Elbe-Saale-Leitha, 250 ans plus tard, cette limite s’était déplacée de plusieurs centaines de kilomètres vers l’est et s’étendait, en suivant la ligne des Carpates orientales et en traversant les vastes forêts qui séparaient les Polonais des Russes, jusqu’à la mer Baltique.

10La question qui avait surgi à la fin du xe siècle était donc résolue au début du xie : la totalité du bassin des Carpates abritant un seul pays faisait partie de l’Occident. Mais tout ce qui advint dans le bassin des Carpates entre 996 et 1028 (entre le mariage d’Étienne et la défaite d’Ajtony), bien que les effets s’en révèlent par la suite d’une portée inestimable, n’aboutit cependant pas à l’intégration totale de la Hongrie à l’Occident. Ce que la Hongrie accomplit dans ce domaine n’est absolument pas à négliger, mais elle était partie de si loin sur les traces de l’Occident qu’elle ne put s’en rapprocher tout à fait en si peu de temps, d’autant moins que ce rapprochement ne s’effectua que lentement. La politique et la vie spirituelle présentent aux xie et xiie siècles le plus de similitudes avec la structure occidentale, mais, même dans ces domaines, la parenté n’est encore que très superficielle, car le système hongrois n’était qu’une imitation rudimentaire du modèle occidental. Le roi de Hongrie, étant chrétien, régnait par la grâce de Dieu, mais selon la tradition du chef, souverain sacré, qui remontait à l’époque nomade, il trônait à une hauteur inaccessible au-dessus de la société. Dans la Hongrie des xie et xiie siècles, le souverain disposait d’une considérable suprématie. Un évêque allemand venu en Hongrie au xiie siècle constata avec surprise que « dans ce vaste pays personne, hormis le roi, n’osait battre monnaie ou percevoir des droits de douane ». La majorité du pays (au moins les trois quarts) appartenait au roi. Celui-ci, par l’intermédiaire des fonctionnaires royaux, tenait en mains l’économie, les affaires militaires et la justice. La suprématie de l’État sur la société se manifestait dans tous les domaines de la vie. Cependant, le pouvoir royal prédominant sut gérer habilement ses possibilités, puisque dans la seconde moitié du xiie siècle la Hongrie devint une puissance moyenne, c’est-à-dire un important facteur de pouvoir en Europe. Face au souverain qui déterminait la politique et à une élite restreinte, la majeure partie de la société se composait de serfs dépourvus de droits à des degrés divers. La production et l’économie monétaire n’avaient pas atteint des proportions notables. Les gens produisaient ce qu’il leur fallait pour vivre et pour répondre aux exigences des instances auxquelles ils étaient redevables (le seigneur terrien, l’Église, le roi). Dans les villages et sur les terroirs attenants, il y avait encore des tentes ; les maisons étaient construites en matériaux peu solides, en roseaux, rarement en bois. En raison de sa faible intensité, le marché intérieur n’avait pas entraîné la constitution de véritables villes. À cette époque les centres administratifs étaient considérés comme des villes, mais leur aspect extérieur rappelait davantage les agglomérations de tentes de type asiatique. Il y avait peu d’édifices en pierre, la plupart des places fortes étaient faites de terre et de bois. Il n’est donc pas étonnant que les voyageurs arabes passant par la Hongrie à cette époque se sentissent bien dans cet environnement oriental, tandis que les visiteurs venus de l’Ouest trouvaient étranges les conditions de vie des Hongrois. Ce n’est pas un hasard, eu égard à l’épanouissement des monastères de rite grec, si un voyageur arabe nota que le roi Géza II aimait les mahométans, et si un auteur occidental du milieu du xiie siècle mit en doute que les Hongrois fussent chrétiens. Les xie et xiie siècles n’ajoutèrent rien aux changements il est vrai, décisifs que saint Étienne et ses successeurs apportèrent par rapport à l’époque païenne et nomade. On peut dire non seulement que l’exercice du pouvoir tel que le pratiquait saint Étienne et qui présentait déjà un caractère fortement archaïque à la fin du xiie siècle subsista, mais aussi que l’économie et la société restèrent figées dans l’immobilisme. Dans la seconde période de l’époque árpádienne, c’est-à-dire aux xie et xiie siècles, la Hongrie faisait déjà indiscutablement partie de la sphère culturelle occidentale, mais dans tous les domaines de la vie, cela s’exprimait encore à peine, ou d’une manière peu convaincante. La Hongrie se situait donc à la périphérie de l’Occident, non seulement au sens géographique, mais aussi en ce qui concerne les indices caractéristiques du pays.

Association à l’Occident

11La troisième et dernière période du règne des Árpáds amena de très importants changements, tels que la Hongrie n’en connut plus de comparables jusqu’au xixe siècle. Le xiiie siècle vit l’avènement de la Hongrie féodale, à laquelle les siècles suivants ne purent rien apporter d’essentiellement nouveau. Cette innovation a été elle aussi induite par des impulsions venues de l’Ouest avec des siècles de retard au xiiie siècle, mais le mérite de leur réalisation revient à la société hongroise qui a su les adapter à ses conditions spécifiques. L’indice le plus sensible est l’extension des tenures de iobagiones (jobbágytelek*). La première donnée concernant cette institution remonte à 1214 sous la forme d’un lechnu, variante de l’allemand Lehen (fief), situé dans la zone frontalière occidentale. Il fallut ensuite de 100 à 120 ans pour que ce type d’exploitations atteigne les régions orientales. Par ailleurs, des innovations techniques, comme le moulin à fouler, gagnèrent également le bassin des Carpates en suivant le même chemin d’ouest en est. L’amélioration des outils, des techniques et des conditions de production, amena l’apparition d’un excédent dont les instances féodales revendiquèrent une partie au titre de redevances, et dont une autre partie pouvait faire l’objet d’échanges commerciaux, ce qui contribua à étendre la production de marchandises et à développer l’économie monétaire. Les tentes et autres survivances de l’ancien mode de vie nomade disparurent au xiiie siècle, tout au plus le grand nombre de chevaux et leur élevage en plein air rappelaient-ils encore le nomadisme. Les villages étaient désormais typiquement agricoles, la population y vivait dans des maisons, une partie des villageois produisait en excédent et allait probablement au marché pour vendre ce surplus ou acquérir certains biens. Les marchés se multiplièrent et les villes se transformèrent radicalement.

12L’influence occidentale joua également un rôle dans ces changements. À partir du milieu du xiie siècle, des colons (hospites) arrivèrent de l’ouest et contribuèrent en grande partie à jeter les bases de l’urbanisation de la Hongrie selon les conceptions occidentales. La plus ancienne charte de privilèges en notre possession, accordée par le roi à des hospites, date de 1201, mais dans les deux premiers tiers du siècle, des lettres de privilèges furent encore délivrées par l’Église ou des seigneurs terriens. Ce n’est pas un hasard si la population de la plupart des villes qui constituèrent le fer de lance de l’urbanisation hongroise au xiiie siècle, comprenait des Latins (Italiens ou Wallons) ou des Allemands. Au cours des siècles suivants, les territoires à la pointe de l’économie et du développement étaient ceux où vivaient le plus d’Occidentaux. Dès le xiie siècle, les Grecs désignaient la Sirmie sous le nom de « région franque » (Frangokhórion), et au xve siècle, l’espace compris entre le Danube et la Save était sans doute la région la plus riche de Hongrie. Dans l’avant-garde se trouvait également la Transylvanie du sud encore pratiquement inhabitée au milieu du xiie siècle, où vinrent s’établir des Saxons, qui, devenus artisans, constituèrent au xive siècle les premières organisations de défense de leurs intérêts, les corporations. Ce ne sont évidemment pas les Occidentaux qui fondèrent les villes hongroises, puisque nombre de cités se développèrent sans la collaboration de Latins ou d’Allemands, mais ils contribuèrent de manière non négligeable à élever le niveau de l’urbanisation. C’est en grande partie grâce aux Wallons et aux Allemands que les agglomérations de tentes de type asiatique avaient disparu au xiiie siècle, et que les villes furent construites selon un plan élaboré, autour de la place du marché où se trouvaient les maisons des citadins les plus aisés. Ce n’est pas non plus par hasard que les marchands et voyageurs arabes cessèrent de venir en Hongrie au xiiie siècle, et que les monastères orthodoxes disparurent du pays, tandis que les liens se resserraient entre la Hongrie et l’Europe occidentale.

13Au xiie siècle, il était exceptionnel que des Hongrois aillent suivre des études supérieures dans une école occidentale (Paris ou Oxford) ; en revanche, au xiiie siècle, de nombreux jeunes gens de Hongrie partirent étudier en Europe occidentale (surtout en France et en Italie). De plus larges groupes participèrent aux pèlerinages, qui n’attiraient auparavant que des individus, ou des groupes de faible effectif. Quatre croisades avaient eu lieu sans que la Hongrie s’en émeuve ; en revanche, au xiiie siècle, la Ve croisade fut conduite par le roi de Hongrie en personne, ce qui au-delà d’intérêts immédiats témoigne de la propagation de l’esprit chrétien. Les ordres religieux implantés en Hongrie au xiiie siècle entretenaient d’étroites relations avec leurs homologues d’Europe occidentale. Les cisterciens de Hongrie se rendaient régulièrement à l’abbaye de Cîteaux. À la fin du xiie siècle, les souverains hongrois élargirent le cercle de leurs liens dynastiques. Tandis que les Árpáds choisissaient auparavant leurs épouses dans les dynasties des pays voisins, ils envisagèrent désormais de s’allier aux maisons de France, d’Angleterre ou d’Aragon, ce qui fut parfois concrétisé. Le fait que la reine venait accompagnée de sa suite (chevaliers, prêtres, dames de cour), contribua à élargir l’horizon de la Hongrie vers l’Ouest. Ce processus pouvait aussi fonctionner en sens inverse : par exemple, au xiiie siècle, une princesse hongroise devint reine d’Aragon.

14La société sclérosée sortit de son immobilisme. Les changements intervenus au xiiie siècle concernèrent pratiquement tous les individus. La condition servile qui caractérisait en grande partie la population du xiie siècle, avait disparu pour l’essentiel à la fin du xiiie siècle, et les serfs avaient acquis la liberté par divers moyens. Ce processus fut préparé au cours du xiie siècle par le fait que le total dénuement n’affectait qu’un secteur restreint de la population servile, et que dès cette époque de nombreux serfs disposaient déjà de leur propre maison, voire de la terre qu’ils cultivaient. Les immigrants occidentaux venus en grand nombre à partir de la seconde moitié du xiie siècle, jouèrent également le rôle de levain dans ce processus. Le statut accordé aux colons d’origine étrangère (hospites) servit de modèle pour les Hongrois au statut de serf. Ceux qui abandonnaient les obligations serviles furent appelés iobagiones ; ils obtinrent sur le domaine de leurs seigneurs des terres qu’il n’était pas possible de leur retirer dans des conditions normales, et qu’ils pouvaient même transmettre par héritage. Bien que du point de vue juridique, ces terres ne fussent jamais en leur possession, dans la pratique quotidienne, elles fonctionnaient comme leur propriété. De même, les iobagiones obtinrent le droit de choisir librement leur maître, c’est-à-dire le droit de migration. En compensation, ils étaient soumis à des obligations déterminées, mais peu contraignantes et qui ne pesaient pas sur leur personne, mais sur la terre qu’ils cultivaient. Tout en restant dans une certaine dépendance assez souple de leur seigneur, ces paysans devinrent des hommes libres. Le vent de la liberté souffla donc au xiiie siècle sur la paysannerie qui représentait 90 % de la population, et ce qui constitue l’un des plus importants acquis sociaux du siècle, prépara l’unification juridique et l’affranchissement du monde paysan qui s’effectua au xive siècle.

15De considérables changements intervinrent aussi parmi les propriétaires. Les membres de l’élite dominante qui disposaient de biens fonciers ne furent plus les seuls à être considérés comme propriétaires, mais les principaux changements concernèrent les petits propriétaires. D’une part, ils prirent conscience au xiiie siècle de l’identité de leurs intérêts et de ce qu’en s’unissant, ils pouvaient constituer un groupe de pression. À partir de là, leurs actions leur permirent de réaliser un grand nombre de choses. Ce processus aboutit à la naissance de la petite noblesse, une classe sociale spécifiquement hongroise, qui s’implanta dans les comitats, instances qui représentaient jusque-là exclusivement les intérêts du roi, et parvint à la fin du xive siècle, du moins partiellement, à en faire ses propres organes de pouvoir. En même temps, dès les dernières années du xiiie siècle, dans le cadre de la féodalité naissante où se manifestait l’influence de l’Occident (Italie du Nord), les nobles obtinrent même de participer à la politique du pays en tant que conseillers nobiliaires adjoints au roi. D’autre part, l’adoption de certains éléments du système occidental entraîna l’avènement d’une forme spécifiquement hongroise de vassalité, l’institution de la familiaritas, et un grand nombre de gentilshommes devinrent les vassaux (familiaris) des puissants barons. Ceci illustre (parmi d’autres exemples) de quelle manière fruste et expéditive les modèles occidentaux furent repris par la société hongroise. Ces rapports de vassalité ne s’établirent pas sur la base d’une convention mutuelle, les conditions et les obligations n’en furent pas notées par écrit, mais firent l’objet d’accords verbaux, ou bien résultèrent même de l’exercice du droit du plus fort, c’est-à-dire que leur création s’accompagna souvent de l’usage de la violence. Bien que ces liens de vassalité ne fussent pas soumis aux conditions coutumières en Occident (comme la prise en compte des intérêts mutuels, la détermination d’un statut juridique précis, le respect de la parole donnée, la loyauté), ce système spécifiquement hongrois de la propria familia était cependant pour l’essentiel analogue à la féodalité occidentale. Il est vrai que cette institution n’intervint que très tard, surtout si l’on considère que les lois de saint Étienne avaient déjà prévu sa création sur le modèle occidental. Mais au xie siècle, en l’absence des conditions requises, la Hongrie n’était pas prête à ce que de telles transformations de la société puissent être menées à bien, même par une loi.

16Le changement le plus considérable du xiiie siècle affecta le pouvoir royal. Le roi dut abandonner bon nombre de ses prérogatives. De nombreux seigneurs ecclésiastiques et laïques percevaient des taxes, le ban de Slavonie commença à frapper de la monnaie, le roi ne fut plus le seul à pouvoir édifier des places fortes. Il dut également partager certains privilèges avec la société, qui toutefois se réduisait encore à cette époque à l’élite la plus proche de lui. À mesure que le pouvoir royal reculait, les barons prirent de plus en plus d’importance. À la fin du xiiie siècle, pour une courte période, il est vrai, le pouvoir absolu du roi subit aussi une atteinte formelle par le fait que des conseillers nobiliaires lui furent adjoints, et que ses décisions devaient être entérinées par les aristocrates. Cela indique que la société (une élite restreinte) avait entrepris de conquérir sa participation au pouvoir central et d’en obtenir certains éléments, au moins le droit d’ingérence. La société (comprenant à présent aussi la petite noblesse) remporta davantage de succès au niveau des comitats où les gentilshommes investirent durablement le pouvoir. La restriction des prérogatives du roi s’accompagna d’une considérable réduction de ses propriétés. L’évolution de la possession de châteaux, qui reflétait désormais la participation à l’exercice du pouvoir, montre à l’évidence le recul du roi. Tous ces facteurs aboutirent à ce que la puissance royale encore pratiquement illimitée au xiie siècle se restreigne à un domaine de plus en plus réduit. Le pays s’effondra comme un château de cartes lors de l’invasion des Tatars et fut ensuite incapable de regagner l’autorité internationale dont il jouissait à l’âge d’or du système archaïque, dans la seconde moitié du xiie siècle. Bien que la Hongrie fût restée au xiiie siècle une importante puissance de la région, elle n’en était plus à la tête. Ce fut indiscutablement le prix politique des transformations intervenues dans la société au cours du siècle. Malgré tout, le bilan n’est pas négatif, puisqu’au xiiie siècle, la Hongrie sut si bien s’associer à l’Occident (bien qu’elle fût loin d’en égaler le niveau) qu’elle résista à l’épreuve de ses considérables problèmes intérieurs et des souffrances que lui causèrent les transformations. Un voyageur occidental venant en Hongrie au xiiie siècle ne s’y sentait plus dans un monde étranger, car il pouvait découvrir de nombreuses similitudes avec son pays. Ce sont ces similitudes visibles par un observateur extérieur et résultant de plusieurs siècles d’efforts, qui confèrent leur immense valeur aux acquis des 406 ans de règne de la dynastie des Árpáds.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540