Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome I

 | 
Gyula Kristó

Chapitre VIII. L’invasion des Tatars et ses conséquences, la restriction du pouvoir royal, l’essor de la grande propriété

Texte intégral

L’invasion des Tatars

1Béla IV fut informé le 15 mars 1241 de la défaite du col de Verecke. Il se rendit immédiatement à Pest qu’il désigna comme point de ralliement des armées hongroises. Tandis que le roi attendait l’arrivée de ses troupes et des renforts qu’il avait demandés au duc d’Autriche Frédéric II Babenberg, l’avant-garde des Mongols ne se trouvait plus qu’à une demi-journée de Pest. Le 17 mars, ils s’emparèrent de Vác qu’ils dévastèrent, et, le même jour, anéantirent pratiquement les troupes d’Ugrin, archevêque de Kalocsa. Le duc d’Autriche arriva au camp de Pest avec une petite escorte et se battit contre les Tatars qui pillaient la région. Les rapides succès que ceux-ci avaient remportés renforcèrent l’idée que les Coumans étaient de connivence avec eux. Béla IV ne parvint pas à défendre le prince couman Köten et son escorte, qui furent tués par la foule déchaînée contre eux. Un pogrom fut déclenché contre les Coumans, qui abandonnèrent alors le camp hongrois et quittèrent le pays en dévastant la Sirmie. Peu de temps après leur départ, le duc Frédéric quitta lui aussi le camp de Pest.

2L’armée hongroise se mit lentement en marche vers l’est sans avoir reçu les renforts escomptés. Entre temps, les Tatars avaient ravagé le siège épiscopal d’Eger, après celui de Vác. Tandis qu’ils se livraient au pillage, l’armée hongroise put poursuivre son avancée vers l’est. À ce moment encore, seul le corps d’élite de l’armée mongole commandé par Batu se trouvait en Hongrie, c’est-à-dire tout au plus 60 000 hommes, sur un effectif total estimé à 150 000. Les Hongrois n’avaient pas pu réunir une telle armée. L’avant-garde tatare se retira au-delà de la rivière Sajó, tandis que l’armée hongroise prit position sur la rive droite, c’est-à-dire à l’ouest. Les Hongrois avaient mal choisi l’emplacement de leur camp : ils se trouvaient sur un terrain plat, alors que les Mongols, installés sur une légère élévation de l’autre rive, pouvaient les surveiller. De plus, les Hongrois étaient à l’étroit dans leur camp encerclé par un rempart de chariots et les cordages des tentes empêchaient pratiquement de circuler. Batu, qui observait leurs préparatifs, se rendit parfaitement compte des défauts de leur position : « À la manière d’un troupeau, ils s’étaient enfermés dans un étroit bercail. » Étant parvenus sans encombre jusqu’à la rivière Sajó, les Hongrois avaient perdu le sens du danger et péchèrent par excès d’assurance. Dans la nuit du 10 au 11 avril 1241, l’avant-garde des Tatars entreprit de franchir le pont qu’ils tenaient mais Coloman, duc de Slavonie, et Ugrin, archevêque de Kalocsa, les empêchèrent de gagner la rive. Un grand nombre de Hongrois, croyant la victoire acquise, allèrent se reposer, mais le corps principal de l’armée mongole traversa alors la rivière en amont et en aval du camp et commença à envahir la rive droite. Ni le duc de Slavonie, luttant vaillamment contre le déferlement des Tatars, ni l’archevêque de Kalocsa, ni les chevaliers du Temple ne parvinrent à les arrêter. À l’aube, Batu et Szübeetej (Souboutaï) avaient achevé d’encercler les Hongrois, et les Tatars décochèrent une pluie de flèches sur leur camp.

3Il ne pouvait être question d’une véritable bataille, car les Hongrois, retranchés derrière leur rempart de chariots, étaient incapables de se mouvoir librement ; ils ne pouvaient songer à résister, tout au plus à prendre la fuite. Ils parvinrent à quitter le camp en se piétinant mutuellement mais, à l’extérieur, ils étaient attendus par les Tatars armés de flèches, de lances et d’épées. Le roi Béla put s’enfuir sous la protection de ses fidèles. Il se rendit à Pozsony en traversant le nord-ouest de la Hongrie. Le duc Coloman, blessé, descendit vers le sud et parvint à Segesd, dans le comitat de Somogy, en passant par Pest. En revanche, les archevêques d’Esztergom et de Kalocsa périrent dans la bataille, ainsi que l’évêque de Gyὄr, le palatin, le juge du royaume et de nombreux dirigeants laïques et ecclésiastiques. Les Tatars se livrèrent à un véritable massacre dans les environs de Muhi, près du confluent de la Sajó et du Danube. C’est là que l’État hongrois subit sa plus grave défaite en 250 ans d’existence. Les causes de cette catastrophe, outre l’accumulation d’erreurs et de négligences stratégiques, étaient également de nature politique et sociale. L’invasion mongole s’était abattue sur le pays à une période où le système des forteresses royales, qui fournissait auparavant la majeure partie des forces militaires, était en cours de démantèlement, tandis que les armées privées qui se développaient n’étaient pas encore assez puissantes. L’opposition entre Béla IV et la noblesse au sujet des domaines de la Couronne s’envenima au point qu’en 1241 un grand nombre de barons en vinrent à souhaiter la défaite du roi. Ainsi la défaite de Muhi reflète-t-elle aussi la crise sociale et politique qui sévissait en Hongrie.

4Les Tatars eurent ensuite la voie libre vers Pest, dont ils s’emparèrent après l’avoir assiégée de leurs flèches pendant trois jours. À la mi-avril, à peine un mois après avoir pénétré dans le bassin des Carpates, l’armée principale des Tatars se trouvait donc déjà sur le Danube. Entre temps, Béla IV avait quitté Pozsony et s’était rendu à Hainbourg sur l’invitation de Frédéric Babenberg, mais celui-ci, abusant de l’impasse où se trouvait le roi, lui mit le couteau sous la gorge : en compensation de l’argent qu’il avait dû verser aux Hongrois en 1235 pour acheter la paix, il s’empara des trésors du roi et mit la main sur trois comitats de Hongrie occidentale. Béla IV prit le chemin de Segesd, puis continua vers Zagreb en compagnie de son épouse et de Coloman, son frère cadet, qui succomba bientôt à ses blessures.

5Entre temps, l’aile gauche et l’aile droite de l’armée tatare étaient à leur tour entrées en Hongrie. L’aile gauche commandée par Kádán se scinda en deux et se lança le 31 mars 1241 à la conquête de la Transylvanie. Une partie battit l’armée du voïvode en Barcaság tandis que les villes tombaient l’une après l’autre aux mains des Mongols, puis les deux branches de l’aile gauche se réunirent à Csanád. L’aile droite attaqua l’Autriche orientale après avoir effectué des raids en Pologne et en Moravie mais elle fut repoussée par le duc Frédéric et ses alliés. Frédéric engagea alors une action militaire contre la Hongrie et ses troupes avancèrent jusqu’à Gyὄr dont il s’empara. (Par la suite, les Hongrois chassèrent les Autrichiens des régions occidentales.) Tandis que Frédéric sévissait sur l’une des rives du Danube, l’aile droite de l’armée tatare avait atteint l’autre rive. Cependant, en Haute-Hongrie, un certain nombre de places fortes opposèrent une résistance qui leur permit de ne pas tomber aux mains des Mongols.

6À Zagreb, Béla IV fit des efforts désespérés pour que les puissances européennes viennent en aide à la Hongrie, en proie à un danger mortel. Il envoya des lettres et des émissaires au pape Grégoire IX. Il envoya également une missive au roi de France, Louis IX. Dans son extrême désespoir, il offrit même que la Hongrie devienne vassale de l’empereur Frédéric II, si celui-ci lui apportait son aide. Mais l’Europe ne bougea pas. Louis IX répondit par des généralités. Le pape et l’empereur étaient absorbés par la querelle qui les opposait. En Germanie, une armée de croisés avait certes été levée et Conrad, le fils de Frédéric II, s’y était lui-même engagé mais, voyant que les Tatars étaient arrêtés au bord du Danube (qu’ils ne pouvaient pas traverser), l’empereur jugea qu’il n’était pas urgent de porter assistance à la Hongrie. Entre temps, les Tatars s’étaient installés dans les régions qu’ils occupaient. Les villages étaient administrés par des chefs mongols placés à leur tête, qui levaient des impôts et rendaient aussi la justice.

7À la mi-janvier 1242, les Mongols purent traverser le Danube pris par les glaces. Partant de Pest, ils réduisirent en cendres Óbuda sur la rive opposée, puis s’emparèrent de la ville d’Esztergom mais les arbalétriers réussirent à défendre la citadelle édifiée sur la hauteur. À Székesfehérvár, les Mongols ne dévastèrent que les agglomérations de la périphérie, mais ne s’emparèrent pas de la cité car la soudaine fonte des neiges les empêcha d’approcher de la ville entourée de marais. Leur principal objectif était de capturer le roi, qui s’était réfugié à Spalato, puis à Trau (Trogir), situé sur une île. Cependant, au lieu d’assiéger l’île, ils opérèrent une retraite inattendue mais méthodique et quittèrent la Hongrie. Leur départ précipité peut être attribué à plusieurs facteurs. Après la mort du grand-khan Ögödey survenue à la fin de 1241, les petits-fils de Gengis khan, qui commandaient les armées en Hongrie, étaient intéressés à la succession. Par ailleurs, la tactique des Tatars consistait à ne pas s’emparer dès le premier assaut d’un pays qu’ils convoitaient : ils ne faisaient alors que reconnaître le terrain et terroriser la population. Une seconde action militaire qui, en définitive, n’eut pas lieu aurait été destinée à annexer le pays à l’Empire mongol.

Béla IV et Étienne V

8Béla IV entreprit avec une grande détermination de panser les blessures du royaume. Une année de domination mongole avait laissé la Hongrie dans un état déplorable : les villages de plaine, en particulier, qui offraient peu de résistance, avaient été rasés, les morts se comptaient par dizaines de milliers, l’agriculture avait subi des pertes considérables et le bétail était décimé. Immédiatement après le retrait des Tatars, Béla IV donna mission à Paul, de la famille Geregy, de procéder à la reconstruction de la partie du pays située à l’est du Danube, celle qui avait le plus souffert : il devait débarrasser le pays des vagabonds et brigands qui pillaient la contrée comme des vautours, veiller à regrouper la population qui s’était dispersée en prenant la fuite, et commencer l’exploitation des mines de sel de Transylvanie qui représentaient une intéressante source de revenus. En 1242, le roi reprit les trois comitats occidentaux que Frédéric Babenberg lui avait arrachés, et, comme il redoutait une nouvelle invasion mongole, il se tourna après 1242 vers ceux dont il pouvait espérer le soutien : il maria deux de ses filles à des princes russes, une autre à un prince polonais, son fils Étienne à une princesse coumane, et il fit revenir les Coumans en Hongrie.

9Béla IV appela lui-même rénovation du pays la politique qu’il mena après l’invasion mongole, et qui consista en des réformes dans plusieurs domaines (les propriétés, l’économie, l’armée etc.). Il rompit avec sa politique de reprise des propriétés de la Couronne d’avant l’invasion et se mit à son tour à faire de larges donations. Il distribua l’un après l’autre des ispánats (domaines royaux) à des potentats laïques et ecclésiastiques et dota généreusement l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1247. Les chevaliers obtinrent entre autres le banat de Szörény ainsi que la Coumanie située au-delà de l’Olt où existaient déjà des provinces (en hongrois kenézség) roumaines gouvernées par des voïvodes, à condition d’y édifier des places fortes et de veiller à la défense du territoire. Dans de nombreux cas, l’attribution de domaines entraînait l’obligation pour le bénéficiaire de fournir un nombre déterminé de guerriers.

10Du point de vue militaire, les villes fortifiées revêtirent une grande importance dans les projets de Béla IV. À l’annonce d’une invasion des Mongols, la construction du château de Buda fut commencée en 1242 et des habitants de Pest vinrent s’établir dans l’enceinte fortifiée de la colline du Château. En 1249, redoutant le retour des Tatars, le roi transféra les citadins d’Esztergom dans la citadelle et réserva une place à la population à l’intérieur des remparts.

11Béla IV favorisa nettement la construction des places fortes. Jusque dans les années 1220, seul le roi pouvait édifier des châteaux, et très peu de forteresses étaient construites en pierre, mais, après l’invasion mongole, l’édification de places fortes prit un essor considérable, surtout de la part des aristocrates laïques. Au cours de la dernière décennie du règne de Béla IV, de 1261 à 1270, vingt-neuf forts furent construits dans le pays, c’est-à-dire davantage en une décennie qu’en près de quarante ans, de 1222 à 1260. Le roi en édifia à peine un cinquième. Les châteaux sous l’autorité de propriétaires privés jouèrent, en tant que centres de domaines féodaux, un rôle non négligeable dans la constitution des provinces autonomes.

12Dans la mesure où les circonstances le permettaient, Béla IV entreprit de récupérer les domaines dépendant de châteaux abusivement occupés. La reprise des terres commença en 1248 en Slavonie avant de s’étendre à l’ensemble du royaume en 1254. Le roi confia au palatin la reprise des domaines de châteaux occupés depuis l’invasion des Tatars et à son grand écuyer celle des terres illégalement possédées par des udvornici. La restauration des domaines impliquait que les propriétés de la noblesse soient délimitées avec précision et que les terres distribuées aux iobagiones castri soient distinguées de celles des gens de châteaux. Le principe de base de cette régularisation était l’état qui avait immédiatement précédé l’invasion mongole (c’est-à-dire postérieur à l’état de l’époque de Béla III). Ces mesures durèrent jusqu’en 1258.

13De graves tensions se produisirent entre Béla IV et son fils Étienne. En 1257, quand celui-ci eut atteint sa dix-huitième année, il fut nommé duc de Transylvanie par son père, puis, après avoir revêtu pendant une courte période la dignité de duc de Styrie, il gouverna de nouveau la Transylvanie de 1260 à 1270. La division des barons désireux de participer au pouvoir, ainsi que leurs divergences d’intérêts, jouèrent un rôle déterminant dans la querelle qui opposait Béla IV et Étienne. En 1262-1263, des accords permirent encore d’éviter un affrontement armé. Aux termes du premier de ces accords conclu à Pozsony, Béla IV conserva la moitié occidentale du pays, et la partie orientale tomba sous l’autorité d’Étienne. Celui-ci prit le titre de iunior rex Hungarie, devenant ainsi pratiquement le co-souverain de son père. Peu de temps après, le 5 décembre 1262, cette convention fut renouvelée à Poroszló, dans le comitat de Heves. Cependant l’affrontement armé devint inévitable. Étienne se comportait en véritable souverain dans sa province : il frappa de la monnaie, s’entoura d’une cour, nomma un palatin et mena une politique extérieure indépendante. Ce sont surtout les aristocrates, voulant tirer profit de la querelle entre les deux souverains, qui les incitèrent à prendre les armes.

14Les fidèles de Béla IV ouvrirent les hostilités : l’armée du roi dévasta la Transylvanie, mais l’armée du duc commandée par Pierre, de la famille Csák, remporta la victoire à Déva. Lors de la prise de Sarospatak par les troupes royales qui attaquaient par le nord, l’épouse d’Étienne, Élisabeth de Coumanie, fut capturée avec ses enfants. L’armée royale avança jusqu’aux Carpates et prit le château de Baranka dans le Bereg. Les succès de Béla IV firent diminuer le nombre des partisans d’Étienne, dont certains passèrent dans le camp du roi. Il en résulta que la presque totalité de la province d’Étienne tomba sous la domination de Béla et que le duc dut se réfugier au château de Feketehalom dans la région de Barcaság. Mais l’un de ses fidèles y amena des renforts. Les défenseurs de la place purent alors briser l’encerclement des assaillants et l’armée du duc, dont les rangs s’étaient de nouveau renforcés sous l’effet de la victoire, repoussa les hommes de Béla IV jusqu’au Danube. Étienne remporta la bataille décisive au début de mars 1265 à Isaszeg dans le comitat de Pest, et Henri Kὄszegi, commandant de l’armée royale, fut fait prisonnier avec ses deux fils. Après cette bataille, la paix fut rétablie entre le père et le fils grâce à la médiation des évêques. Béla IV reconnut les droits d’Étienne sur la moitié orientale du pays, et les prisonniers des deux camps furent libérés. L’armistice fut signé en mars 1266 sur l’île aux Lièvres (l’actuelle île Marguerite, à Budapest), les deux parties s’engagèrent au respect mutuel de leurs droits et à la restitution des biens indûment détenus.

15La première démarche autonome de la noblesse moyenne en formation eut lieu en 1267. Ses représentants dans les différents comitats se réunirent près d’Esztergom et remirent une liste de requêtes à Béla IV et à ses fils, Étienne et Béla. Ceux-ci examinèrent avec les barons les conclusions des nobles et publièrent un édit royal de dix articles qui, par son contenu et sa nature, peut être considéré comme la troisième Bulle d’or. Sept de ces articles réactualisent les dispositions de la Bulle d’or de 1222, et les trois autres répondent à de toutes nouvelles revendications. Ce décret ne fait pas que refléter les revendications des nobles, ni confirmer des droits déjà acquis, mais il est l’expression de tout ce dont la noblesse avait souffert, du fait de la politique que Béla IV menait depuis l’invasion tatare. Ainsi, en exemptant les sujets des nobles de l’impôt et de l’obligation d’héberger le roi (descensus), il condamne en réalité la pratique appliquée depuis 1242 par le souverain qui frappait les servientes d’impôt et exigeait d’eux l’hospitalité. Le décret restreignit le droit de déshérence dont le roi usait largement (et qui semble être devenu pratique courante après l’invasion mongole) et augmenta le droit d’héritage de la noblesse. Le décret répond encore à une revendication de la noblesse en prescrivant que deux ou trois nobles de chaque comitat participent au jour de la loi à Székesfehérvár le jour de la Saint-Étienne (le 20 août) ; par ailleurs, il supprime l’usage des requêtes écrites pour le règlement des litiges des nobles.

16Des commissions de règlement de la propriété furent instituées dans tout le pays pour appliquer le décret de 1267. Grâce à un exemple du comitat de Somogy, nous savons que ce corps nommé par le roi n’était composé que de l’ispán et des szolgabírák (magistrats élus par la petite noblesse, les iobagiones castri et les servientes) du comitat. Il s’agit en fait du modèle de comitat nobiliaire où l’ispán représentait le pouvoir, et ces magistrats représentaient la noblesse. Le terme hongrois qui désigne ces derniers (szolgabíró, « juge des serviteurs ») rappelle l’époque où les nobles étaient encore appelés servientes (serviteurs ou vassaux du roi), tandis que leur nom latin de iudices nobilium renvoie désormais à leur qualité de « juges des nobles ». La première mention du fait que la justice n’était désormais plus rendue par une commission de règlement de la propriété, mais par l’ispán et les quatre juges de la noblesse siégeant ensemble, remonte à 1268 dans le comitat de Zala. Il s’agit du premier jugement à notre connaissance d’un comitat nobiliaire. En 1269 les nobles du comitat de Zala menèrent sur ordre du roi une enquête dans une affaire de droit commun et les autorités du comitat en rendirent compte dans un document revêtu du sceau de l’ispán. C’est le premier rapport écrit d’un comitat nobiliaire que nous connaissions. À la fin des années 1260, le comitat nobiliaire était devenu réalité dans certaines parties du pays, principalement en Transdanubie.

17Dans le domaine de la politique extérieure, Béla IV s’occupa de l’Autriche pendant près de quinze ans, de 1246 à 1261. Le conflit qui opposa le duc Frédéric aux Hongrois pendant des décennies aboutit en 1246 à un affrontement armé dans la région frontalière austro-hongroise. Les Autrichiens furent vainqueurs mais le duc Frédéric périt dans la bataille, et avec lui s’éteignit la branche mâle de la dynastie des Babenberg. C’est alors que commença la longue lutte autour de l’héritage des Babenberg, les duchés d’Autriche et de Styrie, que Béla IV revendiquait également. Il y participa effectivement en lançant une campagne en Autriche pour prendre possession de ces deux duchés. Son intérêt se raviva à partir de 1250 quand Ottokar Przemysl, fils de Venceslas, roi de Bohême, se retrouva à la tête des duchés. En 1252 et 1253, Béla IV fit la guerre deux années de suite en Autriche et en Moravie. Le pape Innocent IV exigea fermement que le roi de Hongrie et Ottokar, le margrave de Moravie (qui devint Ottokar II, roi de Bohême, à la mort de son père en 1253), fissent la paix. Ils se partagèrent l’héritage des Babenberg selon un traité signé au printemps de 1254 : l’Autriche et la partie de la Styrie située au nord du col de Semmering revinrent à Ottokar II, et Béla IV reçut la partie méridionale de la Styrie. Mais, en 1258, les Styriens se soulevèrent contre l’autorité de la Hongrie, et le capitaine Étienne, de la famille Gutkeled, dignitaire représentant le ­pouvoir hongrois en Styrie, dut prendre la fuite. L’été de cette même année, Béla IV et le duc Étienne menèrent une campagne qui aboutit au rétablissement de l’autorité hongroise au sud du Semmering, et le souverain nomma son fils Étienne duc de Styrie mais les Styriens préférèrent se soumettre au roi de Bohême. Les armées tchèque et hongroise s’affrontèrent le 12 juillet 1260 au Marchfeld, près de Kroisenbrunn, dans une bataille dont l’issue fut décisive pour l’avenir des provinces constituant l’héritage des Babenberg, et qui fut remportée par Ottokar II. La paix fut signée en mars 1261 à Vienne : Béla IV renonça à la Styrie, si bien qu’Étienne, qui avait abandonné dès 1260 le titre de duc de Styrie, revint à la tête de la Transylvanie. Le plus jeune fils de Béla IV, le duc Béla de Slavonie, épousa une parente du roi de Bohême, et, la même année, en 1261, Ottokar II prit pour épouse Cunégonde, petite-fille de Béla IV. Ainsi la paix fut-elle rétablie entre la Hongrie et la Bohême. Cet épisode de la lutte pour la succession des Babenberg s’acheva par la victoire d’Ottokar II qui était désormais le souverain le plus puissant d’Europe centrale.

18Au milieu du xiiie siècle, Béla IV s’intéressa beaucoup moins à la Russie qu’au cours des décennies qui avaient précédé l’invasion mongole. Il apporta son concours à son gendre, Rostislav de Tchernigov, qui fit au cours des années 1240 plusieurs tentatives infructueuses pour s’emparer de la Galicie. Béla IV conclut ensuite une alliance contre les Tatars avec le prince Danilo de Galicie et renforça cette alliance par un mariage dynastique. L’intérêt de la Hongrie vers le sud est lié au fait qu’en 1254 Béla IV plaça Rostislav à la tête de la région de Macsó, située au sud de la Save. La même année, Rostislav occupa la Bosnie et, en 1255, il étendit son pouvoir sur le nord-ouest de la Bulgarie. Ceci explique pourquoi le titre de roi de Bulgarie commence à figurer parmi les titres de Béla IV, ce qui sera entériné sous Étienne V. Rostislav prit le titre de tsar de Bulgarie. Les chevaliers de l’ordre de Saint-Jean ayant quitté la région de Szörénység à la fin des années 1250, Béla IV et le duc Étienne combattirent ensemble en 1261 les Bulgares qui y avaient fait irruption, et remportèrent la victoire près de Vidin. En 1262, à la mort de Rostislav, ses deux fils, Mihály et Béla lui succédèrent en Bosnie et dans le banat de Macsó tandis que Jacques Sventslav, originaire de Russie, reçut en héritage le nord-ouest de la Bulgarie. Comme Jacques refusait de faire allégeance au souverain de Hongrie, le duc Étienne entra en guerre contre la Bulgarie en 1266 ; après s’être emparé de Vidin et de Pleven, il avança jusqu’à Tirnovó et Jacques reconnut son autorité. En 1268, les Hongrois combattirent le roi de Serbie Uroš Ier qui avait dévasté la région de Macsó. Ils vainquirent les Serbes et capturèrent leur roi. L’accord conclu entre la Hongrie et la Serbie fut scellé par un mariage dynastique.

19La Hongrie conclut en 1269 une alliance avec Naples dont la portée se révéla surtout dans les conséquences. En 1268, Charles Ier, le frère cadet du roi de France Louis IX, à l’origine comte d’Anjou et de Provence, avait pris le pouvoir en Italie du sud avec l’appui du pape. Comme il ­ambitionnait de devenir souverain absolu dans la partie orientale de la Méditerranée, son principal adversaire était l’Empire d’Orient qui venait d’être restauré. Naples prit l’initiative d’offrir à la Hongrie une alliance politique qui lui servirait de tremplin vers Byzance. Or, vers la fin de sa vie, Béla IV s’était rapproché son ancien rival Ottokar Premysl, l’époux de sa petite-fille, contre son fils Étienne ; par conséquent cette alliance avec Naples (et, de ce fait, l’appui du pape qui soutenait les Anjou) servait en particulier les intérêts d’Étienne. En septembre 1269, un accord fut signé avec l’approbation du pape entre Charles Ier, roi de Naples, et Étienne, iunior rex Hungarie : ils décidèrent la conclusion d’un double mariage. Charles, fils de Charles Ier devait épouser Marie, la fille d’Étienne, et le duc Ladislas, fils d’Étienne, obtint la main d’Isabelle, fille de Charles Ier. Les mariages furent célébrés en 1270. Béla IV tomba gravement malade au printemps de 1270 et, en prévision de sa mort, il plaça son épouse Marie, sa fille Anna (belle-mère d’Ottokar) et ses fidèles barons sous la protection d’Ottokar II, roi de Bohême, car il craignait à juste titre la vindicte ­d’Étienne. Il mourut le 3 mars 1270, quelques mois après son fils bien-aimé Béla, et fut rejoint dans la tombe par Marie, son épouse, la même année. Ils furent tous trois inhumés dans l’église franciscaine d’Esztergom.

20Étienne V succéda à son père sur le trône. Un petit groupe d’aristocrates hongrois se réfugia auprès d’Ottokar II, sous la conduite de la duchesse Anna qui aurait préféré voir son fils Béla, duc de Macsó, à la tête du pays. La duchesse emporta en Bohême des trésors de la couronne. Les plus fidèles barons de Béla IV trouvèrent également refuge en Bohême, comme par exemple Henri Ko˝szegi, de la famille Héder, ou plusieurs membres de la famille Geregy. Ils remirent au roi de Bohême leurs châteaux situés en Hongrie occidentale. Dès qu’Étienne V eut pris le pouvoir, il s’empressa de destituer de leurs charges les fidèles de son père et de confier les principales dignités à ses hommes ; en même temps, il se prépara à entrer en guerre contre la Bohême. En avril 1271, Ottokar lança une action militaire contre la Hongrie et avança jusqu’au Garam. Sur la rive droite du Danube, Óvár et Moson tombèrent aux mains des Tchèques. Étienne V ne parvint à arrêter l’armée d’Ottokar que dans la région comprise entre les rivières Rábca et Rába mais le déroulement des hostilités prit alors une nouvelle tournure. Les Hongrois chassèrent les Tchèques et les poursuivirent jusqu’en Autriche et en Moravie. Les combats cessèrent le 2 juillet 1271 avec la signature de la paix à Pozsony. Ce traité instituait le maintien du statu quo de l’époque de Béla IV : Ottokar n’obtint pas de territoires aux dépens de la Hongrie, il dut restituer les châteaux des barons qui s’étaient réfugiés chez lui, et Étienne dut renoncer à toutes ses prétentions sur la Styrie. En outre, le traité passa sous silence la restitution des trésors de la couronne de Hongrie tombés aux mains d’Ottokar. Un point important du traité de paix est l’interdiction faite à Ottokar de soutenir les barons de Hongrie, en particulier les Kὄszegi, qui s’étaient réfugiés en Bohême pour fuir Étienne V. Peu de temps après la signature de la paix, les partisans d’Étienne V s’emparèrent des châteaux d’Henri Kὄszegi situés dans le comitat de Vas. Sous le règne d’Étienne V, les barons s’élevèrent peu à peu en seigneurs de provinces autonomes et on peut considérer qu’ils trouvèrent leur chroniqueur en la personne de mester Ákos qui rédigea son ouvrage à cette époque.

21En été 1272, Étienne V partit en compagnie du jeune Ladislas, son fils, et de ses barons, vers la côte dalmate afin de gagner la Sicile où il voulait rendre visite au roi Charles d’Anjou ; à cette occasion, l’un de ses principaux dignitaires, le ban de Slavonie Joachim, de la famille de Gutkeled, captura Ladislas et le fit garder dans son château de Kapronca, proche de la Drave. Le jeune duc devint l’instrument d’une conspiration des grands seigneurs qui voulaient l’utiliser pour arracher certaines concessions au roi. Mais ils n’aboutirent à aucun compromis avec Étienne V, qui, par ailleurs, contrairement à son père et son grand-père, ne partagea pas le pays entre les ducs, mais régna comme seul souverain. Il confisqua les biens des insurgés et procéda à quelques changements dans la composition de sa cour. Il assiégea avec son armée le château de Kapronca, sans pouvoir s’en emparer. Ayant pris le chemin du retour, il mourut le 6 août 1272 sur l’île de Csepel. Il fut enterré dans l’abbaye des dominicaines de l’île aux Lièvres auprès de sa sœur Marguerite. Ladislas, âgé de 10 ans, fut conduit par le ban Joachim et ses compagnons à Székesfehérvár, où il fut couronné.

Ladislas IV et André III

22Le règne de Ladislas IV qui dura 18 ans connut des événements politiques sans précédent : la crise se renforça, le recul du pouvoir royal se précipita, tandis que les aristocrates laïques jouèrent un rôle de plus en plus important. La multiplication des guerres féodales ne s’explique pas seulement par le fait que le roi fût monté sur le trône encore enfant et que sa mère ne lui eût remis la direction effective du pays qu’en 1277, car la situation anarchique resta inchangée même après cette date.

23Après la mort d’Étienne V, les barons qui s’étaient réfugiés en Bohême en 1270, dont Henri Kὄszegi de la famille de Héder, revinrent en Hongrie. Au cours des premières années du règne de Ladislas IV, la situation intérieure fut marquée par les luttes que se livrèrent les magnats divisés en deux factions. L’un des groupes était mené par Henri Kὄszegi et Joachim de la famille de Gutkeled, l’autre par Pierre et Mathieu, membres de la famille Csák, dont les domaines se trouvaient en Haute-Hongrie occidentale.

24Signe caractéristique de la nouvelle situation, à l’automne 1272, Henri Kὄszegi assassina sur l’île aux Lièvres un prince de sang royal, Béla, le petit-fils de Béla IV qui régnait sur les duchés de Bosnie et Macsó. Les magnats se partagèrent ces deux provinces que sa mort laissait vacantes. À ces luttes internes vint s’ajouter le renouveau du conflit entre la Hongrie et la Bohême, qu’avait interrompu un armistice signé à la fin de 1272. Au début de 1273, des troupes hongroises envahirent les provinces méridionales d’Ottokar, la Styrie et la Carinthie, et une autre armée pénétra en Autriche et en Moravie. La réaction ne se fit pas attendre. En avril, une armée composée d’Autrichiens et de Moraves avança en Hongrie jusqu’à la ligne Nitra-Gyὄr-Bakony-Körmend-Zagreb. Les Hongrois reprirent rapidement Gyὄr mais, au cours de l’été, les hostilités prirent de l’ampleur. Les Hongrois eurent d’abord l’avantage, puis Ottokar II passa à l’offensive et sévit dans la région qui s’étendait sur la rive droite du Danube jusqu’à la rivière Vág ; il avança jusqu’à Pannonhalma en s’emparant au passage d’Óvár et de Gyὄr. Il conserva jusqu’en 1277 une grande partie de ses conquêtes, dont d’importantes places fortes situées à la frontière comme Pozsony, Sopron, Óvár et Moson.

25Les conflits à l’intérieur du pays ne cessèrent ni pendant la guerre, ni dans la période qui suivit. En 1273, les Coumans se soulevèrent contre Ladislas IV qui dut prendre les armes pour réprimer leur insurrection. En 1274, Henri et Joachim s’emparèrent du souverain et de la reine mère Élisabeth et, quand Pierre Csák, le chef de la faction rivale, les libéra, ils capturèrent le duc André, frère cadet de Ladislas. À la fin du mois de septembre, les deux camps des magnats s’affrontèrent à Polgárdi dans le comitat de Fejér. Cette bataille s’acheva par la victoire du camp de Pierre Csák, et Henri Kὄszegi périt. L’armée royale fit mouvement contre les châteaux des Kὄszegi situés dans l’ouest de la Hongrie mais ne put pas s’en emparer. En 1273, les princes allemands choisirent pour roi non pas Ottokar II, à la puissance redoutable, mais Rodolphe de Habsbourg qui disposait d’un pouvoir considérablement moindre. Cette décision préfigure la lutte que se livrèrent Rodolphe Ier et Ottokar II pour la possession de la couronne germanique. Comme, à cette époque, la composition de la cour royale de Hongrie changeait constamment en fonction du « parti » le plus influent, le pays s’allia tantôt aux Habsbourg, tantôt aux Premysl. Ladislas IV conclut une alliance avec Rodolphe Ier à la fin de 1274 mais, dès le printemps de l’année suivante, il envisagea de s’allier aux Tchèques contre lui ; toutefois, à la suite d’un nouveau changement intervenu à la cour de Hongrie, Ladislas IV lui apporta son soutien dans la nouvelle guerre qui l’opposait à Ottokar II. Rodolphe Ier gagna la guerre et Ottokar II dut renoncer aux provinces de Styrie et d’Autriche qu’il détenait puis, en 1277, il rendit à Ladislas IV les territoires frontaliers qu’il avait conquis des années auparavant.

26Pendant ce temps, la Hongrie vivait presque continuellement en état de guerre civile. En été 1275, le groupe des barons évincés du pouvoir tenta une offensive contre le roi mais leur action resta sans résultat. À la fin de 1275, à la suite d’un nouveau changement au pouvoir, éclata en Transdanubie une guerre civile qui dura plusieurs mois. Au printemps de 1276, Pierre Csák dévasta la ville de Veszprém dont l’évêque Pierre appartenait au camp adverse, puisqu’il était le fils d’Henri Kὄszegi. Au cours de cette attaque dévastatrice, l’école de Veszprém fut même détruite. En 1277, en plusieurs endroits du pays, les conflits prirent la forme de combats armés. Les Saxons de Transylvanie assiégèrent Gyulafehérvár dont ils incendièrent la cathédrale. Dans la région de la Save, les Babonic´, soutenus par les Allemands, se battirent contre les Kὄszegi. Joachim, allié de ces derniers, perdit la vie dans ces combats. Après sa mort, l’influence des Csák augmenta à la cour, si bien que Ladislas IV reprit les armes contre les Kὄszegi de Hongrie occidentale. Cette nouvelle action militaire s’acheva par une réconciliation entre le roi et les Kὄszegi, mais la paix ne fut pas durable. Les hauts dignitaires de l’Église voulaient enrayer la décomposition du pays, c’est pourquoi ils firent convoquer au printemps 1277 une assemblée à Rákos où ils tentèrent, mais sans résultat, d’introduire un modèle d’État féodal. Au printemps de 1278, Ivan Kὄszegi fit venir de Venise le duc André (le futur roi André III), présentant ainsi ouvertement un prétendant au trône contre Ladislas IV, mais André et sa suite n’avancèrent pas au-delà de Kehida dans le comitat de Zala. À peu près à la même époque, les Babonic´ et les Kὄszegi signèrent un traité de paix à Dubica en Slavonie. Cette première alliance politique entre deux familles de barons visant à devenir souverains de provinces autonomes fut conclue grâce à la médiation des représentants de Charles Ier d’Anjou.

27Dans la querelle qui opposait Rodolphe Ier et Ottokar II, Ladislas IV prit de plus en plus fermement le parti de Rodolphe. Ils renouvelèrent leur alliance en été 1277 et se rencontrèrent en novembre pour la confirmer. Dans la guerre qui reprit en 1278 entre Ottokar II et Rodolphe Ier, ce dernier reçut l’appui des Hongrois. Il remporta le 26 août 1278 la bataille décisive près de Dürnkrut, victoire en grande partie due aux forces hongroises, qui comprenaient des troupes coumanes d’archers à cheval. Ottokar II fut tué. Des dizaines d’années de lutte pour la succession des Babenberg s’achevaient par la victoire des Habsbourgs.

28Les violences aristocratiques et les abus de pouvoir des seigneurs avaient gravement lésé l’Église. Le pape Nicolas III délégua alors Philippe, évêque de Fermo, qui arriva en Hongrie au début de 1279. À la suite de l’intervention du légat pontifical, Ladislas IV fut contraint le 23 juin et le 10 août 1279 de statuer sur la question des Coumans, qui vivaient toujours selon le système clanique en voie de disparition, afin de mettre un terme aux abus qu’ils commettaient au détriment des Hongrois (principalement des barons et des églises). Il décréta que tous les Coumans devraient se convertir et se sédentariser. Les seigneurs et nobles coumans reçurent les droits de la noblesse hongroise, ils furent ainsi exemptés de l’obligation d’hospitalité, mais soumis à l’obligation de participer aux guerres du roi. Ces mesures accélérèrent le démantèlement de la société clanique des Coumans, ce qui servait les intérêts de l’Église et des aristocrates laïques. Toutefois, cette évolution allait à l’encontre des intérêts du roi, car il ne pouvait bénéficier de l’appui politique et militaire des Coumans que tant qu’ils ne devenaient pas les sujets de propriétaires laïques et ecclésiastiques.

29Après cette tentative de règlement de la question coumane, le légat pontifical Philippe réunit un concile à Buda en septembre 1279. Des décisions furent arrêtées au sujet de la vie des religieux, contre le dérèglement de leurs mœurs et pour la protection des biens de l’Église s’ils étaient menacés. Philippe fit preuve d’une extrême sévérité envers Ladislas IV qui n’appliquait pas les lois sur les Coumans, avait voulu empêcher la réunion du concile, et menait une vie dissolue : il excommunia le roi et prononça l’interdit sur le pays. En réaction, le souverain le fit arrêter en 1280 et le livra aux Coumans, sur quoi Finta de la famille d’Aba, voïvode de Transylvanie, captura le roi. Mais l’un et l’autre furent bientôt libérés et Ladislas IV réitéra sa promesse d’appliquer les lois sur les Coumans. Alors ceux-ci, déçus par le roi, tentèrent de quitter le pays, mais le roi prit les armes contre eux.

30L’évêque Philippe, le légat du pape, quitta la Hongrie en 1281. L’été de la même année, le roi dut juguler dans les comitats d’Abaúj et de Gömör une rébellion de Finta Aba, destitué de sa dignité de palatin puis, à l’automne de 1282, il battit les Coumans près du lac de Hód entre la Tisza et le Maros. En hiver 1283-1284, il assiégea vainement le château des Kὄszegi à Borostyánk dans le comitat de Vas. C’est au cours de ces années, entre 1282 et 1285, que Simon Kézai, fidèle prêtre de la cour de Ladislas IV, rédigea sa chronique. C’est lui qui élabora la théorie, par ailleurs erronée de l’identité des peuples hun et hongrois, et vit en Attila, le prince païen des Huns, une préfiguration historique de Ladislas IV. Kézai représenta principalement les intérêts de la petite noblesse.

31Au début de 1285, la partie orientale de la Hongrie subit une offensive des Tatars. Selon des chroniqueurs contemporains, c’est le roi lui-même qui les aurait fait venir mais cela n’a pas été prouvé. Cependant, l’archevêque Lodomer écrivit : « [Le roi] s’allia aux Tatars et devint lui-même un Tatar. » Il répudia à plusieurs reprises son épouse Isabelle d’Anjou, qu’on appelait Erzsébet (Élisabeth) en Hongrie. Il la fit emprisonner en 1286 et vécut avec des concubines coumanes. En 1286, il fut excommunié par l’archevêque Lodomer ; c’est sans doute pour cette raison qu’il accepta ses conditions et s’engagea à ne pas conclure d’alliance avec les Tatars, à rejeter les coutumes païennes et à ne pas commettre de sacrilèges, à ne confier de charges qu’à des chrétiens, à rétablir les privilèges et les libertés de l’Église, à reprendre son épouse et à lui restituer les droits d’une reine. Lodomer leva l’excommunication mais Ladislas IV ne prit pas ses engagements au sérieux et ne respecta aucune de ses promesses.

32Dans la seconde moitié des années 1280, le pays entra en état de décomposition. En 1285, une rébellion éclata contre le roi dans la Zips où des barons firent de nouveau emprisonner Ladislas IV en 1288. En 1286, le roi reprit les combats contre les Kὄszegi en Hongrie occidentale mais, au printemps de l’année suivante, il fut vaincu sur les bords de la Zsitva. Les Kὄszegi manifestèrent de plus en plus clairement leur totale indépendance du pouvoir royal. En 1285, Ivan Kὄszegi conclut une alliance avec Albert de Habsbourg, duc d’Autriche et de Styrie. Mais, en 1289, Albert affronta à plusieurs reprises la famille Kὄszegi et entra ainsi en possession de plusieurs douzaines de places fortes en Transdanubie occidentale. En vain Ladislas IV tint-il plusieurs assemblées avec les prélats, les barons et les nobles (par exemple en 1286 à Rákos, en 1289 à Fövény dans le comitat de Fejér), et fit-il diverses promesses d’améliorer la situation, il n’avait pas la puissance réelle pour les tenir et n’était pas assez déterminé à le faire. Les sources font état de la présence de deux palatins en Hongrie en 1289, l’un fonctionnant au nord, l’autre à l’est du Danube, ce qui constitue un indice infaillible de l’affaiblissement de l’État. Ladislas IV conféra en 1290 la dignité de palatin à Mizse, qui était encore musulman peu de temps auparavant. Au début de 1290, le duc André (le futur André III) revint quelque temps en Hongrie et revendiqua le trône. De nouvelles rébellions éclatèrent la même année : la famille des Baksa dans le nord-est du pays, et Amadé, de la famille Aba, se soulevèrent contre Ladislas IV. Au début du printemps de 1290, Ladislas IV alla, selon son habitude, rejoindre ses chers Coumans, mais ceux-ci le tuèrent le 10 juillet près de son château de Körösszeg dans la comitat de Bihar. Il fut enterré à Csanád, non loin des colonies coumanes. Il ne laissait pas d’héritier.

33Le duc André, petit-fils prétendu d’André II, fut couronné le 23 juillet 1290 par l’archevêque Lodomer. Son accession au trône n’alla pas sans problèmes. À la fin de l’été 1290, Rodolphe Ier de Habsbourg remit à son fils Albert, duc d’Autriche et de Styrie, la Hongrie qu’il considérait comme vassale de l’Empire ayant perdu son suzerain, en alléguant que, près de cinquante ans auparavant, en 1241, Béla IV s’était déclaré prêt à faire allégeance à l’empereur Frédéric II si celui-ci lui apportait son aide. Le pape Nicolas IV s’opposa à cette prétention des Habsbourg ; il contestait certes qu’André III appartînt à la dynastie des Árpáds et le considérait donc comme un roi illégitime, mais il était d’avis que la Hongrie devait revenir au Saint-Siège. En automne 1290, un jeune homme venu de Pologne prétendit être le frère cadet de Ladislas IV, le duc André disparu en 1278. György Baksa refoula en Pologne cet énigmatique prétendant au trône. En 1291, les Anjou de Naples se manifestèrent à leur tour ; selon eux, la branche mâle de la maison des Árpáds s’était éteinte avec Ladislas IV et le trône de Hongrie revenait à la reine Marie, sa sœur, ou à Charles (Martel), le fils qu’elle avait eu de Charles II, roi de Naples.

34Après son couronnement, André III promulgua un décret de 35 articles adopté à l’assemblée d’Óbuda en faveur des prélats, des barons et des nobles. Cette charte du couronnement validait les libertés de la noblesse : les nobles et les propriétaires saxons de Transylvanie, qui leur étaient assimilés juridiquement, furent exemptés de toutes sortes de redevances et de l’obligation d’hospitalité, et n’étaient désormais soumis à l’obligation militaire qu’en cas de guerre défensive ou de conflit à l’intérieur du pays ; ils obtinrent en outre la libre disposition de leurs biens. André III leur donna plus d’importance dans la conduite des affaires du pays. Ils obtinrent le droit d’intervenir eux aussi au sujet de la situation du pays et d’examiner les actes des barons lors de la diète annuelle. Le roi statua sur le fonctionnement du Conseil remanié qui comprenait désormais des ecclésiastiques et des nobles. Il favorisa l’institution des comitats nobiliaires et s’efforça d’en étendre les attributions : il ordonna que l’ispán de comitat ne prononce pas de jugement sans les quatre nobles élus, c’est-à-dire les juges de la noblesse (szolgabíró). De nombreux articles condamnaient les abus de pouvoir, l’usage de la violence, l’arbitraire. Le souverain confirma les anciens privilèges de l’Église : les églises relevèrent exclusivement de la juridiction royale pour les affaires laïques et leurs gens étaient exemptés de taxes. Plusieurs articles contribuaient à renforcer le pouvoir royal.

35C’est surtout l’Église qui prit le parti d’André III dans la situation difficile où il se trouvait mais, en même temps, elle fit état devant le nouveau Conseil royal de sa revendication de participer au pouvoir, ce qu’elle obtint en partageant le pouvoir avec les nobles. En très peu de temps fut réalisé en Hongrie un modèle de gouvernement de type féodal (régime des ordres), que les prélats avaient emprunté au patriarcat d’Aquilée dans le Frioul. Les plus proches modèles de la diète et de l’institution du Conseil élu de l’époque d’André III se trouvent au Frioul, où était apparu le premier État parlementaire féodal d’Europe centrale. La base idéologique en fut fournie par la culture juridique des religieux de la cour royale (versés en droit romain et en droit canon), et les connaissances qu’ils avaient acquises au cours de leurs études à l’étranger (en Italie). Cependant, l’idée et l’introduction d’un régime des ordres ne trouva d’écho que dans un cercle restreint : le roi, sa cour et ses conseillers. Le pouvoir effectif manquait pour appliquer la loi promulguée en 1290. Les allusions aux dangers qui menaçaient sur les routes, aux vicissitudes d’une époque troublée, se multiplièrent dans les documents. Les dévastations et pillages causant de grands dommages devinrent monnaie courante.

36Des complications de politique extérieure vinrent aggraver la situation déjà difficile du pays. Comme Albert de Habsbourg n’était pas disposé à restituer les châteaux de Hongrie occidentale qu’il occupait depuis la fin des années 1280, André III prit les armes en 1291. Sa campagne fut couronnée de succès, il dévasta l’Autriche jusqu’à Vienne où il vainquit Albert. Le principal objet de la paix conclue à Hainbourg était le démantèlement des châteaux des Kὄszegi. Ceux-ci quittèrent alors le camp d’André III et prirent le parti des Anjou de Naples, qui avaient entre temps gagné à leur cause les puissants seigneurs du littoral adriatique et de Slavonie (les Šubic, les Babonic´ et les Frangepán). Les Anjou appelèrent à la guerre contre André III et incitèrent à reconnaître Charles Martel, le fils de Charles II de Naples, comme roi de Hongrie.

37De 1292 à la fin du siècle, il ne se passa pas une année sans qu’éclate quelque part dans le pays une sérieuse révolte armée contre le roi. Les premiers à passer à l’action furent les Ko˝szegi, qui déclenchèrent une guerre civile sur l’initiative de leurs alliés, les Anjou. Ils s’emparèrent de la citadelle de Pozsony, mais elle leur fut reprise par Matthieu Csák (le fils de Pierre Csák et neveu de Matthieu, qui avaient joué un rôle important dans le pays vingt ans plus tôt). André III fut pendant quelques mois prisonnier des Kὄszegi. En 1293, il nomma sa mère Tomasina Morosini duchesse de Slavonie et lui confia le gouvernement d’un immense territoire qui s’étendait du Danube à l’Adriatique. Ce faisant, il ressuscitait le partage dynastique du pays. En 1294, les Borsa de la Tisza se soulevèrent, et l’armée royale s’empara de leur principale forteresse, celle d’Adorján dans le comitat de Bihar. Tomasina se distingua en jugulant le soulèvement de l’ancien palatin Mizse, et en lui reprenant la forteresse de Szekcs dans le comitat de Baranya. En 1295, la rébellion des Babonic´ fut également maîtrisée sous la conduite de Tomasina qui s’empara de leur château d’Orbászk situé au-delà de la Save. En 1296, le souverain réprima le soulèvement des Kὄszegi en prenant le château de Kὄszeg. Au cours de cette opération militaire, il disposait du soutien de son ancien adversaire Albert de Habsbourg dont il avait épousé la fille, Agnès, la même année. En 1297, Matthieu Csák, qui avait été jusque-là fidèle au roi, se retourna contre lui. En 1298, le pays eut de nouveau deux palatins (de part et d’autre du Danube). Afin de renforcer son pouvoir, le souverain étendit les attributions du vice-juge royal.

38La mort de l’archevêque Lodomer fut une grande perte pour André III, en particulier parce que son successeur élu par le chapitre cathédral d’Esztergom, Grégoire Bicskei, appartenait ouvertement au camp des Anjou. Toutefois, le régime des ordres nouvellement institué en Hongrie, qui n’exista dans un premier temps que dans l’idée des prélats, ne disparut pas après la mort de l’archevêque Lodomer. Entre autres preuves de sa subsistance, on peut citer les décisions que les prélats, les nobles, les Saxons et les Coumans arrêtèrent à la diète de Pest en 1298, en l’absence d’André III et de quelques barons. Ce décret composé de 43 articles reflète le système représentatif féodal en particulier dans un passage où, à propos du Conseil remanié déjà cité en 1290, il est dit que le roi devrait être assisté par deux évêques et deux nobles remplacés tous les trois mois, et que les nobles adjoints au roi représenteraient l’ensemble des nobles du pays. De même, la représentativité s’exprime aussi dans le fait que la diète représentant l’ensemble du pays ait promulgué un statutum qui, ratifié ultérieurement par le roi et les aristocrates, deviendrait une loi. Cette loi de 1298 donne une image fidèle de la situation déplorable où se trouvait la Hongrie à la fin du xiiie siècle. Dès l’introduction, il est dit que la loi de 1290 n’a pas été appliquée à cause de « la méchanceté d’hommes malveillants et aveuglés par la passion » et du « manque de fermeté du seigneur roi ». La nouvelle loi visait avant tout à renforcer le pouvoir royal : elle prescrivait des mesures pour récupérer les biens du roi et de la reine abusivement occupés et légalisait le fait que le roi demande de l’aide à l’étranger en cas de soulèvement. Elle prévoyait également la possibilité de renforcer l’armée royale par des moyens issus du pays même.

39Une grande attention fut portée à la situation des nobles et des églises. Les droits dont ceux-ci avaient été spoliés furent rétablis, leurs sujets exemptés de toutes sortes de redevances et de l’obligation d’hospitalité. La loi soutint également la constitution des comitats nobiliaires. Elle reflétait la situation des nobles dans la propria familia des seigneurs : les nobles devaient « pouvoir servir qui ils voulaient, de leur propre gré », et elle interdit aux seigneurs d’user de violence ou d’abuser de leur pouvoir pour les contraindre à leur service. Une grande partie des articles contient des mesures contre les atteintes à l’Église : abus de pouvoir, pillages, usurpations de biens, occupations abusives, impôts illégaux. La terminologie féodale s’exprime aussi dans un des articles consacrés au roi : si une quelconque partie du pays avait été aliénée par un de ses prédécesseurs, André III devait la replacer sous juridiction royale afin que la Hongrie puisse jouir en tant qu’entité juridique de l’intégrité de toutes ses parties. La loi de 1298 était dirigée contre les barons : elle ordonna le démantèlement des châteaux et forteresses édifiés sans l’autorisation du roi et interdit le cumul des charges. Mais la plupart des articles restèrent lettre morte.

40En 1299, le roi dut envoyer des troupes pour combattre Matthieu Csák en rébellion. Les Anjou intensifièrent leur activité diplomatique contre André III. En août 1300, Charles Robert, le fils de Charles Martel, âgé de douze ans, débarqua à Spalato avec l’appui des seigneurs du littoral : les Sũbic, les Frangepán et les Babonic´. Au cours de ces mêmes mois, André III dut de nouveau combattre Matthieu Csák.

41Ladislas IV et André III furent contraints d’affronter les seigneurs qui, devenant peu à peu maîtres de provinces autonomes, étaient tôt ou tard amenés à s’opposer au pouvoir royal. À la fin du xiiie siècle, ils avaient amassé de considérables propriétés où ils se comportaient non seulement en seigneurs terriens, mais où ils faisaient aussi figure de souverains en usurpant des droits royaux. Quand le territoire de leurs propriétés privées coïncidait avec le domaine où s’exerçaient leurs fonctions officielles, les grands seigneurs disposaient de possibilités illimitées pour accroître leurs biens et leur pouvoir politique. Leurs châteaux en nombre rapidement croissant, symboles de leur puissance, leur servaient de centres de pouvoir. De plus en plus de nobles furent contraints de devenir les vassaux (familiares) des barons, et constituèrent la base des armées privées des seigneurs de provinces. Les abus de pouvoir, les usurpations de biens commises par les militaires des propria familia, l’asservissement de nobles par la contrainte, se multiplièrent. Le fait que certains grands propriétaires terriens devinrent seigneurs de provinces autonomes dans les dernières décennies du xiiie siècle ou les premières années du xive siècle, résulta de la lutte que se livraient les grandes familles (les guerres civiles qui se poursuivaient sans discontinuer) et de leur relation au pouvoir du souverain (la détention durable de charges et de domaines royaux). Au début du xive siècle, il existait en Hongrie une douzaine de provinces autonomes. Lorsque le roi André III s’éteignit le 14 janvier 1301, et avec lui la branche mâle de la dynastie des Árpád qui régnait depuis des siècles, le pays se trouvait au bord de l’effondrement. Alors commença la période où le pouvoir en Hongrie, dépourvue de souverain, passa aux mains des oligarques.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540