Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome I

 | 
Gyula Kristó

Chapitre VII. Premiers signes du recul du pouvoir royal

Texte intégral

Imre Ier et Ladislas III

1À la mort de Béla III le 23 avril 1196, son fils aîné, Imre, lui succéda sur le trône. André, le cadet, dilapida rapidement l’argent qu’il avait reçu en héritage, et cherchant à se procurer d’autres revenus, il se souleva contre son frère afin d’obtenir son propre pouvoir territorial par le partage du pays. En 1197, André vainquit Imre à Mӑcki en Slavonie et, en 1197-1198, celui-ci lui remit son ancien duché, la Croatie et la Dalmatie. Le duc André se considéra comme souverain indépendant de la région adriatique, il battit monnaie, s’occupa des affaires de l’Église, mena une action militaire victorieuse au printemps de 1198 contre Hulm (Herzégovine) et la Bosnie. Peu de temps après, à la fin de 1198 ou au début de 1199, il conspira avec l’appui d’évêques pour s’emparer du trône d’Imre. Ce complot vint à la connaissance d’Imre ; il s’avéra que son propre palatin était à la solde d’André. L’affrontement armé entre les deux frères était inévitable. Au milieu de 1199, Imre fut vainqueur à la bataille de Rád dans le comitat de Somogy, et André se réfugia auprès de Léopold VI, duc d’Autriche, à qui il était apparenté. Les deux frères firent la paix grâce à la médiation du légat pontifical et André récupéra son duché. Une des clauses du traité stipulait qu’ils participent à la guerre sainte, à laquelle le pape Innocent III tenait beaucoup. Imre et André s’engagèrent comme Croisés en 1200, et s’entendirent pour confier le pays au duc Léopold VI en leur absence, mais, en fin de compte, ils n’organisèrent pas de croisade. Au lieu de cela, Imre intervint en 1201 en Croatie, dans le conflit qui opposait les deux fils de Nemanja, Étienne qui régnait à Raška, et Vukan qui gouvernait la Douklie, sur la côte. Imre, qui soutenait Vukan, lui conféra la dignité de grand-joupan, puis demanda au pape d’accorder la couronne à son protégé. Il est clair qu’il visait aussi à assujettir le pays, car il ajouta le titre de roi de Serbie à ses titres royaux.

2L’expansion du pouvoir d’Imre dans les Balkans fut favorisée par l’hérésie bogomile, répandue dans la région. Vers 1200, le centre en était la Bosnie dont le prince, le ban Kulin, était lui-même un adepte du bogomilisme. Imre, mandaté par le pape, intervint contre Kulin. En 1202, il avait apparemment fait renoncer les dirigeants bogomiles à leur hérésie et au schisme, et avait obtenu qu’ils reconnussent l’Église romaine comme chef de la chrétienté mais, après la mort de Kulin, qui survint rapidement, l’hérésie bogomile se raviva en Bosnie. Au cours des mêmes années, un autre conflit opposa la Hongrie à la Bulgarie. Kalojan, le souverain bulgare, avait étendu la puissance de son pays sur la partie nord de la vallée de la Morava, la région de Barancs et de Nisˇ qu’Imre revendiquait également en tant qu’ancienne conquête de Béla III. Imre prit les armes en 1202 et mena une campagne contre la Bulgarie le long de la Morava. Par calcul politique, Kalojan se tourna vers l’Église de Rome, alors qu’Imre œuvrait pour que la Bulgarie noue des liens avec Rome, non directement, mais par l’intermédiaire de la Hongrie. Cependant, comme le pape tenait à séparer la Bulgarie de l’Empire byzantin, il fit couronner Kalojan, à l’automne de 1204, par le cardinal Léon, son légat (qui avait été quelque temps emprisonné par Imre), ce qui scella l’échec des projets d’Imre concernant la Bulgarie.

3La IVe croisade partit enfin en 1202, mais sans les Hongrois. Sur l’instigation de Venise, l’armée croisée principalement constituée de Français s’empara à l’automne 1202 de Zára, ville soumise à la Hongrie, qui fut presque entièrement détruite par les Vénitiens. Le pape, apportant son appui aux Hongrois, s’efforça d’obtenir que les Croisés leur donnent réparation, mais en vain, car l’armée poursuivit sa route vers l’est et prit Constantinople en 1204. Dans la querelle qui opposait de nouveau le pape et l’empereur, le roi de Hongrie prit le parti du pape Innocent III. Sur l’initiative du pape, il envoya en 1203 une armée en territoire germanique, afin de prêter assistance, avec l’alliance d’Ottokar Ier Premysl, à l’anti-roi germanique Otton IV, partisan du Saint-Siège, contre le roi Philippe de Souabe. Imre était désireux de s’attirer les bonnes grâces du pape lorsqu’il proposa en 1204 de réunir les nombreux monastères de rite grec présents en Hongrie en un seul diocèse placé sous l’autorité directe du Saint-Siège, ou de mettre à la tête de ces monastères des abbés et des prieurs de rite romain chargés de réformer l’Église de rite oriental du pays. Ce projet n’aboutit pas mais, à partir du début du xiiie siècle, les églises grecques furent de moins en moins bien tolérées en Hongrie où elles déclinèrent et disparurent rapidement.

4En 1196, Imre Ier avait épousé Constance, la fille dAlphonse II, roi d’Aragon, qui vint en Hongrie avec une suite d’Aragonais. À la même époque, vers 1200, André épousa Gertrude, la fille de Berthold IV, margrave d’Istrie et de Krajna (qui devint par la suite duc de Dalmatie et de Croatie). Par ce mariage « meranien » (le margraviat de Berthold portait le nom de Meranie parce qu’il était situé au bord de la mer), André entra dans une coalition européenne opposée à l’alliance où se trouvait Imre Ier, puisque Berthold se trouvait dans le camp de Philippe, le roi allemand, et Imre dans celui de pape.

5Le conflit qui opposait André et Imre, essentiellement motivé par des questions internes concernant le pouvoir en Hongrie, se raviva après quelques années de trêve. Imre captura son frère dans les environs de Varasd, évitant ainsi un affrontement armé. Il le fit emprisonner à Esztergom et renvoya Gertrude dans son pays. Mais André parvint à s’échapper au printemps 1204 grâce à ses partisans. Imre recourut alors au pape et fit couronner Ladislas, son fils âgé à peine âgé de trois ans, afin de manifester son intention de laisser le trône à son fils et non à son frère. Sentant sa fin approcher, Imre prit des dispositions pour que le pouvoir revienne à son fils ; il désigna André comme régent (gubernator), lui confiant le soin de protéger l’enfant et de diriger le pays. Selon la chronique hongroise, Imre mourut le 30 novembre 1204 et fut inhumé dans la cathédrale d’Eger.

6À peine Imre eût-il fermé les yeux, André fit revenir son épouse de Meranie ; le « parti » qui s’était constitué autour de lui renforça son activité, sentant qu’il était devenu possible de conquérir le pouvoir sur l’ensemble du pays. Le pape Innocent III, qui soutenait le petit Ladislas, avertit André de respecter le serment qu’il avait prêté au jeune roi et de ne pas céder aux malveillants qui l’encourageaient à agir contre sa personne. La reine veuve Constance pensa échapper à cette situation périlleuse en quittant le pays avec son fils et les partisans d’Imre, et en emportant la couronne. Elle parvint à se réfugier auprès de Léopold VI, duc d’Autriche, bien qu’André eût tenté de barrer la route des fugitifs en fermant la frontière. Il se préparait à entrer en guerre contre l’Autriche quand le jeune roi Ladislas mourut brusquement en 1205. Son corps fut rapatrié et inhumé à Székesfehérvár. La couronne fut également rapportée en Hongrie, et André II fut couronné le 29 mai 1205 par Jean, l’archevêque de Kalocsa, l’archevêché d’Esztergom étant vacant.

Les « nouvelles institutions » d’André II

7Au cours de la première moitié de son règne, André II mena une nouvelle politique de la propriété. Il nomma lui-même « nouvelles institutions » (nove institutiones) cette politique de donations dans un document daté de 1217. Elle consistait à distribuer un très grand nombre de domaines royaux, principalement des terres dépendant de châteaux. Dans certains comitats, il arriva que l’ensemble des domaines de la couronne change de propriétaire. Comme le roi n’était plus en mesure de remplacer les terres aliénées (l’augmentation des territoires due au peuplement des régions périphériques du bassin des Carpates ne le permettait même pas), les domaines de la couronne diminuèrent rapidement et de manière radicale. Une autre conséquence de cette politique est que les divers impôts, en argent ou en nature, qui alimentaient le trésor royal, passèrent aux mains des nouveaux propriétaires des terres distribuées, et furent ainsi perdus pour le roi.

8Le souverain avait donc besoin de nouvelles sources de revenus. Un impôt extraordinaire (collecta ou exactio) perçu en argent figure pour la première fois en 1217 dans les sources. La même année il est fait état du quatre-vingtième, une taxe douanière également perçue en argent, qui représentait un quatre-vingtième de la valeur des marchandises du commerce extérieur. Le roi augmenta le revenu du monnayage : il ordonna que la monnaie soit changée une ou plusieurs fois par an. Mais ce fut sans effet, car il émettait une monnaie sans grande valeur, et les détenteurs de valeurs fortes n’étaient guère incités à les changer. C’est peut-être dès le début de son règne qu’André II institua un impôt appelé par la suite « gain de la Chambre » destiné à compenser la perte du revenu du change, mais il est sûr que c’est à la fin de son règne qu’il frappa d’impôt ceux qui se montraient réticents à accepter une monnaie trop souvent renouvelée. L’avènement de l’économie monétaire entraîna la création de la charge d’argentier du roi ; celui-ci eut pour mission de gérer les questions économiques auparavant confiées à l’ispán de la cour. Cette charge fut occupée de 1216 à 1222 par Dénes (Denis), fils d’Ampod, dont le nom est lié à l’élaboration de la politique économique basée sur les revenus monétaires. Le système des fermes s’implanta également dans l’administration des finances. La monnaie ne fut plus frappée exclusivement à Esztergom et des Chambres de monnayage furent créées, dont les droits étaient cédés à ferme. La création de la Chambre du sel porta une grave atteinte à l’Église qui bénéficiait de privilèges dans ce commerce. Les douanes royales étaient également aux mains de preneurs à ferme. Ceux-ci, juifs ou musulmans pour la plupart, avaient intérêt à percevoir le plus de revenus possible, grâce à quoi le roi était assuré de recevoir la somme déterminée à l’avance qu’ils lui versaient en une fois chaque année. Mais ces revenus régaliens ne compensèrent pas la perte des revenus domaniaux. Au début du xiiie siècle, l’économie monétaire n’était pas assez développée en Hongrie pour que le pouvoir royal ait pu être fondé exclusivement sur les finances.

9Les tensions internes s’accrurent en raison de l’extrême complaisance qu’André II manifestait à l’égard des « Meraniens », les parents allemands de son épouse. Il fit en sorte que Berthold, un des frères de Gertrude, fût élu archevêque de Kalocsa, puis, peu de temps après, ban de Dalmatie et de Croatie, enfin, il nomma voïvode de Transylvanie ce beau-frère qui occupait déjà un haut rang ecclésiastique. À partir de 1208, deux autres frères de Gertrude, qui s’étaient réfugiés en Hongrie parce qu’ils étaient soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat du roi Philippe, bénéficièrent pendant quelques années de l’hospitalité d’André. En 1211, celui-ci invita des chevaliers de l’Ordre teutonique, et les établit dans la Barcaság (aujourd’hui Tara Birsei), presque totalement inhabitée, afin qu’ils défendent le pays contre les Coumans païens, et qu’ils propagent la religion chrétienne dans leur région. Conformément à la position des « Meraniens » vis-à-vis de l’Empire, André II était également l’ennemi d’Otton IV, puisque celui-ci avait mis au ban de l’Empire ses beaux-frères accusés d’assassinat. En 1213, il envoya une armée pour seconder Frédéric II, le roi rival d’Otton IV. Le mécontentement se manifesta dans tout le pays contre le favoritisme dont André II témoignait à l’égard des parents de son épouse et des Allemands en général ; deux anciens dignitaires de la cour de Gertrude, l’ispán Pierre et le palatin Bánk (qui devint ensuite ban), menèrent une conspiration contre la reine. Le 28 septembre 1213, tandis qu’André était en route vers la Galicie, Pierre et Simon, le gendre de Bánk, assaillirent la reine qui séjournait avec une suite nombreuse non loin des forêts de Pilis, et la tuèrent à coups d’épée dans sa tente. De nombreux Allemands furent tués en même temps mais le frère de la reine, Berthold, ainsi que le duc d’Autriche, Léopold VI, parvinrent à s’enfuir. À son retour, André II châtia sans fermeté les auteurs de l’attentat. Certes il fit empaler Pierre dont il confisqua les biens, mais Bánk se vit seulement retirer sa dignité de palatin sans même être chassé de la cour, et son gendre ne fut pas davantage inquiété. Ceci montre à quel point la position du roi était faible à l’intérieur du pays.

10Dans la première moitié de son règne, des factions d’aristocrates tentèrent à plusieurs reprises de renverser le pouvoir royal ou d’en obtenir le partage. En 1210, certains dignitaires voulurent envoyer une délégation aux fils de Géza, frère cadet de Béla III, qui vivaient en Grèce, pour les placer sur le trône de Hongrie contre André II. Mais les émissaires furent arrêtés à Spalato, et les lettres dont ils étaient porteurs révélèrent la conspiration. En 1214, une partie de la noblesse dirigea le fils aîné d’André, alors âgé de huit ans, contre son père. André II ne put probablement parer cette tentative de destitution qu’en le faisant couronner, sans toutefois lui donner de pouvoir territorial. Quoi qu’il en soit, les barons avides de puissance conquirent la possibilité de choisir entre deux princes, de passer du camp d’un roi à celui de l’autre dans l’espoir d’obtenir de plus grandes propriétés et de plus hautes dignités.

11Au cours de la première moitié de son règne, André II multiplia les actions militaires visant à assujettir la Galicie. L’occasion lui en fut fournie par les demandes d’aide réitérées que lui adressa l’un des partis engagés dans les conflits internes de la Galicie. La première intervention d’André II en Russie eut lieu en été 1205. Il assura le trône au jeune Danilo et laissa une garde pour assurer sa protection ; pour sa part, il prit le titre de roi de Galicie et de Lodomérie (Volhynie). Mais, comme Danilo fut rapidement détrôné, André intervint une deuxième fois en 1208. En 1210, il envoya dans la principauté russe une armée conduite par Benoît fils de Korlát, voïvode de Transylvanie, qui y prit le pouvoir. Au cours de l’année suivante, Benoît fut chassé de Galicie, mais le trône ne revint pas à Danilo, le protégé d’André II. Cela constitua le point de départ de la campagne que le roi engagea en 1211, à l’issue de laquelle Danilo revint à la tête du pays. En 1212, les Hongrois intervinrent de nouveau, car la mère de Danilo avait été bannie, mais cette action eut un résultat négatif : Danilo perdit de nouveau le trône. Une nouvelle campagne eut lieu en 1213, mais André II dut repartir en raison de l’assassinat de la reine Gertrude. En 1214, il s’allia contre la Galicie avec Leszek, prince de Pologne. Un mariage dynastique vint renforcer cette alliance, et les deux souverains convinrent que la Galicie reviendrait à Coloman, fils d’André II devenu gendre de Leszek. Coloman fut effectivement couronné roi de Galicie au début de 1216, mais Mstislav, prince de Novgorod, l’en chassa en 1219. Coloman reconquit le trône de Galicie la même année, mais Mstislav s’empara du pouvoir en 1221. André II fiança son troisième fils, André, à la fille de Mstislav.

12André II porta également une grande attention aux Balkans. L’influence de Venise s’y était renforcée après l’effondrement de l’Empire byzantin ; dès 1205, Zára avait fait allégeance à Venise. André II n’intervint pas lui-même dans les affaires de Bosnie contrairement à son frère Imre mais il chargea l’Église, en particulier l’archevêché de Spalato, de briser l’hérésie qui régnait dans le pays. Boril, le tsar de Bulgarie, se trouvant dans une situation difficile face à l’Empire latin d’Orient, à la Serbie et à ses adversaires intérieurs, demanda l’aide du souverain de Hongrie ; celui-ci lui envoya vers 1210 des troupes de Saxons, de Roumains, de Sicules et de Petchénègues. Cette armée reconquit pour Boril la forteresse de Vidin qui était tombée aux mains des insurgés. Cette toute première mention de la présence de Roumains sur le territoire hongrois constitue la preuve de ce que des Roumains venus des Balkans accomplissaient un service militaire pour le roi de Hongrie. Au cours du xiiie siècle, des groupes de plus en plus nombreux, surtout des pasteurs pratiquant la transhumance, c’est-à-dire passant l’hiver en plaine et l’été dans les alpages, traversèrent les Carpates et s’établirent en Transylvanie, d’abord dans la région de Fogaras et de Hátszeg, c’est-à-dire au sud, puis dans les régions situées plus au nord.

13Le deuxième mariage d’André II suit la ligne de sa politique dans les Balkans. Il épousa en 1215 Yolande, la nièce de l’empereur latin d’Orient, qu’il vit venir de Constantinople. Quand l’empereur disparut en 1216, deux candidats se présentèrent pour lui succéder : Pierre II de Courtenay, père de Yolande, et André II, son époux. C’est aussi avec l’idée de conquérir le trône de Constantinople que le roi de Hongrie décida d’entreprendre la Ve croisade, comme il s’y était engagé envers son père, et il envisagea d’abord de gagner l’Asie par voie terrestre. Mais, au moment où il procédait aux préparatifs, il était déjà clair que sa politique de « nouvelles institutions » ne répondait pas aux espoirs qu’il avait fondés sur elle, ce qui représentait un grand succès pour les opposants à cette politique. Ce succès fut couronné par le fait qu’en son absence André fut contraint de confier le gouvernement du pays à Jean, archevêque d’Esztergom, adversaire acharné de la politique de donations qui se poursuivait sans mesure. Entre temps, au printemps de 1217, le pape Honorius III avait sacré Pierre de Courtenay empereur, et André II, qui ne pouvait plus se désister de la croisade, opta pour la voie maritime. Manquant constamment d’argent, il fut contraint d’en emprunter et dut céder Zára à Venise en échange des navires que celle-ci lui fournit. Le duc d’Autriche, Léopold VI, ainsi que quelques dignitaires allemands, laïques et ecclésiastiques, participaient également à cette croisade. Cette expédition n’eut aucun résultat. André II cessa rapidement de prendre part aux opérations militaires et voyagea à travers le Moyen-Orient où il acheta des reliques. Sur le chemin du retour, il noua des liens dynastiques pour ses enfants, au gré de sa fantaisie. Dans l’Empire de Nicée, il obtint pour son fils aîné Béla la main de Marie, la fille de l’empereur Théodore Ier Lascaris. En l’absence du roi, la Hongrie tomba dans un état déplorable. Tous ceux qui considéraient la politique de donations comme une source d’enrichissement se soulevèrent contre l’archevêque Jean, le spolièrent de sa fortune et de ses revenus, le jetèrent en prison puis le bannirent du pays. André II ne fut plus en mesure de poursuivre les « nouvelles institutions ».

14Les décennies écoulées depuis la mort de Béla III avaient amené une profonde modification de la structure économique et sociale de la Hongrie. Le modèle archaïque sur lequel cette organisation reposait depuis Étienne Ier, c’est-à-dire l’écrasante suprématie des propriétés royales et donc l’influence déterminante du pouvoir royal, était en décomposition. Les grands propriétaires laïques s’enhardirent, en étroite liaison avec la revalorisation de la terre et la nouvelle politique d’André II. Ils furent désormais appelés barons et déclarèrent appartenir à des familles ancestrales (genus). Ce processus fut rapporté vers 1210 par Anonymus. Un groupe de grands propriétaires se rangea derrière Béla adolescent, qui portait le titre de roi depuis 1220, et lui permirent d’obtenir un pouvoir territorial en conquérant le duché (de Dalmatie, Croatie et Slavonie) au sud de la Drave, qu’on appela désormais la « Slavonie entière ». Ainsi Béla devint-il le maître d’une importante partie du pays.

15Au cours du premier quart du xiiie siècle s’organisa la classe des servientes royaux telle qu’elle est connue dans les décennies suivantes. Anonymus a lui aussi évoqué cette classe : conformément à leur position réelle, il considérait les servientes comme plus proches des paysans que des nobles. Les barons représentaient pour eux un réel danger. En effet, les servientes préféraient appartenir directement au roi ; étant éloigné, celui-ci ne pouvait exercer sur eux qu’une autorité peu contraignante, tandis que les barons, vivant près d’eux, voulaient les contraindre à la servitude. Ils n’avaient donc pas intérêt à ce que la grande propriété prenne l’avantage sur le pouvoir royal et souhaitaient la fin ou l’abandon des « nouvelles institutions ». Les officiers des châteaux (iobagiones castri) étaient mus par les mêmes intérêts ; les donations massives de domaines dépendant de châteaux mettaient en danger leur ascension sociale. Ils protestaient régulièrement avec les moyens dont ils disposaient – en premier lieu par des procès – contre l’aliénation de ces terres, mais leurs tentatives restèrent généralement sans effet, car le jugement prononcé leur était rarement favorable. Leurs actions, leurs mouvements, reçurent souvent le soutien des gens des châteaux au statut de serfs, que l’aliénation des domaines royaux plaçait dans une dépendance du seigneur terrien bien moins avantageuse que leur condition précédente. L’Église était également opposée à ces donations car elles renforçaient la position des aristocrates laïques. Quand son influence s’accrut, la reprise des domaines aliénés commença : celle des terres de manoirs en 1220 ou peu avant, et celle des terres de châteaux en 1221.

16Mais ces mesures allaient à l’encontre des véritables intentions d’André II, comme en témoigne le fait que – après n’avoir fait en 1218-1219 qu’un nombre modéré de donations foncières, toutes au profit de l’Église –, il reprit de manière intensive les donations de domaines à partir de 1220, et que, parallèlement, la récupération des terres dépendant de châteaux occupées abusivement s’effectua de manière laborieuse et sans grands résultats. Les jugements de Dieu (épreuve du fer rouge) exécutés par décision des juges délégués se terminaient généralement par la défaite des gens des châteaux. Les opposants à l’aliénation de domaines – voyant les échecs se succéder – recoururent à une autre méthode, la révolution de palais ; à la suite d’un coup d’État à la cour royale, ils chassèrent du pouvoir les anciens fidèles d’André II, ceux qui soutenaient sa politique de « nouvelles institutions » ou en avaient tiré bénéfice, et prirent en mains les rênes du pays. Il s’agissait principalement d’aristocrates regroupés autrefois autour du roi Imre Ier mais évincés du pouvoir sous André II, qui n’avaient pas bénéficié de donations ; ils se savaient soutenus par les servientes royaux, les iobagiones castri et les gens des châteaux. Ces barons arrachèrent la Bulle d’or à André II dans les premiers mois de 1222.

Les Bulles d’or d’André II

17Selon l’avant-propos de la Bulle d’or, les libertés qu’Étienne Ier avait accordées aux nobles du royaume et à d’autres, « avaient été rognées sous bien des rapports ». Cela était dû soit à des représailles que les rois de Hongrie avaient parfois exercées envers les nobles, soit au fait qu’ils avaient suivi les conseils d’individus malveillants ou intrigants dans leur propre intérêt. Comme le texte de la Bulle d’or qualifie de noble (nobilis) la couche supérieure de l’élite laïque dominante, il est clair dès l’introduction que c’est l’aggravation des oppositions entre les différents groupes d’intérêt de la noblesse qui a mené à son obtention. Les revendications des aristocrates qui menaient une « politique de contestation » furent généralement satisfaites par la Bulle d’or. André II s’engagea à ne plus attribuer à titre ­perpétuel et héréditaire de comitats entiers (ou plus exactement la totalité des domaines royaux d’un comitat) ou quelque dignité que ce soit, et par ailleurs à ce que personne ne puisse être dépossédé d’une propriété reçue en récompense de services rendus. Le cumul de fonctions et charges fut prohibé. Des articles contre les étrangers disposant d’une grande puissance furent insérés dans la Bulle d’or, probablement en raison de l’amère expérience de l’époque « meranienne ». Il était désormais interdit que les « ispáns de Chambres », les monnayeurs, les fermiers du sel et les percepteurs soient des juifs et des musulmans, et ces fonctions étaient réservées aux nobles du pays ; cette disposition représentait une opposition flagrante à la politique économique qu’André II avait menée précédemment. L’un des articles de la Bulle stipulait que les pièces de monnaie restent un an en circulation, et que la valeur des deniers égale celle des monnaies de Béla III. Par ses dispositions concernant le revenu des impôts dus au roi en tant que souverain, la Bulle d’or offrait une protection contre l’abus de pouvoir et l’arbitraire. Plusieurs points abordaient l’exercice de la justice : chaque année, le 20 août (jour de la saint Étienne), le roi ou à défaut le palatin devrait tenir audience à Székesfehérvár (le « jour de la loi ») pour entendre l’exposé des litiges.

18Sur les 31 articles qui composent la Bulle d’or, 11 concernent d’une manière ou d’une autre les servientes royaux, ce qui montre que ceux-ci constituaient l’assise de la révolution de palais menée par les aristocrates du parti d’Imre. Chacun des articles en question accordait un privilège aux servientes. Certaines de ces mesures semblent être occasionnelles et de portée limitée : par exemple les servientes obtinrent la possibilité de participer au jour de la loi, ou encore ils reçurent la promesse de pouvoir passer du camp du roi dans celui de son fils sans perdre leurs biens. Quatre articles leur accordent des privilèges qui compteront par la suite parmi les droits fondamentaux de la noblesse : ils furent exemptés d’impôt, eurent le droit de tester librement, ils n’étaient plus soumis à la juridiction de l’ispán de comitat, sauf en ce qui concerne les questions monétaires et la dîme ; enfin, à l’exception de ceux qui « disposaient d’un comitat ou de notre argent », ils devaient participer aux campagnes que le roi menait au-delà des frontières, mais aux frais du souverain ; toutefois si le pays était attaqué par une puissance étrangère, tous les servientes devaient sans exception participer à la guerre.

19La Bulle d’or traite brièvement aussi des iobagiones castri et des hospites de diverses nationalités. Elle confirme les droits dont ces deux classes jouissaient depuis leur avènement ou qui remontaient à l’époque de saint Étienne. Deux articles consignent des mesures lésant les intérêts de l’Église. L’un interdit de percevoir la dîme en argent, il s’agit en fait d’une réaction à la pratique de l’époque des « nouvelles institutions », où l’Église s’était efforcée d’obtenir en argent les revenus qu’elle percevait auparavant en nature, et dont le recouvrement ne se faisait qu’au prix de difficultés et de pénibles transports. L’autre article, défavorable à l’Église, est celui qui concerne les réserves de sel, et est destiné à satisfaire les exigences du commerce extérieur (l’exportation du sel) dont le roi tirait bénéfice. Le dernier article de la Bulle d’or donne à un cercle restreint, aux évêques ainsi qu’aux aristocrates laïques appartenant à la couche supérieure de l’élite dominante, le droit de s’opposer au souverain, André II ou à un quelconque de ses successeurs, sans être accusé de félonie, si celui-ci ne respectait pas les dispositions de la Bulle d’or. Les aristocrates du parti d’Imre évincés sous le règne d’André II, qui avaient extorqué la Bulle d’or, voulaient ainsi s’assurer le droit dit de résistance face à un souverain qui ne respecterait pas la loi. La Bulle d’or est issue d’un terrain spécifiquement hongrois, la situation de la Hongrie dans les premières décennies du xiiie siècle, et ses dispositions ne sauraient être rapportées, comme certains chercheurs l’ont supposé, à un modèle aragonais ou anglais. En même temps, elle s’insère dans le vaste mouvement européen de législation dont le début est marqué par le concile du Latran de 1215, et au cours duquel les différents pays formulèrent leurs propres articles de lois selon la terminologie du droit canon de l’Église romaine.

20Peu de temps après la parution des sept copies de la Bulle d’or, des changements survinrent à la cour royale. André II destitua de leurs charges les aristocrates partisans d’Imre qui lui avaient arraché la Bulle d’or et avaient été au pouvoir quelques mois, et il rendit le pouvoir à ceux que la révolution de palais avait évincés de son entourage au début de 1222. Après la proclamation de la Bulle d’or, André II poursuivit les donations de domaines de châteaux. Il n’empêcha pas non plus le cumul des charges. Vers la fin de 1222, faisant valoir le droit de désobéissance que leur accordait la Bulle d’or, les partisans d’Imre se soulevèrent contre le roi, se sachant soutenus en particulier par une masse de servientes royaux et les plus éminents parmi les gens des châteaux. Ils décidèrent de convoquer deux fois par an une assemblée à laquelle le roi devrait assister. André II fut contraint d’accepter un compromis : il modifia la répartition des fonctions entre ses partisans et admit un des fidèles d’Imre dans le « gouvernement » remanié. À partir de 1222, il renonça aux donations de comitats entiers, et fit preuve d’une certaine modération dans l’aliénation des biens de la couronne.

21La principale disposition que prit le roi dans les années qui suivirent la proclamation de la Bulle d’or fut l’Andreanum, charte de privilèges accordée en 1224 aux hospites allemands (appelés Saxons) du sud de la Transylvanie, qui leur octroyait des droits étendus, et leur attribuait aussi des propriétés. Ces colons allemands, auparavant dispersés sur de vastes territoires et soumis à la juridiction de différents ispáns, furent réunis sous l’autorité de l’ispán de Nagyszeben. Ceux qui se montrèrent réticents à accepter cette autorité furent contraints par André II à quitter le territoire compris entre Szászváros et Barót. C’est ainsi qu’à partir de 1224 arrivèrent dans le bassin de Háromszék, à la pointe sud-est de la Transylvanie, les Sicules (un peuple de cavaliers libres défendant la frontière) qui, à l’époque où l’Andreanum fut promulgué, vivaient encore dans ce qu’on appelait le « pays saxon », aux environs de Sebes, Kézd et Orbó (les noms de Sicules de Seps c’est-à-dire Sebes (sepsi), de Kézd (kézdi) et d’Orbó (orbai) qui leur furent donnés par la suite renvoient à cet ancien habitat). Avec la progression des Sicules vers l’est, la zone orientale de la Transylvanie fut peuplée jusqu’aux Carpates.

22L’Ordre des chevaliers teutoniques qui tenait la région de Barcaság depuis 1211 entama son expansion vers les territoires situés au-delà des Carpates, en direction de la Valachie (terra Transalpina). À partir de 1222, le pape intervint dans les affaires de l’Ordre teutonique de manière de plus en plus indépendante du roi de Hongrie. Le considérable accroissement des privilèges de l’Ordre teutonique, la situation excentrée de ses territoires, représentaient un danger pour l’intégrité du pays, dans la mesure où les terres qu’il détenait n’en étaient pas limitrophes. C’est pourquoi, ne pouvant s’entendre avec les chevaliers de l’Ordre, André II prit les armes et les chassa de Barcaság et de la Coumanie dans les premiers mois de 1225. En quittant la Hongrie, l’Ordre alla s’établir dans la région baltique et finit par y fonder son propre État.

23Les rapports entre André II et Béla se tendirent au cours des années qui suivirent la proclamation de la Bulle d’or. Vers la fin de 1223, Béla se réfugia en Autriche pour échapper à la vindicte paternelle. En 1224, André II permit à son fils de revenir et lui remit à nouveau le duché de Slavonie, où une véritable cour royale (un « parti ») se constitua autour de Béla, avec l’archevêque de Spalato, les évêques, le ban et les ispáns. Jaloux de la puissance et de l’influence de son fils, André II le nomma en 1226 duc de Transylvanie, où le gouvernement autonome du voïvodat qui existait depuis près de deux cents ans facilitait l’avènement du pouvoir ducal. Il plaça alors Coloman, son autre fils qui portait le titre de roi en souvenir de la soumission de la Galicie, comme duc à la tête de la Slavonie qui s’étendait de la Drave à l’Adriatique. Il pensait que Coloman serait un instrument docile à son service contre Béla mais cette attente fut déçue. Au cours des cinq années qui suivirent, Coloman se tourna systématiquement vers Béla et non vers son père. Béla, bien que n’ayant pas de racines en Transylvanie, se constitua rapidement une cour et un « parti » ; plusieurs membres de sa cour de Slavonie l’y suivirent.

24C’est précisément le pape Honorius III, tenant rigueur au souverain hongrois d’avoir chassé l’ordre des chevaliers teutoniques, qui souleva la question de la reprise des propriétés. En 1225, il exhorta Béla à reprendre les domaines situés sur son territoire (à cette époque, il s’agissait encore de la Slavonie), et lui donna pratiquement pouvoir pour cela, mais ce ne fut pas encore fait. Le pape remit aussi à l’ordre du jour la situation des juifs et des païens (musulmans) de Hongrie, qui jouaient encore un rôle important dans la politique économique d’André II, malgré la disposition de la Bulle d’or qui leur interdisait d’être preneurs à ferme.

25En 1228, le duc Béla entreprit de reprendre les propriétés non seulement dans sa province, mais dans tout le pays. Le choix de cette date tient à plusieurs facteurs. En premier lieu, la restauration des propriétés était encore d’actualité après 1222, car le roi avait poursuivi ses donations, même s’il le faisait avec plus de modération qu’auparavant. De plus, en 1227, la dignité de palatin échut à Denis fils d’Ampod, qui avait longtemps occupé la charge d’argentier du roi, et dont le nom était inséparablement lié aux mesures économiques des « nouvelles institutions ». En 1228, le duc Béla était parvenu à stabiliser sa position en Transylvanie et jouissait de l’appui du pape, en plus de celui de ses partisans. Il s’efforça de récupérer les domaines de châteaux distribués par Imre Ier et André II, afin de rétablir la situation de l’époque de Béla III, où le roi n’avait pas encore commencé les aliénations systématiques de propriétés qui sapaient les bases du pouvoir royal. Le duc ne fit réviser que les donations aux laïques, et n’engloba pas dans la restauration les domaines tombés aux mains de l’Église. En revanche, il s’intéressa aux terres des aristocrates les plus fidèles à André II, qui avaient profité des « nouvelles institutions ».

26Les premiers résultats des restaurations amenèrent la destitution du palatin Denis, ce qui augmenta les chances d’une réalisation cohérente de cette politique. Cette nouvelle tournure de la politique intérieure de la Hongrie entraîna un regain de mécontentement de la part du clergé. L’Église se plaignit auprès du pape de ce que les « Sarrasins » et les Juifs avaient en Hongrie un pouvoir excessif et opprimaient les chrétiens, de ce que des laïcs soumettaient les églises et même les personnalités ecclésiastiques à l’impôt, citaient les membres du clergé devant des tribunaux laïques, et de ce qu’ils spoliaient les églises des propriétés et revenus dont elles jouissaient depuis longtemps. Le pape Grégoire IX demanda à André II d’intervenir avec fermeté pour faire cesser ces infractions et il donna pouvoir à Robert, archevêque d’Esztergom, pour recourir aux châtiments religieux et à des sanctions laïques à l’égard de ceux qui manœuvraient contre l’Église.

27C’est dans cette situation politique que fut renouvelée la Bulle d’or proclamée neuf ans auparavant, dont les dispositions étaient restées lettre morte. Les 35 articles de la nouvelle charte représentaient un changement sous de nombreux rapports. De nouveaux sujets furent abordés et 12 articles de l’ancienne Bulle furent abandonnés. Plusieurs articles furent repris avec un contenu modifié, surtout favorable à l’Église. Les points qui lésaient ses intérêts dans la Bulle de 1222 furent laissés de côté, comme par exemple l’interdiction de percevoir la dîme en argent (dès 1223, peu de temps après la promulgation de la Bulle, le pape Honorius III avait ordonné au peuple de payer la dîme en argent), et la réglementation de la réserve de sel. La nouvelle Bulle garantit à l’Église de nouveaux privilèges. Les loca credibilia, chapitres et monastères habilités depuis des décennies à dresser des actes, acquirent un rôle important dans la justice et le développement des écrits juridiques. La nouvelle Bulle ne reprit pas le droit de résistance des ­dignitaires laïques et ecclésiastiques, mais le remplaça par la possibilité pour l’archevêque d’Esztergom d’excommunier le roi si celui-ci ne respectait pas les libertés accordées par la nouvelle Bulle.

28La situation des servientes royaux et leur condition juridique restèrent inchangées. Cependant, alors qu’en 1222 ils avaient obtenu que leurs privilèges soient consignés par écrit en s’alliant avec les aristocrates du parti d’Imre, ils se rangèrent en 1231 aux côtés des grands propriétaires ecclésiastiques. L’alliance provisoire qui, en 1222, avait réuni les servientes et les gens des châteaux en raison de la concordance temporaire de leurs intérêts, était dissoute en 1231. Les iobagiones castri obtinrent également les libertés qu’Étienne Ier leur avait accordées mais aucun article ne protégeait plus les gens des châteaux contre l’abus de pouvoir des ispáns. D’une manière générale, la Bulle de 1231 ne contient aucun article s’opposant aux abus de pouvoir. Il n’est plus stipulé que les vassaux du roi (iobagiones ici, les plus puissants aristocrates) ne doivent pas opprimer les pauvres, ni que la monnaie de bon aloi doive circuler pendant un an. De même, l’interdiction du cumul de charges a disparu.

29La Bulle de 1231 témoigne du recul accru du pouvoir royal et montre que la politique de récriminations menée par l’Église après 1222 était dans la plupart des cas dirigés contre les intérêts du roi. Les textes de 1222 relatifs aux étrangers furent modifiés en plusieurs points. Les terres de propriétaires étrangers pouvaient désormais être confisquées sans contrepartie. Tandis qu’en 1222 les hospites nobles devaient obtenir l’assentiment du Conseil royal pour recevoir une dignité en Hongrie, ils devaient désormais pour cela résider dans le pays. L’Église obtint un article stipulant que « si le palatin gérait mal les affaires du roi et du pays », il pouvait être destitué par le roi à la demande de ses sujets. Le roi dut déclarer qu’il ne percevrait pas indûment d’impôt, de redevance ou de « gain de la Chambre ». L’Église voulut forcer André II à exiger un service militaire de ceux qui avaient bénéficié de larges donations.

30Cependant, après la rénovation de la Bulle d’or, la situation du pays ne changea en rien ; la position de l’Église ne s’améliora pas, elle se dégrada même. Les musulmans étaient toujours en possession des ateliers de monnayage et d’autres fonctions officielles. Des chrétiens continuèrent de se convertir à la religion des Sarrasins. À l’instigation des musulmans et des conseillers du roi, des propriétés et des revenus furent retirés à l’Église. Voyant cela, Robert, l’archevêque d’Esztergom, prononça l’interdit sur l’ensemble de la Hongrie à partir du 25 février 1232 pour une durée de quelques mois, et excommunia les conseillers du roi, dont le palatin Denis fils d’Ampod, et Samuel, l’ancien ispán des Chambres. Le pape délégua Jacques Pecorari, évêque de Préneste (Palestrina) pour examiner la situation de la Hongrie. Le légat pontifical arriva vers la fin de 1232, mais André II évita de le rencontrer. Il avait pour cela de bonnes raisons, car les finances royales étaient toujours données à ferme, et le commerce du sel encore aux mains de juifs et de musulmans. Jacques entama donc avec les représentants du roi des négociations qui traînèrent en longueur. Son notaire rédigea pendant ce temps le texte connu sous le nom de Convention de Bereg, qui fut remis à André II dans la région frontalière de Bereg, alors qu’il partait en campagne en Galicie, afin qu’il approuve cet édit et mette tout en œuvre pour qu’il soit respecté. Le texte n’est même pas daté selon l’année de règne d’André II, mais d’après le pontificat de Grégoire IX. André II, de même que quelque temps plus tard Béla, Coloman et l’aristocratie hongroise dut s’engager par serment à respecter cette convention.

31La Convention de Bereg était destinée à apporter un remède dans trois domaines où les intérêts de l’Église de Hongrie se trouvaient lésés : la justice et la fiscalité, les juifs et les musulmans, le commerce du sel. L’Église obtint la compétence dans les affaires concernant la dot et le mariage, et les membres du clergé relevèrent exclusivement des tribunaux ecclésiastiques, sauf pour les litiges concernant la propriété. La Hongrie devait verser un impôt au légat du pape mais André obtint que cette question soit renvoyée devant le Conseil pontifical qui prendrait la décision. Il n’en obtint pas autant en ce qui concerne les juifs et les musulmans : il dut s’engager à ne plus leur confier le monnayage, le commerce du sel, la perception des impôts, ou toute autre fonction, afin qu’ils ne soient plus en mesure d’opprimer les chrétiens. Ils durent porter un signe qui les distingue des chrétiens et ne purent plus avoir de serviteurs chrétiens. Le point le plus important et le plus urgent était l’organisation du commerce du sel : la Convention de Bereg rétablissait l’ancien rôle de l’Église, qui obtint également le monopole du transport du sel destiné au commerce extérieur. André II fut obligé de verser de fortes sommes aux églises pour compenser les pertes qu’elles avaient subies à cause de l’institution des fermes. Mais comme il s’en dispensa, Jean, évêque de Bosnie, qui en avait reçu le pouvoir après le départ du légat pontifical, prononça de nouveau l’interdit sur le pays.

32Entre temps, la partie de bras de fer se poursuivait entre André II et l’Église (le clergé). En 1232 parut un écrit particulier, unique dans un premier temps : l’ensemble des servientes royaux vivant en deçà et au-delà de la rivière Zala firent paraître un document. Ils avaient reçu du roi le pouvoir de rendre la justice sur le territoire de leur comitat, en vertu de quoi Barthélémy, évêque de Veszprém, leur demanda justice contre un aristocrate qui occupait abusivement une terre appartenant à l’Église. L’avènement de cette nouvelle institution judiciaire représente l’aveu de ce que la justice royale ne pouvait plus défendre efficacement les intérêts des servientes. Ainsi les servientes, qui s’étaient temporairement alliés en 1222 aux aristocrates partisans d’Imre, puis en 1231 aux grands propriétaires ecclésiastiques, en vinrent-ils rapidement à agir de manière autonome. Ce texte de 1232 contenant le jugement des servientes de Zala est le premier document attestant l’avènement d’une nouvelle forme de juridiction qui se substituait au comitat royal considérablement affaibli par les donations de propriétés, dans laquelle la classe des servientes royaux (la future noblesse moyenne) était appelée à jouer un grand rôle. C’est le premier pas vers la constitution des comitats nobiliaires.

33La politique extérieure de la Hongrie après 1222 est axée autour des tentatives de conquête de la Galicie. En 1224-1225, André, le troisième fils d’André II, prit le pouvoir dans la principauté de Przemysl, puis en Galicie, à la suite d’une opération militaire. Il y avait à peine régné trois ans quand Danilo, appuyé par la Pologne, prit sa place au début de 1230. La campagne suivante en Galicie fut entreprise par le duc Béla en été 1230 pour soutenir André ; elle se solda par un échec et les Hongrois subirent de lourdes pertes. L’action militaire qu’André II mena en 1231 en compagnie de ses deux fils Béla et André, fut plus efficace : André regagna le trône de Galicie. Comme Danilo, aidé par les Coumans de Köten, battit en 1232 les Hongrois qui tenaient la Galicie, André II partit une fois de plus pour sa campagne « coutumière », mais les émissaires du légat Jacques Pecorari le rattrapèrent dans la forêt de Bereg, et il ne put poursuivre sa route vers la terre russe. Au début de 1234, la forteresse de Halics était sur le point d’être prise quand le duc André mourut. Les portes s’ouvrirent à Danilo qui reprit le pouvoir en Galicie. Ainsi s’achevèrent les hostilités entre la Galicie et la Hongrie qui avaient duré près d’un demi-siècle, sans que la Hongrie obtienne de résultat notable.

34L’intérêt que la Hongrie portait vers le sud s’accrut avec l’avènement de Béla en Transylvanie. Dans la seconde moitié des années 1220, la région de Szörény, déjà peuplée en majorité de Roumains, tomba sous une dépendance limitée de la Hongrie ; il s’y constitua rapidement le banat de Szörény, limitrophe du territoire transylvain de Béla. Celui-ci tenta également d’étendre son influence à la Bulgarie. En 1228, il assiégea sans résultat la forteresse de Vidin. En Bosnie, l’hérésie n’avait pas décliné, et son rayonnement s’étendait en Slavonie, le duché de Coloman. La mort du Léopold VI, duc d’Autriche, modifia les rapports austro-hongrois. Des escarmouches se succédèrent sous le règne de son fils, Frédéric II (le Belliqueux), comme l’action de 1235, au cours de laquelle les Hongrois refoulèrent l’armée de Frédéric jusqu’à Vienne. Le duc obtint la paix contre de l’argent.

35Les Coumans établis le long de la frontière orientale représentaient un grave problème pour la Hongrie. L’Ordre des chevaliers teutoniques avait déjà obtenu de bons résultats dans leur évangélisation, et lorsqu’il quitta le pays, les ordres mendiants nouvellement fondés lui succédèrent. Les premiers dominicains commencèrent leur mission d’évangélisation des Coumans entre 1221 et 1223, mais leurs efforts restèrent sans résultat. Au cours d’une autre campagne, quelques dominicains parvinrent chez les Coumans des bords du Dniepr, et commencèrent à les évangéliser. La situation des Coumans changea à la suite de la défaite que les Mongols (Tatars) leur infligèrent en 1223 sur les bords de la Kalka : ils durent se replier vers l’ouest, plus près des Carpates orientales. Les missions dominicaines éveillèrent l’intérêt de Béla qui gouvernait la Transylvanie, située dans le voisinage immédiat des Coumans. En 1227, Robert, archevêque d’Esztergom, agissant sur mandat du pape, et avec le soutien de Béla, obtint de grands résultats dans la conversion des Coumans : les chefs Borc et Membrok embrassèrent la religion chrétienne avec leur peuple. Un diocèse couman fut fondé au sud de la Moldavie autour de l’évêché de Milkó, et le pape lui donna bientôt son indépendance en le soustrayant à l’autorité de l’archevêque d’Esztergom. Du point de vue administratif, la Hongrie considérait la Coumanie (la Valachie et la Moldavie) comme lui appartenant : Béla leva un impôt sur les Coumans qui y vivaient et le chef Borc prit part à la campagne de 1230 en Galicie. À côté des Coumans et des Roumains qui y vivaient, des Hongrois et des Allemands venus du bassin des Carpates s’établirent aussi en Coumanie.

36On peut sans doute relier à la conversion des Coumans le fait qu’à la fin des années 1220 les Hongrois s’intéressèrent à d’autres Magyars restés quelque part à l’est, et dont l’existence n’était plus qu’un vague souvenir. Les premiers dominicains partirent vers 1232 à la recherche de ces Hongrois de l’Est. Ils les cherchèrent vainement pendant trois ans, et seul Otton, l’un des quatre moines de l’expédition, parvint à retrouver leurs traces. Quatre autres moines, dont le frère Julien, partirent à leur tour en 1235 sous sa conduite. Le duc Béla leur donna une escorte et couvrit leurs frais.

37À la fin de son règne, André II, qui avait une soixantaine d’années, ne fut pas épargné par le sort : il perdit son fils André et sa deuxième épouse Yolande. Leur fille, qui s’appelait également Yolande, épousa le roi d’Aragon en 1235. André II se maria une troisième fois en 1234 avec Béatrice d’Este, la fille d’un margrave italien. Sa jeune épouse était enceinte, selon la rumeur, de Denis fils d’Ampod, et non du roi quand il mourut le 21 septembre 1235. Le roi fut inhumé au monastère cistercien d’Egres, auprès de son épouse Yolande. L’enfant de Béatrice naquit en Allemagne ; il s’agit ­d’Étienne, dont le fils, André III, sera le dernier souverain de la maison des Árpáds. Le fils aîné d’André II, le duc Béla, monta sur le trône vacant.

Les premières années de Béla IV

38Béla IV fut couronné le 14 octobre 1235. Il fit aussitôt en sorte de régler leur compte aux partisans de son père en prétextant la découverte d’une conspiration : certains aristocrates auraient cherché avec Frédéric, duc d’Autriche, le moyen d’offrir la couronne de Hongrie à l’empereur Frédéric II. Le roi fit crever les yeux à Denis, fils d’Ampod, et fit emprisonner un des plus anciens fidèles d’André II ; d’autres prirent la fuite pour échapper à sa vengeance. Il confisqua les possessions des nobles accusés de félonie et de dilapidation des biens du pays. Afin d’accroître l’autorité du pouvoir royal, il interdit que quiconque à l’exception des ducs, des archevêques et des évêques se permette d’être assis en présence du roi. Il institua l’usage des requêtes écrites au lieu des audiences privées. Ces requêtes étaient traitées par le tribunal présidé par le vice-juge du royaume* qui siégeait à titre permanent à Óbuda. (Par la suite, dans le dernier tiers du xiiie siècle, le vice-juge du royaume présida le « tribunal en présence du roi » personalis presentia regia.) Le noyau de la cour de Béla IV était constitué de ceux qui avaient fait preuve de loyauté à son égard au cours des années difficiles qui avaient précédé.

39Entouré de cet état-major à toute épreuve, Béla reprit en tant que souverain la politique de restauration des propriétés qu’il avait été contraint d’abandonner en 1231. Il avait toujours pour but de rétablir la situation de l’époque de Béla III, mais, cette fois-ci, il reprit également les biens des servientes, des udvornici et d’autres propriétaires de diverses conditions juridiques, ainsi que des terres de l’Église. Ce dernier point suscita naturellement une violente protestation des églises de Hongrie et du pape Grégoire IX. De même, les iobagiones castri, dont la plupart avaient obtenu entre temps des terres indépendantes, soutinrent beaucoup moins ses mesures de restauration qu’à la période précédente. L’élan qu’avait pris cette politique fut stoppé en 1238 : Béla restitua les biens qui avaient été retirés aux églises, puis, en 1239, il abandonna ses mesures de récupération contre lesquelles les nobles s’élevaient de plus en plus. Quand la restauration des propriétés eut cessé, Béla IV entreprit de réglementer la situation de deux groupes importants de la population des domaines royaux, les gens des châteaux et les udvornici afin de clarifier leurs obligations et déterminer les services dont ils étaient redevables. Toutes les mesures prises par Béla IV visaient à rétablir l’économie royale.

40Le frère Julien, l’un des quatre dominicains partis en 1235 à la recherche des Hongrois de l’Est, parvint au but, et découvrit dans la région de la Volga (Magna Hungaria) un groupe de Magyars du bassin des Carpates restés à l’est, dont il put parfaitement se faire comprendre en hongrois. Julien fut le premier Hongrois à rapporter des informations fiables sur la menace que les Tatars faisaient peser sur l’Europe orientale. Les entreprises suivantes des dominicains furent condamnées à l’échec par le fait qu’au printemps de 1236, sous la direction du khan Batu, petit-fils de Gengis khan, fondateur de l’Empire mongol, une armée tatare entama une vaste guerre de conquête en Europe qui n’épargna pas même les Magyars de la Volga, jusque-là alliés des Mongols. Revenus en hâte de la région de Souzdal, les dominicains annoncèrent l’invasion des Tatars. Tout d’abord, Béla IV ne tint pas compte du danger qui s’approchait des frontières hongroises, sa politique extérieure avait d’autres centres d’intérêt. Sans intervenir directement dans la querelle qui opposait le pape et l’empereur, il s’engagea toutefois verbalement aux côtés de Frédéric II. Sa décision fut en grande partie motivée par le fait que l’empereur était farouchement opposé au duc d’Autriche Frédéric Babenberg, lui-même ennemi des Hongrois. En 1237-1238, la Hongrie s’intéressa plus vivement aux affaires des Balkans. Le duc Coloman mena en 1237 une campagne en Bosnie où régnait l’hérésie ; il occupa la Bosnie et l’Herzégovine voisine, et Ninoslav, le prince de Bosnie, se plia pour la forme à la foi catholique. Béla IV aurait été prêt à partir en guerre contre la Bulgarie, si le pape lui avait conféré le pouvoir d’un légat, ce qui lui aurait permis d’agir librement dans les affaires laïques. Comme ce pouvoir ne lui fut pas reconnu, l’action militaire projetée en Bulgarie n’eut pas lieu. De même, le roi de Hongrie ne mena pas davantage de guerre de conquête en Russie, bien que les deux princes russes rivaux fussent souvent venus à sa cour, comme par exemple Danilo qui s’y trouvait dès 1235, lors du couronnement de Béla IV, pour lui demander asile ou soutien.

41Des signes de plus en plus nombreux annonçaient l’approche des Tatars. Le prince couman Köten qu’ils avaient vaincu, demanda en 1239 l’asile à Béla IV, en échange de quoi, si le roi garantissait la liberté de son peuple, il s’engagea à collaborer avec lui et à se convertir à la religion catholique. Le souverain, voyant le renforcement militaire et l’élargissement de l’assise de son pouvoir que représentaient les Coumans, accéda volontiers à la requête de Köten, et, à l’automne de 1239, il se rendit en personne à la frontière où il les accueillit en grande solennité et les fit baptiser. Cependant, l’immigration des Coumans nomades aviva les différends qui opposaient les aristocrates et le souverain. Béla IV tint conseil avec les nobles et décida de disperser les Coumans dans tout le pays, afin qu’étant en petits groupes, ils ne puissent nuire aux Hongrois. Malgré cela, les barons accusèrent le roi de favoritisme envers les Coumans. Le 6 décembre 1240, les Tatars occupèrent Kiev. Et précisément à ce moment, alors qu’il aurait été urgent d’unir les forces en Hongrie, la discorde s’empara du pays. Une partie des aristocrates refusait tout simplement de croire à l’invasion imminente des Tatars. D’autres considéraient ces informations comme un prétexte pour que les prélats de Hongrie puissent garder leurs distances à l’égard du concile romain. D’autres encore soupçonnaient que les Coumans étaient venus en Hongrie pour espionner la situation intérieure du pays afin de l’attaquer ensuite. C’est seulement en apprenant la chute de Kiev que Béla IV fit procéder à la fortification des confins orientaux du pays. Il décréta la mobilisation des nobles, des servientes royaux, des iobagiones castri et des gens de châteaux. Le 12 mars 1241, le palatin Denis, de la famille de Tomaj, assurant la défense de la « Porte de Russie » (le col de Verecke dans les Carpates), livra bataille aux Tatars qui pénétraient dans le pays, mais il fut battu et perdit la presque totalité de ses hommes. Les armées tatares eurent ainsi la voie libre pour déferler dans le bassin des Carpates.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540