Version classiqueVersion mobile

Le théâtre de Dumas père, entre héritage et renouvellement

 | 
Anne-Marie Callet-Bianco
, 
Sylvain Ledda

Partie V. L'évolution du spectaculaire

L’évolution du spectaculaire

Texte intégral

1Le théâtre romantique se caractérise par son caractère visuel, dont témoigne l’attention portée au décor, doté d’un véritable rôle dans la mise en scène. Le goût pour la couleur locale s’exprime par une grande exigence de reconstitution. La scène se remplit et se complexifie ; l’ambiance dont elle se charge suscite chez le spectateur des émotions conditionnant sa réception du texte.

2Cette évolution s’explique par l’influence de plusieurs genres de spectacles : le mélodrame, d’abord, qui, dès son origine, a misé sur la qualité des décors, des éclairages et de l’accompagnement sonore : bruitages et musique ponctuent l’action dont ils soulignent les moments les plus importants, ce qui a un fort impact sur le public. Il utilise des effets spéciaux particulièrement impressionnants – éboulements, explosions et incendies – qui font fonction de « clous ». L’opéra y recourt également : La Muette de Portici (1828) montre l’éruption du Vésuve. Quant à la féerie, qui met sur scène des arguments faisant une large part au surnaturel, elle popularise les trucages et les procédés d’illusions d’optique. Toutes ces formes font un grand usage du ballet, classique ou folklorique : la danse fantomatique des Nonnes reste le souvenir le plus marquant de Robert le Diable (1831).

3L’esthétique romantique s’inspire aussi de nouveaux spectacles optiques très populaires sur les boulevards. Le Panorama propose au spectateur, placé en surplomb, un décor de peinture à 360° sur les murs d’une rotonde circulaire. En 1822, le peintre de théâtre Louis Daguerre crée le Diorama, plus complexe, exposant des toiles peintes variant selon l’éclairage diurne ou nocturne. On connaît aussi depuis le siècle précédent la lanterne magique, un instrument qui projette dans l’obscurité des images fixes ou animées. Toutes ces innovations préparent l’avènement du cinématographe.

4Le théâtre de Dumas est un carrefour où se retrouvent ces influences qu’il mélange entre elles sans considérations d’ordre générique. Dans Henri III et sa cour, les ressorts d’une machinerie ingénieuse font apparaître la duchesse de Guise devant les yeux éblouis de Saint-Mégrin. Dans Napoléon Bonaparte, vingt et un tableaux se succèdent à vive allure, défiant la notion même de dramaturgie. La tragédie Caligula (1837) adopte l’esthétique d’un péplum avant la lettre : reconstitution du Forum, défilé triomphal… Don Juan de Maraña et Le Vampire, traitant d’arguments surnaturels, s’inspirent des procédés de la féerie pour faire voler des anges ou convoquer des fantômes. Urbain Grandier intègre un pas de danse à caractère érotique et se termine sur un bûcher flamboyant.

5Autant d’exemples qui montrent la diversité des emprunts de Dumas et sa volonté de mettre en place un spectacle total, parlant au cœur et aux sens autant qu’à l’intellect. Il s’expose ainsi à toutes les critiques visant ces pratiques, accusées de masquer le vide du fond (reproche fréquemment adressé au mélodrame) ou de desservir le texte, étouffé sous un spectaculaire gratuit, en flattant au passage le goût populaire. D’autres au contraire y voient une marque de renouvellement du théâtre, considéré comme un divertissement autant qu’un loisir intellectuel et dont tous les éléments, verbaux et non-verbaux demandent à être pris en compte. C’est dans cette direction que s’orientent les recherches actuelles.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search