Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome I

 | 
Gyula Kristó

Chapitre II. La fondation de l’État

Texte intégral

Le grand-prince Géza

1Géza succéda à son père en tant que grand-prince au début des années 970. Dès 972, on procéda à partir de l’Occident aux premières tentatives d’évangélisation des Hongrois. Tout nous autorise à penser qu’elles furent faites à l’initiative de Géza, dont la rapide décision a pu être motivée par deux circonstances. D’une part, encore enfant à l’époque de la défaite du Lechfeld en 955, il n’avait pas été affecté par le choc de cette catastrophe et a donc pu s’adresser, sans être personnellement humilié, à Otton Ier, le vainqueur du Lechfeld, encore en vie, souverain du Saint-Empire romain germanique depuis 962. D’autre part, d’un point de vue plus concret, une alliance venait d’être conclue entre le Saint-Empire romain germanique et l’Empire byzantin par le mariage de la princesse grecque Théophano et du coempereur Otton II, célébré en 972. Il était vital pour Géza de ne pas être l’ennemi des puissances alliées représentées dans cette union mais au contraire de régulariser ses relations au moins avec l’une d’entre elles. Il n’avait guère le choix. Le fait qu’il n’eût pas été personnellement impliqué dans plusieurs décennies de conflits germano-hongrois et les relations que Gyula de Transylvanie avait nouées avec Constantinople le poussaient à l’évidence à se tourner vers l’Occident. C’est probablement à son instigation que l’archevêque de Mayence conféra la dignité épiscopale à Bruno, un bénédictin de Saint-Gall qu’Otton Ier avait lui-même proposé à Pilgrim, évêque de Passau. Bruno vint en Hongrie, accomplit sa mission évangélisatrice avec succès et baptisa même Géza qui prit le nom d’Étienne (István). Michel (Mihály), son frère cadet, a probablement reçu le baptême en même temps. Le fait que Bruno et d’autres prêtres envoyés par l’évêché de Passau convertirent encore cinq mille Hongrois à la foi chrétienne et qu’un nombre considérable de prisonniers ramenés en Hongrie à l’issue de campagnes victorieuses firent baptiser leurs enfants témoigne du succès de la christianisation. En 972, Wolfgang, un moine de l’abbaye d’Einsiedeln, prit également le chemin de la Hongrie pour l’évangéliser mais il n’y parvint jamais. Un autre exemple marquant de l’ouverture à l’Ouest est le fait que douze notables hongrois, selon toute vraisemblance envoyés en ambassade par Géza, se présentèrent devant l’empereur Otton Ier à Quedlingbourg en mars 973. Parallèlement au succès de la christianisation, s’amorça (en fait, seulement dans la Hongrie occidentale dominée par les Árpád) la lutte pour l’hégémonie de l’Église dans le pays. Frédéric, archevêque de Salzbourg et Pilgrim, évêque de Passau, ne reculèrent pas devant la falsification de chartes et autres écrits pour « justifier » les droits de leurs diocèses respectifs sur le territoire de Pannonie.

2En dépit de son baptême, Géza fut loin de devenir un pratiquant convaincu de la religion chrétienne. Il se sentait assez riche pour servir plusieurs dieux, les divinités païennes et le Tout-Puissant des chrétiens. Cela lui valut une admonestation de son évêque, ce dont on peut conclure qu’un évêque était en fonction en Hongrie dans les années qui suivirent 973. L’instabilité religieuse de Géza montre qu’il ne s’était converti au christianisme que par tactique. Cependant, ce que la tradition hongroise a conservé de ses actes, tradition qui souligne ses mérites dans la propagation de la foi chrétienne en Hongrie, amène à la conclusion qu’il s’est peu à peu rendu compte que la collaboration de l’Église en tant que partenaire pouvait contribuer à renforcer son pouvoir. La politique que Géza mena pour imposer de force la propagation du christianisme était liée à l’expansion territoriale de la tribu d’Árpád. Quand les sources hongroises rapportent que les mains de Géza étaient souillées de sang humain, elles font manifestement allusion à ses guerres internes, aux luttes qu’il a menées pour constituer l’état. Malheureusement, aucun de ses adversaires n’a été identifié. Ce qui est certain, c’est que c’est Géza qui a étendu le pouvoir de la tribu d’Árpád jusqu’à la frontière la plus occidentale du pays hongrois, qui confinait encore à cette époque à la partie orientale du territoire de Bohême-Moravie, à l’actuelle Autriche. Les Tchèques occupaient la Moravie du Nord mais le sud de ce pays était toujours sous domination hongroise. L’état germano-bavarois progressait sur le territoire actuel de l’Autriche, conquérant des terres au détriment des Hongrois. Le fait que ceux-ci n’intervinrent même pas dans la guerre civile déclenchée par Henri II le Querelleur, duc de Bavière, contre l’empereur Otton II, et dont les combats se déroulaient dans le voisinage immédiat de leur territoire, indique bien à quel point ils restèrent passifs. C’est au plus tard à l’époque de Géza que la suprématie des Árpád s’étendit sur l’ouest de la région aujourd’hui appelée Felvidék (Haute-Hongrie), les bassins du Vág et du Garam. Selon la tradition, Vajk, le fils de Géza, naquit en 975 à Esztergom, dans le château situé face au confluent du Garam et du Danube. La région située au sud du lac Balaton appartenait également, au moins dans les années 990, à la tribu du grand-prince, depuis que Koppány, membre de la famille des Árpád, s’en était emparé. À la fin de la vie de Géza, l’état tribal des Árpád avait pris de l’ampleur et occupait toute la moitié occidentale du bassin des Carpates.

3La politique extérieure de Géza est caractérisée par la recherche et la consolidation de la paix. Sous son règne, qui dura près d’un quart de siècle, il n’y eut pratiquement pas de guerre en terre étrangère. En 991, Henri II le Querelleur entra en guerre contre lui. Les Bavarois furent vainqueurs et les Hongrois perdirent le territoire qui s’étendait jusqu’à la forêt de Vienne, peut-être même jusqu’à la rivière Leitha. La politique pacifiste de Géza se concrétisa dans sa recherche consciente et mûrement réfléchie d’alliances, en particulier au moyen des mariages qu’il fit contracter à ses enfants. Sa fille, probablement l’aînée, épousa le prince polonais Boleslas (Boleslaw) le Preux et de leur union naquit le duc Bezprim (Veszprém). Mais Boleslas répudia sa femme en 989 et celle-ci se réfugia avec son enfant, encore tout petit, à la cour de Géza en Hongrie. La rupture de l’alliance avec la Pologne est probablement due au fait que le pacifique Géza n’apporta pas son appui à Boleslas en guerre contre les Tchèques qui s’étaient emparés vers 985 du territoire des Croates blancs situé au nord des Carpates. Vers le sud et le sud-est, Géza s’opposa à l’Empire byzantin et s’allia aux Bulgares qui livraient aux Grecs une guerre sans merci. Une autre de ses filles épousa Gavril-Radomir, l’héritier du trône bulgare. Mais ce mariage ne dura pas longtemps. Vers 990, Radomir répudia sa femme qui attendait encore leur enfant, Pierre Deljan. Cependant, le principal souci de Géza était de régulariser ses relations avec la Bavière. C’était impossible tant qu’Henri le Querelleur était en vie, mais, lorsqu’il disparut en 995, plus rien ne s’y opposa. En 996, le fils de Géza, Vajk (baptisé du nom d’Étienne), épousa Gizella, fille d’Henri le Querelleur, et devint ainsi le beau-frère d’Henri IV, le nouveau duc de Bavière. Ce mariage apporta aux Bavarois des territoires considérables à l’est sur les deux rives du Danube, si bien que la ligne Morava-Leitha constitua désormais pour des siècles la frontière entre les États hongrois et germanique.

4En épousant Géza, Sarolt avait sans doute apporté la religion chrétienne de rite oriental que Hierothéos propagea en Transylvanie. On peut supposer que c’est Géza qui désigna le château de Veszprém comme résidence de la cour de la princesse, épouse du souverain. Des indices montrent que la charte de fondation de l’abbaye de Veszprém, le seul diplôme en grec de l’ensemble des écrits du Moyen Âge hongrois, a été établie par Géza qui se désigne lui-même dans ce document sous le nom d’Étienne (Stephanos), d’une part pour son épouse, d’autre part pour sa fille que Gavril-Radomir avait répudiée. Des auteurs contemporains ont noté d’intéressants traits de la personnalité dynamique de Sarolt : elle buvait énormément, était une remarquable cavalière, elle a tué un homme dans un mouvement de colère ; « elle tenait en mains le pays tout entier, gouvernant elle-même son époux et ce qui appartenait à son époux. »

5Les dernières années de la vie de Géza apportèrent un tournant important dans la politique religieuse. Vers 995, Adalbert, évêque de Prague, a certainement séjourné en Hongrie. Son activité de missionnaire dans le pays fait l’objet d’une controverse. Une source lui attribue même la conversion de Vajk. C’est à la fin de sa vie que Géza a dû entreprendre la fondation de l’abbaye bénédictine de Pannonhalma. Il était encore en vie quand les compagnons et les disciples d’Adalbert commencèrent à s’établir en Hongrie. Le premier abbé de Pannonhalma, le Tchèque Radla, arriva en 996. Dans la suite de Gizella se trouvaient des prêtres bavarois (de Ratisbonne), aussi son mariage avec Étienne contribua-t-il à renforcer la religion chrétienne romaine en Hongrie. Il est possible que l’évêché de Veszprém ait lui aussi été créé dans les dernières années de vie de Géza. Nous disposons d’une source selon laquelle Gizella en est la fondatrice, ce qui permet éventuellement de relier cette fondation à l’activité en Hongrie des prêtres venus d’Occident. Par l’intermédiaire de son épouse, Étienne se trouva étroitement lié au monde bavarois et à l’Église romaine. Gizella amena de Bavière non seulement des prêtres, mais aussi des chevaliers, qui furent bientôt extrêmement utiles à Étienne puisqu’à la mort de Géza, en 997, Koppány se souleva contre lui.

(Saint) Étienne Ier, le roi couronné

6Koppány, fils de Tar Szerénd, descendant des Árpád, n’accepta pas la décision de Géza désignant son fils Étienne comme successeur au trône de grand-prince. En tant que membre le plus âgé de la maison des Árpád, qui, en raison du partage avec Géza, régnait sur la région de Somogy s’étendant au sud du lac Balaton jusqu’à la Save, il demanda, conformément à l’antique coutume païenne du lévirat, la main de Sarolt, mère d’Étienne, la princesse veuve, revendiquant ainsi le pouvoir suprême. Entre le jeune grand-prince et Koppány, son parent assoiffé de pouvoir, l’affrontement était inévitable. Étienne disposait d’un considérable appui germanique. On a identifié les nobles qui lui apportèrent leur aide : Vecelin (Vencellin), originaire de Wasserbourg au bord de l’Inn, Hont et Pázmány venus de Souabe probablement sous le règne de Géza. Étienne partit d’Esztergom avec son armée, Koppány marcha à sa rencontre en contournant le Balaton. Son armée rassemblait principalement des Hongrois qui craignaient qu’Étienne ne rogne leurs libertés et enviaient ses alliés germaniques pour leur puissance et leur influence grandissante. En outre, leurs dispositions païennes les amenaient également à s’opposer à Étienne qui, dans un esprit chrétien, marchait sous la bannière de saint Martin. Le soulèvement de Koppány peut donc être considéré comme une lutte hégémonique à l’intérieur de la tribu d’Árpád, destinée à déterminer dans quelle direction devrait évoluer la moitié occidentale du bassin des Carpates. Dans cette opposition, Étienne représentait l’organisation étatique et le christianisme, Koppány la liberté tribale et le paganisme. La bataille décisive fut livrée près de Veszprém, résidence de Sarolt et à présent de Gizella, et s’acheva par la victoire d’Étienne et des Allemands qui lui apportaient leur soutien.

7Châtiments et récompenses furent à la mesure de l’enjeu de cette lutte. Étienne fit couper en quatre le corps de Koppány tué au combat, selon la tradition, par Vecelin, et fit exposer les morceaux en quatre points du bassin des Carpates. Trois d’entre eux furent cloués au portail d’importantes forteresses de Transdanubie septentrionale, Esztergom, Veszprém et Gyὄr. Étienne envoya le quatrième morceau en Transylvanie où son oncle Gyula, frère de Sarolt, exerçait en fait le pouvoir indépendamment du grand-prince. Étienne châtia les aristocrates hongrois qui « s’étaient ralliés au duc Koppány et dédaignaient la foi et la chrétienté » en les réduisant à la servitude. Il fit aussi expier à toute la population de Somogy le fait d’avoir soutenu Koppány. Ce territoire ne fut pas assujetti à l’évêché de Veszprém qui existait déjà à cette époque mais à l’abbaye de Pannonhalma. En revanche, Étienne récompensa princièrement les Allemands qui l’avaient soutenu. Les descendants de Hont et de Pázmány, membres de la future maison des Hontpázmány, compteront parmi les plus riches aristocrates du pays. En remportant la victoire sur Koppány, Étienne fit la preuve de ce qu’il détenait le pouvoir suprême sur la moitié occidentale du bassin des Carpates, et qu’il était fermement déterminé à étendre son pouvoir à l’ensemble du pays. Il lui fallait pour cela une reconnaissance internationale, le temps était venu pour lui d’être couronné roi.

8Les controverses concernant le couronnement d’Étienne Ier et la couronne elle-même n’ont pas trouvé jusqu’à ce jour de point d’entente. Au sujet des insignes de pouvoir, nous disposons de deux informations pratiquement contemporaines. Selon l’une, « Vajk, beau-frère d’Henri, duc de Bavière, ayant fondé des évêchés dans son pays, reçut couronne et bénédiction par la grâce de l’empereur et sur son exhortation. » Toutefois cette source ne dit pas qui est le donateur de la couronne. Cela se comprend si l’on considère que la question de savoir si le souverain hongrois a reçu sa couronne du pape ou de l’empereur, c’est-à-dire quelle autorité lui a conféré la légitimité du pouvoir et la reconnaissance internationale, n’acquit d’importance politique qu’après 1070, c’est-à-dire après le début de la Querelle des investitures. C’est précisément pourquoi les documents postérieurs à 1070 (par exemple la Légende de saint Étienne rédigée par l’évêque Hartvik) ne sont pas d’emblée exempts de tout soupçon de détournement des faits. L’autre source concernant le couronnement d’Étienne ne parle pas de la couronne. En revanche, elle évoque le fait que l’empereur Otton III était le parrain de Géza, que le souverain germanique permit à Géza de posséder librement son pays et de porter la Sainte Lance, et qu’il donna une relique de la lance de saint Maurice en sa possession pour que Géza l’incruste dans sa propre lance. Même si cette information n’est pas incontestable, il n’en reste pas moins que dans les sources contemporaines, la lance figure parmi les insignes du pouvoir d’Étienne Ier au même titre que la couronne. La toute première monnaie frappée par Étienne Ier (provenant du trésor de Nagyharsány) porte l’inscription circulaire lancea regis, « la lance du roi », et sur l’avers apparaît une lance ailée (munie d’un drapeau). Une lance de même type est représentée sur le manteau du couronnement.

9Les événements qui ont précédé le couronnement peuvent être reconstitués de la manière suivante. En 998-999, après avoir vaincu Koppány, Étienne entreprit des démarches à la cour du pape pour obtenir la couronne et être admis au sein de l’Europe chrétienne. Il a dû se tourner délibérément vers le pape car il craignait à juste titre, s’il s’adressait à l’empereur, que son pays (encore limité à la partie occidentale du bassin des Carpates) soit obligé de devenir vassal de l’Empire ottonien. Vers la fin de l’an 1000, Étienne reçut du pape Sylvestre II une lettre de bénédiction et la couronne (selon la représentation figurant sur le manteau de couronnement, il s’agissait d’une couronne circulaire ornée de pierres précieuses et de trois fleurs de lys). Toutefois, il ne faut pas négliger l’information selon laquelle couronne et bénédiction lui furent adressées par la grâce et sur l’exhortation de l’empereur (Otton III). En effet, en 999, par la volonté du jeune empereur, son précepteur Gerbert, originaire d’Aurillac en Aquitaine, était devenu pape sous le nom de Sylvestre II ; Otton III espérait trouver en lui un allié disposé à mettre l’autorité papale au service de ses projets visant à renforcer le pouvoir impérial. Il pensait que le maître du « Saint-Empire romain germanique » était l’empereur, la souveraineté du pape se limitant au domaine religieux. De plus, nous savons que dans la seconde moitié de l’an 1000 et au début de l’an 1001, période déterminante du point de vue de l’octroi de la couronne, Otton III séjournait à Rome, où Sylvestre II résidait également. Il a ainsi certainement eu connaissance de l’ambassade que les Hongrois avaient envoyée au pape. Il est par conséquent probable que l’envoi des insignes de la royauté au grand-prince hongrois ne s’est pas fait à l’insu d’Otton, mais qu’au contraire celui-ci y encouragea le pape. Le souverain germanique a dû être rassuré en voyant que les redoutables ennemis de son grand-père demandaient à être admis au sein de la chrétienté. Eu égard à leur entente parfaite, peu importait à Otton III et à Sylvestre II de savoir lequel d’entre eux accéderait à la requête des Hongrois. Ils ont certainement agi ensemble au sens large du terme, peut-être précisément comme notre source contemporaine le laisse entendre : c’est certes par la grâce et sur l’exhortation de l’empereur, mais en fin de compte par le pape, que fut envoyée la couronne avec laquelle Étienne fut sacré le premier jour du nouveau millénaire (ou le 25 décembre de l’an 1000). L’octroi de la couronne au tournant du millénaire ne s’accompagna d’aucune revendication de suzeraineté, ni de la part de l’empereur, ni de la part du pape. Cet acte contribua en même temps à accroître considérablement l’autorité d’Étienne et à lui acquérir la reconnaissance internationale de ses mérites dans la propagation de la foi chrétienne.

La constitution de l’État par (saint) Étienne Ier

10Les souverains du Moyen Âge chrétien manifestaient la suprématie de leur pouvoir par le fait qu’ils battaient monnaie, promulguaient des lois et délivraient des chartes. En ce qui concerne la monnaie d’Étienne Ier, de nombreuses questions restent en suspens. Dans l’état actuel de la recherche, on ne connaît que deux sortes de pièce, dont la plus ancienne serait le denier. Sur l’avers figure l’inscription circulaire lancea regis, et au milieu, une main tenant la lance ailée. Sur le revers se trouvent l’inscription REGINA CIVITAS(littéralement « ville royale »), la représentation d’une église ainsi que quatre caractères dont le sens n’a pas été élucidé. Cette monnaie a été fabriquée sur le modèle germanique. Son poids moyen correspond à celui des deniers frappés entre 995 et 1002 par le duc de Bavière Henri IV, beau-frère d’Étienne. L’inscription du revers suit le modèle de REGINA CIVITAS (« Regensburg », Ratisbonne) que portaient les pièces frappées dans cette ville. Le motif d’église (ou de chapelle) se trouve également sur des monnaies germaniques. Mais comme il ne reste qu’un très petit nombre de ces deniers (quelques spécimens en dehors du trésor de Nagyharsány), il se peut qu’on n’en ait pas frappé beaucoup. Selon toute vraisemblance, ils ont été émis à l’époque du couronnement. L’autre monnaie d’Étienne Ier est l’obulus (demi-denier). L’avers porte l’inscription stephanus rex (« le roi Étienne »), le revers REGIA CIVITAS (« cité royale »), qui se rapporte probablement à la ville d’Esztergom. On ne lui connaît pas de modèle germanique précis mais il se trouve que son poids correspond à celui des monnaies frappées par Henri IV, beau-frère d’Étienne, entre 1009 et 1014. Il en reste un grand nombre, ce qui indique que cette monnaie avait cours dans tout le pays. Contrairement aux pièces rapportées des incursions au xe siècle, l’obulus d’Étienne Ier n’était pas percé et ne servait pas de bijou ni d’ornement vestimentaire mais uniquement de monnaie d’échange, conformément à sa destination première. L’obulus a certainement circulé dans les mains de ceux qui pratiquaient le commerce intérieur, encore modeste à l’époque d’Étienne, puis il a dû servir au paiement de l’impôt « de denier » probablement institué par le souverain. De même, les marchands devaient acquitter les droits de péage en espèces. Dans les cimetières « populaires », on a trouvé dans la bouche des défunts ou auprès d’eux des obulus destinés selon la croyance à assurer leur subsistance au cours de leur voyage dans l’au-delà. Mais les demi-deniers d’Étienne Ier avaient une remarquable teneur en argent, si bien qu’ils ne tardèrent pas à circuler dans le commerce européen. On en a retrouvé dans de nombreux pays d’Europe du nord (en Saxe, en Pologne, dans les pays de la Baltique et en Scandinavie), et ils présentaient un tel intérêt qu’ils furent même falsifiés.

11Un autre trait distinctif du souverain est son rôle de législateur. Selon la tradition de manuscrits ultérieurs, Étienne Ier rédigea deux codes juridiques. Ou plus exactement, l’ensemble des lois qu’il a promulguées en plusieurs occasions a été compilé par la suite en deux recueils, comme en témoigne aussi le fait qu’à l’origine, les lois d’Étienne avaient un champ d’application plus étendu et étaient plus complètes que ce qui ressort des textes que nous connaissons aujourd’hui. Le premier recueil est essentiellement un code pénal, le second a un caractère complémentaire. Les articles 1 à 5 du premier code correspondent mot pour mot à des décisions synodales et recueils de lois des Francs du ixe siècle. D’autres articles sont formulés selon la connaissance qu’on avait du droit bavarois (Lex Baiuvariorum) ou d’autres lois et décisions synodales d’Occident. C’est surtout la phraséologie du premier recueil qui rappelle les tournures des documents occidentaux de l’époque. Dans l’avant-propos de ce recueil, Étienne Ier indique lui-même qu’il a légiféré « en suivant l’exemple des anciens et nouveaux empereurs ». Mais les questions abordées par ses lois et les problèmes qu’elles reflètent sont spécifiquement hongrois. C’est ce qui assure l’autonomie des lois d’Étienne Ier en dépit du fait qu’il ait suivi le modèle germanique.

12Dans le premier recueil, qui contient 35 articles édictés immédiatement après le couronnement, on décèle aisément la structure du système social qui a présidé à la rédaction. Les premiers articles concernent des affaires ecclésiastiques, ils prennent des dispositions pour la protection des biens de l’Église, statuent sur le rôle de l’évêque, le sacerdoce des prêtres et protègent les membres du clergé contre le témoignage de laïcs et de non chrétiens. Les articles suivants statuent sur la libre jouissance des biens personnels et la protection des possessions royales. Viennent ensuite les règlements concernant la religion chrétienne et le respect de ses obligations (le respect du dimanche, le jeûne, la confession), ainsi que la conduite pieuse à adopter au cours de la messe. Les actes de violence : le meurtre (y compris l’uxoricide), l’usage de l’épée avec une intention agressive, l’incendie volontaire, la violation du domicile sont condamnés. Un article à part prescrit le châtiment des traîtres. Le code énumère en détail les droits des seigneurs sur leurs gens : un seigneur peut affranchir ses serfs, mais pas ceux d’autrui. Les serfs ne doivent pas porter d’accusations contre leur seigneur ni témoigner contre lui. Un homme libre ne peut pas être réduit à la servitude. La loi statue sur l’hospitalité due aux guerriers et aux colons étrangers invités dans le pays par le roi (hospites) et interdit de faire obstruction à la recherche de soldats ou de serfs fugitifs. Les mesures concernant la famille constituent une unité à part : protection des veuves et des orphelins, mariage entre serfs et libres, dissolution du mariage par suite du départ de l’époux à l’étranger, vols commis par les femmes mariées. Enfin, il prescrit le châtiment des magiciens et sorcières.

13Le second recueil, qui contient 22 articles, commence par l’obligation de construire une église pour dix villages. Il assure ensuite de nouveau à chaque individu la libre disposition des biens personnels. Deux articles concernent les conjurations visant à assassiner le roi lui-même ou ­l’incitation à la haute trahison. Si on les considère comme le règlement juridique des agissements de Vazul, on peut conclure que le deuxième recueil ou le groupe des articles en question est postérieur à 1031. L’article qui impose le paiement de la dîme est un des plus connus de ce recueil. Un certain nombre d’articles complètent le contenu du premier code et le détaillent en de nombreux points (meurtre, affranchissement des serfs appartenant à autrui, vol, abus de l’épée, relations entre l’ispán et les guerriers, etc.), tandis que d’autres définissent la situation de chacun devant la loi et le châtiment des conjurés. Bien que les textes de ces lois donnent parfois l’impression d’exprimer exclusivement la volonté souveraine d’Étienne Ier, diverses allusions faites dans les deux recueils au Conseil royal (senatus) et à différentes assemblées royales montrent que ces lois ont été édictées dans le cercle restreint du corps des conseillers du roi.

14Outre la charte de fondation de Veszprém qui peut être attribuée à Géza-Étienne, neuf documents portant le nom d’Étienne Ier sont parvenus à notre époque. La plupart ont manifestement été fabriqués entre le xiiie et le xviie siècle. Certains contiennent des éléments qui peuvent remonter au xie siècle (l’époque d’Étienne Ier). Il reste en tout trois chartes du temps d’Étienne qui certes ne sont pas les originaux mais reflètent assez bien l’esprit des chartes rédigées par le roi. L’influence germanique y est évidente. La rédaction de documents en langue latine en Hongrie est étroitement liée à la succession de 1002 au trône germanique. À la mort d’Otton III, Henri IV, duc de Bavière et beau-frère d’Étienne, lui succéda sous le nom d’Henri II. Il destitua de l’évêché de Cologne le chancelier Heribert, qui désapprouvait sa politique, et, du même coup, la plupart des copistes furent congédiés. La charte de Pannonhalma de 1002 est due à la plume d’un notaire d’Heribert. Les chartes de Pécs et de Veszprém édictées par Étienne Ier furent également rédigées par un membre de la chancellerie de l’empereur germanique. La charte de Pécs fut rédigée par un copiste d’Egilbert, successeur d’Heribert, et celle de Veszprém, par un clerc italien qui devait également appartenir à l’origine à la chancellerie d’Otton III.

15La monnaie, les lois et les chartes d’Étienne Ier présentent indiscutablement une forte influence germanique. On peut parfaitement comprendre qu’il ait eu recours à une aide extérieure puisque les spécialistes de la frappe de monnaies, de la rédaction de lois et de chartes devaient être des religieux sachant le latin et versés en droit, et qu’il n’y en avait pas encore en Hongrie à cette époque. L’Empire germanique a naturellement servi de modèle, puisque le beau-frère du roi de Hongrie était le souverain du duché voisin de Bavière, puis de tout l’Empire à partir de 1002. Mais il n’a fourni que le modèle, la forme, tandis que l’essentiel, le contenu restait spécifiquement hongrois. Les obuli d’Étienne furent créés pour les besoins intérieurs du pays. Ses lois reflétaient des problèmes inhérents à la vie en Hongrie, ses chartes accordaient des droits dans des affaires hongroises. La souveraineté d’Étienne Ier, son indépendance vis-à-vis de l’Empire germanique s’exprime aussi dans le fait que ses chartes, bien que rédigées par des clercs de la chancellerie impériale, n’ont pas été datées en fonction du règne ni de l’empereur, ni du pape, comme c’était l’usage à l’époque dans les pays vassaux. Étienne Ier a eu le mérite, tout en recourant à l’assistance de l’Empire germanique et en suivant ses modèles, d’assurer l’indépendance de la Hongrie vis-à-vis de son puissant voisin.

16Jusque dans les premières années du xie siècle, la Hongrie d’Étienne Ier, le territoire où il exerçait désormais un pouvoir illimité, ne représentait que la partie occidentale du pays. Il est vrai qu’en tant que roi, il revendiquait de régner sur l’ensemble du bassin des Carpates, mais la partie orientale du pays lui résistait. Afin de devenir effectivement roi de Hongrie, Étienne devait mettre au pas les états tribaux qui s’opposaient à lui. Sa première action fut dirigée en 1003 contre le Gyula de Transylvanie qui avait fait alliance avec l’Empire byzantin. La seule information dont nous disposons à ce sujet est une source étrangère contemporaine selon laquelle « Étienne, roi de Hongrie, marcha avec son armée contre son oncle maternel, le roi Gyula, qu’il captura avec son épouse et ses deux fils, et dont il força le pays (regnum) à se convertir au christianisme ». La chronique hongroise ajoute une importante remarque à cette information : le roi Étienne « rattacha à la monarchie de Hongrie le très vaste et très riche pays (regnum) » de Gyula. L’armée royale était vraisemblablement placée sous le commandement de Doboka, parent d’Étienne. Gyula, également connu sous le nom de Prokuj, s’évada par la suite, et se réfugia auprès de Boleslas le Preux en Pologne, où Étienne Ier eut la générosité de permettre à son épouse de le rejoindre.

17Après la guerre contre Gyula, la chronique hongroise décrit le combat victorieux d’Étienne Ier contre Kean, prince (dux) des Bulgares et des Slaves, qui régnait sur des peuples habitant une région protégée naturellement. Selon certains chercheurs, ce Kean était le tsar bulgare qu’Étienne Ier affronta effectivement, comme en témoigne une autre source. D’autres sont d’avis qu’il faut chercher Kean dans le bassin des Carpates, et voient en lui le chef d’une sorte d’État tribal d’origine bulgare, mais magyarisé au cours du xe siècle, que ses sujets bulgares devaient appeler kagan (d’où le nom de Kean), et ses sujets slaves vajda (voïvode). Ce Kean du sud de la Transylvanie a probablement été vaincu immédiatement après la campagne contre Gyula. Les Hongrois noirs païens de la région du Danube et de la Drave furent également convertis de force, et en 1008-1009, Étienne Ier mit en œuvre des forces militaires pour les assujettir. Mais d’autres moyens que le combat en armes lui permirent de prendre possession de la partie orientale du pays. Il est certain qu’en mariant sa jeune sœur à Samuel Aba, chef de la tribu des Kavars du Matra, il obéit à des desseins politiques. Par cette union, il s’attacha la personne de Samuel Aba (à qui il confia par la suite la charge d’ispán [comte] de sa cour, qui deviendrait ensuite celle du nádorispán [comte palatin]), et, après avoir associé le chef des Kavars au pouvoir du pays, il étendit sa suprématie à leur territoire. La propagation de la religion chrétienne lui ouvrit le territoire de Vata. La conversion de celui-ci permit à Étienne Ier de s’implanter dans la région des rivières Körös.

18À la fin des années 1020, une seule tribu lui résistait encore, celle d’Ajtony. Nous disposons de données relativement nombreuses concernant Ajtony et, à travers lui, l’État tribal hongrois des xe et xie siècles. Sa capitale, Marosvár (par la suite Csanád), était située sur les bords du Maros. Il devait sa puissance en premier lieu à son cheptel. Il possédait un nombre considérable de chevaux élevés en plein air, et ses bergers conduisaient d’innombrables troupeaux de moutons et de chèvres. Il était à la tête d’une société organisée en classes. Son pouvoir reposait sur la masse des guerriers et des nobles à son service, donc des éléments libres qui constituaient une grande partie de la population. Il avait aussi des terres et des manoirs. Ajtony avait établi des douaniers le long du Maros jusqu’à la Tisza, douaniers qui percevaient des droits sur le sel qu’Étienne Ier faisait acheminer par bateaux sur le Maros. Enorgueilli par sa puissance, il n’avait aucun respect pour le roi Étienne Ier, le méprisait même et s’opposait à lui en tout. « Il avait acheté sa puissance aux Grecs » : après 1002, quand Vidin fut tombé aux mains de l’Empire byzantin, il se convertit par calcul politique à la religion chrétienne de rite oriental et fonda à Marosvár un monastère où il installa un prieur et des moines grecs. Sa conviction religieuse n’était certes pas profonde puisque, même après s’être converti, il avait encore sept épouses. Dans l’une de nos sources le territoire d’Ajtony est désigné par le terme de royaume (regnum).

19La date de sa défaite est encore controversée : on la situe en 1003-1004, en 1008 ou 1014-1015, mais la date de 1028 est la plus vraisemblable. On sait en effet que Gérard (Gellért), le premier évêque du diocèse de Csanád fondé sur le territoire d’Ajtony, a été consacré en 1030. C’est également à cette date que fut fondé l’évêché de Csanád, et on peut supposer que la défaite d’Ajtony n’a pas été bien antérieure à cet événement. L’armée royale qui marcha contre Ajtony était commandée par Csanád, fils de Doboka. La première bataille fut remportée par Ajtony près de Marosvár. Csanád se retira jusqu’à la Tisza mais, le lendemain, il remporta la bataille décisive de Nagyösz, au cours de laquelle Ajtony perdit la vie. À la fin des années 1020, Étienne Ier avait donc soumis le dernier État tribal qui lui résistait, et était devenu le véritable souverain de Hongrie, c’est-à-dire de l’ensemble du bassin des Carpates.

20Sur les territoires où son pouvoir s’exerçait déjà à l’origine, puis dans ceux dont il s’empara au cours de la lutte pour la constitution de l’État, Étienne Ier entreprit l’organisation administrative en comitats, ainsi que l’organisation de l’Église. L’origine des comitats hongrois se perd dans la nuit des temps. Certains chercheurs la voient dans le comitatus des Francs (en allemand Gau), ou dans le zsupa des Slaves, d’autres dans les territoires des clans du xe siècle. On a également remarqué une certaine analogie entre les comitats hongrois et le comitatus de Lombardie-Italie. Mais dans trois pays d’Europe centrale, en Hongrie, en Bohême et en Pologne, on observe la même transformation de la structure administrative centrée sur les châteaux (várrendszer) en une organisation territoriale, sans qu’aucun de ces pays n’ait docilement reproduit le modèle des autres. On peut donc supposer à juste titre qu’en Europe centrale, et donc en Hongrie, la création de circonscriptions dépendant d’une place forte (várkerület) s’est effectuée de manière autonome, et que l’analogie que présentent ces institutions, sans être réellement apparentées, est due à des situations et circonstances historiques comparables, ainsi qu’à la similitude des tâches incombant à ces unités. Mais il est pratiquement indiscutable que la création des comitats, c’est-à-dire d’une administration basée sur le territoire, revienne à l’initiative de Germains venus en Hongrie. D’ailleurs la terminologie en est latino-franque. Toutefois, Étienne Ier n’a pas reproduit le comitatus bavarois, mais il a adapté son organisation administrative à l’état de développement embryonnaire de la Hongrie à cette époque.

21Dès le début du xie siècle, les domaines dépendant d’une place forte avaient une double fonction. D’une part, et c’est cet aspect qui fut généralisé par la suite, le territoire appartenant à certaines forteresses formait avec elles un bloc d’un seul tenant délimité par une frontière. Cette fonction est indiquée par le sens originel du mot hongrois désignant le comitat : vármegye, « frontière de la forteresse ». D’autre part, dans le cas d’autres places fortes, leurs terres ne leur étaient pas toutes attenantes, et ces domaines étaient alors constitués de différents éléments parfois très disséminés. La terminologie latine désigne les deux types d’organisation le plus souvent du nom de comitatus, bien qu’elle utilise aussi d’autres termes (par exemple parochia, provincia, etc.). La disposition compacte ou disséminée du territoire n’est pas la seule différence entre ces deux types. Le territoire du comitat comprenait aussi toutes les terres situées à l’intérieur des frontières de la circonscription dépendant d’une forteresse, outre des biens relevant de la couronne (terres dépendant de châteaux ou de manoirs), des biens de l’Église et les propriétés de seigneurs terriens. L’ispán qui le gouvernait exerçait un pouvoir administratif et juridique sur l’ensemble du comitat. Il était en même temps l’ispán du château, c’est-à-dire qu’il se trouvait à la tête de l’ensemble des propriétés qui étaient directement rattachées à la forteresse lors de la constitution du comitat. En d’autres termes, l’ispán ne remplissait pas seulement des fonctions d’État sur l’ensemble du comitat mais, en vertu du pouvoir que lui avait conféré le roi en le nommant, il exerçait aussi des droits seigneuriaux sur les propriétés (en deçà et au-delà des frontières du comitat) et gens dépendants du château placés sous son administration. À côté du comitat se développa donc un autre organisme étroitement lié au château, appelé várispánság (« comitat de château »*) en hongrois, ayant à sa tête l’ispán du château (qui était en même temps l’ispán du comitat) et les dignitaires qui l’assistaient (le hadnagy [lieutenant] responsable des affaires militaires, le várnagy, régisseur ou bailli du château et l’ispán de la cour qui rendait la justice à l’intérieur du domaine), ainsi que les officiers commandant les soldats à la disposition du château (les iobagiones castri, et les sous-officiers placés respectivement à la tête de dix et de cent soldats).

22Les premiers comitats dont les sources font état ont été créés dans la moitié occidentale du bassin des Carpates. Lorsque Étienne Ier subordonna Somogy et sa population à l’abbaye de Pannonhalma en 1002, c’est en tant que comitat délimité par une frontière. Les comitats de Veszprém, de Fejér, de Kolon (par la suite Zala) et de Visegrád existaient probablement en 1009. Des données attestent également que le comitat de Nitra existait à l’époque d’Étienne Ier. Le nom même du comitat de Hont est la preuve qu’il est contemporain d’Étienne : Hont, qui en fut le premier ispán, est ce chevalier souabe qui lui apporta son soutien armé au cours des combats contre Koppány. Les comitats des Árpád situés en Transdanubie servirent de modèles à ceux qui furent ensuite institués dans la partie orientale du pays. La création du comitat de Doboka dans le nord de la Transylvanie a certainement suivi la défaite de Gyula en 1003. Son premier ispán fut probablement Doboka, le père de Csanád qui a vaincu Ajtony. Le comitat d’Újvár, et peut-être plusieurs autres, a été formé sur le territoire des Kavars. Un découpage ultérieur pratiqué au xiiie siècle a eu pour résultat la création des comitats d’Abaúj, de Heves et de Sáros. Sur le territoire de Kean dans le sud de la Transylvanie fut créé un seul grand comitat, celui de Fehér. Son premier ispán était appelé vajda (voïvode) par ses sujets d’origine bulgare slave. C’est probablement de là que vient la dignité de voïvode qui engloba par la suite toute la Transylvanie. Le comitat de Csanád fut constitué sur le territoire d’Ajtony qui s’étendait de la région des Körös jusqu’au Danube inférieur. On a tout lieu de penser que l’ensemble de ce territoire, c’est-à-dire la totalité du diocèse de Csanád, dépendait à l’origine de l’administration du comitat du même nom, et que la demi-douzaine de comitats qui s’y trouvèrent par la suite ont aussi résulté d’un découpage ultérieur. Ainsi apparaît-il clairement que les comitats d’Étienne Ier représentaient des territoires étendus.

23Les sources font état d’un autre type particulier de comitat existant à l’époque d’Étienne Ier et de ses successeurs au xie siècle : la marche (marchia, en hongrois határvármegye, « comitat de frontière ») dont la principale tâche consistait à défendre les frontières. La majorité des comitats ­d’Étienne Ier était de ce type. L’existence des marches est due à la disposition géographique des comitats de l’époque d’Étienne Ier, qui se déployaient en éventail à partir du centre du pays, en englobant les régions périphériques. C’était par exemple le cas de Doboka et d’Újvár qui s’étendaient jusqu’aux Carpates, de Csanád jusqu’au Danube inférieur, de Somogy et de Kolon (qui s’étendaient au-delà de la Drave et de la Mura) en Transdanubie, de Nitra (qui s’étendra par la suite jusqu’à la Morva, frontière naturelle du pays) ou de Hont (qui devait s’étendre au xie siècle ­jusqu’à Liptau) en Haute-Hongrie. Le terme latin de marchia est resté comme nom de l’archidiaconé de Sirmie (Szeremség). En édifiant l’organisation des comitats sur les possessions royales, Étienne Ier créa dans l’ensemble du pays un système institutionnel basé sur le territoire, un appareil qui, en la personne de l’ispán, réunissait de manière pratiquement indissociable sur le territoire du comitat la double représentation du roi en tant que dirigeant politique du pays, et en tant que seigneur le plus puissant. Ce n’est pas par hasard qu’Étienne Ier choisit de confier les plus hautes charges de son État à des membres de sa famille. Son beau-frère Samuel Aba devint ispán du palais royal, Doboka et Csanád furent nommés ispán des comitats qui portent leur nom, Zoltán se vit confier le comitat de Fehér en Transylvanie. Les liens de dépendance personnelle assuraient à Étienne Ier que ses idées seraient respectées dans l’organisation des comitats. Cette circonstance particulière, la suprématie des biens et des intérêts du roi à l’intérieur du comitat, a fait que ce modèle de comitat créé par Étienne Ier, resté presque intact pendant près de deux siècles et demi, porte le nom de comitat royal.

Organisation de l’Église et politique extérieure d’Étienne Ier,
la succession au trône

24L’implantation de l’Église romaine en Hongrie est en majeure partie l’œuvre d’Étienne Ier. La tradition lui attribue la création de dix évêchés, mais on a pu dater exactement la fondation de seulement deux d’entre eux : Pécs en 1009 et Csanád en 1030. Il en ressort que l’organisation des évêchés a dû s’étendre sur une assez longue période. L’histoire de Veszprém remonte probablement à l’époque de Géza, mais c’est du diocèse d’Esztergom qu’Étienne Ier fit le « chef et surveillant » de tous les autres, c’est-à-dire qu’il en fit un archevêché, selon toute vraisemblance en 1001, immédiatement après le couronnement. On comprend parfaitement qu’il ait donné la préférence à sa propre capitale (par ailleurs, sa ville natale) plutôt qu’à la résidence de la reine. La basilique d’Esztergom fut consacrée à saint Adalbert, dont les compagnons et disciples avaient été les plus actifs dans la première phase d’organisation de l’Église en Hongrie. C’est d’abord en Hongrie occidentale que des évêchés furent fondés. Après Veszprém et Esztergom, ce fut le tour de Gyὄr. La charte de fondation de l’évêché de Pécs dont la création est vraisemblablement liée à la conversion des Hongrois noirs, date de 1009. Nous savons avec certitude que Bruno de Querfurt, proche d’Adalbert, est venu en Hongrie à deux reprises dans la première décennie du xie siècle pour accomplir une mission d’évangélisation. Il a eu connaissance de la légation papale envoyée aux Hongrois noirs en 1009, or c’est précisément en 1009 qu’Azo, légat du pape, consacra l’évêché de Pécs. Par conséquent, il est évident qu’on peut localiser dans ce diocèse aussi bien l’habitat des Hongrois noirs, que les données datant de la première décennie du xie siècle qui concernent leur conversion.

25La création des évêchés de Hongrie orientale a résulté du succès des combats livrés pour la constitution de l’État. Le diocèse de Transylvanie a ceci de particulier que sur ce territoire existait depuis les années 950 un évêché apostolique de rite oriental. Après avoir vaincu Gyula en 1003, Étienne Ier fonda sur le territoire de son état tribal un évêché de rite romain. L’évêque apostolique oriental dut fuir la Transylvanie mais des sources byzantines ultérieures évoquent le métropolite de Turquie (Hongrie), qui toutefois portait ce titre sans diriger effectivement le diocèse. Quant au diocèse fondé par Étienne Ier, il rappelle son « prédécesseur » en ce qu’il est le seul en Hongrie à porter le nom de la province et non celui de son centre épiscopal. La fondation de l’évêché d’Eger n’est certainement pas antérieure au mariage de Samuel Aba avec la sœur cadette du roi Étienne, et se situe par conséquent entre 1005 et 1010. La création de l’évêché de Kalocsa reste une question non résolue. Elle peut être liée à la conversion des Hongrois noirs, ce qui permettrait de la situer à la fin de la première décennie du xie siècle. En conclusion, il est sûr qu’au plus tard en 1010, il existait déjà sept diocèses : Veszprém, Esztergom, Gyὄr, Pécs, celui de Transylvanie, Eger et Kalocsa. En ce qui concerne trois autres évêchés, Csanád, Vác et Bihar, il n’est pas certain qu’ils soient apparus à l’époque d’Étienne Ier mais on ne dispose de données qu’à propos de celui de Csanád. Il a été institué en 1030 sur le territoire d’Ajtony, après la défaite de celui-ci. Le premier évêque en fut Gérard, originaire de Venise. Les évêchés de Vác et de Bihar ont probablement été fondés en même temps que Csanád à la fin du règne ­d’Étienne Ier mais il est permis de penser qu’il s’agit de fondations ultérieures.

26Les premières paroisses ont été créées dans les chefs-lieux des ispáns. Au cours de leur évolution sur un siècle, jusqu’à l’époque de Coloman (Kálmán), les desservants de ces paroisses devinrent des archidiacres, et les archidiaconés formèrent une organisation apparentée à celle des comitats. Ce n’est qu’au moment de la rédaction de son second recueil de lois qu’il fut possible à Étienne Ier de prescrire la création des paroisses : des églises devaient être construites à raison d’une pour dix villages qui veillaient à leur entretien (en mettant à la disposition de leurs desservants une maison, des serviteurs, des chevaux, des vaches). Le roi pourvoyait aux vêtements sacerdotaux et objets du culte. L’évêque fournissait les prêtres et les livres liturgiques. La participation active du roi et sa sollicitude particulière étaient sensibles à tous les échelons de l’organisation de l’Église en Hongrie, depuis l’évêché jusqu’aux paroisses villageoises. La fondation du chapitre collégial le plus ancien, la prévôté de Székesfehérvár, est liée au nom d’Étienne Ier. Dans l’histoire de la nation hongroise, Székesfehérvár n’a acquis une certaine importance que dans la seconde moitié du règne d’Étienne Ier. Elle est devenue la deuxième ville ecclésiastique après Esztergom et fut même par la suite le sanctuaire dynastique (lieu de sacre et sépulture) des rois de Hongrie. Sur le modèle des Francs Étienne Ier éleva l’église de Székesfehérvár au rang de chapelle royale, la soustrayant à l’autorité de l’évêque. La construction de l’abbaye de Pannonhalma commencée sous Géza, et sa consécration en 1002, se rattachent au nom d’Étienne, ainsi que la fondation de monastères bénédictins : l’abbaye de Zalavár en 1019, celle de Pécsvárad en 1038, et l’abbaye de Bakonybél, probablement dans la seconde moitié du règne d’Étienne Ier. Il se peut qu’il ait également fondé l’abbaye de Zobor, ainsi que le couvent de religieuses de Somlóvásárhely.

27L’organisation de l’Église par Étienne Ier n’a évidemment abouti qu’à en jeter les bases. Sous le règne de ses successeurs, elle s’est étendue et équilibrée. Il est significatif par exemple que les monastères bénédictins fondés par Étienne Ier se trouvent sans exception dans la partie occidentale du pays. On ne peut pas dire qu’en édifiant l’Église de Hongrie, il ait suivi le modèle d’aucun pays ou d’aucune tendance en particulier. Les trois grands mouvements réformateurs de l’époque, celui de Cluny en Bourgogne, de Gorze en Lorraine et le courant italien, ont laissé leur empreinte sur l’Église de Hongrie qui présente par ailleurs une certaine parenté avec le modèle germanique de l’époque (représenté par l’empereur Henri II). Ce tableau déjà coloré s’enrichit encore du fait qu’à côté des institutions prédominantes de l’Église romaine, des monastères de l’Église d’Orient étaient présents en Hongrie à l’époque d’Étienne Ier et que leur nombre augmenta même sous le règne de ses successeurs.

28Pour qu’Étienne puisse accomplir cet immense travail d’organisation interne, il fallait que règne la paix. Dans les premières décennies de son règne, celle-ci était garantie par les bons rapports qu’il entretenait avec son voisin germanique, renforcés par d’étroits liens familiaux. Étienne Ier donna à ses fils le nom de souverains allemands. Son fils Otton est certainement né du vivant de l’empereur Otton III, avant 1002. Son plus jeune fils, Imre, né en 1007, portait à l’origine le nom de Heinrich, roi germanique, dont la forme latinisée Heinricus, a donné par la suite Emericus, en hongrois Imre. Comme la Pologne de Boleslas le Preux était constamment en guerre avec l’Empire germanique dans les premières décennies du xie siècle (de 1003 à 1018), ses rapports avec la Hongrie se sont nécessairement dégradés en raison de l’amitié germano-hongroise. Le fait que Gyula-Prokuj, l’oncle qu’Étienne retenait prisonnier, se soit enfui et réfugié auprès du duc de Pologne, jeta encore de l’huile sur le feu. Dans les années qui précédèrent 1018, Boleslas le Preux donna l’assaut aux forteresses situées dans la vallée de la Morava, et il semble qu’il soit parvenu à pénétrer dans le territoire délimité par les Carpates, peut-être dans la région de Trencsén, en Haute-Hongrie. Ses conquêtes n’eurent pas de résultat durable, Étienne Ier ne tarda pas à lui reprendre les territoires en question. La paix conclue en 1018 entre la Germanie et la Pologne normalisa du même coup les rapports de celle-ci avec la Hongrie. Ainsi, la même année, 500 cavaliers hongrois accompagnaient le souverain polonais qui, s’ingérant dans la politique russe, marchait contre Kiev. Tout au long du règne d’Étienne Ier, les relations de la Hongrie et de la Russie kiévienne sont restées stables. L’action militaire de Boleslas s’explique par les conflits internes survenus après la mort de Vladimir le Grand. Mais, dès que Jaroslav le Sage fût monté sur le trône de Kiev, la Hongrie et la Russie furent de nouveau en paix. À une époque indéterminée, la Hongrie subit une attaque des Petchénègues dans sa partie orientale, en particulier dans la région de Gyulafehérvár, en Transylvanie. En 1009, la sœur cadette d’Étienne Ier épousa Otto Orseolo qui venait de recevoir la même année la dignité de doge de Venise. Un signe des bons rapports avec Constantinople est le fait qu’en 1015 l’armée ­d’Étienne Ier prit part à la campagne menée par l’empereur Basile II (le Bulgaroctone), qui entraîna l’anéantissement de l’État bulgare. Par ce rapprochement avec Constantinople, Étienne Ier ouvrait, dans la seconde moitié de son règne, un itinéraire terrestre vers l’est à la Chrétienté latine. On verra toute son importance lors de la première croisade.

29L’empereur Henri II, beau-frère d’Étienne, mourut en 1024, et la dynastie saxonne s’éteignit avec lui. Son successeur, Conrad II, Franc salien, entreprit aussitôt une politique violemment agressive à l’égard des pays voisins. La première manifestation de celle-ci est la destitution en 1026 d’Otto Orseolo, doge de Venise, et de son frère, patriarche de Grado. Le fils d’Otto, Pierre, trouva refuge en Hongrie. Conrad II plaça son propre fils Henri, le futur empereur Henri III, à la tête du duché de Bavière, mettant ainsi fin à la relation harmonieuse qui avait uni ce pays et la Hongrie pendant de longues années. Une des conséquences de la politique hégémonique de l’empereur Conrad II fut l’attaque de la Hongrie en 1030. Mais, devant l’armée qui pénétrait dans leur pays, les Hongrois cachèrent ou détruisirent leurs réserves de vivres. L’armée allemande affamée se traîna à grand-peine à travers la zone couverte de broussailles impénétrables et de marais (gyepũ) qui protégeait la frontière occidentale de la Hongrie. Cette politique de la terre brûlée eut l’effet escompté : les Allemands battirent en retraite. Les Hongrois les pourchassèrent jusqu’à Vienne, s’emparèrent de la ville et anéantirent l’armée ennemie. La paix fut conclue en 1031, et Étienne Ier put quelque peu étendre son territoire dans la région de la Leitha et de la Morava. Mais il était bien plus important que le jeune État hongrois, en résistant à la première pression sérieuse, ait défendu son indépendance. Étienne Ier avait mis un terme aux prétentions de suzeraineté de Conrad II sur la Hongrie.

30La joie de la victoire remportée sur les Allemands fut cependant bientôt ternie par un événement qui eut des répercussions sur l’avenir : en 1031, le duc Imre, fils unique d’Étienne, périt en chassant le sanglier. Après sa mort, Étienne Ier dut de toute urgence rechercher un nouveau successeur au trône. Il choisit son neveu, Pierre Orseolo, bien que celui-ci fût étranger, étant originaire de Venise, probablement parce que, ainsi que l’écrit la chronique hongroise, « parmi ses parents de sang, aucun ne semblait susceptible de maintenir le pays dans la foi chrétienne après sa mort ». Cette décision offensa Vazul et Ladislas le Chauve (Szár László), les fils de Michel, oncle paternel d’Étienne, en même temps qu’elle lésait leurs intérêts. Le qualificatif de szár (« au crâne rasé ») indique que Ladislas était païen. Quant à Vazul (dont le nom est une variante du grec Basileos), il était probablement chrétien, mais de rite grec. Le choix de Pierre Orseolo montre clairement qu’Étienne Ier considérait comme primordial le maintien de la chrétienté. Vazul ne tarda pas à se soulever contre lui, probablement en 1032. Selon la tradition païenne, il était le seul à pouvoir prétendre à la succession, et il s’éleva contre la décision du souverain chrétien qu’il ressentait comme une atteinte. Mais, lorsque Vazul tenta de le tuer, Étienne Ier lui fit crever les yeux et fit verser du plomb fondu dans ses oreilles, le rendant par-là inapte à régner. En même temps, il bannit ses fils Levente, André et Béla. Après avoir été désigné comme successeur au trône, Pierre dut prêter serment d’allégeance à Étienne Ier, s’engager à respecter la reine Gizella, à ne pas porter atteinte à ses biens et à la protéger contre quiconque chercherait à lui nuire. Les aristocrates du pays prêtèrent ensuite le même serment. Sur son lit de mort, Étienne Ier ordonna encore qu’après sa disparition, les Hongrois élisent Pierre pour roi, « puis il les exhorta paternellement à conserver la vraie foi ». Son dernier message a donc été une exhortation à protéger et à soigner le frêle plant de la chrétienté en Hongrie. Ce n’est pas sans raison. Il savait que bon nombre de nobles de sa cour n’étaient pas des chrétiens convaincus. Lorsque Étienne Ier ferma les yeux le 15 août 1038, c’est l’un des plus importants hommes d’état hongrois ayant jamais vécu qui quitta le monde des vivants. Il fut inhumé à Székesfehérvár. Le roi Étienne Ier a laissé une œuvre impérissable : en fondant l’État hongrois dans le cadre du bassin des Carpates, il a garanti l’unité politique du peuple hongrois, et édifié sur le modèle européen de son époque la structure politique et sociale d’un peuple nomade qui, à peine un siècle auparavant, se livrait encore au pillage dans sa grande majorité et jetait à bas les hauts lieux de civilisation. En adoptant la religion chrétienne, il a fait admettre le peuple hongrois dans la communauté des peuples chrétiens. Mais cet édifice n’était pas encore stabilisé. La mort du roi Étienne marqua le début d’une période où se renforça une crise dont les signes étaient déjà sensibles dans les dernières années de son règne, et qui mit en danger ses principales œuvres, la présence de la religion chrétienne et l’organisation de l’État en Hongrie.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540